Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie"

Transcription

1 4ÈME JOURNÉE INTERRÉGIONALE DU GIRCI GRAND OUEST Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie Dominique Polton Conseillère auprès du Directeur général Assurance maladie, caisse nationale 05 juin 2014

2 Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie 1. Présentation des bases de données SNIIRAM - PMSI 2. Quelques exemples d utilisation 3. Potentiel et limites 4. Un outil pour la recherche 2

3 Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie 1. Présentation des bases de données SNIIRAM - PMSI 2. Quelques exemples d utilisation 3. Potentiel et limites 4. Un outil pour la recherche 3

4 Le système national inter-régimes de l assurance maladie Feuilles de soins, factures de cliniques, Données sur les assurés et les offreurs de soins Caisse primaire Décomptes Remboursement Bases de données locales nominatives (remboursement, retour possible au dossier) et spécifiques à chaque régime Contrôles Anonymisation 2 niveaux pour anonymiser de façon irréversible les NIR des assurés et bénéficiaires Autres régimes CNAMTS SNIIRAM PMSI Décès Base de données nationale anonyme (pas de retour possible au dossier) échantillon Durée de conservation des données individuelles 3 ans + année en cours 20 ans autorisés, 9 d historique 4 Accès archives possible (>=2006)

5 Les données disponibles dans les bases Sur les patients : Age, sexe, notion de CMU-C, diagnostic de l ALD, commune (selon habilitations) et département de résidence, date de décès Sur la consommation de soins en ville : (détail par date de soins) Toutes les prestations remboursées avec le codage détaillé de la prestation (actes médicaux avec le code CCAM, biologie, dispositifs médicaux, code CIP des médicaments) Sur la consommation de soins en établissement : (détail par date de soins) Les données du PMSI (MCO-SSR-HAD-PSY) pour l ensemble des établissements sanitaires (motif médical, actes CCAM, durée de séjour, mode de sortie, ) Les médicaments et dispositifs facturés «en sus» + L activité externe des hôpitaux (depuis 2009) - Les séjours facturés directement à l Assurance Maladie Les pathologies traitées --> codes CIM10 (ALD, hospitalisations - diagnostics principaux, associés, reliés), médicaments traceurs ou actes ou dispositifs médicaux Cf plus loin algorithmes pour identifier les pathologies 5

6 Un outil en évolution permanente 1998 : Loi de création du SNIIRAM 2000 : Codage biologie pharmacie exhaustif 2001 : Avis CNIL relatif au SNIIRAM 2002 : Arrêté ministériel sur les accès 2003 : Constitution de l entrepôt de données 2005 : Mise en place de l EGB codage CCAM 2007 : Chaînage avec le PSMI --> ville-hôpital (industrialisation en 2010 rattrapage années 2007 à 2009) - Entrepôt tous régimes 2009 : Intégration des dates de décès consultations externes médicaments hors GHS DCIR inter-régimes 2010 : Intégration des dates précises d hospitalisation 2011 : EGB inter-régimes PMSI dans l EGB Allongement de l historique + archivage chainage mère-enfant (PMSI) 2012 : NIR anonyme bénéficiaires datamart DAMIR géocodage des professionnels dictionnaire SNIIRAM 2013 : EGB simplifié 2014 (prévu) : Hébergement en EHPAD; Coordonnées IRIS des PS; date présumée de grossesse ; Bénéfice de l aide complémentaire santé (ACS);

7 Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie 1. Présentation des bases de données SNIIRAM - PMSI 2. Quelques exemples d utilisation 3. Potentiel et limites 4. Un outil pour la recherche 7

8 Quelques exemples d utilisation 1.Efficacité des traitements en vie réelle 2.Surveillance de la sécurité du médicament 3.Parcours des patients et qualité des soins 4.Cartographie des pathologies et analyse médicalisée des dépenses 8

9 Quelques exemples d utilisation 1.Efficacité des traitements en vie réelle 2.Surveillance de la sécurité du médicament 3.Parcours des patients et qualité des soins 4.Cartographie des pathologies et analyse médicalisée des dépenses 9

10 Exemple : comparaison efficacité simvastatine / rosuvastatine Cohorte des patients Débutant un traitement statines en prévention primaire Par rosuvastatine 5 mg ou simvastatine 20 mg Résultat : Comparaison de l incidence des évènements étudiés en fonction du traitement initial (= analyse «en intention de traiter») Déviation du traitement initial au cours du suivi Analyse «per protocole» Référence : Neumann A, Maura G, Weill A, Ricordeau P, Alla F, Allemand H. Comparative effectiveness of rosuvastatin versus simvastatin in primary prevention among new users: a cohort study in the French national health insurance database. Pharmacoepidemiol Drug Saf Epub 2013 Dec 2.

11 Résultats : analyse «en intention de traiter» Instaurations de rosuvastatine 5 mg / simvastatine 20 mg en prévention primaire par un généraliste en chez les ans (régime général stricto sensu, hors DOM). Suivi jusqu à fin Hommes : Décès / AVC ischémique / cardiopathie ischémique aigue Analyse brute Analyse ajustée Rosuvastatine 5 mg : 13,0 cas par personnes années Simvastatine 20 mg : 15,0 cas par personnes années Hazard ratio : 0,87 (IC 95% : 0,79 0,95) (rosuvastatine 5 mg vs simvastatine 20 mg) Ajustement par un modèle de Cox 0,94 (0,85 1,03)

12 Résultats : tableau récapitulatif Instaurations de rosuvastatine 5 mg / simvastatine 20 mg en prévention primaire par un généraliste en chez les ans (régime général stricto sensu, hors DOM). Suivi jusqu à fin 2011.

13 Quelques exemples d utilisation 1.Efficacité des traitements en vie réelle 2.Surveillance de la sécurité du médicament 3.Parcours des patients et qualité des soins 4.Cartographie des pathologies et analyse médicalisée des dépenses 13

14 Benfluroex et valvulopathies cardiaques Cohorte exhaustive des diabétiques âgés de 40 à 69 ans relevant du Régime général (hors fonctionnaires et collectivités locales)(1,048 millions de diabétiques) Inclusion sur 2006 ( 3 remboursements d ADO et/ou d insuline à des dates différentes) Comparaisons exposés (consommation de benfluorex en 2006) vs nonexposés (aucune consommation de benfluorex en 2006, 2007 ou 2008) Évènements recherchés sur le PMSI : hospitalisations pour Insuffisance mitrale ou aortique; Chirurgie de remplacement valvulaire pour insuffisance valvulaire RR bruts et ajustés sur âge, sexe, ALD cardiovasculaire

15 Risque d hospitalisation en 2006 et 2007 pour valvulopathie de régurgitation selon l exposition ou non au benfluorex en 2006 dans une cohorte de diabétiques. Données SNIIRAM. CNAMTS Hospitalisation pour Risque d hospitalisation pour personnes Non Exposées Exposées 1 ajustement sur l âge, le sexe et la notion d ALD cardiovasculaire RR brut (IC 95%) RR ajusté 1 (IC 95%) Insuffisance valvulaire ,9 [2,2 3,7] 3,1 [2,4 4,0] Insuffisance mitrale ,5 [1,8 3,5] 2,6 [1,9 3,7] Insuffisance aortique ,0 [2,7 5,9] 4,4 [3,0 6,6] Rempl. valvulaire (IM-IA) ,7 [2,4 5,6] 3,9 [2,6 6,1]

16 Pioglitazone et risque de cancer de la vessie Ce qu on savait début 2011 La pioglitazone, un antidiabétique mis sur le marché en 2002 et associé, chez l animal (rats), à des cancers de la vessie Les 1 ers résultats d une étude (PROactive) devant durer 10 ans, sur patients, montraient une tendance (14 cas vs 9 pour les non exposés) Les résultats préliminaires de deux études, en cours, sur les données de la Kaiser Permanente North California (KPNC) confirmaient cette tendance mais avec des résultats non statistiquement significatifs (par manque de puissance?) Interrogation de la FDA (Food and Drug Administration), de l EMA (European Medicines Agency) et des autorités françaises 16

17 La méthode : sur le SNIIRAM chaîné au PMSI une cohorte de type «exposés / non exposés» 17

18 Patients diabétiques de 40 à 79 ans : cohorte de 2006 suivie jusqu à fin 2009 (régime général stricto sensu) 18

19 Patients diabétiques de 40 à 79 ans : cohorte de 2006 suivie jusqu à fin 2009 (régime général stricto sensu) 19

20 31 mai 2012 : Azoulay L et al. The use of pioglitazone and the risk of bladder cancer in people with type 2 diabetes: nested case-control study. BMJ. [RR 1.83] 3 juillet 2012 : Colmers IN, Bowker, SL, Majumdar SR, Johnson JA. Use of thiazolidinediones and the risk of bladder cancer among people with type 2 diabetes: a meta-analysis. CMAJ. [RR 1.15] 4 juillet 2012 : Kermode-Scott B. Meta-analysis confirms raised risk of bladder cancer from pioglitazone. BMJ 25 juin 2013 : Hsiao FY et al. Risk of bladder cancer in diabetic patients treated with rosiglitazone or pioglytazone : a nested casecontrol study. Drog Saf. [RR 1.45 à 2.93 selon la durée d exposition.]

21 Contraceptifs oraux combinés Objectif : mesurer les risques absolus et relatifs d embolie pulmonaire, d accident vasculaire cérébral ischémique et d infarctus du myocarde en comparant les femmes exposées à un COCG1/G2 à celles exposées à un COCG3. L analyse portait aussi sur le type de progestatif et le dosage d EE. Embolie pulmonaire Risque artériel (IM ou AVCi) Référence : «Risque d embolie pulmonaire, d accident vasculaire cérébral ischémique et d infarctus du myocarde chez les 21 femmes sous contraceptif oral combiné en France : une étude de cohorte sur 4 millions de femmes de 15 à 49 ans à partir des données du SNIIRAM et du PMSI». Rapport final du 26 juin Accessible en ligne sur Ameli.fr

22 Quelques exemples d utilisation 1.Efficacité des traitements en vie réelle 2.Surveillance de la sécurité du médicament 3.Parcours des patients et qualité des soins 4.Cartographie des pathologies et analyse médicalisée des dépenses 22

23 Qualité de la prise en charge après infarctus Taux de quadrithérapie* (dans les 6 mois suivant l'hospitalisation) Taux ajustés** Moins de 55 % [ 55 % ; 62,1 %[ [ 62,1 % ; 67 % [ 67 % et plus Taux significativement différent du taux global de 62,1 % Données non disponibles * Population hospitalisée pour infarctus du myocarde (Régime général hors SLM - 1er semestre 2006) ** Ajustement sur le sexe, l'âge, le statut CMUC, les comorbidités, les hospitalisations cardiologiques antérieures et postérieures, les traitements associés, le suivi par un cardiologue libéral et le statut ALD 23

24 Patients vivant après une hospitalisation pour infarctus du myocarde (régime général stricto sensu, 1er sem 2006) Facteurs associés au décès à 30 mois

25

26 Parcours de soins des patients opérés de la thyroïde Le parcours de soins idéal devant la découverte d un nodule thyroïdien Suspicion de nodule thyroïdien Echographie thyroïde + Biologie TSH Nodule thyroïdien confirmé sans hyperthyroïdie Contexte et/ou nodule à risque supérieur à 20 millimètres Cytoponction* non suspect Surveillance suspect (bilan pré-opératoire) Chirurgie non suspect Surveillance Cancer Nodule bénin * Sauf cas particuliers (contexte médical, )

27 La chirurgie pour nodule bénin n est pas anodine: 4% des patients ont des répercussions sur le fonctionnement d une corde vocale et 1% une atteinte définitive des glandes parathyroïdes qui requiert un traitement par calcium à vie. Tous les patients ayant une thyroïdectomie totale doivent avoir un traitement par hormones thyroïdiennes à vie et 44% de ceux qui ont une thyroïdectomie partielle en ont également un. Autres complications possibles Un certain nombre d examens devraient être pratiqués avant une intervention chirurgicale Echographie, dosage d hormones thyroïdiennes puis cytoponction. Or la cytoponction n est pratiquée que chez 40% des patients opérés (44% en cas de cancer, 34% en cas de nodule bénin) 27

28 Pour 4 cancers opérés aujourd hui, on opère 5 nodules bénins soit un ratio de 0,8 variabilité géographique Ratios de thyroïdectomies pour cancer/nodule bénin Guadeloupe Martinique Guyane Réunion

29 Quelques exemples d utilisation 1.Efficacité des traitements en vie réelle 2.Surveillance de la sécurité du médicament 3.Parcours des patients et qualité des soins 4.Cartographie des pathologies et analyse médicalisée des dépenses 29

30 Sommaire Dépenses par grandes catégories de pathologies, traitements, hospitalisations ponctuelles (tous postes confondus 2011) Total 146 milliards d euros (1) 146 MD = dépenses individualisables par patient (hors médico social et dépenses forfaitaires, type migac)

31 Sommaire Dépenses par grandes catégories de pathologies, traitements, hospitalisations ponctuelles (tous postes confondus 2011) Total 146 milliards d euros (1) 146 MD = dépenses individualisables par patient (hors médico social et dépenses forfaitaires)

32 Sommaire Dépenses par grandes catégories de pathologies, traitements, hospitalisations ponctuelles (tous postes confondus 2011) Exemple = les pathologies cardio-vasculaires 14,7 MD patients (régime général) chroniques 0,86 MD pour épisodes aigus 1,03 MD (Personnes hospitalisées en 2011 pour insuffisance cardiaque ou complications de l IC)

33 Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie 1. Présentation des bases de données SNIIRAM - PMSI 2. Quelques exemples d utilisation 3. Potentiel et limites 4. Un outil pour la recherche 33

34 Les points forts Exhaustivité de la population pas de perdus de vue Homogénéité du codage (biais de mémoire, ) Puissance statistique Chronologie précise Analyses longitudinales possibles Faible coût et réactivité 34

35 Limites - Manque d information Caractéristiques socioéconomiques Statut vis-à-vis de l emploi et type d emploi Facteurs de risque : tabac, alcool, exercice, nutrition, antécédents familiaux, poids, surpoids Motif ou diagnostic de consultation médicale ou paramédicale Résultats biologie, histologie, anapath Médicaments non remboursés (AINS) Prise ou non de médicaments (information limitée au remboursement) Adéquation du traitement (HTA, lipides ) Médicaments délivrés à l hôpital ou long séjour (SSR, PSY, EHPAD ) Causes de décès..

36 Possibilité de dépasser ces limites Méthodes statistiques permettant de prendre en compte les facteurs de confusion Utilisation de variable proxy Appariements avec d autres sources de données (cohortes, enquêtes, registres..) Modèles prédictifs construits à partir de sous-échantillons avec l information connue 36

37 Une complexité d utilisation due A la volumétrie Aux données à l architecture du SNIIRAM données de production, qui nécessitent pour être exploitées correctement une bonne connaissance du contexte juridique et technique du remboursement 37

38 Etudes observationnelles sur les bases de données de l assurance maladie 1. Présentation des bases de données SNIIRAM - PMSI 2. Quelques exemples d utilisation 3. Potentiel et limites 4. Un outil pour la recherche 38

39 Aujourd hui : deux types d accès Accès pérennes à des produits standard Comité de pilotage du SNIIRAM Demandes ponctuelles Institut des données de santé Arrêté ministériel Extraction de données Habilitations Agences, organismes de recherche, membres de l institut des données de santé Accord CNIL

40 Données disponibles par le portail SNIIR-AM DAMIR Suivi des dépenses Tableaux soins de ville Biologie Pharmacie Dispositifs médicaux Données agrégées Données agrégées mais affinées sur le codage Stat mensuelle Médicaments délivrés à l hôpital Tableaux dénomb. Bénèf Données Agrégées PS/ Etab Établissements Privés (SNIR-EP) Données Individuelles Établissements privés T2A BERF Données Indiv. Etablissements Offre de Soins Libérale (ODS) + prescripteurs Données Indiv. PS / Agrégées bénéficiaires Tableaux du SNIR Données Indiv. PS / Agrégées bénéficiaires CCAM Données indiv. PS, agrégées bénéficiaires affinées sur le codage CCAM Consommation inter régimes DCIR Données : Individuelles PS et. Bénéficiaires Affinées codage Séjours hôpitaux Publics - BGNA Données : Individuelles Bénéficiaires Affinées codage Séjours et diagnostics hospitaliers (PMSI) Données : Individuelles Bénéficiaires Affinées codage Echantillon généraliste de bénéficiaires Données : Individuelles PS et Bénéficiaires Affinées codage 40 Données agrégées bénéficiaires et d offreurs de soins Pas de limite de conservation Données agrégées bénéficiaires et individualisées offre de soins Conservation : 10 ans Référentiels Données individualisées bénéficiaires et offre de soins- Conservation 3 années + année en cours si exhaustif sauf PMSI 10 ans 20 ans pour échantillon EGB

41 Aux termes du dernier arrêté paru (arrêté du 14 février 2014) Accèdent aux données agrégées : [ ] Accèdent aux données agrégées et à l EGB : [ ] l INSERM, le CNRS, [ ] Accèdent à l ensemble des données du SNIIRAM : les régimes de base d assurance maladie, la CNSA, l INVS, la HAS, l ANSM et sur leur champ de compétence régionale les médecins des ARS (avec la limitation sur le croisement des données sensibles) Tous ces organismes sont autorisés à accéder au SNIIRAM pour leurs propres missions et ne sont pas autorisés à transmettre les données à des tiers. Seuls les médecins-conseils et les personnels placés sous leur responsabilité, [ ], sont autorisés à effectuer des recherches mettant en œuvre simultanément plus d une des quatre variables sensibles (code commune, date des soins, mois et année de naissance, date de décès) [expérimentation en cours pour les médecins InVS] 41

42 Accès ad hoc Les bénéficiaires des accès et les autres organismes d études et de recherche à but non lucratif peuvent obtenir la constitution d échantillon ad-hoc Pré-requis : formation, habilitation individuelle, système informatique adapté Pour toute demande non standard (du fait du demandeur et/ou la finalité de la demande et/ou des données concernées) 1. Avis IDS ou CCTIRS (données nominatives) ou CNIS 2. Autorisation CNIL (DCE si utilisation du NIR) 3. Priorisation des demandes par l IDS Dans tous les cas une convention est signée entre la CNAMTS et l organisme 42

43 Le SNIIRAM, un outil pour les chercheurs Les chercheurs (Inserm, CNRS, Irdes...) Accèdent à l EGB requêtes de chercheurs en 2011, en 2012, > en 2013 Ils peuvent obtenir la constitution d échantillon ad-hoc (autorisation CNIL après avis IDS ou CCTIRS) > 30/an La CNAMTS assure une formation (plus de 100 chercheurs formés) et un accompagnement 43

44 Le SNIIRAM, un outil pour les chercheurs Des outils en déploiement Un réseau d utilisateurs : le REDSIAM Des algorithmes mis à disposition Recensement en cours Certains en voie d intégration dans la base Indice de désavantage social de la commune de résidence Algorithmes de segmentation (identification de pathologies) Comorbidités selon l indice de Charlson calculé sur le SNIIRAM et le PMSI 44

45 Evolutions prévisibles Le dispositif d accès est en train d évoluer dans le cadre des textes européens (médicament et protection des données), de la loi Jardé et de la future loi de santé Possiblement Accès facilité Guichet unique Possibilité d utilisation du NIR 45

Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance Maladie en 2011. Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011

Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance Maladie en 2011. Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011 Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance l Maladie en 2011 Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011 Plan de l interventionl 1. Qu est-ce que le SNIIRAM? 2. Des exemples d utilisation

Plus en détail

Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance Maladie en 2011. Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011

Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance Maladie en 2011. Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011 Le SNIIRAM et les bases de données de l Assurance l Maladie en 2011 Dominique POLTON, Philippe Ricordeau CNAMTS 30 mars 2011 Plan de l interventionl 1. Qu est-ce que le SNIIRAM? 2. Des exemples d utilisation

Plus en détail

Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr

Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr Contenu Finalités du SNIIRAM... 2 Structure du SNIIRAM... 3 Comment est constitué le SNIIRAM?... 3 Comment sont restituées les données du SNIIRAM?...

Plus en détail

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives

Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Benfluorex, valvulopathies cardiaques et diabète : intérêt des données médico-administratives Alain Weill, Michel Païta, Philippe Tuppin, Jean-Paul Fagot, Anke Neumann, Philippe Ricordeau, Hubert Allemand

Plus en détail

RAPPORT SUR LA GOUVERNANCE ET L UTILISATION DES DONNÉES DE SANTÉ

RAPPORT SUR LA GOUVERNANCE ET L UTILISATION DES DONNÉES DE SANTÉ Septembre 2013 RAPPORT SUR LA GOUVERNANCE ET L UTILISATION DES DONNÉES DE SANTÉ Pierre-Louis BRAS, inspecteur général des affaires sociales avec le concours d André LOTH, administrateur général, directeur

Plus en détail

Accès des registres aux données de l assurance maladie

Accès des registres aux données de l assurance maladie Colloques registres et politiques de santé publique : Accès des registres aux données 6 et 7 décembre 2012 Accès des registres aux données de l assurance maladie Dr Jean-Paul Prieur, direction du réseau

Plus en détail

Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment?

Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment? Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment? Pascal Staccini IRIS Department - School of Medicine of Nice Nice-Sophia Antipolis University UMR 912 - SESSTIM - INSERM et pour quoi faire? Les données

Plus en détail

L échantillon généraliste de bénéficiaires :représentativité, portée et limites

L échantillon généraliste de bénéficiaires :représentativité, portée et limites Synthèse L échantillon généraliste de bénéficiaires :représentativité, portée et limites The Echantillon généraliste de bénéficiaires :representativeness, scope and limits De Roquefeuil L 1, Studer A 2,

Plus en détail

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments?

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? 5 avril 2011 «Pharmaco-épidémiologie» Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? Dr Philippe Tcheng Vice-Président Affaires Publiques et Gouvernementales France

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Étude NACORA-BR du projet NACORA (nouveaux anticoagulants oraux et risques associés)

Étude NACORA-BR du projet NACORA (nouveaux anticoagulants oraux et risques associés) Étude en vie réelle du bénéfice/risque à court terme des nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran, rivaroxaban) chez les patients débutant un traitement et non précédemment traités par des antivitamines

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014 RAPPORT AU MINISTRE CHARGÉ DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET AU PARLEMENT SUR L ÉVOLUTION DES

Plus en détail

Base de données de remboursement de l Assurance Maladie avantages et limites pour les études sur le médicament

Base de données de remboursement de l Assurance Maladie avantages et limites pour les études sur le médicament Base de données de remboursement de l Assurance Maladie avantages et limites pour les études sur le médicament Docteur Alain WEILL (CNAMTS) Docteur Pierre FENDER (CNAMTS) CNAMTS-DSM / Rencontres nationales

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Méthode et exemples d application. Congrès SFSE - Jeudi 15 décembre 2011

Méthode et exemples d application. Congrès SFSE - Jeudi 15 décembre 2011 Exploitation des données de remboursement de médicaments de la Cnam-TS pour l'investigation rétrospective d'épidémie de Gastro-Enterites Aigues d origine hydrique Méthode et exemples d application Congrès

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN K. Cosker, C. Sevilla-Dedieu, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, R. Cecchi-Tenerini Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte Les différents

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Tableau de bord Tableau de bord. Le diabète. à La Réunion

Tableau de bord Tableau de bord. Le diabète. à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Le diabète à La Réunion Décembre 2012 2 Sommaire Introduction 4 Définitions 6 Répertoire des sigles 7 Contexte 8 Prévalence du diabète traité à La Réunion 10 Admissions

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux :

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux : des produits et prestations en sus des tarifs d hospitalisation renforcent la nécessité d une information partagée sur l utilisation de ces produits au sein des établissements de santé. Ainsi plusieurs

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Dans le but de mieux comprendre, et si possible piloter, la dynamique des dépenses de santé, un nouveau système

Dans le but de mieux comprendre, et si possible piloter, la dynamique des dépenses de santé, un nouveau système Le Système d information de l assurance maladie, le SNIIR-AM et les échantillons de bénéficiaires François Lenormand* CNAMTS Dans le but de mieux comprendre, et si possible piloter, la dynamique des dépenses

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Pour une meilleure utilisation des bases de données nationales pour la santé publique et la recherche. Collection Documents

Pour une meilleure utilisation des bases de données nationales pour la santé publique et la recherche. Collection Documents Pour une meilleure utilisation des bases de données nationales pour la santé publique et la recherche Collection Documents Mars 2012 POUR UNE MEILLEURE UTILISATION DES BASES DE DONNEES ADMINISTRATIVES

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Etudes d utilisation médicamenteuse et accès aux bases de données de soins de santé : Enjeu sociétal et juridique

Etudes d utilisation médicamenteuse et accès aux bases de données de soins de santé : Enjeu sociétal et juridique Etudes d utilisation médicamenteuse et accès aux bases de données de soins de santé : Enjeu sociétal et juridique Aurore Bergamasco, Caroline Tremblay, Alia Yousif, Yola Moride Pharmacoepidemiology & Risk

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Études épidémiologiques analytiques et biais

Études épidémiologiques analytiques et biais Master 1 «Conception, évaluation et gestion des essais thérapeutiques» Études épidémiologiques analytiques et biais Roxane Schaub Médecin de santé publique Octobre 2013 1 Objectifs pédagogiques Connaitre

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

= Meilleure coordination des soins

= Meilleure coordination des soins Intérêts pour l Assurance Maladie Rationalisation des soins Maitrise des dépenses de santé Intérêts pour le corps médical Meilleur suivi du patient Connaissance des antécédents du patient Connaissance

Plus en détail

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Unité d enseignement 1.2.S3 Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Programme Chiffres 2012 Questions Dotation Globale/T2A Sécurité Sociale Les mutuelles Financement et remboursement des

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Le rapprochement de données de médecine générale et de remboursement de l Assurance maladie : étude de faisabilité et premiers résultats

Le rapprochement de données de médecine générale et de remboursement de l Assurance maladie : étude de faisabilité et premiers résultats n 196 - mars 2014 Reproduction sur d autres sites interdite mais lien vers le document accepté : http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/ 196-le-rapprochement-de-donnees-de-medecine-generaleet-de-remboursement-de-l-assurance-maladie.pdf

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Hospitalisations et réhospitalisations sensibles aux soins de premiers recours (HSPR)

Hospitalisations et réhospitalisations sensibles aux soins de premiers recours (HSPR) Hospitalisations et réhospitalisations sensibles aux soins de premiers recours (HSPR) Séminaire Hospinnomics 18 mars, 2015 Victor G. Rodwin Professeur en gestion et politiques de santé Wagner School/New

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

Préambule, définitions, limites du sujet :

Préambule, définitions, limites du sujet : Télémédecine : Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement. XXIX èmes Rencontres Nationales de Pharmacologie et Recherche Clinique, Innovation et Evaluation des Technologies

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Té léphone : 01 44 90 70 25

Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires. Té léphone : 01 44 90 70 25 Ensemble, soutenons la recherche française dans le domaine des maladies cardiovasculaires www.coeur-recherche.fr Té léphone : 01 44 90 70 25 La Fondation Cœur et Recherche a été fondée par la Société Française

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Contenu. Introduction. Établissement des priorités pour l élaboration des indicateurs. Retrait de certains indicateurs. Répondants au sondage

Contenu. Introduction. Établissement des priorités pour l élaboration des indicateurs. Retrait de certains indicateurs. Répondants au sondage Contenu Introduction Répondants au sondage Établissement des priorités pour l élaboration des indicateurs Pour chacun des quadrants Pour les dimensions des quadrants Retrait de certains indicateurs Indicateurs

Plus en détail

Éditorial/ Sylvie Mansion Directrice de la CPAM du Bas-Rhin.

Éditorial/ Sylvie Mansion Directrice de la CPAM du Bas-Rhin. Rapport d activité Rapport d activité 02/ LA CPAM DU BAS-RHIN : REPÈRES 04/ GARANTIR A TOUS LES ASSURES UN ACCES REEL AUX DROITS ET AUX SOINS 06/ ASSURER UN SERVICE PERFORMANT ET UNE RELATION DE QUALITE

Plus en détail

Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites

Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites C. Galey, L. Rambaud, P. Pirard, S. Gora, A. Guillet, Y.

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile

PRADO, le programme de retour à domicile , le programme de retour à domicile Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer le suivi post hospitalisation Optimiser le retour à domicile et

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM

Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Recommandations Temporaires d Utilisation (RTU) Principes et éléments d information sur les modalités d élaboration et de mise en œuvre par l ANSM Octobre 2012 2 Sommaire Préambule 3 Identification du

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

MALADIES VASCULAIRES CÉRÉBRALES

MALADIES VASCULAIRES CÉRÉBRALES LES MALADIES DU CŒUR ET LES MALADIES VASCULAIRES CÉRÉBRALES PRÉVALENCE, MORBIDITÉ ET MORTALITÉ AU QUÉBEC DIRECTION PLANIFICATION, RECHERCHE ET INNOVATION UNITÉ CONNAISSANCE-SURVEILLANCE OCTOBRE 2006 AUTEUR

Plus en détail

Rôle des entrepôts de données biomédicales

Rôle des entrepôts de données biomédicales Réutilisation des données de santé pour la recherche Rôle des entrepôts de données biomédicales Equipe données massives en santé Inserm UMR 1099 LTSI Université de Rennes 1 Pr Marc CUGGIA Unité Support

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque PRADO, le programme de retour à domicile Insuffisance cardiaque Acteurs locaux CPAM/ELSM de Couverture Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction politique des produits de santé et de la qualité des pratiques

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge

Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge Colloque de Lyon du 5, 6 et 7 janvier 2012 1 Plan de l intervention 1. Présentation MFP Services : Union

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006

Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006 Maladies chroniques et traumatismes Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006 Sommaire Abréviations 2 Résumé 3 1. Contexte et objectifs 4 1.1 La situation en Corse 4 1.2 Les

Plus en détail

Propositions de l Assurance Maladie sur les charges et produits POUR L ANNÉE 2013

Propositions de l Assurance Maladie sur les charges et produits POUR L ANNÉE 2013 Propositions de l Assurance Maladie sur les charges et produits POUR L ANNÉE 2013 19 JUILLET 2012 Chaque année, l Assurance Maladie présente au Gouvernement et au Parlement ses propositions relatives à

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 octobre 2007 Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération 1. Introduction Suite à une saisine du Ministre de la santé et des solidarités, la Commission

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Marchés des groupes à affinités

Marchés des groupes à affinités Marchés des groupes à affinités Guide du produit destiné aux conseillers Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers Le produit en bref Nul n aime

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail