SATELLITES METEO GENERALITES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SATELLITES METEO GENERALITES"

Transcription

1 SATELLITES METEO GENERALITES HISTORIQUE : er satellite lancé dans l espace SPOUTNIK (URSS) er satellite météorologique TIROS 1 (USA) satellite défilant (orbite passant près des pôles 1963 création du centre de météorologie spatiale français de Lannion. Ce centre commence à exploiter les images des satellites défilants des USA (satellites du type TIROS et qui se nomment d abord ESSA puis NOAA, du nom du service météorologique américain) TIROS opérationnels er satellite géostationnaire GOES (USA) er satellite géostationnaire européen METEOSAT années 80 images disponibles en temps réel pour les prévisionnistes en France ACTUELLEMENT : Géostationnaires METEOSAT 7 : satellite opérationnel (type MTP Météosat Programme de Transition) o METEOSAT 5 : satellite déplacé vers l Inde (pour l expérience INDOEX en 1999) o METEOSAT 6 : satellite de secours, actuellement en balayage rapide (10 minutes) sur la zone Europe GOES E et GOES W (USA) GMS (Japon) actuellement remplacé par le GOES 9 INSAT (Inde) GOMS (Russie) ne sont pas exploités régulièrement en Europe FY-2 (Chine) Défilants NOAA 15 et 16 (USA), NOAA 17 lancé en juin DMSP (équivalent militaire des NOAA) METEOR (Russie) ne sont pas exploités FY-1 (Chine) régulièrement en Europe PREVU : METEOSAT 8 (1 er satellite du type MSG Météosat Seconde Génération) lancé en août 2002, opérationnel 2003 METOP 1 er satellite défilant européen lancement prévu en 2005 NPOESS nouvelle génération des NOAA prévu en 2008 ENM/PAM 31/03/2005

2 CARACTERISTIQUES METEOSAT : Altitude km Période 23h 56 minutes (synchrone avec la rotation de la terre) Position 0 de latitude et 0 de longitude Vitesse linéaire (sur son orbite) 3075 m/s (11070 km/h) METEOSAT 7 (type MTP) : 720 kg 3 canaux METEOSAT 8 (type MSG) : 2000 kg 12 canaux NOAA : Altitude 800 à 850 km Période 101 à 102 minutes MISSIONS Imageur Le radiomètre embarqué sur le satellite mesure le rayonnement émis ou réfléchi par une surface élémentaire du système terre-atmosphère. L ensemble de ces surfaces élémentaires constitue une image (surface élémentaire de l ordre 1 à 10 km de diamètre selon la résolution du radiomètre et la position de cet élément de base). La constitution d une image nécessite un balayage est-ouest et nord-sud : - Météosat balayage du domaine «globe» en 25 minutes (15 minutes pour MSG) - NOAA balayage d une bande de 3000 km de large au passage du satellite Le pixel est l élément de base sur une image, il dépend de la résolution du radiomètre et du traitement d image réalisé à partir des données mesurées. On travaille actuellement avec 3 types d images : - visible (permet d analyser les nuages en fonction de leur forme et de leur transparence), - infrarouge (indique la température de sommet des nuages ou de la surface terrestre), - vapeur d eau (permet de repérer la présence de vapeur d eau en haute troposphère et ainsi d analyser les mouvements verticaux en altitude, même en absence de nuages),ainsi que sur quelques images issues de plusieurs canaux (classification nuageuse ou composition colorée). - Avec la nouvelle génération de satellite, les produits élaborés seront plus nombreux (développés dans le cadre des SAF Satellite Application Facilities) tel le produit RDT (projet RDT : Rapid Developing Thunderstorm). Sondeur Permet de reconstituer le profil thermique de l atmosphère, en utilisant plusieurs canaux. Sur NOAA, le sondeur TOVS (TIROS Operational Vertical Sounder) possède 20 canaux. GOES et MSG ont une fonction sondeur simplifiée. ENM/PAM 31/03/2005

3 Autres missions - Collecte de données - Dissémination - Recueil de signaux (Ex : ARGOS / NOAA) Autres satellites D autres satellites tels que les satellites océanographiques et d observation de la terre sont utilisés en météo. Ainsi les données de vent sur les océans, mesurées par ERS (ESA) ou QUICKSCAT (NASA) sont utilisées par les prévisionnistes et intégrées dans les modèles de prévision. Adresses ENM/PAM 31/03/2005

4 Canaux METEOSAT 7 (MTP) Canal Longueur d onde (µm) Résolution Fréquence Diffusion VIS km HRI IR km 30 min WEFAX VE (WV) km METEOSAT 8 (MSG) Canal Résolution Fréquence Diffusion 1 VIS 3 km 1 VIS HR 5 IR 2 VE O3/CO2 1 km 3 km 3 km 15 min HRIT LRIT GOES Canal Longueur d onde Résolution Fréquence VIS x0.86 km proche IR km 30 minutes VE km 3 h globe IR km 5 min sur zone en alerte IR km NOAA Canal Longueur d onde (µm) Résolution Fréquence Pixels/ligne Diffusion 1 VIS km 4 km HRPT APT 2 VIS proche IR km passage du 2048 HRPT 3A* proche IR vers km satellite 2 fois (bande de HRPT 3B IR moyen km par jour 3000 km) HRPT 4 IR thermique km 8 km HRPT APT 5 IR thermique km HRPT * 6ème canal à partir de NOAA 15 ENM/PAM 31/03/2005

5 PRINCIPE D INTERPRETATION DES IMAGES SATELLITAIRES FENETRES ATMOSPHERIQUES : fenêtres de transparence : plages de longueurs d onde pour lesquelles il n y a pas (ou peu) d absorption du rayonnement par les gaz atmosphériques. Ces fenêtres sont utilisées pour le visible et l infrarouge thermique. fenêtres d absorption : plages de longueur d onde pour lesquelles il y a absorption totale ou partielle du rayonnement par les gaz atmosphériques. Ces fenêtres sont utilisées pour obtenir des «images» des gaz responsables de cette absorption (canal vapeur d eau, ozone,...), elles sont également utilisées par les sondeurs. IMAGE VISIBLE : On mesure dans le canal visible le rayonnement solaire réfléchi par la surface terrestre ou les nuages. L énergie réfléchie dépend de l albédo de la surface réfléchissante, du rayonnement solaire incident, de la «géométrie» soleil-satellite-cible (effets d ombre) ; il dépend donc de la cible (type de nuage ou de surface) mais également de l heure, de la saison, ainsi que de la latitude et de la forme de cette cible. Sur une image en noir et blanc, le noir (ou le bleu sur Prévi-surveillance) correspond à la plus faible énergie réfléchie (en général la mer) et le blanc à la plus forte (nuages épais). L aspect d un nuage dépend : 1.de son épaisseur (plus un nuage est épais et mieux il réfléchit le rayonnement solaire) 2.de sa composition (la glace est un moins bon réflecteur que l eau liquide) 3.de l aspect de sa surface supérieure (un nuage plat est en général plus «lumineux») 4.de sa taille (par rapport au pixel) 5.du rayonnement solaire (heure, saison, latitude) 6.des effets d ombre petits Cu sur terre Cs seul Surface océan forêtcultures sableneige St épais Cu Sc sur terre Cb réflexion spéculaire Albédo En conclusion : pas d image visible de nuit peu d éclairement sur les hautes latitudes (mais correction par traitement d image) peu d éclairement le matin et le soir (mais effet d ombre qui permet de repérer le relief des nuages) nuages fins ou trop petits et nuages d altitude parfois difficiles à voir.

6 IMAGE INFRAROUGE : On mesure dans le canal infrarouge thermique, le rayonnement propre émis par les objets terrestres. Ce canal infrarouge est toujours choisi dans une fenêtre de transparence de l atmosphère afin que l énergie mesurée par le radiomètre soit la plus proche possible de la valeur émise par la cible. Ce rayonnement étant proportionnel à T 4 (T température de la cible), on peut calculer cette température et la traduire par une couleur ou une nuance de gris sur les images. Sur les images en noir et blanc, on choisit d attribuer le noir au fortes énergies rayonnées (donc aux zones chaudes) et le blanc aux faibles valeurs, donc aux zones froides. Sur ces images, le blanc correspond aux nuages d altitude, et le noir à la surface terrestre surchauffée (par exemple le Sahara l après-midi). La correspondance température-altitude permet d identifier les zones nuageuses. L interprétation d une image infrarouge reste cependant délicate, elle dépend de l heure, de la saison, de la situation et de la latitude, ainsi que de la taille des nuages : une zone de température 40 C peut correspondre à des sommets de nuages élevés (Ci, Cs ou Cb d air froid) mais peut aussi être la température du sol sur le Canada ou la Sibérie en hiver, sur la France, un Cb d air froid en hiver peut avoir une température de sommet de l ordre de - 40 C alors qu en été dans l air chaud, cette température peut atteindre 70 C, les nuages bas ont souvent une température de sommet, voisine de celle du sol, ils sont donc impossibles à identifier sans une image visible complémentaire (la nuit, la classification nuageuse réalisée avec différents canaux infrarouges de NOAA vient alors au secours des prévisionnistes), si le sol est très froid, on peut observer une forte inversion de température et le sommet d un nuage peut être plus chaud que le sol et apparaître plus sombre, un nuage trop petit par rapport à la taille du pixel apparaît souvent plus chaud, donc plus bas qu il ne l est en réalité (la valeur mesurée provient en partie du nuage et en partie de la surface terrestre, généralement plus chaude que le nuage).

7 IMAGE VAPEUR D EAU : On se place dans une fenêtre d absorption de l atmosphère, absorption principalement due à la vapeur d eau. On trouve essentiellement la vapeur d eau dans la troposphère et principalement dans les basses couches de cette troposphère. Il y a, en général, suffisamment de vapeur d eau dans l atmosphère pour que le rayonnement infrarouge émis par le sol et les très basses couches de l atmosphère, dans ce canal, soit entièrement absorbé. Le canal vapeur d eau ne donne donc aucun renseignement sur la surface terrestre ni sur les basses couches de l atmosphère. C est un canal infrarouge qui permet de traduire le rayonnement mesuré en température avec la même convention que pour les images de l infrarouge thermique : blanc = froid et noir = chaud. Cette température correspond à la température du «sommet» de la vapeur d eau ; c est la température de rayonnement d une couche dont l humidité est suffisante pour absorber le rayonnement des couches inférieures et qui est surmontée de couches contenant peu de vapeur d eau (donc relativement transparentes pour ce canal) : on peut alors interpréter une zone blanche comme une zone où la vapeur d eau est froide, donc en altitude (en général au niveau de la tropopause) et une zone sombre comme une zone où la vapeur d eau est «chaude» donc à une altitude plus basse (en dessous de 4 à 5 km). Sur une animation d images vapeur d eau, les changements de teintes permettent de repérer les mouvements verticaux de la haute troposphère ; un assombrissement correspond à de la subsidence, un éclaircissement à des ascendances.

8 TRAITEMENT DES IMAGES SATELLITAIRES NAVIGATION : Pour les satellites géostationnaires, le positionnement de chaque pixel (à partir des données brutes) est effectué par un traitement à terre, pour Météosat c est le centre de Darmstadt d EUMETSAT qui assure cette opération, l image avec le positionnement géographique est ensuite diffusée via le satellite. Pour les satellites défilants, chaque utilisateur effectue ce traitement (pour Météo-France c est le CMS qui assure cette opération). IMAGES : Le CMS compose de nombreuses images à partir des comptes numériques reçus des satellites, sur différents domaines avec des tailles de pixel et des palettes de couleurs différentes. Voici quelques images couramment utilisées par les prévisionnistes : Images classiques sur les domaines France et Europe-Atlantique (Météosat 7) Les images du canal visible sont traitées en teintes de gris avec des pixels de 3 à 6 km selon le domaine. Les images infrarouges sont traitées avec différentes palettes, en teintes de gris ou de couleurs correspondant à des plages de température, elles varient selon ce qu on veut mettre en évidence (par exemple, sommets les plus froids ou nuages bas). La taille du pixel varie de 6 à 12 km selon le domaine. Les images vapeur d eau sont traitées avec différentes palettes de gris privilégiant les teintes claires ou sombres et des pixels de 6 à 12 km. Images élaborées à partir de plusieurs canaux Classifications nuageuses (CN) à partir de NOAA (canaux infrarouges) et de Météosat (canal visible et infrarouge), chaque couleur de l image correspond à une surface sans nuage (terre ou mer) ou à certains genres de nuages. Compositions colorées (canal visible et infrarouge), le sol, la mer, les nuages bas et les nuages élevés sont traités avec des gammes de couleurs permettant de les identifier plus facilement (par exemple, nuages bas plutôt jaunes et nuages élevés plutôt bleus).

9 Paramètres calculés à partir de plusieurs images Température de la mer obtenue à partir des données NOAA sur une semaine. Sommet des nuages froids correspondant à un cumul sur plusieurs images d un satellite géostationnaire. CORRECTIONS : Le CMS effectue également certaines corrections sur les images. Correction d ensoleillement sur les images en visible (AS sur synergie) : renforcement de la luminosité pour les pixels avec un faible éclairage (zone de haute latitude par exemple). Correction de parallaxe (CP sur synergie) : repositionnement des pixels correspondant à des nuages élevés vus avec une faible incidence par le satellite, et zone noire pour les zones cachées par ces nuages.

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

Stage «Eléments de télédétection depuis l espace» (Rennes, 22 26 novembre 2010) Présentation du CMS

Stage «Eléments de télédétection depuis l espace» (Rennes, 22 26 novembre 2010) Présentation du CMS Stage «Eléments de télédétection depuis l espace» (Rennes, 22 26 novembre 2010) Présentation du CMS Hervé Roquet Météo-France, DP/CMS/R&D 1 Quelques dates clés 1960 : Les USA lancent le premier satellite

Plus en détail

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique L'expression "télédétection" désigne l'observation de la surface terrestre à partir de l'espace en utilisant les propriétés des ondes électromagnétiques

Plus en détail

Travaux dirigés d analyse d image

Travaux dirigés d analyse d image Travaux dirigés d analyse d image A partir du cours de Claude Kergomard, ENS Paris. http://www.geographie.ens.fr/img/file/kergomard/teledetection/cteledetection.pdf Partie A. Etude d une image NOASS 14-AVHRR

Plus en détail

Les satellites météorologiques. S.Puginier

Les satellites météorologiques. S.Puginier Les satellites météorologiques S.Puginier Des satellites défilants et géostationnaires Défilants - 860 km d'altitude - 1 tour en 1h40-2 passages/jour à la verticale d un point Géostationnaires - 36 000

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

L observation spatiale pour l étude du climat

L observation spatiale pour l étude du climat L observation spatiale pour l étude du climat François-Marie Bréon Laboratoire des Sciences du Climat et de l'environnement CEA/DSM/LSCE Institut Pierre Simon Laplace Merci au CEA à la NASA et CNES, CNRS,

Plus en détail

> Introduction à la Télédétection

> Introduction à la Télédétection La télédétection est une technique qui permet d étudier la surface de la Terre au moyen de capteurs placés à bord d avions ou de satellites. Ces instruments enregistrent les rayonnements émis ou réfléchis

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Centres de bandes cm -1

Centres de bandes cm -1 O L importance du rôle l eau dans la physico-chimie de l atmosphère (effet de serre, dynamique des masses d air,.) lui donne une place de tout premier choix parmi les différents constituants atmosphériques.

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Stage au Centre de Météorologie Spatiale de Météo- France à Lannion

Stage au Centre de Météorologie Spatiale de Météo- France à Lannion Stage au Centre de Météorologie Spatiale de Météo- France à Lannion ELEMENTS DE TELEDETECTION DEPUIS L ESPACE du 28 septembre au 2 octobre 2015 OBJECTIFS En relation avec les progrès scientifiques et technologiques,

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

Verre et contrôle solaire

Verre et contrôle solaire Verre et contrôle solaire 2004 1 INTRODUCTION... 2 2 LE RAYONNEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE... 3 2.1 LES DIFFÉRENTS TYPES DE RAYONNEMENTS... 3 2.2 LE SPECTRE SOLAIRE... 4 3 FACTEURS ÉNERGÉTIQUES ET LUMINEUX...

Plus en détail

Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal. Présentée par LEKOUCH Imad

Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal. Présentée par LEKOUCH Imad Estimation de l évapotranspiration à partir des images aéroportées et satellitaires à Montréal Présentée par LEKOUCH Imad Pr. Yves Baudouin Le 27-03-2014 Plan INTRODUCTION Évapotranspiration (ETP) Landsat-8

Plus en détail

IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE

IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE THÈME : Planète Terre et son environnement Niveau : seconde IMAGE SATELLITALE ET BIOSPHÈRE EXTRAIT DU BO: Planète Terre et environnement global La structure et l'évolution des enveloppes externes de la

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie

Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal Hiver 2007

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

LA CORRECTION RAPIDE AVEC CAPTURE ONE

LA CORRECTION RAPIDE AVEC CAPTURE ONE LA CORRECTION RAPIDE AVEC CAPTURE ONE Capture One est la version grand public de Capture One Pro, un convertisseur Raw de très haut niveau. La version allégée est cependant très riche en fonctionnalités,

Plus en détail

SoarWRF. Jean Oberson soaringmeteo.ch - 2013.

SoarWRF. Jean Oberson soaringmeteo.ch - 2013. Le but de ce document est de montrer comment utiliser le modèle météo soarwrf, du site web soaringmeteo.ch. soarwrf est un modèle à méso-échelle qui utilise le programme libre WRF (Weather Research and

Plus en détail

L utilisation des satellites pour la météorologie. Benoît Thomé Météo-France - Centre de Météorologie Spatiale Mai 2015

L utilisation des satellites pour la météorologie. Benoît Thomé Météo-France - Centre de Météorologie Spatiale Mai 2015 L utilisation des satellites pour la météorologie Benoît Thomé Météo-France - Centre de Météorologie Spatiale Mai 2015 Objectifs de la météorologie satellitaire données essentielles Des NUMERIQUE du temps.

Plus en détail

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Printemps des sciences 2008 Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Objectifs L objectif de cette petite démonstration est double : 1. Démontrer l importance d une bonne isolation thermique sur les

Plus en détail

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008

Celestia. 1. Introduction à Celestia (2/7) 1. Introduction à Celestia (1/7) Université du Temps Libre - 08 avril 2008 GMPI*EZVI0EFSVEXSMVIH%WXVSTL]WMUYIHI&SVHIEY\ 1. Introduction à Celestia Celestia 1.1 Généralités 1.2 Ecran d Ouverture 2. Commandes Principales du Menu 3. Exemples d Applications 3.1 Effet de l atmosphère

Plus en détail

Questions. Le système Soleil-Terre-Lune. I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune

Questions. Le système Soleil-Terre-Lune. I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune Chapitre III Le système Soleil-Terre-Lune I] Les mouvements dans le système Soleil Terre Lune Questions 1) Quel est le mouvement de la Terre sur elle-même et autour du soleil? Que représente la Terre pour

Plus en détail

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600 Esiee 2008 Buzer Guide d utilisation Scanner LPX-600 Principes de base Scan à balayage rotatif L objet est placé sur un plateau rotatif. Le système de mesure se déplace uniquement en hauteur. L objet va

Plus en détail

Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages

Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages Assimilation des observations satellitaires microondes: avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages Fatima Karbou CNRM / GAME En collaboration avec: P. Bauer, W.

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel

Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Guide pour une utilisation correcte d un système de vision industriel Comment optimiser les performances d un système de vision industriel avancées Utilisation de l éclairage 1. Éclairage pour le traitement

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE

1, 2, 3 Soleil!!! TITRE 1, 2, 3 Soleil!!! TITRE Rappels historiques - 1644 : Descartes imagine que le Soleil est une étoile comme les autres - Vers 1850, certains imaginent que le Soleil est constitué de charbon, mais sa durée

Plus en détail

Etude thermographique

Etude thermographique Etude thermographique DONNEUR D'ORDRE CONSTRUCTEUR adresse code postal - ville Téléphone ADRESSE DU BIEN Maison individuelle de Monsieur et Madame MODELE 2 rue Rabelais 86240 SMARVES Opérateur : Franck

Plus en détail

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Nicolas Rambaux Nicolas.Rambaux@imcce.fr (Crédit : Antonio Cidadao) 1 Résumé Ce document décrit le mouvement de la Lune autour

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Sillage Météo. Notion de sillage

Sillage Météo. Notion de sillage Sillage Météo Les représentations météorologiques sous forme d animation satellites image par image sont intéressantes. Il est dommage que les données ainsi visualisées ne soient pas utilisées pour une

Plus en détail

Chapitre 1 La perception de la lumière et des couleurs par l'œil humain

Chapitre 1 La perception de la lumière et des couleurs par l'œil humain 1 1 9 9 7 7 2 2 Perception des couleurs par l œil humain................ 4 La température des couleurs et la balance des blancs.......... 4 La compensation de la lumière par l œil................ Le gamma..............................

Plus en détail

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Observations Observations de de Vénus Vénus dans dans le le proche proche infrarouge infrarouge Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Objectifs Objectifs Mesurer la rotation

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil. 1. Ombres et lumière

Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil. 1. Ombres et lumière Ombres et lumière phases de la Lune et éclipses de la Lune et du soleil 1. Ombres et lumière L'ombre propre et L'ombre portée Dans la salle de classe obscure, plaçons un objet opaque entre une source ponctuelle

Plus en détail

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit!

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! - 1 - L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! Jean-Louis Dufresne, LMD-IPSL, CNRS-Université Paris 6 Jacques Treiner, Paris 6 Par souci de simplicité, l effet de serre atmosphérique

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

Le sondeur monofaisceau :

Le sondeur monofaisceau : Le sondeur monofaisceau : Un sondeur monofaisceau classique (de type sondeur de navigation par exemple), émet un signal acoustique vers le fond et analyse l écho retour. L instant de détection se traduit

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 ENERGIE SOLAIRE STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 Le soleil Distance avec la terre : 150 millions de kilomètres Rayon équivalent à 109 fois celui de la Terre : Température du noyau

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

Thermographie aérienne de la commune d Andenne. Déperditions de chaleur par les toitures. Projet coordonné par le BEP

Thermographie aérienne de la commune d Andenne. Déperditions de chaleur par les toitures. Projet coordonné par le BEP Thermographie aérienne de la commune d Andenne Projet coordonné par le BEP Auteurs: Marie Wénin Yann Goulem Cartographie réalisée par Déperditions de chaleur par les toitures Qu est ce que la thermographie

Plus en détail

Lacs de l Eau d Heure Image Landsat TM IR, mai 1992 Copyright 1992 ESA, Distribution by Eurimage

Lacs de l Eau d Heure Image Landsat TM IR, mai 1992 Copyright 1992 ESA, Distribution by Eurimage Partie III. Chiffres Dans l'exercice précédent, tu as pu voir qu'une image satellitaire consiste en pixels, nous allons maintenant regarder ce qu'un tel pixel peut nous apprendre. Pour ce faire, nous allons

Plus en détail

Travaux Pratiques. Sondage Radar de Vénus

Travaux Pratiques. Sondage Radar de Vénus Travaux Pratiques Sondage Radar de Vénus Introduction Vénus est la deuxième planète en partant du Soleil. Elle se trouve entre Mercure et la Terre. Vénus est une planète tellurique tout comme la Terre.

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Le rayonnement. Fiche réalisée par L. Borrel (ENM/RP), Y. Esnault (SaE) inspirée du cours de E. Celhay (ENM/EGM)

Le rayonnement. Fiche réalisée par L. Borrel (ENM/RP), Y. Esnault (SaE) inspirée du cours de E. Celhay (ENM/EGM) Le rayonnement Fiche réalisée par L. Borrel (ENM/RP), Y. Esnault (SaE) inspirée du cours de E. Celhay (ENM/EGM) Importance du rayonnement en météorologie Les mouvements qui animent les enveloppes fluides

Plus en détail

Comment mesure-t-on la masse des planètes?

Comment mesure-t-on la masse des planètes? Comment mesure-t-on la masse des planètes? Evidemment, les planètes ne sont pas mises sur une balance. Ce sont les mathématiques et les lois physiques qui nous permettent de connaître leur masse. Encore

Plus en détail

Utilisation des caméras thermiques dans la pratique

Utilisation des caméras thermiques dans la pratique Utilisation des caméras thermiques dans la pratique Considérations Générales Daniel Convers Agenda > Concepts de base des caméras thermiques > Portée et Mythes > Principes d'optimisation Concepts de base

Plus en détail

Atelier Photo Plaisir

Atelier Photo Plaisir Atelier Photo Plaisir Lumière Température de couleur Balance des blancs Mars 2016 Atelier Photo Plaisir Blanc Infrarouge Température RVB Couleur chaude Trichromie Flash Lumière Lumière naturelle Incandescente

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Document 2 : radar Doppler météorologique

Document 2 : radar Doppler météorologique EXERCICE I : Comment prévoir la météo, faire de la musique, calculer l âge de l univers et caractériser des planètes grâce à l EFFET DOPPLER 12 points Document 1 : l effet Doppler Document 2 : radar Doppler

Plus en détail

Numérisation de l information

Numérisation de l information Numérisation de l Une est un élément de connaissance codé à l aide de règles communes à un ensemble d utilisateurs. Le langage, l écriture sont des exemples de ces règles. 1 Comment les s sont-elles transmises?

Plus en détail

Les images satellitaires

Les images satellitaires Partie II. Les images satellitaires Depuis l'espace, on peut observer la Terre et utiliser ces observations pour prévoir le temps, étudier l évolution des climats, mesurer si le trou dans la couche d'ozone

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène?

Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène? Chapitre 2 : LA COULEUR DES CORPS Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène? 1-) La lumière blanche.

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

La conquête spatiale. La météorologie est la première discipline scientifique à être dotée de moyens spatiaux. 4 octobre 1957 : lancement de Spoutnik

La conquête spatiale. La météorologie est la première discipline scientifique à être dotée de moyens spatiaux. 4 octobre 1957 : lancement de Spoutnik La conquête spatiale 4 octobre 1957 : lancement de Spoutnik Lancement, le 1er avril 1960, du premier satellite météorologique TIROS 1 et réception de la première image au centre de transmission de Fort

Plus en détail

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Sciences 9M1Ch11 2011-2012 NOM: 1 Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Section 11.1: Le Soleil et son influence

Plus en détail

1.2. Recopier les formules topologiques des composés C, D et E puis identifier et nommer les groupes caractéristiques.

1.2. Recopier les formules topologiques des composés C, D et E puis identifier et nommer les groupes caractéristiques. Devoir de Sciences Physiques nà3 Calculatrice autorisée Durée : 1h45 La correction tiendra compte du soin apporté à la rédaction, à l argumentation, à la présence de formules littérales et au respect des

Plus en détail

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE

PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE Check-List du Carnet de Voyages Chris2neuX PRÉPARATION D UNE RANDONNÉE PÉDESTRE I. Appréciation des possibilités humaines II. Etude du terrain III. Etude prévisions météorologiques IV. Etude du terrain

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

Chapitre 2 : VISION ET COULEUR

Chapitre 2 : VISION ET COULEUR Chapitre 2 : VISION ET COULEUR Rappel : Un prisme ou un réseau permettent de décomposer la lumière. On obtient alors un spectre. Dans le cas de la lumière blanche, ce spectre est continu et constitué par

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Informations Spatiales. Patrick Santurette Direction de la Prévision

Informations Spatiales. Patrick Santurette Direction de la Prévision Informations Spatiales et Prévisions MétéorologiquesM Patrick Santurette Direction de la Prévision PLAN La prévision, le cœur de métier de Météo-France Pas de météorologie, pas de prévision, sans observations

Plus en détail

PhotoFiltre 7 : Corrections avancées (10-2014)

PhotoFiltre 7 : Corrections avancées (10-2014) PhotoFiltre 7 : Corrections avancées (10-2014) Nous allons passer en revue les traitements accessibles par le menu déroulant «Réglage». Nous retrouvons des traitements accessibles par les boutons de la

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche?

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? Introduction de dossier : Newton, dans sa vision de la blancheur de la lumière solaire résultant de toutes les 3 couleurs primaire

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Workflow pour le scan de négatifs couleurs

Workflow pour le scan de négatifs couleurs Workflow pour le scan de négatifs couleurs Le scan de négatifs couleurs semble souvent difficile et si les logiciels qui accompagnent les scanners proposent des modes de scan automatiques, les résultats

Plus en détail

Qu est-ce que l atmosphère?

Qu est-ce que l atmosphère? 1. QUE SAIS-TU? 4 5 6 7 8 9 10 L air, l atmosphère, la pollution Qu est-ce que l atmosphère? Un verre vide ne contient rien. VRAI FAUX L atmosphère est composée de plusieurs gaz. VRAI FAUX L atmosphère

Plus en détail

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique

Bilan radiatif de la Terre et changement climatique Bilan radiatif de la Terre et changement climatique François-Marie Bréon Chercheur au Laboratoire des Sciences du Climat et de l Environnement Unité Mixte CEA-CNRS La Machine Climatique Atmosphère Système

Plus en détail

Télédetection - Formation des images SAR

Télédetection - Formation des images SAR p. 1/6 Télédetection - Formation des images SAR Stéphane Derrode École Centrale de Marseille Institut Fresnel (GSM) p. 2/6 «Télé» et «Détection» Définition 1 : «Méthode d acquisition à distance» Exemples

Plus en détail