Lettre d'information MAI 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre d'information MAI 2015"

Transcription

1 Lettre d'information MAI / Constitution de partie civile après le suicide d'un magistrat en 2012 Après le suicide de Lionel BEAUVAIS, substitut à Nanterre en 2012, l'usm s'était particulièrement impliquée pour que soit pris en compte cet acte dramatique et qu'une véritable enquête soit menée dans ce contexte si particulier du Tribunal de Nanterre à l'époque. Le CHSCT-D avait ainsi eu à se prononcer à plusieurs reprises sur les demandes soutenues par les représentants de l'usm. L'USM avait également porté ces démarches auprès de la Ministre, et les avait renouvelées à plusieurs reprises. Il paraît inconcevable qu'aucune enquête administrative n'ait été réalisée au niveau ministériel après le suicide d'un magistrat, a fortiori lorsque les conditions de travail sont dénoncées par ses proches. La compagne de de Lionel BEAUVAIS a elle-même multiplié les démarches auprès du Ministère. Les promesses n'ont pas été suivies d'effets. Elle a alors déposé une plainte contre X pour homicide involontaire et harcèlement moral. Face à l'inertie de la Chancellerie, il est essentiel qu'une enquête soit réalisée. L USM s est donc associée à cette initiative et s est constituée partie civile dans l'information ouverte auprès du TGI de Versailles. La souffrance au travail ne doit plus être un tabou. Le voile commence à se lever grâce aux témoignages de nombre de magistrats et au livre blanc de l'usm "Souffrance au travail. État des lieux, état d'alerte". L'USM utilisera toutes les voies possibles pour promouvoir la qualité de vie au travail. Communiqué de l'usm du 21 avril 2015 L'USM lutte depuis plusieurs années contre la souffrance au travail qui affecte de plus en plus de magistrats. Elle a publié, en février dernier, un livre blanc «Souffrance au travail des magistrats. État des lieux, état d'alerte» dans lequel elle s'efforce d'identifier les causes de la souffrance exprimée par les magistrats qui ont accepté de briser la loi du silence, et de proposer des solutions pour prévenir et faire cesser de telles situations. Le mal-être de nos collègues est parfois d'une intensité telle qu'il les conduit à mettre fin à leur jour. À chacun de ces événements dramatiques, l'usm a demandé avec force qu'une enquête soit conduite. Les conditions de travail particulièrement dégradées et l'influence de la vie professionnelle dans une décision aussi irrémédiable sont trop souvent écartées, sans véritables analyse et enquête, par le Ministère de la Justice. Tel a été le cas après le suicide de Lionel Beauvais, substitut à Nanterre, le 7 mars

2 Malgré les promesses de la Chancellerie, les demandes du Comité d'hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail Départemental, les multiples démarches de la compagne de Lionel Beauvais et les nombreux rappels de l'usm, seule une succincte «note relative aux circonstances du suicide de Lionel Beauvais, substitut» a été adressée à la Chancellerie à l'occasion d'une inspection par l'igsj en mai L'USM déplore le refus de la Chancellerie de diligenter une réelle enquête administrative sur les conditions de travail de Lionel Beauvais au TGI de Nanterre et sur ce qui s'est passé les jours qui ont précédé son passage à l'acte. L'USM a pris acte de l'ouverture d'une information par le Parquet de Versailles des chefs «d'homicide involontaire et harcèlement moral» en février 2015, suite à la plainte contre X de la compagne de Lionel Beauvais. L'USM, dont l'essence même est la défense des magistrats, a pris la décision de se joindre à cette démarche, en se constituant partie civile. Elle espère ainsi qu'une enquête complète sera enfin menée et que des réponses seront apportées aux nombreuses questions encore en suspens après ce drame. La parole des magistrats concernés par la souffrance au travail doit enfin être entendue et prise en compte. 2/ Courrier de l'usm à la Ministre sur l'évaluation de la charge de travail des magistrats Le «Groupe de travail sur la charge de travail des magistrats», mis en place en 2011, s'est vu confier la mission d'élaborer un référentiel d'activité, fonction par fonction et contentieux par contentieux. L'USM a siégé au sein de ce groupe, qui a notamment auditionné les associations professionnelles fonctionnelles. Des pistes avaient par ailleurs été dégagées par des groupes thématiques (services de l'application des peines, tribunaux pour enfants, notamment). Ce groupe de travail ne s'est plus réuni malgré les multiples demandes de l USM et, surtout, le rapport intermédiaire n'a pas été diffusé. Il est aberrant que notre ministère n'ait toujours pas, en 2015, d'indicateurs sur la charge de travail normale des magistrats! De tels indicateurs mettraient en évidence le manque d'effectifs au regard des missions dévolues aux magistrats, ainsi que l'a d'ailleurs admis la Chancellerie à demi-mot... L'USM estime qu'il serait dangereux que soient retenus des critères élaborés localement, hors représentativité nationale, alors même qu'une évaluation fine a déjà été effectuée par un groupe de travail national. Pour l'usm, il paraît essentiel que la Chancellerie reconnaisse clairement la réalité des juridictions, impulse elle-même une priorisation des contentieux et diffuse un référentiel de la charge de travail des magistrats. Véritable justice du 21ème siècle et absence de critères d'évaluation de la charge de travail sont antinomiques. L'USM a donc adressé un courrier le 13 avril 2015 à la garde des Sceaux lui demandant de réunir à nouveau ce groupe et d'assurer, au préalable, la diffusion de son rapport intermédiaire. 2

3 3/ L'USM entendue au Sénat sur le projet de loi sur le renseignement L'USM a été entendue le 28 avril dernier par Philippe Bas, rapporteur du projet de loi sur le renseignement au Sénat. Elle avait déjà fait valoir devant l'assemblée nationale que si elle n'était pas opposée à une évolution législative permettant de tenir compte des progrès technologiques en matière de renseignement, un contrôle fort et efficient devait être organisé préalablement à la mise en place de ces dispositifs attentatoires aux libertés individuelles. L'USM avait, à ce titre, indiqué que les différents dispositifs de renseignement devaient être mis en œuvre en distinguant les intérêts à protéger. L'USM déplore que le projet de loi ne réponde pas à ces attentes et exclue toute intervention du juge judiciaire. L'Assemblée nationale n'a pas levé ces inquiétudes, s'agissant notamment de la composition, du fonctionnement et de l'étendue des missions de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), du recours a posteriori devant le Conseil d'etat, qui reste purement formel, ou du champ d'intervention de la loi. L'Assemblée nationale a par ailleurs introduit des dispositions nouvelles tendant à transformer l'administration pénitentiaire en un service de renseignement à part entière, doté des mêmes pouvoirs que les services déjà existants. L'USM a contesté ces dispositions. Enfin, l'assemblée a créé le Fichier Judiciaire National Automatisé des Auteurs d'infractions Terroristes (FIJAIT), sur le même modèle que le FIJAIS. L'USM a déposé une note développant ses observations. 4/ Projet d'ordonnance portant réforme du droit des contrats : l'usm entendue au Ministère de la Justice L USM a été entendue le 29 avril par Céline Roux, membre du cabinet de la garde des Sceaux, et Carole Champalaune, directrice de la DACS, sur le projet d'ordonnance portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations. Le projet d'ordonnance s'organise autour d'un plan globalement cohérent même si quelques critiques peuvent affecter la place réservée au contrat conclu par voie électronique. Le travail de codification a été effectué, dans sa majeure partie, à droit constant, avec le souci de poser des définitions claires et d'intégrer les évolutions jurisprudentielles. Toutefois le projet d'ordonnance contient également quelques innovations dont certaines revêtent une importance non négligeable et met fin, de manière heureuse, à des divergences de jurisprudence. Il en va ainsi notamment de : l'affirmation du principe général de bonne foi à tous les stades du contrat, la disparition de la cause pour lui substituer un objet licite et certain, la création d'un vice du consentement tiré de la violence économique, 3

4 l'intervention du juge pour la fixation du prix dans certains contrats cadre ou de prestations de services, la possibilité de demander une renégociation du contrat, en cas de changement de circonstances imprévisible rendant l'exécution particulièrement onéreuse pour une partie et en cas d'échec de la renégociation, la faculté de saisir le juge pour adapter le contrat ou y mettre fin, la possibilité pour le juge de modérer l'indemnisation de l'appauvri si l'appauvrissement procède de sa propre faute, une nouvelle définition de la force majeure. L'USM a présenté des observations techniques et proposé des améliorations rédactionnelles de plusieurs articles. 5/ Rencontre avec le Directeur des affaires criminelles et des grâces Le 22 avril 2015, l'usm a été reçue par Robert Gelli, Directeur des affaires criminelles et des grâces (DACG), et Mme Nisand, son adjointe. A cette occasion, la réorganisation future de la Direction a été présentée. Elle comportera prochainement 3 sous-directions, en plus du service du Casier judiciaire, d'une nouvelle mission de lutte contre la corruption. Sur demande de l'usm, le DACG a expliqué les suites qui seront données au Plan d action pour le ministère public : - Les moyens à disposition des parquets : L assistance au magistrat du parquet par les greffiers (GAM) est en cours d expérimentation et les retours seraient très positifs. Il est donc prévu une extension de cette expérimentation avant la fin de l année, y compris pour les juges du siège. Le déploiement des tablettes informatiques dans les parquets, à titre expérimental, débutera en juin (avec une priorité pour les juridictions de groupe 4). Tous les applicatifs nationaux, la documentation juridique et les outils locaux (trames) devraient se trouver sur ces tablettes. Par ailleurs, des standards téléphoniques permettant une gestion optimisée des appels dans les parquets sont en cours de déploiement dans les TGI du groupe 1. - Le repositionnement de la DACG : Les dossiers signalés ont diminué de moitié depuis septembre 2013, limitant ainsi les remontées d informations depuis les parquets généraux. En revanche, aucune initiative n a été prise par la DACG pour limiter les remontées d information entre les parquets des TGI et les parquets généraux. Les «rapports de politique pénale» seront désormais appelés «rapports du ministère public» et se présenteront sous forme de réponses à des fiches thématiques, communiquées à l avance par la DACG. Ainsi, les thèmes retenus pour les rapports 2015 ont déjà été dévoilés, afin de permettre aux parquets d anticiper. - L évaluation des politiques pénales : Trois parquets généraux ont été choisis pour tenter d élaborer une méthode d évaluation concrète des politiques pénales, chacun sur un thème différent. 4

5 - Sur le Traitement en Temps Réel (TTR) : Suite au rapport de l'inspection Générale des Services Judiciaires sur le TTR de juin 2014, un groupe de travail a été constitué avec 3 procureurs généraux. Dans ces trois ressorts (Versailles, Douai et Aix-en-Provence), une réflexion est en cours en vue de l élaboration d une nouvelle doctrine d emploi du TTR, dans l'optique notamment que l intervention d un magistrat du parquet représente une vraie plus-value pour la procédure. Ces travaux devraient aboutir avant l'été. L USM a pu déplorer que cette réflexion restait totalement déconnectée de la question du temps de travail, des récupérations et des indemnités qui relèvent de la Direction des Services Judiciaires (DSJ). L'USM a également demandé que la transposition des directives européennes en matière de procédure pénale ne soit plus faite tardivement et dans l urgence, comme cela a pu être le cas récemment, alors qu elle pouvait être anticipée. Trois directives doivent ainsi être transposées avant 2016 et Il a été répondu que les textes étaient en cours de rédaction et que, eu égard à la modification du Code de procédure pénale qu'impliquerait cette transposition, il était envisagé d y ajouter les préconisations de la mission Beaume. Un projet législatif fera l'objet d'une consultation à l'automne. L'USM ne manquera pas de défendre les positions qu'elle a déjà développées lors de son audition par cette mission. L'USM s'est encore étonnée que, dans ce cadre, ne soit pas ré-enclenchée la réforme constitutionnelle sur le statut du parquet, pourtant considérée comme essentielle dans le rapport BEAUME. Interrogé sur la collégialité de l instruction, dont l'entrée en vigueur a encore été repoussée en décembre 2014, le DACG a répondu que la proposition de loi n était plus "active" et qu aucune réflexion n était réellement en cours. Cette rencontre a permis de faire un tour d horizon des projets et expérimentations en cours. Elle méritera d être complétée, lors d une entrevue ultérieure, par des réponses plus précises et techniques, notamment sur le TTR et la réforme de la procédure pénale 6/ Participation de l'usm à la Commission Permanente d'etudes du 20 avril 2015 L USM a assisté lundi 20 avril 2015, au Ministère, à la Commission permanente d'études (CPE). L'ordre du jour comportait deux sujets et un point d'information. Le premier sujet concernait le rattachement de la commune de Sainte-Rose au Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre. Le second sujet relatif à la présentation de la circulaire de localisation des emplois 2015 (CLE), a été reporté, cette circulaire n'étant pas encore terminée. Elle sera présentée lors de la prochaine commission, le 21 mai prochain! Un tel retard est inacceptable et traduit la difficulté de la Chancellerie à localiser les emplois dans un contexte généralisé de pénurie. La DSJ a également réalisé un point d'information concernant le plan de gestion des ressources humaines des magistrats pour

6 Elle a indiqué qu'elle anticipait sur plusieurs des mesures qui figureront dans le rapport de Mme ENTIOPE, première présidente honoraire, relatif à l'accompagnement psychologique des personnels des services judiciaires. Ce rapport est clos mais n'a pas encore été officiellement remis. L'USM avait déjà été entendue dans le cadre de cette mission. La DSJ a donc annoncé la création d'un numéro vert dédié aux personnels de Justice, magistrats et greffe. Un marché national sera passé avec un réseau de psychologues cliniciens, sans lien avec l'institution judiciaire, notamment comme experts, comme cela est déjà le cas pour l'administration pénitentiaire. L'objectif annoncé est de recruter des professionnels expérimentés. L'anonymat sera garanti. Il ne sera donc pas fait de lien entre ces psychologues et la médecine de prévention. L'USM, avec d'autres organisations syndicales, s'est interrogée sur une éventuelle déperdition d'informations si les difficultés d'une juridiction donnée étaient mises en lumière par de multiples appels. La DSJ a répondu qu'il pourrait n'être fait qu'une exploitation statistique des appels dans le cadre du CHSCT-M. L'USM refuse un cadre trop strict à l'utilisation de ce numéro vert et réclame que les collègues qui subissent une situation de crise, de quelque nature qu'elle soit, puissent l'utiliser. La DSJ a aussi annoncé que des équipes de psychologues seraient mobilisées lorsqu'il y a un besoin précis dans une juridiction (en cas d'agression, etc.). Elle envisage en outre l'extension de groupes de paroles, qui existent dans certains ressorts, et qui seraient proposés dans le cadre de la formation continue déconcentrée. L'USM, qui approuve l'opportunité de ces mesures, s'est inquiétée de leur financement dans le cadre de réductions constantes des budgets. Par ailleurs, la Chancellerie a confirmé que les magistrats allaient très prochainement pouvoir consulter leur dossier administratif par voie électronique, grâce à des codes personnels, adressés aux intéressés sur leur boîte justice. A terme, la DSJ manifeste la volonté que seul le dossier numérique existe. L'USM a souligné la disparité de contenus des dossiers détenus à la DSJ, auprès des Cours et dans les tribunaux alors que ce contenu devrait être identique et conforme aux dispositions statutaires (article 12-2 de l'ordonnance). Cette nouvelle modalité de consultation permettra donc aux collègues de comparer le contenu du dossier de la DSJ avec celui des dossiers locaux et d'éviter le versement d'éléments sans information des magistrats et sans respect des règles en la matière. Enfin, la DSJ est revenue sur les déplacements réalisés dans différents ressorts pour rencontrer les magistrats, expliquer sa pratique en matière de mutation et de mobilité. Elle a d'ores et déjà réalisé un déplacement à la Cour d'appel d'aix-en-provence où une cinquantaine de magistrats ont sollicité des entretiens individuels. 7/ Visite de l'usm au Bureau des frais de justice et de l'optimisation de la dépense Le 27 février 2015, l USM avait écrit à la garde des Sceaux pour demander davantage de concertation sur les méthodes destinées à réaliser des économies au sein du Ministère et rappeler que les spécificités des fonctions judiciaires devaient être préservées. La Ministre avait répondu par courrier du 25 mars, notamment pour rappeler que l indépendance des magistrats a pour corollaire la liberté de prescription, qui ne saurait être remise en cause et qu en application de ce principe, la maîtrise des frais de justice a pour finalité de garantir la qualité des 6

7 enquêtes et des procédures et de permettre à l autorité judiciaire d assumer pleinement ses prérogatives. Elle ajoutait notamment que la DSJ s était engagée depuis plusieurs années dans une démarche de maîtrise des frais de justice qui nécessite, dans le respect de la liberté de prescription, de réfléchir à des modalités optimales de prescription, au besoin en se rapprochant des normes habituelles de l achat public. Par ailleurs, le Directeur des services judiciaires avait invité l USM à visiter le service concerné, le Bureau FIP 4 - Frais de justice et optimisation de la dépense. L USM a ainsi été reçue le 15 avril 2015 par M. Letier, Sous-directeur des finances, de l immobilier et de la performance, Mme Vermest, Chef du Bureau FIP 4, et M. Siegrist, son adjoint. Ce Bureau a en charge des tâches et des projets variés : indemnisation des dommages causés par les bâtiments judiciaires, information sur la gestion des accidents de service et des maladies professionnelles, élaboration des textes relatifs aux frais de justice, études d impact sur ces frais, création des régies, marchés publics pour la documentation juridique, répartition des fonds attribués à la DSJ par la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA ancienne MILDT, Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie), etc... Le rôle d appui que peut jouer ce Bureau pour les prescripteurs d actes générateurs de frais de justice nous a semblé particulièrement intéressant et méconnu. En effet, il peut être sollicité par les magistrats pour négocier par exemple des devis pour des expertises coûteuses ou des opérations d envergure (traduction et interprétariat dans une même langue pendant une longue procédure). Il peut également être consulté sur la nature des frais à engager, afin de vérifier que leur prise en charge relève bien du ministère de la justice. L USM a pu constater la volonté de mettre à disposition des juridictions, à moyen terme, des outils permettant d avoir une connaissance fine de la structure de dépenses en frais de justice. Des études sont menées à propos des frais de gardiennage des véhicules saisis et sur la question de la facturation de frais de destruction, alors que celle-ci est en principe gratuite. Une réflexion est également en cours sur la réduction des frais d affranchissement dans le respect des prescriptions procédurales et sur l évolution des textes en la matière. Les marchés publics concernant notamment les imprimantes et les frais de déplacement ne relèvent pas de ce bureau mais sont de la compétence du secrétariat général. L USM a apprécié de pouvoir identifier des interlocuteurs dans le domaine sensible des frais de justice. Elle restera vigilante quant au respect constant de la liberté de prescription du magistrat et d'une concertation préalable à l'éventuelle évolution des textes en la matière. 8/ Observations de l'usm sur le «projet de juridiction» L'USM a été entendue le 2 avril 2015 par le groupe de travail constitué, à la demande de la garde des Sceaux, par Chantal Arens, première présidente de la cour d'appel de Paris, sur le concept de projet de juridiction. L'USM a défendu la conception d'un projet de juridiction fédérant l'ensemble des magistrats et des fonctionnaires autour d'objectifs de nature organisationnelle ou qualitative. 7

8 Elle a insisté sur la nécessité d'exclure du champ d'intervention des projets de juridiction tout ce qui relève du domaine de la décision juridictionnelle et des modalités de fonctionnement interne énumérées aux articles R et R du COJ. L'USM voit dans le projet de juridiction un outil efficace pour décloisonner les services et contribuer à renforcer le sentiment d'appartenance à une communauté de travail, sous deux conditions qui sont essentielles : - le projet doit être choisi, élaboré et validé par les magistrats et fonctionnaires de la juridiction et non défini par les seuls chefs de juridiction ou bâtis sur un schéma imposé par les chefs de Cour, - la conception, l'élaboration et la mise en œuvre de ce projet supposent que les différents acteurs puissent dégager un temps suffisant pour participer à la réflexion, ce que la charge de travail actuelle des magistrats et fonctionnaires ne permet pas. UNION SYNDICALE DES MAGISTRATS Directrice de publication : Virginie DUVAL / Rédacteur : Julien FICARA 18 rue de la Grange Batelière PARIS - Tél. : Fax : Site : 8

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE Textes applicables : Article 11 de l ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature ; Article

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME

MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME Décret n 2010-3152 du 1 er décembre 2010, portant organisation du ministère de la justice et des droits de l'homme. Le Président de la République, Sur proposition

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente 1. Définitions Gonzague TROUFFIER est auto-entrepreneur domiciliée à Sainte Maxime, 9 avenue des Sardinaux, 83 120. SIRET : 481 839 702 00042 - APE : 7734Z Son activité principale

Plus en détail

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN Le citoyen au coeur du service public de la Justice 15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN citoyen au coeur du service public de la Justice UNE JUSTICE PLUS PROCHE UNE JUSTICE PLUS EFFICACE UNE JUSTICE

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l

B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t. T r i b u n a l a d m i n i s t r a t i v f e d e r a l B u n d e s g e r i c h t B u n d e s s t r a f g e r i c h t B u n d e s v e r w a l t u n g s g e r i c h t B u n d e s p a t e n t g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l T r i b u n a l p é n a

Plus en détail

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 & DES CAISSES DES REGLEMENTS PECUNAIRES DES AVOCATS (CARPA) GESTION DES FONDS DE TIERS, DES SEQUESTRES

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

LE TRAITEMENT EN TEMPS REEL DES PROCEDURES PENALES

LE TRAITEMENT EN TEMPS REEL DES PROCEDURES PENALES LE TRAITEMENT EN TEMPS REEL DES PROCEDURES PENALES I - LE TRAITEMENT EN TEMPS REEL, UNE CONCEPTION GLOBALE DE L'ACTION PUBLIQUE Depuis plus d une dizaine d'années, le traitement en temps réel (TTR) des

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Définition L'expertise est un moyen d'investigations qui éclaire une juridiction

Plus en détail

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après.

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après. Contribution écrite du Comité d Action Juridique (CAJ) Rhône-Alpes Au groupe de travail sur «les juridictions du XXI èmes siècle» 14 octobre 2013 Le Comité d Action Juridique est une association loi 1901

Plus en détail

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES

GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS SENSIBLES REPUBLIQUE FRANÇAISE PREMIER MINISTRE Secrétariat Général de la Défense Nationale N 730/ SCSSI Issy-les-Moulineaux, le 13 janvier 1997 GUIDE INTERMINISTERIEL SUR LES SYSTEMES D'INFORMATION ET APPLICATIONS

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Juridictions spécialisées du domaine social et organismes de Protection sociale : constats et enjeux

Juridictions spécialisées du domaine social et organismes de Protection sociale : constats et enjeux Juridictions spécialisées du domaine social et organismes de Protection sociale : constats et enjeux Par Raymonde TAILLEUR, Ancienne Directrice de projet à la Direction de la Sécurité sociale. T raditionnellement,

Plus en détail

PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS

PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS UNE JUSTICE PLUS PROCHE UNE JUSTICE PLUS EFFICACE UNE JUSTICE PLUS PROTECTRICE J.21 La justice du 21 ème siècle se vit au quotidien www.justice.gouv.fr/j21 #J21 UNE JUSTICE

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MMES ET MM les Directeurs Date : 05/07/78. des Caisse Primaires d'assurance Maladie. des Caisses Régionales

Plus en détail

Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction publique de l État

Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction publique de l État RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 20 avril 2015 relative au délai de transmission des arrêts de maladie des fonctionnaires dans la fonction

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 100 (1 er octobre au 31 décembre 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 100 (1 er octobre au 31 décembre 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 100 (1 er octobre au 31 décembre 2005) 5 Circulaires de la direction de l'administration générale et de l'équipement Signalisation des circulaires du 1 er

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

1. OBJET ET DEFINITIONS

1. OBJET ET DEFINITIONS 1. OBJET ET DEFINITIONS : Les présentes régissent les droits et obligations des parties à tout contrat de sauvegarde externalisée entre la Société et le Client. Le terme "SOCIETE" désigne la Société SERIANS.

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du Thursday 6 February 1975 N de pourvoi : 74-91949 Publié au bulletin Cassation PDT M. COMBALDIEU, président RPR M. CHAPAR, conseiller rapporteur

Plus en détail

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET

Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili. RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET Lilurti ÉgQ.//ti Fr41rrnili RbuBLlQ.UE FJtANÇAISE LE MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DU BUDGET LE SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DE LA REFORME DE L'ETAT ET DE LA SIMPLIFICATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Jeunes Magistrats VOS DROITS

Jeunes Magistrats VOS DROITS Jeunes Magistrats VOS DROITS Le mot de la présidente Mars 2015 Chers collègues, Tous les magistrats gardent le souvenir de leur prise de fonctions et de leurs premiers mois d'exercice. Enfin se concrétise

Plus en détail

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats

N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Conseil d'état N 249552 Section du Contentieux Publié au recueil Lebon M. Stirn, président M. Bernard Stirn, rapporteur SCP BOUZIDI ; BLONDEL, avocats Lecture du 16 août 2002 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM

Plus en détail

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346

A) Les modifications du champ d'application du Règlement n 1346 La proposition de la Commission pour la révision du Règlement "faillite": une deuxième chance pour les entreprises en difficulté Durant le mois de mars 2012, une consultation publique a été lancée, sollicitant

Plus en détail

Le Médiateur de la République

Le Médiateur de la République Le Médiateur de la République A l issue d un contrôle portant sur la gestion des services du Médiateur de la République pour les exercices 1995 à 2002, la Cour des comptes avait dressé en 2004 un constat

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition)

Le Projet institutionnel. (Un avenir assuré = notre ambition) VIVRE ENSEMBLE Mutuelle d Aide aux Personnes Handicapées Mentales Siège Social : 5 rue de Breuvery 78100 St Germain en Laye Tél. : 01 34 51 38 80 - Fax : 01 39 73 75 72 e-mail : direction@vivre-ensemble.fr

Plus en détail

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés

MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés MAîTRISER SES RISQUES ET RESPONSABILITés en travail social La prise en charge des publics vulnérables par les professionnels des établissements ou services sociaux et médico-sociaux est une mission qui

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure»

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure» Contrat d Assurance Collectif de Protection Juridique souscrit par la Mutuelle familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique

Plus en détail

CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT

CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT CONVENTION REGISTRE - BUREAU D ENREGISTREMENT Entre les soussignés : L Agence Tunisienne d Internet, sise à 13, avenue Jugurtha 1002 Tunis, Tunisie, Matricule Fiscal n 539698L/A/M000 et représentée par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par l Union Nationale Interprofessionnelle des Mutuelles Cogérées auprès de Matmut Protection Juridique NOTICE D INFORMATION UMC JURIS Ayant

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance Contrat local de sécurité Contrat urbain de cohésion sociale Fonds interministériel de prévention Plan départemental de prévention Prévention

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

(Accéder au dossier. de l aide sociale à l enfance et rechercher ses origines RECHERCHE ( ENFANCE ( INFORMATION MAIRIE DE PARIS

(Accéder au dossier. de l aide sociale à l enfance et rechercher ses origines RECHERCHE ( ENFANCE ( INFORMATION MAIRIE DE PARIS (Accéder au dossier de l aide sociale à l enfance et rechercher ses origines - Edition Décembre 2006 - Crédits Photos : Dominique Feix / Arnaud Terrier - 107.06.G.AF.PC.DA MAIRIE DE PARIS DIRECTION DE

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau.

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. CIRCULAIRE N 12

Plus en détail

Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail

Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail L assemblée est encombrée : place à l ordonnance! Les tribunaux sont encombrés : place au DIRECCTE 1! D'une manière générale, le contexte est

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 331669 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président Mme Anissia Morel, rapporteur Mme Sophie-Justine Lieber, rapporteur public

Plus en détail

Conditions générales de ventes - Hébergement

Conditions générales de ventes - Hébergement ARTICLE 1 - OBJET 1.1 - Alp-Software fournit un service d'hébergement de sites WEB sur un serveur mutualisé ou dédié à votre société situé en France. 1.2 - Le présent contrat a pour OBJET de permettre

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - DOSSIER DE PRESSE 8 juin 2010 Contacts presse : Stéphanie DUPERIE, assistante des relations presse / stephanie.duperie@justice.fr 05 56 00 10 38 Claire KELLER, Chef

Plus en détail

Institutions L'organisation de la Justice

Institutions L'organisation de la Justice Acteurs Procédures Vos droits Institutions L'organisation de la Justice F i c h e P r a t i q u e L'organisation des juridictions françaises La Justice a une mission fondamentale : celle de veiller au

Plus en détail

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 Vu I ) la requête, enregistrée le 22 mai 2012 sous le n 12PA02246, présentée pour la société ebay France, dont le siège

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Avons ordonné et ordonnons:

Avons ordonné et ordonnons: Sanctions pécuniaires - principe de reconnaissance mutuelle Loi du 23 février 2010 relative à l'application du principe de reconnaissance mutuelle aux sanctions pécuniaires. - citant: L du 30 mars 2001

Plus en détail

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C.

LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. CONVENTION REGISSANT LA COUR DE JUSTICE DE LA C.E.M.A.C. 1 PREAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun; Le Gouvernement de la République Centrafricaine; Le Gouvernement de la République du Congo;

Plus en détail

Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général du Gouvernement A Messieurs les Ministres, Secrétaires et Sous-Secrétaires d'etat RABAT

Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général du Gouvernement A Messieurs les Ministres, Secrétaires et Sous-Secrétaires d'etat RABAT ROYAUME DU MAROC MINISTERE DES AFFAIRES ADMINISTRATIVES, SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT Fonction Publique Rabat, le 22 août 1967. N 31 F. P. Le Ministre des Affaires Administratives, Secrétaire Général

Plus en détail

Note de présentation- Promoteur

Note de présentation- Promoteur Code Apporteur : Note de présentation- Promoteur Conformément à l article 27 de la loi du 6 Janvier 1978 N 78.17 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés, le proposant peut demander à l

Plus en détail

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises

Le Document Unique : une obligation légale des entreprises Avis d expert Marc Koffi, Responsable de SIGMA-RH France Le Document Unique : une obligation légale des entreprises En France, le Document Unique (ou Document Unique de Sécurité - DU ou DUS), a été introduit

Plus en détail

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi

1. Présentation générale de la surveillance de sûreté et de la rétention de sûreté. 1.1. Présentation des dispositions de la loi Centre socio-médico-judiciaire, Juge de l application des peines Juridiction régionale de la rétention de sûreté Rétention de sûreté Surveillance de sûreté Surveillance électronique mobile Circulaire de

Plus en détail

ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION

ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION Etre président d'une association, c'est accepter de prendre des responsabilités et de travailler, bénévolement, pour promouvoir une activité, des valeurs, des idées et

Plus en détail

L actualité statutaire En brèves. du 13 au 19 février 2012

L actualité statutaire En brèves. du 13 au 19 février 2012 L actualité statutaire En brèves du 13 au 19 février 2012 Sommaire Sommaire... 1 Ils ne sont toujours pas publiés!... 2 Disponibles sur le site... 5 Allocations chômage... 6 Allocations de chômage : cumul

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte

Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Le rôle de conseil du comptable public et le devoir d alerte Rappel : Le devoir d'alerte concerne tous les fonctionnaires et pas expressément les comptables. En aucun cas, sous couvert de ce principe,

Plus en détail