Lettre d'information MAI 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre d'information MAI 2015"

Transcription

1 Lettre d'information MAI / Constitution de partie civile après le suicide d'un magistrat en 2012 Après le suicide de Lionel BEAUVAIS, substitut à Nanterre en 2012, l'usm s'était particulièrement impliquée pour que soit pris en compte cet acte dramatique et qu'une véritable enquête soit menée dans ce contexte si particulier du Tribunal de Nanterre à l'époque. Le CHSCT-D avait ainsi eu à se prononcer à plusieurs reprises sur les demandes soutenues par les représentants de l'usm. L'USM avait également porté ces démarches auprès de la Ministre, et les avait renouvelées à plusieurs reprises. Il paraît inconcevable qu'aucune enquête administrative n'ait été réalisée au niveau ministériel après le suicide d'un magistrat, a fortiori lorsque les conditions de travail sont dénoncées par ses proches. La compagne de de Lionel BEAUVAIS a elle-même multiplié les démarches auprès du Ministère. Les promesses n'ont pas été suivies d'effets. Elle a alors déposé une plainte contre X pour homicide involontaire et harcèlement moral. Face à l'inertie de la Chancellerie, il est essentiel qu'une enquête soit réalisée. L USM s est donc associée à cette initiative et s est constituée partie civile dans l'information ouverte auprès du TGI de Versailles. La souffrance au travail ne doit plus être un tabou. Le voile commence à se lever grâce aux témoignages de nombre de magistrats et au livre blanc de l'usm "Souffrance au travail. État des lieux, état d'alerte". L'USM utilisera toutes les voies possibles pour promouvoir la qualité de vie au travail. Communiqué de l'usm du 21 avril 2015 L'USM lutte depuis plusieurs années contre la souffrance au travail qui affecte de plus en plus de magistrats. Elle a publié, en février dernier, un livre blanc «Souffrance au travail des magistrats. État des lieux, état d'alerte» dans lequel elle s'efforce d'identifier les causes de la souffrance exprimée par les magistrats qui ont accepté de briser la loi du silence, et de proposer des solutions pour prévenir et faire cesser de telles situations. Le mal-être de nos collègues est parfois d'une intensité telle qu'il les conduit à mettre fin à leur jour. À chacun de ces événements dramatiques, l'usm a demandé avec force qu'une enquête soit conduite. Les conditions de travail particulièrement dégradées et l'influence de la vie professionnelle dans une décision aussi irrémédiable sont trop souvent écartées, sans véritables analyse et enquête, par le Ministère de la Justice. Tel a été le cas après le suicide de Lionel Beauvais, substitut à Nanterre, le 7 mars

2 Malgré les promesses de la Chancellerie, les demandes du Comité d'hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail Départemental, les multiples démarches de la compagne de Lionel Beauvais et les nombreux rappels de l'usm, seule une succincte «note relative aux circonstances du suicide de Lionel Beauvais, substitut» a été adressée à la Chancellerie à l'occasion d'une inspection par l'igsj en mai L'USM déplore le refus de la Chancellerie de diligenter une réelle enquête administrative sur les conditions de travail de Lionel Beauvais au TGI de Nanterre et sur ce qui s'est passé les jours qui ont précédé son passage à l'acte. L'USM a pris acte de l'ouverture d'une information par le Parquet de Versailles des chefs «d'homicide involontaire et harcèlement moral» en février 2015, suite à la plainte contre X de la compagne de Lionel Beauvais. L'USM, dont l'essence même est la défense des magistrats, a pris la décision de se joindre à cette démarche, en se constituant partie civile. Elle espère ainsi qu'une enquête complète sera enfin menée et que des réponses seront apportées aux nombreuses questions encore en suspens après ce drame. La parole des magistrats concernés par la souffrance au travail doit enfin être entendue et prise en compte. 2/ Courrier de l'usm à la Ministre sur l'évaluation de la charge de travail des magistrats Le «Groupe de travail sur la charge de travail des magistrats», mis en place en 2011, s'est vu confier la mission d'élaborer un référentiel d'activité, fonction par fonction et contentieux par contentieux. L'USM a siégé au sein de ce groupe, qui a notamment auditionné les associations professionnelles fonctionnelles. Des pistes avaient par ailleurs été dégagées par des groupes thématiques (services de l'application des peines, tribunaux pour enfants, notamment). Ce groupe de travail ne s'est plus réuni malgré les multiples demandes de l USM et, surtout, le rapport intermédiaire n'a pas été diffusé. Il est aberrant que notre ministère n'ait toujours pas, en 2015, d'indicateurs sur la charge de travail normale des magistrats! De tels indicateurs mettraient en évidence le manque d'effectifs au regard des missions dévolues aux magistrats, ainsi que l'a d'ailleurs admis la Chancellerie à demi-mot... L'USM estime qu'il serait dangereux que soient retenus des critères élaborés localement, hors représentativité nationale, alors même qu'une évaluation fine a déjà été effectuée par un groupe de travail national. Pour l'usm, il paraît essentiel que la Chancellerie reconnaisse clairement la réalité des juridictions, impulse elle-même une priorisation des contentieux et diffuse un référentiel de la charge de travail des magistrats. Véritable justice du 21ème siècle et absence de critères d'évaluation de la charge de travail sont antinomiques. L'USM a donc adressé un courrier le 13 avril 2015 à la garde des Sceaux lui demandant de réunir à nouveau ce groupe et d'assurer, au préalable, la diffusion de son rapport intermédiaire. 2

3 3/ L'USM entendue au Sénat sur le projet de loi sur le renseignement L'USM a été entendue le 28 avril dernier par Philippe Bas, rapporteur du projet de loi sur le renseignement au Sénat. Elle avait déjà fait valoir devant l'assemblée nationale que si elle n'était pas opposée à une évolution législative permettant de tenir compte des progrès technologiques en matière de renseignement, un contrôle fort et efficient devait être organisé préalablement à la mise en place de ces dispositifs attentatoires aux libertés individuelles. L'USM avait, à ce titre, indiqué que les différents dispositifs de renseignement devaient être mis en œuvre en distinguant les intérêts à protéger. L'USM déplore que le projet de loi ne réponde pas à ces attentes et exclue toute intervention du juge judiciaire. L'Assemblée nationale n'a pas levé ces inquiétudes, s'agissant notamment de la composition, du fonctionnement et de l'étendue des missions de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR), du recours a posteriori devant le Conseil d'etat, qui reste purement formel, ou du champ d'intervention de la loi. L'Assemblée nationale a par ailleurs introduit des dispositions nouvelles tendant à transformer l'administration pénitentiaire en un service de renseignement à part entière, doté des mêmes pouvoirs que les services déjà existants. L'USM a contesté ces dispositions. Enfin, l'assemblée a créé le Fichier Judiciaire National Automatisé des Auteurs d'infractions Terroristes (FIJAIT), sur le même modèle que le FIJAIS. L'USM a déposé une note développant ses observations. 4/ Projet d'ordonnance portant réforme du droit des contrats : l'usm entendue au Ministère de la Justice L USM a été entendue le 29 avril par Céline Roux, membre du cabinet de la garde des Sceaux, et Carole Champalaune, directrice de la DACS, sur le projet d'ordonnance portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations. Le projet d'ordonnance s'organise autour d'un plan globalement cohérent même si quelques critiques peuvent affecter la place réservée au contrat conclu par voie électronique. Le travail de codification a été effectué, dans sa majeure partie, à droit constant, avec le souci de poser des définitions claires et d'intégrer les évolutions jurisprudentielles. Toutefois le projet d'ordonnance contient également quelques innovations dont certaines revêtent une importance non négligeable et met fin, de manière heureuse, à des divergences de jurisprudence. Il en va ainsi notamment de : l'affirmation du principe général de bonne foi à tous les stades du contrat, la disparition de la cause pour lui substituer un objet licite et certain, la création d'un vice du consentement tiré de la violence économique, 3

4 l'intervention du juge pour la fixation du prix dans certains contrats cadre ou de prestations de services, la possibilité de demander une renégociation du contrat, en cas de changement de circonstances imprévisible rendant l'exécution particulièrement onéreuse pour une partie et en cas d'échec de la renégociation, la faculté de saisir le juge pour adapter le contrat ou y mettre fin, la possibilité pour le juge de modérer l'indemnisation de l'appauvri si l'appauvrissement procède de sa propre faute, une nouvelle définition de la force majeure. L'USM a présenté des observations techniques et proposé des améliorations rédactionnelles de plusieurs articles. 5/ Rencontre avec le Directeur des affaires criminelles et des grâces Le 22 avril 2015, l'usm a été reçue par Robert Gelli, Directeur des affaires criminelles et des grâces (DACG), et Mme Nisand, son adjointe. A cette occasion, la réorganisation future de la Direction a été présentée. Elle comportera prochainement 3 sous-directions, en plus du service du Casier judiciaire, d'une nouvelle mission de lutte contre la corruption. Sur demande de l'usm, le DACG a expliqué les suites qui seront données au Plan d action pour le ministère public : - Les moyens à disposition des parquets : L assistance au magistrat du parquet par les greffiers (GAM) est en cours d expérimentation et les retours seraient très positifs. Il est donc prévu une extension de cette expérimentation avant la fin de l année, y compris pour les juges du siège. Le déploiement des tablettes informatiques dans les parquets, à titre expérimental, débutera en juin (avec une priorité pour les juridictions de groupe 4). Tous les applicatifs nationaux, la documentation juridique et les outils locaux (trames) devraient se trouver sur ces tablettes. Par ailleurs, des standards téléphoniques permettant une gestion optimisée des appels dans les parquets sont en cours de déploiement dans les TGI du groupe 1. - Le repositionnement de la DACG : Les dossiers signalés ont diminué de moitié depuis septembre 2013, limitant ainsi les remontées d informations depuis les parquets généraux. En revanche, aucune initiative n a été prise par la DACG pour limiter les remontées d information entre les parquets des TGI et les parquets généraux. Les «rapports de politique pénale» seront désormais appelés «rapports du ministère public» et se présenteront sous forme de réponses à des fiches thématiques, communiquées à l avance par la DACG. Ainsi, les thèmes retenus pour les rapports 2015 ont déjà été dévoilés, afin de permettre aux parquets d anticiper. - L évaluation des politiques pénales : Trois parquets généraux ont été choisis pour tenter d élaborer une méthode d évaluation concrète des politiques pénales, chacun sur un thème différent. 4

5 - Sur le Traitement en Temps Réel (TTR) : Suite au rapport de l'inspection Générale des Services Judiciaires sur le TTR de juin 2014, un groupe de travail a été constitué avec 3 procureurs généraux. Dans ces trois ressorts (Versailles, Douai et Aix-en-Provence), une réflexion est en cours en vue de l élaboration d une nouvelle doctrine d emploi du TTR, dans l'optique notamment que l intervention d un magistrat du parquet représente une vraie plus-value pour la procédure. Ces travaux devraient aboutir avant l'été. L USM a pu déplorer que cette réflexion restait totalement déconnectée de la question du temps de travail, des récupérations et des indemnités qui relèvent de la Direction des Services Judiciaires (DSJ). L'USM a également demandé que la transposition des directives européennes en matière de procédure pénale ne soit plus faite tardivement et dans l urgence, comme cela a pu être le cas récemment, alors qu elle pouvait être anticipée. Trois directives doivent ainsi être transposées avant 2016 et Il a été répondu que les textes étaient en cours de rédaction et que, eu égard à la modification du Code de procédure pénale qu'impliquerait cette transposition, il était envisagé d y ajouter les préconisations de la mission Beaume. Un projet législatif fera l'objet d'une consultation à l'automne. L'USM ne manquera pas de défendre les positions qu'elle a déjà développées lors de son audition par cette mission. L'USM s'est encore étonnée que, dans ce cadre, ne soit pas ré-enclenchée la réforme constitutionnelle sur le statut du parquet, pourtant considérée comme essentielle dans le rapport BEAUME. Interrogé sur la collégialité de l instruction, dont l'entrée en vigueur a encore été repoussée en décembre 2014, le DACG a répondu que la proposition de loi n était plus "active" et qu aucune réflexion n était réellement en cours. Cette rencontre a permis de faire un tour d horizon des projets et expérimentations en cours. Elle méritera d être complétée, lors d une entrevue ultérieure, par des réponses plus précises et techniques, notamment sur le TTR et la réforme de la procédure pénale 6/ Participation de l'usm à la Commission Permanente d'etudes du 20 avril 2015 L USM a assisté lundi 20 avril 2015, au Ministère, à la Commission permanente d'études (CPE). L'ordre du jour comportait deux sujets et un point d'information. Le premier sujet concernait le rattachement de la commune de Sainte-Rose au Tribunal de Grande Instance de Pointe-à-Pitre. Le second sujet relatif à la présentation de la circulaire de localisation des emplois 2015 (CLE), a été reporté, cette circulaire n'étant pas encore terminée. Elle sera présentée lors de la prochaine commission, le 21 mai prochain! Un tel retard est inacceptable et traduit la difficulté de la Chancellerie à localiser les emplois dans un contexte généralisé de pénurie. La DSJ a également réalisé un point d'information concernant le plan de gestion des ressources humaines des magistrats pour

6 Elle a indiqué qu'elle anticipait sur plusieurs des mesures qui figureront dans le rapport de Mme ENTIOPE, première présidente honoraire, relatif à l'accompagnement psychologique des personnels des services judiciaires. Ce rapport est clos mais n'a pas encore été officiellement remis. L'USM avait déjà été entendue dans le cadre de cette mission. La DSJ a donc annoncé la création d'un numéro vert dédié aux personnels de Justice, magistrats et greffe. Un marché national sera passé avec un réseau de psychologues cliniciens, sans lien avec l'institution judiciaire, notamment comme experts, comme cela est déjà le cas pour l'administration pénitentiaire. L'objectif annoncé est de recruter des professionnels expérimentés. L'anonymat sera garanti. Il ne sera donc pas fait de lien entre ces psychologues et la médecine de prévention. L'USM, avec d'autres organisations syndicales, s'est interrogée sur une éventuelle déperdition d'informations si les difficultés d'une juridiction donnée étaient mises en lumière par de multiples appels. La DSJ a répondu qu'il pourrait n'être fait qu'une exploitation statistique des appels dans le cadre du CHSCT-M. L'USM refuse un cadre trop strict à l'utilisation de ce numéro vert et réclame que les collègues qui subissent une situation de crise, de quelque nature qu'elle soit, puissent l'utiliser. La DSJ a aussi annoncé que des équipes de psychologues seraient mobilisées lorsqu'il y a un besoin précis dans une juridiction (en cas d'agression, etc.). Elle envisage en outre l'extension de groupes de paroles, qui existent dans certains ressorts, et qui seraient proposés dans le cadre de la formation continue déconcentrée. L'USM, qui approuve l'opportunité de ces mesures, s'est inquiétée de leur financement dans le cadre de réductions constantes des budgets. Par ailleurs, la Chancellerie a confirmé que les magistrats allaient très prochainement pouvoir consulter leur dossier administratif par voie électronique, grâce à des codes personnels, adressés aux intéressés sur leur boîte justice. A terme, la DSJ manifeste la volonté que seul le dossier numérique existe. L'USM a souligné la disparité de contenus des dossiers détenus à la DSJ, auprès des Cours et dans les tribunaux alors que ce contenu devrait être identique et conforme aux dispositions statutaires (article 12-2 de l'ordonnance). Cette nouvelle modalité de consultation permettra donc aux collègues de comparer le contenu du dossier de la DSJ avec celui des dossiers locaux et d'éviter le versement d'éléments sans information des magistrats et sans respect des règles en la matière. Enfin, la DSJ est revenue sur les déplacements réalisés dans différents ressorts pour rencontrer les magistrats, expliquer sa pratique en matière de mutation et de mobilité. Elle a d'ores et déjà réalisé un déplacement à la Cour d'appel d'aix-en-provence où une cinquantaine de magistrats ont sollicité des entretiens individuels. 7/ Visite de l'usm au Bureau des frais de justice et de l'optimisation de la dépense Le 27 février 2015, l USM avait écrit à la garde des Sceaux pour demander davantage de concertation sur les méthodes destinées à réaliser des économies au sein du Ministère et rappeler que les spécificités des fonctions judiciaires devaient être préservées. La Ministre avait répondu par courrier du 25 mars, notamment pour rappeler que l indépendance des magistrats a pour corollaire la liberté de prescription, qui ne saurait être remise en cause et qu en application de ce principe, la maîtrise des frais de justice a pour finalité de garantir la qualité des 6

7 enquêtes et des procédures et de permettre à l autorité judiciaire d assumer pleinement ses prérogatives. Elle ajoutait notamment que la DSJ s était engagée depuis plusieurs années dans une démarche de maîtrise des frais de justice qui nécessite, dans le respect de la liberté de prescription, de réfléchir à des modalités optimales de prescription, au besoin en se rapprochant des normes habituelles de l achat public. Par ailleurs, le Directeur des services judiciaires avait invité l USM à visiter le service concerné, le Bureau FIP 4 - Frais de justice et optimisation de la dépense. L USM a ainsi été reçue le 15 avril 2015 par M. Letier, Sous-directeur des finances, de l immobilier et de la performance, Mme Vermest, Chef du Bureau FIP 4, et M. Siegrist, son adjoint. Ce Bureau a en charge des tâches et des projets variés : indemnisation des dommages causés par les bâtiments judiciaires, information sur la gestion des accidents de service et des maladies professionnelles, élaboration des textes relatifs aux frais de justice, études d impact sur ces frais, création des régies, marchés publics pour la documentation juridique, répartition des fonds attribués à la DSJ par la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les Conduites Addictives (MILDECA ancienne MILDT, Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie), etc... Le rôle d appui que peut jouer ce Bureau pour les prescripteurs d actes générateurs de frais de justice nous a semblé particulièrement intéressant et méconnu. En effet, il peut être sollicité par les magistrats pour négocier par exemple des devis pour des expertises coûteuses ou des opérations d envergure (traduction et interprétariat dans une même langue pendant une longue procédure). Il peut également être consulté sur la nature des frais à engager, afin de vérifier que leur prise en charge relève bien du ministère de la justice. L USM a pu constater la volonté de mettre à disposition des juridictions, à moyen terme, des outils permettant d avoir une connaissance fine de la structure de dépenses en frais de justice. Des études sont menées à propos des frais de gardiennage des véhicules saisis et sur la question de la facturation de frais de destruction, alors que celle-ci est en principe gratuite. Une réflexion est également en cours sur la réduction des frais d affranchissement dans le respect des prescriptions procédurales et sur l évolution des textes en la matière. Les marchés publics concernant notamment les imprimantes et les frais de déplacement ne relèvent pas de ce bureau mais sont de la compétence du secrétariat général. L USM a apprécié de pouvoir identifier des interlocuteurs dans le domaine sensible des frais de justice. Elle restera vigilante quant au respect constant de la liberté de prescription du magistrat et d'une concertation préalable à l'éventuelle évolution des textes en la matière. 8/ Observations de l'usm sur le «projet de juridiction» L'USM a été entendue le 2 avril 2015 par le groupe de travail constitué, à la demande de la garde des Sceaux, par Chantal Arens, première présidente de la cour d'appel de Paris, sur le concept de projet de juridiction. L'USM a défendu la conception d'un projet de juridiction fédérant l'ensemble des magistrats et des fonctionnaires autour d'objectifs de nature organisationnelle ou qualitative. 7

8 Elle a insisté sur la nécessité d'exclure du champ d'intervention des projets de juridiction tout ce qui relève du domaine de la décision juridictionnelle et des modalités de fonctionnement interne énumérées aux articles R et R du COJ. L'USM voit dans le projet de juridiction un outil efficace pour décloisonner les services et contribuer à renforcer le sentiment d'appartenance à une communauté de travail, sous deux conditions qui sont essentielles : - le projet doit être choisi, élaboré et validé par les magistrats et fonctionnaires de la juridiction et non défini par les seuls chefs de juridiction ou bâtis sur un schéma imposé par les chefs de Cour, - la conception, l'élaboration et la mise en œuvre de ce projet supposent que les différents acteurs puissent dégager un temps suffisant pour participer à la réflexion, ce que la charge de travail actuelle des magistrats et fonctionnaires ne permet pas. UNION SYNDICALE DES MAGISTRATS Directrice de publication : Virginie DUVAL / Rédacteur : Julien FICARA 18 rue de la Grange Batelière PARIS - Tél. : Fax : Site : 8

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Direction interrégionale des services pénitentiaires Organigramme type Circulaire de la DAP 2007-SD2 du 19 décembre 2007 relative à l optimisation de l organigramme du siège des directions interrégionales

Plus en détail

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE Textes applicables : Article 11 de l ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature ; Article

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Note du 24 mars 2014 relative à la gestion des dossiers administratifs de proximité des magistrats NOR : JUSB1408241N La garde des sceaux, ministre de la justice,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage Activité de la cour d'appel 27 CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise Jean-Claude MAGENDIE, premier président de la Cour d appel de Paris et Maître Paul LOMBARD,

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Inspection en hygiène et sécurité

Inspection en hygiène et sécurité Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique erritoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex él. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 09/2013 Cl. C44

Plus en détail

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT

Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT Annexe 8 : Référentiel de formation représentant du personnel au CHSCT REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU REPRESENTANT DU PERSONNEL AU CHSCT (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Annexe 8 Référentiel de formation

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 Le décret du 13 août 2013 précise les conditions d'inscription sur un tableau d'experts près une cour administrative

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL (RH-P-02) ADOPTION : CC 9610-1200 MISE EN VIGUEUR : 1 er octobre 1996 AMENDEMENT : Septembre 2000 1. ÉNONCÉ Le présent programme s'inscrit dans les orientations

Plus en détail

FICHE D EVALUATION 2011-2012

FICHE D EVALUATION 2011-2012 COUR DE CASSATION FICHE D EVALUATION 2011-2012 Nom : Nom d usage : Prénom Situation de famille : Fonctions exercées : Juridiction : DESCRIPTION DE L ACTIVITE DU MAGISTRAT (à remplir par l évaluateur dans

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE 1 REPUBLIQUE FRANCAISE COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.98.038 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme DESCOURS-GATIN Commissaire du gouvernement : Mme ESCAUT

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES

DUREE LIMITEE DE LA PROTECTION DU REPRESENTANT DES SALARIES LETTRE D INFORMATIONS AU CE QUE PEUT DEMANDER LE CE EN MAI? Au mois de mai le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - sur le rapport annuel d'ensemble sur l'activité de l'entreprise (rapport

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique NOR : [ ] DECRET n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail Publics concernés : fonctionnaires,

Plus en détail

Chapitre V. Les missions internationales

Chapitre V. Les missions internationales Chapitre V Les missions internationales L activité internationale des juridictions financières prend deux formes : la réalisation de missions d audit externe d organisations internationales (rôle de commissaire

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France

Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération n 2006-281 du 14 décembre 2006 sanctionnant la société Tyco Healthcare France La Commission nationale de l informatique et des libertés,

Plus en détail

VEILLE LEGISLATIVE. 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus

VEILLE LEGISLATIVE. 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus VEILLE LEGISLATIVE 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus ORGANISATION JUDICIAIRE Décret n 2009-1693 du 29 décembre 2009 relatif à la répartition des compétences entre le tribunal de grande instance

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Structuration de l audit interne au sein du ministère

Structuration de l audit interne au sein du ministère CT CGEDD 09/11/2011 Projet de dossier de passage en CT CGEDD 1 Structuration de l audit interne au sein du ministère Contexte : le Décret 2011-775 du 28 juin 2011 précisé par circulaire du Premier ministre

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique F I C H E 4 1 AIDE AUX VICTIMES I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique II. MESURES EN FAVEUR DES VICTIMES

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

RÉUNION DES MAGISTRATS RÉFÉRENTS EN MATIÈRE DE RACISME ET DE DISCRIMINATIONS, 20 MAI 2015 PRESENTATION

RÉUNION DES MAGISTRATS RÉFÉRENTS EN MATIÈRE DE RACISME ET DE DISCRIMINATIONS, 20 MAI 2015 PRESENTATION RÉUNION DES MAGISTRATS RÉFÉRENTS EN MATIÈRE DE RACISME ET DE DISCRIMINATIONS, 20 MAI 2015 PRESENTATION La lutte contre le racisme et l antisémitisme, déclarée Grande cause nationale pour l année 2015 par

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Le suivi expert au service de votre activité!

Le suivi expert au service de votre activité! Le suivi expert au service de votre activité! Protection Juridique Vision Entreprise Assuré d avancer > Préserver votre activité des risques de litiges, c est indispensable! En tant que dirigeant d entreprise,

Plus en détail

SYNDICAT DES GREFFIERS EN CHEF CFE-CGC 15-17, rue Beccaria 75012 PARIS Tél. : 06.26.59.49.63

SYNDICAT DES GREFFIERS EN CHEF CFE-CGC 15-17, rue Beccaria 75012 PARIS Tél. : 06.26.59.49.63 SYNDICAT DES GREFFIERS EN CHEF CFE-CGC 15-17, rue Beccaria 75012 PARIS Tél. : 06.26.59.49.63 http://syndicatgreffiersenchef.e-monsite.com justicecgc@gmail.com LETTRE OUVERTE AUX GREFFIERS SUR LES INCIDENCES

Plus en détail

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets Paris, le 03 avril 2007 Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales à Mesdames et Messieurs les Préfets NOR/INT/B/07/00024/C Objet : Pôle d appui au contrôle de légalité de LYON. Extension au 1

Plus en détail

SAVOIR PRESENTER ET SOUTENIR UN PROJET D AMENAGEMENT FACE AUX IRP

SAVOIR PRESENTER ET SOUTENIR UN PROJET D AMENAGEMENT FACE AUX IRP SAVOIR PRESENTER ET SOUTENIR UN PROJET D AMENAGEMENT FACE AUX IRP Durée : 2 jours - Lieu : Paris Lundi 23 et Mardi 24 Septembre 2013 Lundi 10 et Mardi 11 Février 2014 Lieu de la formation CLUB CONFAIR

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002)

Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) Décret n 2002-254/PRES/PM/SGG-CM du 17 juillet 2002 (JO N 31 2002) portant organisation-type des départements ministériels. LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, Vu la Constitution

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET PAG Avocats - 2013 PAG AVOCATS Cabinet d'avocats parisien spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, droit des nouvelles technologies, droit des affaires et des sociétés,

Plus en détail

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE ASSURANCES RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE Chaque Expert a eu à un moment ou à un à un autre une réflexion sur la nécessité de la souscription d un contrat garantissant sa responsabilité civile professionnelle.

Plus en détail

Travaux d aménagement de la ligne 2

Travaux d aménagement de la ligne 2 Icône projet de la ligne N 2 du Grand Nancy - Quadri Travaux d aménagement de la ligne 2 Guide à l intention des professionnels riverains pour une indemnisation à l amiable 2 Préambule Dans le cadre de

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI

N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979. Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI N 3 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1978-1979 Annexe au procès-verbal de la séance du 2 octobre 1978. PROJET DE LOI relatif à l'institution d'un régime complémentaire d'assurance vieillesse et survivants

Plus en détail

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE

Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE Association nationale des victimes de l insécurité routière www.victimes.org AIDE AUX VICTIMES D UN ACCIDENT DE LA ROUTE L accueil est assuré 24 h sur 24 au 0 820 30 3000 * ou 06.86.55.24.01 Victimes &

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) 3 Circulaires de la direction des affaires civiles et du sceau Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2005 Décret

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 29/01/99 Origine : AC Mmes et MM. les Directeurs Mmes et MM. les Agents Comptables. des Caisses

Plus en détail

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales.

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. Le contrôle Urssaf Définition. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. En effet, ces dernières sont recouvrées à partir

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN PROFESSIONNEL F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 L ENTRETIEN PROFESSIONNEL L E S S E N T I E L L article 76-1 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée prévoit, à titre expérimental, la mise en place de l entretien

Plus en détail

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT

LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT NOTE D INFORMATION-juillet 2013 LOI SUR SÉCURISATION DE L EMPLOI INCIDENCES SUR LE FONCTIONNEMENT DU CHSCT La loi du 14 Juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (n 2013-504) a introduit plusieurs

Plus en détail

CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE,

CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE, CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE, JE CERTIFIE: QUE L ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE QUI S EST RÉUNIE AUJOURD HUI, A APPROUVÉ

Plus en détail

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice

Il arrive que des situations courantes L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE. Pour favoriser l accès au droit et à la justice L ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE Pour favoriser l accès au droit et à la justice Pour favoriser l accès au droit et à la justice Il arrive que des situations courantes de votre vie quotidienne provoquent

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX

TRIBUNAL DU CONTENTIEUX TRIBUNAL DU CONTENTIEUX ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES Cas n : UNDT/GVA/2010/076 Jugement n : UNDT/2011/166 Date : 21 septembre 2011 Original : français Devant : Greffe : Greffier : Juge Jean-François

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED EUROPAID/119860/C/SV/multi Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED LOT N 8 DEMANDE N 2009/201619/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6 Contrat D adhésion 1 sur 6 ENTRE LES SOUSSIGNES : 1. La société SARL, dont le siège est situé 35 Av. Pierre et Marie Curie 78360 MONTESSON représentée par Aurelien NKAM, ci-après dénommé ET 2 Mme, Mlle,

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing CAHIER DES CHARGES Consultation d experts en Communication et en Webmarketing N 1 : Juin 2013 Date de publication : 11/06/2013 Date de clôture des candidatures : 25/06/2013 à 12h00 Le présent cahier des

Plus en détail

Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte

Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte Désignation d un expert-comptable pour le droit d alerte Le travail de l expert L expert assiste le comité d entreprise ou la commission économique dans le cadre de la loi sur la prévention des difficultés,

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

INTERVENTION A LA FACULTE DE DROIT DE TOULON le 22 janvier 2010

INTERVENTION A LA FACULTE DE DROIT DE TOULON le 22 janvier 2010 INTERVENTION A LA FACULTE DE DROIT DE TOULON le 22 janvier 2010 La personne agée dépendante : assistance et protection judiciaire Intervention de Maître BODIKIAN Carole, notaire, membre de la Chambre Départementale

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail