L endettement public est-il un frein à la croissance économique?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L endettement public est-il un frein à la croissance économique?"

Transcription

1 Marine Maréchal conférence de méthode n 7 Groupe3 finances publiques-années 90. L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Introduction : Aujourd hui l endettement public de la France équivaut à 64.7% du PIB (2004), son poids a été multiplié par cinq depuis 1980 ou il représentait 21% du PIB, depuis il n a cessé d augmenter et son poids n a jamais été aussi élevé. L endettement ou dette publique représente l ensemble des emprunts contractés par l Etat, elle ne doit pas être confondus avec le déficit public qui apparaît lorsque le solde budgétaire est négatif : c est-à-dire que les dépenses contractés par l Etat sur une année sont supérieure à ces recettes. Les chiffres de l endettement français (64.7% du PIB) peuvent être considérés comme alarmants ou non, selon la perception de l impact de l endettement public sur la croissance économique. Les efforts des gouvernements successifs de ces dernières années tendent néanmoins à œuvrer dans le sens d une réduction de la dette publique. En outre, le pacte de stabilité et de croissance signé par la France en 1997, limite à 60% du PIB le niveau d endettement public. Cette limite semble toutefois indicative puisque ni la Belgique, ni l Italie, ni l Allemagne et ni la France ne la respecte. Ces efforts d austérité budgétaires en vue d un assainissement des finances publiques sont vivement critiqués car cette politique est suspectée d être un obstacle à la croissance économique et un frein à l emploi. Le rapport entre l endettement public et la croissance économique est donc d une brûlante actualité On peut donc se demander si une importante dette publique contribue à la croissance économique ou si au contraire elle y fait obstacle. L endettement public a jusqu aux années 1970 stimulé la croissance selon les théories keynésiennes et malgré les théories qui font des politiques budgétaires par endettement des frein à l activité économique. Cependant le contexte aujourd hui différent révèle le coté obsolète et artificiel de ces politiques. Ainsi apparaît clairement la nécessité de réduire la dette publique dans l optique de garder la possibilité de faire jouer les mécanismes de l endettement en faveur de la croissance en cas de besoin. I. L endettement public : frein ou moteur de la croissance économique? A. Une politique budgétaire par l emprunt stimule la croissance économique Les politiques budgétaires expansives d inspiration keynésiennes : l effet multiplicateur Le jeu des stabilisateurs automatiques Un contexte particulier B. L endettement public présente des effets néfastes pour la croissance R.Barro et le «théorème ricardien des équivalences» L effet d éviction II. Aujourd hui : nécessité de réduire l endettement public A. La relance par l endettement : politique aujourd hui obsolète et artificielle Le contexte actuel rend impossible ces politiques Une politique budgétaire expansive apparaît aujourd hui malsaine et artificielle B. La nécessaire réduction de l endettement L effet boule de neige Comment réduire le déficit?

2 Conclusion : Vers une politique de croissance et de solidarité européenne? Sources : Rapport Pébereau, Rompre avec la facilité de la dette publique, La documentation Française, Hertzog Robert, Philip Loïc, La Dette publique en France, Economica Artus Patrick, Déficits publics : théorie et pratique, Economica Artus Patrick, Comment nous avons ruiné nos enfants, La Découverte I. L endettement public : frein ou moteur de la croissance économique? A. Une politique budgétaire par l emprunt stimule la croissance économique Les politiques budgétaires expansives d inspiration keynésiennes : l effet «multiplicateur keynésien» -Jusqu à la crise des années 1930, la gestion des finances publiques a eu pour principal objectif d assurer le financement des services publics. Le volume des dépenses de l État n était alors pas considéré comme une variable susceptible d influencer le niveau d activité de l économie. -L analyse de l économiste britannique John Maynard Keynes a modifié cette conception en soulignant l impact de la politique budgétaire sur le niveau d activité économique d un pays. Par conséquent, la plupart des pays développés ont mené depuis les années 1930 des politiques de relance budgétaire lors des périodes de récession ou de moindre croissance. -Keynes justifie dans ses écrits l'intervention de l'etat dans l'économie pour palier aux déficiences du marché et favoriser la mise en place d'un cercle vertueux de la croissance économique. - Keynes préconise une intervention de l'etat dans l'économie, qui par le biais d'un accroissement des dépenses publiques, favoriserait le retour de la croissance économique. Cette relance publique passe alors par la mise en œuvre d'une politique budgétaire expansionniste qui se matérialise par l'apparition d'un déficit public. -Cette politique budgétaire s autofinance selon lui grâce à la croissance Un autre effet positif de l endettement est la meilleur répartition et redistribution des ressources qui est favorable a une plus grande consommation du fait de la PmC forte des bas revenus et donc à la croissance. Le déficit public permet par ailleurs par le biais des stabilisateurs automatiques de lisser les fluctuations économiques. -Les recettes et les dépenses publiques exercent spontanément une action contra-cyclique sur l activité économique, c est-à-dire d atténuation des aléas de la conjoncture économique. En effet, si une grande partie des dépenses publiques sont indépendantes des variations à court terme de l activité économique (ex : les dépenses de rémunération et de retraite des

3 fonctionnaires), certaines d entre elles sont, en revanche, mécaniquement liées à la conjoncture (dépenses d indemnisation du chômage ou des prestations sociales versées sous condition de ressources qui augmentent quand l activité économique se dégrade). On considère ainsi que l élasticité des dépenses publiques à la conjoncture est comprise entre 0,1 et 0,3, autrement dit, les dépenses publiques ont tendance à augmenter spontanément de 0,1 à 0,3 point lorsque la croissance ralentit d un point. -Lorsque l activité économique ralentit, les dépenses publiques ont tendance à s accélérer tandis que les entrées de recettes ralentissent mécaniquement, ce qui provoque une détérioration du solde budgétaire. La détérioration de l activité économique provoque alors un transfert de revenus des administrations publiques vers les ménages et les entreprises, ce qui atténue mécaniquement l effet du ralentissement économique sur les revenus de ces derniers. -Par conséquent, les recettes et les dépenses publiques fonctionnent comme des "stabilisateurs automatiques" puisqu elles contribuent à amortir les variations conjoncturelles de l activité économique. L endettement public provoque en outre des effets d entraînements favorables à la croissance -l effet richesse illustre cet entraînement du à l emprunt de l Etat. Le financement du déficit se réalise par l émission de titres. Or un acteur peut considérer qu il va accroître sa richesse par l achat de ces titres car la rémunération du placement est forte, il va donc en conséquence augmenter sa consommation, ce qui bénéficie à la croissance. Enfin, selon la «règle d or», à LT l endettement est légitime et favorable lorsqu il finance les dépenses publiques dont la contribution à la croissance est avéré : infrastructures, éducation, formation. Le déficit permet ainsi une croissance endogène. Un contexte particulier : -ces politiques d endettement ont connu un succès certain jusqu aux années 1970, les taux d intérêts réels étaient négatifs ce qui facilite l investissement notamment public car le poids de la dette était facile à supporter. De plus l économie française était alors très peu ouverte sur le monde. Enfin la croissance était importante ce qui permettait de résorber la dette publique plus facilement qu aujourd hui. >>>la politique budgétaire expansive était donc peu coûteuse et profitait à l économie française malgré les théories qui affirmait son influence néfaste. B. L endettement public présente des effets néfastes pour la croissance À compter de la crise consécutive au choc pétrolier de 1973, les théoriciens néoclassiques ont souligné les limites de la politique budgétaire et, notamment, les effets néfastes des déficits et de la dette publique. l économiste Robert Barro démontre par le «théorème ricardien des équivalences»que la dette publique n a aucun effet. -En effet, les individus étant rationnels et soucieux de leurs héritiers anticipent lors d une politique budgétaire expansive, l augmentation de la pression fiscale future pour le remboursement de la dette. -Ils réagissent en augmentant leur épargne dans les mêmes proportions que la relance de l Etat, annulant ainsi tout impact de la politique sur la consommation et annulant de fait le mécanisme d autofinancement de cette politique.

4 Par ailleurs, l endettement de l Etat peut provoquer un effet d éviction : -cet effet est dû à l emprunt par l Etat de fortes sommes pour son besoin de financement. De ce fait la masse des crédits disponibles pour le financement des entreprises diminue ; dans le même temps le recours accru à l emprunt de l Etat exerce une pression à la hausse sur les taux d intérêts. Ces deux mécanismes combinés provoque un renchérissement du coût du crédit en France pour l ensemble des facteurs économiques ce qui décourage une partie des achats des consommateurs financés par l emprunt, et réduit les investissements des entreprises, lorsque leur rentabilité est insuffisante au regard du coût de financement par l emprunt et donc nuit à la croissance. -d autre part la contrainte de financement du déficit engendre par la pression fiscale un renchérissement du coût du travail, du capital et de l investissement, qui sont les bases mobile de l activité économique, l endettement public fait donc peser sur l économie française un risque de concurrence fiscale des autres pays dû au prélèvements élevés. Enfin, la théorie keynésienne raisonne avec l hypothèse des prix fixes, l ajustement à l augmentation de la demande se fait par une hausse de la production. Si on abandonne cette hypothèse et si il y a plein emplois des facteurs de production, une relance entraîne l inflation. >>> Malgré les théories néoclassiques qui insistent sur l endettement comme un frein à la croissance, les politiques de relance ont stimulés avec succès l économie jusqu aux années Le contexte est aujourd hui différent et implique un modification dans la conduite de ces politiques. II. Aujourd hui : une nécessité de réduire l endettement public A. La relance par l endettement : politique aujourd hui obsolète et artificielle Le contexte actuel rend impossible ces politiques. -aujourd hui l économie française est insérée dans l économie mondiale, c est-à-dire que la France importe beaucoup et exporte encore plus. En conséquence, une politique de dépenses publiques fondée sur l endettement aurait pour conséquences une forte augmentation des achats de biens étrangers, comme ce fut le cas lors de la relance de P.Mauroy en 1983 avec le matériel informatique et hi-fi. l effet du "multiplicateur keynésien" s est réduit et profite désormais davantage aux producteurs étrangers. -le pacte de stabilité et de croissance, conclu en 1997 et signé par la France rend obligatoire sur le LT, le respect de critères de convergences : la dette publique ne doit pas dépasser 60% du PIB et le déficit 3%. Cette mesure se justifie par la volonté d éviter qu un pays fasse porter les effets négatifs de sa politique budgétaire (hausse des taux d intérêts et du taux de change de l Euro) sur l ensemble des pays de l Union Economique et Monétaire. - Par ailleurs, l accumulation des déficits budgétaires vient gonfler l encours de dette publique et augmente les charges futures de l État. Or, plus un État est endetté, plus la charge de cette dette est élevée. Celle-ci pèse d autant plus sur son budget qu un niveau de dette important entraîne des taux d intérêts élevés lorsque l État veut contracter de nouveaux emprunts. À terme, le poids de la dette peut ainsi devenir insoutenable par rapport au niveau des recettes de

5 l État. Aujourd hui les intérêts de la dette absorbent 14% des recettes fiscales ce qui pèse de ce fait sur l utilisation des recettes publiques. -c est «l effet boule de neige» lorsque la dette s auto alimente des déficits successifs et des charges d intérêt liées à son remboursement et conduit à un cercle vicieux. -De plus, les gouvernements ne peuvent plus aujourd hui jouer sur la variable monétaire en réduisant la dette par l inflation, politique dite du seigneuriage, car les banques centrales sont désormais indépendantes du pouvoir. -Enfin, à côté de la dette publique et de la charge de la dette, il ne faut pas oublier que l Etat a d autres engagements et parmi eux celui de verser une retraite à ses agents qui dans le contexte démographique actuel risque de poser des difficultés. En outre, une politique budgétaire expansive apparaît aujourd hui malsaine et artificielle -elle provoque une croissance économique artificielle. Dans la mesure où une PBE est fondée sur l endettement, il semble évident qu il faille tôt ou tard, rembourser cette dette, ceci sous l effet de la contrainte budgétaire inter temporelle (confiance en la capacité de l Etat a créer de la croissance et à rembourser la dette.). Le remboursement de la dette se traduit inévitablement soit par une augmentation des impôts (solution la plus couramment choisie), soit par une diminution des dépenses publiques (ce qui est difficile à effectuer à CT). Une politique d austérité aurait alors pour conséquence une diminution du revenu des acteurs économiques, ce qui se traduit par une baisse de la CE. Ainsi, la croissance gagnée sur le CT est perdue sur le LT. -par ailleurs, la politique budgétaire expansive est malsaine. Le problème majeur est celui de son financement par l endettement, aujourd hui 14% des dépenses publiques servent au remboursement de la dette et malgré ces chiffres le déficit reste important. L endettement a de fortes conséquences sur le marché monétaire, il pénalise l investissement par de forts taux d intérêts. En outre, le remboursement nécessaire des intérêts de la dette compresse les autres dépenses. T. Breton «l impôt ne sert plus à préparer l avenir mais à payer le passé». Chaque année l Etat s appauvrit parce qu une partie de la hausse de la dette finance d autres dépenses que l investissement. Enfin, la croissance a souvent été dopée en période préélectoral avec la logique du public choice. Cette même logique a pousser les gouvernements a accroître encore la dette lors des périodes favorables pour se désendetter (croissance forte et taux d intérêts faibles). >>> En effet, le rapport Pébereau révèle le fait que l Etat n a pas profité des périodes favorables pour maîtriser ses déficits et de se désendetter ce qui implique aujourd hui un poids considérable de la dette dans le PIB et la nécessité de le réduire pour pouvoir plus tard se resservir des instruments budgétaires. B. La nécessaire réduction de l endettement La réduction du déficit est nécessaire car la charge devient trop importante - Les dépenses sont supérieures aux recettes de 16%, il n y a donc pas de marge de manœuvre face aux chocs économiques. Ainsi, il est nécessaire de réduire la dette pour pouvoir a nouveau jouer sur les instruments budgétaires. -la réduction de la dette s avère néanmoins difficile. Elle impose une réduction de la CE car elle suppose soit une réduction de dépenses soit une augmentation des recettes publiques.

6 L une et l autre ont pour conséquence de diminuer le revenu national donc de faire baisser la CE. - Giavazzi et Pagano ont toutefois mis en évidence des effets non-keynésiens de la réduction de la dette : une anticipation d une réduction de la dette se traduit par une anticipation d une réduction d impôts dans les années à venir et donc après un impact négatif à CT cela entraîne une reprise à LT. -Il paraît néanmoins plus judicieux de réduire les dépenses et ceci pour 2 raisons : * les prélèvements obligatoires en France sont parmi les plus élevé au monde et nous l avons vu ils pénalisent fortement l activité éco (compétitivité). *une diminution des dépenses peut se réaliser sans diminuer l efficacité du service publique. Ainsi le rapport Pébereau soutien que l efficacité ne dépend pas tant des moyens mis en œuvre que de la cohérence d ensemble des politiques. Dans la même logique, Patrick Arthus propose de mettre l argent public au service de la croissance et souligne l urgence de rationaliser chaque Euros. Il propose ainsi de réformer l organisation de l Etat par une réforme rapide qui est la condition indispensable pour préserver le «modèle social français». Il est possible d améliorer la productivité des APU pour diminuer les dépenses sans dégrader la qualité du service en passant d une logique de moyens à une logique de résultat. Il est également urgent de privilégier l avenir particulièrement par notre capacité d innovation et de connaissance et ainsi de créer un espace plus attrayant pour les investissements et le travail. Conclusion : Les PBE inspirées des théories keynésiennes ont par l endettement public stimulé la Ce jusque dans les années 70. Le contexte aujourd hui différent remet en cause l efficacité de ces politiques. Sans être réellement un frein à la CE, l effet de l endettement public dépend de sa maîtrise par les gouvernements. Il paraît aujourd hui essentiel pour l avenir de réduire la dette public en France, pour préserver une marge de manœuvre face aux chocs économiques. En outre, aujourd hui il ne peut y avoir de stratégie de croissance et de cohésion uniquement nationale. L Union européenne doit être un appui des politiques nationales de croissance et de solidarité. Ainsi, le rapport Pébereau propose la création d un fonds de stabilisation économique à partir d un e fraction du budget européen. Mais il nous faut par le respect de nos engagement européen acquérir de la crédibilité face à nos partenaires.

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session

Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session Economie Générale (E. Darmon) Master 1 SVE 2010/11 Examen final ~ Première session NOTES IMPORTANTES : 1. Cette épreuve contient 30 questions à choix multiples. Une seule réponse est valide par question.

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Pourquoi est-il essentiel d investir?

Pourquoi est-il essentiel d investir? Pourquoi est-il essentiel d investir? L actualité économique de ces derniers mois renvoie sans cesse à l insuffisance voire l absence de croissance économique et d investissements dans les pays de la zone

Plus en détail

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003

Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 Les Cahiers de l'observatoire n 190, Janvier 2003 La compétitivité française hypothéquée par la fiscalité Dans le transport, on a coutume de dire que la fiscalité spécifique se situe dans la moyenne européenne

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

Rédigé par John Simon (auteur principal), Troy Matheson et Damiano Sandri. Points principaux

Rédigé par John Simon (auteur principal), Troy Matheson et Damiano Sandri. Points principaux POINTS DE PRESSE POUR LE CHAPITRE 3 DES PERSPECTIVES DE L ECONOMIE MONDIALE, AVRIL 2013 TELLE L HISTOIRE DU CHIEN QUI N A PAS ABOYE : L INFLATION A-T-ELLE ETE MUSELEE, OU S EST-ELLE SIMPLEMENT ASSOUPIE?

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession

faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession www.elections.ch FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE CONJONCTURELLE faire confiance aux stabilisateurs automatiques en cas de récession Quel est le rôle de l Etat en phase de ralentissement conjoncturel? Lorsque

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Pourquoi le Policy-mix?

Pourquoi le Policy-mix? Lucile Brethes Céline Biarrotte Elodie Bertaud TD n 8 : Question de synthèse Pourquoi le Policy-mix? Introduction : Dans la zone Euro, depuis quelques mois et surtout depuis l appréciation de l euro par

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

L avenir de la dette publique

L avenir de la dette publique L avenir de la dette publique Radu Nechita, de l Université de Cluj (Roumanie) est chercheur associé à l IREF. Il commente une étude sur l avenir de la dette publique présentée (en anglais) sous l égide

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE

POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE H E R V E L A M B E L Candidat à la présidence du MEDEF POUR UN OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES ENTREPRISES AU SERVICE DE LA RELANCE CONTACT: http://www.herve-lambel.fr/ http://www.herve- lambel.fr Mieux

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003

TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 TD ANALYSE DE LA CONJONCTURE : l année 2003 Niveau : 1 ère ES. Proposé par Thomas Blanchet, Ecole des Pupilles de l Air, 38332 SAINT ISMIER. Juillet 2005 Blanchet.Thomas@wanadoo.fr INDICATIONS. Objectifs.

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE

COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE COMPORTEMENT DES BANQUES EUROPEENNES FACE A LA CRISE Virginie TERRAZA Associate professor, CREA Université du Luxembourg Ces dernières années, les établissements bancaires européens ont eu massivement

Plus en détail

Note d information. Janvier 2014. Situation de l emploi en France et au Royaume-Uni

Note d information. Janvier 2014. Situation de l emploi en France et au Royaume-Uni Note d information Janvier 2014 Situation de l emploi en France et au Royaume-Uni I- Pourquoi la comparaison entre la France et le Royaume-Uni est-elle pertinente? 1) La France et le Royaume-Uni : deux

Plus en détail

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE SOURCE ET LIMITES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. Dans quelle mesure la croissance économique accompagne-t-elle le développement?

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

LE PRÊT CONTRACYCLIQUE: exemple d un instrument innovant de prêt souverain

LE PRÊT CONTRACYCLIQUE: exemple d un instrument innovant de prêt souverain LE PRÊT CONTRACYCLIQUE: exemple d un instrument innovant de prêt souverain CECILE VALADIER Agence Française de Développement Département de la Recherche 5 mars 2010 Les pays pauvres très endettés ont des

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011

Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Notes utilisées pour une présentation lors d un dînerconférence du Club des actuaires de Québec vendredi, le 28 octobre 2011 Jean-Pierre Aubry, économiste et fellow associé au CIRANO 1. Principes macroéconomiques

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre

Chapitre 3 : Le revenu d équilibre Chapitre 3 : Le revenu d équilibre - 112 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer entre la théorie classique et la théorie moderne de l équilibre macroéconomique. - Découvrir l interprétation moderne

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Chapitre 6 Résidence principale

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Contribution à l'audit de la dette grecque

Contribution à l'audit de la dette grecque Grèce : les vraies causes de la dette publique Contribution à l'audit de la dette grecque Michel Husson, 11 Février 2015 1 Il est très largement admis que l'explosion de la dette publique grecque entre

Plus en détail

Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) "Analyse risque-pays" -5 Janvier 2015-

Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) Analyse risque-pays -5 Janvier 2015- Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) "Analyse risque-pays" -5 Janvier 2015- L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01 - Email: contact@leconomiste.eu

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*)

Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les stratégies de sortie de crise Olivier de Bandt (Banque de France) (*) Les Journées de l Economie Lyon, 12-13 novembre 2009 «Comment sortir du dopage monétaire et budgétaire?» (*) les vues exprimées

Plus en détail

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante?

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Introduction : Les chômeurs se sont les personnes qui n ont pas d emploi et qui en recherchent un. Nous avons vu que

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt

Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Bas, plus bas, négatifs : la chute irrésistible des taux d intérêt Analyse thématique Belfius Research Février 2016 Introduction Les taux sont à un niveau historiquement bas. Pour un crédit à 10 ans, l

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi I. Chômage et marché du travail 1/ le schéma standard Economie découverte. Plan thème 2. L emploi - Définitions et graphiques : offre et demande de travail ; prix ou coût du travail. - Déterminants de

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie TP d actualité économique Prof.: M. Dewatripont - C. Soil - C. Fuss Solvay Brussels School of Economics & Management ULB Année académique 2012-2013

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction :

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : «Que notre économie soit florissante et nos entreprises prospères ou que la conjoncture flirte avec la récession, les plans sociaux et les

Plus en détail

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget Les finances publiques québécoises 1 Germain Belzile 2 Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget prévoyant, pour l année financière 1998-1999, un déficit de $2,2 G 3.

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 2012, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER COMMENTAIRE Services économiques TD 13 février 13 LES CANADIENS PLUS JEUNES ONT FREINÉ LEUR ENDETTEMENT EN 1, MAIS LES PLUS VIEUX ONT CONTINUÉ D EMPRUNTER Faits saillants En 1, la dette des ménages canadiens

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014

Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014 Présentation du projet de budget 2010 et du plan de gestion actualisé pour 2010-2014 Globalement le projet de budget 2010 présente à l ordinaire des recettes pour un montant de 87.764.757 et des dépenses

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

Définitions: Exercice: Reliez chaque notion à la définition qui lui correspond :

Définitions: Exercice: Reliez chaque notion à la définition qui lui correspond : A. Borey Régulation et déséquilibres macroéconomiques Les politiques conjoncturelles : politique budgétaire et politique monétaire = Relance ou rigueur : quelles politiques conjoncturelles mettre en oeuvre?

Plus en détail

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette

CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE. ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette CAUSES RÉELLES DE LA DETTE PUBLIQUE ou comment les intérêts payés sur la dette nourrissent la dette Explications préalables Il y a quelques années nous avions demandé à l INSEE de nous fournir le montant

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i yse t l s f a n ii A m i r sp s t e g e bud gr and i és t v i t ec l col ocal L t i éd acr i x e par esded e é s i ud or um Ét éal r s F e e d d L u on i i Ét esf r ect r o i t a D v a l bser O l t e 2

Plus en détail

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt?

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? juin 1 Comme ailleurs au pays, les dettes des Québécois ont augmenté beaucoup plus rapidement

Plus en détail

Les stratégies de désendettement du secteur public : enjeux économiques et enseignements des expériences étrangères

Les stratégies de désendettement du secteur public : enjeux économiques et enseignements des expériences étrangères Les stratégies de désendettement du secteur public : enjeux économiques et enseignements des expériences étrangères Carine BOUTHEVILLAIN Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

43 LES LIMITES DE L ACTION DE L'ETAT

43 LES LIMITES DE L ACTION DE L'ETAT 43 LES LIMITES DE L ACTION DE L'ETAT Introduction : 1. L intervention de l État trouve l une de ses justifications principales dans l insuffisance des mécanismes d autorégulation, ce que l on désigne souvent

Plus en détail

Les lois-cadre de programmation auraient une dimension pluriannuelle, pour laquelle plusieurs options étaient offertes.

Les lois-cadre de programmation auraient une dimension pluriannuelle, pour laquelle plusieurs options étaient offertes. MICHEL CAMDESSUS Paris, le 23 juin 2010 Gouverneur Honoraire de la Banque de France MC/lh 2010-103 Monsieur le Premier Ministre, J ai l honneur de vous remettre ci-joint le rapport du groupe de travail

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail