Conférence des Bâtonniers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence des Bâtonniers"

Transcription

1 Conférence des Bâtonniers 12, place Dauphine PARIS Tél AVRIL 2008 Rebelles? Le Congrès des Notaires se déroule à NICE au début du mois de mai de cette année. Le Ministre de la Justice s y est rendu et y a prononcé le discours attendu de tous : sans surprise. Un discours précédé d une recommandation adressée à tous les notaires par la Chambre Nationale : chacun voudra bien être présent, se lever, applaudir, s asseoir, écouter, approuver, applaudir, et saluer. Ainsi les choses se sont-elles déroulées : un discours de consensus et de défense d une profession que la Commission Européenne ne comprend pas, que le rapport ATTALI considère comme un phénomène qui doit au moins changer si ce n est disparaître et dont tous les professionnels du droit s accordent à dire qu elle constitue la manifestation d un monopole coûteux pour les justiciables. Au-delà de l idée rapide selon laquelle les notaires sont des collecteurs d impôts (d autres professionnels le sont aussi), de l envie à ce jour utopique d un rachat des charges (avec quels moyens?) ou du désir de concurrencer un monopole par la seule arme du dire (la force des avocats doit être autre chose que la seule parole), nous devons lire le discours du Ministre. Être notaire, c est être compétent et c est être délégataire de puissance publique. C est être professionnel libéral et c est être prêt à accepter ce que demande l Etat. C est être libre apparemment mais doté de la richesse de celui qui reçoit dans un lien de dépendance. Être notaire sera demain appartenir à une profession dont le nombre va augmenter considérablement pour mieux investir le territoire et le marché sans création de charges nouvelles. Être notaire sera demain exportable en Europe non pas pour le devenir du droit français mais pour le confort d un dialogue tranquille entre des pouvoirs publics obsédés par l ordre et l économie et devenus indifférents au fond de la matière juridique et judiciaire. Dans cet état, que reste t-il aux avocats? Tout l espace de l innovation qui s ouvre à nous! Le discours stigmatise l attitude du notaire qui propose et qui veut construire. 1

2 Mais chacun sait que l avocat propose et veut construire : nous l avons écrit et développé dans notre contribution aux travaux de la commission GUINCHARD. Nous la complèterons autant qu il sera nécessaire. Nous l écrivons et le diffusons au sein des propositions que le Conseil National élabore et que naturellement la Conférence soutient : une grande profession du droit, un acte unique et reconnu, identifié par sa signature juridique, l approbation du droit collaboratif où les avocats travaillent en amont avec leurs clients avant de saisir un juge, la promotion des modes alternatifs des conflits dans lesquels les avocats veulent s investir pourvu que les portes leur soient ouvertes etc Les colloques organisés pendant la présidence française de l Union Européenne en sont la démonstration et leur succès ouvrira l image de l avocat. Nos propositions lors du dépôt du rapport GUINCHARD en feront autant. Rebelles les avocats? Oui et ils le revendiquent! Pour la liberté de ceux qu ils conseillent et ceux qu ils défendent. Mais rebelles et constructifs! Alors qui préfère la construction innovante et partagée à la construction normalisée d un système clientéliste? Tout le monde? Bien sûr! Le résultat? Notaires et avocats même combat, même projet et même avenir. Rebelles les avocats? Oui et ils le revendiquent! Si personne ne veut loyalement reconnaître leur volonté de construire, ils resteront chez eux Vous connaissez la suite mes confrères, elle dépend de nous tous. Pascal EYDOUX Président 2

3 Si vous préférez que cette lettre vous parvienne par voie électronique, merci de nous communiquer votre adresse à : en précisant le nom de votre barreau. La vie de la Conférence, ses chantiers Prochaine Assemblée Générale de la Conférence des Bâtonniers Vendredi 27 juin 2008 à la Maison de l Avocat de Marseille. Droit et Jurisprudence AVOCATS : Blanchiment : par arrêt en date du 10 avril 2008, le Conseil d Etat a annulé les dispositions du décret de transposition de la 2 ème directive relative au blanchiment. Il est rappelé que, dans le cadre de la directive, les avocats ne sont pas tenus de remplir les obligations relatives à la dénonciation de leurs clients, lorsqu ils interviennent «lors de l évaluation de la situation juridique de ce client, ou dans l exercice de leur mission de défense et de représentation de ce client dans une procédure judiciaire». Or le décret avait omis notamment de rappeler cette exemption en matière de consultation juridique. Le Conseil d Etat avait été saisi notamment par la Conférence des Bâtonniers et le CNB. Péremption d instance : «En cas de recours contre une décision relative à une contestation d honoraires, la direction de la procédure échappe aux parties, qui n ont aucune diligence à accomplir, de sorte que l instance ne peut faire l objet d une péremption» (2 ème civ, 21 février 2008, Droit & Patrimoine, n 692, 9 avril 2008, p.2). Restitution de frais et honoraires d avocat à la Cour de cassation : un huissier a vu sa responsabilité retenue du fait de la signification tardive d un mémoire ampliatif, ce qui a entraîné la déchéance du pourvoi. Il doit par conséquent être tenu à restitution des frais et honoraires d avocat à la Cour de cassation inutilement réglés par la demanderesse (1 ère civ, 16 janvier 2007 Gaz Pal 16/03/08, p.19). Droits proportionnels : la demande en délivrance d un legs formée par un légataire constitue une demande évaluable en argent, le legs ayant fait l objet d une estimation dans la déclaration de succession pour les besoins des droits d enregistrement : le droit proportionnel était donc dû pour cette demande, et non le seul droit variable (2 ème civ, 18 janvier 2007, Gaz Pal 16/03/08, p19). Retraite complémentaire du conjoint collaborateur : depuis le 1 er juillet 2007, les conjoints collaborateurs d avocats sont obligatoirement affiliés à la CNBF. Sont visés ceux qui ne sont ni salarié, ni avocat associé. Les modalités de calcul des cotisations et de décompte des droits à la retraite de base des conjoints collaborateurs ont été fixées par un décret du 19 septembre 2007 (D. n , JO 21 sept. 2007, p ; D.O Actualité 2007, 9). 3

4 L arrêté du 31 janvier 2008 modifie le régime de retraite complémentaire de la CNBF afin de prévoir les conditions d'affiliation obligatoire au titre du régime de retraite complémentaire ; il est publié au JO du 3 avril Création des «chèques consultation» par l Ordre des Avocats au Barreau de Grenoble et de Brest (Profession Avocat, mars avril 2008, p.44) : son objectif est d ouvrir l accès au droit, sans encourager le développement des consultations gratuites : tout particulier ayant acheté un chèque à l Ordre peut consulter l un des avocats inscrits sur une liste qui lui est remise ; la consultation, orale, se déroule au cabinet de l avocat et dure environ une ½ heure. Secret du délibéré : il n est pas violé par la présence d un élève avocat. En l espèce, le justiciable soutenait que la décision le condamnant était nulle, du fait qu un élève avocat avait siégé aux côtés des magistrats lors des plaidoiries et du délibéré. Suivant en cela la Cour européenne des droits de l homme (CEDH, 7 juin 2001, af.39594/98, Kress c/ France), la Cour de cassation opère une distinction entre assistance et participation d'un avocat élève au délibéré : il peut y assister, mais non pas y participer : il est donc exclu qu il fasse connaître son opinion sur la solution à donner, et qu il développe des observations (3 ème civ,19 mars 2008, n , P+B+I). Exonération de taxe professionnelle pour les jeunes avocats, à compter des impositions au titre de 2008 : après avoir suivi le nouveau cursus d au moins 18 mois, sanctionné par le CAPA, exerçant son activité de manière indépendante, à titre individuel ou au sein d un groupement non soumis à l IS, le jeune avocat bénéficie de cette exonération les 3 premières années d activité. Les jeunes avocats doivent formuler une demande d'exonération sur la déclaration n 1003 P déposée au plus tard le 31 décembre de l'année où ils sont inscrits pour la première fois au tableau de l'ordre d'un Barreau ( BOI 6 E-1-08, 8 avr. 2008). Modification de la carte judiciaire : des recours contre les décrets du 15 février 2008 relatifs à la réforme de la carte judiciaire ont été formés devant le Conseil d Etat les 15 et 17 avril par des organisations syndicales réunies en ententes (CFDT, CGT, Syndicat de la Magistrature, USAJ, UNSA) et l Association des petites villes de France, sur le fondement de la violation du principe d égal accès à la justice, du principe d égalité et d aménagement des territoires. (Dépêches du Jurisclasseur, 18 avril 2008), et d un poids considérable de la réforme sur les finances publiques, ainsi que sur l absence d études d impact préalables. Manquement à la délicatesse : les propos manifestant exclusivement une animosité personnelle de la part de l avocat ne relèvent pas de la protection du droit à la liberté d expression prévue par l article 10 de la Convention européenne des droits de l homme. Ils constituent par suite un manquement à la délicatesse, susceptible d être sanctionné disciplinairement par l Ordre (1 ère civ, 28 mars 2008, Gaz Pal 13, 15 avril 2008, p 11). Admission à l exercice de la profession : la Cour d appel avait fait droit à une demande d admission d une personne ayant exercé pendant 12 ans des activités de juriste d entreprise, principalement sur le territoire national et qui avait essentiellement pratiqué le droit français. La Cour de cassation (1 ère civ, 28 mars 2008, Gaz Pal 13, 15 avril 2008, p 12) censure : la Cour d appel n avait pas constaté l exercice, pendant au moins 8 ans, d une activité de juriste d entreprise sur le territoire français. Domaine d application de la procédure de contestation d honoraires : un syndicat soutient que le syndic n avait pas le pouvoir de donner un accord sur le paiement des honoraires de l avocat. Leur litige ne relève pas de la compétence du juge de l honoraire (2 ème civ, 3 avril 2008, Gaz Pal 13,15 avril 2008, p.12). 4

5 Action en justice sans mandat ad litem : un avocat avait engagé une action au nom d une personne antérieurement décédée, et a par ailleurs donné instruction d interjeter appel d un jugement - alors que l appel était voué à l échec- sans mandat ad litem. Il a engagé sa responsabilité et doit garantir les plaignants (venant aux droits de la personne décédée) de toutes condamnations prononcées de ce chef à leur encontre. En revanche, aucune faute ne peut être imputée à son associé, ayant présumé l existence d un mandat ad litem (Paris, 1 ère ch, 5 février 2008, Gaz Pal 13,15 avril 2008, p.17). DROIT PENAL : Adoption de la proposition de loi créant de nouveaux droits pour les victimes et améliorant l exécution des peines par le Sénat, le 15 avril 2008 ; le texte doit être examiné par l Assemblée Nationale en deuxième lecture (Les dépêches du Jurisclasseur 17 avril 2008). Décret n du 16 avril 2008 relatif notamment aux décisions d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental (JO 18 avril 2008). DROIT CIVIL et PROCEDURE CIVILE : Délais de procédure : aucun texte ne fixant de délai de comparution devant le juge des référés, ne sont pas applicables devant cette juridiction les articles 643 à 645 du NCPC, qui augmentent ce délai (2 ème civ, 9 novembre 2006, Gaz Pal 16 mars 2008, p. 23). Réparation du préjudice corporel : la Cour (2 ème civ, 11 octobre 2007, Gaz Pal 11 avril 2008, p. 8) considère que l indemnité de licenciement est la contrepartie du droit de résiliation unilatérale de l employeur. Elle a pour cause la rupture du contrat de travail et n a pas à être prise en compte pour évaluer la perte des gains professionnels de la victime. DROIT SOCIAL : Portage salarial : par un jugement en date du 18 mars 2008 (TGI de Paris, sect. soc., 18 mars 2008, RG n 06/08817, Christian et a. c/ ASSEDIC de Paris), le tribunal de grande instance de Paris reconnaît l existence de contrats de travail, et rétablit dans leurs droits au regard de l Assedic plusieurs salariés. Dans cette espèce, la société avait conclu un accord d entreprise et mis en place les institutions représentatives du personnel. Le Tribunal estime que la situation des contrats examinés «se rapproche de celles d'autres professions actuelles de nature commerciale ou intellectuelle dans lesquelles une grande marge d'initiative est laissée au salarié, lequel reste néanmoins sous la dépendance d'un employeur sur les plans juridique et économique». Recodification du Code du travail : celui-ci, dans sa nouvelle codification, entrera en vigueur au 1 er mai 2008, dans sa partie législative et sa partie réglementaire. Une table de concordance "ancienne numérotation/nouvelle numérotation" se trouve sur le site Légifrance : 5

6 Contrats à durée déterminée : la Cour de justice des Communautés européennes a jugé, le 15 avril dernier, que les contrats à durée déterminée (CDD) doivent être négociés sur la même base que les contrats à durée indéterminée (CDI) pour un poste comparable, les éléments du contrat à comparer comprenant aussi bien la rémunération que les modalités de pension (Impact, aff. C-268/06). La Cour condamne en outre l enchaînement excessif des contrats à durée déterminée ( l Europe en Bref, n 483). DIVERS : Droit de préemption des communes en cas de cession de fonds de commerce, fonds artisanaux et baux commerciaux (décret n du 26 décembre 2007). Un arrêté du 29 février 2008, publié au JO du 1 er avril 2008, publie le modèle de déclaration préalable. Versement des allocations de logement : le bailleur, lorsque le locataire est allocataire, ou le prêteur, lorsque l emprunteur est allocataire, peut recevoir directement l allocation de logement social ou l allocation de logement familial qu il déduit du loyer et des dépenses accessoires du logement ou des charges de remboursement d emprunt (article L du Code de la Sécurité Sociale, modifié par la loi n , pour le pouvoir d achat et le bail d habitation, Revue des Loyers mars 2008, p.137). Report au 31 décembre 2010 de la première échéance de mise aux normes des ascenseurs, par un décret du 28 mars 2008, modifiant le décret n du 9 septembre 2004 (D. n , 28 mars 2008 : JO 30 mars 2008, p. 5391). Absence de faute lourde d un titulaire de carte bancaire : la Cour (1 ère civ., 28 mars 2008, n , Les dépêches du Jurisclasseur, 3 avril 2008) estime que l utilisation par un tiers d une carte bancaire au moyen du code confidentiel ne rapporte pas la preuve à elle seule de la faute lourde du propriétaire de la carte, seule cette faute lourde pouvant exonérer la banque de son obligation de rembourser les sommes indûment prélevées par ce tiers. «Justice : la réforme dos au mur» : publication d un ouvrage sous la direction de Monsieur Michel ROUGER, dans la collection «les Entretiens de Saintes», aux éditions LARCIER ; le thème choisi l a été en raison de la crise de l institution judiciaire après l affaire d Outreau. Cet ouvrage offre une comparaison entre les attentes d hier et les réalisations d aujourd hui. Europe et International Droit à la pension de survie : la CJCE considère que le survivant d un partenaire homosexuel peut prétendre à une pension de survie au même titre qu un veuf, à condition que l union ait le même statut qu un mariage. En l espèce, la Cour a donc considéré que le refus d octroyer une pension de survie au partenaire enregistré constitue une violation des règles relatives à la discrimination fondée sur l orientation sexuelle (1 er avril 2008, Tadao Maruko c/ Versorgunganstalt der deutschen Bühen, aff. C-267/06, L Europe en Bref, n 482 p. 4). 6

7 Class actions : publication par la Commission, le 3 avril 2008, d un livre blanc pour faciliter l indemnisation des victimes de pratiques concurrentielles. L une des préconisations est l introduction des class actions réservées aux associations de consommateurs, organismes publics ou organisations professionnelles ou aux victimes ayant choisi expressément d y participer. Taux réduits de TVA : la Commission a lancé le 11 mars une consultation sur la législation applicable en la matière ; elle se concentre surtout sur les taux réduits pour les services fournis localement, notamment dans les services à forte intensité de main d œuvre, les services de restauration et les services dans le domaine du logement, qui feront l objet d une 1 re proposition en La consultation, dans un second temps, aborde la question d une révision plus globale du champ d application des taux réduits. Les parties intéressées sont invitées à transmettre leurs observations avant le 12 mai 2008 (L Europe en Bref n 480, p 5). Entretiens communautaires et séminaires-école Entretiens communautaires : o Droit européen du travail : vendredi 30 mai 2008 o Droit des consommateurs : vendredi 3 octobre 2008 o Les derniers développements communautaire de la concurrence : vendredi 21 novembre 2008 Séminaires école : o Droit communautaire des affaires : mercredi 28 et jeudi 29 mai 2008 o Droit communautaire général : jeudi 23 et vendredi 24 octobre 2008 Rencontres européennes : o La participation aux appels d offres européens : la clef de la réussite : vendredi 20 juin 2008 o L accès du citoyen au droit et à la justice en Europe : jeudi 18 septembre 2008 AGENDA PRÉSIDENT et DÉLÉGATIONS AVRIL Président 01 Entretien avec Messieurs OUART et INGRIND, Conseillers à l Elysée 02 Entretien avec Madame FOMBEUR (DACS) et Monsieur QUINTARD Entretien avec Monsieur CANTIER (Avocats sans Frontières) 03 Entretien avec Madame PERNOT-BURKEL (Conseiller Justice Président du Sénat) 04 Rencontre avec les responsables de l ASACA Rencontre avec des bâtonniers 05 Entretiens de SAINTES 09 Réunion du GIE Rencontre avec le Président MIGAUD (Commission finances Assemblée nationale) Rencontre avec Monsieur NOËL (Directeur adjoint Chancellerie) 10 Rencontre avec le Président ARTHUIS (Commission finances Sénat) Rencontre avec la Conférence des Procureurs Généraux 7

8 Réunion du Collège ordinal du CNB 11 Rencontre avec des bâtonniers Conférence des Cent à Bobigny 15 Réunion de parlementaires européens (avec Président CNB et Bâtonnier de PARIS) 16 Entretien avec Madame le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux Rencontre avec le Président de la CNA 17 Entretien avec Mme CAILLIBOTTE (Conseiller justice Premier Ministre) Rencontre avec le Président de la FNUJA 18 Rencontre avec des bâtonniers Audition Commission GUINCHARD 23 Rencontre avec le Barreau de AVESNE s/ Helpe Entretien avec le Président de l UJA de Paris 24 Rencontre avec le Président de l USM Rencontre avec le Président DEALBERTI (Fédération des Centres de médiation) Conseil d administration de l AMRA Réunion des Présidents des Conférences régionales 25 Assemblée générale de la Conférence 26 Bureau de la Conférence Délégations 01 Rencontre avec le Secrétaire d Etat aux affaires européennes (Bâtonnier FORRER) Assemblée de la Compagnie des Conseils et Experts financiers (Bâtonnier DELAVALLADE) 04 Réunion LPA (Bâtonnier DELAVALLADE) 08 Remise du Prix du Cercle Montesquieu (Bâtonnier DUVERNOY) 09 Réunion de la BIF (Bâtonnier GABET) 10 Conseil d Etat Arrêt blanchiment (Bâtonnier FORRER) 12 Assemblée générale du CNB (Bâtonnier GABET) 18 Rentrée du Barreau de CASABLANCA (Bâtonnier POUCHELON) 24 Réunion Commission prospective CNB ASSJ- (Bâtonnier CIVEYRAC) 29 Audition Sénat adaptation droit pénal et Cour pénale internationale (Bâtonnier GUILLOUX) N oubliez pas : Rejets des demandes d inscription d avocats dans les Barreaux : La Conférence rappelle que vous pouvez l interroger sur les demandes d inscription rejetées par les Barreaux. Afin que notre fichier soit à jour, n oubliez pas de nous informer des rejets effectués par votre Barreau en précisant nom, prénom, date de naissance et adresse du demandeur ainsi que la date de la décision et le barreau ayant prononcé ce rejet. La personne concernée sera informée par nos soins (art. 32 de la loi du 6 août 2004). Le site de la Conférence est avocatfrance.com : les participations de tous bénéficieront à chacun Le code d accès à l Extranet de la Conférence, consultable à partir de Avocatfrance.com, est disponible à la Conférence des Bâtonniers pour les Membres du Conseil de l Ordre 8

Conférence des Bâtonniers

Conférence des Bâtonniers Conférence des Bâtonniers 12, place Dauphine 75001 PARIS Tél. 01 44 41 99 10 SEPTEMBRE 2008 LIBRES Libres, de tout dire dans le cadre de la défense de nos clients, nous le sommes. Le Tribunal correctionnel

Plus en détail

Conférence des Bâtonniers

Conférence des Bâtonniers Conférence des Bâtonniers 12, place Dauphine 75001 PARIS Tél. 01 44 41 99 10 JANVIER 2008 Dissiper les doutes. Au moment où la commission GUINCHARD travaille à marche forcée, chacun de nous est en droit

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Conférence des Bâtonniers

Conférence des Bâtonniers Conférence des Bâtonniers 12, place Dauphine 75001 PARIS Tél. 01 44 41 99 10 MARS 2009 Que vive l acte d avocat! Le rapport de la Commision DARROIS désigne ainsi ce que nous appelions l acte sous signature

Plus en détail

Paris, le 24 février 2015

Paris, le 24 février 2015 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Paris, le 24 février 2015 SERVICE DE L ACCÈS AU DROIT ET À LA JUSTICE ET DE L AIDE AUX VICTIMES LE CHEF DE SERVICE LA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE à POUR ATTRIBUTION Monsieur

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Note du 24 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1502 du 12 décembre 2014 relatif aux demandes d aide juridictionnelle en cas de prise en charge par un dispositif de protection

Plus en détail

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris I / Etude La saisie conservatoire sur les comptes bancaires

Plus en détail

- le MAC apporte un soutien aux avocats (collaborateurs ou non) en difficulté, par des conseils confidentiels et bénévoles ; NOS PROPOSITIONS

- le MAC apporte un soutien aux avocats (collaborateurs ou non) en difficulté, par des conseils confidentiels et bénévoles ; NOS PROPOSITIONS Le Manifeste des Avocats Collaborateurs (MAC www.notremanifeste.com) est un syndicat qui a pour objet la défense des intérêts des avocats collaborateurs et des avocats en installation, ainsi que la défense

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 14 mai 2009 N de pourvoi: 08-12966 Publié au bulletin Rejet M. Bargue, président M. Gallet, conseiller apporteur M. Sarcelet, avocat général SCP

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016 Le 27 janvier 2016 LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L Version consolidée au 27 janvier 2016 Article 1 Modifié par LOI n 2014-1654 du 29 décembre 2014 - art.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire SG/SADJPV du 1er mars 2010 relative à la présentation du principe de continuité de l aide juridictionnelle en cas d examen de la question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d Etat,

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

C.N.News. n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE

C.N.News. n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE C.N.News n 7 Juillet - août 2008 ACTUALITES LEGALES I. PRESENTATION SOMMAIRE Loi de modernisation de l économie n 2008-776 du 4 août 2008 : cette loi ne comporte pas moins de 76 mesures destinées à développer

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT Chargé de cours 1 ère chambre AS, 8 avril 2015 RG 14/07853 L article 98 2 du décret du 27 novembre 1991 dispense de la formation théorique et pratique et du certificat d

Plus en détail

Droit du Travail. à DIJON. Journées d études. Formation Continue. Jeudi 15 et vendredi 16 octobre 2015. Pr. Paul-Henri ANTONMATTEI Et M.

Droit du Travail. à DIJON. Journées d études. Formation Continue. Jeudi 15 et vendredi 16 octobre 2015. Pr. Paul-Henri ANTONMATTEI Et M. Formation Continue Journées d études Droit du Travail Jeudi 15 et vendredi 16 octobre 2015 à DIJON Pr. Paul-Henri ANTONMATTEI Et M. David JACOTOT Date limite d inscription : 13/10/2015 Renseignements et

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Contrat type de collaboration élaboré en harmonie avec le Règlement Intérieur National de la profession d avocat TABLE DES MATIÈRES

Contrat type de collaboration élaboré en harmonie avec le Règlement Intérieur National de la profession d avocat TABLE DES MATIÈRES Ce contrat type est tiré de l annexe VI du Règlement Intérieur du Barreau de Paris intitulée : Modèles de contrats de collaboration et de travail entre avocats A CONTRAT-TYPE DE COLLABORATION (Contrat

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

DOSSIER DE LOCATION. Cadre réservé au Cabinet BGI. Appartement : St F1 F2 F3 F4 F5. Adresse : Loyer : Provision sur charges :

DOSSIER DE LOCATION. Cadre réservé au Cabinet BGI. Appartement : St F1 F2 F3 F4 F5. Adresse : Loyer : Provision sur charges : 2 rue Anatole France 57300 HAGONDANGE tél : 03 87 58 71 20 - bgi-immo@dartybox.com www.bgi-immo.fr DOSSIER DE LOCATION Cadre réservé au Cabinet BGI Type de bien Appartement : St F1 F2 F3 F4 F5 Maison Autre

Plus en détail

DOSSIER DE LOCATION. Cadre réservé au Cabinet BGI. Appartement : St F1 F2 F3 F4 F5. Adresse : Loyer : Provision sur charges :

DOSSIER DE LOCATION. Cadre réservé au Cabinet BGI. Appartement : St F1 F2 F3 F4 F5. Adresse : Loyer : Provision sur charges : 2 rue Anatole France 57300 HAGONDANGE tél : 03 87 58 71 20 - contact@bgi-immo.fr www.bgi-immo.fr DOSSIER DE LOCATION Cadre réservé au Cabinet BGI Type de bien Appartement : St F1 F2 F3 F4 F5 Maison Autre

Plus en détail

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s)

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s) Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. N de pourvoi: 10-20891 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN APPLICATION DE L ARTICLE 100 DU DÉCRET 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 mai 2012 N de pourvoi: 10-15238 Publié au bulletin Mme Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président SCP Bouzidi et Bouhanna,

Plus en détail

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB...

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... C O T I S A T I O N S S O C I A L E S LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... Exercer c est aussi déclarer... et cotiser! Prélèvements sociaux et professionnels : COMPARATIF COLLABORATEUR

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-148

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-148 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-148 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen Cette brochure vous explique quelles sont les tâches et les

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN application DE l article 100 du Décret 91-1197 du 27 novembre 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE Textes applicables : Article 11 de l ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature ; Article

Plus en détail

DROIT DES ASSURANCES DROIT DE LA RESPONSABILITÉ DROIT PUBLIC ECONOMIQUE DROIT SOCIAL DROIT DES BAUX COMMERCIAUX DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE DROIT

DROIT DES ASSURANCES DROIT DE LA RESPONSABILITÉ DROIT PUBLIC ECONOMIQUE DROIT SOCIAL DROIT DES BAUX COMMERCIAUX DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE DROIT D E S C O M P É T E N C E S À V O T R E S E R V I C E DROIT DES ASSURANCES DROIT DE LA RESPONSABILITÉ DROIT PUBLIC ECONOMIQUE DROIT SOCIAL DROIT DES BAUX COMMERCIAUX DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE DROIT

Plus en détail

Charte du cotisant. contrôlé

Charte du cotisant. contrôlé Charte du cotisant contrôlé Le mot du directeur Vous avez été informé de la visite de l un de nos inspecteurs dans le cadre d un contrôle. La CRPCEN s engage, par la présente charte, à vous informer sur

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

AVOCAT SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/11/2015 1

AVOCAT SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/11/2015 1 AVOCAT SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AVOCAT... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AVOCAT... 4 L'ACTIVITÉ DE L'AVOCAT... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AVOCAT... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ DE L'AVOCAT

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ. E x c l u s i f d e t o u t l i e n d e subordination. Possibilité de développer une clientèle personnelle.

COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ. E x c l u s i f d e t o u t l i e n d e subordination. Possibilité de développer une clientèle personnelle. COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ LES FONDAMENTAUX CONTRAT DE COLLABORATION 1 CONTRAT DE TRAVAIL 2 LIEN DE SUBORDINATION E x c l u s i f d e t o u t l i e n d e subordination. Lien de subordination

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

La Lettre de la Conférence des Bâtonniers

La Lettre de la Conférence des Bâtonniers La Lettre de la Conférence des Bâtonniers JANVIER-FEVRIER 2010 La question de la constitutionnalité ouverte aux parties et à leurs avocats à compter du 1er mars 2010 permet de sensibiliser le barreau français

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 26 mai 1999 N de pourvoi: 96-20299 Non publié au bulletin Rejet Président : M. BEZARD, président AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS REPUBLIQUE FRANCAISE

Plus en détail

LA VIOLATION DU SECRET : LE RÔLE DU BÂTONNIER

LA VIOLATION DU SECRET : LE RÔLE DU BÂTONNIER LA VIOLATION DU SECRET : LE RÔLE DU BÂTONNIER La violation du secret par l avocat : faute déontologique, faute pénale :. le conflit d intérêts. la levée du secret professionnel par le client. le secret

Plus en détail

Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés

Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés L Assemblée nationale a délibéré et adopté, Le Président

Plus en détail

AVOCAT. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

AVOCAT. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 AVOCAT SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AVOCAT... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AVOCAT... 4 L'ACTIVITÉ DE L'AVOCAT... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AVOCAT... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12 1 LE MARCHÉ DE L'AVOCAT

Plus en détail

La visioconférence admise pour les réunions du comité central d entreprise

La visioconférence admise pour les réunions du comité central d entreprise Socialettre La lettre d'information proposée par Résocial réseau d avocats dédié au droit social INFO DU MOIS La visioconférence admise pour les réunions du comité central d entreprise Un comité central

Plus en détail

Créer le statut d avocat en entreprise

Créer le statut d avocat en entreprise d années, s est d abord orientée vers l interprofessionnalité, mais ce projet s est heurté à une vive opposition des avocats. Les différentes auditions auxquelles a procédé la commission ont auprès des

Plus en détail

Demande d aide juridictionnelle

Demande d aide juridictionnelle 1 Cerfa n 12467*02 Demande d aide juridictionnelle (Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 et décret n 91-1266 du 19 décembre 1991) Vous-même : Avez-vous un contrat d assurance de protection juridique ou un autre

Plus en détail

Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés

Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés Veille jurisprudentielle : Droit privé : quelques arrêts intéressants. Comité d'entreprise Désignation d un RS au CE dans les entreprises de moins de trois cents salariés Dans cet arrêt, la Cour de cassation

Plus en détail

JORF n 0149 du 29 juin 2011. Texte n 33

JORF n 0149 du 29 juin 2011. Texte n 33 JORF n 0149 du 29 juin 2011 Texte n 33 ARRETE Arrêté du 28 juin 2011 portant approbation des modifications apportées aux statuts du régime invalidité-décès des agents généraux d assurance NOR: ETSS1117752A

Plus en détail

1 sur 10 14/02/2006 14:55

1 sur 10 14/02/2006 14:55 1 sur 10 14/02/2006 14:55 Direction des Journaux Officiels J.O n 215 du 17 septembre 2003 page 15944 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de la justice Arrêté du 11 septembre 2003 fixant

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

MAA. DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Tél :

MAA. DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Tél : MAA DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Mutuelle de l Armée de l Air - Pôle Social - 48, rue Barbès - 92544 Montrouge Cedex Tél. : 0 970 809 721 (appel non surtaxé). Site internet : www.mutaa.fr

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ. Exclusif de tout lien de subordination. Possibilité de développer une clientèle personnelle.

COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ. Exclusif de tout lien de subordination. Possibilité de développer une clientèle personnelle. COLLABORATEUR LIBÉRAL / AVOCAT SALARIÉ LES FONDAMENTAUX CONTRAT DE COLLABORATION CONTRAT DE TRAVAIL 2 LIEN DE SUBORDINATION Exclusif de tout lien de subordination. Lien de subordination uniquement pour

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

HONORAIRES Maître Aurélie Vivier

HONORAIRES Maître Aurélie Vivier HONORAIRES Maître Aurélie Vivier Tarifs valables à partir du 01 Janvier 2012 Maître Aurélie Vivier 24 rue Grande Nazareth 31000 Toulouse Tel: 05 34 40 82 15 www.avocat-vivier.fr contact@avocat-vivier.fr

Plus en détail

Jurisprudence. Comptabilisation des heures de délégation des délégués du personnel. Cass. Soc. 16 avril 2015 : n 13-21531

Jurisprudence. Comptabilisation des heures de délégation des délégués du personnel. Cass. Soc. 16 avril 2015 : n 13-21531 Jurisprudence Comptabilisation des heures de délégation des délégués du personnel Cass. Soc. 16 avril 2015 : n 13-21531 Article L 2315-1 L employeur laisse aux délégués du personnel le temps nécessaire

Plus en détail

Audit & conseil en tarification AT/MP Recours gracieux & contentieux Réduction des coûts liés aux AT/MP Contestation du caractère professionnel

Audit & conseil en tarification AT/MP Recours gracieux & contentieux Réduction des coûts liés aux AT/MP Contestation du caractère professionnel Les Enjeux Chaque année en France, les accidents du travail et les maladies professionnelles entraînent la perte de 48 millions de journées de travail, ce qui équivaut à la fermeture d'une entreprise de

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Réinscription au Barreau de Paris

Réinscription au Barreau de Paris Réinscription au Barreau de Paris Ordre des Avocats de Paris Service de l Exercice Professionnel Département des Affaires Administratives 11 place Dauphine - 75053 Paris Cedex 01 Myriam Morel, chargée

Plus en détail

Sommaire. Assurances. Automobile. Banque-Crédit - 6 - Textes légaux 53

Sommaire. Assurances. Automobile. Banque-Crédit - 6 - Textes légaux 53 Sommaire Assurances 001 Déclaration d un sinistre 12 002 Déclaration d un accident 13 corporel 003 Réponse à refus d indemnisation pour déclaration tardive 14 004 Réponse à une exclusion de garantie de

Plus en détail

Fiche d information sur les droits des victimes des actes de terrorisme survenus le 13 novembre 2015

Fiche d information sur les droits des victimes des actes de terrorisme survenus le 13 novembre 2015 Fiche d information sur les droits des victimes des actes de terrorisme survenus le 13 novembre 2015 Vous ou l un de vos proches avez été victime des actes de terrorismes survenus le vendredi 13 novembre2015.

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

«Faire de votre avocat un. partenaire privilégié»

«Faire de votre avocat un. partenaire privilégié» «Faire de votre avocat un partenaire privilégié» Les domaines d expertise le droit du travail Que vous soyez employeur ou salarié, le Cabinet Geronimi vous représente ou vous assiste tout au long de la

Plus en détail

Vente en ligne, CGV et clauses abusives

Vente en ligne, CGV et clauses abusives Vente en ligne, CGV et clauses abusives L examen de sites de vente aux consommateurs (B-to-C) fait apparaître de manière récurrente des clauses contractuelles dans les conditions générales de vente (CGV)

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

LA GESTION DE VOTRE PATRIMOINE

LA GESTION DE VOTRE PATRIMOINE LA GESTION DE VOTRE PATRIMOINE La Société IMMO 97.1 dont le siège social est 8, Place Créole Marina Bas du Fort (97190 GOSIER) est implantée sur l'île de la Guadeloupe depuis 1989 IMMO 97.1, constituée

Plus en détail

Vous. souhaitez emprunter. Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :...

Vous. souhaitez emprunter. Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :... CADRE RÉSERVÉ À ENTREPRISES-HABITAT Emprunteur :... Entreprise :... N d entreprise :... N de demande :... N de dossier :... N de paiement :... Date de réception du dossier :... Vous souhaitez emprunter?

Plus en détail

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports et de la vie associative Ministère du budget, des comptes publics et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/04/2013 COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY01332 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur Mme VINET, rapporteur public

Plus en détail

La protection des représentants du personnel

La protection des représentants du personnel La protection des représentants du personnel Les représentants du personnel bénéficient d une protection dans leur emploi afin de mener à bien leurs missions en lien avec leur mandat. Cette protection

Plus en détail

Relax! par mois. Offrez-vous la certitude d être bien défendu. Protection Juridique Privée. Nos 7 engagements au service de votre PROTECTION JURIDIQUE

Relax! par mois. Offrez-vous la certitude d être bien défendu. Protection Juridique Privée. Nos 7 engagements au service de votre PROTECTION JURIDIQUE Protection Juridique Privée Nos 7 engagements au service de votre PROTECTION JURIDIQUE Vous apporter la force d un groupe au service de vos droits. Vous offrir des garanties étendues pour répondre à vos

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 19 décembre 2012 N de pourvoi: 11-21703 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Le Griel, SCP Nicolaý, de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, SCP Tiffreau, Marlange et de La Burgade, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, SCP Tiffreau, Marlange et de La Burgade, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/12/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 décembre 2014 N de pourvoi: 13-15081 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02367 Publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Masse-Dessen,

Plus en détail

CONFIDENTIEL CONVENTION D ADHESION INDEPENDANT

CONFIDENTIEL CONVENTION D ADHESION INDEPENDANT CONFIDENTIEL CONVENTION D ADHESION INDEPENDANT Août 2006 CONVENTION D ADHESION INDEPENDANT Entre les soussignés SARL FCI Immobilier Société à responsabilité limité au capital de 15 000 Euros dont le siège

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

DEMANDE D AIDE SOCIALE REMBOURSABLE «1 ER INSTALLATION» (ASR) ADHÉRENT CONJOINT (OU P.V.M.) SITUATION PROFESSIONNELLE.

DEMANDE D AIDE SOCIALE REMBOURSABLE «1 ER INSTALLATION» (ASR) ADHÉRENT CONJOINT (OU P.V.M.) SITUATION PROFESSIONNELLE. MAA DEMANDE D AIDE SOCIALE REMBOURSABLE «1 ER INSTALLATION» (ASR) Mutuelle de l Armée de l Air - Pôle Social - 48, rue Barbès - 92544 Montrouge Cedex Tél. : 0 970 809 721 (appel non surtaxé). Site internet

Plus en détail

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983)

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) II- Décret du 4 novembre 1983 portant organisation et Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) DECRETE Chapitre premier

Plus en détail

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE

L ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- NOR : SAA0201952 DL DELIBERATION N 2002-162 APF DU 5 DECEMBRE 2002 portant réglementation de la consultation juridique et la rédaction d actes sous seing privé.

Plus en détail

Aujourd hui, le service de courtage intégré SOLUTIONS CREDIT vous est proposé afin de vous aider dans cette recherche de financement immobilier.

Aujourd hui, le service de courtage intégré SOLUTIONS CREDIT vous est proposé afin de vous aider dans cette recherche de financement immobilier. Madame, Monsieur, Vous avez signé un contrat de réservation pour l acquisition d un bien immobilier. L obtention d un crédit immobilier vous sera certainement indispensable. Aujourd hui, le service de

Plus en détail

SPÉCIAL C.A.T.S. L attitude irresponsable de la DRH vous contraint à saisir la justice!

SPÉCIAL C.A.T.S. L attitude irresponsable de la DRH vous contraint à saisir la justice! Petits rappels : DELEGATION NATIONALE CGT «LE CREDIT LYONNAIS» 15, rue Feydeau - 75002 PARIS BC : 315.41 : 01.42.95.13.80 : 09.72.19.71.15 Lotus : cgt_dsn - e.mail :cgt_dsn@lcl.fr SPÉCIAL C.A.T.S. L attitude

Plus en détail

Actualités Juridiques Avril 2011

Actualités Juridiques Avril 2011 . Actualités Juridiques Avril 2011 FISCALITE : La loi de finances rectificative pour 2012 : Principales dispositions TVA relèvement du taux normal L article 2V de la Loi prévoit à compter du premier octobre

Plus en détail

Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole N 34 - Août 2013

Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole N 34 - Août 2013 254, Boulevard de l Usine 59000 LILLE Tél. : 03 20 88 36 20 - Fax : 03 20 53 21 44 Email : cfdt.metropole.lilloise@orange.fr Site : www.cfdt-metropolelilloise.fr Lettre d Information Juridique CFDT UTI

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-425 QPC du 14 novembre 2014. Société Mutuelle Saint-Christophe

Commentaire. Décision n 2014-425 QPC du 14 novembre 2014. Société Mutuelle Saint-Christophe Commentaire Décision n 2014-425 QPC du 14 novembre 2014 Société Mutuelle Saint-Christophe (Taxe spéciale sur les contrats d assurance contre l incendie) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 3 septembre

Plus en détail

La présente loi s applique aux personnes qui offrent leurs services au public en leur qualité d avocat.

La présente loi s applique aux personnes qui offrent leurs services au public en leur qualité d avocat. 7. Loi du décembre 00 sur la profession d avocat (LAv) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du juin 000 sur la libre circulation des avocats (loi sur les avocats, LLCA) ; Vu le message

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

ANNEXE 1 CONTRAT TYPE DE SYNDIC

ANNEXE 1 CONTRAT TYPE DE SYNDIC ANNEXE 1 CONTRAT TYPE DE SYNDIC (Contrat type prévu à l article 18-1 A de la loi no 65-557 du 10 juillet 1965 modifiée fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis et à l article 29 du décret

Plus en détail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole Métropole N 52 N 52 janvier 2015 Paiement des heures supplémentaires Les heures supplémentaires donnent lieu à une majoration de salaire Les heures ainsi

Plus en détail