Statistiques des médicaments Oncologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Statistiques des médicaments 2013. Oncologie"

Transcription

1 Statistiques des médicaments 2013 Oncologie

2 Contenu 2 Sommaire 1. Introduction Une médecine évolutive 5 Tendances dans le domaine oncologique 6 2. Analyses des médicaments Méthodologie 8 Augmentation disporportionnée par rapport au marché global 12 Deux médicaments anticancéreux parmi les 20 médicaments les plus vendus 14 Top 10 des médicaments anticancéreux 16 Évolution en oncologie 18 Soins oncologiques ambulatoires en Suisse Anticancéreux «off label use» Art. 71a/b OAMal et modèle d utilité d Helsana 32 Statistique en matière d évaluation des bénéfices pour les anticancéreux 35 Top 5 des médicaments oncologiques et variété des indications dans le cadre de l art. 71 a/b OAMal 37 Statistiques des médicaments Oncologie, Helsana 2013, version 1.1 Fries R., Früh M., Gyger P., Reich O., Seiler B. (par ordre alphabétique) 4. Discussion Charge de morbidité et prévention 40 Coûts Bénéfice 42 Formation des prix et accès au marché 43 Utilisation «off label» 45 Déterminants et qualité des soins 46 Contribution de la recherche sur les services de santé 46 Impressum Groupe Helsana, case postale, 8081 Zurich,

3 Avant-propos 3 En médecine, l oncologie suscite toujours plus de questions en lien avec les coûts et les bénéfices thérapeutiques, que ce soit lors de décisions en matière de tarification ou dans les cas d espèce. L importance des médicaments personnalisés génétiques ne cesse de croître, drainant son lot de discussions relatives aux risques et aux chances de la médecine individualisée. Malgré la pertinence du sujet, les faits en matière de prise en charge des soins et les études pertinentes sont une denrée rare. Helsana souhaite combler cette lacune en établissant un relevé statistique basé sur des données propres, issues de l assurance obligatoire des soins. Il s agit de la première étude de ce genre d envergure nationale. Elle abordera l évolution des coûts, les caractéristiques épidémiologiques ainsi que des réflexions concernant l utilité des médicaments. Avec cette étude, nous explorons un territoire nouveau: en effet, les enseignements en matière de prise en charge des soins, que nous souhaitons rendre accessibles au grand public, sont tirés de données traitées dans le cadre de l activité ordinaire. Nous sommes conscients que notre démarche suscitera moult réactions, parfois peutêtre controversées. Si nous nous lançons délibérément sur cette voie, c est parce que nous souhaitons un débat ouvert. Toute remarque constructive est la bienvenue. Daniel H. Schmutz CEO Pius Gyger Responsable Politique de la santé

4

5 Introduction 5 1. Introduction Une médecine évolutive La médecine a souvent tendance à progresser rapidement et par à-coups. En 1928, Fleming isolait dans une moisissure la pénicilline, la première substance à effet antibiotique. Une période de calme s ensuivit avant que, 20 ans plus tard, de nombreux nouveaux antibiotiques ne soient développés en relativement peu de temps. La médecine subissait alors une véritable révolution et la peur de la mort liée aux maladies infectieuses s estompait. Aujourd hui, nous vivons à nouveau une époque charnière et une fois de plus, tout va très vite. Il s agit cette fois-ci des découvertes génétiques qui, suite à une période de latence, déclenchent l arrivée d une véritable avalanche de nouveaux médicaments, créant une base nouvelle pour nos thérapies médicales. La priorité des nouveaux médicaments est donnée à l oncologie. Mais d autres disciplines telles que la rhumatologie, l allergologie, l immunologie ou la dermatologie en bénéficient elles aussi. Il faut s attendre à ce que la thérapie médicamenteuse se dirige davantage vers les marqueurs génétiques. Or, l expérience nous dicte que les nouveaux médicaments coûtent cher, alors que l utilité attendue est en partie incertaine. Les énormes succès que la thérapie antibiotique a rencontrés il y a maintenant 70 ans ne peuvent pas (encore) être égalés par les nouveaux médicaments.

6 Introduction 6 L évolution rapide dans le secteur médicamenteux a des répercussions concrètes sur notre système de santé et nous concerne tous: des patients, qui bénéficient des nouvelles préparations, jusqu aux assureurs-maladie, qui financent la recherche. Helsana souhaite suivre cette évolution à l aide de ses propres données et établir des faits, afin de créer une meilleure base destinée à identifier les problèmes et à en mesurer la portée. Cette démarche vise également à stimuler le débat et à susciter des ébauches de solution. Tendances dans le domaine oncologique Actuellement, on observe une évolution tant dans le développement de nouveaux principes actifs que dans l application de ces médicaments dans de nouvelles situations thérapeutiques. Nouveaux médicaments Les nouvelles substances sont principalement des médicaments dits personnalisés, qui agissent de façon ciblée sur les cellules présentant une modification pathologique. Elles bloquent les enzymes protéiques ou d autres récepteurs servant à la prolifération cellulaire. On parle alors de «traitements ciblés». La cible elle-même est un passage-clé vers les cellules malades, dont le blocage permet de neutraliser les cellules. La base est constituée de marqueurs génético-moléculaires. La présence de tels marqueurs varie d une personne à l autre. La thérapie, individualisée, mène à une médecine personnalisée. Nouvelles indications Les médicaments personnalisés agissent sur les récepteurs des tissus cellulaires, raison pour laquelle on peut y

7 Introduction 7 recourir pour traiter diverses maladies. Ainsi, une multitude de nouvelles indications thérapeutiques sont possibles selon le principe actif. Le type d homologation usuel un médicament est enregistré et utilisé pour une un certain nombre d indications (maladies), voire une seule n est plus la norme dans le cas des médicaments personnalisés. Fixer le prix de tels médicaments représente par ailleurs un nouveau défi lorsqu une seule marque couvre plusieurs indications. Maladies orphelines En Europe, on qualifie d orphelines les maladies qui touchent une personne sur Le mot «orphelin / orpheline» évoque une maladie rare pour laquelle il n est pas possible de réaliser des études scientifiques. Mais de nos jours, cette conception est dépassée. Des études multicentriques permettent une collecte pertinente des données, même si la maladie est peu répandue. Dans la pratique américaine, les maladies «véritablement» rares peuvent être désignées comme telles lorsque le seuil de prévalence atteint 1: On les qualifie alors de maladies «orphelines», «très orphelines» ou «rares». Dans de telles situations, il est souvent difficile de réaliser des études en raison du nombre insuffisant de cas ou pour des raisons éthiques. Grâce à l indication de thérapies médicamenteuses sur la base de tests génétiques selon la définition traditionnelle, il est possible de concevoir de nouvelles thérapies pour des maladies orphelines. Dans le domaine de l oncologie, plus de 50 pour cent de toutes les indications sont aujourd hui déjà des indications orphelines, dont la majeure partie concerne les cancers de la poitrine, de la prostate, des poumons, de l intestin ou de la peau.

8 Analyses des médicaments 8 2. Analyses des médicaments Méthodologie Les présentes analyses se fondent sur les données relatives aux prestations du Groupe Helsana, issues des années 2007 à Les évaluations se basent sur les données anonymisées de quelque 1,2 million d assurés. Les différences d âge et de sexe des collectifs d assurance au sein des différents assureurs-maladie permettent difficilement d établir un parallèle direct. En comparaison avec l ensemble de la population suisse, on observe un glissement du sex-ratio au profit des femmes dans l effectif des assurés du Groupe Helsana. Étant donné que les assurées de sexe féminin sont comparativement plus âgées que les assurés de sexe masculin, l âge moyen de l échantillon se situe au-dessus de la moyenne de la population suisse. Aussi, dans nos évaluations, la population des assurés d Helsana a été standardisée en effectuant les corrections nécessaires, afin de correspondre à celle de l ensemble de la population helvétique. En outre, les données ont été extrapolées à l ensemble de la population suisse. L échantillon d Helsana constitue ainsi une base de données représentative pour les présentes statistiques, tant sur le plan de l ordre de grandeur que de la répartition selon l âge et le sexe.

9 Analyses des médicaments 9 Les paiements de prestations pour les médicaments à la charge de l assurance obligatoire des soins (AOS) constituent une importante base de données pour notre statistique. Ils comprennent les médicaments remis dans les cabinets médicaux, dans les pharmacies ou dans les services ambulatoires des hôpitaux, et décomptés par l assurance-maladie. En Suisse, près de 90 pour cent des patients oncologiques sont pris en charge en ambulatoire. La présente analyse ne couvre que le domaine ambulatoire, car les données disponibles dans le domaine stationnaire sont insuffisantes en raison des modalités de facturation (forfaits). Les données disponibles sont des données dites secondaires, c est-à-dire qu elles n ont pas été récoltées en vue de réaliser la présente analyse. Il s agit de données comptables relatives au déroulement ordinaire des activités de l assurance-maladie, qui requièrent un soin particulier lors de leur évaluation et de leur interprétation. Mais elles permettent tout à fait de dresser un portrait en temps réel et sans distorsion de la situation des soins oncologiques en Suisse. Afin de distinguer les médicaments personnalisés des médicaments non personnalisés, les caractéristiques cidessous leur ont été attribuées: Médicaments personnalisés Médicaments non personnalisés Anticorps monoclonaux Médicaments personnalisés à base d hormones Chimiothérapie Immunomodulation

10 Analyses des médicaments 10 Certains médicaments sont utilisés aussi bien pour les traitements oncologiques que pour d autres domaines d indications. Par conséquent, il a été procédé à une correction de la proportion d oncologie. Nous estimons ce taux sur la base de valeurs empiriques tirées de la pratique quotidienne d oncologues de la façon suivante: Principe actif Proportion oncologie Interféron alfa-2a 20 % Interféron alfa-2b 20 % Aldesleukine 80 % Thalidomide 50 % Léalidomide 90 % Peginterféron alfa-2a 20 % Méthotrexate 50 % Cyclophosphamide 60 % Rituximab 75 % Bévacizumab 90 % Denosumab Prolia 20 % Xgeva 100 %

11 11

12 Analyses des médicaments 12 Nette augmentation des ressources investies dans l indication du cancer. La pression qui s exerce sur l industrie, les autorités et les fournisseurs de prestations afin qu ils justifient des données probantes, de la qualité et du rapport coûts / efficacité augmentera elle aussi. Augmentation disporportionnée par rapport au marché global Les coûts des médicaments mentionnés dans le domaine ambulatoire de l AOS ont augmenté de 39 pour cent depuis 2007 et se montaient, en 2012, à 5,5 milliards de francs suisses. La part des médicaments dans le domaine ambulatoire de l AOS atteint environ 20 pour cent des coûts totaux. Ces dernières années, cette proportion est restée quasiment inchangée malgré diverses séries de baisses des prix. En 2012, la part des médicaments anticancéreux représentait environ 9 pour cent des dépenses globales consacrées aux médicaments. En comparaison avec 2007, le marché des médicaments anticancéreux a augmenté trois fois plus que le marché global, à savoir de 125 pour cent, un chiffre qui ne laisse pas indifférent. En 2012, près de 52 pour cent de ces médicaments ont été délivrés aux femmes. Ce taux est resté pratiquement inchangé pour chacune des six années considérées. Les dépenses pharmaceutiques sont inégalement réparties entre les collectifs d assurés: 20 pour cent des patients nécessitent quelque 80 pour cent du montant total des frais de médicaments. Pour ce qui est des préparations anticancéreuses, on atteint 85 pour cent des coûts.

13 Analyses des médicaments 13 Marché global des médicaments et part de marché des médicaments anticancéreux, extrapolation pour toute la Suisse (sans correction des parts de médicaments anticancéreux pour le marché global) Évolution depuis 2007 en % Dépenses médicaments en Mio de francs Dépenses globales % Dépenses concernant les femmes % Dépenses concernant les hommes % Dépenses médicaments anticancéreux en Mio de francs Dépenses globales % Dépenses concernant les femmes % Dépenses concernant les hommes % Répartition en pourcentage des dépenses consacrées aux médicaments pour les personnes ayant acheté des médicaments, 2012, extrapolation pour toute la Suisse Nombre de personnes en pour cent ayant acheté des médicaments 100 % 80 % 60 % 40 % 20 % 0% 0% 20% 40% 60 % 80 % 100 % Tous les médicaments Médicaments anticancéreux Part des dépenses relatives aux médicaments en pour cent

14 Analyses des médicaments 14 En dépit d un nombre de patients peu élevé, deux préparations oncologiques font déjà partie des médicaments les plus vendus. L augmentation des indications appliquées poussera d autres préparations oncologiques dans le top 20 des médicaments les plus vendus. Aussi, une règle visant à faire baisser les prix en fonction de l extension des indications nous semble justifiée. Deux médicaments anticancéreux parmi les 20 médicaments les plus vendus Sur les quelque 5,5 milliards de francs suisses de prestations d assurance pour les médicaments dans le domaine ambulatoire de l AOS, environ 22 pour cent ont été consacrés en 2012 aux 20 préparations les plus vendues. Le brevet du leader de longue date Sortis, la statine pour le traitement d un cholestérol trop élevé, est échu, raison pour laquelle Sortis doit désormais également se démarquer sur le marché des génériques. Le nouveau leader aujourd hui est le Remicade, un médicament contre l arthrite rhumatismale. D autres thérapies innovantes peuvent envisager de figurer en tête de classement dans ce domaine (Humira et Enbrel) et dans la dégénérescence maculaire liée à l âge (Lucentis). De plus, d autres médicaments pour les maladies chroniques telles que le diabète, l asthme, le BPCO, le SIDA, les maladies psychiques et naturellement le cancer font partie des 20 médicaments les plus vendus. Les médicaments anticancéreux les plus vendus sont le Mabthera, principalement utilisé pour le traitement des lymphomes non hodgkiniens, ainsi que l Herceptine, administrée pour diverses indications telles que certaines formes de cancer du sein et de l estomac. En comparaison avec les autres médicaments de la liste, ces deux préparations ont un nombre de patients relativement peu élevé, mais elles figurent malgré tout sur la liste des 20 médicaments les plus vendus en raison des coûts de thérapie élevés. Par rapport à 2011, elles se sont cependant sensiblement «améliorées» et occupent respectivement les 5 ème (Herceptine) et 9 ème rangs (Mabthera).

15 Analyses des médicaments 15 Top 20 des médicaments en fonction de la prestation assurée brute, 2012, extrapolation pour toute la Suisse (sans correction des parts de médicaments anticancéreux) Médicament Nombre de personnes Évolution année précédente Dépenses en CHF Évolution année précédente Rang 2012 Rang 2011 Nombre d ordonnances Dépenses/ personne en CHF REMICADE % % HUMIRA % % LUCENTIS % % SORTIS % % HERCEPTIN % % SEROQUEL % % TRUVADA % % INSULINE % % MABTHERA % % ENBREL % % ATRIPLA % % CIPRALEX % % DAFALGAN % % SERETIDE % % SYMBICORT % % PANTOPRAZOL % % CRESTOR % % ZYPREXA % % REVLIMID % % LYRICA % %

16 Analyses des médicaments 16 Les médicaments personnalisés gagnent du terrain. Les cinq prochaines années, seuls des médicaments personnalisés figureront au Top 10 des médicaments anticancéreux, en raison de leur prix et de la chronicisation des affections cancéreuses. Top 10 des médicaments anticancéreux En Suisse et en 2012, les premiers médicaments anticancéreux en termes de chiffres d affaires étaient des médicaments personnalisés. Huit d entre eux font partie des dix médicaments oncologiques les plus vendus. La quête de médicaments personnalisés ou de «médicaments cibles» devient toujours plus importante dans la recherche pharmaceutique sur les médicaments. Au sens large du terme, on entend par cible toute cible moléculaire potentielle pour les substances dans le corps. Il s agit de médicaments d un nouveau genre qui se situent dans le segment des prix élevés et qui sont à l origine de la dynamique des dépenses en oncologie. Ces médicaments s orientent vers les spécificités biologiques et cytologiques du tissu cancéreux. Étant donné que d ordinaire, ces particularités n apparaissent pas ou quasi pas sur des cellules saines, la thérapie anticancéreuse ciblée devrait être plus efficace et plus tolérable. Cela permet avant tout de freiner la croissance tumorale et de garder le cancer «sous contrôle», ou de le transformer en maladie chronique. En règle générale, les nouvelles substances sont combinées aux méthodes de thérapies conventionnelles (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie). Ce qui contribue à expliquer pour quelle raison l utilisation d agents chimiothérapeutiques continue elle aussi de croître. La transformation en chronicisation et la thérapie durable impliquent également des coûts importants.

17 Analyses des médicaments 17 Top 10 des médicaments anticancéreux en fonction de la prestation assurée brute, 2012, extrapolation pour toute la Suisse Médicament Type Nb personnes Évol. depuis 2011 Dépenses en CHF Évol. depuis 2011 Rang 2012 Rang 2011 Nb ordonnances Dépenses/ personnes en CHF HERCEPTIN pers % % MABTHERA pers % % REVLIMID non pers % % GLIVEC pers % % AVASTIN pers % % ALIMTA non pers % % VELCADE pers % % ZYTIGA pers % % ERBITUX pers % % YERVOY pers % %

18 Analyses des médicaments 18 En termes de fréquence, de coûts et de charges, le cancer est devenu l une des maladies les plus importantes de notre société. La prévalence des cancérothérapies a doublé ces dernières cinq années. Les cancérothérapies seront bientôt le souci numéro un en matière de charges et de coûts pour la société. Évolution en oncologie Prévalence croissante Depuis de nombreuses années, les cancers occupent la deuxième place derrière les maladies cardio-vasculaires dans la statistique des causes de décès. Près d un décès sur quatre est dû à l heure actuelle à un cancer. Cette augmentation est notamment due à une espérance de vie toujours plus longue. S il y a 70 ans, on mourait encore jeune de pneumonie, les causes de décès les plus courantes aujourd hui sont des maladies qui deviennent plus fréquentes avec l âge, à l instar du cancer. L importance des cancers ne se reflète pas uniquement sur la liste des causes de décès, mais également dans la statistique des ordonnances ambulatoires et oncologiques. Le nombre de patients a augmenté de 65 pour cent entre 2007 et 2012.

19 Analyses des médicaments 19 Évolution du nombre de personnes prenant des médicaments anticancéreux, extrapolation pour toute la Suisse Nombre de personnes ayant acheté des médicaments anticancéreux Évolution depuis 2007 en % Total % Femmes % Hommes %

20 Analyses des médicaments 20 Les dépenses en matière de médicaments personnalisés ont triplé par rapport à la chimiothérapie. Tous les groupes d âge bénéficient de médicaments personnalisés. Dans de nombreux cas, l efficacité de l utilisation de médicaments personnalisés doit encore être prouvée. Importance des médicaments personnalisés dans la thérapie anticancéreuse En 2012, la part des dépenses consacrée aux médicaments personnalisés anticancéreux atteignait quasiment 70 pour cent, soit 319 millions de francs. Les coûts de ces médicaments ont nettement augmenté par rapport à 2007 (+187 %). Dans le groupe des agents chimiothérapeutiques, le marché a progressé depuis 2007 de 19 % pour atteindre, en 2012, un volume de 118 millions de francs. Cette évolution souligne l importance des substances actives plus anciennes dans la thérapie anticancéreuse moderne. Si l on considère la répartition des agents thérapeutiques et des thérapies personnalisées selon les groupes d âge, on constate qu au cours des dernières années, les médicaments personnalisés sont utilisés aussi bien chez les jeunes patients que chez les patients plus âgés. Évolution des dépenses des médicaments anticancéreux, réparties selon le sexe, la chimiothérapie et les médicaments personnalisés, extrapolation pour toute la Suisse Évolution depuis 2007 Dépenses anticancéreux (Mio de francs) Dépenses totales % Dépenses femmes % Dépenses hommes % Dépenses médic. chimio. (Mio de francs) Dépenses totales % Dépenses femmes % Dépenses hommes % Dépenses médic. personnalisés (Mio de francs) Dépenses totales % Dépenses femmes % Dépenses hommes %

21 Analyses des médicaments 21 Dépenses, nombre de personnes et dépenses moyennes par personne pour les médicaments anticancéreux, répartis selon les médicaments chimiothérapeutiques et les médicaments personnalisés, 2007 et 2012, extrapolation pour toute la Suisse Dépenses en millions Nombre de personnes Dépenses par personne à 4 5 à 9 10 à à à à à à à à à à à à à à à à à et plus Catégories d âge Chimiothérapie 2012 Médicaments personnalisés 2012 Chimiothérapie 2007 Médicaments personnalisés 2007

22 Analyses des médicaments 22 Les dépenses globales en matière de médicaments anticancéreux ont atteint en 2012 leur valeur maximale dans la catégorie d âge 70 ans; en 2007, la valeur maximale était atteinte encore à 65 ans. Dans les dépenses par patient, il ressort que les coûts de la chimiothérapie augmentent avec l âge, tandis que les thérapies personnalisées dès 40 ans enregistrent pour leur part une tendance à la baisse. À ce propos, signalons que la dispersion des valeurs est parfois très grande, ce qui en rend l interprétation extrêmement délicate.

23 Analyses des médicaments 23 Dépenses moyennes par personne pour les médicaments anticancéreux, réparties selon les médicaments chimiothérapeutiques et les médicaments personnalisés, avec indication de l erreur-type, 2012 Chimiothérapie Médicaments personnalisés 0 à 4 5 à 9 10 à à à à à à à à à à à à à à à à à et plus 10 à à à à à à à à à à à à à à à à à et plus Dépenses moyennes Variabilité intervalle de confiance de 95% Dépenses moyennes Variabilité intervalle de confiance de 95%

24 Analyses des médicaments 24 De manière générale, non seulement le nombre de malades croît, mais également les dépenses par personne, notamment chez les hommes. Les personnes âgées sont soignées de façon plus restrictive. Différences selon le sexe et l âge En comparaison avec 2007, les dépenses globales en matière de médicaments anticancéreux ont été nettement plus élevées en 2012 pour la tranche d âge des 45 à 85 ans. À partir de 60 ans, les dépenses globales sont les mêmes pour les deux sexes. Parmi les patients, les femmes qui reçoivent un traitement anticancéreux sont nettement plus nombreuses dans toutes les catégories d âge. Cela entraîne naturellement des dépenses globales plus élevées pour les femmes. En revanche, si l on considère les dépenses selon le sexe par personne, les dépenses pour les hommes paraissent plus élevées que pour les femmes. Les raisons en sont l accumulation de tumeurs spécifique au sexe, entraînant des coûts élevés: à un âge peu avancé, le cancer du testicule et les lymphomes (valeur maximale à l âge de 40 ans); chez les hommes plus âgés, carcinome à un stade avancé de la prostate, qui est traité pendant de nombreuses années à l aide de médicaments onéreux. En revanche, le cancer du sein touche davantage les femmes d âge moyen et, dans une moindre mesure, à un âge avancé. En résumé, on peut donc dire que les thérapies anticancéreuses associées à des médicaments coûtent dans l ensemble plus cher pour les femmes, tandis que les hommes bénéficient de thérapies plus onéreuses.

25 Analyses des médicaments 25 Dépenses, nombre de personnes et dépenses moyennes par personne pour les médicaments anticancéreux, répartis selon les catégories d âge et le sexe, 2007 et 2012, extrapolation pour toute la Suisse Dépenses en millions Nombre de personnes Dépenses par personne à 4 5 à 9 10 à à à à à à à à à à à à à à à à à et plus Catégories d âge Hommes 2012 Femmes 2012 Hommes 2007 Femmes 2007

26 26

27 Analyses des médicaments 27 Dépenses moyennes par personne pour les médicaments anticancéreux, réparties selon les catégories d âge et le sexe, avec indication de l erreur-type, 2012 Hommes Femmes 0 à 4 5 à 9 10 à à à à à à à à à à à à à à à à à et plus 0 à 4 5 à 9 10 à à à à à à à à à à à à à à à à à et plus Dépenses moyennes Variabilité intervalle de confiance de 95% Dépenses moyennes Variabilité intervalle de confiance de 95%

28 Analyses des médicaments 28 Les coûts en matière de cancérothérapie connaissent de fortes variations régionales. Le lieu de domicile détermine les soins oncologiques, leurs coûts et, très vraisemblablement aussi, la qualité du traitement médical. Soins oncologiques ambulatoires en Suisse Variation régionale en Suisse Si l on compare les dépenses allouées aux traitements anticancéreux dans le secteur ambulatoire entre les cantons, Schaffhouse et Uri atteignent les valeurs maximales et accusent des écarts significatifs par rapport à la moyenne suisse. Zoug, Berne, Vaud et Bâle-Ville se situent eux aussi au-dessus de la moyenne en matière de dépenses. Toutefois, il convient de relativiser cette observation lorsque l on confronte la part de coûts des médicaments anticancéreux prescrits à titre ambulatoire avec la totalité des frais médicamenteux encourus par les patients oncologiques. Cette comparaison fait ressortir les différents niveaux d intensité dans les soins ambulatoires au sein de chaque canton. Les cantons de Schaffhouse et d Uri, qui accusent des coûts au-dessus de la moyenne pour les médicaments anticancéreux, présentent également un volume de soins ambulatoires plus élevé. L évolution à l échelle du pays montre une tendance au report des soins oncologiques et médicamenteux vers le secteur ambulatoire.

29 Analyses des médicaments 29 Écart relatif des dépenses moyennes par personne pour les médicaments anticancéreux et par canton, 2012, extrapolation pour toute la Suisse (dépenses moyennes par personne en Suisse: CHF ) AG AI AR BE BL BS FR GE GL GR JU LU NE NW OW SG SH SO SZ TG TI UR VD VS ZG ZH Parts des dépenses pour les médicaments anticancéreux par canton par rapport aux dépenses totales allouées aux médicaments en ambulatoire auprès des patients atteints d un cancer, 2012, extrapolation pour toute la Suisse Canton de domicile Médic. anticancéreux ambulatoire Canton de domicile Médic. anticancéreux ambulatoire Canton de domicile AG 55 % GR 58 % SZ 60 % AI 40 % JU 61 % TG 59 % AR 62 % LU 51 % TI 60 % BE 59 % NE 56 % UR 67 % BL 54 % NW 69 % VD 57 % BS 59 % OW 63 % VS 54 % FR 50 % SG 59 % ZG 59 % GE 54 % SH 64 % ZH 56 % GL 59 % SO 54 % Médic. anticancéreux ambulatoire

30 Analyses des médicaments 30 Les soins oncologiques sont effectués pour moitié par des oncologues, et pour moitié par des internistes généralistes et des gynécologues. La mise en réseau optimale des divers spécialistes et institutions est absolument primordiale dans les traitements oncologiques. Rôle des médecins de premier recours et des oncologues Dans les faits, qui prend soin des patients atteints d un cancer et les accompagne tout au long de la thérapie? S agit-il plutôt des oncologues ou d autres acteurs de la santé? Comme l on peut s y attendre, les spécialistes en oncologie disposant de leur propre cabinet jouent un rôle important. Cependant, les médecins de premier recours et les gynécologues disposent d une patientèle importante. On peut supposer que l établissement du diagnostic est effectué principalement pour les oncologues et que le suivi du traitement est souvent assuré par les médecins de premier recours. Parts des médicaments anticancéreux les plus vendus (top 10) selon la spécialisation médicale, 2012, extrapolation pour toute la Suisse (sans les médicaments prescrits en ambulatoire à l hôpital) Médicament Oncologie médicale Médecine interne générale Médecine interne (hématologie) Gynécologie HERCEPTIN 65 % 16 % 0 % 14 % MABTHERA 54 % 22 % 4 % 1 % GLIVEC 58 % 17 % 10 % 1 % AVASTIN 79 % 14 % 0 % 0 % VELCADE 56 % 17 % 15 % 0 % ALIMTA 54 % 25 % 2 % 1 % ZYTIGA 73 % 17 % 2 % 0 % METOJECT 0 % 52 % 0 % 0 % ERBITUX 67 % 16 % 0 % 0 % REVLIMID 69 % 15 % 9 % 0 %

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses:

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Le TarMed Etude valaisanne Département de la santé, des affaires sociales et de l'énergie février 2000 TABLE DES MATIERES 1) RESUME 2) QU EST-CE LE TARMED?

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010 Chiffres par 31 mai 2010 22. 6. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 Les primes d assurance-maladie 2015 Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 25 20 Prime moyenne

Plus en détail

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique 3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique Financement du système de santé, aujourd'hui et en cas d'acceptation de l'initiative sur la caisse unique: exemple d'une famille avec

Plus en détail

Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Notre offre pour les expatriés

Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Notre offre pour les expatriés Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse Notre offre pour les expatriés Bienvenue chez le leader de l assurance-maladie en Suisse. Vous pouvez compter sur notre longue expérience

Plus en détail

Documentation pour les médias

Documentation pour les médias DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L'ENERGIE SERVICE DE LA SANTE PUBLIQUE Documentation pour les médias LES PRIMES D ASSURANCE-MALADIE 2004 EN VALAIS Les primes d assurance-maladie pour

Plus en détail

2.4. Les médicaments de la «liste en sus»

2.4. Les médicaments de la «liste en sus» 2.4. Les médicaments de la «liste en sus» Dans le cadre de la tarification à l activité (T2A), le financement des médicaments administrés au cours d un séjour hospitalier est assuré selon plusieurs modalités.

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Vos agences régionales Suva Assurance militaire Suva Genève Assurance militaire Rue Ami-Lullin 12, case postale 3949, 1211 Genève 3, tél. 022

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

Notre offre pour les frontaliers

Notre offre pour les frontaliers Le «Swiss Package Santé»: Notre offre pour les frontaliers Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Bienvenue chez le leader de l assurance-maladie en Suisse. Sécurité Le Groupe

Plus en détail

Notre offre pour les frontaliers

Notre offre pour les frontaliers Notre offre pour les frontaliers Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Bienvenue chez le leader de l assurance-maladie en Suisse. Sécurité Le Groupe Helsana est le premier assureur

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage

Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage (Valable à partir du 01.01.2013) 1 Personnes assurées (plan de prévoyance AL) La prévoyance professionnelle obligatoire des personnes

Plus en détail

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP EDITION 2014 Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» Une brochure pour les chômeurs Prévoyance professionnelle des personnes au chômage selon la LACI et la LPP REMARQUES Le présent

Plus en détail

Équilibres, déséquilibres et «santé» économique

Équilibres, déséquilibres et «santé» économique Équilibres, déséquilibres et «santé» économique Fribourgissima 21 juin 2012 Prof. Paul H. Dembinski Université de Fribourg & Observatoire de la Finance(Genève) (dembinski@obsfin.ch) 1. Un monde fait de

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours Statistiques relatives aux pratiques de paiement: Statistiques relatives aux pratiques Les de paiement: performances Les performances des des Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 892

Plus en détail

Fiche d information Politique de la santé

Fiche d information Politique de la santé Fiche d information Politique de la santé iv. Questions et réponses relatives à la concurrence dans le système de santé Etat: juillet 2012 La concurrence dans le système de santé 3 Chère lectrice, cher

Plus en détail

Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons. Informations pour les soins à domicile et en EMS

Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons. Informations pour les soins à domicile et en EMS Vous avez besoin de soins Nous vous accompagnons Informations pour les soins à domicile et en EMS Vos soins Soins requis et prise en charge Vous avez besoin de soins et d aides personnalisés. Les soins

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Rapport rendant compte des résultats de la consultation

Rapport rendant compte des résultats de la consultation Commission fédérale des maisons de jeu CFMJ Secrétariat Rapport rendant compte des résultats de la consultation Auditions relatives à la modification de l art. 69 de l ordonnance du 24 septembre 2004 sur

Plus en détail

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement EVD Preisüberwachung PUE Newsletter Datum 16.11.2010 Sperrfrist 16.11.2010, 09.00 Uhr Nr. 6/10 INHALTSÜBERSICHT/ CONTENU/ CONTENUTO 1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Assurance-maladie complémentaire (LCA)

Assurance-maladie complémentaire (LCA) CC (Conditions complémentaires) Visana Assurances SA Valable dès 2014 Assurance-maladie complémentaire (LCA) Traitements ambulatoires Sommaire Page 3 3 4 6 Assurance complémentaire des frais de guérison

Plus en détail

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA Le Groupe Helsana comprend Helsana Assurances SA, Helsana Assurances complémentaires SA, Helsana Accidents SA, Avanex Assurances SA, Progrès Assurances SA, Sansan Assurances SA et Maxi.ch Assurances SA.

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

2012 BVA Logistique SA - Allmedia.13

2012 BVA Logistique SA - Allmedia.13 les canaux du marketing direct distribution d imprimés publicitaires et d échantillons envois adressés @ -mailing CONSEIL > Stratégie orientée aux objectifs > Segmentation clientèle & potentiel de marché

Plus en détail

Informations actuelles de votre caisse maladie. www.mykolping.ch

Informations actuelles de votre caisse maladie. www.mykolping.ch 01 2015 Informations actuelles de votre caisse maladie www.mykolping.ch Correction des primes de 2015 à 2017 Au printemps dernier, le Parlement a décidé que certains déséquilibres cantonaux relatifs au

Plus en détail

Portrait de l entreprise Bedag Informatique SA

Portrait de l entreprise Bedag Informatique SA Portrait de l entreprise Bedag Informatique SA Qui est Bedag Informatique SA? Affichant un chiffre d affaires dépassant les 100 millions de francs, Bedag est une entreprise de prestations informatiques

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l UCV 25 septembre 2014 Articulation de la présentation

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Soins infirmiers indépendants Berne, en avril 2013 Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Vue d ensemble Sur la base des conventions signées par l ASI, les infirmières

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care!

Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! Perdre le libre choix de son médecin? NON à la loi sur le Managed Care! ARGUMENTAIRE DÉTAILLÉ Aujourd hui, tous les habitants et habitantes de notre pays sont assurés au sein de l assurance de base pour

Plus en détail

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG

Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG Convention nationale sur les modalités d application complémentaires dans le cadre de l introduction de la structure tarifaire SwissDRG entre H+ Les Hôpitaux de Suisse (ci-après «les hôpitaux») et santésuisse

Plus en détail

Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West. Jean-François Langlais Directeur Régional

Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West. Jean-François Langlais Directeur Régional Une gestion novatrice des médicaments sur ordonnance mise au point par la Great-West Jean-François Langlais Directeur Régional Au programme Aperçu du contexte actuel de l assurance médicaments Mécanismes

Plus en détail

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé

Prise de position sur les biosimilaires. Résumé Prise de position sur les biosimilaires Résumé Les médicaments biotechnologiques, appelés également biomédicaments, occupent une place importante dans le traitement de maladies comme le cancer, la polyarthrite

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Wincare Assurances

Plus en détail

««TOUT-EN-UN»» 2013 BVA marketing direct SA - Allmedia.14

««TOUT-EN-UN»» 2013 BVA marketing direct SA - Allmedia.14 Votre Votre partenaire partenaire 2014 2014 ««TOUT-EN-UN»» les canaux du marketing direct distribution d imprimés publicitaires et d échantillons envois adressés e-solutions vos avantages & objectifs AVANTAGES

Plus en détail

Programme national contre le cancer pour la Suisse. Résumé 2011 2015

Programme national contre le cancer pour la Suisse. Résumé 2011 2015 Programme national contre le cancer pour la Suisse Résumé 2011 2015 Impressum Kommunikation NKP Berne, novembre 2010 Edition Oncosuisse Effingerstrasse 40, 3008 Berne Téléphone 031 389 93 00 info@oncosuisse.ch

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013 kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 0/09/0 Fondements Nom et forme juridique Principe But Tâches Art. Sous le nom de kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de

Plus en détail

Assurance obligatoire des soins

Assurance obligatoire des soins Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions d assurance Sanitas Corporate Private Care Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance:

Plus en détail

7.1 Un exemple en guise d introduction : Gérer les incompatibilités

7.1 Un exemple en guise d introduction : Gérer les incompatibilités CHAPITRE 7 COLORATION DE GRAPHES 51 Chapitre 7: Coloration de graphes 7.1 Un exemple en guise d introduction : Gérer les incompatibilités Problème : Une entreprise qui fabrique six sortes de produits chimiques

Plus en détail

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques?

Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Janvier 2011 Les personnes âgées et le système de santé : quelles sont les répercussions des multiples affections chroniques? Introduction Les soins dispensés aux patients souffrant d affections chroniques

Plus en détail

Projections des coûts des médicaments pour les régimes privés d assurance-médicaments de IMS Brogan Rapport commandité par Rx&D

Projections des coûts des médicaments pour les régimes privés d assurance-médicaments de IMS Brogan Rapport commandité par Rx&D Plus de 20 millions de Canadiens comptent sur les nouveaux médicaments et vaccins pour les aider à rester en bonne santé et productifs, tant au travail qu à la maison. Les employeurs profitent aussi de

Plus en détail

Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009

Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009 09 Construction et logement 909-0900 Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009 Données sur CD-ROM Neuchâtel, 2010 La série «Statistique de la Suisse» publiée par l Office

Plus en détail

Assurance-maladie complémetaire

Assurance-maladie complémetaire CC (Conditions Complémentaires) Visana Assurances SA Valable dès 2014 Assurance-maladie complémetaire Visana Managed Care Hôpital Flex (LCA) Hôpital Flex Contenu Page 3 4 4 5 6 6 7 7 7 8 Assurances complémentaire

Plus en détail

Bâtiments, logements et conditions d habitation

Bâtiments, logements et conditions d habitation Neuchâtel, septembre 2004 Recensement fédéral de la population 2000 Bâtiments, logements et conditions d habitation RECENSEMENT FÉDÉRAL DE LA POPULATION 2000 BÂTIMENTS, LOGEMENTS ET CONDITIONS D HABITATION

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Berne, août 2007 Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Document de fond sur l initiative parlementaire

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez. Informations destinées aux patients

La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez. Informations destinées aux patients La carte d assuré nationale: droits et avantages dont vous disposez Informations destinées aux patients Vos droits...votre carte d assuré vous permet d accéder aux prestations médicales....vous êtes soignés

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas. Hôpital test <100 lits. Hôpital test 100 à 499 lits. Hôpital test >= 500 lits

Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas. Hôpital test <100 lits. Hôpital test 100 à 499 lits. Hôpital test >= 500 lits Période de recensement 2002 - Répartition par âge des cas Classe d'âge Nombre de cas 0-9 683 10-19 143 20-29 635 30-39 923 40-49 592 50-59 716 60-69 626 70-79 454 80-89 156 90-99 9 Classe d'âge Nombre

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité? JANVIER 2015 14_INT_294 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jean-Marie Surer et consorts - Factures de la CSS payées à tort, à qui la responsabilité? 1 RAPPEL DE L'INTERPELLATION "La plus grande

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)

Conditions générales d assurance (CGA) Assurance obligatoire des soins selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Conditions générales d assurance (CGA) Edition de janvier 2009 (version 2013) Organisme d assurance: Sanitas Assurances

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs

Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs Sécurité d abord Les accidents se produisent le plus souvent les premiers jours de travail Jeunes gens Les jobs de vacances

Plus en détail

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014

Médicaments du futur : Tendances et enjeux. Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Médicaments du futur : Tendances et enjeux Nicolas PY, Debiopharm International forumofac.14 26/09/2014 Quelques mots sur Debiopharm Groupe fondé en 1979 Siège à Lausanne 350 collaborateurs Financièrement

Plus en détail

Cherté des génériques : nécessité d agir sur le marché des substances qui ne sont plus sous brevet

Cherté des génériques : nécessité d agir sur le marché des substances qui ne sont plus sous brevet Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Surveillance des prix SPR Newsletter Date 27.08.2013 Embargo 27.08.2013, 11:00 Nr. 4/13 CONTENU 1. ARTICLE PRINCIPAL Cherté des

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Vue d ensemble. Nos prestations pour vous

Vue d ensemble. Nos prestations pour vous Vue d ensemble Nos prestations pour vous Assurance obligatoire des soins (AOS) BASIS Assurance de base Traitements ambulatoires Médecine complémentaire Promotion de la santé Prévention Implants Médecins

Plus en détail

Argumentaire Contre 13.079. Dokumentation Documentation Documentazione. Pour une caisse publique d assurance-maladie. Initiative populaire

Argumentaire Contre 13.079. Dokumentation Documentation Documentazione. Pour une caisse publique d assurance-maladie. Initiative populaire Servetschs dal parlament Argumentaire Contre 13.079 Pour une caisse publique d assurance-maladie. Initiative populaire Vo t a t i o n p o p u l a i re d u 2 8. 0 9. 2 0 1 4 Biblioteca del Parlamento Servizi

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

OMNIA. Assurance complémentaire des soins ambulatoires et stationnaires. L assurance qui aujourd hui déjà pense à demain.

OMNIA. Assurance complémentaire des soins ambulatoires et stationnaires. L assurance qui aujourd hui déjà pense à demain. OMNIA Assurance complémentaire des soins ambulatoires et stationnaires L assurance qui aujourd hui déjà pense à demain. Assurance complémentaire des soins ambulatoires et stationnaires OMNIA Une nouvelle

Plus en détail

Introduction... 5. Préambule Historique... 8 Rôle de la Confédération... 10 Rôle des cantons et des communes... 12

Introduction... 5. Préambule Historique... 8 Rôle de la Confédération... 10 Rôle des cantons et des communes... 12 La santé en Suisse 3 Table des matières Introduction.................................................. 5 Préambule Historique......................................... 8 Rôle de la Confédération............................

Plus en détail

Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE

Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE Département fédéral de l intérieur DFI Département fédéral de l économie DFE Rapport explicatif sur le contre-projet indirect du Conseil fédéral à l initiative populaire sur les bourses d études déposée

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care)

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Édition du 1.1.2011 www.egk.ch Conditions Complémentaires d Assurance

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments

Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments Lutter contre la flambée des coûts des régimes d assurance-médicaments Des solutions de gestion des régimes d assurance-médicaments moins difficiles à avaler pour les employés Un autre Dossier de réflexion

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA TAXE SUR LA DÉPENDANCE AU JEU RÉSUMÉ

ÉVALUATION DE LA TAXE SUR LA DÉPENDANCE AU JEU RÉSUMÉ CONFÉRENCE SPÉCIALISÉE DES MEMBRES DE GOUVERNEMENTS CONCERNÉS PAR LA LOI SUR LES LOTERIES ET LE MARCHÉ DES LOTERIES (CDCM) ÉVALUATION DE LA TAXE SUR LA DÉPENDANCE AU JEU RÉSUMÉ Zurich, 8 mai 2013 Thomas

Plus en détail

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance Auteur Laure de Montesquieu Responsable Centre

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d'etat à l'économie SECO Marché du travail / Assurance-chômage Mesures du marché du travail Markus Weber 07.06.2013

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail