Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture"

Transcription

1

2 Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture Marie Gouyon * En France, 2,2 % des actifs exercent une profession culturelle. Au sein des professions culturelles, ils exercent des métiers très divers (artisans d art, professeurs d art, artistes et techniciens des spectacles, architectes ou cadres de l édition, etc.) dont ils tirent des revenus dont la nature et les montants varient fortement d une profession à l autre (salaires, revenus d indépendants, mais aussi revenus de remplacement tels que indemnités de chômage ou même, pour certains actifs, pensions de retraite). L exploitation de plusieurs éditions de l enquête Revenus fiscaux et sociaux de l Insee permet de connaître les revenus annuels moyens tirés de l activité ainsi que les revenus de complément. Si les salaires annuels moyens perçus par les professionnels de la culture sont globalement équivalents à ceux de l ensemble des actifs, les revenus de remplacement constituent en revanche une part importante de leurs ressources d activité. Au total, les actifs des professions culturelles ont perçu en moyenne euros de revenus annuels d activité entre 2005 et C est 6 % de plus que la moyenne de l ensemble des actifs. Toutefois, les caractéristiques sociodémographiques et les conditions d emploi (qualification, temps de travail, etc.) des professionnels de la culture sont très différentes de celles des autres actifs. À caractéristiques identiques, les professionnels de la culture perçoivent en fait des revenus d activité inférieurs de 26 % à ceux des autres actifs. La composition du ménage, l histoire familiale, les revenus d activités d autres personnes du ménage, le plus souvent le conjoint, viennent compléter le revenu d activité. Avec euros par an, les revenus d activité des autres membres du ménage sont plus élevés (+ 16 %) pour les professionnels de la culture que pour les autres actifs. Les ménages des professionnels de la culture déclarent par ailleurs des revenus d origine sociale, financière ou foncière supérieurs de 13 %, en moyenne, à ceux de l ensemble des actifs (6 800 euros par an). Rapporté à toutes les personnes composant le ménage, l ensemble de ces revenus définit le niveau de vie. Entre 2005 et 2012, le niveau de vie annuel moyen des professionnels de la culture s établit ainsi à euros, supérieur de 11 % à celui des autres actifs ; mais là encore, à caractéristiques comparables il est inférieur de 12 % à celui d un actif exerçant une autre profession. Au sein des professions culturelles, l écart de revenus d activité entre hommes et femmes est de 19 % en faveur des hommes, de 29 % dans l ensemble des actifs en emploi. La prise en compte des revenus complémentaires du ménage, et notamment les revenus du conjoint, conduit à gommer l écart de revenus d activité entre les femmes et les hommes : le niveau de vie des femmes actives, qu elles exercent une profession culturelle ou non, est très proche de celui des hommes. * Département des études, de la prospective et des statistiques, ministère de la Culture et de la Communication

3 Artistes plasticiens, photographes et graphistes, artistes, cadres et techniciens des spectacles, journalistes et cadres de l édition, auteurs littéraires et traducteurs, architectes, professeurs d art ou encore artisans et ouvriers d art, les professionnels de la culture tirent leurs revenus d une ou plusieurs activités, salariées ou non, et de revenus de remplacement comme le chômage ou même, pour certains actifs, la retraite. Toutefois, les revenus de l activité professionnelle ne constituent qu une part, plus ou moins importante, des moyens dont dispose un individu pour vivre : la composition du ménage, l héritage familial, les revenus d origine sociale, financière ou foncière peuvent constituer d autres sources de revenus qui viennent compléter le revenu d activité. La prise en compte de l ensemble de ces revenus permet de situer le niveau de vie des professionnels de la culture par rapport à celui des autres groupes professionnels et de l ensemble des actifs. Revenus d activité Les revenus d activité sont issus des activités professionnelles de la personne : ceux tirés de la profession culturelle qu elle exerce au titre de son emploi principal, et ceux qu elle perçoit éventuellement dans le cadre d un emploi complémentaire, que cet emploi corresponde à l exercice d une profession culturelle ou non (par exemple un auteur littéraire qui occupe ponctuellement un emploi d enseignant). De même, les indemnités de chômage perçues peuvent être associées à l emploi que le professionnel de la culture occupe de façon salariée (par exemple pour un intermittent des spectacles) ou à un emploi complémentaire, qui peut être extérieur à la culture. Enfin, les pensions de retraite sont liées à une activité professionnelle qui peut être poursuivie après liquidation de la retraite (par exemple un retraité des activités d architecture qui continue de proposer des prestations d architecte) ou bien être étrangère au monde de la culture (un enseignant à la retraite qui continue d avoir une activité professionnelle en tant qu auteur). Moins de salariés dans les professions culturelles, avec des salaires équivalents à ceux de l ensemble des actifs salariés Huit actifs sur dix exerçant une profession culturelle perçoivent des salaires (graphique 1 et tableau 1), selon l enquête Revenus fiscaux et sociaux de l Insee (voir «Sources», p. 23). C est moins que pour l ensemble des actifs, car les professions culturelles sont plus souvent exercées dans le cadre d une activité indépendante : ainsi, seuls les deux tiers des professionnels des arts visuels (artistes plasticiens, photographes, graphistes, designers, etc.), des métiers d art (par exemple facteurs d orgue, lapidaires, vitraillistes ), des auteurs littéraires (écrivains, scénaristes, dialoguistes), des traducteurs et des architectes perçoivent des salaires. Certaines professions culturelles sont toutefois très majoritairement salariées : professeurs d art (professeurs de chant au conservatoire, d arts plastiques à l École nationale des beaux-arts, etc.), métiers du spectacle, journalistes et cadres de l édition, professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation (conservateurs du patrimoine, bibliothécaires ). En moyenne sur la période , les salaires annuels moyens perçus par un actif des professions culturelles sont équivalents à ceux de l ensemble des actifs et s élèvent à euros (graphique 1). Ils sont plus élevés pour les architectes ( ), les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles (directeurs artistiques, producteurs, réalisateurs ou encore ingénieurs du son) ( ) et pour les journalistes et les cadres de l édition ( ). Ils sont plus faibles pour les professeurs d art ( ) et pour les salariés des métiers d art ( )

4 Graphique 1 Part des actifs en emploi percevant des revenus d activité selon la nature des revenus, et montants perçus, Part des actifs percevant des revenus : Montants moyens annuels perçus : Professions culturelles Ensemble des actifs en emploi Part des actifs percevant des revenus (en %) Montants moyens annuels des revenus perçus (en euros) % % % % 20 % 5 % 4 % 0 8 % 0 Salaires Revenus non salariés * Indemnités de chômage Retraites Revenus directs d'activités Revenus de remplacement Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. *Revenusstrictementpositifs :nesontpasprisencompteicilesrevenusnonsalariésnégatifsounuls(casd uneactivitédéficitaire,parexemple). Notedelecture :entre2005et2012,enmoyenne80 %desprofessionnelsdelaculturedéclarentdessalaires(pour enmoyennedansl année), 21 %desrevenusnonsalariés(d unmontantmoyende ). Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 Des revenus non salariés plus faibles Un professionnel de la culture sur cinq déclare des revenus d indépendants 1 strictement positifs 2 (tableau 1 et graphique 1). Cette proportion dépasse un tiers pour les professionnels des arts visuels et métiers d art, les auteurs littéraires et traducteurs ainsi que les architectes, pour lesquels l exercice indépendant est fréquent. Les revenus prennent alors essentiellement la forme de revenus non commerciaux pour les architectes, les auteurs littéraires et traducteurs et pour les professionnels des arts visuels, et celle de revenus industriels et commerciaux dans les métiers d art. Les revenus d indépendants sont nettement moindres dans les professions culturelles (en moyenne contre pour l ensemble des indépendants), en raison notamment des revenus élevés atteints dans les professions libérales qui figurent parmi les professions les mieux rémunérées (médecins exerçant en cabinet, expertscomptables, notaires, avocats, etc.). Plus de 10 % des professionnels des arts visuels et des auteurs littéraires et traducteurs cumulent salaires et revenus d indépendants Dans l ensemble de la population en emploi, le cumul de revenus directs d activité de différentes natures est rare : seuls 2 % des actifs perçoivent à la fois des salaires et des revenus d indépendants (tableau 1). Le cumul est plus fréquent dans les professions culturelles (7 %), en particulier dans les professions à dominante artistique, telles que 1. Une partie des non-salariés déclarent leurs revenus d indépendants en traitements et salaires en particulier une partie des écrivains et des compositeurs, ce qui explique que l indépendance soit plus fréquente sous l angle du statut exercé que sous celui du type de revenu d activité perçu. 2. Les revenus peuvent être négatifs ou nuls en cas d activité déficitaire

5 Tableau 1 Revenus directs d activité perçus en moyenne chaque année par les actifs, Salaires Revenus Cumul Ensemble non salariés * salaires des revenus revenus directs non salariés d activité * % Montant % Montant % % Montant des moyen des moyen des des moyen actifs (en euros) actifs (en euros) actifs actifs (en euros) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. * Revenusstrictementpositifs :nesontpasprisencompteicilesrevenusnonsalariésnégatifsounuls(casd uneactivitédéficitaire,parexemple). Note :engrisé,résultatsnonsignificatifs(effectifsinterrogésinsuffisantspourgarantirlarobustessedesrésultats). Notedelecture :enmoyenneentre2005et2012,80 %desprofessionnelsdelaculturedéclarentdessalaires,d unmontantannuelmoyende23 000,21 % déclarentdesrevenusnonsalariés,d unmontantmoyende18 300,etilssont7 %àcumulercesdeuxnaturesderevenusd activité.autotal,94 %des professionnelsdelaculturedéclarentdesrevenusdirectsd activitéstrictementpositifs,pourunmontantannuelmoyende Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 les artistes des spectacles (8 %), les professionnels des arts visuels (12 %) ou les auteurs littéraires et traducteurs (13 %) : il correspond alors vraisemblablement à une combinaison de droits d auteur (lorsqu ils sont déclarés en bénéfices non commerciaux) et de salaires (rémunérant par exemple une activité d enseignement ou une prestation scénique pour un artiste des spectacles). Un revenu directement lié à l activité légèrement plus faible dans les professions culturelles Tous types d activités confondues, salariées ou indépendantes, les revenus directement liés à l activité s établissent à en moyenne, un peu moins que pour l ensemble des actifs en emploi ( ). Ils se situent entre et pour les professionnels des arts visuels ou des métiers d art, pour les artistes des spectacles et les techniciens des spectacles (assistants opérateurs du son, assistants

6 monteurs, techniciens de plateau, costumières ) ainsi que pour les professeurs d art. Ils sont dans la moyenne, entre et , pour les auteurs littéraires, les traducteurs et les professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation. Enfin, ils dépassent en moyenne pour les journalistes et cadres de l édition, les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles et pour les architectes (tableau 1). Un quart des professionnels de la culture perçoivent des revenus de remplacement En sus des revenus directement liés à l activité, une partie des actifs en emploi perçoit des revenus de remplacement (chômage, retraite). Les revenus de remplacement y sont donc à la fois beaucoup plus fréquents et plus élevés que dans l ensemble de la population en emploi : dans les professions culturelles, 24 % des actifs en perçoivent, pour un montant moyen de (graphique 1 et tableau 2). Lorsque des revenus de remplacement sont perçus, ils s élèvent en moyenne à dans les professions du spectacle et de l écrit et, à l inverse, ne dépassent pas pour les professeurs d art et les métiers d art. Le cumul de revenus directs d activité et de revenus de remplacement correspond principalement à une combinaison de salaires et d indemnités de chômage. Cette situation est particulièrement courante dans les métiers du spectacle où près d un actif sur deux perçoit ces deux types de revenus (61 % chez les artistes, 41 % chez les techniciens et 29 % chez les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles), du fait du dispositif de l intermittence 3. Elle est également loin d être négligeable chez les journalistes et cadres de l édition (12 %) et chez les professeurs d art (13 %). Les architectes et les auteurs littéraires et traducteurs en activité perçoivent plus souvent des pensions de retraite (respectivement 7 % et 11 %) que la moyenne (5 % dans l ensemble des professions culturelles et 4 % toutes professions confondues), ces métiers s exerçant plus souvent que les autres à des âges avancés 4 (voir tableau A, p. 26). Le cumul d indemnités de chômage et de pensions de retraite est pratiquement inexistant, pour les professions culturelles comme pour l ensemble des actifs en emploi. Les revenus totaux d activité des professionnels de la culture dépassent légèrement ceux de l ensemble des actifs en emploi Revenus directement liés à l activité et revenus de remplacement cumulés, les professionnels de la culture ont perçu en moyenne dans l année, au cours de la période, un montant supérieur de 6 % à celui de l ensemble des actifs en emploi (tableau 3). Métiers des spectacles, des arts visuels, métiers d art, professions de l écrit ou du patrimoine, ou encore architectes ou professeurs d art : les professions culturelles constituent finalement un ensemble particulièrement hétérogène du point de vue de l encadrement juridique dont elles font l objet, des statuts d emploi dans lesquels elles s exercent ou encore des compétences et des savoir-faire qu elles mobilisent. À la diversité des métiers correspond celle des revenus d activité d une profession culturelle à l autre, qui vont de en moyenne dans les métiers d art jusqu à chez les cadres 3. Marie GoUyon, Frédérique PATUREAU, Tendances de l emploi dans le spectacle, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. «Culture chiffres», , février M. GoUyon, F. PATUREAU, Vingt ans d évolution de l emploi dans les professions culturelles , Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. «Culture Chiffres», , octobre

7 Tableau 2 Revenus de remplacement perçus en moyenne chaque année par les actifs en emploi, Indemnités Pensions Ensemble de chômage de retraites des revenus de remplacement % Montant % Montant % Montant des moyen des moyen des moyen actifs (en euros) actifs (en euros) actifs* (en euros) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. * Cumulrevenusdirectsetrevenusderemplacement :danslagrandemajoritédescas,lesrevenusderemplacementcomplètentdesrevenusdirectsstrictement positifs. Note :engrisé,résultatsnonsignificatifs(effectifsinterrogésinsuffisantspourgarantirlarobustessedesrésultats). Notedelecture :enmoyenneentre2005et2012,24 %desprofessionnelsdelacultureperçoiventdesrevenusderemplacement pourunmontantannuel moyende euros ;parmieux,20 %perçoiventdesindemnitésdechômaged unmontantannuelmoyende euroset5 %despensionsderetraite de eurosenmoyenne. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 artistiques, de programmation et de production des spectacles. Les professeurs d art et les professionnels des arts visuels perçoivent en moyenne moins de annuels pour l ensemble de leur activité professionnelle. Les auteurs littéraires et traducteurs, les professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation ainsi que les artistes et les techniciens des spectacles déclarent environ Enfin, les journalistes et cadres de l édition perçoivent en moyenne et les architectes (tableau 3). Des revenus d activité beaucoup plus dispersés dans les professions culturelles que pour l ensemble des actifs Si les professions culturelles divergent nettement les unes des autres en termes de revenu d activité moyen, on observe de plus pour chacune d elle une large dispersion des revenus

8 Tableau 3 Revenus totaux annuels d activité perçus par les actifs en emploi, Moyenne Premier Dernier Rapport interdécile décile décile (D9/D1) Professions culturelles ,4 Professions des arts visuels et des métiers d art ,3 Professionnels des arts visuels ,6 Métiers d art ,2 Professions du spectacle ,0 Artistes des spectacles ,6 Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles ,9 Techniciens des spectacles ,0 Professions littéraires ,7 Journalistes et cadres de l édition ,8 Auteurs littéraires et traducteurs ,8 Architectes ,6 Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation ,9 Professeurs d art ,3 Ensemble des actifs en emploi ,7 Champ :ensembledesactifsenemploiprincipal,percevantdesrevenusd activitéstrictementpositifs,francemétropolitaine. Notedelecture :entre2005et2012,unactifexerçantautitredesonemploiprincipaluneprofessionculturelleaperçuunrevenud activitétotalannuelde enmoyenne.unactifsurdixaperçumoinsde6 200,unsurdixplusde :soitunrapportinterdécilede7,4. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 En effet, pour l ensemble des actifs exerçant une profession culturelle, les revenus d activité les plus bas sont inférieurs à ceux de l ensemble des actifs, tandis que les plus hauts revenus dépassent largement ceux des mieux rémunérés de leurs concitoyens. Ainsi, les 10 % des professionnels de la culture les moins rémunérés déclarent des revenus annuels d activité inférieurs à 6 200, contre dans l ensemble des professions. De l autre côté du spectre, les 10 % les mieux rémunérés dans la culture déclarent contre pour les 10 % les mieux rémunérés toutes professions confondues, d où un rapport entre les mieux rétribués et les moins bien rémunérés de 7,4 dans la culture, contre 4,7 toutes professions confondues (tableau 3). Avec un rapport interdécile de près de 16, la dispersion des revenus d activité est la plus forte pour les auteurs littéraires et les traducteurs : les 10 % les moins rémunérés déclarent moins de de revenus annuels d activité entre 2005 et 2012, tandis que les 10 % les mieux rétribués les écrivains bénéficiant d une grande notoriété, de ventes dynamiques et dont les œuvres sont adaptées au cinéma ou à la télé vision perçoivent plus de La dispersion des revenus d activité est encore assez forte (rapport interdécile d un peu plus de 9) chez les professionnels des arts visuels et des métiers d art et chez les professeurs d art. Elle est plus modérée chez les architectes, les journalistes et cadres de l édition et dans les professions du spectacle, et surtout dans celles de l archivage, de la conservation et de la documentation, qui sont souvent exercées par des fonctionnaires, dont les rémunérations sont indexées sur une grille indiciaire de rémunération

9 À caractéristiques sociodémographiques et conditions d emploi identiques, les professionnels de la culture perçoivent des revenus d activité inférieurs à ceux des autres actifs Les conditions d emploi et les caractéristiques sociodémographiques ne se répartissent pas de la même façon au sein des professions culturelles et toutes professions confondues 5. Les professions culturelles relèvent majoritairement de la catégorie sociale des cadres supérieurs (57 % des effectifs, contre 17 % dans l ensemble de la population active en emploi) et sont exercées, plus souvent que les autres, sous statut non salarié. De plus, ces professions sont plus souvent que les autres exercées par des hommes, par des actifs diplômés, d origine sociale favorisée, résidant en région parisienne (voir tableau A, p. 26). or les cadres supérieurs et les non-salariés d une part, les hommes, les titulaires de diplômes de niveau élevé, les actifs issus de milieux sociaux plutôt favorisés, les Franciliens d autre part, ont des niveaux de revenus supérieurs aux autres. Ces caractéristiques contribuent donc à tirer structurellement les revenus des professionnels de la culture vers le haut. À l inverse, par rapport aux autres actifs en emploi, les professionnels de la culture ont des temps de travail en moyenne plus courts, caractéristique qui va de pair avec un revenu d activité moindre, ce qui tire donc la moyenne des revenus des professionnels de la culture vers le bas. Pour comparer convenablement les revenus des professionnels de la culture à ceux des autres actifs, il convient donc de tenir compte de ces effets de structure. Ainsi, alors que les revenus d activité totaux des professionnels de la culture sont supérieurs de 6 % à ceux de l ensemble des actifs, si l on prend en compte ces différentes caractéristiques en cherchant à neutraliser leur effet, le surcroît des revenus d activité des professionnels de la culture disparaît et devient même négatif. À caractéristiques sociodémographiques et conditions d emploi identiques, un professionnel de la culture perçoit en effet un revenu d activité inférieur en moyenne de 26 % à celui d un actif exerçant une autre profession (tableau 4). Dans les professions culturelles, les femmes perçoivent des revenus d activité inférieurs en moyenne de 19 % à ceux des hommes Toutes professions confondues, les femmes tirent en moyenne de leur activité professionnelle des revenus très inférieurs à ceux des hommes 6 : elles ont perçu en moyenne de revenus totaux d activité entre 2005 et 2012, soit 29 % de moins que les hommes ( ) (tableau 5). Ce constat est confirmé toutes choses égales par ailleurs : à mêmes conditions d emploi que les hommes (notamment en termes de temps de travail, moindre en moyenne pour les femmes) et autres caractéristiques sociodémographiques identiques, les femmes ont un revenu d activité inférieur en moyenne de 28 % (tableau 4). Les professionnelles de la culture ont perçu, entre 2005 et 2012, en moyenne de revenus d activité, soit 19 % de moins que leurs confrères masculins ( ). L écart en défaveur des femmes est assez faible dans les professions des arts visuels, de l archivage, de la conservation et de la documentation (exercées pour partie par des fonctionnaires, dont les salaires reposent sur une grille indiciaire) et chez les techniciens et cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles (où les temps de travail différencient moins qu ailleurs les hommes et les 5. M. GoUyon, F. PATUREAU, Vingt ans d évolution de l emploi dans les professions culturelles , op. cit. 6. Sophie PonTHIEUx, «L inégalité des revenus d activité et les niveaux de vie des femmes et des hommes Une comparaison entre cinq pays de l Union européenne», Insee, «Économie et Statistique», n o ,

10 Tableau 4 Déterminants des revenus d activité de l ensemble des actifs en emploi, des professionnels de la culture, et des actifs exerçant une profession non culturelle, Effet marginal sur le revenu d activité total Test (en %) en moyenne par rapport à la modalité de référence de Ensemble Professions Professions différence Variable explicative culturelles non culturelles Domaine professionnel Profession culturelle 26 Profession non culturelle ref Catégorie sociale Cadres et professions intellectuelles supérieures* Autre catégorie socioprofessionnelle** ref ref ref Statut d activité Salarié Non-salarié ref ref ref Temps de travail hebdomadaire*** Moins de 20 heures De 20 à 31 heures De 32 à 37 heures ref ref ref De 38 à 41 heures ns + 12 ns 42 heures ou ns Sexe Homme ref ref ref Femme Âge Moins de 40 ans ans ou + ref ref ref Milieu social d origine Père cadre (supérieur ou intermédiaire) ref ref ref Père d une autre catégorie sociale Niveau de diplôme Bac + 2 ou moins ns + 2 ns Bac + 3 ou plus ref ref ref Lieu de résidence Commune francilienne ns Autre commune rurale ref ref ref Autre commune urbaine ns + 8 ns Statut vis-à-vis du logement Propriétaire ref ref ref Locataire ns Logé à titre gratuit 1 ns 22 ns 1 ns ns Vie de famille En couple avec enfant(s) ns + 10 ns En couple sans enfant ref ref ref Famille monoparentale Seul sans enfant 2 4 ns 2 ns Champ :actifsenemploiprincipal,francemétropolitaine. * Lesprofessionsculturellesrelevantdelacatégoriesocialedescadresetprofessionsintellectuellessupérieurescorrespondentauxartistes(plasticiens,desspectacles,auteurslittéraires),professeursd art, responsablesdeprogrammationetcadrestechnico-artistiquesdesspectacles,journalistesetcadresdel édition,architectes,cadresdel archivage,delaconservationetdeladocumentation. ** Lesautrescatégoriessocialesrassemblentlesagriculteurs,artisansetcommerçants,professionsintermédiaires,employésetouvriers.Auseindesprofessionsculturelles,ellessontcomposéesdes photographesetconcepteursdesartsgraphiques,delamodeetdeladécoration,assistantstechniquesetouvriersdesspectacles,indépendantsgestionnairesdespectacles,traducteurs,sous-bibliothécaires etcadresintermédiairesdupatrimoine. *** Tempsdetravailaucoursd unesemainedite«semainederéférence»,déclaréparlapersonnerépondantàl enquêteemploi. Note :lesparamètressontestimésàl aided unmodèletobit.ilsmesurentl effetmarginalsurlerevenud activitétotalnoncensurépourl ensembledelapopulation(ycomprislespersonnesdontlerevenu d activitétotalestnégatif).saufindiqué(ns),lesécartsparrapportàlamodalitéderéférencesontsignificatifsàplusde90 %.Letestdedifférencecomparelavaleurestiméed unparamètredumodèle portantsurlesprofessionsculturellesàcelledumêmefacteurdanslemodèleportantsurlesprofessionsnonculturelles :iltestesiladifférenceentrecesdeuxvaleurseststatistiquementsignificative ;ces paramètressontainsisignificativementdifférentsàplusde99 %(+++),entre95 %et99 %(++),entre90 %et95 %(+)ounonsignificativementdifférents(ns). Notedelecture :aucoursdelapériode ,lesprofessionnelsdelacultureperçoiventunrevenud activitétotalannuelinférieurde26 %enmoyenneàceluidesactifsexerçantuneautreprofession, touteschoseségalesparailleurs.dansl ensembledesprofessions,lesfemmesontdesrevenusd activitéde28 %inférieursàceuxdeshommes,touteschoseségalesparailleurs.ceteffetmarginalsurles revenusd activitédesfemmesestde 40 %parmilesactifsexerçantuneprofessionculturelle.ceseffetssontsignificativementdifférentsauseuilde10 %,c est-à-direqu ilyamoinsd unechancesurdix desetrompersil onditque,parrapportauxautresprofessions,lesrevenusdesfemmesdanslesprofessionsdelaculturesontencoreplusfaiblesqueceuxdeshommes. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,

11 Tableau 5 Revenus d activité annuels moyens des hommes et des femmes, Hommes Femmes Écart femmes/hommes (en %) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploiprincipalpercevantdesrevenusd activitéstrictementpositifs,francemétropolitaine. Notedelecture :entre2005et2012,leshommesexerçantuneprofessionculturelleontperçuenmoyennedesrevenusd activitéannuelsde euros. Pourlesfemmesexerçantcesprofessions,lesrevenusd activitémoyensétaientde19 %moindres( euros). Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 femmes). Il dépasse en revanche 25 % dans la profession d architecte et les métiers littéraires et atteint même 40 % dans les métiers d art. D une façon générale, les caractéristiques d emploi et sociodémographiques des femmes et des hommes sont assez différentes. Les femmes sont, par exemple, plus diplômées que les hommes, mais ont des temps de travail plus courts, des caractéristiques qui sont plus ou moins accentuées dans les professions culturelles. Si on neutralise statistiquement ces caractéristiques, les professionnelles de la culture ont alors des revenus d activité inférieurs, en moyenne, de 40 % à ceux de leurs collègues masculins (tableau 4). Pour les professions culturelles, la prise en compte des effets de structure n atténue pas les différences de revenus entre les femmes et les hommes, au contraire elle les creuse plus encore. Autrement dit, les différents éléments qui caractérisent habituellement les individus d un point de vue social et familial n expliquent pas l écart de revenu d activité entre les femmes et les hommes. D autres facteurs, que la source statistique utilisée ne permet pas d observer, influent de façon déterminante : il peut s agir de la spécialité du diplôme, de son prestige, de l étendue et de la qualité des réseaux amicaux, familiaux et professionnels de la personne, par exemple ou encore, pour les femmes auteurs, de la façon dont sont diffusées leurs œuvres Voir M. GoUyon, les Femmes dans la création audiovisuelle et de spectacle vivant, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. «Culture chiffres»,

12 Du revenu d activité du professionnel de la culture au revenu disponible de son ménage Du fait de la composition du ménage (en couple, avec un conjoint actif ou non, présence ou non d enfants, etc.) et de l histoire familiale (transmission de patrimoine par exemple), d autres sources de revenus peuvent compléter le revenu d activité : revenus d activité du conjoint et des autres membres du ménage, revenus d origine sociale (prestations familiales, allocations logement, minima sociaux), financière (revenus des livrets d épargne, dividendes, plus-values financières), foncière (loyers perçus) ou autre (prime pour l emploi notamment), et ne pas être associés à un individu mais versés au ménage dans son ensemble (voir «Définitions», p. 23). La prise en compte de l ensemble de ces revenus et de la composition du ménage permet d analyser le revenu disponible du ménage dans lequel vit le professionnel de la culture et, par suite, son niveau de vie. Les revenus d activité du conjoint ou d autres membres du ménage constituent un renfort important pour les professions culturelles les moins rémunératrices Les actifs qui exercent une profession culturelle vivent un peu moins souvent en couple que les autres mais, lorsque c est le cas, il est nettement plus fréquent qu ils partagent leur vie avec un(e) cadre intermédiaire ou supérieur(e). De plus, les professions culturelles sont moins rémunératrices que les autres «toutes choses égales par ailleurs»(tableau 4). Les revenus d activité sont complétés, pour plus des deux tiers des professionnels de la culture, par des revenus apportés au ménage par un(e) conjoint(e) actif(ve) et/ou un autre de ses membres, par exemple un étudiant vivant chez ses parents et travaillant de façon rémunérée l été ou quelques heures chaque semaine parallèlement à ses études. Ce revenu d activité que le conjoint et/ou un autre actif apporte au ménage est en moyenne plus élevé dans les ménages des professionnels de la culture ( ) que dans l ensemble des ménages composés de plusieurs actifs ( ), et, pour les professionnels de la culture, les revenus d activité complémentaires sont nettement supérieurs à leurs propres revenus (16 % de plus) (graphique 2, tableau 6). Cet écart est particulièrement fort dans les ménages des professionnels des arts visuels, des auteurs littéraires et traducteurs et des professeurs d art, où le revenu du conjoint est vraisemblablement un soutien, parfois indispensable, à la poursuite de l activité artistique. L écart est également considérable dans les ménages des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation et s explique davantage par le fait que ces professions sont très majoritairement exercées par des femmes alors que les revenus d activité complémentaires sont majoritairement apportés par des hommes dont les revenus d activité sont, de façon générale, plus élevés que ceux des femmes (+ 29 % pour l ensemble des actifs). À l inverse, l écart entre les revenus d activité des professionnels de la culture et ceux des autres membres de leur ménage est réduit, voire inversé, pour les professions culturelles les mieux rémunérées, telles que les journalistes et cadres de l édition, les architectes et les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles (tableau 6). Les revenus d activité des ménages des professionnels de la culture sont supérieurs à ceux de l ensemble des ménages d actifs (+ de 6 %) En sommant les revenus d activité des personnes qui les composent, les ménages des professionnels de la culture perçoivent des revenus annuels moyens d activité de au cours de la période Ils sont de 6 % plus élevés que ceux de l ensemble des ménages d actifs en emploi (tableau 6)

13 Graphique 2 Part des ménages d actifs percevant des revenus selon la nature des revenus et montant annuels moyens perçus, Part des ménages percevant des revenus : Montants annuels moyens perçus : Professions culturelles Ensemble des actifs en emploi Part des ménages percevant des revenus (en %) % 97 % Revenus d'activité* de la personne % 76 % Revenus d'activité* des autres membres du ménage 45 % 51 % 94 % 94 % Montants moyens annuels perçus par le ménage (en euros) % 25 % Revenus sociaux Revenus financiers et fonciers Autres revenus ** Revenus d'activités du ménage Revenus sociaux, financiers et fonciers, autres revenus Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. * Revenusstrictementpositifs :lesrevenusnonsalariésnégatifsounuls(casd uneactivitédéficitaire,parexemple)nesontpasprisencomptedanslecalcul dumontantmoyenderevenus. ** Primepourl emploi,pensionsalimentairesreçues,revenusprovenantdel étranger. Notedelecture :aucoursdelapériode ,96 %desprofessionnelsdelaculturedéclarentdesrevenusd activitéstrictementpositifspourunmontant annuelmoyende26 000,69 %bénéficientdesrevenusd activitéstrictementpositifsd unconjointet/oud autresmembresduménage,pourunmontant annuelmoyende Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdelacommunication,2015 Les écarts importants observés entre les revenus d activité propres des professionnels de la culture d une profession culturelle à l autre s atténuent nettement une fois pris en compte les revenus d activité du conjoint des autres actifs du ménage, à l exception des ménages des métiers d art, dont le revenu moyen d activité demeure très faible ( ), bien en deçà de la moyenne nationale ( ). Les ménages des professionnels des arts visuels, des professeurs d art et des techniciens des spectacles déclarent ainsi des revenus d activité compris, en moyenne, entre et la moyenne de l ensemble des professions. Les ménages des artistes des spectacles, des auteurs littéraires et des traducteurs, ainsi que des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation se situent au-delà, avec un revenu d activité global compris entre la moyenne nationale et Enfin, les ménages des architectes, des journalistes et cadres de l édition et des cadres artistiques, de production et de programmation des spectacles déclarent en moyenne plus de de revenus d activité. Moins de ménages bénéficiaires de prestations sociales, pour un montant en moyenne moindre que dans l ensemble des ménages d actifs en emploi Les prestations sociales sont composées principalement de prestations familiales, mais aussi de prestations logement et de minima sociaux. Elles sont conditionnées notamment par le niveau de ressources du ménage, par sa composition (le nombre d enfants à charge par exemple) et par son lieu de résidence. Les ménages des professionnels de la culture ont moins souvent que les autres des enfants à charge et, lorsqu ils en ont, c est en moins grand nombre (voir tableau A,

14 Tableau 6 Revenus annuels d activité perçus par les ménages d actifs en emploi, Revenus d activité * Revenus d activité * Ensemble des revenus de la personne des autres membres d activité * du ménage du ménage % des Montant % des Montant % des Montant ménages annuel ménages annuel ménages annuel concernés moyen concernés moyen concernés moyen (en ) (en ) (en ) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploiprincipal,percevantdesrevenusd activitéstrictementpositifs,francemétropolitaine. * Revenusstrictementpositifs :danslecalculdumontantmoyenderevenus,nesontpasprisencomptelesrevenusnon-salariésnégatifsounuls(casd une activitédéficitaire,parexemple). Notedelecture :enmoyenne,entre2005et2012,96 %desprofessionnelsdelaculturedéclarentdesrevenusd activitéstrictementpositifs(pour en moyennedansl année),69 %déclarentdesrevenusd activitéstrictementpositifsd unconjointet/oud autresmembresduménage(d unmontantmoyende ).Autotal,99 %bénéficient,auseindeleurménage,derevenusd activitéstrictementpositifs,pourunmontantannuelmoyende Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 p. 26). De ce fait, leurs ménages perçoivent moins fréquemment des prestations sociales : 45 % en sont bénéficiaires contre 51 % toutes professions confondues (tableau 7). Le montant annuel moyen des prestations perçues au cours de la période est de 3 200, inférieur de 19 % à la moyenne des ménages d actifs en emploi (3 800 ). Au sein des professions culturelles, les prestations sociales sont plus répandues parmi les ménages des professionnels des arts visuels et des métiers d art et surtout des professeurs d art c est-à-dire les métiers culturels dont les revenus d activité sont les plus faibles. Elles le sont beaucoup moins dans les ménages des professionnels de l écrit, des spectacles et également de l archivage, de la conservation et de la documentation qui sont plus fréquemment que les autres sans enfant à charge. Parmi les actifs en emploi, 6 % vivent dans un ménage bénéficiaire de minima sociaux (RMI jusqu en 2008, RSA ensuite), 7 % parmi les professionnels de la culture (tableau 7). Le montant de prestations associé est, en moyenne, sensiblement le même (environ ). Comme l ensemble des prestations sociales, les minima sociaux

15 Tableau 7 Revenus hors activité perçus par les ménages des actifs emploi, Revenus sociaux Parmi les revenus sociaux : minima sociaux % des ménages Montant % des ménages Montant concernés annuel moyen concernés annuel moyen (en ) (en ) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. *Primepourl emploi,pensionsalimentairesreçues,revenusprovenantdel étranger. Note :engrisé :résultatsnonsignificatifs(leseffectifsinterrogéssontinsuffisants). sont plus fréquemment perçus par les ménages d artistes ou de professionnels proches des métiers artistiques stricto sensu : professionnels des arts visuels, métiers d art, professeurs d art et artistes des spectacles. Des revenus fonciers et financiers plus élevés pour les professionnels de la culture Les revenus du patrimoine correspondent aux intérêts de l épargne défiscalisée, aux dividendes, aux intérêts des valeurs mobilières et placements financiers, et aux plus-values mobilières et aux loyers perçus. Ils sont aussi répandus dans les ménages des professionnels de la culture que dans l ensemble des ménages d actifs (94 %) mais sont très nettement supérieurs, en moyenne, chez les premiers (4 700 chaque année, pour la période ) que chez les seconds (3 400 ) (tableau 7). Il s agit, pour une très large majorité, de revenus issus de l épargne exonérée d impôt sur le revenu, tels que livret A, assurance vie, plans épargne logement, plans d épargne populaire, etc. Selon la profession culturelle exercée, la part des actifs vivant dans un ménage qui perçoit des revenus financiers et fonciers est sensiblement la même, oscillant entre 91 % et 98 %. En revanche, les montants associés sont très variables. Les revenus fonciers et financiers s établissent, en moyenne, en deçà de dans les ménages des professionnels des arts visuels et métiers d art, des artistes et des techniciens des

16 Revenus financiers et fonciers Autres revenus* Ensemble des revenus hors activité du ménage % des ménages Montant % des ménages Montant % des ménages Montant concernés annuel moyen concernés annuel moyen concernés annuel moyen (en ) (en ) (en ) Notedelecture :enmoyenneentre2005et2012,45 %desprofessionnelsdelacultureviventdansunménagequiperçoitdesrevenussociauxd unmontantmoyende3 200 dans l année ;7 %dansunménagebénéficiairedeminimasociaux(3 500 enmoyenne) ;94 %perçoiventdesrevenusfinanciersetfonciersautitredeleurménaged unmontantmoyen de4 700 ;25 %perçoiventd autrestypesderevenus,commelaprimepourl emploi(de1 700 enmoyenne).autotal,96 %bénéficientderevenuscomplémentairesauxrevenus d activité,pourunmontantannuelmoyende Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 spectacles, des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation et des professeurs d art. Ils dépassent dans les ménages des professionnels de l écrit, des cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles et des architectes. Ceux-là se distinguent par une origine sociale plutôt favorisée : ils sont près de 60 % à avoir un père cadre supérieur ou intermédiaire (voir tableau A, p. 26) : on peut faire l hypothèse que, par leur origine familiale, ces actifs disposent plus souvent que la moyenne d un patrimoine financier ou immobilier, ce qui explique que les revenus financiers et fonciers de leur ménage sont nettement supérieurs à ceux des autres. Un quart des ménages des professionnels de la culture perçoivent des revenus tels que prime pour l emploi ou pensions alimentaires, pour un montant moyen annuel de euros D autres revenus peuvent enfin compléter les moyens dont le ménage dispose pour vivre : il s agit essentiellement de la prime pour l emploi, mais aussi des pensions alimentaires qu il reçoit et, plus marginalement, de revenus provenant de l étranger (voir «Définitions», p. 23). Un quart des ménages des professionnels de la culture perçoivent des revenus de cette nature (proportion variant de 17 % dans les ménages d architectes à 32 % dans les ménages des professionnels des arts visuels et des

17 métiers d art), contre 41 % de l ensemble des ménages d actifs en emploi (tableau 7). Les montants sont en moyenne un peu plus élevés pour les professionnels de la culture (1 700 chaque année) que pour l ensemble des actifs (1 400 ). Presque tous les ménages d actifs perçoivent des revenus hors activité, pour un montant moyen plus élevé dans les ménages des professionnels de la culture Au total, presque tous les actifs en emploi, qu ils exercent une profession culturelle ou non, perçoivent des revenus dissociés de l activité professionnelle : prestations sociales, revenus financiers et fonciers ou, plus marginalement, revenus d autre nature comme la prime pour l emploi. D un montant annuel moyen de de 2005 à 2012, ces autres revenus sont, dans les ménages des professionnels de la culture, supérieurs de 13 % à ceux de l ensemble des ménages d actifs en emploi (6 000 ) (tableau 7). Ces montants sont compris entre et dans les ménages des professionnels des arts visuels et métiers d art, des artistes et des techniciens des spectacles, des professeurs d art et des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation, et s appuient pour une large part sur les prestations sociales. Ils s établissent à un peu plus de en moyenne dans l année dans les ménages des professionnels de l écrit, à pour les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles et atteignent pour les ménages d architectes. Ils proviennent alors, essentiellement, de revenus financiers et fonciers. Un revenu disponible en moyenne proche de celui de l ensemble des ménages d actifs en emploi À l ensemble des revenus sont soustraits les impôts (impôt sur le revenu, taxe d habitation sur la résidence principale) et les éventuelles pensions alimentaires que le ménage verse, pour parvenir à la mesure du revenu disponible du ménage. Dans les ménages des professionnels de la culture, celui-ci s établit en moyenne à par an au cours de la période , soit 4 % de plus que dans l ensemble des ménages d actifs en emploi (graphique 3) 8. Du revenu disponible du ménage au niveau de vie du professionnel de la culture Le niveau de vie se définit comme le revenu disponible du ménage divisé par le nombre d unités de consommation. Il est par définition le même pour toutes les personnes composant ce ménage. Les professionnels de la culture ont un niveau de vie moyen supérieur de 11 % à celui de l ensemble des actifs en emploi De 2005 à 2012, les professionnels de la culture ont globalement un niveau de vie annuel supérieur de 11 % à la moyenne des actifs en emploi : , contre toutes professions confondues (tableau 8) Pour plus d information sur la composition du revenu disponible des ménages en France, voir notamment la fiche «1.3. Revenu disponible des ménages» dans les Revenus et le patrimoine des ménages, Insee, coll. «Insee Références», édition Pour davantage d information sur les niveaux de vie en France, voir Cédric HoUDRÉ, Juliette PonCEAU, Marie ZERGAT BonnIn, les Niveaux de vie en 2012, Insee, coll. «Insee Première», n o 1513, septembre

18 Graphique 3 Composition moyenne du revenu disponible annuel, Revenus moyens annuels perçus par le ménage (en euros) Autres revenus Revenus financiers Revenus sociaux Autres revenus d'activité du ménage Revenus d'activité de la personne Pensions alimentaires versées Impôts Ménages des professions de la culture Ensemble des ménages d'actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploiprincipal,francemétropolitaine. Notedelecture :entre2005et2012,unactifexerçantautitred emploiprincipaluneprofessionculturellevitdansunménagedontlerevenuannueldisponible s élèveenmoyenneà Celui-cirepose,enmoyenne,surdesrevenusd activitéde provenantdel activitéduprofessionneldelaculture(96 % perçoiventdesrevenusd activitéstrictementpositifsd unmontantmoyende26 000euros)etde issusdel activitédesautresmembresactifsdu ménage.lesrevenussociauxs établissentenmoyenneà1 500 pourl ensembledesménagesdesprofessionnelsdelaculture,lesrevenusfinancierset fonciersà4 500 etlesautresrevenusà400.lesménagesdesprofessionnelsdelaculturepaientenmoyenne4 400 d impôtsetversentenmoyenne 400 depensionsalimentaires. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdelacommunication,2015 Tableau 8 Niveau de vie annuel des actifs en emploi, Moyenne Premier Dernier Rapport décile décile interdécile (D9/D1) Professions culturelles ,5 Professions des arts visuels et des métiers d art ,5 Professionnels des arts visuels ,4 Métiers d art ,9 Professions du spectacle ,2 Artistes des spectacles ,2 Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles ,5 Techniciens des spectacles ,0 Professions littéraires ,7 Journalistes et cadres de l édition ,5 Auteurs littéraires et traducteurs ,7 Architectes ,6 Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation ,9 Professeurs d art ,4 Ensemble des actifs en emploi ,0 Champ :ensembledesactifsenemploiprincipal,francemétropolitaine. Notedelecture :enmoyenneannuelleentre2005et2012,unactifexerçantautitredesonemploiprincipaluneprofessionculturelleaunniveaudeviede Unprofessionneldelaculturesurdixaunniveaudevieinférieurà13 100,unsurdixaunniveaudeviesupérieurà :soitunrapport interdécilede3,5. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,

19 Au sein des professions culturelles, les niveaux de vie comme les revenus d activité sont les plus faibles pour les professeurs d art et les professionnels des arts visuels et des métiers d art : en moyenne, ceux qui exercent un métier d art ont un niveau de vie de , les professionnels des arts visuels et les professeurs d art d un peu moins de À l opposé, les journalistes et cadres de l édition ( ) et, plus encore, les architectes ( ) et les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles ( ) ont les niveaux de vie les plus élevés. Les auteurs littéraires et traducteurs, les artistes et les techniciens des spectacles et les professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation se situent entre ces deux pôles. Une répartition plus inégalitaire dans les professions culturelles que dans l ensemble Les niveaux de vie tenant compte des revenus complémentaires, à vocation notamment redistributive, ils sont globalement moins dispersés que les revenus d activité, dans les professions culturelles (rapport interdécile de 3,5 contre 7,4 pour les revenus d activité) comme dans l ensemble des professions (rapport de 3,0 contre 4,7) : une redistribution se produit effectivement dans le passage du revenu d activité au revenu disponible, grâce aux autres revenus du ménage (revenus du conjoint, transferts sociaux, revenus financiers et fonciers et autres revenus). Il n en demeure pas moins que la répartition du niveau de vie des professionnels de la culture est un peu plus inégalitaire que celle de l ensemble des actifs (rapport interdécile de 3,5 contre 3). En effet, chez les actifs qui exercent une profession culturelle, si les bas niveaux de vie sont équivalents à ceux de l ensemble des professions (les 10 % les moins favorisés ont un niveau de vie inférieur à , contre dans l ensemble), les hauts niveaux de vie y excèdent largement ceux des actifs les plus favorisés, toutes professions confondues ( contre ) (tableau 8). Avec un rapport interdécile d environ 3, les professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation et les techniciens des spectacles ont un niveau de vie aussi dispersé que la moyenne. Les autres professions culturelles se caractérisent en revanche par une distribution moins équitable que celle de l ensemble de la population active en emploi, avec un rapport interdécile compris entre 3,2 et 3,9. La distribution des niveaux de vie des auteurs littéraires et traducteurs est particulièrement inégalitaire : un sur dix dispose pour vivre de moins de et, à l autre extrémité de l échelle des niveaux de vie, un sur dix plus de , soit un rapport interdécile de 4,7. Cette distribution des niveaux de vie est toutefois beaucoup moins inégalitaire que celle du revenu d activité de ces professions, dont le rapport interdécile est proche de 16. Moyenne et dispersion des niveaux de vie : les professions culturelles loin de leurs groupes professionnels de référence Le montant moyen et la dispersion du niveau de vie permettent de distinguer quatre ensembles de professions culturelles. Le premier se caractérise par un niveau de vie moyen faible et assez fortement dispersé. Rassemblant 42 % des professionnels de la culture, il est composé des professionnels des arts visuels, des métiers d art et des professeurs d art. Les auteurs littéraires et traducteurs constituent à eux seuls le deuxième ensemble (5 % des professionnels de la culture) : leur niveau de vie moyen se situe dans la moyenne des professions culturelles mais se distingue par une distribution nettement plus inégalitaire. Un niveau de vie en moyenne plus élevé que la moyenne générale et modérément dispersé caractérise le troisième ensemble, composé des artistes et des techniciens

20 des spectacles, ainsi que des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation (24 % des professionnels de la culture). Les journalistes et cadres de l édition, les architectes et les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles composent le dernier ensemble (29 % des professionnels de la culture), qui dispose d un niveau de vie nettement plus élevé que les trois précédents, en moyenne, et plus dispersé que celui de l ensemble de actifs en emploi. Ces quatre ensembles occupent des positions spécifiques par rapport aux groupes professionnels (voir «Définitions», p. 23) qui composent la population active en France, sous l angle de la moyenne et de la dispersion des niveaux de vie (graphique 4). Au sein du premier ensemble, les personnes exerçant un métier d art ont un niveau de vie en moyenne inférieur à celui des artisans et des ouvriers qualifiés. De même, les professeurs d art ont un niveau de vie moyen très en deçà de celui de leur groupe professionnel d appartenance (les professeurs et professions scientifiques, parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures). Ceux qui exercent un métier des arts visuels se situent entre le groupe professionnel des professions intermédiaires et celui des artisans, en termes de niveau de vie moyen. En ce qui concerne le niveau de vie des auteurs littéraires et traducteurs, qui constituent le deuxième ensemble, son montant moyen les rapproche des commerçants, tandis que son hétérogénéité, très forte, les associe aux professions libérales et aux agriculteurs. Au sein du troisième ensemble, le niveau de vie est en moyenne un peu plus élevé que dans l ensemble des professions intermédiaires. Enfin, le niveau de vie des professionnels du dernier ensemble se situe, en moyenne, en deçà de celui du groupe professionnel des cadres et professions intellectuelles supérieures (hors professions libérales) et s en distingue par une dispersion plus forte. Il est à la fois nettement moindre et beaucoup moins dispersé que le niveau de vie des professions libérales et des chefs d entreprise de plus de 10 salariés. Graphique 4 Montant annuel moyen et dispersion du niveau de vie dans les professions culturelles et pour l ensemble des actifs en emploi, Niveau de vie moyen (en euros par an) Professions libérales, chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures (hors professions libérales) Journalistes, cadres de l'édition Architectes Prof. de l'archivage, de la conservation Cadres artistiques Auteurs littéraires et de la documentation des spectacles et traducteurs Techniciens des spectacles Artistes Professions culturelles Prof. intermédiaires Professeurs d'art Toutes professions Prof. des arts visuels Artisans Ouvriers et employés qualifiés Métiers d'art Ouvriers et employés non qualifiés Agriculteurs Commerçants ,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0 5,5 6,0 Rapport interdécile Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. Source :EnquêtesRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,

Les métiers artistiques : des conditions d emploi spécifiques, des disparités de revenus marquées

Les métiers artistiques : des conditions d emploi spécifiques, des disparités de revenus marquées Dossier Les métiers artistiques : des conditions d emploi spécifiques, des disparités de revenus marquées Marie Gouyon et Frédérique Patureau* Les professionnels qui exercent un métier artistique sont

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Dossier Avertissement Une partie importante des statistiques diffusées dans cette publication s appuie sur la base Non-salariés produite par l Insee à partir de plusieurs sources administratives issues

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Inter-commission «Emploi, qualification et revenus du travail» et «Démographie et questions sociales»

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Inter-commission «Emploi, qualification et revenus du travail» et «Démographie et questions sociales» Inter-commission «Emploi, qualification et revenus du travail» et «Démographie et questions sociales» Réunion du 7 novembre 2013 Demandes d accès à des sources administratives au titre de l article 7bis

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Les seniors : des revenus plus faibles pour les plus âgés, compensés par un patrimoine plus élevé

Les seniors : des revenus plus faibles pour les plus âgés, compensés par un patrimoine plus élevé Les seniors : des revenus plus faibles pour les plus âgés, compensés par un patrimoine plus élevé Alexandre Baclet * La population de plus de 55 ans les seniors est particulièrement hétérogène. Les plus

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Nombre d'actifs occupés 14 198 386 387 1 297 398 Part dans l emploi 1,1 1,5 Répartition par âge

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2013 183

Le surendettement des ménages 2013 183 LIMOUSIN 183 Région Limousin en chiffres Surendettement Données 2013 2 874 dossiers déposés 3 147 personnes surendettées a) 456 dossiers pour 100 000 habitants b) : 36 202 euros c) Contexte socioéconomique

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Etude d insertion des diplômés 2002 DFS et CA Période étudiée : 2005 (N+3)

Etude d insertion des diplômés 2002 DFS et CA Période étudiée : 2005 (N+3) Sommaire Etude d insertion des diplômés 00 DFS et CA Période étudiée : 005 (N+3) Présentation de l enquête Grille de lecture Principales données de l enquête principales données sur interprètes Les interprètes

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES JUIN 2015 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2014 Analyses nationale et régionale SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES

LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES NOVEMBRE 2005 SOMMAIRE 3 EN RÉSUMÉ 5 LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS

Plus en détail

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 36 - mai 2013 Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat En Guadeloupe, en 2010, un ménage sur trois est endetté

Plus en détail

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV)

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête Participation culturelle & sportive de mai 2003 (EPCV) Liste des s Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV) Index des s : AGEDPR : Age de la personne de référence (8 modalités)... 3 AGEPR : Age de la personne de référence...

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 19 décembre 2007-9 h 30 «Niveaux de vie des retraités et petites retraites» Document N 1 Document de travail, n engage pas le Conseil Note de présentation

Plus en détail

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003)

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Frédéric Brouillet Les dirigeants salariés ne constituent pas un ensemble homogène en termes de revenus : le domaine d

Plus en détail

Profil des créations d entreprises hors auto-entrepreneurs et de leur dirigeant

Profil des créations d entreprises hors auto-entrepreneurs et de leur dirigeant Profil des créations d entreprises hors auto-entrepreneurs et de leur dirigeant L année 2009 a été marquée par un grand changement en matière de création d entreprises avec la mise en place du régime de

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Profils types. à fin décembre 2011

Profils types. à fin décembre 2011 Qui sont les allocataires indemnisés par l Assurance chômage? Profils types à fin décembre 2011 Le profil de l Assurance chômage à fin 2011 est très lié au parcours professionnel suivi en amont de l inscription

Plus en détail

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Muriel Nicolas Florence Thibault CNAF Direction des Statistiques, des Études et de la Recherche. Département des Statistiques, des Prévisions

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

le statut de l artiste et les cumuls d activités

le statut de l artiste et les cumuls d activités Association départementale pour le développement des arts vivants dans le Morbihan Fiche 19 Le statut de l artiste le statut de l artiste et les cumuls d activités Le statut de l artiste du spectacle 1)

Plus en détail

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 L OVE Enquête Observatoire de la Vie Étudiante Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 Avril 2015 En 2010-2011, l offre de formation de l Université d Artois s enrichit de 3 nouvelles Licences

Plus en détail

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions La réforme des aides au logement dans le secteur locatif par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions En 1999, par le biais des aides au logement (aide personnalisée au logement et allocation

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 7

Table des matières. Introduction... 7 Table des matières Introduction... 7 CHAPITRE 1 La déclaration pour l impôt sur le revenu... 9 1. Qui a l obligation de déposer une déclaration pour l impôt sur le revenu?... 10 2. Qui a la possibilité

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2011 149

Le surendettement des ménages 2011 149 NORD-PAS-DE-CALAIS 149 Région Nord-Pas-de-Calais en chiffres Surendettement Données 2011 22 409 dossiers déposés 697 dossiers pour 100 000 habitants a) Endettement : 30 689 euros b) Contexte socio-économique

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

Inégalités de niveau de vie et pauvreté

Inégalités de niveau de vie et pauvreté Inégalités de niveau de vie et pauvreté Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau* En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l

Plus en détail

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5)

A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) A VOTRE SITUATION PERSONNELLE ET PROFESSIONNELLE (1/5) METTRE DANS CETTE POCHETTE LES PHOTOCOPIES DES DOCUMENTS SUIVANTS (et cocher à droite si vous avez bien fourni le document) DOCUMENTS À FOURNIR (photocopies)

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Fiches thématiques. Revenus

Fiches thématiques. Revenus Fiches thématiques Revenus 1.1 Revenu des ménages en comptabilité nationale u niveau de la Nation, la masse des A ressources disponibles de l ensemble des ménages est mesurée par le revenu disponible brut

Plus en détail

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 10 AVRIL 2015 LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF Parmi les licenciés économiques, ceux qui ont bénéficié du

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT NOTICE EXPLICATIVE Pour demander votre affiliation au Régime de Sécurité Sociale des Auteurs, vous devez déclarer les revenus d auteur perçus au cours des deux années précédentes l année en cours de laquelle

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Placements sur longue période à fin 2011

Placements sur longue période à fin 2011 Les analyses MARS 2012 Placements sur longue période à fin 2011 Une année 2011 particulièrement favorable aux «valeurs refuges», mais la suprématie des actifs risqués reste entière sur longue période.

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Démarrer son activité déco

Démarrer son activité déco Karine Mazeau Démarrer son activité déco Devis Factures Assurances Appels d offres Suivi de chantier Descriptifs 2013, Groupe Eyrolles ISBN : 978-2-212-13605-0 CHAPITRE 1 LE STATUT FISCAL Dans ce chapitre,

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

RESTE A VIVRE MINIMUM

RESTE A VIVRE MINIMUM L'objectif fixé a été de donner, aux personnes chargées d'étudier les dossiers de prêts PASS-FONCIER, des règles précises et simples d'application leur permettant d'avoir une marge d'acceptation plus large,

Plus en détail

L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains

L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains Élisabeth Bouffard-Savary, DGAC Parmi l ensemble des modes de transport utilisés pour les déplacements à longue distance, l avion détient

Plus en détail

Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR

Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR Actualisé le 06/01/2014 1 Sommaire Définition de l auto-entreprise Qui peut être auto-entrepreneur? Activités exclues du régime Seuils de chiffre

Plus en détail

Zoom. Partenaire des entreprises et du territoire libournais. www.libourne.cci.fr

Zoom. Partenaire des entreprises et du territoire libournais. www.libourne.cci.fr Zoom sur Partenaire des entreprises et du territoire libournais Actualisé le : 15/01/2015 Info juridique : L auto-entrepreneur n existe plus! Depuis la loi Artisanat, commerce et petite entreprise (dite

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX

OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX OBSERVATOIRE DE VÉNISSIEUX Édition n 2 Avril 2014 Introduction Démographie 4 Diplôme - Formation 7 Emploi et population active 10 Ménages et familles 20 Logement 23 Revenus 31 L emploi salarié privé 41

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

Impôts 2015. La prime pour l emploi

Impôts 2015. La prime pour l emploi Impôts 2015 La prime pour l emploi Qu est-ce que la prime pour l emploi? > La prime pour l emploi est une aide au retour à l emploi ou à la poursuite d une activité professionnelle. Elle est calculée sur

Plus en détail

PARMI les diverses réformes introduites ces dernières années pour réduire

PARMI les diverses réformes introduites ces dernières années pour réduire Réformes des allocations logement: quels impacts sur les ménages à bas revenus? Lisa Fratacci (Dp) PARMI les diverses réformes introduites ces dernières années pour réduire les trappes à inactivité (prime

Plus en détail

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 Séance n 8. TD 1. L évolution des catégories socioprofessionnelles Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 En milliers Groupe socioprofessionnel 1975 2006 s 1691 560

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain?

Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Qui sont les primo-accédants d aujourd hui et de demain? Etude de l Institut CSA pour Guy Hoquet L immobilier Mars 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 2000 personnes

Plus en détail

Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise. Le carnet de route CHAMBRE DE METIERS

Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise. Le carnet de route CHAMBRE DE METIERS Tous les conseils pour créer ou reprendre une entreprise 1 Le carnet de route C H A M B R E S D E M É T I E R S CHAMBRE DE METIERS A P C M LE CARNET DE ROUTE DU CRÉATEUR REPRENEUR Ce carnet de route est

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Les vacances sont un thème

Les vacances sont un thème Que font les jeunes pendant les vacances d été? Fabienne Rosenwald Sous-direction des études statistiques Magda Tomasini Bureau des études statistiques sur l enseignement supérieur Direction de l évaluation

Plus en détail

Sommaire du dossier de presse

Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 10 février 2015 " L emploi et les revenus des indépendants " - Édition 2015 Sommaire du dossier de presse Fiche 1 : Panorama de l emploi et des revenus des non-salariés Fiche

Plus en détail

Cent pour cent. Basse-Normandie. Dans les métiers culturels, un actif sur quatre en retraite en 2020. Les métiers de la culture en Basse-Normandie

Cent pour cent. Basse-Normandie. Dans les métiers culturels, un actif sur quatre en retraite en 2020. Les métiers de la culture en Basse-Normandie Cent pour cent Basse-Normandie Les métiers de la culture en Basse-Normandie Dans les métiers culturels, un actif sur quatre en retraite en 2020 La moitié des Bas-Normands exerçant un métier culturel possède

Plus en détail

Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles

Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles Les changements de résidence : entre contraintes familiales et professionnelles Thierry Debrand, Claude Taffin* La mobilité résidentielle des ménages est fonction de l âge, du niveau de formation, du type

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Une approche des étudiants à travers ceux qui perçoivent une prestation des CAF d Île-de-France

Une approche des étudiants à travers ceux qui perçoivent une prestation des CAF d Île-de-France Une approche des étudiants à travers ceux qui perçoivent une prestation des CAF d Île-de-France SEPTEMBRE 2009 Cellule Technique de Réflexion et d Aide à la Décision (CTRAD) Service Commun d Action Sociale

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique

Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique A COMPLETER ET A SIGNER PAR LE CONSEILLER ET LE CLIENT DES LE 1 ER EURO INFORMATIONS SUR LE PRODUIT Nom de l assureur

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Les palmarès du bonheur professionnel

Les palmarès du bonheur professionnel Les palmarès du bonheur professionnel Viavoice Le Nouvel Observateur Octobre 2013 Viavoice Paris. Études Viavoice & conseil 9 rue Huysmans, 75 006 Mieux Paris. comprendre + 33 (0)1 40 l opinion 54 13 90

Plus en détail

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques 20 Qualité de vie des personnes âgées Qualité de vie des Franciliens de 60 : agir sur les limitations physiques A l heure où «la révolution de la longévité» est engagée se pose avec acuité la question

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Décembre 2012 N 093 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Salaires conventionnels et salaires effectifs : une corrélation variable selon

Plus en détail

ÉDITION 2013. /// La vie étudiante. Repères. Observatoire national de la vie étudiante

ÉDITION 2013. /// La vie étudiante. Repères. Observatoire national de la vie étudiante ÉDITION 2013 /// La vie étudiante Repères Observatoire national de la vie étudiante L Observatoire national de la vie étudiante Sommaire /// Mission L Observatoire national de la vie étudiante (OVE) est

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE Documents à fournir quelle que soit votre situation :

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE Documents à fournir quelle que soit votre situation : Documents à fournir quelle que soit votre situation : Formulaire de demande de bourse dûment complété et signé Livret de famille Carte d inscription au registre des Français établis hors de France des

Plus en détail

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale :

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale : 2012-1 MERCI DE REMETTRE VOTRE DOSSIER COMPLET A LA SECTION CONSULAIRE DE L AMBASSADE SUR RENDEZ-VOUS UNIQUEMENT (TEL. 44 02 17 34) AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2012 Documents à fournir quelle que soit

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Les salariés au régime général retraités de la fonction publique hospitalière ou territoriale : une seconde carrière après la retraite?

Les salariés au régime général retraités de la fonction publique hospitalière ou territoriale : une seconde carrière après la retraite? n o 29 06 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Catherine Bac et Agathe Dardier, Cnav Isabelle Bridenne, CDC En collaboration avec : Les salariés au régime général retraités de la

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Utilisation des REER dans les années 90

Utilisation des REER dans les années 90 Ernest B. Akyeampong Utilisation des REER dans les années 90 Les derniers changements importants apportés à la Loi de l impôt sur le revenu, cette dernière se rapportant aux épargnes-retraite, sont entrés

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 Philippe Villemus Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres..., 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 En synthèse, qu est-ce qu être riche? «Pour un pays comme pour un individu, ce n est

Plus en détail

Les bénéficiaires de la Retraite Complémentaire Obligatoire (RCO) sont au nombre de 508 672 à fin juin 2012. Leur nombre diminue de 1 % sur un an.

Les bénéficiaires de la Retraite Complémentaire Obligatoire (RCO) sont au nombre de 508 672 à fin juin 2012. Leur nombre diminue de 1 % sur un an. Octobre L'Observatoire Economique et Social Note de conjoncture n 23 Volet 3 : Famille et retraite Le nombre de familles bénéficiaires d au moins une prestation familiale au régime agricole recule au premier

Plus en détail

Tout dossier incomplet ou ne parvenant pas dans les délais impartis sera irrecevable.

Tout dossier incomplet ou ne parvenant pas dans les délais impartis sera irrecevable. BOURSES SCOLAIRES 2011/2012 LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR Les dossiers complétés doivent être déposés personnellement par les familles, uniquement sur rendez-vous, au Secrétariat général du Bureau français,

Plus en détail

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES THEME 1 LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES 1.3 : Comment répartir les revenus et les richesses? L'économie est définie comme la «science qui étudie le comportement humain dans la relation

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012?

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012? UniversitéClients CA 23 février 2012 Quels placements privilégier en 2012? 2012, quels placements privilégier? Quel contexte économique et financier? Les principales nouveautés fiscales sur les revenus

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

Bourse ZA. Agenda 27/02/2015. Document confidentiel destiné uniquement aux professionnels partenaires du Crédit Foncier 1. > Le Crédit Foncier en bref

Bourse ZA. Agenda 27/02/2015. Document confidentiel destiné uniquement aux professionnels partenaires du Crédit Foncier 1. > Le Crédit Foncier en bref Bourse ZA février 2015 1 partenaires du Crédit Foncier Agenda > Le Crédit Foncier en bref > Règles générales d acceptation > Nos formules spécifiques > Nos points forts > Contacts 2 2 partenaires du Crédit

Plus en détail