Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture"

Transcription

1

2 Revenus d activité et niveaux de vie des professionnels de la culture Marie Gouyon * En France, 2,2 % des actifs exercent une profession culturelle. Au sein des professions culturelles, ils exercent des métiers très divers (artisans d art, professeurs d art, artistes et techniciens des spectacles, architectes ou cadres de l édition, etc.) dont ils tirent des revenus dont la nature et les montants varient fortement d une profession à l autre (salaires, revenus d indépendants, mais aussi revenus de remplacement tels que indemnités de chômage ou même, pour certains actifs, pensions de retraite). L exploitation de plusieurs éditions de l enquête Revenus fiscaux et sociaux de l Insee permet de connaître les revenus annuels moyens tirés de l activité ainsi que les revenus de complément. Si les salaires annuels moyens perçus par les professionnels de la culture sont globalement équivalents à ceux de l ensemble des actifs, les revenus de remplacement constituent en revanche une part importante de leurs ressources d activité. Au total, les actifs des professions culturelles ont perçu en moyenne euros de revenus annuels d activité entre 2005 et C est 6 % de plus que la moyenne de l ensemble des actifs. Toutefois, les caractéristiques sociodémographiques et les conditions d emploi (qualification, temps de travail, etc.) des professionnels de la culture sont très différentes de celles des autres actifs. À caractéristiques identiques, les professionnels de la culture perçoivent en fait des revenus d activité inférieurs de 26 % à ceux des autres actifs. La composition du ménage, l histoire familiale, les revenus d activités d autres personnes du ménage, le plus souvent le conjoint, viennent compléter le revenu d activité. Avec euros par an, les revenus d activité des autres membres du ménage sont plus élevés (+ 16 %) pour les professionnels de la culture que pour les autres actifs. Les ménages des professionnels de la culture déclarent par ailleurs des revenus d origine sociale, financière ou foncière supérieurs de 13 %, en moyenne, à ceux de l ensemble des actifs (6 800 euros par an). Rapporté à toutes les personnes composant le ménage, l ensemble de ces revenus définit le niveau de vie. Entre 2005 et 2012, le niveau de vie annuel moyen des professionnels de la culture s établit ainsi à euros, supérieur de 11 % à celui des autres actifs ; mais là encore, à caractéristiques comparables il est inférieur de 12 % à celui d un actif exerçant une autre profession. Au sein des professions culturelles, l écart de revenus d activité entre hommes et femmes est de 19 % en faveur des hommes, de 29 % dans l ensemble des actifs en emploi. La prise en compte des revenus complémentaires du ménage, et notamment les revenus du conjoint, conduit à gommer l écart de revenus d activité entre les femmes et les hommes : le niveau de vie des femmes actives, qu elles exercent une profession culturelle ou non, est très proche de celui des hommes. * Département des études, de la prospective et des statistiques, ministère de la Culture et de la Communication

3 Artistes plasticiens, photographes et graphistes, artistes, cadres et techniciens des spectacles, journalistes et cadres de l édition, auteurs littéraires et traducteurs, architectes, professeurs d art ou encore artisans et ouvriers d art, les professionnels de la culture tirent leurs revenus d une ou plusieurs activités, salariées ou non, et de revenus de remplacement comme le chômage ou même, pour certains actifs, la retraite. Toutefois, les revenus de l activité professionnelle ne constituent qu une part, plus ou moins importante, des moyens dont dispose un individu pour vivre : la composition du ménage, l héritage familial, les revenus d origine sociale, financière ou foncière peuvent constituer d autres sources de revenus qui viennent compléter le revenu d activité. La prise en compte de l ensemble de ces revenus permet de situer le niveau de vie des professionnels de la culture par rapport à celui des autres groupes professionnels et de l ensemble des actifs. Revenus d activité Les revenus d activité sont issus des activités professionnelles de la personne : ceux tirés de la profession culturelle qu elle exerce au titre de son emploi principal, et ceux qu elle perçoit éventuellement dans le cadre d un emploi complémentaire, que cet emploi corresponde à l exercice d une profession culturelle ou non (par exemple un auteur littéraire qui occupe ponctuellement un emploi d enseignant). De même, les indemnités de chômage perçues peuvent être associées à l emploi que le professionnel de la culture occupe de façon salariée (par exemple pour un intermittent des spectacles) ou à un emploi complémentaire, qui peut être extérieur à la culture. Enfin, les pensions de retraite sont liées à une activité professionnelle qui peut être poursuivie après liquidation de la retraite (par exemple un retraité des activités d architecture qui continue de proposer des prestations d architecte) ou bien être étrangère au monde de la culture (un enseignant à la retraite qui continue d avoir une activité professionnelle en tant qu auteur). Moins de salariés dans les professions culturelles, avec des salaires équivalents à ceux de l ensemble des actifs salariés Huit actifs sur dix exerçant une profession culturelle perçoivent des salaires (graphique 1 et tableau 1), selon l enquête Revenus fiscaux et sociaux de l Insee (voir «Sources», p. 23). C est moins que pour l ensemble des actifs, car les professions culturelles sont plus souvent exercées dans le cadre d une activité indépendante : ainsi, seuls les deux tiers des professionnels des arts visuels (artistes plasticiens, photographes, graphistes, designers, etc.), des métiers d art (par exemple facteurs d orgue, lapidaires, vitraillistes ), des auteurs littéraires (écrivains, scénaristes, dialoguistes), des traducteurs et des architectes perçoivent des salaires. Certaines professions culturelles sont toutefois très majoritairement salariées : professeurs d art (professeurs de chant au conservatoire, d arts plastiques à l École nationale des beaux-arts, etc.), métiers du spectacle, journalistes et cadres de l édition, professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation (conservateurs du patrimoine, bibliothécaires ). En moyenne sur la période , les salaires annuels moyens perçus par un actif des professions culturelles sont équivalents à ceux de l ensemble des actifs et s élèvent à euros (graphique 1). Ils sont plus élevés pour les architectes ( ), les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles (directeurs artistiques, producteurs, réalisateurs ou encore ingénieurs du son) ( ) et pour les journalistes et les cadres de l édition ( ). Ils sont plus faibles pour les professeurs d art ( ) et pour les salariés des métiers d art ( )

4 Graphique 1 Part des actifs en emploi percevant des revenus d activité selon la nature des revenus, et montants perçus, Part des actifs percevant des revenus : Montants moyens annuels perçus : Professions culturelles Ensemble des actifs en emploi Part des actifs percevant des revenus (en %) Montants moyens annuels des revenus perçus (en euros) % % % % 20 % 5 % 4 % 0 8 % 0 Salaires Revenus non salariés * Indemnités de chômage Retraites Revenus directs d'activités Revenus de remplacement Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. *Revenusstrictementpositifs :nesontpasprisencompteicilesrevenusnonsalariésnégatifsounuls(casd uneactivitédéficitaire,parexemple). Notedelecture :entre2005et2012,enmoyenne80 %desprofessionnelsdelaculturedéclarentdessalaires(pour enmoyennedansl année), 21 %desrevenusnonsalariés(d unmontantmoyende ). Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 Des revenus non salariés plus faibles Un professionnel de la culture sur cinq déclare des revenus d indépendants 1 strictement positifs 2 (tableau 1 et graphique 1). Cette proportion dépasse un tiers pour les professionnels des arts visuels et métiers d art, les auteurs littéraires et traducteurs ainsi que les architectes, pour lesquels l exercice indépendant est fréquent. Les revenus prennent alors essentiellement la forme de revenus non commerciaux pour les architectes, les auteurs littéraires et traducteurs et pour les professionnels des arts visuels, et celle de revenus industriels et commerciaux dans les métiers d art. Les revenus d indépendants sont nettement moindres dans les professions culturelles (en moyenne contre pour l ensemble des indépendants), en raison notamment des revenus élevés atteints dans les professions libérales qui figurent parmi les professions les mieux rémunérées (médecins exerçant en cabinet, expertscomptables, notaires, avocats, etc.). Plus de 10 % des professionnels des arts visuels et des auteurs littéraires et traducteurs cumulent salaires et revenus d indépendants Dans l ensemble de la population en emploi, le cumul de revenus directs d activité de différentes natures est rare : seuls 2 % des actifs perçoivent à la fois des salaires et des revenus d indépendants (tableau 1). Le cumul est plus fréquent dans les professions culturelles (7 %), en particulier dans les professions à dominante artistique, telles que 1. Une partie des non-salariés déclarent leurs revenus d indépendants en traitements et salaires en particulier une partie des écrivains et des compositeurs, ce qui explique que l indépendance soit plus fréquente sous l angle du statut exercé que sous celui du type de revenu d activité perçu. 2. Les revenus peuvent être négatifs ou nuls en cas d activité déficitaire

5 Tableau 1 Revenus directs d activité perçus en moyenne chaque année par les actifs, Salaires Revenus Cumul Ensemble non salariés * salaires des revenus revenus directs non salariés d activité * % Montant % Montant % % Montant des moyen des moyen des des moyen actifs (en euros) actifs (en euros) actifs actifs (en euros) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. * Revenusstrictementpositifs :nesontpasprisencompteicilesrevenusnonsalariésnégatifsounuls(casd uneactivitédéficitaire,parexemple). Note :engrisé,résultatsnonsignificatifs(effectifsinterrogésinsuffisantspourgarantirlarobustessedesrésultats). Notedelecture :enmoyenneentre2005et2012,80 %desprofessionnelsdelaculturedéclarentdessalaires,d unmontantannuelmoyende23 000,21 % déclarentdesrevenusnonsalariés,d unmontantmoyende18 300,etilssont7 %àcumulercesdeuxnaturesderevenusd activité.autotal,94 %des professionnelsdelaculturedéclarentdesrevenusdirectsd activitéstrictementpositifs,pourunmontantannuelmoyende Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 les artistes des spectacles (8 %), les professionnels des arts visuels (12 %) ou les auteurs littéraires et traducteurs (13 %) : il correspond alors vraisemblablement à une combinaison de droits d auteur (lorsqu ils sont déclarés en bénéfices non commerciaux) et de salaires (rémunérant par exemple une activité d enseignement ou une prestation scénique pour un artiste des spectacles). Un revenu directement lié à l activité légèrement plus faible dans les professions culturelles Tous types d activités confondues, salariées ou indépendantes, les revenus directement liés à l activité s établissent à en moyenne, un peu moins que pour l ensemble des actifs en emploi ( ). Ils se situent entre et pour les professionnels des arts visuels ou des métiers d art, pour les artistes des spectacles et les techniciens des spectacles (assistants opérateurs du son, assistants

6 monteurs, techniciens de plateau, costumières ) ainsi que pour les professeurs d art. Ils sont dans la moyenne, entre et , pour les auteurs littéraires, les traducteurs et les professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation. Enfin, ils dépassent en moyenne pour les journalistes et cadres de l édition, les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles et pour les architectes (tableau 1). Un quart des professionnels de la culture perçoivent des revenus de remplacement En sus des revenus directement liés à l activité, une partie des actifs en emploi perçoit des revenus de remplacement (chômage, retraite). Les revenus de remplacement y sont donc à la fois beaucoup plus fréquents et plus élevés que dans l ensemble de la population en emploi : dans les professions culturelles, 24 % des actifs en perçoivent, pour un montant moyen de (graphique 1 et tableau 2). Lorsque des revenus de remplacement sont perçus, ils s élèvent en moyenne à dans les professions du spectacle et de l écrit et, à l inverse, ne dépassent pas pour les professeurs d art et les métiers d art. Le cumul de revenus directs d activité et de revenus de remplacement correspond principalement à une combinaison de salaires et d indemnités de chômage. Cette situation est particulièrement courante dans les métiers du spectacle où près d un actif sur deux perçoit ces deux types de revenus (61 % chez les artistes, 41 % chez les techniciens et 29 % chez les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles), du fait du dispositif de l intermittence 3. Elle est également loin d être négligeable chez les journalistes et cadres de l édition (12 %) et chez les professeurs d art (13 %). Les architectes et les auteurs littéraires et traducteurs en activité perçoivent plus souvent des pensions de retraite (respectivement 7 % et 11 %) que la moyenne (5 % dans l ensemble des professions culturelles et 4 % toutes professions confondues), ces métiers s exerçant plus souvent que les autres à des âges avancés 4 (voir tableau A, p. 26). Le cumul d indemnités de chômage et de pensions de retraite est pratiquement inexistant, pour les professions culturelles comme pour l ensemble des actifs en emploi. Les revenus totaux d activité des professionnels de la culture dépassent légèrement ceux de l ensemble des actifs en emploi Revenus directement liés à l activité et revenus de remplacement cumulés, les professionnels de la culture ont perçu en moyenne dans l année, au cours de la période, un montant supérieur de 6 % à celui de l ensemble des actifs en emploi (tableau 3). Métiers des spectacles, des arts visuels, métiers d art, professions de l écrit ou du patrimoine, ou encore architectes ou professeurs d art : les professions culturelles constituent finalement un ensemble particulièrement hétérogène du point de vue de l encadrement juridique dont elles font l objet, des statuts d emploi dans lesquels elles s exercent ou encore des compétences et des savoir-faire qu elles mobilisent. À la diversité des métiers correspond celle des revenus d activité d une profession culturelle à l autre, qui vont de en moyenne dans les métiers d art jusqu à chez les cadres 3. Marie GoUyon, Frédérique PATUREAU, Tendances de l emploi dans le spectacle, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. «Culture chiffres», , février M. GoUyon, F. PATUREAU, Vingt ans d évolution de l emploi dans les professions culturelles , Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. «Culture Chiffres», , octobre

7 Tableau 2 Revenus de remplacement perçus en moyenne chaque année par les actifs en emploi, Indemnités Pensions Ensemble de chômage de retraites des revenus de remplacement % Montant % Montant % Montant des moyen des moyen des moyen actifs (en euros) actifs (en euros) actifs* (en euros) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. * Cumulrevenusdirectsetrevenusderemplacement :danslagrandemajoritédescas,lesrevenusderemplacementcomplètentdesrevenusdirectsstrictement positifs. Note :engrisé,résultatsnonsignificatifs(effectifsinterrogésinsuffisantspourgarantirlarobustessedesrésultats). Notedelecture :enmoyenneentre2005et2012,24 %desprofessionnelsdelacultureperçoiventdesrevenusderemplacement pourunmontantannuel moyende euros ;parmieux,20 %perçoiventdesindemnitésdechômaged unmontantannuelmoyende euroset5 %despensionsderetraite de eurosenmoyenne. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 artistiques, de programmation et de production des spectacles. Les professeurs d art et les professionnels des arts visuels perçoivent en moyenne moins de annuels pour l ensemble de leur activité professionnelle. Les auteurs littéraires et traducteurs, les professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation ainsi que les artistes et les techniciens des spectacles déclarent environ Enfin, les journalistes et cadres de l édition perçoivent en moyenne et les architectes (tableau 3). Des revenus d activité beaucoup plus dispersés dans les professions culturelles que pour l ensemble des actifs Si les professions culturelles divergent nettement les unes des autres en termes de revenu d activité moyen, on observe de plus pour chacune d elle une large dispersion des revenus

8 Tableau 3 Revenus totaux annuels d activité perçus par les actifs en emploi, Moyenne Premier Dernier Rapport interdécile décile décile (D9/D1) Professions culturelles ,4 Professions des arts visuels et des métiers d art ,3 Professionnels des arts visuels ,6 Métiers d art ,2 Professions du spectacle ,0 Artistes des spectacles ,6 Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles ,9 Techniciens des spectacles ,0 Professions littéraires ,7 Journalistes et cadres de l édition ,8 Auteurs littéraires et traducteurs ,8 Architectes ,6 Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation ,9 Professeurs d art ,3 Ensemble des actifs en emploi ,7 Champ :ensembledesactifsenemploiprincipal,percevantdesrevenusd activitéstrictementpositifs,francemétropolitaine. Notedelecture :entre2005et2012,unactifexerçantautitredesonemploiprincipaluneprofessionculturelleaperçuunrevenud activitétotalannuelde enmoyenne.unactifsurdixaperçumoinsde6 200,unsurdixplusde :soitunrapportinterdécilede7,4. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 En effet, pour l ensemble des actifs exerçant une profession culturelle, les revenus d activité les plus bas sont inférieurs à ceux de l ensemble des actifs, tandis que les plus hauts revenus dépassent largement ceux des mieux rémunérés de leurs concitoyens. Ainsi, les 10 % des professionnels de la culture les moins rémunérés déclarent des revenus annuels d activité inférieurs à 6 200, contre dans l ensemble des professions. De l autre côté du spectre, les 10 % les mieux rémunérés dans la culture déclarent contre pour les 10 % les mieux rémunérés toutes professions confondues, d où un rapport entre les mieux rétribués et les moins bien rémunérés de 7,4 dans la culture, contre 4,7 toutes professions confondues (tableau 3). Avec un rapport interdécile de près de 16, la dispersion des revenus d activité est la plus forte pour les auteurs littéraires et les traducteurs : les 10 % les moins rémunérés déclarent moins de de revenus annuels d activité entre 2005 et 2012, tandis que les 10 % les mieux rétribués les écrivains bénéficiant d une grande notoriété, de ventes dynamiques et dont les œuvres sont adaptées au cinéma ou à la télé vision perçoivent plus de La dispersion des revenus d activité est encore assez forte (rapport interdécile d un peu plus de 9) chez les professionnels des arts visuels et des métiers d art et chez les professeurs d art. Elle est plus modérée chez les architectes, les journalistes et cadres de l édition et dans les professions du spectacle, et surtout dans celles de l archivage, de la conservation et de la documentation, qui sont souvent exercées par des fonctionnaires, dont les rémunérations sont indexées sur une grille indiciaire de rémunération

9 À caractéristiques sociodémographiques et conditions d emploi identiques, les professionnels de la culture perçoivent des revenus d activité inférieurs à ceux des autres actifs Les conditions d emploi et les caractéristiques sociodémographiques ne se répartissent pas de la même façon au sein des professions culturelles et toutes professions confondues 5. Les professions culturelles relèvent majoritairement de la catégorie sociale des cadres supérieurs (57 % des effectifs, contre 17 % dans l ensemble de la population active en emploi) et sont exercées, plus souvent que les autres, sous statut non salarié. De plus, ces professions sont plus souvent que les autres exercées par des hommes, par des actifs diplômés, d origine sociale favorisée, résidant en région parisienne (voir tableau A, p. 26). or les cadres supérieurs et les non-salariés d une part, les hommes, les titulaires de diplômes de niveau élevé, les actifs issus de milieux sociaux plutôt favorisés, les Franciliens d autre part, ont des niveaux de revenus supérieurs aux autres. Ces caractéristiques contribuent donc à tirer structurellement les revenus des professionnels de la culture vers le haut. À l inverse, par rapport aux autres actifs en emploi, les professionnels de la culture ont des temps de travail en moyenne plus courts, caractéristique qui va de pair avec un revenu d activité moindre, ce qui tire donc la moyenne des revenus des professionnels de la culture vers le bas. Pour comparer convenablement les revenus des professionnels de la culture à ceux des autres actifs, il convient donc de tenir compte de ces effets de structure. Ainsi, alors que les revenus d activité totaux des professionnels de la culture sont supérieurs de 6 % à ceux de l ensemble des actifs, si l on prend en compte ces différentes caractéristiques en cherchant à neutraliser leur effet, le surcroît des revenus d activité des professionnels de la culture disparaît et devient même négatif. À caractéristiques sociodémographiques et conditions d emploi identiques, un professionnel de la culture perçoit en effet un revenu d activité inférieur en moyenne de 26 % à celui d un actif exerçant une autre profession (tableau 4). Dans les professions culturelles, les femmes perçoivent des revenus d activité inférieurs en moyenne de 19 % à ceux des hommes Toutes professions confondues, les femmes tirent en moyenne de leur activité professionnelle des revenus très inférieurs à ceux des hommes 6 : elles ont perçu en moyenne de revenus totaux d activité entre 2005 et 2012, soit 29 % de moins que les hommes ( ) (tableau 5). Ce constat est confirmé toutes choses égales par ailleurs : à mêmes conditions d emploi que les hommes (notamment en termes de temps de travail, moindre en moyenne pour les femmes) et autres caractéristiques sociodémographiques identiques, les femmes ont un revenu d activité inférieur en moyenne de 28 % (tableau 4). Les professionnelles de la culture ont perçu, entre 2005 et 2012, en moyenne de revenus d activité, soit 19 % de moins que leurs confrères masculins ( ). L écart en défaveur des femmes est assez faible dans les professions des arts visuels, de l archivage, de la conservation et de la documentation (exercées pour partie par des fonctionnaires, dont les salaires reposent sur une grille indiciaire) et chez les techniciens et cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles (où les temps de travail différencient moins qu ailleurs les hommes et les 5. M. GoUyon, F. PATUREAU, Vingt ans d évolution de l emploi dans les professions culturelles , op. cit. 6. Sophie PonTHIEUx, «L inégalité des revenus d activité et les niveaux de vie des femmes et des hommes Une comparaison entre cinq pays de l Union européenne», Insee, «Économie et Statistique», n o ,

10 Tableau 4 Déterminants des revenus d activité de l ensemble des actifs en emploi, des professionnels de la culture, et des actifs exerçant une profession non culturelle, Effet marginal sur le revenu d activité total Test (en %) en moyenne par rapport à la modalité de référence de Ensemble Professions Professions différence Variable explicative culturelles non culturelles Domaine professionnel Profession culturelle 26 Profession non culturelle ref Catégorie sociale Cadres et professions intellectuelles supérieures* Autre catégorie socioprofessionnelle** ref ref ref Statut d activité Salarié Non-salarié ref ref ref Temps de travail hebdomadaire*** Moins de 20 heures De 20 à 31 heures De 32 à 37 heures ref ref ref De 38 à 41 heures ns + 12 ns 42 heures ou ns Sexe Homme ref ref ref Femme Âge Moins de 40 ans ans ou + ref ref ref Milieu social d origine Père cadre (supérieur ou intermédiaire) ref ref ref Père d une autre catégorie sociale Niveau de diplôme Bac + 2 ou moins ns + 2 ns Bac + 3 ou plus ref ref ref Lieu de résidence Commune francilienne ns Autre commune rurale ref ref ref Autre commune urbaine ns + 8 ns Statut vis-à-vis du logement Propriétaire ref ref ref Locataire ns Logé à titre gratuit 1 ns 22 ns 1 ns ns Vie de famille En couple avec enfant(s) ns + 10 ns En couple sans enfant ref ref ref Famille monoparentale Seul sans enfant 2 4 ns 2 ns Champ :actifsenemploiprincipal,francemétropolitaine. * Lesprofessionsculturellesrelevantdelacatégoriesocialedescadresetprofessionsintellectuellessupérieurescorrespondentauxartistes(plasticiens,desspectacles,auteurslittéraires),professeursd art, responsablesdeprogrammationetcadrestechnico-artistiquesdesspectacles,journalistesetcadresdel édition,architectes,cadresdel archivage,delaconservationetdeladocumentation. ** Lesautrescatégoriessocialesrassemblentlesagriculteurs,artisansetcommerçants,professionsintermédiaires,employésetouvriers.Auseindesprofessionsculturelles,ellessontcomposéesdes photographesetconcepteursdesartsgraphiques,delamodeetdeladécoration,assistantstechniquesetouvriersdesspectacles,indépendantsgestionnairesdespectacles,traducteurs,sous-bibliothécaires etcadresintermédiairesdupatrimoine. *** Tempsdetravailaucoursd unesemainedite«semainederéférence»,déclaréparlapersonnerépondantàl enquêteemploi. Note :lesparamètressontestimésàl aided unmodèletobit.ilsmesurentl effetmarginalsurlerevenud activitétotalnoncensurépourl ensembledelapopulation(ycomprislespersonnesdontlerevenu d activitétotalestnégatif).saufindiqué(ns),lesécartsparrapportàlamodalitéderéférencesontsignificatifsàplusde90 %.Letestdedifférencecomparelavaleurestiméed unparamètredumodèle portantsurlesprofessionsculturellesàcelledumêmefacteurdanslemodèleportantsurlesprofessionsnonculturelles :iltestesiladifférenceentrecesdeuxvaleurseststatistiquementsignificative ;ces paramètressontainsisignificativementdifférentsàplusde99 %(+++),entre95 %et99 %(++),entre90 %et95 %(+)ounonsignificativementdifférents(ns). Notedelecture :aucoursdelapériode ,lesprofessionnelsdelacultureperçoiventunrevenud activitétotalannuelinférieurde26 %enmoyenneàceluidesactifsexerçantuneautreprofession, touteschoseségalesparailleurs.dansl ensembledesprofessions,lesfemmesontdesrevenusd activitéde28 %inférieursàceuxdeshommes,touteschoseségalesparailleurs.ceteffetmarginalsurles revenusd activitédesfemmesestde 40 %parmilesactifsexerçantuneprofessionculturelle.ceseffetssontsignificativementdifférentsauseuilde10 %,c est-à-direqu ilyamoinsd unechancesurdix desetrompersil onditque,parrapportauxautresprofessions,lesrevenusdesfemmesdanslesprofessionsdelaculturesontencoreplusfaiblesqueceuxdeshommes. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,

11 Tableau 5 Revenus d activité annuels moyens des hommes et des femmes, Hommes Femmes Écart femmes/hommes (en %) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploiprincipalpercevantdesrevenusd activitéstrictementpositifs,francemétropolitaine. Notedelecture :entre2005et2012,leshommesexerçantuneprofessionculturelleontperçuenmoyennedesrevenusd activitéannuelsde euros. Pourlesfemmesexerçantcesprofessions,lesrevenusd activitémoyensétaientde19 %moindres( euros). Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 femmes). Il dépasse en revanche 25 % dans la profession d architecte et les métiers littéraires et atteint même 40 % dans les métiers d art. D une façon générale, les caractéristiques d emploi et sociodémographiques des femmes et des hommes sont assez différentes. Les femmes sont, par exemple, plus diplômées que les hommes, mais ont des temps de travail plus courts, des caractéristiques qui sont plus ou moins accentuées dans les professions culturelles. Si on neutralise statistiquement ces caractéristiques, les professionnelles de la culture ont alors des revenus d activité inférieurs, en moyenne, de 40 % à ceux de leurs collègues masculins (tableau 4). Pour les professions culturelles, la prise en compte des effets de structure n atténue pas les différences de revenus entre les femmes et les hommes, au contraire elle les creuse plus encore. Autrement dit, les différents éléments qui caractérisent habituellement les individus d un point de vue social et familial n expliquent pas l écart de revenu d activité entre les femmes et les hommes. D autres facteurs, que la source statistique utilisée ne permet pas d observer, influent de façon déterminante : il peut s agir de la spécialité du diplôme, de son prestige, de l étendue et de la qualité des réseaux amicaux, familiaux et professionnels de la personne, par exemple ou encore, pour les femmes auteurs, de la façon dont sont diffusées leurs œuvres Voir M. GoUyon, les Femmes dans la création audiovisuelle et de spectacle vivant, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, DEPS, coll. «Culture chiffres»,

12 Du revenu d activité du professionnel de la culture au revenu disponible de son ménage Du fait de la composition du ménage (en couple, avec un conjoint actif ou non, présence ou non d enfants, etc.) et de l histoire familiale (transmission de patrimoine par exemple), d autres sources de revenus peuvent compléter le revenu d activité : revenus d activité du conjoint et des autres membres du ménage, revenus d origine sociale (prestations familiales, allocations logement, minima sociaux), financière (revenus des livrets d épargne, dividendes, plus-values financières), foncière (loyers perçus) ou autre (prime pour l emploi notamment), et ne pas être associés à un individu mais versés au ménage dans son ensemble (voir «Définitions», p. 23). La prise en compte de l ensemble de ces revenus et de la composition du ménage permet d analyser le revenu disponible du ménage dans lequel vit le professionnel de la culture et, par suite, son niveau de vie. Les revenus d activité du conjoint ou d autres membres du ménage constituent un renfort important pour les professions culturelles les moins rémunératrices Les actifs qui exercent une profession culturelle vivent un peu moins souvent en couple que les autres mais, lorsque c est le cas, il est nettement plus fréquent qu ils partagent leur vie avec un(e) cadre intermédiaire ou supérieur(e). De plus, les professions culturelles sont moins rémunératrices que les autres «toutes choses égales par ailleurs»(tableau 4). Les revenus d activité sont complétés, pour plus des deux tiers des professionnels de la culture, par des revenus apportés au ménage par un(e) conjoint(e) actif(ve) et/ou un autre de ses membres, par exemple un étudiant vivant chez ses parents et travaillant de façon rémunérée l été ou quelques heures chaque semaine parallèlement à ses études. Ce revenu d activité que le conjoint et/ou un autre actif apporte au ménage est en moyenne plus élevé dans les ménages des professionnels de la culture ( ) que dans l ensemble des ménages composés de plusieurs actifs ( ), et, pour les professionnels de la culture, les revenus d activité complémentaires sont nettement supérieurs à leurs propres revenus (16 % de plus) (graphique 2, tableau 6). Cet écart est particulièrement fort dans les ménages des professionnels des arts visuels, des auteurs littéraires et traducteurs et des professeurs d art, où le revenu du conjoint est vraisemblablement un soutien, parfois indispensable, à la poursuite de l activité artistique. L écart est également considérable dans les ménages des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation et s explique davantage par le fait que ces professions sont très majoritairement exercées par des femmes alors que les revenus d activité complémentaires sont majoritairement apportés par des hommes dont les revenus d activité sont, de façon générale, plus élevés que ceux des femmes (+ 29 % pour l ensemble des actifs). À l inverse, l écart entre les revenus d activité des professionnels de la culture et ceux des autres membres de leur ménage est réduit, voire inversé, pour les professions culturelles les mieux rémunérées, telles que les journalistes et cadres de l édition, les architectes et les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles (tableau 6). Les revenus d activité des ménages des professionnels de la culture sont supérieurs à ceux de l ensemble des ménages d actifs (+ de 6 %) En sommant les revenus d activité des personnes qui les composent, les ménages des professionnels de la culture perçoivent des revenus annuels moyens d activité de au cours de la période Ils sont de 6 % plus élevés que ceux de l ensemble des ménages d actifs en emploi (tableau 6)

13 Graphique 2 Part des ménages d actifs percevant des revenus selon la nature des revenus et montant annuels moyens perçus, Part des ménages percevant des revenus : Montants annuels moyens perçus : Professions culturelles Ensemble des actifs en emploi Part des ménages percevant des revenus (en %) % 97 % Revenus d'activité* de la personne % 76 % Revenus d'activité* des autres membres du ménage 45 % 51 % 94 % 94 % Montants moyens annuels perçus par le ménage (en euros) % 25 % Revenus sociaux Revenus financiers et fonciers Autres revenus ** Revenus d'activités du ménage Revenus sociaux, financiers et fonciers, autres revenus Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. * Revenusstrictementpositifs :lesrevenusnonsalariésnégatifsounuls(casd uneactivitédéficitaire,parexemple)nesontpasprisencomptedanslecalcul dumontantmoyenderevenus. ** Primepourl emploi,pensionsalimentairesreçues,revenusprovenantdel étranger. Notedelecture :aucoursdelapériode ,96 %desprofessionnelsdelaculturedéclarentdesrevenusd activitéstrictementpositifspourunmontant annuelmoyende26 000,69 %bénéficientdesrevenusd activitéstrictementpositifsd unconjointet/oud autresmembresduménage,pourunmontant annuelmoyende Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdelacommunication,2015 Les écarts importants observés entre les revenus d activité propres des professionnels de la culture d une profession culturelle à l autre s atténuent nettement une fois pris en compte les revenus d activité du conjoint des autres actifs du ménage, à l exception des ménages des métiers d art, dont le revenu moyen d activité demeure très faible ( ), bien en deçà de la moyenne nationale ( ). Les ménages des professionnels des arts visuels, des professeurs d art et des techniciens des spectacles déclarent ainsi des revenus d activité compris, en moyenne, entre et la moyenne de l ensemble des professions. Les ménages des artistes des spectacles, des auteurs littéraires et des traducteurs, ainsi que des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation se situent au-delà, avec un revenu d activité global compris entre la moyenne nationale et Enfin, les ménages des architectes, des journalistes et cadres de l édition et des cadres artistiques, de production et de programmation des spectacles déclarent en moyenne plus de de revenus d activité. Moins de ménages bénéficiaires de prestations sociales, pour un montant en moyenne moindre que dans l ensemble des ménages d actifs en emploi Les prestations sociales sont composées principalement de prestations familiales, mais aussi de prestations logement et de minima sociaux. Elles sont conditionnées notamment par le niveau de ressources du ménage, par sa composition (le nombre d enfants à charge par exemple) et par son lieu de résidence. Les ménages des professionnels de la culture ont moins souvent que les autres des enfants à charge et, lorsqu ils en ont, c est en moins grand nombre (voir tableau A,

14 Tableau 6 Revenus annuels d activité perçus par les ménages d actifs en emploi, Revenus d activité * Revenus d activité * Ensemble des revenus de la personne des autres membres d activité * du ménage du ménage % des Montant % des Montant % des Montant ménages annuel ménages annuel ménages annuel concernés moyen concernés moyen concernés moyen (en ) (en ) (en ) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploiprincipal,percevantdesrevenusd activitéstrictementpositifs,francemétropolitaine. * Revenusstrictementpositifs :danslecalculdumontantmoyenderevenus,nesontpasprisencomptelesrevenusnon-salariésnégatifsounuls(casd une activitédéficitaire,parexemple). Notedelecture :enmoyenne,entre2005et2012,96 %desprofessionnelsdelaculturedéclarentdesrevenusd activitéstrictementpositifs(pour en moyennedansl année),69 %déclarentdesrevenusd activitéstrictementpositifsd unconjointet/oud autresmembresduménage(d unmontantmoyende ).Autotal,99 %bénéficient,auseindeleurménage,derevenusd activitéstrictementpositifs,pourunmontantannuelmoyende Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 p. 26). De ce fait, leurs ménages perçoivent moins fréquemment des prestations sociales : 45 % en sont bénéficiaires contre 51 % toutes professions confondues (tableau 7). Le montant annuel moyen des prestations perçues au cours de la période est de 3 200, inférieur de 19 % à la moyenne des ménages d actifs en emploi (3 800 ). Au sein des professions culturelles, les prestations sociales sont plus répandues parmi les ménages des professionnels des arts visuels et des métiers d art et surtout des professeurs d art c est-à-dire les métiers culturels dont les revenus d activité sont les plus faibles. Elles le sont beaucoup moins dans les ménages des professionnels de l écrit, des spectacles et également de l archivage, de la conservation et de la documentation qui sont plus fréquemment que les autres sans enfant à charge. Parmi les actifs en emploi, 6 % vivent dans un ménage bénéficiaire de minima sociaux (RMI jusqu en 2008, RSA ensuite), 7 % parmi les professionnels de la culture (tableau 7). Le montant de prestations associé est, en moyenne, sensiblement le même (environ ). Comme l ensemble des prestations sociales, les minima sociaux

15 Tableau 7 Revenus hors activité perçus par les ménages des actifs emploi, Revenus sociaux Parmi les revenus sociaux : minima sociaux % des ménages Montant % des ménages Montant concernés annuel moyen concernés annuel moyen (en ) (en ) Professions culturelles Professions des arts visuels et des métiers d art Professionnels des arts visuels Métiers d art Professions du spectacle Artistes des spectacles Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles Techniciens des spectacles Professions littéraires Journalistes et cadres de l édition Auteurs littéraires et traducteurs Architectes Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation Professeurs d art Ensemble des actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. *Primepourl emploi,pensionsalimentairesreçues,revenusprovenantdel étranger. Note :engrisé :résultatsnonsignificatifs(leseffectifsinterrogéssontinsuffisants). sont plus fréquemment perçus par les ménages d artistes ou de professionnels proches des métiers artistiques stricto sensu : professionnels des arts visuels, métiers d art, professeurs d art et artistes des spectacles. Des revenus fonciers et financiers plus élevés pour les professionnels de la culture Les revenus du patrimoine correspondent aux intérêts de l épargne défiscalisée, aux dividendes, aux intérêts des valeurs mobilières et placements financiers, et aux plus-values mobilières et aux loyers perçus. Ils sont aussi répandus dans les ménages des professionnels de la culture que dans l ensemble des ménages d actifs (94 %) mais sont très nettement supérieurs, en moyenne, chez les premiers (4 700 chaque année, pour la période ) que chez les seconds (3 400 ) (tableau 7). Il s agit, pour une très large majorité, de revenus issus de l épargne exonérée d impôt sur le revenu, tels que livret A, assurance vie, plans épargne logement, plans d épargne populaire, etc. Selon la profession culturelle exercée, la part des actifs vivant dans un ménage qui perçoit des revenus financiers et fonciers est sensiblement la même, oscillant entre 91 % et 98 %. En revanche, les montants associés sont très variables. Les revenus fonciers et financiers s établissent, en moyenne, en deçà de dans les ménages des professionnels des arts visuels et métiers d art, des artistes et des techniciens des

16 Revenus financiers et fonciers Autres revenus* Ensemble des revenus hors activité du ménage % des ménages Montant % des ménages Montant % des ménages Montant concernés annuel moyen concernés annuel moyen concernés annuel moyen (en ) (en ) (en ) Notedelecture :enmoyenneentre2005et2012,45 %desprofessionnelsdelacultureviventdansunménagequiperçoitdesrevenussociauxd unmontantmoyende3 200 dans l année ;7 %dansunménagebénéficiairedeminimasociaux(3 500 enmoyenne) ;94 %perçoiventdesrevenusfinanciersetfonciersautitredeleurménaged unmontantmoyen de4 700 ;25 %perçoiventd autrestypesderevenus,commelaprimepourl emploi(de1 700 enmoyenne).autotal,96 %bénéficientderevenuscomplémentairesauxrevenus d activité,pourunmontantannuelmoyende Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,2015 spectacles, des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation et des professeurs d art. Ils dépassent dans les ménages des professionnels de l écrit, des cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles et des architectes. Ceux-là se distinguent par une origine sociale plutôt favorisée : ils sont près de 60 % à avoir un père cadre supérieur ou intermédiaire (voir tableau A, p. 26) : on peut faire l hypothèse que, par leur origine familiale, ces actifs disposent plus souvent que la moyenne d un patrimoine financier ou immobilier, ce qui explique que les revenus financiers et fonciers de leur ménage sont nettement supérieurs à ceux des autres. Un quart des ménages des professionnels de la culture perçoivent des revenus tels que prime pour l emploi ou pensions alimentaires, pour un montant moyen annuel de euros D autres revenus peuvent enfin compléter les moyens dont le ménage dispose pour vivre : il s agit essentiellement de la prime pour l emploi, mais aussi des pensions alimentaires qu il reçoit et, plus marginalement, de revenus provenant de l étranger (voir «Définitions», p. 23). Un quart des ménages des professionnels de la culture perçoivent des revenus de cette nature (proportion variant de 17 % dans les ménages d architectes à 32 % dans les ménages des professionnels des arts visuels et des

17 métiers d art), contre 41 % de l ensemble des ménages d actifs en emploi (tableau 7). Les montants sont en moyenne un peu plus élevés pour les professionnels de la culture (1 700 chaque année) que pour l ensemble des actifs (1 400 ). Presque tous les ménages d actifs perçoivent des revenus hors activité, pour un montant moyen plus élevé dans les ménages des professionnels de la culture Au total, presque tous les actifs en emploi, qu ils exercent une profession culturelle ou non, perçoivent des revenus dissociés de l activité professionnelle : prestations sociales, revenus financiers et fonciers ou, plus marginalement, revenus d autre nature comme la prime pour l emploi. D un montant annuel moyen de de 2005 à 2012, ces autres revenus sont, dans les ménages des professionnels de la culture, supérieurs de 13 % à ceux de l ensemble des ménages d actifs en emploi (6 000 ) (tableau 7). Ces montants sont compris entre et dans les ménages des professionnels des arts visuels et métiers d art, des artistes et des techniciens des spectacles, des professeurs d art et des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation, et s appuient pour une large part sur les prestations sociales. Ils s établissent à un peu plus de en moyenne dans l année dans les ménages des professionnels de l écrit, à pour les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles et atteignent pour les ménages d architectes. Ils proviennent alors, essentiellement, de revenus financiers et fonciers. Un revenu disponible en moyenne proche de celui de l ensemble des ménages d actifs en emploi À l ensemble des revenus sont soustraits les impôts (impôt sur le revenu, taxe d habitation sur la résidence principale) et les éventuelles pensions alimentaires que le ménage verse, pour parvenir à la mesure du revenu disponible du ménage. Dans les ménages des professionnels de la culture, celui-ci s établit en moyenne à par an au cours de la période , soit 4 % de plus que dans l ensemble des ménages d actifs en emploi (graphique 3) 8. Du revenu disponible du ménage au niveau de vie du professionnel de la culture Le niveau de vie se définit comme le revenu disponible du ménage divisé par le nombre d unités de consommation. Il est par définition le même pour toutes les personnes composant ce ménage. Les professionnels de la culture ont un niveau de vie moyen supérieur de 11 % à celui de l ensemble des actifs en emploi De 2005 à 2012, les professionnels de la culture ont globalement un niveau de vie annuel supérieur de 11 % à la moyenne des actifs en emploi : , contre toutes professions confondues (tableau 8) Pour plus d information sur la composition du revenu disponible des ménages en France, voir notamment la fiche «1.3. Revenu disponible des ménages» dans les Revenus et le patrimoine des ménages, Insee, coll. «Insee Références», édition Pour davantage d information sur les niveaux de vie en France, voir Cédric HoUDRÉ, Juliette PonCEAU, Marie ZERGAT BonnIn, les Niveaux de vie en 2012, Insee, coll. «Insee Première», n o 1513, septembre

18 Graphique 3 Composition moyenne du revenu disponible annuel, Revenus moyens annuels perçus par le ménage (en euros) Autres revenus Revenus financiers Revenus sociaux Autres revenus d'activité du ménage Revenus d'activité de la personne Pensions alimentaires versées Impôts Ménages des professions de la culture Ensemble des ménages d'actifs en emploi Champ :ensembledesactifsenemploiprincipal,francemétropolitaine. Notedelecture :entre2005et2012,unactifexerçantautitred emploiprincipaluneprofessionculturellevitdansunménagedontlerevenuannueldisponible s élèveenmoyenneà Celui-cirepose,enmoyenne,surdesrevenusd activitéde provenantdel activitéduprofessionneldelaculture(96 % perçoiventdesrevenusd activitéstrictementpositifsd unmontantmoyende26 000euros)etde issusdel activitédesautresmembresactifsdu ménage.lesrevenussociauxs établissentenmoyenneà1 500 pourl ensembledesménagesdesprofessionnelsdelaculture,lesrevenusfinancierset fonciersà4 500 etlesautresrevenusà400.lesménagesdesprofessionnelsdelaculturepaientenmoyenne4 400 d impôtsetversentenmoyenne 400 depensionsalimentaires. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdelacommunication,2015 Tableau 8 Niveau de vie annuel des actifs en emploi, Moyenne Premier Dernier Rapport décile décile interdécile (D9/D1) Professions culturelles ,5 Professions des arts visuels et des métiers d art ,5 Professionnels des arts visuels ,4 Métiers d art ,9 Professions du spectacle ,2 Artistes des spectacles ,2 Cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles ,5 Techniciens des spectacles ,0 Professions littéraires ,7 Journalistes et cadres de l édition ,5 Auteurs littéraires et traducteurs ,7 Architectes ,6 Professions de l archivage, de la conservation et de la documentation ,9 Professeurs d art ,4 Ensemble des actifs en emploi ,0 Champ :ensembledesactifsenemploiprincipal,francemétropolitaine. Notedelecture :enmoyenneannuelleentre2005et2012,unactifexerçantautitredesonemploiprincipaluneprofessionculturelleaunniveaudeviede Unprofessionneldelaculturesurdixaunniveaudevieinférieurà13 100,unsurdixaunniveaudeviesupérieurà :soitunrapport interdécilede3,5. Source :EnquêteRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,

19 Au sein des professions culturelles, les niveaux de vie comme les revenus d activité sont les plus faibles pour les professeurs d art et les professionnels des arts visuels et des métiers d art : en moyenne, ceux qui exercent un métier d art ont un niveau de vie de , les professionnels des arts visuels et les professeurs d art d un peu moins de À l opposé, les journalistes et cadres de l édition ( ) et, plus encore, les architectes ( ) et les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles ( ) ont les niveaux de vie les plus élevés. Les auteurs littéraires et traducteurs, les artistes et les techniciens des spectacles et les professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation se situent entre ces deux pôles. Une répartition plus inégalitaire dans les professions culturelles que dans l ensemble Les niveaux de vie tenant compte des revenus complémentaires, à vocation notamment redistributive, ils sont globalement moins dispersés que les revenus d activité, dans les professions culturelles (rapport interdécile de 3,5 contre 7,4 pour les revenus d activité) comme dans l ensemble des professions (rapport de 3,0 contre 4,7) : une redistribution se produit effectivement dans le passage du revenu d activité au revenu disponible, grâce aux autres revenus du ménage (revenus du conjoint, transferts sociaux, revenus financiers et fonciers et autres revenus). Il n en demeure pas moins que la répartition du niveau de vie des professionnels de la culture est un peu plus inégalitaire que celle de l ensemble des actifs (rapport interdécile de 3,5 contre 3). En effet, chez les actifs qui exercent une profession culturelle, si les bas niveaux de vie sont équivalents à ceux de l ensemble des professions (les 10 % les moins favorisés ont un niveau de vie inférieur à , contre dans l ensemble), les hauts niveaux de vie y excèdent largement ceux des actifs les plus favorisés, toutes professions confondues ( contre ) (tableau 8). Avec un rapport interdécile d environ 3, les professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation et les techniciens des spectacles ont un niveau de vie aussi dispersé que la moyenne. Les autres professions culturelles se caractérisent en revanche par une distribution moins équitable que celle de l ensemble de la population active en emploi, avec un rapport interdécile compris entre 3,2 et 3,9. La distribution des niveaux de vie des auteurs littéraires et traducteurs est particulièrement inégalitaire : un sur dix dispose pour vivre de moins de et, à l autre extrémité de l échelle des niveaux de vie, un sur dix plus de , soit un rapport interdécile de 4,7. Cette distribution des niveaux de vie est toutefois beaucoup moins inégalitaire que celle du revenu d activité de ces professions, dont le rapport interdécile est proche de 16. Moyenne et dispersion des niveaux de vie : les professions culturelles loin de leurs groupes professionnels de référence Le montant moyen et la dispersion du niveau de vie permettent de distinguer quatre ensembles de professions culturelles. Le premier se caractérise par un niveau de vie moyen faible et assez fortement dispersé. Rassemblant 42 % des professionnels de la culture, il est composé des professionnels des arts visuels, des métiers d art et des professeurs d art. Les auteurs littéraires et traducteurs constituent à eux seuls le deuxième ensemble (5 % des professionnels de la culture) : leur niveau de vie moyen se situe dans la moyenne des professions culturelles mais se distingue par une distribution nettement plus inégalitaire. Un niveau de vie en moyenne plus élevé que la moyenne générale et modérément dispersé caractérise le troisième ensemble, composé des artistes et des techniciens

20 des spectacles, ainsi que des professionnels de l archivage, de la conservation et de la documentation (24 % des professionnels de la culture). Les journalistes et cadres de l édition, les architectes et les cadres artistiques, de programmation et de production des spectacles composent le dernier ensemble (29 % des professionnels de la culture), qui dispose d un niveau de vie nettement plus élevé que les trois précédents, en moyenne, et plus dispersé que celui de l ensemble de actifs en emploi. Ces quatre ensembles occupent des positions spécifiques par rapport aux groupes professionnels (voir «Définitions», p. 23) qui composent la population active en France, sous l angle de la moyenne et de la dispersion des niveaux de vie (graphique 4). Au sein du premier ensemble, les personnes exerçant un métier d art ont un niveau de vie en moyenne inférieur à celui des artisans et des ouvriers qualifiés. De même, les professeurs d art ont un niveau de vie moyen très en deçà de celui de leur groupe professionnel d appartenance (les professeurs et professions scientifiques, parmi les cadres et professions intellectuelles supérieures). Ceux qui exercent un métier des arts visuels se situent entre le groupe professionnel des professions intermédiaires et celui des artisans, en termes de niveau de vie moyen. En ce qui concerne le niveau de vie des auteurs littéraires et traducteurs, qui constituent le deuxième ensemble, son montant moyen les rapproche des commerçants, tandis que son hétérogénéité, très forte, les associe aux professions libérales et aux agriculteurs. Au sein du troisième ensemble, le niveau de vie est en moyenne un peu plus élevé que dans l ensemble des professions intermédiaires. Enfin, le niveau de vie des professionnels du dernier ensemble se situe, en moyenne, en deçà de celui du groupe professionnel des cadres et professions intellectuelles supérieures (hors professions libérales) et s en distingue par une dispersion plus forte. Il est à la fois nettement moindre et beaucoup moins dispersé que le niveau de vie des professions libérales et des chefs d entreprise de plus de 10 salariés. Graphique 4 Montant annuel moyen et dispersion du niveau de vie dans les professions culturelles et pour l ensemble des actifs en emploi, Niveau de vie moyen (en euros par an) Professions libérales, chefs d'entreprise Cadres et professions intellectuelles supérieures (hors professions libérales) Journalistes, cadres de l'édition Architectes Prof. de l'archivage, de la conservation Cadres artistiques Auteurs littéraires et de la documentation des spectacles et traducteurs Techniciens des spectacles Artistes Professions culturelles Prof. intermédiaires Professeurs d'art Toutes professions Prof. des arts visuels Artisans Ouvriers et employés qualifiés Métiers d'art Ouvriers et employés non qualifiés Agriculteurs Commerçants ,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0 5,5 6,0 Rapport interdécile Champ :ensembledesactifsenemploi,francemétropolitaine. Source :EnquêtesRevenus fiscaux et sociaux,insee/deps,ministèredelacultureetdecommunication,

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

L épargne en prévision de la retraite : comportement de détention DREES

L épargne en prévision de la retraite : comportement de détention DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil L épargne

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au régime général :

Actif au RSI et retraité au régime général : version corrigée le 01/03/20 11 Actif au RSI et retraité au régime général : une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) La plupart des travailleurs indépendants ont eu

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés

AAH. Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés Bénéficiaires de l Allocation aux adultes handicapés L AAH (Allocation aux adultes handicapés) a été créée par la loi du 30 juin 1975, en remplacement de l AHA (ancienne Allocation aux handicapés adultes).

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Les sites internet www.insee.fr, www.immigration.gouv.fr, www.oecd.org et www.epp.eurostat.ec.europa.eu pour les données internationales mettent en ligne des actualisations pour les chiffres

Plus en détail

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012 Australie Australie : le système de retraite en 212 Le système de retraite australien comporte trois composantes : une pension de vieillesse soumise à conditions de ressources et financée par les recettes

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

Les familles monoparentales, composées d un

Les familles monoparentales, composées d un Ministère de l emploi, du travail et de la cohésion e Ministère de la santé et de la protection e Entre 1990 et 1999, le nombre de familles monoparentales comprenant au moins un enfant de moins de 25 ans

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR

PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR 259 Région Provence-Alpes-Côte d Azur en chiffres Surendettement Données 2013 17 834 dossiers déposés 18 935 personnes surendettées a) 439 dossiers pour 100 000 habitants b)

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé

Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

Les pratiques en amateur

Les pratiques en amateur Direction générale de la création artistique Les pratiques en amateur Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique - Année 2008» Laurent Babé REPERES

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de

LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de Les conditions de logement des ménages pauvres et très modestes Michel Mouillart (université Paris X, Nanterre) LES ménages pauvres et très modestes connaissent des situations de logement dégradées: ils

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Territoires de Loire-Atlantique

Territoires de Loire-Atlantique Territoires Agglomération Nantaise Le territoire l Agglomération Nantaise présente s caractéristiques sociales très contrastées. Ces différences opposent essentiellement la ville centre et une partie sa

Plus en détail

Le statut social. L agessa. p. 67

Le statut social. L agessa. p. 67 Le statut social L agessa p. 67 Les auteurs bénéficient d une couverture sociale sur les droits d auteur depuis 1977. En effet, les droits d auteur font l objet de prélèvements de cotisations sociales

Plus en détail

Les nouvelles mesures des revenus dans les enquêtes Revenus fiscaux et sociaux

Les nouvelles mesures des revenus dans les enquêtes Revenus fiscaux et sociaux Les nouvelles mesures des revenus dans les enquêtes Revenus fiscaux et sociaux Laurent Auzet, Luc Goutard et Émilie Raynaud* En 2007, le Conseil national de l information statistique (Cnis) formulait dans

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

Consommation et mode de vie des agriculteurs

Consommation et mode de vie des agriculteurs Consommation et mode de vie des agriculteurs Vanessa Bellamy, Claire Plateau* Les dépenses de consommation des ménages agriculteurs par unité de consommation sont voisines de celles des ouvriers ou des

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

L analyse des revenus des ménages

L analyse des revenus des ménages À, la précarité se cantonne à l est de la ville Nicole GICQUAUD (Insee) Avec près de 44 000 emplois salariés en 2008, la ville de et sa première couronne disposent d un important bassin d emplois. Au-delà

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

Confédération Française de l'encadrement-cgc

Confédération Française de l'encadrement-cgc Les classes moyennes www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc Les problématiques d éducation On peut dresser un premier constat : «l environnement familial et le voisinage scolaire pèsent

Plus en détail

Photo : PARIMAGE. Vie familiale

Photo : PARIMAGE. Vie familiale Vie familiale Photo : PARIMAGE Les immigrés vivent plus souvent en couple avec des enfants et forment des ménages, dont la taille est plus grande que celle des ménages du reste de la population. Près de

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Les bénéficiaires de l APL dans le parc de logements-foyers en Ile-de-France en 2007

Les bénéficiaires de l APL dans le parc de logements-foyers en Ile-de-France en 2007 Cellule Technique de Réflexion et d Aide à la Décision (CTRAD) Service Commun d Action Sociale des Caisses d Allocations Familiales Les bénéficiaires de l APL d le parc de logements-foyers en Ile-de-France

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

Le dossier. Les salaires en France

Le dossier. Les salaires en France Le dossier Les salaires en France Sommaire : I- Salaires un regard sur 2009 II- Les salaires du secteur privé et semi-public III- Les salaires des agents de l Etat en 2009 IV- Salaires dans l économie

Plus en détail

Définitions. Communauté d'agglomération : Communauté de communes :

Définitions. Communauté d'agglomération : Communauté de communes : Définitions Communauté d'agglomération : La communauté d'agglomération est un établissement public de coopération intercommunale regroupant plusieurs communes formant, à la date de sa création, un ensemble

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. V0Z-Aides-soignants

Synthèse. Dynamique de l emploi. V0Z-Aides-soignants V0Z-Aides-soignants Synthèse Les aides-soignants délivrent aux patients hospitalisés l ensemble des soins à caractère non médical. Les aides puéricultrices qui travaillent en crèche sont comprises dans

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Immobilier Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Les loueurs en meublés non professionnels Ce sont les personnes qui donnent en location des locaux comportant tous

Plus en détail

QUESTIONNAIRE TELEPHONE CATI Recrutement AudiPresse Premium. Cible: Individus non cadres appartenant à des foyers aisés

QUESTIONNAIRE TELEPHONE CATI Recrutement AudiPresse Premium. Cible: Individus non cadres appartenant à des foyers aisés QUESTIONNAIRE TELEPHONE CATI Recrutement AudiPresse Premium Cible: Individus non cadres appartenant à des foyers aisés INTRODUCTION A0 Bonjour, Madame/Monsieur, je suis...de l'institut NOM INSTITUT. Je

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

Revenus - Salaires. Données Économiques et Sociales du Centre - Édition 2010 65

Revenus - Salaires. Données Économiques et Sociales du Centre - Édition 2010 65 Revenus - Salaires Le nombre de ménages fiscaux de la région Centre s élève à 1 065 920 en 2007 ; il augmente de 3,5 % en un an, légèrement moins qu en province (3,8 %) ou en métropole (3,7 %). Le Centre

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion IRCANTEC Octobre 2014 Résumé L Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l Etat et des collectivités publiques

Plus en détail

Villejean-Beauregard. Nord- St-Martin. Bourg-L Evèque- La Touche-Moulin du Comte. Centre. Sud-gare. Brequigny

Villejean-Beauregard. Nord- St-Martin. Bourg-L Evèque- La Touche-Moulin du Comte. Centre. Sud-gare. Brequigny LES 9 ZONES DE RENNES Quartiers de ZUS de Iris de Beauregard nord résidentielle centre étendu ouest est ligne gare nord défavorisée sud défavorisée sud résidentielle 1 ZONE NORD RÉSIDENTIELLE La zone est

Plus en détail

Le patrimoine des Français

Le patrimoine des Français Le patrimoine des Français Les difficultés statistiques pour évaluer le patrimoine sont plus importantes que pour estimer le revenu. Mais même avec leurs imperfections, les évaluations fournies par l Institut

Plus en détail

Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004. Marie Cordier, Cédric Houdré, Catherine Rougerie*

Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004. Marie Cordier, Cédric Houdré, Catherine Rougerie* Revenus et patrimoine 5 Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004 Marie Cordier, Cédric Houdré, Catherine Rougerie* Le revenu, la catégorie sociale, la localisation géographique, l âge

Plus en détail

La face cachée des «Tanguy»

La face cachée des «Tanguy» La face cachée des «Tanguy» Les jeunes en hébergement contraint chez leurs parents 05 DÉCEMBRE 2015 La face cachée des «Tanguy» Dans le film d Etienne Chatiliez, le jeune «Tanguy» se complaît jusqu à un

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003.

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003. Pauline GIRARDOT Responsable de l enquête à l INSEE Attachée de l INSEE Diplômée de l ENSAI Denis MARIONNET Adjoint de direction à la Banque de France Magistère d Economie et Finance Internationales (Université

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Dares Analyses. La situation professionnelle des bénéficiaires de l allocation aux adultes handicapés

Dares Analyses. La situation professionnelle des bénéficiaires de l allocation aux adultes handicapés Dares Analyses mai 2015 N 036 publication de la direction de l'animation de la recherche, étu et statistiques La situation professionnelle l allocation aux adultes handicapés Fin 2012, les personnes qui

Plus en détail

Les actifs financiers les plus couramment

Les actifs financiers les plus couramment 2.1 Performance des placements sans risque Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne. Ils offrent une disponibilité immédiate des fonds et

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52

Le cumul emploi retraite au RSI, un an et demi après sa libéralisation. Caroline Gaudemer - RSI, Zoom n 52 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Octobre 2015 n 57 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de DUT de l IUT de Tourcoing Présentation de l étude : L université

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2013 183

Le surendettement des ménages 2013 183 LIMOUSIN 183 Région Limousin en chiffres Surendettement Données 2013 2 874 dossiers déposés 3 147 personnes surendettées a) 456 dossiers pour 100 000 habitants b) : 36 202 euros c) Contexte socioéconomique

Plus en détail

PAUVRETÉ QUELS ÉCARTS EN TERMES DE PAUVRETÉ? AGENDA 21 VOLET SOCIAL 13

PAUVRETÉ QUELS ÉCARTS EN TERMES DE PAUVRETÉ? AGENDA 21 VOLET SOCIAL 13 QUELS ÉCARTS EN TERMES DE PAUVRETÉ? AGENDA 21 VOLET SOCIAL 13 INTRODUCTION De la pauvreté à l exclusion La notion de pauvreté et son approche ont évolué. Depuis le début des années 1980, à l insuffisance

Plus en détail

HR Informations Pratiques

HR Informations Pratiques HR Informations Pratiques Impot sur le revenu: comment faire sa delcaration annuelle Le moment est bientôt venu d établir sa déclaration d impôts. Qui doit déclarer? Comment déclarer? Quelles sont les

Plus en détail

N 38 - MARS 2007. IMPLANTATION DES CHRS au 01/01/2005. IGN - GEoFLA Æ2000. Source : DRASS-Finess

N 38 - MARS 2007. IMPLANTATION DES CHRS au 01/01/2005. IGN - GEoFLA Æ2000. Source : DRASS-Finess N 38 - MARS 2007 LES CENTRES D HÉBERGEMENT ET DE RÉINSERTION SOCIALE : la situation en Midi-Pyrénées au 1 er janvier 2005 Anne ARDITI * - Valérie GIBEL* - Bernard MAGNIER** - Anne PHILIPPE ** A u jour

Plus en détail

profession d'avenir LE FRANCILIEN

profession d'avenir LE FRANCILIEN profession d'avenir L EMPLOI DANS LES CABINETS FRANCILIENS Des chiffres pleins de promesses Comment va l emploi dans les cabinets franciliens? Qui sont les collaborateurs qui y travaillent? Comment ont-ils

Plus en détail

PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION

PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION PRESTATIONS SOCIALES ET INDEMNISATION Sylvie Chanh Chargée d études juridiques risque automobile, Fédération Française des Sociétés d Assurances Une prestation sociale consiste est le versement par un

Plus en détail

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements Annexes 71 Annexe 1 Définitions A. Activité sur le marché du travail : travail à temps plein ou à temps partiel Travail à temps plein Travail contre rémunération ou à son compte, 30 heures ou plus par

Plus en détail

Protection sociale et Politique familiale

Protection sociale et Politique familiale Protection sociale et Politique familiale 61 Familles de Martinique 2003 LA PROTECTION SOCIALE ET LA POLITIQUE FAMILIALE Les régimes d assurance sociale obligatoire visant à verser des en cas de maladie,

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs de la transition bachelor-master (en %) Art et design Total HES Passage à la filière de master 17 18

Tableau 2: Indicateurs de la transition bachelor-master (en %) Art et design Total HES Passage à la filière de master 17 18 Art et design HES Le passage des études à la vie se révèle compliqué pour les diplômées et diplômés en art et design: 60 % d entre eux peinent à trouver un emploi correspondant à leurs aspirations. Après

Plus en détail

M2P COULEUR, IMAGE ET DESIGN (EN IUP) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme

M2P COULEUR, IMAGE ET DESIGN (EN IUP) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme M2P COULEUR, IMAGE ET DESIGN (EN IUP) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme En 2010/2011, sur les 47 inscrits, 43 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 91,5

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

L encadrement supérieur et dirigeant dans les trois versants de la fonction publique

L encadrement supérieur et dirigeant dans les trois versants de la fonction publique MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE POINT STAT Février 2015 L encadrement supérieur et dirigeant dans les trois versants de la fonction publique L encadrement supérieur et dirigeant

Plus en détail

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20

Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Suède Merci de citer ce chapitre comme suit :

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 05 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

La déclaration préremplie 2013

La déclaration préremplie 2013 La déclaration préremplie 2013 Ce qu il faut savoir sur le préremplissage des revenus D où proviennent les données préremplies sur votre déclaration? Les données indiquées sur votre déclaration de revenus

Plus en détail

M2R MUSIQUE (MUSIQUE ET MUSICOLOGIE) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme

M2R MUSIQUE (MUSIQUE ET MUSICOLOGIE) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme M2R MUSIQUE (MUSIQUE ET MUSICOLOGIE) Devenir de la promotion 2011 Enquête 30 mois après l obtention du diplôme En 2010/2011, sur les 21 inscrits, 14 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 66,7

Plus en détail

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Magali Beffy, Delphine Perelmuter* Pour l année scolaire 2007-2008, les

Plus en détail

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES

OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES 4 note n 4, mars 2005 OFFRES ET PRIX DE LOCATION DES LOGEMENTS EN 2003-2004 I E DITORIAL I NTRODUCTION Selon l enquête «ménages» réalisée par le CEPS/Instead en 2003, le parc locatif représente moins de

Plus en détail

En 2011/2012, sur les 52 inscrits, 49 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 94,2%.

En 2011/2012, sur les 52 inscrits, 49 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 94,2%. Mention Arts plastiques - Arts appliqués Domaine ARTS, LETTRES ET LANGUES Devenir de la promotion 2012 Enquête En 2011/2012, sur les 52 inscrits, 49 ont validé le diplôme soit un taux de réussite de 94,2%.

Plus en détail

La rémunération Activités pour l élève

La rémunération Activités pour l élève La rémunération Activités pour l élève 1 - Les éléments de la rémunération Document 1 : Les éléments fixes et variables de la rémunération La rémunération est l ensemble des sommes versées au salarié.

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Déclaration pour la retenue d impôt 2016

Déclaration pour la retenue d impôt 2016 TP-1015.3 2016-01 1 de 6 Déclaration pour la retenue d impôt 2016 Vous devez remplir ce formulaire et le remettre à votre employeur ou au payeur pour qu il détermine l impôt à retenir sur les sommes qu

Plus en détail

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi

Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs plombe l emploi Direction départementale des Territoires de la Analyse sociodémographique de la N 2 Juillet 2015 (version actualisée) C É A S Création de près de 9 600 emplois entre 1999 et 2012 La diminution des agriculteurs

Plus en détail

L impact des nouveaux modes de financement des CAF pour les places en crèches Une enquête menée dans les départements normands

L impact des nouveaux modes de financement des CAF pour les places en crèches Une enquête menée dans les départements normands formation pour pouvoir exercer ce métier et ne pas être ainsi confondue avec une employée de maison. Les assistantes parentales souhaiteraient aussi que ce métier soit rattaché à la Convention collective

Plus en détail

uestions Les études Le sujet des écarts de pension entre les hommes Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL

uestions Les études Le sujet des écarts de pension entre les hommes Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL uestions Retraite & Solidarité Les études Direction des retraites et de la solidarité janvier 2014-06 Éclairage sur les écarts de pension entre les hommes et les femmes à la CNRACL I. Bridenne et Y. Mariama

Plus en détail

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg

Plus en détail

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises Les Très Petites Entreprises en Bourgogne un rôle économique à conforter Le profil des 55 700 TPE (Très Petites Entreprises comptant moins de 20 salariés) de Bourgogne est très diversifié : commerce, médecin,

Plus en détail

Les prestations familiales

Les prestations familiales Les prestations familiales Les Caisses d allocations familiales, les Caf, versent une quinzaine de prestations, dont les allocations familiales. Plus de 80 milliards d euros sont ainsi distribués aux familles.

Plus en détail

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES

27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES 27% DES ENTREPRISES DIRIGÉES PAR DES FEMMES UNE PHOTOGRAPHIE DE L ENTREPRENEURIAT FÉMININ AU-DELÀ DES CLICHÉS Majoritaires dans la population, en situation de quasi parité dans la population active occupée,

Plus en détail