LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS"

Transcription

1 SFEN/GR21 Janvier 2014 LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS Le Grand carénage du parc nucléaire d EDF vise à maintenir les performances de ce parc en termes de sûreté et de compétitivité, et à préparer une demande de prolongation de la durée de vie des réacteurs à l Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Si la prolongation à 40 ans semble bien engagée, une prolongation au-delà, soit 50 ou 60 ans, n est pas acquise et ne pourra l être qu après prise compte du retour d expérience post Fukushima et de demandes complémentaires éventuelles de l ASN prenant en compte le vieillissement des installations et les jouvences entreprises ainsi que la prise en compte d une réglementation en évolution continue. Compte tenu des objectifs affichés par le gouvernement, avec en particulier l objectif d une réduction de 78 à 50% de la part du nucléaire dans le mix français, un certains nombre d échéances devront être suivies attentivement : - Une Commission d enquête parlementaire vient de commencer, sur initiative d EELV, ses travaux sur les coûts du nucléaire, y compris les coûts potentiel d un accident majeur 2 ; - La Commission de Régulation de l Énergie (CRE) va mettre à jour son étude du prix de l électricité ; - La Cour des Comptes va mettre à jour son rapport de 2012 sur les coûts du nucléaire, y compris l estimation du coût d un accident majeur 3. - L ASN devrait s exprimer sur ses exigences concernant une prolongation jusqu à 50 ans (voire 60 ans en fonction des générations des réacteurs actuels) en L accident de Fukushima et son impact sur le nucléaire français 1.1. L accident dans le contexte japonais L accident, suite à un séisme majeur (échelle 10), suivi d un tsunami d une ampleur considérable, aurait du être évité sans des erreurs graves de management de la sûreté : - Les réacteurs japonais ont, jusqu à preuve du contraire, bien résisté au séisme, - En revanche le tsunami 4, pourtant prévisible puisque des recherches historiques en avait identifié d autres d une telle ampleur dans le passé, n avait pas été pris en compte par l exploitant (qui le jugeait sans doute improbable) au niveau nécessaire et le dimensionnement correspondant de l installation n avait pas été imposé par l autorité de sûreté. - C est d autant plus regrettable qu une centrale voisine, celle d ONAGAWA, pourtant encore plus proche l épicentre, a bien résisté au séisme et au tsunami grâce à des travaux complémentaires réalisés antérieurement par l exploitant, les diésels ayant été préservés et la réfrigération des cœurs maintenue. C est d autant plus remarquable que le sol dans cette région s est affaissé d un mètre et que la population locale a pu trouver assistance et hébergement auprès de cette centrale. Il faut également retenir que l industrie du nucléaire au Japon était très différente de celles de la France avec 5 exploitants nucléaires, des réacteurs de technologies et fournisseurs différents 1 Synthèse de présentations et informations récentes mise en forme par Alain de Tonnac et Jean-Pierre Pervès 2 Rappelons qu il s agit d une demande d EELV, ce parti remettant en cause l évaluation de la Cour des Comptes. Le rapporteur est Denis BAUPIN qui vient également d être nommé au conseil de pilotage de la recherche de l IRSN, sur proposition de l OPECST. 3 L opinion a été sensibilisée par l estimation extrêmement élevée présentée par l IRSN. Le coût d un accident semblable à celui de Fukushima était évalué à 430 milliards, essentiellement pour des questions d image : 4 Le tsunami à été de 15 mètres alors que la plateforme n était qu à 10 m et que les locaux diésels, sous le niveau du sol ont été inondés et mis hors service

2 (réacteurs à eau pressurisée REP et à eau bouillante REB) avec un effet de série faible, 10 monopoles régionaux de distribution de l électricité et deux réseaux pratiquement indépendants (60 et 50 Hertz). De plus, contrairement à la France, avec EDF à la fois concepteur, architecte industriel et exploitant pleinement responsable, l organisation japonaise repose sur des «vendeurs de réacteurs» et des compagnies électriques qui ne sont qu exploitantes et qui dépendent étroitement de leurs constructeurs pour toutes évolutions du concept et des règles d exploitation. Enfin les liens entre l autorité de sûreté et les industriels étaient trop étroits. Les moyens de secours électrique de 4 des 6 réacteurs de Fukushima ayant été immédiatement mis hors service par le tsunami qui, parallèlement, avait détruit les deux lignes haute tension qui alimentaient le site, l organisation de crise du site, elle-même mise à mal par l inondation et le séisme, n a pas été en mesure de rétablir la réfrigération du cœur dans les délais nécessaires (moins de 24 heures) pour éviter la catastrophe. Dans le contexte de catastrophe généralisée résultant du séisme et du tsunami, la société exploitante, TEPCO, s est trouvée bien seule dans les premières heures sans l appui d une ingénierie nucléaire forte ni de services publics, débordés Un retour d expérience limité pour les réacteurs français Le retour d expérience pour les réacteurs français à ses limites car, contrairement à nos REP, les REB du site ne disposaient pas de dispositifs ayant permis d éviter les explosions d hydrogène, de limiter les rejets dans l environnement quand il a fallu relâcher la pression de vapeur (et simultanément de l hydrogène issus des réactions à haute température entre le corium, le zircaloy des gaines et l eau 5 ). Leurs enceintes de confinement en acier de faible volume (d où une montée en pression rapide), étaient sous gaz neutre, pour maîtriser le risque hydrogène, mais l absence totale de réfrigération, qui a provoqué une montée non maîtrisable de pression, a obligé TEPCO à dégonfler les enceintes, relâchant ainsi vapeur fortement contaminée et hydrogène : d où les explosions. Une différence avec la situation française est qu EDF a installé sur tous ses réacteurs, suite aux accidents de Three Miles Island (TMI) en 1978 et de Tchernobyl en 1886, des recombineurs d hydrogène pour éliminer l hydrogène libre, ainsi que des filtres à sable a travers lesquels les dépressurisations sont dirigées pour retenir le césium 137, principal contaminant pour l environnement. Comme le montrent les schémas ci-dessous la perte complète des cœurs et, en conséquence de l enceinte de confinement, dans ce concept de REB, ancien, n avait pas été pris en compte d où : 5 Le corium, qui résulte de la fusion du cœur est composé d oxyde d uranium, du zircaloy des gaines et d aciers de structure.

3 - un rejet direct à l atmosphère de la vapeur très contaminée, - un relâchement de l hydrogène vers l oxygène de l atmosphère extérieure (hall léger qui surplombe le bloc réacteur, gaines de ventilation et cheminées), avec explosion hydrogène dévastatrice, - une invasion des sous sols du bâtiment réacteur, mais aussi du bâtiment extérieur non confiné enfermant le turboalternateur et le condenseur du circuit secondaire, par une eau très contaminée, le REB n ayant pas un circuit primaire confiné dans l enceinte de confinement ni circuit intermédiaire comme les REP. Schéma et vue éclatée des réacteurs accidentés de Fukushima Comme le montre le schéma ci-dessous, les REP français sont assez différents avec une enceinte de très grand volume, qui donne plus de temps pour réagir, un circuit primaire confiné dans l enceinte de confinement, et les recombineurs d hydrogène et un filtre à sable : Il n en demeure pas moins qu une interruption complète de la réfrigération, dans un REP comme dans un REB, conduit à une fusion du cœur après quelques heures. La montée progressive de la pression dans l enceinte, qui atteint la pression de dimensionnement au bout de 2 à 3 jours selon l état initial du cœur dans un REP, retarde d autant la nécessité d un relâchement d une vapeur contaminée à travers le filtre à sable, vapeur débarrassée de l hydrogène. Ainsi, si l on est capable de restaurer l électricité et l eau sous 24h, on perd bien sûr le réacteur, mais on évite tout relâchement important et, en conséquence, des impacts sérieusement dommageables sur l environnement Les premières leçons de l accident confortent des options françaises Tout ceci souligne l importance des critères retenus lors de la conception d un réacteur, dont l exploitant est l unique responsable en France, dans le respect des règles établies par l autorité de

4 sûreté. Cette responsabilité globale de l exploitant n est pas généralisée et n est pas adoptée par exemple aux USA ni en Allemagne 6. L accident de Fukushima souligne également la nécessité pour les centrales d améliorer régulièrement leur conception pour intégrer : - le retour d expérience des accidents et des incidents dans le monde, y compris ceux de moindre gravité ; - toute évolution des risques pris en compte dans les dimensionnements : par exemple la prise en compte des paléo-séismes, - les changements de l environnement qui peut se révéler ou devenir plus agressif : tempêtes tropicales, effet «Blayais» 7, dégradation de la qualité de la source froide principale dû à une prolifération de plantes importées (élodées, originaires d Amérique), capables de boucher une station de pompage (Cruas), - les apports des moyens de calcul, qui ont prodigieusement progressé depuis 1970 (époque de la conception de nos REP) et qui peuvent révéler des marges plus grandes, mais aussi parfois moins grandes que prévu. Des systèmes nouveaux peuvent être ajoutés en cours d exploitation comme l on été les recombineurs et les filtres à sable Les évolutions post Fukushima Il n en demeure pas moins qu une interruption prolongée de l alimentation en eau du système de réfrigération du cœur conduit inéluctablement, compte tenu de la puissance résiduelle dégagée par le cœur, à une fusion du cœur et à plus long terme à un percement de la cuve. C est ainsi qu une journée après un arrêt suite à un fonctionnement prolongé à pleine puissance, un réacteur PWR de 1000 MWe (soit environ 3000 MW thermiques) dégage encore environ de 18 MWth, et 9 MWth après une semaine. Ces puissances, bien que très inférieures à celle dégagée à peine puissance doivent impérativement être évacuées, ce qui requiert un débit de quelques centaines de litres par seconde au bout de quelques dizaines d heures. Évolution de la puissance résiduelle en fonction du temps après un arrêt suite à un fonctionnement prolongé à pleine puissance Après l accident, l ASN a considéré que les installations françaises examinées présentaient un niveau de sûreté suffisant pour qu elle ne demande l arrêt immédiat d aucune d entre-elles, mais a demandé aux exploitants d engager des «évaluations complémentaires de sûreté» sur chaque site et de proposer des améliorations du niveau de sûreté visant à augmenter la robustesse des réacteurs face à des situations extrêmes. Le principe adopté après concertation, et pleinement accepté par toutes les parties en France, a été que tout accident, avec dégradation du cœur, voire fusion complète de celui-ci, ne devait pas avoir comme conséquence une contamination durable des territoires, ce qui se traduit à minima par un confinement du césium, principal polluant 8, la contamination par les iodes étant de plus courte durée 9. 6 On retrouve cette séparation constructeur/exploitant dans l aviation. C est Airbus qui conçoit, et Air France qui exploite : d où les difficultés à établir les responsabilités, par exemple lors du crash de l airbus Rio-Paris. 7 Combinaison d une tempête en mer, d une marée de fort coefficient, et d un vent s engouffrant dans l estuaire de la Gironde ; 8 Sa période de décroissance radioactive (temps pour perdre la moitié de son activité) est de 30,1 ans 9 La période la plus longue est celle de l Iode 131, de 8 jours

5 C est une évolution majeure de la doctrine de sûreté qui met sur le même plan d exigence l approche sûreté actuelle (approche probabiliste et retour d expérience) et une approche déterministe : même si aucun scénario réaliste ne le prévoit, on considère qu une fusion du cœur peut avoir lieu sur tous les réacteurs d un même site, et on s impose d être capable d en maîtriser les conséquences. Il a été également proposé de réduire considérablement ce risque de relâchement d iode, voire de l annuler, en condensant la vapeur dans l enceinte du réacteur grâce à un système d aspersion, diminuant ainsi la pression dans l enceinte de confinement. On pourrait ainsi éviter tout dégonflage d enceinte à travers le filtre à sable dont l efficacité de rétention d iode est limitée 10. Le référentiel de sûreté existant, bien que jugé cohérent, a de plus été durci par l autorité de sûreté afin de bénéficier de marges encore plus importantes, suite aux évaluations complémentaires de sûreté qui ont mobilisé l ASN, son support technique l IRSN et EDF. Les principales évolutions sont les suivantes : a) Les règles de dimensionnement ont été durcies de manière générale (séismes, inondations, évènements climatiques, impact des activités environnantes. b) Au-delà de toutes les études de dimensionnement, on doit prendre en compte un évènement enveloppe concernant l ensemble d une centrale (de 2 à 6 réacteurs REP en France) et de son site. c) Il est considéré que tous les réacteurs d un site pouvaient être agressés simultanément, avec fusion des cœurs des réacteurs, même si aucun scénario envisageable n avait été identifié. d) Un «noyau dur» local, sur chaque réacteur doit fournir les moyens de réfrigération des cœurs dégradés, même si tous les moyens redondants déjà présents sont défaillants : ce noyau dur, qui s ajoute à tous les moyens déjà existants, est particulièrement robuste visà-vis des agressions (diésels, alimentations électriques, circuits d eau, réserve d eau d ultime secours). e) Présence sur le site de locaux protégés, à la disposition des exploitants et des secours, et permettant d acquérir les diagnostics utiles et d activer les systèmes de secours, et le noyau dur en particulier. f) Mise en place d une FARN, Force d action rapide nucléaire nationale, pour assister le site en moins de 24h. FARN : une organisation en trois niveaux : local (bases arrières disponibles), régional et national Elle dispose de ses équipements propres (diésels, pompes, ), des moyens pour les transporter en urgence sur le site accidenté, d équipes formées capables d assister et de relayer les équipes d exploitation auxquelles elle peut se substituer 11, de prendre des initiatives face à des situations non prévues. La FARN comprendra 4 équipes sur le territoire, et mobilisera 800 personnes. Sa mise en place est en cours (un site est déjà opérationnel). 10 L efficacité du filtre à sable est bonne pour le césium (99,9 %) mais limitée pour les iodes (environ 50 %) 11 On voit là encore les bénéfices de la politique de standardisation

6 g) En termes d objectifs de conception, les modifications proposées dans le grand carénage viseront à rapprocher les réacteurs de 2 ème génération actuels le plus possible de ceux de la 3 ème génération (EPR), qui satisfaisait déjà à l essentiel des recommandations issues du retour d expérience Fukushima. A titre d exemple on peut citer la modification déjà réalisée sur les deux réacteurs de Fessenheim pour contenir le corium (revêtement réfractaire sous la cuve et agrandissement de la zone d étalement du corium). Fessenheim : zone de confinement et d étalement du corium mise en place à l occasion de la troisième visite décennale (béton réfractaire) L objectif est d éviter tout dégonflage d enceinte en maintenant le bâtiment réacteur étanche, en maintenant la réfrigération du cœur ainsi que de la piscine de stockage des combustibles, et par un apport d eau claire. On peut ainsi éviter toute évacuation du territoire, sauf par précaution pour des durées très limitées. Ce principe va être porté par l ASN au niveau de la Commission européenne dans le cadre des réflexions engagées après Fukushima. Ce point de vue est essentiel dans l évaluation de l accident nucléaire : si on démontre que la contamination autour du site restera faible en cas d accident 12, et passagère (au maximum perte de la récolte de l année), le «coût» d un l accident nucléaire n a plus rien à voir avec les évaluations alarmistes de l IRSN (voir réf. 2). 2. Le grand carénage et l allongement de la durée de vie du parc. Bien que robustes, les composants d une centrale nucléaire vieillissent et requièrent soit des jouvences, soit un remplacement pur et simple. Cette évolution est par exemple révélée en observant la régularité de fonctionnement des réacteurs, leur taux de disponibilité, et le nombre d évènements significatifs pour la sûreté (ESS). Le parc ayant environ 28 ans d âge en moyenne, on a pu constater une légère baisse de la disponibilité (inférieure de deux ou trois points aux objectifs d EDF) et une augmentation légère du nombre d ESS (par exemple sur deux ans, les ESS de niveau 1 ont cru de 576 à 632 sur l ensemble du parc) 13. En 2010 EDF a décidé d engager une opération de grande ampleur, appelée «Grand carénage», destinée à rénover l ensemble du parc pour assurer sa fiabilité et son efficacité à long terme et le préparer à un fonctionnement prolongé au-delà de 40 ans (50 à 60 ans). EDF et AREVA, constructeur des chaudières, bénéficient en la matière de l expérience accumulée sur les PWR dans le monde 14, par exemple aux USA ou AREVA est très actif. Sur la base du retour d expérience des années précédentes et des comparaisons internationales, les grandes options retenues sont les suivantes : rénovation d une large partie des gros composants autour de 30 à 35 ans. modifications permettant de rapprocher autant que raisonnablement possible le niveau de sûreté des réacteurs existants de celui des réacteurs de génération 3 (EPR) : L EPR sera alors en fonctionnement. 12 L impact radiologique résultant à 10 km, en cas de dégonflage de l enceinte à travers le filtre à sable, est estimé à 2 msv, et bien sûr bien moindre si l on n a pas à effectuer de dégonflage. 13 Le point de vue de l IRSN sur la sûreté et la radioprotection du parc électronucléaire français en 2012 : rapport RSN/DG/ Il y a 273 REP dans le monde pour un parc total de 437 réacteurs

7 La prise en compte de l accident de Fukushima conduit à accélérer le programme d investissements imaginé et à le renforcer sur certains points : par exemple sur la définition des agressions auxquelles doit résister les Diésels d Ultime Secours du «Noyau dur» et sur le programme de déploiement de ces derniers. Ce programme a bien évidemment été analysé par l ASN et l IRSN et n a été engagé qu après leur autorisation Un défi majeur pour l entreprise EDF C est un programme industriel extrêmement ambitieux en matière de maîtrise industrielle, et qui n a de sens que si l on prolonge la durée de fonctionnement au-delà de 40 ans. Cela représente : - Un défi technique et financier car les opérations, qui nécessitent des arrêts prolongés vont mobiliser d importantes ressources financières et réduire la disponibilité du parc de manière transitoire. - Un défi managérial pour programmer au mieux les opérations compte tenu des ressources humaines disponibles et en continuant à assurer, été comme hiver, l approvisionnement du pays en électricité. Le grand carénage devra s insérer dans les arrêts de tranche en impactant le moins possible leurs durées, ce qui nécessitera une organisation particulière du travail (2 X 8h par exemple pour certaines opérations). Il impliquera aussi une prise en compte des contraintes telles que les délais d instruction de l ASN et de l IRSN compte tenu du volume des travaux engagés, et s attacher à préserver la sécurité du travail dans le cadre d opérations complexes. - Un défi industriel impliquant une stratégie d achats avec les fournisseurs d équipements et d intervention, répondant à la complexité et au volume important des fabrications et opérations sur site. Les prix de chaque opération doivent bénéficier de l effet de série résultant de la standardisation du parc sans être impactés par un risque de raréfaction de la ressource. Mais en contrepartie ce programme présente une vraie opportunité de réindustrialisation de la filière et d ouverture de nouveaux marchés à l exportation, y compris pour des composants de haute valeur ajoutée comme les générateurs de vapeur, les pompes primaires et les composants des circuits tant dans la partie nucléaire que dans la partie classique énergie. EDF a, compte tenu des difficultés constatées dans le démarrage de l opération engagée, une mission d évaluation en 2013 principalement autour de 2 volets : Une revue des principaux enjeux et défis : o Capacités et processus industriels propres à EDF (capacités d études, rythmes de passation de commandes et de contrats), et révision de ces processus. o Capacités industrielles de nos fournisseurs et partenaires, (tant en recrutement, formation, qualification, ), par exemple éviter l effet d avalanche par excès de commandes simultanées aux fournisseurs de gros équipements, mais ne pas trop les espacer non plus pour bénéficier de l effet de série. o Examen de la compatibilité des délais industriels et des délais d analyse de l ASN et de l IRSN. o Importance des ressources humaines, alors qu EDF fait face depuis quelques années à d importants départs à la retraite, doit programmer des formations lourdes de jeunes recrutés et veiller à une bonne conservation des compétences acquises (rythme d absorption des nouvelles embauches, moyens d accélérer la montée en expérience, ) Une revue du programme pour identifier les marges de manœuvre et de flexibilité et les risques correspondants : o Ajustement du calendrier ou du contenu des opérations : limiter la durée des arrêts de tranche pour préserver les ressources apportées par la production. o Lisser les dépenses de grand carénage et des actions post Fukushima sur une dizaine d années avec un rythme régulier de dépenses. o Recherche de solutions alternatives, moins coûteuse ou consommatrices de temps d arrêt. o Possibilités d arbitrage des projets. o Identification des leviers de politique industrielle.

8 2.2. Maîtrise de la dépense Les dépenses d exploitation hors combustible du parc nucléaire traduisent à la fois les programmes en déploiement d amélioration des performances et les besoins liés aux programmes prévisionnels d investissement, dans les contextes de la prolongation de la durée de vie des centrales et des travaux post-fukushima. Leur évolution doit être appréciée en comparaison de leur niveau actuel à celui consenti par les autres opérateurs mondiaux. Un benchmark mené sur les parcs américains et français montre un coût (base 2012) O&M 15 par tranche en France voisin des 2/3 de celui constaté aux États-Unis. Dans le cadre des discussions sur la loi NOME 16 et le prix de l ARENH 17, EDF a proposé une méthode de «coût courant économique» (CCE) du nucléaire, pour refléter le coût complet du nucléaire, intégrant l investissement initial (à travers un «loyer»), l exploitation-maintenance et la déconstruction du parc. La Cour des Comptes a repris cette approche dans son rapport de 2012, et a communiqué sur 2 valeurs : 49,5 /MWh en , et 54,2 10/MWh sur en intégrant les 55 Md 10 d investissements 19. Le coût économique complet du parc nucléaire existant, incluant l investissement initial consenti dans la construction et le Grand Carénage, s établira à environ 55 /MWh en moyenne, sur la période d ici Ce coût est inférieur au coût de production de tout autre moyen de production neuf et permet à la France de préserver un prix de l électricité compétitif par rapport aux pays voisins. Par exemple le prix de l électricité TTC pour les familles se compare comme suit : 15 Operation and Maintenance 16 Loi sur la «Nouvelle Organisation du Marché de l Électricité» 17 Accès régulé à l'électricité nucléaire historique : prix de cession du kwh EDF à ses concurrents 18 49,5 /MWh correspond à 21 «loyer» + 4 «Capex 18» + 25 charges d exploitation 19 À raison de 5 à 6B /an (à comparer au CA d environ 60 à 70 B /an d EDF).

9 Tarifs comparatifs du MWh TTC en 2013 dans divers pays européens. Et il ne faut pas oublier de plus que les performances «gaz à effet de serre» du parc électrique français sont remarquables, Émissions comparatives en gco 2/kWh dans divers pays européens. alors que les besoins d énergie et d électricité sont en croissance forte au niveau mondial, et que le recours aux combustibles fossiles ne cesse de croitre, en particulier en Chine et en Inde.

10 Renouvelables et compétitivité Le coût du MWh de l EPR de Flamanville approche les 80 à 100 (y compris démantèlement) mais EDF vise une réduction de 20 à 30% de ce coût avec l expérience acquise sur les 6 premiers exemplaires sachant que le coût marginal du MWh charbon approche les 40 à 50. La concurrence est vive et, par exemple, les entreprises russes, très soutenues par leur gouvernement sont très ambitieuses : elles proposent du nucléaire en BOT 20 dans des pays où l électricité est chère, et où ils sont donc compétitifs. Un autre défi des réacteurs sera de contribuer à l équilibre d un réseau perturbé par les énergies intermittentes renouvelables. Pour le réseau français, le nucléaire peut encaisser aujourd hui jusqu à 5 à 10 GW/h. RTE estime que le suivi réseau sera maîtrisable jusqu à 20% de renouvelables intermittentes. Ce sera plus difficile ensuite et En conclusion Cette mappemonde montre : en brun, les pays qui ont décidé de «sortir» du nucléaire (quoiqu ayant, pour certains, quelques tranches encore en production), en jaune, les pays qui n ont pas l intention de construire de nouvelles tranches nucléaires, en vert, ceux qui ont des projets de programme nucléaire en bleu, ceux qui exploitent des réacteurs, et en construisent de nouveaux. Le nucléaire semble encore avoir de beaux jours devant lui! 20 Contrats clef en main, Buid Operate and Transfer.

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF. Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire

Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF. Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) sur le parc nucléaire d EDF Eric MAUCORT Directeur Délégué Production Nucléaire Fukushima: des interrogations légitimes Les causes de l accident Un tsunami

Plus en détail

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression 10 juin 2011 Réexamens de sûreté et visites décennales (VD) Sur le plan réglementaire, il n y a pas en France de limitation

Plus en détail

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider

Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Conseil économique pour le développement durable Le risque nucléaire : comptabiliser pour décider Dominique Bureau Conseil économique pour le développement durable www.developpement-durable.gouv.fr Leçons

Plus en détail

Le parc nucléaire EDF

Le parc nucléaire EDF Le parc nucléaire EDF Le nucléaire: un choix français La France a fondé son choix de l énergie nucléaire après les 2 chocs pétroliers de 1973 et 1979 Pour maîtriser les coûts de l électricité et assurer

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général

CONFÉRENCE DE PRESSE. 3 septembre 2015. Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général CONFÉRENCE DE PRESSE 3 septembre 2015 Jean-Bernard LÉVY Président-Directeur Général Xavier URSAT Directeur Exécutif Ingénierie et Projets Nouveau Nucléaire EDF, ÉLECTRICIEN RESPONSABLE CHAMPION DE LA CROISSANCE

Plus en détail

LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR

LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR LES ENJEUX ECONOMIQUES DU NUCLEAIRE DU FUTUR 4ème Journée I-tésé G. Mathonnière Y. Amalric A. Baschwitz T. Duquesnoy S. Gabriel F. Legée 11 JUIN 2012 CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 LE PARC ACTUEL GENERATION

Plus en détail

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation

Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Levée du point d arrêt lié au permis de la centrale nucléaire de Pickering d Ontario Power Generation Présentation au Comité de la santé nucléaire de Durham Le 14 novembre 2014 Miguel Santini Directeur,

Plus en détail

La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques

La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques La perte des systèmes de refroidissement La perte des alimentations électriques Séminaire IRSN / ANCCLI du 14 septembre 2011 Pascal QUENTIN IRSN - Direction de la sûreté des réacteurs 1 Trois fonctions

Plus en détail

CENTRALE NUCLEAIRE DE FESSENHEIM

CENTRALE NUCLEAIRE DE FESSENHEIM CENTRALE NUCLEAIRE DE FESSENHEIM Bienvenue Juin 2013 SOMMAIRE 1. LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ EN FRANCE LE MIX ÉNERGÉTIQUE EDF EN 2012 LES COÛTS DE PRODUCTION L EMPILEMENT DES MOYENS DE PRODUCTION 2. LE

Plus en détail

Chapitre 9 Conclusion

Chapitre 9 Conclusion Chapitre 9 Conclusion En raison des dispositions techniques et organisationnelles mises en place pour exploiter les réacteurs nucléaires de production d électricité, un «accident de fusion du cœur» ou

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

Répondre aux exigences réglementaires. Règlementation équipements sous pression Loi TSN. Faire des opérations de maintenance lourde

Répondre aux exigences réglementaires. Règlementation équipements sous pression Loi TSN. Faire des opérations de maintenance lourde Les troisièmes visites décennales des réacteurs de 900 MW Réunion ANCCLI-IRSN 9 novembre 2010 Le but des visites décennales Répondre aux exigences réglementaires Règlementation équipements sous pression

Plus en détail

L échéance des 40 ans du parc nucléaire français

L échéance des 40 ans du parc nucléaire français L échéance des 40 ans du parc nucléaire français Processus de décision, options de renforcement et coûts associés à une éventuelle prolongation d exploitation au delà de 40 ans des réacteurs d EDF Yves

Plus en détail

Groupe des pays exploitants de RELP Application des leçons tirées de l accident de Fukushima à la technologie CANDU

Groupe des pays exploitants de RELP Application des leçons tirées de l accident de Fukushima à la technologie CANDU e-doc 4408266 Groupe des pays exploitants de RELP Application des leçons tirées de l accident de Fukushima à la technologie CANDU Greg Rzentkowski Directeur général, Réglementation des centrales nucléaires

Plus en détail

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE

SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE DÉBAT PUBLIC 2005/06 Projet Flamanville 3 Construction d une centrale électronucléaire tête de série EPR sur le site de Flamanville @ SYNTHÈSE DU DOSSIER DU MAÎTRE D OUVRAGE EDF, maître d ouvrage du projet

Plus en détail

BILAN 2014 ET PERSPECTIVES

BILAN 2014 ET PERSPECTIVES CNPE de Cattenom BILAN 2014 ET PERSPECTIVES Commission Locale d Information 19 mai 2015 BILAN 2014 Ce document est la propriété d EDF. Toute diffusion externe du présent document ou des informations qu

Plus en détail

Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE

Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE Coût du nucléaire existant et futur : critique de la note «Fiche sur les coûts du nucléaire actuel et futur» de Paul Lucchese au CNDTE Benjamin Dessus 10 mars 2013 www.global-chance.org 10 mars 2013 Coût

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013

Le coût du nucléaire EPR. Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Le coût du nucléaire EPR Benjamin Dessus Global Chance 14 mai 2013 Des caractéristiques très particulières Densité de puissance considérable : 5000 MW th dans un faible volume (500 000 logements), La création

Plus en détail

GROUPE PERMANENT D EXPERTS POUR LES REACTEURS NUCLEAIRES

GROUPE PERMANENT D EXPERTS POUR LES REACTEURS NUCLEAIRES GROUPE PERMANENT D EXPERTS POUR LES REACTEURS NUCLEAIRES Avis relatif aux accidents graves et aux études probabilistes de niveau 2 (EPS 2) dans le cadre du réexamen de sûreté associé aux troisièmes visites

Plus en détail

Quelques clés pour comprendre ce qui se passe actuellement à la centrale de fukushima au japon

Quelques clés pour comprendre ce qui se passe actuellement à la centrale de fukushima au japon Quelques clés pour comprendre ce qui se passe actuellement à la centrale de fukushima au japon Cédric RAY, IPNL Nathalie MONCOFFRE, IPNL Henri SUREAU, IDE Radioactivité 10 T N / 1024 Fission et réaction

Plus en détail

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013

Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 Autorité de sûreté nucléaire et Bilan du contrôle de la centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice en 2013 CLI de Saint-Alban / Saint-Maurice l Exil 19 mai 2014 19/05/2014 1 L Autorité de sûreté

Plus en détail

Panorama 11 mars 2011 : le choc de Fukushima, et après?

Panorama 11 mars 2011 : le choc de Fukushima, et après? Plus de quatre ans après l accident de Fukushima, l énergie nucléaire suscite toujours autant de réticences et de débats. Plusieurs pays comme l Allemagne ont ainsi décidé de «sortir du nucléaire», tandis

Plus en détail

Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF

Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF Evaluations complémentaires de sûreté des centrales EDF Xavier POUGET-ABADIE EDF DIN Réunion de la SFEN 21 juin 2011 Réponses de la France et de l Union Européenne Premiers enseignements de Fukushima Plan

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Les réacteurs BWR (utilisés au JAPON) et les PWR (utilisés en France)

Les réacteurs BWR (utilisés au JAPON) et les PWR (utilisés en France) Les réacteurs BWR (utilisés au JAPON) et les PWR (utilisés en France) Principe du réacteur BWR ( bouillant) utilisé largement au JAPON A noter qu en son temps: Le président Giscard (VGE) qui avait des

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

ECS post- Fukushima. Aléa sismique. Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011

ECS post- Fukushima. Aléa sismique. Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011 ECS post- Fukushima Aléa sismique Réunion ANCCLI IRSN 24 novembre 2011 1 Sommaire 1. Rappel du cahier des charges ASN 2. Quelques éléments des dossiers des exploitants 3. Analyse de l IRSN CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

9 décembre 2011. Commission Locale d Information

9 décembre 2011. Commission Locale d Information 9 décembre 2011 Commission Locale d Information Les Evaluations Complémentaires de Sûreté (ECS) au sein du parc nucléaire EDF 2 1. Contexte et enjeux des Evaluations complémentaires de sûreté (ECS) Contexte

Plus en détail

L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA

L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA 14 décembre 2011 L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA Le groupe AREVA a transmis à l autorité de sûreté nucléaire (ASN), en janvier 2010, un rapport

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013

Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 11 juin 2014 Réunion de la CLI du site de Creys-Malville 1 Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 Contrôles et actions exercés par l Autorité

Plus en détail

La Belgique peut sortir du nucléaire plus vite que prévu!

La Belgique peut sortir du nucléaire plus vite que prévu! La Belgique peut sortir du nucléaire plus vite que prévu! Analyse pour l APERe rédigée par Daniel Comblin, Président du conseil d administration de l APERe Version du 2/12/213 En janvier 23, le Parlement

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation

Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation Contrôle et protection incendie des systèmes de ventilation Des technologies innovantes et exclusives éprouvées dans des conditions extrêmes Depuis sa création, il y a plus de 35 ans, VRACO est spécialisé

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe

Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe Réformes institutionnelles et organisation des marchés de l électricité en Europe «Quelles perspectives pour l investissement de production» Assaad SAAB - EDF RESEAU Buenos-Aires MONDER 23-26 novembre

Plus en détail

NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT

NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT NUCLÉAIRE : UNE FAUSSE SOLUTION POUR LE CLIMAT Confrontés au déclin mondial du nucléaire, les industriels du secteur et leurs relais politiques et médiatiques essaient d imposer l idée que cette technologie

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

Comité scientifique de l ANCCLI

Comité scientifique de l ANCCLI Comité scientifique de l ANCCLI Suivi des visites décennales des installations nucléaires de base et implication dans le suivi de leur fonctionnement Guide méthodologique à l intention des commissions

Plus en détail

Les dispositions des ECS AREVA

Les dispositions des ECS AREVA Les dispositions des ECS AREVA Séminaire IRSN-ANCCLI Paris, le 10 décembre 2013 Pierre CHAMBRETTE Coordinateur ECS AREVA Sommaire Rappel du processus des évaluations complémentaires de sûreté des installations

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

The Fukushima Daiichi Incident Dr. Matthias Braun - April 7, 2011 - p.1

The Fukushima Daiichi Incident Dr. Matthias Braun - April 7, 2011 - p.1 The Fukushima Daiichi Incident Dr. Matthias Braun - April 7, 2011 - p.1 L incident de Fukushima Daiichi 1. Conception de l installation 3. Rejets radioactifs 4. Piscines de désactivation 5. Sources d information

Plus en détail

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine

La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine La sûreté nucléaire et la radioprotection en Alsace & Lorraine Bilan de l'année 2011 Strasbourg, le 3 juillet 2012 Marc HOELTZEL, délégué territorial de Strasbourg de l'asn Florien KRAFT, chef de la division

Plus en détail

1. La politique nucléaire au Japon avant Fukushima. NB : Compte tenu de la sismicité du pays, le combustible usagé est vitrifié.

1. La politique nucléaire au Japon avant Fukushima. NB : Compte tenu de la sismicité du pays, le combustible usagé est vitrifié. COMPTE-RENDU DE LA CONFERENCE «LE JAPON APRES FUKUSHIMA : QUELLES OPTIONS ENERGETIQUES?» MARDI 26 MARS 2013 Monsieur Armand Laferrère, Président d Areva Japon et Monsieur Hubert de Mestier, ancien délégué

Plus en détail

INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE

INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE INTRODUCTION A L INDUSTRIE NUCLÉAIRE L industrie nucléaire, définition (1) Ensemble des procédés de transformation qui utilisent les propriétés du noyau atomique Dans le domaine civil l exploitation des

Plus en détail

Séminaire IRSN - ANCCLI

Séminaire IRSN - ANCCLI Séminaire IRSN - ANCCLI Séminaire du 14/09/2011 La gestion de crise Sommaire de la présentation Sommaire Missions de l IRSN en cas de crise nucléaire Les premiers enseignements de l accident de Fukushima

Plus en détail

L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN

L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN L Autorité de sûreté nucléaire et Evaluation du niveau de sûreté du site d AREVA FBFC par l ASN Commission locale d information de FBFC du 6 juin 214 1 L Autorité de sûreté nucléaire DIVISION DE LYON Une

Plus en détail

Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie

Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie Historique de l opération cogénération Le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Montpellier est un établissement

Plus en détail

5 mars 2013. Note d information

5 mars 2013. Note d information 5 mars 2013 Note d information Bilan des incidents de transport de matières radioactives à usage civil : l IRSN tire les enseignements des événements déclarés entre 1999 et 2011 Quelque 900 000 colis de

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE

L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.6 L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE Sommaire 1. Production et consommation d électricité dans le Monde 2. Production et consommation d électricité en France 3. Les

Plus en détail

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Figure 1 : schéma des réseaux d alimentation électrique externes et interne des réacteurs

NOTE TECHNIQUE. Figure 1 : schéma des réseaux d alimentation électrique externes et interne des réacteurs REPUBLIQUE FRANCAISE Paris, le 17 février 2010 NOTE TECHNIQUE Le rôle pour la sûreté des groupes électrogènes de secours à moteur diesel des réacteurs de 900 MWe et la problématique de l usure prématurée

Plus en détail

LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF

LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF LA PRÉVENTION DES RISQUES SUR LES CENTRALES NUCLÉAIRES D EDF L exploitation d une centrale nucléaire nécessite l utilisation d uranium dont la fission libère de l énergie et crée de la radioactivité. Appelés

Plus en détail

L échéance des 40 ans pour le parc nucléaire français

L échéance des 40 ans pour le parc nucléaire français L échéance des 40 ans pour le parc nucléaire français Processus de décision, options de renforcement et coûts associés à une éventuelle prolongation d exploitation au delà de 40 ans des réacteurs d EDF

Plus en détail

Des menaces sur la cogénération gaz

Des menaces sur la cogénération gaz Des menaces sur la cogénération gaz ; Rappel des enjeux : La puissance de 3 EPR 1,7 Mtep/an économisées Près de 10 Mt de CO 2 /an évitées 30 000 emplois industriels concernés Préserver des actifs performants

Plus en détail

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera?

Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Evolution du mix électrique en France - Qui paiera? Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co Des options environnementales, énergétiques, économiques majeures La France fait face à cinq options environnementales,

Plus en détail

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne

Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne Le rôle-clé de l énergie nucléaire pour renforcer la sécurité économique de la France et de l Union européenne La Société Française d Energie Nucléaire (SFEN) est le carrefour français des connaissances

Plus en détail

Point d actualités du site AREVA Tricastin

Point d actualités du site AREVA Tricastin Point d actualités du site AREVA Tricastin Frédéric De Agostini Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 21 juin 2012 Direction Tricastin Journée sécurité des chantiers du Tricastin Plus de 1200 participants

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES

ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES ARRÊTS DE TRANCHE : LA MAINTENANCE POUR ASSURER LA SÛRETÉ ET LA DISPONIBILITÉ DES CENTRALES NUCLÉAIRES Garantir le bon fonctionnement de 58 réacteurs implantés dans 19 centrales nucléaires réparties dans

Plus en détail

Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure

Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure Un partenaire historique dans les métiers de la logistique nucléaire et de la radioprotection Présent dans le nucléaire depuis plus de 20

Plus en détail

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux La question technique est fortement présente lorsqu'il s'agit par exemple d'assurer le transport d'une production aléatoire, tout en permettant une garantie d'approvisionnement aux consommateurs. Ainsi

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Logiciel libre et systèmes critiques hérésie ou réalité de demain? Philippe David European Space Agency

Logiciel libre et systèmes critiques hérésie ou réalité de demain? Philippe David European Space Agency Logiciel libre et systèmes critiques hérésie ou réalité de demain? Philippe David European Space Agency Premiers constats! Les fonctions nécessaires aux systèmes critiques sont implémentées par les LL:

Plus en détail

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité

Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Analyse des coûts de production et de commercialisation d EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d électricité Synthèse Cadre juridique et objectifs L article L. 337-5 du code de l énergie dispose

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

EDF Programme Grand Carénage HCTISN le 10/12/15

EDF Programme Grand Carénage HCTISN le 10/12/15 EDF Programme Grand Carénage HCTISN le 10/12/15 LE PROGRAMME INDUSTRIEL 2 LE PROGRAMME INDUSTRIEL DU PARC EXISTANT EN FRANCE Le Grand Carénage est le programme industriel du parc nucléaire existant en

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable

Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Nouveaux usages du gaz en résidentiel-tertiaire permettant de répondre aux enjeux du Développement Durable Thomas Muller, Gaz de France Réseau Distribution Le 12 septembre 2007 Bâtiment et développement

Plus en détail

ANALYSE et COMMENTAIRE des rapports d évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires au regard de l accident de Fukushima

ANALYSE et COMMENTAIRE des rapports d évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires au regard de l accident de Fukushima ANALYSE et COMMENTAIRE des rapports d évaluation complémentaire de la sûreté des installations nucléaires au regard de l accident de Fukushima Monique et Raymond SENE GSIEN 1 AVANT-PROPOS Le Premier Ministre

Plus en détail

Sûreté nucléaire en France post Fukushima :

Sûreté nucléaire en France post Fukushima : INSTITUTE FOR ENERGY AND ENVIRONMENTAL RESEARCH 6935 Laurel Avenue, Suite 201 Takoma Park, MD 20912-4413 USA Tél. : (301) 270-5500 Fax : (301) 270-3029 e-mail : ieer@ieer.org http://www.ieer.org WORLD

Plus en détail

L électricité. La consommation. La production. Le solde des échanges. A o û t 2 0 0 3. par Sylvie Scherrer

L électricité. La consommation. La production. Le solde des échanges. A o û t 2 0 0 3. par Sylvie Scherrer F a i t s e t c h i f f r e s p o u r 2 0 0 3 L électricité par Sylvie Scherrer Observatoire de l Energie, DGEMP, Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie La consommation La consommation

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Opération collective 2014 123 M Energie

Opération collective 2014 123 M Energie Opération collective 2014 123 M Energie Candidature pour accompagner en collectif les entreprises du Limousin s engageant dans la mise en place par étapes d une démarche de management de l énergie ISO

Plus en détail

Conférence de presse UFE. Colloque UFE 17 juin 2014

Conférence de presse UFE. Colloque UFE 17 juin 2014 Conférence de presse UFE Colloque UFE 17 juin 2014 Objectif : Réussir la transition énergétique au moindre coût A la veille des analyses du projet de loi de programmation sur la Transition énergétique,

Plus en détail

Commission de régulation de l énergie

Commission de régulation de l énergie Commission de régulation de l énergie Délibération du 28 juillet 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité NOR : CRER1518070X Participaient à la

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC

UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC Septembre 2012 UNE TRANSITION ENERGETIQUE EFFICACE, SOURCE DE CROISSANCE ET D EMPLOIS PROPOSITIONS DE LA FIEEC La transition énergétique voulue par le Président de la République doit permettre la mutation

Plus en détail

Nuclear trainees program

Nuclear trainees program engagement cohésion Nuclear trainees program audace exigence junior Obtenez en 1 an une formation de généraliste du nucléaire engagement GDF SUEZ / 2 nuclear trainees PROGRAM JUnIOR Vous êtes un jeune

Plus en détail

Ville de Lorient Achat d énergie sur marché

Ville de Lorient Achat d énergie sur marché Ville de Lorient Achat d énergie sur marché Bilan Energétique Consommation Energie Finale (GWh) Consommations d'énergie finale 2011 (GWh) Patrimoine de la ville de Lorient Résidentiel Territoire Ville

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

Lorient Population 57 000 habitants (agglomération ~200 000)

Lorient Population 57 000 habitants (agglomération ~200 000) Lorient Population 57 000 habitants (agglomération ~200 000) Bilan Energétique Consommation Energie Finale (GWh) Consommations d'énergie finale 2011 (GWh) Patrimoine de la ville de Lorient Résidentiel

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire.

La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire La Filtration et le Traitement de l Air dans l Industrie Nucléaire. Protéger l environnement des hommes et des lieux, Contribuer à la sécurité des interventions

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail