1 Oi~: l'tstdf 1. ANAL EDU DI OSITI RUDENTI L EL f MOA M0040MPCGF11. Mémoire de fin d'étude THEME. Avril Promotion 4 ( ) Dirigé par:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 Oi~: l'tstdf 1. ANAL EDU DI OSITI RUDENTI L EL f MOA M0040MPCGF11. Mémoire de fin d'étude THEME. Avril 2011. Promotion 4 (2009-2011) Dirigé par:"

Transcription

1 Promotion 4 ( ) Mémoire de fin d'étude THEME r::::::.:.:.:.:::.. ::...::.C:::.::::.:.:::...:::":...::..:..:::::::...:..::..:::...:::. :::::..:...''':::...:....:":...':::..::.'::. :..:...:...".7:....:::::::,',",..'.:.:::::. ::,::.:::::.',:.,'.:..,c::~'::. :::.::...:::...:::.. ~.~.... ANAL EDU DI OSITI RUDENTI L EL f MOA Présenté par: Dirigé par: 1 ':"'~ti;;~~ 'i;h~; ':"Aiii'::"' ::':::":"::'::"':::::'::.~.':. '.':::::.,:::.'.',...:.'.,..'.:,..,':...:,'::::" M:::M';~;~;" 'YAii "-"":' :' 1 1 Oi~: l'tstdf 1,.::::...:::::::::::::::...,.::::::::::..::..:::::::..::::."::::...:::... -::;:::.'::::;;::.''-::'---::::::.,.::::::'-:::.,',";,";::::::;.'::...:... :...'...::::.:::::.. :::.::.:.:::.:;::::.-.-:...;:;...;:::::;..;..::..::::::::..::;-:;:..:::. ':::. ':.~ Avril 2011 M0040MPCGF11 2

2 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L 'UMOA REMERCIEMENT A mon encadreur Monsieur Moussa YAZI, Directeur de l'iscbf, pour la qualité de l'encadrement. A la BCEAO pour l'accueil et les informations mises à ma disposition. A tout le personnel de l'agence principale et du Siège de la BCEAO. A tous ceux qui, de près ou de loin, n'ont ménagé aucun effort pour la rédaction de ce mémoire. Fatimetou Zahra HADI/MPCGF/ISCBF/CESAG

3 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENTIEL DE L'UMOA SIGLES ET ABBREVIA TIONS AIF: BC: BCE: BCEAO: BEF: BM: BMCE: BRI: CB: CCP: CM: DEC: EF: FCFA: FMI: FP: FPB: FPC: FPE: FRBG: las: IF: IFRS: INF: MLT: PCB: PIB: PME: PED: Autres Institutions Financières Banque Centrale Banque Centrale Européenne Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest Banques et Etablissements Financiers Banque Mondiale Banque Marocaine du Commerce Extérieur Banque des Règlements Internationaux Commission Bancaire Centre des Chèques postaux Conseil des Ministres Document des Etablissements de Crédit Etablissements Financiers Franc de la Communauté Financière Africaine Fonds Monétaire International Fonds Propres Fonds Propres de Base Fonds Propres Complémentaires Fonds Propres Effectifs Fonds pour Risques Bancaire Généraux International Accountant Standards Institutions Financières International Financial Reporting Standards Institutions Non Financières Moyen et Long Termes Plan Comptable Bancaire Produit Intérieur Brut Petite et Moyenne Entreprise Pays En Développement Fatimetou Zahra HADI!MPCGF!ISCBF!CESAG

4 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA RS: SFD: UBA: UEMOA: UMOA: USD: Ressources Stables Systèmes Financiers décentralisés United Banque of Africa Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Union et Monétaire Ouest Africaine United States Dollar Fatimetou Zahra HADI/MPCGF/ISCBF/CESAG

5 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENTIEL DE L'UMOA LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Indicateurs et mesures des variables du modèle...45 Tableau 2: Respect des normes prudentielles par les banques dans l'umoa en Tableau 3 : Respect des normes prudentielles par les établissements financiers en Tableau 4 : Respect au 31 Décembre 2009 des normes de gestions dans les BEF Tableau 5 : Comparaison Bâle 1 et Bâle II Fatimetou Zahra HADI/MPCGF/ISCBF/CESAG

6 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA LISTE DES FIGURES Figure 1 : Taux de bancarisation dans les pays de l'umoa en Figure 2: Densité du réseau bancaire dans l'umoa en Figure 3 : Taux de progression des réseaux de guichets entre 2005 et Figure 4: Modèle d'analyse Figure 5 : Ratio moyen de solvabilité par pays en Figure 6 : Moyenne de respect des autres normes par pays en Figure 7 : Composante de Bâle II Fatimetou Zahra HADI/MPCGF!ISCBF!CESAG

7 Table des Matières REMERCiEMENTS... 1 SIGLES ET ABBREVIATIONS LISTE DES TABLEAUX... IV LISTE DES FIGURES... V INTRODUCTION GENERALE:... 1 CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU DISPOSITIF PRUDENTIEL le dispositif prudentiel vu comme modèle d'auto évaluation et de contrôle interne l'impact du dispositif de réglementation sur l'activité et les structures du secteur bancaire l'incidence du dispositif de réglementation sur l'offre de crédit bancaire et la solvabilité l'incidence du dispositif de réglementation sur les dépôts bancaires l'incidence du dispositif de réglementation sur l'organisation et le degré de concurrence du secteur bancaire Règlementation prudentielle et performance du système bancaire l'impact de la règlementation prudentielle internationale sur les stratégies bancaires CHAPITRE 2 : SYSTEME BANCAIRE ET CADRE PRUDENTIEL DE L 'UMOA la situation du système bancaire avant l'introduction des normes Crises financières sur le plan international Crises bancaires et financières dans l'umoa Naissance du dispositif prudentiel dans l'umoa Domaines d'application Impact du dispositif Nécessité dans l'umoa et apport des réformes des normes internationales Evolution du système bancaire depuis les années Evolution de l'activité bancaire et contexte économique Difficultés de bancarisation et mesures prises Présentation du dispositif prudentiel de l'umoa...39 CHAPITRE 3: Méthodologie de I étude Modèle d'analyse Techniques d'investigation CHAPITRE 4: Présentation de la BCEAO Présentation de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest Mission et objectifs de la Banque Centrale Fatimetou Zahra HADIIMPCGF/ISCBF/CESAG

8 Conduite de la politique monétaire Objectifs de la politique monétaire Instrument de politique de la monnaie et du crédit Organisation et surveillance de l'activité bancaire Organisation de l'agence principale du Sénégal le service des établissements de crédit et de micro finance a) la section des banques et établissements financiers et SFD b) la section des accords de classements et de la centrale des risques c) la section refinancement CHAPITRE 5 : Description du dispositif prudentiel de l'umoa... S Description des ratios prudentiels Méthode de calcul des DEC Problématique liée au dispositif prudentiel de l'umoa CHAPITRE 6 : Analyse du cadre prudentiel de l'umoa Analyse des ratios prudentiels Appréciation de la situation des normes les mutations au sein du système bancaire Des accords de Bâle 1 aux accords de Bâle Il Analyse des apports de Bâle Il en zone UMOA Autres mutations sur le contrôle bancaire Perspectives et recommandations Perspectives Recommandations CONCLUSION GENERALE ANNEXES Annexe 1: Guide d'entretien Annexe N 2 : Organigramme du service des établissements de crédit et de micro finance et attribution des sections Annexe N 3 : Organigramme de la BCEAO Siège/Dakar... l04 Annexe N 4 : Liste des Banques et établissements financiers du Sénégal Annexe N S: Liste des principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace... l07 Annexe N 6: Mode de détermination des Fonds Propres Elémentaire Annexe N 7 : Calcul de Ratio au sein de quelques BEF au Sénégal BIBLIOGRAPHIE Fatimetou Zahra HADIIMPCGF/ISCBF/CESAG VII

9 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENTIEL DE L'UMOA INTRODUCTION GENERALE: Fatimetou Zahra HADIIMPCGFIISCBF/CESAG

10 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA De l'époque des échanges commerciaux par le troc à celui des échanges à l'aide de la monnaie, les communautés humaines ont sans cesse recherché le moyen le plus efficace d'entretenir des liens commerciaux avec leurs pairs. C'est ainsi que dans un contexte de monétisation des échanges commerciaux, des institutions financières capables de créer et de gérer la monnaie ont vu le jour avec pour mission d'assurer les échanges dans une économie marquée par l'utilisation de la monnaie. Ainsi, on assiste à la création de nombreux établissements financiers à travers le monde entier. Au Sénégal diverses structures privées et publiques ne cessent de voir le jour et cela dans l'optique de mieux tirer profit des flux commerciaux de plus en plus importants. Ces sociétés qui s'appuient sur le secteur bancaire s'adonnent au jeu de la concurrence et de l'absorption. Le marché sénégalais offre des potentialités énormes et se caractérise par la présence de multiples acteurs. Ainsi il est nécessaire pour chacun de mieux s'organiser afin de mieux résister à la libre concurrence édictée par la loi sénégalaise et aussi celle de l'espace économique de l'union Monétaire Ouest Africaine (UMOA 1 ). Les établissements de crédit de la zone UMOA sont sous l'autorité de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest (BCEAOi. Cette dernière comprend huit (8) pays membres et a plein pouvoir de mettre en œuvre la politique monétaire de ses Etats membres. Conformément à sa mission qui est l'amélioration de l'environnement de la politique monétaire, la diversification, le renforcement du système financier et des capacités techniques et professionnelles dans le secteur bancaire et financier, la BCEAO émet un avis sur la délivrance des agréments aux banques et établissements financiers et règlemente les activités du secteur. Elle effectue le contrôle et la surveillance des institutions financières de l'umoa. S'il est vrai que les institutions bancaires de l'espace UMOA sont soumises à des règles de gestion rigoureuse sous le contrôle de la BCEAO, il n'en demeure pas moins que ces IUnion Monétaire Ouest AfrÎcaine instituée par le traité du 12 mai Elle se compose de 8 états membres et est fondée sur le principe de solidarité monétaire et d'égalité. Elle dispose de plusieurs organes. 2 C'est la banque commune à tous les Etats membres de )'UMOA. Elle exerce le pouvoir de l'émission monétaire et de mise en œuvre de politique monétaire commune. Fatimetou Zahra HADIIMPCGF/ISCBF/CESAG

11 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA établissements financiers restent confrontés à des risques de gestion quotidienne. En effet, les récentes modifications qui ont affecté l'espace économique de l'union, aussi bien sur le plan de la libéralisation du secteur bancaire que financier, soulignent la nécessité de renforcer le contrôle des établissements financiers. Le système de surveillance des établissements de crédit est assuré par la Commission Bancaire 3 (CB) grâce à l'instauration du dispositif prudentiel de l'umoa. L'évolution de l'activité bancaire a conduit en 2000 les instances de surveillance de l'umoa à revoir les règles de gestion du domaine bancaire. Par ailleurs, sur le plan international, la stabilité du système bancaire a connu ces dix (10) dernières années des troubles du fait de l'apparition de crises successives. Ces crises ont mis en exergue les failles du système de gestion des risques. C'est ainsi que de nouveaux amendements ont été adoptés sur les normes de gestion par le Comité de Bâle. L'activité bancaire au sein de l'umoa ayant considérablement évolué au lendemain de l'entrée en vigueur du dispositif de janvier 2000, et compte tenu des crises qui ont affecté l'environnement économique sous régional, il devient nécessaire d'aligner les normes de gestions de la CB au même rythme d'évolution de l'environnement bancaire. La concurrence grandissante du secteur amène les acteurs financiers à chercher à se distinguer par tous les moyens. En effet le nombre de banques et d'institutions financières a doublé et l'arrivé de nouveaux groupes étrangers menace d'absorption les établissements déjà présents. A cela, s'ajoutent l'influence des méthodes externes et le besoin d'adopter les meilleures pratiques de gestion. Le risque est un élément important à prendre en compte et à prévenir pour la bonne marche des structures. Les banques et les autres acteurs du marché sont constamment en éveil face à des risques dont les probabilités de survenance ne sont pas clairement définies au préalable. 30rgane de surveillanee et de contrôle des banques et établissements financiers crée par la convention entrée en vigueur le 1er octobre 1990 en réponse à la crise des années 80 dans l'umoa. Son siège se trouve à Abidjan, Côte d'ivoire. Fatimetou Zahra HADIIMPCGFIISCBF/CESAG

12 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA En effet, la notion même de risque renvoi au caractère incertain d'une menace probable. L'évolution et la variabilité des risques bancaires dans un contexte de crise financière font qu'aujourd'hui aucun financier n'est à l'abri du risque. Le contexte économique actuel résulte d'une mauvaise vision de l'instabilité et surtout des difficultés du système. Il ne s'agit plus maintenant de réduire les risques, mais de trouver le meilleur moyen de combler le vide généré par les failles du système financier. Afin de régir l'activité bancaire au niveau international, il a été institué en fin 1974 un forum de coopération en matière de contrôle bancaire appelé comité de Bâle. L'objectif du comité est de créer un espace de coopération internationale prompt à renforcer la couverture du contrôle prudentiel 4 et développer sa compréhension ainsi que la qualité de la surveillance des banques. Au lendemain des crises de et au regard de l'évolution du système financier mondial les gouverneurs des banques centrales formant le comité de Bâle ont publié en 1988 les Accords de Bâle 1 sur le contrôle bancaire, entrés en vigueur en Ces Accords constituent le véritable premier effort de normalisation. En 2002 pour faire face à l'évolution du système financier et à l'apparition de nouveaux risques de gestion, de nouvelles recommandations ont vu le jour et ont été publiées le 26 juin 2004 sous l'appellation d'accords de Bâle Il. Au sein de l'umoa, dans le souci de hisser ses banques au niveau des meilleures pratiques internationales fondées sur des règles de marché et se prémunir contre de nouvelles crises, de vastes réformes ont été entreprises, notamment le désengagement des Etats du capital des banques. Ceci avait pour but d'assainir le cadre d'exercice de l'activité bancaire et la mise en œuvre de normes comptables. 4 Contrôle prudentiel: l'ensemble des règles et ratios mis en place pour analyser la gestion des risques au niveau des établissements de crédit. Fatimetou Zahra HADIIMPCGF/ISCBF/CESAG

13 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA Ainsi la BCEAO a conscience de l'importance des établissements financiers et bancaires au sein de l'économie, de leur forte sensibilité aux difficultés que pourrait causer une gouvernance déficiente et de la nécessité de protéger les fonds des déposants. La supervision et le contrôle du secteur bancaire de l'umoa sont assurés par la Commission Bancaire de l'umoa. En relation avec la BCEAO, cet organe de supervision veille à l'application de la réglementation bancaire et du crédit. Les faiblesses du système bancaire peuvent menacer la stabilité financière quel que soit le pays dans lequel on se trouve et créer un effet de contagion à l'échelle internationale. C'est pourquoi, la Banque Centrale (BC) a imposé aux banques des normes de gestion afin de prévenir les éventuels dangers susceptibles de bouleverser la situation économique de ses pays membres. C'est ainsi que la loi portant réglementation bancaire a été adoptée par les Assemblées Nationales de chaque pays membre de l'union dans les années 80. Mais face aux grandes mutations intervenues dans le domaine bancaire de l'union telles que la libéralisation des activités bancaires et financières au sein de la zone, il était nécessaire de renforcer la surveillance et le contrôle des banques. Le Conseil des Ministres (CM) de l'umoa a, au cours de sa séance extraordinaire du 27 juin 1991, arrêté sur la base des simulations effectuées auprès de l'ensemble du système bancaire de l'union, de nouvelles règles prudentielles applicables aux banques et établissements financiers. L'ensemble de ces règles prudentielles portaient sur: les conditions d'exercice de la profession; la réglementation comptable; la réglementation des opérations effectuées par les établissements de crédit; les normes de gestion. Afin de tenir compte de l'évolution des normes sur le plan international et des nouveautés dans le plan comptable bancaire, le dispositif prudentiel de 1991 a été revu et modifié pour donner lieu à un nouveau dispositif applicable depuis janvier 2000 à toutes les banques et institutions financières de l'union. Le dispositif tient certes compte des exigences internationales mais, de nouvelles innovations en matière de supervision sur le plan international posent le problème de la nécessité d'actualiser le dispositif prudentiel de l'umoa. Ces innovations prennent en compte un certain nombre de facteurs que le présent dispositif en vigueur n'intègre pas, notamment une Fatimetou Zahra HADIIMPCGFIlSCBF/CESAG

14 ANAL YSE DU D/SPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA structure plus souple avec une meilleure gestion des risques. D'autres facteurs liés à l'environnement tel que l'importance du volume d'activités du secteur informel posent d'énormes difficultés dans la mise en œuvre des règles prudentielles au sein des banques. Dans l'application du dispositif prudentiel plusieurs solutions s'offrent à la BCEAO, notamment: - adapter son contrôle à révolution du système bancaire de l'union; - réfléchir sur la mise en place de normes par secteur; - renforcer la transparence des banques et de l'information; - tenir compte du poids du secteur informel dans la mise en œuvre des normes; renforcer la gestion des risques et la bonne gouvernance; adopter les meilleurs pratiques internationales en matière de contrôle bancaire; faire une mise àjour continue du système de contrôle de l'union. Les autorités de supervision pour une meilleurs efficacité du dispositif prudentiel pourraient insister sur la prise en compte des évolutions du système bancaire, tenir compte des changements sur le plan international en matière de contrôle, mais aussi renforcer la gestion des risques et la transparence de l'information. Ainsi, la question principale à laquelle nous devrons répondre est: Comment les normes prudentielles sont-elles appliquées aux établissements de crédit de ItUMOA? En d'autres termes, quelles difficultés rencontrent les banques dans la mise en œuvre des ratios prudentiels? Quelles incidences l'application des recommandations de Bâle II ont-elles sur la gestion bancaire au sein des institutions financières? Et enfin quel est l'avenir du dispositif prudentiel de l'umoa? Dans cette optique et pour mieux tenir compte des différents aspects de la surveillance bancaire nous avons opté pour le thème: «Analyse du dispositif prudentiel de rumoa». Fatimetou Zahra HADJ/MPCGFIISCBF/CESAG

15 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA Notre choix s'est porté sur ce thème compte tenu de la fragilité et de l'importance de maintenir une stabilité du système bancaire. II faut faire une analyse profonde des problèmes liés au respect des normes bancaires et les perspectives destinées à renforcer le système de contrôle de l'union Monétaire Ouest Africaine. L'objectif principal de notre étude est de faire une analyse sur la mise en œuvre des normes prudentielles au sein des banques et établissements financiers. Aussi, nous cherchons dans cette étude à : - comprendre les réglementations relatives au contrôle bancaire; - déterminer le mode de calcul des ratios prudentiels de l'umoa ; - apprécier le suivi par la Commission Bancaire des méthodes de gestion au sein des établissements financiers et des banques; faire ressortir les mutations internationales et leur application au sein de l'umoa ; - voir les méthodes mises en œuvre par la BCEAO pour un contrôle efficace; - Identifier les contraintes liées à la mise en œuvre efficace des normes. En outre, notre travail va concerner le service du crédit et de la micro finance de la Direction Nationale de la BCEAO pour le Sénégal. Cependant les enquêtes réalisées porteront également sur les institutions financières de quelques pays de l'umoa. Ce mémoire permettra de mieux identifier les difficultés liées au respect des normes prudentielles par les banques et établissements financiers. Il présente un intérêt particulier pour la BCEAO dans la mesure où il mettra en exergue les limites dans la mise en œuvre du dispositif prudentiel. Par ailleurs, il proposera des solutions adaptées pour parvenir à une gestion efficace des risques qui affectent quotidiennement le système bancaire. L'étude du dispositif permettra donc d'anticiper sur les éventuels risques Fatimetou Zahra HADIfMPCGFIISCBF/CESAG

16 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENTIEL DE L'UMOA qui échappent à la gestion présente et de faire une projection sur les nouvelles recommandations prudentielles afin d'en apprécier sa faisabilité et son efficacité dans l'union. Ce travail de recherche dénote notre intérêt pour la surveillance bancaire. Son principal outil dans la sous-région étant le dispositif prudentiel, il nous permet d'approfondir nos connaissances en vue d'une éventuelle carrière dans une banque centrale principalement dans un département de surveillance de l'activité bancaire et financière. De plus, cette étude nous permettra de mieux comprendre l'environnement économique et le contexte dans lequel les ratios prudentiels s'appliquent. Pour aboutir à des recommandations pertinentes, notre mémoire comprendra deux parties: La première sera axée sur la revue de littérature, nous y évoquerons la réglementation prudentielle et présenterons le système bancaire de l'umoa, ainsi que le dispositif prudentiel avant d'aborder la méthodologie de l'étude. Dans la seconde partie, nous présenterons la BCEAO et procéderons à l'analyse des ratios prudentiels actuels afin de recenser les limites dans l'application et les perspectives d'amélioration de ce dispositif. Fatimetou Zahra HADIIMPCGF/ISCBF/CESAG

17 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA Première partie: Cadre théorique. Fatimetou Zahra HADIIMPCGF/ISCBF/CESAG

18 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA Introduction Les différentes crises du secteur bancaire, conjuguées aux mutations de l'environnement économique et financier, ont conduit la communauté internationale à adopter des principes fondamentaux pour une supervision bancaire efficace, à travers notamment les recommandations du Comité de Bâle. Dans l'umoa, suite à la crise profonde qu'a connue le système bancaire et financier au milieu des années 1980, une vaste réforme a été entreprise par les Autorités monétaires et de contrôle. Le cadre général de supervision bancaire défini par les autorités monétaires et de contrôle bancaire de l'umoa, est un guide de référence qui définit la mission de la supervision bancaire. A cet égard, il précise les organes en charge de la réglementation et ceux ayant pour mission le contrôle. Ce cadre est complété par un ensemble de normes, permettant de garantir un fonctionnement harmonieux des établissements de crédit. Le système de contrôle bancaire de l'umoa a fait l'objet d'un réaménagement le 17 juin 1999 pour tenir compte des normes internationales. Ces dernières ont connu des réaménagements afin de tenir compte des conséquences des récentes crises qui ont secoué les systèmes financiers à l'échelle internationale (crises en Asie, au Mexique, etc.), ainsi que les phénomènes de globalisation financière et de mondialisation. (Disposition du 1 er alinéa de l'article 22 du traité et du 6 ème alinéa de l'article 38 des statuts de la BCEAO) La mise à jour du dispositif est rendue nécessaire par: L'évolution des normes internationale; Le besoin d'assurer une protection accrue des déposants dans un contexte de libéralisation; La prise en compte des innovations financières dans l'appréciation des risques; Le souci d'être en harmonie avec le plan comptable bancaire. Cette première partie comprend trois chapitres. Nous y évoquerons aussi bien le système bancaire de l'umoa, le dispositif prudentiel et le contrôle bancaire, que la méthodologie de l'étude. Fatimetou Zahra HADI/MPCGFIISCBF/CESAG

19 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA CHAPITRE 1: PRESENTATION DU DISPOSITIF PRUDENTIEL Introduction Le dispositif prudentiel se définit comme un ensemble de règles et de ratios adaptés aux banques et établissements financiers pour parvenir à plus de sécurité et de prudence dans leur gestion. Il vise à mieux maîtriser les risques auxquels sont confrontées les différentes composantes du système financier. Selon Ogien (2008 : 392), les règles prudentielles visent à établir un rapport entre les fonds propres et les risques importants encourus. <<Le renforcement de la régulation prudentielle est crucial pour rendre les structures financières plus robustes aux chocs imprévisibles et pour limiter l'aléa moral des banques qui savent que leur rôle spécial dans le service de la monnaie les protège des faillites la plupart du temps».(alglietta, 1998: 70). De par sa nature, l'activité bancaire conduit à prendre des risques très diversifiés. Les autorités de contrôle doivent comprendre ces risques et s'assurer que les banques les mesurent et les gèrent de manière adéquate. Les risques inhérents à l'activité bancaire doivent être identifiés, suivis et contrôlés. Les autorités de contrôle jouent un rôle essentiel pour faire en sorte que la direction de la banque s'acquitte de ces tâches. Une partie importante de ce processus réside dans leur pouvoir d'élaborer et d'utiliser des réglementations et exigences prudentielles pour contrôler ces risques, y compris celles qui recouvrent l'adéquation des fonds propres, les réserves pour pertes sur prêts, les concentrations d'actifs, la liquidité, la gestion des risques et les contrôles internes. Leur objet est de limiter les prises de risque imprudentes par les banques; elles ne doivent pas se substituer aux décisions de la direction de l'établissement mais plutôt imposer des normes prudentielles minimales afin que les banques exercent leurs activités de manière appropriée. Le caractère dynamique de l'activité bancaire requiert que les autorités de Fatimetou Zahra HADIIMPCGFIISCBFICESAG

20 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENTIEL DE L'UMOA contrôle réexaminent périodiquement leurs exigences prudentielles et en évaluent en permanence le caractère adéquat et la nécessité d'en édicter de nouvelles. Si les mesures prises par les banques viennent pour conforter les fonds propres et limiter davantage les grands risques, les réformes et les réaménagements de la réglementation internationale viennent pour améliorer et suivre l'évolution et le progrès que connaît le monde entier. C'est dans cette logique d'ordre que les accords de Bâle 1 et Bâle II sont intervenus à des périodes spécifiques de l'évolution de l'activité bancaire. Ce chapitre a pour but de faire le point sur l'avènement des normes au niveau international et de tout ce qui y est relatif au plan de la connaissance. Fatimetou Zahra HADI/MPCGF/ISCBF/CESAG

21 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENT/EL DE L'UMOA 1.1. Le dispositifprudentiel vu comme modèle d'auto évaluation et de contrôle interne Le développement du contrôle interne au sein des établissements bancaires résulte d'une double volonté. Tout d'abord la volonté d'adopter une approche globale du bilan avec l'essor d'une gestion actif-passif. Cette dernière se définit comme une gestion globale et coordonnée de la rentabilité et des risques sous l'ensemble des contraintes internes et externes auxquelles les établissements financiers sont soumis. Vient ensuite une volonté de standardiser la gestion des risques à l'aide d'instruments adaptés, tels que des outils d'aide à la décision (scoring...) pour faciliter notamment la politique de crédit ainsi que des modèles d'évaluation des risques (risque de marché et de crédit) issu des travaux de recherche en finance mathématique. Le contrôle interne peut aussi être considéré comme un pilier de la réglementation prudentielle. Le Comité de Bâle en publiant en 1996 (instruction de la commission bancaire relative à la surveillance prudentielle des risques de marché) une recommandation visant à autoriser l'utilisation des modèles internes de gestion pour le calcul des risques de marché, fait du contrôle interne un support sur lequel la règlementation prudentielle des banques prend largement appui. Ceci est d'autant plus visible que les dispositions relatives à la couverture des risques de marché ont été reprises dans Bâle 2. Aussi l'exigence en fonds du risque de crédit a été considérablement raffinée et le risque opérationnel a été introduit dans le dispositif. Bâle 2 a également reconduit la philosophie même du contrôle des risques de marché consistant à articuler une approche règlementaire «standard» et une approche fondée sur les«modèles internes». L'approche «standard» consiste à construire un modèle standard de gestion pour chacun des risques pris séparément. Le modèle standard sert de modèle par défaut en l'absence du modèle interne propre à chaque structure. Ce modèle standard comporte deux scénarios possible dans la détermination d'un capital cible: Fatimetou Zahra HADIIMPCGF/ISCBF/CESAG

22 ANAL YSE DU DISPOSITIF PRUDENTIEL DE L'UMOA l'approche factorielle qui permet une appréciation des risques à partir de données extraites directement des bilans avec éventuellement un retraitement minimal. On analyse l'évolution moyenne des engagements de la compagnie et on étudie l'impact de la variation de tel ou tel facteur. C'est une approche dite déterministe l'approche stochastique dans laquelle on associe à chaque variable ou à une partie d'entre elle une composante aléatoire. on obtient ainsi un grand nombre de scénario qui permet de déduire une loi de probabilité de réalisation et de déterminer des intervalles de confiance. C'est une approche par scénario. L'approche «modèles internes» est une reproduction de l'activité de la société telle qu'elle est effectivement conduite. C'est une modélisation ah doc qui évolue au même rythme que la société. Un modèle interne doit être construit avec et pour le management car il doit devenir un outil intégré dans la stratégie de l'entreprise. Bien qu'elle aille dans la bonne direction, l'approche «modèles internes )) néglige le caractère endogène du risque, c'est-à-dire les liens étroits qui existent entre la mesure et la gestion dynamique du risque. (Kupiec et O'Brien, 1995; Marshall et Venkataraman, 1996). Dès lors qu'il fait l'objet d'une gestion active et que les banques sont capables d'ajuster leur portefeuille aux évolutions du marché, le risque bancaire ne peut pas être considéré comme exogène à la banque. Son évaluation et, par suite, son encadrement réglementaire doivent internaliser la capacité que les banques ont de le gérer. Suivant la classification de OePolignac (2002 :56), les banques sont confrontées à trois (3) catégories de risques. Les risques environnementaux externes et internes, les risques de crédit et les risques de marché. Le contrôle interne ne se limite pas à une simple évaluation de ces risques. A cet égard, Bâle 2 a institutionnalisé l'intégration entre contrôle interne et réglementation, en y associant aussi la discipline de marché par des exigences de communication financière et l'introduction de rating dans l'approche standard. Le dispositif de réglementation ainsi associé au contrôle interne devra mieux agir sur les activités et le niveau de concurrence du secteur bancaire, les dépôts et l'offre de crédit bancaire, mais aussi sur la solvabilité et l'organisation des banques. Voilà pourquoi De Fatimetou Zahra HADIIMPCGF/lSCBF/CESAG

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest Par : Union Monétaire Ouest Africaine Publication : Octobre 1989 17 pages Depuis le 1er juillet 1975,

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER

IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER IV - SYSTEME BANCAIRE ET FINANCIER 1 - EVOLUTION DU SYSTEME BANCAIRE 1.1 - Textes réglementaires Le projet de loi-cadre sur la conception d un cadre légal et réglementaire favorable à l émergence d entreprises

Plus en détail

CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES AU TOGO ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION PLAN DE PRESENTATION INTODUCTION Partie I : 1. QUELQUES FAITS HISTORIQUES Partie II : PROGRAMME NATIONAL D'ASSAINISSEMENT ET DE RESTRUCTURATION

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 1. Présentation de la filière Économie et Entreprise La filière «Economie et entreprises» de quatrième année de SciencesPo Strasbourg donne aux étudiants, dans

Plus en détail

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa

Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE. Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Cheikh Ahmed Bamba Diagne ECONOMIE ET GESTION BANCAIRE Evolution du systeme bancaire et flnancier de l'uemoa Preface de: Seydi Ababacar DIENG Ousmane Biram SANE U ifarmattan TABLE DES MATIERES Dedicace

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION Le cadre légal de l'activité bancaire, conforté par l'ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit, a permis l'émergence progressive

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 mai 2008 (20.05) (OR. en) 9056/1/08 REV 1 TRADUCTION NON RÉVISÉE EF 27 ECOFIN 158 NOTE du: aux: Objet: Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant

Plus en détail

Consommation et investissement : une étude économétrique

Consommation et investissement : une étude économétrique Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Consommation et investissement : une étude économétrique Décembre 1996 Document de travail n 14 Consommation et Investissement : Une

Plus en détail

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 6221 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 mai 2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 mai 2011 TEXTE

Plus en détail

'. 1. IŒPI lbuqoe DO SENEGAL. U1l Peuple. - I III but - U1lC Foi. Ministère de l'economie et des Finances

'. 1. IŒPI lbuqoe DO SENEGAL. U1l Peuple. - I III but - U1lC Foi. Ministère de l'economie et des Finances '. 1 IŒPI lbuqoe DO SENEGAL U1l Peuple I III but U1lC Foi Ministère de l'economie et des Finances LOI UNIFORME RELATIVE AU TRAITEMENT DES COMPTES DORMANTS DANS LES LIVRES DES ORGANISMES FINANCIERS DES

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA Séances de sensibilisation et d'information des principaux acteurs impliqués dans le projet de promotion des Bureaux d'information sur le Crédit dans l'umoa THEME N 1 : GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

L'ETAT DU SYSTEME BANCAIRE AU BENIN ET SES VULNERABILITES A L'EGARD DES CRISES

L'ETAT DU SYSTEME BANCAIRE AU BENIN ET SES VULNERABILITES A L'EGARD DES CRISES SEMINAIRE REGIONAL SUR LE THEME «GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION» SOMMAIRE INTRODUCTION I LES CRISES BANCAIRES AU BENIN II SITUATION ACTUELLE DU SYSTEME BANCAIRE BENINOIS

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.9.2012 COM(2012) 512 final 2012/0244 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL modifiant le règlement (UE) n 1093/2010 instituant une Autorité

Plus en détail

La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME?

La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME? Technology Adoption Profile personnalisé réalisé pour Colt Septembre 2014 La reprise d'activité après sinistre est-elle assez prise en compte par les PME? Introduction Les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 15/01/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

E 7418 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012. Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012 E 7418 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 14 juin 2012 Le 14 juin 2012

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances

Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances MARKT/2521/03 FR Orig. EN 14 juillet 2003 Décisions et conclusions de la 33e réunion du Comité des assurances Bruxelles, le 2 juillet 2003 Commission européenne, B-1049 Bruxelles / Europese Commissie,

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

Fondation de Luxembourg Politique d Investissement Socialement Responsable (ISR)

Fondation de Luxembourg Politique d Investissement Socialement Responsable (ISR) Fondation de Luxembourg Politique d Investissement Socialement Responsable (ISR) 1. Objet La Fondation de Luxembourg a reçu une dotation initiale de la part de l'etat et de l'oeuvre Nationale de Secours

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Feuille de route pour une union bancaire

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Feuille de route pour une union bancaire COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.9.2012 COM(2012) 510 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL Feuille de route pour une union bancaire FR FR COMMUNICATION DE LA COMMISSION

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor,

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Chef de la Division de la Politique d Endettement et de la Stratégie d Intervention sur les marchés Direction de la Dette Publique SENEGAL Plan

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers

Politique de sélection des intermédiaires financiers Politique de sélection des intermédiaires financiers - Mise à jour Février 2010 OBJET Ce document a pour objet de déterminer le périmètre et les conditions d application de sélection des intermédiaires.

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

Stratégie de rémunération

Stratégie de rémunération CONSULTING Offre Conseil RH Stratégie de rémunération La stratégie de rémunération est un facteur de stabilité et de performance de l'entreprise. GFI Consulting vous accompagne en mettant en cohérence

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest,

Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest, INSTRUCTION N 001-01-2015 ETABLISSANT LA LISTE DES DOCUMENTS ET INFORMATIONS CONSTITUTIFS DU DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT EN QUALITE DE BUREAU D INFORMATION SUR LE CREDIT Le Gouverneur de la Banque Centrale

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION

N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION PRÉSENTÉE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 73 BIS DU RÈGLEMENT, sur la proposition

Plus en détail

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt

Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Titre 2 - Offres de prêt / notices d'information des banques au sujet de la résiliation/ substitution d assurance emprunteur en cours de prêt Dans cette partie sont étudiés les dispositifs contractuels

Plus en détail

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles.

Les membres sont invités à prendre note des modifications proposées et à faire part de leurs observations éventuelles. COMMISSION EUROPÉENNE DG Marché intérieur INSTITUTIONS FINANCIÈRES Assurance MARKT/2519/02 FR Orig. EN Bruxelles, le 27 septembre 2002 MARKT/C2/MAAT D(2002) NOTE AUX MEMBRES DU SOUS-COMITE SOLVABILITE

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE

CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE CHAPITRE VII : CONTROLE ET SUPERVISION BANCAIRE Pour assurer l'intégrité et la solidité du système bancaire, un contrôle permanent des banques et établissements financiers, notamment de leurs procédures

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

LES 20 ANS DE LA LOI BANCAIRE CONTEXTE HISTORIQUE : LE PASSE RESERVE TOUJOURS DES SURPRISES

LES 20 ANS DE LA LOI BANCAIRE CONTEXTE HISTORIQUE : LE PASSE RESERVE TOUJOURS DES SURPRISES 20121036 AEDBF 20 ANS/21 MARS 2013 LES 20 ANS DE LA LOI BANCAIRE CONTEXTE HISTORIQUE : LE PASSE RESERVE TOUJOURS DES SURPRISES La loi du 22 mars 1993 relative au statut légal et au contrôle des établissements

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

S-3 Concepts pour l analyse de la dette

S-3 Concepts pour l analyse de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-3 Concepts pour

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail