Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE"

Transcription

1 1/9 Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1 Intérêt La teneur en matière sèche des tubercules (constituée essentiellement d amidon) est un facteur important qui détermine en partie la tenue à la cuisson et les différents aspects de la texture (farinosité, finesse de la chair). Une teneur modérée confère aux pommes de terre un faible délitement à la cuisson, une chair assez fine et une farinosité moyenne, caractéristiques recherchées pour la confection de pommes vapeur, salades, raclettes. Cependant d autres facteurs, liés à la variété (caractéristiques de l amidon, taille des cellules, composition des parois cellulaires ), jouent également un rôle non négligeable. Ainsi, lors de l inscription, indépendamment de la caractérisation sur la teneur en matière sèche, les variétés sont classées, compte tenu principalement de leur degré de délitement à la cuisson, de la fermeté de leur chair et de leur farinosité, dans les groupes de texture A, B, C et D ainsi, qu'éventuellement, dans ceux intermédiaires A-B, B-A, B-C Les variétés de consommation à chair ferme appartiennent presque toutes au groupe A, parfois au groupe A-B ; les variétés de consommation appartiennent surtout au groupe B, plus rarement aux groupes A-B, B-C ou C. A l inverse, une teneur en matière sèche plus élevée est recherchée pour la confection de frites, purées et potages ménagers. Cette caractéristique permet : - de diminuer l aspect gras et d améliorer le croustillant et la consistance des frites, - de faciliter le délitement pour l utilisation en potages et purées. Une teneur excessive par rapport à la teneur naturelle de la variété accentue la sensibilité aux endommagements de type noircissement interne. La teneur en matière sèche des tubercules est influencée par la durée de végétation ainsi que par les facteurs climatiques et agronomiques mais elle est surtout une caractéristique variétale [notée de 1 : très faible (16,5 %) à 9 : très élevée (26 %) dans les fiches descriptives des catalogues des variétés]. Il est important de noter qu il existe une forte variabilité de teneur à l intérieur du tubercule et entre les tubercules d un même lot. La teneur en matière sèche peut être évaluée par des méthodes indirectes ou directes. L échantillon élémentaire est constitué d au moins 3,5 kg de pommes de terre ne comportant pas de tubercules blessés, verdis ou pourris. Il est lavé, puis égoutté voire de préférence séché.

2 2/9 2 Mesures indirectes 2.1 Principe L intérêt de ce type de mesure est donné par la relation directe qui existe entre le poids spécifique (densité) des tubercules et leur teneur en matière sèche et en amidon. Le poids spécifique est déterminé par la pesée successive d un échantillon de pommes de terre dans l air puis dans l eau. Toutefois la relation poids spécifique - teneur en amidon est perturbée pendant la conservation en raison de l hydrolyse partielle de l amidon en sucres réducteurs en cas de stockage à basses températures (inférieures à 8 C). Les mesures indirectes ont pour avantage de ne pas détruire l échantillon, contrairement à la mesure directe par déshydratation à l étuve. Les mesures se font dans une eau propre dont la température est supérieure à 8 C. Plusieurs types d appareils sont disponibles dans le commerce. Dans tous les cas il est impératif de se reporter aux notices d utilisation les accompagnant. Hydromètre Zeal : Matériel : Hydromètre Zeal, Balance de précision au g, Bac d une capacité d environ 200 l (diamètre minimum 356 mm ; profondeur minimum 660 mm), Couteau. Hydromètre de la marque Zeal

3 3/9 Méthode : cet appareil est constitué d un flotteur surmonté d une tige graduée et muni à sa base d un crochet sur lequel s attache un panier destiné à contenir 3,63 kg (soit 8 livres anglaises) de pommes de terre. L ensemble est plongé dans un bac suffisamment profond rempli d eau. La teneur en matière sèche est lue directement sur la tige graduée au niveau de la ligne de flottaison. Trois hydromètres sont disponibles en fonction du niveau de matière sèche mesuré : D4500 pour une mesure de matière sèche comprise entre 17 et 25 % (modèle standard), D4501 pour une mesure de matière sèche comprise entre 14 et 23 % (modèle recommandé pour les primeurs), D4502 pour une mesure de matière sèche comprise entre 18 et 27 %. Féculomètre : Matériel : Féculomètre à fléau ou électronique, Couteau. Féculomètre de la marque Robbe

4 4/9 Féculomètre de la marque Meku Méthode : la mesure du poids dans l air et du poids dans l eau d une masse connue de pommes de terre va permettre de déterminer, dans un 1 er temps, le poids spécifique suivant la formule : Poids spécifique = poids dans l'air / (poids dans l'air - poids dans l'eau) Le féculomètre est donc un appareil intégrant une balance fonctionnant soit avec une masse prédéterminée de 5 kg soit avec une masse variable généralement comprise entre 3 et 6 kg. L échantillon de pommes de terre est donc pesé dans l air puis dans l eau. Dans un second temps la correspondance poids spécifique teneur en matière sèche teneur en amidon est obtenue par une table de correspondance (table de von Scheele / table IBVL) (cf. Tableau 1). La plupart des appareils modernes intègrent la table de correspondance permettant une lecture directe de la teneur en matière sèche.

5 5/9 Poids dans l eau Poids spécifique Matière sèche (%) Amidon (%) 250 1,053 14,3 8, ,054 14,5 8, ,055 14,8 8, ,056 15,0 9, ,057 15,3 9, ,058 15,5 9, ,059 15,8 9, ,060 16,0 9, ,062 16,2 10, ,063 16,5 10, ,064 16,7 10, ,065 17,0 10, ,066 17,2 11, ,067 17,5 11, ,068 17,7 11, ,070 18,0 11, ,071 18,2 11, ,072 18,5 12, ,073 18,7 12, ,074 19,0 12, ,075 19,2 12, ,076 19,5 13, ,078 19,7 13, ,079 19,9 13, ,080 20,2 13, ,081 20,4 14, ,082 20,7 14, ,083 20,9 14, ,085 21,2 14, ,086 21,4 15, ,087 21,7 15, ,088 21,9 15, ,089 22,2 15, ,091 22,4 15, ,092 22,7 16, ,093 22,9 16, ,094 23,1 16, ,095 23,4 16, ,096 23,6 17, ,098 23,9 17, ,099 24,1 17, ,100 24,4 17, ,101 24,6 18, ,103 24,9 18, ,104 25,1 18, ,105 25,4 18, ,106 25,6 19, ,107 25,9 19, ,109 26,1 19, ,110 26,4 19, ,111 26,6 20,0 Tableau 1 : Table de correspondance entre le poids dans l'eau de 5 kg de pomme de terre, le poids spécifique (densité), la teneur en matière sèche et la teneur en amidon (d'après von Scheele)

6 6/9 Bain de saumure : Matériel : Récipients, Balance précise au 100 ème de g, Sel. Méthode : la mesure du poids spécifique à l aide de bains de saumure permet d estimer la teneur en matière sèche des tubercules individuellement. Pour ce faire, on établit une batterie de récipients de volume adapté* contenant des solutions de densité croissante, obtenues par dissolution de gros sel dans de l'eau. Puis on introduit un à un les tubercules à étudier dans les différentes solutions en partant de la plus faible densité (cf. Tableau 2 et Figure 1). Poids spécifique Poids de sel par litre d'eau (g) Matière sèche des tubercules (%) 1,030 44,3 9,8 1,035 52,0 10,8 1,040 59,8 11,9 1,045 67,5 12,9 1,050 75,2 13,9 1,055 83,1 14,8 1,060 90,7 16,1 1,065 98,4 17,0 1, ,0 18,0 1, ,8 19,2 1, ,5 20,2 1, ,2 21,2 1, ,1 22,3 1, ,1 23,4 1, ,6 24,4 1, ,3 25,4 1, ,0 26,4 1, ,7 27,3 1, ,5 28,3 Tableau 2 : Correspondance entre la concentration en sel du bain, le poids spécifique (densité) et la teneur en matière sèche des tubercules (d'après la table de von Scheele, température : 20 C)

7 7/9 Trois possibilités se présentent : Figure 1 : Batterie de bains de saumure 1) les tubercules flottent entre deux eaux ; ils ont une densité analogue à celle du bain ; 2) les tubercules coulent au fond du récipient ; la densité du liquide est trop faible. On remonte alors la série des densités jusqu'à rencontrer un bain produisant le résultat précédent ; 3) les tubercules flottent à la surface ; la densité du liquide est trop élevée. On redescend la série des bains. Il faut noter que peu de tubercules flottent entre deux eaux, compte tenu du fait que les densités sont établies de 0,005 en 0,005 ; ils sont généralement trop légers pour un bain et trop lourds pour le bain suivant. On est donc amené à les classer dans un groupe de densités (par exemple de 1,070 à 1,075 ou 1,075 à 1,080) plutôt qu'à en déterminer le poids spécifique avec précision. * : Les récipients de grande taille permettent de mieux conserver les concentrations initiales des différents bains, aussi leur volume doit être d autant plus grand que le nombre de tubercules à contrôler est important. Dans tous les cas, égoutter convenablement les tubercules entre les passages de bains et renouveler les bains régulièrement. Si possible contrôler les bains à l aide d un densimètre.

8 8/9 2.2 Facteurs à l origine des incertitudes de mesure : Indépendamment du bon fonctionnement des équipements de mesure, divers facteurs peuvent affecter les résultats : - l eau résiduelle sur l échantillon : entre un échantillon sec et un échantillon égoutté, on observe un écart de l ordre de 1 % de la masse qui entraine une sousestimation de la teneur en matière sèche. Pour certains appareils, il est possible de corriger ce biais en augmentant la prise d essai de 1 % lorsque les tubercules sont humides (exemple : 3,67 kg au lieu de 3,63 kg pour l hydromètre Zeal) ; - la température de l eau, dans la mesure où les tables de conversion ont été établies à des températures données ; - la différence entre la température de l eau et celle les tubercules. Il est recommandé de limiter cette différence ; - la propreté de l eau. 3. Mesure directe Le dosage d eau par étuvage : Principe : Ce procédé consiste en un étuvage, à une température et dans des conditions opératoires définies. La perte de masse observée est équivalente à la quantité d eau présente dans le produit. Contrairement aux méthodes présentées précédemment, cette détermination de la matière sèche est destructive de la matière. Matériel : Balance précise au 100 ème de g, Etuve, Couteau et/ou coupe-légume, Récipients pouvant aller à l étuve type barquettes aluminium. Méthode : Dans un souci de représentativité, la préparation doit se faire sur un échantillon de pommes de terre d au moins 3,5 kg. La méthode consiste à râper ou à couper en cubes de 1 cm de côté maximum, au moins 3,5 kg de pommes de terre et à bien mélanger l ensemble de façon à obtenir un échantillon homogène. A partir de celui-ci, deux prises d essai d environ 200 g sont faites et pesées avec leur contenant. L ensemble est mis à l étuve, à une température stabilisée de 105 C +/- 5 C, pour une durée de 48 h +/- 1 h. Les prises d essai sont sorties de l étuve puis refroidies avant d être, rapidement, de nouveau pesées.

9 9/9 La matière sèche est calculée suivant la formule : M.S. (%) = m0 m1 100 m0 t t = tare de la barquette m 0 = (barquette + échantillon) avant étuvage m 1 = (barquette + échantillon) après étuvage

Expérience 1 : Compression d une canette

Expérience 1 : Compression d une canette Expériences visant à montrer les effets de la pression : Expérience 1 : Compression d une canette Objectifs de l expérience: - Présenter le phénomène des pressions. - Ses implications. Matériel Requis

Plus en détail

LA MESURE DU DOSAGE DES EPANDEUSES DE FONDANT ROUTIER

LA MESURE DU DOSAGE DES EPANDEUSES DE FONDANT ROUTIER LA MESURE DU DOSAGE DES EPANDEUSES DE FONDANT ROUTIER Ce document a été réalisé par la Direction Territoriale Normandie Centre du CEREMA dans le cadre des travaux de la Conférence technique interdépartementale

Plus en détail

La cuisine moléculinaire

La cuisine moléculinaire La cuisine moléculinaire Projet scientifique Ecole Georges Dagneaux, CM2 Élèves de l IMED, intégrés dans la classe de CM2 Avec la participation de Jean Matricon Atelier amidon La farine est un mélange

Plus en détail

Acrylamide : Pomme de terre en danger?

Acrylamide : Pomme de terre en danger? Acrylamide : Pomme de terre en danger? Eric Somerhausen 1 Rappel sur l acrylamide L acrylamide est un produit synthétique (polymère de synthèse) utilisé en industrie pour l épuration des eaux usées, la

Plus en détail

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR

Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Essais de succion sur des éprouvettes de diamètre CBR Relation portance - succion Jacques PARAIRE Géologue Groupe des techniques routières Laboratoire régional de Saint-Brieuc INTRODUCTION RÉSUMÉ Cet article

Plus en détail

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM

Rapport final. Dossier n o 710.141. Rapport commandité par la SODIM Optimisation des conditions de manutention et de stockage du naissain dans le cadre de la nouvelle stratégie de préélevage Rapport final Dossier n o 710.141 Rapport commandité par la SODIM Octobre 2008

Plus en détail

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE www.frigorie-france.com 12V/24/220V MANUEL D UTILISATION 1 Cet Appareil ne peut être utilisé qu à l intérieur avec l une des sources d énergie suivantes: Cet Appareil

Plus en détail

NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des

NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des COMMISSION ÉCONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L EUROPE NORME CEE-ONU FFV-52 concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale des POMMES DE TERRE DE PRIMEUR ET POMMES DE TERRE DE

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Première Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Première Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Première Partie Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

LA PRÉPARATION DES FILMS

LA PRÉPARATION DES FILMS Fiche n 2 ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE LA PRÉPARATION DES FILMS L envers du décor La phase de préparation des films reste identique quel que soit le procédé d'impression utilisé par la suite. La technique

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION. 1. Objet. 2. Domaine d application. 3.

S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION. 1. Objet. 2. Domaine d application. 3. 1. Objet S-I-1V3 PRÉTRAITEMENT DES ÉCHANTILLONS POUR ANALYSES PHYSICO-CHIMIQUES ET LIXIVIATION Prétraitement des échantillons de sols (y compris les sédiments), les matières utilisées sur ou dans les sols

Plus en détail

uropâisches Patentamt uropean Patent Office Numéro de publication: 0 022 422 A1 rffice européen des brevets ^ 1

uropâisches Patentamt uropean Patent Office Numéro de publication: 0 022 422 A1 rffice européen des brevets ^ 1 uropâisches Patentamt uropean Patent Office Numéro de publication: 0 022 422 A1 rffice européen des brevets ^ 1 g) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN 21) Numéro de dépôt: 80430012.7 Int. Cl.3: B 01 F 3/04 A 23

Plus en détail

TSC Stockage et accumulation de glace

TSC Stockage et accumulation de glace TSC Avantages principaux Fiabilité : température d'alimentation en eau constante (de 1 à 2 C) Faible coût initial Économies d'énergie Caractéristiques de la TSC Fonte externe de glace Alimentation directe

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981

NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981 CODEX STAN 41-1981 Page 1 de 5 1. CHAMP D'APPLICATION NORME CODEX POUR LES PETITS POIS SURGELES CODEX STAN 41-1981 La présente norme s'applique aux petits pois surgelés de l'espèce Pisum sativum L. tels

Plus en détail

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A.

6.3.1.1 Le présent chapitre s applique aux emballages pour le transport des matières infectieuses de la catégorie A. 6.3.1 Généralités Chapitre 6.3 Prescriptions relatives à la construction des emballages pour les matières infectieuses (Catégorie A) de la classe 6.2 et aux épreuves qu ils doivent subir NOTA. Les prescriptions

Plus en détail

Fabricant français de panneaux solaires. Notice d installation pour module équipé du cadre solrif

Fabricant français de panneaux solaires. Notice d installation pour module équipé du cadre solrif Fabricant français de panneaux solaires 20 13 Mars Notice d installation pour module équipé du cadre solrif 1 Introduction 2 Sécurité 3 Montage et Raccordement 4 Maintenance et Entretien 5 Caractéristiques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CTCS/WP.7/2015/15 Conseil économique et social Distr. générale 14 septembre 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité directeur des capacités et des

Plus en détail

NOTICE. La loi n 89.900 du monuments et. préhistoire,

NOTICE. La loi n 89.900 du monuments et. préhistoire, ET NOTICE D EMPLOI La loi n 89.900 du 18/12/1989 relative à l utilisation des détecteurs de métaux vise à protéger le patrimoine archéologique français. A cette fin, son article 1 er prohibe l utilisation

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...

SOMMMAIRE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL... SOMMMAIRE PAGE INTRODUCTION AUX TRAVAUX PRATIQUES DE PEDOLOGIE...2 PREPARATION DES ECHANTILLONS DE TERRE...3 DETERMINATION DE L'HUMIDITE DU SOL...5 LE PH ET LE POUVOIR TAMPON DU SOL...6 LE CALCAIRE TOTAL

Plus en détail

4.2 Les enduits. Rôle de l enduit. Les types d enduits. La préparation du support. D autres supports nécessitent un traitement préalable.

4.2 Les enduits. Rôle de l enduit. Les types d enduits. La préparation du support. D autres supports nécessitent un traitement préalable. 4.2 Les enduits Rôle de l enduit Les enduits aux mortiers de liants hydrauliques sont utilisés aussi bien pour les travaux neufs que pour la réfection de façades. Les enduits remplissent plusieurs rôles

Plus en détail

Parcours 11. Flotte ou coule. Cycle I

Parcours 11. Flotte ou coule. Cycle I Parcours 11 Flotte ou coule Cycle I Domaine : Le monde de la matière et des objets. Ouverture vers d autres disciplines : Français / Mathématiques / Arts Visuels. Partenaires : 1 SOMMAIRE Séance 1 en classe

Plus en détail

Chaleur d'hydratation et fissurabilité

Chaleur d'hydratation et fissurabilité 1. Introduction Chaleur d'hydratation et fissurabilité Les réactions du ciment Portland en présence d'eau ou "hydratation" produisent des composés hydratés qui permettent de lier les différentes particules

Plus en détail

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS

ANALYSEUR DE POUSSIÈRES TEOM FDMS FICHE PRODUIT - Le est le premier et seul analyseur de poussières mesurant en continu la volatilisation des poussières sur le filtre de collection. Il peut donc calculer en temps réel un facteur de correction

Plus en détail

FS 124320 FS 127920 FSE 24301 FS124330. Refrigerator Kühlschrank/Gefrierschrank Congélateur/Réfrigérateur Koelkast Køleskab

FS 124320 FS 127920 FSE 24301 FS124330. Refrigerator Kühlschrank/Gefrierschrank Congélateur/Réfrigérateur Koelkast Køleskab FS 124320 FS 127920 FSE 24301 FS124330 Refrigerator Kühlschrank/Gefrierschrank Congélateur/Réfrigérateur Koelkast Køleskab Veuillez d abord lire la notice d utilisation! Chère cliente, cher client, Nous

Plus en détail

DESHYDRATEUR FRUITS / LEGUMES

DESHYDRATEUR FRUITS / LEGUMES DESHYDRATEUR FRUITS / LEGUMES Notice d entretien et d utilisation AVERTISSEMENT! Pour réduire les risques d incendie, de choc électrique et de blessure des personnes, lors de l utilisation d appareils

Plus en détail

Capacité d absorption en eau des litières

Capacité d absorption en eau des litières Capacité d absorption en eau des litières Rapport Final Présenté au: Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec Louis Robert Responsable scientifique : Marc-Olivier Gasser,

Plus en détail

Martin Lapierre 704 Avenue Roberval, Roberval (Québec) G8H 3K6 (418) 275-6868 mandelbros@hotmail.com

Martin Lapierre 704 Avenue Roberval, Roberval (Québec) G8H 3K6 (418) 275-6868 mandelbros@hotmail.com Pratico-Plastique Martin Lapierre 704 Avenue Roberval, Roberval (Québec) G8H 3K6 (418) 275-6868 mandelbros@hotmail.com et Catherine Verreault 561 8ième rue, Saint-Prime (Québec) G8J 1P2 (418)251-2255 cathverreault@hotmail.com

Plus en détail

SOMMAIRE. Le B.A.-BA. 6. Baies et petits fruits du jardin. 14. Fruits des arbres du jardin et du verger. 44. Fruits des bois et des bosquets.

SOMMAIRE. Le B.A.-BA. 6. Baies et petits fruits du jardin. 14. Fruits des arbres du jardin et du verger. 44. Fruits des bois et des bosquets. MEP_CONFITURE_P001a013sh.qxd:Confiture_ 19/12/08 11:25 Page 4 MEP_CONFITURE_P001a013sh.qxd:Confiture_ 19/12/08 11:25 Page 5 SOMMAIRE Le B.A.-BA. 6 Baies et petits fruits du jardin. 14 Fruits des arbres

Plus en détail

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Ce protocole a été mis au point pour trouver une alternative aux tests internationaux qui ont fixé un postulat non compatible avec la variabilité des

Plus en détail

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Laurent Zorzi et Georges eyen Chimie Industrielle et LASSC L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Le pétrole Tout comme le charbon, le pétrole brut est un produit naturel qui résulte

Plus en détail

(bicarbonates ) et CO 3

(bicarbonates ) et CO 3 2/ Les eaux gazeuses LE SYSTÈME CARBONATE est l'ensemble formé par trois types de composés chimiques, qui sont : - dans l'atmosphère : le gaz carbonique (CO2) ; - dans l'eau : les composés de l'acide carbonique

Plus en détail

Estimer le volume d un objet grâce au principe d Archimède Durée : 7-20 minutes (variable) Matériel nécessaire. Nom Coût (CHF) Où trouver

Estimer le volume d un objet grâce au principe d Archimède Durée : 7-20 minutes (variable) Matériel nécessaire. Nom Coût (CHF) Où trouver Estimer le volume d un objet grâce au principe d Archimède Durée : 7-20 minutes (variable) But de l expérience : Connaissances requises de la part de l élève: En réalisant l expérience, l élève aura compris

Plus en détail

Satisfaisante, variable et améliorable

Satisfaisante, variable et améliorable Qualité du lait : Satisfaisante, variable et améliorable L étude comparative menée par l Institut National de la Consommation sur douze références laitières commercialisées en Tunisie montre que la qualité

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082

Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082 Numéro du Projet LIFE : LIFE05ENV/F/000082 Amélioration des performances du séchage des Tuiles et Briques par récupération de la chaleur latente de condensation de l eau afin de réduire les émissions de

Plus en détail

Tempéreuses Enrobeuses Fondoirs à chocolat Tunnels de refroidissement

Tempéreuses Enrobeuses Fondoirs à chocolat Tunnels de refroidissement Tempéreuses Enrobeuses Fondoirs à chocolat Tunnels de refroidissement Machines et installations pour le traitement du chocolat www.lcm.de AT Tempéreuse à chocolat avec tempérage continu, entièrement automatisé

Plus en détail

27 MISES EN PLAN 27 MISES EN PLAN MICROSTATION V8 XM EDITION / BASE UTILISATEUR MANUEL DE FORMATION 27-1 VERSION 08.09.03.68 COPYRIGHT GRAPH LAND SA

27 MISES EN PLAN 27 MISES EN PLAN MICROSTATION V8 XM EDITION / BASE UTILISATEUR MANUEL DE FORMATION 27-1 VERSION 08.09.03.68 COPYRIGHT GRAPH LAND SA 27 MISES EN PLAN MICROSTATION V8 XM EDITION / BASE UTILISATEUR MANUEL DE FORMATION 27-1 PRESENTATIONS Une présentation est un modèle de type feuille destiné à l impression. Vous pouvez créer des modèles

Plus en détail

Outils de gestion de l irrigation

Outils de gestion de l irrigation L EAU, SOURCE DE QUALITÉ ET DE RENDEMENT Le vendredi 10 février 2006, Hôtel Mortagne, Boucherville Outils de gestion de l irrigation Jean CARON, professeur Physique et hydrodynamique des sols Université

Plus en détail

Pâte à modeler Terre : mettre à disposition des matériaux de consistance différente. Proposer des boudins pour couper des rondelles.

Pâte à modeler Terre : mettre à disposition des matériaux de consistance différente. Proposer des boudins pour couper des rondelles. Le couteau PS - MS Compétence ciblée : Reconnaître, nommer, décrire, comparer des objets selon leurs qualités et leurs usages Objectif : Utiliser un couteau Comprendre que la structure de l outil conditionne

Plus en détail

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique

Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Déterminer l intensité des orages en vue de leur classification et de leur étude climatologique Explications sur la nouvelle échelle d intensité des orages en usage au sein de KERAUNOS depuis janvier 2013

Plus en détail

Fruits d octobre : les courges d hiver Historique Valeur nutritive

Fruits d octobre : les courges d hiver Historique Valeur nutritive Fruits d octobre : les courges d hiver Historique Bien que la culture des courges remonte à très loin dans l histoire de l Amérique précolombienne, leur évolution et leur multiplicité, telles qu on les

Plus en détail

Quel est l état de l art des technologies de batteries et les perspectives? Vendredi 10 Décembre 2010 de 9h à 10h Board Meeting

Quel est l état de l art des technologies de batteries et les perspectives? Vendredi 10 Décembre 2010 de 9h à 10h Board Meeting Quel est l état de l art des technologies de batteries et les perspectives? Vendredi 10 Décembre 2010 de 9h à 10h Board Meeting Lors de ce webinar d'une heure, nous aborderons les points suivants avec

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES & SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES & SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES & SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage CCAS Du Teil Hôtel de Ville 07400 LE TEIL Responsable du Marché : Monsieur le Président Objet

Plus en détail

ECE : Détermination du taux de glucose dans le Powerade

ECE : Détermination du taux de glucose dans le Powerade Masse volumique (g.ml -1 ) Thème : Santé Seconde ECE : Détermination du taux de glucose dans le Powerade Compétences travaillées (capacités et attitudes) : ANA : concevoir un protocole expérimental. ANA

Plus en détail

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié

Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Thèse de Behzad NASRI Evaluation des fonctions de pédotransfert d un sol hétérogène, milieu récepteur d eau usée traitée, sur un site pilote dédié Résumé En 1998, le Ministère de l Environnement a initié

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

Rapport final : Projet NETG

Rapport final : Projet NETG Rapport final : Projet NETG Génie Logiciel Introduction Il nous été demandé de réaliser une librairie permettant de manipuler des nombres entiers très grands dont les capacités dépassent les représentations

Plus en détail

- 1 - L&B Protekt GmbH Neuhofstrasse 86 b CH-8590 Romanshorn Tel. +41 71 414 04 38 Fax. +41 71 414 04 34 - info@protekt.ch www.protekt.

- 1 - L&B Protekt GmbH Neuhofstrasse 86 b CH-8590 Romanshorn Tel. +41 71 414 04 38 Fax. +41 71 414 04 34 - info@protekt.ch www.protekt. Antigel Antigel mélangé à la quantité d'eau appropriée est utilisé dans divers domaines en tant que liquide de transmission frigorifique et calorifique. Le produit Antigel à base de propylène glycol (resp.

Plus en détail

Prélèvements d échantillons d eau de mer au cours de la campagne ARAMIS-2.

Prélèvements d échantillons d eau de mer au cours de la campagne ARAMIS-2. CENTRE DE BRETAGNE Tél + 33 (0)2 98 22 45 61 US025 «Moyens à la mer Fax + 33 (0)2 98 22 45 14 et observatoire océanique» Technopôle Brest-Iroise B.P. 70 29280 PLOUZANĖ Mel secrétariat : Francoise.Cudennec@ird.fr

Plus en détail

Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications

Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications A.-M. Cubat Onglet Circulation Paniers de lecteurs Page 1 Critères de sélection pour remplir un panier de lecteurs Explications 1. au moins un emprunt depuis jusqu à aujourd hui 2. au moins un emprunt

Plus en détail

NORME CODEX POUR LE CAMEMBERT

NORME CODEX POUR LE CAMEMBERT NORME CODEX POUR LE CAMEMBERT CODEX STAN 276-1973 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme s applique au Camembert destiné à la consommation directe ou à un traitement ultérieur conformément à la description

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS

LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS LE CONTRÔLE DES TEMPÉRATURES ET DU TEMPS 1 Résumé HOT PAT Contrôler ces deux T (temps-température) assure l innocuité des aliments. On peut empêcher le développement des microorganismes en : maîtrisant

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE : farce mousseline de poisson

FICHE PEDAGOGIQUE : farce mousseline de poisson FICHE PEDAGOGIQUE : «Une farce mousseline de poisson élaborée avec de la chair de poisson frais est-elle de meilleure qualité organoleptique que celle élaborée avec de la chair de poisson surgelé?» Séminaire

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Rôles et types de paniers Liens avec les requêtes Exemples concrets Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/paniers-requetes-intro

A.-M. Cubat PMB - Rôles et types de paniers Liens avec les requêtes Exemples concrets Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/paniers-requetes-intro A.-M. Cubat PMB - Rôles et types de paniers Liens avec les requêtes Exemples concrets Page 1 Des paniers? De quoi s agit-il? Non, ce ne sont pas des paniers de shopping, mais l analogie est réelle! Lorsque

Plus en détail

SCIENCES CM1. Les reporters. Directrice d édition Sandra Boëche. Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM

SCIENCES CM1. Les reporters. Directrice d édition Sandra Boëche. Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM CM1 SCIENCES Les reporters Directrice d édition Sandra Boëche Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM Auteurs Régis Delpeuch, professeur des écoles Bernard Darley, formateur

Plus en détail

Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal

Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal Commission Réseau Sémantique Universel Étude de cas n 1 : routage postal La meilleure méthode pour mettre au point une méthode étant de la tester sur le plus grand nombre possible de cas concrets, voici

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION

MANUEL D UTILISATION P LAR BOX MANUEL D UTILISATION La nouvelle gamme de coffret de voyage THERMOSTEEL Polar Box offre le meilleur de la technologie électronique. Danfoss alimentateur fourni pour alimenter le réfrigérateur

Plus en détail

GUIDE DE LA CONGÉLATION DE LÉGUMES FRAIS

GUIDE DE LA CONGÉLATION DE LÉGUMES FRAIS GUIDE DE LA CONGÉLATION DE LÉGUMES FRAIS La congélation est un moyen facile et rapide de conserver les qualités nutritives des légumes ayant atteint leur pleine maturité. Les liens suivants donnent accès

Plus en détail

Valorisation énergétique et agronomique des déchets organiques solides et eaux usées

Valorisation énergétique et agronomique des déchets organiques solides et eaux usées Valorisation énergétique et agronomique des déchets organiques solides et eaux usées MANUEL POUR LA CONSTRUCTION, L'ENTRETIEN ET LA GESTION D'UNE UNITE DE METHANISATION Octobre 2015 C.CHESNEAU BIOECO SARL

Plus en détail

Avant 4-5 ans, faites très attention au risque de fausse route avec les cacahuètes, noix, noisettes, amandes

Avant 4-5 ans, faites très attention au risque de fausse route avec les cacahuètes, noix, noisettes, amandes En reportant la valeur de l IMC sur la courbe de corpulence (voir p.49 et p.51), vous pouvez savoir si votre enfant présente un surpoids, ou si sa corpulence a tendance à augmenter trop rapidement. Votre

Plus en détail

Comment distinguer l or d un métal jaune identique? Cette question. Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse»

Comment distinguer l or d un métal jaune identique? Cette question. Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse» CCYCLE 3 YCLE 3 Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse» Cécile de Hosson Éditions Le Pommier, 2009 Objectifs Chaque matériau possède sa propre masse volumique (rapport de la

Plus en détail

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Ce livre blanc examine les résultats de 19 mois d'essai comparatif interlaboratoires entrepris pour vérifier l'état actuel

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage

L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage L'AIR HUMIDE Deuxième partie: Le Séchage Site: http://genie.industriel.iaa.free.fr Le séchage est l'opération ayant pour but d'éliminer l'eau d'un corps humide par évaporation de cette eau. Le corps humide

Plus en détail

très peu de calories riches en vitamines et minéraux source de fibres Inventaire des qualités nutritionnelles des produits normands

très peu de calories riches en vitamines et minéraux source de fibres Inventaire des qualités nutritionnelles des produits normands X. FRUITS ET LEGUMES En Normandie La Normandie propose tout au long de l'année une vaste gamme de légumes frais d'excellente qualité. En effet, la région représente 3% de la production légumière française

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES Desserts lactés frais

TOUT SAVOIR SUR LES Desserts lactés frais TOUT SAVOIR SUR LES Desserts lactés frais SOMMAIRE p.06_ p.08_ p.12_ p.20_ p.22_ HISTOIRE FABRICATION CARACTÉRISTIQUES NUTRITIONNELLES DES DESSERTS LACTÉS FRAIS RÉGLEMENTATION VRAI / FAUX LES DESSERTS

Plus en détail

KILOTECH. KWD 500 Pèse-portion étanche. Mode d emploi

KILOTECH. KWD 500 Pèse-portion étanche. Mode d emploi KILOTECH KWD 500 Pèse-portion étanche Mode d emploi Version 1.0 Révision : Janvier 2006 1 Pèse-portion KWD 500 Merci d avoir acheté une balance KWD 500. Veuillez lire ce mode d emploi attentivement avant

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Les différents types de réfrigérateurs :

Les différents types de réfrigérateurs : Bien choisir son réfrigérateur Les différents types de réfrigérateurs : Réfrigérateur Table Top : Ses dimensions lui permettent de pouvoir se glisser sous un plan de travail (hauteur 85 cm). Vous avez

Plus en détail

Le ciment. volume d un liquide dont la masse volumique (ρ t ) est connue. La masse C

Le ciment. volume d un liquide dont la masse volumique (ρ t ) est connue. La masse C Le ciment TD Masse volumique absolue Objectif de l essai Il s agit de mesurer la masse volumique absolue du ciment anhydre qui varie en fonction de la composition du ciment, tout en restant comprise entre

Plus en détail

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad

UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID. Responsable : Pr. GHOMARI Fouad UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DE TECHNOLOGIE DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL Matériaux de Construction Responsable : Pr. GHOMARI Fouad Les méthodes de formulation du Béton Le béton est un mélange dont

Plus en détail

1.1 Fabrication et propriétés des ciments

1.1 Fabrication et propriétés des ciments Chapitre 1 Les ciments 1.1 Fabrication et propriétés des ciments Ce chapitre concerne essentiellement la fabrication et l utilisation du ciment Portland. Il existe d autres ciments élaborés suivant d autres

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

K85 avec des pneus 650/65 x 30,5, équipement chaux 12-16 m / engrais 12-24 m. K40 avec des pneus 425/65 x 22,5, équipement chaux 12-16 m /

K85 avec des pneus 650/65 x 30,5, équipement chaux 12-16 m / engrais 12-24 m. K40 avec des pneus 425/65 x 22,5, équipement chaux 12-16 m / Ty p e K85 avec des pneus 650/65 x 30,5, équipement chaux 12-16 m / engrais 12-24 m. K40 avec des pneus 425/65 x 22,5, équipement chaux 12-16 m / engrais 12-24 m. K105 avec des pneus 800/65 x 32, extension

Plus en détail

Volume et Masse. 1 - Le volume.

Volume et Masse. 1 - Le volume. Volume et Masse. 1 - Le volume. 1) Définition. C'est la place occupée par une substance qu elle soit liquide, solide ou gazeuse. 2} Unités. L unité de volume est le mètre cube (m 3 ). 1 m 3 correspond

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

Restauration hors domicile en 2011

Restauration hors domicile en 2011 Restauration hors domicile en 2011 Un petit marché avec des opportunités Pour la 3 ème fois, la place de la pomme de terre dans le marché de la restauration hors domicile (RHD) a été analysée sur le marché

Plus en détail

w = Masse.d eau.contenue;dans.le.granulat

w = Masse.d eau.contenue;dans.le.granulat LES MODES OPERATOIRES DU LABORATOIRE GENIE CIVIL GRANULATS TENEUR EN EAU D UN GRANULAT Selon NF... Niveau: PREMIERE et TERMINALE STI GC Plusieurs méthodes de laboratoire permettent la mesure de la teneur

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Strasbourg pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION

LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION Service Hygiène et sécurité LE CHOIX DES GANTS DE PROTECTION Réglementation Fiche 15 Novembre 2011 GENERALITES Conformément à l article L 4121-1 du code du travail, l employeur doit doter les agents d

Plus en détail

Etude de validation de la mesure du taux d humidité de bois déchiqueté grâce à un four à micro-ondes

Etude de validation de la mesure du taux d humidité de bois déchiqueté grâce à un four à micro-ondes MISSION DE PROMOTION DU BOIS ENERGIE EN LOZERE ET DANS LE GARD Etude de validation de la mesure du taux d humidité de bois déchiqueté grâce à un four à micro-ondes Décembre 2010 La Mission de promotion

Plus en détail

PHYSIQUE II A. Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE

PHYSIQUE II A. Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE PHYSIQUE II A Durée : 4 heures SUJET DE THERMODYNAMIQUE (Durée conseillée : 2 heures) PRESENTATION DU SUJET Il était proposé au candidat d effectuer l étude d un système énergétique réel, en l occurrence

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008

RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION. Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 ED/BIE/CONFINTED/48/RN Genève, 7 décembre 2007 Original : anglais RAPPORT NATIONAL SUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉDUCATION Propositions relatives à la préparation des rapports pour 2008 A. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro»

Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro» Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro» 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie 2. PLACE DE L ACTIVITE DANS UNE PROGRESSION Chapitre I :

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail

Réduction de la résistance électrique du dioxyde d étain SnO2 par addition de dopants

Réduction de la résistance électrique du dioxyde d étain SnO2 par addition de dopants Réduction de la résistance électrique du dioxyde d étain SnO2 par addition de dopants 1/43 Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 4 1. Objectifs... 4 2. Techniques expérimentales...

Plus en détail

DESCRIPTION DE COURS. Nom du cours : Mathématiques 8. Nom de l enseignante : Mme Dianne L. Doucet. Année Scolaire : 2009 2010

DESCRIPTION DE COURS. Nom du cours : Mathématiques 8. Nom de l enseignante : Mme Dianne L. Doucet. Année Scolaire : 2009 2010 DESCRIPTION DE COURS Nom du cours : Mathématiques 8 Nom de l enseignante : Mme Dianne L. Doucet Année Scolaire : 2009 2010 1. Description du cours : Le programme de mathématiques de la 8 e année vise à

Plus en détail

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable)

Géomatériaux TD 1. Granulats. 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) Géomatériaux TD 1 Granulats 1. Analyse granulométrique par voie sèche (sur le sable) But de l'essai L'analyse granulométrique permet de déterminer la grosseur et les pourcentages pondéraux respectifs des

Plus en détail

Planéité et stabilité dimensionnelle

Planéité et stabilité dimensionnelle Planéité et stabilité dimensionnelle La planéité et une bonne stabilité dimensionnelle sont des caractéristiques du carton qui revêtent une importance capitale. La bonne planéité ou «forme» de la feuille

Plus en détail

Mesure de la couleur et de la taille du grain d orge pour prédire la qualité. d utilisation finale du malt

Mesure de la couleur et de la taille du grain d orge pour prédire la qualité. d utilisation finale du malt Mesure de la couleur et de la taille du grain d orge pour prédire la qualité d utilisation finale du malt M.J. Edney 1, Marta S. Izydorczyk 1, S.J. Symons 1 et N. Woodbeck 2 Étude conjointe des Services

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

organisme de gestion pour le contrôle des produits en béton Tél. (02) 237.60.20 Fax (02) 735.63.56 NOTE REGLEMENTAIRE NR 017

organisme de gestion pour le contrôle des produits en béton Tél. (02) 237.60.20 Fax (02) 735.63.56 NOTE REGLEMENTAIRE NR 017 PROBETON Association sans but lucratif organisme de gestion pour le contrôle des produits en béton Rue d'arlon 53 - B9 B-1040 Bruxelles Tél. (02) 237.60.20 Fax (02) 735.63.56 e-mail : mail@probeton.be

Plus en détail

Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit. Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation

Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit. Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation Technique sur lit fluidisé pour affinage de produit Séchage, refroidissement, calcination, agglomération, granulation 2 I 3 Technique sur lit fluidisé Traitement produit précautionneux pour les marchandises

Plus en détail

Technologie du béton GCI 340

Technologie du béton GCI 340 Ammar Yahia, ing., Ph.D. Génie civil. Automne 2011 Les granulats à béton - Généralités variables influençant la qualité du béton - Caractéristiques des granulats - Propriétés des granulats à béton - Essais

Plus en détail

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid 7.3 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Le bétonnage par temps chaud Les conditions climatiques ont une grande influence sur la qualité finale du béton. Il convient de se préoccuper de cette sensibilité

Plus en détail

Réaliser ses CIRES GAUFREES GAUFRIER

Réaliser ses CIRES GAUFREES GAUFRIER GAUFRIER 1 Quel intérêt pour l apiculteur de réutiliser ses propres cires : L origine des cires est connue, c est économique (matériel Asapistra en prêt) Comment procéder : La cire d'abeille (notamment

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ DE L ALIMENTATION (Oqali) COMPLÉMENT D ÉTUDE DU SECTEUR DES CÉRÉALES POUR LE PETIT-DÉJEUNER

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ DE L ALIMENTATION (Oqali) COMPLÉMENT D ÉTUDE DU SECTEUR DES CÉRÉALES POUR LE PETIT-DÉJEUNER OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ DE L ALIMENTATION (Oqali) COMPLÉMENT D ÉTUDE DU SECTEUR DES CÉRÉALES POUR LE PETIT-DÉJEUNER Edition 2010 OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ DE L ALIMENTATION (Oqali) COMPLÉMENT D ÉTUDE

Plus en détail