S AFFIRMER AU LIEU DE FUIR, ATTAQUER OU MANIPULER...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "S AFFIRMER AU LIEU DE FUIR, ATTAQUER OU MANIPULER..."

Transcription

1 Table des matières S AFFIRMER AU LIEU DE FUIR, ATTAQUER OU MANIPULER... 2 LA FUITE...2 Les attitudes de fuite dans la vie quotidienne... 2 Les conséquences néfastes de l attitude de fuite... 5 Origine de l attitude de fuite et premières démarches... 5 L ATTAQUE...6 Les attitudes d attaque dans la vie quotidienne... 6 Les phénomènes de renforcement... 8 Conséquences néfastes de l attitude d attaque:... 9 Origines de l attitude et premières démarches LA MANIPULATION...11 Comportements et attitudes typiques des manipulateurs Conséquences néfastes de la manipulation L origine des attitudes de manipulation UNE APPLICATION CONCRETE : S AFFIRMER DANS DES SITUATIONS DE COMMUNICATIONS PARTICULIERES S AFFIRMER AU TELEPHONE...17 FORMULER UNE DEMANDE...18 DIRE NON...19 S'AFFIRMER DANS UNE RELATION DIFFICILE...20 NEGOCIER...21 FAIRE UNE CRITIQUE POSITIVE OU NEGATIVE...22 COMPRENDRE ET PREVENIR LE BURNOUT COMPRENDRE ET PREVENIR LE BURNOUT...25 DEFINITION...25 FACTEURS INDIVIDUELS DU BURNOUT...26 FACTEURS LIES A L'ENVIRONNEMENT OU AU MILIEU PROFESSIONNEL...26 LES STRATEGIES THERAPEUTIQUES...27 MOBBING, SUBIR OU RE-AGIR INTRODUCTION...28 DEFINITION DU MOBBING...28 LE POINT DE VUE D UNE PRATICIENNE...29 MOBING, QUELLES CAUSES? QUELLES RESPONSABILITES?...30 QUELLE PREVENTION QUELLES SOLUTIONS?...32 BIBLIOGRAPHIE...33 BIBLIOGRAPHIE

2 S AFFIRMER AU LIEU DE FUIR, ATTAQUER OU MANIPULER (Tiré de CHALVIN Dominique, «L affirmation de soi», ESF éditeur, Paris) Quand une personne se trouve devant la nécessité de faire face aux réactions des autres, a besoin des autres ou doit régler un désaccord avec d autres personnes, les diverses réactions possibles peuvent être résumées en quatre attitudes typiques 1 : fuir, attaquer, manipuler, s affirmer (être assertif). Les premières attitudes ne donnent pas de résultats très satisfaisants pour régler les problèmes et s assurer des relations heureuses avec les autres. La dernière, être assertif ou s affirmer tranquillement, apporte de meilleures chances de résultats positifs. La description de ces attitudes permet de mieux les comprendre et met chacun en bonne position pour choisir et décider le comportement qui lui semble le meilleur pour lui et les autres dans la situation où il se trouve. Ainsi informé, chacun peut vérifier le bien-fondé de notre recommandation - faire face, être assertif - et l adapter selon les circonstances. LA FUITE La fuite est une attitude d évitement (actif ou passif) devant les gens et les événements: plutôt que s affirmer tranquillement, mais fermement, le «fuyard» préfère se soumettre ou s en aller, même à son détriment, alors qu il aurait la possibilité d agir autrement. Cette impossibilité d être assertif alors que la situation l exige et que l affirmation est possible, amène en général une forte anxiété qui peut se traduire par des insomnies et des maux de tête. Les signes physiologiques les plus fréquents de l attitude de fuite et de passivité sont: se ronger les ongles, faire bouger les muscles de la face en serrant les dents, grincer des dents, tapoter des doigts sur la table, rire nerveusement, bouger le pied, etc. Ces signes extérieurs peuvent être un moyen simple, pratique et rapide, de savoir si vous avez besoin d être plus assertif dans votre vie ou si les personnes de votre entourage en ont besoin. Les attitudes de fuite dans la vie quotidienne La fuite se présente de façon très variée et prend des masques qui peuvent tromper l interlocuteur ou nous tromper nous-mêmes. Connaître toutes les facettes possibles de l attitude de fuite est un outil précieux pour comprendre les autres, mieux se connaître et développer d autres attitudes plus positives. Voici quelques exemples typiques de la vie quotidienne: 1 L analyse détaillée des «défenses sociales» a été faite dans le séminaire de Alex Mucchielli, Les réactions de défense dans les relations interpersonnelles, paru dans cette Colllection. Nous y renvoyons le lecteur. 2

3 la personne surmenée: toujours débordée, agitée, elle marche vite, regarde à peine les gens comme si elle voulait les éviter elle n a jamais le temps..., elle ne peut faire face à tout ce qu elle à faire. la personne bloquée: se sent paralysée dès qu elle a un problème à résoudre, un contact à prendre, une réclamation à faire. Modeste, timide et silencieuse, elle ne fait rien. Elle attend. Mais elle voudrait bien agir et vit sa passivité avec douleur. la «soupe au lait»: elle a l air calme et tout d un coup, ne supporte plus la situation. Elle éclate mais sans aucune efficacité pour résoudre le problème. Elle ferait plutôt rire... ce qui l énerve encore plus. la personne qui temporise: a toujours une bonne raison pour remettre à plus tard ce qu elle doit faire: ne rien décider est sa devise. Au fond elle a peur d agir parce qu elle a peur d aller au-devant d une déception. Elle attend on ne sait quelle catastrophe. la personne velléitaire: commence un travail, mais ne le termine jamais. Pour mieux cacher sa passivité, elle commence plusieurs travaux et rejoint la famille des surmenés... l observateur: témoin ou demoiselle d honneur; cette personne ne participe pas et refuse de prendre parti. Le nouvel observateur moderne aime bien habiller sa passivité de mots savants et d analyses circonstanciées. la personne coupable: porte le poids du monde et cherche sans cesse quelqu un qui veuille bien lui pardonner. Elle s excuse à toutes occasions et ferait n importe quoi pour être purifiée. Elle a tellement le souci de ne pas importuner les autres. l éternel adjoint: personne des coulisses, assistante dévouée, elle ne se sent à l aise qu au second plan. Porte serviette émérite, elle perd pied dès qu elle est mise au premier plan. Elle aime habiller sa passivité de modestie et d esprit d abnégation. l idéologue: sait très bien vous expliquer que le problème est mal posé et qu il convient d y réfléchir dans toute son ampleur. D ailleurs, il ajoute: «pour résoudre ce problème particulier, il n y a rien à faire tant que tout le système lui-même n est pas changé»... En attendant il convient surtout de ne rien faire. la poire: veut tellement être gentille pour se faire bien voir et être aimée qu elle finit par se faire exploiter et que les autres abusent d elle et qu elle continue de se laisser faire. Souvent, une personne coupable se cache derrière la poire. la personne pessimiste: s active beaucoup pour expliquer et démontrer qu il n y a décidément rien à faire et que de toute façon «on» n y arrivera pas... Cette attitude se cumule souvent avec l idéologue et l observateur. Par derrière se cache un fort sentiment d impuissance. 3

4 la personne dépendante ou l assistée: attend tout des autres, des événements ou du système social. Elle est la conséquence classique de l idéologue, de l observateur et du pessimiste. la personne indifférente; souvent habillée d esprit de conciliation, n exprime pas son choix et laisse les autres décider à sa place: «ça m est égal» dit-elle. Et pourtant, des angoisses, rancoeurs ou quelques maux de ventre ou de tête montrent qu elle n est pas si indifférente que ça mais plutôt qu elle n a pas trouvé le moyen heureux d exprimer ses sentiments tout en étant admise socialement. la personne béni-oui-oui: n est pas contrariante toujours d accord pour tout, elle ne supporte pas le conflit. Derrière cette relation harmonieuse, se cache souvent beaucoup de peur de déplaire et de vieilles angoisses. Elle aime dire qu il faut avoir le sens de la discipline. la personne qui se veut irresponsable a toujours un argument, une loi, un texte ou un prétexte pour vous expliquer qu elle regrette bien tout cela mais qu elle n y est pour rien. Existe-t-elle? Elle ne sait pas bien; en tout cas, ce n est pas de sa faute. la personne couarde panique facilement: une vieille peur la tenaille et la paralyse. Il ne lui reste qu à éviter les situations difficiles, les gens avec qui elle n est pas d accord... de toute façon, «elle ne veut pas le savoir»... et elle s en va... «Courage, fuyons» est sa devise... la personne geignarde cherche à se faire plaindre, se pose en miséreuse, «pauvre être humain» qu il n est pas possible d accabler davantage. Ses récriminations continuelles lui tiennent lieu d actes. «Qu attend-on pour?» gémit-elle. Et elle, qu attend-elle? la personne conformiste préfère prendre la couleur de l environnement ambiant. Elle se fait toute petite dans la collectivité et se fond dans le groupe par peur des autres. Pour éviter d être dévorée par son environnement, elle se laisse tout de suite absorber et, par là,... dévorer!... Elle appelle cela réalisme, adaptation ou souci de la collectivité. La plupart des personnes qui choisissent l attitude de fuite se justifie en invoquant des prétextes qui ne sont que rationalisation du refus de s affirmer. Les principaux prétextes invoqués sont les suivants : «Je ne veux pas dramatiser»... «Il faut laisser les gens libres»... «Il faut savoir faire des concessions»... «Je n ai pas envie de me faire mal voir» (ou: «de passer pour un mauvais coucheur»)... «Je ne vais pas être le seul à me plaindre»... «Je n aime pas attaquer les moulins»... «J admets que les autres soient directs avec moi mais j ai peur de les blesser»... «Je fais de même avec eux»... «Je ne veux pas ralentir la discussion par des interventions non constructives»... Pour une femme: «Les femmes sûres d elles sont ressenties comme froides et castratrices». 4

5 Les conséquences néfastes de l attitude de fuite La personne qui ne développe pas une attitude d affirmation de soi alors que la situation l exige et qu elle en a la possibilité, subit les conséquences néfastes de cette attitude de fuite. En prendre conscience encourage chacun à ne plus se laisser faire ainsi. Les principales conséquences habituelles sont: le ressentiment et la rancoeur: au bout d un moment la personne va en vouloir aux autres et va se sentir de plus en plus flouée. de mauvaises communications avec les autres qui ne savent plus exactement ce que vous aimez ou pas, ce que vous souhaitez ou ce que vous rejetez. Ils devinent le ressentiment à leur égard et en souffrent. des gaspillages d énergie: en effet, les forces, l intelligence et l affectivité utilisées à se défendre et à fuir, seraient mieux utilisées à des actions constructives pour soi et les autres. Notre énergie disponible est limitée: ce qui est utilisé à l attitude de fuite ne peut pas l être à l attitude d affirmation de soi. une certaine perte du respect de soi-même : cette attitude de fuite amène la personne à accepter de faire des activités qu elle estime peu, sachant qu elle pourrait peut-être, sinon sûrement, les refuser. une souffrance personnelle: angoisse, malaise, peur, sinon insomnie et maux de tête, accompagnent souvent cette attitude de fuite. Origine de l attitude de fuite et premières démarches Trois origines principales peuvent être distinguées: 1. Une fausse représentation de la réalité de l environnement, en particulier une mauvaise appréciation des rapports réels de pouvoir et d influence est souvent à l origine de l attitude de fuite: chacun fantasme sur le pouvoir de l autre, l imagine beaucoup plus élevé qu il n est, et, en particulier, a la croyance que l autre peut avoir barre sur lui. Une bonne question à se poser pour être assertif: quels sont les rapports exacts de pouvoir et d influence? Jusqu à quel point mon environnement est hostile? Quelle est ma marge d autonomie? En quoi suis-je acteur? 2 Une appréciation réaliste de la capacité d action permet de diminuer la soumission excessive aux autres, l effacement, l inexpressivité et la crainte de l engagement. 2. Une dévalorisation excessive de la situation, qui peut se traduire par une quadruple dévalorisation: dévalorisation de sa capacité à résoudre les problèmes, 2 Cf. la méthode développée dans D. CHALVIN, «L Entreprise Négociatrice», 2 ème éd. 1980, Dunod/Bordas. 5

6 dévalorisation des possibilités de solution, dévalorisation de la gravité des problèmes, dévalorisation de l existence du problème lui-même. Face à cette dévalorisation, créatrice d attitude de fuite, il convient de faire un bilan réel de ses capacités, des possibilités de solution, de la gravité du problème et de son existence. C est la première action à mener, au lieu de se précipiter dans la fuite Le besoin d être apprécié, entouré et aimé développe chez la personne des attitudes de passivité. Une éducation sévère, un environnement particulier difficile et les aléas de la vie ont pu produire une frustration importante. Il faut savoir que ce besoin provoque la tendance à éviter coûte que coûte les conflits, d où démission, capitulation en présence de contradictions ou d opposants. Se choisir un environnement chaleureux, ne pas prendre un métier où les agressions sont fréquentes, travailler à avoir et conserver un bon réseau d amis fidèles, s organiser une famille heureuse, etc., sont autant de voies constructives et pratiques qui mettent en jeu notre énergie pour des solutions heureuses, plutôt que pour des attitudes malheureuses de fuite ou de passivité. L ATTAQUE L attaque est une attitude d agressivité devant les gens et les événements: plutôt que s affirmer tranquillement, mais fermement, «l attaquant» préfère soumettre les autres et les faire plier, même à son détriment, alors qu il aurait la possibilité d agir autrement. L agressif parle interrompt, fait du bruit avec ses affaires pendant qu un autre s exprime. Il a du mal à maîtriser son temps de parole. Il arbore souvent un sourire ironique ou manifeste par des mimiques son mépris ou sa désapprobation. Il aime recourir à des images choquantes ou brutales. Les attitudes d attaque dans la vie quotidienne L agressivité se présente de façon très variée et prend des masques qui peuvent tromper l interlocuteur ou nous tromper nous-mêmes (être agressif sans nous en rendre compte). Connaître toutes les facettes possibles de l attitude d attaque est un outil précieux pour comprendre les autres, mieux se connaître et développer d autres attitudes plus positives. Voici quelques exemples typiques de la vie quotidienne: L autocrate (position hiérarchique dominante). Cette personne a besoin de «casser» ses subordonnés pour asseoir son pouvoir. Elle obtient le consentement par la terreur. Elle recourt volontiers aux «pièges» et aux disgrâces. L insurgé(e) (position hiérarchique subordonnée). Saint Georges pourfendant le dragon de l ordre Etabli, cette personne se sent investie d une mission de dénonciation: toute ouverture de la Direction est un piège; tout raidissement, la preuve de son insondable méchanceté. 3 Cf. sur cette notion de faite, le séminaire de D. CHALVIN, «Les nouveaux outils de L analyse Transactionnelle». 6

7 L esprit de contradiction. Un échange de vues est toujours pour elle occasion de s opposer (à défaut de pouvoir s imposer). Sur le moment, l objet final d une discussion lui paraît bien secondaire à côté de démentis, objections et contre-preuves qui affluent dans sa tête en écoutant l opinion d autrui. La personne qui sabote... «Je vous l avais bien dit». Prophétie funèbre, dont la réalisation est d autant plus probable que notre personne a tout mis en œuvre - paroles, actions, omissions - pour que la catastrophe annoncée se produise effectivement. Un conseil: ne lui confiez pas la réalisation de vos projets. La personne qui veut redresser les torts. Elle a une cause à défendre, une victime et un bourreau à séparer. Lorsque, manifestement, elle se trompe de porte, son plus grand souci est de convaincre le client potentiel de la réalité des sévices qu il endure. La personne mielleuse, trop polie pour être honnête, elle cache mal derrière sa gentillesse excessive une agressivité prête à sortir. La personne sourde aux opinions des autres, bavarde et bruyante: toujours prête à donner son avis... «grande gueule» qu il est impossible d interrompre. La personne revancharde, toujours amère et prête à la vengeance elle tient ses comptes. C est «l Alsace-Lorraine» perpétuelle. La personne timocrate qui assoit son pouvoir sur la peur qu elle distille avec plaisir autour d elle: «la crainte est le commencement de la sagesse» est sa devise. La personne culottée, que rien, ni personne n intimide. Sans gêne, elle abuse des situations qui se présentent. La sentinelle, toujours prête au combat, sur ses gardes. Quand vous l abordez, vous l entendez presque crier «qui va là?». Elle ne pense que rapport de force et bagarre. La personne risque-tout, qui aime relever les défis dangereux et se mettre en première ligne. Quelque peu suicidaire, elle se jette dans la gueule du loup. La personne susceptible cache mal une profonde frustration qui la rend hypersensible. Elle supporte mal la moindre contrariété et s emballe tout de suite. La personne solitaire, qui se protège des autres en mettant une distance. Elle n aime pas les contacts et s ennuie vite avec quelqu un. La personne ostentatoire qui écrase les autres de sa présence. Fort peu «transparente» elle a tellement peur de ne pas avoir sa place, qu elle aurait tendance à prendre la place des autres. 7

8 La personne prétentieuse..., qui se croit supérieure aux autres et les écrase de sa science ou de son expérience... Si sa compétence était évidente, elle n aurait sans doute pas tant besoin de la mettre en avant... L arriviste qui ne pense qu à sa carrière au détriment des autres. «C est lui ou c est moi» aime-t-il dire souvent. Jeune loup ou jeune louve, ces personnes se font vite repérer et détester. La personne dévalorisatrice: c est plus fort qu elle, tout de suite son regard perce le défaut chez l autre, l imperfection de la réalisation. Elle est incapable de voir l aspect positif des gens ou des situations. La personne intolérante: grand inquisiteur, procureur sans faiblesse, elle juge, tranche, condamne et envoie au goulag toutes celles qui ne sont pas de son avis. Le calamar qui envoie son encre pour se protéger des autres: attaquer pour ne pas être attaqué ou se défendre par l attaque lui paraît la seule relation possible. La personne persécutrice a l air de prendre un «malin plaisir» à brimer les autres et à leur faire mal. La personne méprisante: prenant souvent un air hautain et blasé, capable d ironies cinglantes, elle aime faire des phrases méchantes mais si intelligentes, que d aucuns les répètent avec délices. Le problème n est pas traité, mais l autre est à terre, c est ce qui lui importe. Pourquoi croit-elle que le seul moyen d être grand, c est de rapetisser les autres. Pour développer ce genre d attitude, l agressif avance de nombreux alibis. Voici un échantillon de phrases entendues: «Dans ce monde, il faut savoir s imposer»... «Je préfère être le loup plutôt que l agneau»... «Les gens aiment se faire mater par un tempérament fort»... «Si je n avais pas appris à me défendre, il y a longtemps que j aurais été dévoré»... «Les autres sont des imbéciles»... «Les autres sont des salauds»... «Seuls les faibles et les hypersensibles peuvent se sentir agressés». Les phénomènes de renforcement L attaque est victorieuse: l agressif augmente tout naturellement sa confiance en l efficacité de sa méthode, sans se rendre compte des dégâts psychologiques qu il provoque autour de lui et qui ressortiront un jour, dès que les rapports de pouvoir seront moins à son avantage. Les cercles d autorenforcement Il existe plusieurs systèmes de renforcement: 8

9 l attitude d attaque peut provoquer de la passivité ou une soumission apparente chez la personne agressée. Naïvement, l agressif se met à avoir confiance en l efficacité de sa méthode et la poursuit de plus belle, provoquant une passivité encore plus grande ou des désirs de vengeance inavouée de plus en plus intenses... l attitude d attaque peut aussi provoquer une contre-attaque de la personne agressée. Nous sommes en situation de duel. Deux cas se présentent alors: ou bien, l agresseur gagne et la confiance qu il a en sa méthode agressive se renforce. ou bien l agresseur perd et se trouve frustré de sa victoire, ce qui le rend encore plus agressif et lui donne l envie d une revanche. Les cercles vicieux d autorenforcement de l attitude d attaque 1 2 Attitude d attaque Passivité Contre-attaque de l agressé Domination de l agresseur Défaite de l agresseur FRUSTRATION, DESIR DE REVANCHE 3 Conséquences néfastes de l attitude d attaque: La personne qui ne développe pas une attitude d affirmation de soi alors que la situation l exige et qu elle en a la possibilité, subit les conséquences néfastes de son attitude agressive. Il faut en prendre conscience. Les principales conséquences habituelles sont : le retour de flamme ou la revanche ou l agressivité des personnes concernées envers la personne agressive. L attaque appelle l attaque. Dès que l occasion va se présenter, l agressif trouvera une autre personne agressive devant lui. l efficacité apparente: Quand les rapports de pouvoir sont favorables à la personne agressive, celle-ci s imagine avoir gagné parce qu elle a été agressive. En fait, elle a gagné, parce qu elle se trouve en meilleur 9

10 rapport de force; elle n avait pas besoin d utiliser une attitude d attaque, de toute façon, elle était déjà la plus forte. Son attitude n a pu que provoquer un fort désir secret et caché de se venger un jour. Et cette agressivité sortira dès que les rapports de force changeront. Et, dans notre société, les rapports de pouvoir sont moins stables qu autrefois. L agressif ferait bien d être prudent et de songer au «retour de flamme». le mépris ou la désapprobation: Si la personne qui est l objet de l attaque, n a pas la possibilité d attaquer ou de se venger, étant en position de faible pouvoir, elle ne peut que développer mépris et désapprobation vis-à-vis de celui qui attaque agressivement. Peu à peu, l agressif perd toute amitié, toute considération et tout amour. la souffrance d être mal aimé: Le besoin d être aimé, respecté, considéré, est profond chez chaque individu. S il n est pas satisfait, la frustration est grande. Des maux somatiques se manifestent. La personne agressive souffre et est malheureuse. le manque d information utile: Les agressifs provoquent l attitude de fuite devant eux. Personne ne leur dit plus rien, de peur de se faire mal voir. Chacun prévient l autre qu il convient de ne pas contrarier l agressif. Les communications avec les autres s estompent et s amenuisent. L agressif n est plus informé par les autres et son environnement. Il devient un aveugle, qui ne peut que se heurter aux autres. gaspillage d énergie psychologique: Toutes les attitudes d attaque, quelles que soient leurs diverses formes, supposent une forte dépense d énergie qu il conviendrait mieux d utiliser à l affirmation de soi, qui ne provoque ni retour de flamme, ni efficacité apparente, ni mépris ni désapprobation. Pour sortir de ces cercles vicieux, il convient de dévoiler les origines de l attitude de fuite, ce qui permet de commencer quelques actions positives qui ne provoquent pas la passivité, qui ne donnent pas de victoire dominatrice, et qui n apportent pas de désir de revanche. C est la découverte qu une action, simple et modeste au début, permet de répondre à la situation fermement mais sans agressivité, c est-à-dire sans provoquer passivité, domination ou revanche et tous les ennuis décrits plus hauts. Cette découverte positive renforce le désir de la reproduire (cf. le schéma positif de la contre-passivité). Origines de l attitude et premières démarches Une personne qui développe une attitude d attaque, le fait en espérant régler le problème de relation qui se pose à elle. En fait, la faible efficacité de cette attitude peut s expliquer par certains ressorts profonds qui sont à l origine de cette façon de faire et qui ont peu de chose à voir avec la situation actuelle à laquelle la personne veut pourtant répondre en agissant ainsi: repérer quelles causes ont pu nous conditionner est déjà une première démarche importante pour diminuer la fréquence de cette attitude Cf. D. CHALVIN ET F. EYSETTE, «Comment sortir des petits conflits du travail?» Dunod / Bordas,

11 un taux élevé de frustration dans le passé met la personne en position d être frustrée facilement à la moindre difficulté, laquelle sera grossie exagérément et vécue comme une attaque. Diminuer ce taux de frustration en prenant soin de soi, en se donnant l occasion de satisfactions fréquentes et en diminuant les moments de frustration est la bonne voie du changement. Il ne faut pas «faire les malins», il faut reconnaître sa propre fragilité. une peur latente, présente dans la personne, réapparaît à la première occasion et augmente le sentiment d agression provoquée par la situation. Cette peur de l autre est souvent liée à des expériences anciennes. Les comprendre, les retrouver et oser exprimer tranquillement cette peur est une première démarche (cf. plus loin, les méthodes «assertiveness» d expression des sentiments). Cette peur peut être précisée et décrite, autre bon moyen pour l utiliser utilement et empêcher l attitude d attaque de se développer inconsidérément. Cette peur est souvent due à la crainte d être écrasé par un rapport trop direct, fantasme fréquent. Ou bien, la personne s imagine que le groupe va la broyer et qu il convient de se l approprier très vite par l attaque, avant d être «dévoré» par le groupe - le groupe est la cage aux fauves, donc, l animateur de la réunion doit être un dompteur. Constater que le groupe n est pas cette cage est une démarche pour ne pas être agressif. un désir de revanche, désir latent et peu conscient, crée une attitude agressive. Tout de suite, la personne se met pour un rien en position de rivalité. Manifestement, elle continue de régler de vieux contentieux par tiers interposés et ce n est pas son partenaire actuel que la personne agresse, mais un autre, qu elle a connu autrefois et avec qui elle continue de régler de vieux comptes. Savoir cela fait recevoir l agression de cette personne avec beaucoup plus de philosophie et de calme. Savoir cela aide à comprendre pourquoi certaines personnes nous rendent agressives et permet de vivre l événement avec plus de distance, donc moins d agressivité. LA MANIPULATION Le «manipulateur» se veut habile et machiavélique. Il ne craint pas de tenir des discours différents selon les interlocuteurs. Il aime parler bas et par ellipse... «On pourrait nous entendre» dit-il. Il se tient en général en retrait quand il y a débat et son activité s intensifie lors des interruptions de séance. Il raisonne au 2 ème degré et cherche toujours «par derrière» les interprétations, ne croyant pas à l information directe. Souvent il se présente comme un intermédiaire utile, sinon indispensable. Ce n est jamais lui qui est vraiment responsable; il ne fait que tirer les conséquences d une volonté autre que la sienne... Telle se présente souvent la personne qui estime que le meilleur moyen de s en tirer avec les autres, est de les manipuler. Physiquement, elle prend souvent des airs de personnage de théâtre: elle joue un rôle. On ne sait jamais, si elle dit vrai ou faux. Elle apparaît «truquée» sinon cabotine. Elle commence souvent ses phrases par... «franchement...», «ne tournons pas autour du pot...»,... pour que l autre se livre et baisse la garde. 11

12 Manipuler, c est ne pas annoncer ses objectifs, ou au moins ne pas être clair sur ses objectifs. Cette attitude s accompagne souvent d un grand luxe de détails sur les moyens employés. La manipulation prend des formes variées. Comportements et attitudes typiques des manipulateurs Flatter et séduire Les gens ne marcheraient jamais si on ne les mettait pas en situation. Le rapprochement avec les autres doit être tactique pour réussir: il faut plaire et flatter, si l on veut plaire et être flatté. Les efforts que fera la personne pour arriver à ses fins peuvent être fantastiques. Mais, le but à peine atteint s échappe souvent... Séduite peut-être, la personne se sent vite manipulée et par là «flouée» de la vraie relation qu elle espérait. Dévaloriser Ceci permet de «déstabiliser» l autre, surtout s il manque un peu d assurance ou s il se trouve déjà en position de faiblesse. «Faire perdre la face» à l autre en mettant les rieurs de son côté est une attitude classique pour manipuler. Un humour dévalorisateur, assorti de petites phrases qui font montre d intelligence et de culture, semble être encore en France pour certains, le fin du fin de l art politique. Ce n est hélas que manipulation triste, sans grande efficacité pour résoudre les problèmes. Le dévalorisé, plein de rancoeur, ne cherche que la revanche. Exagérer et caricaturer La méthode est simple: partir de l information émise par l autre, n en retenir qu un aspect, l exagérer et le caricaturer, en faisant croire que ce qui est dit, n est que le reflet sincère et objectif de l information émise par l autre... Répéter cette information ainsi défigurée et la manipulation est réussie, avec les conséquences désastreuses habituelles. Simuler et fabuler «Mentez... mentez...», disait Voltaire, «il en restera toujours quelque chose». La simulation est un instrument classique de la manipulation. C est une vieille réminiscence de l enfance, premier moyen d exister en dehors de ses parents. Moyens du faible pour écraser plus faible que lui ou pour se défendre de responsabilités trop lourdes en niant les faits et la réalité ou en inventant des histoires pour arranger la réalité à sa guise. Mais il est bien rare que la réalité se laisse longtemps faire et elle se venge un jour ou l autre. La personne peut elle-même jouer l histoire, en simulant un personnage ou un rôle. Masque et camouflage sont les panoplies de la manipulation. Les relations répétées avec les personnes d un même milieu font vite tomber «masque et camouflage». Conspirer Elle est dans les secrets des dieux. Elle révèle à demi-mots des demi-vérités et en laisse sous-entendre bien davantage. Fabricante de bruits et rumeurs, en tous genres elle entend actionner le levier des rancunes et des ambitions. Il est plus habile de créer des conflits au moment opportun que de réduire les tensions existantes. 12

13 Combiner Tout jeu consiste pour cette personne à savoir en tourner les règles. La subtilité du système D n est-elle pas la réponse la plus adéquate à l existence de règles que leurs auteurs ont bourrées d arrière-pensées? Le monde étant divisé en «gagas» et en «malins», elle propose à ces derniers des combines usées en échange de tuyaux frais. A malin, malin et demi. Il y a bien des recettes en cuisine, pourquoi pas en société? Il faut savoir tirer parti du système, au lieu de se faire avoir, comme les stupides. Mettre en scène Cette personne offre ses talents en présence de publics difficiles. S agit-il de convaincre un client réticent, d assouplir un partenaire peu conciliant? La voici prête à élaborer une mise en scène, à échafauder des scénarios et à distribuer des rôles. Elle seule possède toutefois le script dans son intégralité. Intercéder Elle connaît «qui il faut, là où il faut». Elle a ses entrées et ses sorties. Ne vaut-il pas mieux faire un topo direct au décideur que de convaincre intellectuellement ses experts? A lui donc la diplomatie à l ancienne et à ses collègues, ces obscurs scribes coupés du monde, l instruction besogneuse des dossiers. Culpabiliser Son arme est la culpabilité. Elle en joue avec une subtilité consommée, sachant l art et la manière d exploiter le fond de traditions, convictions, interdits et scrupules dont chacun de nous est dépositaire. La terre d élection du chantage moral est évidemment la cellule familiale et, par voie de conséquence, ses substituts professionnels (l entreprise «grande famille»). D ailleurs la personne prend des airs de sauveur et ajoute: «je fais cela pour leur bien»... Le degré le plus élevé est de rendre l autre coupable de ses propres systèmes de valeurs personnels. Alors, que lui laisse-t-on et que lui reste-t-il pour être une personne apte à décider et agir? Manipuler l autre en ce cas revient à le supprimer. Enrober Sa mauvaise conscience l empêche d être directif ou de mettre les points sur les i lorsque la situation l impose. Elle a besoin d enrober d utiliser des pratiques indirectes, de laisser s accomplir de petites catastrophes dans l espoir d amorcer un apprentissage, de compter sur le «surmoi» des autres... Jouer la franchise Cette personne commence ses phrases par «Parlons franchement... Vous pouvez être en confiance avec moi... Disons-nous tout...». Elle aime employer le «nous» et elle prend des airs engageants. Cette personne peut être réellement franche, mais cela est rare. La simulation plus ou moins consciente est l attitude la plus fréquente qui se cache derrière ce beau comportement. Il faut attendre pour juger, selon la suite. 13

14 Manipuler inconsciemment De nombreuses personnes développent ces attitudes (en particulier culpabiliser l autre sur ses propres valeurs pour le faire agir dans 1e sens désiré) sans se rendre compte qu elles manipulent. En général, ces personnes sont pleines de bonnes intentions et ne voudraient pour rien au monde manipuler les autres, attitude qu elles réprouvent. Si vous leur dites qu elles manipulent, elles en sont fort étonnées: ce sont des personnes qui manipulent «honnêtement» sans s en rendre compte. Il existe plus de maladresses dans les relations humaines courantes que de manipulation. Mais elles sont vécues, reçues par les autres comme des manipulations stratégiques conscientes et provoquent les mêmes résultats néfastes: passivité, rébellion, méfiance, discrédit moral, perte de temps, etc. Conséquences néfastes de la manipulation La manipulation reste relativement efficace quand les différences de pouvoir et de capacité d influence sont très grandes: le savant et l ignorant, le riche et le pauvre, le fort et le faible, etc. Mais alors pourquoi utiliser la manipulation puisque, de toute façon, la personne a le pouvoir d imposer sa volonté sans l accompagner de manipulation. En ce cas, la stratégie de manipulation reste peu efficace, car elle met la personne en situation d être mal aimée, mal appréciée, disqualifiée moralement. En effet la personne qui manipule perd toute crédibilité à mesure que ses trucs s éventent. Elle se prend à ses propres pièges. Les gens se méfient de plus en plus et cette personne est mise sur la touche 5. Objectifs Moyens Relations Pouvoir Population peu évoluée Population évoluée Valeur morale reconnue MANIPULATION Obscurs Clairs Dépendance Contre dépendance Différent Efficacité possible Efficacité très faible Faible INFLUENCE Clairs Obscurs Négociation Frottant Efficacité possible Efficacité forte Forte La manipulation reste l arme efficace du sous-pouvoir, du mépris et des moments où une personne se trouve sans pouvoir. En ce cas, elle ne peut développer un comportement d affirmation tranquille, style «assertiveness»... il ne lui reste en effet que passivité ou manipulation... comme nous l avons dit au début. Mais, comme l a fort bien montré Michel Crozier 6, dans la vie quotidienne normale les moments sont rares où l individu ne peut pas ETRE ACTEUR. 5 Cf. D. CHALVIN, «L entreprise Négociatrice», op. ct. 6 M. CROZIER, «L acteur et le système», Ed. du Seuil,

15 Les trois conséquences les plus néfastes de la manipulation chez les manipulés sont: la passivité: se sentant plus ou moins consciemment enfermée par la manipulation de l autre, la personne devient soumise et passive. Certes, le supérieur se sent habile psychologue, mais il s étonne naïvement, du peu d initiative et du faible sens des responsabilités de ses collaborateurs. la rébellion et la revanche: après s être fait «avoir» une fois, la personne développe du ressentiment et devient agressive dès que les rapports de pouvoir et la vie sociale le permettent: c est l heure de la revanche. Et le pseudo-habile manipulateur s étonne de tant d agressivité. la méfiance: de toute façon la confiance est rompue, et la personne va interpréter systématiquement tous les comportements peu clairs, comme des manipulations. Le temps passé (et finalement perdu) en manipulations réciproques coûte très cher et rapporte peu aux intéressés qui finissent par se repérer et déjouer ces manipulations. Après beaucoup d efforts et de temps, chacun finalement se retrouve au même point. Or le problème doit être résolu, le compromis trouvé ou la décision prise appliquée. Etant donné le niveau de scolarisation des personnes, le mépris moral dans lequel est tenue la manipulation, la proximité des gens, la durée des relations (chacun doit se revoir, et pendant des années...), les faibles distances de pouvoir les méfiances de plus en plus grandes des communautés vis-à-vis de leur supérieur, les vieux sentiments de rancune envers ceux et celles qui les ont manipulés et floués,... pour toutes ces raisons, la manipulation apparaît comme un moyen de plus en plus dérisoire d établir des relations avec les autres. Et pourtant, la manipulation continue d être employée... Pourquoi?... L origine des attitudes de manipulation... En effet, dissimulation, insinuation, brouillage de cartes et culpabilisation continuent d apparaître utiles et nécessaires. Comme papa et maman... Chacun se souvient de ses parents et les imitent, reprenant à son compte les vieilles méfiances et les antiques mépris: «Il est trop jeune, elle n est pas capable», «il ne supportera pas... elle ne peut pas comprendre», «Si tu n es pas sage, tu seras puni»... «Tu me fais de la peine»... etc. Pour une bonne part, l éducation traditionnelle n est qu une immense manipulation permise, réglementée, élevée au rang de système moral. Mentir aux enfants n est pas mentir... peut-être... En tous cas, les enfants devenus grands s en souviennent et, inconsciemment, pensent que pour avoir du pouvoir il faut manipuler. Car les premiers pouvoirs qu ils ont connus, leurs parents, étaient de fameux manipulateurs. Réaliser qu en manipulant, chacun ne fait qu imiter ses parents, alors que la situation à régler est bien différente et que les critiques envers les parents ne manquent pas en général, est une première démarche vers l affirmation tranquille de l assertiveness. 15

16 Vieilles croyances La croyance en l efficacité de la manipulation s appuie sur d autres croyances, telles que: - On ne peut faire confiance qu aux saints. - Etre franc et direct c est une idée de boy-scout. - Il est plus facile d agir par personne interposée. - Les autres sont mûs par des mécanismes simples dont il est facile de tirer parti pour arriver à ses fins. - Il est possible de prendre autrui au piège sans qu il s en aperçoive. - Le face à face est toujours moins riche de possibilités que l action indirecte. Voilà quelques éléments du catéchisme de la manipulation. Analyser point par point en quoi chacune de ces affirmations est fausse, en quoi dans le cas où l on a envie de manipuler elles sont fausses est un premier pas vers l affirmation positive de soi. 16

17 UNE APPLICATION CONCRETE : S AFFIRMER DANS DES SITUATIONS DE COMMUNICATIONS PARTICULIERES S AFFIRMER AU TELEPHONE Prenons l exemple suivant: Evelyne passe le week-end dans l'appartement de son frère, à Paris, pendant que celui-ci est à Rome. Le dimanche soir, elle constate que l'appartement a été cambriolé et la serrure forcée. Elle fait ouvrir par un serrurier, changer la serrure pour refermer, et cherche alors un moyen de prévenir son frère pour qu'il puisse récupérer la nouvelle clé chez elle au lieu d'aller directement chez lui. Elle appelle le standard de l'aéroport d'orly. Allo, bonjour Madame, Evelyne B..., je vous appelle en raison d'un problème personnel grave: je cherche à faire passer un message à l'arrivée à un passager du vol AF xxx. Pouvez-vous m'aider? Le personnel de l'aéroport est en grève, je ne devrais même pas vous répondre. Je vous remercie de l'avoir fait. Voilà mon problème: le passager a été cambriolé, la serrure a été changée, et je souhaiterais le faire prévenir de l'endroit où il peut aller chercher la nouvelle clé. Oh là là... Pas simple votre problème... Je m'en doute. Vous pensez pouvoir m'aider à trouver une solution? Je ne devrais pas. Nous sommes en grève vous savez. Je sais... Mais ça serait très chic de votre part si vous pouviez trouver une solution? Je ne devrais pas, mais je vais essayer de vous passer le personnel d'accueil, s'il y a quelqu'un......nouvel exposé du problème Nous sommes en grève, je ne peux rien faire pour vous. Ne pourriez-vous pas faire passer un message à Rome, demander à mon frère de m'appeler avant d'embarquer? Il embarque dans une heure environ. C'est très difficile. Je m'en doute, mais cela nous rendrait vraiment un grand service. Je vais voir ce que je peux faire: laissez moi votre numéro à tout hasard. Vous êtes vraiment très aimable. C'est rare de tomber sur quelqu'un d'aussi compréhensif, et je vous remercie vraiment de ce que vous pourrez faire. Je ne vous promets rien, vous savez. Je sais, mais je compte sur vous tout de même. Je vais voir... Au revoir Madame. Vingt minutes plus tard, son frère appelait de Rome après avoir été averti par une annonce faite dans l'aéroport. Dans le cadre professionnel les premiers contacts se font souvent par téléphone; selon la maîtrise que l on en possède, nous serons capables de l utiliser avec aisance et d arriver à nos fins. La communication par téléphone a ceci de particulier que le non verbal en est exclu., quoiqu'il 17

18 soit reconnu que les sourires "s'entendent"! Les quelques attitudes suivantes permettent de développer l affirmation de soi dans cette situation. 1) Préparer son appel Cela signifie savoir précisément qui l'on cherche à atteindre, quels sont les buts du téléphone, et ce que l on veut dire, ainsi que ce que l on souhaite absolument faire passer. Il peut être utile de prévoir les difficultés ou imprévus qui peuvent survenir ainsi que la manière avec laquelle on va réagir (correspondant absent ou occupé, répondeur, etc ). La "règle de base" étant de garder son calme, de rester courtois en toute circonstance, et de rester ferme dans ses propos. 2) Ne pas répondre au téléphone pendant une période définie En d'autre termes, ceci implique de se donner le droit de travailler une heure par exemple sans être dérangé. Ce comportement ne génère pas les catastrophes que l'on veut parfois lui attribuer et permet à celui qui le fait d'avancer rapidement dans sa tâche et de développer, par là même, un sentiment important de satisfaction. 3) S'entraîner à répondre que l'on est occupé! Afin de préserver son temps de travail dans certaines circonstances particulières, il est avantageux d'informer son interlocuteur que l'on est occupé et de lui demander à quel moment il est possible de le rappeler. 4) Prendre des rendez-vous téléphoniques Pour ceux qui sont soucieux d'efficacité, le rendez-vous téléphonique planifié à l'avance sera un gain de temps considérable ( pas de déplacements, pas d'attente, pas d'intermédiaires). Il nous semble particulièrement efficace entre des personnes qui se connaissent bien en termes de collaboration. FORMULER UNE DEMANDE Il est surprenant de voir combien nous dépensons d'énergie pour rechercher seul des informations complexes que nous pourrions trouver auprès de collègues ou de relations mieux placées que nous dans un domaine spécifique. Il entre dans le cadre d'une démarche assertive de leur demander des informations, des opinions ou des références. Une composante essentielle de l'affirmation de soi est la "franchise" de savoir énoncer sans complexe son ignorance de certains domaines, ce qui ne veut pas dire une incompétence à progresser vers une solution adaptée. Ce type de démarche fait gagner un temps considérable tel que le démontre l'exemple cidessous: Responsable de formation, François recherche, pour l'un de ses collaborateurs, un stage de formation de formateurs. Il a très peu d'information sur ce type de stage, sinon qu'ils sont généralement de longue durée (deux ou trois semaines), et de qualité très inégale selon les organisateurs. François connaît, par ailleurs, de nombreux animateurs dont la plupart ont suivi ce type de stage. Plutôt que d'interroger lui-même plusieurs organismes de formation choisis 18

19 plus ou moins au hasard (démarche directe, onéreuse en temps, et dont l'efficacité n'est même pas certaine), François préfère interroger quelques uns de ces formateurs mieux informés que lui sur ce point (démarche directe par le biais d'une demande d'aide: gain de temps et meilleure efficacité). Après quelques appels téléphoniques, François dispose d'une bonne information de base pour sélectionner lui-même l'organisme à retenir: les noms et adresses de trois cabinets qui organisent deux fois par an ce type de stage, et deux vives recommandations pour le choix de l'un d'entre eux. Sur un autre plan, on pourrait multiplier les exemples de demandes plus ou moins délicates à formuler auprès de la hiérarchie; changement d'horaire, travail à temps partiel, augmentation de salaire Formuler ses demandes assertivement nécessite les stratégies suivantes: 1) Savoir ce que l'on veut "More than two objectives is no objective". 2) Exprimer clairement sa demande La peur de demander conduit souvent à compliquer ou à diluer exagérément son discours. Rester simple dans l'expression permet d'être plus efficace. 3) Parler à la première personne. Pour exprimer, un sentiment, une opinion personnelle, l'emploi du pronom je en début de phrase donne à l'expression un sens sensiblement différent. L'emploi du je traduit la prise en charge du problème, l'implication de celui qui parle et le caractère personnel de l'opinion personnelle. DIRE NON Apprendre à dire "Non" à un supérieur représente un des aspects les plus difficile de ce type de situations; L'exemple ci-dessous démontre cependant à quel point une telle attitude, lorsqu'elle est justifiée, contribue à la bonne marche de l'entreprise: Pierre est responsable d'un gros système informatique dans une P.M.E. A la suite d'un audit, il est informé de l'adoption par la Direction Générale d'un projet visant à l'installation d'un réseau de micro-ordinateurs reliés entre eux, qui aura pour résultat l'abandon du gros système. Le Directeur Général lui demande de prendre en charge ce projet. Pierre est un informaticien de la première génération. Il n'a suivi que de très loin la fulgurante progression de la microinformatique, et se sent tout fait incapable de mettre en place le nouveau réseau, même avec l'aide de consultants extérieurs. Il réfléchit beaucoup avant de dire non, «craignant que son poste ne soit supprimé au profit d'une embauche extérieure. Après avoir finalement pris la décision de dire non», il s'est vu proposer d'embaucher lui-même un collaborateur compétent dans les domaines de la micro et des réseaux, et de profiter de la période de mise en place (un an) pour se perfectionner lui-même dans ces domaines. Cette attitude assertive lui a permis de mener à bien le projet, ce qu'il n'aurait jamais pu faire en disant «oui à la première proposition. Pour accroître son assertivité dans une situation où l'on veut ou souhaite dire non, un certain nombre d'étapes sont à respecter. 19

20 1) Ne jamais dire "non" sur un coup de tête Plus la décision est importante, plus il convient de la prendre après réflexion; il est toujours possible de se donner le droit de demander du temps de réfléchir 2) Préparer et argumenter son refus L'interlocuteur doit pouvoir comprendre la décision à la lumière d'explications logiques 3) Ne pas confondre explication et justification Lorsque l'on tente de se justifier, c'est souvent lorsqu'on estime une décision mal fondée ou que l'on ne se donne pas le droit d'avoir ses propres sentiments, opinions ou réactions 4) Séparer l'objet du "non" et l'interlocuteur 5) Garder le contact et la relation par le sourire et tout le comportement non verbal. 6) Utiliser le silence Un silence donne plus de poids à votre décision S'AFFIRMER DANS UNE RELATION DIFFICILE Il peut arriver que l'on soit confronté à un comportement d'autrui difficilement supportable, (manipulatoire, envahissant, orgueilleux, etc ). Face à ce type de situation, l'affirmation de soi propose une démarche en 3 phases: 1) Décider de s'attaquer au problème 2) Ne pas faire de reproches, mais exposer objectivement la situation et les sentiments qui y sont liés. 3) Demander l'accord de l'interlocuteur pour rechercher et appliquer des solutions en communs. L'exemple ci-dessous reproduit cette stratégie: Philippe, aide-comptable, partage depuis trois mois un bureau avec trois de ses collègues. Très peu communicatif, il n'a jamais rien dit de sa vie personnelle. Alors qu'auparavant l'atmosphère était plutôt détendue, elle est jugée de plus en plus pesante par Josiane qui assiste à l'un de nos stages, et choisit ce cas pour mettre en œuvre une solution. Les trois phases prévues sont les suivantes: elle prend la décision de parler à Philippe dès qu'elle se trouvera seule avec lui, ce qui arrive assez souvent le matin tôt; son discours s'orientera autour du thème suivant: «Tu parles très peu et je ne sais rien de toi, ce qui me gêne. Du coup, je n'ose pas te parler non plus, et je le regrette"; Si tu es d'accord, je te propose que nous fassions chacun un effort pour entamer un vrai dialogue. Je pense que nous y gagnerons tous les deux.» De retour en stage après trois semaines d'interruption, Josiane nous fait part du résultat de sa démarche: Elle a rencontré Philippe un matin tôt, et lui a fait part de ses intentions. Philippe a eu l'air à la fois soulagé et paniqué. Refusant de parler de lui au bureau, il a proposé un déjeuner pour discuter tranquillement. Au cours de ce déjeuner, Josiane a appris que Philippe était en instance de divorce, demandé par sa femme, et qu'il supportait très mal cette situation. Il avait depuis peu entamé une psychanalyse, et se sentait coupable envers le monde entier. En fait, Philippe a beaucoup apprécié la démarche de Josiane, et communique à peu près normalement avec elle depuis lors, mais lui a demandé de garder pour elle 20

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES Pourquoi dire non? Savoir dire non est indispensable pour me protéger, poser mes limites face aux autres et éviter de me laisser envahir par des demandes abusives. Quand les autres envahissent mon territoire

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Harcèlement psychologique

Harcèlement psychologique Harcèlement psychologique Bienvenue dans la section sur le harcèlement psychologique. Vous trouverez dans cette section toute l information requise pour répondre à vos questions. Du nouveau! Du nouveau!

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations?

Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations? «Colloque Scientifique des Assises Sport Prévention Santé 2014» Session 1 «Performance : préparation mentale et santé du sportif» Préparation mentale, santé et bien-être : quelles relations? ü Jean Fournier

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte Paroles et gestes au quotidien Intervenante : Marilyne TEXIER : Educatrice de jeune enfant. Formatrice à L Ecole des Parents 74 + Médiatrice familiale.

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

Guide Confiance en soi

Guide Confiance en soi Guide Confiance en soi Phase Être en relation avec soi Guide.Confiance-juillet 2014.doc 27-07-14 Ce document, créé par ÉCOUTE TON CORPS, est destiné pour votre usage personnel seulement. Seuls nos diplômés

Plus en détail

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008.

LA SANCTION. D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. LA SANCTION D après les interventions de Mr ORDRENNEAU Albert, enseignant spécialisé et formateur IUFM Lorraine - Formation CAPASH, 2007-2008. Comment se règle la question du rapport à la loi et de la

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

Catalogue des formations intra entreprise 2015/2016 ****************

Catalogue des formations intra entreprise 2015/2016 **************** Catalogue des formations intra entreprise 2015/2016 ****** Communication /Efficacité professionnelle AF1 - S affirmer dans ses relations professionnelles : Initiation à l assertivité Durée AF2 Maîtriser

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

Elaborer des règles principes généraux

Elaborer des règles principes généraux Elaborer des règles principes généraux ELABORER DES REGLES Elaborer des règles de vie, permettre aux élèves de leur donner du sens, les rendre lisibles par tous, les faire respecter et envisager des sanctions

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Séminaire «Répondre au téléphone et tenue du bureau»

Séminaire «Répondre au téléphone et tenue du bureau» LE TELEPHONE Répondre au téléphone réunit plusieurs paramètres: Un contexte Un message Une relation 1 Le contexte Pouvoir entendre son interlocuteur endroit calme, silencieux. Le téléphone sonne alors

Plus en détail

S affirmer dans l entreprise

S affirmer dans l entreprise S affirmer dans l entreprise Cours du 3 décembre 2012 Philippe BARAN Objectifs Gérer les situations de stress et de tension Gérer les conflits S affirmer et développer sa confiance en soi 2 2 2 Gérer le

Plus en détail

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP

ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP ACADEMIE INTERNATIONALE D APPRENTISSAGE PAR LA PRATIQUE No. 142204-LLP-1-2008-1-LT-GRUNDTVIG-GMP Ce projet est financé avec l aide de la Commission européenne. Le matériel de formation ne reflète que les

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

COMPORTEMENT ET DISCIPLINE

COMPORTEMENT ET DISCIPLINE COMPORTEMENT ET DISCIPLINE Le comportement des enfants a plusieurs origines. Il n est pas attendu qu une semaine de camp peut régler tous les problèmes de comportement. En tant que moniteurs, vous devez

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Opinions, faits, sentiments

Opinions, faits, sentiments Opinions, faits, sentiments Les messages que nous recevons, de proches, d adultes, de la télévision, des livres, des journaux sont composés d un ensemble de faits, d opinions et de sentiments. Il n est

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Du temps s.v.p. ARTICLE PARU DANS L ÉDITION DU MERCREDI LE 26 MAI 2004.

Du temps s.v.p. ARTICLE PARU DANS L ÉDITION DU MERCREDI LE 26 MAI 2004. Du temps s.v.p. ARTICLE PARU DANS L ÉDITION DU MERCREDI LE 26 MAI 2004. Dire que nous sommes débordés et qu on n arrête pas de courir semble être devenu aussi normal que de dire bonjour comment ça va!

Plus en détail

réalisé par la Table des partenaires Famille-École-Communauté du Haut-Saint-François Illustrations de Dominique St-Cyr

réalisé par la Table des partenaires Famille-École-Communauté du Haut-Saint-François Illustrations de Dominique St-Cyr réalisé par la Table des partenaires Famille-École-Communauté du Haut-Saint-François Illustrations de Dominique St-Cyr Petit dictionnaire illustré des compétences réalisé par la Table des partenaires Famille-École-Communauté

Plus en détail

Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès.

Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès. Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès. Qu il s agisse de trouver ou de garder un emploi ou encore d optimiser votre évolution professionnelle, il apparaît que le succès est lié

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Animer et Diriger une Equipe Séance 3

Animer et Diriger une Equipe Séance 3 SUIVI DE FORMATION - SEANCE 3 Animer et Diriger une Equipe Séance 3 VERSION MARS 2009 PARTIE I : DEROULEMENT DE LA SEANCE 3 1. POUR ACCEDER A LA SEANCE DE SUIVI Ce document est imprimé. Vous êtes dans

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi?

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? Communiquer, c est parler v En Grèce antique, Rome, la communication était synonyme d éloquence Ø Le talent de communicateur était assimilé à l art de bien

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

TECHNIQUES DE VENTE 1

TECHNIQUES DE VENTE 1 TECHNIQUES DE VENTE 1 Adopter des méthodes de travail partagées Repositionner le client au cœur de la démarche commerciale Etre proactif dans ses actions de vente Agir avec plus d expertise et de différenciation

Plus en détail

Clinique du Château et MSB, M. Naudet, février 2015. L empathie

Clinique du Château et MSB, M. Naudet, février 2015. L empathie L empathie Changer son rapport aux autres 1) S affirmer sans s imposer 2) Faire preuve d empathie 3) Accepter ou solliciter l aide des autres Objectifs de la séance : Mieux écouter et donc mieux comprendre

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

Les techniques de communication de groupe : l écoute active

Les techniques de communication de groupe : l écoute active FICHE 18 Les techniques de communication de groupe : l écoute active Les techniques de communication de groupe contribuent à améliorer la communication. Quelles sont les techniques de communication de

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Le journal de bord et je journal personnel. Types de textes prescrits

Le journal de bord et je journal personnel. Types de textes prescrits J assume mes responsabilités Page 1 de 7 Le journal de bord et je journal personnel Types de textes prescrits Domaine Écriture Lecture Com. orale Participer à une discussion libre 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e

Plus en détail

Posséder les habiletés pour établir une relation aidante

Posséder les habiletés pour établir une relation aidante 6. 7. Faites une mise en commun en partageant le résultat de votre travail avec le reste de la classe. Remplissez la fi che Regard sur l exercice (fi gure 3.13). Figure 3.13 Regard sur l exercice Autoévaluation

Plus en détail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Illustration : Olivier Prime Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-073858-8 Avant- propos Dunod - Toute reproduction non

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

L affirmation de soi et la communication

L affirmation de soi et la communication DialogUnil 1 L affirmation de soi et la communication 1. La démarche d affirmation de soi La démarche d affirmation de soi s étaye sur plusieurs considérations. D abord sur le fait que l image de soi,

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

Communiquer avec assurance

Communiquer avec assurance MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Communiquer avec assurance Aperçu de la trousse Une communication inefficace est souvent à l origine des mauvaises

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

AUTODIAGNOSTIC DE VOTRE GESTION

AUTODIAGNOSTIC DE VOTRE GESTION AUTODIAGNOSTIC DE VOTRE GESTION DU TEMPS AU QUOTIDIEN Voici un questionnaire qui passe en revue plusieurs situations concrètes dans lesquelles il peut vous arriver de vous retrouver au quotidien. Pour

Plus en détail

Rénovons la recherche d Emploi Module : L Emploi et vous

Rénovons la recherche d Emploi Module : L Emploi et vous 2014 Rénovons la recherche d Emploi Module : L Emploi et vous La cohésion du projet : La cohésion est le moment où vous prendrez conscience que l humain n est pas une machine et qu il a besoin d aimer

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP

LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP LES BASES DU COMMERCIAL J-M R. D-BTP 2006 1 Notions de base du commercial Principe de base Exercices Méthodologie Chronologie de l entretien 2 Notions de base du commercial Une personne fonctionne sur

Plus en détail

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1

Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Banque des commentaires reliés aux compétences de l éducation préscolaire 1 Document conçu et réalisé par Danièle Beaudoin, Marina Drolet, Isabelle Gagné et Éloise Lavoie révisé par Liette Champagne Le

Plus en détail

Savoir et oser dire Non

Savoir et oser dire Non Sarah Famery Savoir et oser dire Non Deuxième édition, revue et corrigée, 2000, 2003, ISBN 2-7081-3514-7 Commencez par y voir clair n ne peut résoudre et aller au fond d un problème que s il est bien posé.

Plus en détail

Le Codéveloppement pas n importe comment!

Le Codéveloppement pas n importe comment! La Lettre du CoDévelloppement Lettre d'information Du Centre Européen du Codéveloppement professionnel et managérial www.cecodev.fr Le Codéveloppement pas n importe comment! Les dangers du succès Le Codéveloppement

Plus en détail

N 24 Strasbourg. des ateliers. «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Janvier 2012. Jacqueline-Marie Ganter

N 24 Strasbourg. des ateliers. «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Janvier 2012. Jacqueline-Marie Ganter N 24 Strasbourg Janvier 2012 let Tre des ateliers «Au lieu d essayer d avoir la vérité, tu peux simplement être vrai.» Jacqueline-Marie Ganter Chers amis lecteurs Les fêtes de fin d année passées, nous

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Appréciation du comportement critères d'évaluation:

Appréciation du comportement critères d'évaluation: Appréciation du comportement critères d'évaluation: 1. Méthodes de travail / traitement des informations J'utilise pour chaque situation de travail la méthode appropriée. Je choisis des informations et

Plus en détail

LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005

LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005 LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005 LE SOMMEIL DE 3 A 6 MOIS Bébé va apprendre à dormir des nuits complètes de 8-9 heures. Il s endort en sommeil lent et diminue le pourcentage de

Plus en détail

Comment exprimer et tenir une position sans être débordé par l émotion? L ASSERTIVITÉ

Comment exprimer et tenir une position sans être débordé par l émotion? L ASSERTIVITÉ Comment exprimer et tenir une position sans être débordé par l émotion? L ASSERTIVITÉ 1 Laurie LAUFER laurie.laufer@wanadoo.fr L ASSERTIVITÉ : le "JE" qui prend place Assertivité vient du verbe anglo-saxon

Plus en détail

Colloque international Quel budget minimum pour participer à la vie sociale? Un débat européen sur les budgets de référence 13 octobre 2015

Colloque international Quel budget minimum pour participer à la vie sociale? Un débat européen sur les budgets de référence 13 octobre 2015 Colloque international Quel budget minimum pour participer à la vie sociale? Un débat européen sur les budgets de référence 13 octobre 2015 Gabrielle Bortolozzo : En premier lieu, on a une réunion une

Plus en détail

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer

Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Béatrice MILLETRE, Docteur en Psychologie Avoir de bons outils pour gérer son temps Comprendre et pratiquer ; désapprendre et remplacer Au-delà de la théorie, qui nous permet de changer notre regard sur

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

Lisez attentivement Vous faites peut-être partie des personnes qui peuvent bénéficier de cette proposition!

Lisez attentivement Vous faites peut-être partie des personnes qui peuvent bénéficier de cette proposition! A toutes les personnes qui sont bloquées dans des peurs EXCESSIVES qui les empêchent d avancer! Posez-vous juste ces questions : Avez-vous envie d'améliorer votre existence, en vous sentant plus à l'aise

Plus en détail

Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2.

Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2. FICHE PEDAGOGIQUE Florence Foresti Objectifs Cette activité peut-être utilisée pour compléter l unité 4 «Très drôle» de Parcours A2. Culturel : L humour français Connaître une humoriste française : Florence

Plus en détail

LE TELEPHONE COMMERCIAL

LE TELEPHONE COMMERCIAL Mini CATALOGUE LE TELEPHONE COMMERCIAL SOMMAIRE Les relations téléphoniques performantes 2 La prise de rendez-vous en prospection 3 La négociation commerciale 5 La vente en émission d appel 6 Rebond et

Plus en détail

Techniques d accueil clients

Techniques d accueil clients Techniques d accueil clients L accueil est une des phases capitales lors d un entretien de vente. On se rend tout à fait compte qu un mauvais accueil du client va automatiquement engendrer un état d esprit

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe

Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe Po/Gi Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe 1. Trahison Cesser d être fidèle à quelqu un ou à une cause ; livrer quelqu un. 2. Réveil de la blessure Entre

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

Le coaching vise à aider les gens à donner. le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs. sont toujours désireux de rehausser les

Le coaching vise à aider les gens à donner. le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs. sont toujours désireux de rehausser les LE COACHING PERFORMANT : UNE VUE D'ENSEMBLE Le coaching vise à aider les gens à donner le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs sont toujours désireux de rehausser les qualités des gens qu ils encadrent

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

LES GUIDES DU FREELANCE. Joël GUILLON VENDRE SES PRESTATIONS. Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-3001-3

LES GUIDES DU FREELANCE. Joël GUILLON VENDRE SES PRESTATIONS. Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-3001-3 LES GUIDES DU FREELANCE Joël GUILLON VENDRE SES PRESTATIONS Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-3001-3 CHAPITRE 6 Les bonnes pratiques : la scénologie des entretiens de vente du freelance UNE MISE

Plus en détail

Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33

Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33 Fébronie Tsassis Se présenter et convaincre en 2 33 Entrée en scène: Acteur et trac Transpiration, rougeurs, gorge nouée Peur: trou de mémoire, bafouiller Le trac nécessaire? A gérer! CORPS Respect Révision

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Activités - Mon Journal

Activités - Mon Journal Activités - Mon Journal Volume 64 Les cinq tâches ainsi que les activités d'apprentissage explorent les six grandes compétences énoncées dans le cadre du curriculum en littératie des adultes en Ontario

Plus en détail

Amis ou ennemis? Compréhension de lecture Andrée Otte

Amis ou ennemis? Compréhension de lecture Andrée Otte Compréhension de lecture Andrée Otte Amis ou ennemis? Chrystine Brouillet, Ed. La Courte Echelle, Montréal Si Jean-François Turmel croit m impressionner avec son walkman, il se trompe! Quand je pense à

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou

Communiqué de presse. Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou Communiqué de presse Dépendance à l alcool et vie professionnelle: encore un sujet tabou De nombreuses personnes dépendantes de l alcool boivent pendant des années à leur place de travail sans que personne

Plus en détail

ATELIER LEADERSHIP Mardi 18 novembre 2014 - Mostaganem

ATELIER LEADERSHIP Mardi 18 novembre 2014 - Mostaganem ATELIER LEADERSHIP Mardi 18 novembre 2014 - Mostaganem Présenté par Nawel Guellal Consultante Formatrice Directrice du cabinet de conseil HDN Human Development Network Algeria Email: nawel.guellal@hdn-algeria.org

Plus en détail