Direction Générale du Travail. La réforme réglementaire relative

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Direction Générale du Travail. La réforme réglementaire relative"

Transcription

1 Direction Générale du Travail La réforme réglementaire relative Antilles/Guyane octobre 2013 à la protection des travailleurs contre les risques d exposition à l amiante issue du décret n du 4 mai 2012 ANNE-GAELLE CASANDJIAN Sous-direction des conditions de travail Bureau des risques chimiques, physiques et biologiques CT2

2 Direction Générale du Travail I. La genèse de la réforme II. La réforme réglementaire issue du décret du 4 mai 2012 III. Focus sur les obligations du donneur d ordre et de l employeur

3 Direction Générale du Travail I. La genèse de la réforme 1. Amiante et maladies professionnelles 2. Les avis de l AFSSET de La campagne expérimentale de mesurages en META Le rapport d analyses et de préconisations de l INRS de septembre 2011

4 I.1. Amiante et maladies professionnelles Deuxième cause de maladies professionnelles et première cause de décès liés au travail : entre et maladies professionnelles liées à l amiante reconnues chaque année au titre des tableaux 30 et 30 bis des maladies professionnelles, dont environ cancers ; Les personnes exposées à l'amiante dans le cadre de leur activité professionnelle peuvent bénéficier d'une allocation de cessation anticipée d activité et d une indemnisation de son préjudice auprès du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante (FIVA) ; Maladies au premier rang des indemnisations versées au titre des maladies professionnelles : 992 millions d euros en 2012, soit 42,2% du coût total des indemnités versées ; 4

5 I. 2. Les avis de l AFSSET de 2009 Avis AFSSET du 17 février 2009 sur l expertise de la toxicité des fibres courtes et des fibres fines d amiante (FCA FFA) : Fibres OMS Fibre fine d amiante (FFA) Fibre courte d amiante (FCA) Longueur 5 µm 5 µm < 5 µm Diamètre > 0.2 µm et < 3 µm > 0.01 µm et < 0.2 µm > 0.01 µm et < 3 µm Longueur / Diamètre Les FCA peuvent représenter jusqu à 96 % des fibres dans les échantillons et leur toxicité ne peut être exclue Les FFA peuvent représenter jusqu à 5,6 % des fibres dans les échantillons et leur cancérogénicité est confirmée 5

6 Recommandations en milieu professionnel : - Une révision des méthodes de métrologie en remplaçant la microscopie optique (MOCP) par la microscopie électronique (META) ce qui permettra d inclure les FFA au comptage des fibres ; - L acquisition de nouvelles données sur les FCA et FFA pour mieux connaître leur répartition en milieu professionnel ; - Vérifier l efficacité des moyens de protection collectifs (MPC) et équipement de protection individuel (EPI) visà-vis de toute la distribution granulométrique des fibres d amiante ; - Assurer une traçabilité effective des expositions professionnelles ; - Améliorer la formation des personnels chargés des prélèvements. 6

7 Avis AFSSET du 15 septembre 2009 sur la valeur limite d exposition professionnelle (VLEP) de l amiante : L AFSSET propose : un abaissement de la VLEP à 10 f/l pour 8h (actuellement fixée à 100f/L, elle fait courir un excès de risque de 3,3 cas de cancers supplémentaires pour travailleurs exposés) ; une comptabilisation des fibres d amiante par microscopie électronique (META) (en remplacement de la microscopie optique), ce qui permettra d inclure les fibres fines d amiante. 7

8 I.3. La campagne expérimentale de mesurages en META Du 15 novembre au 15 octobre 2010, lancement d une campagne expérimentale de prélèvement et de mesures des fibres d amiante par META en milieu professionnel : - protocole expérimental élaboré avec l appui de l INRS*, du LEPI** et de la CNAMTS ; - 80 chantiers ; prélèvements. DGT pilote Expertise scientifique INRS LEPI CRAM Protocole et rapport Inspection du travail Surveillance des prélèvements sur chantier Entreprises volontaires Proposition de chantiers Laboratoires volontaires prélèvements et analyses * INRS : Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles ** LEPI : laboratoire d étude des particules inhalées de la ville de Paris 8

9 Campagne META Retrait de faux plafonds Retrait d ardoises amiante ciment Retrait de flocage 9

10 Campagne META Retrait de plaques ondulées en amiante ciment Retrait d enrobés routiers Colle de revêtement de sol 10

11 Résultats de la campagne META Une proportion de FFA et de fibres OMS équivalente (17% -15%) et une moyenne de 68 % de FCA ; La MOCP sous-estime les niveaux d exposition par rapport à la META ; Les niveaux d empoussièrement lors de certaines opérations de retrait de matériaux non friables sont aussi élevés que lors des opérations de retrait de matériaux friables, même en cas de technique de déconstruction ou de démontage ; Des interventions de courte durée peuvent entrainer un empoussièrement supérieur à des travaux de retrait : démoussage de toiture amiante ciment : 1600 F/L sciage d amiante ciment : 2973 F/L perçage d amiante ciment : 5422 F/L retrait par désemboitage de plaques ondulées : 473 F/L Les techniques mises en œuvre sur certains MCA posent la question des limites des facteurs de protection des APR (plâtres, peintures, flocages, ). 11

12 Matériau Technique Nombre de prélèvements Médiane OMS+FFA f/l Moyenne OMS+FFA f/l Maximum OMS+FFA f/l Terrains amiantifères Terrassement - Pelletage 4 8,8 8,78 8,80 Installations de stockage de déchets - Déchargement de big bag et démantèlement avant inertage Situations accidentelles - au cas par cas Divers - Mécanique ou manuel à préciser Divers - Mécanique ou manuel à préciser 8 5,95 5,98 9, ,37 10,50 Canalisation en amiante ciment - Découpe au godet Découpage - Sciage - Tronçonnage 6 18,2 16,13 21,20 Canalisation en amiante ciment - Gaine Désemboîtage - Descellement - Arrachage ,56 29,10 Calorifugeage / Joints Découpage - Sciage - Tronçonnage 8 13,95 18,92 47,00 Colles de revêtement de sol (hors mortier colle) Chimique 4 40,88 49,69 89,00 Enrobés amiantés - Enlèvement par brossage de bitume amianté- Rabotage fraisage d'enrobés amiantés Résultats de la campagne META Divers - Mécanique ou manuel à préciser 4 7,4 33,45 116,00 Colles de carrelage murs Rabotage - Fraisage - Grenaillage - Sablage ,38 129,00 Colles de revêtement de sol (hors mortier colle) Rectification - Ponçage 20 72,61 103,94 421,00 Colles de revêtement de sol (hors mortier colle) Burinage - Piquage 8 86,75 168,75 449,00 Toitures et plaques en amiante ciment Désemboîtage - Descellement - Arrachage 28 36,23 89,12 473,00 Canalisation en amiante ciment - Gaine - Découpage - Sciage - Tronçonnage ,85 498,00 Calorifugeage / Joints Spatule - Raclage 8 132,5 326,94 719,00 Calorifugeage / Joints Désemboîtage - Descellement - Arrachage ,75 795,49 Faux plafonds - Plaque cartonnée Désemboîtage - Descellement - Arrachage , ,00 Colles de carrelage murs Burinage - Piquage , ,00 Toitures et plaques en amiante ciment Découpage - Sciage - Tronçonnage , ,00 Canalisation en amiante ciment - Gaine Burinage - Piquage , ,00 Perçage - Vissage - Carottage - Tirage de Toitures et plaques en amiante ciment câbles - Décapage ,5 3337, ,00 Dalles de sol Spatule - Raclage ,4 574, ,00 Peintures et enduits intérieurs et extérieurs Burinage - Piquage , , ,40 Peintures et enduits intérieurs et extérieurs Rectification - Ponçage ,5 3055, ,00 Bâtiment sinistré (incendie, tornade, explosion, ancien site industriel,,,) Terrassement - Pelletage , ,00 Plâtres amiantés THP - UHP , , ,00 Flocage Spatule - Raclage , , ,00 Plâtres amiantés Burinage - Piquage , ,00 Plâtres amiantés Rectification - Ponçage , , ,00 12

13 Résultats de la campagne META Matériaux friables et non friables Nombre de situations Moyenne OMS Moyenne FFA Moyenne FCA Médiane OMS+FFA Moyenne OMS+FFA Maximum OMS+FFA Maximum FCA (f/l) Installations de stockage de déchets - Déchargement de bigbag et démantèlement avant inrtage Situations accidentelles - au cas par cas Terrains amiantifères* Enrobés amiantés -Enlèvement par brossage de bitume amianté-rabotage fraisage d'enrobés amiantés Colles de revêtement de sol (hors mortier colle) Calorifugeage / Joints Colles de carrelage murs Faux plafonds - Plaque cartonnée Canalisation en amiante ciment - Gaine Dalles de sol Toitures et plaques en amiante ciment Bâtiment sinistré(incendie, tornade, explosion, ancien site industriel,,,) Peintures intérieurs et extérieurs Flocage Plâtres amiantés * Situations non significatives. Absence d amiante dans le filon

14 I.4. Le rapport d analyses et de préconisations de l INRS du 22 septembre 2011 Parmi les situations expertisées, des niveaux d empoussièrement très élevés ont été mesurés lors de retrait de plâtres et de flocages, pour lesquelles les moyens de protection collective (MPC) et les équipements de protection individuelle (EPI) apparaissent, dans certains cas, insuffisants ; Dans les situations les plus émissives, l INRS recommande d utiliser une technique moins émissive. En l absence d une telle technique, il préconise une déconstruction en vue de permettre un traitement en système clos par robotisation au sein d une installation fixe de désamiantage ; Si la déconstruction est impossible, l institut recommande le maintien en place des matériaux avec un confinement étanche et une traçabilité dans le temps de leur emplacement et de leur traitement. Dans le cas de retrait de plâtres dans des logements (ex : opérations de réhabilitation ANRU), compte tenu du niveau d empoussièrement atteint, l INRS recommande de réaliser les travaux en absence des occupants. 14

15 Les préconisations de l INRS de mesurer les empoussièrements en milieu professionnel selon la méthode META, qui contrairement à la microscopie optique à contraste de phase (MOCP), permet d identifier les fibres d amiante et de les compter en fonction de leur granulométrie (OMS/FFA/FCA) ; de vérifier les facteurs de protection assignés des appareils de protection respiratoire (APR), qui sont actuellement fondés sur une évaluation réalisée par l INRS en 1996, selon des données d analyse en MOCP ; de compléter les données d analyse complémentaires en META à travers la base SCOLA*, notamment sur les situations relevant de la sous-section 4 ; de former les organismes chargés des prélèvements et des analyses, notamment à la stratégie de prélèvement et à l analyse par la méthode META en milieu professionnel ; d abaisser la VLEP au terme d une période de 2 à 3 ans permettant de mener à bien les différentes études et mesures complémentaires précitées. * Scola : base de données nationale gérée par l INRS dans laquelle les laboratoires accrédités saisissent les résultats des mesurages de l empoussièrement 15

16 Direction Générale du Travail II. La réforme réglementaire Une nouvelle réglementation prévue par le code du travail 2. Les principaux apports de la réforme

17 II.1. Une nouvelle réglementation prévue par le code du travail Le décret n du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Décret en Conseil d Etat qui vient modifier la section 3 «risques d exposition à l amiante», du chapitre II «mesures de prévention du risque chimique», du titre I «risques chimiques», du livre 4 «prévention de certains risques d exposition», de la IVème partie «santé et sécurité au travail» du code du travail. Les articles R à R , dans leur nouvelle rédaction, sont structurées autour de 4 sous-sections : - sous-section 1 «champ d application et définitions» - sous-section 2 «dispositions communes à toutes les activités comportant des risques d exposition à l amiante» - sous-section 3 «dispositions spécifiques aux activités d encapsulage et de retrait d amiante ou d articles en contenant» (articles R et suivants) - sous-section 4 «dispositions particulières aux interventions sur des matériaux, des équipements, des matériels ou des articles susceptibles de provoquer l émission de fibres d amiante» (articles R et suivants) 17

18 Les interventions visées à la sous-section 4 correspondent à : - des opérations à caractère limité dans le temps et dans l espace (dépose de quelques ardoises ou plaques amiante-ciment, changement de quelques dalles de sols ) - des réparations (entretien courant pour prévenir une dégradation ou une usure ou réparation pour faire disparaître des dégâts) - des actions de maintenance corrective sans prévisibilité. Les travaux de sous-section 3 correspondent à des opérations plus complexes, s échelonnant dans le temps et dans l espace et donnant lieu à des étapes préparatoires de conception et de passation de marchés. 18

19 Comparaison des structures du décret antérieur et du décret du 4 mai 2012 DECRET du 30 juin Dispositions communes Ss-sect 1. Champ d application et définitions Ss-sect 2. dispositions communes (Information et formation des travailleurs, organisation du travail, VLEP, contrôle des niveaux d empoussièrement, fiche d exposition, traitement des déchets Sous-sect 3 : activités de confinement et de retrait Champ d application, qualification des entreprises, évaluation des risques, plan de démolition, de retrait ou de confinement, mesures et moyens de prévention, formation par des organismes de formation certifiés Sous-sect4 : activités et interventions sur MCA Champ d application, définition d un mode opératoire, dispositions préalables à chaque intervention DECRET du 4 mai Dispositions communes Ss-sect 1. Champ d application et définitions SS-sect 2. Dispositions communes (évaluation initiale des risques, VLEP, cond de mesurage des empoussièrements et de contrôle de la VLEP, principes et moyens de prévention, Information et formation des travailleurs, organisation du travail, suivi de l exposition, traitement des déchets, protection de l environnement du chantier) Sous-section 3 : activités d encapsulage et de retrait Champ d application, évaluation des risques et mesurage des empoussièrements, certification des entreprises, plan de démolition, de retrait ou d encapsulage, dispositions applicables en fin de travaux, formation Sous-section 4 : activités et interventions sur matériaux, équip ts, matériels et articles susceptibles de provoquer l émission de FA Champ d application, définition d un mode opératoire. 19

20 5 arrêtés d application : 1. Arrêté définissant les modalités de formation des travailleurs 23 février Arrêté relatif aux conditions de mesurage des niveaux d empoussièrement, de contrôle de la VLEP en META et d accréditation des laboratoires 14 août Arrêté fixant les conditions de certification des entreprises 14 décembre Arrêté relatif au choix, à l entretien et à la vérification des équipements de protection individuelle 7 mars Arrêté relatif aux règles techniques, aux mesures de prévention et aux moyens de protection collective 8 avril

21 Le décret modificatif n du 5 juillet 2013 : Décret en Conseil d Etat qui vient reporter le calendrier initialement prévu par l article 6 du décret du 4 mai 2012 concernant certaines obligations de certification et d accréditation : au 1er janvier 2014, l obligation de certification, selon le nouveau référentiel, les entreprises intervenant dans le domaine du retrait et de l encapsulage de l amiante ; au 1er juillet 2014, l obligation de certification des entreprises effectuant le retrait de l enveloppe extérieure des bâtiments ; au 1er juillet 2014, l obligation d accréditation, pour l ensemble du processus d analyse, des organismes effectuant les mesures de l empoussièrement. 21

22 II.2. Les principaux apports de la réforme L abaissement de la valeur limite d exposition professionnelle (VLEP) qui est actuellement de 100 fibres par litre à 10 fibres par litre au 1er juillet 2015 ; Le contrôle de l empoussièrement en milieu professionnel selon la méthode META ; La définition de 3 niveaux d empoussièrement qui sous-tendent la graduation des moyens de prévention collectifs (MPC) et des équipements de protection individuelle (EPI) à mettre en œuvre ; La définition de techniques adaptées pour les situations de soussection 3 et de sous-section 4 ; La suppression de la dualité de notions friable /non friable ; La généralisation de la certification des entreprises à l ensemble des activités de la sous-section 3 selon un référentiel normatif unique ; Les conditions d utilisation, d entretien et de vérification des MPC et EPI, en particulier les appareil de protection respiratoire (APR) adaptés aux niveaux d empoussièrement sur les chantiers. 22

23 Abaissement de la VLEP en 2 étapes Depuis le 1 er juillet 2012, le contrôle de l exposition à l amiante en milieu professionnel est effectué en META En plus des fibres OMS, prise en compte des fibres fines d amiante (FFA). Diminution de la VLEP d un facteur 2. La concentration en fibres d amiante est contrôlée sur 8H à partir d une stratégie d échantillonnage représentative. Au 1 er juillet 2012 : VLEP de 100 fibres par litre Au 1 er juillet 2015 : VLEP de 10 fibres par litre 23

24 La suppression de la dualité de notion friable/non friable La campagne META a permis de constater que les niveaux d empoussièrement lors de certaines opérations de retrait de matériaux non friables étaient aussi élevés que lors des opérations de retrait de matériaux friables, même en cas de technique de déconstruction ou de démontage. 2 raisons principales: 1. Dégradation dans le temps des matériaux non friables (ex: toiture en amiante-ciment) 2. Techniques de retrait d autant plus agressives que le matériau amianté est solidaire de son support Nécessité d une nouvelle approche réglementaire : les mesures de prévention doivent être fondées sur des niveaux d empoussièrement au lieu d être déterminées par l état initial du matériau. 24

25 La définition de trois niveaux d empoussièrement Trois niveaux d empoussièrement conditionnent les règles techniques, les moyens de protection collective et les équipements de protection individuelle à mettre en œuvre : A niveau d empoussièrement équivalent, les mesures de prévention à mettre en œuvre sont identiques pour les opérations de sous-section 3 et de sous-section 4. Les mesurages des empoussièrements en META sont effectuées par des organismes accrédités par le COFRAC pour la stratégie d échantillonnage, le prélèvement et l analyse et selon des méthodes normalisées. 25

26 Une protection collective et individuelle adaptée au niveau d empoussièrement Les mesures de prévention et les moyens de protection collective sont gradués selon le niveau d empoussièrement. Le choix, l entretien et la vérification des équipements de protection individuelle, notamment des appareils de protection respiratoire, sont adaptés au niveau d empoussièrement. 26

27 Des obligations renforcées renforcées pour les opérations de sous-section 3 Les travailleurs effectuant les travaux de retrait et d encapsulage sont formés par des organismes de formation certifiés par des organismes accrédités par le COFRAC. Des mesures et moyens de prévention collective complémentaires sont prévus. 27

28 Direction Générale du Travail III. Focus sur les obligations des donneurs d ordre et des employeurs prévues par le code du travail 1. Quelques rappels sur les obligations générales de prévention des employeurs et donneurs d ordre 2. Les nouvelles obligations en matière d amiante

29 III.1. Quelques rappels sur les obligations générales de prévention des employeurs et donneurs d ordre Les obligations de l employeur au titre des principes généraux de prévention (articles L à L du code du travail) : Article L «L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures comprennent : 1 Des actions de prévention des risques professionnels et de la pénibilité au travail ; 2 Des actions d'information et de formation ; 3 La mise en place d'une organisation et de moyens adaptés. L'employeur veille à l'adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l'amélioration des situations existantes.» 29

30 Article L «L'employeur met en œuvre les mesures prévues à l article L sur le fondement des principes généraux de prévention suivants : 1 Eviter les risques ; 2 Evaluer les risques qui ne peuvent pas être évités ; 3 Combattre les risques à la source ; 4 Adapter le travail à l'homme, en particulier en ce qui concerne la conception des postes de travail ainsi que le choix des équipements de travail et des méthodes de travail et de production, en vue notamment de limiter le travail monotone et le travail cadencé et de réduire les effets de ceux-ci sur la santé ; 5 Tenir compte de l'état d'évolution de la technique ; 6 Remplacer ce qui est dangereux par ce qui n'est pas dangereux ou par ce qui est moins dangereux ; 7 Planifier la prévention en y intégrant, dans un ensemble cohérent, la technique, l'organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l'influence des facteurs ambiants, notamment les risques liés au harcèlement moral et au harcèlement sexuel, tels qu'ils sont définis aux articles L et L ; 8 Prendre des mesures de protection collective en leur donnant la priorité sur les mesures de protection individuelle ; 9 Donner les instructions appropriées aux travailleurs.» 30

31 Article L «L'employeur, compte tenu de la nature des activités de l'établissement, évalue les risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, y compris dans le choix des procédés de fabrication, des équipements de travail, des substances ou préparations chimiques, dans l'aménagement ou le réaménagement des lieux de travail ou des installations et dans la définition des postes de travail. A la suite de cette évaluation, l'employeur met en œuvre les actions de prévention ainsi que les méthodes de travail et de production garantissant un meilleur niveau de protection de la santé et de la sécurité des travailleurs. Il intègre ces actions et ces méthodes dans l'ensemble des activités de l'établissement et à tous les niveaux de l'encadrement. ( )» 31

32 Le donneur d ordre, en sa qualité de maître d ouvrage, a une obligation générale de prévention des risques professionnels en application de l article L : «Afin d'assurer la sécurité et de protéger la santé des personnes qui interviennent sur un chantier de bâtiment ou de génie civil, le maître d'ouvrage, le maître d'œuvre et le coordonnateur en matière de sécurité et de protection de la santé mentionné à l article L mettent en œuvre, pendant la phase de conception, d'étude et d'élaboration du projet et pendant la réalisation de l'ouvrage, les principes généraux de prévention énoncés aux 1 à 3 et 5 à 8 de l article L Ces principes sont pris en compte notamment lors des choix architecturaux et techniques ainsi que dans l'organisation des opérations de chantier, en vue : -de permettre la planification de l'exécution des différents travaux ou phases de travail se déroulant simultanément ou successivement ; -de prévoir la durée de ces phases ; -de faciliter les interventions ultérieures sur l'ouvrage.» En sa qualité de chef d entreprise utilisatrice ou d armateur, il doit également remplir les obligations prévues à L précité et à l article R : «Le chef de l'entreprise utilisatrice assure la coordination générale des mesures de prévention qu'il prend et de celles que prennent l'ensemble des chefs des entreprises extérieures intervenant dans son établissement.» 32

33 III. 2. Les nouvelles obligations en matière d amiante La réforme réglementaire issue du décret du 4 mai 2012 renforce l évaluation des risques : responsabilisation de tous les acteurs (donneurs d ordre, propriétaires, employeurs, organismes de contrôle de l empoussièrement, opérateurs de repérages) ; rationalisation des obligations en remontant l EVR le plus en amont possible du chantier ; le document unique d évaluation des risques (DUE) est au coeur de l EVR initiale (classement des processus en fonction de leur niveau d empoussièrement) ; l EVR des processus amiante dans le DU constitue le socle de la certification des entreprises de retrait et/ou d encapsulage (sous-section 3). 33

34 Dispositions communes 34

35 Dispositions communes Les responsabilités du donneur d ordre : 1. La définition de la nature et du périmètre de l opération (retrait, encapsulage ou intervention) ; 2. La définition des contraintes organisationnelles (coactivité, travaux en site occupé, ), du cadre juridique de l organisation de la prévention et des délais de réalisation ; 35

36 Dispositions communes 3. L identification et l évaluation préalable des risques, pour les travailleurs et pour l environnement de l opération, notamment à partir du dossier technique amiante (DTA), réalisation de repérages avant travaux des MCA assortis de sondages destructifs selon la nature et le périmètre de l opération ; L article R précise les obligations du DO en ce qui concerne les dossiers techniques permettant le repérage de l amiante en place, en fonction de la nature et du périmètre de l opération envisagée. Ces documents doivent être établis préalablement à la consultation des entreprises puisque le DO doit les joindre aux documents de consultation des entreprises (article R ). Outre les dossiers techniques prévus par les articles R à R du code de la santé publique (CSP) et R du code de la construction et de l habitation (CCH), le DO joint tout document équivalent permettant le repérage des matériaux contenant de l amiante, y compris ceux réalisés, au titre de l article L du code de l environnement : les bases de données internes permettant le repérage de l amiante dans les installations industrielles, les équipements, les matériels ou articles ; les cartographies et études géologiques du bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) ; les plans de recollement de réseaux en amiante-ciment, pipeline, gazoducs, ; les dossiers de l ouvrage exécutés en matière de repérages des enrobés routiers. 36

37 PLANNING D UNE OPERATION BATIMENT OS Préparation Travaux Réception 37 Programme Esquisse Avant projet sommaire Projet Dossier de consultation Consultation Travaux VDR Mission coordinateur conception Mission coordinateur EXECUTION Relais PGC Adaptation du PGC PPS (GO) PPS TCE DIU Adaptation DIU Repérage avant travaux (R ) Réponse de l employeur selon EVR initiale des processus dans le DU (R et 99 - Plan de retrait ou d encapsulage - Mode opératoire (R et 118) Déclaration préalable Projet règlement CISSCT Constitution du CISSCT Inspection commune (GO) Inspections communes Première réunion du CISSCT lorsque 2 entreprises présentes sur site

38 Dispositions communes Les responsabilités de l employeur : 1. L évaluation des risques qui est réalisée sur la base des informations données par le DO, comprend l estimation du niveau d empoussièrement et dont les résultats sont transcris dans le DUER articles R à R Le respect de la VLEP (10 f/l à compter du 1 er juillet 2015) - articles R à R

39 Dispositions communes 3. Le mesurage des empoussièrements et le contrôle de la VLEP pour lesquels l employeur fait appel à un organisme accrédité articles R à R L arrêté du 14 août 2012 détermine : 1 Les conditions de mesurage des niveaux d empoussièrement des processus mis en œuvre par les entreprises ; 2 Les conditions de contrôle de la valeur limite d exposition professionnelle ; 3 Les conditions d accréditation des organismes procédant aux mesurages des niveaux d empoussièrement selon le référentiel technique défini par l organisme chargé de l accréditation pour la stratégie d échantillonnage, le prélèvement et l analyse. Cet arrêté rend obligatoire la mise en œuvre des normes : NF EN ISO d août 2007 et son guide d application GA X relatifs à la stratégie d échantillonnage ; AFNOR XP relative au prélèvement ; NF X relative à l analyse en META. 39

40 Obligations de mesurages de l employeur 40

41 Schéma conceptuel des 3 types de mesurages Processus 1 : -Colle amiantée -Retrait colle à la rectifieuse -Aspiration THE Tâche : Lavage à la raclette Tâche : Nettoyage du confinement par aspiration THE Processus 2 : -Dalles en MCA -Retrait dalles au scrapper manuel -Humidification Contrôles environn ementaux en cours de chantier Point 0 t 1 t 2 t 3 t 4 Evaluation du niveau d empoussièrement de la tâche Contrôle du respect de la VLEP/8h00 Evaluation du niveau d empoussièrement de la tâche En cours d opération zone d approche Zone de récupération Points du bâtiment Proximité extracteurs Limite de site 41 Restitution

42 Dispositions communes 4. Les principes et moyens de prévention articles R à R : - Mise en œuvre des techniques et modes opératoires de réduction de l empoussièrement (travail robotisé en système clos, imprégnation à cœur des MCA ) ; - Mise en place des moyens de protection collective en phase de préparation de l opération (abattage et aspiration des poussières, décontamination ) ; - Mise à disposition d EPI adaptés auprès des travailleurs ; - Choix, entretien et vérification périodique des MPC et EPI (cf. arrêté du 7 mars 2013 relatif au choix, à l entretien et à la vérification des équipements de protection individuelle et arrêté 8 avril 2013 relatif aux règles techniques, aux mesures de prévention et aux moyens de protection collective) ; - Signalisation et accès de la zone dédiée à l opération ; - Suspension des opérations en cas de dépassement de la VLEP ou du niveau d empoussièrement estimé dans le DUER ; - Alerte du DO, de l inspecteur du travail et de l agent des services de prévention des organismes de sécurité sociale lorsque l empoussièrement est supérieur au 3 ème niveau. 42

43 Tableau récapitulatif MPC+EPI en fonction des niveaux d empoussièrement 43

44 EPI : Protection des travailleurs 44

45 EPI : Protection des travailleurs Exemple de masques filtrants Pièce faciale filtrante (FFP3) (uniquement pour intervention SS4 de Niveau 1 et de moins de 15 min) Masque à ventilation assistée (Niveau 1 ou 2 selon évaluation des risques) 45

46 EPI : Protection des travailleurs Exemple de masques isolants Masque à adduction d air (Niveau 2 ou 3 selon évaluation des risques) 46

47 EPI : Protection des travailleurs Pour tout niveau d empoussièrement combinaison à usage unique Et pour le niveau 3, jusqu à une combinaison ventilée, étanche 47

48 EPI : Protection des travailleurs Gants, sur chaussures 48

49 Dispositions communes 5. Information et formation des travailleurs articles R et R : Le contenu et les modalités de la formation, sa durée selon les catégories de travailleurs et les conditions de sa validation et de son renouvellement sont précisés par l arrêté du 23 février Organisation du travail articles R et R Suivi de l exposition à travers l établissement de la fiche d exposition à l amiante article R Traitement des déchets articles R à R Protection de l environnement du chantier avec arrêt de l opération en cas de dépassement du seuil santé publique (5 f/l) article R

50 Dispositions spécifiques 50

51 Dispositions spécifiques aux activités d encapsulage et de retrait d amiante ou d articles en contenant (sous-section 3) EVR et mesurage des empoussièrements par l employeur : mise en œuvre d un programme de mesure des niveaux d empoussièrement générés par chaque processus (EVR en 2 phases : chantier test et validation avec 3 contrôles par processus et par période de 12 mois). Le donneur d ordre fait le choix une entreprise techniquement compétente : Pour cela, il fait appel à une entreprise justifiant de sa capacité à réaliser ces travaux par l obtention de la certification délivrée par des organismes certificateurs (article R ). L arrêté du 14 décembre 2012 rend obligatoire la mise en œuvre, en tant que référentiel unique de certification, les normes : - NF X «Certification des entreprises réalisant des travaux de traitement de l amiante Référentiel technique» ; -NF X «Certification des entreprises réalisant des travaux de traitement de l amiante Modalités d attribution et de suivi des certificats» 51

52 Dispositions spécifiques aux activités d encapsulage et de retrait d amiante ou d articles en contenant (sous-section 3) L employeur établit un plan de démolition de retrait ou d encapsulage (PDRE) : Les articles R à R précisent notamment le contenu du PDRE (localisation de la zone à traiter, nombre de travailleurs, dossiers techniques, notices de poste ) et les modalités d information de l inspection du travail. Dispositions applicables en fin de travaux : l employeur établit un rapport de fin de travaux qui est remis au donneur d ordre. Formation des travailleurs assurée par un organisme certifié par des organismes accrédités à cet effet (arrêté du 23 février 2012 qui définit le contenu et les modalités de la formation) 52

53 Dispositions spécifiques aux interventions (soussection 4) L employeur établit un mode opératoire qui est annexé au DUER : Les articles R à R précisent notamment le contenu du mode opératoire (nature de l intervention, matériaux concernés, notices de poste, procédure de gestion des déchets ) et les modalités de sa transmission l inspection du travail. 53

54 Pour plus d information Bonne navigation et merci de votre attention DGT/Sous-direction des conditions de travail/bureau CT2 54

Direction Générale du Travail. Amiante. Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires

Direction Générale du Travail. Amiante. Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires Direction Générale du Travail Amiante Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires Février 2012 Bureau des risques chimiques, physiques et biologiques Plan 1. Avis de l Anses de 2009 et de

Plus en détail

Direction Générale du Travail. Amiante. Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires

Direction Générale du Travail. Amiante. Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires Direction Générale du Travail Amiante Résultats de la campagne META Perspectives réglementaires Décembre 2011 Bureau des risques physiques, chimiques et biologiques Plan 1. Avis de l AFSSET de 2009 2.

Plus en détail

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Eclatement et découpe de branchements en amiante-ciment Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation INTERVENANT : JC BEHRENS Responsable

Plus en détail

Des évolutions scientifiques aux évolutions du code du travail

Des évolutions scientifiques aux évolutions du code du travail Des évolutions scientifiques aux évolutions du code du travail Véronique ARRIGHI DIRECCTE UT 11 Maurice EXPOSITO DIRECCTE UT 34 Fabienne STANG MARTIN DIRECCTE LR L amiante dans tous ses Etats - Repérer

Plus en détail

Département Métrologie des Polluants INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE DEPARTEMENT METROLOGIE DES POLLUANTS

Département Métrologie des Polluants INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE DEPARTEMENT METROLOGIE DES POLLUANTS INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE DEPARTEMENT METROLOGIE DES POLLUANTS Laboratoire de Caractérisation du Risque Chimique 1, rue du Morvan, CS 60027-54519 VANDOEUVRE Cedex, France Tél. 03.83.50.20.00

Plus en détail

«Amiante META» Projet pour la prévention des maladies liées aux expositions à l amiante

«Amiante META» Projet pour la prévention des maladies liées aux expositions à l amiante 28 novembre 2014 Anita Romero-Hariot - INRS «Amiante META» Projet pour la prévention des maladies liées aux expositions à l amiante Plan Bilan des cancers professionnels liés à l amiante au titre des AT-MP

Plus en détail

AMIANTE. DIRECCTE Poitou-Charentes Pole Travail

AMIANTE. DIRECCTE Poitou-Charentes Pole Travail AMIANTE DIRECCTE Poitou-Charentes Pole Travail Juillet 2012 Amiante 1. Présentation de la réglementation 2. Les obligations du maitre d ouvrage 3. Sous section 3 ou sous section 4? 2 Amiante 1. Présentation

Plus en détail

I. Danger-risque 2. II. Contrôle des niveaux d empoussièrement dans l air 4. III. Campagne META 5. IV. Evolutions réglementaires envisagées 7

I. Danger-risque 2. II. Contrôle des niveaux d empoussièrement dans l air 4. III. Campagne META 5. IV. Evolutions réglementaires envisagées 7 QUESTIONS-REPONSES I. Danger-risque 2 II. Contrôle des niveaux d empoussièrement dans l air 4 III. Campagne META 5 IV. Evolutions réglementaires envisagées 7 V. Certification des entreprises 9 VI. Laboratoires

Plus en détail

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Direction Générale du Travail Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante 21juin 2012 Bureau des risques chimiques, physiques et biologiques Comparaison des structures

Plus en détail

RISQUE AMIANTE : Etat des lieux et perspectives 2 ans après la nouvelle règlementation

RISQUE AMIANTE : Etat des lieux et perspectives 2 ans après la nouvelle règlementation RISQUE AMIANTE : Etat des lieux et perspectives 2 ans après la nouvelle règlementation Rémi BARBE, Raymond VINCENT Laurent ROUBIN Ingénieur de Prévention, DIRECCTE PACA Chargé de Mission- Dir Délégués

Plus en détail

Formation Encadrants SEI CORSE / Sous-section 4. Evaluation du risque amiante

Formation Encadrants SEI CORSE / Sous-section 4. Evaluation du risque amiante Formation Encadrants SEI CORSE / Sous-section 4 Evaluation du risque amiante 1Principe ère Demi-journée de l'évaluation -- J1 des risques évaluation du risque amiante (Code du travail, art. R. 4412-98)

Plus en détail

Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante

Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante Fiche Prévention - A1 F 05 13 Annule et remplace les fiches A1 F 05 11 et I4 F 01 09 Travaux d encapsulage et de retrait d amiante ou d interventions sur des matériaux contenant de l amiante Obligations

Plus en détail

d amiante dans l air

d amiante dans l air Conseils aux employeurs Commander des mesures d amiante dans l air à des organismes accrédités mesures Les employeurs dont les salariés sont exposés au risque amiante sont tenus de faire appel à des organismes

Plus en détail

Règlementation amiante. Lundi 30 septembre 2013 Limoges

Règlementation amiante. Lundi 30 septembre 2013 Limoges DR Règlementation amiante Lundi 30 septembre 2013 Limoges SOMMAIRE Chronologie pour intervenir sur des MCA Sanctions encourues Pour en savoir plus 2 DR Chronologie pour intervenir sur des MCA Règlementation

Plus en détail

DIRECCTE AQUITAINE PRÉVENTICA 2012. Béatrice Kissien-Schmit - IT ARM 1

DIRECCTE AQUITAINE PRÉVENTICA 2012. Béatrice Kissien-Schmit - IT ARM 1 DIRECCTE AQUITAINE PRÉVENTICA 2012 Amiante : Actualité et perspectives réglementaires 2011-2015 Béatrice Kissien-Schmit - IT ARM 1 Années 2009-2010 Arrêté formation INRS/ OPPBTP: formation des formateurs

Plus en détail

Enjeux humains CARSAT

Enjeux humains CARSAT Enjeux humains CARSAT Les autres enjeux La responsabilité du donneur d ordre: Article R. 4412-97: Le donneur d ordrea, en matière d opérations exposant à l amiante, des obligations qui lui sont propres

Plus en détail

Les différents type de recherche de MPCA

Les différents type de recherche de MPCA Les différents type de recherche de MPCA MÉTHODOLOGIE DE REPÉRAGE Objectifs et contenu des missions Objectif MPCA à rechercher Méthodologie Vente d'achat d'immeuble bâti Etablissement du Dossier Technique

Plus en détail

2. Sélection des résultats (technique de prélèvement et d analyse)

2. Sélection des résultats (technique de prélèvement et d analyse) Laboratoire Caractérisation du Risque Chimique BASE de DONNEES SCOLA 1, rue du Morvan CS 60027 54519 VANDŒUVRE Cedex Extraction base de données SCOLA n S2014/001 Les données de la base SCOLA sont issues

Plus en détail

Pollution du bâti - Amiante

Pollution du bâti - Amiante FEVRIER 2013 FICHE PRATIQUE Pollution du bâti - Amiante 1. Définition 2. Obligations réglementaires Gestion des ERP 3. Obligations réglementaires Cas des opérations de travaux & démolitions 4. Obligations

Plus en détail

Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP

Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP DIRECCTE Bretagne L actualité réglementaire amiante 3 3 DEFINITIONS Sous-section 3 Dispositions spécifiques aux activités d encapsulage et de

Plus en détail

Information des entreprises

Information des entreprises Information des entreprises Mise à jour : juillet 2015 Vous réalisez des chantiers de courtes durées sur des matériaux contenant de l amiante, alors vous êtes concerné par le projet CARTO Amiante. Afin

Plus en détail

DIRECCTE LORRAINE. Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4

DIRECCTE LORRAINE. Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4 Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4 Éléments de contexte : - Évolution de la réglementation avec décret du 4 mai 2012 et

Plus en détail

SAFETY DAY. Prévention du risque Amiante

SAFETY DAY. Prévention du risque Amiante SAFETY DAY Prévention du risque Amiante / / Le cadre des obligations de recherche et de contrôle Conformément au Code de la santé publique, les propriétaires (publics ou privés) des immeubles bâtis sont

Plus en détail

Travailler au contact de l amiante

Travailler au contact de l amiante Travailler au contact de l amiante 20 SOURCES D INFORMATION Décret n 20-629 du 3 juin 20 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments INTRODUCTION Nécessité d'une vigilance particulière dans la gestions des bâtiment depuis 1997, date de l'interdiction de l'amiante en

Plus en détail

AMIANTE STRATEGIE D INTERVENTION MAINTENANCE / ENTRETIEN S0US-SECTION 4

AMIANTE STRATEGIE D INTERVENTION MAINTENANCE / ENTRETIEN S0US-SECTION 4 AMIANTE STRATEGIE D INTERVENTION MAINTENANCE / ENTRETIEN S0US-SECTION 4 Amiens le 22 novembre 2012 Lucien ZAJAC Ingénieur Conseil Carsat Nord-Picardie Document unique d évaluation des risques professionnels

Plus en détail

LES ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES EN MATIÈRE DE RISQUE AMIANTE. Note synthétique octobre 2013

LES ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES EN MATIÈRE DE RISQUE AMIANTE. Note synthétique octobre 2013 Direction des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de la Martinique LES ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES EN MATIÈRE DE RISQUE AMIANTE Note synthétique octobre 2013 De

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Rapport final F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON 2, A. ROMERO-HARIOT 2, R. VINCENT

Plus en détail

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques 1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications INRS, Centre de Lorraine raymond.vincent@inrs.fr

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 - Télécopie : 02 37 21 45 77

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 - Télécopie : 02 37 21 45 77 ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 - Télécopie : 02 37 21 45 77 RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE N 120333 avant travaux

Plus en détail

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT Code de la Santé Publique (Articles R1334-14 à R1334-29 et R1336-2 à R1336-5) Exposition à l amiante dans les immeubles bâtis (Décret n 2003-462 du 21 mai 2003 modifié par les décrets n 2004-802 du 29

Plus en détail

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique Rédacteur : Vérificateur : Approbateur : Document créé le Document modifié le Document édité le 9 juin 2011 2011 Réf. document : XXX XXX XXX Version : 00 Document entreprise CALENDRIER DES FORMATIONS Sous-section

Plus en détail

Colloque Prévention des Risques Amiante AQUITAINE Jeudi 5 mars 2015

Colloque Prévention des Risques Amiante AQUITAINE Jeudi 5 mars 2015 DIRECCTE Aquitaine Colloque Prévention des Risques Amiante AQUITAINE Jeudi 5 mars 2015 XAVIER ARNOZAN (PESSAC) Béatrice KISSIEN-SCHMIT DIRECCTE AQUITAINE Certification des entreprises procédant au retrait

Plus en détail

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants a exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs Services de santé au travail que doivent faire Les

Plus en détail

L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel. CNC ETGC 3 décembre 2014

L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel. CNC ETGC 3 décembre 2014 L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel CNC ETGC 3 décembre 2014 Le contexte Plus de 15 ans après l interdiction de son exploitation et de son utilisation, l amiante est

Plus en détail

Synthèse réglementaire : Amiante V1 02/10/2012

Synthèse réglementaire : Amiante V1 02/10/2012 Préambule : La présente synthèse fait référence au décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante et à l arrêté du 23 février 2012 définissant les modalités de formation des

Plus en détail

Formation Sécurité Vos Obligations

Formation Sécurité Vos Obligations Formation Sécurité Vos Obligations Salon IDEBA 19 juin 2014 Beauvais SOMMAIRE Préalable : Notion de compétence Origine des Obligations de formation Obligation «sécurité» Obligation «sociale» Exemples Notion

Plus en détail

DOSSIER AMIANTE. Code de la Santé Publique

DOSSIER AMIANTE. Code de la Santé Publique SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL DOSSIER AMIANTE 01/07/15 Pôle Prévention et Santé au Travail Tél. : 02 96 58 23 84 prevention@cdg22.fr Code de la Santé Publique DONT LE PERMIS DE CONSTRUIRE A ETE DELIVRE

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

Bien vivre à Vernouillet! 14 février 2013.

Bien vivre à Vernouillet! 14 février 2013. IMPORTANT Amiante et Santé Publique dans les écoles de notre ville. La consultation d un dossier de marché public concernant le désamiantage de la vieille école maternelle des tilleuls a attiré notre attention

Plus en détail

Désamiantage. Cahier pratique. Pour une optimisation technico-économique des chantiers LE POINT

Désamiantage. Cahier pratique. Pour une optimisation technico-économique des chantiers LE POINT Cahier pratique LE POINT SUR Désamiantage Pour une optimisation technico-économique des chantiers Contexte réglementaire Textes officiels, normes, autres documents Page 5 obligations des maîtres d ouvrage

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 2 DIRECTIVE N 3535/DEF/CAB mesures de prévention face aux risques d exposition à

Plus en détail

Quelles sont les conséquences de l'évolution de la réglementation pour les mesures d'empoussièrement amiante?

Quelles sont les conséquences de l'évolution de la réglementation pour les mesures d'empoussièrement amiante? Quelles sont les conséquences de l'évolution de la réglementation pour les mesures d'empoussièrement amiante? 7 novembre 2013 Mélanie JOURDAIN Référente nationale amiante Michel TOURON Chef de projets

Plus en détail

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir»

De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS De l obligation à la mise en œuvre de l évaluation des risques professionnels «Evaluer pour agir» Forum interdépartemental d Ile de France Bernard Dréno/Bruno Carta

Plus en détail

Obligations du maître d ouvrage

Obligations du maître d ouvrage Obligations du maître d ouvrage Formation Amiante sous section 4 Amian nte sou us sectio on 4 mation Form OBLIGATIONS DU MAITRE D OUVRAGE Pour réaliser son projet le maître d ouvrage nomme : Un maître

Plus en détail

La Prévention du risque AMIANTE

La Prévention du risque AMIANTE La Prévention du risque AMIANTE Lors des interventions de maintenance sur les bâtiments et ouvrages existants LES RISQUES CMR L'ensemble des constructions antérieures au 1er juillet 1997 sont susceptibles

Plus en détail

M. Le Maire de LANDUDAL - M. MESSAGER Place Jacques-Le-Page 29510 LANDUDAL. A l attention Le Maire de LANDUDAL - M. MESSAGER

M. Le Maire de LANDUDAL - M. MESSAGER Place Jacques-Le-Page 29510 LANDUDAL. A l attention Le Maire de LANDUDAL - M. MESSAGER Assainissement Diag Expertise A.D.E Frédéric LALLA Pont Rouz 29150 CAST Tél : 09 60 51 50 44 ou 06 88 15 62 63 Email : ade.lalla@orange.fr Rapport n : 2016-086-MAIRIE LANDUDAL Date : 07/04/2016 Page :

Plus en détail

DONNEES POUR L ETABLISSEMENT DU RAPPORT

DONNEES POUR L ETABLISSEMENT DU RAPPORT DIAGNOSTIC AMIANTE ETABLI AVEC LA NORME NFX 46020 Dossier n : 13121.11 Fait le : 23.02.2011 DONNEES POUR L ETABLISSEMENT DU RAPPORT Localisation : 177, rue Pierre Cothenet 69220 SAINT JEAN D ARDIERES Objet

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

Approche de la coordination de sécurité sur les chantiers de bâtiment et travaux publics. Rencontre AGREPI Loudun le 11 décembre 2014

Approche de la coordination de sécurité sur les chantiers de bâtiment et travaux publics. Rencontre AGREPI Loudun le 11 décembre 2014 Approche de la coordination de sécurité sur les chantiers de bâtiment et travaux publics Rencontre AGREPI Loudun le 11 décembre 2014 Le contexte Diminuer l accidentologie sur les chantiers de bâtiment

Plus en détail

Le risque amiante dans les bâtiments. Réglementation Code du travail

Le risque amiante dans les bâtiments. Réglementation Code du travail Le risque amiante dans les bâtiments Réglementation Code du travail Novembre 2014 Sommaire Les étapes de la réglementation amiante. Les obligations des donneurs d ordre : Repérage, Organisation des travaux.

Plus en détail

Comment travailler sur ou à proximité de matériaux contenant de l amiante?

Comment travailler sur ou à proximité de matériaux contenant de l amiante? Comment travailler sur ou à proximité de matériaux contenant de l amiante? Article R.4412-94, 2 e Communication réalisée dans le cadre du Plan régional Santé Environnement 2 et du Plan régional Santé Travail

Plus en détail

Prévention Risques Professionnels

Prévention Risques Professionnels Prévention Risques Professionnels Évaluation des risques professionnels Aide à la réalisation du Document Unique Aide à la réalisation du Document Unique 2 Objectifs Vous présenter le contexte de l évaluation

Plus en détail

prévention du risque amiante

prévention du risque amiante SGGuide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE SOMMAIRE Partie 1 GESTION COURANTE DU BÂTIMENT... 7 Dossier technique amiante

Plus en détail

Conseils aux employeurs

Conseils aux employeurs Conseils aux employeurs Les informations que doit contenir le rapport final Décrypter un rapport d essai de mesures d empoussièrement en fibres d amiante 1 Nom et adresse de l organisme ayant réalisé les

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds.

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds. CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Réglementaire) Sous-section 1 : Flocages, calorifugeages et faux plafonds Article R1334-14 Les articles de la présente sous-section s'appliquent à tous les immeubles

Plus en détail

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions;

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions; Arrêté royal du 28 mars 2007 relatif à l agrément des entreprises et employeurs qui effectuent des travaux de démolition ou d enlèvement au cours desquels de grandes quantités d amiante peuvent être libérées

Plus en détail

Pourquoi agir? L amiante, c est quoi? Les pathologies liées à l amiante.

Pourquoi agir? L amiante, c est quoi? Les pathologies liées à l amiante. Page 1 Réunion d information du 09 octobre 2012 Pourquoi agir? L amiante, c est quoi? Les pathologies liées à l amiante. Page 2 Réunion d information du 09 octobre 2012 Le coût Un bilan humain considérable

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016

Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 MANAGEMENT ET TRAITEMENT DES RISQUES EN ENTREPRISE Catalogue des formations - FMG CONSEIL FORMATION 2015-2016 L INGENIEUR OU RESP. ENVIRONNEMENT I FMG CONSEIL FORMATION I 2015-2016 Maîtriser les normes

Plus en détail

Document unique, plan de prévention : une démarche continue d évaluation des risques

Document unique, plan de prévention : une démarche continue d évaluation des risques Cliquez pour ajouter la date Document unique, plan de prévention : une démarche continue d évaluation des risques Michel Héry INRS Neuvièmes rencontres PCR, 13-14 novembre 2014 Une origine et une finalité

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE Renseignements relatifs à l immeuble bâti et à son affectation Immeuble bâti Ensemble bâti : Centre Educatif Renforcé Adresse : Les gones- la souchère 43000 Félines Date de construction : inconnue Propriétaire

Plus en détail

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 L amiante 85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 I. Définition L amiante est un composé d origine

Plus en détail

NS 341 NOTE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

NS 341 NOTE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Synthèse de la campagne INRS pour la détermination des facteurs de protection assignés des appareils de protection respiratoire utilisés en chantier de désamiantage NS 341 NOTE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE

Plus en détail

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Une évaluation des risques est une enquête systématique de tous les risques liés aux postes de travail, aux équipements de travail

Plus en détail

Intervention du 16/03/06. Lieu d intervention : SIEGE GYMNASTIQUE SURIEUX. Mail Emile Dufour. Avenue S.Allende 38130 ECHIROLLES

Intervention du 16/03/06. Lieu d intervention : SIEGE GYMNASTIQUE SURIEUX. Mail Emile Dufour. Avenue S.Allende 38130 ECHIROLLES BUREAU VERITAS Inovallée 405, rue Lavoisier MONTBONNOT SAINT MARTIN 38334 SAINT ISMIER CEDEX Tél : 04 76 24 00 26 Fax : 04 76 62 94 14 SIEGE GYMNASTIQUE SURIEUX Mail Emile Dufour Avenue S.Allende 38130

Plus en détail

Maison Eclusière, 49220 MONTREUIL SUR MAINE Description sommaire Maison individuelle (T4). Maison R +1. Localisation lot principal

Maison Eclusière, 49220 MONTREUIL SUR MAINE Description sommaire Maison individuelle (T4). Maison R +1. Localisation lot principal Rapport de mission de repérage des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l établissement du constat établi à l occasion de la vente d un immeuble bâti L objet de la mission est de réaliser

Plus en détail

Le Mode Opératoire - Comment une entreprise s est organisée pour répondre aux exigences introduites par le décret du 4 mai 2012 du CT

Le Mode Opératoire - Comment une entreprise s est organisée pour répondre aux exigences introduites par le décret du 4 mai 2012 du CT Le Mode Opératoire - Comment une entreprise s est organisée pour répondre aux exigences introduites par le décret du 4 mai 2012 du CT - Présentation d un cas réel avec l analyse du Mode Opératoire De la

Plus en détail

amiante Sur des Retrait, Intervention, Entretien, Maintenance, Matériaux Contenant Amiante protégez vous, n exposez pas les autres

amiante Sur des Retrait, Intervention, Entretien, Maintenance, Matériaux Contenant Amiante protégez vous, n exposez pas les autres . amiante protégez vous, n exposez pas les autres Sur des Retrait, Intervention, Entretien, Maintenance, Matériaux Contenant Amiante Avril 2011 F.Dubernet Page 1 ATTE NTION! Respirer CONTI la poussière

Plus en détail

Gestion des risques sur les plateformes de compostage 12 Juin 2014 28/11/2013. Bases en prévention. Sandra Dulieu DIRECCTE RA

Gestion des risques sur les plateformes de compostage 12 Juin 2014 28/11/2013. Bases en prévention. Sandra Dulieu DIRECCTE RA Gestion des risques sur les plateformes de compostage 12 Juin 2014 28/11/2013 Bases en prévention Sandra Dulieu DIRECCTE RA Les enjeux de la Prévention ENJEU HUMAIN et SOCIAL de préserver la santé et d

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Version numéro : Date première rédaction : Date de la dernière mise à jour : Nom de l'entreprise Textes réglementaires Principes généraux de la loi

Plus en détail

Arrêté du 23/02/2012. définissant les modalités de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante

Arrêté du 23/02/2012. définissant les modalités de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante Formation Amiante Arrêté du 23/02/2012 définissant les modalités de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante publié au J.O. du 07/03/2012 1 Amiante_arrêté_formation_V2-06/01/2010

Plus en détail

La prévention dans le bâtiment et le génie civil

La prévention dans le bâtiment et le génie civil GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 7 octobre 1996 ITM-CL 97.2 La prévention dans le bâtiment et le génie civil Conception, Construction, Exploitation Le présent document comporte 7 pages Sommaire

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE Site 0 : BEAULIEU Bâtiments 3-4 35000 Rennes DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE Objet du présent document : Le présent document a pour objet de permettre au propriétaire d un immeuble de remplir ses obligations

Plus en détail

Extraction base de données SCOLA n S2014/001

Extraction base de données SCOLA n S2014/001 Département Métrologie des Polluants Laboratoire Caractérisation du Risque Chimique BASE de DONNEES SCOLA 1, rue du Morvan CS 60027 54519 VANDŒUVRE Cedex Extraction base de données SCOLA n S2014/001 Les

Plus en détail

L amiante, en prévenir les risques

L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques L amiante, en prévenir les risques Afin de sensibiliser les personnels sur les dangers d une exposition à l amiante, lors de leur activité professionnelle, le ministère

Plus en détail

L amiante, un polluant fortement réglementé

L amiante, un polluant fortement réglementé L amiante, un polluant fortement réglementé Journée technique CoTITA «Prise en compte de la qualité sanitaire dans les 28/03/2014 bâtiments» 27 mars 2014 3 codes principaux Code de la santé publique Code

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE À ADOPTER

MÉTHODOLOGIE À ADOPTER Avril 2014 MÉTHODOLOGIE À ADOPTER POUR LES ACTIVITÉS D ENCAPSULAGE, DE RETRAIT OU INTERVENTIONS SUR DES MATÉRIAUX OU APPAREILS SUSCEPTIBLES DE LIBÉRER DES FIBRES D AMIANTE u cours des dernières décennies,

Plus en détail

REPERAGES AMIANTE EVALUATION DES RISQUES. Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015

REPERAGES AMIANTE EVALUATION DES RISQUES. Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015 REPERAGES AMIANTE & EVALUATION DES RISQUES Laurent ROUBIN Contrôleur de Sécurité Expert Amiante Colloque Amiante GIPHISE du 17 décembre 2015 Amiante et Travail Ce qu il faut retenir. MPCA SUPPORT du MPCA

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

La prévention et l actualisation des risques professionnels

La prévention et l actualisation des risques professionnels 2 La prévention et l actualisation des risques professionnels Plan d intervention 1. Santé Sécurité : une question d actualité 2. Le contenu de l obligation générale de sécurité 3. L évaluation des risques

Plus en détail

Travaux de maintenance. Instandhaltungsarbeiten

Travaux de maintenance. Instandhaltungsarbeiten EURO INSTITUT KEHL 26 novembre 2010 Travaux de maintenance Instandhaltungsarbeiten Jacques Balzer Ingénieur Conseil CRAM Alsace Moselle 1 Etat des lieux des expositions actuelles Mise en œuvre de matériaux

Plus en détail

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Démarches à suivre en vue de L'habilitation des personnes en électricité Table

Plus en détail

Coût de la formation : 1 300 HT par participant L inscription sera validée à réception du paiement intégral de la formation

Coût de la formation : 1 300 HT par participant L inscription sera validée à réception du paiement intégral de la formation FORMATION 07.11.14 Contact : Nicole VILELA 2014/313 AMIANTE Sous-section 4 Activité R4412-139 du code du travail «Activités d entretien et de maintenance sur des matériaux susceptibles de provoquer l émission

Plus en détail

La réglementation. Conférence amiante CDG 87 20 janvier 2015. 20 janvier 2015 DIRECCTE Limousin - Pôle Travail Maud MALEK DEDIEU

La réglementation. Conférence amiante CDG 87 20 janvier 2015. 20 janvier 2015 DIRECCTE Limousin - Pôle Travail Maud MALEK DEDIEU La réglementation MIANTE Conférence amiante CDG 87 20 janvier 2015 20 janvier 2015 DIRECCTE Limousin - Pôle Travail Maud 1 Collectivité territoriale = 2 rôles Première étape indispensable EMPLOYEUR UNE

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Fiche Prévention LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Former les agents à la sécurité constitue une obligation légale de l autorité territoriale et fait partie intégrante de la politique

Plus en détail

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle?

Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Conférence 2014 Interventions dans les immeubles: -Quels enjeux face à l amiante? - Donneur d Ordre, diagnostiqueur, entreprise, quel est votre rôle? Page 1 Introduction Jardinière en fibrociment Page

Plus en détail

Direction générale de la Santé

Direction générale de la Santé Présentation du décret d n n 2011-629 du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Commission de l hygiène,

Plus en détail

AMIANTE Le Dossier Technique "Amiante" (DTA)

AMIANTE Le Dossier Technique Amiante (DTA) dossier dossier dossier dossier dossier JUIN 2006 AMIANTE Le Dossier Technique "Amiante" (DTA) dossier Rédigé par : Nicolas PICHARD CRCI Champagne-Ardenne Tél. 03 26 69 46 26 Fax 03 26 69 33 69 Mail pichard@champagne-ardenne.cci.fr

Plus en détail

Sur le repérage amiante

Sur le repérage amiante Revêtements de sols contenant de l amiante dans les d immeubles d habitation : Ou en est-on? Cette étude a été réalisée par Jean-Louis Lecoq, gérant, pour un usage interne à l entreprise ACEE. Elle ne

Plus en détail

Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion

Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion Journée Cotita du 8 octobre 2015 Entretien d anciennes protections anticorrosion Nouvelles exigences de la réglementation amiante Auteur : Serge HAMPARIAN Groupe OASMD Unité Chimie et Protection des Structure

Plus en détail

CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS. Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment

CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS. Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment VILLE DE CARBON-BLANC SERVICE TECHNIQUE et URBANISME CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment CAHIER DES

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI EXIGENCES SPECIFIQUES POUR LA CERTIFICATION DE QUALIFICATION D ENTREPRISES REALISANT DES TRAVAUX DE CONFINEMENT ET DE RETRAIT DE MATERIAUX NON FRIABLES CONTENANT DE L AMIANTE PRESENTANT DES RISQUES PARTICULIERS

Plus en détail

ETABLI LE MARDI 2 JUIN 2015. PROPRIETAIRE Nom : Société TERRACOTA CREATIONS Adresse : 3, Avenue Du Halleray 44300 NANTES DOSSIER N : L15-06-001

ETABLI LE MARDI 2 JUIN 2015. PROPRIETAIRE Nom : Société TERRACOTA CREATIONS Adresse : 3, Avenue Du Halleray 44300 NANTES DOSSIER N : L15-06-001 REPERAGE AMIANTE Rapport de mission de repérage des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti Arrêtés du 12 décembre

Plus en détail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail CHAPITRE 5 Annexe III - Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail Les s Annexe III Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

Jean-François BARTHÉLÉMY. Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est

Jean-François BARTHÉLÉMY. Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est Jean-François BARTHÉLÉMY Ingénieur conseil Laboratoire Interrégional de Chimie de l Est Risque chimique : contrôles des expositions atmosphériques Décret n 2009-1570 du 15 décembre 2009 Relatif au contrôle

Plus en détail