Comment utiliser le vade-mecum de l avocat en version informatisée?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment utiliser le vade-mecum de l avocat en version informatisée?"

Transcription

1 1

2 Comment utiliser le vade-mecum de l avocat en version informatisée? Ce vade-mecum de l'avocat a vocation à être un outil de référence, dans lequel vous viendrez piocher les informations relatives à la profession d'avocat chaque fois que vous le jugerez nécessaire. Afin de faciliter son utilisation, voici quelques conseils : Table des matières : En cliquant sur chaque titre de la table des matières, vous accédez directement à la page concernée. 2

3 Recherche dans le document : Si vous souhaitez rechercher un mot ou un groupe de mot dans tout le document, pressez simultanément les touches "Ctrl" et "F" de votre clavier. Une fenêtre s'ouvre en haut à droite de l'écran, dans laquelle vous pouvez taper le mot à rechercher, puis presser "Enter" pour accéder aux résultats. Pour passer d'un résultat à l'autre, cliquez sur les flèches blanches à droite du mot à rechercher. Retour à la première page : Quelle que soit la page où vous vous trouvez dans le vade-mecum, vous pouvez revenir à la première page en pressant simultanément les touches "Ctrl" et "Home" de votre clavier. 3

4 Table des matières COMMENT UTILISER LE VADE-MECUM DE L AVOCAT? 2 TABLE DES MATIÈRES 4 AVANT-PROPOS ADMIRATIF 23 PRÉFACE 27 CHAPITRE 1. L ARRIVEE AU BARREAU 29 Section 1. La recherche d un maître de stage 29 Section 2. La conclusion d un contrat de stage et la demande d approbation Durée Obligations du stagiaire Obligations du maître de stage Cabinet du stagiaire Rémunération et remboursement des frais 32 Section 3. L inscription à la liste de stage 32 Section 4. Les avocats communautaires Qui sont-ils? Quelles sont les conditions pour être admis à la liste des avocats communautaires? Que peut faire un avocat communautaire? Passage de la liste des avocats communautaires à la liste des avocats belges 35 Section 5. L inscription à la Banque Carrefour des Entreprises (B.C.E.) 36 4

5 Section 6. La maniement des fonds de tiers Obligation d ouvrir un compte de tiers Caractéristiques de ce compte Utilisation de ce compte Surveillance et contrôle Avertissements 40 CHAPITRE 2. LA FORMATION INITIALE ET CONTINUE 42 Section 1. La formation initiale 42 Section 2. La formation continue 45 CHAPITRE 3. L AVOCAT ET L AIDE JURIDIQUE 47 Section 1. Définitions 47 Section 2. Obligation d information en matière d aide juridique et d assistance judiciaire Intervention d un tiers payant 48 Section 3. Le bureau d aide juridique (B.A.J.) Fonctionnement du B.A.J L inscription sur la liste ad hoc Les désignations L indemnisation des prestations Les principes En pratique Le rapport de clôture L attribution des points Les contrôles de qualité 52 Section 4. La taxation fiscale des indemnités Le principe L exception appliquée (par certains contrôleurs) L arrêt de la Cour de cassation du 23 avril

6 Section 5. Les avances sur indemnités B.A.J. 53 Section 6. La plate-forme du FRONTBAJ 55 CHAPITRE 4. L AVOCAT ET SES HONORAIRES 57 Section 1. Préambule 57 Section 2. Disposition légale 57 Section 3. Dispositions réglementaires 58 Section 4. L information 59 Section 5. La provision et l état de frais des honoraires 61 Section 6. L état de frais des honoraires 63 Section 7. Le paiement des honoraires 63 Section 8. Les principes quant aux honoraires 64 Section 9. Les méthodes de calcul des honoraires 66 Section 10. Le pacte de quota litis 67 Section 11. L absence de barême 68 Section 12. Le partage d honoraires avec une personne qui n est pas avocat 68 Section 13. Les honoraires de présentation 69 Section 14. La succession d avocat 70 Section 15. La responsabilité financière de l avocat 71 Section 16. Les contestations en matière d honoraires 72 Section 17. L assurance de protection juridique 75 6

7 CHAPITRE 5. L AVOCAT ET LA DEONTOLOGIE 76 Section 1. Notion 76 Section 2. Les Ordres d avocats et leurs compétences 76 Section 3. Les Ordres de barreaux et leurs compétences 77 Section 4. Contenu de la déontologie 78 Section 5. Caractère obligatoire des normes et sanctions 79 Section 6. Rapports de la déontologie avec les autres normes 79 CHAPITRE 6. LA CORRESPONDANCE ENTRE AVOCATS 80 Section 1. La règle en droit interne Le principe Les exceptions Recommandations Divers 81 Section 2. Les mandataires de justice 81 Section 3. Le code de déontologie des avocats européens de C.C.B.E. 82 CHAPITRE 7. LA COMMUNICATION ET L AVOCAT 83 Section 1. La publicité 83 Section 2. Les activités préférentielles 84 Section 3. Les spécialisations 85 Section 4. La plaque professionnelle et le papier à lettres 86 CHAPITRE 8. L AVOCAT ET SON CABINET 87 7

8 Section 1. Le cabinet principal 87 Section 2. Le cabinet secondaire 87 CHAPITRE 9. L EXERCICE EN COMMUN DE LA PROFESSION D AVOCAT 89 Section 1. Principes généraux 89 Section 2. Associations et groupements La dénomination sociale Les statuts des sociétés civiles Discipline Association ou groupement avec des avocats ressortissant à d autres Ordres Association ou groupement avec d autres professions 91 Section 3. La collaboration 91 Section 4. Autres associations ou groupements 92 Section 5. Correspondance organique 93 CHAPITRE 10. L AVOCAT ET LES MEDIAS 94 CHAPITRE 11. L AVOCAT ET LE BLANCHIMENT 97 Section 1. Les sources 97 Section 2. Obligations de vigilance L obligation d identifier ses clients L obligation d identifier les mandataires du client L obligation d identifier le ou les bénéficiaires effectifs du client 99 Section 3. Mesures d organisation interne du cabinet 101 Section 4. Déclaration de soupçon 102 8

9 Section 5. Rôle de l O.B.F.G. 102 Section 6. La Cellule de traitement des informations financières (C.T.I.F.) 103 CHAPITRE 12. L AVOCAT ET LA DISCIPLINE 104 Section 1. Initiative des poursuites 104 Section 2. Siège de la matière 104 Section 3. Instruction des plaintes 105 Section 4. Rôle du président du conseil de discipline 105 Section 5. Le conseil de discipline 106 Section 6. La sanction et sa publicité 107 Section 7. Les recours 107 Section 8. Le conseil de discipline d appel 108 Section 9. La prescription 108 Section 10. Exécution de la sentence 109 Section 11. Interdiction de palais 110 Section 12. Indépendance de l action disciplinaire 110 CHAPITRE 13. L AVOCAT ET SON BARREAU 111 CHAPITRE 14. L AVOCAT ET LA SECURITE SOCIALE 115 Section 1. La chômage et l avocat 115 Section 2. La sécurité sociale et les travailleurs indépendants Les obligations sociales du travailleur indépendant 117 9

10 1. L affiliation à une caisse d assurances sociales Le calcul des cotisations sociales Les montants des cotisations sociales La dispense des cotisations sociales Les droits sociaux du travailleur indépendant Le service social créé depuis 2007 à l O.B.F.G. 120 Section 3. L assurance maladie-invalidité L assurance maladie L assurance en cas d incapacité de travail L incapacité de travail de la future mère indépendante L assimilation 124 CHAPITRE 15. L AVOCAT ET LA PROTECTION DU RISQUE PROFESSIONEL 126 Section 1. L assurance obligatoire de la responsabilité civile professionnelle et exploitation des avocats 126 Section 2. Les polices d assurance de 2 e et 3 e rangs : facultatives 128 Section 3. L assurance pour les mandats judiciaires relatifs à des sociétés commerciales 130 Section 4. L assurance indélicatesse 132 CHAPITRE 16. LES ASSURANCES OPTIONNELLES ET AUTRES PRODUITS SPECIFIQUES AU BARREAU 133 Section 1. L assurance «sécurité conducteur» 133 Section 2. L assurance individuelle accident 135 Section 3. L assurance R.C. auto 136 Section 4. L assurance «tous risques cabinet»

11 Section 5. L assurance revenu garanti Les barreaux francophones et germanophone, excepté le barreau de Bruxelles Assurés Modalités d affiliation Objet de la garantie Couverture Exclusions Affections préexistantes Décès accidentel Période de carence Montant de la rente Limitation d âge pour l affiliation Avocats au-delà de 65 ans Résiliation Assurance souscrite par le barreau de Bruxelles : revenu garanti en cas de maladie ou d accident Garanties Montant de la rente Délai de carence Modalités d adhésion et formalités médicales Déclaration de sinistre Terme de la garantie et prestations Prolongation de la couverture Étendue territoriale Personnes assurées Primes payées par l Ordre Garantie supplémentaire 147 Section 6. L assurance hospitalisation 147 Section 7. La Caisse de prévoyance et le Fonds de solidarité La Caisse de prévoyance des avocats et huissiers Le Fonds de solidarité des avocats et huissiers de justice 149 Section 8. La pension libre complémentaire pour indépendants

12 1. Le système légal en général La convention de pension ordinaire La cotisation Le paiement du capital ou de la rente Le point de vue fiscal Quel organisme choisir? La convention de pension sociale (art. 46 de la loi-programme) La cotisation Les avantages de la solidarité (arrêté royal du 15 décembre 2003) Les incidences fiscales La Caisse de prévoyance des avocats et des huissiers de justice (C.P.A.) La convention de pension ordinaire Les prestations Capitalisation et participations bénéficiaires La convention de pension sociale 156 CHAPITRE 17. L AVOCAT ET L INFORMATIQUE 158 Section 1. L avocat et le «matériel» informatique La station de travail Imprimantes, scanners et autres périphériques La sauvegarde des données Le réseau et l internet Les logiciels : traitement de texte, gestion de cabinet, reconnaissance vocale, etc L entretien du matériel Le dictaphone : analogique ou numérique 165 Section 2. La formation en informatique 166 Section 3. Les relations par voie électronique avec le monde extérieur Les télécopies La correspondance électronique L adresse électronique La signature électronique

13 3. Les pièces jointes Les références de dossiers dans «l objet» du message Les transmissions de pièces, documents et dossiers Qu est-ce qu une métadonnée? L utilité des métadonnées Les risques associés aux métadonnées Comment se protéger? 173 Section 4. Les ressources de l internet 174 Section 5. L avocat et sa visibilité sur l internet Le site internet Les liens 178 CHAPITRE 18. L AVOCAT ET SON PERSONNEL 179 CHAPITRE 19. L AVOCAT ET L ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE 181 Section 1. Comment aborder un client assuré en protection juridique? 181 Section 2. A partir de quand l intervention de l avocat est-elle couverte par l assureur? 182 Section 3. Traitement du dossier 183 Section 4. Comment l avocat se fait-il rémunérer? 184 Section 5. Contestation avec l assureur 184 Section 6. Conclusion 186 CHAPITRE 20. L AVOCAT ET LES MODES ALTERNATIFS DE RESOLUTION DES CONFLITS 187 Section 1. La médiation Qu entend-on par «médiation»?

14 2. La prescription de la médiation par l avocat Dans quels cas un avocat peut-il utilement prôner le recours à la médiation? Le coût de la médiation Le choix du médiateur La demande de médiation, le déroulement du processus et -l homologation judiciaire de l accord intervenu Pour en savoir plus Bibliographie sommaire 194 Section 2. Le droit collaboratif Introduction Définition et comparaison avec la médiation et la négociation traditionnelle Définition Comparaison avec la médiation et la négociation traditionnelle Le droit collaboratif : un état d esprit avant tout Les grands principes du droit collaboratif Le rôle des conseils et des tiers intervenants dans le processus collaboratif Le rôle des conseils Le rôle des «experts» ou tiers intervenants Les différentes étapes du processus de droit collaboratif Les règles déontologiques spécifiques au droit collaboratif La signature des documents : la charte et l accord de participation La confidentialité accrue Le retrait en cas d échec du processus Particularités belges du droit collaboratif Les formations belges Bilan à l étranger et en Belgique 203 Section 3. Les autres modes alternatifs de résolution des conflits (M.A.R.C.) 203 CHAPITRE 21. LA COMPTABILITE ET LA FISCALITE DE L AVOCAT

15 Introduction 206 Section 1. Comptabilité Personnes physiques Le livre journal Les carnets de reçus Les comptes individuels Personnes physiques exerçant sous forme d association Sociétés 211 Section 2. Contrôle Les demandes de renseignements Le contrôle Les livres et documents Les données informatiques Le déplacement de documents 220 Section 3. Comptabilité probante 222 Section 4. Charge de la preuve 225 Section 5. Charges professionneles Quelques exemples Frais de représentation et frais divers Frais de voyage et de congrès à l étranger Frais de voiture Les quatre règles impératives Se rattacher à l exercice de l activité professionnelle Avoir été faites ou supportées pendant la période imposable Avoir été faites ou supportées en vue d acquérir ou de conserver les revenus imposables Être justifiées par le contribuable quant à leur réalité et leur montant Accord individuel Évaluation des frais professionnels à un montant raisonnable Caractère déraisonnable des charges professionnelles

16 1. Disproportion entre les charges et les revenus Frais de véhicule Frais de voiture rejetés Frais de voiture acceptés Frais de représentation, de restaurant, etc. 238 Section 6. Signes et indices 241 Section 7. Taxation des indemnités B.A.J. 242 Section 8. Secret professionnel et droit au silence 244 Section 9. Revenus professionnels de l avocat et leur imposition En personne physique En société 247 Section 10. Versements anticipés et précompte professionnel 249 CHAPITRE 22. L AVOCAT ET LA T.V.A. 251 Section 1. Principe 251 Section 2. Avocat «communautaire» / Avocat non communautaire 252 Section 3. Opérations à l entrée / achats à l étranger : application de la T.V.A. sauf pour les services communautaires établis à l étranger Services acquis depuis l étranger (U.E. et hors U.E.) Biens acquis depuis d autres États membres de l U.E Services d avocats reçus depuis l étranger 257 Section 4. Les prestations fournies par des avocats communautaires : exemptions de T.V.A., mais formalités si clients assujettis établis dans d autres Etats membres de l U.E. 258 Section 5. Les formulaires : quels sont-ils et où les trouver? Identification à la T.V.A. (formulaire 604A)

17 2. Déclaration spéciale à la T.V.A. (déclaration spéciale n o 629 EUR) relative aux acquisitions de biens et services depuis l étranger Relevé des opérations intracommunautaires (formulaire 723 FR 2011) Mentions obligatoires sur les notes d honoraires adressées à des clients étrangers Le livre journal 263 CHAPITRE 23. L AVOCAT ET LE PASSAGE EN SOCIETE 265 Section 1. Introduction 265 Section 2. La constitution de la société Quels sont les avantages du passage en société? Quelle forme de société adopter? Comment constituer cette société? Quelles sont les conséquences fiscales liées à la constitution d une société? L exercice de l activité et la taxation des revenus 273 Section 3. Les frais professionnels Quelles sont les conditions de déductibilité? Quels sont les frais déductibles? Que sont les dépenses non admises? 278 Section 4. Le véhicule de société en tant qu avantage de toute nature Introduction La notion d avantage de toute nature (A.T.N.) Les véhicules de société 280 Section 5. Alternatives à la rémunération Principales alternatives Notion de remboursement de frais propres à «l employeur» Comment évaluer ces remboursements? Quelques exemples d indemnités forfaitaires 287 Section 6. Le deuxième pilier de pension

18 1. Les principaux types d engagements Le régime fiscal lors de la constitution Le régime fiscal de la liquidation Exemple 293 Section 7. Quid en cas d accident du dirigeant d entreprise? La responsabilité civile objective L hypothèse de l accident mortel 296 Section 8. Conclusion : le passage en société Cas pratique En personne physique En société Le passage en société : les modifications majeures Le passage en société : cas concret Commentaires Conclusion 304 CHAPITRE 24. L AVOCAT ACTIF A L ETRANGER 306 Section 1. Les réseaux internationaux d avocats 306 Section 2. La collaboration organique et le groupement (européen) d intérêt économique (G.(E.)I.E.) 306 Section 3. L association avec un avocat étranger 307 Section 4. Libre prestation de services et droit d établissement au sein de l U.E. 307 Section 5. Les directives dites «équivalence» et «avocats sans frontières» La reconnaissance mutuelle La directive «avocats sans frontières» Droit de s établir à l étranger sous son titre d origine L assimilation à un avocat de l État membre d accueil Conséquences sur la pratique quotidienne

19 CHAPITRE 25. L AVOCAT ET L O.B.F.G. 313 Section 1. L assemblée générale Composition Compétences Délibérations et votes Procès-verbaux Les règlements de l O.B.F.G. en vigueur 315 Section 2. Le conseil d administration Composition Compétences Commissions et groupes de travail Réunions du conseil d administration Procès-verbaux 318 Section 3. Les services administratifs 318 Section 4. Exercice de la profession par un juriste qui n a pas obtenu son diplôme en Belgique : l épreuve d aptitude organisée par l O.B.F.G Qu est-ce que l épreuve d aptitude? Quelles sont les conditions pour être admis à l épreuve d aptitude? Admission à l épreuve d aptitude Que faut-il mentionner dans la requête? À qui et sous quelle forme faut-il adresser la requête? Quels documents joindre à la requête? Langue de la requête et des documents joints Matière à option Droit d inscription Le dossier est incomplet Le dossier est complet Déroulement pratique de l épreuve Réussite de l épreuve d aptitude 322 Section 5. Consultation du registre national des personnes physiques Qui peut obtenir ces documents?

20 2. Modalités pratiques de fonctionnement Coût 324 CHAPITRE 26. L AVOCAT EN EUROPE LE C.C.B.E. 326 Section 1. L importance croissante du droit européen Droit matériel Les décisions se prennent à «Bruxelles» L avocat, une entreprise au sein du Marché unique Une nécessaire mobilisation de la profession 328 Section 2. Le Conseil des barreaux européens (C.C.B.E.) Pourquoi le C.C.B.E.? Qu est-ce que le C.C.B.E.? Quelles sont les missions du C.C.B.E.? Les membres du C.C.B.E La structure du C.C.B.E Les membres belges et la délégation belge Les comités et groupes de travail Le travail des experts Les sessions plénières et les comités permanents Où trouver le C.C.B.E.? 335 Section 3. Le bureau de représentation de l O.B.F.G Pourquoi un bureau de représentation? Une initiative conjointe avec le barreau luxembourgeois Les missions du bureau de représentation Le suivi de l actualité européenne Le lobbying Un soutien à la délégation belge auprès du C.C.B.E Une relation privilégiée avec les autres barreaux européens Où trouver le bureau de représentation de l O.B.F.G.? 340 CHAPITRE 27. L AVOCAT ET LA PENSION 341 Section 1. L âge normal de la pension

21 Section 2. Anticipation possible À quel âge? Conditions de carrière 343 Section 3. Examen d office 343 Section 4. Examen moyennant demande de pension 343 Section 5. Délais 344 Section 6. Qui introduit la demande? 344 Section 7. Lieu d introduction 344 Section 8. La pension légale Principe de calcul La pension légale minimale Montant des prestations Valorisation des périodes d études en régime indépendant Pourquoi demander la valorisation de la période d études? Qu entend-on par «période d études»? Comment et quand introduire la demande? Les cotisations Quelle est la répercussion sur la pension? À quoi devez-vous faire attention? L activité autorisée Principe Définition de l activité professionnelle Obligation de déclarer l activité professionnelle Sanctions en cas d absence de déclaration Obligation de limiter les revenus professionnels Qu entend-on par «revenus professionnels»? Revenus professionnels annuels autorisés pour l exercice d une activité indépendante Calcul proportionnel du revenu autorisé Sanctions pour dépassement des limites du revenu autorisé Assujettissement au statut social des travailleurs indépendants

22 11. Bonus de pension Quelques renseignements utiles 353 CHAPITRE 28. L AVOCAT ET LE DECES 354 Section 1. L avocat décède 354 Section 2. Le conjoint décède 355 ANNEXES Formulaires 357 A. Modèle de contrat de stage rédigé par l O.B.F.G. 357 B. Convention de prêt et de mise en gage dans le cadre du système d avances sur indemnités B.A.J Carnets d adresses 368 A. Le conseil d administration B. Les bâtonniers Année judiciaire C. Les services administratifs de l O.B.F.G. 372 D. Les intervenants extérieurs à l O.B.F.G Réglementation 379 A. Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. 379 B. Règlements, recommandations et protocoles adoptés par l Ordre des barreaux francophones et germanophone et principaux règlements de l Ordre national encore en application Février

23 Mes très chers confrères, Avant-propos admiratif Non, l Ordre des barreaux francophones et germanophone, en abrégé «l O.B.F.G.», n est pas un «grand machin» pour reprendre l expression bien connue d un ancien président de la République française. L O.B.F.G., c est vous ; tout simplement. En effet, l institution vous représente, et vous la composez par l intermédiaire de vos bâtonniers que vous avez élus et qui président à la destinée de vos Ordres. Les administrateurs de l O.B.F.G. sont issus de vos barreaux ; vous les connaissez et, très souvent, ils ont déjà assumé des mandats que vous leur avez confiés. En un mot, tous ceux qui œuvrent de près ou de loin au sein de l O.B.F.G. ont pour mission et c est l objectif de veiller à la défense des avocats que vous êtes. Ils sont totalement à votre disposition et à votre écoute. Vos bâtonniers, d abord, et les administrateurs, ensuite, se sont impliqués personnellement dans la vie du barreau avec pour seul but la promotion de celui-ci. Ils ont acquis une expérience liée à l exercice des fonctions qu ils ont occupées et c est précisément cette expérience-là qu ils entendent mettre au service du barreau. Notre O.B.F.G. a acquis, depuis sa création en 2001, des premières lettres de noblesse plus que respectables. Il a veillé en permanence à s informer sur ce qui se passait dans chacun des barreaux belges, qu ils soient francophones, germanophone ou néerlandophones, et s est impliqué avec professionnalisme dans la vie européenne au sein du Conseil des barreaux européens (C.C.B.E.) et ses représentants ont également voyagé hors d Europe. Les préoccupations prioritaires de tous nos confrères de la planète sont l accès à la justice, le secret professionnel et l indépendance. Nous savons plus qu avant encore à quel point notre profession joue un rôle dans un État de droit démocratique. * 23

24 * * Mais l O.B.F.G., c est aussi votre quotidien, votre vie au barreau sous tous ses aspects, et c est dans un esprit de confraternité, de solidarité et de modernité que le bâtonnier Hubert de Stexhe, actuellement administrateur de l O.B.F.G., a, avec d autres de nos confrères, considéré qu il y avait lieu de résumer dans un ouvrage une série d informations indispensables pour les débuts dans la profession et pour la poursuite d une carrière au sein du barreau. Avec réflexion et détermination, ils ont conçu le présent vade-mecum dont j ose vous écrire qu aucun d entre vous ne pourra jamais dire, après l avoir lu, qu il savait tout de son contenu. En d autres termes, ce précieux vade-mecum est susceptible de rendre service à tous. N est-il pas indispensable, non seulement dans l intérêt de chacun d entre nous, mais aussi des clients, que l avocat exerce sa profession dans les meilleures conditions possible? Que ce soit pour l organisation de son cabinet ou la protection de sa personne, et ce, afin qu il puisse se consacrer essentiellement à sa mission de défense. C est effectivement de son indépendance fondamentale qu il s agit, et les auteurs de ce vade-mecum ne se sont pas trompés en sélectionnant les sujets qu ils ont choisi de traiter. * * * Feuilletez résolument ce bel ouvrage qui vous convaincra, je l espère, de la réelle proximité qui existe entre l O.B.F.G. et vous-même. Conservez-le également, car il est susceptible de vous rendre, peut-être un jour, des services que vous ne soupçonnez pas aujourd hui. Réagissez aussi, le cas échéant, à son contenu et, enfin, je l espère très sincèrement, associez-vous à moi pour adresser à nos excellents auteurs des remerciements enthousiastes et mérités. Poursuivons tous ensemble, mes très chers confrères, l exceptionnelle aventure du barreau. 24

25 Robert De Baerdemaeker Président 25

26 26

27 Préface Du latin «viens avec moi», ce vade-mecum servira de guide, de manuel ou d aide-mémoire à chaque avocat depuis son arrivée au barreau jusqu à son décès. Il y trouvera nombre de renseignements et de références divers, certainement une première réponse à ses nombreuses questions étayant sa vie professionnelle. Plus de vingt chapitres permettent de saisir les multiples facettes de notre profession dans son exercice journalier. Après son inscription à la liste du stage, le jeune avocat pourra, en consultant ce vade-mecum, connaître ses obligations et ses droits, de quelle manière il sera protégé par la protection sociale générale et complémentaire souscrite par son barreau, sans omettre sa formation initiale, les désignations B.A.J. et tous les aspects de l aide légale. La protection sociale occupe une place importante dans le présent ouvrage, comme le passage en société, l informatique qui prend sans cesse une part plus essentielle dans la vie journalière, la comptabilité et la fiscalité. D autres matières, également indispensables et incontournables, sont abordées : la déontologie, les honoraires, la R.C. professionnelle, l O.B.F.G., le C.C.B.E., etc. Les nouveaux modes alternatifs de règlement de conflits, la médiation et l avocat collaboratif font partie des prochains défis de la profession. Enfin, après une carrière exaltante, viennent l heure de la retraite et, ultime soupir, le décès. Et ce travail n aurait point existé sans le précieux concours de : - Monsieur le bâtonnier Pierre Neuville (ancien administrateur) ; - Mesdames et Messieurs les administrateurs de l O.B.F.G., Philippe Hallet, Carine Vander Stock, Xavier Van Gils (ancien bâtonnier), Patrick Henry (ancien bâtonnier), Hubert de Stexhe (ancien bâtonnier), Bernard Vinçotte, Jules Voisin (ancien bâtonnier), Pierre Sculier ; - Mesdames et Messieurs les avocats Christian Amand, Marie-Berthe Bertrand, Anne-Marie Boudart, Frédéric Collin, Pierre-Emmanuel Cornil, Gaël D Hôtel, François Feron, Anne-Sophie Guilmot, Anne Jonlet, Claire Dieudonné, Pierre-Jean Demine, Jean-François Henrotte, Luc Oger, 27

28 Pierre-Paul Renson, Bruno Waegenaere ; - des barreaux de Bruxelles et Liège qui nous donnent également de précieux renseignements au travers de leurs vade-mecum respectifs ; - Mesdames Colot-Bivort (assistante sociale), Christine de Ville de Goyet (Secrétaire générale O.B.F.G.), Laurence Evrard (juriste auprès de l O.B.F.G.) ; - Monsieur Serge Blondeel (expert-comptable) ; - des sociétés ING, Prevoca, MARSH et Ethias. Gaël D Hôtel Avocat Secrétaire de rédaction Hubert de Stexhe Avocat Ancien bâtonnier Administrateur O.B.F.G. 28

29 Chapitre 1 L arrivée au barreau Pour toutes informations complémentaires ou précisions, voyez le règlement du 14 janvier 2008 relatif au stage 1 et disponible sur Plongé dans un univers dont il a tout à découvrir, l avocat stagiaire parcourra, tout au long de ses années de stage, des chemins multiples, riches et épanouissants menant à l inscription au tableau de l Ordre. L avocat stagiaire est amené à effectuer différentes démarches administratives pour entamer au mieux ses trois années de stage. Section 1 La recherche d un maître de stage La première étape pour le futur stagiaire consiste à trouver un maître de stage. Pour ce faire, le candidat stagiaire prendra la peine de se renseigner auprès du secrétariat des différents barreaux, de consulter les valves, etc. Certains barreaux prennent l initiative d établir la liste des avocats potentiellement intéressés par l accueil d un stagiaire. Le futur stagiaire peut également adresser une candidature spontanée à certains avocats en fonction, par exemple, de leurs matières préférentielles. Le site permet d obtenir les coordonnées exactes de chaque avocat, tandis que les sites des différents barreaux permettent bien souvent d effectuer une recherche en fonction des matières préférentielles. Le contrat de stage doit être conclu avec un avocat inscrit au tableau de l Ordre depuis cinq ans au moins et qui n a pas subi une peine de suspension dans les cinq années précédentes. 1 M.B., 18 février

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

Code de déontologie de l avocat

Code de déontologie de l avocat Code de déontologie de l avocat Code de déontologie de l avocat 2012-2013 Ordre des barreaux francophones et germanophone de Belgique Ouvrages parus dans la collection de l Ordre des barreaux francophones

Plus en détail

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA)

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) EXPOSE DES MOTIFS L Article 82 de la loi N 84-09 du 4 janvier 1984, portant création de l Ordre des Avocats

Plus en détail

EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE

EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE MESR - DGES EPREUVE D APTITUDE EXPERTS-COMPTABLES ETRANGERS (art.7 décret 96-352 du 24 avril 1996) EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE Date : 20 octobre 2008 Durée : 1 heure Les candidats

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN APPLICATION DE L ARTICLE 100 DU DÉCRET 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau

Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau Chapitre 16 Les assurances optionnelles et autres produits spécifiques au barreau Avertissement Les informations qui suivent ainsi que les documents produits (voy., notamment, les annexes reprises à la

Plus en détail

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la retraite option 1A RI Conditions générales LA RETRAITE (1A RI) est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances.elle est souscrite par la

Plus en détail

Code de déontologie de l avocat

Code de déontologie de l avocat Code de déontologie de l avocat Rendu obligatoire par le règlement du 12 novembre 2012 publié au M.B. le 17 janvier 2013 entré en vigueur le 17 janvier 2013 modifié par Règlement du 14.01.2013 Ajout d

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Fiches d inscription. au barreau des Hauts-de-Seine

Fiches d inscription. au barreau des Hauts-de-Seine Fiches d inscription au barreau des Hauts-de-Seine Sommaire Fiches d inscription FICHE A VOUS ÊTES TITULAIRE DU CAPA ET VOUS N ÊTES PAS ENCORE AVOCAT FICHE B INSCRIPTION DANS LES CONDITIONS DÉROGATOIRES

Plus en détail

LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE

LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE Notes La loi n 2007-210 du 19 février 2007 portant réforme de l assurance de protection juridique a été publiée au Journal Officiel le 21 février 2007. Elle est d

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION O R D R E D E S A V O C A T S D U B A R R E A U D E P A R I S DOSSIER D INSCRIPTION EN application DE l article 100 du Décret 91-1197 du 27 novembre 1991 NOM : Prénom : Réservé à l Ordre des Avocats de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président,Monsieur Jacques

Plus en détail

RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION. Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR

RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION. Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR 1. Approbation du procès-verbal du conseil d administration du 21 octobre 2014 2. Prorogation de la Fondation

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES STAGIAIRES EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES STAGIAIRES EXPERIENCE PROFESSIONNELLE I.P.I. - demande STAGIAIRE-expérience professionnelle / 2015 - page 1 / 6 rue du Luxembourg 16 B - 1000 Bruxelles - Tél. 02/505.38.50 - Fax 02/503.42.23 - www.ipi.be DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES

Plus en détail

MANDAT DE SYNDIC (no.. )

MANDAT DE SYNDIC (no.. ) MANDAT DE SYNDIC (no.. ) Syndicat des Copropriétaires - RESIDENCE - Contrat type prévu à l article 18-1 A de la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 modifiée fixant le statut de la copropriété des immeubles

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES DOSSIER D'INSCRIPTION D'UNE PERSONNE PHYSIQUE SUR LA LISTE DES COMMISSAIRES AUX COMPTES NOM & Prénom : Adresse professionnelle : Dénomination du Cabinet :... Adresse du Cabinet :... Adresse personnelle

Plus en détail

additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information

additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information Relative au contrat collectif de prévoyance complémentaire à adhésion obligatoire souscrit par votre employeur RéUNICA Prévoyance

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services La CFTC s'engage tous les jours à défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés, mais

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO TITRE I er - DISPOSITIONS GENERALES Article premier : La présente loi est applicable aux commissaires-priseurs, aux clercs de

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G.

Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. INTRODUCTION 1. Les assureurs de protection juridique, affiliés à Assuralia, cherchent, en tenant

Plus en détail

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Les conditions de candidature et de recrutement des sages-femmes sur la liste d'experts

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. Ce document rempli par l étudiant de façon très complète doit impérativement comporter :

CONVENTION DE STAGE. Ce document rempli par l étudiant de façon très complète doit impérativement comporter : CONVENTION DE STAGE Comment remplir la convention de stage? Ce document rempli par l étudiant de façon très complète doit impérativement comporter : 1) La signature de l étudiant ; 2) la signature du responsable

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14 Table des matières Titre 1 La séparation des époux 7 Bibliographie sommaire 9 Introduction 11 Chapitre 1 13 Les principes régissant la séparation des époux 13 Section 1. La rupture de la vie commune 13

Plus en détail

STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE

STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE STATUTS DE L UNION TECHNIQUE DE LA MUTUALITE MALIENNE TITRE I. DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE 1 ER : FORMATION ET OBJET DE LA MUTUELLE Article 1 er : Il est créé une Union Nationale de groupements mutualistes

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics ACTE D ENGAGEMENT

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics ACTE D ENGAGEMENT PREFET DU HAUT-RHIN MARCHE PUBLIC DE SERVICES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics ACTE D ENGAGEMENT ASSURANCE DE LA FLOTTE AUTOMOBILE DE LA PREFECTURE

Plus en détail

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire DOCUMENT 1 Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire «RAISON SOCIALE EMPLOYEUR» «COORDONNEES DU SALARIE»

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ; Loi n 96-024/ Portant Statut de l ordre des Comptables agréés et Experts-comptables agréés et réglementant les professions de Comptable agréé et d expert-comptable agréé. L Assemblée Nationale a délibéré

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

PREVOYANCE -----------------------

PREVOYANCE ----------------------- NOTICE D INFORMATION PREVOYANCE ----------------------- CONNAISSEZ VOS DROITS... Juillet 2011 Caissedeprévoyancedesagentsdelasécuritésocialeetassimilés régieparlecodedelasécuritésociale 2ter,boulevardSaintMartin75010PARIS

Plus en détail

Contrat d agence commerciale

Contrat d agence commerciale http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat d agence commerciale Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif

Plus en détail

Statuts. Les soussignés :

Statuts. Les soussignés : Statuts Les soussignés : APICIL PRÉVOYANCE, institution de prévoyance régie par le titre III du livre IX du Code de la Sécurité sociale, dont le siège social est situé 38 rue François Peissel 69300 Caluire

Plus en détail

Protection sociale complémentaire

Protection sociale complémentaire Protection sociale complémentaire Convention de participation «Prévoyance» Mise à jour au 24/09/2013 La problématique étant complexe et les élus souhaitant que l accès à une garantie «prévoyance» soit

Plus en détail

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre,

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre, Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales, du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, du ministre du budget,

Plus en détail

Numéro du rôle : 2711. Arrêt n 91/2004 du 19 mai 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2711. Arrêt n 91/2004 du 19 mai 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2711 Arrêt n 91/2004 du 19 mai 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation des articles 40, 67 et 68, alinéa 1er, de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, tels qu ils ont été

Plus en détail

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL PRESTATION DE SERMENT DÉMARCHES PRÉALABLES Nous vous remercions de bien vouloir prendre rendez-vous auprès du SEP pour déposer le présent dossier accompagné de toutes

Plus en détail

garantie complémentaire santé.

garantie complémentaire santé. PRÉAMBULE INTÉGRANCE FRAIS D OBSÈQUES est un contrat collectif d assurance temporaire en cas de décès souscrit par la Mutuelle Intégrance (le souscripteur) auprès de la Mutuelle MICILS (l organisme assureur),

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES REALISATION DU JOURNAL

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE Licence Professionnelle «Assistant de Gestion Administrative»

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE Licence Professionnelle «Assistant de Gestion Administrative» CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE Licence Professionnelle «Assistant de Gestion Administrative» Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel,

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

Pour permettre au greffe des affaires familiales de constituer votre dossier, il est indispensable :

Pour permettre au greffe des affaires familiales de constituer votre dossier, il est indispensable : TRIBUNAL DE RANDE INSTANCE d AMIENS 14 rue Robert de Luzarches 80027 AMIENS CEDEX 1 ------- Juge aux Affaires Familiales Madame, Monsieur Pour permettre au greffe des affaires familiales de constituer

Plus en détail

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1 STATUTS Edition 03 du 13 décembre 2009 _ Assemblée générale extraordinaire du 16 janvier 2010 ayant pour objet le changement des statuts et règlement intérieur. Titre de l Association : TENNIS CLUB DU

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS. TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE

LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE LICENCE PROFESSIONNELLE ASSURANCE BANQUE - FINANCE Spécialité: Gestion Clientèle Particuliers Arrêté d habilitation : 20090979 REGLEMENT DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 2013-2015 VU la loi 84-52 du 26 janvier

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES

CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES COMMISSION DES TEXTES CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES Depuis le 1er janvier 2013, la conclusion de conventions d honoraires est devenue obligatoire en matière de divorce, par application

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

Documents nécessaires pour l inscription

Documents nécessaires pour l inscription Documents nécessaires pour l inscription Annexe 2 Le dossier administratif et le dossier médical complets doivent être obligatoirement déposés au secrétariat de l école avant le 15 septembre 2013 (prendre

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015

Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015 Association Suisse des Sophrologues Caycédiens (SOPHROLOGIE SUISSE ) du 9 mai 2015 SOPHROLOGIE SUISSE Statuts du 09.05.15 1/12 Dénomination, siège Article 1 Buts Article 2 L Association dénommée Association

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

DÉFENDRE ET PROTÉGER LE JEUNE BARREAU

DÉFENDRE ET PROTÉGER LE JEUNE BARREAU GUIDE D INFORMATION DÉFENDRE ET PROTÉGER LE JEUNE BARREAU L avenir de notre barreau dépend de l accompagnement de nos jeunes confrères tout au long des étapes successives qui vont jalonner leur entrée

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU ET ARRÊTÉ CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU ET ARRÊTÉ CE QUI SUIT : CONTRAT DE SYNDIC Mandat n.. ENTRE LES SOUSSIGNÉS : «Le syndicat des copropriétaires» du... Représenté par le Président de Séance... Agissant en exécution de la décision de l assemblée générale du... Ci-après

Plus en détail