FAIRE DES AFFAIRES AU QUÉBEC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FAIRE DES AFFAIRES AU QUÉBEC"

Transcription

1 FAIRE DES AFFAIRES AU QUÉBEC GUIDE COMPLET MONTRÉAL TORONTO NEW YORK dwpv.com

2 Chez Davies, nous nous concentrons sur les questions qui comptent le plus pour nos clients, au Canada et ailleurs dans le monde. Plus le dossier est complexe, plus nous sommes dans notre élément. Notre force réside dans nos gens, qui combinent expérience reconnue, expertise juridique poussée et sens des affaires afin de produire les résultats que vous recherchez. Nous mesurons notre réussite en fonction d un seul et unique critère : votre succès. Pour obtenir de plus amples renseignements sur notre cabinet, veuillez visiter notre site Web au MONTRÉAL TORONTO NEW YORK DAVIES WARD PHILLIPS & VINEBERG S.E.N.C.R.L., s.r.l. 1501, AVENUE MCGILL COLLEGE, 26E ÉTAGE MONTRÉAL (QUÉBEC) CANADA H3A 3N9 DAVIES WARD PHILLIPS & VINEBERG LLP 1 FIRST CANADIAN PLACE, 44 TH FLOOR TORONTO ON CANADA M5X 1B1 DAVIES WARD PHILLIPS & VINEBERG LLP 625 MADISON AVENUE, 12 TH FLOOR NEW YORK NY U.S.A TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR :

3 ABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES IMMATRICULATION DES ENTREPRISES 1 DROIT DU TRAVAIL Cotisations de l employeur - Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec - Impôt-santé des employeurs - Régime de rentes du Québec - Assurance emploi - Santé et sécurité du travail et indemnisation des accidents de travail - Promotion de la qualification et des compétences de la main-d œuvre Normes minimales Relations de travail Code civil du Québec Équité salariale DROIT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Listes nominatives 7 EXIGENCES LIÉES À LA LANGUE FRANÇAISE Dénomination française Nécessité de fournir des services en français Emballage et étiquetage Publications commerciales Affichage et publicité Contrats d adhésion Bons de commande et factures Offres d emploi Sites Web - L obligation de traduire Francisation des entreprises - Exigences applicables aux entreprises employant 50 personnes ou plus - Exigences applicables aux entreprises employant 100 personnes ou plus 3 11 FISCALITÉ Taxe et certificats-cadeaux 17 LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Conformité aux messages publicitaires Le prix de vente doit être inciqué - Exemption relative au lecteur optique Délivrance de cartes de crédit Cartes prépayées 19 CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE DU QUÉBEC 23 Table des matières iii

4 Préambule Les principales questions d ordre juridique et pratique dont il faut tenir compte pour faire des affaires dans la province de Québec sont traitées dans notre guide intitulé Faire des affaires au Canada. Complément de ce guide principal, le présent guide, Faire des affaires au Québec, fournit à ceux qui songent à faire des affaires au Québec des renseignements supplémentaires susceptibles d orienter leurs activités menées dans cette province. Il y a lieu de noter que le présent guide, tout comme notre guide Faire des affaires au Canada, fournit de l information sur les lois et les règlements qui s appliquent à l exercice d activités dans la province de Québec, mais ne traite pas en profondeur de ces lois et règlements ni de toutes les questions qui sont susceptibles de se poser. En conséquence, avant de prendre une décision ou une mesure susceptible d avoir une incidence sur votre entreprise, vous êtes invité à consulter un conseiller professionnel compétent. Introduction La province de Québec est la deuxième province du Canada sur le plan de la superficie et de la population. Sa culture, sa langue et son système juridique distincts comportent à la fois des occasions et des défis particuliers pour ceux qui songent à y faire des affaires. L histoire du Québec est intrinsèquement liée à ses origines françaises, et la province a conservé non seulement la langue française mais aussi un système juridique fondé sur le droit civil français, plutôt que sur la common law britannique. Aujourd hui majoritairement francophone, le Québec conserve une touche européenne unique en son genre en Amérique du Nord. Régime au sein duquel les questions de droit privé, notamment les contrats et les biens, sont régies par un Code civil, le système juridique du Québec est dans les faits un amalgame du droit civil et de la common law, fortement influencé par la situation géographique du Canada en Amérique du Nord. iv Introduction

5 Immatriculation des entreprises 1

6 Immatriculation des entreprises Les entreprises qui exercent des activités au Québec sont tenues de produire et de mettre à jour certains renseignements les concernant auprès d une autorité gouvernementale appelée le registraire des entreprises (le «registraire»). Ces renseignements sont versés dans un registre public. Une entreprise produit sa déclaration d information initiale au moment de son immatriculation auprès du registraire. Les sociétés qui n ont pas été constituées sous le régime des lois du Québec sont tenues de s immatriculer dans les 60 jours qui suivent la date à laquelle elles ont commencé à exercer une activité, dont l exploitation d une entreprise, au Québec. Le concept d exercice d une activité ou d exploitation d une entreprise au Québec est très large et englobe le fait d avoir une adresse, un établissement ou une boîte postale ou d utiliser une ligne téléphonique au Québec, ou simplement d accomplir un acte dans le but d en tirer un profit au Québec. La déclaration d immatriculation doit indiquer, notamment, le nom de l assujetti et tout autre nom que celui-ci utilise au Québec dans l exploitation de son entreprise, bien qu il soit interdit à l assujetti de déclarer ou d utiliser au Québec un nom qui n est pas conforme à la Charte de la langue française. 2 Immatriculation des entreprises

7 3 Droit du travail

8 Droit du travail COTISATIONS DE L EMPLOYEUR Tout employeur qui a un établissement au Québec et au moins un employé à son emploi, travaillant à temps plein ou non, doit s inscrire auprès de la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (la «CSST») dans les 14 jours qui suivent la date à laquelle l employeur commence à exploiter une entreprise au Québec (ce qui correspond habituellement à la date d embauche du premier employé), faute de quoi une pénalité de retard, majorée des intérêts, sera imposée à l employeur à l égard de la cotisation qui était payable. Dans les 60 jours suivant cette date, l employeur doit fournir de l information sur la nature de ses activités et le montant des salaires qu il s attend à verser au cours de l année afin que la CSST puisse établir la cotisation que l employeur sera tenu de payer. IMPÔT-SANTÉ DES EMPLOYEURS L employeur doit payer une cotisation variant entre 2,7 % et 4,26 % du salaire qu il paie à ses employés dans la province afin de financer le régime d assurance maladie établi par la Loi sur la Régie de l assurance maladie du Québec. RÉGIME DES RENTES DU QUÉBEC L employeur doit payer une cotisation au régime de rentes provincial correspondant à 4,95 % du montant par lequel le salaire admissible excède l exemption pour la période de paie (l exemption générale pour l année s établit à $) aux termes de la Loi sur le régime de rentes du Québec. ASSURANCE-EMPLOI Au Canada, conformément à la Loi sur l assurance-emploi, les employés et les employeurs doivent cotiser au compte d assurance-emploi administré par le gouvernement fédéral. Les cotisations ouvrières et les cotisations patronales sont établies chaque année sous forme de pourcentage de la rémunération assurable annuelle, jusqu à concurrence d un montant maximal. En 2011, la rémunération assurable maximale est de $, la prime ouvrière correspond à 1,41 % de la rémunération assurable jusqu à concurrence du maximum précité (de sorte que la prime ouvrière maximale pour 2011 est de 623,22 $) et la prime patronale correspond à 1,974 % (de sorte que la prime patronale maximale pour 2011 est de 872,51 $ par employé). Les cotisations patronales, qui sont déductibles d impôt au titre des dépenses d emploi, peuvent également être réduites si l employeur offre un régime d assurance-emploi à ses employés. Des prestations d assurance-emploi sont versées aux employés qui perdent leur emploi à la suite d une mise à pied ou d un licenciement. Ont également droit aux prestations les employés qui sont en congé de maternité ou en congé parental, ou qui s absentent pour cause de maladie. Cependant, les employés qui quittent volontairement leur emploi sans motif valable ou qui perdent leur emploi en raison de leur inconduite n ont pas droit aux prestations. Au Québec, la Loi sur l assurance parentale a institué un régime d assurance parentale qui a pour objet d accorder des prestations à l occasion de la naissance d un enfant ou de l adoption d un enfant mineur. Chaque employé qui réside au Québec et chaque employeur du Québec doit payer une prime affectée au financement de ce régime. La cotisation de l employé pour 2011 correspond à 0,537 % (0,752 % pour l employeur) des revenus assurables jusqu à concurrence de $. En conséquence, en 2011, la cotisation maximale payable est de 343,68 $ pour un employé et de 481,28 $ pour un employeur. 4 Droit du travail

9 SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL ET INDEMNISATION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL Au Québec, la Loi sur la santé et la sécurité du travail a pour objet l élimination des dangers pour la santé, la sécurité et l intégrité physique des travailleurs. Elle accorde à un employé le droit de refuser d exécuter un travail s il a des motifs raisonnables de croire que l exécution de ce travail l exposerait à un danger pour sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique ou exposerait à un tel danger un enfant à naître ou un enfant allaité, dans le cas d une travailleuse enceinte ou qui allaite. Les employés ne peuvent se soustraire à la loi par contrat; ils peuvent néanmoins convenir avec l employeur de conditions de travail plus favorables que les normes minimales prévues par la loi. Toujours au Québec, la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles a pour objet la réparation des lésions professionnelles et peut comprendre la fourniture de soins de réadaptation ainsi que le paiement d indemnités de remplacement de revenu, d indemnités pour préjudice corporel ou d indemnités de décès. Il s agit d un régime d indemnisation sans égard à la faute. Les travailleurs qui sont victimes d un accident du travail ou qui souffrent d une maladie professionnelle peuvent recevoir des indemnités du fonds établi à cette fin; ils ne peuvent toutefois poursuivre l employeur en dommages-intérêts. PROMOTION DE LA QUALIFICATION ET DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE Aux termes de la Loi favorisant le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d œuvre, la plupart des employeurs dont la masse salariale excède 1 million de dollars doivent consacrer à des dépenses de formation admissibles un montant représentant au moins 1 % de cette masse salariale (les dépenses admissibles incluent un certain nombre d activités de formation, y compris certaines formations données à l interne). NORMES MINIMALES Les normes du travail minimales sont établies dans la Loi sur les normes du travail (la «LNT»). Cette loi, sous réserve de quelques rares exceptions, ne s applique pas aux cadres supérieurs, terme que la jurisprudence a défini comme étant un groupe restreint de personnes possédant de réelles fonctions de gestion au sein de l entreprise. La LNT et ses règlements d application prévoient notamment ce qui suit : un salaire minimum, au 1er mai 2010, de 9,50 $ l heure pour les salariés ordinaires (8,25 $ l heure pour les travailleurs du secteur de la restauration et des bars) et, au 1er mai 2011, de 9,65 $ l heure pour les salariés ordinaires (8,35 $ l heure pour les travailleurs du secteur de la restauration et des bars); un recours dont peuvent se prévaloir les salariés qui sont victimes de certaines pratiques interdites, dont le harcèlement psychologique; un recours dont peuvent se prévaloir les salariés qui comptent plus de deux années de service et qui croient avoir été congédiés sans cause juste et suffisante. S il obtient gain de cause contre l employeur, le salarié peut demander à être réintégré dans son poste, en plus de se faire payer une indemnité équivalant au salaire perdu; la possibilité pour un salarié de s absenter de son travail pendant une période prolongée pour remplir des obligations liées à sa santé ou à la santé de membres de sa famille. Par exemple, un salarié peut s absenter jusqu à 104 semaines si son enfant mineur souffre d une maladie grave et potentiellement mortelle. De plus, l employeur a l obligation, à la fin du congé, de réintégrer le salarié dans son poste habituel avec les mêmes avantages, y compris le salaire auquel le salarié aurait eu droit s il était resté au travail; le droit conféré à tous les salariés, en cas de congédiement sans cause juste et suffisante, de recevoir un avis de cessation d emploi ou une indemnité tenant lieu de préavis. Droit du travail 5

10 En cas de licenciement collectif (c.-à-d. la mise à pied d au moins 10 salariés au cours d une période de deux mois consécutifs), l employeur doit en donner avis au ministre de l Emploi et de la Solidarité sociale afin d assurer la constitution d un comité d aide au reclassement au sein de l entreprise. RELATIONS DE TRAVAIL Au Québec, les relations de travail sont régies par le Code du travail du Québec, lequel interdit à un employeur d engager une personne pour remplacer une personne en grève ou en lock-out; toutefois, les cadres qui travaillent déjà dans l établissement faisant l objet d une grève ou d un lock-out sont autorisés à remplacer les salariés. Un nouvel employeur est lié par une accréditation ou une convention collective, sauf dans certains cas, notamment lorsqu il y a concession partielle d entreprise et que cette concession n a pas pour effet de transférer la plupart des éléments caractéristiques de la partie d entreprise visée. CODE CIVIL DU QUÉBEC Les contrats d emploi sont également régis par le Code civil du Québec. Sont énumérées ci-après certaines dispositions importantes du Code civil : L employeur doit prendre des mesures appropriées à la nature du travail, en vue de protéger la santé, la sécurité et la dignité du salarié; Les parties ont le droit d inclure une clause de non-concurrence dans un contrat, à condition qu elle soit limitée quant au temps, au lieu et au genre de travail; La vente de l entreprise ou la modification de sa structure juridique, par fusion ou autrement, ne met pas fin au contrat de travail, qui lie tout employeur subséquent; Chacune des parties à un contrat de travail à durée indéterminée peut y mettre fin en donnant à l autre un préavis raisonnable; par ailleurs, une partie peut toujours, pour un motif sérieux, résilier le contrat de travail sans préavis; La stipulation relative au «choix de la loi» applicable dans un contrat de travail pourrait ne pas être exécutoire si elle prive le travailleur de la protection que lui assurent les dispositions impératives de la loi du pays où il exécute habituellement son travail. Le «choix de la loi» ne peut être imposé à un travailleur. ÉQUITÉ SALARIALE Il est illégal, dans chaque province du Canada, de verser à une femme une rémunération inférieure à celle d un homme pour un travail équivalent. Au Québec, ce principe est enchâssé dans la Loi sur l équité salariale, qui impose des obligations aux employeurs des secteurs public et privé comptant au moins 10 salariés, les grands employeurs étant assujettis à des obligations de procédure supplémentaires. Par exemple, tout employeur (comptant au moins 10 salariés) doit produire une déclaration relative à l application de la Loi sur l équité salariale dans son entreprise, en informer les salariés au moyen d affichages périodiques et évaluer régulièrement la mise en œuvre de la Loi. Les employeurs qui comptent plus de 50 salariés doivent également établir un programme d équité salariale et procéder à une évaluation du maintien de l équité salariale et aux affichages connexes tous les cinq ans, et ceux qui comptent 100 salariés ou plus doivent, en outre, se doter d un comité d équité salariale formé d au moins trois membres, dont au moins deux doivent représenter les salariés, et au moins la moitié de ceux-ci doivent être des femmes. 6 Droit du travail

11 7 Droit à la protection de la vie privée

12 Droit à la protection de la vie privée Le principe de protection de la vie privée a vu le jour au Québec, d abord avec l adoption de la Charte des droits et libertés de la personne en 1975, puis avec la mise en œuvre, en 1994, du nouveau Code civil du Québec (le «CcQ»), qui a introduit des droits effectifs et exécutoires d accès et de protection des renseignements personnels que détiennent des personnes de façon générale. Afin de compléter les dispositions du CcQ traitant de la vie privée, la législature québécoise a adopté la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé (la «Loi sur la protection des renseignements personnels»), qui a pour objet de réglementer les utilisations commerciales des renseignements personnels par les entreprises du secteur privé. La Loi sur la protection des renseignements personnels impose aux employeurs du Québec un vaste éventail d obligations à l égard des renseignements qu ils détiennent au sujet de leurs employés et de leurs clients. Essentiellement, aux termes de la Loi sur la protection des renseignements personnels, la collecte et l utilisation de renseignements personnels est fondée sur le consentement. Sous réserve de quelques exceptions, quiconque recueille, utilise ou transmet des renseignements sur une autre personne doit obtenir le consentement de cette personne. Par conséquent, les personnes ont le «droit de savoir» ce que les entreprises savent à leur sujet, et elles disposent d un droit d accès, de copie et de rectification, au besoin, relativement aux renseignements qui sont conservés sur elles. En cas de mésentente relative à l accès à des renseignements personnels ou à la correction ou à la suppression de ceux-ci, la personne concernée peut présenter une demande à la Commission de l accès à l information du Québec (la «Commission»), qui est un organisme administratif indépendant possédant des pouvoirs de décision, d enquête et de conseil. Suivent ci-dessous quelques règles tirées de la Loi sur la protection des renseignements personnels qu il est recommandé de connaître : Seuls les renseignements relatifs aux personnes physiques, par opposition aux personnes morales, sont visés par la Loi sur la protection des renseignements personnels. La Loi sur la protection des renseignements personnels n a pas pour objet de protéger les sociétés ou d autres personnes morales. À titre d exemple, les renseignements concernant les sociétés qui font partie de la clientèle d une entreprise ne constituent pas des renseignements personnels au sens de la Loi sur la protection des renseignements personnels. La Loi sur la protection des renseignements personnels est neutre sur le plan technologique et s applique à toutes les formes de renseignements personnels, notamment écrits, graphiques, enregistrés, filmés ou informatisés. Est un renseignement «personnel» tout renseignement qui concerne une personne physique et permet de l identifier. La Loi sur la protection des renseignements personnels prévoit que «[t]oute personne qui exploite une entreprise et qui, en raison d un intérêt sérieux et légitime, peut constituer un dossier sur autrui doit, lorsqu elle constitue le dossier, inscrire son objet». La définition de l «objet» revêt une importance cruciale, car, aux termes de la Loi sur la protection des renseignements personnels, il est interdit d utiliser des renseignements personnels à des fins non pertinentes à l objet du dossier. De plus, seuls des renseignements nécessaires à l objet du dossier peuvent être recueillis. Dans la jurisprudence, le terme «nécessaire» a été interprété comme signifiant toute chose qui est absolument indispensable à l atteinte de l «objet» du dossier. L entreprise doit donc prendre toutes les mesures qui s imposent pour éviter que des renseignements «non nécessaires» ne soient recueillis. 8 Droit à la protection de la vie privée

13 L employeur qui recueille des renseignements auprès d une personne doit l informer, lorsqu il constitue un dossier sur elle, de l objet du dossier, de l utilisation qui sera faite des renseignements, des catégories de personnes qui y auront accès au sein de l entreprise, de l endroit où sera détenu le dossier ainsi que des droits d accès et de rectification. Nul ne peut communiquer à un tiers les renseignements personnels contenus dans un dossier qu il détient sur autrui ni les utiliser à des fins non pertinentes à l objet du dossier, à moins que la personne concernée n y consente. Le consentement de la personne concernée n est pas requis lorsque les renseignements sont communiqués à un avocat, au procureur général, à une personne chargée de prévenir, de détecter ou de réprimer le crime, etc. LISTES NOMINATIVES Une liste nominative est une liste de noms, d adresses ou de numéros de téléphone de personnes physiques. Si la liste contient d autres renseignements personnels au sujet de ces personnes, il ne s agit plus d une liste nominative. Une entreprise peut, sans le consentement des personnes concernées, communiquer une liste nominative à des tiers à des fins commerciales si les trois conditions suivantes sont réunies : 1) cette communication est prévue dans un contrat comportant une stipulation qui oblige le tiers à n utiliser ou à ne communiquer la liste qu à des fins de prospection commerciale ou philanthropique; 2) avant cette communication, lorsqu il s agit d une liste nominative de ses clients, de ses membres ou de ses employés, l entreprise a accordé aux personnes concernées l occasion valable de refuser que ces renseignements soient utilisés par un tiers à des fins de prospection commerciale ou philanthropique; et 3) cette communication ne porte pas atteinte à la vie privée des personnes concernées en les rattachant à une catégorie de personnes en particulier. Bien que la règle générale établie par la Loi sur la protection des renseignements personnels permette la communication de listes nominatives sans le consentement des personnes concernées, la condition accordant à ces dernières le droit de refuser l utilisation de leurs renseignements personnels oblige dans les faits l entreprise qui constitue une liste nominative de clients, de membres ou d employés à obtenir le consentement à la communication. Droit à la protection de la vie privée 9

14 11 Exigences liées à la langue française

15 Exigences liées à la langue française La province de Québec est majoritairement francophone et se préoccupe de protéger sa langue et sa culture uniques, ce qui l a amenée à adopter certaines «lois linguistiques», dont la Charte de la langue française (la «Charte»). La Charte intervient dans toutes les sphères de l exploitation d une entreprise au Québec, du choix de la dénomination sociale aux rapports avec la clientèle et les employés. DÉNOMINATION FRANÇAISE La Charte prévoit expressément que le nom d une entreprise et les noms qui sont déclarés au registraire des entreprises doivent être en langue française. Ces noms peuvent être utilisés avec leur version anglaise d origine pourvu que le ou les noms de langue française figurent de façon au moins aussi évidente. Cependant, le nom de l entreprise peut figurer en anglais seulement dans les textes ou documents rédigés uniquement en langue anglaise. La version française d un nom peut contenir des patronymes, des toponymes et des expressions formées de la combinaison artificielle de lettres, de syllabes ou de chiffres. Les expressions tirées d autres langues peuvent aussi figurer dans un nom d entreprise, pourvu qu un terme français «générique» soit utilisé avec l expression non française. On qualifie de «générique» un terme qui sert à décrire le type d entreprise ou de produits offerts. Par exemple, le nom «Quickfix» en lui-même ne serait pas acceptable. Cependant, le nom «Quincaillerie Quickfix» respecterait les exigences de la Charte en raison de la présence du terme générique «Quincaillerie». Si l expression tirée d une autre langue, dont l anglais, est une marque de commerce reconnue aux termes de la Loi sur les marques de commerce du Canada et qu aucune version française de cette marque n a été déposée, elle peut être utilisée seule, sans terme ou expression générique français. Toutefois, l Office québécois de la langue française (l «OLF») encourage fortement l utilisation d une expression ou d un terme générique français avec une marque non française. NÉCESSITÉ DE FOURNIR DES SERVICES EN FRANÇAIS La Charte prévoit que «[l]es consommateurs de biens ou de services ont le droit d être informés et servis en français». Par voie de conséquence, les personnes qui font des affaires au Québec doivent pouvoir fournir leurs services en français aux consommateurs qui le demandent. EMBALLAGE ET ÉTIQUETAGE La Charte prévoit que «[t]oute inscription sur un produit, sur son contenant ou sur son emballage, sur un document ou objet accompagnant ce produit, y compris le mode d emploi et les certificats de garantie, doit être rédigée en français». Le texte français peut être assorti d une traduction, mais l inscription rédigée dans l autre langue ne doit pas l emporter sur celle qui est rédigée en français. Il y a cependant des exceptions à cette règle. Par exemple, la loi permet l utilisation exclusive d une autre langue que le français dans le cas d inscriptions figurant sur un produit culturel ou éducatif tel qu un livre ou un magazine dans la mesure où le contenu de celui-ci est dans une autre langue que le français. De plus, une marque de commerce reconnue au sens de la Loi sur les marques de commerce peut être apposée uniquement dans une autre langue que le français, à moins qu une version française de celle-ci n ait été déposée. 12 Exigences liées à la langue française

16 PUBLICATIONS COMMERCIALES La Charte prévoit que «les catalogues, les brochures, les dépliants, les annuaires commerciaux et toute autre publication de même nature doivent être rédigés en français». Cette disposition a été interprétée largement pour inclure son application générale à des «publications commerciales», distribuées en personne ou par la poste, ou affichées sur un site Web. Les publications commerciales peuvent également être rédigées à la fois en français et dans une autre langue pourvu que le français y figure de façon aussi prédominante. Une publication commerciale peut aussi comporter deux versions distinctes, l une uniquement en français et l autre uniquement dans une autre langue, à la condition que la présentation matérielle de la version française soit disponible dans des conditions d accessibilité et de qualité au moins égales à celle rédigée dans une autre langue. La version qui est rédigée uniquement dans une autre langue que le français peut être envoyée à une personne physique qui a demandé, par écrit, de recevoir de tels documents dans cette autre langue. AFFICHAGE ET PUBLICITÉ Sous réserve de certaines exceptions, l affichage public et la publicité commerciale doivent se faire en français. Ils peut également être faits en français et dans une autre langue pourvu que le français y figure «de façon nettement prédominante». La détermination du caractère nettement prédominant exige que le texte rédigé en français ait un impact visuel beaucoup plus important que le texte rédigé dans l autre langue. Cet impact dépend d un certain nombre de facteurs énoncés dans le Règlement précisant la portée de l expression «de façon nettement prédominante» pour l application de la Charte de la langue française. Par exemple, ce règlement prévoit que si des textes rédigés à la fois en français et en anglais sont sur une même affiche, le texte rédigé en français sera réputé avoir un impact visuel beaucoup plus important si : 1) l espace consacré au texte rédigé en français est au moins deux fois plus grand que celui consacré au texte rédigé en anglais; 2) les caractères utilisés dans le texte rédigé en français sont au moins deux fois plus grands que ceux utilisés dans le texte rédigé en anglais; et 3) les autres caractéristiques de cet affichage n ont pas pour effet de réduire l impact visuel du texte rédigé en français. Dans le cas d affiches distinctes de même dimension, dont l une est en français et l autre en anglais, le texte rédigé en français sera réputé avoir un impact visuel plus important si : 1) les affiches en français sont au moins deux fois plus nombreuses que les affiches en anglais; 2) les caractères utilisés dans le texte rédigé en français sont au moins deux fois plus grands que ceux utilisés dans le texte rédigé en anglais; et 3) les autres caractéristiques de cet affichage n ont pas pour effet de réduire l impact visuel du texte rédigé en français. Enfin, dans le cas d affiches distinctes de dimensions différentes, dont l une est en français et l autre en anglais, le texte rédigé en français sera réputé avoir un impact visuel plus important si : 1) les affiches en français sont au moins deux fois plus nombreuses que les affiches en anglais; 2) les affiches en français sont au moins deux fois plus grandes que les affiches en anglais; 3) les caractères utilisés dans le texte rédigé en français sont au moins deux fois plus grands que ceux utilisés dans le texte rédigé en anglais; et 4) les autres caractéristiques de cet affichage n ont pas pour effet de réduire l impact visuel du texte rédigé en français. CONTRATS D ADHÉSION La Charte exige aussi que «les contrats d adhésion, les contrats où figurent des clauses-types imprimées, ainsi que les documents qui s y rattachent» soient rédigés en français. On compte parmi les «documents qui s y rattachent» devant être rédigés en français les relevés de cartes de crédit, les factures et les reçus qui sont produits dans le cadre de ces contrats. Exigences liées à la langue française 13

17 Cette règle générale comporte deux exceptions. Premièrement, un contrat et les documents qui s y rattachent peuvent être rédigés à la fois en français et dans une autre langue, à la condition que le texte en français figure de façon aussi prédominante. Deuxièmement, un contrat et les documents qui s y rattachent peuvent être rédigés entièrement dans une autre langue que le français si telle est la volonté expresse des parties. Par conséquent, un contrat rédigé en anglais seulement devrait inclure une clause de choix de langue dont le libellé pourrait par exemple être le suivant : «The parties acknowledge that they require that this Agreement be drawn up in the English language only. Les parties reconnaissent qu elles ont exigé que la présente convention soit rédigée en langue anglaise seulement.» Malgré ce qui précède, il est fortement recommandé de disposer d un contrat rédigé en français au moment de la signature, car un tribunal pourrait conclure qu un contrat disponible en anglais seulement est incompréhensible pour un francophone unilingue et, par conséquent, inexécutoire. BONS DE COMMANDE ET FACTURES La Charte prévoit expressément que les bons de commande, les factures, les reçus et les quittances doivent être rédigés en français. Il en découle que même s il est permis d avoir une version bilingue de ces documents aux termes de la Charte, les parties ne peuvent pas choisir de les rédiger uniquement dans une autre langue que le français. Cependant, si le bon de commande, la facture, le reçu ou la quittance est accessoire à un contrat rédigé en anglais contenant une clause de choix de langue, ce document peut être rédigé uniquement en anglais. OFFRES D EMPLOI La Charte prévoit que chaque employeur «rédige et publie en français les offres d emploi ou de promotion». SITES WEB La Charte ne réglemente pas expressément les technologies liées à Internet telles que les sites Web et le courrier électronique. Cependant, les tribunaux ont statué que les exigences de la Charte s appliquent sans égard au moyen utilisé. Sont présentées ci-dessous les principales exigences de la Charte qui sont susceptibles de s appliquer aux sites Web de sociétés offrant des produits et services au Québec : L OBLIGATION DE TRADUIRE Les tribunaux et l OLF ont adopté une position selon laquelle la disposition de la Charte relative aux publications commerciales s applique à l ensemble de la publicité commerciale affichée sur les sites Web ou transmise par courriel ou télécopieur. Le même raisonnement vaudrait pour les exigences de la Charte relatives aux offres d emploi, aux contrats, aux bons de commande, aux factures et aux quittances. En conséquence, il semblerait que tous ces éléments doivent être en français, même s ils figurent sur un site Web. Cependant, la Charte permet l utilisation à la fois du français et d une autre langue, à la condition que le texte en français soit affiché de façon au moins aussi prédominante que celui dans l autre langue. Dans le cas des sites Web, il serait possible de créer un lien sur la page d accueil donnant accès à la version française du site. De plus, les exigences de la Charte ne s appliquent pas à tous les sites Web. Selon l OLF, la Charte s applique si l entreprise a une adresse ou un établissement physique au Québec et que les annonces affichées sur le site Web portent sur des produits disponibles au Québec. Il y a lieu de noter que la Charte déclare que les «consommateurs de biens ou de services ont le droit d être informés et servis en français». Par voie de conséquence, les personnes qui font des affaires au Québec doivent pouvoir fournir leurs services par l entremise d un site Web en français aux consommateurs qui le demandent. Néanmoins, la Charte ne prévoit pas expressément d infraction qui permettrait l introduction de poursuites 14 Exigences liées à la langue française

18 pénales. Bien qu il soit possible de soutenir que le droit du consommateur d être informé et servi en français pourrait être le fondement d un recours civil, les conséquences juridiques de la violation de ce droit demeurent incertaines. FRANCISATION DES ENTERPRISES La Charte crée l obligation de promouvoir l utilisation du français au sein d une entreprise située au Québec. Cette obligation s intensifie avec la taille de l entreprise. Les entreprises qui comptent 50 employés ou plus doivent s inscrire auprès de l OLF et lui transmettre une analyse de leur situation linguistique. De plus, les entreprises employant 100 personnes ou plus doivent instituer un comité de francisation composé d au moins 6 personnes et sont aussi assujetties à certaines autres obligations. EXIGENCES APPLICABLES AUX ENTREPRISES EMPLOYANT 50 PERSONNES OU PLUS La première obligation imposée aux entreprises qui, durant une période de six mois, emploient 50 personnes ou plus, est de s inscrire auprès de l OLF dans les six mois de la fin de cette période. Suivant l inscription, l OLF devrait délivrer une attestation d inscription. Dans les six mois de la date de délivrance de l attestation, l entreprise doit transmettre une analyse de sa situation linguistique à l OLF. Cette analyse doit être soumise en la forme précisée par l OLF et couvrir les éléments énoncés dans la Charte pour convaincre l OLF que l utilisation du français est généralisée, au sens de la Charte, à tous les niveaux de l entreprise. En gros, ces éléments concernent la connaissance du français chez les membres du personnel de l entreprise, l utilisation du français comme langue du travail et des communications internes, la disponibilité de versions françaises des technologies de l information utilisées dans l entreprise, ainsi que l utilisation du français dans les communications avec celle ci et avec l administration civile, la clientèle, les fournisseurs et le public. L objet de cette analyse est de convaincre l OLF que l utilisation du français est généralisée à tous les niveaux de l entreprise afin qu il puisse délivrer un «certificat de francisation» aux termes de la Charte. L OLF dispose d un certain pouvoir discrétionnaire quant à la délivrance du certificat. Si un «certificat de francisation» est délivré, l entreprise doit s assurer que l utilisation du français demeure généralisée à tous les niveaux de l entreprise et doit aussi remettre à l OLF, à tous les trois ans, un rapport sur l évolution de l utilisation du français dans l entreprise. Si l OLF n est pas satisfait de l analyse qui lui a été soumise, il avise l entreprise qu elle doit adopter un «programme de francisation». Ce programme doit être transmis à l OLF dans les six mois de la date de réception de l avis. Le programme de francisation vise à généraliser l utilisation du français à tous les niveaux de l entreprise ainsi qu il est indiqué ci-dessus (soit, la connaissance du français chez les membres du personnel de l entreprise, l utilisation du français comme langue du travail et des communications internes, la disponibilité de versions françaises des technologies de l information utilisées dans l entreprise, ainsi que l utilisation du français dans les communications de celle-ci avec l administration civile, la clientèle, les fournisseurs et le public). Il est possible d obtenir des modèles de programme de francisation auprès de l OLF. Si l OLF approuve le programme de francisation soumis par l entreprise, il délivre alors une «attestation d application». L entreprise doit se conformer au programme et tenir son personnel informé de son application. L entreprise doit aussi remettre périodiquement à l OLF des rapports sur la mise en œuvre du programme, tous les 24 mois, dans le cas où l entreprise emploie moins de 100 personnes, et tous les 12 mois, dans le cas où elle emploie 100 personnes ou plus. Lorsque l entreprise a terminé l application de son programme de francisation et que l OLF estime que l utilisation du français est généralisée à tous les niveaux de l entreprise, l OLF lui délivre un «certificat de francisation». Il y a lieu de noter que l OLF peut refuser, suspendre ou annuler une «attestation d application» ou un «certificat de francisation» d une entreprise si cette dernière ne respecte pas ou ne respecte plus les Exigences liées à la langue française 15

19 obligations qui lui sont imposées par la Charte ou les règlements pris en application de celle-ci. EXIGENCES APPLICABLES AUX ENTREPRISES EMPLOYANT 100 PERSONNES OU PLUS Si l entreprise emploie 100 personnes ou plus au Québec, elle doit instituer un comité de francisation formé d au moins six personnes. Au moins la moitié des membres du comité de francisation et de tout sous-comité doivent représenter les travailleurs de l entreprise. Si l entreprise n est pas syndiquée, les représentants sont élus par l ensemble des travailleurs de l entreprise, suivant les modalités déterminées par la direction. Les représentants des travailleurs sont élus pour un mandat de deux ans, qui peut être renouvelé. L entreprise doit fournir à l OLF la liste des membres du comité de francisation et de chaque sous-comité ainsi que toute modification à cette liste. Le comité de francisation doit s assurer de la généralisation du français à tous les niveaux de l entreprise. Le comité doit se réunir au moins une fois tous les six mois, analyser la situation linguistique de l entreprise et présenter un rapport à cet égard à la direction de l entreprise, qui doit ensuite le transmettre à l OLF. Si un programme de francisation est requis dans l entreprise, le comité est chargé de l élaborer et d en superviser l application. 16 Exigences liées à la langue française

20 Fiscalité 17

Un nom commercial en français

Un nom commercial en français par anne-marie l. lizotte La langue, la culture et le système juridique distincts du présentent des défis particuliers pour les entités étrangères qui envisagent de faire des affaires dans la deuxième

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

LOIS LINGUISTIQUES. À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122. Par Charles Morgan

LOIS LINGUISTIQUES. À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122. Par Charles Morgan À l extérieur du Québec 121 Au Québec 122 Par Charles Morgan Lois linguistiques 121 Dans la majeure partie du Canada, les règles linguistiques s appliquent principalement aux institutions gouvernementales

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi :

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi : Emploi 117 EMPLOI L emploi est un secteur très réglementé au Canada, soumis à la fois à des lois fédérales et provinciales. La majorité des employeurs sont assujettis aux lois provinciales, à l exception

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA

MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA MODALITÉS ET CONDITIONS DU PROGRAMME DE RÉCOMPENSES MASTERCARD DE LA BANQUE WALMART DU CANADA Les présentes conditions s appliquent au programme de Récompenses MasterCard de La Banque Wal-Mart du Canada

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Table des matières. 1. Un guide utile à l intention de toutes les travailleuses enceintes...3. 2. Le retrait préventif...3. 3. Le suivi médical...

Table des matières. 1. Un guide utile à l intention de toutes les travailleuses enceintes...3. 2. Le retrait préventif...3. 3. Le suivi médical... Table des matières 1. Un guide utile à l intention de toutes les travailleuses enceintes................3 2. Le retrait préventif...............................................3 2.1 De la travailleuse

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Le Québec dispose d un ensemble de mesures permettant aux parents de mieux concilier leurs responsabilités familiales et professionnelles, dont les congés parentaux.

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR AVEC LA COURONNE DU CHEF DE LA PROVINCE D ONTARIO, REPRÉSENTÉE

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE La Corporation de protection des investisseurs de l ACFM (la «CPI») protège les clients des membres (les «membres»)

Plus en détail

La fermeture du dossier de succession

La fermeture du dossier de succession Bureau du tuteur et curateur public La fermeture du dossier de succession L administration d une succession Guide pratique 4 Bureau du tuteur et curateur public du Yukon Sources d information Whitehorse

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

L OFFRE PEUT ÊTRE ACCEPTÉE JUSQU À 16 H (HEURE DE TORONTO) LE 25 OCTOBRE 2013 (L «HEURE D EXPIRATION»), À MOINS QU ELLE NE SOIT PROLONGÉE OU RETIRÉE.

L OFFRE PEUT ÊTRE ACCEPTÉE JUSQU À 16 H (HEURE DE TORONTO) LE 25 OCTOBRE 2013 (L «HEURE D EXPIRATION»), À MOINS QU ELLE NE SOIT PROLONGÉE OU RETIRÉE. LE PRÉSENT DOCUMENT N EST PAS UNE LETTRE D ENVOI. LE PRÉSENT AVIS DE LIVRAISON GARANTIE DOIT ÊTRE UTILISÉ POUR L ACCEPTATION DE L OFFRE DE DENISON MINES CORP. VISANT L ACQUISITION DES ACTIONS ORDINAIRES

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

ALERTE budget provincial

ALERTE budget provincial Mars 2015 ALERTE budget provincial présence locale portée mondiale Dans un premier budget équilibré depuis des années, le ministre des Finances Carlos Leitão a introduit plusieurs changements qui affectent

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance perte d emploi pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 21559

Demande de règlement au titre de l assurance perte d emploi pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 21559 Représentant de BMO Banque de Montréal : Demande de règlement au titre de Timbre de la succursale domiciliataire Signature Numéro de télécopieur Veuillez joindre une ou des saisies d écran des renseignements

Plus en détail

SITUATION LINGUISTIQUE AU CANADA

SITUATION LINGUISTIQUE AU CANADA SITUATION LINGUISTIQUE AU CANADA SECTION H DE LA PUBLICATION FAIRE DES AFFAIRES AU CANADA DE STIKEMAN ELLIOTT Stikeman Elliott S.E.N.C.R.L., s.r.l. Droit des affaires canadien. Partout dans le monde. Stikeman

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE

PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE Le 21 mai 2013 PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE Le gouvernement du Québec a déposé le projet de loi n 39 Loi sur les régimes volontaires d épargne-retraite (le «projet

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Vous fournissez un service d aide à domicile

Vous fournissez un service d aide à domicile Vous fournissez un service d aide à domicile à une personne handicapée ou en perte d autonomie Les services d aide à domicile et le chèque emploi-service Vous commencez à offrir de l aide à une personne

Plus en détail

Aide-mémoire. L usage du français dans les ministères et les organismes. français seulement (Charte art. 14)

Aide-mémoire. L usage du français dans les ministères et les organismes. français seulement (Charte art. 14) Aide-mémoire L usage du français dans les ministères et les organismes Objet Régime général Remarques 1 Dénomination (ministère, organisme, entité administrative) Affiches, papier officiel, cartes professionnelles,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur de fonctionnement, adopté par l'assemblée générale, s'impose à tous les adhérents. Des assouplissements peuvent cependant être décidés, lorsque

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale

Aide-mémoire. La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale Aide-mémoire La Charte de la langue française dans les ministères et les organismes et la politique linguistique gouvernementale AIDE-MÉMOIRE La Charte de la langue française dans les ministères et les

Plus en détail

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE?

COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? COMMENT LIRE L AFFICHAGE DES RÉSULTATS D UN EXERCICE D ÉQUITÉ SALARIALE? Information à l intention des personnes salariées travaillant dans une entreprise de 10 à 49 personnes salariées La Loi sur l équité

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Instructions pour le dépôt d une demande en vertu de la Loi de 2001 sur les municipalités auprès de la Commission de révision de l évaluation foncière

Instructions pour le dépôt d une demande en vertu de la Loi de 2001 sur les municipalités auprès de la Commission de révision de l évaluation foncière Tribunaux de l environnement et de l'amenegment du territoire Ontario Commission de révision de l'évaluation foncière 655 rue Bay, suite 1500 Toronto ON M5G 1E5 Téléphone: (416) 212-6349 Sans Frais: 1-866-448-2248

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME

PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 1 er avril 2015 au 31 mars 2018 Date : mars 2015 1 PROGRAMME APPRENTISSAGE-DIPLÔME EXIGENCES

Plus en détail

Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers

Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers But de la présentation Cette présentation s adresse à vous si vous avez quitté un pays, ou une province ou un territoire du Canada, pour venir vous établir

Plus en détail

1.8.1 Compétences du personnel Introduction

1.8.1 Compétences du personnel Introduction Page 1 de 7 1.8.1 Compétences du personnel Introduction La présente section vise à garantir la transparence et l équité du processus d embauche pour tous les postes. Elle s applique aux offices de services

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE

LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE BULLETIN n O HE 002 Publié en juin 2000 Révisé en août 2014 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE RÉMUNÉRATION Le présent bulletin aidera les employeurs à déterminer

Plus en détail

Société par actions Instructions et renseignements additionnels

Société par actions Instructions et renseignements additionnels Registre d'entreprise 1301, avenue Premier Regina, Saskatchewan S4R 8H2 Société par actions Instructions et renseignements additionnels téléphone: 306.787.2962 Télécopieur: 306.787.8999 Courriel: corporateregistry@isc.ca

Plus en détail

Les formes d organisation de l entreprise au Canada

Les formes d organisation de l entreprise au Canada Les formes d organisation de l entreprise au Canada Plusieurs formes d organisation de l entreprise peuvent être mises à contribution pour gérer une entreprise au Canada, chacune comportant ses propres

Plus en détail

L indication des prix au Québec Les dispositions réglementaires

L indication des prix au Québec Les dispositions réglementaires L indication des prix au Québec Les dispositions réglementaires La cible : l exactitude des prix En 1998, l'office de la protection du consommateur (OPC) a mis sur pied un comité de travail ayant pour

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE PERSONNEL ET LES DÉPENSES DES SERVICES DE POURSUITES CRIMINELLES RÈGLES DE DÉCLARATION

ENQUÊTE SUR LE PERSONNEL ET LES DÉPENSES DES SERVICES DE POURSUITES CRIMINELLES RÈGLES DE DÉCLARATION ENQUÊTE SUR LE PERSONNEL ET LES DÉPENSES DES SERVICES DE POURSUITES CRIMINELLES RÈGLES DE DÉCLARATION NOTES GÉNÉRALES : 1. Objet de l Enquête : L Enquête sur les dépenses et le personnel des services de

Plus en détail

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes

Société DH. Régime de réinvestissement des dividendes Société DH Régime de réinvestissement des dividendes 1. Introduction Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Société DH (la «Société») offre aux porteurs admissibles d actions ordinaires

Plus en détail

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE

ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE ENTENTE ASSURANCE COLLECTIVE www.fc-csn.ca BV5087F (2014-09) La force du nombre Depuis 1988, la Fédération du commerce (CSN) et son partenaire, SSQ Groupe financier, allient leurs forces et leur expertise

Plus en détail

VOUS ÊTES TRAVAILLEUR AUTONOME? AIDE-MÉMOIRE CONCERNANT LA FISCALITÉ. revenuquebec.ca

VOUS ÊTES TRAVAILLEUR AUTONOME? AIDE-MÉMOIRE CONCERNANT LA FISCALITÉ. revenuquebec.ca VOUS ÊTES TRAVAILLEUR AUTONOME? AIDE-MÉMOIRE CONCERNANT LA FISCALITÉ revenuquebec.ca VOS RELATIONS AVEC NOTRE ORGANISATION Lors du démarrage et de l implantation de vos activités, vous devez vous assurer

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques)

CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) CRÉDIT D IMPÔT POUR LA R-D SALAIRE (activités biopharmaceutiques) INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Société biopharmaceutique admissible...

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Communiqué fiscal 1. DIVIDENDES DETERMINES OU DIVIDENDES ORDINAIRES (PERSONNES AGEES) Février 2008

Communiqué fiscal 1. DIVIDENDES DETERMINES OU DIVIDENDES ORDINAIRES (PERSONNES AGEES) Février 2008 Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Comme vous pourrez le constater, il n y a pas beaucoup de nouvelles fiscales en ce début d année. Cependant, nous nous sommes questionnés à savoir s il

Plus en détail

Taxes à la consommation

Taxes à la consommation Revenu Québec 3800, rue de Marly Québec (Québec) G1X 4A5 Page : 1de 7 Loi(s) : Loi sur la taxe de vente du Québec (RLRQ, c. T-0.1), articles 199, 201, 202, 203, 206, 206.1 1,211, 212, 386 et 457.1 Loi

Plus en détail

PAIE PORTÉE. La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université. DÉFINITIONS

PAIE PORTÉE. La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université. DÉFINITIONS Date d entrée en vigueur: 22 avril 2002 Remplace/amende: s/o Origine: Service des ressources humaines Numéro de référence: HR-37 PORTÉE La présente politique s applique à l ensemble du personnel de l Université.

Plus en détail

RÉGIME D ASSURANCE VIE COLLECTIVE DE BASE contrat n C-1414 HYDRO-QUÉBEC

RÉGIME D ASSURANCE VIE COLLECTIVE DE BASE contrat n C-1414 HYDRO-QUÉBEC RÉGIME D ASSURANCE VIE COLLECTIVE DE BASE contrat n C-1414 Pour le personnel syndiqué (sauf les ingénieurs membres du SPIHQ) et les retraités de HYDRO-QUÉBEC établi par Ce dépliant a été rédigé à titre

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015

L'AGENT COMMERCIAL I. DEFINITION ET STATUT II. CONTRAT D AGENCE COMMERCIALE III. CESSATION DU CONTRAT 30/07/2015 L'AGENT COMMERCIAL 30/07/2015 L agent commercial est un intermédiaire de commerce indépendant et qui agit au nom et pour le compte d une autre entité. Son statut est régi par les articles L134-1 et suivants

Plus en détail

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer

FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer SOYEZ MAÎTRE DE VOTRE RETRAITE FERR, FRV et FRRI Conseils et éléments à considérer Nous comprenons que la retraite n est pas qu une question d argent. Il est important de réfléchir aux aspects tant financiers

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37080 FRA Québec, le : 11 juin 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Toiture bon prix Abitibi inc. Partie mise en

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Étude de cas. Protection du patrimoine. Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada

Étude de cas. Protection du patrimoine. Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada Étude de cas Guide sur la fiscalité de l assurance-santé au Canada grâce à l assurance maladies graves assortie d une garantie de remboursement des primes à la résiliation ou à l expiration Août 2012 La

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL. Votre employeur a fait faillite?

COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL. Votre employeur a fait faillite? COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL Votre employeur a fait faillite? Quand une entreprise pour laquelle vous travaillez fait faillite, vous devez entreprendre trois démarches en même temps afin de tenter

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES

Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES La série de questions et de réponses qui suit sert à expliquer certaines caractéristiques clés du régime de réinvestissement des dividendes

Plus en détail

Régie des rentes du Québec. Régimes complémentaires de retraite. Les documents. Bien administrer un régime de retraite Fascicule n o 6

Régie des rentes du Québec. Régimes complémentaires de retraite. Les documents. Bien administrer un régime de retraite Fascicule n o 6 Les documents Bien administrer un régime de retraite Fascicule n o 6 Ce document d information n a pas force de loi. En cas de conflit d interprétation, il faut s en remettre aux dispositions de la Loi

Plus en détail

Entente collective ENTRE LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX APPELÉ CI-APRÈS «LE MINISTRE»

Entente collective ENTRE LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX APPELÉ CI-APRÈS «LE MINISTRE» Entente collective ENTRE LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX APPELÉ CI-APRÈS «LE MINISTRE» ET LA FÉDÉRATION DES FAMILLES D ACCUEIL ET DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES DU QUÉBEC (FFARIQ) APPELÉE

Plus en détail

GUIDE DE DISTRIBUTION

GUIDE DE DISTRIBUTION GUIDE DE DISTRIBUTION Nom du produit d assurance : Régime d assurance Couverture-crédit _ Âge d or MD Type de produit d assurance : Assurance crédit collective facultative offrant une protection en cas

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes

Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes Règlement de l ARMC 31-501 Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes PARTIE 1 DÉFINITIONS ET INTERPRÉTATION 1. Définitions 2. Interprétation PARTIE 2 OBLIGATIONS D INSCRIPTION 3. Auditeur

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

Barèmes des commissions et frais généraux

Barèmes des commissions et frais généraux Barèmes des commissions et frais généraux En vigueur le 1 er décembre 2014 Barème des commissions Transactions effectuées par l entremise de nos systèmes électroniques (site Web et site mobile) Tarification

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail