Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE"

Transcription

1 Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE Ville de Saint-Rémi Adopté le : 8 juin 2015 (résolution # )

2 PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE INTRODUCTION En 2000, suite à la réforme et à l adoption d un nouveau cadre législatif en matière de sécurité incendie, plusieurs services de sécurité incendie au Québec ont dû modifier différents aspects de leur organisation pour tenir compte des orientations du ministère de la Sécurité publique. De ces orientations, l une d elles consiste à réduire, dans toutes les régions du Québec, les pertes humaines et matérielles attribuables à l incendie. La prévention est un volet des principaux objectifs visés par cette orientation, compte tenu de son efficacité éprouvée. Dans le but de réduire ces pertes, le Service de sécurité incendie de Saint-Rémi a élaboré un Programme de vérification des avertisseurs de fumée. Puisque dans la plupart des incendies de résidences, les pertes de vies et les blessures surviennent suite à des comportements imprudents, il s avère donc essentiel d implanter des actions réglementaires, d effectuer des inspections de bâtiments et de faire de l éducation du public. Ces démarches pourront avoir des impacts bénéfiques pour les citoyens. Dans ce Programme, des statistiques provinciales seront traitées ainsi que trois actions qui seront privilégiées par le Service de sécurité incendie de Saint-Rémi. Pour chacune de ces actions, les sujets suivants seront abordés : le but, les objectifs, les risques ciblés, la description sommaire des principaux éléments de contenu, la périodicité, les méthodes utilisées, l analyse des besoins, les ressources nécessaires, l implantation ainsi que la rétroaction. Pour appuyer les initiatives du Service, ce document se veut un outil pratique servant à la mise en place de ce Programme. 2

3 1 ANALYSE STATISTIQUES Le Programme de vérification et des avertisseurs de fumée dans les bâtiments résidentiels s appuie sur l analyse des statistiques du ministère de la Sécurité publique ainsi que sur les données recueillies durant les activités du Service de sécurité incendie de Saint-Rémi. 1.1 Statistiques provinciales Lors de l analyse des plus récentes statistiques de la direction du développement et du soutien en sécurité incendie du ministère de la Sécurité publique, il apparaît qu au Québec entre 2002 et 2007, les deux tiers (2/3) des incendies de bâtiments sont survenus dans le secteur résidentiel. Les incendies surviennent entre 10h00 et 19h59. Le même constat s applique à tous les incendies de bâtiments. Et avec les événements malheureux dans des résidences en 2014, la vérification des avertisseurs de fumée s avère essentielle. LA SURVENANCE DES INCENDIES DE BÂTIMENTS D USAGE RÉSIDENTIEL Usage 2010 (%) 2011 (%) 2012 (%) résidentiel LES HEURES LA RÉPARTITION DES INCENDIES DE BÂTIMENTS D USAGE RÉSIDENTIEL DÉCLARÉS PAR PÉRIODE DE LA JOURNÉE Période 2012 (%) 0h00 à 4h h00 à 9h h00 à 14h h00 à 19h h00 à 23h59 17 Total 100 LES JOURS LA RÉPARTITION DES INCENDIES DE BÂTIMENTS D USAGE RÉSIDENTIEL DÉCLARÉS PAR JOUR DE LA SEMAINE Période 2012 (%) Lundi 15 Mardi 14 Mercredi 13 Jeudi 14 Vendredi 13 Samedi 16 Dimanche 15 Total 100 Source : Note : Direction du développement, ministère de la Sécurité publique Ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire Le taux d incendie inclut tous les incendies, y compris les feux extérieurs. Les suicides, les homicides, les décès de pompiers et les décès lors d un feu de véhicule sont exclus de ce tableau. 3

4 1.2 Statistiques municipales Pour les avertisseurs de fumée, présentement 68% des résidences en ont un conforme et fonctionnel. 2 RÉGLEMENTATION 2.1 But Le but de la réglementation est de réduire les pertes humaines et matérielles reliées aux incendies de bâtiments résidentiels en se dotant d un règlement concernant la prévention des incendies en ce qui a trait à la vérification des avertisseurs de fumée. 2.2 Objectifs L application de la réglementation sera assujettie aux objectifs suivants : S assurer de la rapidité de la détection advenant un incendie dans ce type de bâtiment; S assurer que chaque bâtiment résidentiel et d hébergement de la ville de Saint-Rémi soit doté d au moins un avertisseur de fumée par étage et que ce dernier soit fonctionnel; Favoriser une détection plus rapide des sinistres; Prévoir la vérification des avertisseurs de fumée dans la réglementation municipale; Donner les outils et les pouvoirs nécessaires aux pompiers à l application de cette réglementation. 2.3 Risques ciblés Tous les bâtiments résidentiels et d hébergement n ayant pas au moins un avertisseur de fumée fonctionnel par étage sur le territoire; Les propriétaires et locataires de bâtiments résidentiels et d hébergements; Les secteurs difficilement accessibles dans des délais favorisant une intervention efficace. 2.4 Description sommaire des principaux éléments de contenu Adopter un règlement sur la prévention des incendies, basé sur le Code National de Prévention des Incendies(CNPI) qui oblige d avoir au moins un avertisseur de fumée à proximité des aires où l on dort et inclure à ce règlement une disposition obligeant les propriétaires de bâtiment résidentiel à avoir au moins un avertisseur de fumée fonctionnel par étage. 4

5 2.5 Périodicité des activités Cette réglementation sera sujette à une révision aux 5 ans, ou soit au même moment que le Code National de Prévention des Incendies (CNPI). 2.6 Méthodes utilisées La méthode utilisée pour s assurer du respect de la réglementation sera l inspection. Ces inspections réparties sur une période de 5 ans, seront effectuées par les pompiers à temps partiel. Lors de cette visite, les pompiers complèteront un formulaire où des correctifs à apporter pour se conformer à la réglementation municipale en vigueur seront transmis aux citoyens. 2.7 Analyse des besoins Pour effectuer l adoption de cette réglementation, plusieurs ressources seront nécessaires tant aux niveaux humain, matériel que financier. 2.8 Implantation du Programme Premièrement, le directeur du Service rédige un projet de réglementation concernant les avertisseurs de fumée. Ensuite, il sera soumis pour révision et correction et pourra être vérifié sur son contenu légal par une firme experte externe. Finalement, il sera présenté durant une séance du Conseil municipal où il pourra être adopté par résolution et mis en application. 2.9 Compilation des données Les informations seront compilées et seront transmises annuellement par consolidation au conseiller en sécurité incendie de la MRC des Jardins de Napierville. À la fin de chaque année, une étude comparative sera effectuée pour mesurer l efficacité du présent Programme. Également, une analyse pour définir le taux de rendement sera produite annuellement. Elle indiquera le pourcentage d efficacité du Programme en tenant compte des données compilées par les pompiers lors des inspections et lors des interventions dans les résidences. 3 INSPECTION 3.1 But Réduire les pertes humaines et matérielles reliées aux incendies dans les bâtiments résidentiels de la ville de Saint-Rémi. 3.2 Objectifs L application de cette réglementation visera les objectifs suivants : Réduire les risques d incendies aux endroits visités; 5

6 Informer la population sur les risques présents à leur domicile pour qu elle puisse remédier à la situation; Améliorer la qualité et la fréquence de ces interventions en prévention des incendies; Impliquer les gens dans un partage de responsabilités quant à leur sécurité; Effectuer la visite de tous les bâtiments de type unifamilial sur une période maximale de 5 ans. Effectuer la visite de tous les bâtiments de type unifamilial situé dans les secteurs où la force de frappe n est pas atteinte sur une période maximale de 4 ans 3.3 Risques ciblés Tous bâtiments résidentiels sur le territoire de la ville de Saint-Rémi. 3.4 Description sommaire des principaux éléments de contenu Inspecter tous les bâtiments résidentiels présents sur le territoire de la ville de Saint- Rémi pour s assurer de la présence d au moins un avertisseur de fumée fonctionnel par étage. De plus, durant ces visites, les occupants seront informés sur les risques présents dans leur domicile afin qu ils puissent remédier à la situation, tels que l usage excessif de rallonges électriques et l entreposage inadéquat de réservoirs de propane. Également, lors de ces visites, ils seront sensibilisés sur le plan d évacuation, l utilisation des friteuses thermostatiques, le détecteur de monoxyde de carbone et les extincteurs portatifs**. ** Prendre note que les pompiers ne sont pas des spécialistes dans tous les domaines et doivent référer en cas de complexité (préventionniste, électricien, entrepreneur, etc.). 3.5 Périodicité des activités Le schéma de couverture de risques prévoit, sur une période de 5 ans, un total de résidences : risques faibles = 2 580, risques moyens = 343, risques (ex : logements multiples) doivent être visités sur une période de 5 ans, ce qui équivaut à 585 résidences par année (Tableau). 6

7 Tableau : Nombre de risques faibles et moyens pour la ville sur 5 ans Secteur (ou ville) Risques faibles (n) Risques moyens (n) TOTAL (n) Inspection/an sur 5 ans (n) Ville TOTAL Tableau : Nombre de risques élevés et très élevés par secteur (ou ville) sur 5 ans Secteur (ou ville) Risques élevé (n) Risques très élevé (n) TOTAL (n) Inspection/an sur 5 ans (n) Ville TOTAL ***Important : l intérieur des logements faisant partie des risques 1 à 4 relève du Programme de vérification des avertisseurs de fumée fait par les pompiers. Cependant, l ensemble des bâtiments de risques moyens à très élevés (risques 3 et 4) relève du programme d inspection des risques élevés fait par un préventionniste (exemple : bâtiment de 24 logements : l intérieur des logements sera visité par les pompiers et les espaces communs, locaux techniques, etc., sera inspecté par un préventionniste). 3.6 Méthodes utilisées Annuellement, 585 bâtiments résidentiels doivent être visités sur une période d un an. Durant les mois de mai, juin, juillet, août et septembre, les visites seront effectuées par les pompiers de la ville (Tableau ). Les visites doivent être effectuées par deux pompiers. Tableau : Nombre d inspections mensuelles pour la ville sur 5 ans Secteur (ou ville) TOTAL (n) Inspection/an sur 5 ans (n) Inspection/mois sur 1 an (n) Ville TOTAL Le préventionniste doit planifier les visites de façon à respecter les échéanciers et la liste des bâtiments à visiter. Il a la responsabilité d assister le personnel afin de s assurer que les formulaires des visites soient complétés selon la procédure établie (Annexe 1). De plus, il fournit aux pompiers un support technique afin de s assurer du bon fonctionnement du programme. Il se charge également de transmettre les formulaires validés à chaque mois au directeur du Service. Le directeur ou le préventionniste doit faire la compilation des visites. Évidemment, les visites doivent se dérouler dans le respect du citoyen, de sa propriété et de ses biens. Il faut toujours obtenir son consentement et mener la visite en sa présence. Dans le cas où seulement des personnes mineures sont à la maison, les pompiers doivent reporter leur visite à un moment où un adulte sera présent. 7

8 Un formulaire doit être complété pour chaque adresse, qu une visite soit effectuée ou non. Une fois l inspection terminée, les pompiers doivent faire un court bilan de la visite avec l occupant. Par la même occasion, ils le félicitent sur les points vérifiés qui témoignent de sa prudence et de sa vigilance. Ils insistent sur les correctifs à apporter pour une meilleure protection de la résidence, vérifient si l occupant connaît les numéros d urgence, notamment auprès des enfants. 3.7 L analyse des besoins Afin d être en mesure de procéder adéquatement à l inspection des bâtiments résidentiels du territoire de la ville de Saint-Rémi, il est essentiel d évaluer les besoins en ressources humaines, matérielles et financières Ressources humaines Le Tableau représente le temps qui sera nécessaire aux différents paliers pour effectuer les tâches reliées au travail d inspection des bâtiments. Au total, 209 heures de travail annuel ont été estimées. Tableau : Évaluation des ressources humaines attribuées à l inspection TITRE TÂCHE TEMPS/ANNUEL (heures/an) PRÉVENTIONNISTE Inventaire du matériel Suivi de dossiers Compilation des visites POMPIERS Formation Inspections (585 inspections X 0.3 h) TOTAL Ressources matérielles L évaluation des ressources matérielles qui serviront à l inspection de bâtiments est démontrée au Tableau Il est à noter que la plupart de ces ressources matérielles sont déjà utilisées par le Service de sécurité incendie. Toutefois, du matériel additionnel sera à prévoir pour le volet de publicité, de l information et des formulaires (Tableau ). Tableau : Évaluation des ressources matérielles requises pour l inspection. POSTE BUDGÉTAIRE Équipement de bureau Informatique Immobilisation Publicité et information Fournitures de bureau, imprimerie et livre EXEMPLES Bureau et chaise Ordinateur et imprimante Véhicule d intervention Dépliants et autocollants Formulaires 8

9 3.7.3 Évaluation des ressources financières attribuées annuellement à l inspection. Les ressources financières seront utilisées à même le budget du Service pour l année, selon les évaluations faites par le directeur. 3.8 Implantation du programme Pour l implantation de ce programme une formation de 2 heures sera donnée aux pompiers. Durant cette formation, ils passeront en revue le fonctionnement du programme. Le but, les objectifs, la réglementation et les conseils généraux des points à vérifier seront révisés. Par la suite, un power point sur le déroulement des visites dans les résidences privées sera présentée aux participants. En terminant, des communiqués seront acheminés par l Écho de Saint-Rémi pour informer la population de la mise en place de ce nouveau Programme et de la visite prochaine des pompiers à leur résidence. 3.9 Rétroaction Pour connaître l impact et s assurer de l atteinte des objectifs visés par ces inspections, les pompiers, lors de leurs visites, procéderont à la collecte de données. Cette collecte de données portera sur le nombre de résidences où ils se sont présentés par rapport au nombre de bâtiments visités, le nombre de bâtiments protégés et non protégés par des avertisseurs de fumée conformément au Programme, le nombre total d avertisseurs de fumée fonctionnels et non fonctionnels, le nombre de bâtiments protégés et non protégés par un détecteur de monoxyde de carbone dans lesquels il était requis d en avoir un, le nombre de bâtiments protégés et non protégés par un extincteur portatif, le nombre total d extincteurs portatifs fonctionnels et non fonctionnels, le nombre de bâtiments où un usage excessif de rallonges électriques a été constaté, le nombre de bâtiments qui utilisent une friteuse thermostatique et le nombre de bâtiments ayant un plan d évacuation. La collecte de données sera faite à partir d un formulaire (Annexe 1). Enfin, une étude pour définir le taux de rendement sera produite annuellement. Elle déterminera le pourcentage d efficacité des inspections en tenant compte des données compilées par les pompiers durant les inspections et lors des interventions dans ce type de résidences. 9

10 PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE ANNEXE 1 10

11 PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE ANNEXE 2 Un plan d évacuation S assurer que toutes les personnes de la résidence comprennent bien qu il faut sortir immédiatement au signal sonore de l avertisseur ou lorsque quelqu un crie : «Au feu!». 1. S assurer que tous les occupants de la résidence connaissent les sorties. Prendre les mesures nécessaires afin que tous sachent avec précision l emplacement des sorties principales et les autres sorties possibles pour chaque pièce. Prévoir comment évacuer les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées qui habitent la résidence (si tel est le cas, référez-vous au programme de secours adapté du Service de sécurité incendie pour les gens à mobilité réduite). S il y a un deuxième étage, prévoir une sortie ou un moyen (corde, échelle, etc.) pour atteindre le sol à l extérieur. 2. Pour préparer le plan d évacuation, dessiner sur papier le plan de la résidence. Indiquer toutes les sorties possibles et les tracés à emprunter pour accéder à l extérieur. Les enfants peuvent participer en dessinant un plan de leur chambre. 3. Pratiquer régulièrement le plan d évacuation avec toute la famille. 4. Ne jamais encombrer les corridors ou espace menant aux sorties d une résidence. Dans le cas où les portes s ouvrent vers l extérieur, bien dégager la sortie. En hiver, s assurer que tous les accès extérieurs de la résidence soient déneigés. 5. Déterminer un seul point de rencontre où tous les occupants devront se rejoindre après avoir quitté la résidence. Il sera ainsi plus facile de constater si quelqu un manque à l appel. Ce point de rencontre, situé à l extérieur de la résidence, doit être connu de tous et facilement accessible. En cas d intempéries, prévoir un nouveau point de rencontre. Désigner un responsable, qui une fois sorti à l extérieur, téléphonera au Toujours s assurer que personne ne retourne dans la résidence en flammes. 7. Informer les personnes qui viennent occasionnellement à la résidence, comme la gardienne ou le gardien, du plan d évacuation. 11

12 PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE ANNEXE 3 Fichier de compilation des données des visites de prévention 12

13 SOURCE : Christian Dumas, Directeur Service de sécurité incendie Ville de Saint-Rémi Téléphone: (450) poste 0140 Courriel: 13

PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE

PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE Janvier 2014 AVANT-PROPOS Vous trouverez dans ce document les grandes lignes qui permettront de clarifier les procédures qui sont mises en place pour

Plus en détail

Services de garde en milieu scolaire

Services de garde en milieu scolaire Services de garde en milieu scolaire Planifier Consulter Informer Organiser Collaborer Services éducatifs - Jeunes 1 Mise en garde : Le présent document ne remplace pas le plan de mesures d urgence de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS 2012 EN MATIÈRE DE PRÉVENTION POUR LA MUNICIPALITÉ DU CANTON DE POTTON

RAPPORT D ACTIVITÉS 2012 EN MATIÈRE DE PRÉVENTION POUR LA MUNICIPALITÉ DU CANTON DE POTTON SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE VILLE DE MAGOG DIVISION DE LA PRÉVENTION RAPPORT D ACTIVITÉS 2012 EN MATIÈRE DE PRÉVENTION POUR LA MUNICIPALITÉ DU CANTON DE POTTON Février 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. MOT

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

La gestion des risques en sécurité incendie. Service de sécurité incendie de Montréal et l Association des propriétaires du Québec

La gestion des risques en sécurité incendie. Service de sécurité incendie de Montréal et l Association des propriétaires du Québec La gestion des risques en sécurité incendie Service de sécurité incendie de Montréal et l Association des propriétaires du Québec Par: Emanuelle Marinier, agente technique Présenté par: Derry Spence, chef

Plus en détail

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Critères d admissibilité des projets déposés par les MRC de l Estrie 1 dans le cadre du soutien financier de la

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

CHAPITRE 1 INTRODUCTION

CHAPITRE 1 INTRODUCTION CHAPITRE 1 INTRODUCTION Service de sécurité incendie Page 1 de 36 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION..3 1.1 LE MODELE DE GESTION DES RISQUES D INCENDIE... 3 1. MISSION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE DE LA

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 Présenté à la réunion du Conseil d administration du 22 mars 2016. Table des matières 1. POLITIQUE GÉNÉRALE...2 1.1 Fondement de la politique d investissement... 2 1.2

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC

COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ A PROCÉDURE ADAPTÉE Article 28 du Code des Marchés Publics OPÉRATION : MAINTENANCE ET VERIFICATION DES SYSTEMES D ALARMES INCENDIE, DESENFUMAGE ET

Plus en détail

FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires

FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires Ville de Roissy en Brie 9, rue Pasteur 77680 ROISSY EN BRIE FICHE ENFANCE : Accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) Mercredis et vacances scolaires Il s agit de ce que l on appelle traditionnellement

Plus en détail

ÉCONOLOGIS MD CADRE NORMATIF

ÉCONOLOGIS MD CADRE NORMATIF ÉCONOLOGIS MD CADRE NORMATIF En vigueur à compter du 4 août 2010 SECTION 1 DÉFINITIONS Pour l application du présent cadre normatif, on entend par : «Agence» : l Agence de l efficacité énergétique du Québec

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

CONSTITUTION DU SERVICE

CONSTITUTION DU SERVICE PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 14 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 611 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CONSTITUTION

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Programme de secourisme pour les unités administratives. Version 6

Programme de secourisme pour les unités administratives. Version 6 Programme de secourisme pour les unités administratives Version 6 Février 2015 Programme de secourisme pour les unités administratives 2 Table des matières Sommaire 1) RESPONSABILITÉS DE L UNIVERSITÉ DE

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

PLAN DE CONTINUITÉ DES OPÉRATIONS DES OFFICES PROVINCIAUX DE MISE EN MARCHÉ

PLAN DE CONTINUITÉ DES OPÉRATIONS DES OFFICES PROVINCIAUX DE MISE EN MARCHÉ PLAN DE CONTINUITÉ DES OPÉRATIONS DES OFFICES PROVINCIAUX DE MISE EN MARCHÉ Mars 2008 DM127189 Plan de continuité des opérations de nom de l office provincial de mise en marché 1 Coordonnées Organisation

Plus en détail

CONSULTATION DES CITOYENS SUR LA RÉORGANISATION TERRITORIALE DE CERTAINES MUNICIPALITÉS

CONSULTATION DES CITOYENS SUR LA RÉORGANISATION TERRITORIALE DE CERTAINES MUNICIPALITÉS CONSULTATION DES CITOYENS SUR LA RÉORGANISATION TERRITORIALE DE CERTAINES MUNICIPALITÉS Résumé de l étude sur les conséquences et les coûts du démembrement de L ACTUELLE VILLE DE TROIS-RIVIÈRES et de la

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 Modifiée à la réunion du Conseil du 17 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 1.1 Fondement de la Politique d investissement... 1 1.2 Fonds d aide de la

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 2013-2018

CONSULTATION PUBLIQUE RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 2013-2018 CONSULTATION PUBLIQUE RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE PLAN DE LA PRÉSENTATION Mise en contexte de la réforme Présentation des orientations ministérielles Bilan du schéma

Plus en détail

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Mise à jour : Septembre 2015 Centre local de développement (CLD) de La Haute-Gaspésie POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Adopté le : N o de résolution : TABLE DES MATIÈRES 1-

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR COLOR ADO ACM 11-14. Applicable à partir de septembre 2015. Règlement intérieur Color Ado / ACM 11-14 1

RÈGLEMENT INTÉRIEUR COLOR ADO ACM 11-14. Applicable à partir de septembre 2015. Règlement intérieur Color Ado / ACM 11-14 1 RÈGLEMENT INTÉRIEUR COLOR ADO ACM 11-14 Applicable à partir de septembre 2015 Règlement intérieur Color Ado / ACM 11-14 1 Préambule Le présent règlement régit le fonctionnement de la structure d accueil

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS)

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS) Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Histoire 4 e secondaire Mathématique CST 4 e secondaire

Histoire 4 e secondaire Mathématique CST 4 e secondaire LES COURS D ÉTÉ EN JUILLET 2012 2 e secondaire cours d été (3 semaines) et évaluation intégrée à la session des cours d été 3 e secondaire cours d été (3 semaines) et évaluation intégrée à la session des

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03

POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03 POLITIQUE SUR LE REMBOURSEMENT DES DÉPENSES ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 7 FÉVRIER 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 14 CA(AMT) 03 TITRE DE LA POLITIQUE : N o : Politique sur le remboursement

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L INTERNAT

REGLEMENT INTERIEUR DE L INTERNAT DIRECTION DES AFFAIRES GENERALES ET MEDICALES - R. CHAFFANEL : Directeur Adjoint Tel : 04 75 05 78 53 ou poste 4671 Fax : 04 75 05 78 98 DIRECTION DES ACHATS EQUIPEMENTS ET LOGISTIQUE A. SALA : Directeur

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE

FOIRE AUX QUESTIONS SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE OBLIGATOIRE Mise en garde À jour au 21 janvier 2013, cette foire aux questions a été préparée uniquement à des fins d information. Son contenu est toutefois sujet à modification d ici l implantation du régime le 1

Plus en détail

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études ANNEXE 2010-CA544-17-R5717 Politique sur la santé et la sécurité 12 avril 2010 Avant-propos La politique sur la santé et la sécurité affirme la volonté de l UQTR de protéger la santé, la sécurité et l

Plus en détail

APPEL DE PROJETS PRÉCEPT F

APPEL DE PROJETS PRÉCEPT F APPEL DE PROJETS Programme structurant de partage et de renforcement de l expertise des collèges et cégeps canadiens en enseignement professionnel et technique dispensé en français PRÉCEPT F Date d avis

Plus en détail

GESTION DU PORTEFEUILLE

GESTION DU PORTEFEUILLE FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) ET FONDS LOCAL DE SOLIDARITÉ (FLS) POLITIQUE DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) ET DU FONDS LOCAL DE SOLIDARITÉ (FLS) DE LA MRC DE COATICOOK GESTION DU PORTEFEUILLE

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS P.J :3

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS P.J :3 Paris, le DIRECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION DIRECTION DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES AFFAIRES POLITIQUES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES POLITIQUES ET DE LA VIE ASSOCIATIVE BUREAU DES GROUPEMENTS

Plus en détail

Politique d intervention en matière de développement économique

Politique d intervention en matière de développement économique Politique d intervention en matière de développement économique Ville de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix Février 2013 1. Objectif du programme POLITIQUE D INTERVENTION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

ENTENTE DE SERVICES. (ci-après «l Entente de services») ENTRE

ENTENTE DE SERVICES. (ci-après «l Entente de services») ENTRE ENTENTE DE SERVICES Utilisation de la plateforme de formation en ligne de l Université Laval et de ses services de soutien techniques pour la tenue d activités de développement professionnel continu par

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ACTIVITES PERISCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES De la restauration scolaire

REGLEMENT INTERIEUR DES ACTIVITES PERISCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES De la restauration scolaire REGLEMENT INTERIEUR DES ACTIVITES PERISCOLAIRES ET EXTRASCOLAIRES De la restauration scolaire PREAMBULE : Le service de restauration scolaire est un service public non obligatoire proposé par la ville

Plus en détail

Faire compter les votes dans nos milieux de vie

Faire compter les votes dans nos milieux de vie Faire compter les votes dans nos milieux de vie Les personnes à faible revenu sont moins portées à voter. Par conséquent, les élus sont moins portés à les écouter et à écouter les gens de leurs communautés.

Plus en détail

Mardi 20 juillet 2010. Jeudi le 14 janvier 2010. Dernière mise à jour : 20 juillet 2010

Mardi 20 juillet 2010. Jeudi le 14 janvier 2010. Dernière mise à jour : 20 juillet 2010 Dernière mise à jour : 20 juillet 2010 Mardi 20 juillet 2010 Dans le but de minimiser les impacts ferroviaires sur les secteurs résidentiels avoisinant l actuel garage des trains de banlieue de la ligne

Plus en détail

POLITIQUE GESTION ET SÉCURITÉ DE L INFORMATION

POLITIQUE GESTION ET SÉCURITÉ DE L INFORMATION POLITIQUE GESTION ET SÉCURITÉ DE L INFORMATION Objectifs Encadrer la gestion de l information conformément aux lois et règlements en la matière Promouvoir une utilisation efficace, appropriée et sécuritaire

Plus en détail

Voici ce à quoi ressemble le sous-menu Déclaration heures travail. Libre-service employé Déclaration des heures de travail. Mise à jour : 2015-05-19

Voici ce à quoi ressemble le sous-menu Déclaration heures travail. Libre-service employé Déclaration des heures de travail. Mise à jour : 2015-05-19 1. Renseignements de base sur la gestion du temps dans PeopleSoft RH 1.1. Personnel touché par la gestion du temps dans PeopleSoft RH 1.2. Concepts liés à la déclaration des exceptions ou des heures travaillées

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS PERISCOLAIRES La Ville met en place différents accueils périscolaires à destination des enfants de maternelle et d élémentaire dans toutes ses écoles. Ces accueils de loisirs

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES

REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES Article 1 : définition statutaire Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) sont chargés de l assistance

Plus en détail

Politique budgétaire. (adoptée en juin 2014)

Politique budgétaire. (adoptée en juin 2014) Politique budgétaire (adoptée en juin 2014) A-PRÉAMBULE... 2 B-RÈGLEMENT RELATIF AUX FRAIS DE SÉJOURS... 3 1. Généralités... 3 2. Normes de remoboursement... 4 a) Définitions... 4 b) Principes directeurs...

Plus en détail

GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE SUBVENTION

GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE SUBVENTION GUIDE DE PRÉSENTATION DES DEMANDES DE SUBVENTION Programme de promotion de la santé et de prévention de l alcoolisme, de la toxicomanie et du jeu Table de concertation sur les dépendances Arthabaska-Érable

Plus en détail

Charte des voyages et sorties scolaires

Charte des voyages et sorties scolaires Charte des voyages et sorties scolaires Vu la circulaire n 2011-117 du 3 août 2011 modifiée par la circulaire n 2013-106 du 16 juillet 2013 portant sur les modalités d organisation des sorties et voyages

Plus en détail

lundi 3 août 2015 Bonjour,

lundi 3 août 2015 Bonjour, lundi 3 août 2015 Bonjour, Vous désirez faire une demande de financement au pacte rural 2014-2015 pour un projet à Wotton. Par ce document, nous vous transmettons les éléments pour présenter un projet.

Plus en détail

FOURNITURE D UN SERVICE DE VALORISATION (OU D ENFOUISSEMENT) DES BOUES DÉSHYDRATÉES DE L USINE D ÉPURATION DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

FOURNITURE D UN SERVICE DE VALORISATION (OU D ENFOUISSEMENT) DES BOUES DÉSHYDRATÉES DE L USINE D ÉPURATION DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE D UN SERVICE DE VALORISATION (OU D ENFOUISSEMENT) DES BOUES DÉSHYDRATÉES DE L USINE D ÉPURATION DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-11-23 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour la fourniture

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

CONCOURS «DE LA ROBUSTESSE À LA TONNE» DE MICHELIN Michelin Amérique du Nord (Canada) inc. Règlement officiel

CONCOURS «DE LA ROBUSTESSE À LA TONNE» DE MICHELIN Michelin Amérique du Nord (Canada) inc. Règlement officiel CONCOURS «DE LA ROBUSTESSE À LA TONNE» DE MICHELIN Michelin Amérique du Nord (Canada) inc. Règlement officiel 1. Le présent concours est tenu par Michelin Amérique du Nord (Canada) inc. (les «organisateurs

Plus en détail

INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE

INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE INFORMATION ET FORMULAIRE DE DÉPÔT POUR LA PRÉSENTATION D UN PROJET DE PROGRAMMATION À LA CORPORATION DES FÊTES DU 200 e DE DRUMMONDVILLE 1 MISE EN CONTEXTE La Corporation des fêtes du 200 e de Drummondville

Plus en détail

Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse des incidents

Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse des incidents Le programme municipal de prévention des incendies comprend généralement cinq grandes lignes directrices soit : Sur les avertisseurs de fumée L inspection périodique des risques La réglementation L analyse

Plus en détail

DIMANCHE 3 NOVEMBRE 2013. Bureau du président d élection 514 872-VOTE (8683)

DIMANCHE 3 NOVEMBRE 2013. Bureau du président d élection 514 872-VOTE (8683) DIMANCHE 3 NOVEMBRE 2013 Bureau du président d élection 514 872-VOTE (8683) Renseignements généraux L élection générale vise à combler le poste de maire de la ville et les postes de maire d arrondissement,

Plus en détail

Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération

Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération Pour l exercice terminé le 31 décembre 2014 4.13 Entretien des bornes d incendie 4.13. Entretien

Plus en détail

Expéditeur. Site Internet : www.msss.gouv.qc.ca/documentation «Normes et Pratiques de gestion»

Expéditeur. Site Internet : www.msss.gouv.qc.ca/documentation «Normes et Pratiques de gestion» NORMES ET PRATIQUES DE GESTION, Tome II, Répertoire Expéditeur La sous-ministre adjointe à la Direction générale du personnel réseau et ministériel Date 2013-01-23 Destinataires (*) Les directrices générales

Plus en détail

LIVRET SERVICE. Yourcegid Finance On Demand

LIVRET SERVICE. Yourcegid Finance On Demand LIVRET SERVICE Yourcegid Finance On Demand LS-YC Finance OD-12/2015 ARTICLE 1 : DEFINITIONS LIVRET SERVICE YOURCEGID FINANCE ON DEMAND Les termes définis ci-après ont la signification suivante au singulier

Plus en détail

POLITIQUE D ACHATS SERVICE DE L APPROVISIONNEMENT VILLE DE ROBERVAL

POLITIQUE D ACHATS SERVICE DE L APPROVISIONNEMENT VILLE DE ROBERVAL POLITIQUE D ACHATS SERVICE DE L APPROVISIONNEMENT VILLE DE ROBERVAL Document préparé par : Monsieur André Lavoie, dir. de l Approvisionnement VILLE DE ROBERVAL En vigueur le 8 avril 2015 Résolution # 2015-184

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction

Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général Réf. : 2010-D-531-fr-6 1 Orig. : FR Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction Approuvé par le Conseil supérieur

Plus en détail

REGLEMENT DE LA SALLE DES FETES

REGLEMENT DE LA SALLE DES FETES REGLEMENT DE LA SALLE DES FETES ARTICLE 1 : DESIGNATION DES LOCAUX La commune de Béligneux met à la disposition de l organisateur de la manifestation (appelé ci-après l utilisateur ) tout ou partie de

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

Municipalité de Blue Sea Règlement 2013-025 relatif aux avertisseurs de fumée En vigueur depuis le 19 mars 2013

Municipalité de Blue Sea Règlement 2013-025 relatif aux avertisseurs de fumée En vigueur depuis le 19 mars 2013 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA VALLÉE-DE-LA-GATINEAU MUNICIPALITÉ DE BLUE SEA RÈGLEMENT 2013-025 RÈGLEMENT RELATIF AUX AVERTISSEURS DE FUMÉE CONSIDÉRANT que depuis la commercialisation de l avertisseur de

Plus en détail

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES

Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Quality Assurance of Development Assistance GUIDE GÉNÉRAL DE COMPTABILISATION ET D AUDIT DES SUBVENTIONS TRANSMISES PAR LE BIAIS D ONG NATIONALES Août 2007 Sommaire 1. Introduction... 3 2. La subvention

Plus en détail

PROJET PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU. R È G L E M E N T P R O J E T É N o 1 3 9 0

PROJET PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU. R È G L E M E N T P R O J E T É N o 1 3 9 0 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU R È G L E M E N T P R O J E T É N o 1 3 9 0 Règlement établissant un programme d aide financière pour la rénovation des bâtiments patrimoniaux du centre-ville

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure enquête et analyse d accident/incident

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure enquête et analyse d accident/incident Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 10 juin 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 11 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif d

Plus en détail

* fermeture le lendemain

* fermeture le lendemain MOIS DE JANVIER 2011 Samedi 1 01h35 08h43 14h09 21h14 Dimanche 2 02h41 09h42 15h15 22h09 Lundi 3 03h38 10h32 16h10 22h56 Mardi 4 04h26 11h15 16h57 23h37 Mercredi 5 05h07 11h54 17h37 *00h14 Jeudi 6 05h45

Plus en détail

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains 12.03.28.10 12.11.27.09 13.06.12.08 Préambule La présente politique traduit l engagement du Cégep à promouvoir et à faire respecter les règles

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Yourcegid Retail On Demand CBS Standard et Start. LS - Yourcegid - Retail - OD 05/2012 Page 1/8

Yourcegid Retail On Demand CBS Standard et Start. LS - Yourcegid - Retail - OD 05/2012 Page 1/8 Yourcegid Retail On Demand CBS Standard et Start LS - Yourcegid - Retail - OD 05/2012 Page 1/8 LS -YC Retail - OD - 05/2012 LIVRET SERVICE YOURCEGID RETAIL ON DEMAND CBS STANDARD ET START ARTICLE 1 : OBJET

Plus en détail

Manuel de la présentation de l information financière municipale

Manuel de la présentation de l information financière municipale Manuel de la présentation de l information financière municipale Résumé de la mise à jour Décembre 2014 Direction générale des finances municipales Ministère des Affaires municipales et de l Occupation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS. Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS. Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014 REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014 Le présent règlement a pour but de définir le fonctionnement ainsi que les modalités de fréquentation des accueils

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : DEFINITION, CONTINGENT ET REPOS OBLIGATOIRE

HEURES SUPPLEMENTAIRES : DEFINITION, CONTINGENT ET REPOS OBLIGATOIRE HEURES SUPPLEMENTAIRES : DEFINITION, CONTINGENT ET REPOS OBLIGATOIRE 1. Qu est ce que les heures supplémentaires? 2. Comment décompter les heures supplémentaires? 3. Lorsque la durée collective de travail

Plus en détail

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 1/ OBJET Le présent règlement a pour objet de préciser les règles d organisation

Plus en détail

FOURNITURE D ARTICLES DE BUREAU POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

FOURNITURE D ARTICLES DE BUREAU POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE D ARTICLES DE BUREAU POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-14-159 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour la fourniture d articles de bureau pour la Ville de Châteauguay. Ne seront considérées

Plus en détail

POLITIQUE MUNICIPALE

POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE NUMÉRO : OBJET : ENV-2011-001 Utilisation et gestion du Fonds vert DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 31 mai 2011 RÉS. N O. : CM-2011-496 DATE DE RÉVISION : RÉS. N O. : SERVICE :

Plus en détail

Code de sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) ATPIQ 46 e Colloque annuel Rivière-du-Loup 6 et 7 octobre 2011

Code de sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) ATPIQ 46 e Colloque annuel Rivière-du-Loup 6 et 7 octobre 2011 Code de sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) ATPIQ 46 e Colloque annuel Rivière-du-Loup 6 et 7 octobre 2011 Plan de présentation I - Législation actuelle pour les bâtiments occupés II - Futur Code de

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L ACCUEIL DE LOISIRS

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L ACCUEIL DE LOISIRS RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L ACCUEIL DE LOISIRS ARTICLE 1 JOURS D OUVERTURE ET HORAIRES L Accueil de Loisirs, de la est ouvert de 6h50 à 8h35 et de 16h30 à 18h30 le lundi, mardi, jeudi et vendredi pendant

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Adoptée par le Comité de direction le 8 novembre 2007 Adoptée par le Conseil d administration le 19 décembre 2007 Table des

Plus en détail

CONCERNANT LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DES FOSSES DE RÉTENTION DES RÉSIDENCES ISOLÉES SUR LE TERRITOIRE DE LA MUNICIPALITÉ DE MAYO

CONCERNANT LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DES FOSSES DE RÉTENTION DES RÉSIDENCES ISOLÉES SUR LE TERRITOIRE DE LA MUNICIPALITÉ DE MAYO PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 2015-02 CONCERNANT LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DES FOSSES DE RÉTENTION DES RÉSIDENCES ISOLÉES SUR LE TERRITOIRE DE LA MUNICIPALITÉ DE MAYO ATTENDU

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 31 juillet 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif

Plus en détail

Politique d enquête de sécurité sur le personnel

Politique d enquête de sécurité sur le personnel ITAMS CIHR IRSC Canadian Institutes of Health Research Instituts de recherche en santé du Canada Politique d enquête de sécurité sur le personnel Table des matières 1. Date d entrée en vigueur... 3 2.

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES Transport des personnes accueillies à l accueil de jour d Ammerschwihr Procédure adaptée (Article 28 du Code des Marchés Publics) a) Etablissement RESIDENCE DE LA WEISS

Plus en détail

Statuts et règlements. Centre d expérience préscolaire et parascolaire

Statuts et règlements. Centre d expérience préscolaire et parascolaire Statuts et règlements Centre d expérience préscolaire et parascolaire 1 Préambule : Définitions : Le «Centre» désigne le Centre d expérience préscolaire et parascolaire. Un «Parent» désigne tout père,

Plus en détail

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques.

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques. SERVICES À LA CLIENTÈLE OBJET : Politique de déclaration des incidents et accidents SC-24 Page 1 de 12 1. Principes généraux : Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins

Plus en détail

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence PFPDT Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Août 2009 Feldeggweg 1, 3003 Berne Tél. 058 463 74 84, Fax

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 S A M E D I 2 2 N O V E M B R E 2 0 1 4 P R É S E N T A T I O N P A R V A L E N T I N E D U H A U T, J U R I S T E Présentation de la réunion Le fonctionnement

Plus en détail

Prévention incendie mon rôle dans une évacuation. Martine Trahan Technicienne en prévention incendie Mise à jour: 31 octobre 2013

Prévention incendie mon rôle dans une évacuation. Martine Trahan Technicienne en prévention incendie Mise à jour: 31 octobre 2013 Prévention incendie mon rôle dans une évacuation Martine Trahan Technicienne en prévention incendie Mise à jour: 31 octobre 2013 2 Quelques responsabilités de la DPS Fournir des services conseils, de gestion

Plus en détail

Programme de subvention pour la stabilisation des fondations

Programme de subvention pour la stabilisation des fondations Programme de subvention pour la stabilisation des fondations Le contexte Le nouveau programme pour la consolidation des fondations affectées par un tassement de sol s insère dans les modalités du programme

Plus en détail

Marché de services Pour le gardiennage de locaux pour le Grand Orient de France 16 rue Cadet 75009 Paris. Cahier des clauses techniques particulières

Marché de services Pour le gardiennage de locaux pour le Grand Orient de France 16 rue Cadet 75009 Paris. Cahier des clauses techniques particulières Marché de services Pour le gardiennage de locaux pour le Grand Orient de France 16 rue Cadet 75009 Paris Cahier des clauses techniques particulières Maître d Ouvrage Grand Orient De France 16 rue Cadet

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE Adoptée par le Comité d éthique de la recherche et le Conseil d administration du CHU Sainte-Justine le 16 juin 2004

Plus en détail

Dossier en ligne. Guide destiné au responsable de la gestion des accès

Dossier en ligne. Guide destiné au responsable de la gestion des accès Dossier en ligne Guide destiné au responsable de la gestion des accès Table des matières 1. GÉNÉRALITÉS... 3 1.1 Rôle du responsable de la gestion des accès... 3 1.2 Besoin d un code d utilisateur pour

Plus en détail