AU NIVEAU DES TEXTES :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AU NIVEAU DES TEXTES :"

Transcription

1 Fiche n 4 ENSEIGNANTS ET JUSTICE Page 1/5 1 : Sur le plan général : AU NIVEAU DES TEXTES : Etat des lieux : Les fonctionnaires bénéficient, à l occasion de l exercice de leurs fonctions, d une protection assurée par la collectivité publique dont ils dépendent, conformément aux règles fixées par le Code pénal et les lois spéciales. Lorsqu un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers pour une faute de service et que le conflit d attribution n a pas été levé, la collectivité publique doit, dans la mesure où une faute personnelle détachable de l exercice n est pas imputable à ce fonctionnaire, le couvrir des condamnations civiles prononcées contre lui. ( Remarque : le cas échéant, une action récursoire de l Etat pourra être engagée à l encontre du fonctionnaire dont la responsabilité à titre personnel aura été retenue ) La collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les injures, menaces, voies de fait et violences, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes dans l exercice de leurs fonctions et réparer, le cas échéant, le préjudice qui en résulte. La collectivité publique est subrogée aux droits de la victime pour obtenir des auteurs des menaces ou attaques, la restitution des sommes versées au fonctionnaire intéressé. Elle dispose, en outre d une action directe qu elle peut exercer au besoin par voie de constitution de partie civile devant la juridiction pénale. 2 : Responsabilité civile : Dans tous les cas où la responsabilité des membres de l enseignement public est engagée suite à un fait dommageable commis par des enfants ou adolescents qui leur sont confiés dans le cadre de leurs fonctions, la responsabilité de l Etat se substitue à celle des enseignants qui ne peuvent pas être mis en cause devant les tribunaux civils par la victime ou ses représentants auxquels incombe la charge de la preuve de la faute ou de la négligence, de la matérialité du dommage subi, du lien de cause à effet entre la faute et le dommage. La faute de service peut être cependant sanctionnée sur le terrain disciplinaire. La faute détachable du service, donc personnelle de la part de l enseignant, peut entraîner une action récursoire de l Etat contre lui : dans ce cas, l Etat doit prouver la faute personnelle détachable de la fonction. 3 : Responsabilité pénale : La faute personnelle peut entraîner une action pénale à l encontre de l enseignant poursuivi. Si l Etat couvre l enseignant sur le plan des condamnations civiles, la condamnation pénale (amendes ou peines de prison avec ou sans sursis) est totalement supportée par l enseignant La collectivité publique assure une protection juridique des enseignants en fonction ; La faute professionnelle entraîne des mesures disciplinaires ; La faute personnelle entraîne une action récursoire de l état à l encontre de l enseignant dont la responsabilité aura été retenue ; L Etat, employeur, couvre l enseignant sur le plan des condamnations civiles ; L enseignant responsable supporte seul les condamnations pénales. PLUS CONCRETEMENT : Deux cas distincts peuvent se présenter : Vous faites l objet d une accusation pour dommage, accident ou agression. Vous êtes victime d un dommage, accident ou d une agression.

2 Fiche n 4 ENSEIGNANTS ET JUSTICE Page 2/5 1 er Cas : VOUS FAITES L OBJET D UNE PLAINTE, D UNE ACCUSATION : 1 : Plainte par courrier déposée auprès de l IEN ou de l IA : Le plus souvent, elle fait suite à la suspicion d attitudes, de propos, de gestes déplacés, discriminatoires ou répréhensibles de la part de l enseignant envers un ou plusieurs élèves, mais aussi de comportements anormaux dans le cadre de l exercice de ses fonctions. La mise en cause des compétences professionnelles peut être à l origine de ce type de plainte. Elle émane d une famille, d un regroupement de familles ou des représentants des parents des élèves ; dans certains cas, une partie de l équipe pédagogique ou le directeur de l école peut en avoir pris l initiative. Après une première étape de prise d informations, une enquête administrative peut être menée par l IEN de la circonscription. Selon ses résultats, cette enquête débouche sur : Le classement pur et simple de la plainte lorsque les déclarations se révèlent non fondées ( avec mise en garde des auteurs de la plainte ou, éventuellement, le dépôt en retour d une plainte en diffamation pour mise en cause sans motif ) Si les déclarations sont avérées et que l enquête démontre la responsabilité de l enseignant, selon la nature et la gravité des faits reprochés : - une mise en garde orale ou écrite de la part de l IEN (avec inscription au dossier professionnel ) - une lettre de sévère mise en garde émanant de l IA, pour des faits mineurs ( avec inscription au dossier professionnel ) - une procédure disciplinaire pouvant conduire à la radiation définitive, pour des faits graves. Remarque : Si ces plaintes sont souvent démenties par l enquête, elles traumatisent, voire discréditent pour un temps difficile à apprécier, l enseignant qu elles atteignent. Pour s en préserver, dans la mesure du possible, il convient d éviter toue attitude ou déclaration, tout geste ou comportement susceptible d être sujet à interprétation. 2 : Plainte déposée auprès du parquet : A la suite d un accident corporel, d une agression survenue pendant le temps scolaire sous la surveillance du maître, de débordements verbaux ou physiques, de problèmes relatifs aux mœurs ou à la santé morale des élèves, une plainte peut être transmise au Procureur de la République qui, selon son appréciation de la nature et de la gravité des faits rapportés, la transmettra au Civil ou au Pénal. 2.1 : La procédure civile : Dans ce cas, il appartient aux plaignants, les parents ou leur représentant, de démontrer la matérialité du dommage (faits avérés). La charge de la preuve leur incombe. S il n y a pas eu faute de service, l Etat se substitue totalement à l enseignant ou au fonctionnaire, en règle générale devant le tribunal civil, et indemnise les dommages corporels ou / et matériels subis. Si l accident a eu lieu lors d une activité facultative, c est l assureur de la victime qui se charge de l indemnisation. S il y a eu faute de service, l Etat se substitue de la même manière à la place de l enseignant pour l indemnisation des victimes mais peut se retourner ( action récursoire ) contre lui. 2.2 : La procédure pénale : Dans ce cas, la charge de la preuve est inversée ; C est à l enseignant de faire la démonstration de son innocence. La condamnation prononcée au Pénal est totalement supportée par l enseignant ( amende et prison ). S il n y a pas eu faute de service ou personnelle, un non-lieu est prononcé. S il y a eu dommage, la procédure peut être renvoyée devant un tribunal civil. La défense individuelle de l enseignant peut être assurée par l A.S.L qui prend en charge les frais de justice et les sanctions en recours. cf. : Assurances des élèves cf. :Sanctions cf. : Adhésion à l Autonome de Solidarité Laï que

3 Fiche n 4 ENSEIGNANTS ET JUSTICE Page 3/5 2.3 : Sanctions : La faute de service est sanctionnée sur le plan disciplinaire par : - une mise en garde orale ou écrite de la part de l IEN (avec inscription au dossier professionnel ) - une lettre de sévère mise en garde émanant de l IA, pour des faits mineurs ( avec inscription au dossier professionnel ) - une procédure disciplinaire qui peut conduire à la radiation définitive, pour des faits graves. La faute personnelle peut entraîner une action pénale à l encontre de l enseignant. 2 ème Cas : VOUS ETES VICTIME D UNE AGRESSION, D UN ACCIDENT : AGRESSION : La marche à suivre en cas d agression verbale ou / et physique peut être modulée selon la gravité des cas. En tout premier lieu et dans tous les cas, avertir l IEN de la circonscription, garant de la protection et de l appui de l Etat à l égard des fonctionnaires. Selon la gravité des faits et selon la possibilité et l efficacité d une conciliation, des réponses graduées peuvent être apportées. - Le directeur convoque les parents ; - L IEN, supérieur hiérarchique direct, convoque les parents ; - L Inspecteur envoie une lettre comminatoire ; - Le commissaire de police judiciaire entreprend une mesure d admonestation pour avertir, intimider les agresseurs sans qu il y ait dépôt d une plainte auprès de la justice ; - Parallèlement, l enseignant peut s assurer l appui de l A.S.L dont l action efficace est reconnue ; - L enseignant dépose une plainte pour diffamation, agression, B.D n 24 (juin 1996 ) ( contient la menace d une procédure juridique ) A.S.L : Autonome de Solidarité Laï que (assurance professionnelle) ETUDE DE CAS : Injures : La plupart du temps, le problème se règle localement et ponctuellement avec le directeur, l IEN, éventuellement le maire de la commune ( selon l appréciation de la gravité des faits ), avec pour seules suites des excuses, parfois une mise en garde. Il est essentiel qu en face d une telle situation le maître concerné sache à la fois garder sang froid et discernement afin d éviter toute attitude interprétée comme une provocation ( à posteriori notamment ). Menaces : Dans le cas de menaces visant à porter atteinte à l intégrité physique de l enseignant, de ses biens ( véhicule ) ou de son entourage, parallèlement à la déclaration effectuée auprès de l IEN, avertir l A.S.L, dont la lettre comminatoire suffit généralement. En cas de menace jugée grave, avertir l administration qui engagera les poursuites si nécessaire. Si nécessaire, ne pas hésiter à contacter, par écrit, les services du Procureur de la République pour déclencher une action de la Justice. INDISPENSABLE : Ne jamais répondre à aucune provocation ( risque de condamnation réciproque ) Diffamation : Coups : La diffamation peut être orale ou écrite, elle doit avoir un caractère public. ( la présentation d une lettre anonyme ne constitue pas un dossier en diffamation ) Constituer un dossier comprenant au minimum deux témoignages, avertir l A.S.L qui dirigera le plaignant vers la juridiction appropriée. Parallèlement, et à la demande de l IEN, le Recteur saisira le Procureur de la République Constituer un dossier comprenant : - des témoignages, - un certificat médical ( dans les 24 h ), - un certificat d arrêt de travail, - une évaluation ou un devis en cas de dommages matériels, Transmettre le dossier à l inspection académique pour saisine du Procureur de la République par le Recteur. En cas de dépôt de plainte, l A.S.L met un avocat à disposition du plaignant. Attention, pour être recevable, le certificat médical doit être établi dans les 24 heures suivant l agression.

4 Fiche n 4 ENSEIGNANTS ET JUSTICE Page 4/5 En cas de dépôt de plainte : - l enseignant porte plainte auprès des autorités judiciaires et avertit l IEN qui transmet au Recteur ; - le Recteur saisit le Procureur de la République ; - l Agence judiciaire du Trésor Public se constitue partie civile afin d obtenir le remboursement des prestations et sommes engagées par l Etat pour la défense du fonctionnaire et les réparations des dommages subis ( frais médicaux ) ACCIDENT : 1 : L accident survient pendant les heures de service : L accident «de service» est un accident survenu soit sur le lieu d exercice : la classe, l école, la cour de l école ; soit au cours d un déplacement dans le cadre d une mission ou pour les besoins du service sur ordre ( ou avec l accord ) des autorités hiérarchiques. Pour être reconnu «de service», l accident doit résulter de l action violente et soudaine d une cause extérieure provocant au cours du travail ou du trajet, une lésion au corps humain ( entraînant une incapacité temporaire ou permanente de travail ). Conduite à tenir ( pour les accidents survenant sur le d exercice ) : - prévenir immédiatement et au plus tard dans les 24 heures le supérieur hiérarchique ( l IEN ) ; - présenter un certificat médical initial établi dans les 24 heures et indiquant la nature et le siège des blessures, la durée estimée de l incapacité de travail ; - fournir une déclaration écrite signée par le chef d établissement ; - rédiger un rapport d enquête, d accident signé par la victime et le chef d établissement ; En plus ( pour les accidents de trajet ) : - établir le plan du trajet à partir d une carte routière, en précisant : le domicile, le lieu d exercice et le lieu de l accident ; - fournir la déposition des témoins ( en n oubliant pas de mentionner leur nom et adresse ) ou une déclaration sur l honneur ( recevable mais moins convaincante que des témoignages de tiers ) ; - fournir, le cas échéant, la référence du procès-verbal de police ou de gendarmerie. B.D n 24 ( juin 1996 ) cf. : ordre de mission : sorties, déplacements Des témoignages écrits autres que ceux du personnel enseignant ou de service sont souhaitables 2 : L accident survient en dehors des heures de service : L accident «hors service» est un accident causé par un tiers responsable (identifié ou non ) à un agent titulaire ou non-titulaire : - soit en dehors des heures de service, du cadre de la mission ou pendant une période de congés réguliers ( vacances, autorisation d absence, congé de maladie ou de maternité, congé de formation, éviction ), - soit en dehors du trajet direct et immédiat de sa résidence personnelle au lieu de travail ( à l aller ou au retour ), A noter que la notion d accident ne se réduit pas au seul accident de circulation Procédure hiérarchique à suivre 1 : Avertir le Directeur de l école et l IEN dans les plus brefs délais ( dans les 24 heures au maximum ) par téléphone en expliquant clairement le détail de la situation, une rapide confirmation écrite ( datée et signée ) est souhaitable. 2 : Recenser et rassembler les témoignages ( si possible non réduits à ceux du personnel enseignant ou de service ). 3 : Penser à faire établir un certificat médical dans les 24 heures. 4 : En cas de dépôt de plainte, il est indispensable qu elle soit rédigée en termes clairs conformément aux faits ( constat ) et sans interprétation personnelle. Témoignages et certificat médical sont constitutifs de la plainte. De plus, si vous êtes adhérent de l Autonome de Solidarité Laï que 1 : Prendre contact avec le siège départemental avant toute initiative hasardeuse et effectuer une copie des pièces déjà versées au dossier. 2 : Demander conseil pour la rédaction des termes de la plainte, si dépôt de plainte il y a, à un avocat de l A.S.L, habitué ces procédures ( cela fait partie de la couverture de cette assurance ). Si la police est intervenue au cours des faits, elle établira un procès verbal, elle peut enregistrer la plainte immédiatement. A.S.L Autonome de Solidarité Laï que du Nord 82, Quai St Maurand BP DOUAI cedex

5 Fiche n 4 ENSEIGNANTS ET JUSTICE Page 5/5 AUTONOME DE SOLIDARITE LAIQUE : ( A.S.L ) Personne n est à l abri d une accusation, d une plainte, d une agression ou d une erreur Dans ce genre de situation, peu fréquente individuellement mais souvent désarmante voire traumatisante, il est indispensable de pouvoir se défendre ou de contre-attaquer avec l appui d une équipe compétente et rodée à ces démêlés et procédures. Il est fortement conseillé à tout enseignant ( plus encore lorsqu il débute ) de se garantir contre ces risques du métier en adhérant à l A.S.L. De plus, elle peut ponctuellement accorder des aides de rentrée ou matérielles (sous conditions de ressources). Elle offre : des facilités d accueil santé, la consultation juridique, l information périodique ( AS Infos et SAU ) un service de documentation. Elle couvre : la responsabilité civile professionnelle défense et recours, les accidents et maladies professionnelles. Elle assure : l assistance et le transport sanitaire. Elle fonctionne aussi pour les personnels exerçants hors des départements français et pour les collaborateurs bénévoles agréés. A.S.L Autonome de Solidarité Laï que du Nord 82, Quai St Maurand BP DOUAI cedex

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques SÛRETE, SECURITE : Quelques précisions sémantiques SÛRETÉ SÉCURITÉ La signification attribuée aux termes «sûreté» et «sécurité» varie selon les métiers et les cultures professionnelles. Par exemple : La

Plus en détail

Violences aux urgences Le point de vue de l assureur CREUF Avignon, Cité des Papes, Chambre du Trésorier, le 8 octobre 2015

Violences aux urgences Le point de vue de l assureur CREUF Avignon, Cité des Papes, Chambre du Trésorier, le 8 octobre 2015 Violences aux urgences Le point de vue de l assureur CREUF Avignon, Cité des Papes, Chambre du Trésorier, le 8 octobre 2015 Claire LAURIA Juriste Présentation de Sham 2 Congrès du CREUF 2015 Avignon -

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES DE L EDUCATION NATIONALE Les fonctionnaires ont des obligations en contrepartie desquelles ils bénéficient de certains droits fondamentaux. I. QUELS SONT LES TEXTES

Plus en détail

Déclaration à la police

Déclaration à la police Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction. C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : quels sont mes droits? Que dois-je faire pour

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique

I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324. 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique F I C H E 4 1 AIDE AUX VICTIMES I. MESURES EN FAVEUR DES PERSONNELS 324 1 - L assistance morale et psychologique 2 - L assistance matérielle 3 - L assistance juridique II. MESURES EN FAVEUR DES VICTIMES

Plus en détail

AUJOURD HUI, votre. journée se termine bien,

AUJOURD HUI, votre. journée se termine bien, AUJOURD HUI, votre journée se termine bien, mais demain? BULLETIN D ADHÉSION 2011 L Autonome de Solidarité Laïque vous protège contre les risques du métier. Les Autonomes de Solidarité Laïques sont des

Plus en détail

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Repérer les situations à risques liées au site : La sécurité doit être intégrée dès la conception des locaux. Il faut repérer et évaluer les vulnérabilités du

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES

Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES Approche globale de la tranquillité publique LEXIQUE DES TERMES JURIDIQUES 1 Action en justice C est la possibilité de réclamer en justice le respect ou la reconnaissance d un droit. Désigne également

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE

CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE Office de Tourisme de Bayonne Place des basques BP 819 64108 Bayonne Cedex Tél. 0820 42 64 64 / Fax 33 (0) 5 59 59 37 55 resa@bayonne tourisme.com www.bayonne tourisme.com

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE A L ETRANGER CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE A L ETRANGER Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président Monsieur Hugues

Plus en détail

Créteil, le. L inspecteur d académie, directeur des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne

Créteil, le. L inspecteur d académie, directeur des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne Créteil, le L inspecteur d académie, directeur des services départementaux de l éducation nationale du Val-de-Marne à Division des affaires générales Service des affaires médicales et des accidents de

Plus en détail

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes

Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Page 1/15 Instructions destinées au greffe pour la mise en œuvre des dispositions instituant le juge délégué aux victimes Application du décret n 2007-1605 du 13 novembre 2007 Page 2/15 Table des Matières

Plus en détail

Infractions. Livret de l indemnisation. Conditions d indemnisation 1. Délai de saisine 2. Faits générateurs 3 des dommages. Lieu de l infraction 4

Infractions. Livret de l indemnisation. Conditions d indemnisation 1. Délai de saisine 2. Faits générateurs 3 des dommages. Lieu de l infraction 4 Livret de l indemnisation Infractions Conditions d indemnisation 1 Délai de saisine 2 Faits générateurs 3 des dommages Lieu de l infraction 4 Faute de la victime 5 Nature et gravité 6 du préjudice Procédure

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE

LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE LES AMÉNAGEMENTS DE PEINE DANS LA LOI PÉNITENTIAIRE Qu est-ce qu un aménagement de peine? Il s agit d une modalité d exécution d une peine d emprisonnement. Il existe plusieurs types de peines : emprisonnement

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

- de joindre son attestation d assurance au titre de la responsabilité civile, (attestation en cours de validité pour toute la durée du stage)

- de joindre son attestation d assurance au titre de la responsabilité civile, (attestation en cours de validité pour toute la durée du stage) LES BUREAUX DU SERVICE DE LA SCOLARITE SONT OUVERTS : De 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 Dossier suivi par : Sylvie ROUSSEAU bureau 118 Sylvie.Rousseau@univ-nantes.fr NOTICE EXPLICATIVE POUR L ACCUEIL

Plus en détail

Formation continue Droit scolaire

Formation continue Droit scolaire AVERTISSEMENTS Ce document est un support créé pour les étudiants de la HEP et complété à l occasion d une journée pédagogique. Il ne peut pas être exhaustif de la réglementation, ni répondre à toutes

Plus en détail

LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE

LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE Sommaire Présentation de la L avis de la : Recours Références Juridiques ANNEXES pour un accident de service / de trajet pour une maladie professionnelle pour un

Plus en détail

LE CADRE JURIDIQUE DU MÉTIER D ENSEIGNANT

LE CADRE JURIDIQUE DU MÉTIER D ENSEIGNANT LE CADRE JURIDIQUE DU MÉTIER D ENSEIGNANT ISFEC septembre 2015 Durée de la formation : 1h30 Objectif : Donner aux nouveaux enseignants quelques rudiments juridiques leurs permettant de mieux comprendre

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE L AN DEUX MIL TREIZE et le ONZE FEVRIER A LA REQUETE DE : Monsieur David MOURVILLIER, né le 20 avril 1974

Plus en détail

I. La définition du harcèlement moral au travail

I. La définition du harcèlement moral au travail 1 Protection du fonctionnaire Harcèlement moral au travail NOR : MENH0700398C RLR : 610-7 e CIRCULAIRE n 2007-047 DU 27-2-2007 MEN DGRH B Lien : bulletin officiel n 10 du 8 mars 2007 Texte adressé aux

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGAPP10)

Conditions générales d assurance (CGAPP10) Conditions générales d assurance (CGAPP10) Vous trouverez aux pages suivantes une présentation claire et lisible des conditions habituellement imprimées en petits caractères! Afin que vous soyez parfaitement

Plus en détail

SCIENCES PO ASSURANCES : GUIDE PRATIQUE

SCIENCES PO ASSURANCES : GUIDE PRATIQUE SCIENCES PO ASSURANCES : GUIDE PRATIQUE 2005 ETUDIANTS ELEVES DE SCIENCES PO : TOUT SAVOIR SUR LES QUESTIONS D ASSURANCES 1 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF Vous êtes assuré par l intermédiaire de Sciences

Plus en détail

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale La direction de la police judiciaire et son contrôle par les autorités judiciaires au Sénégal Textes de référence :! loi n 65-61 du 21juillet1965 (Code de procédure pénale).! loi n 85-25 du 25 février

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES En cas de litige survenu en cours l exécution du contrat de travail lequel oppose :

Plus en détail

BAREME DES SANCTIONS DE REFERENCE

BAREME DES SANCTIONS DE REFERENCE BAREME DES SANCTIONS DE REFERENCE Pour la Ligue de Paris Ile de France INTRODUCTION Le présent barème énonce à titre indicatif les sanctions disciplinaires infligées à l encontre des clubs de football,

Plus en détail

La notion d accident de la circulation :

La notion d accident de la circulation : Fédération française des sociétés d assurances Accidents corporels de la circulation : Accident de la circulation : L indemnisation des dommages corporels. Piéton, cycliste, motard, passager d un véhicule

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique PARTIE PERMANENTE Administration Centrale CIRCULAIRE INTERMINISTÉRIELLE N FP/3/1665 et N 2/B/84 relative à la protection des fonctionnaires. Du 16 juillet

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE VIE PRIVEE QUELLES SONT LES PRESTATIONS?

PROTECTION JURIDIQUE VIE PRIVEE QUELLES SONT LES PRESTATIONS? PROTECTION JURIDIQUE VIE PRIVEE QUELLES SONT LES PRESTATIONS? Nous : 1) informerons l assuré sur l étendue de ses droits et la manière de défendre; 2) garantirons son libre choix de l expert dans une procédure

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-08-00004 DATE : 31 décembre 2009 LE COMITÉ : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD THÉROUX

Plus en détail

MANUEL DE GESTION AGRESSION SEXUELLE DIRECTIVE 1. RAISON D ÊTRE DSC-DIR-05-03

MANUEL DE GESTION AGRESSION SEXUELLE DIRECTIVE 1. RAISON D ÊTRE DSC-DIR-05-03 ANNEXE 1 DSC-DIR-05-03 MANUEL DE GESTION TITRE : AGRESSION SEXUELLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE ET PROCÉDURE Expéditeur : Directeur des services à la clientèle Destinataire : Tout le personnel et les

Plus en détail

Absence pour maladie sans justification

Absence pour maladie sans justification Absence pour maladie sans justification Un salarié engagé comme aide-cuisinier est en arrêt de maladie depuis le 13/11/2003. La reprise du travail est fixée au 14/05/2004. Mais il ne se présente pas au

Plus en détail

Direction de l Administration Générale Service Juridique SOMMAIRE. Aperçu législatif : L Assermentation.

Direction de l Administration Générale Service Juridique SOMMAIRE. Aperçu législatif : L Assermentation. Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE Aperçu législatif : L Assermentation. N 01 - Janvier 2009 1 L Assermentation L assermentation est une

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Retenue sur salaire d un enseignant pour absence à une journée portes ouvertes de son établissement

ÉTUDE DE CAS. Retenue sur salaire d un enseignant pour absence à une journée portes ouvertes de son établissement ÉTUDE DE CAS Retenue sur salaire d un enseignant pour absence à une journée portes ouvertes de son établissement Par Didier CHAULLET, avocat au barreau de Saintes 1/14 Mise en situation Le recteur autorise

Plus en détail

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE L Autorité Parentale Information réalisée par le service social et l Officier Juriste. Le 20 septembre 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION I/ PRINCIPES GENERAUX II/ LES PRINCIPES APPLIQUÉS AU LYCÉE III/ CAS D UN

Plus en détail

L ACCIDENT DE SERVICE

L ACCIDENT DE SERVICE L ACCIDENT DE SERVICE Le coût moyen d un accident de service pour un agent CNRACL en 2010 était de 2434 1 sans considérer les coûts induits en termes de désorganisation des services, de démobilisation

Plus en détail

RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE

RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE RUPTURE ANTICIPEE DU CONTRAT A DUREE DETERMINEE 22/10/2010 La conclusion d un contrat de travail à durée déterminée engage, en principe, les parties jusqu au terme de ce contrat. Le législateur a toutefois

Plus en détail

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention

Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Intervention du 2 juin 2009 Vincent CARON, Avocat associé cabinet FIDAL Les nouveaux contours de la responsabilité de l employeur dans Le domaine de la prévention Directeur du pôle Santé et sécurité au

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/678 Présidente : Mme FONTAINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 20 Août 2008 PARTIES DEVANT

Plus en détail

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038 Procédure administrative : Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves Numéro : PA 7.038 Catégorie : Administration des écoles Pages : 6 Approuvée : le 3 mars 2008 Modifiée

Plus en détail

10c - L avocat. Service juridique droit des personnes et des familles

10c - L avocat. Service juridique droit des personnes et des familles 10c - L avocat L avocat peut vous défendre, vous assister et vous représenter pour régler un conflit ou pour obtenir un droit, soit dans le cadre d un procès, soit pour régler un litige à l amiable. Il

Plus en détail

Règlement de consultation. Appel d offres restreint. Service de ménage et nettoyage des locaux et bureaux d ARTE France

Règlement de consultation. Appel d offres restreint. Service de ménage et nettoyage des locaux et bureaux d ARTE France Règlement de consultation Appel d offres restreint Service de ménage et nettoyage des locaux et bureaux d ARTE France DATE ET HEURE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Mardi 15 novembre 2011 à 12 h 00 (Horaires

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) -----------------------------------

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) ----------------------------------- 01/07/2006-mandataire MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BUREAU CENTRAL FRANÇAIS (Mandataire ) ----------------------------------- Entre le Bureau central français des sociétés d assurances

Plus en détail

Fiche pratique n 4 : la responsabilité des compagnies aériennes (22/07/09)

Fiche pratique n 4 : la responsabilité des compagnies aériennes (22/07/09) Fiche pratique n 4 : la responsabilité des compagnies aériennes (22/07/09) Surbooking (surréservation), perte des bagages, annulation des vols Les occasions de litiges avec les compagnies aériennes sont

Plus en détail

Actes de terrorisme. Livret de l indemnisation. Conditions d intervention 1. Conditions d indemnisation 2 de votre préjudice

Actes de terrorisme. Livret de l indemnisation. Conditions d intervention 1. Conditions d indemnisation 2 de votre préjudice Livret de l indemnisation Actes de terrorisme Conditions d intervention 1 Conditions d indemnisation 2 de votre préjudice Nature de l acte de terrorisme 3 Date de l acte de terrorisme 4 Lieu de l acte

Plus en détail

D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N

D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N MUTUELLE ASSURANCE DES INSTITUTEURS DE FRANCE Société d'assurance mutuelle à cotisations variables Entreprise régie par le Code des Assurances GROUPE PERSONNES MORALES - Le Pilon du Roy - Bât C - BP 307000-13798

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Direction de la sécurité sociale SANTÉ Professions de santé MINISTÈRE DE LA JUSTICE _ MINISTÈRE DES OUTRE-MER _ Direction de la sécurité sociale _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Circulaire interministérielle DSS n o

Plus en détail

Assurance scolaire Saint-Christophe

Assurance scolaire Saint-Christophe Assurance scolaire Saint-Christophe Bénéficiez d une protection complète et d un tarif compétitif grâce à la mutualisation NOUVEAU Rendez-vous sur l Espace Parents* Dès la prochaine rentrée prenez connaissance

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA Convention La durée du contrat est fixée aux conditions particulières. Elle ne peut excéder un an. A chaque échéance annuelle, le contrat est reconduit tacitement pour des périodes consécutives d un an.

Plus en détail

L utilisation répressive des prestations familiales

L utilisation répressive des prestations familiales L utilisation répressive des prestations familiales Jusqu en 2004, les prestations familiales étaient utilisées pour sanctionner les familles en cas d absentéisme scolaire de leur enfant. Le versement

Plus en détail

LES CONGES POUR ACCIDENT DE SERVICE, DE TRAJET ET DE MALADIE PROFESSIONNELLE

LES CONGES POUR ACCIDENT DE SERVICE, DE TRAJET ET DE MALADIE PROFESSIONNELLE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/11

Plus en détail

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin

E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin E-réputation : sanction de la vengeance en ligne et du harcèlement de son concubin Article juridique publié le 01/09/2015, vu 1538 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM De plus en plus, la toile est utilisée

Plus en détail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail

Guide de la personne déléguée. Déclaration des accidents de travail Guide de la personne déléguée Déclaration des accidents de travail Décembre 2007 Introduction Toute enseignante ou tout enseignant peut être victime d un accident de travail. Le présent document se veut

Plus en détail

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

BOURSES D ÉTUDES MODE D EMPLOI DÉTAILLÉ TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS TOUTES LES PRESTATIONS PRÉVUES POUR LES BOURSIERS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS SOMMAIRE Allocations page 3 Frais de voyage et de transport page 4 Assurance page 5 Hébergement page 5 Titre de séjour page 6

Plus en détail

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Origine Emploi Emploi secteur privé Recommandations Le réclamant, d origine ukrainienne, engagé en CDD en qualité de convoyeur de fonds, a été suspendu sans

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. Nom de l'élève stagiaire : Réf. : ENSCP/DDE/DD/1A 2011-2012 Dates du stage : Sujet du stage : Entre les soussignés :

CONVENTION DE STAGE. Nom de l'élève stagiaire : Réf. : ENSCP/DDE/DD/1A 2011-2012 Dates du stage : Sujet du stage : Entre les soussignés : Nom de l'élève stagiaire : Réf. : ENSCP/DDE/DD/1A 2011-2012 Dates du stage : Sujet du stage : CONVENTION DE STAGE Entre les soussignés : L Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Paris, établissement public

Plus en détail

Intercalaire PROTECTION JURIDIQUE

Intercalaire PROTECTION JURIDIQUE Intercalaire PROTECTION JURIDIQUE Conditions générales complémentaires DEFINITIONS Accident Un événement soudain, involontaire et imprévisible dans le chef du preneur d assurance ou de l assuré. Sinistre

Plus en détail

Demande d indemnisation adressée à la Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions (C.I.V.I)

Demande d indemnisation adressée à la Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions (C.I.V.I) Nous sommes là pour vous aider Demande d indemnisation adressée à la Commission d Indemnisation des Victimes d Infractions (C.I.V.I) N 12825*02 (Articles 706-3 à 706-15, R 50-1 à R 50-28 du code de procédure

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario Annexe 2 ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO CODE DE PROCÉDURE DU COMITÉ DE DISCIPLINE Adoptée par l

Plus en détail

Comment être indemnisé en cas de. dommage médical?

Comment être indemnisé en cas de. dommage médical? E n p r at i q u e Comment être indemnisé en cas de dommage médical? Une publication des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Cover > Reporters

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

Le Monde de la Tutelle POUR VOTRE ASSOCIATION

Le Monde de la Tutelle POUR VOTRE ASSOCIATION POUR VOTRE ASSOCIATION 1 VOTRE CONTRAT RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE Objet du contrat Dans la limite des garanties ci- après énoncées, l'assureur se substitue à l'assuré pour indemniser la victime,

Plus en détail

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche?

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? 1 SOMMAIRE p. 3 > Les différentes formes de discrimination p. 4 > La protection contre les discriminations p. 9 > Les preuves de discriminations

Plus en détail

11. La période de 6 mois susmentionnée est calculée à partir de la première demande de compensation pour un retard.

11. La période de 6 mois susmentionnée est calculée à partir de la première demande de compensation pour un retard. Art. 34. Compensation en cas de retards, annulations de train et correspondance manquée Délivrance d une attestation de retard 1. Sur demande du voyageur, le personnel SNCB habilité dans le train en retard

Plus en détail

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Workplace Health, Safety and Compensation Commission of New Brunswick WHSCC CSSIAT Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES CIRCULAIRE N 2005-100 /FAE/SFE/AC DU 1 ER MARS 2005 RELATIVE AUX MEDECINS, AVOCATS ET AUTRES PERSONNES EXTERIEURES AU SERVICE PUBLIC CONSULAIRE NOR : MAEF0410068C 1. La

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

COMMUNE DE ROCQUENCOURT ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT. 12, rue de la Sabretache 78150 ROCQUENCOURT

COMMUNE DE ROCQUENCOURT ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT. 12, rue de la Sabretache 78150 ROCQUENCOURT COMMUNE DE ROCQUENCOURT ACCUEIL DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT 12, rue de la Sabretache 78150 ROCQUENCOURT ( 01.39.55.86.59 REGLEMENT INTERIEUR Délibération du Conseil Municipal du 24 septembre 2012 1/6 24/09/2012

Plus en détail

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DÉAQ-03 POLITIQUE FAVORISANT UN CLIMAT DE TRAVAIL SAIN ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA

CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA CONDITIONS DE VENTE CONGRES TERRAFORMA Conditions Générales de Vente Les conditions générales de vente régissant les rapports entre les agences de voyages et leur clientèle, ont été fixées par le décret

Plus en détail

LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives

LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives LIVRET DU NOUVEAU-Né guide des démarches administratives 2 Vous attendez un enfant? Ce petit guide pratique vous renseigne sur les démarches d état civil (délais et documents à fournir) à effectuer avant

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE OU DANS UN DROM

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE OU DANS UN DROM CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE OU DANS UN DROM ANNÉE SCOLAIRE 2015-2016 Concernant le stagiaire : Nom :... Prénom :... Adresse :............ Inscrit en formation de :... N indicatif

Plus en détail

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives

Ministère de la jeunesse et des solidarités actives Direction de la jeunesse de l éducation populaire et de la vie associative Sous-direction des politiques de jeunesse Bureau de la protection des mineurs en accueils collectifs et des formations jeunesse

Plus en détail

Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat A. INFORMATIONS CONCERNANT LA PERSONNE REQUERANTE 1

Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat A. INFORMATIONS CONCERNANT LA PERSONNE REQUERANTE 1 Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat Les décisions relatives à la prise en charge d honoraires d avocat sont du ressort du Comité de l Association du Centre genevois

Plus en détail

RESPECT - DON DE SOIT - HUMILITÉ - CONVIVIALITÉ

RESPECT - DON DE SOIT - HUMILITÉ - CONVIVIALITÉ PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur, établi conformément à l article 16 des statuts de l association, complète et interprète les statuts et ne saurait s y substituer. L association

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Comment suis-je protégé(e)?

Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Plusieurs choses nous passent par la tête lorsqu on se demande si l on doit faire une divulgation protégée d un acte répréhensible. Bien souvent,

Plus en détail

Par souci de cohérence et d homogénéité, le règlement présenté définit les modalités d'admission et de

Par souci de cohérence et d homogénéité, le règlement présenté définit les modalités d'admission et de Communauté de Communes des Cévennes Gangeoises et Suménoises 04 67 73 78 60 contact@cdcgangesumene.fr Par souci de cohérence et d homogénéité, le règlement présenté définit les modalités d'admission et

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS. Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014

REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS. Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014 REGLEMENT INTERIEUR DES ACCUEILS DE LOISIRS Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014 Le présent règlement a pour but de définir le fonctionnement ainsi que les modalités de fréquentation des accueils

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS

CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENTATION DISCIPLINE 05 49 44 57 96 http://www.cgtlaborit.fr CONSEIL DE DISCIPLINE PROCEDURE DISCIPLINAIRE COMMISSION DES RECOURS DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT CGT DU C.H Henri LABORIT Année 2006

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

ASSURANCES. Trouvez l assurance qu il vous faut. BR, la banque de la Réunion. www.banquedelareunion.fr

ASSURANCES. Trouvez l assurance qu il vous faut. BR, la banque de la Réunion. www.banquedelareunion.fr ASSURANCES BR, la banque de la Réunion Trouvez l assurance qu il vous faut. ASSURANCES : Assurance sur Épargne p4 BR Sécuris p6 Assurance Automobile p8 Assurance Habitation p10 Garantie Accidents de la

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 5 Comment un salarié peut-il contester le(s) motif(s) du licenciement? Le salarié s attachera

Plus en détail

TN05 (STAGE TECHNIQUE) 2 0 1 4-2 0 1 5

TN05 (STAGE TECHNIQUE) 2 0 1 4-2 0 1 5 CARNET DE STAGE TN05 (STAGE TECHNIQUE) 2 0 1 4-2 0 1 5 TN05 : STAGE TECHNIQUE TYPE "OUVRIER" Vous êtes en Tronc Commun ou en cursus HuTech, et vous souhaitez effectuer un stage technique afin de valider

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDS-2015-139

Décision du Défenseur des droits MDS-2015-139 Paris, le 21 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MDS-2015-139 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) 3 Circulaires de la direction des affaires civiles et du sceau Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2005 Décret

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC Barreau du Québec Mars 2011 (**Mise à jour le 29 mai 2015 concordance Nouvelle Gouvernance)

Plus en détail