Le décret wallon relatif à la gestion des sols

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le décret wallon relatif à la gestion des sols"

Transcription

1 Le décret wallon relatif à la gestion des sols Quand un sol est-il pollué? Comment fonctionnera la banque de données des sols? Comment réaliser une étude de sol? Quels sont les activités et les terrains à risque? Avec le soutien de

2 S ommaire Introduction... 3 Qu est-ce qu un sol pollué?... 4 Dans quels cas réaliser une étude d orientation du sol?... 6 Qui sont les titulaires des obligations?... 7 Comment se déroulent les études de sol et les travaux?... 8 Quand faut-il assainir?... 9 Quels sont les terrains à risque? Comment se passe la cession de terrains à risque? Qu est-ce que la banque de données de l état des sols? Quels sont nos conseils en prévention? Pour en savoir plus Comité de rédaction Cellule environnement de l UCM Véronique Meeùs Eddy Girardi Editeur responsable Thierry Evens - Ediclam Avenue Adolphe Lacomblé Bruxelles Graphisme et mise en page Nathalie Owca Impression Imprimerie Smets, Blegny, décembre 2009 Edition UCM Tous droits de reproduction, d adaptation et de traduction réservés pour tous pays N ISBN :

3 I ntroduction Les législations, aussi bien wallonnes qu européennes, responsabilisent de plus en plus les exploitants d entreprises vis-à-vis des dommages environnementaux causés par leur activité. C est le cas du décret wallon relatif à la gestion des sols (décret voté le 5 décembre 2008 et paru au Moniteur belge du 18 février 2009) dont le but principal est de mettre tous les mécanismes en place pour obliger les responsables de pollutions nouvelles de sols à les assainir. Le décret prévoit aussi des obligations pour les pollutions dites «historiques» même si les clauses sont moins sévères dans ces cas-là. Les pollutions les plus connues sont les pollutions aux hydrocarbures mais d autres substances régulièrement responsables de pollutions de sols existent : les solvants chlorés utilisés dans beaucoup de procédés de traitement de surface (nettoyage à sec, carrosseries, traitement du métal ), les HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques) que l on retrouve régulièrement dans les terres de remblais, les métaux lourds (par exemple le plomb que l on peut retrouver dans les garages où les batteries sont stockées sans précaution), etc. Les indépendants ou chefs de PME ont tout intérêt à être bien informés à ce sujet, car un terrain pollué peut perdre beaucoup de valeur. De plus les études de sols et les assainissements éventuels qui en découlent coûtent cher. Les sommes nécessaires à leur réalisation doivent être prévues à certains moments clés de la vie de l entreprise et la cession de terrains à risque doit faire l objet de procédures de sécurisation. Les informations présentées dans les pages qui suivent sont incomplètes étant donné que la banque de données de l état des sols wallons est encore en construction. Le site Internet de l UCM et les ateliers «décret sols» régulièrement organisés (voir www. ucm.be/environnement > rubrique agenda) permettent de les compléter utilement. 3

4 Q u est-ce qu un sol pollué? Définition de sol Le sol, au sens du décret, englobe la couche superficielle de la croûte terrestre, mais aussi les eaux souterraines et autres éléments et organismes qui y sont présents. Le sol est considéré comme pollué s il y a présence sur ou dans le sol de polluants qui sont ou peuvent être préjudiciables directement ou indirectement à la qualité du sol. Normes ou paramètres de pollution Des normes permettent de déterminer quand il est nécessaire de procéder à des investigations, voire d assainir, ainsi que les niveaux de dépollution à atteindre après assainissement. Ces normes comprennent à chaque fois 3 types de valeurs et sont fixées en annexe 1 du décret. Valeur de référence (VR) : valeur indicative d un terrain non pollué Valeur seuil (VS) : valeur dont le dépassement implique : - dans tous les cas une étude de caractérisation ; - en pollution historique : un assainissement s il y a menace grave pour l environnement et la santé ; - en pollution nouvelle : un assainissement. Valeur d intervention (VI) : dont le dépassement nécessite d office une intervention (assainissement ou mesures de sécurité et/ou de suivi). VR VS VI Concentration en polluant 4

5 Normes en fonction de l usage du terrain Les valeurs de référence s appliquent quel que soit l usage du terrain. Les valeurs seuil et les valeurs d intervention varient en fonction du type d usage du terrain : elles sont bien évidemment plus sévères en cas d usage naturel et agricole qu en usage industriel. L annexe 2 du décret détermine le type d usage à considérer en correspondance avec l usage du terrain. Concentration en polluants Type I : naturel Type II : agricole Type III : résidentiel ou mixte Type IV : récréatif ou commercial Type V : industriel Ainsi, une aire forestière y est mentionnée comme étant de type «I» tandis qu un parking y est mentionné comme étant de type «IV». Il existe également des types d usage imposés. Par exemple, l usage de type «agricole» doit être appliqué d office pour une zone de protection de captage. Savez-vous qu 1 litre de carburant peut contaminer m³ d eau? 5

6 D ans quels cas réaliser une étude d orientation du sol? Le décret retient 3 faits générateurs : 1. Toute personne peut, d initiative, se soumettre au dispositif mis en place. C est la démarche dite «volontaire» (article 19 du décret, entré en vigueur depuis le 18 mai 2009). une activité reprise en annexe 3 du décret (voir page 11) ; - la demande de permis d environnement relative à une installation ou activité sise sur un tel terrain ; - la faillite ou la liquidation d une activité figurant dans l annexe 3 ; - la cessation de l exploitation d une activité reprise dans l annexe 3 ; - un dommage environnemental affectant les sols, au sens de la législation sur la réparation des dommages environnementaux Une décision de l administration wallonne peut imposer cette étude (article 20 du décret, entré en vigueur depuis le 18 mai 2009), et ce en cas d abandon de déchets ou lorsqu il y a des indications sérieuses qu une pollution dépasse ou risque de dépasser les valeurs seuil. La décision de l administration doit aussi identifier le terrain potentiellement pollué et préciser en quelle qualité le titulaire (auteur présumé de la pollution, exploitant ) est désigné. 3...Une étude d orientation du sol doit d office avoir lieu dans un certain nombre de cas (article 21 du décret, date estimée d entrée en vigueur en décembre 2010) : - la cession d un terrain sur lequel est ou a été implanté une installation ou Eléments générateurs Démarche volontaire (article 19) Décision de l Administration sur base d indications sérieuses de pollution (article 20) Obligation d office pour installation ou activité susceptible de polluer figurant en annexe 3 ou pour dommage environnemental affectant les sols (article 21)

7 Q ui sont les titulaires des obligations? La charge de réaliser des investigations de sols (et éventuellement d assainir) incombe aux titulaires identifiés par le décret : 1. Le volontaire ; 2. L auteur ou l auteur présumé de la pollution de sol ou de l abandon de déchets désigné par l administration ; 3. L exploitant ; Et à défaut : 4. Le propriétaire, l emphytéote, le superficiaire, l usufruitier, le lessee du terrain désigné par l administration. Motifs d exonération Des motifs d exonération sont prévus par le décret. Le tableau qui suit, rédigé par David Paulet, les reprend de façon synthétique : extrait de la conférence «Dispositions légales relatives aux sols pollués», organisée par l UCM en novembre Titulaires Tableau des titulaires et motifs d exonération Tout titulaire Substitution d un tiers (article 23) L auteur de la pollution ou exploitant Propriétaire Emphytéote Superficiaire ou usufruitier Pollution due au fait d un tiers (exclusion cessionnaire permis) (art. 24, 1 ) Pollution provient d une migration (art. 25, 1 ) Document attestant la bonne exécution d un assainissement (art. 24, 2 ) Idem (art. 25, 3 ) Pas commis de faute ou de négligence et la pollution des sols ne constitue pas une menace grave en l état des connaissances scientifiques au moment où pollution générée (art. 24, 3 ) Idem (art. 25, 4 ) Apporte la preuve qu il n a pas commis de faute ou de négligence et dommage dû à une émission ou événement postérieur au 30 avril 2007 et autorisé (art. 24, 4 ) Idem (art. 25, 5 ) Un certificat de contrôle du sol a été délivré (art 25, 2 ) Source : David Paulet - avocat 7

8 C omment se déroulent les études de sol et les travaux? 8 1. L étude d orientation Elle vise à vérifier l existence éventuelle d une pollution du sol. Cette étude a une ampleur limitée. Si pour une ou plusieurs substances analysées, les normes fixées par le décret sont dépassées, l administration conclura à la nécessité de réaliser une étude de caractérisation. 2. L étude de caractérisation Cette étude a une portée double : il s agit de confirmer l existence d une pollution du sol et d esquisser, si nécessaire, les modalités d un assainissement du sol. L étude de caractérisation comporte un rapport détaillé sur la nature et le niveau de pollution ainsi que sur les éléments nécessaires à la réalisation des travaux d assainissement. Lorsque l administration le juge nécessaire, une étude de risque accompagne l étude de caractérisation. Elle détermine le niveau de risque encouru pour la santé humaine et/ou pour l environnement ainsi que la nécessité et l urgence de l assainissement. En suite de ces phases d investigation, et si l administration estime qu un assainissement est nécessaire, un projet d assainissement, accompagné d une notice d évaluation des incidences, doit être déposé. Toutes les études doivent être confiées à des experts agréés par la Région Etude d orientation Etude de caractérisation Projet d assainissement Travaux de surveillance Evaluation finale La liste de ces experts est disponible sur : > sol >> experts agréés

9 Q uand faut-il assainir? Pollution historique et pollution nouvelle Par définition, une pollution est historique si elle est survenue avant le 30 avril La pollution nouvelle est celle qui est survenue à partir de cette date. Date pivot : 30 avril Assainir ou pas? Le décret est plus sévère vis-à-vis des pollutions nouvelles. En pareil cas, il faudra assainir dès qu il y a dépassement de la valeur seuil pour au moins un des polluants visés par le décret. En cas de pollution historique, l assainissement ne sera requis que si la pollution constitue une menace grave pour la santé humaine et/ou l environnement (par exemple : si la pollution compromet la potabilité des eaux d un puits de distribution publique). pollution historique du sol pollution nouvelle du sol S il n y a pas de menace grave mais que la valeur d intervention est dépassée pour au moins un polluant, il faudra prendre des mesures de sécurité (par exemple : restreindre les possibilités d usage du terrain) et/ ou de suivi (par exemple : analyser quelques échantillons d eau souterraine une fois par an pour voir si le niveau de pollution n augmente pas). 9

10 Exemple d un terrain situé en zone d habitat, pollué par le plomb Les normes à prendre en considération pour le sol sont (en mg/kg de matière sèche) : Type d usage Valeurs VR référence VS seuil VI intervention I naturel II agricole III résidentiel ou mixte IV récréatif ou commercial V industriel Si les carottes de terre prélevées lors de l étude de caractérisation montrent des valeurs de 300 à 800 mg/ Kg, c est-à-dire un dépassement de la valeur-seuil de 200 mg/kg, alors : - si la pollution est historique (par exemple : due à une exploitation ayant cessé dans les années 60) et que le volet «étude de risque» de l étude de caractérisation (voir page 8) montre qu il n y a pas de menace grave, il ne faudra pas assainir. En revanche, comme la valeur d intervention de 700 mg/kg est dépassée, il faudra prendre des mesures de sécurité (par exemple : ne pas admettre la construction d un logement sur le terrain). Ces conclusions seront actées dans un certificat de contrôle du sol, qui sera inclus dans la banque de données de l état des sols (voir page 13) ; - si la pollution est nouvelle (par exemple : due au stockage sans précautions de batteries usagées dans un garage exploité depuis fin 2007), il faudra assainir. Il n est pas toujours possible de faire la distinction entre une pollution historique et une pollution nouvelle. Dans ce cas les valeurs prises en compte sont obligatoirement celles d application pour une pollution nouvelle, c est-à-dire les plus sévères!

11 Q uels sont les terrains à risque? Les terrains à risque sont ceux sur lesquels «est» ou «a été» exercée une activité potentiellement polluante pour le sol. C est sur de tels terrains qu il faudra procéder d office à des investigations de sols à des moments bien précis de la vie de l entreprise, mentionnés à l article 21* du décret.: la cession du bien, la demande de permis d environnement, la faillite ou la liquidation, la cessation d activité. Installations et d activités visées Plus de 200 installations ou activités sont recensées à l annexe 3 du décret, en évitant de se focaliser sur des activités ayant un impact potentiel mineur sur le sol. On y retrouve beaucoup d activités issues de la liste des rubriques du permis d environnement. * l article 21 du décret sols est le seul article qui ne soit pas encore entré en vigueur le 18 mai Il entrera en vigueur dès le moment où la «banque de données de l état des sols» sera finalisée c est-à-dire vers la fin 2010 (voir page 13). Cette liste est disponible sur le site Internet : sol Exemples d activités typiques de PME concernées (extrait de l annexe 3 du décret) Installation ou activité visée à l article 21 Commerce relatif à l entretien et/ou la réparation de véhicules à moteur Nettoyages à sec de vêtements et autres textiles Etablissements où l on procède à l application de peintures ou d enduits D office Critères Lorsque la capacité de nettoyage est égale ou supérieure à Kg par jour D office 11

12 C omment se passe la cession de terrains à risque? Le décret n interdit donc pas la cession de terrains polluée ou potentiellement pollués. 12 L article 21 du décret fixe les règles applicables à la cession de terrains figurant dans la banque de données de l état des sols : - lors de la préparation de l acte, le notaire va consulter la banque de données de l état des sols. Si le bien concerné y figure, la cession sera de plein droit conclue sous condition suspensive de la réalisation d une étude de sols et des suites éventuellement requises (caractérisation, assainissement). Cette suspension aura une durée maximale de 2 ans, prorogeable par accord entre les parties ; - si le coût de l assainissement n excède pas le montant convenu entre les parties, ou, à défaut, un montant équivalent à 5 douzièmes du prix du bien convenu (ou de sa valeur vénale), la suspension prend fin et la cession a lieu. Si par contre, la période de suspension arrive à son terme sans qu aucune investigation n ait été réalisée, la cession est annulable à la demande du cessionnaire (= l acheteur en cas de vente), ou du Gouvernement wallon. Rappelons que cet article entrera en vigueur ultérieurement (estimation fin 2010). En attendant, les parties à la cession d un terrain suspecté d être pollué sont toujours libres de convenir entre elles de toutes initiatives qui les agrée. Vendeur et acheteur peuvent par exemple s entendre, par convention préalable à la signature d un compromis de vente, sur la réalisation des études de sol et de l éventuel assainissement, et sur la répartition des frais qui en découlent. Leur notaire est à cet égard leur meilleur conseiller. Au sens du décret, les termes «cession d un terrain» ont une portée plus large que dans le langage courant. Le mot «terrain» vise non seulement le sol, mais aussi les constructions qu il comporte. La «cession» recouvre la vente, mais aussi la constitution d autres droits réels (emphytéose, superficie, usufruit), le leasing immobilier, et l apport d un patrimoine immobilier dans une société.

13 Q u est-ce que la banque de données de l état des sols? Le décret prévoit la mise en place d une banque de données de l état des sols, qui comprendra un inventaire : - des terrains pollués et potentiellement pollués ; - les données relatives au sol dont dispose l administration en suite des investigations et des assainissements réalisés ; - les certificats de contrôle du sol qui auront été délivrés suite aux investigations ou assainissements de sols. Cette banque de données est actuellement en cours d élaboration. Sa finalisation est prévue pour fin Dans le cadre de l élaboration de cette banque de données, les titulaires de droits réels et exploitants seront informés par les communes où se situent ces terrains des données dont dispose l administration régionale. Ils auront la possibilité de faire valoir leurs observations. La présence d un terrain dans cette banque de données ne le rend pas inutilisable. Mais elle obligera à procéder d office à une étude d orientation suivie éventuellement d une étude de caractérisation, voire d un assainissement ou de mesures de sécurité et/ou de suivi dans les cas visés à l article 21 du décret (voir page 11). L accès à la banque de données se fera selon les modalités de la législation concernant le droit d accès du public à l information relative à l environnement. Certaines personnes qui entretiennent un lien plus étroit avec la mise en œuvre du décret, dont les notaires et les experts agréés en matière d études de sol, auront un accès direct aux informations. Les modalités d accès seront fixées dans un arrêté du Gouvernement wallon. Si vous êtes proporiétaire ou exploitant d un site sur lequel est ou a été exercée une activité de l annexe 3, attendez-vous à être contacté dans les prochains mois dans le cadre de l élaboration de cette banque de données. 13

14 Q uels sont nos conseils en prévention? Un exploitant d entreprise est à tout moment susceptible d être responsable d une pollution de sol, ne fusse qu en suite d un accident d exploitation. Il est donc intéressant de prendre le maximum possible de mesures de prévention. D autant plus qu un exploitant qui peut apporter la preuve qu il n a pas commis de faute ou de négligence, peut être exonéré de ses obligations (article 24, 4 du décret sols). Quelques conseils : 2. De plus, si vous exploitez une activité/installation soumise à permis d environnement, vérifiez que votre permis d environnement (anciennement permis d exploiter) est toujours valable, c est-à-dire qu il correspond toujours à l activité que vous exercez et qu il n est pas arrivé à échéance. Respectez scrupuleusement les conditions d exploitation prévues par votre permis. Votre permis constitue le véritable «cahier de charges environnementales» de votre exploitation Quelle que soit votre activité, prenez toutes les mesures de précaution pour éviter qu une pollution de sol ne se produise. Par exemple : - ayez du matériel absorbant (copeaux de bois, chiffons...) à disposition au cas où il y aurait des débordements ; - stockez les produits dangereux sur une cuve de rétention ; - vérifiez régulièrement que les installations de stockage sont en bon état ; - Même si votre permis est un ancien permis, toujours valable, vous n êtes pas dispensé de devoir vous adapter aux nouvelles conditions d exploitation qui verraient le jour pendant la durée de votre exploitation.

15 P our en savoir plus SPW Département du Sol et des Déchets Direction de la Protection des Sols avenue Prince de Liège Namur tél. 081/ environnement.wallonie.be/administration/dsd.htm Fédération Royale du Notariat Belge rue de la Montage Bruxelles tél. 02/ Fedexsol c/o SGS Parc Créalys rue Phocas Lejeune Gembloux Banque de données Walsols SPAQuE boulevard d Avroy 38/ Liège 04/

16 Les cellules environnement de l UCM Province de Liège Boulevard d Avroy, Liège Tél. 04/ Provinces de Namur, Luxembourg et Brabant wallon (Wavre) Chaussée de marche Namur Tél. 081/ Provinces de Hainaut et Brabant wallon (Nivelles) Quai Notre-Dame 3/ Tournai Tél. 069/ La cellule environnement de l UCM se tient gratuitement à disposition des indépendants, PME et TPE de la Région wallonne. Avec le soutien de N ISBN : Imprimé sur papier recyclé, labellisé FSC

Ateliers Décret sols Pollution des sols, suis-je concerné? Quelles implications pour ma PME, mon terrain? Quelles sont les démarches à suivre?

Ateliers Décret sols Pollution des sols, suis-je concerné? Quelles implications pour ma PME, mon terrain? Quelles sont les démarches à suivre? Ateliers Décret sols Pollution des sols, suis-je concerné? Quelles implications pour ma PME, mon terrain? Quelles sont les démarches à suivre? Mars Juin 2013 A travers toute la Wallonie Introduction Service

Plus en détail

10. OUTILS D INFORMATION : INVENTAIRE DE L ÉTAT DU SOL

10. OUTILS D INFORMATION : INVENTAIRE DE L ÉTAT DU SOL 10. OUTILS D INFORMATION : INVENTAIRE DE L ÉTAT DU SOL La collecte d informations, spatialement référencées, permettant d identifier les sols susceptibles d avoir été pollués (cf. activités humaines ayant

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER IMMOBILIER LE PARCOURS DE VENTE LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER De manière générale, le vendeur

Plus en détail

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés

Annexe 4. Pollution mazout/diesel-intervention du DPC. Instructions à l attention des experts agréés Annexe Pollution mazout/diesel-intervention du DPC Instructions à l attention des experts agréés Echantillonnage au terme de l excavation Les échantillonnages doivent porter, d une part, sur les parois

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

LE CADASTRE DES SITES POTENTIELLEMENT POLLUÉS

LE CADASTRE DES SITES POTENTIELLEMENT POLLUÉS LE CADASTRE DES SITES POTENTIELLEMENT POLLUÉS QU EST CE QUE LE CADASTRE DES SITES POTENTIELLEMENT POLLUÉS? Le cadastre des sites potentiellement pollués est un inventaire de tous les sites du pays où une

Plus en détail

Loi belge sur la continuité des entreprises

Loi belge sur la continuité des entreprises Loi belge sur la continuité des entreprises Introduction Loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Entrée en vigueur le 1er avril 2009 Remplace la loi du 17 juillet 1997 sur le concordat

Plus en détail

LA GESTION DES SOLS POLLUES APERÇU DE LA LEGISLATION BRUXELLOISE

LA GESTION DES SOLS POLLUES APERÇU DE LA LEGISLATION BRUXELLOISE LA GESTION DES SOLS POLLUES APERÇU DE LA LEGISLATION BRUXELLOISE Suivant l IBGE, il existerait près de 7.000 sites potentiellement pollués en Région bruxelloise, représentant 8% de sa superficie totale

Plus en détail

1. Généralités. 2. Devis et tarifs. 3. Commande

1. Généralités. 2. Devis et tarifs. 3. Commande 1. Généralités Les présentes conditions générales s appliquent de plein droit à toute vente de produits Architecture du Bois - Terrasse Grad ou à toute installation de produits Architecture du Bois - Terrasse

Plus en détail

LEGGETT. Un récapitulatif étape par étape IMMOBILIER VOTRE GUIDE GRATUIT POUR ACHETER UNE PROPRIÉTÉ

LEGGETT. Un récapitulatif étape par étape IMMOBILIER VOTRE GUIDE GRATUIT POUR ACHETER UNE PROPRIÉTÉ VOTRE GUIDE GRATUIT POUR ACHETER UNE PROPRIÉTÉ Un récapitulatif étape par étape Mis en place par votre agence immobilière récompensée aux European Property Awards LEGGETT IMMOBILIER GUIDE DE L ACHETEUR

Plus en détail

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur.

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur. Hospitalia Continuité Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur. 3 Hospitalia Continuité Si vous quittez votre employeur, que devient

Plus en détail

POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 583-05 POUR ÉTABLIR UNE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT

POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 583-05 POUR ÉTABLIR UNE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE PAPINEAU RÈGLEMENT NUMÉRO 629-07 POUR ABROGER ET REMPLACER LE RÈGLEMENT PORTANT LE NUMÉRO 583-05 POUR ÉTABLIR UNE POLITIQUE DE CAPITALISATION ET D AMORTISSEMENT ATTENDU QUE

Plus en détail

MISSION EXCLUSIVE DE VENTE CONCLUE AU SEIN DE L ENTREPRISE

MISSION EXCLUSIVE DE VENTE CONCLUE AU SEIN DE L ENTREPRISE Mission exclusive de vente conclue au sein de l entreprise avec clause de prolongation tacite 06/2014 MISSION EXCLUSIVE DE VENTE CONCLUE AU SEIN DE L ENTREPRISE (avec prolongation tacite) Dans les sept

Plus en détail

Tout savoir. sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne

Tout savoir. sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne Tout savoir sur la nouvelle législation relative à la gestion des sols en Région wallonne 1. Le décret en bref Le nouveau décret relatif à la gestion des sols a été adopté le 3 décembre 2008. Il est entré

Plus en détail

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale Projet de loi (89) accordant une autorisation d emprunt de 6 00 000 F au Conseil d Etat pour financer l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale de Genève et ouvrant un crédit

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2734. Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2734 Arrêt n 112/2004 du 23 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 46bis, alinéa 5, du Code des droits d enregistrement, d hypothèque et de greffe, tel qu

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre

Plus en détail

Compromis de vente immobilier

Compromis de vente immobilier Compromis de vente immobilier Compromis de vente immobilier 2/7 Entre les soussignés : (nom(s), prénom(s), profession, domicile, TVA) 1....... Et (nom(s), prénom(s), adresse, raison sociale, siège social)

Plus en détail

CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE

CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net CONVENTION DE CESSION DE FONDS DE COMMERCE Auteur: Me Arnaud Carlot, avocat E-mail: (Bruxelles) arnaudcarlot@skynet.be Tel / @lex4u.com 02.346.00.02 Fax:

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier :

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : : Heure FA Un exemplaire (1 ère page seulement) est à nous retourner signé L autre exemplaire est à conserver ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : Date du RDV : Situation RENDEZ VOUS du RDV

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

Compresseurs d air et réservoirs

Compresseurs d air et réservoirs Compresseurs d air et réservoirs Respecter les conditions d utilisation Légende ok, à faire interdit, à éviter SAUF = exceptions, dérogations informations complémentaires Cliquez sur ces logos dans le

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

Travailler. Le travail en interim FICHE 13

Travailler. Le travail en interim FICHE 13 FICHE 13 Travailler Le travail en interim Le contrat de travail temporaire, quel que soit le motif, ne peut permettre de pourvoir durablement à un emploi lié à l activité normale et permanente de l entreprise

Plus en détail

Autre information requise pour les terrains de golf

Autre information requise pour les terrains de golf Version 05-04-07 Page 1 de 7 Autre information requise pour les terrains de golf Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur l assainissement

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Préface 7. Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9

Table des matières. Sommaire 5. Préface 7. Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Béatrice Compagnion Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9 Nicolas Bernard Introduction 9 Section 1. La loi du 27 décembre 2006 : enregistrement du

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE D UTILISATION DE BASE DE DONNÉES

CONTRAT DE LICENCE D UTILISATION DE BASE DE DONNÉES CONTRAT DE LICENCE D UTILISATION DE BASE DE DONNÉES Entre les soussignés : L Office National d Information sur les Enseignements et les Professions (ONISEP), Etablissement public à caractère administratif

Plus en détail

Aide au dépôt de brevet en Wallonie

Aide au dépôt de brevet en Wallonie Aide au dépôt de brevet en Wallonie 1 SOMMAIRE Principes de base Critères à respecter Quelques définitions Les différents volets Me contacter 2 PRINCIPES DE BASE Cette aide s adresse aux PME (pas aux personnes

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE SALON TOULOUSE VINTAGE 2016

CONDITIONS GENERALES DE VENTE SALON TOULOUSE VINTAGE 2016 CONDITIONS GENERALES DE VENTE SALON TOULOUSE VINTAGE 2016 ARTICLE 1 DISPOSITIONS GENERALES ///////////////////////////////////// Les inscriptions aux événements créés et organisés par l Agence Couture

Plus en détail

GUIDE D ACHAT DU GAZ NATUREL AU MANITOBA

GUIDE D ACHAT DU GAZ NATUREL AU MANITOBA COMPRENDRE VOTRE APPROVISIONNEMENT EN GAZ NATUREL Au Manitoba, à titre de consommateur de gaz naturel, vous avez plusieurs options à votre disposition en matière d achat de gaz naturel pour votre domicile

Plus en détail

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES)

LE DÉCRET SOLS RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES NOTIONS IMPORTANTES SOL TERRAIN BANQUE DE DONNÉE DE L'ETAT DES SOLS (BDES) LE DÉCRET SOLS Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Décret du 5 décembre 2008 (MB 18/02/2009 & 6/03/2009) relatif à la gestion des sols, modifié par le décret programme

Plus en détail

Le cadre réglementaire de gestion des Sites et Sols Pollués

Le cadre réglementaire de gestion des Sites et Sols Pollués Le cadre réglementaire de gestion des Sites et Sols Pollués S3PI Hainaut-Cambrésis-Douaisis 08 octobre2015 DREAL Nord Pas-de-Calais Laurence COTINAUT Chargée de mission Sites et Sols Pollués Direction

Plus en détail

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet

Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Cession de fonds de commerce et notification fiscale source : UCM et Guichet Guichet d Economie Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne Noël, Échevin de l Economie et de l Emploi et avec le soutien du

Plus en détail

Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009.

Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009. Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009. 1/11. Introduction... 3 Champ d application de l A.R.... 3 Enregistrement de l importateur...

Plus en détail

TRAVAUX DE PEINTURE EXTERIEURE / RAVALEMENT DE 8 IMMEUBLES ET 14 PAVILLONS A GRAND QUEVILLY LOT N 1 3 BATIMENTS = «BRIE / BEAUCE / BOCAGE

TRAVAUX DE PEINTURE EXTERIEURE / RAVALEMENT DE 8 IMMEUBLES ET 14 PAVILLONS A GRAND QUEVILLY LOT N 1 3 BATIMENTS = «BRIE / BEAUCE / BOCAGE Maître d Ouvrage 93 avenue des Provinces - B.P. 205 76123 GRAND QUEVILLY Cedex JUIN 2012 BD/CA TRAVAUX DE PEINTURE EXTERIEURE / RAVALEMENT DE 8 IMMEUBLES ET 14 PAVILLONS A GRAND QUEVILLY LOT N 1 3 BATIMENTS

Plus en détail

Les sites pollués dans le canton de Fribourg

Les sites pollués dans le canton de Fribourg Les sites pollués dans le canton de Fribourg De nombreuses parcelles où des déchets ont été déposés il y a des dizaines d années, souvent en conformité avec les connaissances techniques de l époque, sont

Plus en détail

Le Crédit Agricole s engage en faveur d un développement durable

Le Crédit Agricole s engage en faveur d un développement durable Le Crédit Agricole s engage en faveur d un développement durable www.ca-atlantique-vendee.fr L Engagement en faveur des Économies d Énergie Du fait de son histoire et de ses valeurs mutualistes, le Crédit

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Date : 01/06/2013 Le présent ensemble des Conditions Générales de Vente de GLUAL HIDRÁULICA est applicable à toutes les livraisons et à toutes les prestations. ARTICLE 1. GÉNÉRALITÉS ARTICLE 2.- OFFRES

Plus en détail

MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N

MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N ENTRE LES SOUSIGNEES : La SCCV LES TERRASSES DE MOUISSEQUES, Société Civile Immobilière de Construction Vente au capital de 1 000 inscrite au RCS d EVRY sous le numéro 803

Plus en détail

Conditions générales de vente du magasin en ligne de la société OLYMP Digital KG

Conditions générales de vente du magasin en ligne de la société OLYMP Digital KG Conditions générales de vente du magasin en ligne de la société OLYMP Digital KG (Version mars 2016) 1 Champ d application, définitions (1) Les conditions générales de vente ci-après s appliquent à toutes

Plus en détail

Les formes de financement

Les formes de financement Les formes de financement Lorsque l on étudie le financement d une entreprise, on distingue : Les sources à court terme (moins d une année). Les sources à moyen terme (entre 2 et 5 ans). Les sources à

Plus en détail

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur.

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur. Hospitalia Continuité Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur. Mutualité Libre Securex agent d assurances, N OCM 5005c pour la SMA

Plus en détail

Vade-mecum à l usage des petites et moyennes entreprises (TPE/PME)

Vade-mecum à l usage des petites et moyennes entreprises (TPE/PME) Ed. Resp. : Hervé Champagne, fonctionnaire chargé de l information Province du Brabant Wallon, Bâtiment Archimède - Bloc D, Avenue Einstein 2 à 1300 Wavre 13 octobre 2014 Pourquoi ne participeriez-vous

Plus en détail

Dispositions légales relatives aux sols pollués Responsabilités en cas d atteinte à l environnement

Dispositions légales relatives aux sols pollués Responsabilités en cas d atteinte à l environnement Dispositions légales relatives aux sols pollués Responsabilités en cas d atteinte à l environnement David PAULET Novembre 2008 Plan de l exposé 1. Introduction: le contexte européen et le contexte en Région

Plus en détail

ACCUEIL D UN STAGIAIRE EN ENTREPRISE

ACCUEIL D UN STAGIAIRE EN ENTREPRISE ACCUEIL D UN STAGIAIRE EN FICHE CONSEIL Page : 1/6 Certains élèves et étudiants effectuent des stages en entreprise dans le cadre d une initiation au milieu professionnel. Longtemps, les stagiaires en

Plus en détail

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL Article juridique publié le 28/01/2015, vu 15581 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La loi dite «Pinel» du 18 juin 2014 a introduit, dans l'article L. 145-46-1

Plus en détail

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction

LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS. Cadre de l intervention-résumé. Introduction ADEF/26 mai 2000 LES ENJEUX PATRIMONIAUX DE L EVALUATION DES TERRAINS DANS LES BILANS DES SOCIETES Cadre de l intervention-résumé Introduction Toutes les méthodes et techniques et qui vous ont été exposées

Plus en détail

Conditions Générales de Vente du Site www.buyeco.ch

Conditions Générales de Vente du Site www.buyeco.ch Conditions Générales de Vente du Site www.buyeco.ch 1. OBJET Les présentes Conditions Générales de Vente (ci-après les «CGV») définissent les relations juridiques entre l utilisateur et BUYECO Sàrl (ci-après

Plus en détail

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses

C dc COUR DES COMPTES RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE. Genève, le 25 juin 2013. Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du Moulin à Danses Rue du XXXI-Décembre 8 Case postale 3159 1211 Genève 3 Tél.: +41 (0)22 388 77 90 Fax: +41 (0)22 388 77 99 Internet: www.ge.ch/cdc Genève, le 25 juin 2013 Votre lettre du 12 juillet 2012 Déménagement du

Plus en détail

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN.

AVIS. Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN. AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1018 Liège, le 10 juillet 2006 Objet : Demande de permis unique relatif à des installations de stockage et de distribution de mazout de chauffage à SAINT-GHISLAIN Avis du CWEDD

Plus en détail

LOI N 98-005 du 14 Avril 1998 PORTANT REGIME DE L EAU

LOI N 98-005 du 14 Avril 1998 PORTANT REGIME DE L EAU ASSEMBLEE NATIONALE REPUBLIQUE DU CAMEROUN 6 ème Législature Paix Travail Patrie Année législative 1997/1998 3 ème Session Ordinaire (Mars 1998) LOI N 98-005 du 14 Avril 1998 PORTANT REGIME DE L EAU L

Plus en détail

SPANC. (Service Public d Assainissement Non Collectif) GRAND GUÉRET. www.agglo-grandgueret.fr

SPANC. (Service Public d Assainissement Non Collectif) GRAND GUÉRET. www.agglo-grandgueret.fr GRAND GUÉRET Communauté d'agglomération SPANC (Service Public d Assainissement Non Collectif) «Contribuer à protéger efficacement l eau, garantir la salubrité de l environnement et la santé des populations»

Plus en détail

DIRECTIVES ADMINISTRATIVES UTILISATION DES INSTALLATIONS DE LA SOCIÉTÉ DU PARC INDUSTRIEL ET PORTUAIRE DE BÉCANCOUR

DIRECTIVES ADMINISTRATIVES UTILISATION DES INSTALLATIONS DE LA SOCIÉTÉ DU PARC INDUSTRIEL ET PORTUAIRE DE BÉCANCOUR DIRECTIVES ADMINISTRATIVES UTILISATION DES INSTALLATIONS DE LA SOCIÉTÉ DU PARC INDUSTRIEL ET PORTUAIRE DE BÉCANCOUR 1. PRÉAMBULE La Société a comme mission de favoriser le développement économique du Québec

Plus en détail

La Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) représentée par Madame Edith ARNOULT-BRILL, Secrétaire Générale 27 rue Pajol 75018 PARIS ;

La Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) représentée par Madame Edith ARNOULT-BRILL, Secrétaire Générale 27 rue Pajol 75018 PARIS ; CONVENTION De mise à disposition de la Fédération Unie des Auberges de Jeunesse de l immeuble «Maison Monjauze» et ses dépendances sis 56 avenue Maréchal Bugeaud Entre les soussignés La commune de Brive

Plus en détail

exclusif Droits d enregistrement

exclusif Droits d enregistrement Imposition de la seconde résidence 4 Vous rêvez d un chalet dans les Ardennes où vous passeriez les vacances d été, entouré de vos enfants? Ou vous envisagez l acquisition d un petit appartement à la Côte

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNE DU BERNAVILLOIS

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNE DU BERNAVILLOIS REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNE DU BERNAVILLOIS CHAPITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : OBJET DU REGLEMENT L objet du présent règlement

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE DE LOGICIEL (Concession d un droit d utilisation)

CONTRAT DE LICENCE DE LOGICIEL (Concession d un droit d utilisation) CONTRAT DE LICENCE DE LOGICIEL (Concession d un droit d utilisation) ENTRE LES SOUSSIGNES SERVICES soft Eurl Dont le Siège social est : 1 er Groupe, Bt B Place du 1 er Mai Alger Ci après dénommer «LE PRESTATAIRE»

Plus en détail

AGENCE RECEPTIVE - COLMAR TOURISME Certificat d immatriculation au Registre des Opérateurs de Voyages et de Séjours ATOUT France : IM068100027

AGENCE RECEPTIVE - COLMAR TOURISME Certificat d immatriculation au Registre des Opérateurs de Voyages et de Séjours ATOUT France : IM068100027 CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTES AGENCE RECEPTIVE - COLMAR TOURISME Certificat d immatriculation au Registre des Opérateurs de Voyages et de Séjours ATOUT France : IM068100027 Il est expressément précisé,

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS CHAPITRE I DÉFINITIONS

RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS CHAPITRE I DÉFINITIONS RÈGLEMENT CO-2015-872 ADOPTANT UN PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE COMPLÉMENTAIRE AU PROGRAMME ACCÈSLOGIS LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I DÉFINITIONS 1. Aux fins d application de ce règlement, les

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION

CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION 1 CONDITIONS GENERALES DE GESTION DE LA SUBROGATION DE PAIEMENT AVEC LES ORGANISMES DE FORMATION Dernière mise à jour : le 21/06/2012 Sommaire Article 1 : Conditions de mise en œuvre... 2 Article 2 : Matérialisation

Plus en détail

Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S.

Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S. CGV Conditions Générales (CGV) de la société Mercateo France S.A.S. 1 Domaine d application et objet 2 Parties contractantes 3 Conclusion du Contrat 4 Informations relatives aux produits, prix, disponibilité

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION NECESSAIRE A L ETABLISSEMENT DU PRIX D ASSAINISSEMENT PUBLIC DES EAUX USEES INDUSTRIELLES

FORMULAIRE DE DECLARATION NECESSAIRE A L ETABLISSEMENT DU PRIX D ASSAINISSEMENT PUBLIC DES EAUX USEES INDUSTRIELLES U kan een Nederlandstalig formulier aanvragen op het telefoonnummer 02/775 75 76 FORMULAIRE DE DECLARATION NECESSAIRE A L ETABLISSEMENT DU PRIX D ASSAINISSEMENT PUBLIC DES EAUX USEES INDUSTRIELLES Cadre

Plus en détail

DIRECTION D ADMINISTRATION DES AFFAIRES

DIRECTION D ADMINISTRATION DES AFFAIRES Vous trouverez ci - joint le formulaire de demande ainsi qu un règlement en vue de l obtention d une intervention en faveur des jeunes qui contractent un emprunt hypothécaire pour l accès à la propriété

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/10/2015 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 septembre 2015 N de pourvoi: 14-16073 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00765 Non publié au bulletin Rejet Mme Mouillard (président), président

Plus en détail

Titres-repas Janvier 2016

Titres-repas Janvier 2016 Titres-repas Janvier 2016 Editeur responsable : Secrétariat social des Classes Moyennes de la Province de Liège, Joëlle Pirlet, administrateur délégué, boulevard d Avroy 44, 4000 Liège Date de dernière

Plus en détail

Qu est-ce que MiFID? Objectifs?

Qu est-ce que MiFID? Objectifs? 2 Oeuvrer à une meilleure protection des clients Qu est-ce que MiFID? Objectifs? L Agenda de Lisbonne, élaboré par la Commission européenne en 2000, s est fixé pour ambitieux objectif de faire de l Union

Plus en détail

Se porter caution : Un risque à mesurer

Se porter caution : Un risque à mesurer Se porter caution : Un risque à mesurer À quoi vous engagez-vous? Il n est pas rare d être sollicité par un ami, un parent, un enfant pour se porter caution lors de l achat d un bien, de la souscription

Plus en détail

Les délais de livraison

Les délais de livraison Les délais de livraison I-Délai de livraison en cas de vente directe en magasin On distingue selon que le bien ou la prestation de service à un coût inférieur, égal ou supérieur à 500. A-Prix supérieur

Plus en détail

Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9

Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9 Table des matières Partie I Les démembrements de la propriété immobilière : aspects civils et fiscaux 9 Thierry Litannie et Sébastien Watelet Introduction 9 Titre I. Aspects civils 11 Chapitre 1. Le droit

Plus en détail

Séparation Divorce. La justice pratique

Séparation Divorce. La justice pratique Séparation Divorce La justice pratique www.ge.ch/justice Sommaire Vous êtes marié-e et vous voulez mettre fin à votre vie conjugale? Il existe plusieurs moyens de le faire : recourir à une suspension de

Plus en détail

Changement en matière de TVA logement Mesures transitoires avant le 31 décembre 2014

Changement en matière de TVA logement Mesures transitoires avant le 31 décembre 2014 Réf OAI : K/note prof/note57-2 Mesures Transitoires TVA Logement 20141211 11/12/2014 Note professionnelle urgente n 57 2 aux membres de l OAI Changement en matière de TVA logement Mesures transitoires

Plus en détail

748.411. Ordonnance sur le transport aérien. (OTrA) Dispositions générales. du 17 août 2005 (Etat le 1er janvier 2009)

748.411. Ordonnance sur le transport aérien. (OTrA) Dispositions générales. du 17 août 2005 (Etat le 1er janvier 2009) Ordonnance sur le transport aérien (OTrA) 748.411 du 17 août 2005 (Etat le 1er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6a et 75 de la loi fédérale du 21 décembre 1948 sur l aviation (LA) 1,

Plus en détail

Foire aux questions Programme d aide au développement 2015-2016

Foire aux questions Programme d aide au développement 2015-2016 Foire aux questions Programme d aide au développement 2015-2016 1. Les critères d admissibilité des projets soumis afin de recevoir un financement en vertu de ce programme et ceux des projets qui permettent

Plus en détail

DIRECTIVE SUR LA MANIERE DE PRENDRE EN CONSIDERATION LA FORTUNE IMMOBILIERE DES BENEFICIAIRES DU RI. Approbateur : Cheffede service

DIRECTIVE SUR LA MANIERE DE PRENDRE EN CONSIDERATION LA FORTUNE IMMOBILIERE DES BENEFICIAIRES DU RI. Approbateur : Cheffede service DEPARTEMENT DE LA SANTE ET DE L'ACTION SOCIALE SERVICE DE PREVOYANCE ET D'AIDE SOCIALES DIRECTIVE SUR LA MANIERE DE PRENDRE EN CONSIDERATION LA FORTUNE IMMOBILIERE DES BENEFICIAIRES DU RI Emetteur/n directive

Plus en détail

Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale)

Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale) 1 Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale) Faire le point sur l essentiel avant de commencer sa recherche STABILITE Etes-vous stable professionnellement et personnellement?

Plus en détail

New JPC IMMO sprl MISSION EXCLUSIVE DE VENTE

New JPC IMMO sprl MISSION EXCLUSIVE DE VENTE New JPC IMMO sprl Rue de la Baume, 163/11 4100 Seraing Tel: 00.32.(0)4/337.80.85 Fax :00.32.(0)4/337.25.15 Gsm :00.32.(0)475/90.90.95 www.newjpc- immo.com info@newjpc- immo.com MISSION EXCLUSIVE DE VENTE

Plus en détail

Energie-bois Suisse Neugasse 6 8005 Zürich Téléphone 044 250 88 11 Fax 044 250 88 22 info@energie-bois.ch www.energie-bois.ch www.suisseenergie.

Energie-bois Suisse Neugasse 6 8005 Zürich Téléphone 044 250 88 11 Fax 044 250 88 22 info@energie-bois.ch www.energie-bois.ch www.suisseenergie. Energie-bois Suisse Neugasse 6 8005 Zürich Téléphone 044 250 88 11 Fax 044 250 88 22 info@energie-bois.ch www.energie-bois.ch www.suisseenergie.ch Zurich, 12.01.2015 Révision globale de la législation

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle page 1/5 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PCMI1. Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes

Conditions Générales de Ventes Conditions Générales de Ventes Les présentes conditions générales sont relatives à l utilisation du Site web www.izzyworld.eu et à la vente des produits de la société à responsabilité limitée CTC Craft,

Plus en détail

REPRENDRE UN CLUB DE FITNESS DEFINIR SON PROJET

REPRENDRE UN CLUB DE FITNESS DEFINIR SON PROJET économie par Stéphane Ritterbeck REPRENDRE UN CLUB DE FITNESS CE QU IL FAUT SAVOIR De nombreuses opérations de cession - acquisition de salles de sport n aboutissent jamais par manque de méthodologie et

Plus en détail

VENDRE SON BIEN IMMOBILIER

VENDRE SON BIEN IMMOBILIER Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Laurent LAMIELLE VENDRE SON BIEN IMMOBILIER Groupe Eyrolles, 1998, 2003, 2007, 2011 De Particulier à Particulier, 1998, 2003, 2007, 2011 ISBN :

Plus en détail

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués

Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Stratégies de gestion des risques et d assurance en cas d achat et d aménagement de sites pollués ou potentiellement pollués Françoise Labrousse, Avocat au barreau de Paris (flabrousse@jonesday.com) Mathieu

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Electricité L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants.

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols

1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués. 2. Imperméabilisation des sols DEVELOPPEMENT DURABLE ET QUALITE ENVIRONNEMENTALE en Aménagement du Territoire, Urbanisme, Architecture et Construction 1. Politique nationale de gestion des sites et sols pollués Nouvelle méthodologie

Plus en détail

Procédure de convocation de l assemblée générale fixation de l ordre du jour établissement des rapports

Procédure de convocation de l assemblée générale fixation de l ordre du jour établissement des rapports Dissolution de sociétés avant le 1 er 10 % octobre 2014 au taux de Dans notre précédente lettre d information, nous vous avons parlé de la mesure transitoire prévue par la loi-programme du 28 juin 2013

Plus en détail

LES AVANT-CONTRATS LES TROIS TYPES D ACTES D ENGAGEMENT

LES AVANT-CONTRATS LES TROIS TYPES D ACTES D ENGAGEMENT LES AVANT-CONTRATS L avant-contrat constitue un contrat au sens juridique du terme, qui entraîne des obligations importantes pour les deux parties signataires. Il est donc primordiale d accorder la plus

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME

PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME PREFET DE LA CHARENTE-MARITIME ARRETE n 2011-1412 fixant la liste prévue au 2 du III de l article L 414-4 du code de l environnement des documents de planification, programmes, projets, manifestations

Plus en détail

DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE QU EST-CE QUE LA PROTECTION RÉTROACTIVE? ÊTES-VOUS ADMISSIBLE À LA PROTECTION RÉTROACTIVE?

DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE QU EST-CE QUE LA PROTECTION RÉTROACTIVE? ÊTES-VOUS ADMISSIBLE À LA PROTECTION RÉTROACTIVE? DEMANDE DE PROTECTION RÉTROACTIVE Tous les médecins devraient bénéficier d une protection adéquate contre les problèmes médico-légaux pouvant survenir dans l exercice de leur profession. La protection

Plus en détail

MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER

MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER Ce prospectus est rédigé au nom du vendeur dont le cachet figure ci-dessous et agissant comme intermédiaire de crédit. Cachet de l intermédiaire

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU Entre les soussignés : Monsieur, Madame Né (e) le.. 19. à et demeurant à B.P : Téléphone. Ci-après dénommé «Le Bailleur», d une part, Monsieur, Madame Né (e) le 19. à..

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L ALLIER

DEPARTEMENT DE L ALLIER PRÉFET DE L ALLIER Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Auvergne Christophe MERLIN Chef de l'unité territoriale Allier Puy-de-Dôme Christian SAINT-MAURICE Chef de la

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 20 AVRIL 2012 C.11.0608.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0608.F BARCHON METAL VANNERUM, société anonyme dont le siège social est établi à Flémalle, Grand Route, 1, demanderesse en cassation,

Plus en détail