L INDUSTRIE PARAPÉTROLIÈRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INDUSTRIE PARAPÉTROLIÈRE"

Transcription

1 Les cahiers Industries sont disponibles en téléchargement sur Internet : COFLEXIP STENA OFFSHORE L INDUSTRIE PARAPÉTROLIÈRE FRANÇAISE L industrie parapétrolière française, qui regroupe environ 350 soustraitants des compagnies pétrolières, se place au 4 e rang mondial. Un résultat dû essentiellement à son expérience et à son savoir-faire dans les domaines de l ingénierie, des équipements et des services. Mais la concurrence n a jamais été aussi rude. Pour poursuivre sa croissance, l industrie parapétrolière française, soutenue par les pouvoirs publics, développe des stratégies d alliance avec les entreprises étrangères et intensifie son effort dans la recherche-développement. Dossier réalisé par Pierre Bourgeois et Laurence Estival. N 55 INDUSTRIES - MARS 2000 PAGE 11

2 ÉTAT DES LIEUX DORIS Les atouts de l industrie parapétrolière française Face à une compétition internationale accrue, l industrie parapétrolière française dispose de nombreux atouts. En particulier des avancées technologiques permanentes grâce à un effort de R&D soutenu. Une plate-forme pétrolière révolutionnaire qui résiste aux icebergs, un engin unique au monde capable d inspecter à grande vitesse et avec précision des ouvrages sous la mer, un logiciel qui permet d approfondir la connaissance des structures géologiques complexes Ces quelques exemples illustrent le dynamisme du secteur parapétrolier français. Un secteur méconnu du grand public. Et pourtant, il se place au quatrième rang mondial derrière les Etats-Unis, la Norvège et le Royaume-Uni qui ont, eux, des marchés nationaux captifs, et en deuxième position, derrière les PAGE 12 Etats-Unis en terme d exportations. Comment la France a-t-elle réussi à atteindre un tel niveau alors que paradoxalement elle ne possède pas de domaine minier conséquent et que sa production pétrolière reste très marginale à l échelle mondiale? Depuis la Seconde Guerre mondiale, sous l impulsion conjointe de l Etat et des compagnies pétrolières, l industrie française a participé aux grandes étapes de l histoire des hydrocarbures : exploitation des gisements de Lacq et du Sahara dans les années cinquante ; implantation dans le golfe de Guinée dans les années 60 et en mer du Nord les décennies suivantes, dotant ainsi la France d une industrie parapétrolière performante, capable de répondre aux défis les plus variés. En fait, les compagnies pétrolières détiennent des droits miniers et mettent en œuvre des installations industrielles leur permettant d explorer, de produire, de transformer et de transporter les hydrocarbures. Elles ne réalisent que rarement elles-mêmes les importants travaux entrepris dans le cadre de leurs programmes d investissement ou d exploitation. Elles interviennent le plus souvent en maîtrise d ouvrage, faisant appel à un ensemble de sous-traitants pour des travaux d ingénierie, la fourniture d équipements MARS INDUSTRIES N 55

3 Les domaines du parapétrolier français L industrie parapétrolière française couvre plusieurs secteurs à forte dominante technologique. Le secteur de l exploration-production : la géophysique au travers de la Compagnie générale de géophysique (CGG) et plus généralement les techniques des 3 G (géologie, géophysique et gisements), le forage et les équipements de forage (Pride-Forasol, Vallourec), les services en cours de forage (Géoservices). L ingénierie et les travaux offshore : les conduites flexibles et les services sous-marins (Coflexip-Stena-Offshore), la conception de supports de production en mer non conventionnels (Technip Géoproduction, Doris Engineering, Bouygues Offshore), la pose de canalisations en mer (ETPM), la plongée profonde (Comex), les véhicules sous-marins autonomes (Cybernetix), le pompage polyphasique (Sulzer, Bristol-Meci). L ensemble de la filière gaz avec en particulier des points forts dans les domaines de la liquéfaction, du stockage et du transport du gaz naturel liquéfié (Technip, Sofregaz, Gaz-Transport&Technigaz, Les Chantiers de l Atlantique). L ingénierie aval avec Technip, l un des leaders mondiaux dans le domaine du raffinage et de la pétrochimie ou Sofresid, et le secteur des catalyseurs (Procatalyse et Eurecat). Schlumberger, leader mondial des services pétroliers. La France abrite aussi plusieurs filiales de grands groupes parapétroliers américains : FMC à Sens, Cooper Cameron à Béziers, Dresser au Havre ou encore Foster-Wheeler en région parisienne. Les avancées technologiques jouent un rôle prépondérant dans le développement de l industrie parapétrolière française. IFP ou de prestations de services, métiers le plus souvent à fort contenu technologique. L ensemble de ces sociétés forment l industrie parapétrolière et paragazière, appelée par commodité, industrie parapétrolière. Aujourd hui, les entreprises parapétrolières françaises occupent de solides positions à l international, principalement en mer du Nord et dans le golfe de Guinée qui s affirme comme un marché de plus en plus significatif. L Amérique du Sud, le Moyen-Orient et l Asie représentent, chacun, 11 à 14 % de leur chiffre d affaires. L Amérique du Nord, moins de 5 %. Fort de son histoire, de son expérience et de son savoir-faire, le secteur parapétrolier français sera-t-il pour autant capable de s adapter au mouvement mondial de dérégulation de l économie? L accroissement de la demande mondiale, l ouverture d un certain nombre de pays aux capitaux étrangers et les avancées technologiques qui permettent d effectuer des forages dans des eaux de plus en plus profondes sont les principales données qui caractérisent le secteur. L augmentation de la demande d hydrocarbures constitue, en effet, un facteur d expansion. «Les hydrocarbures devraient encore connaître un essor important au cours des 25 prochaines années, estime Didier Houssin, directeur des matières premières et des hydrocarbures à la direction générale de l Energie et des Matières premières (DGEMP). Ils contribuent actuellement à près des deux tiers de l approvisionnement énergétique mondial et devraient en fournir au moins 60 % en 2010 et même en 2020.» De nouveaux débouchés pour les sociétés pétrolières Parallèlement, l ouverture aux compagnies pétrolières de nombreux pays qui leur étaient fermés renforce l internationalisation de leurs activités, et par voie de conséquence celle des sociétés parapétrolières, offrant à toutes de nouvelles perspectives. Si l activité de l industrie pétrolière internationale se limitait à 15 % des réserves mondiales il y a dix ans, elle s étend aujourd hui à près de 40 % des réserves et pourrait en toucher 60 % d ici quelques années. Des débouchés s ouvrent notamment en Amérique latine au Venezuela et au Brésil mais également dans la CEI où par exemple, la mer Caspienne devrait devenir une scène pétrolière majeure de ce début de siècle. A plus long terme, l ouverture de pays tels l Arabie Saoudite, le Koweït et le Mexique, auxquels il faut ajouter l Irak, l Iran et la Libye, encore sous le coup d embargos de différentes natures, constitueront de nouveaux terrains de chasse pour les compagnies internationales. L ensemble du globe devient donc l objet d intenses compétitions dans un contexte économique fluctuant au gré des évolutions parfois brusques du cours du baril de pétrole. Lorsqu il chute, les compagnies pétrolières ralentissent leurs investissements et imposent à leurs sous-traitants une baisse des prix des services. Ainsi, la diminution significative du prix du brut en 1998, conjuguée à la crise asiatique et aux efforts de ÉTAT DES LIEUX N 55 INDUSTRIES - MARS 2000 PAGE 13

4 ÉTAT DES LIEUX réduction des coûts de production, a eu d importantes répercussions pour les sociétés pétrolières. La forte baisse de la valeur en Bourse des entreprises cotées, de l ordre de 35 à 70 % durant le second semestre 1998, a été révélatrice de l ampleur du phénomène. «Toutefois, la plupart des voyants du secteur sont aujourd hui repassés au vert, observe Didier Houssin, il apparaît donc raisonnable de se montrer optimiste quant aux besoins d investissements du secteur amont à partir du second semestre de l année 2000.» Un paysage en pleine restructuration De ces évolutions découlent donc les grandes tendances du secteur parapétrolier, au premier rang desquelles on retrouve un phénomène aujourd hui à la mode, à savoir une concentration des acteurs. En effet, le paysage parapétrolier international est aujourd hui en pleine restructuration. L année 1998 aura été le théâtre de méga-fusions avec le mariage de Dresser Industries et d Halliburton, donnant naissance au numéro un mondial des services pétroliers avec un chiffre d affaires de 100 milliards de francs (15,24 Md ), le rapprochement entre Baker Hughes et Western Atlas (CA de 36 MdF, soit 5,4 Md ), ou encore l acquisition du fabricant d outils de forage et de matériels de complétion Camco par le géant franco-américain Schlumberger (CA de 80 MdF, soit 12,20 Md ). Ces trois nouveaux grands ensembles dépassent presque la moitié du marché sur chaque segment d activité du secteur parapétrolier! Le paysage se modifie également avec le développement des contrats de services dits «intégrés», c està-dire couvrant une large palette de métiers. Ces contrats favorisent les grandes sociétés diversifiées disposant d une assise financière suffisante. Si les entreprises de taille plus modeste sont souvent reléguées au second rang de la sous-traitance, cela n enlève rien à leurs opportunités de réussite soit parce Un ensemble de 350 sous-traitants Le secteur parapétrolier français forme un ensemble de 350 entreprises sous-traitantes des compagnies pétrolières pour des travaux d ingénierie, de fourniture d équipements ou de prestations de services dans les domaines de l exploration-production, du raffinage et de la pétrochimie. Composées essentiellement de PME- PMI, une dizaine d entreprises ont toutefois un chiffre d affaires supérieur à un milliard de francs (152,45 millions d euros). Cette industrie, qui génère emplois directs, réalise un chiffre d affaires global de plus de 70 milliards de francs (10,67 milliards d euros) dont 90 % à l étranger. Ce chiffre couvrait pratiquement le montant total des approvisionnement en hydrocarbures de la France en La plupart des sociétés parapétrolières françaises sont fédérées au sein du GEP (Groupement des entreprises pétrolières) qui assure notamment la promotion des technologies et du savoir-faire de ses membres au travers de publications, de séminaires et d expositions. IFP Les hydrocarbures contribuent actuellement à près des 2/3 de l approvisionnement énergétique mondial. IFP qu elles opèrent sur des niches sectorielles, soit parce qu elles maîtrisent une technologie pointue. Autre tendance majeure pour ce secteur : une compétition accrue, notamment pour l industrie parapétrolière française qui avait, dès le début de son histoire, constitué de fortes positions à l international. «Aujourd hui, les domaines miniers nord-américains et de la mer du Nord sont matures. Aussi, les grandes sociétés américaines, norvégiennes et britanniques, qui ont construit leur puissance sur l exploitation de leurs gisements respectifs, portent dorénavant leurs regards hors de leurs frontières. Elles sont d ailleurs stimulées par leur gouvernement : les Britanniques et les Norvégiens ont mis en place des programmes de coordination afin d accroître la présence de leurs sociétés à l international», souligne Didier Houssin. Enfin, la spécificité française de liens capitalistiques entre compagnies et parapétroliers qui prévalait par le passé est en voie de disparition : Total et surtout Elf se sont, dans les années 90, massivement désengagées d une grande partie de leurs participations directes, plaçant parfois certaines sociétés concernées en situation de fragilité et de vulnérabilité face à des risques d OPA hostiles. L industrie parapétrolière mondiale est donc entrée aujourd hui dans une nouvelle étape de son développement, avec la baisse des coûts comme vecteur majeur et comme conséquences, l internationalisation de l activité et l intégration des services, sur fond d actions multiples de rationalisation et de consolidation. Pour s adapter à ce nouveau contexte et poursuivre son expansion, l industrie parapétrolière française a plusieurs défis à relever à court terme. Parmi PAGE 14 MARS INDUSTRIES N 55

5 eux, le développement de stratégies d alliances, la consolidation de son indépendance capitalistique et son maintien à un haut niveau technologique. Sur le premier point, les recompositions en cours n épargnent pas le secteur. Certaines entreprises ont été intégrées dans des groupes étrangers. C est le cas, par exemple de la société de forage Forasol-Foramer rachetée par l américain Pride ou du spécialiste de pose de pipelines et de travaux en mer ETPM, repris par le groupe norvégien Stolt Comex Seaway. D autres ont noué des alliances avec des sociétés étrangères pour assurer leur développement comme Coflexip, leader mondial des canalisations flexibles offshore et spécialisée dans les travaux en mer, avec le suédois Stena. D autres encore créent des filiales communes telles Trouvay & Cauvin et Vallourec dans le secteur des équipements. D autres enfin ont acheté des entreprises étrangères : Technip a absorbé deux filiales de Mannesman et Bouygues Offshore, la société d ingénierie Sofresid détenue par le norvégien Kvaerner. Le second point passe par un effort continu du secteur en matière de recherche et développement. «La France a la chance de pouvoir s appuyer sur un système triangulaire unique comprenant les compagnies avec le nouvel ensemble Totalfina-Elf et Gaz de France, les sociétés parapétrolières et l Institut français du pétrole (IFP), souligne Christophe Bélorgeot, chargé de mission secteur parapétrolier à la DGEMP. La réussite du secteur parapétrolier français dépendra avant tout du maintien de son excellence technologique, gage de succès et de compétitivité dans un contexte de réduction de coûts.» Pour cette raison, les pouvoirs DRILLFLEX Les compagnies pétrolières font appel à des soustraitants pour les travaux d ingénierie, la fourniture d équipements ou de prestations de services. publics entendent maintenir leur soutien financier à la R&D du secteur. D une part, à travers le Fonds de soutien aux hydrocarbures (lire ci-dessous) qui doit continuer à favoriser le dialogue et la collaboration technique entre les différents acteurs. D autre part, à travers l IFP «qui constitue le point d ancrage du secteur parapétrolier à la fois au titre des activités de R&D et au titre de sa holding financière Isis, actionnaire de nombreuses sociétés parapétrolières françaises», ajoute Christophe Bélorgeot. L industrie parapétrolière française a donc toutes les cartes en main pour relever les défis technologiques, économiques et industriels des années à venir. «Je suis persuadé qu elle saura une nouvelle fois faire preuve de sa capacité d adaptation, l émergence du supermajor Totalfina-Elf pouvant se révéler à cet égard une formidable opportunité», conclut Didier Houssin. L. E. et P. B. CONTACT Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Direction générale de l Energie et des Matières premières (DGEMP) Direction des Matières premières et des Hydrocarbures (DIMAH) 61, Bd Vincent Auriol Paris Cedex 13 Didier Houssin, Thierry Chenevier, Christophe Bélorgeot Tél. : Mél : Internet : CEP&M COPREP, 45, rue Louis Blanc Paris La Défense Cedex. Philippe de Panafieu, tél : Mél : GEP Groupement des entreprises parapétrolières 45, rue Louis Blanc Paris La Défense Cedex Victor Vachier, tél. : Mél : Internet : ISIS, 4, avenue de Bois Préau Rueil-Malmaison Jacques Burger, tél. : Mél : Internet : Institut français du pétrole, 1&4, avenue de Bois Préau, Rueil-Malmaison Relations PME-PMI : André Deschamps Tél : Mél : Internet : Que finance le Fonds de soutien aux hydrocarbures? Le Fonds de soutien aux hydrocarbures (FSH) finance des programmes de recherche-développement entrepris par tous les acteurs de l industrie pétrolière, instituts de recherche, IFP, Ifremer, compagnies pétrolières et gazières, sociétés parapétrolières (lire p. 16). Le FSH appuie ainsi la réalisation de quelque 150 projets de recherche par an dont certains sont devenus des références internationales. Le montant du soutien financier est égal à 50 % du coût total du programme. L'aide accordée (environ 250 millions de francs, soit 38,11 millions d euros par an) est remboursable. Dans les trois dernières années, le montant des remboursements a représenté près du tiers des ressources du fonds. ÉTAT DES LIEUX N 55 INDUSTRIES - MARS 2000 PAGE 15

6 RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT Les instruments de l innovation Le Fonds de soutien aux hydrocarbures et l Institut français du pétrole contribuent au dynamisme de la recherche parapétrolière française. Grâce à une politique de recherche-développement ambitieuse, l industrie parapétrolière française est particulièrement performante et son savoir-faire internationalement reconnu. Certaines réalisations sont même devenues de véritables références sur le plan mondial. C'est le cas de Patchflex de Drillflex qui permet d'effectuer des réparations directement dans les puits (Cf. ci-dessous), des conduites flexibles de Coflexip Stena Offshore, l appareil Reserval de Géoservices pour l analyse des indices gazeux en cours de forage, la barge Nkossa de Bouygues Offshore ou de la plate-forme Hibernia réalisée par Doris au large de Terre-Neuve et destinée à résister aux icebergs (lire p. 18). Comme toutes les industries à fort contenu technologique, les activités parapétrolières doivent en effet s'adapter continuellement à de nouveaux contextes techniques ou économiques en s'appuyant sur l'innovation et la recherche. La recherche pétrolière française s appuie essentiellement sur le Fonds de soutien aux hydrocarbures (FSH). A ce titre, des aides remboursables sont allouées par l Etat aux entreprises présentant des programmes de recherche-développement (R&D) dans le domaine de l exploration-production des hydrocarbures. Environ 150 projets sont ainsi financés chaque année après un examen rigoureux. Les thèmes de R&D retenus sont définis lors de l élaboration du plan CEP&M-Coprep (*), mis en place par la direction des Matières premières et des Hydrocarbures de la DGEMP. Ce plan, qui associe tous les acteurs, donneurs d'ordres ou contractants, de la PME au grand groupe, propose une politique d ensemble de R&D Certaines réalisation de Bouygues Offshore sont devenues des références mondiales. L. ZYLBERMAN du secteur sur cinq ans. Son objectif est de dégager, à moyen terme, les priorités technologiques nécessitant un effort majeur et durable pour que l'industrie française reste performante. Pour le plan en cours ( ), les efforts devraient concerner les domaines de l offshore profond (1 500 m et au-delà) jusqu'alors inexplorés et la production des huiles lourdes qui représentent des défis autant technologiques qu'économiques. L'intérêt devrait se porter également sur le gaz naturel. Autre instrument de la recherche : l'institut français du pétrole (IFP) qui joue un rôle essentiel dans la plupart des efforts de R&D poursuivis dans tous les domaines techniques liés aux hydrocarbures. Il conduit des programmes de recherche innovants en anticipant les besoins du marché et assure le transfert des résultats de ses travaux vers l'industrie. Ses programmes sont menés en collaboration avec notamment une trentaine de compagnies pétrolières et gazières et une quarantaine de parapétroliers. L'IFP gère un portefeuille de brevets, en croissance de 30 % depuis Il est le 7 e déposant national en France, le 2 e déposant français aux Etats-Unis et le 14 e déposant européen. P. B. (*) CEP&M : Comité d'études pétrolières et marines. Coprep : Comité des programmes explorationproduction. Drillflex : un système pour l étanchéité des puits de pétrole Avec l'aide du Fonds de soutien aux hydrocarbures, des pétroliers et de l'institut français du pétrole (IFP), quatre ingénieurs mettent au point PatchFlex, un système de pansements pour l'étanchéité des puits de pétrole qui fait appel aux technologies complexes de polymérisation in situ. Cette technologie existait déjà pour l'entretien et la maintenance des égouts. L entreprise Drillflex, jeune start-up implantée à Noyal-Chatillon (près de Rennes) réussit à l'adapter aux conditions difficiles de l'exploitation pétrolière. Patchflex G. DONATI convient à tous les types de puits pétroliers, même les plus profonds. Il évite les corrosions des tubes, les épanchements de gaz et d'eau. Pour les compagnies pétrolières, c est un outil efficace qui les aide à entretenir leurs puits d'une façon plus économique (20% de moins, dans certains cas), de prolonger la vie de leurs installations ou d'optimiser leurs nouveaux forages. En attendant la reprise des investissements des compagnies pétrolières américaines, Drillflex avance sur d'autres marchés : l'arabie Saoudite, l'afrique de l'ouest, l'algérie, l'égypte et la mer du Nord. Mais la R&D est toujours au centre de sa stratégie : elle représente aujourd'hui 12 % de son chiffre d'affaires. PAGE 16 MARS INDUSTRIES N 55

7 L entreprise alsacienne Techlam réalisera des connexions souples pour la plateforme pétrolière Girassol, le plus important projet d exploitation des grands fonds en cours de réalisation. Au second semestre 2001, Elf démarrera l exploitation par grands fonds (1 400 mètres) du champ pétrolier Girassol situé au large de l Angola. Une première mondiale à laquelle participera Techlam, une filiale à 100 % de la Snecma. Créée en 1988, la société alsacienne, implantée à Cernay près de Mulhouse, a remporté l appel d offres lancé à la demande du consortium Alto Mar Girassol, associant ETPM, Bouygues Offshore et Stolt Comex Seaway, chargé des liaisons fluides. Techlam réalisera les quatre joints flexibles qui permettront d attacher les tuyaux rigides reliant la barge de production et de stockage à la bouée de chargement où viendront s amarrer les tankers. Les joints flexibles proposés par Techlam autorisent des mouvements angulaires importants entre les tuyaux et les ensembles mobiles, barge/bouée. «Les tuyaux flexibles utilisés traditionnellement lors de l évacuation du pétrole brut sont ici remplacés par des tuyaux rigides. Dans ce contexte, les éléments de liaison que nous fabriquons, à la fois flexibles, robustes et étanches, vont jouer un rôle majeur», annonce Christian de Grandpré, directeur de Techlam. Ce contrat est le résultat d une stratégie de développement mise en place dès 1997 dans ce domaine. Après avoir réalisé une étude de marché et consulté les pétroliers, la société a en effet entrepris, depuis trois ans, un important programme de recherche sur la conception de ces éléments de liaison. Environ 10 millions de francs (1,52 million d euros) d investissements de R&D ont été consacrés à la mise au point de ces produits qui reposent sur la technologie des lamifiés associant élastomère et métal, que Techlam maîtrise parfaitement. Pour financer cet Techlam Des joints flexibles pour les grands fonds Les joints flexibles mis au point par Techlam sont issus d une technologie associant élastomère et métal. effort de recherche, Techlam, associée à Bouygues Offshore, a reçu l appui financier du Fonds de soutien aux hydrocarbures (FSH) sous forme d avances remboursables. L entreprise s est déjà imposée dans de nombreux secteurs : l espace (elle réalise les attaches des boosters d Ariane V), les transports publics (ses pièces équipent notamment le Val) et les sous-marins. Si depuis sa création, la société alsacienne avait un pied dans l offshore, la participation à Girassol représente pour elle un moyen de renforcer sa présence dans ce secteur. «L exploitation des grands fonds constitue un axe majeur de développement pour les compagnies pétrolières. Plusieurs projets sont à l étude et nous avons des contacts Activité : fabrication de joints flexibles en lamifié élastomère-métal CA: 3O MF (4,57 M ) en 1999 Implantation : Cernay Effectif : 30 salariés G. DONATI avec d autres constructeurs», poursuit Christian de Grandpré. Seule une autre entreprise, américaine, OSI (Oil States Industries) fabrique aujourd hui ces joints flexibles. Aussi les constructeurs voient plutôt d un bon œil l entrée d un second fournisseur sur ce marché. De par sa taille (30 personnes) et son chiffre d affaires (30 millions de francs, soit 4,57 millions d euros), Techlam n a pas toujours les moyens de lutter à armes égales avec OSI. La société américaine, qui travaille en effet depuis vingt ans dans ce domaine, réalise un CA d un milliard de francs (152,45 millions d euros) et se trouve très bien implantée au plan mondial. Aussi l entreprise de Cernay reste prudente : elle s est fixée comme objectif de détenir seulement 10 % des parts de marché d ici cinq ans. L offshore pourrait alors atteindre 25 à 30 % de ses activités. Dans le secteur de l offshore, les investissements réalisés par les pétroliers varient fortement en fonction des cours du baril de pétrole. Ainsi, la construction de Girassol a été retardée de plus d un an et les commandes liées à ce projet ont été décalées d autant. «Pendant ce temps, la société doit continuer de fonctionner», souligne Christian de Grandpré qui souhaite que l entreprise ne soit pas trop dépendante de ces activités et diversifie ses produits. L. E. REPORTAGE N 55 INDUSTRIES - MARS 2000 PAGE 17

8 REPORTAGE Doris Engineering Une ingénierie au service des pétroliers Doris Engineering met les compétences de ses ingénieurs au service des sociétés pétrolières pour leur permettre de développer leurs activités offshore. Derrière les plus grandes réalisations des sociétés pétrolières de ces dernières années, on trouve l entreprise Doris. Spécialisée dans l ingénierie pétrolière, la PME a ainsi largement participé à la réalisation d Hibernia, une plate-forme résistant aux icebergs au nord du Canada. A travers le groupement AMG, elle a aussi récemment innové sur Girassol, le premier projet important d exploitation de pétrole en eaux profondes dont Elf est l opérateur. «Depuis plus de trente ans, nous avons acquis une solide réputation dans ce secteur, souligne le P-DG, Dominique Michel. Notre force est de proposer aux pétroliers des solutions innovantes prenant en compte leurs besoins.» Dans le cas de Girassol, Elf cherchait le moyen de transporter du pétrole recueilli à mètres de profondeur jusqu à la barge de stockage. Pour Hibernia, il fallait concevoir un modèle de plate-forme suffisamment solide pour résister aux icebergs mais aussi à de fortes vagues. Chaque année, Doris fait le tour des entreprises pétrolières pour connaître leurs projets de développement et leurs besoins. Le cas échéant, un programme de R&D est lancé, suivi d études de faisabilité. Les produits mis au point par Doris font l objet de contrat de «Basic Engineering», APD en français, avec les compagnies pétrolières. «Chaque projet est différent. Nous vendons avant tout notre PAGE 18 Activité : ingénierie dans les secteurs parapétrolier, spatial et côtier CA : 250 à 500 MF (38,11 à 76,22 M ) Implantation : Paris Effectif : 250 à 400 salariés capacité d innovation car c est là que réside notre valeur ajoutée», observe Dominique Michel. C est pourquoi, la société qui réalise entre 70 % et 80 % de ses activités dans le secteur parapétrolier, consacre 20 % de son chiffre d affaires à la recherche-développement. Par ailleurs, d autres besoins se font jour chez les pétroliers. «Nous avons été contactés par les compagnies qui souhaitent aujourd hui retirer leurs platesformes en fin de vie de la mer du Nord», explique le président. L exploitation en mer Caspienne pose, elle aussi, des problèmes nouveaux. «Nous devons réfléchir à la manière d éviter aux exploitations pétrolières d être prises par les glaces sans avoir à réaliser une plate-forme aussi lourde que celle construite au large du Canada», ajoute-t-il. D autre part, pour proposer les meilleures solutions aux meilleurs coûts, l entreprise a fait de la souplesse la pierre angulaire de son organisation. Entre 250 et 400 personnes des ingénieurs pour la plupart peuvent être mobilisées en fonction des besoins. En cas de surcroît d activité, Doris fait en effet appel aux salariés de ses filiales géographiques (une centaine de personnes travaillent en Grande-Bretagne et une dizaine au Canada) ou techniques (certaines filiales sont spécialisées dans l informatique, la mécanique des sols, d autres s occupent de réaliser des essais en bassins ). Ces ajustements permettent aussi de faire face aux aléas qui caractérisent les projets dans le secteur pétrolier. En fonction des investissements des compagnies pétrolières, le chiffre d affaires de Doris varie entre 250 et 500 millions de francs (38,11 et 76,22 millions d euros) par an. Malgré les difficultés à prévoir, l évolution des investissements et des commandes des pétroliers, le président de Doris envisage l avenir avec sérénité. «Les projets d exploitation dans les grands fonds vont certainement se multiplier», assure Dominique Michel. L. E. MARS INDUSTRIES N 55

9 ISIS Investir dans les technologies Holding financière, Isis contribue au développement d entreprises à haute valeur technologique de l ensemble du secteur parapétrolier. Part d Isis dans le capital de sociétés cotées : Coflexip (CA 1999 : 1 Md ) : 18 % Géophysique (CA 1999 : 500 M ) : 15,5 % Technip (CA : 2,78 Md ) : 12 % Isis détient aujourd hui 12 % du capital de Technip, une société spécialisée dans l ingénierie et la construction d installations industrielles. Créée en 1975 par l Institut français du pétrole (IFP) pour assurer un débouché industriel aux travaux réalisés par le centre de recherche, Isis est aujourd hui détenue à 52,8 % par l IFP. Introduite en Bourse en 1997, la holding est un actionnaire actif de grandes sociétés cotées (Technip, Coflexip, Compagnie générale de géophysique), de sociétés reconnues mondialement comme Géoservices, Procatalyse, Dietsmann, Ipedex, ainsi que d un vivier de PME-PMI où elle est présente, directement ou indirectement, par l intermédiaire de sa filiale Isis Développement. Isis a aujourd hui en portefeuille seize participations directes et trois participations indirectes réparties en quatre grands secteurs : l exploration-production, les catalyseurs, l ingénierie et la maintenance, et les PME à fort potentiel de développement. Le chiffre d affaires total des sociétés affiliées à Isis a été d environ 4,8 milliards d euros (31,49 milliards de francs) en «Nous sommes certes une société holding mais d un type très particulier, explique Jacques Burger, directeur adjoint. De par nos liens avec l IFP, nous avons une approche à la fois sectorielle et technologique des sociétés dans lesquelles nous investissons. Nous ne prenons des participations que dans des entreprises liées de près ou de loin au secteur pétrolier s appuyant sur des procédés technologiques à forte valeur ajoutée.» Ainsi, Isis est actionnaire de Novasep, société en forte croissance qui développe des équipements et services pour la purification de substances pour l industrie pharmaceutique ou chimique, sur la base de technologies également utilisées dans l industrie du raffinage. Chaque année, de nouveaux dossiers d investissement sont examinés par Isis. Trois critères guident son choix : la qualité du management, le caractère innovant de la technologie et le marché visé. «Notre politique d investissement est claire : nous souhaitons avoir en portefeuille des sociétés rentables qui accordent une place prioritaire aux technologies», précise Pierre-Etienne Brau, directeur adjoint. Les petites entreprises (réalisant entre 10 et 100 millions de francs de chiffre d affaires) qui cherchent des financements pour franchir une étape de croissance sont traitées par la filiale de capital-développement, Isis Développement (90 % Isis, 10 % Siparex). Pour les dossiers plus importants, ou pour des opérations ciblées de capital-risque, l investissement se fait directement par Isis. Toutefois, Isis souhaite s aventurer avec prudence sur le terrain des start-up surtout si elles impliquent des investissements industriels. «C est une démarche différente. Notre taille ne nous permet guère de le faire», constate Pierre-Etienne Brau. Généralement, Isis intervient en tant qu actionnaire minoritaire mais participe activement à la vie des entreprises. Elle siège en effet au conseil d administration et aux instances stratégiques de ses participations. Isis peut aussi se trouver, transitoirement ou de manière durable, actionnaire majoritaire de sociétés présentant des synergies fortes avec l IFP : Isis détient ainsi 100 % du capital de Procatalyse depuis le rachat de la part de 50 % qui était détenue par Rhodia et elle détient 81 % du capital de Vinci Technologies. «Nous souhaitons faire évoler notre portefeuille en permanence. C est nécessaire pour prendre de nouvelles participations. Aussi, quand une société est suffisamment mature, nous sommes prêts à réduire notre niveau de participation», indique Jacques Burger. Ainsi, alors qu en 1994, Isis détenait 35 % du capital de Technip, spécialisée dans l ingénierie et la construction d installations industrielles, elle n en possède plus que 12 % aujourd hui. Pour limiter les risques liés à l activité cyclique des investissements dans le secteur pétrolier, Isis cherche à rééquilibrer ses participations. Les sociétés affiliées à Isis dans le secteur de l exploration-production représentaient plus de 50 % de l activité du groupe en en raison d importants investissements réalisés en dans le domaine de la géophysique et des services associés au forage. Elles ont vu leur poids décroître en 1999 au profit de l ingénierie-maintenance et de la catalyse pour le raffinage et la pétrochimie, secteurs en pleine évolution. L. E. REPORTAGE N 55 INDUSTRIES - MARS 2000 PAGE 19

10 REPORTAGE SERCEL Miser sur l international Pour résister aux variations du marché, l entreprise nantaise a joué avec succès les cartes du développement à l étranger et de l innovation. Aujourd hui, leader mondial des équipements d acquisition de données sismiques pour l'industrie pétrolière, avec 45 % du marché mondial, Sercel, filiale Equipements de la Compagnie générale de géophysique (CGG), a démarré à Paris en Elle employait alors une dizaine de personnes. En 1999, elle en compte plus de 950. Sercel doit essentiellement son succès à une stratégie offensive à l international. Outre la France, elle est aujourd hui implantée dans six pays : Etats-Unis, Royaume-Uni, Singapour, Chine, Inde et Russie. A la suite de difficultés survenues au début des années 1990, autant causées par des évolutions cycliques du marché que par des problèmes d'organisation internes, la PMI nantaise a choisi d affermir sa présence à l'étranger. Elle a également développé son activité par une série d'achats d entreprises étrangères. De 1996 à 1999, Sercel achète trois sociétés américaines : Opseis Geophysical Systems, le leader mondial des acquisitions de données par radiotélémétrie, Mertz, numéro un mondial des sources vibro-sismiques et Geoscience-Syntron, première société mondiale des équipements d acquisition sysmique marine. Cette stratégie s avère payante : l entreprise résiste mieux que ses concurrents, notamment l'américain Input-Output, à la crise qui se déclare au second semestre 1998, après l'effondrement du cours du baril de pétrole. Le marché mondial des Activité : équipements d acquisition de données sismiques, terrestres et marines CA : 970 MF (147,88 M ) en 1998 Implantation : Nantes et 9 sites installés dans 7 pays dont la France Effectif : 950 salariés PAGE 20 Sercel détient 45 % du marché mondial des équipements d acquisition de données sysmiques. L entreprise nantaise est aujourd hui implantée dans six pays étrangers (Etats-Unis, Royaume-Uni, Singapour, Chine, Inde et Russie). équipements d acquisition de données sismiques subit alors de plein fouet l'arrêt des investissements des compagnies pétrolières. Ce marché, qui atteignait 900 millions de dollars en 1998, ne s élève plus qu à 400 millions en 1999! Pourtant, le chiffre d'affaires de Sercel n'a baissé que de 30 % ces deux dernières années. Le succès de l entreprise tient aussi à ses investissements dans la R&D. Elle y a consacré 85 millions de francs (12,96 millions d euros) en 1999, soit 15 % de plus qu'en L intégration d activités à fort niveau technologique a permis à Sercel de développer son métier de base. Fin 1999, l entreprise a lancé un nouveau produit dont la commercialisation s'annonce prometteuse : le «408», un matériel de terrain ultraléger pour des enregistrements à grand nombre de canaux (réseau de type Intranet). «Quand le marché va bien, nous dégageons une rentabilité d exploitation très élevée : 130 millions de francs (19,82 millions d euros) en 1998 sur un chiffre d'affaires de 970 millions de francs (147,88 millions d euros)», souligne Thierry Le Roux, président du directoire de Sercel. Pour l'avenir, l entreprise se veut optimiste : «L'an 2000 sera stable, en attendant une reprise significative en 2001, quand les surcapacités de nos clients auront été résorbées. Pour conforter notre position de leader, il nous faudra développer encore la R&D et la qualité du service client», estime Thierry Le Roux. P. B MARS INDUSTRIES N 55

11 Principia R.D. Spécialiste de la modélisation numérique Diversification des activités, ouverture du capital et partenariats autant de mesures qui permettent à l entreprise de s affirmer dans l expertise et le conseil pour l offshore. Principia R.D. est aujourd'hui largement reconnue dans ses spécialités : la simulation numérique et la maîtrise des logiciels scientifiques. Dans les domaines de la mécanique et de la thermique, l'entreprise, créée en 1981, réalise des études, conçoit et industrialise des logiciels et en assure le suivi auprès des industriels (maîtres d ouvrage, maîtres d œuvre et exploitants). «Notre vocation est d'assurer les transferts de technologies, d une part, de la recherche vers l industrie en introduisant de nouvelles méthodes de calcul, et d autre part, entre les différents secteurs industriels de par notre diversification», explique Benoît de Mouillac, le directeur général de Principia R.D. Pour conserver son indépendance, l entreprise s est en effet diversifiée vers divers secteurs industriels : pétrole, défense, nucléaire et spatial. En 1991, la forte récession de son principal marché (aéronautique et spatial), l'oblige à prendre des mesures drastiques. En 1992 et 1993, un plan de restructuration est mis en oeuvre. L'entreprise décide de s'ouvrir à d'autres champs d'activités comme l offshore pétrolier et l automobile. Par souci de diversification, elle ouvre son actionnariat. A sa création, seule Simecsol est présente dans son capital. Suivent Doris Engineering (1983) et Technicatome (1985). ISIS Développement (filiale de la holding financière de participation de l'institut français du pétrole), intéressée par les potentialités de Principia R.D. dans les domaines pétrolier et automobile, entre dans son capital (1997). Aujourd'hui, chacun de ces acteurs se partage le quart du capital de la société. Hausse moyenne annuelle de 10 % L'élargissement de ses activités, la recapitalisation, la confiance de ses clients et le renforcement de ses compétences techniques ont permis à Principia R.D. d'accroître son volume d'activités et de dégager des bénéfices ces cinq dernières années. Depuis trois ans, ses résultats sont en hausse moyenne annuelle de 10 %. En un an, la Activité : ingénierie scientifique société a doublé ses spécialisée dans la modélisation moyens en rachetant numérique et la maîtrise des successivement, sur logiciels dans les domaines de la mécanique et de la thermique fonds propres, une CA : 62 MF (9,45 M ) en 1999 société de calculs de Implantation : La Seyne-sur-Mer, structures réglementaires et de CAO (Cal- Aix-en-Provence et Rueil- Malmaison Effectif : 105 salariés tec) et une société de maîtrise des risques dans le domaine nucléaire (IQS). Ce développement s inscrit dans la volonté affirmée de Principia d aider ses clients à augmenter leur compétitivité en leur apportant des solutions de technologies avancées. Pour les années à venir, l'entreprise s'est fixée plusieurs objectifs : renforcer son expertise sur toute la chaîne de l'offshore profond ; poursuivre les partenariats engagés avec l IFP dans le domaine des liaisons fond-surface et avec le CEA en mécanique des fluides ; conserver un niveau élevé de recherche et développement pour faire progresser ses méthodes et ses outils de calcul ; enfin, exporter davantage de logiciels grâce à des partenariats avec des PME locales comme elle est en train d'en nouer avec le danois Lic Engineering pour l'offshore et le belge Numeca pour les codes de mécanique des fluides. «Nous préférons nous rapprocher d'entreprises de notre taille. Nous nous comprenons mieux en général. Nous travaillons contractuellement pendant un an ou deux avec elles avant d'envisager des partenariats plus solides», précise Benoît de Mouillac. De la même manière, Principia R.D. envisage de se tourner vers le marché américain en jouant, là aussi, la complémentarité avec des sociétés locales. P. B. REPORTAGE N 55 INDUSTRIES - MARS 2000 PAGE 21

L'industrie parapétrolière

L'industrie parapétrolière FR0300909 L'industrie parapétrolière Extrait de l'industrie pétrolière en 200 1. DIREM. juillet 2002 2001 une année record our l'industrie parapétrolière française L'industrie parapétrolière: un secteur

Plus en détail

Enquête sur l activité de l industrie parapétrolière et paragazière française Résultats pour la période 2013-2014. Thierry Rouaud GEP-AFTP

Enquête sur l activité de l industrie parapétrolière et paragazière française Résultats pour la période 2013-2014. Thierry Rouaud GEP-AFTP Enquête sur l activité de l industrie parapétrolière et paragazière française Résultats pour la période 2013- Thierry Rouaud GEP-AFTP L industrie parapétrolière et paragazière française Quel poids économique?

Plus en détail

ETUDE D IMPACT DE L ACTIVITE GEOSCIENCES ET GENIE PETROLIER EN BEARN

ETUDE D IMPACT DE L ACTIVITE GEOSCIENCES ET GENIE PETROLIER EN BEARN ETUDE D IMPACT DE L ACTIVITE GEOSCIENCES ET GENIE PETROLIER EN BEARN TITRE : Etude d impact de l activité géosciences et génie pétrolier en Béarn SERVICE : Marketing Etudes et Communication DATE : Juin

Plus en détail

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 4 novembre 2015 Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 Chiffre d affaires de 3 462 millions d euros, en hausse de 14,2% par rapport à 2014 Croissance organique de 2,7% pour

Plus en détail

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre Le soutien à la culture dans les pays où elle opère et le lien avec les traditions et les communautés locales sont un trait distinctif d eni : l importance du

Plus en détail

Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23%

Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23% 1 COMMUNIQUE DE PRESSE Neuilly-sur-Seine, le 4 mai 2011 Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23% Croissance

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE. Yves-Louis Darricarrère

JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE. Yves-Louis Darricarrère JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE Yves-Louis Darricarrère Mesdames, Messieurs, Cher Amis, Il se trouve que l année dernière m était déjà revenu l honneur et le plaisir de clôturer

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Information financière trimestrielle

Information financière trimestrielle Paris, le 1 mai 212 Information financière trimestrielle Le chiffre d affaires du 1er trimestre 212 poursuit sa progression dans un marché en amélioration sensible +18,% par rapport au 1 er trimestre 211

Plus en détail

La Géopolitique du Pétrole

La Géopolitique du Pétrole La Géopolitique du Pétrole Selon Youcef Yousfi, Ministre algérien de l Energie et des Mines «L Algérie continuera à produire du pétrole et des hydrocarbures en général, de longues années encore». Interview

Plus en détail

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA

nos clients dans l exploitation de nos solutions technologiques sont nos deux engagements les plus forts. Raphaël Gorgé Président du Groupe ECA Depuis 1936, le Groupe ECA produit des solutions technologiques pour la sécurité des hommes et des biens. Diffusées dans le monde entier, ces solutions sont destinées aux secteurs de la défense, de l industrie,

Plus en détail

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme Environ 5% de la population active vit de la métallurgie et de la fabrication de machines, ce qui classe ces branches parmi les principaux

Plus en détail

PANORAMA DES MARCHES DU GAZ NATUREL EN 2010

PANORAMA DES MARCHES DU GAZ NATUREL EN 2010 PANORAMA DES MARCHES DU GAZ NATUREL EN 2010 Sophie Méritet* Doté de précieux atouts environnementaux par rapport aux autres énergies fossiles et de réserves importantes, le gaz naturel a vu sa part dans

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde?

MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde? MARCHE PETROLIER : Un nouveau monde? La réunion de tous les dangers La réunion de l OPEP du 27 novembre dernier qui s est tenue à Vienne a été évènement majeur. Dans son communiqué final, l OPEP reconnait

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Résumé de l année 2009

Résumé de l année 2009 Résumé de l année 2009 Évolution cours du prix de pétrole brut en 2009 $/baril WTI Brent En 2009, la récession économique mondiale résultant de la crise financière internationale a profondément modifié

Plus en détail

Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en croissance de 8,2%

Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en croissance de 8,2% Communiqué de presse Le 15 février 2008 Presse/Investor Relations Jacques Anckaert T +32 56 23 05 72 Rapport d activités au quatrième trimestre 2007 Bekaert réalise un chiffre d affaires 2007 record en

Plus en détail

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain

Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain Accompagner les leaders d aujourd hui et de demain «Filiale d Avril, groupe industriel et financier de plus de 8 000 collaborateurs, Sofiprotéol est devenue en 30 ans la société de financement et de développement

Plus en détail

Des conseillers en gestion de risques ultra-spécialisés. P. 3. L'innovation au cœur de la stratégie de développement de Bessé P. 5

Des conseillers en gestion de risques ultra-spécialisés. P. 3. L'innovation au cœur de la stratégie de développement de Bessé P. 5 Les hommes et les femmes de Bessé sont des experts ultra-spécialisés dans la gestion des risques et des assurances des entreprises. Plus que simples courtiers, leur métier est centré sur le conseil sur-mesure

Plus en détail

IMPACTS SOCIO-ÉCONOMIQUES DU DÉVELOPPEMENT DES GAZ ET HUILES DE ROCHE-MÈRE

IMPACTS SOCIO-ÉCONOMIQUES DU DÉVELOPPEMENT DES GAZ ET HUILES DE ROCHE-MÈRE IMPACTS SOCIO-ÉCONOMIQUES DU DÉVELOPPEMENT DES GAZ ET HUILES DE ROCHE-MÈRE Thibaut Laparra Conférence scientifique et technique Jeudi 13 septembre www.gep-aftp.com 1 Répondre à la polémique sur les hydrocarbures

Plus en détail

ideol 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 4 PRIX REMPORTÉS

ideol 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 4 PRIX REMPORTÉS ideol en chiffres Société anonyme créée en 2010 et basée à La Ciotat (13) 45 salariés (en avril 2015) disposant d une longue expérience dans l ingénierie offshore 3 brevets dont Damping Pool 1SPÉCIALITÉ

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Les hydrocarbures offshore

Les hydrocarbures offshore Les progrès technologiques permettent la production de champs d'huile et de gaz en mer par des profondeurs de plus en plus importantes (3 m). Les investissements liés à ces activités offshore sont évalués

Plus en détail

Réserves de pétrole : des données évolutives en fonction de la technique et de l économie

Réserves de pétrole : des données évolutives en fonction de la technique et de l économie Mai 2005 Réserves de pétrole : des données évolutives en fonction de la technique et de l économie Le point par l'ifp La fin du pétrole n est pas pour demain. Des inquiétudes se manifestent non seulement

Plus en détail

Développer des industries vertes compétitives :

Développer des industries vertes compétitives : Développer des industries vertes compétitives : L aubaine des technologies climatiques propres pour les pays en développement Résumé analytique Développer des industries vertes compétitives : L aubaine

Plus en détail

Worldwide Technip Normandie

Worldwide Technip Normandie Worldwide Votre partenaire, de la conception à la livraison Profil de Technip Un leader mondial de l ingénierie, du management de projets et des technologies, au service du secteur de l énergie. Nos 38

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud

Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud Chine-Amérique latine : au cœur des déséquilibres du nouveau commerce Sud-Sud Par Christophe Ventura L Amérique latine pourrait-elle devenir, ces prochaines années, une «plateforme extraterritoriale» de

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ

Assemblée Générale du 28 avril 2015. Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Assemblée Générale du 28 avril 2015 Questions écrites posées au Conseil d administration de GDF SUEZ Pour mémoire, les questions écrites, pour être recevables, doivent être adressées au Président-Directeur

Plus en détail

Accélération de la mise en oeuvre de la stratégie

Accélération de la mise en oeuvre de la stratégie Accélération de la mise en oeuvre de la stratégie Projet de prise de contrôle de Sika et de lancement d un processus concurrentiel de mise en vente de Verallia 8 décembre 2014 Sommaire Points clés Projet

Plus en détail

Demandons plus à la chimie

Demandons plus à la chimie Demandons plus à la chimie Réunion avec les investisseurs Luxembourg - 16 janvier 2014 Catherine Jouvet Responsable Relations Actionnaires Un acteur majeur de la chimie mondiale Nos atouts 90% du chiffre

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015

Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015 Ne pas diffuser, publier ou distribuer, directement ou indirectement, aux États-Unis, au Canada, en Australie ou au Japon Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015 Solairedirect enregistre son document de

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

l industrie styles de l énergie

l industrie styles de l énergie Un Click leader to edit mondial Master de text l industrie styles de l énergie Stella Fumey Responsable des Relations Actionnaires Individuels Nantes, le 17 juin 2015 Avertissement Cette présentation contient

Plus en détail

Association Française des Pôles de Compétitivité

Association Française des Pôles de Compétitivité Association Française des Pôles de Compétitivité Les Pôles de Compétitivité, catalyseurs de l'innovation française Un acquis pour le futur Dès 2005, la France a innové en matière de politique publique

Plus en détail

PREUVES À L APPUI. Le grand décrochage. Cahier n 1. Comment les entreprises géantes déforment la Bourse. Janvier 2012

PREUVES À L APPUI. Le grand décrochage. Cahier n 1. Comment les entreprises géantes déforment la Bourse. Janvier 2012 Cahier n 1 Janvier 2012 Le grand décrochage Comment les entreprises géantes déforment la Bourse La Bourse a radicalement transformé notre économie. A partir des données de la base GEF/ IFGE, ce cahier

Plus en détail

IFP School. www.ifp-school.com. S'ouvrir de nouveaux horizons. École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations

IFP School. www.ifp-school.com. S'ouvrir de nouveaux horizons. École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations IFP School S'ouvrir de nouveaux horizons École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations www.ifp-school.com Transition énergétique demande énergétique mondiale : mieux utiliser

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre Forum d EL MOUDJAHID Intervention du Ministère de l Energie et des Mines présentée par Mr Ali Hached Conseiller du Ministre 26 août 2012 Monsieur le Directeur Général, Je vous remercie pour l invitation

Plus en détail

Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial

Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial Communiqué de presse Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial PARIS 18 MARS 2015 Une reprise encore à confirmer, des

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010

Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010 Quelle place pour les énergies marines dans le mix énergétique? Mercredi 15 Décembre 2010 Quel état des lieux des EMR peut-on dresser? Que peuvent apporter les EMR à l offre d énergie existante? Comment

Plus en détail

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15 SOMMAIRE Introduction...5 Paroles d entreprises...7 Schéma de la chaîne de valeur de création et d exploitation d un champ d éoliennes offshore...10 I. Les métiers transverses à la chaîne de valeur...15

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie

Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-63 du 9 mai 2014 relative à la création de Pipeline Inspection Company par le groupe Onet et l Institut de Soudure Industrie L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Soutenir la microf inance. responsable

Soutenir la microf inance. responsable Soutenir la microf inance responsable L ACCÈS AU CRÉDIT POUR TOUS : UN SECTEUR PRIORITAIRE Dans de nombreux pays, la grande majorité de la population est exclue du système bancaire. L accès aux services

Plus en détail

L état de l industrie aérospatiale canadienne

L état de l industrie aérospatiale canadienne Le 2013 rapport Report 2014 L état de l industrie aérospatiale canadienne Survol de la présentation Contexte L écosystème aérospatial canadien L impact économique L innovation (R et D) La production d

Plus en détail

Banque Européenne. pour la Reconstruction et le Développement. Tunisie

Banque Européenne. pour la Reconstruction et le Développement. Tunisie Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement Tunisie Marie-Alexandra Veilleux Chef du Bureau de la BERD en Tunisie Sommaire 1. à la BERD 2. Les opérations de la BERD 3. 25 avril 2014 Banque

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Commentaire sectoriel Pétrole et Gaz Cours du baril : un problème d offre ou de demande?

Commentaire sectoriel Pétrole et Gaz Cours du baril : un problème d offre ou de demande? Alors que depuis février 2015, la demande était revue régulièrement à la hausse et que les prix remontaient, l Agence Internationale pour l Energie a maintenu en juillet ses estimations de croissance pour

Plus en détail

Communiqué de presse. Projet de fusion entre Gaz de France et SUEZ

Communiqué de presse. Projet de fusion entre Gaz de France et SUEZ Communiqué de presse Projet de fusion entre Gaz de France et SUEZ GDF SUEZ : OBJECTIFS OPERATIONNELS ET FINANCIERS, GOUVERNANCE DU NOUVEAU GROUPE ET CALENDRIER Une stratégie de développement ambitieuse

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE

L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE L ÉNERGIE, ENJEU DE DÉFENSE Montpellier L énergie, enjeu national 2 Besoin d harmoniser les 3 piliers de l énergie : accès à l énergie, sécurité énergétique et lutte contre le changement climatique Lutte

Plus en détail

www.energyfundsadvisors.com - E-mail : contact@energyfundsadvisors.com

www.energyfundsadvisors.com - E-mail : contact@energyfundsadvisors.com La hausse du prix du pétrole au cours de la dernière décennie reflète en premier lieu la hausse des coûts de production marginaux, c est-à-dire des filières de production les plus coûteuses, sables bitumineux

Plus en détail

États financiers consolidés. Trimestre terminé le 31 mars 2003. EnCana Corporation

États financiers consolidés. Trimestre terminé le 31 mars 2003. EnCana Corporation États financiers consolidés Trimestre terminé le 2003 EnCana Corporation Rapport intermédiaire Trimestre terminé le 2003 EnCana Corporation RÉSULTATS CONSOLIDÉS Trimestres terminés les (sans vérification)

Plus en détail

GDF SUEZ Un business model équilibré porteur de croissance durable et rentable pour les actionnaires Gérard Lamarche

GDF SUEZ Un business model équilibré porteur de croissance durable et rentable pour les actionnaires Gérard Lamarche GDF SUEZ Un business model équilibré porteur de croissance durable et rentable pour les actionnaires Gérard Lamarche Un business model équilibré porteur de croissance durable et rentable pour les actionnaires

Plus en détail

Résultats consolidés au 30 juin 2015

Résultats consolidés au 30 juin 2015 Paris, le 27 août 2015 N 16-15 Résultats consolidés au 30 juin 2015 Impact négatif de la baisse des prix du pétrole et de la restructuration engagée o baisse des prix du pétrole excédent brut d exploitation

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Trading Faire le lien entre nos productions et nos sites de transformation et approvisionner nos clients

Trading Faire le lien entre nos productions et nos sites de transformation et approvisionner nos clients PROFIL DU GROUPE UNE MAJOR PÉTROLIÈRE AVEC UN MODÈLE INTÉGRÉ Production de pétrole et de gaz Gaz Pétrochimie Pétrole Trading Faire le lien entre nos productions et nos sites de transformation et approvisionner

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Pic Mondial de production du Pétrole et du Gaz

Pic Mondial de production du Pétrole et du Gaz Pic Mondial de production du Pétrole et du Gaz Analyser la problématique, Penser l avenir Construire et proposer une Stratégie pour anticiper et atténuer la crise en perspective Conférence X-ENS-UPS 11

Plus en détail

Secteur pétrolier (2) : critères d'investissement

Secteur pétrolier (2) : critères d'investissement - 1 - Secteur pétrolier (2) : critères d'investissement Résumé : Ce module présente les éléments qui jouent sur la valorisation des compagnies pétrolières. Il fait apparaître les facteurs importants pour

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM

LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM LE SERVICE PAR L EXCELLENCE BOURBONOFFSHORE.COM UNE PRÉSENCE GLOBALE, UNE EXPERTISE LOCALE EUROPE MEDITERRANEE MOYEN-ORIENT 83% d effectifs locaux AMERIQUES 89% d effectifs locaux ASIE 79% d effectifs

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2014 : Activité et profitabilité record DIETSWELL est maintenant entièrement tourné vers les Services

RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2014 : Activité et profitabilité record DIETSWELL est maintenant entièrement tourné vers les Services COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 24 Septembre 2014 RESULTATS DU 1 er SEMESTRE 2014 : Activité et profitabilité record DIETSWELL est maintenant entièrement tourné vers les Services Chiffre d affaires en croissance

Plus en détail

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company Investment Consulting Company 183, avenue du Roule 92200 Neuilly-sur-Seine France Présentation Corporate Tel : +33 (0) 1 46 40 75 51 Fax : +33 (0) 1 46 40 75 55 Janvier 2013 contact@appeltonmillercapital.com

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail