Les facettes de la fraude. Une approche multidimensionnelle en matière de prévention de la fraude

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les facettes de la fraude. Une approche multidimensionnelle en matière de prévention de la fraude"

Transcription

1 Les facettes de la fraude Une approche multidimensionnelle en matière de prévention de la fraude

2 Prendre conscience de la fraude Les diverses formes que prend la fraude font souvent en sorte que les entreprises croient ne pas être victimes d une supercherie ou sous-estiment grandement l étendue du problème. On pourrait définir la fraude comme étant toute forme de supercherie malveillante ou criminelle visant à obtenir un gain personnel ou financier. Les divers visages de la fraude la rendent difficile à mesurer; c est ainsi que des grandes entreprises croient fermement ne pas être victimes de tromperie ou encore sous-estiment grandement l envergure du problème. Ce qu elles reconnaissent est un problème de créances irrécouvrables ou d accroissement des activités liées au recouvrement, sans réaliser que nombre des emprunteurs visés n ont aucune intention d honorer leurs dettes.

3 L intention : voilà le dénominateur commun entre un fraudeur qui obtient une imposante ligne de crédit sous un faux nom et un autre qui détient nombre de petits comptes légitimes afin d établir la confiance qui lui permettra de demander une carte dotée d une limite de crédit élevée. Où tout cela commence-t-il? Une fraude commence habituellement par une usurpation de l identité. Il est alors possible de faire une distinction entre : les fraudeurs qui utilisent leur propre identité (fraude perpétrée par le client); les fraudeurs qui créent une identité fictive (fraude perpétrée par le client); les fraudeurs qui se servent de l identité d une autre personne (fraude en tiers). Dans les cas de fraude perpétrée par le client, les auteurs ouvrent un compte au moyen de faux renseignements ou il font une déclaration trompeuse quant à leur réelle identité sur les formulaires de demande de crédit. Le détournement de fonds est un exemple courant de fraude perpétrée par le client; ce dernier ouvre de multiples comptes auxquels des dettes sont imputées, alors qu il n a pas l intention de les rembourser. La fraude en tiers est parfois aussi désignée comme une Fraude par usurpation d identité, au cours de laquelle, l auteur usurpe l identité réelle d une autre personne. La fraude en tiers commence souvent par un vol d identité, au cours duquel le fraudeur se fait passer pour une autre personne en utilisant sans sa permission divers renseignements personnels comme le nom, le numéro d assurance sociale (NAS) ou un numéro de carte de crédit. Quoique les consommateurs sont de plus en plus au courant des menaces relatives au vol d identité, les entreprises se doivent aussi d être vigilantes à cet égard, en rehaussant leurs mesures de vérification de l identité afin de se protéger et de protéger leur clientèle contre la fraude, qu il s agisse d une fraude perpétrée par un client ou d une fraude du nom véritable (en tiers). Points d attaque Une fois l identité convoitée choisie, le fraudeur a accès à un grand nombre de méthodes pour manipuler votre entreprise. À cet égard, il recherchera le point le plus facile et le plus rentable pour s en prendre à votre institution. Les points d attaque et les méthodes utilisées pour frauder une institution financière varient en fonction des produits et des services proposés par cette institution. Par exemple, une fraude par carte de crédit présente des défis fort différents d une fraude par chèque. Et la situation se complique lorsqu on parle de services de transaction électronique par opposition aux services classiques. Il faut donc tenir compte de différents éléments pour assurer la protection d un virement électronique par rapport, par exemple, à une ligne de crédit. Les profils des fraudeurs La fraude constitue un comportement difficile à définir et encore plus difficile à prévoir. Les auteurs de fraudes changent en effet constamment leurs méthodes, de sorte qu il est n est pas facile d établir des tendances. Quoique leurs méthodes varient, il est possible d établir trois profils de fraudeur courants : Le rapide : C est celui qui est le plus enclin à «frapper, puis à disparaître», en ce sens qu il cherche à maximiser rapidement ses gains financiers, puis à disparaître pour passer à une autre institution ou adopter une autre méthode. L opportuniste : C est celui qui recherche activement un point d accès facile ou, dans le cas d une fraude en tiers, qui cherche à tirer profit d un manque de vigilance ou d un excès de laxisme de la part d un consommateur. Le fraudeur en veilleuse : C est celui qui acquiert patiemment la confiance des institutions en utilisant de nombreux comptes légitimes avant de s attaquer à la «poule aux oeufs d or». Sans pour autant négliger les crimes de situation, les entreprises devraient tout autant (sinon plus) se méfier des réseaux de fraudeurs organisés qui regroupent les différents profils de fraudeurs dans une stratégie à long terme destinée à tirer de la fraude des gains stables et substantiels. Lorsque de tels réseaux étendent leurs activités à l échelle nationale, celles-ci sont incroyablement destructrices et difficiles à isoler. Lorsqu ils commencent à étendre leurs activités à l échelle internationale, non seulement mettent-ils la réputation des entreprises victimes en danger, mais il devient alors extrêmement onéreux de les trouver et de les traîner devant les tribunaux. Il est donc essentiel de bien comprendre les interactions entre les identités, les méthodes et les types pour déceler les fraudes avant qu elles n affectent votre entreprise. L identification de ces corrélations permettra à votre entreprise d affiner sa recherche des fraudeurs et de réduire au minimum, voire même d éviter, les pertes. Même si la détection d une fraude au moment où elle se produit peut aider à réduire les pertes, l objectif ultime devrait être d éviter qu elle affecte votre entreprise.

4 Approche multidimensionnelle en matière de gestion de la fraude La meilleure stratégie intègre de multiples lignes de défense.

5 Approche multidimensionnelle d Equifax Dans la lutte contre la fraude, il n existe pas de méthode «uniformisée», adaptée à toutes les entreprises. Tout comme vous pouvez utiliser différents outils pour réparer un robinet qui fuit, vous pourriez avoir à associer plusieurs solutions pour déceler une fraude en particulier et en atténuer les conséquences. Equifax recommande à cet égard une approche multidimensionnelle pour mettre en oeuvre un programme de prévention de la fraude au sein de votre entreprise, qui comprend les mesures suivantes : Prévention Détection Investigation Confinement et Recouvrement Analyse et recommandation En faisant appel à un mélange approprié de processus, de politiques, d analyses et de technologies, non seulement réduisez-vous au minimum les pertes, mais vous améliorez en outre la conformité et la productivité du personnel. ANALYSE ET RECOMMANDATION Analyse de la cause fondamentale Analyse des tendances / comparaison avec les pairs Plan d action lié aux points de compromission décelés PRÉVENTION Vérification et authentification de l identité Politique de connaissance de la clientèle (PIC) Programmes de formation du personnel Évaluation du risque de fraude La mise en oeuvre du programme approprié commence par une évaluation du risque que court votre entreprise. Détermination du risque potentiel de fraude : recueillir l information pour évaluer les risques de fraude que peut courir l entreprise. Évaluation des risques significatifs et inhérents de fraude et de leur probabilité : évaluer le risque de fraude en se fondant sur les données historiques, les tendances connues en matière de fraude et les rencontres avec les employés, notamment avec les responsables des processus opérationnels. Réaction aux risques inhérents et résiduels, probables ou d importance : la réaction doit viser les risques déterminés et comprendre une analyse coûts/bénéfices des risques de fraude pour lesquels l entreprise souhaite mettre en place des mesures de contrôle ou des procédures de détection particulières. L entreprise devrait évaluer périodiquement son degré d exposition aux risques de fraude dans le but de déceler d éventuelles tendances et événements justifiant l adoption de mesures d atténuation. Ces évaluations devraient être effectuées de manière systématique et récurrente; le personnel approprié devrait y participer; il faudrait tenir compte des scénarios et des tendances pertinentes en matière de fraude; il faudrait faire correspondre des mesures de contrôles et d atténuation à ces scénarios et aux tendances déterminées. DÉTECTION Validation des données du client Vérification des dispositifs Analyses pour établissement de profils et de modèles de comportement CONFINEMENT ET RECOUVREMENT Mesures pour mettre fin aux pertes et contacter les clients Activités de recouvrement Services de mesures correctives en cas de violation de données ENQUÊTE Gestion exhaustive de cas Validation des transactions suspectes Détermination des points de compromission

6 Solutions en matière d identité et de fraude Equifax habilite les entreprises et les consommateurs par de l information en laquelle ils peuvent avoir confiance. Un chef de file mondial en solutions d information, Equifax met en valeur une des plus importantes sources de données de consommation et d entreprises, ainsi que des analyses avancées et une technologie exclusive afin de créer des informations personnalisées qui valorisent le rendement des entreprises et la vie des consommateurs.

7 La gamme de solutions en matière d identité et de fraude d Equifax propose à votre entreprise une suite intégrée et à la fine pointe de moyens de défense en temps réel contre la fraude. Ces solutions comportent des outils de dépistage, de vérification et d authentification de l identité ainsi que des solutions de gestion en temps réel de la fraude destinées aux entreprises qui souhaitent réduire au minimum les pertes attribuables à divers types de fraude. Equifax améliore en outre ses solutions au moyen d actifs de données uniques, d analyses prévisionnelles et de services-conseils en matière de fraude. Solutions de gestion de l identité eidcomparaison eidcomparaison est une solution de vérification d identité en temps réel qui aide à déterminer si une identité est valide et si la personne est bien qui elle prétend être. eidcomparaison contre-vérifie les données du demandeur par rapport aux sources de données d Equifax dans le but de valider l identité et de déterminer si cette dernière a été signalée comme faisant l objet d une mauvaise utilisation ou si elle est associée à une activité potentiellement frauduleuse. eidvérificateur Ce processus d authentification est fondé sur la connaissance qui utilise de l information «secrète partagée» devant être connue uniquement du client et d Equifax et présente diverses questions à choix multiples. Seule la personne dont l identité est authentifiée devrait être en mesure de répondre correctement à un nombre suffisant de questions de sécurité pour considérer qu elle est bien qui elle prétend être. Confirmation d identité d entreprise La Confirmation d identité d entreprise est un service d identification commerciale permettant de valider l existence d une Société et de son statut en plus de fournir le type d entité, la date d enregistrement ou de constitution ainsi que l identité des administrateurs de l entreprise. Identité du défunt La solution Identité du défunt d Equifax repose sur une base de données des noms de Canadiens décédés qui peut servir d outil diagnostic pour accélérer la validation ou l épuration de la base de données de clients d une entreprise et pour vérifier l existence de ces clients. Solutions de prévention de la fraude ComparÉclair ComparÉclair est un outil unique qui compare les données d identité clés à ce qui se trouve dans la base de données du crédit à la consommation d Equifax afin de déterminer si une carte de crédit est bien utilisée par son détenteur légitime. Safescan Safescan est un système d avertissement interactif qui détecte les fraudes potentielles en décelant les irrégularités ainsi que les usages abusifs confirmés associés aux noms, aux adresses, aux numéros d assurance sociale et aux numéros de téléphone. Lorsque des irrégularités ou des usages abusifs sont décelés, Safescan génère un avertissement vous conseillant d examiner de plus près l information fournie dans la demande. Citadel Citadel MC est une solution Web de gestion de la fraude électronique pour entreprises hébergée par Equifax qui aide à déceler les activités à risque élevé ou potentiellement frauduleuses avant qu elles aient une incidence négative sur votre entreprise. La solution établit des correspondances entre les données saisies et les données historiques et sur la fraude du consortium d Equifax, afin d aider à déceler les tendances frauduleuses selon des règles commerciales définies par l utilisateur. Un ensemble d outils d analyse des liens aide à découvrir les liens indirects entre des données qui ne semblent pas liées, ce qui peut ouvrir la porte à un réseau organisé de fraude. Services professionnels et d analyses Services de mesures correctives en cas de violation de données Nos services professionnels entrent en jeu lorsqu une entreprise subit une violation de données; les clients, services de centre d appels, services de surveillance du crédit et agences d alerte sur la solvabilité touchés sont alors avisés. Analyses personnalisées Grâce à sa vaste expérience en modélisation prévisionnelle et à ses sources exhaustives de données sur la fraude, Equifax est en mesure de proposer des services analytiques personnalisés répondant aux défis particuliers auxquels votre entreprise doit faire face. Services-conseils en matière de fraude Nos équipes internes de services-conseils en matière de fraude adoptent une méthode unique axée sur le client pour comprendre les stratégies, les problèmes et les objectifs. Elles possèdent une connaissance approfondie de l industrie et peuvent compter sur le soutien d équipes spécialisées d experts en relation avec la clientèle et d experts qui unissent leurs efforts à ceux de la clientèle pour consulter, élaborer et mettre en œuvre des solutions personnalisées en matière de fraude.

8 CRÉDIT À LA CONSOMMATION COMMERCIAL FRAUDE HYPOTHÈQUE COMPAGNIE DE TÉLÉPHONE TIERCE PARTIE Capacités d Equifax SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES INTÉGRANT DONNÉES ET PERCEPTIONS PERSPECTIVES ANALYTIQUES À VALEUR AJOUTÉE ACTIFS DE DONNÉES UNIQUES ET UNIVERSELS DU CLIENT COTES PERSONNALISÉES ET GÉNÉRALES MODÉLISATION DE SCORE VALIDATION DE COTE ANALYSES PERSONNALISÉES SERVICES-CONSEILS SOLUTIONS FSA MOTEURS FONDÉS SUR DES RÈGLES PLATEFORMES DÉCISIONNELLES GESTION DU FLUX DES TRAVAUX GESTION DES FRAUDES CONTRE LES ENTREPRISESBESOINS Associez la puissance des immenses ressources d Equifax en matière de données à des analyses et des services-conseils de qualité supérieure et à des technologies de l avenir à la fi ne pointe pour bénéfi cier d une solution antifraude intégrée. Contactez Equifax dès aujourd hui et découvrez comment nos données peuvent avoir un effet positif sur chacune des phases du cycle de vie de vos comptes. Communiquez avec nous dès aujourd hui! Composez le pour parler avec un conseiller d Equifax ou consultez le Certaines conditions s appliquent à toutes les offres. Equifax et EFX sont des marques déposées d Equifax Canada Co. Informer Valoriser Habiliter est une marque de commerce d Equifax Inc., utilisée ici avec permission. Equifax Canada Inc., Tous droits réservés.

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015.

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. CONTEXTE Le Programme des RCE-E a été établi en 2008, dans

Plus en détail

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables La cybersécurité dans les petits cabinets comptables VISER DE MEILLEURES PRATIQUES ET MESURES DE PROTECTION Prêter attention à la sécurité informationnelle CPA Canada a récemment fait appel à Nielsen pour

Plus en détail

Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs.

Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs. Portefeuilles choix sélect RBC La simplicité d un fonds, la puissance de plusieurs. Les portefeuilles choix sélect RBC se conforment en tout temps à la tolérance au risque et aux objectifs de placement

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez plus que les services d un conseiller financier d expérience soucieux de répondre à vos besoins. Vous bénéficiez des nombreuses

Plus en détail

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers

CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES PCGR DU CANADA Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 15 : IAS 1, Présentation Des États Financiers Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être 75 % 20 % 12 semaines 1 an Plus longtemps un employé s absente du travail, moins il a de chances d y retourner. Après 12 semaines d absence, 75 % des

Plus en détail

Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R

Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R A. Généralités A.1) Pourquoi faut il une vision stratégique si l ACP a déjà un mandat statutaire? Comment les deux choses se rejoignent elles?

Plus en détail

Pour bâtir votre avenir financier. Services de gestion de portefeuille discrétionnaire

Pour bâtir votre avenir financier. Services de gestion de portefeuille discrétionnaire Pour bâtir votre avenir financier Services de gestion de portefeuille discrétionnaire Le chemin vers vos objectifs Une approche personnalisée pour accéder à l indépendance financière. 2 3 4 Service de

Plus en détail

Externalisation de la fonction finance et comptabilité

Externalisation de la fonction finance et comptabilité Externalisation de la fonction finance et comptabilité OUTIL DE GESTION Eric Krell Quel est l enjeu? L externalisation de la fonction finance et comptabilité a considérablement évolué ces dernières années,

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation La présente fiche d information porte sur l évaluation de la situation, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le deuxième volet de l Approche

Plus en détail

Visez le ciel grâce. aux services en nuage SURF. Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise

Visez le ciel grâce. aux services en nuage SURF. Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise Visez le ciel grâce aux services en nuage Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise Visez le ciel grâce aux services en nuage... 01 L histoire et l évolution des services en

Plus en détail

Au-delà de la conformité. L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer

Au-delà de la conformité. L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer Au-delà de la conformité L excellence des données sur les risques comme moyen de se démarquer Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Les nouvelles règles sur l agrégation des données sur

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Aidez vos clients à planifier leur avenir

Aidez vos clients à planifier leur avenir Aidez vos clients à planifier leur avenir L assurance en réponse aux besoins de planification personnelle de votre client SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Ce document est destiné

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information

Méthodologie. 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Méthodologie 1 Évaluation des capacités de la gestion de l information Outil et méthodologie 2 Table des matières 3 Table des matières (suite) 4 Aperçu de l outil Évaluation des capacités de la GI 5 Contexte

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

La carte Assure. Tirez le maximum de vos avantages sociaux pour les participants de régime et les personnes à leur charge

La carte Assure. Tirez le maximum de vos avantages sociaux pour les participants de régime et les personnes à leur charge La carte Assure Tirez le maximum de vos avantages sociaux pour les participants de régime et les personnes à leur charge Bienvenue au réseau Assure Demandes de règlement Régler vos frais de médicaments

Plus en détail

Lien. D ENSEMBLE avec. et obtenez une vue. Mon argent pour la vie FAITES LE. with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS EN PLACEMENT

Lien. D ENSEMBLE avec. et obtenez une vue. Mon argent pour la vie FAITES LE. with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS EN PLACEMENT Lien FAITES LE CONSEILS SUR LES PLACEMENTS PROTECTION DU PATRIMOINE DE VRAIES SOLUTIONS et obtenez une vue D ENSEMBLE avec Mon argent pour la vie with Money for Life POUR FAIRE LE LIEN ENTRE LES CONSEILS

Plus en détail

De plus en plus d entreprises mettent justement. Gestion des risques d entreprise

De plus en plus d entreprises mettent justement. Gestion des risques d entreprise Gestion des risques d entreprise Mark Morrison Les actionnaires, les organismes de réglementation, les employés et les autres parties intéressées s attendent à ce que la direction et le conseil d administration

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE INSTRUCTIONS L objectif du contrat d études est de permettre une préparation transparente et efficace de la période de mobilité et de garantir que les composantes pédagogiques complètement validées par

Plus en détail

10 étapes pour s attaquer à la contrefaçon en ligne

10 étapes pour s attaquer à la contrefaçon en ligne Guide des bonnes pratiques CSC 0 étapes pour s attaquer À mesure que le monde devient de plus en plus connecté et que l intérêt suscité par les marques grandit dans les économies à forte croissance, le

Plus en détail

2. La réponse de Handicap International

2. La réponse de Handicap International Les conclusions de l étude du King s College correspondent aux analyses faites par Handicap International dans sa stratégie 2011-2015 et ses éléments de mise à jour. Le choix des ateliers qui ont suivi

Plus en détail

Le 18 juin 2014. Maître Leslie Rose Avocate principale, Financement d'entreprise British Columbia Securities Commission Courriel : lrose@bcsc.bc.

Le 18 juin 2014. Maître Leslie Rose Avocate principale, Financement d'entreprise British Columbia Securities Commission Courriel : lrose@bcsc.bc. Susan Copland, LLB, BComm Directrice générale scopland@iiac.ca Le 18 juin 2014 Maître Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C. P. 246,

Plus en détail

VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER DSFRI : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER DSFRI : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOS RÊVES. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER DSFRI : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Avant de mettre votre téléphone en mode silencieux pour votre rencontre, vous le déposez sur le bureau pour faire

Plus en détail

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Les 5 C du crédit Comprendre l admissibilité au crédit À B2B Banque, nous savons que vous vous efforcez d offrir à vos clients les bonnes

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Plan d activités de 2015-16

Plan d activités de 2015-16 Plan d activités de 2015-16 Introduction Le vérificateur général du Nouveau-Brunswick (VGNB) est un bureau indépendant qui sert l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick. La vérificatrice générale aide

Plus en détail

Organiser et exploiter le fichier Clients

Organiser et exploiter le fichier Clients G Organiser et exploiter le fichier Clients Définition La GRC est l'ensemble des outils et techniques destinés à capter, traiter, analyser les informations relatives aux clients et aux prospects, dans

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET

NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET NOUVEAU SALAIRE, NOUVEAU BUDGET FICHE DE PAIE : COMMENT EST RÉPARTI VOTRE SALAIRE? Votre première fiche de paie va sans doute vous surprendre. Car après la première ligne où figure votre salaire brut,

Plus en détail

Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits?

Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits? FICHE DE PRÉSENTATION DE LA SOLUTION Solutions Project & Portfolio Management pour l innovation de vos produits Pouvez-vous assurer davantage d innovation dans tout votre portefeuille de produits? you

Plus en détail

PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER

PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER PROTÉGEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER Lorsque vous savez combien rapporteront vos ventes à l étranger, il est difficile d imaginer comment votre entreprise a pu se passer de tels revenus. Grâce aux solutions

Plus en détail

Fonds de placement garanti BMO

Fonds de placement garanti BMO Fonds de placement garanti BMO Pour vous aider à atteindre votre objectif de placement plus rapidement. Les Fonds de placement garanti BMO... pour dormir en toute tranquillité Choix de fonds établis selon

Plus en détail

3. Déléguez l accès à votre bloc d affaires au moyen du Portefeuille du client

3. Déléguez l accès à votre bloc d affaires au moyen du Portefeuille du client Accès en ligne à Affaires nouvelles en direct marche à suivre pour les conseillers Clé d Or Afin de vous permettre de profiter de cette nouvelle façon emballante de faire des affaires, nous devons nous

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

Comment surveiller un changement profond :

Comment surveiller un changement profond : : présenter votre plan de basculement aux IFRS dans le rapport de gestion Le basculement des normes canadiennes d information financière aux Normes internationales d information financière (les «IFRS»)

Plus en détail

SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE

SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE PACOM a développé une réputation solide en tant que leader mondial dans le domaine de la gestion de la sécurité à distance pour le marché des banques et de la finance.

Plus en détail

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR Par Alan Davis Solutions de dotation en personnel pour le nouveau millénaire QU EST-CE QUE LE RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR? Le recrutement fondé sur le savoir donne lieu

Plus en détail

épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE

épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE Tenue de Compte épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE Faire équipe avec votre société pour le succès de votre plan d épargne salariale Mettre

Plus en détail

Comment gérer les médias sociaux Recommandations pour les médecins

Comment gérer les médias sociaux Recommandations pour les médecins Version brève Comment gérer les médias sociaux Recommandations pour les médecins Avril 2016 Les médias sociaux dans le quotidien professionnel des médecins Les médias sociaux jouissent d une popularité

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

Garantir la qualité et la disponibilité des services métier fournis à vos clients

Garantir la qualité et la disponibilité des services métier fournis à vos clients FICHE DE PRÉSENTATION DE LA SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 Garantir la qualité et la disponibilité des services métier fournis à vos clients we can est un portefeuille de solutions de gestion mûres

Plus en détail

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM Services d affaires mondiaux IBM Centre national des sondages IBM Saviez-vous que dans votre organisation se cachent des trésors de connaissances que vous pourriez découvrir et mettre à profit? Un système

Plus en détail

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques

Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Service administratif des tribunaux judiciaires (SATJ) Vérification de la gestion intégrée des risques Version originale signée par LE 21 juillet 2015 M. DANIEL GOSSELIN DATE ADMINISTRATEUR EN CHEF TABLE

Plus en détail

Services de liquidateur. Alléger le fardeau

Services de liquidateur. Alléger le fardeau Services de liquidateur Alléger le fardeau C est un honneur d être désigné liquidateur*. Mais c est également une lourde responsabilité. Les questions juridiques, fiscales et administratives peuvent rendre

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Le processus de résolution de litiges fiscaux : sept domaines clés

Le processus de résolution de litiges fiscaux : sept domaines clés Le processus de résolution de litiges fiscaux Que vous soyez un administrateur fiscal, un directeur financier, un entrepreneur ou un particulier aux prises avec une question fiscale personnelle, nos conseillers

Plus en détail

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens

L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens BMO Groupe financier PAGE 1 L achat de biens immobiliers américains par des Canadiens La faiblesse des prix de l immobilier au sud de la frontière, a amené bon nombre de Canadiens à envisager l acquisition

Plus en détail

Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance. Les Organisations d encadrement des services d assurance du Canada

Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance. Les Organisations d encadrement des services d assurance du Canada CCRRA Organisations d encadrement des services d assurance du Canada Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre

Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Gestionnaires de fonds de placement : nouvelle échéance de production des déclarations de TVQ le 20 novembre Le 28 octobre 2015 Si vous êtes un gestionnaire de fonds de placement qui n est pas inscrit

Plus en détail

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale 1 2 Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2014/3 Distr. générale 18 février 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Thinking Capital. Foire aux questions. Faire une demande

Thinking Capital. Foire aux questions. Faire une demande Faire une demande Q. Comment savoir si je suis admissible au financement? R. Nous fi nançons les petites et moyennes entreprises respectant les critères suivants : Elles sont établies au Canada. Elles

Plus en détail

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada

CHAPITRE 9. Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada CHAPITRE 9 Les paiements de l assurance-emploi versés en trop Ressources humaines et Développement des compétences Canada Rapport d audit de performance Le présent rapport fait état des résultats d un

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LA MALVEILLANCE - «FOOD DEFENSE»

RECOMMANDATIONS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LA MALVEILLANCE - «FOOD DEFENSE» RECOMMANDATIONS RELATIVES A LA LUTTE CONTRE LA MALVEILLANCE - «FOOD DEFENSE» AOÛT 2015 5 PAGES PREAMBULE Les présentes recommandations visent à accompagner les entreprises dans la lutte contre la malveillance

Plus en détail

La sélection d un expert-conseil

La sélection d un expert-conseil Annexe 4 La sélection d un expert-conseil Lignes directrices relatives à la sélection d un expert-conseil Bien choisir un expert-conseil n est pas une tâche facile, mais il peut être bénéfique de prendre

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé Santé et Mieux-être Pourquoi investir dans le mieux-être? Un employé canadien sur deux souffre d au

Plus en détail

Programme de gestion des médicaments de spécialité

Programme de gestion des médicaments de spécialité Programme de gestion des médicaments de spécialité SYNONYME D ÉCONOMIES ET DE SANTÉ Votre régime d assurance soins médicaux vise à vous procurer une protection financière, à vous et aux membres de votre

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Suivi des modifications

Suivi des modifications Suivi des modifications Edition Date Modifications Phase expérimentale 25 avril 2008 1.0 30 mai 2011 1.1 7 avril 2014 Première rédaction pour la phase expérimentale, diffusée sous le n 915 SGDN/DCSSI/SDR

Plus en détail

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) Juin 2015 Résumé Aujourd hui, les spécialistes du marketing numérique et les directeurs de création rentabilisent largement leurs

Plus en détail

PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU

PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU PROJET SUR L HÉRITAGE DES DOCUMENTS DES ACTIVITÉS OPÉRATIONNELLES PLAN GÉNÉRIQUE ET MODÈLE DE RESSOURCES APERÇU TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction... 3 2 Projet sur l'héritage des documents des activités

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus

Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Date : Octobre 2006 Exercice 3.1 - Chapitre 3 : Les principes comptables généralement reconnus Arc-en-ciel inc. 1 Vincent Pagé, président de l entreprise Arc-en-Ciel inc., qui se spécialise dans la fabrication

Plus en détail

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53, 317-7 1 et 325-7 du règlement général

Plus en détail

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide

Anticipez la demande Une optimisation plus rapide Amadeus Hotel Revenue Management System Des solutions pour l hôtellerie Anticipez la demande Une optimisation plus rapide 2 Des solutions pour l hôtellerie Dans la course vers l optimisation des revenus,

Plus en détail

Questions fréquemment posées

Questions fréquemment posées Questions fréquemment posées 1. Si mon auditoire cible est petit ou mon budget limité, ma demande de subvention à la formation médicale indépendante sera-t-elle tout de même prise en compte? 2. Les critères

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1)

3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1) 3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1) 3.6.1 L Organisation doit s efforcer d appliquer les pratiques de gestion les mieux adaptées à sa mission, à son fonctionnement et à sa structure

Plus en détail

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR

LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR PLANIFICATION FISCALE ET SUCCESSORALE LISTE DE CONTRÔLE DU LIQUIDATEUR Liste de contrôle étape par étape des tâches et des responsabilités d un liquidateur Le travail de liquidateur peut être exigeant

Plus en détail

TRITON AP-ENDPOINT STOPPEZ LES MENACES AVANCÉES ET SÉCURISEZ LES DONNÉES SENSIBLES POUR LES UTILISATEURS ITINÉRANTS

TRITON AP-ENDPOINT STOPPEZ LES MENACES AVANCÉES ET SÉCURISEZ LES DONNÉES SENSIBLES POUR LES UTILISATEURS ITINÉRANTS TRITON AP-ENDPOINT STOPPEZ LES MENACES AVANCÉES ET SÉCURISEZ LES DONNÉES SENSIBLES POUR LES UTILISATEURS ITINÉRANTS TRITON AP-ENDPOINT STOPPEZ LES MENACES AVANCÉES ET SÉCURISEZ LES DONNÉES SENSIBLES POUR

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

LES CASIERS JUDICIAIRES D ADULTES

LES CASIERS JUDICIAIRES D ADULTES LA LOI DE LA RUE no.25 25-1 LES CASIERS JUDICIAIRES D ADULTES Qu est-ce qu on retrouve dans les dossiers de la police? Les policiers conservent des dossiers au sujet de leurs interactions avec vous. Les

Plus en détail

EMARSYS SMART INSIGHT APPRENEZ À CONNAÎTRE VOS CLIENTS. MAXIMISEZ VOTRE ENGAGEMENT.

EMARSYS SMART INSIGHT APPRENEZ À CONNAÎTRE VOS CLIENTS. MAXIMISEZ VOTRE ENGAGEMENT. EMARSYS SMART INSIGHT APPRENEZ À CONNAÎTRE VOS CLIENTS. MAXIMISEZ VOTRE ENGAGEMENT. Le maketing guidé par les données Smart Insight est une plateforme de Customer Intelligence conçue pour maximiser le

Plus en détail