L adolescent dans sa famille

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L adolescent dans sa famille"

Transcription

1 L adolescent dans sa famille L évolution de l interaction parents-enfants à l adolescence D une manière générale, l entrée dans l adolescence d un enfant va avoir des incidences sur les relations intrafamiliales. Dans le comportement de l adolescent en effet, on pourra observer deux mouvements: * une distanciation de la famille * la redéfinition de sa position au sein de celle-ci. Cette redéfinition passe par des apprentissages, des épreuves. Les échanges entre l adolescent(e) et ses parents évoluent donc avec l adolescence, mais aussi durant l adolescence. Ces changements seront discutés à la lumière des trois indicateurs suivants: la quantité, le contenu, la conflictualité. Changement en quantité Globalement, le temps passé en famille diminue à l adolescence, que ce soit dans la famille biparentale ou monoparentale. Mais dans les familles biparentales, la diminution porte surtout sur le temps passé avec la mère, alors qu il n y a pas de diminution sensible du temps passé avec le père. Par ailleurs, comme le temps passé avec la mère était jusqu ici nettement supérieur au temps passé avec le père, on assiste donc à l adolescence à une rééquilibration du temps passé avec chacun des parents. Le désir d autonomie de l adolescent(e) est un facteur important de cette diminution, mais l attitude des parents y contribue aussi, car ils valorisent eux aussi l autonomisation. Les enquêtes montrent que les parents valorisent aujourd hui davantage l autonomisation qu ils ne le faisaient dans les années par exemple. De nos jours peut-être encore plus que par le passé, un autre phénomène influence aussi cette diminution du temps passé avec la mère: la reprise d une activité professionnelle de celle-ci; on note alors volontiers certains réaménagements de l horaire de la semaine. Si la mère passe ainsi moins de temps avec les enfants durant la semaine, on observe souvent une compensation par les pères durant la semaine et par les deux parents durant le week-end (Nock & Kingston, 1988). Evolution en contenu La superficialité Durant l adolescence, les échanges parents-enfants deviennent de plus en plus empreints de superficialité; les discussions ne portent plus sur l existence, sur certaines valeurs fondamentales, comme c était parfois le cas au temps de l enfance notamment avec les fameux «pourquois». Par gêne mutuelle, aucun véritable débat ne s installe sur des thèmes tels que par exemple la vie sentimentale, la sexualité, mais plutôt simplement sur les notes, les horaires de sortie ou de rentrée, l ordre, etc... 1

2 Par ailleurs, la diminution du nombre de domaines d intérêts à l adolescence et le déplacement de ces derniers vers des thèmes spécifiques souvent peu connus des parents (le sport, la musique, etc.. ) ne favorisent pas non plus la conversation. Ainsi, au pic de l adolescence, l impression de distance d avec les parents atteint un point culminant (Steinberg, 1981). En ce qui concerne les filles, l accroissement de ce sentiment de distance se fait de manière parallèle avec le père et avec la mère. Pour les garçons, par contre, cette évolution est plus prononcée avec la mère qu avec le père. De nouveaux thèmes De nouveaux thèmes apparaissent avec l adolescence dans les échanges intergénérationnels: les sorties et heures de rentrée, l argent, la vie des parents. Ce dernier thème est lié à un changement des représentations qu ont, à l adolescence, les enfants de leurs parents. En effet, alors que pour l enfant, la mère et le père étaient seulement maman et papa, pour l adolescent ils deviennent aussi des individus dans le monde, c est-à-dire des personnes qui travaillent, qui ont des soucis, une carrière, plus ou moins d amis, mais aussi qui ont des comportements plus ou moins reluisants. En conséquence, les adolescent(e)s se mettent à juger le comportement de leurs parents, à leur faire des reproches, non seulement à propos de leur comportement envers eux, mais également à propos de leur comportement comme individu, de leurs activités professionnelles, de la conduite de leur vie sentimentale. Evolution en conflictualité On dit souvent que les conflits entre enfants et parents tendent à augmenter avec l adolescence, que ce soit en intensité ou en fréquence. Or s il est difficile d avoir une mesure objective de la quantité des conflits, il est vrai que subjectivement, les adolescents ont l impression de vivre davantage de conflits avec leurs parents qu avant, même si les parents n ont pas toujours cette même impression (Smetana, 1989). La présence de tels conflits ne semble cependant pas peser nécessairement sur la relation parents-enfants ; environ 3/4 des familles disent avoir des relations chaleureuses et agréables durant l adolescence. (Palmonari, 1987) Conflits On constate que des désaccords entre parents et enfants existent depuis que l enfant est très jeune. Cependant, le fait que l adolescent répond maintenant à ses parents alors qu avant il évitait la confrontation, augmente l impression de conflit. Fréquence et intensité Dans l ensemble, les conflits sont deux fois plus nombreux avec la mère (35%) qu avec le père (14%), ceci même dans les familles où les deux parents sont présents. Le restant (51%) sont des conflits considérés comme concernant les deux parents. 2

3 En ce qui concerne l intensité des conflits, on constate qu elle évolue durant l adolescence, les conflits devenant de plus en plus orageux. Pour les filles, l intensité des conflits évolue en fonction de l âge, cette évolution étant sans rapport avec le retard ou l avance dans le développement. Pour les garçons, les conflits sont d autant plus forts que l adolescence est précoce. Mais, paradoxalement, lorsqu on les interroge, les mères estiment être davantage en désaccord avec leurs garçons lorsque ceux-ci sont retardés dans leur développement que lorsqu ils sont précoces. Objet des conflits Les conflits portent rarement sur des choses importantes, comme les valeurs, la religion, la politique, mais presque toujours à propos de circonstances de la vie de tous les jours. Durant l adolescence, on observe de légers déplacements des sujets de conflits (Smetana, 1989). Certains thèmes restent constants (vie à la maison, ménage, etc... ) alors que d autres diminuent (apparence, politesse). Certains culminent puis diminuent : les conflits sur l école et les devoirs connaissent un pic au début de la scolarité secondaire. D autres augmentent tout au long de l adolescence: les conflits sur l argent. Certains thèmes se spécialisent avec un parent plutôt qu avec l autre; par exemple, l organisation de l horaire reste un problème avec la mère mais diminue avec le père. A l inverse, les reproches sur le comportement diminuent avec la mère mais restent un objet de conflit avec le père. Argumentation/Oppositions Du point de vue argumentatif, on constate que la nature des arguments employés par les deux parties est différente: en effet, l adolescent avance plutôt des arguments personnels (désirs, autonomisation, préférences, besoins personnels etc...), alors que ceux des parents sont généralement des arguments conventionnels (droits, norme, règles, etc...) ou pragmatiques (raisons pratiques). Chose intéressante, les adolescents se disent davantage prêts à accepter les arguments des parents que l inverse. Explications théoriques des conflits intergénérationnels Dans de nombreux cas, les conflits ne sont pas seulement l issue involontaire de la relation parents-enfants, ils sont souvent recherchés par les adolescents, pour diverses raisons. On trouve plusieurs explications de la cause de ces conflits. Les interprétations psychanalytiques Blos Le psychanalyste Peter Blos (BIO) voit dans cette opposition à l adulte la manifestation et la conséquence du besoin de détachement d avec les parents, corollaire du mouvement de recherche de partenaires sexuels. 3

4 Freud L adolescent dans sa famille Pour Freud (BIO), le complexe d Oedipe (EXT) possède deux faces: il représente d une part la volonté de prendre la place du parent de même sexe et d autre part la volonté de séduire le coeur du parent de sexe opposé. Ce complexe présente une phase aiguë entre 5 et 7 ans environ puis est en quelque sorte étouffé vers 7 ans avec l endormissement de la sexualité et l entrée dans ce que Freud a appelé la période de latence. Il se résorbe plutôt qu il ne se résoud. A l adolescence, avec le réveil des pulsions sexuelles, ce complexe resurgit, mais surtout sur le plan de la volonté d opposition au parent de même sexe. Ainsi, un réveil de la pulsion sexuelle se manifeste et se déplace sur un autre objet, plus conforme socialement, et mieux accepté. L objectif est le suivant: prendre la place et l importance que le père occupe dans la famille et dans la société, qu il s agisse du père réel ou des «pères sociaux», soit la génération de ses parents. Ceci fonctionne également pour la jeune fille, qui, elle, cherchera à s opposer à la mère (VID). Mais, pour que le complexe d Oedipe joue, il importe que le père soit vécu comme fort, que sa position soit ressentie comme enviable, que le jeune ait envie de s identifier à lui, qu il rêve de pouvoir l imiter, en acquérir la place, la puissance dans la famille et dans la société. Cette vision date peut-être un peu; pour nombre d adolescents, le père n est plus cet être tout- puissant; ils le voient plus souvent privé de la capacité de décider, se faire imposer des choses qu il ne souhaiterait pas faire, être dépassé par les événements, plongé dans les difficultés, etc. Mendel On trouve alors, au sein de la tradition psychanalytique, une autre explication, capable de s appliquer à ce dernier cas, c est l explication de Mendel (1969), socio-psychanalyste influencé par Freud, mais aussi par Marx et Marcuse. Mendel fait le constat suivant: de nos jours, le père ne peut plus si facilement être pris comme le modèle auquel l adolescent peut s identifier, car son pouvoir apparaît bien diminué: son espace de décision est faible et il apparaît souvent écrasé par ses obligations, son patron, les institutions, la société technologique, etc. L adolescent ne désire alors plus prendre sa place, mais plutôt refuse d avoir à s identifier à lui, d où un rejet, un refus de l héritage socio-culturel et des valeurs que le père représente. Cette attitude peut déboucher sur le refus de mûrir, ou l opposition au père. Mais le problème de cette explication réside dans le fait que les conflits ont autant lieu (si ce n est plus) avec la mère qu avec le père, quel que soit le sexe de l adolescent. Pour Mendel, le conflit avec la mère existe, parce que dans notre inconscient, depuis la plus tendre enfance, la mère a toujours été la personne qui crée, qui engendre le bon (la nourriture, le calme) et le mauvais (les frustrations). Sur cette image de la mère comme créatrice de tout, l adolescent va naturellement constituer l idée que les choses qui écrasent le père ont été engendrées par celle dont tout naît: la mère, ou plutôt la femme en général, personnalisée dans la famille par la mère. 4

5 L interprétation mendélienne va donc au-delà de la famille proprement dite, même si elle prend les membres de celle-ci comme cible. La crise des générations représente alors en quelque sorte pour Mendel un phénomène réactionnel à l emprise progressive de la société sur l homme. Les explications socio-psychologiques Schachter (1951) Selon Schachter (1951), entrer en conflit permet de recevoir de l attention et de se faire reconnaître comme individu à part entière. Le conflit revêt ainsi une importance certaine: les expériences de groupes de discussion montrent en effet que le personnage qui adopte une attitude ou un jugement déviants par rapport à l avis qui prévaut dans le groupe se voit certes rejeté par le groupe, mais il reçoit beaucoup plus d attention (mesurée par exemple par le nombre des échanges verbaux qui lui sont directement adressés) qu un personnage qui se conforme aux avis émis par le groupe. La recherche d attention peut aussi prendre des formes détournées, non verbales. On note par exemple assez fréquemment qu à l adolescence, les jeunes utilisent des objets que valorisent les parents pour entrer en conflit avec eux (par exemple, vase chinois, souvenir de...etc), ou les matières scolaires; délibérément «plonger» dans celles-ci pour faire réagir les parents constitue une manière relativement fréquente d attirer l attention à l adolescence. Ausubel L explication d Ausubel (1954, 1970) met la responsabilité autant sur les parents que sur l adolescent. Pour lui, le conflit provient du choc entre la recherche d indépendance, de self-governance de la part de l adolescent, et du refus de l accorder de l autre, ce refus étant lié aux habitudes éducatives prises par les parents lorsque leur enfant était jeune. Aux yeux d Ausubel existent fondamentalement trois habitudes éducatives différentes, trois formes de rapports entre parents et enfants: le rejet, la surévaluation et la satellisation de l enfant. Chacune de ces trois formes va se résoudre à l adolescence par des conflits spécifiques. Le rejet de l enfant par les parents Ce rejet est soit réel, soit ressenti comme tel par l enfant. Avec l âge, l impression de rejet devient de plus en plus forte, du fait notamment que les signes affectifs directs diminuent, et que, comme chacun le sait, l adolescent se présente toujours sous des aspects moins aimables que le jeune enfant. Face à ce rejet, l adolescent réagit de plus en plus fort, ce qui donne lieu à une boucle inflationniste et des conflits de plus en plus violents. La surévaluation de l enfant Cette habitude éducative apparaît notamment lorsque les parents n acceptent pas l enfant tel qu il est, mais le prennent pour ce qu ils n ont pas réussi eux-mêmes à être, pour ce qu ils voudraient qu il soit. Cela correspond en fait à un rejet de l enfant tel qu il est. La surévaluation débouche aussi sur la révolte de l enfant puis de l adolescent contre les parents, l adolescence se marquant précisément par la crise d identité (Erikson,1972), la révolte de ne pas être accepté tel qu on est. 5

6 La satellisation Dans cette situation qui ne se crée que si elle est acceptée par les deux partenaires, les parents acceptent de jouer le rôle de «soleil» et les enfants celui de «satellite». C est la situation appropriée pour l enfance, et celle qui à ce stade conduit à un nombre réduit de difficultés. A l adolescence, la situation dégénère parce que le désir du jeune d acquérir son indépendance va priver les parents de leurs satellites, c est-à-dire finalement de ce qui faisait leur image de parent. Ceux-ci, ayant pris l habitude et appréciant avoir un satellite, ne sont pas prêts à s en passer. La désatellisation implique un changement de statut non seulement du jeune (du statut de satellite de ses parents à celui de planète pour elle-même) mais aussi des parents. Le mode de résolution de cette situation passe souvent par la resatellisation, c est-à-dire la recherche d un statut, et d un nouveau «soleil» ( ami, mentor, modèle, groupe, etc...). Mais cette opération inverse de resatellisation est encore plus difficile que la désatellisation. Lewin Chez Lewin (1947), le conflit est l occasion d un renouveau de la communication, une nécessité fonctionnelle permettant le changement. Pour ne pas faire éclater le groupe dans lequel il apparaît, le conflit pousse à la négociation puis au changement. Les recherches montrent que le changement le plus important a lieu suite à un conflit plutôt que dans une situation où le pouvoir essaie d imposer quelque chose. Les explications cognitives Les explications cognitives ne doivent pas être négligées; de nombreux conflits entre adolescents et parents ont, en effet, davantage lieu pour des questions de forme que de fond. Augmentation de la capacité et de la volonté argumentatives A l adolescence, la capacité de raisonnement devient plus solide et l adolescent devient capable de raisonner sur du possible et même de l impossible. (voir développement cognitif au stade des opérations formelles (Piaget, BIO) Sa confiance dans la toute-puissance de sa logique est alors souvent exacerbée. Il entre en conflit pour tester sa propre capacité à argumenter, se mesurer sur le plan de la rhétorique. Il cherche l argument, la discussion philosophique. Il se fera peut-être même l avocat du diable. Par la même occasion, il cherche aussi à tester la solidité argumentative des autres et de ses parents en particulier. Le besoin d explications Muni de sa nouvelle logique, l adolescent ne se contente plus d ordres, de justifications branlantes; il se met à demander des explications plus solides, plus cohérentes et plus claires sur lesquelles il pourra exercer sa sagacité et son raisonnement nouveau. Il poussera les parents dans leurs retranchements pour tester leur «solidité intellectuelle», la logique de leur discours. 6

7 L impact des situations familiales post-modernes sur le développement de l enfant et l adolescent Les conséquences du travail de la mère La première conséquence du travail de la mère sur l enfant et l adolescent est une diminution du temps qu elle peut leur consacrer. On ne dispose par contre que de peu de données sur le temps que passe le père en compagnie de ses enfants adolescents, excepté qu on peut observer deux mouvements: les pères qui sont plus impliqués et ceux qui se désengagent totalement (Furstenberg, 1990). Il manque également des données sur la manière dont la nouvelle division du travail affecte l exercice des responsabilités parentales. Quant aux résultats concernant les effets du travail de la mère sur le développement des adolescents, ils sont globalement plutôt positifs. On peut en effet observer dans ce cas: * une augmentation du degré de maturité des adolescents * une meilleure image de la femme Gelles (1987) observe même que lorsque la mère travaille à l extérieur, on constate moins de violence parentale de la part de la mère, dans le cas où le travail à l extérieur s accompagne d une diminution de l importance et du stress lié au travail ménager. Il y a généralement aussi diminution de la violence de la part du père parce que le fait que sa femme contribue également à l entretien de la famille diminuera à ses yeux son image de père tout-puissant, image dont on sait qu elle est un facteur important des réactions de violence du père à l égard de sa famille. Ainsi, la question n est pas tant si la mère travaille ou non, mais dans quelles conditions celle-ci travaille: volontairement ou parce qu elle y est forcée, sous stress, etc... D autres variables entrent également en jeu: sexe, âge, classe sociale, personnalité de l enfant et surtout qualité de la structure de compensation (Belsky, 1990). Les effets du divorce sur l adolescent Le divorce ne reste pas sans effet sur les enfants. Certaines expériences ou réactions consécutives au divorce se retrouvent chez les enfants de tous âges, alors que certaines sont spécifiques aux adolescents. Dans le cas où le divorce survient alors qu un enfant se trouve en période d adolescence, celui-ci doit faire face à la fois à la transition naturelle de l adolescence et à la transition de la situation familiale (Hetherington & Anderson, 1987). La plupart des adolescents passent par une période de perturbation qui suit le divorce mais s en remettent, alors que d autres souffrent d un retard de développement (EXT). Lorsque le divorce se passe avant l adolescence, il peut arriver que les effets du divorce ne se manifestent que plus tard, au moment de l adolescence (Hetherington, 1989). Selon Hetherington (1991), dans la période qui suit immédiatement le divorce, les enfants de tous âges, y compris les adolescents, sont affectés par : 7

8 * l absence du parent ayant quitté le domicile (le père généralement) * le stress lié aux conflits entre les parents * la désorganisation familiale * l appréhension due à l adaptation nécessaire aux nouvelles relations avec les parents Consécutivement à cela, peuvent apparaître : * une perturbation du comportement : notamment de fréquentes manifesta tions d agressivité * un bouleversement émotionnel * un sentiment de colère, de ressentiment * de l anxiété * de la dépression * de la culpabilité L impact des relations familiales complexes On connaît peu l impact de ces relations sur le fonctionnement de la famille, mais on sait que les principales difficultés se situent au niveau de la gestion des rivalités, de l établissement de relations de confiance, ainsi que de la maîtrise de l attraction sexuelle (EXT). Une étude a montré que les adolescents ne sont qu occasionnellement intégrés dans les réseaux familiaux ou sociaux des belles-familles (Furstenberg, 1990). Mais aucune étude n éclaire les effets de ces liens au cours de l adolescence ou plus tard (EXT). A plus long terme, il semble qu on puisse observer certains effets du divorce et de la reconstitution de familles sur les comportements face au mariage et à la grossesse. La violence à l égard des enfants Définition Une constante apparaît dans les différentes manières de circonscrire la notion de violence, et plus précisément la violence envers les enfants et les adolescents: la nécessité de tenir compte de toutes ses formes, y compris la violence psychique. Voici quelques exemples de définition: «Doivent être considérés comme de la violence tous les actes ou omissions qui mettent en danger la vie d un individu, son intégrité physique ou psychique, sa liberté ou son développement personnel.» (Recommandation du Conseil des ministres des Etats membres du Conseil de l Europe, 1985 ) (EXT). «Le concept de maltraitance envers les enfants évoque encore, la plupart du temps, à la conscience du public et des professionnels, l image d enfants gravement blessés physiquement. Cette représentation erronée des phénomènes de maltraitance ne tient pas compte de leur complexité. 8

9 La maltraitance se définit par rapport à ses effets destructeurs sur la santé et inhibiteurs des potentialités de développement physique, psychique et social des mineurs. Elle s exerce par les soins inadéquats, les carences d apports, les agressions envers enfants qui portent atteinte à leur santé et entravent leur développement somatique, psychique et social.» Enfance maltraitée en Suisse, rapport présenté par le Groupe de travail Enfance maltraitée, Berne, juin 1992 Selon Jean-Pierre Pourtois (1995), la maltraitance pose la question du sens et de l orientation de l éducation qui s opère dans et par la famille ; la maltraitance s avère être en effet révélatrice d un processus éducatif particulier, alors que le plus souvent elle est réduite à ses dimensions observables de violence physique incontrôlée vis-à-vis de l enfant. Dans la définition de la violence, il importe de tenir compte également des sévices psychiques afin que l enfant soit considéré dans sa «totalité d être» : «(...) une définition opérationnelle de la maltraitance doit nécessairement intégrer les trois dimensions majeures que sont les sévices physiques, les sévices psychiques et la maltraitance.» Pourtois propose ainsi d élargir l acception du terme de maltraitance à «toute forme de comportement parental mettant en péril un besoin fondamental de l enfant». (p.18) Ampleur du phénomène Si l on essaie de mesurer l ampleur du problème de la maltraitance, on se heurte au fait que dans la réalité, le concept de mauvais traitement est pris dans son sens le plus étroit: seuls les cas les plus graves aboutissent en justice. Les statistiques ne montrent ainsi que la pointe de l iceberg. On considère que seulement 5 % des cas de violence à l encontre des enfants et adolescents sont reconnus et jugés comme tels (Perrez & Moggi, 1993). De plus, seul un sur cinq cas annoncés aboutit en jugement, ce qui mène alors au chiffre de à cas d abus par an en Suisse. Ce chiffre a été avancé en 1986 par l agence de presse des enfants «kinag» (Kindernachrichtenagentur). On appelle processus de «filtrage» (EXT) ces sélections qui interviennent entre l annonce, la plainte et le jugement. Des statistiques issues d autres sources viennent corroborer ces estimations. En effet, l ampleur du phénomène s observe également dans les données recueillies auprès d institutions médicales et sociales. De nombreux cas sont découverts dans ces services, sans qu ils n apparaissent pour autant dans les statistiques criminelles. Par exemple, au Service universitaire de psychiatrie de l enfant et de l adolescent à Lausanne, il s est avéré que 190 patients sur 369 reçus en 1989 avaient subi des mauvais traitements infantiles, ce qui représente 51 % des cas. A la clinique médicale et chirurgicale de l Hôpital de l Ile à Berne, 63 % des 355 enfants traités entre 1974 et 1989 avaient subi des mauvais traitements, et 37% en étaient fortement menacés. D autre part, le groupe interdisciplinaire de ce même service a mis en évidence une forte augmentation des cas de maltraitance suite au travail d information du public ainsi que des efforts de supervision et de formation continue (Perrez & Moggi, 1993, p. 116). En ce qui concerne la violence sexuelle, une enquête réalisée par l Institut de médecine sociale et préventive de l Université de Lausanne (Michaud, 1994) pour le compte de l Office de la Santé Publique auprès de adolescents en Suisse, a émis les données suivantes: 9

10 la violence sexuelle touche actuellement en Suisse 18% des filles et 4% des garçons 82 % des mauvais traitements ont lieu à l intérieur de la famille au sens large. Mauvais traitements et âge La maltraitance ne concerne pas que les petits enfants. Selon une étude prospective en Suisse ( ), 23,6 % des cas annoncés entre le et le , (soit une période d un an) concernaient des jeunes âgés de 12 à 16 ans. Bien sûr, ces chiffres présentent certainement une distorsion différente selon les catégories d âge puisque la violence est plus difficile à débusquer avant l école que chez les enfants d âge scolaire. Les traces de violence peuvent en effet apparaître lors de la visite chez le médecin scolaire, à la piscine...etc. L entrée à l école représente par ailleurs une occasion pour l enfant de découvrir un autre mode de fonctionnement social, d autres valeurs, et en cela offre un point de comparaison avec ce qu il vit à la maison. Il aura également la possibilité de nouer une relation privilégiée, une relation de confiance avec une personne extérieure à la famille, son enseignant(e), à qui il pourra éventuellement se confier. Fréquence selon le sexe de l enfant Globalement, les victimes de mauvais traitements sont plus souvent des filles. Mais cette différence est principalement due aux violences à caractère sexuel qui touchent de manière nettement différente les filles que les garçons. Quant aux mauvais traitements non sexuels (physiques et/ou psychiques), ils atteignent plutôt les garçons. filles garçons violence en général 55,5 % 44,5 % violence sexuelle 78,2 % 21,8 % violence physique/psychique 45,8 % 54,2 % Typologie des mauvais traitements Le rapport Enfance maltraitée en Suisse (1992) distingue, à des fins didactiques, différents types de mauvais traitements: * les négligences * les mauvais traitements psychologiques (chantages, punitions, menaces, enfermement, etc...) * la maltraitance physique (coups à main nues ou avec objet, sévices, brûlures, etc...) * l abus sexuel Dans la réalité, ces diverses formes de maltraitance apparaissent souvent conjointement. En effet, dans les milieux dans lesquels la violence domine, celle-ci se manifeste généralement sous diverses formes. Il reste cependant que la violence sexuelle correspond à une problématique différente de celle des négligences et de la violence physique et psychique, notamment en regard de sa complexité et de l extrême gravité de ses conséquences. 10

11 La description de ces types de violence est tirée du rapport précité. Les négligences Cette forme de maltraitance touche des jeunes de tous les âges et débute généralement très tôt dans l enfance. Elle se manifeste sous la forme de carences, que ce soit au niveau alimentaire, relationnel ou par une hygiène défectueuse. Il s agit de la forme de mauvais traitements la plus répandue. Elle est souvent la résultante des conditions de vie des parents qui, débordés par leurs propres problèmes, sont incapables d engager une relation harmonieuse avec leur(s) enfant(s). Ces derniers sont perçus alors comme une charge. Un diagnostic précoce ainsi qu un traitement approprié sont rarement faits à temps; les négligences conduisent alors souvent à des arriérations mentales à divers degrés, des difficultés d apprentissage scolaire, des perturbations de l attention ou de la concentration, ainsi que des troubles du langage. Une prévention efficace nécessite la détection précoce des contextes à risque et un suivi dès le plus jeune âge de ces enfants. Les mauvais traitements psychologiques Ce type de mauvais traitements peut se manifester autant dans des contextes institutionnels, nourriciers et scolaires que familiaux. Ils apparaissent sous différentes formes: * lorsqu un enfant ou un adolescent est pris comme bouc émissaire par un adulte qui l a pris en grippe, le menace, le critique, l isole ou le punit de manière inadéquate (Garbarino, Guttmann & Seeley, 1986). Ces agressions ont des effets destructeurs sur l estime de soi des jeunes qui en sont victimes. * des systèmes éducatifs trop rigides: le jeune n a pas droit à son individualité, ses sentiments, ses idées ou ses projets. Les effets peuvent consister en de sévères troubles d individuation dont les symptômes éclatent souvent à l adolescence: troubles du comportement, déficits du rendement scolaire, tentatives de suicides, psychoses, troubles psychosomatiques (dont anorexie et obésité), toxicomanies. * une inversion des rôles: il arrive que des parents immatures cherchent soutien et réconfort auprès de leur(s) enfant(s). De telles situations, qui souvent apparaissent sur fond d alcoolisme ou de dépression, s avèrent ingérables pour les enfants. * un autre cas de maltraitance est celui où un jeune est pris dans les turbulences du déchirement entre ses parents et où chacun des deux essaie de l attirer dans son camp. L enfant assiste parfois à des scène de violence, cela occupe constamment sa pensée et ses sentiments, le laissant dans l angoisse qu il arrive un accident. La maltraitance physique Il arrive que des adultes ne se maîtrisent plus et se déchargent sur leurs enfants de tensions accumulées. Sur le moment, ils ne voient plus en ces derniers des êtres humains, et sont affolés de constater le résultat de leurs actes lorsqu ils reviennent à eux. Les effets des mauvais traitements physiques sont de gravités diverses, allant parfois jusqu à la mort: troubles neurologiques, sensoriels, arriérations mentales, lésions plus ou moins réversibles de différents organes. Les mauvais traitements sont souvent accompagnés d effets psychiques. 11

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT

SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT SYNDROME D EPUISEMENT PROFESSIONNEL : BURNOUT INTRODUCTION Le burnout est un trouble de l adaptation lié au travail, il touche les professionnels qui exercent en relation d aide. Initialement ce terme

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre Délinquance sexuelle Définitions : psychiatrique, légale, taxinomique Histoire psychique Voies thérapeutiques La récidive et sa prévention Attentat à la liberté et à l honneur sexuel. Contrainte sexuelle

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 4 Droit pénal et droit de la famille FR 004 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Droit pénal et droit de la

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 La maltraitance, qu est-ce que c est pour vous? Formation Maltraitance. 19/10/13. Intervenante : Claire Singer, Psychologue & Ph.D La maltraitance, qu est-ce

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

ADAPEI DU VAR. Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction. Dispositions légales de protection

ADAPEI DU VAR. Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction. Dispositions légales de protection ADAPEI DU VAR Définition PREVENTION ET TRAITEMENT DE LA MALTRAITANCE EN ETABLISSEMENT ****** Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction Dispositions

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Le harcèlement moral au travail : un délit en mal de définition

Le harcèlement moral au travail : un délit en mal de définition Le harcèlement moral au travail : un délit en mal de définition Mise sur le devant de la scène avec la publication en 1998 de l ouvrage de Marie-France HIRIGOYEN, «Le Harcèlement moral, la violence au

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT Martine PACAULT-COCHET Responsable Action Sociale Assistante Sociale Spécialisée Groupe Pasteur Mutualité www.gpm.fr Un engagement fort en faveur du bien-être des soignants

Plus en détail

Votre lien direct à la santé et au mieux-être. Vous ou un membre de la famille. Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté

Votre lien direct à la santé et au mieux-être. Vous ou un membre de la famille. Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté Votre lien direct à la santé et au mieux-être Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Vous ou un membre de la famille êtes aux prises avec un problème

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

CAPSULE DE VULGARISATION

CAPSULE DE VULGARISATION CAPSULE DE VULGARISATION Les déterminants de la persévérance scolaire retenus par R 2 Rédaction : Frédérick Tremblay, CRÉPAS Supervision : Mireille Jetté, R 2 DÉTERMINANTS DE LA PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE Il

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

Samedi 25 Avril : journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental

Samedi 25 Avril : journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental Journée mondiale de la sauvegarde du lien parental 25 avril 2015 POUR INFO Samedi 25 Avril : journée mondiale pour la sauvegarde du lien parental http://blog.easy2family.com/journee-mondiale-pour-la-sauvegarde-du-lien-parental/

Plus en détail

Quelle place, quels devoirs, quelles obligations?

Quelle place, quels devoirs, quelles obligations? Quelle place, quels devoirs, quelles obligations? Dr Michaël Robin (CH. Charcot, Plaisir) Pourquoi moi? «Soyez attentifs, vous êtes souvent les premiers, voire les seuls médecins que les victimes de violence

Plus en détail

Harcèlement psychologique

Harcèlement psychologique Harcèlement psychologique Bienvenue dans la section sur le harcèlement psychologique. Vous trouverez dans cette section toute l information requise pour répondre à vos questions. Du nouveau! Du nouveau!

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Enfant dans une famille alcoolique

Enfant dans une famille alcoolique Enfant dans une famille alcoolique L alcoolisme est une maladie qui touche toute la famille. Plus les liens avec le malade sont étroits, plus la souffrance est grande. Addiction Suisse, Lausanne 2011 En

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

Etude sur la santé mentale des étudiants

Etude sur la santé mentale des étudiants Observatoire Expertise et Prévention pour la Santé des Etudiants Etude sur la santé mentale des étudiants Premiers résultats Novembre 2007 Objectifs et méthode A la demande de La Mutuelle des Etudiants,

Plus en détail

L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS

L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS RÉSUMÉ Ce rapport donne une vue d'ensemble de la violence

Plus en détail

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel

Pourquoi. mon. enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Pourquoi mon enfant? Guide à l intention des parents dont l enfant a été victime d un acte criminel Ce guide a été produit par le CAVAC de Laval avec la collaboration de la commission scolaire de Laval,

Plus en détail

Document de référence. L épuisement professionnel

Document de référence. L épuisement professionnel Document de référence L épuisement professionnel Table des matières L épuisement professionnel : stratégies gagnantes pour gestionnaires 2 Introduction 2 Définition 2 Les causes et facteurs menant à l

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Guide à l intention des personnes déléguées Complément d information

Guide à l intention des personnes déléguées Complément d information Guide à l intention des personnes déléguées Complément d information Page 6 : Réclamation à la CSST L objet de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP) est la réparation

Plus en détail

PREMIER DEGRE. Marie BOISSAVI-MERCKX

PREMIER DEGRE. Marie BOISSAVI-MERCKX Cité administrative Jean Montalat BP 314 19011 TULLE Cedex PREMIER DEGRE GUIDE DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Marie BOISSAVI-MERCKX Responsable départementale Conseillère technique de service social 05.87.01.20.31

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE Cet article a été initialement publié dans l édition du printemps/été 2013 du bulletin de nouvelles d ACE Disponible à www.acelaw.ca Les différends

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses

Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Les effets secondaires négatifs des punitions et des récompenses Ce document est une adaptation synthétique de l article publié en 1983 sous le titre «the negative side effects of reward» dans le journal

Plus en détail

III-LA MALADİE AUTO-İMMUNE OU UN CONFLİT DE SOİ A SOİ...

III-LA MALADİE AUTO-İMMUNE OU UN CONFLİT DE SOİ A SOİ... III-LA MALADİE AUTO-İMMUNE OU UN CONFLİT DE SOİ A SOİ... Elle exprime de manière patente cette forme de correspondance repérable entre ce qui se passe au creux des cellules et au cœur de la psyché Le conflit

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance

Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance Introduction Qu est-ce que l AGY? C est une Association de Loi 1901 qui développe la promotion de la gérontologie en Yvelines. Plusieurs activités dont un

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir

fiche pratique Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 #12 des repères pour agir h fiche pratique des repères pour agir #12 Prendre en compte les signes indicateurs de stress au travail pour se préparer à agir Octobre 2010 Le travail évolue, les risques professionnels aussi. Depuis

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

13/18 QUESTIONS DE JUSTICE

13/18 QUESTIONS DE JUSTICE 13/18 QUESTIONS DE JUSTICE «13/18 Questions de justice» est une exposition présentée au Collège La Fayette pour les élèves de 4è. Elle a pour objectif de permettre aux élèves de comprendre le fonctionnement

Plus en détail

Pour une gestion des comportements difficiles à l école

Pour une gestion des comportements difficiles à l école Pour une gestion des comportements difficiles à l école INTRODUCTION Lorsqu on pense à un élève qui a des difficultés de comportement, on le définit comme celui qui ne suit pas les consignes, ne respecte

Plus en détail

Sommaire. Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É.

Sommaire. Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É. Sommaire Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É. L équipe de recherche sur la violence faite aux femmes et le système juridique à l ïle-duprince-édouard

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Travail et santé: est-ce compatible?

Travail et santé: est-ce compatible? Travail et santé: est-ce compatible? HR Neuchâtel Jeudi 20 janvier 2011, Salle du Lobby, Complexe de la Maladière, Neuchâtel Dr méd. Sophie-Maria Praz-Christinaz, médecin du travail FMH, médecin associé,

Plus en détail

Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité

Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité Procédure de prévention et d intervention Gestion des crises de colère et d agressivité Un service de garde de qualité est un service qui est capable de reconnaître les besoins des enfants et d y répondre.

Plus en détail

_Règlement Caritas Protection des enfants

_Règlement Caritas Protection des enfants _Règlement Caritas Protection des enfants 2 Convaincus que les enfants ont le droit d être protégés et stimulés dans leur développement, respectés comme des acteurs indépendants et associés aux décisions,

Plus en détail

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE Les maux de tête peuvent être divisés en maux de tête primaires et secondaires. Les maux de tête primaires (90%) sont plus répandus que les maux de tête secondaires (10%)

Plus en détail

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite

de domaine-du-roy PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Élèves sur le chemin de la réussite Élèves sur le chemin de la réussite PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE : Mieux comprendre notre réalité pour mieux agir auprès de nos jeunes Portrait du territoire de domaine-du-roy SOYONS COMPLICES DE LA RÉUSSITE

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES

FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES LES CERTIFICATS MEDICAUX ETABLIS PAR LES SAGES-FEMMES EN VUE DE CONSTATER DES LESIONS ET SIGNES QUI TEMOIGNENT DE VIOLENCES Article R.4127-316

Plus en détail

Quand le corps devient objet de l autre

Quand le corps devient objet de l autre Quand le corps devient objet de l autre (Hypersexualisation, pornographie, prostitution à l heure des technologies de l information et de la communication) Robert Courtois Clinique Psychiatrique Universitaire

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par

Divorce et séparation en situation conflictuelle. offert par Divorce et séparation en situation conflictuelle offert par IMPORTANT Tous les renseignements juridiques contenus dans cette présentation sont offerts à titre d information générale. Ils ne peuvent en

Plus en détail

Le droit criminel et le droit de la famille

Le droit criminel et le droit de la famille FR 00 4 4 Le droit criminel et le droit de la famille Le droit de la famille et les femmes en Ontario Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes

Plus en détail

recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique

recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique recommandations 1 préambule L autisme est un trouble neuro-développemental

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE Page 1 of 9 CPM 03000 CIM-9 300.02 CIM-10 41.1 DÉFINITION Le Trouble d anxiété généralisée est caractérisé par une anxiété et des soucis

Plus en détail

Aide aux victimes en cas d infraction commise

Aide aux victimes en cas d infraction commise Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit public Unité Projets et méthode législatifs 1 er janvier 2015 Aide aux victimes en cas d infraction

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s Mariages forcés Information pour les professionnel-le-s De quoi parle-t-on? Mariage forcé de type A une personne subit des pressions pour accepter un mariage dont elle ne veut pas. Mariage forcé de type

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et enfants

Droits et devoirs des parents et enfants Droits et devoirs des parents et enfants L autorité parentale L autorité parentale désigne l ensemble de droits et des obligations qui pèsent sur les parents. Autrement dit, on peut dire qu ils ont des

Plus en détail

Table des matières. Dédicace 5. Préface 7. Avant-propos 9. Remerciements 13

Table des matières. Dédicace 5. Préface 7. Avant-propos 9. Remerciements 13 Table des matières Dédicace 5 Préface 7 Avant-propos 9 Remerciements 13 Introduction Équiper les parents des enfants à risque de problèmes d attachement 15 Chapitre 1 Qu est-ce que l attachement et pourquoi

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT

DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. DOCUMENT DE FOND DECLARATION D OTTAWA SUR LA SANTE DE L ENFANT Les principes généraux figurant dans la Déclaration d Ottawa sont certes nécessaires pour assurer une

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

GUIDE DE GESTION DES INCIDENTS VIOLENTS À L ÉGARD DES ENSEIGNANTS OEUVRANT À LA CSRS

GUIDE DE GESTION DES INCIDENTS VIOLENTS À L ÉGARD DES ENSEIGNANTS OEUVRANT À LA CSRS GUIDE DE GESTION DES INCIDENTS VIOLENTS À L ÉGARD DES ENSEIGNANTS OEUVRANT À LA CSRS En collaboration entre le SEE section Sherbrooke et la CSRS Préparé par Pour le SEE Pour la CSRS Mme Lyne Parenteau

Plus en détail

Titel. Subtitel + auteur

Titel. Subtitel + auteur Titel Subtitel + auteur 1 Les nouvelles obligations en matière de prévention du stress, du burnout, de la violence et du harcèlement au travail 2 Introduction Les risques psychosociaux étaient auparavant

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

GUIDE DU SIGNALEMENT «ENFANCE EN DANGER»

GUIDE DU SIGNALEMENT «ENFANCE EN DANGER» GUIDE DU SIGNALEMENT «ENFANCE EN DANGER» dans le département du Tarn année 2008-2009 PROTECTION DE L ENFANCE : LE RAPPEL A LA LOI D une manière générale, la loi impose à chacun de ne pas se taire et d

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit de la famille Les droits de mariage Les droits et les responsabilités Si vous êtes mariés ou si vous êtes dans une relation de conjoint de fait pour deux ans ou plus,

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents?

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Oui. Sauf si l intérêt de l enfant nécessite l absence de tous contacts avec ses grands-parents.

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Association l Enfant Bleu Enfance Maltraitée

Association l Enfant Bleu Enfance Maltraitée L Enfant bleu, Enfance Maltraitée 18 avenue des Mazades 31200 Toulouse Tél : 05.61.53.21.10 lenfantbleutoulouse@wanadoo.fr www.lenfantbleutoulouse.fr SIRET : 441 506 722 000 2 APE : 853 K N Déclaration

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

COMMENT RECONNAITRE SON STYLE DE MANAGEMENT PREFERENTIEL?

COMMENT RECONNAITRE SON STYLE DE MANAGEMENT PREFERENTIEL? COMMENT RECONNAITRE SON MANAGEMENT PREFERENTIEL? Les différents contextes professionnels et le caractère souvent hétérogène des individualités au sein d une même équipe supposent, pour le dirigeant ou

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Décharge de responsabilité : Le présent document est un guide en langage simple destiné à vous aider à mieux comprendre le Règlement sur les

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail