L'ALTERNATIVE À LA STABILISATION TARTRIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ALTERNATIVE À LA STABILISATION TARTRIQUE"

Transcription

1 L'ALTERNATIVE À LA STABILISATION TARTRIQUE La gomme de cellulose (carboxyméthylcellulose ou CMC) a été autorisée par la communauté européenne en 2009 comme une alternative aux traitements traditionnels par l électrodialyse ou le froid utilisés pour la stabilisation tartrique des vins. Ce dérivé de la cellulose, extrait uniquement du bois pour l œnologie (pour éviter tout risque de contamination des produits par une source OGM pouvant provenir du coton) et de forêts exploitées de manière durable, est utilisé depuis plusieurs dizaines d années dans bon nombre de préparations alimentaires (E468). Il montre l avantage d être totalement neutre au niveau organoleptique et extrêmement efficace pour stabiliser les vins vis-à-vis du bitartrate de potassium. Son action est connue pour être efficace au moins durant 4 ans. ZI de Mardeuil - BP EPERNAY Cedex Tél : +33 (0) Fax : +33 (0)

2 LA PROBLÉMATIQUE DE LA STABILITÉ TARTRIQUE Le besoin de qualité est de plus en plus présent. Si le consommateur pense que des cristaux dans des bouteilles de vieux vins rouges sont un gage de qualité, il n en est pas de même pour les vins blancs... La présence de cristaux incolores est rédhibitoire pour le consommateur. Le problème est d autant plus sérieux dans les méthodes traditionnelles où les cristaux peuvent être source de gerbage. À titre d exemple, en Champagne, plus de 90% des élaborateurs stabilisent leur vin au regard des sels tartriques. L acide tartrique naturel du vin (TH 2 ) est capable de se combiner avec le potassium (K) présent dans le raisin. Le sel correspondant (THK) est soluble dans le jus de raisin, mais beaucoup moins lorsqu il y a de l alcool, après la fermentation. Naturellement, le THK va se déposer. Si l on n agit pas quand le vin est encore en cuve, des cristaux de THK se déposeront dans les bouteilles. TH 2 TH (THK) S THK La stabilisation tartrique s est développée depuis plus de 40 ans maintenant. Elle donne l avantage d être une technique soustractive (on enlève le problème : la sursaturation en sels tartriques), facilement maîtrisable et nécessitant peu de technicité. Par contre tout le monde reconnaît que c est une technique onéreuse et que tout alternative pouvant en diminuer le coût serait souhaitable. Ainsi, différents chercheurs ont montré que la gomme de cellulose s avère être une excellente alternative ; bien supérieure à l acide métatartrique qui s hydrolyse dans le temps. Exemple de cristaux de tartrate de calcium en microscopie électronique à balayage. On peut retrouver ce type de cristaux dans de nombreuses bouteilles de vieux vins blancs ou dans certaines régions particulièrement sensibles à la cristallisation de ce sel. MÉCANISME DE FONCTIONNEMENT DE LA GOMME DE CELLULOSE La gomme de cellulose est un inhibiteur de cristallisation. Son mécanisme d action intime est encore l objet d hypothèses. On suspecte que, dès les 1ers instants de la création des cristaux, la CMC se dépose sur certaines faces et les ions potassium ou bitartrate ne peuvent plus faire grossir le cristal. sans CMC avec CMC

3 QUELQUES EXEMPLES D ÉFFICACITÉ Par un test de miniþcontact, on peut estimer en quelques minutes l efficacité du produit. Le principe est de mesurer la différence de conductivité du vin à tester avant et après ensemencement par le bitartrate de potassium. Ici, c est un vin rosé particulièrement instable (la chute de la courbe Témoin le montre clairement). Ni 50mg/L ni 100mg/L ne permettront de rendre ce vin stable au regard du THK. Dans des cas très particuliers comme celuici, il est parfois recommandé de stabiliser partiellement (au froid ou par électrodialyse) avant de finaliser la stabilisation par la gomme de cellulose. Ici, c est un vin blanc du Languedoc non stabilisé par le froid. Sa température de saturation est de 20 C. Les risques de cristallisation sont donc importants. L ajout de 50mg/L de CMC (courbe rose) permet de fortement atténuer cette instabilité. À 100mg/L, on constate que cette instabilité est encore réduite ; le vin est considéré comme stable. Un test complémentaire au froid (þ4 C durant 1 semaine) permettra de montrer que le risque de cristallisation en bouteille est extrêmement faible. UNE NOUVELLE ALTERNATIVE POUR LA STABILISATION TARTRIQUE DES VINS À travers le monde, il existe différentes méthodes qui permettent de stabiliser les vins visþàþvis du bitartrate de potassium (THK). On peut citer les 4 plus courantes et l intérêt d utiliser la CMC à leur place : MÉTHODES SOUSTRACTIVES La stabilisation par le froid : Elle offre l avantage d être très efficace (même si des soucis existent pour les vins rosés par exemple) mais soufre d être gourmande en énergie. Que ce soit par des techniques continues ou discontinues, on estime son coût entre 10 à 20 fois supérieur à celui de l utilisation de la gomme de cellulose pour une efficacité identique. INOSTAB est une réelle alternative économique à la stabilisation par le froid. L électrodialyse : Cette technique plus récente que les techniques au froid est connue pour son efficacité et sa précision dans le traitement. Cette technologie demande cependant une certaine technicité et son investissement comme son fonctionnement sont onéreux. INOSTAB ne demande aucune technicité particulière.

4 MÉTHODES ADDITIVES Les mannoprotéines : L addition des mannoprotéines dans un vin instable permet de réduire l instabilité tartrique. Mais il est clair que le prix d un tel traitement est au moins de 20 fois supérieur à celui utilisant la gomme de cellulose et les risques d échecs ne sont pas rares. INOSTAB permet une stabilisation tartrique très efficace. L acide métatartrique : Cet additif montre une réelle action mais seulement sur du courtþterme. On sait qu au ph du vin, et à température ambiante, près de 100% de l acide métatartrique est hydrolysé en 1 mois. Les études du CIVC ont montré que la CMC est toujours active pendant au moins 4 ans. INOSTAB est un produit stable dans le temps. EMPLOI DE LA GOMME DE CELLULOSE INOSTAB se présente sous 2 formes : une forme granulée (INOSTAB G) qui permet une dissolution rapide de la CMC et une forme liquide (INOSTAB MES) qui est une préparation à 50g/L d INOSTAB G. MISE EN ŒUVRE DE LA GOMME DE CELLULOSE Lorsque INOSTAB est sous forme de poudre, il convient de la dissoudre dans l eau chaude (environ 50 C) avec un brassage énergique et en incorporant soigneusement la poudre sous agitation. Il est toujours préférable de préparer la CMC la veille de son utilisation pour bien dissoudre d éventuels grumeaux résiduels et laisser remonter les bulles. Le jour de l utilisation et pour éviter toute hétérogénéité dans le traitement le volume de gomme de cellulose à utiliser est d abord dilué au 1/3 ou au 1/4 par le vin à traiter (une homogénéisation parfaite est obligatoire) puis le mélange est ajouté au volume final par l intermédiaire d un raccord de collage ou en une fois dans le volume total avec un remontage complet correspondant au volume de la cuve à traiter. QUESTIONS FRÉQUENTES Comment vérifier que la dose d INOSTAB est la bonne? Des tests préliminaires sont nécessaires avant de finaliser la dose d emploi. Le laboratoire dédié à ces tests reçoit le vin le plus proche possible de l état dans lequel ce dernier sera au moment du traitement (par exemple, en cas d ajout de CMC au tirage selon la méthode traditionnelle, on ajoute de l alcool qsp pour amener le vin à 13% vol.). On teste au moins 2 concentrations de CMC selon 2 méthodes : La méthode par le froid : on note l apparition de cristaux après le stockage durant 6 jours à þ4,5 C. Cette procédure est longue, mais elle est proche de ce qui peut se passer dans la réalité. La méthode par le minicontact : Cette technique permet de juger de l état d instabilité du vin. L efficacité de la CMC peut être quantifiée par rapport au témoin non traité. Elle ne mime pas ce qui se passe en réalité, mais des expérimentations entre cette technique et la méthode par le froid ont montré une bonne corrélation entre les 2 méthodes.

5 QUESTIONS FRÉQUENTES Puisþje filtrer mon vin après ajout de CMC? Dans la mesure du possible, lnostab doit être introduite après la filtration car, selon les cas, une quantité non négligeable de CMC peut être retenue sur le filtre. Il est d ailleurs fortement déconseillé d utiliser la filtration tangentielle qui montre un colmatage rapide. A titre d exemple, les schémas ciþdessous montrent que l attente de quelques jours à la température de la cuverie suffit à faire disparaître ce souci quelque soit la concentration de la CMC (CMC1: 50mg/L et CMC2 : 100mg/L) Peut-on utiliser INOSTAB quelque soit la couleur du vin? Nous conseillons d utiliser avant tout la gomme de cellulose sur les vins blancs ou rosés. Sur les vins rouges, des risques de pertes de matières colloïdales existent et des tests spécifiques sont à mettre en oeuvre pour éviter tout problème après la mise. On peut dire que plus les vins sont riches en polyphénols, plus le risque de formation de trouble existe. et sur les blancs? On sait que le taux de succès est de 100% si certaines précautions sont prises. Des recommandations sont à suivre : les CMC peuvent réagir avec les protéines en formant une instabilité colloïdale. Ainsi, il est toujours recommandé de faire un test à la chaleur pour s assurer qu il n y ait pas de souci ultérieur. De même, un test au froid est recommandé pour être sûr qu à la température de consommation, aucun trouble ne soit visible. Estþce que la CMC est active sur le tartrate de calcium? Comme toute technique additive, la CMC est active jusqu à une certaine limite sur ce sel de l acide tartrique. Comparativement au bitartrate de potassium, elle est moins active mais son activité n est pas nulle. Il faut savoir que si le vin est instable au regard des 2 sels tartriques THK et TCa et si l instabilité visþàþvis du THK est très élevée, la CMC introduite dans le vin sera mobilisée pour contrecarrer la formation de ces cristaux et sera donc peu disponible pour inhiber la cristallisation du TCa. BIBLIOGRAPHIE : Utilisation de CMC pour la stabilisation tartrique de vins blancs. Partie 1/2 : La CMC en oenologie Détermination expérimentale de la température de stabilité d un vin. R. Marchal, M. Laigre, P. Jeandet, B. Robillard, V. Legras. Rev. des Œnologues, N 133, Utilisation de CMC pour la stabilisation tartrique de vins blancs. Partie 2/2 : Résultats expérimentaux. R. Marchal, M. Laigre, P. Jeandet, B. Robllard, V. Legras. Rev. des OEnologues, N 133, Cellulose gum : a new alternative for wine tartaric stability : Tentative of structures determination involved in the haze formation after CMC addition in wine. C. Bliard, PþY. Bournérias, M. Luigi, B. Robillard. Technical Wine Symposium, Adelaïde, août Courte mise au point sur les gommes de cellulose (CMC) après une année d utilisation. C. Bliard, R. Marchal, B. Robillard, Rev. des Œnologues, n 139, avril 2011.

6 OBTENTION DE LA GOMME DE CELLULOSE Exploitation de forêts de manière durable. Isolement de la cellulose purifiée 1/ alcalinisation, 2/ ajout d acide monochloroacétique, 3/ neutralisation, 4/ purification 5/ séchage granulation DP est le degré de polymérisation de la molécule. Ce paramètre, qui exprime la taille de la molécule, influe sur la viscosité et l efficacité du produit. DS est le degré de substitution et concerne le nombre de groupement carboxylate (en rouge) présent sur la molécule. DS influe directement la charge de la molécule et agit sur d autres paramètres comme les interactions entre la gomme de cellulose et les protéines par exemple. Ces 2 paramètres DP et DS conditionnent la majorité des propriétés de la CMC.

MANNOSTAB BREVET N 2726284 STAB NATURAL STABILITY OF WINES

MANNOSTAB BREVET N 2726284 STAB NATURAL STABILITY OF WINES MANNOSTAB BEVET N 2726284 STAB Dix années de recherche fondamentale et appliquée ont été nécessaires à LAFFOT pour isoler, identifier, extraire et produire une macromolécule qui révolutionne aujourd hui

Plus en détail

La Maîtrise de la Fermentation Malolactique

La Maîtrise de la Fermentation Malolactique La Maîtrise de la Fermentation Malolactique La fermentation malolactique est une évolution très souvent recherchée dans le process d élaboration du champagne. Les vins sont généralement tirés «avec malo»

Plus en détail

Notice technique Le collage des vins

Notice technique Le collage des vins Notice technique Le collage des vins 1 POURQUOI COLLER? Le collage est l opération qui consiste à incorporer un adjuvant au vin (ou au moût). Elle permet de : 1.1 AMÉLIORER LA LIMPIDITÉ La limpidité, c

Plus en détail

CHAPITRE 5 Dosages par précipitation

CHAPITRE 5 Dosages par précipitation CHAPITRE 5 Dosages par précipitation I- Introduction Une réaction formant un précipité peut être utilisée comme réaction de dosage, à condition qu elle soit : totale, le précipité doit être pratiquement

Plus en détail

Colloque IFV Sud-Ouest

Colloque IFV Sud-Ouest Colloque IFV Sud-Ouest Vin blanc et protéines Optimisation de l utilisation de la bentonite : intérêt des collages sur moût pour préserver l aromatique des vins SAUVAGE François-Xavier UMR 1083 Sciences

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Première Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Première Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Première Partie Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

Le soleil, source d énergie pour la biosphère

Le soleil, source d énergie pour la biosphère 3. ENTREE DE L ENERGIE DANS LE MONDE VIVANT. Le soleil, source d énergie pour la biosphère Activités pratiques Ex.A.O. De la lumière solaire à la matière organique Connaissances La lumière solaire permet,

Plus en détail

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious?

La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? La distribution des films dans les salles : 2 fast 2 furious? Alexis Dantec (OFCE) et Florence Lévy-Hartmann (GEM) Avec 175,65 millions d entrées en 2005, la fréquentation des salles marque un net recul

Plus en détail

TECHNIQUE: Recristallisation

TECHNIQUE: Recristallisation TECHNIQUE: Recristallisation Utilité La recristallisation est une méthode de purification d un produit solide. Elle permet de séparer un solide de ses impuretés après une réaction ou une extraction. Le

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

FLUIDES CALOPORTEURS

FLUIDES CALOPORTEURS FLUIDES CALOPORTEURS CLOGEL* CHIMAGEL* CHIMIPHAR 13 Boulevard Nominoë BP 54 107 35 741 Pacé CEDEX Tel : 02 99 60 68 87 - Fax : 02 99 60 24 08 chimiphar.france@chimiphar.fr * Marques déposées. 1 Chimiphar

Plus en détail

Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire sans soucis

Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire sans soucis Pure à jamais La Station d eau potable K5 de Kinetico vous soulage de vos inquiétudes vis-à-vis de votre eau - celles d aujourd hui et celles de demain. Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire

Plus en détail

VII COMMANDES/LIVRAISONS 1 Création-Modification du bon de commande 2 Création-Modification du détail du bon de commande

VII COMMANDES/LIVRAISONS 1 Création-Modification du bon de commande 2 Création-Modification du détail du bon de commande INTRODUCTION I - FONCTIONNALITES II LES TABLES III LE FICHIER DES ENGINS 1 Création-Modification d un engin 2 Suppression d un engin IV LES ORDRES DE TRAVAIL (OT) 1 Création-Modification du bon de commande

Plus en détail

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse

TP III. Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse CHAMPREDONDE Renaud DAUNIS Mélanie TP III Caractérisation de l équilibre de la calcite dans une solution aqueuse Module de géochimie Responsable : J.-L. DANDURAND SOMMAIRE INTRODUCTION I / Etude théorique

Plus en détail

Consultation publique Accès au Génie Civil de France Télécom Du 17 décembre 2009 au 15 février 2010. Réponse de COVAGE à la consultation publique

Consultation publique Accès au Génie Civil de France Télécom Du 17 décembre 2009 au 15 février 2010. Réponse de COVAGE à la consultation publique Consultation publique Accès au Génie Civil de France Télécom Du 17 décembre 2009 au 15 février 2010 Réponse de COVAGE à la consultation publique Question n 1 : COVAGE cautionne la démarche retenue par

Plus en détail

Stratégies de synthèse organique

Stratégies de synthèse organique Chimie rganique Stratégies de synthèse organique La synthèse organique est une discipline dans laquelle de nombreux paramètres sont à prendre en compte afin d obtenir des produits purs avec de bons rendements,

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes

3. Le service des permis de construire jugé par les architectes 3. Le service des permis de construire jugé par les architectes Le service des permis de construire 8 Genève () 14% 13% % 8% 6% 4% 3% Les principaux points forts, en spontané La disponibilité L'amabilité

Plus en détail

Protocole de préparation des éprouvettes d essai de portes et de fenêtres

Protocole de préparation des éprouvettes d essai de portes et de fenêtres Étiquetage des produits de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis sur leurs émissions de polluants volatils selon le décret n 2011-321 du 23 mars 201 1 et l arrêté du

Plus en détail

1 TEST. VOTRE EAU EST-ELLE SUR-STABILISÉE? quand l eau devient verte et irrattrapable QUAND L EAU DEVIENT VERTE ET IRRATTRAPABLE...

1 TEST. VOTRE EAU EST-ELLE SUR-STABILISÉE? quand l eau devient verte et irrattrapable QUAND L EAU DEVIENT VERTE ET IRRATTRAPABLE... CHLORE NON STABILISÉ 1 TEST STABILISANT OFFERT DANS CE GUIDE VOTRE EAU EST-ELLE SUR-STABILISÉE? quand l eau devient verte et irrattrapable QUAND L EAU DEVIENT VERTE ET IRRATTRAPABLE... Petite histoire

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

PARTIE 1 : DETERMINATION DE LA DURETE DE L HEPAR

PARTIE 1 : DETERMINATION DE LA DURETE DE L HEPAR TP 11 : RESINES ECHANGEUSES D IONS OU COMMENT ADOUCIR L EAU? Objectif : Déterminer la composition d une eau par titrage complexométrique. Utiliser une résine échangeuse d ions. PARTIE 1 : DETERMINATION

Plus en détail

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Laboratoire #3 : Dosage des carbonates Au cours de cette expérience, vous allez obtenir de façon simple du dioxyde de carbone, caractériser quelques unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions

Plus en détail

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 16 Culture et médias Octobre 2007 Statistique suisse du film et du cinéma Les multiplexes dans le paysage cinématographique suisse

Plus en détail

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final

Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens. Rapport final Analyse des consommations énergétiques des établissements de santé franciliens Rapport final Septembre 2008 Sommaire 1.! Synthèse...4! 2.! Trente établissements de santé ont été analysés...5! 3.! Analyse

Plus en détail

Les propriétés physico-chimiques de l œuf et ses applications (Pour une optimisation maximum du produit)

Les propriétés physico-chimiques de l œuf et ses applications (Pour une optimisation maximum du produit) Avant Propos : Dans le cadre du centre de ressources économie-gestion de l académie de Versailles, un groupe de travail constitué par Mrs Didier Biret, Michel Bureau et Jean-François Gautier, professeurs

Plus en détail

Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro»

Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro» Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro» 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie 2. PLACE DE L ACTIVITE DANS UNE PROGRESSION Chapitre I :

Plus en détail

Pôle d Innovation national de l Artisanat Efficacité énergétique et énergies renouvelables

Pôle d Innovation national de l Artisanat Efficacité énergétique et énergies renouvelables Introduction : L électricité photovoltaïque est un procédé résultant de la transformation du rayonnement solaire en énergie électrique par le biais de cellules photovoltaïques. A l origine, les cellules

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

À boire sans modération!

À boire sans modération! À boire sans modération! Préférez l eau du robinet 1 Certification ISO 9001 et ISO 14001 67 % des Français déclarent boire l eau du robinet au moins une fois par semaine*. 252 000 tonnes : c est la quantité

Plus en détail

I - LES EAUX DE CONSOMMATION

I - LES EAUX DE CONSOMMATION THEME N 2 : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Ce thème est une approche à la fois individuelle et globale des problèmes de l'alimentation des hommes sur la planète. Ce thème doit permettre de poser scientifiquement

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base /16/09 :08 PM Page 19 Chapitre : Les instruments financiers 11. Une entreprise peut modifier la désignation de certains de ses actifs financiers. Ainsi, elle peut transférer

Plus en détail

COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR

COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR réponse au défi scientifique lancé à Gentilly (94) en 2009/2010 aux classes de CM1 des écoles élémentaires et à la classe de 4ème «option sciences» du

Plus en détail

L autoconsommation Photovoltaïque 21 Juin 2013

L autoconsommation Photovoltaïque 21 Juin 2013 Solution intermédiaire entre l autonomie complète et la revente totale de la production solaire, l autoconsommation reste l utilisation la plus vertueuse de l énergie solaire photovoltaïque pour les infrastructures

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

GUIDE DE NUTRITION AVANCÉ POUR UN TRIATHLON PLUS RAPIDE

GUIDE DE NUTRITION AVANCÉ POUR UN TRIATHLON PLUS RAPIDE GUIDE DE NUTRITION AVANCÉ POUR UN TRIATHLON PLUS RAPIDE Guide gratuit! 2015/2016 For beginner to pro Guides pour autres sports : www.highfive.co.uk POURQUOI UTILISER LA NUTRITION SPORTIVE? La nutrition

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Les vitamines. Définition. Classification et fonction

Les vitamines. Définition. Classification et fonction Les vitamines Définition Les vitamines sont des nutriments organiques essentiels qui, contrairement à d autres nutriments (glucides, lipides, protéines), n apportent ni énergie ni éléments de croissance.

Plus en détail

Formation des salariés : construisez de façon efficace votre plan de formation 2015!

Formation des salariés : construisez de façon efficace votre plan de formation 2015! Formation des salariés : construisez de façon efficace votre plan de formation 2015! Qu est-ce que le plan de formation? Le plan de formation est un document qui regroupe les besoins de formation établi

Plus en détail

ÉLECTROPHORÈSE. , sur un ion avec une charge q dans un champ électrique d intensité, E, est: F électrique. = qe

ÉLECTROPHORÈSE. , sur un ion avec une charge q dans un champ électrique d intensité, E, est: F électrique. = qe ÉLECTROPHORÈSE A. Théorie -l électrophorèse, la migration d un ion dans un champ électrique, est utilisée dans les séparations analytiques des molécules biologiques - selon les lois de l électrostatique,

Plus en détail

LA OTIO DU TRAVAIL E SCIE CES PHYSIQUES

LA OTIO DU TRAVAIL E SCIE CES PHYSIQUES L OTIO DU TRVIL E SCIE CES PHYSIQUES Par nne artini 1. Travail et énergie Dans la vie courante, il y a des termes qui sont souvent utilisés et dont la signification fait penser à celle donnée aux concepts

Plus en détail

Changement de réactif pour la formation d un ester

Changement de réactif pour la formation d un ester HAPITRE 11 NTRÔLE DE L ÉVLUTIN DES SYSTÈMES HIMIQUES hangement de réactif pour la formation d un ester 1. Pourquoi changer de réactif? Les réactions d estérification et hydrolyse sont lentes, inverses

Plus en détail

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes

I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I Introduction à l ultrafiltration sur membranes I.1 L Ultrafiltration sur membranes : une révolution pour le traitement de l eau L ultrafiltration a été développée dans les années 70 pour le traitement

Plus en détail

MUTUELLES ET ASSURANCES

MUTUELLES ET ASSURANCES LIVRE BLANC E-MARKETING MUTUELLES ET ASSURANCES MARKETING VISIBILITE PERFORMANCE 13/02/13 - Page 2/9 01. Edito Comment être visible sur le net? Sur quoi être visible? Comment adopter une stratégie digitale

Plus en détail

SCIENCES CM1. Les reporters. Directrice d édition Sandra Boëche. Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM

SCIENCES CM1. Les reporters. Directrice d édition Sandra Boëche. Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM CM1 SCIENCES Les reporters Directrice d édition Sandra Boëche Conseiller scientifique Franck James, formateur en sciences à l IUFM Auteurs Régis Delpeuch, professeur des écoles Bernard Darley, formateur

Plus en détail

Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières

Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières efficience Analyse coût-effacité : Aide au dimensionnement d un service lit-porte ou d un pool d infirmières L activité hospitalière présente la particularité d être à la fois non stockable et de répondre

Plus en détail

peuvent être consultés sous http://www.profilsdexigences.ch; montrent les exigences scolaires minimales à remplir pour commencer une formation

peuvent être consultés sous http://www.profilsdexigences.ch; montrent les exigences scolaires minimales à remplir pour commencer une formation L essentiel en bref Les profils d exigences peuvent être consultés sous http://www.profilsdexigences.ch; montrent les exigences scolaires minimales à remplir pour commencer une formation professionnelle

Plus en détail

L offre «pirate» de films sur Internet

L offre «pirate» de films sur Internet L offre «pirate» de films sur Internet Octobre 2004 Service des études, des statistiques et de la prospective Cette étude a été réalisée par : Association de Lutte contre la Piraterie Audiovisuelle Frédéric

Plus en détail

Licence Economie et mathématiques

Licence Economie et mathématiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie et mathématiques Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Action Bar à eau Enquête : à vous de trouver l eau du robinet mars 2006 - Résultats

Action Bar à eau Enquête : à vous de trouver l eau du robinet mars 2006 - Résultats Action Bar à eau Enquête : à vous de trouver l eau du robinet mars 2006 - Résultats 1. Première approche...2 2. La saveur...3 3. Et le goût de chlore?...4 4. L odeur...4 5. Laquelle aimeraient-ils consommer?...5

Plus en détail

les têtes sans faire mal

les têtes sans faire mal L art de couper les têtes sans faire mal Erwan Le Pennec, chargé de recherche Inria à l Université Paris-Sud Le principe du scanner implique de savoir retrouver un objet à partir d une collection de radiographies

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s c h a r g e s d e p e r s o n n e l Jacques GROLIER Directeur du Master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux Université

Plus en détail

Le matériel pour jardiner, transformer et cuisiner "maison"

Le matériel pour jardiner, transformer et cuisiner maison Le matériel pour jardiner, transformer et cuisiner "maison" La société tompress, spécialiste du matériel de transformation alimentaire, commercialise depuis 90 ans des articles de qualité pour les particuliers

Plus en détail

Gestion Apinégoce V12.10.00

Gestion Apinégoce V12.10.00 Note Technique : Import d inventaire Gestion Apinégoce V12.10.00 Note Technique : Import d inventaire - Gestion Apinégoce V12.10.00 - Page 2 sur 6 Documentation Interne Gestion Apinégoce V12.10.00 Sommaire

Plus en détail

Le livre blanc de l impression

Le livre blanc de l impression Le livre blanc de l impression Clause de réserve de propriété : ce document est la propriété de RubixSoft. Vous pouvez l utiliser pour votre propre compte sans aucune restriction. Vous avez l autorisation

Plus en détail

Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires. Catalogue

Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires. Catalogue Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires Catalogue 2 Les chauffe-eau solaires Itho Daalderop propose deux modèles de chauffe-eau solaires, le Solior et le Préchauffeur. Le Solior est un

Plus en détail

Etat des travaux en cours

Etat des travaux en cours Structure Multipartite Séance plénière du 21 avril GROUPE DE TRAVAIL «ADMISSIONS JUSTIFIEES» Etat des travaux en cours Le groupe de travail s est réuni 6 fois jusqu à ce jour, depuis le début de ses travaux

Plus en détail

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1957. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1957. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2013 à 14h30 «I - La prévisibilité du montant de la retraite pour les assurés II - Avis technique sur la durée d assurance de la génération

Plus en détail

Dans cette séquence, nous allons aborder un concept qui est maintenant utilisé quotidiennement par chacun d entre nous, au travers de la messagerie, du partage de documents et de l utilisation des réseaux

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille

Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famille Direction générale de la Santé Sous-Direction de la gestion des risques des milieux Bureau des eaux DGS/SD7A N Personnes chargées du dossier : Philippe

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE : «Meringue : quand incorporer le sucre? Quelle différence entre sucre glace et saccharose?»

FICHE PEDAGOGIQUE : «Meringue : quand incorporer le sucre? Quelle différence entre sucre glace et saccharose?» FICHE PEDAGOGIQUE : «Meringue : quand incorporer le sucre? Quelle différence entre sucre glace et saccharose?» Séminaire de précisions culinaires du 13/04/2015 Fiche pédagogique «Les meringues» Précision

Plus en détail

Un jeu pour 2 ou 3 joueurs assoiffés d or, à partir de 8 ans.

Un jeu pour 2 ou 3 joueurs assoiffés d or, à partir de 8 ans. Un jeu pour 2 ou 3 joueurs assoiffés d or, à partir de 8 ans. De l or! De l or! Rien que de l or, à perte de vue! Un âne aux ducats, c est très pratique. Mais attention : ces animaux têtus peuvent aussi

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les obligations Ce document pédagogique ne constitue pas une incitation à investir et n est pas un conseil en investissement. Le Client qui souhaite un conseil en investissement avant

Plus en détail

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS

Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Congrès mondial du tourisme social, São Paulo, 10 octobre 2014 Séance de clôture / Intervention d Yves Godin, Secrétaire général de l OITS Monsieur le Directeur du SESC de São Paulo, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Lausanne à l écoute de son réseau

Lausanne à l écoute de son réseau Lausanne à l écoute de son réseau Introduction A l instar de la grande majorité des services des eaux urbains, celui de Lausanne a pratiqué le remplacement de conduites par opportunité. Ainsi, après quelques

Plus en détail

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires L atteinte des objectifs d économie d énergie et de réduction des gaz à effet de serre doit passer par l installation d équipements performants,

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. ANALYSE Novembre 2014. Un ZOOM sur les métiers «MONTEUR ET TECHNICIEN FRIGORISTE» AU SOMMAIRE

MARCHÉ DE L EMPLOI. ANALYSE Novembre 2014. Un ZOOM sur les métiers «MONTEUR ET TECHNICIEN FRIGORISTE» AU SOMMAIRE MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE Novembre 2014 Un ZOOM sur les métiers AU SOMMAIRE Description et conditions de travail... 2 La réserve de main-d œuvre... 2 Les opportunités d emploi... 3 L appariement entre

Plus en détail

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE

Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1/9 Réf. 131 MESURE DE LA TENEUR EN MATIERE SECHE 1 Intérêt La teneur en matière sèche des tubercules (constituée essentiellement d amidon) est un facteur important qui détermine en partie la tenue à la

Plus en détail

BRITA au service des professionnels

BRITA au service des professionnels BRITA au service des professionnels BRITA, spécialiste de la filtration de l eau à usage des particuliers, met également son expertise à disposition des professionnels. De nombreux appareils que l on trouve

Plus en détail

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 n o 6 juin 2012 1 Sommaire 1. Synthèse générale... 3 2. Typologie des contrats et des organismes...

Plus en détail

Les problèmes mathématiques à l école maternelle

Les problèmes mathématiques à l école maternelle Les problèmes mathématiques à l école maternelle I Qu est-ce qu un problème? Définition donnée par Jean Brun, chercheur à l IRDP (Institut de recherche et de documentation pédagogique) de Neuchâtel : "Un

Plus en détail

Procédure de convocation de l assemblée générale fixation de l ordre du jour établissement des rapports

Procédure de convocation de l assemblée générale fixation de l ordre du jour établissement des rapports Dissolution de sociétés avant le 1 er 10 % octobre 2014 au taux de Dans notre précédente lettre d information, nous vous avons parlé de la mesure transitoire prévue par la loi-programme du 28 juin 2013

Plus en détail

Prolibac. pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales. Felema GmbH

Prolibac. pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales. Felema GmbH Prolibac pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales Felema GmbH Bahnhofstrasse 12 CH-8712 Stäfa Switzerland www.felema.com Phone: +41 44 926 23 05 Fax: +41 55 254 00 59 e-mail:

Plus en détail

BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE. - Pratique expérimentale -

BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE. - Pratique expérimentale - BTS CHIMISTE Session 2015 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE Durée : 6 heures Coef. : 7 Poste n : SUJET n 1 - Pratique expérimentale - DOSAGES D UNE EAU MINÉRALE D HÉPAR Fiche de choix (à rendre avec la copie)

Plus en détail

L AUTOCONSOMMATION PHOTOVOLTAIQUE INDUSTRIE TERTIAIRE DOMESTIQUE

L AUTOCONSOMMATION PHOTOVOLTAIQUE INDUSTRIE TERTIAIRE DOMESTIQUE L AUTOCONSOMMATION PHOTOVOLTAIQUE INDUSTRIE TERTIAIRE DOMESTIQUE Clément Brossard, Juin 2013 Solution intermédiaire entre l autonomie complète et la revente totale de la production solaire, l autoconsommation

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

Les différentes classes de boues

Les différentes classes de boues Chapitre 13: Traitement des boues Les procédés de traitement biologique ou physico-chimique entraînent la production de boues boues= effluents liquides fortement chargés en matières solides (avec des concentrations

Plus en détail

Dérivation. 1 Dérivées des fonctions usuelles : 2 Etude forme par forme des opérations sur les fonctions dérivables :

Dérivation. 1 Dérivées des fonctions usuelles : 2 Etude forme par forme des opérations sur les fonctions dérivables : Dérivation Dérivées des onctions usuelles : Pour savoir dériver, il aut d abord connaître les dérivées des onctions de base que vous pouvez retrouver dans le tableau cidessous. Fonction Fonction dérivée

Plus en détail

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées

Synthèse de rapport. La gouvernance des sociétés cotées Synthèse de rapport La gouvernance des sociétés cotées (Version française) Rapport pour la Commission Européenne, remis par la Fondation pour le droit continental et rédigé par Michel Germain, Véronique

Plus en détail

énergétiques 5. Exemple de programmes 6. Conclusions et recommandations

énergétiques 5. Exemple de programmes 6. Conclusions et recommandations Demande du Distributeur relative à l'établissement des tarifs d'électricité pour l'année tarifaire 2008-2009 (R-3644-2007) L optimisation des bâtiments, le concept de la compartimentation et du reconditionnement

Plus en détail

La désacidification dans des services d archives

La désacidification dans des services d archives d «La désacidification de masse» Journée d'étude, mardi 29 mars 2011 La désacidification dans des services d archives Marie-Dominique Parchas 1 Archives de France 1. Les archives - des documents uniques

Plus en détail

Exigez le meilleur Avec la technologie de mesure et les services HACH LANGE

Exigez le meilleur Avec la technologie de mesure et les services HACH LANGE INFORMATIONS INDUSTRIE DES BOISSONS ANALYSE DE LABORATOIRE & ANALYSE EN CONTINU INDUSTRIE DES BOISSONS Exigez le meilleur Avec la technologie de mesure et les services HACH LANGE Boisson INDUSTRIE DES

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Le concept de «littérature africaine» évoque généralement celui de «folklore», l un et l autre ayant été, dès leur apparition, l objet de nombreuses controverses au sujet de leurs

Plus en détail

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 )

Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Comment se détermine le taux de change entre deux monnaies? (résumé du cours - le 12 octobre 2015 ) Le taux de change donne le prix des monnaies entre elles. Comment se fixe ce prix? Pourquoi peut- il

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

SIECLE Téléservices. Guide pour les Parents/Elèves. Version 15.3. SIECLE - Téléservices. Guide de l utilisateur

SIECLE Téléservices. Guide pour les Parents/Elèves. Version 15.3. SIECLE - Téléservices. Guide de l utilisateur SIECLE Scol SIECLE Guide pour les Parents/Elèves Version 15.3 Guide pour les Parents/Elèves 1/18 SIECLE Table des matières Scol 1. Généralités... 3 2. Création du compte... 4 1 Première Connexion... 5

Plus en détail

Professeur SAALAOUI Ennouamane

Professeur SAALAOUI Ennouamane Professeur SAALAOUI Ennouamane الأستاذ السعلاوي النعمان Filière SVI : S5 Élément de module: Méthodes de séparation et d analyses Biologiques Année universitaire 2011/2012 Bonne réussite pour cette année

Plus en détail

Portillons. Pour un accès différencié des personnes et des marchandises. Portes d accès distinctes pour personnes et

Portillons. Pour un accès différencié des personnes et des marchandises. Portes d accès distinctes pour personnes et Portillons Pour un accès différencié des personnes et des marchandises Les portes ALU ou ISO d Alpha peuvent être dotées d un portillon intégré. Lorsque c est possible, nous recommandons de prévoir des

Plus en détail

II. Les délais de paiement

II. Les délais de paiement -17- II. Les délais de paiement 1/ La négociation des délais de paiement Une bonne maîtrise du délai client impose une bonne compréhension du délai réel de crédit qui est accordé au client. Une condition

Plus en détail

Réussir au lycée à travers une évaluation plus positive, plus constructive redonnant ainsi aux élèves

Réussir au lycée à travers une évaluation plus positive, plus constructive redonnant ainsi aux élèves Réussir au lycée à travers une évaluation plus positive, plus constructive redonnant ainsi aux élèves confiance et estime de soi «rattrapage de points» + E.P.C.C. (depuis cette année) Constats : des savoirs

Plus en détail

Tu auras à remplir un petit document pour t aider à mettre dans ta mémoire les informations que nous te donnerons. Petite question à poser :

Tu auras à remplir un petit document pour t aider à mettre dans ta mémoire les informations que nous te donnerons. Petite question à poser : Pour débuter notre beau projet de science en ligne, nous allons nous présenter. Nous sommes Maryse et Guylaine. Nous essayons d expliquer différents phénomènes scientifiques. Nous aimerions connaître ;aujourd

Plus en détail