Mesure de la teneur en alcool

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesure de la teneur en alcool"

Transcription

1 37 Mesure de la teneur en alcool 1 Rôle de l alcool dans les vins Sur le plan organoleptique Sur le plan biologique Sur le plan réglementaire Sur le plan commercial Ce que l on entend par titre alcoométrique volumique Différence entre degré potentiel, degré acquis et degré total Intérêt et limite de la mesure du TAV par ébulliométrie Principe de la mesure du TAV par ébulliométrie Facteurs influençant la température d ébullition du vin Influence de la pression atmosphérique Influences diverses des autres composés du vin Correction des facteurs de variation de la température d ébullition Présentation de l ébulliomètre Mode opératoire de la mesure du TAV par ébulliométrie Intérêt de la mesure du TAV par distillation et aréométrie Principe de la distillation et principe de l aréométrie Mode opératoire de la distillation par entraînement à la vapeur Étape 1 : remplissage et mise en chauffe de la chaudière Étape 2 : préparation de l échantillon à distiller Étape 3 : distillation Mode opératoire de la mesure du TAV par aréométrie Correction du TAV en fonction de la température 290

2 15 Liste complémentaire de méthodes de détermination du TAV Méthodes avec distillation du vin Méthodes sans distillation du vin Interprétation du TAV dans les vins 291 Fiches pratiques 292 Alcool 292 FP 37-1 Montage et préparation de l ébulliomètre 292 FP 37-2 Précautions avant et pendant les mesures 293 FP 37-3 Mesure du TAV par ébulliométrie 294 FP 37-4 Manipulation du disque ébulliométrique 295 FP 37-5a Préparation de la chaudière du Petit Jaulmes 296 FP 37-5b Préparation de l échantillon de vin pour la distillation 297 FP 37-5c Distillation de l alcool sur Petit Jaulmes 298 FP 37-5d Mesure du TAV par alcoomètre 299 FP 37-6a Correction du TAV en fonction de la température (valeurs entières) 300 FP 37-6b Correction du TAV en fonction de la température (valeurs avec des décimales) 301 Annexe 303 Annexe 37-1 Table de correction du TAV mesuré en fonction de la température du distillat 303

3 Mesure de la teneur en alcool 1 Rôle de l alcool dans les vins L éthanol, ou alcool éthylique, de formule brute CH 3 CH 2 OH, est le composé le plus important du vin, en quantité, après l eau. Il est le produit principal de la fermentation alcoolique, réalisée à partir des sucres du moût par les levures. Dans la pratique des analyses du vin, tous les autres alcools sont mesurés en tant qu éthanol, car les techniques utilisées ne permettent pas de faire la distinction entre l éthanol et les autres alcools (méthanol, alcools supérieurs, polyols ) présents en petite quantité dans le vin. L alcool joue un rôle fondamental dans le vin, et ce, sur différents plans. «degré.hecto» ; en conséquence le prix du vin est proportionnel à son taux d alcool : ainsi, dans une catégorie de vin donnée, plus le vin est alcoolisé, plus son prix est élevé. On retrouve cela, bien que moins explicité, dans les gammes de vin : de façon générale, plus on monte dans la gamme, plus le degré d alcool s élève et plus le prix de vente s élève aussi. Pourtant, cela est en contradiction avec l image actuelle que porte le consommateur au taux d alcool des vins. Cette image est négative, habitée par la crainte de l alcoolémie au volant, soutenue par les campagnes de communication anti-alcool elles-mêmes conséquentes de la loi Evin. Cependant, pour l heure, cette image négative n a pas d incidence directe sur les prix ; seulement sur la préoccupation des producteurs de vins de limiter le taux d alcool de leurs vins pour rassurer et satisfaire leurs clientèles Sur le plan organoleptique Sur le plan organoleptique, il contribue à donner du corps au vin, de telle sorte qu un vin caractérisé par un déficit en alcool paraît dilué, aqueux ; par ailleurs, il contribue à donner du moelleux en bouche, de l ampleur et du volume ; enfin, par sa propriété pseudo-thermique il apporte une certaine chaleur en bouche allant jusqu au caractère brûlant s il est en excès par rapport aux autres composants jouant sur l expression organoleptique Sur le plan biologique Sur le plan biologique, il joue un rôle capital quant à la stabilité microbienne des vins : plus le vin est riche en alcool, plus sa résistance à la contamination microbienne est élevée et plus son potentiel de garde est accru. Cela, en raison de son pouvoir antiseptique à la fois sur les levures et sur les bactéries. Ainsi, les vins de faible titre alcoométrique sont-ils au contraire plus vulnérables et doivent-ils être davantage protégés Sur le plan réglementaire Sur le plan réglementaire, il est concerné par une double limitation : une limite minimale, qui concerne absolument tous les vins et qui diffère selon le type de vin qui est déterminé d une part en fonction de sa zone géographique, au sein de l Europe et d autre part en fonction de son niveau dans la classification hiérarchique (vin de table, vin de pays, appellation d origine contrôlée (AOC) appellation d origine protégée (AOP) ) ; une limite maximale pour les vins issus de moûts enrichis par chaptalisation, apport de moût concentré ou par concentration partielle. Rappelons que le taux d alcool fait l objet d une mention obligatoire de l étiquetage des vins Sur le plan commercial Sur le plan commercial, le taux d alcool fait l objet de deux courants opposés d origine historique et culturelle. Traditionnellement, la rémunération des apports de raisin en cave coopérative ainsi que la fixation des prix sur le marché du négoce sont basées sur le 2 Ce que l on entend par titre alcoométrique volumique Le titre alcoométrique volumique, noté TAV, indique la proportion d éthanol, dans le vin. Cette proportion est exprimée en pourcentage en volume. En pourcentage, l alcool représente de 10 à 15 % du volume du vin. Le symbole de son unité est noté «% vol.». Définition : Le titre alcoométrique volumique est égal au nombre de litres d éthanol contenu dans 100 litres de vin, ces volumes étant tous deux mesurés à la température de 20 C. (Source : OIV, Recueil des méthodes d analyse, OIV-MA- AS312-01A : R2009). Remarque : le degré Gay-Lussac ( GL) est l ancienne unité du titre alcoométrique mesuré à la température de 15 C donnant un écart de résultat de quelques centièmes seulement par rapport à la mesure à 20 C ; cette unité n est plus employée. 3 Différence entre degré potentiel, degré acquis et degré total Il est important de faire la distinction entre ces trois termes : le TAVP, titre alcoométrique volumique probable est le degré d alcool en puissance (en % vol.) estimé à partir de la richesse en sucres de la vendange, notamment par réfractométrie ; ce terme est donc employé avant fermentation alcoolique, à propos du moût ; le TAV, titre alcoométrique volumique est le degré d alcool acquis (en % vol.), quantifiable directement, par exemple par ébulliométrie ou par distillation et aréométrie ; ce terme est donc employé après fermentation alcoolique, à propos du vin ; le terme de TAV total se rencontre surtout à propos des vins partiellement fermentés, tels que les vins doux naturels, les 285

4 Suivi de l acidité volatile vins moelleux, les vins liquoreux ; il représente la somme entre le degré acquis et les sucres fermentescibles convertis en degré potentiel. Le TAV total est surtout utilisé dans le cadre réglementaire. Ainsi, et pour exemplifier, la définition des vins doux naturels fixe un TAV total minimum de 21,5 % vol. (alcool acquis + alcool en puissance) assorti d un TAV acquis minimum de 15 % vol. En dehors de ces catégories de vins, des vins à fort degré alcoolique peuvent présenter des sucres résiduels qui justifient le calcul du TAV total. Ci-dessous, deux exemples de bulletins d analyse font mention de ces différents types de TAV (tableaux 37.1 et 37.2). Est mentionné le degré probable (appelé ici degré potentiel) estimé à 12,3 % vol. (tableau 37.1). On voit que la fermentation alcoolique n a pas débuté, puisque le TAV, titre alcoométrique volumique est égal à zéro. Concernant les sucres, il est précisé que c est la somme du glucose et du fructose qui est ici réalisée (207,7 grammes par litres). C est à partir de ce taux, et en utilisant le taux de conversion moyen de 16,83 que le degré probable a été calculé (207,7/16,83 = 12,3 % vol.) (fiche pratique 10-4). On trouve, dans le bulletin du tableau 37.2, deux informations relatives à l alcool : L information relative à l alcool acquis, appelé TAV, titre alcoométrique volumique ; le vin de la cuve 10 vient à peine de commencer à fermenter : sa teneur en alcool acquis est inférieure à 1 % vol. (0,68 % vol.). Par contre, le vin de la cuve 13 est en fin de fermentation alcoolique : sa teneur en alcool acquis est de 11,12 % vol. Il lui reste 52,9 g.l 1 de sucres à fermenter. L information relative à la teneur en alcool total : elle est égale à 15,67 % vol. pour la cuve 10 et à 14,14 % vol. pour la cuve 13. Deux calculs sont intéressants à réaliser ici : pour la cuve 10 : si l on divise le taux de sucres 254,3 par 17 (le taux de conversion sucres/alcool en vinification en rouge avec des levures indigènes), on trouve 14,95 % vol. Ce qui correspondrait au titre alcoométrique volumique probable (degré Tableau Bulletin d analyse d un moût de Côtes du Rhône rosé, à l encuvage (date analyse : 25/09/2008). N de cuve D15 Type de vin Côtes du Rhône rosé 2008 Glucose Fructose (g.l 1 ) 207,7 TAV (% vol.) 0,00 Degré potentiel % vol. (16,83) 12,3 Acidité totale (g.l 1 [H 2 SO 4 ]) 4,96 Acidité volatile (g.l 1 [H 2 SO 4 ]) 0,06 SO 2 libre (mg.l 1 ) SO 2 total (mg.l 1 ) 8 ph 3,18 Acide malique (g.l 1 ) 4,5 Azote assimilable (mg.l 1 ) 88 Potassium (mg.l 1 ) Tableau Bulletin d analyse de deux cuves de Châteauneufdu-Pape, l une au stade encuvage, l autre au stade fin de fermentation alcoolique (date analyse : 01/10/2008). N de cuve Type de vin Châteauneufdu-Pape rouge 2008 potentiel) de ce moût si la fermentation alcoolique n avait pas commencé. Cependant, il est intéressant de noter qu en déduisant au taux d alcool total, le taux d alcool acquis, (soit 15,67 0,68) on trouve 14,99 % vol. qui correspond (à peu de choses près) et de façon tout à fait cohérente, au degré potentiel calculé sur la teneur en sucres présente le jour de l analyse. On retrouve bien, par ce calcul pratique, la définition du taux d alcool total : alcool probable + alcool acquis ; pour la cuve 13 : si l on soustrait la valeur du TAV à la teneur en alcool total, on a bien 14,14 11,12 = 3,02 % vol. En multipliant 3,02 par 17 (le taux de conversion sucres/alcool en vinification en rouge avec des levures indigènes) on trouve 51 grammes ; ce qui correspond effectivement (à peu de choses près) à la teneur en sucres résiduels (52,9 g.l 1 ). Là encore, les valeurs illustrent bien la définition de l alcool total : alcool acquis (11,12 % vol.) + alcool probable (3,02 % vol. soit 52,9 de sucres fermentescibles) = alcool total (14,14 % vol.). 4 Intérêt et limite de la mesure du TAV par ébulliométrie Châteauneufdu-Pape rouge 2008 Sucres (g.l 1 ) 254,3 52,9 TAV (% vol.) 0,68 11,12 Alcool total moût (% vol.) 15,67 14,14 Acidité totale (g.l 1 [H 2 SO 4 ]) 3,12 5,43 Acidité volatile (g.l 1 [H 2 SO 4 ]) 0,06 0,36 SO 2 libre (mg.l 1 ) 5 SO 2 total (mg.l 1 ) SO 2 actif (mg.l 1 ) 0,14 ph 3,50 3,49 Acide malique (g.l 1 ) 1,91 Acide lactique (g.l 1 ) < 0,2 L ébulliométrie est une méthode usuelle. Sa précision est faible et n a donc pas de valeur pour les transactions commerciales. Cependant, elle est largement utilisée dans les caves pour son aspect pratique : avec un matériel finalement assez rudimentaire et une mise en œuvre simple et rapide, l ébulliométrie permet, directement en cave, de déterminer le TAV acquis des vins secs et de donner un résultat immédiat. Elle est notamment largement pratiquée avant les essais d assemblage. 286

5 Mesure de la teneur en alcool 5 Principe de la mesure du TAV par ébulliométrie La température d ébullition est une caractéristique des liquides : l eau bout à 100 C ; l éthanol bout à 78,4 C. Le vin est un mélange d eau et d alcool : on parle de solution hydro-alcoolique. La température d ébullition d une solution hydro-alcoolique dépend de sa richesse en éthanol. On utilise donc cette propriété physique : pour mesurer le TAV du vin on mesure sa température d ébullition. Plus la température d ébullition est basse, plus ce vin est riche en alcool. 6 Facteurs influençant la température d ébullition du vin Un certain nombre de facteurs jouent sur la température d ébullition. Il est important d en tenir compte pour ne pas fausser le résultat Influence de la pression atmosphérique La température d ébullition est liée à la pression atmosphérique. En effet, les températures d ébullition de l éthanol pur et de l eau pure respectivement annoncées à 78,4 C et à 100 C se vérifient seulement si la pression atmosphérique est précisément égale à 760 mm de mercure. Ainsi, la météo du jour et l altitude auxquelles est soumis l ébulliomètre au moment de la mesure jouent sur la température d ébullition de l échantillon à mesurer et peuvent ainsi fausser les résultats si la pression s écarte de cette valeur de référence Influences diverses des autres composés du vin Le vin contient d autres composés que l eau et l éthanol. Chacun d entre eux joue sur la température de l ébullition. Toutefois, on a constaté que la température d ébullition d un vin sec est sensiblement la même que celle d un mélange hydro-alcoolique de même TAV. Cela tient au fait que l ensemble des composés dissous dans le vin influencent la température d ébullition selon la loi de Raoult : Loi de Raoult : DT = k P M S Avec : k = constante (caractéristique du solvant) ; P = masse de la substance dissoute ; M = masse moléculaire de la substance dissoute ; S = quantité de solvant. Le tableau 37.3 synthétise l ensemble des influences des substances dissoutes dans le vin qui agissent sur sa température d ébullition selon deux facteurs d influence : un effet lié à la loi de Raoult influence la température d ébullition à la hausse : c est le cas des sucres, des acides et de leurs sels ; un effet de concentration influence la température d ébullition à la baisse : c est le cas des sucres et des matières colloïdales telles que les pectines et les glucanes ; certains de ces effets se trouvent être négligeables : c est le cas de l effet de la loi de Raoult des colloïdes glucidiques ou encore l effet de concentration des acides et de leurs sels. De la répartition équitable des influences à la hausse et à la baisse, il résulte que, dans un vin sec, (sucres résiduels inférieurs à 2 g.l 1 ) l ensemble de ces influences s annulent mutuellement. Tableau Influences des composés du vin sur sa température d ébullition. COMPOSÉS DU VIN Élévation de la température d ébullition Abaissement de la température d ébullition Sucres Loi de Raoult + Effet de concentration Acides et leurs sels Pectines, glucanes BILAN DES INFLUENCES Loi de Raoult + Effet de concentration négligeable Loi de Raoult négligeable 0 Effet de concentration (grosses molécules) ++ COMPENSATION MUTUELLE 7 Correction des facteurs de variation de la température d ébullition (fiche pratique 37-2) Les précautions qui suivent conditionnent la fiabilité des résultats obtenus : Toute variation de pression atmosphérique doit être intégrée par la mesure préalable de la température d ébullition de l eau. Il n y a pas de correction relative aux autres constituants du vin, du fait que leurs effets se compensent mutuellement. Cependant : on n utilise l ébulliométrie que pour la mesure du TAV des vins secs ; c est-à-dire seulement pour les vins qui contiennent moins de 2 g.l 1 de sucres résiduels ; on veille à ne pas laisser le vin se concentrer par une ébullition prolongée ; cela aurait pour effet de fausser la température d ébullition. Pour cela, on empêche l évaporation des vapeurs au moyen d un réfrigérant. 8 Présentation de l ébulliomètre (fiche pratique 37-1) Ce petit appareil se démonte en deux parties (figure 37.1) : la chaudière ; le réfrigérant

6 Suivi de l acidité volatile Il comporte quatre accessoires (figure 37.2) : une éprouvette graduée par 2 niveaux : un trait de mesure «eau», pour la mesure du volume d eau et un trait de mesure «vin», pour la mesure du volume de l échantillon de vin ; une lampe à alcool qui permet de porter le vin à ébullition ; un thermomètre à alcool gradué de 86 à 101,5 C (inséré dans le bouchon d obturation de la chaudière) pour relever la température d ébullition ; un disque ébulliométrique qui permet de déterminer le TAV à partir de la température d ébullition du vin (figure 37.2). Th R R Th Vin r C C L r mode OpératOire de la mesure du tav par ébulliométrie (fiches pratiques 37-2 et 37-3) Dans un premier temps, il faut procéder à la mesure de la température d ébullition de l eau (fiche pratique 37-3). On remplit alors la chaudière avec de l eau, selon le volume indiqué sur le tube gradué, au trait de mesure marqué «eau». On porte sur le disque ébulliométrique la température d ébullition relevée sur le thermomètre en faisant tourner la partie mobile du disque. Ce contrôle est reproduit toutes les heures ou toutes les cinq mesures. On procède ensuite à deux mesures consécutives de la température d ébullition sur deux échantillons du même vin à analyser. Cela, en remplissant la chaudière avec le volume de vin indiqué sur le tube gradué au trait de mesure marqué «vin». La lecture de la première mesure n est pas prise en compte. Pour autant, cette étape est très importante. En effet, après la mesure de l eau ou après le rinçage consécutif à un précédent échantillon de vin, les parois de la chaudière sont couvertes d un film d eau qui dilue l échantillon du vin. La mesure est donc faussée par sousestimation. Cette étape permet également de saturer le tube de dégagement par les vapeurs d alcool. Ce n est qu à la deuxième mesure sur le vin que l on relève sa température d ébullition. On reprend alors le disque ébulliométrique, qui doit être maintenu dans la position réglée lors du contrôle de la température d ébullition de l eau. Face à la valeur de la température d ébullition lue sur le thermomètre est indiqué le TAV correspondant du vin (fiche pratique 37-4). L 10 Figure Ébulliomètre pour la mesure du TAV. R = réfrigérant C = chaudière L = lampe à alcool 9 Th = thermomètre r = robinet de vidange Thermomètre gradué de 86 C à 101 C par distillation et aréométrie Disque ébulliométrique Tube gradué «eau» et «vin» L intérêt supplémentaire apporté par la méthode de distillation et aérométrie concerne la précision du résultat : il s agit là de la méthode officielle, reconnue pour toute transaction commerciale ou encore dans le cadre d un contrôle des fraudes. Ainsi, le résultat obtenu est donné à ± 0,02 % vol. contre ± 0,2 % vol. pour l ébulliométrie. Cela signifie que si l on annonce un titre alcoométrique volumique de 13,52 % vol. la valeur vraie du résultat se situe entre 13,50 et 13,54 % vol. On est donc certain du «13 degrés et demi». Ce n est pas le cas, si la valeur a été mesurée par ébulliométrie : sa valeur vraie se situe alors entre 13,3 et 13,7 % vol. Toutefois, si la méthode par distillation et aréométrie n est pas utilisée de façon systématique, c est parce qu elle est plus lourde de mise en œuvre et nécessite l utilisation d un appareillage sophistiqué. 11 Lampe à alcool Figure Accessoires de l ébulliomètre. intérêt de la mesure du tav principe de la distillation et principe de l aréométrie Cette méthode de détermination du TAV se décompose en deux temps _.indb /08/13 14:07

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de

Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de Facteurs de variabilité de la qualité des eaux-de de-vie nouvelles Bernard GALY Station Viticole du Bureau National Interprofessionnel du Cognac Entretiens cidricoles SIVAL Jeudi 19 janvier 2012 Contexte

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

La Vinification en Alsace

La Vinification en Alsace La Vinification en Alsace La grande caractéristique des Vins d Alsace est qu ils sont tous élaborés à partir de cépages très aromatiques. Le vinificateur n aura de cesse, tout au long des vendanges et

Plus en détail

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Boutenac Info La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Edito Nos lignes se sont coupées depuis plusieurs mois et pour cause! De nombreuses activités ont occupé

Plus en détail

Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire

Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire CONTRIBUTION SCIENTIFIQUE Les rôles de l oxygène en phase post fermentaire De Dominique Delteil, consultant L article a été publié sur le site Internet de l Institut Coopératif du Vin- ww.icv.fr- Flash

Plus en détail

Masse volumique et densité relative à 20 C

Masse volumique et densité relative à 20 C Méthode OIV-MA-AS2-01A Méthodes Type I Masse volumique et densité relative à 20 C 1. Définition La masse volumique est le quotient de la masse d'un certain volume de vin ou de moût à 20 C par ce volume.

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

ETUDE D'ECOBIOS VIGNE

ETUDE D'ECOBIOS VIGNE Centre de Recherches de Bordeaux Unité Mixte de Recherches en Santé Végétale Equipe "Epidémiologie de la Pourriture grise" 71, avenue E. Bourleaux - B.P. 81 33883 VILLENAVE D'ORNON Cedex ETUDE D'ECOBIOS

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

Suivi d une réaction lente par chromatographie

Suivi d une réaction lente par chromatographie TS Activité Chapitre 8 Cinétique chimique Suivi d une réaction lente par chromatographie Objectifs : Analyser un protocole expérimental de synthèse chimique Analyser un chromatogramme pour mettre en évidence

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

Visite à l ICV. En 2009, la création du GIE ICV-VVS permet de franchir un cap en regroupant toutes les ressources disponibles aux filiales ICV et VVS.

Visite à l ICV. En 2009, la création du GIE ICV-VVS permet de franchir un cap en regroupant toutes les ressources disponibles aux filiales ICV et VVS. Visite à l ICV Cette entreprise analyse les échantillons que les viticulteurs leur transmettent de toute la région PACA (départements 13, 83, 84 et un peu du 06, ce sont en général des coopératives viticoles

Plus en détail

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments»

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» 1 «Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» Magali Marchand, Chef de service Diététique RHMS Diététicienne agréée ABD 12.01.2012 - Maison du

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Laboratoires Dubernet

Laboratoires Dubernet Laboratoires Dubernet SARL au capital de 10 000 RCS NARBONNE 452341837 Œnologie Conseil Vinification Elevage Analyse Analyse fine Audit Expertise Le traitement thermique des vins Article produit par Marc

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV

RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV RESOLUTION OIV-VITI 469-2012 GUIDE D APPLICATION DU SYSTÈME HACCP (HAZARD ANALYSIS AND CRITICAL CONTROL POINTS) A LA VITICULTURE DE L OIV L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE, Suivant la proposition de la Commission I

Plus en détail

Extraction Assistée par Ultrasons

Extraction Assistée par Ultrasons Extraction Assistée par Ultrasons Extraction par ultrasons au laboratoire Deux types d équipements à ultrasons sont couramment utilisés dans le laboratoire. Le premier est le bain de nettoyage à ultrasons

Plus en détail

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè.

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. Photo : M.Seelow / Cedus Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. LES CONFITURES TABLE DES MATIERES DYNAMIQUE INTRODUCTION I. DEFINITION DES CONFITURES

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur Thermodynamique 2 : Equilibres binaires 1. Introduction 1.1. Présentation - Mélange binaire = Mélange de deux constituants chimiques A 1 et A 2 ne réagissant pas ensemble (il n y a donc pas de variation

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

RESOLUTION OIV-OENO 498-2013 MODIFICATIONS DES FICHES DE PRATIQUES ŒNOLOGIQUES RELATIVES AUX ENZYMES

RESOLUTION OIV-OENO 498-2013 MODIFICATIONS DES FICHES DE PRATIQUES ŒNOLOGIQUES RELATIVES AUX ENZYMES RESOLUTION OIV-OENO 498-2013 MODIFICATIONS DES FICHES DE PRATIQUES ŒNOLOGIQUES RELATIVES AUX ENZYMES L ASSEMBLEE GENERALE, Vu l'article 2 paragraphe 2 ii de l'accord du 3 avril 2001 portant création de

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao

Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao Ordonnance du DFI sur les sucres, les denrées alimentaires sucrées et les produits à base de cacao du 23 novembre 2005 Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu les art. 4, al. 2, 26, al. 2 et 5,

Plus en détail

Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003)

Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003) Méthode OIV-MA-AS311-03 Méthode Type II Dosage des sucres par CLHP dans les vins (Oeno 23/2003) 1. DOMAINE D'APPLICATION Cette recommandation spécifie une méthode de dosage du fructose, du glucose et du

Plus en détail

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température Whitepaper Mettre en température économiquement La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur La mise en température de réacteur dans les laboratoires et les unités pilotes de l industrie

Plus en détail

Présentation d'une technique de débourbage des jus blancs et rosés méditerranéens

Présentation d'une technique de débourbage des jus blancs et rosés méditerranéens Présentation d'une technique de débourbage des jus blancs et rosés méditerranéens Préambule. Dominique DELTEIL. Directeur Scientifique. ICV, La Jasse de Maurin 3497 Lattes Cet article décrit brièvement

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure APPEL D OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX 08/ENS/24 BORDEREAU DES PRIX-DETAIL ESTIMATIF Lot n 2 : Achat et installation de matériel pour l enseignement

Plus en détail

Recherches menées en viticulture et en œnologie à Agroscope

Recherches menées en viticulture et en œnologie à Agroscope Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Agroscope Recherches menées en viticulture et en œnologie à Agroscope Vivian Zufferey Changins 23 mai 2014 Viticulture, œnologie

Plus en détail

Les vinifications particulières

Les vinifications particulières C1-3.1 Valoriser le produit. Objectifs : Les vinifications particulières Identifier les méthodes d'élaboration des vinifications particulières. Schématiser les différentes vinifications particulières.

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Liste des mots de refus Examen organoleptique des vins Côtes de Bourg, Bourg ou Bourgeais

Liste des mots de refus Examen organoleptique des vins Côtes de Bourg, Bourg ou Bourgeais Liste des mots de refus Examen organoleptique des vins Côtes de Bourg, Bourg ou Bourgeais Acescence : Dégustation : odeur d acétate d éthyle Cause : altération due aux bactéries acétiques et à certaines

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Capteur optique à dioxygène

Capteur optique à dioxygène Capteur optique à dioxygène Référence PS- 2196 Connectique de la sonde mini DIN Tête de la sonde Embout de protection et stockage Port mini DIN du capteur Eléments inclus 1. Capteur à dioxygène optique

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Séparation des constituants d un mélange homogène

Séparation des constituants d un mélange homogène chapitre Débat pour préparer la leçon Séparation des constituants d un mélange homogène AU PROGRAMME DE L ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE : Être capable de mettre en évidence, par ébullition, qu une limpide n est pas

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

Expérimentation assistée par ordinateur sur la productivité des algues

Expérimentation assistée par ordinateur sur la productivité des algues 2 Expérimentation assistée par ordinateur sur la productivité des algues Activité réalisée au Collège Ahuntsic par ALICE MARCOTTE du Collège Ahuntsic 2 Expérimentation assistée par ordinateur sur la productivité

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Les Cépages blancs. La Muscadelle, ce cépage a pratiquement disparu.

Les Cépages blancs. La Muscadelle, ce cépage a pratiquement disparu. Les Bordeaux Blancs Les Cépages blancs le Sémillon, qui est sans aucun doute le cépage bordelais par excellence. Il est présent dans pratiquement tous les vins blancs. Sa bonne aptitude à prendre la pourriture

Plus en détail

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE)

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) N : Date : 20 juin 2013 Nom : CORRECTION Classe :2L. EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) NOTE : /40 S. I. Définis les termes suivants : série A I. molécule : la plus petite partie d un corps qui en possède

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Programme Formations Vivelys

Programme Formations Vivelys Programme Formations Vivelys Année 2011 FORMATION DUREE BORDEAUX NÎMES TAIN L HERMITAGE AIX EN PROVENCE TARIF HT (par pers. avec repas) PILOTAGE DE LA MICRO-OXYGÉNATION 1 journée 10/03/2011 Sur demande

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

UTILISATION DU GRAPESCAN

UTILISATION DU GRAPESCAN UTILISATION DU GRAPESCAN POUR L EVALUATION QUALITATIVE DE LA VENDANGE -DONNEES DE FOND- -ELEMENTS PRATIQUES- Attention : les données produites dans cet article sont exclusivement relatives à l instrument

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Mesure de conductivité on-line. Mesurer Surveiller Régler. Mesure de conductivité on-line. Eaux d égout communales et eaux usées industrielles

Mesure de conductivité on-line. Mesurer Surveiller Régler. Mesure de conductivité on-line. Eaux d égout communales et eaux usées industrielles Mesure de conductivité on-line Mesurer Surveiller Régler La mesure de conductivité est un paramètre reconnu, dont on ne peut plus se passer en analyse moderne des process, des eaux et eaux usées. On utilise

Plus en détail

Information technique

Information technique Das Qualitätsmanagementsystem von Oventrop ist gemäß DIN-EN- ISO 001 zertifiziert. Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop «Aquastrom T plus» à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Quizz s é c u r i t é

Quizz s é c u r i t é Quizz s é c u r i t é r o u t i è r e Selon vous, le nombre de personnes tuées sur les routes dans le monde chaque année représente environ : A. La population de l Estonie B. C. Les populations des villes

Plus en détail

«Porte de l Ambière» PREMIER BRASSAGE BIERE & MOI. Méthode par Bière & Moi

«Porte de l Ambière» PREMIER BRASSAGE BIERE & MOI. Méthode par Bière & Moi «Porte de l Ambière» PREMIER BRASSAGE BIERE & MOI Méthode par Bière & Moi MATÉRIEL Matériel et ingrédients de base du kit x Seau de fermentation avec robinet et barboteur (gradué en litre et en degré Celcius)

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu.

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Auteur : Dr. Wulfran FORTIN Professeur Agrégé de Sciences Physiques TZR -

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Qu'est-ce que la biométhanisation?

Qu'est-ce que la biométhanisation? Qu'est-ce que la biométhanisation? La biométhanisation consiste en une série d'opérations de dégradations biologiques de matières organiques qui se produisent en l'absence d'oxygène. Les produits résultants

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Activités de mesures sur la masse à l aide d unités de mesure conventionnelles. L unité de mesure la plus appropriée

Activités de mesures sur la masse à l aide d unités de mesure conventionnelles. L unité de mesure la plus appropriée Activités de mesures sur la masse à l aide d unités de mesure conventionnelles L unité de mesure la plus appropriée Dans cette activité, l élève choisit l unité de mesure la plus appropriée pour déterminer

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation.

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation. Document du professeur 1/8 Niveau 2 nde THEME : LA SANTE Physique Chimie PRINCIPE DE LA CHROMATOGRAPHIE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 LA SANTE NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES Les médicaments

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

1) Teneur en amidon/glucose. a) (Z F) 0,9, b) (Z G) 0,9, où:

1) Teneur en amidon/glucose. a) (Z F) 0,9, b) (Z G) 0,9, où: L 248/8 Journal officiel de l Union européenne 17.9.2008 RÈGLEMENT (CE) N o 900/2008 DE LA COMMISSION du 16 septembre 2008 définissant les méthodes d analyse et autres dispositions de caractère technique

Plus en détail

Synthèse sur les licences de débits de boissons

Synthèse sur les licences de débits de boissons Service juridique, des affaires réglementaires et européennes Circulaire 16.13 05/08/2013 Synthèse sur les licences de débits de boissons Rappels de la réglementation en vigueur Suivez-nous sur www.umih.fr

Plus en détail

Synthèse sur les licences de débits de boissons

Synthèse sur les licences de débits de boissons Service juridique, des affaires réglementaires et européennes Circulaire 16.13 05/08/2013 Synthèse sur les licences de débits de boissons Rappels de la réglementation en vigueur Suivez-nous sur www.umih.fr

Plus en détail

DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE

DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE Janvier 2000 PAR Gilles Caron, technologiste agricole MAPAQ -Direction régionale de Chaudière-Appalaches Centre de service de L

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Solutions - Concentrations

Solutions - Concentrations Solutions - Concentrations Table des matières I - Solutions et concentrations 3 1. Exercice : Dilution... 3 2. Exercice : Dilution... 3 3. Exercice : Dilutions multiples... 3 4. Exercice : Dose journalière

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas Les clés pour entretenir facilement votre spa SpaTime la gamme d entretien pour les spas Equilibre de l eau Votre spa est un lieu de détente et de bien-être par excellence. Il est donc essentiel que l

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES

LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 115 Adoptée : 27.07.95 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par le Conseil le 27 juillet 1995 Tension superficielle des solutions aqueuses INTRODUCTION 1. La présente

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol. member of

UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol. member of UNIMIX un système de réglage compact et universel pour le chauffage par le sol member of UNIMIX UNIMIX EST UN SYSTÈME DE RÉGLAGE COMPACT ET UNIVERSEL POUR LE CHAUFFAGE PAR LE SOL QUI FONCTIONNE SUR LE

Plus en détail

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.

5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LES MÉLANGES HOMOGÈNES ET LES CORPS PURS CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free. 5 ème COURS Chimie Chapitre 3 LS MÉLANGS HOMOGÈNS T LS CORPS PURS CORRCTION DS XRCICS Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : xercice 1 p 40 a L'apparence homogène d'une substance ne

Plus en détail

Fiche professeur. Rôle de la polarité du solvant : Dissolution de tâches sur un tissu

Fiche professeur. Rôle de la polarité du solvant : Dissolution de tâches sur un tissu Fiche professeur TEME du programme : Comprendre ous-thème : Cohésion et transformations de la matière Rôle de la polarité du solvant : Dissolution de tâches sur un tissu Type d activité : Activité expérimentale

Plus en détail

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver.

Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Syndicat des apiculteurs de Thann et environs Quel sirop choisir pour le nourrissement d hiver. Auteurs : R.Hummel & M.Feltin Octobre 2014 Les sirops de nourrissement : La qualité des sirops utilisés pour

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine

Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine Burette TITRONIC Titrateurs TitroLine 22 rue de l'hermite 33520 BRUGES Tél. 05 56 16 20 16 - Fax 05 56 57 68 07 info-devis@atlanticlabo-ics.fr - www.atlanticlabo-ics.fr Un pas en avant pour la titration

Plus en détail

Spécial Vendanges 2014

Spécial Vendanges 2014 Spécial Vendanges 2014 Aréométrie p.2 ph-métrie p.3 Réfractométrie p.4 Densimétrie p.4 Thermométrie p.5 Analyses & Mesures p.6/7 Titrateurs p.8 Verrerie p.9 Hygiène & Sécurité p.12 Réactifs & Solutions

Plus en détail

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes

Introduction... 9. L après-pétrole. Une technologie du futur? Un enjeu environnemental. Conclusion...119. Annexes Introduction... 9 L après-pétrole «Les biocarburants sont la seule réponse crédible au pic pétrolier.»...15 «Produire ses propres biocarburants, c est accroître sa sécurité d approvisionnement en énergie.»...23

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 t Séance 1 Mesure de la masse et du volume lors d un changement d état t Séance 2 Fusion et solidification t Séance 3 Vaporisation et liquéfaction Influence de la pression sur

Plus en détail

Lecteur éditeur de chèques. i2200. Manuel utilisateur. Solutions de transactions et de paiement sécurisées

Lecteur éditeur de chèques. i2200. Manuel utilisateur. Solutions de transactions et de paiement sécurisées Manuel utilisateur Lecteur éditeur de chèques i2200 Solutions de transactions et de paiement sécurisées Ingenico 2200 Avant Propos Merci d avoir choisi le Lecteur Editeur de chèque nouvelle génération

Plus en détail

Notice d emploi. Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI

Notice d emploi. Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI Notice d emploi Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI Table des matières LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION 1 Lisez-moi... 2 1.1 Bienvenue... 2 1.2 Enregistrement de votre garantie... 2

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 coefficient : 8 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Dès

Plus en détail