ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire 2003-2004"

Transcription

1 ÉVALUATION DE LA CONDITION PHYSIQUE 1 Commission scolaire de la Beauce-Etchemin Élèves du secondaire Avec l arrivée de plusieurs nouveaux éducateurs physiques, il peut être utile de faire un rappel historique de l évaluation de la condition physique des élèves à la CSBE (Commission scolaire de Beauce-Etchemin). Une première analyse de la condition physique des élèves du secondaire de la commission scolaire a été réalisée en Deux tests avaient été alors proposés pour cette analyse : le test de Léger-navette pour l évaluation de la capacité cardio-vasculaire et le test des redressements assis en une minute pour mesurer la vigueur musculaire des abdominaux. En , une première version du programme PEP (programme d évaluation physique) fut conçue. Ce programme informatique facilitait le travail de compilation des données. En plus des deux tests initiaux, d autres tests ont été ajoutés pour avoir un portrait plus large de la condition physique de chaque élève. Les éducateurs physiques furent invités à mesurer le poids et la taille des élèves afin de calculer leur IMC (indice de masse corporelle). Les autres tests étaient les suivants : flexibilité, saut en longueur sans élan, force de préhension des mains, 12 minutes de course et 12 minutes de nage. À l automne 2, la version originale sur disquette a été remplacée par une version utilisant le WEB. Cette nouvelle version ajoutait des rapports statistiques de commission, des rapports par groupe d élèves et un bulletin individuel de la condition physique de l élève. Depuis ce temps, plusieurs améliorations ont été apportées. Avec le bulletin individuel, il devenait alors possible de cibler les points forts et les points faibles de chaque élève. L élève prenait ainsi conscience de son profil. Quoique cette implication des éducateurs physiques dans ce processus d évaluation de la condition ne soit pas obligatoire, la majorité des éducateurs physiques ont collaboré de façon exceptionnelle en entrant les résultats de leurs élèves dans la base de données. 1 Dans ce document, la forme masculine sera privilégiée pour alléger le texte.

2 Comme vous le constaterez en lisant les statistiques des données compilées depuis l utilisation du programme PEP, la participation des éducateurs physiques cette année est en hausse pour une troisième consécutive. Cette participation est d autant plus remarquable qu elle s établit dans un contexte de diminution de clientèle. Félicitations à tous et toutes pour cette contribution à l amélioration de la condition physique de nos jeunes! Ce rapport présentera d abord des statistiques sur le nombre d élèves évalués par école. Ensuite, une analyse de l évolution des données depuis huit ans sera faite à l aide de tableaux, joints à la fin du présent document. Enfin, des statistiques plus détaillées pour la CSBE, par école et par enseignant, pourront être consultées dans les documents suivants : Indice de masse corporelle : Léger-navette : Redressements assis : Statistiques détaillées IMC.doc Statistiques détaillées LN.doc Statistiques détaillées RA.doc Voici le nombre de données compilées selon les années : : : : : : : : : 24 42

3 Nombre d élèves évalués par école selon le test Écoles Nombre d élèves Indice de masse corporelle Nombre d élèves évalués Taux de participation Léger-navette Nombre d élèves évalués Taux de participation Redressements assis en une minute Nombre d élèves évalués Taux de participation École sec. Saint-Évariste 9, %, % 87 96,67 % Polyvalente Veilleux ,3 % ,24 % ,46 % Polyvalente Saint-François ,42 % ,68 % ,29 % Polyvalente de Saint-Georges ,36 % ,18 % ,45 % Polyvalente des Abénaquis ,7 % 56 83,91 % 54 83,58 % Polyvalente des Appalaches ,96 % ,18 % ,46 % École Notre-Dame de Lac-Etchemin ,77 % 6 96,77 % 6 96,77 % Polyvalente Benoît-Vachon ,28 % 86 51,53 % ,6 % École sec. Notre-Dame-de-la-Trinité 88, % 21 23,86 %, % Polyvalente Bélanger ,68 % 624 8,1 % ,62 % Total ,2 % ,16 % ,39 % N.B. Lorsqu un élève refait un même test plus d une fois dans une même année, seul le meilleur résultat est compilé pour les statistiques.

4 L analyse des données sera supportée par des tableaux pour chacun des trois tests : Indice de masse corporelle Léger-navette Redressements assis en une minute Quatre types de tableaux seront présentés d abord pour les deux sexes combinés, puis les filles et finalement les garçons: Catégories de percentiles Catégorie «inférieur à la moyenne» (percentile inférieur à 45) Catégorie «faible» (percentile inférieur à 25) Catégorie «très élevé» (percentile supérieur à 8) Pour l IMC, seule la catégorie «très élevé» sera analysée puisque qu on y retrouve les élèves présentant un surplus de poids ou considérés comme étant obèses. Pour les autres tests (Léger-navette et redressements assis), l analyse portera sur la catégorie «sous la moyenne» puisque cette catégorie représente la clientèle cible où l effort doit être principalement concentré.

5 L indice de masse corporelle L indice de masse corporelle (IMC) est une valeur qui met en relation le poids et la taille d un individu. L IMC ne tient pas compte de la morphologie d un individu (ossature, musculature et pourcentage de graisse). Ainsi un jeune athlétique avec une musculature très développée aura un IMC élevé même si son pourcentage de graisse peut être très bas. D un autre côté, certains enfants avec un IMC normal peuvent avoir un pourcentage de graisse trop élevé. De la même façon, un poids constant pendant plusieurs années peut camoufler une augmentation du pourcentage de graisse alors que la masse maigre a diminué. Les tests plus exacts de mesure du pourcentage de graisse étant difficilement applicables en milieu scolaire, on utilise donc l IMC pour déceler les cas à risque. La zone considérée comme étant normale est très étendue. Les zones à risque sont celles où l'imc est trop bas (poids insuffisant) ou trop haut (surplus de poids ou obésité) élèves ont été évalués pour ce test, soit 55,2 % des élèves de la CSBE. Le pourcentage d élèves se situant dans la catégorie «très élevé» est de 14,4 % chez les filles et de 16,1 % chez les garçons. Ces pourcentages sont les plus hauts depuis , alors que l année précédente (22-23) détenait jusque-là ce «record». Puissance aérobie maximale 3637 élèves, soit 51,2 % des élèves de le CSBC, ont été évalués pour le test de Léger-navette. Ce test sert à mesurer la puissance aérobie maximale. Cette année, on note une détérioration par rapport à 22-23, année où l on avait observé les meilleurs résultats depuis le début de l utilisation du programme PEP. Tant chez les filles que chez les garçons, le pourcentage sous la moyenne a en effet augmenté pour atteindre globalement 62,5 %. : = 63,3 % = 61,8 % = 68,4 % = 64,5 % 2-21 = 59,9 % = 62,5 % = 57,8 % = 62,5 %

6 Chez les filles, la détérioration est surtout marquée chez les 12 ans, chez qui on observe un pourcentage sous la moyenne de 76,3 %, la plus haute valeur jamais enregistrée chez les filles, tous groupes d'âge confondus, depuis le début de l utilisation du programme PEP. Bien que la situation se soit quelque peu détériorée chez les 13, 14 et 16 ans par rapport à 22-23, elle est demeurée sensiblement la même si on la compare à l'ensemble des pourcentages depuis Par ailleurs, on note même une amélioration chez les 15 ans, qui présentent le plus bas pourcentage sous la moyenne (51,4 %) jamais observé chez ce groupe d'âge. Chez les garçons, la situation ressemble beaucoup à celle des filles. Ce sont encore une fois les 12 ans qui présentent la pire détérioration, avec un pourcentage sous la moyenne de 81,4 %, le pire résultat depuis , où il se situait aussi à 81,4 %. Il s agit d un recul dramatique par rapport à 22-23, où le pourcentage pour ce groupe d âge était de 7,8 %. La situation est loin d être reluisante chez les 14 ans, où l'amélioration constante observée depuis (de 64,7 % à 55,4 %) a été effacée par un retour à des résultats élevés (66,2 %) semblables à ceux observés au début de l'utilisation du programme PEP. Finalement, sur une note plus positive, les 17 ans présentent le plus bas pourcentage sous la moyenne (54,7 %) jamais observé depuis Vigueur musculaire des abdominaux 3511 élèves, soit près de la moitié des élèves de la CSBE, ont été évalués pour le test des redressements assis en une minute. Ce test sert à mesurer la vigueur musculaire des abdominaux. Cette année, on note que la situation est plutôt stable par rapport à : = 52,7 % = 48,9 % = 55, % = 43,1 % 2-21 = 38,6 % = 34,8 % = 37,6 % = 37,8 %

7 Dans l ensemble, on observe donc une stabilisation des résultats après une amélioration quasi-constante depuis , tant chez les filles que chez les garçons. On peut donc affirmer que la tendance est à l amélioration, si on compare la situation aux premières années de l'utilisation du programme PEP. L'année arrive en effet au 3 e rang des meilleurs résultats, derrière et Chez les filles, le pourcentage global sous la moyenne est demeuré sensiblement égal à celui de (39,1 % par rapport à 38,9 %). Ce sont les 12 ans qui présentent l amélioration la plus marquée, le pourcentage sous la moyenne ayant atteint 49,9 %, le plus bas jamais observé chez ce groupe d âge. Il s agit toutefois d un pourcentage assez élevé si on le compare à ceux enregistrés chez les autres groupes d âge. On observe la pire détérioration chez les 17 ans, qui présentent le pourcentage sous la moyenne (36,4 %) le plus élevé en quatre ans. Chez les garçons les pourcentages sous la moyenne demeurent plus bas que ceux observés au cours des premières années de l'utilisation du programme PEP, ce qui dénote une tendance à l'amélioration. Contrairement aux filles, ce sont les garçons de 12 ans qui ont obtenu les pires résultats, avec un pourcentage sous la moyenne de 44,5 %, le plus élevé en quatre ans et le plus élevé de tous les groupes d'âge cette année. Les 16 ans ont connu la meilleure amélioration par rapport à 22-23, avec un pourcentage sous la moyenne (27,2 %) pratiquement équivalent à celui de (26,5 %), le plus bas jamais observé. Commentaires L augmentation du pourcentage de nos élèves présentant un surplus de poids est inquiétante. On estime qu un fort pourcentage des jeunes avec un IMC très élevé ont déjà des facteurs de risque de maladie cardio-vasculaire. De plus un enfant présentant un surplus de poids a une forte probabilité de devenir un adulte avec un surplus de poids ou même obèse. Est-ce que la CSBE doit faire les premiers pas et implanter une politique alimentaire pour éliminer la malbouffe de ses écoles ou attendre l intervention d un palier supérieur de gouvernement?

8 La CSBE dans sa Planification Stratégique a fixé l objectif suivant : Améliorer les saines habitudes de vie, principalement la condition physique des jeunes en augmentant de 5 % (passer de 37% à 42 %), sur une période de 3 ans, le nombre d élèves ayant une puissance aérobie maximale se situant dans la moyenne ou supérieure à la moyenne provinciale. Voici l évolution de ces pourcentages au cours des années: = 36,7 % = 38,2 % = 31,6 % = 35,5 % 2-21 = 4,1 % = 37,5 % = 42,2 % = 37,5 % * L amélioration de la puissance aérobie maximale nécessite un effort constant. Les gains d une année peuvent être effacés l année suivante comme on le constate cette année. Est-ce que les bons résultats de étaient le fruit d un effort concerté des éducateurs physiques ou d une bonne cohorte? Depuis , globalement, 4,8 % des filles et 34,5 % des garçons sont dans la moyenne ou supérieurs à la moyenne des normes, alors qu en , 51 % des filles et 47,4 % des garçons étaient dans cette catégorie. Grâce à ces chiffres, on voit bien l'ampleur de la détérioration de la puissance aérobie maximale ainsi que le travail colossal à faire pour redresser la situation. Est-ce que chaque école devrait se fixer un objectif à atteindre comme le fait la CSBE dans sa planification stratégique? * D après le Rapport Annuel de la CSBE, ce pourcentage est de 45 %, ce qui serait erroné.

9 Nouveautés dans l interprétation de l IMC chez les moins de 2 ans En moyenne, l IMC décroît de la naissance jusqu à l âge préscolaire (4 à 6 ans) pour ensuite augmenter jusqu à l âge adulte. Jusqu à tout récemment, on traitait l IMC des jeunes sensiblement de la même façon que celui d un adulte. La variation du pourcentage de graisse au cours de la croissance des filles et des garçons est telle que l évaluation de l IMC des enfants et des adolescents devrait être très différente de celle d un adulte. Le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) a établi de nouvelles normes pour évaluer l IMC chez les jeunes lors du National Nutrition Summit, en mai 2. Ces nouvelles normes sont de plus en plus utilisées pour évaluer la croissance des enfants de 2 à 2 ans. Les professionnels de la santé ont établi des seuils pour identifier les enfants présentant des problèmes de poids à partir des courbes de percentiles. Poids insuffisant Poids normal Surplus de poids Obésité IMC < 5 e percentile 5 e percentile IMC < 85 e percentile 85 e percentile IMC < 95 e percentile IMC 95 e percentile D après ce tableau, on voit que l IMC est considéré comme étant normal pour une très grande partie des jeunes. Deux diagrammes produits par le CDC sont joints pour illustrer les courbes de percentiles chez les filles et les garçons. On remarque qu'il est normal chez l'adolescent que l'imc augmente avec l'âge. Il serait pertinent d'utiliser ces nouvelles normes à la CSBE à l avenir, afin de connaître la proportion de nos élèves se situant dans chaque zone.

10

11

12 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Filles et garçons Nombre % , , 6,2 46,9 2,68 16,59 1, , , , 6,75 4,91 21,19 17,71 13, , , 8,68 42,3 21,36 16,94 1, , , , 6,99 4,56 21,58 17,63 13, , , , 7,39 38,21 22,26 18,4 13, , , , 6,15 38,44 23,87 18,92 12, , , , 6,46 39,73 21,14 18,48 14, , , , 6,65 37,73 22,7 17,66 15,

13 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,72 42,48 52,61 56,85 53,76 43, ,7 37,63 48,94 56,37 49,52 46, ,27 35,93 55,48 57,34 52,2 52, ,66 34,48 49,12 57,81 5,15 43, ,58 35,66 47,65 54,86 52,13 49, ,78 32,79 47,2 54,56 49,69 38, ,91 37,43 49,14 56,78 49,14 38, ,28 38,22 45,97 54,95 46,79 5,

14 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,32 1,31 5,4 8,15 6,17 7, ,27 3,1 7,88 8,82 5,18 6, ,8 3,33 6,62 13,28 7,17 11, ,1 2,1 5,87 1,5 7,19 6, ,82 2,57 7,18 11,1 8,33 2, ,3 1,8 5,5 1,53 7,52 5, ,74 3,21 4,88 8,71 6,57 6, ,31 3,2 7,25 9,48 5,81 4,

15 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,95 11,11 11,1 1,5 8,9 7, , 15,5 11,97 12,58 9, 16, ,12 15,93 8,68 9,26 8,7 13, ,15 17,24 12,87 9,65 1,54 15, ,88 15,99 9,94 11,19 11,63 9, ,59 15,8 9,69 9,47 11,48 14, ,18 17,46 11,9 9,5 11,29 18, ,76 16,9 14,25 11,27 12,79 9,

16 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Filles Nombre % , , 5,96 45,51 21, 17,38 1, , , 5,79 39,51 22,22 19,53 12, , 7,2 42,9 21,91 18,97 9, , , 6,51 39,65 22,15 18,65 13, , , 7,84 36,53 24,6 18,16 13, , , 6,41 36,94 24,2 2,28 12, , , 6,36 38,69 22,52 18,55 13, , , 6,22 38,3 23,73 17,62 14,

17 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,58 39,39 52,69 55,56 52,87 44, ,67 26,54 43,7 57,36 49,61 49, ,29 25,58 53,25 56,63 54,88 52, ,46 26,55 46,25 6,18 5,29 46, ,48 27,55 47,88 55,56 55,2 54, ,71 26,47 47,93 52,4 54,17 37, ,2 3,22 49,32 57,99 51,86 48, ,92 29,49 48,75 59,47 51,3 6,

18 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,35 1,52 4,3 7,74 6,51 9, ,,95 5,87 8,71 5,48 9, ,71 1,55 6,49 12,5 6,1 1, ,95,59 5,57 11,33 6,43 5, ,93 1,89 7,93 12,64 1,73 2, ,7 1,96 5,23 11,9 7,92 7, ,64 1,92 6,8 1,34 6,91 8, ,13 1,3 7,76 11,17 7,54 7,

19 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,19 13,64 1,4 1,1 6,51 7, , 17,54 11,14 11,11 8,36 13, ,18 13,95 8,66 6,83 6,91 15, ,96 17,7 14,13 9,56 8,77 17, ,9 18,11 8,5 1,34 11,7 6, ,89 16,34 7,16 1,4 1, 15, ,7 16,76 1,29 7,21 1,9 25, ,64 18,46 12,19 9,95 7,83 5,

20 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Garcons Nombre % , , 6,45 46,67 2,36 15,79 1, , , 7,75 42,35 2,12 15,84 13, , 1,27 41,97 2,77 14,75 12, , , 7,49 41,49 2,99 16,57 13, , , 6,93 39,91 2,46 18,64 14, , , 5,9 39,92 23,54 17,57 13, , , 6,56 4,82 19,69 18,41 14, , , 7,8 37,43 21,7 17,7 16,

21 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, , 44,83 52,53 58,21 54,65 42, ,96 46,85 54,55 55,2 49,43 44, ,47 45,39 57,97 58,6 48,5 53, ,98 42,68 51,79 55,8 5, 41, ,74 43,37 47,44 54,23 48,46 45, ,85 39,14 46,49 56,81 45,19 4, ,7 44,89 48,93 55,4 45,99 32, ,15 45,57 43,57 5, 42,23 42,

22 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,11 1,15 5,84 8,57 5,81 5, ,9 4,72 1,3 8,96 4,86 3, ,74 4,96 6,76 14,52 8,5 11, ,31 3,66 6,15 9,55 8,2 6, ,74 3,23 6,47 9,51 5,29 3, ,92 1,64 4,86 9,3 7,11 3, ,23 4,55 2,78 6,83 6,17 5, ,6 4,97 7,38 7,71 4,11 2,

23 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,37 9,2 12,6 1, 9,69 7, ,94 12,99 12,85 14,34 9,71 18, ,5 17,73 8,7 11,69 9,5 11, ,37 16,77 11,71 9,76 12,45 13, ,85 13,98 11,32 11,97 12,33 12, ,29 13,82 12,16 8,97 12,97 11, ,88 18,18 13,68 11,15 11,73 13, ,9 13,61 16,43 12,5 17,89 11,

24 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles LÉGER-NAVETTE Filles et garçons Nombre % ,533 1, , 41,15 22,13 18,57 12,99 5, ,61 1,841 1, , 39,93 21,84 19,59 13,8 5, ,98 1, , 46,68 21,71 15,94 11,91 3, ,192 2,231 1, , 42,97 21,55 17,82 12,42 5, ,33 1, , 35,24 24,61 18,89 15,2 6, ,149 1, , 38,96 23,53 19,5 13,59 4, ,15 1, , 36,84 21, 18,11 15,57 8, ,625 1, , 41,96 2,58 17,24 12,86 7,

25 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 LÉGER-NAVETTE Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,57 7,77 59,79 58,78 54,38 53, ,1 68,88 55,77 59,26 54,1 65, ,61 73,12 59,67 71,11 6,49 7, ,34 69,22 56,88 63,93 58,6 67, ,33 63,24 54,91 56,35 57,95 64, ,83 64,81 52,26 6,36 63,13 7, ,7 6,37 54, 57,42 51,82 57, ,56 61,26 59,62 56,91 54,27 55,

26 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 LÉGER-NAVETTE Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,48 49,73 39,61 33,9 31,57 37, ,8 48,99 35,1 33,72 3,7 46, ,19 56,63 38,81 43,11 34,57 33, ,97 5,7 35,27 37,32 37,35 45, ,78 43,93 31,5 28,87 3,43 36, ,4 42,8 33,33 3,18 38,63 52, ,7 38,9 33,3 33,64 33,33 39, ,3 42,52 38,15 33,43 32,27 35,

27 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 LÉGER-NAVETTE Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,34 2,6 6,28 5,22 11,13 3, ,6 2,85 7,54 6,51 8,49 2, ,52 2,87 5,52 3,74 5,43 1, ,71 2,89 6,9 5, 9,51 3, ,81 5,7 7,37 6,49 7,18 3, ,6 4,55 8,19 5,3 4,19, ,41 6,4 11,91 8,18 1,33 4, ,41 6,1 9,42 8,53 11,16 8,

28 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles LÉGER-NAVETTE Filles Nombre % , , 34,76 23,15 21,48 14,26 6, , , 35,3 23,7 21,71 13,77 5, , , 41,7 22,75 17,84 13,55 4, , , 37,56 23,4 19,76 13,28 6, , , 31,4 26,64 2,21 16,7 5, , , 34,23 24,61 21,59 14,66 4, , , 33,38 22,6 18,73 16,94 8, , , 37,63 21,57 18,95 13,99 7,

29 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 LÉGER-NAVETTE Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,59 69,4 53,2 51,45 47,4 44, , 7,8 47,37 54,55 51,67 68, ,98 71,88 52,63 67,6 58,46 63, ,52 69,39 47,64 6,36 55,3 67, ,32 63,83 48,81 54,3 55,36 63, ,41 64,6 45,43 54,88 62,62 66, ,38 55,9 52,73 57,14 52,86 57, ,27 57,75 52,33 51,38 53,78 59,

30 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 LÉGER-NAVETTE Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,38 43,96 31,43 28,61 25,26 25, ,33 47,16 23,48 29,35 27,39 49, ,74 52,34 3,47 4,81 3,26 25, ,97 45,91 24,68 34,73 31,21 41, ,92 41,49 22,32 29,8 25,26 29, ,1 38,82 24,39 3,79 32,52 43, ,84 32,96 27,68 31,99 34,6 4, ,69 37,25 29,33 3,58 31,51 25,

31 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 LÉGER-NAVETTE Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,32 2,79 7,3 6,65 14,19 5, ,67 2,8 8,3 6,49 8,46 1, ,74 3,13 4,71 5,61 7,18 2, ,72 3,14 7,51 5,27 11,5 3, ,64 5,67 8,4 5,93 6,57 2, ,96 4,35 8,23 4,57 5,83, ,85 6,1 9,98 7,76 1,9 5, ,63 6,5 1,33 9,2 12,18 9,

32 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles LÉGER-NAVETTE Garcons Nombre % , , 47,31 21,15 15,77 11,77 4, ,344 1, , 44,41 2,5 17,53 12,41 5, , , 51,37 2,73 14,15 1,37 3, ,692 1, , 47,99 19,84 16,1 11,63 4, , , 38,93 22,67 17,63 14,36 6, , , 43,2 22,56 16,79 12,64 4, , , 4,31 19,38 17,48 14,19 8, , , 46,2 19,61 15,57 11,74 6,

33 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 LÉGER-NAVETTE Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,4 72,13 65,82 66,18 62,16 61, ,1 67,74 62,93 63,82 56,64 62, ,4 74,17 66,67 74,35 62,38 75, ,13 69,7 64,67 67,37 62,8 68, ,33 62,6 6,67 58,14 6,47 65, ,86 65, 58,16 65,52 63,56 74, ,75 64,72 55,38 57,69 5,63 57, ,36 64,14 66,17 63,55 54,72 54,

34 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 LÉGER-NAVETTE Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,43 54,28 46,89 37,61 38,61 46, ,12 5,72 44,83 37,94 33,8 45, ,83 6,26 47,11 45,24 38,57 4, ,93 55,3 44,2 39,82 43,31 48, ,67 46,56 4,17 28,68 35,47 41, ,14 45, 41,5 29,6 43,72 61, ,26 43,7 39,35 35,21 32,5 39, ,38 46,52 46,71 37,35 32,83 41,

35 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 LÉGER-NAVETTE Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,36 2,44 5,37 3,79 7,72 2, ,52 3,58 6,9 6,53 8,52 3, ,33 2,65 6,34 2,2 3,81, ,7 2,66 4,89 4,74 7,58 3, , 5,73 6,74 6,98 7,77 4, ,14 4,72 8,16 5,46 2,83, ,9 6,6 14, 8,58 9,69 4, ,25 5,53 8,38 8,13 1,19 8,

36 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Filles et garçons Nombre % , , 29,69 23, 16,59 12,2 18, ,562 1,211 1, , 26,55 22,38 18,43 14,12 18, , , 31,32 23,72 17,51 12,82 14, ,92 1,43 1, ,13 1, 21,28 21,85 19,28 15,1 22, , , 17,79 2,84 19, 15,86 26, , , 17,76 17,4 19,71 15,9 29, , ,3 1, 18,63 18,94 18,55 15,4 28, , ,4 1, 19,23 18,52 17,63 15,85 28,

37 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,36 58,25 62,13 49,27 45,7 98, ,5 51,16 51,77 45,34 39,85 45, ,9 57,51 49,33 51,12 38,29 49, ,66 47,67 45,86 4,67 37,22 38, ,83 41,55 37,63 38,18 31,46 32, ,32 39,69 34,12 31,9 26,48 21, ,75 45,54 36,87 3,2 25,8 33, ,48 43,7 36,33 33,48 25,66 31,

38 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,96 36,89 36,51 21,6 2,12 57, ,5 3,16 27,35 23,88 18,92 23, ,42 36,42 25,85 24,76 19,43 25, ,35 29,44 22,2 16,86 16,23 18, ,57 23,65 17,84 15,61 11,42 13, ,46 21,23 16,23 13,97 11,45 9, ,44 25,85 18,11 13,1 9,46 16, ,85 24,47 19,72 15,35 1,2 1,

39 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Filles et garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,64 17,96 11,17 18,93 19,73 35, ,55 14,65 16,45 2,82 24,84 27, ,39 12,75 18,57 13,58 31,43 17, ,54 19,22 2,52 22,38 3,42 3, ,99 21,28 27,59 25,91 31,62 39, ,5 27,23 3,93 31,43 36,85 3, ,73 22,5 28,98 33,59 38,94 34, ,72 22,13 33,19 33,43 39,8 41,

40 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Filles Nombre % , , 28,49 25,68 17,75 12,96 15, , , 26,97 24,14 19,84 14,4 15, , , 31,64 26,3 18,1 12,4 12, , , 2,33 23,89 22, 15,26 18, , , 17,8 22,6 22,48 14,81 22, , , 17,95 19,27 23,63 15,38 23, , , 18,67 2,26 2,81 15,38 24, , , 18,97 2,9 19,92 16,26 24,

41 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,47 6,23 64,85 46,77 46,4 5, ,21 54,47 56,92 42,34 4,59 5, ,8 58,69 55,72 47,1 43,24 6, ,26 48,11 5,46 39,23 37,67 39, ,7 38,59 41,25 38,58 32,76 31, ,42 45,37 33,53 3,74 26,47 25, ,2 5,68 39,25 27,6 2,3 33, ,86 47,34 37,91 3,26 23,91 36,

42 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,21 33,52 32,12 2,9 19,6 28, ,85 29,77 27,69 22,63 2,54 27, ,45 33,77 27,41 22,87 21,62 24, ,16 29,25 23,84 14,96 13,98 16, ,61 2,47 18,1 13,27 11,97 9, ,36 21,6 14,87 12,3 11,4 1, ,27 26,85 18, 12,6 6,67 19, ,93 26,86 18,21 13,26 8,7 6,

43 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Filles - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,94 14,2 7,27 18,41 16,91 12, ,5 11,56 9,67 2,19 21,53 2, ,14 11,15 13,55 15,36 21,62 4, ,29 15,57 14,35 2,8 24,85 23, ,2 19,8 2,77 22,84 26,21 33, ,18 21,3 24,78 29,77 31,99 2, ,9 16,99 25,25 32,6 35,76 3, ,42 19,95 28,6 31,99 31,74 4,

44 Pourcentages d'élèves par catégorie de percentiles REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Garcons Nombre % , , 3,88 2,34 15,44 11,44 21, , , 26,13 2,66 17,6 14,19 21, , , 31,3 21,64 16,97 13,52 16, , , 22,18 19,91 16,69 14,94 26, , , 17,78 18,96 15,28 16,97 31, , , 17,56 14,87 15,9 16,41 35, , , 18,6 17,59 16,26 15,42 32, , , 19,48 17,2 15,46 15,46 32,

45 Catégorie: sous la moyenne Percentile inférieur à 45 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,2 56,78 59,9 51,66 45,3 48, ,43 47,99 47,39 48,66 39,7 42, ,78 56,5 43,11 54,65 34,65 42, ,23 47,27 42,7 42,23 36,77 37, ,19 44,56 33,94 37,8 29,64 32, ,82 34,5 34,66 33,2 26,48 17, , 4,81 34,32 33,66 31,97 33, ,48 39,41 34,92 36,99 27,2 29,

46 Catégorie: faible Percentile inférieur à 25 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,27 39,41 4,1 22,27 21,37 28, ,5 3,54 27,5 25,27 17,22 2, ,42 38,7 24,34 26,43 17,82 26, ,54 29,62 2,84 18,92 18,48 19, ,21 26,87 17,58 17,86 1,67 17, ,37 2,86 17,46 15,58 11,5 8, ,86 24,94 18,23 14,24 12,59 12, ,83 22,32 2,9 17,87 11,49 12,

47 Catégorie: très élevé Percentile supérieur à 8 REDRESSEMENTS-ASSIS (EN 6 SECONDES) Garçons - 12 à 17 ans 12, 13, 14, 15, 16, 17, ,48 2,76 14,36 19,43 23,8 23, ,33 17,62 22,2 21,51 28,28 32, ,62 14,12 23,46 12,1 38,61 26, ,69 22,48 25,62 24,1 35,99 35, ,18 22,79 34,55 28,87 39,13 44, ,35 33,13 36,51 33,2 41,46 42, ,17 26,7 32,98 35,28 42,52 37, ,38 23,46 37,83 34,8 46,36 41,

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Septembre L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador 2014 Ce Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats de l Enquête sur la population active pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador,

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Résumé de l évolution de l âge légal de départ (ouverture des droits) dans le tableau suivant : Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans

Résumé de l évolution de l âge légal de départ (ouverture des droits) dans le tableau suivant : Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans Réforme des retraites «2010» Les principales règles de «droit commun» qui changent pour les fonctionnaires Ce dossier n a pas pour ambition de reprendre l intégralité des différentes réformes passées,

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE POUR UNE APPRÉCIATION DE L ÉTAT DE SANTÉ DE LA POPULATION SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE DU RLS DE LA HAUTE-YAMASKA Personne-ressource Mario Richard Direction de santé publique Avril 2012 CONTEXTE Dans la foulée

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Octobre 2015 Ce Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats de l Enquête sur la population active pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador,

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

DOSSIER : L éducation physique, la santé et la réussite scolaire des jeunes!

DOSSIER : L éducation physique, la santé et la réussite scolaire des jeunes! DOSSIER : L éducation physique, la santé et la réussite scolaire des jeunes! Par Richard Chevalier Publié le 30 avril 2012 (Note aux lecteurs et lectrices : les références scientifiques sont disponibles

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B Population 1 Période N A % État de santé générale 7 Période N A Mesure B Mtl Mesure B Mtl % Écart à Tendance C Écart à Tendance C Population totale 2006 216 702 na 8 Espérance de vie Hommes 2001-2003 na

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

Quoi de nouveau dans GERER 2014 et le système Point de Service (Révisé 23 Avril 2014)

Quoi de nouveau dans GERER 2014 et le système Point de Service (Révisé 23 Avril 2014) Data Nine Inc. Software Solutions for Long Term Care / Logiciels pour soins de longue durée Quoi de nouveau dans GERER 2014 et le système Point de Service (Révisé 23 Avril 2014) Activités au cours de 2013

Plus en détail

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance :

Man Vs Woman. Tout d abord il existe des facteurs physiologiques qui semblent Ñtre Ö l origine de cet Äcart de performance : Man Vs Woman Les femmes sont souvent considäräes comme Å le sexe faible Ç et on peut remarquer que dans certains sports, les femmes sont souvent en minoritä par rapport aux hommes. Vient s ajouter la diffärence

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

Comparaison de l activité et de la consommation de fruits et légumes selon le poids chez les enfants et les jeunes

Comparaison de l activité et de la consommation de fruits et légumes selon le poids chez les enfants et les jeunes Octobre 2009 Comparaison de l activité et de la consommation de fruits et légumes selon le poids chez les enfants et les jeunes Introduction Selon des études fondées sur des données autodéclarées, la prévalence

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille

Rapport annuel du rendement du portefeuille 2013 Rapport annuel du rendement du portefeuille Présenté à la SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE PRINCIPALES CONCLUSIONS Principales conclusions Objectif de l accord : hausse de la conformité dans

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

Résultats détaillés des écoles

Résultats détaillés des écoles Résultats détaillés des écoles Comment interpréter les tableaux Les tableaux fournissent beaucoup de renseignements et chacun d eux est digne d attention. En général, nous recommandons au lecteur de prendre

Plus en détail

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006

DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 DOCUMENT D QUESTIONS SUR LA FISCALITÉ SCOLAIRE À LA SUITE DES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LOI SUR L INSTRUCTION PUBLIQUE EN 2006 AVRIL 2012 Les questions liées à l application de l étalement seront traitées

Plus en détail

Menu. Les enjeux et le futur de la profession comptable. Réseau CPA-Parlementaires. Daniel McMahon, FCPA, FCA

Menu. Les enjeux et le futur de la profession comptable. Réseau CPA-Parlementaires. Daniel McMahon, FCPA, FCA Les enjeux et le futur de la profession comptable Daniel McMahon, FCPA, FCA Président et chef de la direction Colloque CPA-Parlementaires 22 octobre 2014 Québec Menu Réseau CPA-Parlementaires Campagne

Plus en détail

Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale

Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale Éducation et santé : construire des indicateurs en comparaison internationale Patrice DE BROUCKER Réseau de l Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) sur les retombées professionnelles,

Plus en détail

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des

Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des Au cours des dernières années, la conjoncture des marchés locaux de l habitation a beaucoup changé, ce qui s est répercuté sur les prix des logements. Par exemple, les prix des habitations ont fléchi d

Plus en détail

Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec

Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec Sondage annuel 2010 sur le profil des travailleurs autonomes en technologies de l information et des communications au Québec Introduction Depuis 17 ans, l Association québécoise des informaticiennes et

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

Le rôle du gouvernement fédéral dans la réduction de la pauvreté au Canada : la vision du Nouveau-Brunswick

Le rôle du gouvernement fédéral dans la réduction de la pauvreté au Canada : la vision du Nouveau-Brunswick Le Front commun pour la justice sociale du Nouveau Brunswick, inc. (FCJS) Représenté par Auréa Cormier Conseillère provinciale du FCJS Le rôle du gouvernement fédéral dans la réduction de la pauvreté au

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 38996 FRA Québec, le : 17 septembre 2015 Membre : Lise Simard, commissaire Commission de l équité salariale et Fondation SRA Partie mise en cause Résolution

Plus en détail

Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante :

Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante : FICHE TD n 1 : LE POURCENTAGE Un pourcentage est la part, la proportion, que représente un sous-ensemble B dans un ensemble A. On le calcule de la manière suivante : Sous-ensemble B / Ensemble A x 100

Plus en détail

E X T R A I T. Evaluation de l application de la loi interdisant la vente de tabac aux jeunes de moins de 16 ans dans le canton de Fribourg

E X T R A I T. Evaluation de l application de la loi interdisant la vente de tabac aux jeunes de moins de 16 ans dans le canton de Fribourg Schweizerische Fachstelle für Alkohol- und andere Drogenprobleme Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies Istituto svizzero di prevenzione dell alcolismo e altre tossicomanie

Plus en détail

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés.

Augmenter l activité physique (principalement la marche) et améliorer l alimentation, chez les aînés. Efficacité d un programme pilote d intervention basé à domicile et appuyé par téléphone/courrier, pour l activité physique et la nutrition chez les aînés Fiche No 3 Lee AH, Jancey J, Howat P, Burke L,

Plus en détail

Un risque de perte d emploi plus élevé

Un risque de perte d emploi plus élevé N 25 Septembre 1999 Un risque de perte d emploi plus élevé en Languedoc-Roussillon En Languedoc-Roussillon, le risque de perdre son emploi dans l année est de 7 %. Il est supérieur de deux points à celui

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012.

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012. ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES Adopté le 27 août 2012. PLAN DE REDRESSEMENT UQTR L UQTR présente un Plan de redressement qui permettre

Plus en détail

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec

Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi. Commentaires du Conseil du patronat du Québec Consultations sur l établissement des taux de cotisation d assurance-emploi Commentaires du Conseil du patronat du Québec Novembre 2011 Le Conseil du patronat du Québec Le Conseil du patronat du Québec

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

Répartition des élèves du secondaire ayant consommé de la malbouffe selon la fréquence de consommation

Répartition des élèves du secondaire ayant consommé de la malbouffe selon la fréquence de consommation Définition : Répartition des élèves du secondaire selon la de malbouffe dans un restaurant ou un casse-croûte au cours de la dernière semaine d école. Utilité : La malbouffe réfère à des aliments de faible

Plus en détail

FINALE RECOMMANDATIONS PAR DÉCISION DU CONSEIL DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : LE 14 NOVEMBRE 1988

FINALE RECOMMANDATIONS PAR DÉCISION DU CONSEIL DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : LE 14 NOVEMBRE 1988 FINALE RECOMMANDATIONS POUR LE CALCUL DES VALEURS MINIMALES DE TRANSFERT DES RENTES PAR DÉCISION DU CONSEIL DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : LE 14 NOVEMBRE 1988 Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Évolution du marché du travail québécois :

Évolution du marché du travail québécois : ISSN 178-918 Volume 1, numéro 7 7 février Évolution du marché du travail québécois : De forts gains qui profitent aux jeunes et aux femmes Sommaire 1. Depuis 198, le marché du travail au a fait des progrès

Plus en détail

Étude du surpoids, de l obésité et des facteurs associés au surpoids chez les élèves de 6 ème scolarisés dans les collèges publics du département de

Étude du surpoids, de l obésité et des facteurs associés au surpoids chez les élèves de 6 ème scolarisés dans les collèges publics du département de Étude du surpoids, de l obésité et des facteurs associés au surpoids chez les élèves de 6 ème scolarisés dans les collèges publics du département de la Haute-Savoie Septembre 2003 Rédacteurs Karine Mantey

Plus en détail

1. Présentation du projet

1. Présentation du projet SONDAGE RAPPROCHER L ÉCOLE DES FAMILLES 1. Présentation du projet Le 31 mars dernier, une soirée d échanges à l intention des parents a été organisée par l Organisme de participation des parents de l école

Plus en détail

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1957. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003

Détermination de la durée d assurance applicable à la génération 1957. selon les règles de calcul définies par la loi de 2003 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2013 à 14h30 «I - La prévisibilité du montant de la retraite pour les assurés II - Avis technique sur la durée d assurance de la génération

Plus en détail

Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes

Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes 1. Diversités des systèmes de notation Le Guide d utilisation ECTS mis sur pied par la DG Education et Culture

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT AUX PROPOSITIONS DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT LES CONTRIBUTIONS D ASSURANCE À L INTENTION DES MEMBRES DU CONSEIL D'EXPERTS

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

Premier crédit et fidélité du client

Premier crédit et fidélité du client Premier crédit et fidélité du client Mardi 26 octobre 2004 Marc Roesch Dans les rapports d activités des IMF on trouve presque toujours un graphique présentant l évolution du nombre d adhérents ou du nombre

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

L activité physique au Canada

L activité physique au Canada Progrès en Prévention ISSN 1205-7037 L activité physique au Canada Selon les résultats du Sondage indicateur de l activité physique en 1995, près de 20 % des adultes au Canada sont suffisamment pour en

Plus en détail

PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES!

PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES! PROMOTION DE SAINES HABITUDES DE VIE AU TRAVAIL: STRATÉGIES CONCRÈTES! Par: Patrick Ménard B. Sc. Kinésiologie M. Sc. Kinanthropologie (Biomécanique ergonomique) PLAN 1) ISO-SANTÉ, c est quoi? 2) Quelques

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

diversifiés culturellement et linguistiquement : Essais randomisé et contrôlé

diversifiés culturellement et linguistiquement : Essais randomisé et contrôlé Vaincre les barrières à l activité physique (AP) dans une population d adultes plus âgés, Fiche No 28 diversifiés culturellement et linguistiquement : Essais randomisé et contrôlé Borschmann K., Moore

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Rapport annuel 2015 FORMATION MARCHANDISES DANGEREUSES

Rapport annuel 2015 FORMATION MARCHANDISES DANGEREUSES Rapport annuel 2015 FORMATION MARCHANDISES DANGEREUSES Faits et chiffres essentiels En 2015, le nombre de centres de formation continue SDR/ADR agréés est resté constant. 16 organisateurs de cours dispensent

Plus en détail

Phase de «décumulation» : quelle approche?

Phase de «décumulation» : quelle approche? Phase de «décumulation» : quelle approche? Avril 2012 Forum International d Epargne Retraite Allocation Globale & ALM Les différents étapes de l épargne 2 Phase de restitution En phase de restitution,

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

Préparé par : Tél. : Téléc. : 29 octobre 2015

Préparé par : Tél. : Téléc. : 29 octobre 2015 Une illustration conçue pour : Préparé par : Tél. : Téléc. : Date : SSQ, Société d assurancevie inc. 29 octobre 2015 Page 1 de 10 Non valide s'il manque des pages Le produit Revenu garanti ASTRA vous offre

Plus en détail

Body. Fit One. www.terraillon.com

Body. Fit One. www.terraillon.com Body Fit One www.terraillon.com A B.1 5 6 7 8 9 10 B.2 2 5 6 7 8 9 10 11 C.1 1 2 5 C.2 5 cf. B.1.9 B.1.10 B.2.9 B.2.11 C. cf. B.1.9 B.1.10 B.2.9 B.2.11 D.1 5 6 7 8 9 10 11 12 1 D.2 5 6 7 8 9 10 11 12 1

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

1 La prospérité économique et le défi de la productivité

1 La prospérité économique et le défi de la productivité ISSN 178-918 Volume 1, numéro 6 27 février 2 Productivité du travail au Une faible croissance qui nuit à la prospérité des Québécois Sommaire 1. La prospérité économique future du dépendra en grande partie

Plus en détail

HYDRO-QUEBEC SE RETROUVE AVEC DES SURPLUS D UN MILLIARD QU ELLE POURRAIT FAIRE PAYER AUX CITOYENS

HYDRO-QUEBEC SE RETROUVE AVEC DES SURPLUS D UN MILLIARD QU ELLE POURRAIT FAIRE PAYER AUX CITOYENS Droit d'auteur protégé, propriété du radiodiffuseur. Votre licence se limite à un usage privé, interne et non commercial. Toute reproduction, diffusion, transmission ou autre utilisation de la présente

Plus en détail

Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à 2014 au Canada

Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à 2014 au Canada A. Publicité Au Canada Évolution des revenus publicitaires par média (millions de $), de 2000 à au Canada Média 2000 2009 % de croissance 2009- % de croissance 2000- Télévision 2 450 3 103 3 658 3 582

Plus en détail

Recherche, analyse et rédaction. Remerciements. Comité de pilotage de la recherche

Recherche, analyse et rédaction. Remerciements. Comité de pilotage de la recherche Recherche, analyse et rédaction CD CONSULTANT Claude Ducharme 903, Chemin Sainte-Anne-des-Lacs Sainte-Anne-des-Lacs (Québec) J0R 1B0 (450) 224-1276 (514) 357-1028 (514) 912-0369 charmc@cgocable.ca Remerciements

Plus en détail

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes?

Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? JAMIE GOLOMBEK Prêts hypothécaires ou piña coladas : Mettez-vous votre retraite à risque lorsque vous choisissez de rembourser vos dettes? Jamie Golombek, CPA, CA, CFP, CLU, TEP Directeur gestionnaire,

Plus en détail

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX

L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX Novembre 2005 L ESTIMATION DES ÉCARTS SALARIAUX (articles 60 à 68) La Loi sur l équité salariale vise à corriger les écarts salariaux dus à la discrimination systémique fondée sur le sexe à l égard des

Plus en détail

PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab)

PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab) PROPOSITIONS DE MESURE DE GESTION : SOLE DU GOLFE DE GASCOGNE (CIEM VIIIab) Contexte : - L avis scientifique du CIEM de 2015 pour la sole en zone CIEM VIIIab préconise une atteinte du RMD dès 2016 conduisant

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche

Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche Les personnes avec incapacité et le marché du travail Synthèse de la recherche PRÉSENTATION Cette recherche 1 avait pour but de mieux connaître la situation de la population avec incapacité sur le marché

Plus en détail

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON

CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON N 86 - FISCAL n 16 - SOCIAL n 31 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 CICE : IMPACTS DES MODIFICATIONS DU CALCUL DE LA REDUCTION FILLON L essentiel Le crédit d'impôt

Plus en détail

Testing de maitrise du français en Communauté germanophone

Testing de maitrise du français en Communauté germanophone Ministerium der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens Testing de maitrise du français en Communauté germanophone Rapport intermédiaire : Mars 2013- Elèves de la 6 e année secondaire Niveau B2 Département

Plus en détail

PRATIQUES D ALIMENTATION ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES FEMMES

PRATIQUES D ALIMENTATION ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES FEMMES PRATIQUES D ALIMENTATION ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES FEMMES 8 L'EDSCI-II a collecté des informations relatives aux pratiques d'alimentation des enfants âgés de moins de cinq ans (allaitement

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Convention de gestion et de réussite éducative entre la Commission scolaire De La Jonquière et

Convention de gestion et de réussite éducative entre la Commission scolaire De La Jonquière et Convention de gestion et de réussite éducative entre la Commission scolaire De La Jonquière et l école Sacré-Coeur 2012-2013 PRÉAMBULE La convention de partenariat et la convention de gestion et de réussite

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

FORMATION D UN COMITÉ DE SUIVI D E S A C TI V ITÉS D U S E R V I C E A L I M E NTA I R E C O M P O S ITI O N D U C O M ITÉ D E S U I V I

FORMATION D UN COMITÉ DE SUIVI D E S A C TI V ITÉS D U S E R V I C E A L I M E NTA I R E C O M P O S ITI O N D U C O M ITÉ D E S U I V I CONTRÔLE DE LA QUALITÉ ET MESURE DE LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE La mesure de la satisfaction constitue une activité importante car elle permet aux dirigeants des services alimentaires de connaître

Plus en détail

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu

5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse. Aperçu 5. Les personnes âgées en Nouvelle-Écosse Aperçu En Nouvelle-Écosse, la population change; et la proportion des personnes âgées est de plus en plus importante. Entre 2007 et 2033, le nombre d aînés (65

Plus en détail

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final

Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Impact des événements du 11 septembre sur le secteur des attractions pour le mois de septembre Rapport final Ministère du Tourisme, de la Culture et des Loisirs de l Ontario Le 23 octobre 2001 TABLE DES

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE EN LIEN AVEC LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2015

CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE EN LIEN AVEC LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2015 CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE EN LIEN AVEC LA CONVENTION DE PARTENARIAT 2010-2015 ÉTABLISSEMENT GEORGES-ÉTIENNE-CARTIER ANNÉE 2015-2016 CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE HISTORIQUE

Plus en détail

Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC

Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC 11 décembre 2015 Bulletin de la campagne Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC Dans les prochaines semaines, les organismes communautaires autonomes en santé et services sociaux (OCASSS)

Plus en détail