LA REMUNERATION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA REMUNERATION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX"

Transcription

1 LA REMUNERATION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX PRINCIPES GENERAUX La rémunération des fonctionnaires est définie par l article 20 de la loi du 13 juillet 1983 auquel se réfère l article 87 de la loi du 26 janvier 1984 : «Les fonctionnaires ont droit après service fait» à une rémunération comprenant : les éléments obligatoires : - Traitement indiciaire (ou Traitement Brut ou Traitement de Base) - Nouvelle Bonification Indiciaire (si l agent remplit les conditions d attribution) - Supplément Familial de Traitement les éléments facultatifs : - indemnités instituées par un texte législatif ou réglementaire Selon l article 88 de la loi du 26 janvier 1984, l assemblée délibérante de chaque collectivité territoriale ou le conseil d administration d un établissement public fixe les régimes indemnitaires dans la limite de ceux dont bénéficient les différents services de l Etat. Les fonctionnaires territoriaux à temps complet ou à temps non complet, mais dont le temps de travail hebdomadaire est supérieur ou égal à 28 heures, sont affiliés à un régime spécial de retraite (CNRACL) et de sécurité sociale. Sommaire Les éléments obligatoires : Le traitement de base 2 Le Supplément Familial de Traitement (SFT) 3 La Nouvelle Bonification Indiciaire (NBI) 6 Les éléments facultatifs : Le régime indemnitaire 9 Les avantages en nature 9 1

2 LES ELEMENTS OBLIGATOIRES LE TRAITEMENT DE BASE Principe Le montant du traitement de l agent territorial (titulaire ou stagiaire) est fixé en fonction du grade de cet agent et de l échelon auquel il est parvenu ou de l emploi auquel il a été nommé par référence à un indice (article 20 de la loi du 13 juillet 1983 modifiée). En application de cet article, la rémunération de ces agents est calculée par référence à une grille indiciaire dotée : d un indice brut (IB) dit «indice de carrière «ou «d avancement» ou «hiérarchique», d un indice majoré (IM) dit «indice de rémunération». Il est à noter que les agents non titulaires sont soumis aux mêmes conditions de rémunération indiciaire. Toutefois, il existe certaines dérogations au principe de classement des agents lors de leur nomination en qualité de stagiaire (lors d un premier accès à la Fonction Publique Territoriale), d avancement de grade et de promotion interne. Celles-ci concernent, entre autres : l existence de classements dérogatoires selon le grade (échelons provisoires, échelons autres que le premier échelon pour le stage) ; maintien de la rémunération des stagiaires au niveau de celle perçue précédemment au titre d un contrat ou d un acte de recrutement en qualité d agent non titulaire ; maintien de la rémunération des fonctionnaires nommés sur un emploi de collaborateur de cabinet lorsque la règle de classement aboutit à une rémunération inférieure à celle perçue dans l emploi de fonctionnaire (règle des 90 % de la rémunération perçue par le fonctionnaire du grade le plus élevé dans la collectivité concernée). Calcul du Traitement de Base L article 2 du décret n du 24 octobre 1985 relatif à la rémunération des fonctionnaires fixe la règle du calcul des traitements et soldes soumis à retenues pour pension, par référence à l indice 100. Ce décret est revalorisé régulièrement, suite aux négociations nationales entre les organisations syndicales et le gouvernement. Ainsi, le décret n du 30 septembre 2009 a porté, à compter du 1 er octobre 2009, la valeur annuelle du traitement défini à l article 20 de la loi du 13 juillet 1983 modifiée, afférent à l indice majoré 100, à 5 528,71 euros ( à compter du 1 er juillet 2009). De ce fait, à compter du 1 er octobre 2009, le traitement de base annuel (TBA) est égal à : TBA = valeur de l indice 100 x Indice Majoré de l agent 100 TBM = valeur de l indice 100 x Indice Majoré de l agent 100 x 12 Exemple : Un adjoint administratif de 2 ème classe au 1 er échelon (IB=297 ; IM=292) à temps complet, son traitement de base mensuel sera de : TBM = x 292 = 1 345,32 /mois 12 x 100 2

3 Calcul du Traitement Indiciaire des agents à temps partiel Nous admettrons que notre agent administratif travaille à : 90 % => 1 345,32 x 32/35 ème soit 1 230,01 /mois (91,4286 %) 80 % => 1 345,32 x 6/7 ème soit /mois (85,7143 %) 70 % => 1 345,32 x 70 % soit /mois 60 % => 1 345,32 x 60 % soit /mois 50 % => 1 345,32 x 50 % soit /mois Ces différents modes de calcul des temps partiels émanent de l article 6 de l ordonnance n du 31 mars Cette dernière admet en effet une dérogation au bénéfice des personnes autorisées à exercer leurs fonctions à 80 ou 90 % de la durée légale de service. Dans ce cas, la rémunération est égale respectivement au 6/7 ème ou 32/35 ème de la rémunération statutaire à temps complet. LE SUPPLEMENT FAMILIAL DE TRAITEMENT (S.F.T) Références : - Loi n du 13 juillet 1983 modifiée portant d roit et obligations des fonctionnaires - Décret n du 24 octobre 1985 modifié - Code de la Sécurité Sociale, livre V (notion d enfants à charge - article L 521-2) - Loi n du 26 juillet 1991, article 4 (non-cu mul du SFT pour un couple de fonctionnaires) Le S.F.T. est alloué, en plus des prestations familiales de droit commun, en fonction du nombre d enfants dont les agents assument la charge permanente et effective, à raison d un seul droit par enfant. Bénéficiaires Statut Le S.F.T. est ouvert aux agents de la fonction publique territoriale dont la rémunération est fixée par référence aux traitements des fonctionnaires ou évolue en fonction des variations de ces traitements, à l exclusion des agents rétribués sur un taux horaire ou à la vacation, ainsi que les agents sous contrat CES, CEC, emplois-jeunes, assistantes maternelles, Pacte junior, CAE, CA, sapeurs pompiers volontaires, Peuvent ainsi en bénéficier, qu ils exercent leur activité à temps complet, non complet ou partiel : Les fonctionnaires territoriaux, Les agents publics territoriaux non titulaires, Les fonctionnaires et agents de l Etat, Les militaires à solde mensuelle, Les magistrats, Les fonctionnaires des hôpitaux publics, Les agents publics non titulaires des hôpitaux publics. La règle de l interdiction du cumul Principe Si les deux parents d un enfant sont fonctionnaires, militaires, magistrats, agents publics, seul l un d entre eux peut percevoir le S.F.T. «Le S.F.T. n est pas cumulable avec un avantage de même nature accordé pour un même enfant par un organisme public ou financé sur des fonds publics» (article 20 de la loi du 13 juillet 1983 modifiée). En effet, la règle de non-cumul concerne également les agents de droit privé travaillant pour le compte d un service public, comme par exemple les agents de la SNCF, de la RATP, d EDF-GDF, de la Banque de France, etc 3

4 Conséquences Lorsque les deux membres d un couple de fonctionnaires assument la charge du ou des mêmes enfants, le bénéficiaire du S.F.T. est celui d entre eux qu ils désignent d un commun accord. Cette option ne peut être remise en cause qu au terme d un délai d un an. Il est opportun que ce choix soit matérialisé par écrit. Le S.F.T. comportant un élément proportionnel au salaire, l intérêt des conjoints est de choisir celui d entre eux qui bénéficie du traitement indiciaire le plus élevé (valable pour un indice majoré supérieur à 448). Conditions d attribution La notion d enfants à charge Par conséquent, la notion d enfant à charge ne suppose aucun lien juridique de filiation avec le bénéficiaire du S.F.T.: l enfant peut être légitime, naturel (reconnu ou non, adoptif ou simplement recueilli. La preuve de la charge des enfants peut être apportée par tout moyen (attestation de la Caisse d allocations familiales, certificat de scolarité ou attestation de stage, bulletin de salaire pour les enfants salariés ). L âge de l enfant Ouvre droit au S.F.T. : Tout enfant jusqu à la fin de l obligation scolaire, soit jusqu à 16 ans ; Après la fin de l obligation scolaire et jusqu à l âge de 20 ans, l enfant salarié dont la rémunération n excède pas 55 % du SMIC, à condition : Qu il poursuive ses études, Qu il soit placé en apprentissage ou en stage de formation professionnelle, Qu il ait droit à l allocation d éducation spéciale ou se trouve, par suite d infirmité ou de maladie chronique, dans l incapacité de se consacrer à une activité professionnelle. Modalités d attribution du S.F.T. en cas de recomposition familiale Référence : article 11 du décret n modifié En cas de rupture de la vie commune, le S.F.T. est versé à la personne qui «assure de façon effective et permanente» la garde de l enfant, qu elle soit agent public ou ex-conjoint d un agent public. Dans le cas d une garde partagée, le S.F.T. est calculé sur l ensemble des enfants dont les parents ont la garde et est versé aux ex-conjoints au prorata du nombre d enfants à charge dans chaque foyer. Dans tous les cas : Que les parents soient divorcés, séparés de droit ou de fait ou ex-concubins, Qu ils soient l un ou l autre agent public ou bien tous les deux agents publics, Que les ex-conjoints soient remariés ou non, le S.F.T. est calculé sur la base du traitement de l agent public du chef duquel les droits sont ouverts (ou qui a été choisi d un commun accord s il s agit d un couple d agents publics), pour l ensemble des enfants dont il est le parent ou dont il la charge effective et permanente. Ensuite seulement, il est calculé sur la base du nombre d enfants ouvrant droit au S.F.T., puis réparti au prorata du nombre d enfants à la charge de chaque bénéficiaire. 4

5 Modalités de calcul du S.F.T. Le S.F.T. comprend un élément fixe et un élément proportionnel. Ce dernier est calculé en pourcentage du traitement indiciaire de l agent. Nombre d enfants Elément fixe mensuel Elément proportionnel 1 enfant 2,29-2 enfants 10,67 3 % 3 enfants 15,24 8 % par enfant en sus du 3ème 4,57 6 % Les agents dont l indice de rémunération est inférieur ou égal à l indice majoré 448 (indice brut 524) perçoivent le S.F.T. correspondant à l indice majoré 448 (élément fixe + élément proportionnel). Exemple : un agent rémunéré sur la base de l indice majoré 345 avec deux enfants : Elément fixe :... 10,67 Elément proportionnel : + IM 345 < IM 448 => : Traitement indiciaire IM = ,05 x 3 % 61,92 Total SFT à verser :... 72,59 Les agents dont l indice de rémunération est supérieur ou égal à l indice majoré 716 (indice brut = 879) perçoivent le S.F.T. afférent à l indice majoré 716. Exemple : un agent rémunéré sur la base de l indice majoré 780 avec trois enfants : Elément fixe :... 15,24 Elément proportionnel : + IM 780 > IM 716 => : Traitement indiciaire IM = ,10 x 8 % 218,57 Total SFT à verser : ,81 Conséquence : Il y a lieu d utiliser le mode de calcul du SFT que lorsque 449 < IM de l agent < 715. Cas particuliers Agents à temps non complet Le S.F.T. est calculé au prorata du nombre d heures hebdomadaires de service de leur emploi, rapporté à la durée hebdomadaire de travail dans la collectivité. Exemple : nous reprenons l agent précédent rémunéré sur la base de l indice majoré 780 avec trois enfants. Celui-ci est recruté par la collectivité sur un poste non complet : 14,5/35 ème : Total S.F.T. pour l agent à temps complet : ,81 Total S.F.T. à verser pour l agent à 14,5/35 ème : 233,81 x 14,5/35 =... 96,86 Exceptions Selon la circulaire n FP 7 n 1958 du 09 août 1999, l élément fixe de 2,29 pour un enfant ne doit pas être proratisé. Agents à temps partiel En application de l article 60 de la loi du 26 janvier 1984, «le SFT de l agent à temps partiel ne peut être inférieur au montant minimum versé aux fonctionnaires travaillant à temps plein ayant le même nombre d enfants à charge». En revanche, dès lors qu un agent a un indice de traitement lui permettant de bénéficier d un S.F.T. supérieur au montant plancher (c est-à-dire IM>448), il convient de comparer le SFT auquel il peut prétendre proratisé, avec le montant plancher du S.F.T. correspondant. 5

6 Agents en congé maladie Le S.F.T. étant versé pour contribuer aux charges de famille, il est intégralement maintenu à l agent indisponible pour raison de santé et ce, même pendant la période où il est rémunéré à demi traitement. Dates d ouverture et d extinction du droit Le versement du S.F.T. prend effet au premier jour du mois qui suit celui au cours duquel sont réunies les conditions d ouverture du droit. Exemple : naissance d un enfant le 15/04/2010 => versement du S.F.T. à partir du 01/05/2010 En revanche, le versement du S.F.T. cesse dès le premier jour du mois civil au cours duquel ne sont plus remplies les conditions d ouverture du droit sauf en cas de décès de l agent ou d un enfant à charge, auxquels cas il cesse d être dû le 1 er jour du mois civil qui suit le décès. Exemples : Enfant poursuivant des études qui atteint l âge de 20 ans le 15/04/2010 => suppression du S.F.T. à compter du 01/04/2010 ; Décès de l enfant à charge le 15/04/2010 => suppression du S.F.T. à compter du 01/05/2010. Prélèvements sociaux et fiscaux Les prélèvements sociaux Concernant les cotisations sociales, il convient de distinguer les cotisations de retraite des cotisations de sécurité sociale (maladie, invalidité, ). Le S.F.T. n est pas assujetti aux cotisations des régimes de retraite des agents publics. Il est donc exclu de l assiette des cotisations à la CNRACL et de l assiette des cotisations IRCANTEC. Le S.F.T. donne lieu à cotisation de sécurité sociale pour les agents non titulaires, ainsi que pour les agents titulaires et stagiaires effectuant moins de 28 heures par semaine. En revanche, pour les agents relevant de la CNRACL, le SFT en est exclu. Les prélèvements fiscaux Le S.F.T. est intégré au revenu imposable puisqu il constitue un complément de rémunération. Il est donc assujetti aux prélèvements à caractère fiscal que sont la CSG, la CRDS et la contribution de solidarité. Prescription Sont prescrits les droits au S.F.T. qui n ont pas été payés dans un délai de 4 ans à partir du 1 er jour de l année suivant celle au cours de laquelle ils ont été acquis. La prescription est interrompue par toute demande de paiement ou toute réclamation écrite adressée par l agent à l autorité territoriale. LA NOUVELLE BONIFICATION INDICIAIRE (N.B.I.) Références : - Loi n du 18 janvier 1991 article 27 II - Décret n du 24 juillet 1991 modifié portant attribution de la NBI à certains personnels de la fonction publique territoriale. - Articles 2, 3 et 4 du décret n du 18 juin Décret du 03 juillet 2006 Objet La NBI a été instituée pour favoriser certains emplois relevant d une technicité particulière ou entrainant une responsabilité particulière dans l exercice de certaines fonctions. 6

7 Elle constitue un élément de rémunération à part entière, distinct du traitement lié à l indice majoré afférent à l échelon détenu par l agent. Elle est un droit pour les agents qui remplissent les conditions pour l obtenir. Applicable donc de plein droit, aucune délibération n est nécessaire pour rendre son versement effectif. Toutefois, il est vivement recommandé que l autorité hiérarchique matérialise sa décision par un arrêté pour plusieurs raisons : assurer une transparence dans les conditions d attribution de la bonification indiciaire et ainsi pouvoir être opposé en cas de contentieux assurer le suivi de la rémunération en cas d aléa dans les conditions d attribution servir de pièce justificative de la dépense vis-à-vis du comptable servir de pièce justificative auprès de la CNRACL pour le calcul de la retraite de l agent. Le décret précité fixe les conditions d attribution de la NBI et détermine en annexe les fonctions des agents pouvant y prétendre. Un nombre de points est alors ajouté à l indice majoré correspondant à l indice brut détenu par l agent. Bénéficiaires Seuls les agents titulaires ou stagiaires exerçant l un des emplois visés par le décret peuvent bénéficier de la NBI. Les agents non titulaires sont exclus de cet avantage. Exercice des fonctions La NBI est liée à la pérennité de l exercice des fonctions concernées. Elle est supprimée lorsque l agent cesse d exercer les fonctions ayant suscité son versement. L exercice de fonctions à temps complet ou à temps non complet est sans effet sur l ouverture du droit à la NBI. Versement La NBI est versée au prorata de la durée hebdomadaire de service de l agent dans les mêmes conditions que le traitement de base (temps partiel ou non complet) (article 3 du décret n du 18 juin 1993). Elle est maintenue aux agents dans les mêmes proportions que le traitement à l occasion : du congé annuel et du congé bonifié, des congés de maladie ordinaire, du congé pour accident de service, du congé de longue maladie tant que l intéressé n est pas remplacé dans ses fonctions, du congé de maternité ou d adoption (article 2 du décret n du 18 juin 1993) En revanche, la NBI ne peut être versée à l agent placé en congé longue durée. Elle est réduite de moitié pour le fonctionnaire admis au bénéfice de la cessation progressive d activité. Effets La NBI est prise en compte pour le calcul de l indemnité de résidence et du supplément familial de traitement. Elle entre dans le calcul des primes et indemnités fixées en pourcentage du traitement indiciaire de l agent, à l exception des primes prises en compte pour le calcul de la pension (article 4 du décret n du 18 juin 1993). La NBI ouvre droit à un supplément de pension de retraite (article 27 de la loi du 18 janvier 1991 et article 1 er du décret du 24 juillet 1991 et circulaire ministérielle du 15 mars 1993). Calcul de la NBI Selon la nature des fonctions exercées, l indice majoré servant de calcul du traitement de base du bénéficiaire est augmenté du nombre de points d indice prévu par le décret du 24 juillet

8 Le traitement de base de l agent sera calculé à partir de l indice nouveau bonifié (IM + nombre de points NBI, soit pts = IM bonifié : 357) NBI = valeur de l indice 100 x Indice Majoré bonifié ou NBI = (TBI / IM) x 15 points 100 x 12 Cumul de bonifications indiciaires Le principe est celui de l interdiction de cumuler plusieurs bonifications indiciaires. Lorsque l agent peut bénéficier de plusieurs bonifications, il doit choisir celle qui sera effectivement versée. Cotisations et charges sociales La NBI entre dans l assiette des cotisations : dues à la CNRACL, dues au régime spécial de Sécurité Sociale dues au titre de la CSG et CRDS prises en compte pour la détermination du seuil d assujettissement à la contribution de solidarité et dans l assiette de cette contribution. Pour ce qui concerne la vieillesse, l agent cotise au taux de droit commun. En revanche, la NBI n est pas soumise à cotisation ATIACL, ni à l Allocation Temporaire d Invalidité. Enfin, elle est exclue de l assiette de la cotisation au RAFP et n est pas prise en compte pour la détermination du plafond des 20 %. Vous trouverez un modèle d arrêté d attribution, un modèle de retrait. 8

9 LES ELEMENTS FACULTATIFS LE REGIME INDEMNITAIRE Références : - Loi n du 26 janvier 1984 article 88 - Décret du 06 septembre 1991 Principe Le régime indemnitaire se définit comme un complément de traitement distinct des autres éléments de rémunération. Les avantages consentis au titre du régime indemnitaire ont un caractère facultatif. Une décision de l organe délibérant est donc indispensable pour l attribution des diverses primes et indemnités. Il n existe pas d effet rétro-actif pour le régime indemnitaire (car n est pas obligatoire). Celles-ci sont regroupées de la manière suivante : Primes et indemnités ayant le caractère de remboursement de frais (frais de déplacement, de missions, changement de résidence) Primes et indemnités compensant une sujétion de service particulière des contraintes professionnelles (prime informatique, indemnité pour travaux dangereux, insalubres ou salissants, IHTS, prime de sujétion, prime d encadrement, prime de responsabilité, IFTS ) Primes et indemnités dont l objet est d accroître la rémunération compte tenu de la valeur professionnelle de l agent, de sa technicité, de ses responsabilités (prime de service et de rendement, indemnité spécifique de service, prime de fin d année à condition qu elle ait été instituée avant le 27 janvier 1984 ; elle ne peut plus être instituée au-delà de cette date). A titre d informations, vous trouverez en annexe un tableau récapitulant les quatre principales indemnités octroyées aux agents dans les collectivités, avec les conditions et modalités d attribution. Un modèle de délibération et d arrêté individuel est également à votre disposition sur ce site. Vous trouverez un tableau récapitulatif. LES AVANTAGES EN NATURE Ils feront l objet d un article ultérieur. 9

La paie. A. Valeur de l indice 100 : 1. LE TRAITEMENT INDICIAIRE DE L AGENT 3. SUPPLÉMENT FAMILIAL DE TRAITE- MENT

La paie. A. Valeur de l indice 100 : 1. LE TRAITEMENT INDICIAIRE DE L AGENT 3. SUPPLÉMENT FAMILIAL DE TRAITE- MENT La paie C a l c u l d e s é l é m e n t s d e l a r é m u n é r a t i o n p r i n c i p a l e 1. LE TRAITEMENT INDICIAIRE DE L AGENT Il est fixé en fonction du grade de l agent et de l échelon auquel il

Plus en détail

LA REMUNERATION. Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983. I. Composition de la rémunération. A. Les éléments obligatoires

LA REMUNERATION. Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983. I. Composition de la rémunération. A. Les éléments obligatoires LA REMUNERATION Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 I. Composition de la rémunération A. Les éléments obligatoires 1) Le traitement indiciaire Pour chaque grade, un texte réglementaire,

Plus en détail

LE SUPPLEMENT FAMILIAL DE TRAITEMENT

LE SUPPLEMENT FAMILIAL DE TRAITEMENT FF II CC HH EE PP RR AA TT I QQ UU EE CC DD GG 55 00 LE SUPPLEMENT FAMILIAL DE TRAITEMENT L E S S E N T I E L Le supplément familial de traitement est un élément obligatoire du traitement accordé à un

Plus en détail

Pouvoir d achat Indemnité de garantie individuelle (G.I.P.A.)

Pouvoir d achat Indemnité de garantie individuelle (G.I.P.A.) REMUNERATION Note d information n 14-13 du 17/03/2014 Pouvoir d achat Indemnité de garantie individuelle (G.I.P.A.) 2014 Références - Décret n 2008-539 du 6 juin 2008 relatif à l'instauration d'une indemnité

Plus en détail

Dossier réalisé par le Service juridique de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France à jour au 1 er février 2009

Dossier réalisé par le Service juridique de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France à jour au 1 er février 2009 LA REMUNERATION DES SAPEURS-POMPIERS PROFESSIONNELS Dossier réalisé par le Service juridique de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France à jour au 1 er février 2009 SOMMAIRE Pages Rémunération

Plus en détail

Elément proportionnel au traitement de l IM. 1 enfant 2.29 0 % 2.29 2.29. 2 enfants 10.67 3 % 73.04 110.27. 3 enfants 15.24 8 % 181.56 280.

Elément proportionnel au traitement de l IM. 1 enfant 2.29 0 % 2.29 2.29. 2 enfants 10.67 3 % 73.04 110.27. 3 enfants 15.24 8 % 181.56 280. Circulaire n 2015-01 R du 7 janvier 2015 Sandrine BERGER - 04 77 42 67 28 - finances@cdg42.org Anaïs BERNARD - 04 77 01 01 74 - finances2@cdg42.org 1 er janvier 2015 Salaires et charges sociales Régime

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : REGIME DE L EXONÉRATION SOCIALE ET FISCALE

HEURES SUPPLEMENTAIRES : REGIME DE L EXONÉRATION SOCIALE ET FISCALE DATE D EFFET : 1er OCTOBRE 2007 HEURES SUPPLEMENTAIRES : REGIME DE L EXONÉRATION SOCIALE ET FISCALE TEXTES DE REFERENCE : Loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

Syndicat CGT du Centre Hospitalier Comminges-Pyrénées. Bulletin de salaire

Syndicat CGT du Centre Hospitalier Comminges-Pyrénées. Bulletin de salaire Syndicat CGT du Centre Hospitalier Comminges-Pyrénées Bulletin de salaire De nombreux agents de la fonction publique hospitalière ont des difficultés pour lire et comprendre leur fiche de paie mensuelle.

Plus en détail

LE CAPITAL DECES (Fonctionnaires affiliés à la CNRACL)

LE CAPITAL DECES (Fonctionnaires affiliés à la CNRACL) Mise à jour : 02/03/2016 LE CAPITAL DECES (Fonctionnaires affiliés à la CNRACL) Le capital décès est une prestation à la charge de la collectivité (Article 119 - Loi n 84-53 du 26.01.1984 ; Article L.

Plus en détail

Séance d information Actifs. Direction des Retraites et de la Solidarité

Séance d information Actifs. Direction des Retraites et de la Solidarité Direction des Retraites et de la Solidarité 2015 La retraite en France Assurance Retraite (Régime Général de la Sécurité Sociale) 2 Sommaire Introduction La CNRACL Caisse nationale de retraites des agents

Plus en détail

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014 Elus locaux Note d information n 14-05 du 14 janvier 2014 Mise à jour du 03/04/2014 Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2014 Références Article 18 de la loi de financement de

Plus en détail

Le bulletin de salaire

Le bulletin de salaire Le bulletin de salaire Traitement brut, net à payer, total charges patronales Que signifient les indications portées sur le bulletin de salaire? A quoi correspondent les sommes déduites du salaire brut?

Plus en détail

NOTE D INFORMATION N 35

NOTE D INFORMATION N 35 Pôle RESSOURCES HUMAINES Tél. : 03 83 67 48 19 Service Carrière Email : carriere@cdg54.fr Fax : 03 83 97 88 44 NOTE D INFORMATION N 35 LE TEMPS PARTIEL REFERENCES : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant

Plus en détail

LES COTISATIONS PATRONALES ET SALARIALES applicables par les employeurs publics territoriaux Mise à jour au 1 er janvier 2016

LES COTISATIONS PATRONALES ET SALARIALES applicables par les employeurs publics territoriaux Mise à jour au 1 er janvier 2016 Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Garonne Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Garonne LES COTISATIONS PATRONALES ET SALARIALES applicables

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES 2008

UNIVERSITES DES MAIRES 2008 Un ensemble de textes souvent mal connus issus de : - la loi du 3 février 1992 ; - la loi du 5 avril 2000 ; - la loi du 27 février 2002. Une information en direction des employeurs menée par l AMF. Une

Plus en détail

Cotisations sociales par régimes de sécurité sociale et par organismes de recouvrement

Cotisations sociales par régimes de sécurité sociale et par organismes de recouvrement Rémunération sociales par régimes de sécurité sociale et par organismes de recouvrement Organisme de recouvrement URSSAF CNRACL Régime spécial de sécurité sociale Régime général de sécurité sociale CRDS

Plus en détail

statutaire Le capital décès

statutaire Le capital décès Fiche statutaire Le capital décès Statut général Art. 119 et Art. 136 de la loi n 84-53 du 26/01/84 Art. L. 416-4 du code des communes Art. D. 361-1 du code de la sécurité sociale Art. D 712-19 à D. 712-24

Plus en détail

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V

I. DELIVRANCE OBLIGATOIRE D UN BULLETIN DE PAIE II. FORME ET CONTENU DU BULLETIN DE PAIE III. SANCTION IV. CONSERVATION DU BULLETIN DE PAIE V BULLETIN DE PAIE 29/01/2015 L'employeur doit délivrer à chaque salarié un bulletin de paie lors du versement de la rémunération sans que l intéressé ait à le lui demander. Cette obligation s étend à toute

Plus en détail

Groupe de travail rémunérations. 23 septembre et 17 octobre 2014

Groupe de travail rémunérations. 23 septembre et 17 octobre 2014 Groupe de travail rémunérations 23 septembre et 17 octobre 2014 1 28/10/2014 SOMMAIRE Eléments de rémunération des fonctionnaires et agents statutaires CANSSM Eléments de rémunération agents sous convention

Plus en détail

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent

Les RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES de la Haute-Garonne vous informent REMUNERATION DES ASSISTANTES MATERNELLES Montant Brut Net SMIC horaire 9 (au 01/01/11) Montant minimum du salaire de base pour une journée d accueil de 8 heures: SMIC x 2,25 h (fixé par la loi de 1992)

Plus en détail

Attribution d'une bonification indemnitaire à certains fonctionnaires de catégorie A et B

Attribution d'une bonification indemnitaire à certains fonctionnaires de catégorie A et B CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/10/MLO

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE

CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE CONSEQUENCES SUR LES PERSONNELS DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE A FISCALITE PROPRE L article L. 5211-41-3 du CGCT garantit que «l ensemble des personnels des EPCI

Plus en détail

Retraite et invalidité. Martine Mongellaz DU de Médecine Agréée décembre 2011

Retraite et invalidité. Martine Mongellaz DU de Médecine Agréée décembre 2011 Retraite et invalidité Martine Mongellaz DU de Médecine Agréée décembre 2011 Plan de l intervention Le début de la carrière : stage et affiliation CNRACL A l issue du stage : pension d invalidité du stagiaire

Plus en détail

ASTREINTES REMUNERATION ET COMPENSATION INTERVENTION ET PERMANENCES

ASTREINTES REMUNERATION ET COMPENSATION INTERVENTION ET PERMANENCES REGIME INDEMNITAIRE ASTREINTES Note d information N 2005-23 du 1 er octobre 2005 ASTREINTES REMUNERATION ET COMPENSATION INTERVENTION ET PERMANENCES REFERENCES Décret n 2015-415 du 14 avril 2015 relatif

Plus en détail

Guide pratique de l employeur

Guide pratique de l employeur PRÉVOYANCE Guide pratique de l employeur Accords régionaux de prévoyance du 24 septembre 2009 visant les salariés non-cadres des Exploitations de Pépinières et d Horticulture de la région Midi-Pyrénées

Plus en détail

I PLAFOND de SECURITE SOCIALE

I PLAFOND de SECURITE SOCIALE CIRCULAIRE d INFORMATIONS n 2013/01 du 11 janvier 2013 Plafond de sécurité sociale SMIC Revalorisation des indices cotisations sociales au 1 er janvier 2013 I PLAFOND de SECURITE SOCIALE Réf. : Arrêté

Plus en détail

COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ELECTORAUX

COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ELECTORAUX PAIES INFORMATISEES MARS 2014 Travaux électoraux Notice explicative COMPENSATION OU INDEMNISATION DES TRAVAUX ELECTORAUX Références : - Décret n 2002-60 du 14 janvier 2002 modifié relatif aux indemnités

Plus en détail

1 - CONDITIONS GENERALES

1 - CONDITIONS GENERALES Annexe 1 NOTE D INFORMATION SUR LES MODALITES D ADMISSION A LA RETRAITE ET DE LIQUIDATION DU DROIT A PENSION Les dispositions ci-dessous sont celles qui s appliquent en l état actuel de la réglementation.

Plus en détail

LE CONGÉ MATERNITÉ. La reprise de travail ne peut pas intervenir avant l expiration d une période de 6 semaines après la naissance.

LE CONGÉ MATERNITÉ. La reprise de travail ne peut pas intervenir avant l expiration d une période de 6 semaines après la naissance. indisponibilité texte en tête physique taille 16 n 9 Agents non titulaires de droit public LE CONGÉ MATERNITÉ 1. Références, définition et conditions d octroi Références : articles 10, 12, 27 à 32 du décret

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES

CIRCULAIRE CDG90 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES CIRCULAIRE CDG90 13/08 MODALITÉS DES EXONÉRATIONS D IMPÔTS ET DE COTISATIONS SALARIALES SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES! Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives

Plus en détail

LOT UNIQUE - ASSURANCES RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL TITULAIRE (CNRACL) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

LOT UNIQUE - ASSURANCES RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL TITULAIRE (CNRACL) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) LOT UNIQUE - ASSURANCES RISQUES STATUTAIRES DU PERSONNEL TITULAIRE (CNRACL) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) CES EVENEMENTS SERONT ASSURES SELON LES CONDITIONS GENERALES, ET CONVENTIONS

Plus en détail

LA RETRAITE ADDITIONNELLE

LA RETRAITE ADDITIONNELLE QUESTIONS SOCIALES Note d information 05-27 du 19 mai 2005 Modifiée le 26 septembre 2008 FONCTIONNAIRES C.N.R.A.C.L. LA RETRAITE ADDITIONNELLE Date d effet : 1 er janvier 2005 Complément d'informations

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

LE REGIME INDEMNITAIRE DES AGENTS TERRITORIAUX

LE REGIME INDEMNITAIRE DES AGENTS TERRITORIAUX Circulaire d'informations n 2015/04 du 23 janvier 2015 Annule et remplace la circulaire n 2014/07 du 10 juillet 2014 LE REGIME INDEMNITAIRE DES AGENTS TERRITORIAUX Cette mise à jour concerne le coefficient

Plus en détail

Pouvoir d achat Indemnité de garantie individuelle (G.I.P.A.)

Pouvoir d achat Indemnité de garantie individuelle (G.I.P.A.) REMUNERATION Note d information n 10-09 du 29 juin 2010 Pouvoir d achat Indemnité de garantie individuelle (G.I.P.A.) 2010 Références - Décret n 2008-539 du 6 juin 2008 modifié relatif à l'instauration

Plus en détail

Qu est-ce que la retraite additionnelle des fonctionnaires?

Qu est-ce que la retraite additionnelle des fonctionnaires? Le Snasub/Fsu au service des personnels administratifs, ITRF et des Bibliothèques de l'académie d'amiens Qu est-ce que la retraite additionnelle des fonctionnaires? Qu est-ce que la retraite additionnelle?

Plus en détail

LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE

LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE République française Polynésie française www.cgf.pf LES EMPLOIS FONCTIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE (Mode d emploi) (Applicable à partir du 1 er août 2012 pour toutes les communes) SOMMAIRE

Plus en détail

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION

LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION LE VERSEMENT DE LA REMUNERATION 1. Quels sont les modes de paiement du salaire? 2. Quelle est la méthode de calcul du salaire en cas d absence non rémunérée? 3. Comment est déterminé le salaire des salariés

Plus en détail

La retraite des fonctionnaires internationaux

La retraite des fonctionnaires internationaux Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Rencontres

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE

LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE 09/09/09 LE DISPOSITIF DE CUMUL EMPLOI / RETRAITE fiches pratiques SOMMAIRE introduction le cumul emploi-retraite dans le régime général de la sécurité sociale 1. Conditions d ouverture du droit au cumul

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES GROUPE

RESSOURCES HUMAINES GROUPE BILAN SOCIAL 2014 BNP PARIBAS SA RESSOURCES HUMAINES GROUPE La banque d un monde qui change SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS)

REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS) Ville et CCAS REGLEMENT INTERIEUR DU CET (COMPTE EPARGNE TEMPS) page 1/8 Sommaire OUVERTURE DU COMPTE EPARGNE TEMPS ALIMENTATION DU COMPTE EPARGNE TEMPS CAS PARTICULIER DES AGENTS ANNUALISÉS UTILISATION

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2013 BNP PARIBAS S.A. 2011 SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11

Plus en détail

LA GARANTIE INDIVIDUELLE DU POUVOIR D'ACHAT (GIPA) au titre de l'année 2015

LA GARANTIE INDIVIDUELLE DU POUVOIR D'ACHAT (GIPA) au titre de l'année 2015 REMUNERATION Note d information N 2015-17 du 13 février 2015 LA GARANTIE INDIVIDUELLE DU POUVOIR D'ACHAT (GIPA) au titre de l'année 2015 REFERENCES Décret n 2008-539 du 6 juin 2008 modifié relatif à l'instauration

Plus en détail

CdG 21 De la fonction publique territoriale De Côte d'or

CdG 21 De la fonction publique territoriale De Côte d'or CdG 21 De la fonction publique territoriale De Côte d'or INDEMNITES HORAIRES REFERENCE JURIDIQUE Décret n 2002-60 du 14 janvier 2002 relatif aux indemnités horaires pour travaux supplémentaires PRINCIPES

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE ÉVALUATION ET COTISATIONS

AVANTAGES EN NATURE ÉVALUATION ET COTISATIONS Circulaire du 19 mai 2003 Dernière mise à jour janvier 2015 AVANTAGES EN NATURE ÉVALUATION ET COTISATIONS Réf. : - Articles L.242-1 et R242-1 du Code de la sécurité sociale. - Arrêté du 10 décembre 2002

Plus en détail

Les notions de base. Réforme des retraites. Définitions et Tableaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

Les notions de base. Réforme des retraites. Définitions et Tableaux CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Les notions de base Année d ouverture du droit à pension ou année de référence: c est l année à partir de laquelle le fonctionnaire remplit toutes les conditions (âge et durée de service) pour bénéficier

Plus en détail

Eléments de calendrier historique des droits familiaux et conjugaux. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Eléments de calendrier historique des droits familiaux et conjugaux. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 mars 2007 à 9 h 30 «Eléments de constat sur les droits conjugaux et familiaux en France et à l étranger, analyse juridique du principe d égalité

Plus en détail

Convention chômage 2014

Convention chômage 2014 Convention chômage 2014 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 2 juillet 2014 Mise à jour le 13 août 2015

Plus en détail

Institution de prévoyance régie par le code de la Sécurité Sociale, agréée par les Ministères du Travail et de l'agricultur Membre du GIE AG2R

Institution de prévoyance régie par le code de la Sécurité Sociale, agréée par les Ministères du Travail et de l'agricultur Membre du GIE AG2R AG2R PRÉVOYANCE Institution de prévoyance régie par le code de la Sécurité Sociale, agréée par les Ministères du Travail et de l'agricultur Membre du GIE AG2R BULLETIN D'ADHESION PREVOYANCE BULLETIN N

Plus en détail

Mise à jour : 27 juillet 2012

Mise à jour : 27 juillet 2012 EN CAS DE DECES d un fonctionnaire affilié au régime général de la Sécurité sociale et à l IRCANTEC Agents stagiaires et titulaires à temps non complet dont la durée hebdomadaire de service est INFERIEURE

Plus en détail

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS DOC. N 2 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS En vertu de la délibération n 11 du conseil municipal du 6 février 2014 1 SOMMAIRE Article 1 : objet 3_ Article 2 : bénéficiaires

Plus en détail

ARIMA CONSULTANTS ASOCIES 2015 1/14 ANNEXE 1

ARIMA CONSULTANTS ASOCIES 2015 1/14 ANNEXE 1 1/14 ANNEXE 1 De la convention conclue par la Commune de pour définir les conditions de sa participation financière à la protection sociale complémentaire de son personnel pour le risque Prévoyance CONTRAT

Plus en détail

Elément proportionnel au traitement de l IM. 1 enfant 2.29 0 % 2.29 2.29. 2 enfants 10.67 3 % 73.04 110.27. 3 enfants 15.24 8 % 181.56 280.

Elément proportionnel au traitement de l IM. 1 enfant 2.29 0 % 2.29 2.29. 2 enfants 10.67 3 % 73.04 110.27. 3 enfants 15.24 8 % 181.56 280. Circulaire n 2016-02 R du 7 janvier 2016 Sandrine BERGER - 04 77 42 67 28 - finances@cdg42.org Anaïs BERNARD - 04 77 01 01 74 - finances2@cdg42.org 1 er janvier 2016 Salaires et charges sociales Régime

Plus en détail

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT

HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT HEURES SUPPLEMENTAIRES : LE PAIEMENT L avenant n 2014-01 du 4 février 2014 contient des dispositions ayant pour objet de restaurer à l identique les dispositions conventionnelles dénoncées ultérieurement

Plus en détail

LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS

LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS LA REMUNERATION DES AGENTS PUBLICS La rémunération des agents publics fait aujourd hui l objet de différents constats négatifs : Le poids de la rémunération des fonctionnaires pour les dépenses publiques.

Plus en détail

LE DEPART ET LA MISE A LA RETRAITE

LE DEPART ET LA MISE A LA RETRAITE 1 LE DEPART ET LA MISE A LA RETRAITE La loi n 2010-1330 du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites a été promulguée au Journal Officiel du 10 novembre 2010. Elle modifie l âge d ouverture du droit

Plus en détail

C D G 59 I N F O MAISON DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. 14 rue Jeanne Maillotte B.P. 1222 59013 LILLE CEDEX Réf. : CDG-INFO2002-6/CDE

C D G 59 I N F O MAISON DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. 14 rue Jeanne Maillotte B.P. 1222 59013 LILLE CEDEX Réf. : CDG-INFO2002-6/CDE C D G 59 I N F O MAISON DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PLAN DE CLASSEMENT 1-35-10 Le 5 juillet 2002 14 rue Jeanne Maillotte B.P. 1222 59013 LILLE CEDEX Réf. : CDG-INFO2002-6/CDE LE NOUVEAU REGIME

Plus en détail

instruction du 29 avril 1997

instruction du 29 avril 1997 337 année service téléphone document 1997 doigrh/rcs 01 44 12 18 23 RH 49 01 44 12 16 29 permanent instruction du 29 avril 1997 Informations complémentaires sur le congé de fin d'activité accordé aux fonctionnaires

Plus en détail

LES ÉTAPES DU RECRUTEMENT DES AGENTS RECENSEURS

LES ÉTAPES DU RECRUTEMENT DES AGENTS RECENSEURS F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES ÉTAPES DU RECRUTEMENT DES AGENTS RECENSEURS L E S S E N T I E L Depuis le 1 er janvier 2004, les opérations de recensement de la population se déroulent une fois

Plus en détail

REGIME INVALIDITE-DECES INDEMNITES JOURNALIERES DES CHIRURGIENS DENTISTES 1

REGIME INVALIDITE-DECES INDEMNITES JOURNALIERES DES CHIRURGIENS DENTISTES 1 REGIME INVALIDITE-DECES INDEMNITES JOURNALIERES DES CHIRURGIENS DENTISTES 1 TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES ET CONDITIONS Article 1 INSTITUTION - BUTS ET AFFILIATION Il est institué, conformément à l

Plus en détail

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009)

RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DE LA SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC. (en vigueur le 31 décembre 2009) Copie certifiée conforme du règlement du Régime de retraite des employés de la Société des casinos

Plus en détail

IRCANTEC LES GRANDS PRINCIPES

IRCANTEC LES GRANDS PRINCIPES IRCANTEC LES GRANDS PRINCIPES I - La présentation du régime Les caractéristiques du régime Les bénéficiaires Les cotisations L assiette de cotisation La répartition de l assiette Le taux de cotisation

Plus en détail

La réduction. des cotisations patronales. À jour au 1 er janvier 2014

La réduction. des cotisations patronales. À jour au 1 er janvier 2014 Le point sur ( ) La réduction des cotisations patronales À jour au 1 er janvier 2014 Services aux cotisants Études et statistiques Services aux partenaires Contrôle Ressources informatiques 2 La réduction

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Pensions de réversion. Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt

Pensions de réversion. Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt E7 Pensions de réversion A. Réversion de pension de titulaire 1. Les droits du conjoint survivant 2. Les droits des orphelins 3. Les droits de l ancien

Plus en détail

NOTE D INFORMATION À L USAGE DES FONCTIONNAIRES MUTÉS OUTRE-MER

NOTE D INFORMATION À L USAGE DES FONCTIONNAIRES MUTÉS OUTRE-MER Annexe 3 À conserver NOTE D INFORMATION À L USAGE DES FONCTIONNAIRES MUTÉS OUTRE-MER VOUS ETES SUSCEPTIBLE DE REJOINDRE UN POSTE OUTRE-MER Dès réception de : - la lettre notifiant l'inéat (1) - l'avis

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2008/17 du 30 décembre 2008

NOTE D INFORMATION 2008/17 du 30 décembre 2008 NOTE D INFORMATION 2008/17 du 30 décembre 2008 Financement de la Sécurité Sociale pour 2009 Adoption définitive de la loi (validation du Conseil Constitutionnel) I Cotisations et contributions A Forfait

Plus en détail

Prestation d'action sociale : prestation "Garde des Jeunes Enfants"

Prestation d'action sociale : prestation Garde des Jeunes Enfants Direction Nationale des Activités Sociales Pôle Restauration Activités Economiques Jeunesse Prestations Service Jeunesse et Prestations Destinataires Diffusion Nationale Tous sevices Contact LEPINE Jean-Marc

Plus en détail

garanties incapacité invalidité Référence : 0003082 Vos NOVALIS PREVOYANCE

garanties incapacité invalidité Référence : 0003082 Vos NOVALIS PREVOYANCE NOVALIS PREVOYANCE Institution de prévoyance Régie par le Code de la Sécurité sociale Vos garanties incapacité invalidité Référence : 0003082 NOVALIS Prévoyance verse des indemnités journalières et des

Plus en détail

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES PREFET DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES CONSEQUENCES DE LA FUSION DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE COOPERATION INTERCOMMUNALE (EPCI) A FISCALITE PROPRE SUR LES PERSONNELS EMPLOYES PAR CES ETABLISSEMENTS L article

Plus en détail

Le Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions Sujétions Expertise Engagement Professionnel (RIFSEEP)

Le Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions Sujétions Expertise Engagement Professionnel (RIFSEEP) 1 Le Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions Sujétions Expertise Engagement Professionnel (RIFSEEP) Références réglementaires : Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations

Plus en détail

BAREME DE TRAITEMENT au 1 er JUILLET 2010 ATTRIBUTION DE POINTS D'INDICE MAJORE A CERTAINS PERSONNELS AU 1ER JANVIER 2013 Mise à jour : Février 2014

BAREME DE TRAITEMENT au 1 er JUILLET 2010 ATTRIBUTION DE POINTS D'INDICE MAJORE A CERTAINS PERSONNELS AU 1ER JANVIER 2013 Mise à jour : Février 2014 REMUNERATION Note d information N 2013-13 du 11 janvier 2013 BAREME DE TRAITEMENT au 1 er JUILLET 2010 ATTRIBUTION DE POINTS D'INDICE MAJORE A CERTAINS PERSONNELS AU 1ER JANVIER 2013 Mise à jour : Février

Plus en détail

Le système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé s applique à l ensemble du personnel.

Le système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé s applique à l ensemble du personnel. ACTE DE MISE EN PLACE PAR DECISION UNILATERALE DE L EMPLOYEUR D UN REGIME COMPLEMENTAIRE COLLECTIF ET OBLIGATOIRE FRAIS DE SANTE (Modèle à adapter selon votre situation. N oubliez pas de supprimer les

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Centre de gestion de la FPT de l Ain. Le Compte Epargne Temps

Centre de gestion de la FPT de l Ain. Le Compte Epargne Temps Centre de gestion de la FPT de l Ain Note d information 29 septembre 2015 Le Compte Epargne Temps Références : - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance. Saison 2014/2015

Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance. Saison 2014/2015 Annexe 6 Convention Collective du Rugby Professionnel Accord relatif à la prévoyance Saison 2014/2015 La présente annexe a pour objet de définir, en application de l article 6.4 du chapitre 1 du Titre

Plus en détail

La poursuite d activité au-delà de 60 ans. Surcote, retraite progressive, cumul emploi-retraite,...

La poursuite d activité au-delà de 60 ans. Surcote, retraite progressive, cumul emploi-retraite,... La poursuite d activité au-delà de 60 ans Surcote, retraite progressive, cumul emploi-retraite,... Sachez que pour votre retraite, vous avez le choix Ainsi, grâce aux nouvelles mesures «emploi des seniors»*,

Plus en détail

Comptabilité approfondie de la paie

Comptabilité approfondie de la paie Comptabilité approfondie de la paie Chapitre 1 Bulletin de paie (Présentation générale de la paie méthodologie des calculs (bulletins «non cadre» - bulletins «cadre» - cotisations et autres charges ; bulletins

Plus en détail

ANNEXE 8-1. 2) Les salariés atteints d une pathologie survenue antérieurement à la date du présent accord.

ANNEXE 8-1. 2) Les salariés atteints d une pathologie survenue antérieurement à la date du présent accord. ANNEXE 8-1 Accord relatif à la prévoyance du 27 mars 1997 modifié par l avenant n 2 du 22 octobre 2001, l avenant n 3 du 25 mars 2009 et l avenant n 4 du 15 juillet 2009 Article 1 - Objet de l accord et

Plus en détail

Contribution de solidarité. Le taux de la contribution est de 1 % sur la rémunération «nette».

Contribution de solidarité. Le taux de la contribution est de 1 % sur la rémunération «nette». REMUNERATION Note d'information n 13-07 du 22 janvier 2013 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O.

Plus en détail

EMPLOYEURS. L Assédic accompagne les chômeurs créateurs ou repreneurs d entreprise

EMPLOYEURS. L Assédic accompagne les chômeurs créateurs ou repreneurs d entreprise EMPLOYEURS NOTICE DAJ 825 JANVIER 2006 L Assédic accompagne les chômeurs créateurs ou repreneurs d entreprise Sommaire Votre situation Vous percevez l allocation d aide au retour à l emploi et vous créez

Plus en détail

Calculer la réduction Fillon

Calculer la réduction Fillon Calculer les exonérations de charges Calculer la réduction Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à cette fiche actualisée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-176 du 27 février 2013 portant statut particulier du corps des techniciens sanitaires et de

Plus en détail

APPLICATION DES REVALORISATIONS DE JANVIER 2015 SUR LES TRAITEMENTS

APPLICATION DES REVALORISATIONS DE JANVIER 2015 SUR LES TRAITEMENTS PAIES INFORMATISEES JANVIER 2015 Note paie - Janvier 2015 Notice explicative APPLICATION DES REVALORISATIONS DE JANVIER 2015 SUR LES TRAITEMENTS La présente notice énonce les diverses revalorisations ou

Plus en détail

LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE

LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE LA COMMISSION DE RÉFORME GUIDE PRATIQUE Sommaire Présentation de la L avis de la : Recours Références Juridiques ANNEXES pour un accident de service / de trajet pour une maladie professionnelle pour un

Plus en détail

Registre des délibérations Séance du 20 septembre 2006 SOMMAIRE. Effectifs ouverture de poste pour répondre à vacance d un emploi

Registre des délibérations Séance du 20 septembre 2006 SOMMAIRE. Effectifs ouverture de poste pour répondre à vacance d un emploi SOMMAIRE Délibération 2006/28 Budget 2006 Décision modificative n 2 Délibération 2006/29 Effectifs Emploi de Directeur Délibération 2006/30 Effectifs ouverture de poste pour répondre à vacance d un emploi

Plus en détail

VOTRE RETRAITE BIEN PRÉPARER EXPERTS-COMPTABLES COMMISSAIRES AUX COMPTES

VOTRE RETRAITE BIEN PRÉPARER EXPERTS-COMPTABLES COMMISSAIRES AUX COMPTES CAISSE D ASSURANCE VIEILLESSE DES EXPERTS-COMPTABLES ET DES COMMISSAIRES AUX COMPTES BIEN PRÉPARER VOTRE RETRAITE 2015 EXPERTS-COMPTABLES COMMISSAIRES AUX COMPTES BIEN PRÉPARER VOTRE RETRAITE 2015 Afin

Plus en détail

CLAIRE DANIS DE ALMEIDA Avocat au Barreau de Paris

CLAIRE DANIS DE ALMEIDA Avocat au Barreau de Paris MEMORANDUM RUPTURE CONVENTIONNELLE Salariés non protégés MAJ 04/02/2010 Ce mémorandum donne une information synthétique et peut ne pas traiter des cas particuliers. Il est indispensable de se fonder sur

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL ENTRE LES ASSISTANTES MATERNELLES ET LA VILLE D'EYBENS

CONTRAT DE TRAVAIL ENTRE LES ASSISTANTES MATERNELLES ET LA VILLE D'EYBENS Annexe 1 - Contrat de travail des assistantes maternelles de la crèche familiale et calcul des indemnités d' entretien Janvier 2016 CONTRAT DE TRAVAIL ENTRE LES ASSISTANTES MATERNELLES ET LA VILLE D'EYBENS

Plus en détail

Créteil, le 6 décembre 2007. Le recteur de l académie de Créteil

Créteil, le 6 décembre 2007. Le recteur de l académie de Créteil Créteil, le 6 décembre 2007 Le recteur de l académie de Créteil à Rectorat Division des Personnels Enseignants DPE3 : I. Tanguy 01 57 02 60 67 DPE4 : E. Lacheny 01 57 02 60 76 DPE5 : D. Althaparro 01 57

Plus en détail

PAIES INFORMATISEES FICHE D'INFORMATISATION AGENT. A compléter obligatoirement pour chaque agent à rémunérer ... Etat-civil et renseignements divers

PAIES INFORMATISEES FICHE D'INFORMATISATION AGENT. A compléter obligatoirement pour chaque agent à rémunérer ... Etat-civil et renseignements divers PAIES INFORMATISEES DECEMBRE 2015 Fiche agent - sv Paies.doc PAIES INFORMATISEES FICHE D'INFORMATISATION AGENT A compléter obligatoirement pour chaque agent à rémunérer COLLECTIVITE :..... Etat-civil et

Plus en détail

Contribution de solidarité

Contribution de solidarité FLASH D INFORMATIONS N 19/2012 Contribution de solidarité Références - Loi n 82-939 du 04/11/1982, modifiée - Loi n 97-1239 du 29/12/1997 - Décret n 82-1001 du 25/11/1982 (J.O. du 27/11/1982) - Décret

Plus en détail

CADRE D'EMPLOIS DES ADJOINTS ADMINISTRATIFS TERRITORIAUX

CADRE D'EMPLOIS DES ADJOINTS ADMINISTRATIFS TERRITORIAUX SUD ct CG 93 CADRE D'EMPLOIS DES ADJOINTS ADMINISTRATIFS TERRITORIAUX I STRUCTURE ET MISSIONS II RECRUTEMENT III STAGE ET TITULARISATION IV FORMATION STATUTAIRE OBLIGATOIRE V REMUNERATION VI AVANCEMENT

Plus en détail

Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction

Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction Fiche n 2 Mode de calcul de la réduction La réduction est au plus égale à 26 % de la rémunération, maximum obtenu au niveau du salaire minimum de croissance. Ce taux d exonération décroît ensuite pour

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015

Fédération Nationale de l Habillement Mise à jour novembre 2015 Les salaires minima applicables à compter du 1 er novembre 2015 CCN n 3241 En résumé : L avenant n 22 sur les salaires minima signé le 16 avril 2015 est applicable à partir du 1 er novembre 2015, pour

Plus en détail

FAQ COMPTE EPARGNE TEMPS

FAQ COMPTE EPARGNE TEMPS FAQ COMPTE EPARGNE TEMPS Je souhaite ouvrir un CET*, comment faire? Je suis fonctionnaire stagiaire, puis-je bénéficier d un CET? Je suis militaire, puis-je bénéficier d un CET? Je quitte mon poste (retraite,

Plus en détail

Les Congés maladie Généralités

Les Congés maladie Généralités Généralités Bénéficiaires Fonctionnaires en activité ou détachés Stagiaires et Non titulaires Conditions d octroi - Transmission du certificat médical sous 48 heures (sauf le 1 er feuillet) - L avis du

Plus en détail