ETUDE DE FAISABILITE DE LA MISE EN PLACE D UNE AGENCE CHARGEE DE L ENERGIE DOMESTIQUE ET DE L ELECTRIFICATION RURALE EN GUINNÉE BISSAU RAPPORT FINAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DE FAISABILITE DE LA MISE EN PLACE D UNE AGENCE CHARGEE DE L ENERGIE DOMESTIQUE ET DE L ELECTRIFICATION RURALE EN GUINNÉE BISSAU RAPPORT FINAL"

Transcription

1 REPUBLIQUE DE GUINEE-BISSAU COMITE INTER- ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE AU SAHEL (CILSS) PROJECT PREDAS ETUDE DE FAISABILITE DE LA MISE EN PLACE D UNE AGENCE CHARGEE DE L ENERGIE DOMESTIQUE ET DE L ELECTRIFICATION RURALE EN GUINNÉE BISSAU RAPPORT FINAL FAIT EN MAI

2 FICHE TECNIQUE Partie ou Composante de l Etude Noms des participants Rapport préliminaire de l étude Décembre 2007 Partie du texte Enge. Ernesto Pereira et Suanda Infonda - Composante du secteur forestier e diagnostic du secteur Partie du texte Enge Lamberto Soares Camara - Composante du secteur énergétique et son respectif diagnostic Préparation et coordination partie I, II, II Enge Ivone da Costa des composantes restantes de l étude, compilation e présentation de le 1 ère version du rapport 2 ème Rapport revu Juillet les rencontres, commentaires recueillies des partenaires Enge Ivone da Costa nationaux et internationaux (FAO, UE, BM. - Synergie avec les projets Enge Ernesto Pereira et Suanda Infonda en amont et en aval avec des impacts forts pour la création de l Agence - Direction de l Agriculture, - de l Energie, Ministère de Enge Ivone da Costa l Economie - Commentaire Régional du PREDAS Coordination régional PREDAS 2ème révision document avec des Octobre 2008 Ivone da Costa incorporations des commentaires 1 ère revision du français Paulino Sousa de Azinhaga Phase final, 3 ème révision de Avril 2009 l étude/rapport final Dernière révision du document, 4 ème version, incorporation de tous les commentaires recueillis, de la tutelle du Coordination National PREDAS secteur de l énergie (2 Direction de l énergie plus Coordinateur National Enge Ivone da Costa PREDAS), des Forêts et Faune, de tous les partenaires interviewés dans le Enge Paulino Sousa de Azinhaga processus. Incorporation du document final en français. Révision Final Enge Ivone da Costa 2

3 TABLE DE MATIÈRE Page Fiche Technique 2 Sigle et acronymes 5-6 I Partie- Introduction 8 1-Situation du Pays Contexte de l étude Méthode et équipe de travail II - Partie- Diagnostic du secteur de l énergie domestique et de L électrification rurale 13 1 Diagnostic du secteur Forestier Filière de l énergie domestique Sous filière du bois énergie Sous filière du gaz Butane Les autres sources de substitution du bois énergie Filière de l électrification rurale Les alternatives énergétiques existantes 2.2- Les énergies renouvelables Mise en valeurs des produits agro industriels III- Partie - Opportunité de création d une agence de l énergie Domestique et de l électrification rurale 32 1-La pertinence et opportunité de ANAGE /AGEDER, (ANERED) OU AGUIER (AGER) La vision du secteur de L Energie La vision du secteur de l agriculture La vision d un organisme international Les conditions de viabilité de ANAGER ou AGEDER La mission de ANAGER ou AGEDER Le mandat de l agence Proposition des textes de ANAGER ou AGEDER Loi Portant Création d une Agence Décret sur le régime Fiscal et Douanier

4 2.3- Proposition de L organigramme Cadre organique du personnelles Le profil des postes Les statuts de ANAGER/ ANEREDE Définition des programmes de formation Pour les cadres de l Agence Pour les partenaires privés Pour les associations rurales 68 4 Les budgets prévisionnels Le budget de fonctionnement Le budget d investissement 70 IV Partie Conclusions et Recommandations 71 1 Recommandations Générales Partenariat possible 73 3 Pour les énergies Domestiques Pour l Electrification rurale Synergies avec les projets et programmes en amont et en aval V Partie Annexes Plan de formation 79, Plan d action prévisionnel 79, Bilans Energétique de 5 années (2004 a 2008) Termes de Référence Liste de Personnes Rencontrées Questionnaire D orientation pour les Rencontres avec les partenaires Bibliographie 98 4

5 MESURES, SIGLES ET ABREVIATIONS MESURES V = Volt (unité de mesure de différence de potentiel ou tension) kv = Kilovolt (1 000 Volts) W = Watt (unité de mesure de la puissance active) kw = Kilowatt (1 000 W) MW = Mégawatt ( W ou kw) GW = Giga watt ( k W ou MW) Wh = Wattheure (unité de mesure de l énergie électrique active) KWh = Kilowattheure (1 000 Wh) MWh = Mégawatheure ( Wh ou kwh) GWh = Giga wattheure ( Wh ou kwh ou MWh T = Tonne (1 000 kg) TEP = Tonne Equivalent Pétrole (1 000 kep), correspond encore à 7,3 baril ou 1,5 tonnes de charbon ou 4500 KWh d électricité. EQUIVALENCES ENERGETIQUES 1 baril de pétrole correspond à un volume de 159 litres 1 tonne de pétrole brut, gazole, fioul équivaut à 42 GJ, kwh et à 1 TEP 1 TEP est égale à 7,33 barils pour les bruts de densité moyenne, c est-à-dire 860 kg/m3 1 tonne de fioul lourd équivaut à 40 GJ (PCI), kwh et à TEP 1 MWh d électricité équivaut à 9.33 GJ (PCI) et à TEP 1 MWh de gaz naturel équivaut à 3.24 GJ et à TEP 1 tonne de bois sec (20% d humidité) équivaut à 14.4 GJ (PCI), kwh et à TEP 1 tonne de bois sec (45% d humidité) équivaut à 9 GJ (PCI), kwh et à TEP 5

6 SIGLES ET ABRÉVIATIONS AGEOP : Agence Guinéenne Pour les Ouvrage Publique CREPA : Centre Régional pour l Approvisionnement en Eaux et Assainissement DGA : Direction Générale de L Environnement DGE : Direction Générale de l Energie de la Guinée-Bissau DEPPE : Direction des Etudes Projets Planification et Statistiques EAGB : Electricité et e Eau de la Guinée Bissau EIES : Etude d Impact Environnemental et Social FAD : Fonds Africain de Développement FAO : Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture FUNDEI : Fondation Guinéenne pour le Développement de l Entreprise Industriel GAPLA : Cabinet de Planification Agricole IGM : Information Géographique et Carte INPA : Institut National de Recherche Agricole INITA : Institut National de Recherche et Technologie Appliqué MADR : Ministère de l Agriculture et Développement Rural MEI : Ministère de l Energie et l Industrie MRNA : Ministère des Ressources Naturelles et Environnement PDFN : Plan de Développement forestier National PIB : Produit Intérieur Brut PNED : Plan National des Energie Domestique PREDAS : Programme Régional de l Énergie Domestique et Alternative SEE : Secrétariat d État à l Énergie (Guinée-Bissau) SIE-GB : Système d Information Energétique de la Guinée-Bissau TDR : Termes de référence TEP : Tonne Equivalent Pétrole UE : Union Européenne 6

7 I PARTIE 7

8 I - INTRODUTION 1- Situation du Pays Pays côtier largement ouvert sur l'atlantique, la Guinée-Bissau est située en Afrique de l'ouest, entre la 11ème et la 13ème parallèle. La Guinée-Bissau, avec une superficie de km², se trouve entre les deux pays francophones la République du Sénégal et la République de la Guinée. Le Pays possède une partie insulaire de près de 70 îles et des petites îles connues sous le nom d Archipel des Bijagós. En 2002 la population de la Guinée-Bissau s'élevait à habitants, dont habitants dans la capitale Bissau. La population rurale proprement dite se répartit dans quelques tabancas (villages), dont la population varie de quelques dizaines à habitants. La densité et la distribution des villages sont nettement plus fortes au nord du pays qu'au sud. Selon les régions ou les ethnies, l'habitat présente une structure groupée (Est du pays) ou dispersée (Balantes des régions centre et sud). Cette population, en grande partie rurale, comprend une dizaine d'ethnies principales, parmi lesquelles on peut citer les Peuls, les Balantes, les Mandingues, les Papels, les Manjaques, les Mancanhes et les Bijagos. La langue officielle est le portugais, mais le créole est une des langues interethniques la plus parlée, notamment à Bissau; les ethnies principales conservent leurs langues d'origine. 1.1 Géographie Le territoire Bissau Guinéen est divisé en huit régions administratives, plus le secteur autonome de Bissau. Ces régions sont : au Nord, Cacheu, Oio et Biombo, à l Est, Bafatá et Gabú, au Sud, Quinará, Tombali et Bolama. Il est composé de plaine de petites élévations, à l exception des collines de Boé qui constituent l extension physique du Massif du Fouta Djallon. La pluviométrie varie de 1000 mm/an Nord-Est à 2250 mm/an au Sud-Ouest. Les fleuves qui jadis constituaient un bon réseau de navigation un peu partout dans le territoire ne disposent plus de conditions de navigabilité à cause de l ensablement des lits des fleuves et du manque de dragage des ports. La présente étude est prévue pour être menée sur toute l étendue du territoire, dans les huit régions. 1.2 Profil de pauvreté La Guinée-Bissau consciente de sa situation humaine, avait en 1991 réalisé une Enquête sur la consommation et le budget des ménages, dont les résultats réévalués en 1994 ont indiqué un taux de pauvreté de 49% correspondant au seuil de 2 $ par jour. Pour identifier les faiblesses et les atouts du pays en vue de la définition des stratégies globales favorisant le développement durable et la conséquente réduction de la pauvreté, il a été effectué, de 1994 à 1996, une étude prospective de long terme baptisée Guinée- Bissau 2025, «DJITO TEN». Son approche participative avait permis de recueillir les aspirations des populations, d'identifier les obstacles au développement, et de tracer des stratégies appropriées. Ce document prospectif révèle que le développement de la Guinée-Bissau et l'élimination de la pauvreté exigent une approche élargie prenant en 8

9 compte non seulement des aspects économiques, mais aussi ceux ayant les dimensions sociales, humaines, environnementales et institutionnelles. Cela signifie que des questions telles que la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, le respect des droits humains, l'égalité entre les genres, le renforcement des capacités institutionnelles, l'amélioration de l'offre des services sociaux, l'augmentation de la capacité productive de l'agriculture et des pêches, la conservation de l'environnement, entre autres, devraient mériter une attention accrue dans la lutte contre la pauvreté. L'agriculture, l'élevage et la pêche artisanale constituent les principales activités économiques. La valeur de l Indice de Développement Humain (IDH) de la Guinée- Bissau est de 0,339 en 1999 et il occupe la 156 ème position sur un total de 173 pays en développement. Au cours de la même année, l`indice de pauvreté humain (IPH) était de 49,6 % et sur 90 pays en développement, le Pays occupait la 86 ème position. Après la guerre du 7 Juin 1998, le niveau de vie des Bissau Guinéens a considérablement diminuée. Une Enquête Légère pour l'évaluation de la Pauvreté (ILAP) fut réalisée en en vue de mettre à jour l état de la pauvreté et du bien-être des populations sur la base d un diagnostic rigoureux et représentatif au niveau national. Le résultat principal a été que la pauvreté est largement étendue en Guinée-Bissau avec un taux de pauvreté absolu de 64,7% pour les personnes vivant avec moins de deux dollars par jour et un taux de pauvreté extrême de 20,8% pour celles vivant avec moins d un dollar par jour. La baisse du niveau de vie des populations enregistrée entre 2001 et 2004 du fait de la croissance négative du PIB réel par habitant a nécessairement aggravé l étendue de la pauvreté dans le pays. L'évolution sociopolitique enregistrée après le conflit n'a pas contribué à créer un environnement favorable à la reprise économique et à la reconstruction post-conflit. L ampleur des destructions en capital et en vies humaines subies par le pays pendant la guerre exigeait de la communauté internationale une aide massive qui n a pu être mobilisée dans un tel contexte, en dépit des promesses faites à la Table ronde de La base productive du pays est restée peu diversifiée et faiblement concurrentielle tandis que les infrastructures continuent de se dégrader neuf ans après la fin du conflit politicomilitaire. Le système de formation est lourdement affecté et les capacités humaines et institutionnelles sont si réduites qu elles mériteront un renforcement soutenu. Le niveau d endettement de la Guinée Bissau place le pays dans le groupe des plus endettés du monde. Sa réserve de dette a atteint 994,5 milliards de Dollars US (soit 300% du PIB) en fin de l année Les forêts ont une double fonction de protection de l environnement (protection des sols, régulation du régime des eaux, création de microclimat au niveau local, contribution aux cycles planétaires du carbone et de l eau, conservation de la diversité biologique végétale et animale etc.) et de production de biens et services divers (produits forestiers ligneux et non ligneux, écotourisme, etc.) Malgré leur rôle important sur les plans : écologique, socio-économique, culturel, les pays sahéliens ont, faute des ressources nécessaires et/ ou d une conscience collective suffisante, éprouvé de nombreuses difficultés pour assurer la protection des forêts et promouvoir leur gestion durable. Les forêts de la Guinée-Bissau restent soumises à des dégradations dont les principales causes combinées sont à la fois climatiques et 9

10 anthropiques : cycles de sécheresse, exploitation inadéquate des ressources pastorales, exploitation abusive du bois, etc. il peut en résulter une réduction des superficies forestières avec comme corollaire la dégradation de la parte de la diversité biologiques et socio-économiques.. Les forêts naturelles continuent de jouer un rôle prépondérant sur le plan énergétique en tant que principale source de combustibles ligneux : En effet, le bois énergie (bois de feu et charbon de bois) occupe une place prédominante dans les bilans énergétiques nationaux de la Guinée-Bissau. Ainsi, en 1982, la part du bois énergie dans ces bilans était, par exemple, de 75,5% en Guinée-Bissau (FAO, 1986). Aujourd hui encore, la situation ne s est pas améliorée en faveur de la réduction significative de la consommation des combustibles ligneux. Bien au contraire, les spécialistes admettent que les combustibles ligneux resteront encore pour longtemps la principale source d énergie en Guinée-Bissau SECTEUR DE L ENERGIE Cadre institutionnel du secteur Le Secrétariat d Etat à l Energie définit la politique énergétique du pays. La mise en œuvre de cette politique est confiée à la Direction Générale de l Energie (DGE) qui participe également à l'élaboration et au contrôle de l'application des lois et des règlements relatifs au domaine énergétique, à réaliser des études prospectives, à promouvoir des technologies nouvelles en matière d'énergie et à participer au suivi des études d'aménagement et à la formation des cadres en matière de planification énergétique. La Direction Générale des Forêts et Faune (DGFF) du Ministère de l Agriculture et du Développement Rural (MADR) est chargée du contrôle de l exploitation des ressources forestières et des combustibles ligneux Présentation et potentialités du secteur La Guinée-Bissau dispose d'un potentiel énergétique varié. Les ressources nationales qui peuvent être mises en valeur sont: le bois de feu, le charbon de bois, les énergies renouvelables et l'hydroélectricité. L'économie du pays reste fortement tributaire de l'énergie fossile et du bois. Récemment, les institutions Gouvernementales du pays ont établi l importance des énergies traditionnelles (bois et charbon de bois) à 82% des besoins finaux en énergie. Cette situation se traduit par l'exploitation abusive pour le bois de chauffe et l'exploitation anarchique des sols (carrières de matériaux de construction, et cas de surpâturage), contribuant activement au déséquilibre de l'environnement Par ailleurs, les efforts déployés par le pays en matière de substitution et d économie d énergie donnent des résultats mitigés selon les pays à cause du faible pouvoir d achat des populations et de la non acceptation socioculturelle de certains types de foyers améliorés pourtant faciles à construire et qui ont été vulgarisé à travers des formations de masse. 10

11 Cette situation insoutenable apporte à la fois un déséquilibre net du bilan énergétique national en faveur des énergies d origine forestière et la dégradation du patrimoine est d autant plus grave quand on sait que, d après le récent inventaire des émissions de gaz à effet de serre, réalisé en 2002, le secteur énergétique a été présenté comme le plus émetteur de CO2 et CO (91% et 75%, respectivement) des secteurs d activité économique. Ceci entrave les efforts du Gouvernement à remplir ses engagements pris dans le cadre de La Convention Cadre des Nations Unies sur les Changement Climatiques. Les documents des études, antérieures et récentes telles que celles des Stratégies et le PNED du PREDAS, proposent des outils en matière d aménagement des forêts naturelles pour l usage par des techniciens de terrain intéressés à la promotion de la gestion durable des forêts en Guinée-Bissau. 2- CONTEXTE DE L ETUDE La Coordination Régionale do projet PREDAS du CILSS, avec le concours de la Délégation de la Commission Européenne du Burkina Faso à Ouagadougou, et par le biais du ETN de Guinée Bissau, et en conformité avec le PNED, ont lancé en concours restreint pour analyse de la viabilité suivante : L Etude vise à considérer la création d une Agence Nationale d Energie domestique et de l Electrification rurale en Guinée Bissau, en se référant à des études faites dans le passée et les études récentes sur le secteur Energétique et particulièrement sur les études faites dans le cadre du Projet Régional PREDAS en Guinée Bissau, aussi que les stratégies de PREDAS dans les régions du Sahel. Il vise aussi, de tenir compte de la viabilité technique et le montage institutionnel possible ainsi que les mécanismes de financement pertinents pour la réussite de l Agence, en tenant compte des expériences du Mali, Sénégal et Tchad, mais surtout en considérant les possibilités réelles du pays. Heureusement la Consultante du Projet a eu les opportunités de visiter l AMADER au mois de Juillet passé, du fait que antérieurement, nous avons eu l opportunité de travailler à l INITA avec la coordination des projets sur les énergies nouvelles renouvelables et sur la maîtrise des énergies domestiques. Dans un passé récent, le Ministère chargé de l Energie a envisagé la création d un Institut National de l Energie, entité qui sera chargé de l électrification rurale. Le statut a été rédigé et l organigramme avec le profil des postes du Directeur Général et son Adjoint. Un concours public pour les deux principaux responsables de cette structure publique chargée de l électrification rurale a été réalisé et aussi le cadre organique du personnel rattaché à cette structure. Heureusement que la consultante était une des trois personnes principales qui a conduit le processus mentionné ci-dessus, de l année Pour les nécessités de valorisation et aussi tenant compte des études mentionnées cidessus qui sont encore pertinentes et d actualité, notre proposition ne diffère pas totalement de celle qui y est mentionnée, (Voir la Bibliographie en annexe 6). 11

12 Pour cela, nous avons actualisé les données et les propositions qui ont été faites et avons ajouté les données manquantes, en tenant compte des termes de référence de la présente étude. Il y a aussi le fait que le PNED envisage une phase pilote, avec un projet de 3 années, relative a l électrification rurale pour deux régions du pays jugées que l électrification rurale est faisable et sera réussie, à savoir la région de Cacheu au Nord et celle de Gabu à l Est du pays. Il serait pertinent que le projet ait deux étapes : une pilote et l autre d expansion qui permettra de transposer les expériences en direction au moins quatre régions en électrifiant deux chaque année, en commençant par la région de Tombali e celle des archipels de Bijagos. Considérant que toutes les régions ont des potentialités qui permettront à rentabiliser les investissements en approvisionnement énergétique, une fois que ceux-ci sont liés à des activités économiques génératrices de revenus et des améliorations des conditions de vie de la population résidente. Les autres deux régions restantes seront prises en compte dans les années de consolidation du Projet, après les 5 années qui suivent les deux étapes ou phase du Projet, il se pourrait que le réseau de la ligne de transport de l énergie et d interconnexion entre les Etats membres de l OMVG, ne soit pas mis en place. Mais, si on considère la réalisation de ce projet et les régions qui seront approvisionnées, le scénario changera totalement et il nous restera que deux régions dans le pays à être électrifiées par le projet, tant que la composante énergie domestique pour les 8 régions reste conforme comme il est prévu par PNED. 3-METHODE ET EQUIPE DE TRAVAIL La méthode utilisée est la même que celle faite dans l étude et selon les termes de référence en annexe 3, la proposition faite par le consultant l ors du concours sera maintenue pour ce travail. - Contacts et discussions avec les deux personnes ressources et leur agrément dans la contribution et participation aux études, aussi bien dans les conditions sur lesquelles nous travaillerons. - Préparatifs de travail de consultation, identification des documents et littératures à consulter, identification et révision des personnes et institutions à contacter. - Préparatifs du contenu et de la table des matières du document - Premières réunions en Décembre 2007, adoption de l item 3 et distribution finale de la tâche. - Réunions de concertation et coordination avec toute l équipe de travail, distributions des tâches, partage des contacts avec des partenaires, etc. Evaluations préliminaires des contributions des deux personnes ressources en passant par les critiques ou ajouts aux documents présentés, celui du secteur forestier e celui du secteur énergie. Les contacts seront faits après présentation du rapport préliminaire aux partenaires outre que ceux directement impliqués dans le processus, comme aussi des contacts avec les autorités des régions du pays, pour les suivantes raisons : 12

13 Retard de la remise de la lettre de créance et moyens financiers et logistique permettant le déplacement dans les 8 régions du pays dont chacune a son propre plan de développement régional. Chaque personne ressource se déplacera dans deux régions et le consultant dans quatre régions. En ce qui concerne les entités à contacter, les personnes ressources se partageront la moitié des contacts et la consultante l autre moitié. La personne ressource pour le secteur de la forêt, a traité les questions suivantes : (Composante A, en 20 pages) 1- Stratégies pour le bois énergie, sa valorisation et utilisation rationnelle 2- Mesures adoptés pour l économie de bois énergie 3- Stratégies et plan national pour le bois énergie et développement des autres sources énergétiques alternatives et les mesures de gestion et conservation des forêts. 4- Les législations nationales relatives aux énergies domestiques et bois énergie 5- Les marchés du bois énergie et des énergies domestiques. 6 Besoins en formation et recensement des partenaires du secteur. Parallèlement, la personne ressource chargée du secteur de l énergie a traité les questions qui suivent, (Composante B en 10 pages) 1- La potentialité énergétique nationale. 2- Politique énergétique, et spécialement celle de l énergie domestique et des alternatives énergétiques (PREDAS). 3- L Electrification rurale et l économie de l énergie. 4- Recensement des partenaires pour l électrification rurale et l économie de l énergie. 5- Les besoins en formation du secteur, en rapport avec le sujet de l étude. La composante C- est à la charge du consultant qui a pris en sa responsabilité, les reste des activités et des autres tâches selon les termes de référence, la coordination des activités, la compilation et traitement des données et les informations issues des contacts avec différentes institutions et partenaires. Dès notre première rencontre de travail, nous avons analysé ensemble la dénomination ou du nom de la future agence, et nous avons proposé plusieurs noms avant la consultation des documents de l étude du Projet PREDAS et du PNED. Entre les différents noms, nous avons proposé les noms qui sont mentionnés à la partie III de ce document et le nom suivant : AGER : Agence Guinéenne pour l Electrification Rurale. 13

14 II PARTIE 14

15 II - DIAGNOSTIC DU SECTEUR DE L ENERGIE DOMESTIQUE ET DE L ELECTRIFICATION RURALE 1- DIAGNOSTIC DU SECTEUR FORESTIER 1.1. Types de formations forestières La végétation de la Guinée-Bissau se compose essentiellement de deux types de formations végétales sur deux de substrats édaphiques : - La mangrove sur sols hydro morphes ; - La forêt sur sols fermes. Les formations forestières de la Guinée-Bissau sont caractéristiques du bioclimat xérothermique tropical à caractère moyen (5 ou 6 mois secs) selon la classification de V. M. MEHER-HOMJI (1963). En fonction des caractéristiques climatiques locales (notamment la pluviométrie) deux types de formations forestières sont couramment distingués : - forêt dense sèche au Sud correspondant au climat guinéen maritime avec une saison sèche de 5 mois et une pluviométrie au dessus de 2000 mm ; - forêt claire au nord avec une saison sèche de 7 mois et une pluviométrie comprise entre 1200 mm et 2000 mm. Des particularités micros climatiques induites par des facteurs édaphiques spécifiques créent des faciès particuliers telles que les formations de type très humides dans les zones humides (à proximité des cours d eau et des marées) ; c est le cas des forêts de Cantanhez qualifiées de forêts sub-sahariennes. La forêt dense sèche Elle est constituée de peuplements fermés avec par endroits de grands arbres de hauteur moyenne. Malgré la déforestation saisonnière, des arbres de l étage dominant le sous-bois, reste souvent sans présence de graminées. Les essences forestières qu on y rencontre souvent sont : Alstonia boonei (ou cogenis), Antiaris africana (Ako), Chlorophora regia et/ou excelsa auxquelles faut-il ajouter Albizzia sp. Selon les auteurs du PDFN (1992), les peuplements forestiers sont épars et atteignent moins de cent hectares d un seul tenant. Cela s explique par le fait que les espèces forestières citées ci-dessus se rencontrent en général dans des forêts plus humides (forêts denses humides semi- humides descendant de la Côte d Ivoire par exemple) et ne peuvent subsister que dans des milieux très humides (aux abords des cours d eau). Ces milieux sont en général très peu larges, donc de faibles superficies et constituent des écosystèmes très fragiles ; à la moindre dégradation (exploitation agricole et/ou forestière prononcée), ces espèces peuvent disparaître et être remplacées par celles de la zone sèche. C est le cas de certaines forêts de Cantanhez où on observe dans les jachères dégradées la présence de Khaya sénégalaisis et de Detarium gueeneense quasi inexistantes, il y a de cela, seulement 20 ans. Les risques écologiques sont aussi importants (assèchement et/ou crues importantes des cours d eau) en cas de dégradation de ces milieux. 15

16 La forêt Claire Les formations végétales sont constituées de ligneux hauts et d herbacées (en général des ponçages) dont les différents faciès sont façonnés par les interventions de l homme. Soumises annuellement aux feux de brousses et à la culture itinérante sur brûlis, ces formations végétales sont fragilisées par la longueur de la saison sèche. Les espèces couramment rencontrées, Detarium sénégalaise, Daniellia oliveri, Dialium guineense, Afzelia africana, Pterocarpus ericaceus et Kaya sénégalaisis, sont caractéristiques de toute la zone Soudano guinéenne. Les espèces telles que Erythrophleum guinéense et Parinari excelsa, relevées dans ce type de forêt, sont certainement confinées dans les galeries forestières car leur aire écologique normale sont plus humides. Malheureusement la protection intégrale est souvent difficile à observer à cause de la prédominance des systèmes d exploitation des terres extensifs à faibles niveaux d investissements (culture itinérante sur brûlis et utilisation des feux de brousse pour l élevage et la chasse). Couvrant des surfaces importantes, les forêts dites claires renferment l essentiel des essences exploitées pour la production du bois d œuvre. Les conditions micro climatiques rudes (longue durée de la saison sèche, feux de brousse annuels, sols ferralitiques superficiels) influent fortement sur la conformation des arbres dont les fûts sont en généraux bas branchus, tordus. La Mangrove Les inventaires de 1985 (in PDFN 1992) indiquaient que les mangroves occupaient une superficie de près de ha à cause de la pénétration très profonde des eaux marines par de larges estuaires et du relief peu accusé. Les Rhizophora sp. forment un large peuplement sur 20 à 100 m le long des fleuves avec des individus pouvant atteindre 10 m de haut. Si l on rencontre par endroits de petites mangroves basses d Avicennia sp. Constituent les peuplements les plus importants. La Guinée-Bissau dispose de la plus vaste formation de mangrove, d un seul tenant en Afrique de l Ouest. Cette formation qui se situe dans le Parc des mangroves du Rio Cacheu couvre près de ha. Comme partout en Afrique, les mangroves sont les principales sources de production de bois de service pour les populations des côtes et de bois énergie pour le traitement du poisson (fumage et séchage). En Guinée-Bissau les peuplements, les mangroves sont fortement agressées pour les raisons indiquées ci-dessus. En plus de leur importance biologique pour l habitat et la reproduction de certains espèces aquatiques (poissons et crustacées), les peuplements de mangroves jouent un rôle écologique essentiel pour un pays plat avec de nombreux estuaires comme un régulateur de crues et de décrues. Bien que la phyto-écologie des espèces de la mangrove ait fait l objet de quelques études, ces dernières années, on ne dispose pas encore de modèles de gestion sylvicole de leurs peuplements, tout au moins en Afrique de l Ouest. Les peuplements de mangroves doivent faire l objet d une protection beaucoup plus accrue. En Guinée- Bissau, le développement récent des Aires Protégées, avec la création de l Institut de la Biodiversité et des Aires Protégées (I.B.A.P), offre une perspective intéressante pour la conservation des mangroves. 16

17 Autres Formations sylvestres Certaines espèces sont confinées dans des milieux spécifiques ou apparaissent à la suite d une forte dégradation des formations végétales originelles. Les peuplements sont parfois plus ou moins importants mais d aménagement difficile. C est les cas du Palmier à l huile (Elaeis guineensis) qui constitue des peuplements importants sur certaines îles (Ile de Bubaque par exemple) ou à proximité des zones marécageuses des forêts «matos» de Cantanhez. La présence de quelques individus sur les sols fermes des jachères permet d envisager de petites plantations d agroforesterie à l échelle du paysan (comme celles qui sont en association avec l anacardier dans la région de Biombo ou des pieds d anacardiers sont introduits dans une plantation de palmiers). Le rônier (Borassus aethiopium) est absolument une espèce caractéristique des zones dégradées. C est une espèce de lumière, à croissance lente, résistante aux feux et au déficit hydrique poussé même si on le rencontre dans les dépressions où la nappe phréatique semble de faible profondeur. En 1992, la superficie totale comportant (il n existe pas de peuplements purs et très denses) des rôniers était estimées à près de hectares. Ce chiffre est un ordre de grandeur, car les inventaires de 1987 et de 1990 ne donnent aucune densité des individus, leur répartition en classe de diamètre et leur fréquence. La pression sur le rônier est très forte car très utilisé pour les charpentes des maisons, aussi bien en en Guinée - Conakry qu au Sénégal ; le bois du rônier fait l objet d un trafic transfrontalier très intense contre lequel l Administration forestière semble impuissant à cause de la faiblesse de ses effectifs, et spécialement les manque des moyens logistiques, équipements et organisationnelle surtout l absence d implication plus étroite des populations et organisations villageoises. En l absence d actions de gestion rigoureuse du potentiel existant (contrôle et réglementation de l exploitation) le rônier est menacé, surtout, qu il existe très peu de connaissances sur la sylviculture de cette importante espèce FILIERE DE L ENERGIE DOMESTIQUE I LA POLITIQUE ET STRATEGIE DE BOIS ENERGIES Sur le plan énergétique, la Guinée-Bissau est caractérisée par une double dépendance vis-à-vis : 1- des sources d énergie dites commerciales, en particulier les hydrocarbures importés pour la satisfaction des besoins des secteurs de l industrie, des transports et de l éclairage urbain principalement, 2- des sources traditionnelles (bois énergie) pour les besoins de cuisson en général et autres activités en milieu rural lié au commerce et à l artisanat et petites industries. Au total, l analyse de la situation actuelle en Guinée-Bissau indique que le milieu naturel est soumis à des agressions de divers types et subit de ce fait un processus de dégradation plus ou moins rapide en fonction de la zone écologique considérée, mais cette situation est particulièrement inquiétante dans les parties nord et est du pays, qui 17

18 risquent à moyen et long terme de compromettre les objectifs de développement économique et social du pays, basé essentiellement et pour longtemps encore sur le secteur rural, en particulier sur l exploitation des produits naturels. Pourtant, face à ce tableau sombre, la Guinée-Bissau dispose d atouts importants et de ressources qui ne demandent qu à être valorisées. D abord, comparativement aux autres pays de la sous région, la population de la Guinée-Bissau est faible (1,2 million d habitants en 2004) et jeune, environ 47% de la population. Les ressources forestières sont reparties sur plus de 2 millions d hectares avec des potentialités de plus de 100 millions de m 3 toutes catégories confondues. Par ailleurs, l économie de la Guinée-Bissau est basée essentiellement sur l agriculture qui dispose d atouts et opportunités importantes en terme de potentialités. La filière des résidus forestiers et agricoles, les énergies nouvelles et renouvelables ; sont des potentialités dont l exploitation permettrait de résoudre pour une large part, la crise énergétique qui hypothèque gravement les efforts de développement menés par le Gouvernement. Selon le rapport PREDAS (1997), les résidus forestiers représentent 65% de l arbre. Une dizaine de scieries sont recensées actuellement parmi lesquelles huit (8) transforment globalement un potentiel annuel de m 3 de résidus, ce équivaut à tonnes de charbon végétal pouvant couvrir une bonne partie des besoins de la capitale Bissau. Quant aux résidus agricoles, des petites unités de production d eau de vie (canne à sucre) et de décorticage de riz existent sur l ensemble du pays. Dans ces unités de transformation en dépit d une absence d enquête convenables, on estime qu une grande quantité des potentialités en combustibles pourra être valorisée pour la production de chaleur et d électricité et dans la transformation en biogaz. 1.2 SOUS FILIERE DU BOIS ENERGIE Le pays dispose de ressources forestières considérables avec près de 2 millions d hectares de surfaces forestières et des réserves de bois estimées à 48,3 millions de m 3 en Ces ressources sont théoriquement suffisantes pour couvrir la consommation nationale estimée à près de 1,2 million de m 3 comprenant le bois d œuvre, le bois de service et le bois énergie. Le bois énergie comprend le bois de chauffe et le charbon de bois ( tonnes par an de charbon de bois employé pour la consommation intérieure). Il faut rajouter à la consommation nationale les exportations officielles ainsi que les exportations clandestines (notamment le charbon de bois) ; ceci correspond à une consommation totale de plus de 2 millions de m 3 par an. De ce fait les ressources forestières sont actuellement en forte dégradation avec une baisse des réserves de l ordre de m 3 par an qui se traduit notamment par des réductions des surfaces forestières. On observe une dépréciation qualitative du patrimoine forestier avec la disparition des formations denses au profit de forêts dégradées et de savanes ; par ailleurs les productions forestières autres que le bois diminuent. Les raisons de cette dégradation sont : (i) les défrichements transformant des zones forestières en zones de cultures agricoles ou en plantations d'anacardiers, (ii) les cultures sur brûlis entraînant par ailleurs des problèmes de dégradation de la fertilité des sols, (iii) les feux de brousse très fréquents, (iv) la production clandestine de charbon pour l exportation vers la sous région et (v) l exploitation commerciale 18

19 des forêts entraînant la surexploitation des espèces les plus appréciées (Khaya senegalensis, Pterocarpus erinaceus, etc.), notamment par manque de rigueur dans l'application du code forestier. La politique énergétique domestique proposée, est désormais axée sur la lutte contre la pauvreté et les enjeux économiques et environnementaux et comporte trois dimensions : Dimension social : élargir l accès aux formes modernes d énergies notamment donner l accès a des forme d énergie alternative a celle du bois énergie et réduire la pression sur l écosystème du pays et l exploitation anarchique et incontrôlée des ressources ligneuses, la préservation de l environnement sont au centre de la stratégie des énergies domestiques. L électrification rurale est perçue comme un puissant levier de lutte contre la pauvreté. L électrification rurale contribue à la création de richesses et d emplois en milieu rural, dans le cadre de synergies avec les autres secteurs stratégiques tels que la santé, l éducation, l agriculture, la pêche, permettant aussi les réductions des pertes post récolte etc. Dimension économique : rationaliser les conditions d approvisionnement, de production et de distribution d énergie, dans le respect des intérêts à long terme du pays ; augmenter les rendements des populations à travers les activités génératrices des revenus. Dimension écologique ou environnementale : en raison de la fragilité de la consommation de gaz butane en Guinée-Bissau qui est extrêmement limitée, stagnant à moins de 600 tonnes/an (544 tonnes en 2002, 524 en 2003). La filière des énergies domestiques constitue l un des secteurs les plus importants de l activité forestière en Guinée-Bissau. Pour permettre les conditions optimales, le secteur des Energies Domestiques devrait bénéficier d une volonté politique ferme et réelle des autorités Gouvernementales. Cependant l amplitude des tâches est cruciale, ce qui justifie l indispensable nécessité d élaborer un Plan d Action qui permettra de contrôler l essentiel des paramètres pour lui donner ainsi les meilleures probabilités de garantie et de succès. La mise en œuvre des objectifs assignés à la politique des Energies Domestiques, repose sur la politique de désengagement progressive de l Etat des secteurs productifs en faveur du secteur privé et associatif, et de promotion d une plus grande responsabilité et de participation des communautés rurales dans les actions de développement. Au total, la stratégie sera axée sur les actions visant : - la restructuration du sous-secteur de l électricité en vue d une plus grande efficacité par l implication judicieuse du secteur privé et associatif dans l investissement et la gestion de l électrification rurale dans le pays, - le renforcement des conditions de concurrence et l amélioration de la quantité des produits dans le sous secteur du gaz butane et des dérivées du pétrole (pétrole pour les lampes, kérosène, etc. ), - la consolidation de la gestion durable des ressources ligneuses par la responsabilisation accrue des populations rurales et des collectivités locales décentralisées. Ces orientations stratégiques s appuient sur les principes suivants : 19

20 a) la redéfinition/réorganisation du cadre Institutionnel et organisationnel visant à renforcer la capacité de l Etat en matière de politique, de planification stratégique et de réglementation du sous secteur, mais aussi à décentraliser la gestion des ressources forestières au niveau des autorités locales, des opérateurs privés, et enfin à donner aux populations rurales le rôle qui doit être le leur, de gardien de l espace rurale, b) une intervention à la fois sur l offre de bois énergie, pour faire en sorte que l exploitation et le commerce de bois s effectuent dans une cadre durable, sans préjudice pour l environnement avec une participation accrue des populations au contrôle et aux bénéfices de l activité, en garantissant leur accessibilité à toutes les formes d énergie par une amélioration du service fourni, de même que la réduction des coûts de l énergie, c) et aussi sur la demande d énergie des ménages urbains, pour offrir à ces derniers une gamme élargie de foyers et de combustibles, plus économiques, plus confortables, qui leur permette ainsi d utiliser le bois ou le charbon ou tout autre combustible, d une façon plus rationnelle et plus économique Les composantes des Energies Domestiques La stratégie Energie Domestique de la Guinée-Bissau a défini trois thèmes prioritaires d intervention qui constituent l ossature du PNED. Ces trois thèmes sont les suivants : - la rationalisation de l exploitation, de l approvisionnement et de l usage de bois énergie : aménagement et gestion forestière des massifs à vocation de bois énergie, actions sur la commercialisation et la consommation de combustible, décentralisation et révision du contexte réglementaire et fiscal ; - l ouverture du marché du gaz butane, avec la création de nouvelles filières d approvisionnement concurrentes de l opérateur unique actuel et l élargissement de la palette de produits (gaz populaire) ; - l électrification rurale d initiative locale, avec un programme centré sur les régions de Gabu et Cacheu pour la proposition de 30 à 40 petites entreprises rurales de services électriques. Le PNED comprend en conséquence quatre composantes, dont trois composantes opérationnelles reflétant les thèmes prioritaires de la Stratégie nationale, et une composante de gestion. Une première estimation des montants nécessaires à la réalisation de ce programme de 5 ans et des investissements associés a été réalisée par les départements concernés, les consultants chargés de la stratégie, l Equipe Technique Nationale et l assistance technique du programme PREDAS. Cette estimation donne les chiffres suivants : 20

DIAGNOSTIQUE DE LA SITUATION ENERGETIQUE AU TOGO.

DIAGNOSTIQUE DE LA SITUATION ENERGETIQUE AU TOGO. REPUBLIQUE TOGOLAISE DIAGNOSTIQUE DE LA SITUATION ENERGETIQUE AU TOGO. Par Komlan SAMAH Ingénieur aménagiste forestier DIRECTION DES EAUX ET FORETS E-mail: skomlan@yahoo.fr LOME-TOGO PLAN INTRODUCTION.

Plus en détail

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS

Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes : Les solutions du CILSS Comité permanent Inter Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel Permanent Inter States Committee for Drought Control in the Sahel Les énergies renouvelables au profit des populations sahéliennes

Plus en détail

Informations générales

Informations générales Cahier de l'energie 144444444444444444 244444444444444444 3 Une publication de au Sahel l'institut d'applications et de vulgarisations en Sciences Informations générales Renforcement des capacités institutionnelles

Plus en détail

PRESENTATION DU MALI FORUM SUR L INITIATIVE SOLAIRE DE LA CEDEAO (IESC)

PRESENTATION DU MALI FORUM SUR L INITIATIVE SOLAIRE DE LA CEDEAO (IESC) FORUM SUR L INITIATIVE SOLAIRE DE LA CEDEAO (IESC) ------------------------------------------------------------------------------------- PRESENTATION DU MALI M. Cheick Ahmed SANOGO Directeur National Adjoint

Plus en détail

Energies Renouvelables Au Sénégal. Evaluation et Résultats politiques

Energies Renouvelables Au Sénégal. Evaluation et Résultats politiques Energies Renouvelables Au Sénégal Evaluation et Résultats politiques Monsieur Louis Seck, Sénégal Ancien ministre des Energies Renouvelables Lseck2@yahoo.fr FICHE D IDENTITE DU SENEGAL PLAN DE L EXPOSE

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

Augmentation du taux d électricité en Afrique par l utilisation des énergies renouvelables

Augmentation du taux d électricité en Afrique par l utilisation des énergies renouvelables Augmentation du taux d électricité en Afrique par l utilisation des énergies renouvelables Par Jean Pierre BEYOKO LOKU, Secrétaire Permanent CNE/Ministère de l Energie/RDC Sommaire I. Introduction II.

Plus en détail

Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique

Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique Tunisie : une politique nationale d efficacité énergétique NEJIB OSMAN/JUILLET 2012 Nejib Osman est directeur Études et Planifications à l Agence Nationale pour la Maîtrise d Energie (ANME) en Tunisie.

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT.

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT. REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU TOURISME ET DE L ENVIRONNEMENT CABINET DU MINISTRE NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION

Plus en détail

Consommation Energétique Finale de l Algérie

Consommation Energétique Finale de l Algérie Données & Indicateurs Ministère de l Energie et des Mines Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Consommation Energétique Finale de l Algérie Edition 2007

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Energie pour un développement durable de l Afrique

Energie pour un développement durable de l Afrique Energie pour un développement durable de l Afrique Abdoussalam Ba Directeur général du CNES, Niamey, Niger L énergie est le soubassement de toute activité économique. Or, lors de l élaboration du Plan

Plus en détail

Evaluation rapide et Analyse des Gaps

Evaluation rapide et Analyse des Gaps Pays : Guinée Bissau Evaluation rapide et Analyse des Gaps ENERGIE DURABLE POUR TOUS A L HORIZON 2030 Durée : 20 ans (2010 2030) Avril 2013 Coût : 622,5 Millions USD (soit 311,25 Milliards FCFA) ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

le Brésil et les biocarburants

le Brésil et les biocarburants le Brésil et les biocarburants Le Brésil est le 1 er exportateur au monde de biocarburants et le 2 e producteur. Si l'éthanol brésilien a un bon bilan écologique par rapport à un carburant fossile, il

Plus en détail

LES FORETS AU BURKINA FASO

LES FORETS AU BURKINA FASO LES FORETS AU BURKINA FASO Background Paper Présenté à l atelier sur le Dialogue Forestier 12 au 15 septembre 2011 Ouagadougou/ Burkina Faso Sylvestre Bangré OUEDRAOGO Coordonnateur Régional de TREE AID

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest

PLAN DE PRESENTATION. Introduction. Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest Conférence Partager le Savoir à travers la Méditerranée (7) E. HOUNGNINOU Tunis, le 18 Mai 2012 Introduction Etat des lieux du système énergétique en Afrique: Cas de l Afrique de l Ouest PLAN DE PRESENTATION

Plus en détail

Comité Interprofessionnel du Bois Energie

Comité Interprofessionnel du Bois Energie Impact d une écotaxe sur la rentabilité des projets bois-énergie La combustion des énergies fossiles conventionnelles génère des émissions de CO 2 dans l atmosphère. La lutte contre le réchauffement climatique

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Ecosysteme base sur l adaptation a la filiere bois energie au Burkina-Faso

Ecosysteme base sur l adaptation a la filiere bois energie au Burkina-Faso Ecosysteme base sur l adaptation a la filiere bois energie au Burkina-Faso ECO Consult au nom de PROFOR Session Technique PROFOR Agenda 1. Objectives de l etude 2. Methodologie 3. Vulnerabilite de la sous-filiere

Plus en détail

Etat des lieux sur l utilisation des foyers améliorés au Burkina Faso ETAT DES LIEUX SUR L UTILISATION DES FOYERS AMELIORES AU BURKINA

Etat des lieux sur l utilisation des foyers améliorés au Burkina Faso ETAT DES LIEUX SUR L UTILISATION DES FOYERS AMELIORES AU BURKINA ETAT DES LIEUX SUR L UTILISATION DES FOYERS AMELIORES AU BURKINA Octobre 2013 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L ETUDE 1. Contexte environnemental du Burkina et foyers améliorés

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

Rapport d activités 2012

Rapport d activités 2012 République de Guinée-Bissau MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Projet d Appui à la Sécurité Alimentaire (PASA) Composant II : Aménagements hydroagricoles (CAHA) Rapport d activités 2012 Élaboré

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS Bilan et perspectives de l Économie Verte en Pr Idrissa M. OUEDRAOGO, Consultant Introduction L objectif global

Plus en détail

Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides

Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides Tableau 8 : Plan d action pour la conservation de la biodiversité au Rwanda Objectif 1 : Amélioration de la protection et de la gestion des aires protégées et des zones humides 1.1. Développement 1.1.1

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE

PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A DJENNE ------ TERMES DE REFERENCE MINISTERE DE L ENERGIE ET REPUBLIQUE DU MALI DE L HYDRAULIQUE Un Peuple Un But Une Foi ***** ***** DIRECTION NATIONALE DE L ENERGIE ***** PROJET D ELECTRIFICATION PAR CENTRALE HYBRIDE SOLAIRE-DIESEL A

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN)

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Thème : Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) Djibo BOUBACAR (Ph. D), responsable

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

Les technologies des énergies renouvelables: solutions pour le développement rural. L expérience de la Banque Africaine de Développement

Les technologies des énergies renouvelables: solutions pour le développement rural. L expérience de la Banque Africaine de Développement Les technologies des énergies renouvelables: solutions pour le développement rural L expérience de la Banque Africaine de Développement Dr Nogoye THIAM Unité du Genre, Changement Climatique et Développement

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR FORESTIER NATIONAL

PLAN DIRECTEUR FORESTIER NATIONAL República da Guinée-Bissau Ministério da Agricultura e do Desenvolvimento Rural PLAN DIRECTEUR FORESTIER NATIONAL Version finale Mai 2010 Table des Matières Liste des sigles et abréviations... 3 Résumé...

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Appel à projets en vue de subventionner les meilleures innovations régionales pour la conception d'outils d'information et de communication

Appel à projets en vue de subventionner les meilleures innovations régionales pour la conception d'outils d'information et de communication Renforcement de la résilience par le biais de services liés à l innovation, à la communication et aux connaissances (BRICKS) Sahel and West Africa Program in support of the Great Green Wall Initiative

Plus en détail

une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme

une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme une énergie d avenir dans le Puy-de-Dôme Les atouts du bois énergie Une énergie renouvelable Le bois est considéré comme une énergie renouvelable dans la mesure où la forêt est gérée de façon durable.

Plus en détail

Favoriser le déploiement des énergies renouvelables pour lutter contre la pauvreté en Côte d Ivoire

Favoriser le déploiement des énergies renouvelables pour lutter contre la pauvreté en Côte d Ivoire ACTIONS EN FAVEUR DE L HOMME ET DE LA NATURE Favoriser le déploiement des énergies renouvelables pour lutter contre la pauvreté en Côte d Ivoire Une véritable «crise» énergétique en Côte d Ivoire Un mix

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE

LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE COMITE INTERPROFESSIONNEL DU BOIS-ENERGIE contact@cibe.fr www.cibe.fr LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE Atouts et spécificités des réseaux de chaleur Bois-Energie Spécificités Qu est-ce qu un réseau

Plus en détail

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire

FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire FORUM REGIONAL SUR L INITIATIVE ENERGIE SOLAIRE DE LA CEDEAO Présentation de la Côte d Ivoire GNIGBOGNIMA Siriki N CHO Pâcome Chargés d études à la Direction Générale de l Energie Dakar, 18-21 octobre

Plus en détail

La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie

La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie Réunion du Group d'experts Intergouvernemental du Droit et de la Politique de la concurrence Genève, 17-19 juillet 2007 La Concurrence dans le secteur de l Énergie en Tunisie Par Tunisie The views expressed

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Représentant Régional de l OIBT pour l Afrique Introduction Généralités sur les 5pays

Plus en détail

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse

Les émissions atmosphériques de la combustion de biomasse Départements Bioressources et Surveillance de la Qualité de l Air Direction des Energies Renouvelables, des Réseaux et des Marchés Energétiques 19.7.27 Direction de l Air, du Bruit et de l Efficacité Energétique

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat 1 INTRODUCTION Par la loi du 13 juillet 2005, la France s est dotée d une nouvelle stratégie énergétique. Dès 2010, 10% de ses besoins devront être couverts par des sources renouvelables, contre 7% aujourd

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Par Dan Lansana KOUROUMA, CÉREC Ouo Ouo LAMA, UdeM Jean Philippe WAAUB, GEIGER

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DU PLAN D ACTION EN MATIERE DE CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE ET D UTILISATION DURABLE DE SES RESSOURCES

TABLEAU SYNOPTIQUE DU PLAN D ACTION EN MATIERE DE CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE ET D UTILISATION DURABLE DE SES RESSOURCES ANNEXE 1 TABLEAU SYNOPTQUE DU PLAN D ACTON EN MATERE DE CONSERVATON DE LA DVERSTE BOLOGQUE ET D UTLSATON DURABLE DE SES RESSOURCES DOMANE PRORTES Articles de la convention ACTONS ORGANSME RESPONSABLE PROJETS

Plus en détail

L énergie de cuisson

L énergie de cuisson L énergie de cuisson Ce qui compte réellement pour réduire la pauvreté de moitié d ici à 2015 Quelques faits clé qu il faut connaître 1. sur l énergie de cuisson Dans les pays en développement, l énergie

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS)

Protocole d Accord de Coopération. Entre. Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL AGENCE PANAFRICAINE DE LA GRANDE MURAILLE VERTE Protocole d Accord de Coopération Entre Le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte

Plus en détail

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD)

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) Par Gilbert KILOLA LUTSWAMBA Chef de Division Développement Durable Ministère de l Environnement, Conservation

Plus en détail

Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement

Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement Étude sur le chauffage domestique au bois : marchés et approvisionnement Réunion de rendu final: les principaux résultats et recommandations 2 juillet 2013 Objectifs de l étude Caractériser les modes d

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires

Energie. Panorama. Flux énergétique simplifié de la Suisse, en 2013. Reste Gaz. Pertes. Force hydraulique. Reste Gaz. Combustibles nucléaires Energie Panorama Flux énergétique Dans la nature, l énergie se présente sous forme de pétrole brut, de gaz naturel, d énergie hydraulique, d uranium, de rayonnement solaire, d énergie éolienne, etc. Avant

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG)

Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) Compte rendu d activité 2007 sur la loi sur les énergies renouvelables (EEG) conformément à l article 20 de la loi EEG - Projet du BMU - Résumé 5.7.2007 1 Résumé du projet du BMU de compte rendu d activité

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

Présentée par: Tienko Jean AKOSSONGO

Présentée par: Tienko Jean AKOSSONGO VIENNE/AUTRICHE Présentée par: Tienko Jean AKOSSONGO I. Introduction II. Potentialités de la filière Karité au Burkina Faso III. Contraintes de la filière karité au Burkina Faso IV. Conclusion Nom scientifique:

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique

La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique La taxe carbone Un choix responsable pour la lutte contre le réchauffement climatique Agir, une nécessité et une responsabilité Le Grenelle de l Environnement a conduit à un constat partagé par tous :

Plus en détail

Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques -Annexes de la Communication du Burkina Faso

Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques -Annexes de la Communication du Burkina Faso Secrétariat Permanent du Conseil National pour la Gestion de l Environnement (SP/CONAGESE) --décembre 2001-- 2 Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques ANNEXES DE LA COMMUNICATION

Plus en détail

ENERGIE. Ministère de l Energie. par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité

ENERGIE. Ministère de l Energie. par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité République du Sénégal Un peuple Un but Une foi - - - - - - - - - - - Ministère de l Energie ENERGIE par Mr. Ibrahima NIANE Directeur de l Electricité Dakar, le 10 mars 2014 CONTEXTE Important retard d

Plus en détail

Couloir Africain de l Énergie Propre

Couloir Africain de l Énergie Propre Couloir Africain de l Énergie Propre LE COULOIR AFRICAIN DE L ÉNERGIE PROPRE L Afrique change rapidement. En 2050, elle comptera 2 milliards d habitants, dont trois sur cinq vivront dans des villes. Plus

Plus en détail

I PREOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES EN COTE D IVOIRE.

I PREOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES EN COTE D IVOIRE. Contexte général La conférence de Rio de Janeiro (1992) a montré que le développement durable passe par la protection de l environnement. Cette approche a conduit l Etat de Côte d Ivoire à l adoption du

Plus en détail

passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles.

passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles. passez à la chaleur renouvelable à base de résidus agricoles. Un service clé-en-main, un chauffage confortable et sûr. Un prix compétitif L option d un financement intégral. Un service de fourniture de

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO)

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) MECANISMES DE DEVELOPPEMENT PROPRE (MDP) ETAT ACTUEL TUTELLE INTERNATIONALE

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

Les collectivités réunionnaises engagées face aux défis climatique et énergétique

Les collectivités réunionnaises engagées face aux défis climatique et énergétique Les collectivités réunionnaises engagées face aux défis climatique et énergétique Les collectivités réunionnaises s engagent sur leurs territoires pour faire face au changement climatique Les collectivités

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Allocution d ouverture du Dr. Abdelkader AMARA, Ministre de l Energie des Mines, de l Eau et de l Environnement à l occasion de la 4 ème Conférence

Allocution d ouverture du Dr. Abdelkader AMARA, Ministre de l Energie des Mines, de l Eau et de l Environnement à l occasion de la 4 ème Conférence Allocution d ouverture du Dr. Abdelkader AMARA, Ministre de l Energie des Mines, de l Eau et de l Environnement à l occasion de la 4 ème Conférence Dii Rabat, le 30/10/2013 1 Monsieur l Ambassadeur de

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

Déménagement de l'agroscope du site de Liebefeld

Déménagement de l'agroscope du site de Liebefeld Déménagement de l'agroscope du site de Liebefeld Résultat de l'évaluation au moyen de «BOUSSOLE 21» Données concernant l'auteur de l'évaluation Nom et prénom : Email : Institution : Département : Service

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

Atelier de concertation

Atelier de concertation Atelier de concertation Adaptation au changement climatique, Efficacité énergétique, énergies renouvelables Toulouse - 22 octobre 2012 1. Introduction Les étapes de la concertation Rapport de concertation

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2015 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Guide pratique - BOAD 1 GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays

Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays Etat des lieux du cadre politique et juridique des énergies renouvelables au Cameroun, rapprochement avec la situation dans d autres pays Constats, problématiques, hypothèses Principaux constats: Déficit

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Cette création illustre : I - Le partenariat exemplaire entre la ville d Olonne et l Office National des Forêts II - Le projet municipal

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE

PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE PROJET D ELECTRIFICATION SOLAIRE D UNE DIZAINE DE LOCALITES DE LA RÉGION DU CENTRE-EST (BURKINA FASO) PRÉSENTATION SOMMAIRE Mai - Juin 2008 CONTEXTE BURKINABE Fondation Énergies pour le Monde 1 PROJET

Plus en détail