Risques particuliers pour la santé dans l habitat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques particuliers pour la santé dans l habitat"

Transcription

1 Prévention et traitement de l habitat indigne en Charente-Maritime Guide pratique à l usage des Maires Risques particuliers pour la santé dans l habitat Fiche 2 L homme passe en moyenne 50% de son temps dans son logement. Il est donc très important de faire attention à la qualité de l habitation car les risques pour la santé peuvent y être nombreux. Les situations les plus fréquentes constatées comme présentant des risques sanitaires sont les suivantes : Dégagement de monoxyde de carbone (CO) Le CO est un gaz toxique, sans couleur et sans odeur, ce qui contribue à sa dangerosité particulière. Un dégagement de CO à l intérieur d un logement envahit très rapidement tout l espace puisque sa densité est voisine de celle de l air. Cela se produit lors d une combustion incomplète, et ce, quel que soit le combustible utilisé par l appareil (bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane ). Les conséquences sur la santé peuvent être très graves puisque le CO agit comme un gaz asphyxiant très toxique qui, absorbé en quelques minutes par l organisme, se fixe sur l hémoglobine du sang. Les premiers symptômes peuvent paraître banals : maux de tête, nausées, vertiges. Mais la persistance de l exposition va conduire à l instauration d un malaise général, avec torpeur et incapacité à réagir, pouvant entraîner une syncope et à terme, un décès. Il est important de savoir que 0,1% de CO dans l air tue en une heure, 1% tue en 15 minutes et 10% tue immédiatement. Une vérification et un entretien réguliers par un professionnel qualifié pour toutes les installations à combustion (appareils, conduits d évacuation à ramoner, ventilations des pièces ) doit permettre de s en protéger efficacement. Présence de moisissures sur les parois L humidité (vapeur d eau) n est pas, en soi, un risque pour la santé, elle peut simplement générer un sentiment d inconfort. Mais l imprégnation humide des parois (par exemple, sols, murs, planchers, plafonds ) devient un facteur favorisant le développement de micro-organismes tels que les moisissures. Certaines espèces colonisent ainsi les surfaces à l intérieur même des logements. L inhalation de spores de moisissures émis en quantité importante dans l air peut entraîner des problèmes respiratoires et cutanés divers parmi lesquels des manifestations allergiques fréquentes : rhinites, dermatites, bronchites allergiques, asthme, mycoses. Certaines variétés de moisissures sont aussi sources de toxines néfastes pour l homme. Il est donc important de faire rapidement identifier toutes les causes d humidité avant d engager des travaux sur le bâtiment.

2 Contaminations bactériennes Le risque bactérien d origine hydrique a été historiquement le plus grave et le plus fréquent. En Europe, au 19 ème siècle, plusieurs épidémies mortelles ont été transmises par l eau (typhoïde, choléra). L eau est un milieu favorable au développement des bactéries et des parasites. > Exemples de situations susceptibles de présenter de graves risques pour la santé : Boire de l eau d un puits particulier pouvant être pollué même de manière accidentelle ; Etre en contact avec des eaux souillées notamment quand le système d assainissement des eaux usées et des eaux vannes n est pas en bon état et présente des débordements ; Vivre dans des conditions d hygiène déplorables en accumulant toutes sortes de détritus ou de déjections. Les contaminations bactériennes peuvent se traduire par des diarrhées, ou des gastro-entérites (diarrhées + vomissements + fièvre) plus ou moins graves, mais susceptibles, dans certains cas extrêmes, d'engager le pronostic vital pour les personnes les plus fragiles. Pour éviter tous risques, le réseau d'eau du logement doit être raccordé sur le réseau public d'eau potable (obligatoire pour tous les logements locatifs en particulier), le dispositif d'assainissement du logement doit être mis en conformité, l'habitation et les dépendances doivent être maintenues dans un constant état de propreté, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Présence de rats et autres rongeurs Leur prolifération présente un danger pour l homme parce qu elle peut être à l origine du développement de certaines maladies : la leptospirose qui provoque des douleurs abdominales, des diarrhées et des vomissements ; la toxoplasmose qui peut être à l'origine de malformations fœtales chez la femme enceinte ; la salmonellose qui provoque la fièvre typhoïde ou des intoxications graves par aliments contaminés ; le typhus murin qui se caractérise par une forte fièvre. Pour s'en protéger, il convient de bien entretenir les lieux, de boucher tous les trous pouvant servir de passage aux rats, de vérifier périodiquement si les caves, cours, égouts particuliers, locaux à poubelles, logements des animaux domestiques etc ne sont pas envahis par ces nuisibles et faire évacuer tous les dépôts de détritus et de déchets susceptibles de les attirer. Si leur présence est constatée, il est urgent de procéder à la dératisation. Présence de blattes Elles souillent les denrées alimentaires avec leurs excréments, véhiculent des germes pathogènes (gastro-entérite, tuberculose, salmonellose) et sont à l origine de nombreuses allergies Si leur présence est constatée, il est nécessaire de procéder rapidement à la désinsectisation des lieux.

3 Plomb Dans l habitat, le plomb peut se trouver sous plusieurs formes : Dans les peintures qui, si elles sont dégradées (vétusté, humidité, ponçage ), dispersent des poussières absorbées et inhalées par les personnes exposées ; Dans l eau de boisson dès lors qu elle a longuement séjournée dans des réseaux 1 comportant des tuyaux, raccords et soudures au plomb ; Dans des céramiques importées vernissées avec des émaux au plomb (plats à tagine), cosmétiques traditionnels (khôl), lests de pêche, plombs de chasse, etc... 1 Le plomb a cessé d être employé dans les canalisations des réseaux intérieurs d immeubles dans les années 1950, et pour les branchements publics dans les années Mais il peut subsister encore des parties de réseau non renouvelées. L ingestion ou l inhalation de plomb est toxique. Elle provoque, selon la dose absorbée et l état de la personne (sexe, âge), des troubles réversibles (anémie, troubles digestifs) ou irréversibles (atteinte du système nerveux). Une fois dans l organisme, le plomb se stocke, notamment dans les os, d où il peut être libéré dans le sang, des années plus tard. L intoxication par le plomb est appelée saturnisme. Les symptômes d une intoxication chronique au plomb ne sont pas spécifiques et l intoxication est diagnostiquée le plus souvent lorsque ses effets sont devenus irréversibles. En cas de doute, il convient de consulter son médecin, la protection maternelle infantile ou un pédiatre qui pourra examiner l enfant et prescrire, si besoin est, une prise de sang (dosage du plomb) indispensable à la confirmation du diagnostic. Les enfants de moins de 6 ans sont les plus vulnérables en raison de leurs comportements (ils jouent par terre, portent les mains et les objets contaminés à la bouche, manipulent les écailles de peinture) et de leur plus grande sensibilité (le plomb est en effet plus facilement absorbé dans l organisme de l enfant que celui de l adulte et les effets toxiques du plomb chez celui-ci sont plus importants en raison du processus de développement cérébral). La femme enceinte, exposée au plomb, peut être source de contamination pour l enfant qu elle porte. Le plomb stocké chez la femme peut être relargué au cours de la grossesse et traverser la barrière placentaire pour atteindre le foetus. Lors de la vente d une habitation (et lors de la mise en location d un logement à partir du 1er août ), un Constat de Risque d Exposition au Plomb (C.R.E.P.) par les peintures doit être réalisé à l initiative du propriétaire. Les conclusions de ce constat permettent de prendre toutes les dispositions utiles pour éviter le risque d intoxication. Mais en tout état de cause, en cas de présence d écailles de peinture ou de poussières, le nettoyage humide (serpillère ou éponge) doit toujours être privilégié lors du nettoyage des lieux (les aspirateurs courants ne filtrent pas les poussières fines et peuvent disperser les poussières dans l atmosphère). 2 à partir de cette date, le CREP doit être annexé à tout nouveau bail (ou renouvellement) de location d un logement construit avant le 1er janvier 1949 (article L du Code de la Santé Publique). Il n est pas obligatoire en cas de reconduction tacite du bail. Les locations à caractère saisonnier, les meublés, les logements de fonction et les locations aux travailleurs saisonniers sont également concernés.

4 Amiante L amiante est une roche fibreuse qui a été beaucoup utilisée dans la construction pour ses capacités d isolation thermique et acoustique, jusqu à son interdiction en Les matériaux pouvant contenir de l amiante sont classés en deux catégories : Les matériaux friables (servant à isoler des gaines, conduits, canalisations, faux plafonds, cloisons ) ; Les matériaux non friables (plaques ondulées en amiante-ciment, dalles de sol, colles...). Ceux-ci ne présentent un risque pour la santé que s'ils sont dégradés, ou s'ils font l'objet de perçage ou de sciage... En effet l'amiante est toxique par inhalation. Elle peut provoquer des maladies du système respiratoire. Certaines sont relativement bénignes (plaques pleurales ), d autres très graves : cancer du poumon, cancer de la plèvre (mésothéliome), fibroses (asbestose) Le risque d'atteinte tumorale broncho-pulmonaire peut être majoré par l'exposition à d'autres agents cancérogènes, par exemple la fumée du tabac. Légionelles Ce sont des bactéries présentes, de façon naturelle, dans les eaux douces et les sols humides. Véhiculées par l eau, elles peuvent se multiplier notamment dans les canalisations des habitations si la température de l eau au point de distribution est inférieure à 50 C. Il existe de nombreuses familles de bactéries du genre «legionella». L une d entre elles appelée legionella pneumophila peut être à l origine d une grave infection respiratoire : la légionellose. La légionellose se traduit par une infection pulmonaire associée à des troubles digestifs et à une forte fièvre pouvant conduire au décès. Cette maladie touche principalement les personnes fragilisées : sujets âgés, immunodéprimés, immunodéficients, fumeurs La contamination de l homme se fait par voie respiratoire, notamment par inhalation de micro-gouttelettes d eau contaminées par une bactérie. La contamination dans l habitat peut se produire lors d une douche ou par inhalation de gouttelettes d eau produites par certaines installations (fontaines décoratives, jacuzzi, brumisateurs ) mal entretenues. Aucun cas de contamination interhumaine ou de personne ayant bu de l eau n a jamais été recensé. Certaines recommandations simples peuvent être mises en œuvre, à titre individuel, pour éviter la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau intérieurs : Laisser couler l eau chaude sanitaire quelques secondes avant utilisation ; Supprimer les bras morts ou les zones de stagnation importante ; Effectuer une purge périodique du ballon d eau chaude de façon à éliminer les dépôts de tartre accumulés en fond de cuve ; Vidanger le ballon après une période d absence prolongée et/ou renouveler l eau ayant séjourné dans les conduites avant utilisation ; Régler la température de production d eau chaude à 60 C (chauffe-eau, chaudière murale ou ballon), et limiter la température aux points d usage à 50 C pour éviter les risques de brûlures ; Détartrer et désinfecter, une à deux fois par an, les pommeaux de douche (avec par exemple une solution de vinaigre blanc pour le détartrage et une solution d eau de Javel pour la désinfection) ; imprimeur imaginatif Remplacer périodiquement les éléments de robinetterie vétustes comme les têtes de robinets, les flexibles et les pommeaux de douches Septembre 2008

5 Prévention et traitement de l habitat indigne en Charente-Maritime Guide pratique à l usage des Maires Traitement administratif d une plainte (Police du Maire) Fiche 3 Cadre réglementaire Code Général des Collectivités Territoriales (articles L et 2) Règlement Sanitaire Départemental (en particulier les titres I, II et IV) Code de la Santé Publique (en particulier l'article L1421-4) Extrait de l'article L du Code de la Santé Publique : «Le contrôle administratif et technique des règles d hygiène relève de la compétence du Maire pour les règles générales d hygiène fixées, en application du chapitre 1 er du titre 1 er du livre III, pour les habitations, leurs abords et dépendances». Schéma d'intervention en cas de réception, en mairie, d'une plainte relative à l'habitat Si la plainte ne laisse pas supposer de risques potentiels pour la santé ou la sécurité des occupants ou du voisinage immédiat Droit privé uniquement (orienter le plaignant vers l'adil) Dans le cas contraire : Constat des lieux par le Maire, un adjoint ou une personne assermentée (police municipale, garde champêtre ) Vérifier la véracité de la plainte cf. annexe 1 Si des manquements aux règles d'hygiène sont constatés cf. ex. annexe 2 Mise en demeure assortie d'un délai adressée au propriétaire Vérification par constat au terme du délai S il n y a pas d'amélioration : 2 possibilités de sanctions Absence d'infraction constatée Aucune suite administrative (en informer le plaignant) En cas de simples manquements au RSD Transmission au Procureur de la République En cas de risques graves pour la santé Transmission du dossier à la DDASS pour étude en vue de déclarer le logement insalubre. Des modèles d arrêtés sont téléchargeables sur le site suivant : actu/habitatindigne/default.htm (dans le sommaire à gauche, cliquer sur «guides pratiques» puis sur «vade-mecum», voir ensuite les fiches de procédures n 1 et 2 de ce lien).

6 annexe 1 Points visuels importants à vérifier lors d une visite de constat Indépendamment des déficiences signalées, il importe de vérifier en particulier : A l intérieur du logement : Les conditions d occupation (type de logement, nombre d occupants, entretien ) Les caractéristiques des pièces (hauteur sous plafond, surface, éclairement naturel des pièces, ouvrants, systèmes de ventilation ) Les manifestations d humidité (traces d infiltrations, moisissures, odeurs de moisi ) Le mode d alimentation en eau (adduction publique, puits ) La présence et l état des sanitaires (WC, douche, salle d eau / salle de bains ) Le mode de chauffage et de production d eau chaude La présence et l état des appareils à combustion (installations fixes et/ou mobiles) L état de l installation électrique et son éventuelle dangerosité L état des structures (sols, murs, plafonds, ouvrants, escalier ) La prolifération de blattes, rats, souris L état de la charpente, la présence d isolation, dès lors que les combles sont accessibles A l'extérieur du logement : L état de la toiture, des façades, des ouvertures, des dépendances La présence de dalles pluviales Les manifestations d humidité La présence et l état du réseau d assainissement eaux usées et vannes (raccordement au tout à l égout, assainissement autonome conforme, absence d écoulement ou de raccordement illicite type eaux pluviales dans le réseau d assainissement ) L entretien de la propriété (absence de détritus, d objets hétéroclites ) Quelques conseils dans le cadre du traitement de la plainte Intervenir rapidement pour éviter le "pourrissement" du conflit ; Effectuer la visite sur place en présence du locataire (il n'y a pas violation de domicile dès lors que l'agent de contrôle est invité par l'occupant légal à pénétrer sur sa propriété). Il est préférable, au moins dans un premier temps, que la visite s'effectue en l'absence du propriétaire (relations souvent tendues) ; Toujours privilégier la médiation ; Dans le cas d'une location, s'assurer, avant tout, que le locataire a bien informé son propriétaire des problèmes soulevés par courrier en recommandé avec accusé réception en référence à l'article 6 de la Loi de 1989 complétée. Lui conseiller éventuellement de contacter rapidement l'agence Départementale d Information sur le Logement (ADIL) pour toutes informations sur les droits des occupants ; Ne se rapporter qu'aux faits constatés, prendre si possible des photos, rédiger éventuellement un compte rendu de visite ; Ne pas définir les causes des déficiences (elles relèvent d'une expertise et non d'un constat) mais uniquement demander au propriétaire de remédier aux problèmes constatés, soit par courrier de mise en demeure soit par arrêté mais toujours assorti d'un délai. Viser les articles du RSD non respectés (cf. exemples annexe 2) et indiquer éventuellement les sanctions encourues.

7 annexe 2 Le maire est chargé de faire appliquer les manquements aux règles d hygiène pris en compte par le Règlement Sanitaire Départemental (et notamment le titre II relatif aux locaux d habitations et assimilés). A titre d exemples, quelques manquements aux règles d hygiène les plus souvent évoqués par les locataires et leurs références réglementaires sont listés ci-après (liste non exhaustive) : Humidité : article 33 du RSD Conseils éventuels à prodiguer aux occupants : Dès l apparition de l humidité, demander au propriétaire, si besoin est par courrier recommandé avec accusé réception, d en faire rechercher les causes, de préférence par un spécialiste du domaine (causes souvent multiples et se cumulant). Faire référence aux obligations du bailleur et notamment celle de louer un logement qui ne présente pas de risques manifestes pour la santé. Aérer tous les jours le logement durant environ 10 à 15 mn (même quand il pleut car l air extérieur est toujours moins humide que celui à l intérieur du logement). Durant cette période, éteindre les radiateurs et attendre quelques minutes après avoir refermé les fenêtres avant de les rallumer. Chauffer régulièrement et uniformément. Dans le cas du chauffage électrique, ne pas éteindre les radiateurs pendant une absence prolongée mais possibilité de baisser le thermostat. Supprimer toutes entrées d air parasites mais surtout ne pas obstruer les entrées d air de la ventilation générale et permanente. Limiter l'utilisation d appareils à combustion d appoint type poêle à pétrole, car toute combustion dégage de la vapeur d eau et risque d aggraver les problèmes. En cas de présence d appareils à combustion, faire vérifier la bonne combustion par un entretien régulier des installations (l humidité peut effectivement être un signe d une mauvaise combustion). En attente du traitement de fond du problème, si des moisissures apparaissent sur les parois, nettoyer régulièrement avec un chiffon humidifié avec du produit type javel, pour supprimer tout risque de dispersion des spores de moisissures dans l air ambiant. Infiltrations d eau ou d air : article 33 du RSD Conseils éventuels à prodiguer aux occupants : Contacter l ADIL pour toutes informations sur leurs droits. Si dégâts des eaux : dossier éventuel auprès de l assurance habitation. Mauvais entretien à l intérieur du logement ou sur la propriété : s'il y a des nuisances occasionnant des dangers pour la santé, la salubrité ou la sécurité du voisinage intervention du Maire de la commune. Mise en demeure au titre du Code de l'environnement (article L ), du CGCT (article L ) ou éventuellement du RSD (article 23). Le maire se retourne vers le propriétaire des «déchets» pour récupérer les sommes engagées s'il fait les travaux d'office. Dispositif d assainissement autonome ou raccordement au réseau public d assainissement inexistant ou non fonctionnel : article L du CGCT, arrêté du 6 mai 1996 relatif à l assainissement autonome et articles L et suivants du Code de la Santé Publique. Attention les WC de type sanibroyeur sont réglementés : article 47 du RSD

8 Alimentation en eau non potable : articles 14, 15 et 40 du RSD et R , 43 et 57 du Code de la Santé Publique. Obligation d alimenter un logement locatif par le réseau public d adduction d eau potable (pas de puits particulier). Possibilité de travaux d office en l absence de suite donnée à la mise en demeure. Problèmes électriques : article 51 du RSD. Obligation pour le propriétaire de faire attester l absence de dangerosité de l installation électrique, si possible, par un professionnel qualifié. Absence ou insuffisance du moyen de chauffage : Article 40 du RSD. Un chauffage suffisant doit être assuré dans le logement. Logement dans un habitat précaire dégradé (mobil-home ) : Vérification de l autorisation par rapport au droit du sol et, si besoin est, prendre les mesures adaptées. Manque d isolation : pas de référence dans RSD mais prévu dans le cadre de la décence (droit privé avec obligations du bailleur). Prolifération d insectes (blattes, mouches ), de rats, souris, serpents : articles 23, 119 du RSD. Odeurs dans l immeuble où se trouve le logement (occasionnées par une activité, commerce ) : article 100 bis du RSD. Difficulté d appréciation des odeurs (pas d appareil de mesure ) d où la nécessité de privilégier l action de médiation avec le tiers responsable. Péril avec risque sur la voie publique ou/et vis à vis des occupants à l intérieur du logement : Police spéciale du maire si nécessaire, contacter l'association Départementale des Maires de Charente Maritime. Monoxyde de carbone : articles 31, 32, 53 du RSD. Conseils éventuels à prodiguer aux occupants : A l entrée dans les lieux, le locataire doit s assurer auprès du propriétaire que les installations à combustion ont bien été contrôlées par un professionnel qualifié (voir auprès d organismes professionnels). Les appareils, les conduits d évacuation des gaz brûlés et les grilles de ventilations doivent avoir été, à cette occasion, vérifiés. Ensuite il appartient à l utilisateur de ces installations de les faire entretenir régulièrement (au moins une fois par an voire 2 fois dans le cas d une utilisation toute l année). Il est déconseillé d utiliser des chauffages d appoint à combustion dans des logements qui, par nature, sont bien isolés thermiquement. Les entrées d air strictement nécessaires à la bonne aération d un logement sont insuffisantes en présence d un appareil à combustion. En tout état de cause, des ventilations spécifiques doivent être installées en cas d utilisation même temporaire de ces appareils. En cas d apparition de symptômes tels que mal à la tête, envie de vomir, faiblesse, il est nécessaire d'aérer les lieux et d'arrêter les appareils à combustion et appeler le centre 15. Nuisances sonores : se référer aux textes régissant les bruits de voisinage à savoir : les articles R à R du Code de la Santé Publique, l arrêté préfectoral n du 22/05/07, l article L du CGCT et l arrêté municipal le cas échéant. Le service Santé-Environnement de la DDASS est à la disposition du Maire pour des conseils ou un appui technique si des mesures sonométriques sont nécessaires. Dans le cas de déficiences dans un logement d un propriétaire-occupant, notamment en l absence d élément de confort (pas de salle d eau, WC à l extérieur ) : tous les partenaires travaillant dans le domaine de l habitat, et notamment le Maire, peuvent conseiller au propriétaire de contacter les structures mises en place localement (OPAH, PIG ) pour une étude et un montage éventuel d un dossier pour réhabilitation. imprimeur imaginatif Septembre 2008

9 Prévention et traitement de l habitat indigne en Charente-Maritime Guide pratique à l usage des Maires Les procédures de péril (Police du Maire) Fiche 4 Les pouvoirs du maire en matière d édifices menaçant ruine sont prévus par l article L du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) et les articles L à L du Code de la Construction et de l Habitation (CCH). Cette réglementation des édifices menaçant ruine, plus communément appelée «procédure de péril», permet au maire de prescrire la réparation ou la démolition d un immeuble dont l état est susceptible de compromettre la sécurité publique. L article L du CCH indique : «Le maire peut prescrire la réparation ou la démolition des murs, bâtiments ou édifices quelconques lorsqu ils menacent ruine et qu ils pourraient, par leur effondrement, compromettre la sécurité ou lorsque, d une façon générale, ils n offrent pas les garanties de solidité nécessaires au maintien de la sécurité publique ( )». Initiative de la procédure La procédure de péril est un pouvoir de police spéciale du maire. Il s agit d un pouvoir propre du maire (c est-à-dire que le conseil municipal est incompétent en la matière). Toute personne qui aurait connaissance de faits révélant l insécurité d un immeuble est tenue d informer le maire (article L du CCH). Une procédure applicable uniquement aux immeubles bâtis Le maire ne peut mettre en œuvre la procédure que sur les immeubles bâtis : bâtiments, murs, murs de soutènement, balcons, corniches, cheminées, tuyaux d évacuation des eaux de toiture Sont donc exclus du champ d application de cette procédure les dangers provoqués par un chemin, le risque de chute d un arbre L usage de l immeuble n a pas d incidence sur l exercice de la procédure. Il pourra s agir d un immeuble à usage d habitation, agricole, commercial, industriel De même, tous les bâtiments, qu ils appartiennent à des personnes privées ou à des personnes publiques peuvent être concernés (à l exception des bâtiments communaux, le maire ne pouvant se faire des injonctions à lui-même). Le danger doit émaner de l immeuble Afin de mettre en œuvre la procédure de péril, il est indispensable que le danger soit inhérent à l immeuble (défaut d entretien, vice de construction, vétusté ). Lorsque la solidité de l immeuble est compromise en raison d une catastrophe naturelle (inondation, séisme, incendie ) la procédure de péril est inapplicable. Toutefois, le maire pourra intervenir sur le fondement de ses pouvoirs de police générale (articles L et suivants du CGCT).

10 L objectif : le maintien de la sécurité publique Le maire doit intervenir lorsqu il y a un danger pour les passants, les occupants de l immeuble ou toute personne susceptible d y pénétrer. Son intervention concerne les menaces d effondrement aussi bien sur la voie publique que sur une propriété privée dès lors qu est en jeu la sécurité de toute personne qui se trouverait dans la propriété ou viendrait à y pénétrer. A titre d exemple, le maire peut déclencher la procédure de péril pour un édifice menaçant ruine : accessible aux tiers mais situé en bordure d une voie privée (Conseil d Etat, 27/11/1970, Cavignac) inoccupé mais dont l accès n est pas efficacement interdit (Conseil d Etat, 21/12/1979, Souchon) Comment distinguer entre péril imminent et péril ordinaire? Lorsqu un immeuble menace de ruine, le maire dispose, pour faire cesser le danger, de la procédure de péril ordinaire et de péril imminent. Le choix entre ces deux procédures est apprécié par le maire en fonction du danger présenté par l édifice : la procédure de péril ordinaire lorsque le danger n est pas immédiat ; la procédure de péril imminent lorsque la situation justifie une intervention très rapide, cette procédure permettant d édicter des mesures provisoires (article L du CCH). Il y a notamment urgence en cas d immeubles comportant certains éléments dont la solidité n est plus assurée. Voir les schémas des procédures de péril ordinaire et de péril imminent ci-contre et au verso. Des modèles d arrêtés sont téléchargeables sur le site suivant : (dans le sommaire à gauche, au niveau de la partie intitulée "appui méthodologique, juridique et technique" cliquer sur "des modèles d'actes juridiques").

11 Péril ordinaire (articles L , L , R à R du CCH) PHASE CONTRADICTOIRE Délai minimum : un mois (R ) Le maire envoie un courrier au propriétaire l informant des désordres constatés et l invitant à présenter ses observations. ARRÊTÉ DE PÉRIL ORDINAIRE Délai minimum : un mois (R ) Le maire met en demeure le propriétaire de faire, dans un délai déterminé, les réparations nécessaires. Le propriétaire conteste l arrêté par la voie du recours pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif. Le propriétaire exécute les travaux. Main-levée de l arrêté de péril. Le propriétaire n exécute pas les travaux dans le délai fixé par l arrêté. Le maire met en demeure le propriétaire de procéder aux travaux dans un délai qu il fixe et qui ne peut être inférieur à un mois. A défaut de réalisation dans le délai imparti, le maire, par décision motivée, peut faire procéder d office à leur exécution.

12 Péril imminent (articles L du CCH) Le maire adresse un AVERTISSEMENT ÉCRIT au propriétaire. Le maire saisit le TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Le juge administratif désigne un expert chargé de constater, dans les 24 HEURES, l urgence et le péril imminent. L expert indique ses conclusions dans un rapport. Cas n 1 : Si le rapport conclut à l existence d un péril imminent. Cas n 2 : Si le rapport conclut à un péril non imminent. ARRÊTÉ DE PÉRIL IMMINENT Le maire met en demeure d effectuer les travaux d urgence. Le maire lance la procédure de PÉRIL ORDINAIRE. Si le propriétaire fait des travaux permettant de faire cesser durablement tout péril. Sur le rapport d un expert, le maire prend acte de la réalisation des travaux et de leur date d achèvement. Si le propriétaire réalise les travaux d urgence. Poursuite d une procédure de péril ordinaire pour mettre fin durablement au péril. Si le propriétaire n exécute pas les travaux dans le délai imparti. Le maire fait les travaux d office aux frais du propriétaire. imprimeur imaginatif Septembre 2008

13 Prévention et traitement de l habitat indigne en Charente-Maritime Guide pratique à l usage des Maires Les droits et les obligations des propriétaires et des locataires Fiche 6 Des obligations s imposent au propriétaire et au locataire pendant toute la durée du bail. «Propriétaire : vos obligations» : Remettre au locataire un logement : > décent, c est à dire ne laissant pas apparaître de risques manifestes pouvant porter atteinte à la sécurité physique ou à la santé et doté des éléments de confort le rendant conforme à l usage d habitation. (Est décent un logement qui répond aux caractéristiques fixées par le décret du ). Si le logement ne satisfait pas aux conditions de décence, le locataire peut demander, à tout moment, sa mise en conformité ; > en bon état d usage et dont les équipements fonctionnent ; Assurer au locataire un usage paisible du logement ; Entretenir les locaux et effectuer les réparations, autres que locatives, nécessaires au maintien en bon état des locaux loués ainsi que celles dues à la vétusté, à un vice de construction ou à un cas de force majeure ; Délivrer une quittance de loyer et de charges gratuitement au locataire qui en fait la demande. «Locataire : vos obligations» : Payer le loyer et les charges au terme convenu dans le bail ; Utiliser paisiblement le logement ; Maintenir les lieux en bon état et les restituer conformément à l état des lieux d entrée ; Assumer les travaux d entretien courant du logement et des équipements mentionnés au contrat ainsi que les réparations locatives dès lors qu elles ne résultent pas de la vétusté, la malfaçon, le vice de construction, le cas fortuit ou la force majeure ; Répondre des dégradations et pertes qui surviennent pendant la durée du contrat à moins d apporter la preuve qu elles ont eu lieu par cas de force majeure, par le fait du bailleur, ou par le fait d un tiers que vous n avez pas introduit dans le logement ; Ne pas s opposer aux travaux de réparation ou d entretien du logement ni aux travaux d amélioration des parties communes qui nécessitent une intervention sur le logement ; Ne pas transformer le logement et ses équipements sans l accord écrit du propriétaire ; Souscrire une assurance contre les risques locatifs (dégâts des eaux, incendie ). Répartition des réparations entre propriétaire et locataire : Elle est définie par le décret n du 26 août 1987 et par la loi du 6 juillet Le propriétaire prend en charge les réparations importantes, notamment les réparations portant sur le gros œuvre, l étanchéité et celles nécessaires au bon fonctionnement des équipements, ainsi que celles qui sont dues à la vétusté, à un vice de construction ou à un cas de force majeure. Le locataire prend en charge toutes les menues réparations d entretien courant. L entretien courant recouvre l ensemble des mesures à prendre à peu de frais pour éviter la lente dégradation des lieux (huilage, graissage, raccords de peinture ). Les réparations locatives sont définies par décret n du 26 août 1987, qui en fixe la liste, non limitative. La liste va de l entretien de parties extérieures à usage privatif aux équipements intérieurs.

14 Un logement décent est un logement qui répond aux caractéristiques définies par le décret n du 30 janvier LE LOGEMENT NE PRÉSENTE PAS DE RISQUE POUR LA SÉCURITÉ PHYSIQUE ET LA SANTÉ DES OCCUPANTS Il assure le clos et le couvert. Le gros œuvre du logement et de ses accès est en bon état d entretien et de solidité et protège les locaux contre les eaux de ruissellement et les remontées d eau. Les menuiseries extérieures et la couverture avec ses raccords et accessoires assurent la protection contre les infiltrations d eau dans l habitation ; Les dispositifs de retenue des personnes, dans le logement et ses accès, tels que garde-corps des fenêtres, escaliers, loggias et balcons, sont dans un état conforme à leur usage ; La nature et l état de conservation et d entretien des matériaux de construction, des canalisations et des revêtements du logement ne présentent pas de risques manifestes pour la santé et la sécurité physique des locataires ; Les réseaux et branchements d électricité et de gaz et les équipements de chauffage et de production d eau chaude sont conformes aux normes de sécurité définies par les lois et règlements et sont en bon état d usage et de fonctionnement ; Les dispositifs d ouverture et de ventilation des logements permettent un renouvellement de l air adapté aux besoins d une occupation normale du logement et au fonctionnement des équipements ; Les pièces principales, au sens du troisième alinéa de l article R du Code de la Construction et de l Habitation, bénéficient d un éclairement naturel suffisant et d un ouvrant donnant à l air libre ou sur un volume vitré donnant à l air libre. LE LOGEMENT DOIT ÊTRE POURVU DES ÉLÉMENTS D ÉQUIPEMENT ET DE CONFORT HABITUELS Une installation permettant un chauffage normal, munie des dispositifs d alimentation en énergie et d évacuation des produits de combustion et adaptée aux caractéristiques du logement ; Une installation d alimentation en eau potable assurant à l intérieur du logement la distribution avec une pression et un débit suffisants pour l utilisation normale de ses locataires ; Des installations d évacuation des eaux ménagères et des eaux-vannes empêchant le refoulement des odeurs et des effluents et munies de siphon ; Une cuisine ou un coin cuisine aménagé de manière à recevoir un appareil de cuisson et comprenant un évier raccordé à une installation d alimentation en eau chaude et froide et à une installation d évacuation des eaux usées ; Une installation sanitaire intérieure au logement comprenant un WC, séparé de la cuisine et de la pièce où sont pris les repas, et un équipement pour la toilette corporelle, comportant une baignoire ou une douche, aménagé de manière à garantir l intimité personnelle, alimenté en eau chaude et froide et muni d une évacuation des eaux usées. L installation sanitaire d un logement d une seule pièce peut être limitée à un WC extérieur au logement à condition que ce WC soit situé dans le même bâtiment et facilement accessible ; Un réseau électrique permettant l éclairage suffisant de toutes les pièces et des accès ainsi que le fonctionnement des appareils ménagers courants indispensables à la vie quotidienne. LE LOGEMENT RESPECTE DES NORMES DE SURFACE ET DE VOLUME Le logement dispose au moins d une pièce principale ayant soit une surface habitable au moins égale à 9 mètres carrés et une hauteur sous plafond au moins égale à 2,20 mètres, soit un volume habitable au moins égal à 20 mètres cubes. La surface habitable et le volume habitable sont déterminés conformément aux dispositions des deuxième et troisième alinéas de l article R du Code de la Construction et de l Habitation.

15 Jardins privatifs : Entretien courant, notamment des allées, pelouses, massifs, bassins, piscine Taille, élagage, échenillage des arbres et arbustes Remplacement des arbustes Parties extérieures Auvents, terrasses et marquises : Enlèvement de la mousse et autres végétaux Descentes d eau pluviales, chêneaux et gouttières : Dégorgement des conduits Exemples de réparations locatives Ouvertures intérieures et extérieures Portes et fenêtres : Graissage des gonds, paumelles et charnières Menues réparations des boutons et poignées Remplacement notamment des boulons, clavettes et targettes Vitrages : Réfection des mastics. Remplacement des vitres détériorées Stores et jalousies : Graissage. Remplacement notamment de cordes, poulies ou de quelques lames Parties intérieures Plafonds, murs intérieurs et cloisons : Maintien en état de propreté Menus raccords de peinture et tapisseries Remise en place ou remplacement de quelques éléments de matériaux de revêtements tels que faïence, mosaïque et matière plastique Parquets, moquettes et autres revêtements de sols : Encaustiquage et entretien courant de la vitrification Remplacement de quelques lames de parquets et remise en état Pose de raccords de moquettes et autres revêtements de sol, notamment en cas de taches et de trous Placards et menuiseries (plinthes, baguettes et moulures) : Remplacement des tablettes et tasseaux de placards Réparation de leur dispositif de fermeture Fixation de raccord et remplacement de pointes de menuiserie Serrures et verrous de sécurité : Graissage Remplacement de petites pièces ainsi que des clés égarées ou détériorées Grilles : Graissage et nettoyage Remplacement notamment des boulons, clavettes et targettes Installation de plomberie Toutes les réparations rendues nécessaires par un usage «anormal» du logement sont également à la charge du locataire. Canalisations d eau : Dégorgement. Remplacement notamment de joints et de colliers Canalisations de gaz : Entretien courant des robinets, siphons et ouvertures d aération. Remplacements périodiques des tuyaux souples de raccordement Fosses septiques, puisards et fosses d aisance : Vidange Chauffage, production d eau chaude et robinetterie : Remplacement des bilames, pistons, membranes, boîtes à eau, allumage piézoélectrique, clapets et joints des appareils à gaz. Rinçage et nettoyage des corps de chauffe et tuyauteries. Remplacement des joints, clapets et presse-étoupe des robinets. Remplacements des joints, flotteurs et joints cloches des chasse d eau Eviers et appareils sanitaires : Nettoyage des dépôts de calcaire. Remplacements des tuyaux flexibles des douches Equipements d installations électriques : Remplacement des interrupteurs, prises de courant, coupe-circuit et fusibles, des ampoules, tubes lumineux. Réparation ou remplacement des baguettes ou gaines de protection Autres équipements mentionnés au contrat de location : Entretien courant et menues réparations des appareils tels que réfrigérateurs, machines à laver Menues réparations nécessitées par la dépose des bourrelets. Graissage et remplacement des joints des vidoirs. Ramonage des conduits d évacuation des fumées et des gaz et des conduits de ventilation

16 Agence Départementale d Information sur le Logement 17 Qu est ce que l ADIL? L Agence Départementale d Information sur le Logement est une association loi 1901, conventionnée par le ministère en charge du logement. Elle est agréée par l Agence Nationale pour l'information sur le Logement (ANIL) qui anime le réseau des ADIL. Le Conseil Général avec l appui des autres acteurs du logement est à l initiative de sa création. L ADIL regroupe en trois collèges les principaux responsables de l habitat du département. Collège I : Organismes représentant les offreurs de biens et services concourant au logement Collège II : Organismes représentant les consommateurs et usagers Collège III : Pouvoirs publics et organismes d intérêt général Elle fonctionne grâce à la contribution financière de ses membres, ce qui lui permet d offrir une information gratuite et objective. Sur quoi la consulter? Conseils personnalisés aux particuliers, aux collectivités et aux professionnels sur toutes les questions juridiques, financières et fiscales relatives au logement. Centre ressource pour ses partenaires : réglementation actualisée et jurisprudence. > Exemples : - Recours amiables et judiciaires du locataire dont le logement ne satisfait pas aux critères de la décence. - Démarches à entreprendre pour le propriétaire d un logement non décent (travaux obligatoires, aides financières). Et plus généralement : Rapports locatifs : droits et obligations des parties, charges, réparations locatives, état des lieux, révision et augmentation du loyer... Aides à l amélioration de l habitat : types d aides, conditions... Contrats : contrats d entreprise, promesses et compromis, ventes... Assurances obligatoires : habitation, assurance construction... Copropriété : fonctionnement, travaux, copropriété en difficulté... Financement : simulations, frais annexes... Fiscalité : crédit d impôt, TVA, investissement locatif... Voisinage : servitudes, mitoyenneté... Urbanisme : autorisations de construire... Ce que l ADIL ne fait pas L ADIL n assume aucune fonction rémunérée ou concurrentielle. Elle n est pas une association de défense des consommateurs, et reste en dehors de tout acte contentieux. Elle ne remplit pas de fonction opérationnelle comme l assistance technique... Réception au siège de La Rochelle Permanences déconcentrées à : Saintes, Jonzac, Pons, Royan, Marennes, Saint Pierre d Oléron, Rochefort, Saint Jean d Angély et Pays d Aunis. imprimeur imaginatif Septembre 2008

RÉPARATIONS LOCATIVES

RÉPARATIONS LOCATIVES LE GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES Décret Liste non limitative des réparations locatives Décret - du août pris en application de l article de la loi n -0 du décembre tendant à favoriser l investissement

Plus en détail

CHARGES COMMUNAUTE OU COMMUNE Proposition validée par la Commission scolaire du 16-6-14

CHARGES COMMUNAUTE OU COMMUNE Proposition validée par la Commission scolaire du 16-6-14 Obligations du locataire et du propriétaire COMMUNE CCVA Tiers Observations Extérieur Entretien des allées, balayage de la cour Taille, arbres et arbustes taille d'entretien exclusivement Abattage - Elagage,

Plus en détail

GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES

GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES Du locataire ou de l'office, qui fait quoi? Qui répare? Qui entretient?? Office 66 - Office Public de l'habitat des Pyrénées-Orientales 7 rue Valette - BP 60440 * 66004

Plus en détail

GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES

GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES L entretien et les menues réparations dans votre logement Informations données à titre indicatif. Pour plus de précisions, renseignez-vous auprès du personnel de proximité

Plus en détail

A l extérieur du logement

A l extérieur du logement Travaux et entretien du logement Locataire bailleur, qui fait quoi Locataire / bailleur, qui fait quoi? octobre 00 Fiche n sept. 00 Fiche n A l extérieur du logement 6 3 4 7 5 Fiche n Travaux et entretien

Plus en détail

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail

ENTREE. Réparations propriétaire. Réparations locataire. Contrats d entretien. N Localisation Travaux

ENTREE. Réparations propriétaire. Réparations locataire. Contrats d entretien. N Localisation Travaux ENTREE Placard Graissage. Réparations et mise en jeu des portes Tableau électrique Remplacement (sauf dégradations) 3 Fusibles Remplacement 4 Coupe-circuit Remplacement (sauf réarmement et dégradations)

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A L'ENTRETIEN COURANT DES LOCAUX DE BATIMENT EXPLOITES PAR L'ASSOCIATION CESURE.

CONVENTION RELATIVE A L'ENTRETIEN COURANT DES LOCAUX DE BATIMENT EXPLOITES PAR L'ASSOCIATION CESURE. CONVENTION RELATIVE A L'ENTRETIEN COURANT DES LOCAUX DE BATIMENT EXPLOITES PAR L'ASSOCIATION CESURE. Entre la Commune de Gaillac représentée par Mme Le Maire, dûment habilitée à signer la présente convention

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr S GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMB QUI FAIT QUOI DANS LOGEMENT? Point par point www.ophmontreuillois.fr Les installations de chauffage en détail Les installations de plomberie en détail Convecteur électrique

Plus en détail

Travaux et entretien du logement

Travaux et entretien du logement Travaux et entretien du logement p. p. En un clin d œil Ce document est là pour vous aider, faites-en bon usage! La réglementation en vigueur, décret d application n 8- du août 98, détermine les interventions

Plus en détail

LES RÉPARATIONS. locatives. Le petit mémo pour y voir plus clair

LES RÉPARATIONS. locatives. Le petit mémo pour y voir plus clair LES RÉPARATIONS locatives Le petit mémo pour y voir plus clair En matière de réparations locatives, les obligations du bailleur et celles du propriétaire sont définies par le Décret du 26 aôut 1987 et

Plus en détail

Préambule et définitions

Préambule et définitions Prévention et traitement de l habitat indigne en Charente-Maritime Préambule et définitions Guide pratique à l usage des Maires Fiche 1 Introduction En Charente Maritime, le nombre de logements potentiellement

Plus en détail

Guide. d entretien. logement. de votre

Guide. d entretien. logement. de votre Guide d entretien de votre logement Entrée et cuisine Salon, salle à manger et chambre Salle de bain et WC Les travaux d entretien et de remise en état incombent, selon leur nature, au locataire ou au

Plus en détail

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien

Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien Un logement en bon état d usage, de confort et d entretien PROPRIÉTAIRE ou LOCATAIRE vous avez des obligations VOUS AVEZ SIGNÉ UN BAIL. CE CONTRAT DE LOCATION, RENFORCÉ PAR LES DISPOSITIONS LÉGALES, PRÉCISE

Plus en détail

Guide. d entretien. logement. de votre

Guide. d entretien. logement. de votre Guide d entretien de votre logement Entrée et cuisine Salon, salle à manger et chambre Salle de bain et WC Les travaux d entretien et de remise en état incombent, selon leur nature, au locataire ou au

Plus en détail

Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1

Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1 Une action privée : la lutte contre la non-décence 09/2011 1 Une action privée : la lutte contre la non-décence Sommaire Le cadre juridique : les obligations du bailleur et la décence Les critères de la

Plus en détail

Guide. d entretien. logement. de votre

Guide. d entretien. logement. de votre Guide d entretien de votre logement Entrée et cuisine Salon, salle à manger et chambre Salle de bain et WC Extérieur Les travaux d entretien et de remise en état incombent, selon leur nature, au locataire

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT. Qui fait quoi

GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT. Qui fait quoi GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT Qui fait quoi Guide et démarches La réparation vous concerne? LES DEMARCHES A SUIVRE Faites appel à l entreprise de votre choix et/ou effectuez vous-même

Plus en détail

Comment prévenir les accidents?

Comment prévenir les accidents? Comment prévenir les accidents? A NE PAS FAIRE NE BOUCHEZ JAMAIS VOS AERATIONS. LES CHAUFFAGES D APPOINT (les poêles à pétrole par exemple) NE DOIVENT PAS FONCTIONNER EN CONTINU (2 heures maximum). Sans

Plus en détail

D une part, et. d'autre part, PRÉAMBULE

D une part, et. d'autre part, PRÉAMBULE CONVENTION RELATIVE À L ENTRETIEN COURANT DES LOCAUX DES BÂTIMENTS DE L ARCHÉOSITE EXPLOITÉS PAR LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES TARN & DADOU SUR LA COMMUNE DE MONTANS Entre la Commune de Montans, représentée

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

Pour un meilleur confort et une meilleure qualité de vie dans votre logement, nous vous donnons quelques conseils.

Pour un meilleur confort et une meilleure qualité de vie dans votre logement, nous vous donnons quelques conseils. BIEN VIVRE CHEZ SOI Pour un meilleur confort et une meilleure qualité de vie dans votre logement, nous vous donnons quelques conseils. LES RÉPARATIONS LOCATIVES Conformément à la loi N 89-462 du 6 juillet

Plus en détail

ÉTAT DU LOGEMENT : A RENSEIGNER PAR LA MAIRIE

ÉTAT DU LOGEMENT : A RENSEIGNER PAR LA MAIRIE ÉTAT DU LOGEMENT : A RENSEIGNER PAR LA MAIRIE COCHER LA SITUATION OBSERVEE - si cas 2 ou 3 cochés : situation à traiter par le Maire. Envoi à la DDASS, pour information, des copies des courriers émis par

Plus en détail

GUIDE. d entretien. logement. de votre PROXILOGIS

GUIDE. d entretien. logement. de votre PROXILOGIS /////////////////////////////////////////////////////// GUIDE d entretien de votre logement PROXILOGIS /////////////////////////////////////////////////////////////////////// ///////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

MANUEL PRATIQUE POUR L ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT

MANUEL PRATIQUE POUR L ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT > MANUEL PRATIQUE ENTRETIEN MANUEL PRATIQUE POUR L ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Comment entretenir et réparer? Tout locataire est tenu d entretenir et de prendre en charge l entretien courant du logement

Plus en détail

les pièces à vivre vitrage remplacement des vitres cassées ou détériorées. réfection des mastics.

les pièces à vivre vitrage remplacement des vitres cassées ou détériorées. réfection des mastics. les pièces à vivre Du sol au plafond, en passant par les fenêtres et les portes, vous devez prendre soin de votre logement, le maintenir en état de propreté, assurer un entretien régulier. Trous dans les

Plus en détail

Bailleur/locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparation de votre logement

Bailleur/locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparation de votre logement /////////////////////////////////////////////////// Bailleur/locataire Qui fait quoi? Entretien et réparation de votre logement /////////////////////////////////////////////////////// Ce guide pratique

Plus en détail

GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES

GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES L entretien et les menues réparations dans votre logement Informations données à titre indicatif. Pour plus de précisions, renseignez-vous auprès du personnel de proximité

Plus en détail

Guide. de repérage des situations d habitat dégradé. Edition 2012

Guide. de repérage des situations d habitat dégradé. Edition 2012 Guide Edition 2012 de repérage des situations d habitat dégradé Non-Décence / Manquement à la salubrité générale des habitations / Insalubrité des habitations / Procédure d urgence en cas de danger ponctuel

Plus en détail

Mon logement : un peu de technique. Les revêtements de sol. Eau et robinetterie

Mon logement : un peu de technique. Les revêtements de sol. Eau et robinetterie Préserver votre cadre de vie Vous avez l obligation de maintenir en bon état le logement qui vous est loué. Les équipements mis à votre disposition doivent être conservés en bon état de fonctionnement.vous

Plus en détail

CHARGES RECUPERABLES

CHARGES RECUPERABLES CHARGES RECUPERABLES I. - ASCENSEURS ET MONTE-CHARGE 1. Dépenses d électricité 2. Dépenses d exploitation, d entretien courant, de menues réparations a) Exploitation - visite périodique, nettoyage et graissage

Plus en détail

L O G E M E N T INDIGNE

L O G E M E N T INDIGNE L O G E M E N T INDIGNE -Dominique CHARIN, Conseillère juriste ADIL 26 -Nelly ARGOUD élève-avocate ADIL 26 Quelques notions à ne pas confondre Certaines notions ne doivent pas être confondues. D un côté

Plus en détail

Entretien du logement

Entretien du logement Entretien du logement Le locataire s engage à tenir les lieux loués en parfait de la location. CONSEILS D ENTRETIEN UTILISATION DES FENÊTRES ET BALCONS Il est interdit de planter des arbres (manguier,

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! sommaire Entrée et cuisine... p.- Pièce à vivre... p.- Salle de bain, wc... p.- Immeuble collectif... p. Maison individuelle...

Plus en détail

«Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?»

«Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?» «Qu est-ce que la MOUS lutte contre l habitat indigne?» Interventions dans le cadre de la MOUS Qu est-ce que l habitat indigne? «Constituent un habitat indigne les locaux utilisés aux fins d habitation

Plus en détail

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur / Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la règlementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

Tout savoir sur les réparations locatives. www.reims-habitat.fr

Tout savoir sur les réparations locatives. www.reims-habitat.fr Tout savoir sur les réparations locatives www.reims-habitat.fr L'entrée 0 Placards : graissage, réparation des roulettes Tableau électrique : remplacement Fusibles : remplacement Coupe-circuit : remplacement

Plus en détail

C est quoi un logement insalubre?

C est quoi un logement insalubre? LOGEMENT INSALUBRE C est quoi un logement insalubre? C est un logement qui présente un danger pour la santé des occupants, compte tenu de la dégradation du bâti ou de la présence de substances dangereuses

Plus en détail

St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00. Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00

St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00. Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00 St Michel, jeudi 23 octobre à 18h00 Saurat, jeudi 13 novembre à 18h00 Roumengoux, jeudi 29 janvier à 18h00 Montesquieu-Avantes, jeudi 5 février à 18h00 1 La lutte contre l'habitat indigne DDEA 09 SAUH

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ;

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ; Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d équipement des logements. LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

Fiche de repérage de l'habitat indigne des Hauts-de-Seine

Fiche de repérage de l'habitat indigne des Hauts-de-Seine Pôle départemental de lutte contre l'habitat indigne des Hauts-de-Seine Fiche de repérage de l'habitat indigne des Hauts-de-Seine Adresse complète du local/ logement : Etage : Numéro de porte : Nom des

Plus en détail

L ÉTAT DU LOGEMENT EN FIN DE LOCATION

L ÉTAT DU LOGEMENT EN FIN DE LOCATION INC document FICHE PRATIQUE J. 99 Actualisation le 18-01-07 L ÉTAT DU LOGEMENT EN FIN DE LOCATION Tout logement subit une certaine dégradation pendant la location. Qui en est responsable et qui doit assurer

Plus en détail

Qui a la charge de l entretien

Qui a la charge de l entretien Toute transformation (clôtures, portails et abris de jardin soumis à accord de la commune, changement de sol, démolition de cloisons, modifications d appareil sanitaire, etc.) doit préalablement faire

Plus en détail

L ENTRETIEN & LES RÉPARATIONS LOCATIVES DANS VOTRE LOGEMENT

L ENTRETIEN & LES RÉPARATIONS LOCATIVES DANS VOTRE LOGEMENT L ENTRETIEN & LES RÉPARATIONS LOCATIVES DANS VOTRE LOGEMENT L E N T R E T I E N E T L E S R É P A R A T I O N S Sommaire Qu appelle-t-on réparations locatives?...............3 L entrée et la cuisine...........................................4-5

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE ADIL des Hautes-Alpes OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE RAPPORT ANNUEL POUR LE RECENSEMENT 2013 1 B I S R U E D E V A L S E R R E 0 5 0 0 0 G A P SOMMAIRE INTRODUCTION Définition de l habitat indigne------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

HORAIRES D OUVERTURE :

HORAIRES D OUVERTURE : Tel : 04 90 82 82 81 Fax : 04 90 82 82 83 E-Mail : location@sudimmo-avignon.fr LE GUIDE DU LOCATAIRE HORAIRES D OUVERTURE : Du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30 Le samedi de 9h30 à

Plus en détail

La décence des logements

La décence des logements INFORMATIONS PRATIQUES A L ATTENTION DES PROPRIETAIRES BAILLEURS La décence des logements (Extrait du décret n 2002-120 du 30 janvier 2002 re latif aux caractéristiques du logement décent pris pour l'application

Plus en détail

CHARGES RECUPERABLES Décret n 87-713 du 26 août 1987

CHARGES RECUPERABLES Décret n 87-713 du 26 août 1987 CHARGES RECUPERABLES Décret n 87-713 du 26 août 1987 EXTRAITS DU DECRET N 87-713 Pour l'application du présent décret : - Il n'y a pas lieu de distinguer entre les services assurés par le bailleur en régie

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! sommaire Entrée et cuisine... p.4- Pièce à vivre... p.-7 Salle de bain, wc... p.8-9 Immeuble collectif... p.10 Maison

Plus en détail

CHARGES RECUPERABLES ( décret n 87-713 du 26 août 1987 )

CHARGES RECUPERABLES ( décret n 87-713 du 26 août 1987 ) CHARGES RECUPERABLES ( décret n 87-713 du 26 août 1987 ) Décret N 0 87-713 du 26 août 1987 relatif à l'article 18 de la loi n 0 86-1290 du 23 décembre 1986 tendant à favoriser l'investissement locatif,

Plus en détail

L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE

L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE L HABITAT INDIGNE définition loi MOLLE NON DÉCENCE Défaut de CONFORT et de SÉCURITÉ MANQUEMENT À LA SALUBRITÉ GÉNÉRALE Défaut d'hygiène et de SALUBRITÉ INSALUBRITÉ DANGER pour la SANTÉ publique DANGER

Plus en détail

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur /Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la réglementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

L entretien. de votre logement

L entretien. de votre logement L entretien de votre logement Val Touraine Assistance L entretien et les réparations à la charge du locataire Les recommandations Le guide illustré Le texte du décret Val Touraine Assistance Val Touraine

Plus en détail

Entretenir pour mieux vivre dans votre logement

Entretenir pour mieux vivre dans votre logement Entretenir pour mieux vivre dans votre logement PATREAM 10, rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris tél. : 01 78 91 91 00 - fax : 01 78 91 91 09 email : contacts-locataires@diocese-paris.net www.patream.fr

Plus en détail

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT L amiante De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelles sont les causes d apparition des risques? Quels sont les effets néfastes de l amiante sur la santé? La réglementation Comment

Plus en détail

Préambule et définitions

Préambule et définitions Prévention et traitement de l habitat indigne en Charente-Maritime Préambule et définitions Guide pratique à l usage des Maires Fiche 1 Introduction En Charente Maritime, le nombre de logements potentiellement

Plus en détail

Entretien et Réparations dans votre logement

Entretien et Réparations dans votre logement Ce document est important pour vous. Conservez-le soigneusement. Extérieurs Entretien et Réparations dans votre logement Ce document reprend l ensemble des équipements de votre logement et vous indique,

Plus en détail

Intoxications au monoxyde de carbone : prudence

Intoxications au monoxyde de carbone : prudence Communiqué de presse Intoxications au monoxyde de carbone : prudence Le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant indétectable : il est invisible, inodore et non irritant. Il résulte d une mauvaise combustion

Plus en détail

Pouvoirs de police du maire

Pouvoirs de police du maire Pouvoirs de police du maire Police générale et polices spéciales pouvoirs de police maire Hélène Schützenberger PNLHI 1 Définition de l habitat indigne article 84 Loi du 25 mars 2009 «Constituent un habitat

Plus en détail

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013

Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 Conférence «bâtiment-santé» 20 novembre 2013 L impact sanitaire d un habitat dégradé ou inadéquat XX/XX/XX La santé environnementale dans les ARS = évaluer, prévenir et gérer les risques sanitaires associés

Plus en détail

Habitat dégradé. guide à l usage des. m aires

Habitat dégradé. guide à l usage des. m aires 2009 Habitat dégradé guide à l usage des m aires habitat dégradé guide à l usage des maires 2 Instance départementale de Lutte contre l Habitat Indigne L instance départementale de Lutte contre l Habitat

Plus en détail

Plaquette "Réparations locatives"

Plaquette Réparations locatives Plaquette "Réparations locatives" ENTRETENIR POUR MIEUX VIVRE DANS VOTRE LOGEMENT...... C'EST AUSSI VOTRE AFFAIRE! Jaune Rouge Bleu locataire propriétaire contrat d'entretien (ou locataire) Laissez respirer

Plus en détail

LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES

LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES LUTTE CONTRE L HABITAT NON DECENT ET INDIGNE NOTIONS JURIDIQUES ET REPARTITION DES COMPETENCES I. DÉFINITION DE L HABITAT INDIGNE 1. Ce qu'il recouvre : La notion d habitat indigne recouvre l ensemble

Plus en détail

TOUT SAVOIR POUR ENTRETENIR VOTRE LOGEMENT

TOUT SAVOIR POUR ENTRETENIR VOTRE LOGEMENT TOUT SAVOIR POUR ENTRETENIR VOTRE LOGEMENT Pour tout savoir sur l entretien de votre logement, suivez le guide! Embellir, modifier, transformer, RRP s engage à vous aider. Ce guide vous donnera tous les

Plus en détail

- Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah

- Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah REUNIONS LOGEMENT 2010-2011 Agence Départementale d Information sur le Logement REUNIONS LOGEMENT 2010-2011 Od Ordre du jour: - Habitat indigne - Les aides au logement de l'anah 1 Le logement indigne dans

Plus en détail

Habitat. Réglementation. Locataires, propriétaires Connaissez-vous le rôle de votre maire?

Habitat. Réglementation. Locataires, propriétaires Connaissez-vous le rôle de votre maire? Habitat Réglementation Locataires, propriétaires Connaissez-vous le rôle de votre maire? Habitat Ce qu il faut savoir sur l habitat SOMMAIRE QU EST-CE QU UN LOCAL D HABITATION? 2 Habitat Ce qu il faut

Plus en détail

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent :

Le logement décent. L ADIL 63 vous informe : Juin 2011. Votre propriétaire a l obligation de vous délivrer un logement décent : L ADIL 63 vous informe : Juin 2011 Le logement décent Les logements concernés : logements loués à titre d habitation principale (ou mixte : habitation principale et professionnelle) nus ou meublés. Sauf

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

CHARGES CHARGES RECUPERABLES ET REPARATIONS LOCATIVES

CHARGES CHARGES RECUPERABLES ET REPARATIONS LOCATIVES CHARGES RECUPERABLES ET REPARATIONS LOCATIVES CHARGES RECUPERABLES Principe Les charges locatives, qu'on appelle également charges récupérables, sont des dépenses prises en charge initialement par l'organisme

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT

REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT 20 juin 2012 Commune de PLOUVIEN REGLEMENT DU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT SOMMAIRE CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Objet du règlement Article 2 Autres prescriptions Article 3 Catégories d

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

Ce guide vous renseignera sur les aides disponibles en Aquitaine, et sur des notions juridiques relatives aux copropriétés.

Ce guide vous renseignera sur les aides disponibles en Aquitaine, et sur des notions juridiques relatives aux copropriétés. Copropriétaires, vous recherchez des aides pour réaliser des travaux d amélioration de la performance énergétique sur les parties privatives ou communes. Ce guide vous renseignera sur les aides disponibles

Plus en détail

Le logement donné en location présente les caractéristiques suivantes :

Le logement donné en location présente les caractéristiques suivantes : ENTRE les soussignés : M. En sa qualité de bailleur, d une part ; ET M. M. En qualité de locataire, d autre part ; IL A ÉTÉ EXPOSÉ ET CONVENU CE QUI SUIT : EXPOSÉ I - Législation applicable Le local d

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

Le plomb dans les peintures Quelles obligations pour les propriétaires?

Le plomb dans les peintures Quelles obligations pour les propriétaires? Le plomb dans les peintures Quelles obligations pour les propriétaires? Septembre 2011 Ministère de l Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement MEDDTL_PLOMB_12pages.indd 1 29/07/11

Plus en détail

Dossier Technique Amiante

Dossier Technique Amiante Dossier Technique Amiante Depuis 1998 un DTA (Dostier Technique Amiante) est suivi sur le site. Il est revu tous les trois ans. Il consiste à faire un état des lieux des différentes structures composant

Plus en détail

Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs Le dossier de diagnostic technique et les compétences des diagnostiqueurs

Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs Le dossier de diagnostic technique et les compétences des diagnostiqueurs SOMMAIRE 5 Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs 5 1. Besoin de caractérisation des biens et produits 6 2. Apparition des diagnostics «obligatoires» 9 3. Documents d expertise ne pouvant

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire

Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire Quels sont les risques en matière de santé pour ces rénovations? Avant travaux

Plus en détail

Textes juridiques fondamentaux applicables au bail d habitation

Textes juridiques fondamentaux applicables au bail d habitation Textes juridiques fondamentaux applicables au bail d habitation Pour l acquéreur, recourir aux services d un agent immobilier permet de : Droits et obligations du propriétaire et du locataire (Loi du 6

Plus en détail

[Programme départemental

[Programme départemental sortir du mal-logement en isère [ Programme départemental [Programme départemental pour les locataires et propriétaires du parc privé [ du guide à l attention des acteurs de l habitat «SORTIR DU MAL-LOGEMENT

Plus en détail

guide pratique Entretien & réparations qu il faut savoir!

guide pratique Entretien & réparations qu il faut savoir! guide pratique Entretien & réparations Tout ce qu il faut savoir! Qui fait quoi dans votre logement? Être locataire implique des droits mais aussi des devoirs. Il vous appartient d effectuer l entretien

Plus en détail

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

L'entretien de votre logement (A CONSERVER)

L'entretien de votre logement (A CONSERVER) L'entretien de votre logement (A CONSERVER) Edition 2006 Sommaire : A Ascenseur, Avaloirs de cour p. 3. B Balcons, Boîtes aux lettres p. 4. C Canalisations d'alimentation ou d'évacuation, p. 5. Carrelage

Plus en détail

CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007;

CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007; RÈGLEMENT NUMÉRO 762 RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS CONSIDÉRANT QU avis de motion du présent règlement a été donné lors de la séance du Conseil tenue le 4 juillet 2007; LE 18 JUILLET

Plus en détail

GUIDE. de traitement des plaintes. à l usage des maires

GUIDE. de traitement des plaintes. à l usage des maires GUIDE de traitement des plaintes en habitat dégradé d à l usage des maires Préambule Vous êtes régulièrement sollicités pour des problèmes relatifs à l habitat pour lesquels il vous est parfois difficile

Plus en détail

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui fait quoi. dans mon logement? FRANCE LOIRE. i q u e s. r a t

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui fait quoi. dans mon logement? FRANCE LOIRE. i q u e s. r a t ENTRETIEN & RÉPARATIONS Qui fait quoi dans mon logement? Les guides p i q u e s r a t FRANCE LOIRE Qui fait quoi dans mon logement? Un évier bouché, une chaudière en panne Que dois-je faire? À qui m adresser?

Plus en détail

Document d aide à la visite

Document d aide à la visite 3-Chiffres importants & diagnostics 2-description du bien. 1-Critères pratiques. Coordonnées du vendeur Date et le lieu de la visite Prix de vente proposé Frais d agence Document d aide à la visite Description

Plus en détail

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Pôle Aménagement du Territoire Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Bas-Rhin DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Fiche

Plus en détail

Entretien de votre logement : Qui fait quoi?

Entretien de votre logement : Qui fait quoi? Entretien de votre logement : Qui fait quoi? Entretien de votre logement : Qui fait quoi? L annexe à votre contrat intitulé «Les Réparations Locatives» reprend en détail les parties et installations de

Plus en détail

L habitat. Habitat et santé. doit respirer. Les partenaires. DDASS du Bas-Rhin. DDE du Bas-Rhin. Centre Antipoison. Ville de Strasbourg

L habitat. Habitat et santé. doit respirer. Les partenaires. DDASS du Bas-Rhin. DDE du Bas-Rhin. Centre Antipoison. Ville de Strasbourg Habitat et santé L habitat doit respirer Les partenaires DDASS du Bas-Rhin DDE du Bas-Rhin Centre Antipoison Ville de Strasbourg Service de Pneumologie des HUS A.D.I.L. CAF pour éviter d avoir cela chez

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

L arrivée dans le logement

L arrivée dans le logement L arrivée dans le logement L arrivée dans le logement Dans un souci de proximité, VOSGELIS a organisé la gestion de son patrimoine en 5 agences décentralisées : Épinal, Remiremont, Neufchâteau, Mirecourt,

Plus en détail

www.financeimmo.com 1 - Généralités. 2 - Qui peut bénéficier du prêt conventionné? 3 - Que peut-on financer avec un prêt conventionné?

www.financeimmo.com 1 - Généralités. 2 - Qui peut bénéficier du prêt conventionné? 3 - Que peut-on financer avec un prêt conventionné? Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement?

ENTRETIEN & RÉPARATIONS. Qui paie quoi dans votre logement? ENTRETIEN & RÉPARATIONS Qui paie quoi dans votre logement? Qui paie quoi dans votre logement? Peinture, papier peint sur murs et plafonds Peinture sur les portes palières et huisseries L entrée Un évier

Plus en détail

INC document L ÉTAT DU LOGEMENT EN COURS DE LOCATION FICHE PRATIQUE J. 200 ENTRETIEN, RÉPARATIONS ET AUTRES TRAVAUX I. CE QUE DOIT FAIRE LE LOCATAIRE

INC document L ÉTAT DU LOGEMENT EN COURS DE LOCATION FICHE PRATIQUE J. 200 ENTRETIEN, RÉPARATIONS ET AUTRES TRAVAUX I. CE QUE DOIT FAIRE LE LOCATAIRE INC document FICHE PRATIQUE J. 200 Actualisation le 21-05-07 L ÉTAT DU LOGEMENT EN COURS DE LOCATION ENTRETIEN, RÉPARATIONS ET AUTRES TRAVAUX Un logement demande un entretien régulier et, tôt ou tard,

Plus en détail

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009 Document d information non contractuel L Anah, Agence nationale de l habitat, attribue des aides financières aux propriétaires

Plus en détail

OFFRE MULTISERVICE. L'entretien préventif. Les travaux d'aménagement ou de dépannage. Propriétaire :

OFFRE MULTISERVICE. L'entretien préventif. Les travaux d'aménagement ou de dépannage. Propriétaire : OFFRE MULTISERVICE Propriétaire : Bien moins coûteux à long terme que les actions curatives, l'entretien régulier de votre habitation principal ou de vos locaux professionnels vous permet d'en profiter

Plus en détail

Le risque amiante dans les écoles

Le risque amiante dans les écoles Le risque amiante dans les écoles Robert Flamia, Inspecteur santé et sécurité au travail Karen Salibur, Conseillère de prévention académique isst@ac-creteil.fr Tél : 01 57 02 60 09 Février 2015 1 Cadre

Plus en détail