Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.swissknowhowmagazine.ch"

Transcription

1 Mai 2013

2

3 Sommaire CCIG de genève Genève, une économie d assemblages M. Pierre-François Unger, conseiller d'état, chargé du département des affaires régionales, de l'économie et de la santé (DARES) Conjuguer réseaux physiques et numériques Interview de M. Jacques Jeannerat, Directeur de la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève (CCIG) Appréhender les évolutions technologiques et sociales Interview de M. Blaise Matthey, Directeur Général de la Fédération des Entreprises Romandes Genève (FER Genève) PME suisse romande Union suisse des arts et métiers usam Sept questions à Hans-Ulrich Bigler, directeur L ACFIE mise sur la jeunesse - Les métiers de l électricité M. Patrick Blanc, président de l ACFIE. UNAM, la voix des PME neuchâteloises Interview de Mme Sandrine Rousseil, Secrétaire générale UPCF, la voix des PME fribourgeoises Entretien avec son directeur, M. Jean-Pierre Siggen Les métiers du bâtiment déménagent Nicolas Rufener, Secrétaire général de la Fédération genevoise des Métiers du Bâtiment (FMB) Genève Tourisme & Congrès, valoriser les points forts M. Philippe VIGNON, Directeur général de Genève Tourisme & Congrès Un déficit d image à combler Interview de M. Pascal Raemy, Président de l Association Genevoise des Entrepreneurs en Nettoyage et de Service (AGENS) Relever le défi de la concurrence et des marges en baisse Interview de M. Alain Meylan, Secrétaire Patronal des Associations du second œuvre, Directeur du département des associations professionnelles (DAP) de la FER Genève (Fédération des Entreprises Romandes Genève) Rester concurrentiel : un défi de tous les instants Interview de M. Urs Brunschweiler, Président de l Association des Transitaires de Genève (ATG) Mobile Device Management* (MDM) Sécurité des données sur les mobiles, faille et solutions Stephan Zwettler, directeur de SZ Informatique Conseils & Service. Editeurs - Partenaires : Rédaction : Coordination : Impression/Printing : Photos 1 ère Couverture : COM CONSULTING SA 40, rue Fritz Courvoisier - CH-2300 La Chaux-de-Fonds Tél. : +41(0) Fax : +41(0) Joël A. Grandjean (TàG Press +41) Carine Cheval Patrick Gunti Peter Stoeferle Jean-Bernard Vuillème (Les mots-communication) Color 36 - C.E. Color 36 - C.E. Surval Montreux MC-monitoring SA Atelier d architecture Jacques Bugna SA SZ Informatique Conseil & Service Mai 2013 Toute reproduction, même partielle, des articles publiés dans ce numéro, nécessite explicitement le consentement écrit de l éditeur. 1

4

5

6 Genève, une économie d assemblages M. Pierre-Fran ois Unger, conseiller d tat, charg - du d tement des affaires r gionales, Particularité genevoise, l économie et la santé sont sous un même toit. Tant mieux, puisque l élu qui préside aux destinées de ce département est un ancien médecin urgentiste. Convention de Genève, acte fondateur du Comité International de la Croix-Rouge et point de départ de la Genève internationale. En matière économique, la Genève internationale permet d encaisser les coups durant les crises emplois rien que pour les organisations internationales! Sans parler des places de travail que génèrent les headquarters établis à proximité de ces centres internationaux de décision. Autres particularités? «Lecanton,dontlesvinssontdeplusenplusréputés, disposedelaplusgrandecommuneviticoledesuisse,satigny», se délecte Pierre-François Unger. Encore une affaire d assemblages heureux. Quant au business des parfums et des arômes, deux entreprises cumulent 40% du commerce mondial, tandis que côté chimie, «mêmesiseronovient d êtreexécutéparmerck,lescompétencessontlà». Dans son bureau en Vieille-Ville, quartier général du Département des affaires régionales, de l économie et de la santé (DARES), une guitare et son ampli captent le regard. L homme, qui enseigna la médecine, ancien président du PDC, ex- député au Grand Conseil, connaît la musique. Il orchestre depuis 2005 les formations économiques en présence, sachant aussi jouer du chant des sirènes à l adresse d entreprises internationales. «Genèveestplusconnuequela Suisse,queZurich...C estunemarque,c estpourcelaquej aicréé Greater GenevaBerneArea,» une agence de développement économique qui regroupe les intérêts faîtiers de Genève, Berne, Fribourg, Vaud, Neuchâtel et Valais, soit les intérêts d une bonne partie du territoire national. Genève, ses particularismes Le canton, qui rejoint tardivement la Confédération en 1815, est une terre d assemblages et un lieu de passage. Même Jules César, envahissant les Gaules, franchit le Pont de l Ile. Déjà au Moyen Âge, Genève est une ville de foires, différente. Un centre d échange et de commerce, une cité libre, libérale, ouverte. «Aumomentdel Escalade,42%delapopulation étaitétrangère» note Pierre-François Unger, fasciné par cette capacité d ici à faire ensemble: aujourd hui emplois frontaliers dont ¼ de Vaudois, participent à son rayonnement. «Dansnotregouvernement,il yaundiplôméhei,unjuriste,unmédecin,unhistoriendel économie, unthéologien...notresystèmepolitiqueestuneforce.» Il évoque cette Salle de l Alabama voisine, théâtre de médiations historiques et récentes, de signatures légendaires. Comme le 22 août 1864, la signature de la DR Genève reste un pôle pour les industries innovantes, les technologies à haute valeur ajoutée, comme les biotechs et les cleantech. Et comme pour expliquer cette harmonie de diversités si fertile en perspectives, malgré l étroitesse et la cherté des seulement 260 km 2 disponibles, le patron de l économie et de la santé genevoises relève : «AGenève,lesimpôtssont friendly,ledroitautravailestsouple». Pierre-François Unger : «L esprit de Genève c est la compétence collective, c est l humilité. Genève accueille, assemble et met en valeur». Genève, aperçus économiques Secteurtertiaire:aprèsLondresetZurich,3 ème placefinancière européenne.secteurindustrielavec90%desexportations une bataillepermanentecontrelachertédufrancsuisse représentées parl horlogerie(45%),labijouterie(26%),etlachimie(19-20%). Communautéinternationalede40 000personnes,autantd emploisgénérésparlesmultinationales. A propos de la CICG : «Lachambredecommerceestlelieunatureletpermanentde l échange,dudéveloppementetdumaintiendesconditionscadres. Elleaparailleurssesactivitéspropres,commel arbitrageinternationaloud affaires» 4 République et Canton de Genève Département des affaires régionales, de l économie et de la santé (DARES) 14, rue de l Hôtel-de-Ville - CP CH Genève 3 - Tél Fax

7 CCIG Conjuguer réseaux physiques et numériques Interview de M. Jacques Jeannerat, Directeur de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Gen ve (CCIG) Quels sont les chiffres-clés et les principales missions de la CCIG? La CCIG compte plus de entreprises membres, soit 77 % de l emploi privé. Si le taux d affiliation est très important dans les grandes entreprises, il l est nettement moins dans les TPE même si elles sont représentées. La CCIG remplit 4 missions : - fournir des services concrets aux entreprises membres ; - favoriser les relations d affaires entre les membres afin de passer outre le corporatisme et la concurrence ; - assurer le lobbying vis-à-vis de l État, dont nous ne recevons pas de subventions, afin d améliorer les conditions-cadres de l activité économique (fiscalité des entreprises, acheminement et prix de l énergie, desserte aérienne, condition d accessibilité de Genève pour les livraisons, etc.) ; - communiquer par le biais de 2 newsletters (e-ccig et la newsletter du commerce international), du journal «CCIGinfo», du site Internet de la CCIG et d autres publications spécialisées ; apporter des compléments d information ; et faire l opinion sur les sujets de politique économique qui font l objet de référendums. Quels services la CCIG propose-t-elle à ses membres? Ces services comprennent 3 volets : l aide à l exportation avec l émission de documents douaniers (carnets ATA, certificats d origine, etc.), l arbitrage et la médiation commerciale pour les entreprises suisses et étrangères, et la vente de listes d adresses d entreprises établies selon des critères géographiques, économiques... favorisant ainsi la recherche ciblée de partenaires. S y ajoute l organisation de séminaires sur le commerce international et de missions économiques. Comment la CCIG contribue-t-elle au développement de réseaux? À l heure des smart phones, des réseaux sociaux et des s, les gens ont plus que jamais besoin de se rencontrer physiquement. Pour répondre à ce besoin, la CCIG organise entre 80 et 100 manifestations par an. Notre principale manifestation demeure l Événement économique : organisé tous les ans en novembre, il combine un séminaire sur un thème d actualité et la remise du Prix CCIG à une entreprise genevoise. Mille chefs d entreprises se pressent chaque année à cet événement qui leur permet de nouer de nouveaux de contacts et d épaissir leur carnet de commandes. Par ailleurs, les Midis de la Chambre permettent à 6 entreprises de se présenter durant 3 mn devant un parterre choisi d une quarantaine de personnes. Le délai d attente pour s inscrire oscille entre 6 et 8 mois : c est dire le succès de cette manifestation! Enfin, la CCIG propose des séminaires à thème sur la traçabilité, l industrie au sens large, l agro-alimentaire, l éco-construction Quels sont les moyens d action de la CCIG pour défendre l économie? Laissez-moi vous donner deux exemples récents. Quand le gouvernement a décidé de relever les tarifs de l électricité l an dernier, nous sommes montés au créneau pour lui faire comprendre qu une telle hausse était inacceptable. Nous avons eu gain de cause puisque l augmentation des tarifs a pu être modulée. De même, nous avons décidé de réagir à la proposition d amendement à un projet de loi qui aurait pour conséquence de modifier la taxe professionnelle. Après avoir été auditionnés par la commission fiscale, nous nous impliquons dans le débat public sur le référendum relatif à la modification de l assiette fiscale : nous consacrons à francs à l organisation d une conférence de presse, à l achat d espaces dans les médias, etc. Quels sont les principaux atouts des PME romandes? Nous sommes des Latins travaillant comme des Germaniques! Autrement dit, nous conjuguons la souplesse et la fantaisie des Latins avec le sérieux des Suisses germanophones et des Allemands. Il suffit de rappeler le référendum sur le passage à 6 semaines de vacances : les Genevois ont préféré voter contre pour afficher leur sérieux en période de crise. Ce vote constituait un signal fort pour les PME travaillant pour l export et la sous-traitance. Quelles sont les opportunités d affaires à l étranger pour les entreprises locales? En plus des marchés traditionnels pour les parfums-arômes et l horlogeriebijouterie, on note l apparition de nouveaux marchés en Asie (Viêt-Nam et certaines régions chinoises). En outre, de nombreuses PMI genevoises sont des sous-traitants de grands groupes internationaux et leur savoir-faire est très apprécié dans la microélectronique, la mécanique, la mécatronique et l aéronautique. En parallèle, les clean tech sont en train de prendre leur essor : notre niveau de vie nous permet en effet d investir dans la recherche et l éco-construction. Une fois la crise passée, les ingénieurs suisses qui auront su se spécialiser dans l éco-construction seront particulièrement recherchés et pourront exporter leur savoir-faire... Comment les PME romandes réagissent-elles face à la crise? Selon notre 8ème enquête conjoncturelle annuelle publiée en avril 2012, nos membres ont su résister à la crise. Le taux de chômage l atteste : il est passé de 6,8 % en août 2008 (pendant la crise des subprimes) à 5,3 % aujourd hui. Les salaires n ont pas forcément augmenté mais la création d emplois s est poursuivie. Et la situation est particulièrement positive pour les grands secteurs d exportation que sont l horlogerie-bijouterie et les parfums et arômes. Reste une inconnue : le devenir de la place financière par rapport aux revendications de l Union européenne et des États-Unis. Certains éléments comme le secret bancaire devront être réadaptés mais je reste confiant : un quart de la fortune mondiale est gérée en Suisse et les clients apprécient particulièrement la discrétion et les compétences locales. Il en va de même de l économie genevoise : elle est tout à fait à même de rebondir. Pour le moment, les consommateurs (particuliers et entreprises) dépensent moins car ils sont retenus par la stagnation des salaires et la conjoncture économique médiocre en Europe du Sud-Ouest. D un autre côté, je n observe pas de compression des besoins économiques et nous ne vivons pas de marasme économique comme dans d autres pays. Cette prudence devrait donc bientôt disparaître. Quelles sont vos priorités pour 2013? Dans le domaine des conditions-cadres, la CCIG publie fin mai une plaquette sur la situation fiscale de la place financière genevoise en comparaison avec les autres places financières suisses. Cette plaquette est toujours très attendue et appréciée. Par ailleurs, notre politique de réseautage nous incite à améliorer la qualité d accueil de nos membres lors des nombreux séminaires que nous organisons. Au cours du second semestre, un étage du bâtiment de la CCIG sera entièrement réaménagé avec des zones de catering pour les événements qui auront lieu le midi ou le soir. En temps de crise, les chefs d entreprises ont un besoin urgent de se rencontrer! Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève - CCIG 4, bd du Théâtre - CH-1204 Genève Tél. : +41 (0) Fax : +41 (0)

8 Remicom Immobilier SA Votre partenaire en transmission d entreprises Remicom Immobilier SA Fonctionnant en réseau de franchises, Remicom Immobilier SA compte 10 agences, plus 5 en ouverture en Suisse alémanique. Avec plusieurs centaines d affaires par an, dont près de 150 pour l agence de Genève, Remicom entend bien devenir le leader national de la transmission d entreprises. Remicom Immobilier SA genevoise de Remicom Immobilier SA est animée par 5 personnes pour 5 départements : la transmission L agence d entreprises, en fort développement, pour aider les chefs de PME à trouver un repreneur lorsqu ils partent à la retraite ou changent d activité ; les boutiques et fonds de commerce (avec des clients aussi prestigieux qu Orange, Versace, Jean-Paul Gaultier ou Starbucks) ; la restauration, les bars et les boîtes de nuit (Remicom s est notamment occupée du Pétrus à Genève et travaille pour deux chefs triple étoilés du Guide Michelin) ; la relocation et la recherche de bureaux ; et l investissement immobilier pur (hôtels ou immeubles de rendement à vendre). Conjuguant professionnalisme, confidentialité, rapidité et ténacité, Remicom propose aux entrepreneurs une première évaluation de leur société basée sur leurs états financiers des 3 dernières années afin de déterminer le prix de vente et trouver un repreneur. Elle va même jusqu à anticiper la vente de 3 ans pour la rendre plus attractive pour le marché. À l agence genevoise, cette tâche est dévolue à Pierre-Yves Chomarat : riche de 5 ans d expérience chez Ernst & Young où il s est initié aux audits d acquisition et aux audits financiers, ce titulaire d un master 2 en transmission de PME familiales met sa propre expérience familiale au service de ses clients. Remicom Immobilier est tout aussi indiqué en matière d immobilier commercial. Son objectif : valoriser un emplacement ou un fonds de commerce puis rechercher un acquéreur potentiel. Remicom se charge alors du dossier Régie et de la consignation des fonds. De même, l agence genevoise se fonde sur ses 8 ans d expérience pour conseiller aux futurs acheteurs, le bon emplacement en fonction du branding et de la logique de cible - un service plébiscité par les entreprises étrangères peu connues en Suisse comme par les enseignes renommées qui cherchent à se redéployer. Dans une moindre mesure, l agence genevoise accompagne ses clients dans leur recherche de financements sous réserve qu ils aient un budget minimal pour entrer en matière ( CHF pour une entreprise d une ou deux personnes, CHF pour un restaurant ou un bar, CHF pour une épicerie ). Dans sa volonté de proposer un service encore plus élargi d un point de vue géographique, Remicom poursuit son développement avec 5 nouvelles implantations en Suisse alémanique : Zurich, Berne, Bâle, Tessin et Bienne. Cette expansion lui permettra de répondre notamment aux demandes de clients désireux de se développer simultanément sur la Suisse alémanique et la Suisse Romande. Le franchiseur atteindra ainsi une masse critique à même de le propulser au premier rang national pour la transmission d entreprises. Une belle place à prendre pour un acteur dynamique! 6 Remicom Immobilier SA Route de Frontenex, 58 bis - CH-1207 Genève Tél. : +41 (0)

9 Remicom Immobilier SA Your partner for business transfers Acting as a network of franchises, Remicom Immobilier SA has 10 branches, plus another 5 about to open in the German-speaking part of Switzerland. With several hundred deals a year, of which 150 are for the Geneva office, Remicom fully intends to become the national leader in business transfers. Remicom Immobilier SA Remicom Immobilier SA The Geneva branch of Remicom Immobilier SA is led by 5 people in 5 departments, as follows: Business transfers, currently experiencing strong growth, helping SME leaders to find a buyer when they retire or want to change sector; Retail premises and goodwill (with prestigious customers such as Orange, Versace, Jean-Paul Gaultier and Starbucks); Restaurants, bars and nightclubs (one of Remicom s customers in Geneva is Pétrus, and they also work for two three-star Michelin chefs); Relocation and searching for new offices; Pure real estate investment (hotels or rental properties for sale). Combining professionalism, confidentiality, speed and tenacity, Remicom offers entrepreneurs an initial evaluation of their company based on their financial status over the last 3 years in order to determine the sale price and to find a buyer. They even go to the lengths of predicting sales for the next 3 years to make it more attractive to the market. In the Geneva branch, Pierre-Yves Chomarat is responsible for this task. After 5 years at Ernst & Young, where he gained a rich experience of Acquisition Auditing and Financial Auditing, and with a Masters in the transfer of family SMEs, he is now putting his own family experience at the service of his customers. Remicom Immobilier is equally qualified in the area of commercial real estate. The objective: to evaluate a business locale or goodwill and then find a potential buyer. Remicom will also take care of governance matters, and financial auditing. Likewise, our Geneva branch draws on its 8 years of experience to advise future buyers on market positioning with regard to the brand and the target audience, a highly popular service with foreign companies that are not well known in Switzerland, and also with companies that have changed their name and want to relaunch their brand. Another, smaller part of the activities of the Geneva branch is to support customers in their search for financing as long as they have a minimum budget to get started (CHF 200,000 for a company of one or two people, CHF 180,000 for a restaurant or bar, CHF 75,000 for a grocer shop, etc.). As part of its desire to offer a geographically extended service, Remicom is continuing to expand, with 5 new offices in the German-speaking part of Switzerland: Zurich, Bern, Basel, Ticino and Biel. This expansion will allow it to respond to the needs of customers who wish to grow in the German and Romanshspeaking parts of Switzerland at the same time. The franchiser can therefore attain the critical mass needed to propel it to the top of the market for business transfers. A good place for such a dynamic actor to be! Remicom Immobilier SA Route de Frontenex, 58 bis - CH-1207 Genève Tel.: +41 (0)

10 Appréhender les évolutions technologiques et sociales Interview de M. Blaise Matthey, Directeur G n de la F d ration 8 Quels sont les chiffres-clés et les principales missions de la FER Genève? La FER Genève est une organisation patronale qui a été créée en 1928 pour représenter les entrepreneurs et défendre leurs intérêts. Aujourd hui, elle compte entreprises membres et 75 associations professionnelles. Ses missions sont au nombre de quatre : - Promouvoir et défendre une économie basée sur l initiative personnelle et la responsabilité individuelle. La FER Genève défend et conseille les employeurs dans les relations du travail et la politique sociale et intervient auprès des autorités. - Simplifier au maximum la tâche des entreprises en leur fournissant des services, notamment dans les domaines administratifs, juridique et des assurances sociales. - Mener une réflexion et un dialogue sur l évolution de la société et constituer ainsi un centre de référence politique, économique et social. - Mettre en relation ses membres et ses partenaires, dans le but de créer un réseau propice aux relations d affaires, par le biais de nombreuses manifestations, de publications et de notre site Internet. Quels services la FER Genève propose-t-elle à ses membres? En plus de la défense des intérêts politiques et économiques de ses membres, la FER Genève est active dans la constitution et le développement d associations professionnelles ou économiques, gérées par un secrétaire patronal. Elle gère les secrétariats de 75 associations professionnelles grâce aux 19 collaborateurs du département des associations professionnelles. Nous sommes également très actifs en matière d assurance sociale puisque nous avons créé la FER CIAM, une caisse interprofessionnelle AVS pour le 1 er pilier. La FER Genève gère également une caisse de 2 e pilier qui compte affiliés, soit près de assurés actifs : la CIEPP (Caisse Inter- Entreprises de Prévoyance Professionnelle), fondée en 1961 à l intention des PME/PMI et accessible aux indépendants. En parallèle, la FER Genève propose un Service d assistance juridique et conseil (SAJEC) pour toutes les questions relatives au droit du travail, aux permis de travail et à l assurance sociale. Le cas échéant, le SAJEC peut traiter des requêtes plus spécifiques telles que la rédaction de contrats de travail, la rédaction des conditions générales de travail dans l entreprise (règlements, etc.), l assistance lors de négociations ou d audiences et la rédaction d actes judiciaires dans le cadre de procédures devant la Juridiction des prud hommes de la République et Canton de Genève. Les membres de la FER Genève peuvent également bénéficier de notre Service Salaires et Paie selon deux modalités : un service mensuel (salaires & Paie) ou l utilisation du logiciel E-salairesFER. La FER Genève leur permet aussi de conclure des contrats d assurances de personnes à des conditions avantageuses en partenariat avec le Groupe Mutuel. En outre, la FER Genève a mis au point une solution spécifique pour la sécurité et la santé au travail, en conformité avec la Directive fédérale sur la sécurité au travail (MSST). La FER Genève se distingue encore par son programme de formation qui totalise près de 70 jours de formation, soit environ 500 Fédération des Entreprises Romandes Genève 98, rue de Saint-Jean - Case postale CH-1211 Genève 11 Tél. : +41 (0) Fax : +41 (0) heures, dans les domaines du droit du travail, de la sécurité sociale, des ressources humaines, de la gestion de l entreprise et du management. Le programme de formation de la FER Genève est certifié eduqua. Enfin, la FER Genève met une vingtaine de salles de réunions à la disposition de ses membres, allant d une capacité de 16 à 300 places. Elle leur ouvre également les portes de son restaurant privé, le Cercle du Rhône. Quels sont les principaux atouts des PME romandes et à quels défis sont-elles actuellement confrontées? La situation économique est bonne, mais on sent que la force du franc pèse et, surtout, que les menaces dues à la conjoncture européenne et aux pressions sur le secteur financier pourraient les impacter très rapidement. Les défis sont de demeurer compétitifs en termes de produits, de services, d innovation et de formation, ainsi que de coûts. Du point de vue associatif, on trouve des secteurs d activité parfaitement organisés comme le second œuvre dans le bâtiment, l automobile, les mandataires, les multinationales, les hôtels, les banquiers privés, etc. Ces secteurs sont très actifs dans la défense des conditions-cadres de leur branche. Plusieurs secrétariats de ces associations sont confiés à la FER Genève. Une infrastructure associative développée est à même de défendre au mieux les intérêts d un secteur. Si toutes les PME doivent assurer la relève professionnelle, ce sont aussi les secteurs les mieux organisés qui s investissent le plus dans la formation, l apprentissage et le perfectionnement de leurs salariés. Bien entendu, les membres de la FER Genève sont confrontés aux évolutions technologiques et sociales, qui affectent directement la survie des métiers, et au développement constant des services électroniques dont les jeunes générations sont friandes. La tendance à l individualisation et à la consommation immédiate sont des défis bien connus. Notre souci est d y répondre. Nous avons ainsi beaucoup développé nos services en ligne. Pourriez-vous nous présenter vos publications les plus récentes? La FER Genève édite plusieurs publications dans le but d informer ses membres sur les actualités économiques, politiques et sociales relatives aux PME : le journal bimensuel «Entreprise romande», une newsletter électronique et la revue de presse FERInfos. De plus, la FER Genève édite des documents pour soutenir les chefs et futurs chefs d entreprise dans leur quotidien, comme «Le contrat de travail», un guide pratique sur les relations de travail pour les entrepreneurs. Ce guide est régulièrement mis à jour pour contenir les dernières jurisprudences. Autre exemple, «Devenez entrepreneur en dix leçons» est un ouvrage plein d astuces pour ne surtout rien oublier lorsqu on se lance sur le chemin de l indépendance professionnelle. La FER Genève édite également des brochures en collaboration avec le Centre patronal vaudois. Les deux dernières traitaient de la Gouvernance d entreprise et de la Responsabilité sociale des entreprises. Un troisième ouvrage sur la Compliance est à l étude dans la même série.

11 Les métiers du bâtiment déménagent Nicolas Rufener, Secr taire g n ral de la F d ration genevoise des M tiers -du B ti DR Installée dans son nouvel écrin du Pont Rouge, à Lancy, la Fédération genevoise des Métiers du Bâtiment (FMB), poursuit ses missions: incitation au développement du canton, économie responsable et revalorisation de ses savoir-faire. En 1947, face à des syndicats de mieux en mieux organisés et plus combatifs dans un contexte économique incertain, les métiers du bâtiment décident de créer la FMB afin de coordonner les positions des associations professionnelles et parler d une seule voix. Aujourd hui, cette fédération faîtière, un peu moins présente qu à sa création dans le partenariat social de base, reste un puissant instrument de lobbying politique. Elle joue le rôle de porte-parole de la branche. «Issue de la réunion de trois grands groupes de conventions collectives, notre fédération forte de 1'400 entreprises dont 80% de PME, représente l ensemble du secteur» précise Nicolas Rufener, Secrétaire général. Développement responsable encouragé «Notre mission est de faire comprendre aux différents acteurs en présence, dont les politiques, l importance d un développement raisonnable et raisonné du canton» poursuit Nicolas Rufener. La FMB incite donc Genève à regarder en face ses besoins en infrastructures. Et par là de répondre aux attentes de sa population, en matière de logement, de mobilité, de santé et de formation, des domaines où la construction demeure le nerf de la guerre. Or, d un côté on en appelle à plus de logements ou d écoles, de l autre la situation est sclérosée, par manque de moyens, de volonté politique ou en raison du jeu des oppositions. La notion responsable doit aussi s appliquer au choix des partenaires. Dans une conjoncture actuelle difficile où «la seule chose qui compte, c est le prix», la tentation d obtenir des prestations meilleur marché ainsi que la logique des plans financiers pourraient privilégier des structures peu regardantes sur les conditions de travail, la formation ou la sécurité. Face à un budget d environ 3 milliards pour la construction, dans un contexte ultra concurrentiel, il faut éviter que le facteur prix pénalise les entreprises qui ont signé les conventions collectives, emploient des collaborateurs en règle et assurés, forment la relève, respectent les délais et utilisent des matériaux et processus en phase avec le respect de l environnement. «La FMB se bat pour des relations contractuelles équitables, loyales. Nous faisons la promotion des conditions cadres et chaque fois que nous constatons des déséquilibres patents, nous intervenons», ajoute le Secrétaire général, un ancien avocat converti à la cause des droits d une corporation. Nicolas Rufener : «Nos métiers sont tangibles, nous les revalorisons par la filière apprentissage. Ils sont les mieux payés du secteur secondaire.» DR DR Nouveau bâtiment du Pont Rouge Fraîchement arrimée aux abords des Ports Francs degenève(rampedupont Rouge),laFMB,ainstallé son Secrétariat dans un immeuble moderne, doté du label Minergie, qui se veutuncentremultifonctions.celui-ciaétéconstruit par La Fondation Avenir Bâtiment,crééedanscette optique. Il comprend un restaurant, des lieux de formationspourapprentis et adultes, des logements pourapprentis,unevitrinedeprésentationdesmétiersdubâtimentetun parcoursdesécuritédestinéàenseignerlesbonscomportementsàadopter faceauxrisquesrencontréssurleschantiers.cecentrebénéficiedela participationactivededifférentspartenairesinstitutionnels :Ifage,Orif, SG/SSE,CEP(mécatronique),FOJ,CIEG,UFGVV,CPPGN,UIG. FMB : Crééeen1947,laFédérationregroupe 1'400entreprisesliéespardesconventionscollectivesdetravail,18 associations,12'000emploiset1 000 apprentis. Président : LucPerret(maçonnerie) Vice-Présidents : Olivier Berchten (gypserie-peinture), Olivier Cots (installationssanitaireetferblanterie), André Hagmann (maçonnerie), SergeHiltpold(bois) Secrétaire général : NicolasRufener Secrétaire général adjoint : Pierre- YvesTapponnier. FMB Fédération Genevoise des Métiers du Bâtiment 4, Rampe du Pont-Rouge - CH-1213 Petit-Lancy Tél. : +41 (0) Fax : +41 (0)

12 Genève Tourisme & Congrès, valoriser les points forts M. Philippe VIGNON, Directeur g n ral de Gen ve Tourisme Congr s L une des villes les plus connues de la planète dispose d atouts touristiques uniques. Genève, plus petite des grandes métropoles, méritait qu un stratège méthodique lui remémore ses rêves de grandeur. Philippe Vignon, Directeur, est un homme de terrain. Minuté, organisé, entièrement dévoué à la cause de Genève, cet ancien membre de la direction commerciale d une compagnie d aviation qui trouva à Genève les relais de son incroyable essor, empoigne le chantier touristique de la ville avec le pragmatisme d un vrai professionnel du marketing: lister, hiérarchiser, établir les priorités, ne pas s éparpiller. Genève dispose d atouts qui la distinguent de toutes les autres villes. La consolidation de ces points forts devient l axe central de sa stratégie. Philippe Vignon organise une présence constante sur l ensemble des réseaux sociaux et nomme une cheffe de produit «Genève» dont la mission est de faire le lien entre l ensemble des prestataires touristiques et l équipe interne de la Fondation Genève Tourisme & Congrès. nombre d habitants, un multiculturalisme à nul autre pareil, des fonctionnaires internationaux transformés en ambassadeurs à l année, des sièges d institutions internationales qui pourraient s ouvrir davantage et, toujours cette horlogerie qui porte jusque sur le cadran de ses montres exportées aux confins de la planète, un nom synonyme de qualité. Philippe Vignon : «Lorsqu il vient à Genève, le touriste a les mêmes attentes que dans des grandes capitales comme Londres ou Paris.» D ailleurs, comme en témoigne le récent lifting du site officiel, une logique de «packages» s est invitée dans les programmes de séduction, avec l avantage d aller droit aux buts : tourisme de congrès, séjours pour business individuel, ou tourisme de loisirs sont des terrains d action encore chargés de potentiels prometteurs. Les efforts se concentrent donc d abord sur les publics déjà sensibles plutôt que sur ceux qui pourraient le devenir. «Le tourisme de Genève n est pas un fourre-tout, tout n est pas touristique» explique Philippe Vignon. Par exemple, avec ses établissements quatre et cinq étoiles et sa perception de ville haut de gamme, Genève aura plus de succès à mettre en avant son image d excellence plutôt que de vouloir développer un tourisme des jeunes. Excellences gastronomique, hôtelière, viticole, horlogère Face à des centres urbains disposant de budgets bien plus élevés que les quinze millions de francs suisses issus pour deux tiers des taxes sur les nuitées et pour le reste de taxes affectées provenant des principaux bénéficiaires du tourisme, le recentrage des opérations sur les valeurs sûres de Genève s inscrit dans une situation concurrentielle. Déterminées, d autres villes avancent vite. Philippe Vignon, en citant Zurich, émet un vœu: et si la Ville et le canton de Genève, main dans la main, pouvaient travailler sur un objectif commun, le mieux-vivre ensemble. Dans un souci de meilleure gouvernance, l Association Genève Tourisme & Congrès a fusionné avec la Fondation genevoise pour le tourisme, afin d optimiser cette conjonction unique d arguments majeurs: une notoriété en tête du classement mondial, par rapport au Philippe Vignon LicenciéèsSciencesPolitiques,PhilippeVignoncommencesa carrièreen1992chezl Oréal.Ilrejointensuiteen1999easyJet commeadministrateurdelafilialesuissedelacompagnieaérienne. Directeurcommercial,ilparticipeàsondéveloppementfulgurant, àgenèvepuisàbâle.promudirecteurgénéralcommercialpour la Suisse et l Europe centrale, il ouvre Berlin, Dortmund et MilanMalpensa.PhilippeVignonquittesafonctiondedirecteur générald EdipresseDigitalpourlepostedeDirecteurgénéral delafondationgenèvetourisme&congrès.ilestnomméen avril2010. Geneve Tourisme / Olivier Michel 10 Fondation Genève Tourisme & Congrès Rue du Mont-Blanc 18 Case postale CH-1211 Genève 1 Tél. : +41 (0) Fax : +41 (0)

13 Un déficit d image à combler Interview de M. Pascal Raemy, Pr sident de l Association Genevoise des - Entre preneurs Vitsolnet M. Pascal Raemy Quels sont les chiffres-clés et les buts de l AGENS? Forte d une soixantaine de membres, l AGENS rassemble 85% des entreprises structurées du secteur, soit employés sur Son objectif est de défendre les intérêts de la profession face aux syndicats et aux pouvoirs publics selon le principe bien connu : «l union fait la force». Quelles sont les principales actions de l AGENS? L AGENS négocie activement le renouvellement des conventions collectives et soutient actuellement le projet de fusion des conventions collectives de Genève et de Suisse romande. En outre, nous rencontrons régulièrement les autorités et nous participons à toutes les grandes manifestations (Cité des Métiers, etc.) qui nous permettent de promouvoir notre profession. Nous avons également mis en place une solution de branche à bas prix pour la sécurité au travail. Un attaché de sécurité peut conseiller nos membres pour répondre au mieux aux exigences des normes de sécurité imposées par la confédération. Nous leur offrons également un appui moral en organisant des espaces d échanges lors de nos différentes rencontres dans le cadre de nos assemblées. Enfin nous organisons gratuitement des cours et des formations sur des sujets directement liés à notre profession. Quels autres avantages l AGENS offre-t-elle à ses membres? Nous publions de nombreuses annonces qui, en indiquant le nom de nos membres, agissent comme des piqûres de rappel. Nous publions également des newsletters sur notre secteur d activité. Par ailleurs, nous offrons des conseils juridiques et renseignons nos membres sur l apprentissage. Ils bénéficient d ailleurs d un accès privilégié à nos formations sur le droit du travail. Finalement, nous leur offrons la possibilité de s affilier à la caisse de compensation FER CIAM (AVS), à une caisse d allocations familiales et à la CIEPP pour le 2e pilier (LPP) à des prix très compétitifs. À quels défis les professionnels du secteur sont-ils confrontés? Notre plus grande difficulté réside dans le déficit d image de notre profession. On croit souvent à tort que le nettoyage, c est facile. Or notre métier ne se réduit pas à l entretien nocturne des bureaux. Vitsolnet Le nettoyage des façades, des surfaces en marbre et des moquettes exige un CFC. Or peu de gens le savent. Il nous faut donc changer notre image vis-à-vis du grand public. Dans un milieu où la concurrence est exacerbée par la crise, il est impératif d être à l affût des nouvelles solutions pour pérenniser l activité de nos entreprises. Depuis 16 ans que je suis dans la profession, les prix n ont pas bougé alors que les salaires sont passés de 14 à 20 francs! Face à une telle réduction de nos marges, il devient crucial de trouver des solutions pour maintenir le haut niveau de service que nous offrons à nos clients. Or l amélioration des prix passe par l amélioration de notre image. Aujourd hui, tout le monde trouve normal de payer cher un menuisier ou un mécanicien pas un professionnel du nettoyage. Pour obtenir la reconnaissance à laquelle nous aspirons, nous avons contribué à créer, avec l aide des syndicats, l École Genevoise de la Propreté. Avec des employés mieux formés et plus qualifiés, nous espérons bien remporter la bataille de l image! Association Genevoise des Entrepreneurs en Nettoyage et de Service - AGENS Rue de Saint-Jean 98 - Case postale CH-1211 Genève 11 Tél. : +41 (0) Fax : +41 (0)

14 Relever le défi de la concurrence et des marges en baisse Interview de M. Alain Meylan, Secr taire Patronal -des As tions du second ˇuvre, Directeur du d partement des associations professionnel l Association genevoise des décorateurs d intérieur et courtepointières (AGDI), l Union genevoise des marbriers (UGM) et le Conseil du second œuvre (CSO) qui représente l ensemble de ces associations. Très actives dans le secteur secondaire avec 250 entreprises et près de emplois, ces associations se sont regroupées pour former la Maison du Second Œuvre : créée il y a 12 ans, elle donne une importante visibilité à ces métiers au sein de l industrie genevoise de la construction. Au surplus, ces associations ont négocié et signé une convention collective de travail sur le plan romand qui a été déclarée de force obligatoire par le conseil fédéral. Quelles sont les missions d un secrétaire patronal? Son rôle premier est d assurer le suivi des comités des associations professionnelles en réalisant les PV. Le secrétaire patronal donne également son avis sur le droit du travail : orale ou écrite, son intervention peut aller jusqu à la représentation d employeurs devant les Prud hommes. DR M. Alain Meylan Quels sont les chiffres-clés des associations du second œuvre? Rappelons d abord que le DAP de la FER Genève est dédié à l ensemble des associations professionnelles dont font notamment partie celles du second œuvre. Ce département travaille pour quelque 80 membres, dont 70 ont confié leur secrétariat à la FER Genève. Au total, 7 secrétaires patronaux assurent chacun le secrétariat d une dizaine d associations. Pour ma part j assure la coordination et le management du département ainsi que le management opérationnel de 7 associations du second œuvre : le Groupement genevois des métiers du bois (GGMB), la Chambre syndicale des entrepreneurs de gypserie-peinture et décoration du canton de Genève (GPG), l Association suisse des toitures et façades (ASTF), section de Genève, l Association genevoise des maîtres vitriers, miroitiers, encadreurs et storistes (AMV), l Association genevoise des entreprises de revêtements d intérieurs (AGERI), Par ailleurs, il sert de «réservoir d informations» car il a une vue générale sur la gouvernance, la fiscalité et l économie des entreprises : il est donc idéalement placé pour restituer la bonne information à la bonne personne. Le secrétaire patronal accompagne aussi les associations professionnelles dans les négociations sur les conventions collectives, dans l organisation de séminaires, de formations internes, de colloques, de campagnes marketing... Enfin, le secrétaire patronal assure le suivi administratif de la formation professionnelle et organise les cours interentreprises destinés aux apprentis, nouvelles tâches depuis 2 ans. Quelle est la situation économique actuelle du secteur? Elle est globalement satisfaisante : les carnets de commandes sont relativement pleins et le nombre d ouvriers employés continue à croître. Certes, les employeurs s inquiètent de l évolution de la situation économique internationale mais je fais confiance à leur savoir-faire pour relever les 2 défis auxquels ils sont confrontés : la concurrence pas toujours loyale, qu il convient de juguler en améliorant les contrôles sur le marché cantonal du travail, et le niveau des prix qui peinent à augmenter, réduisant les marges des entreprises et menaçant la capacité des plus fragiles à générer de la croissance et des bénéfices. 12 FER Genève - Département des associations professionnelles (DAP) 98, rue de Saint-Jean - Case postale CH-1211 Genève 11 Tél. : +41 (0) Fax : +41 (0)

15 Rester concurrentiel : un défi de tous les instants Interview de M. Urs Brunschweiler, Pr sident de l Association des Transitaires de Gen ve (A jetivia concurrence étrangère et de grands groupes, pour la plupart étrangers, qui investissent en faisant du dumping sur les prix. Deux autres facteurs accroissent notre difficulté à rester concurrentiels : le nombre important de transitaires et la réduction de l activité industrielle. Nous devons aussi gérer les contraintes et surcoûts nationaux. Comme vous le savez, il est interdit en Suisse de rouler entre 22h00 et 5h du matin. En outre, nous sommes assujettis à une taxe poids lourds et au respect d un tarif GU de l ASTAG basé sur une taxation poids-distance. Ces 3 spécificités font que les tarifs pour le transport national sont 10 fois plus élevés qu à l étranger si l on adopte les mêmes bases de calcul poids-distance. Et je ne parle même pas du prix du gasoil... Enfin, nous devons trouver du personnel, formé si possible, et surtout motivé. Quels sont les chiffres-clés et les services de l ATG? L Association des Transitaires de Genève regroupe 45 membres totalisant environ employés directs. Au-delà des chiffres, il est important de souligner que l ATG est au service de ses membres selon une démarche à la fois active, réactive et proactive à tous les niveaux : formation, contrats collectifs, démarches auprès des autorités douanières, de la direction de l aéroport de Genève, etc. En quoi consiste la mission du transitaire? Le transitaire a pour mission de servir l industrie et le commerce entre un vendeur et un acheteur, au niveau national comme international, à l importation comme à l exportation. Pour ce faire, il offre les solutions les plus adaptées pour le stockage, la préparation des commandes, l emballage, le transport, la douane, la livraison et la distribution. Quel est le rôle du transitaire suisse dans les transports internationaux? Il dispose d un réseau de correspondants ou d agents afin d offrir à ses clients les moyens et solutions de transport appropriés à des prix concurrentiels. C est à cette condition que ses clients pourront faire des affaires. À quels défis le secteur est-il actuellement confronté? Notre principal défi consiste à travailler le plus rationnellement possible pour diminuer les coûts tout en étant tributaires de la En quoi consistent la formation de base et la formation continue de transitaire? La formation de base est un apprentissage avec des moyens modernes de blended learning. L apprenti travaille chez lui et l assimilation du programme est sanctionnée par un examen informatique sous forme de questions/réponses. Tant qu une réponse n est pas bonne, il ne peut pas passer à la question suivante. C est une école sans professeurs, en somme. Les apprentis ont à disposition des intervenants de la branche qui les entourent, par un cours d introduction et un cours de conclusion dans chacune des branches professionnelles concernées. De plus ils sont soumis, comme tous les autres apprentis de commerce, aux Unités de formation (UF) et aux Situations de travail et d apprentissage (STA), ainsi qu à un examen écrit et un oral en fin d apprentissage. Ils participent également aux cours inter-entreprises (CIE) organisés par notre association. Ensuite, la formation professionnelle est assurée par des travailleurs spécialisés employés par nos membres. Quant à la formation continue, elle a lieu à tous les niveaux, par et dans les associations locales comme au niveau suisse ; dans ce cas, c est Spedlogswiss, l association faîtière des associations transitaires suisses dont l ATG est membre, qui délivre des brevets fédéraux à plusieurs niveaux (par ex. brevet pour expéditeur / exportateur). Association des Transitaires de Genève - ATG Rue de Saint-Jean, 98 - Case postale CH-1211 Genève 11 - Tél. : +41 (0) Fax : +41 (0)

16 Mobile Device Management* (MDM) Sécurité des données sur les mobiles, faille et solutions DR La tendance est à la connexion permanente des collaborateurs à leur entreprise, via leurs smartphones ou leurs tablettes. Ces appareils, souvent privés, attisent la malveillance des pirates. Parole d expert selon Stephan Zwettler. «Dessolutionsexistentpourgéreretsécuriserleparc d appareilsmobilesdesentreprises,puisquelesemployés disposentdésormaisdesmartphonesoudetablettesqui restentenpermanenceconnectés,neserait-cequepourlaréception des s», affirme Stephan Zwettler, directeur de SZ Informatique Conseil & Service. Tout en signalant l existence d un nouveau risque pour la sécurité, l expert lâche d emblée le nom de quelques outils MDM, dont deux leaders du marché, MobileIron et Citrix Mobile Solutions Bundle. De plus en plus d entreprises s y intéressent. Ce genre de solutions détecte en outre si un smartphone privé a été jailbreaké* ce qui représente un danger pour l entreprise puisqu il peut télécharger des applications corrompues sur des sites perméables aux piratages. De même, en cas de vol ou de perte, les outils MDM permettent une réinitialisation à distance. Accessoirement, l appareil pourra aussi être automatiquement isolé et déconnecté de tout accès aux données de l entreprise si l employé effectue avec son portable des opérations non conformes au cadre fixé par son employeur. De compliant, son portable devient alors not compliant et peut être neutralisé. Données privées ou professionnelles? Les Smartphones et les tablettes autorisent parfois la navigation interne et l accès aux documents de travail. Hélas, ces appareils n offrent pas le même niveau de sécurité que cet ordinateur portable que l entreprise offrait à son collaborateur externe, doté de garde-fous et de protections pré-installées. Ils sont plus perméables au risque d évaporation des données, aux tentatives de connexion malveillantes. «Larécenteévolutiontechniquequiatransformélesimpletéléphoneenoutilmultimédia s esteffectuéesirapidementquelasécuritédesentreprisess esttrouvé dépassée»analyselespécialiste.deplus,toutnouveaucollaborateur sevoitaujourd huiproposédeconserverl usagedesespropresappareils danslecadredesontravail.cettepratiqueportelenomdebyod*. Elleimpliquequesemélangent,enunfloujolimentartistique,usages privésetprofessionnels.sansquel onyprennegarde,lesdonnéesse côtoient,sefondentparfoislesunesdanslesautres.«lesnouvelles solutionsmdmpermettentdefaireletrientrecequiappartientà l entrepriseetcequepossèdel employé.» - *Mini lexique MDM > MobileDeviceManagementou GestiondeTerminaux Mobiles.Uneapplicationpermettantlagestiond'uneflotted appareilsmobiles Wipe > Opérationdenettoyagepartieloucompletdelamémoire d unappareil Jailbreak > débridage,déverrouillagedéplombaged unsystème verrouillé BYOD > BringYourOwnDevice,lorsquel employérejointune sociétéavecsonproprematériel,qu ilestautoriséàutiliserson appareilprivédanslecadreprofessionnel. Compliant > seditd unappareiloudeceluiquilepossèdequi respectelecadrefixéparl entreprise. Gérer les contenus à distance «CitrixMobileSolutionsBundleparexemple,stockeenfaitlesdonnées del entreprisedansuncontainersécuriséetisolédesautresdonnées privéesdel appareil.atoutmoment,l entreprisepourragérercequ elle jugenécessairedepartager,desapplications,desaccèsàniveauxvariables,desdocuments»,explique Stephan Zwettler. «S ilquittel entreprise, ilserapossibledefaireunwipe*eneffaçanttoutcequisetrouvedans leditcontainerappartenantàl entreprise.sonappareilluiseraalors renducommeilétait,sansavoirperducequ ilyauraajoutéenprivé.» Ainsi, via une simple manipulation, applicable simultanément à un ou plusieurs appareils, l entreprise pourra protéger ses données. DR 14 SZ Informatique Conseil & Service 36, av. Cardinal-Mermillod - CH-1227 Carouge Tél. : +41 (0) Fax : +41 (0)

17

18 Accès Personnel SA Emploi et services aux entreprises, rester local Accès Personnel SA Reliée au réseau Integraal (voir l encadré), cette société de placement de personnel fixe et temporaire, l une de plus ancienne à Genève, facilite la vie des sociétés. Pas seulement en matière d embauche. Entretien avec son CEO Miles Hopwood. 16 En quoi êtes-vous différents, quels sont vos points forts? Mon ambition est d avoir le champ le plus vert du quartier. Car selon moi, on ne récolte que l exacte quantité de ce qu on sème, parfois moins, jamais plus. Il faut donc se lever tous les matins pour bien labourer son champ, semer, arroser régulièrement, ne pas baisser les bras lorsque grêle et tempête font rage, ce qui est le cas en ce moment. Bref, offrir le meilleur de nous-mêmes. Ce que nos clients nous écrivent nous encourage, nous motive: ils citent souvent notre côté local, notre proximité, notre écoute, de même que notre ouverture au dialogue, notre rapidité et notre efficacité... Nos clients parlent de nos points forts mieux que nous. Ce côté local n est-il pas réducteur? Au contraire, cette absolue volonté est notre avantage. A force de parcourir notre ville et nos campagnes, nous connaissons le terrain, nous y sommes en permanence ce qui nous permet d écouter ce que les entreprises disent. Nous pouvons ainsi mieux répondre à leurs besoins en ressources humaines, en services généraux et en informatique. Ce sont d ailleurs principalement nos clients qui nous recommandent. La chance, c est 95 pourcent de sueur et 5 d opportunité. Peut-on réussir professionnellement sans diplôme? Tout est encore possible. Je connais des autodidactes chefs d entreprises et des avocats au chômage. L important est de se former en permanence et d avoir une bonne attitude. Concrètement, si vous lisez un quart d heure par jour, vous passez l équivalent de deux semaines et demi par année à vous former. En l espace d un an, vous devenez donc un expert dans votre domaine. Aux jeunes qui hésitent dans le choix d une formation, que conseillezvous? Plus qu un secteur à recommander, il faut se battre pour une attitude au travail. Toujours chercher à s améliorer, en se formant tout au long de sa carrière, être prêt à s investir totalement dans son activité. La concurrence est rude. Un jeune de 16 ans qui travaille le week-end pour financer ses études, une étudiante en médecine responsable d un groupe de jeunes scouts, un autre qui s engage en parallèle de ses études dans la politique de sa commune, seront nettement mieux armés face aux secteurs qui embauchent. Ceci dit, les secteurs de la haute technologie, le domaine médical et les métiers du bâtiment connaissent une pénurie importante en compétences. Ils seront donc porteurs pour de nombreuses années. Hormis les formations, le meilleur conseil que je puisse donner, c est de cultiver une attitude intérieure positive en toutes circonstances. Vous existez depuis un quart de siècle. Qu est-ce qui a changé? Il y a vingt ans, on rejoignait une entreprise pour la vie. Le poste occupé l était pour de nombreuses années, l évolution arrivait avec la retraite de son prédécesseur. Aujourd hui, les entreprises engagent en fonction de leurs besoins et si ceux-ci diminuent, n hésitent plus à réduire la voilure. Actuellement, on s engage sur un projet professionnel, quelle que soit l entreprise, sachant qu on pourra changer de nombreuses fois d employeur. Au final, on en revient à l attitude qui fait la différence. Que penser du travail temporaire aujourd hui? N est-il pas un système qui permet aux logiques financières de ne pas «s encombrer» de personnel? Absolument pas. Il n est aucune société qui ne serait pas fière de pouvoir croître et embaucher! Tous les patrons que je côtoie veulent sincèrement s entourer des meilleures équipes. Hélas, nous vivons dans un univers mondialisé où ce qui se passe en Asie impacte directement les affaires d une entreprise à Genève. C est donc une question de survie que de pouvoir flexibiliser les ressources humaines notamment. Dans ce contexte, le travail temporaire est une des meilleures solutions de service aux entreprises. Certes, je prêche pour ma paroisse! Néanmoins, l attitude positive de nos collaborateurs temporaires leur permet quasiment à chaque fois d être engagés par nos clients. Miles Hopwood: le couac d un système «L attente des actionnaires à profondément modifié le paysage professionnel. Réalisons-nous que ce sont les fonds de pensions pour personnes âgées qui sont à la source de la plupart des vagues de licenciements, en vue d optimisation financière? Ainsi, les fonds de pensions créent des chômeurs qui ne participent plus aux fonds de pension Nous avons réussi à créer un gros serpent qui se mord la queue!»

19 Accès Personnel SA Groupe Integraal. Réseau de sociétés de services aux entreprises à Genève et dans la région de Nyon La Côte. «Le plus glocal des groupes», un service global dans un environnement local. 250 collaborateurs. Existe depuis plus de 25 ans. Ressources humaines avec Accès Personnel SA; services généraux avec Integraal Services SA et Intendance Services SA, une société de nettoyage et de facility services à Genève et à Nyon; maintenance et support IT avec Integraal IT SA à Genève et Nyon. Accès Personnel SA 15 rue Eugène Marziano - CH-1227 Les Acacias Tél Fax

20 AS.DZ Architecture SA Une architecture domestique, rationnelle et fonctionnelle Un entretien avec M. Dominique ZANGHI, Architecte fondateur et associ d AS.DZ Architecture AS.DZ Architecture SA La résidence «En Vignery» à Satigny 18 Pourriez-vous nous rappeler la genèse d AS.DZ Architecture SA? L atelier est né de la fusion de 2 bureaux d architectes antérieurs : celui d Athanase Spitsas et Thierry Estoppey et l atelier AERA que j avais créé en 1986 en association avec P. Vasey et C. Ciani. Nous avons appris à nous connaître au travers de différentes études et associations et nous avons commencé notre collaboration effective en Fin 1998 notre décision était prise : les 2 bureaux seraient regroupés à la même adresse. Et notre collaboration au sein d AS.DZ Architecture ne se dément pas depuis Cette fusion a permis de rapprocher des préoccupations communes, une même sensibilité aux questions architecturales, une même volonté de stimulation mutuelle à développer une architecture rationnelle et fonctionnelle. Quels sont les chiffres-clés d AS.DZ Architecture SA? À l heure actuelle, l atelier compte 27 collaborateurs dont 5 associés juniors. Il totalise plus de 40 dossiers ouverts. Ces dossiers concernent principalement des projets de logements (500 en tout). S y ajoutent m² de surfaces administratives et quelques projets spécifiques : plusieurs projets de surélévation, une crèche, une STEP et des études d urbanisme. Pourriez-vous nous parler de votre méthode de travail? Nous travaillons en spirale : nous partons d un regard analytique, critique et large sur les besoins, les attentes, le site et le cahier des charges du maître de l ouvrage. Cette analyse, mélangée à une recherche historique et théorique, est partagée et modifiée via une discussion la plus ouverte avec le maître de l ouvrage. Nous resserrons alors le regard pour être toujours plus performant et pointu par plusieurs projets successifs afin de définir ce qu on recherche et ce qu on veut. Pourriez-vous nous présenter votre parcours personnel? Après avoir effectué un apprentissage de dessinateur en bâtiment entre 1974 et 1978 et avoir reçu mon diplôme d architecte de l École Publique Fédérale de Lausanne (EPFL) en 1984, j ai conjugué des approches d enseignement et des approches théoriques sur l histoire du logement, et plus particulièrement sur l industrialisation et la rationalisation de la construction de logements en Suisse romande dans les années 60 et 70. Aujourd hui encore, je reste admiratif devant l ampleur de la performance architecturale. Entre 1990 et 1992, j ai été l assistant des Professeurs Ch. Gilot et A. Anselmi à l EPFL. Entre 1993 et 1999, j ai été chargé de cours à l institut Itha auprès des Professeurs B. Marchand et J. Lucan. Mon expérience a naturellement nourri mon approche de l aménagement du territoire. Mais cette approche a également été enrichie par quelques mandats de plans de quartiers pour Genève (fin des années 80 - début des années 90) et la conduite de l étude «Espace rue» de Genève à Annemasse : ce projet, qui a fait l objet d un concours international, a donné lieu à une charte, 5 études et une étude globale. Cette approche globale et les besoins élevés en logements, à Genève comme dans le canton de Vaud, ont valu à l atelier de nombreux mandats, tant publics que privés. Entre 1999 et 2005, j ai travaillé comme adjoint à la direction du service de l aménagement du territoire du canton de Vaud. À ce poste, j ai couvert de nombreux projets : schéma directeur de l Ouest Lausannois et de

de manager du commerce de détail

de manager du commerce de détail Diplôme fédéral de manager du commerce de détail Le diplôme dans le commerce de détail le plus hautement reconnu en Suisse. La formation du commerce de détail pour le commerce de détail: Préparation à

Plus en détail

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous La transmission d entreprise en 10 questions Introduction La transmission d entreprise constitue une étape importante

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Avant-propos Pour l agglomération du grand Zurich, la place bancaire revêt une importance économique et sociale tout à fait centrale. En particulier parce

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Le salon de la PME au service de l entreprise!

Le salon de la PME au service de l entreprise! Le salon de la PME au service de l entreprise! Un salon avec conférences et ateliers destinés aux fournisseurs et prestataires de services et de biens d équipement pour les PME Expo Beaulieu Lausanne Palexpo

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

Branche & Entreprise IV

Branche & Entreprise IV Organisations et associations de branche, Travail dans la Branche Commerce Les entreprises commerciales font partie de l'économie. Afin de représenter leurs intérêts et d'unir leurs forces, les entreprises

Plus en détail

Historique de l Association Romande des Hôteliers Les années 1940

Historique de l Association Romande des Hôteliers Les années 1940 Les années 1940 1941 Naissance de l ACVH Au cours de diverses réunions, le Comité de l Association vaudoise des intérêts touristiques c est ainsi que s appelait alors l Office du tourisme du canton de

Plus en détail

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la Convention Collective pour la retraite anticipée dans le second œuvre romand (CCRA)

Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la Convention Collective pour la retraite anticipée dans le second œuvre romand (CCRA) Arrêté du Conseil fédéral étendant le champ d application de la Convention Collective pour la retraite anticipée dans le second œuvre romand (CCRA) du 9 juin 2004 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 7,

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Etudes postgrades HES Lutte contre la criminalité économique

Etudes postgrades HES Lutte contre la criminalité économique ILCE Institut de lutte contre la criminalité économique EXECUTIVE MASTER OF ECONOMIC CRIME INVESTIGATION Etudes postgrades HES Lutte contre la criminalité économique Cycle d études en emploi reconnu par

Plus en détail

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance. Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.com Jeudi 6 mai 2010 à 9h30 MEDEF Lyon-Rhône 60 avenue Jean Mermoz 69008

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité Sommaire Préambule I Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité II La stratégie : définition des messages et des cibles Professionnalisme

Plus en détail

ITU Telecom World 09 5 au 9 octobre 2009 à Geneva Palexpo

ITU Telecom World 09 5 au 9 octobre 2009 à Geneva Palexpo ITU Telecom World 09 5 au 9 octobre 2009 à Geneva Palexpo APPEL A PROJETS TELECOM 2009 Sommaire Présentation d... 3 à TELECOM WORLD 2009..4 Stand. 5 Communication...7 L offre et le prix...8 Appel à projets...9

Plus en détail

FFPC. Fonds cantonal genevois en faveur de la formation professionnelle et continue

FFPC. Fonds cantonal genevois en faveur de la formation professionnelle et continue Fonds cantonal genevois en faveur de la formation professionnelle et continue Sommaire Survol historique 1 But du Fonds (budget ordinaire) 2 Actions concernées 3 Ressources du Fonds 4 Qui perçoit la cotisation?

Plus en détail

Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux

Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux Attestation Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux www.cefco.ch 2013_V2 : 30.05.2013 SOMMAIRE ATTESTATION INTRODUCTION AU MANAGEMENT DE PROJET Ce cours est

Plus en détail

Rapport de gestion 2013

Rapport de gestion 2013 Rapport de gestion 2013 Table des matières Chiffres clés 4 Editorial 6 Rapport annuel 9 Bilan 20 Compte d exploitation 21 Groupes professionnels affiliés 22 Rapport de l organe de révision 25 Organisation

Plus en détail

Fonds en faveur de la formation professionnelle fiduciaire et immobilière Questions et réponses

Fonds en faveur de la formation professionnelle fiduciaire et immobilière Questions et réponses Fonds en faveur de la formation professionnelle fiduciaire et immobilière Questions et réponses Etat: 23.2.2011 Question Réponse 1. Force obligatoire générale Comment et par qui un fonds en L article 60

Plus en détail

Sommaire. Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier

Sommaire. Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier Dossier de presse Octobre 2013 Sommaire Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier Le Réseau des Scop : un accompagnement pour ces

Plus en détail

Statuts usam Règlement du Fonds de protection

Statuts usam Règlement du Fonds de protection Schweizeris Union suisse Unione svizz Dachorganisation der Schweizer KMU Organisation faîtière des PME suisses Organizzazione mantello delle PMI svizzere Umbrella organization of Swiss SME Statuts usam

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle!

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : MISER SUR LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE! Novatrices, les start-up, PME et ETI omettent parfois d établir une stratégie de propriété industrielle.

Plus en détail

Assurez vos droits Affiliation à l Association suisse des employés de banque. Des Conditions sociales et économiques correctes pour tous.

Assurez vos droits Affiliation à l Association suisse des employés de banque. Des Conditions sociales et économiques correctes pour tous. Assurez vos droits Affiliation à l Association suisse des employés de banque. Des Conditions sociales et économiques correctes pour tous. Votre partenaire pour des emplois stables et des conditions de

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Valiant régularise le passé et se met en condition pour l avenir

Valiant régularise le passé et se met en condition pour l avenir Traduction française en cas de divergence, la version allemande fait foi. Communiqué de presse Berne, le 5 mars 2014 Valiant régularise le passé et se met en condition pour l avenir Bénéfice brut en hausse

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

03.02.2015. hotelleriesuisse. compétence, dynamisme, enthousiasme.

03.02.2015. hotelleriesuisse. compétence, dynamisme, enthousiasme. hotelleriesuisse compétence, dynamisme, enthousiasme. Diapositive 2 Contenu Qui sommes-nous? L hôtellerie suisse Notre cœur d activité Nos partenaires Diapositive 3 Notre vision L hôtellerie suisse est

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

Nos prestations en faveur des entreprises

Nos prestations en faveur des entreprises Nos prestations en faveur des entreprises Renseignements : contacts, autorisations, objets immobiliers et cautionnements Aides financières Allégements fiscaux Réseau Personnes de contact Renseignements

Plus en détail

LE MARCHE TOURISTIQUE SUISSE

LE MARCHE TOURISTIQUE SUISSE LE MARCHE TOURISTIQUE SUISSE Mise à jour : juillet 2012 SOMMAIRE Données structurelles Données économiques Habitudes de voyages toutes destinations confondues Voyages des Suisses en France Organisation

Plus en détail

Groupement Romand de l Informatique

Groupement Romand de l Informatique Groupement Romand de l Informatique L association des entreprises romandes dans le domaine des technologies de l information Membre fondateur de ICTSwitzerland Le mot du Président 35'000 professionnels

Plus en détail

Statuts. de la Caisse paritaire de prévoyance de l'industrie et de la construction

Statuts. de la Caisse paritaire de prévoyance de l'industrie et de la construction Statuts de la Caisse paritaire de prévoyance de l'industrie et de la construction Art. 1 Dénomination et constitutions 1) Sous la dénomination «Caisse paritaire de prévoyance de l'industrie et de la construction»,

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

28 MAI 2015 GEORGES ZUND

28 MAI 2015 GEORGES ZUND PARTENAIRES! 28 MAI 2015 GEORGES ZUND 2 SOMMAIRE INFORMATIONS GÉNÉRALES FORMATION PROFESSIONNELLE MÉTÉO DE LA CONSTRUCTION DOSSIERS EN COURS DIVERS INFORMATIONS GÉNÉRALES 3 4 FEDERATION VAUDOISE DES ENTREPRENEURS

Plus en détail

LETTRE AUX ACTIONNAIRES

LETTRE AUX ACTIONNAIRES LETTRE AUX ACTIONNAIRES Commentaire sur l évolution des affaires du Groupe VZ au 1 er semestre 2014 VZ Holding SA Beethovenstrasse 24 8002 Zurich GROUPE VZ : PREMIER SEMESTRE 2014 Madame, Monsieur, chers

Plus en détail

Les conditions de salaire et de travail en Suisse. Un «Sonderfall» en crise?

Les conditions de salaire et de travail en Suisse. Un «Sonderfall» en crise? Les conditions de salaire et de travail en Suisse Un «Sonderfall» en crise? 2 Le débat sur la préférence cantonale 3 Un taux de chômage toujours bas en comparaison internationale (février 2012) 4 Genève:

Plus en détail

Créée par l Association des fabricants et détaillants en horlogerie, marché suisse, AMS.

Créée par l Association des fabricants et détaillants en horlogerie, marché suisse, AMS. Créée par l Association des fabricants et détaillants en horlogerie, marché suisse, AMS. La version allemande se trouve au dos de la brochure RUE DE L HÔTEL-DE-VILLE 3 CH - 2400 LE LOCLE WWW.WATCHSALESACADEMY.CH

Plus en détail

Le Master, et après? Université de Neuchâtel, 26 avril 2012. Jean-Blaise Eckert

Le Master, et après? Université de Neuchâtel, 26 avril 2012. Jean-Blaise Eckert Le Master, et après? Université de Neuchâtel, 26 avril 2012 Jean-Blaise Eckert Lenz & Staehelin Plus grande étude d avocats de Suisse Bureaux à Genève, Lausanne et Zurich (bureaux de même importance à

Plus en détail

HOW DO YOU EXPECT YOUR COMPANY'S CHINA PROFIT?

HOW DO YOU EXPECT YOUR COMPANY'S CHINA PROFIT? C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Les entreprises suisses réussissent particulièrement bien en Chine En 2014, les ventes et les bénéfices des entreprises suisses actives en Chine connaissent une accélération

Plus en détail

Promotions économiques régionales

Promotions économiques régionales Le fil rouge pour la création d entreprise Lausanne Région Association de la Région Cossonay - Aubonne - Morges Association de la Région du Gros-de-Vaud INTRODUCTION Ce livret, édité par les trois associations

Plus en détail

Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI

Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI Josef Widmer Directeur suppléant du Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation (SEFRI) Conférence d automne de la formation professionnelle

Plus en détail

Les entités relevant du code de la Sécurité Sociale et du code de la mutualité

Les entités relevant du code de la Sécurité Sociale et du code de la mutualité Sont récapitulées ici les caractéristiques des entités qui doivent obligatoirement nommer au moins un commissaire aux comptes. Les sociétés Coopératives d intérêt collectif pour l accession à la propriété

Plus en détail

1. ACCESS CREDITS PRO Premier réseau national d experts en financement des Entrepreneurs

1. ACCESS CREDITS PRO Premier réseau national d experts en financement des Entrepreneurs Sommaire 1. ACCESS CREDITS PRO Premier réseau national d experts en financement des Entrepreneurs 1.1 Les fondateurs 1.2 Historique 1.3 ACCESS CREDITS PRO, les données clés 1.4 Les agences 2. ACCESS CREDITS

Plus en détail

PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE

PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE Responsables: S. Nahrath, professeur à l IUKB P. Knoepfel, professeur à l IDHEAP THÉMATIQUE ET OBJECTIFS Depuis la mise en place de la politique

Plus en détail

2. Personnel et coût de la main-d œuvre

2. Personnel et coût de la main-d œuvre 2. Personnel et coût de la main-d œuvre Sommaire 2.1 Productivité, motivation et expérience internationale 2.2 Modalités d emploi 2.3 Recrutement 2.4 Niveau des salaires 2. Coût des charges sociales 2.6

Plus en détail

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Votre Entreprise en Suisse Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Thèmes abordés 1. Présentation 2. Premiers pas, le début d un projet 3. Fonder une société en Suisse 4. Gérer

Plus en détail

Rapport de gestion 2014

Rapport de gestion 2014 Rapport de gestion 2014 Table des matières Chiffres clés 4 Editorial 6 Rapport annuel 9 Bilan résumé 20 Compte d exploitation résumé 21 Groupes professionnels affiliés 22 Rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

Relève PME, association à but non lucratif et plate-forme de sensibilisation à la transmission d entreprises, poursuit trois buts principaux:

Relève PME, association à but non lucratif et plate-forme de sensibilisation à la transmission d entreprises, poursuit trois buts principaux: Relais genevois Outils à disposition pour la transmission d entreprise Prestations des membres partenaires Avant-propos Madame, Monsieur, Relève PME, association à but non lucratif et plate-forme de sensibilisation

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants DOSSIER DE PRESSE OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants Pour en savoir plus : www.optimhome-recrutement.com Contact presse : SHAN - Laetitia Baudon-Civet Tél. : 01

Plus en détail

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? PETIT DÉJE JEÛNER DES PME & START-UP séminaire du 23.3.2007 DÉPARTEMENT DES FINANCES Administration

Plus en détail

Gérance. Courtage Rénovations. Administration de ppe

Gérance. Courtage Rénovations. Administration de ppe Gérance Courtage Rénovations Administration de ppe l entreprise Prestations complètes et service personnalisé Gérance pour propriétaire privé et institutionnel, rénovation d immeubles, administration de

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

LE RÉSEAU IMMOBILIER "A DOMICILE"

LE RÉSEAU IMMOBILIER A DOMICILE LE RÉSEAU IMMOBILIER "A DOMICILE" NOUVELLE GÉNÉRATION CONTACT PRESSE : Infinités Communication Virginie SENIZERGUES : virginie@infinites.fr Agnès HEUDRON : agnesh@infinites.fr Tél. : 01 30 80 09 09 Fax

Plus en détail

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI

LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI L engagement du gouvernement est total en matière d amélioration de la compétitivité des entreprises et de l emploi. Le Pacte de croissance

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE ÉLECTIONS RÉGIONALES. Les acteurs économiques de PACA interpellent les principaux candidats aux élections régionales

DOSSIER DE PRESSE ÉLECTIONS RÉGIONALES. Les acteurs économiques de PACA interpellent les principaux candidats aux élections régionales DOSSIER DE PRESSE ÉLECTIONS RÉGIONALES Les acteurs économiques de PACA interpellent les principaux candidats aux élections régionales COMMUNIQUÉ DE PRESSE Marseille, le 26 novembre 2015 ÉLECTIONS RÉGIONALES

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE PROMOTION

CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE PROMOTION CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE PROMOTION 2012 MARNE-LA-VALLÉE / PARIS COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen objectifs Aujourd hui, sous l effet conjugué de la mondialisation

Plus en détail

Un Cabinet de Référence en Droit des Affaires. Le développement international. Une structure souple et toujours à l écoute

Un Cabinet de Référence en Droit des Affaires. Le développement international. Une structure souple et toujours à l écoute Un Cabinet de Référence en Droit des Affaires Créé en 1957 par le Bâtonnier Bernard du Granrut, le cabinet est aujourd hui l un des plus importants cabinets d avocats d affaires indépendants. Nos avocats

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE Contact FENARA 20, boulevard de Grenelle 75015 Tél. : 01 45 77 94 04 info@fenara.org www.fenara.org 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Conseiller/ère en environnement. Cycle de formation 2016/17. Préparation au brevet fédéral. Réalisé par

Conseiller/ère en environnement. Cycle de formation 2016/17. Préparation au brevet fédéral. Réalisé par Conseiller/ère en environnement Cycle de formation 2016/17 Préparation au brevet fédéral Réalisé par Contenu Editorial 3 Conseil et communication en environnement 4 Diplôme et brevet fédéral 5 Structure

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014. COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen

CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014. COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen CYCLE DIRIGEANTS ET CADRES DES TPE ET PME DE SEINE-ET-MARNE 5ÈME PROMOTION 2013/2014 COMMISSION EUROPÉENNE Fonds social européen Les partenaires du cycle La CGPME 77 est le syndicat du patronat réel de

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Cours de préparation au brevet en assurances sociales

Cours de préparation au brevet en assurances sociales Cours de préparation au brevet en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II.

Plus en détail

Management - Direction. Diplôme fédéral d Economiste d entreprise dans les arts et métiers

Management - Direction. Diplôme fédéral d Economiste d entreprise dans les arts et métiers - Direction Diplôme fédéral d Economiste d entreprise dans les arts et métiers Diplôme fédéral d Economiste d entreprise dans les arts et métiers La Formation en bref Titre obtenu: Economiste d entreprise

Plus en détail

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants

OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants DOSSIER DE PRESSE OptimHome recherche des centaines de conseillers en immobilier indépendants Pour en savoir plus : www.optimhome-recrutement.com Contact presse : SHAN - Laetitia Baudon-Civet Tél. : 01

Plus en détail

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement

Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Proposer un parcours professionnel aux opérationnels des sociétés d Aménagement Depuis quelques années la crise du logement entraîne un fort dynamisme de l emploi dans les secteurs de l aménagement et

Plus en détail

Hôtellerie et restauration

Hôtellerie et restauration quels sont vos droits? 2012 Hôtellerie et restauration Vos conditions de travail en un coup d oeil interprofessionnel www.sit-syndicat.ch 16 Rue des Chaudronniers - CP 3287-1211 Genève 3 - tél: 022 818

Plus en détail

La SSO une association qui a du mordant.

La SSO une association qui a du mordant. La SSO une association qui a du mordant. Grâce aux membres de la SSO, patientes et patients ont depuis plus de 125 ans un sourire éclatant. Coup d œil sur la SSO. La Société suisse des médecins-dentistes

Plus en détail

Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional.

Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional. Communiqué de Presse Février 2014 Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional. Que faire ici et maintenant?

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

allégements fiscaux Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) création, implantation et développement d entreprises

allégements fiscaux Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) création, implantation et développement d entreprises Service de la promotion économique et du commerce (SPECo) Ferring Pharmaceuticals Alain Herzog / EPFL allégements fiscaux création, implantation et développement d entreprises Mecaforma Flyer_stage valais.indd

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 Les élections de représentativité pour les salariés des petites entreprises de moins de 11 salariés auront

Plus en détail

PR Manager Conseiller en relations publiques

PR Manager Conseiller en relations publiques Unique en Suisse romande: un diplôme fédéral couplé à un certificat postgrade de la Haute école de gestion de Fribourg tous les 2 ans «Votre ambition est d acquérir et faire valoir des compétences managériales

Plus en détail

ETUDE DE SATISFACTION CLIENTS

ETUDE DE SATISFACTION CLIENTS Enquête 2014 ETUDE DE SATISFACTION CLIENTS LA SÉCURITÉ DU FIXE LA LIBERTÉ DU TEMPORAIRE CONTEXTE Pemsa est une société active dans la gestion et la délégation de personnel dédié aux secteurs de la construction.

Plus en détail

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations

Chapitre 5. La conclusion et les recommandations Chapitre 5 La conclusion et les recommandations 5.1 L introduction Ce chapitre montre les conclusions obtenus à partir de la réalisation de l investigation littéraire ainsi que de la l investigation pratique.

Plus en détail

LE RÉSEAU IMMOBILIER "À DOMICILE"

LE RÉSEAU IMMOBILIER À DOMICILE Dossier de Presse LE RÉSEAU IMMOBILIER "À DOMICILE" NOUVELLE GÉNÉRATION CONTACT PRESSE : Infinités Communication Virginie SENIZERGUES : virginie@infinites.fr Agnès HEUDRON : agnesh@infinites.fr Tél. :

Plus en détail

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors

Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors MLS - Local and Global Marketing Marketing Régional et Mondial Copyright 2015 Miami Association of Realtors Teresa King Kinney CEO Miami Association of Realtors Miami Association of Realtors 40,000 Members

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES

BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES Informaticien-ne de gestion BACHELOR OF SCIENCE APRÈS UNE MPT OU UN DIPLÔME ES LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent

Plus en détail

Arrondissement de Pierrefonds-Roxboro

Arrondissement de Pierrefonds-Roxboro DISCOURS DU BUDGET 2013 La démarche de réforme du financement des arrondissements entamée au début de cette année par monsieur Michael Applebaum président du comité exécutif de la Ville de Montréal et

Plus en détail

Stratégie ALPDS 2012 2015

Stratégie ALPDS 2012 2015 VZLS Verband Zahntechnischer Laboratorien der Schweiz ALPDS Association des Laboratoires de Prothèse Dentaire de Suisse ALPDS Associazione dei Laboratori di Protesi Dentaria Svizzeri Stratégie ALPDS 2012

Plus en détail

Créer son entreprise : quelles sont les démarches légales?

Créer son entreprise : quelles sont les démarches légales? Créer son entreprise : quelles sont les démarches légales? Patrick Schefer Délégué à la promotion économique Vendredi 31 mai 2013 Département Office 30.04.2013 - Page 1 Programme 1. Présentation du (SPEG)

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales

La révision de la CCN 51. en 15 points. Evolution. Adaptation. Masse salariale constante. Marges. Négociations locales La révision de la CCN 51 en 15 points Masse salariale constante Marges Evolution Négociations locales Adaptation Edito Les évolutions importantes des secteurs sanitaire, social et médico-social (adaptation

Plus en détail

Programme de formation

Programme de formation Programme de formation 2012 www.spedlogswiss.com Formation Pour de meilleures perspectives. 1. Il «Les métiers de l expédition ont de l avenir. Avec la globalisation galopante, il faut de plus en plus

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

Zoom. Centre de formation. Apprendre tout au long de sa vie. Nouvelles formations orientées sur la pratique

Zoom. Centre de formation. Apprendre tout au long de sa vie. Nouvelles formations orientées sur la pratique 13 Zoom. Le magazine d information de la Société des employés de commerce La Chaux-de-Fonds Neuchâtel Centre de formation Nouvelles formations orientées sur la pratique Apprendre tout au long de sa vie

Plus en détail