Montréal le 12 juillet 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Montréal le 12 juillet 2013"

Transcription

1 La réforme de l assurance- emploi cause un tort considérable à la production télévisuelle et cinématographique québécoise Mémoire présenté par l Alliance québécoise des techniciens de l image et du son (AQTIS) à la Commission nationale d examen sur l assurance- emploi Montréal le 12 juillet 2013 «La culture, c est la mémoire du peuple, la conscience collective de la continuité historique, le mode de penser et de vivre.» Milan Kundera

2 Table des matières Présentation... 3 On ne s improvise pas technicien... 4 Portrait de la situation... 4 Le rôle de l assurance- emploi dans le développement des industries culturelles... 6 Impacts désastreux de la réforme de l assurance- emploi... 7 Un choix de société... 9 ANNEXE TABLEAU DES EXIGENCES

3 Présentation La Loi sur le statut de l artiste reconnaît l Alliance québécoise des techniciens de l image et du son (AQTIS) comme l association représentant les artisans pigistes dans plus de 126 métiers pour les fonctions liées à la conception, à la planification, à la mise en place ou à la réalisation d une production audiovisuelle. C est en vertu de cette reconnaissance que l AQTIS, qui représente plus de artistes concepteurs, artisans et techniciens actifs au Québec, négocie des ententes précisant les conditions de travail minimales et les avantages sociaux dont ils doivent bénéficier. Des techniciens actifs, plus de sont des membres en règle, les autres sont des permissionnaires, c est- à- dire qu ils commencent dans l industrie, mais ne remplissent pas les conditions d expérience sur les plateaux pour être membres. Voir tableau des exigences en annexe 1. Ces techniciens, 61 % d hommes et 39 % de femmes, sont des travailleurs pigistes qui sont appelés à travailler successivement sur plusieurs télévisuelles, web ou cinématographiques. Dans le cas des messages publicitaires, dont les tournages durant de quelques heures à un maximum de 3 jours, cela peut aller jusqu à quelques dizaines de au cours d une même année Membership AQTIS par tranche d'âge à à à à à à à à à à à à à à 85 Il est important de bien comprendre la façon dont l industrie (cinéma, télévision, Web, messages publicitaires) est structurée pour saisir la portée des modifications récemment annoncées par le gouvernement fédéral. Depuis les premiers balbutiements du cinéma et de la télévision produite et réalisée au Québec, s est bâtie une industrie originale, inventive, capable d innovations, reconnue à l international en raison notamment d une main- d œuvre (artistes et artisans) qualifiée et compétente. 3

4 On ne s improvise pas technicien Un jeune travailleur qui veut entrer dans l industrie doit suivre une formation en lien avec le métier qu il souhaite exercer. Lorsqu il est embauché par un producteur, il s inscrit à l AQTIS comme permissionnaire, statut qu il conservera tant qu il n aura pas suivi un cours d initiation au travail sur les plateaux () et obtenu un nombre de crédits (jours de travail) correspondant aux exigences fixées par département et qui varient selon le métier pour devenir membre. Le nombre minimum est de 90 jours/crédit pouvant aller jusqu à 150 dans le cas de certains métiers comme les monteurs ou les maquilleurs par exemple. De plus, certaines fonctions comme les premiers assistants réalisateurs exigent que la personne ait travaillé comme troisième et deuxième assistants réalisateurs avant de devenir premier. En outre, dans certains départements, notamment pour la caméra et les scriptes, il existe un programme d apprentissage par stage à compléter pour être reconnu dans la fonction. (Voir tableau en annexe) Ce processus de reconnaissance fait en sorte que les techniciens membres de l AQTIS possèdent les compétences et l expérience pour faire leur travail. Ce sont des travailleurs qui se sont engagés et ont fait des sacrifices pour exercer le métier qui les passionne dans un secteur d activité artistique, exigeant et instable. La moyenne de temps requis pour devenir membre reconnu dans une fonction est de cinq ans. Alors, ceux qui prétendent que les techniciens sont interchangeables et qu il est possible d en trouver sans difficulté pour combler un poste sans délai, se trompent. De toute façon quel producteur consciencieux laisserait des milliers de dollars d équipement sophistiqué entre les mains d amateurs? Avec les nouvelles technologies, la valeur du matériel en présence, la complexité des tournages, les effets spéciaux, le 3D, les exigences en santé et sécurité du travail, il est inexact de prétendre qu on peut s improviser technicien du jour au lendemain et satisfaire aux exigences grandissantes des. Portrait de la situation Le bassin de plus de techniciens actifs que nous représentons est donc précieux, il faut leur permettre de continuer à exercer dans les quelque 126 métiers couverts si on veut non seulement pérenniser, mais permettre le développement d une industrie locale solide tout en continuant d attirer des étrangères. D avril 2010 à mars 2013, près de cinématographiques ont reçu des crédits d impôt du gouvernement du Québec, soit autour de 450 par année. À cette aide, s ajoutent celles qui sont financées par la SODEC, Téléfilm Canada et l ONF. En outre, selon le contexte, 5 ou 6 américaines peuvent se réaliser ici par année, elles aussi bénéficient des crédits d impôt. Tout cela contribue à la vigueur de cette industrie qui s est bâtie au fil des ans avec l aide de l État bien sûr, mais qui n en génère pas moins des 4

5 emplois, des retombées économiques et une certaine fierté à Cannes ou aux Oscars. D ailleurs quelle industrie, toutes catégories confondues, peut prétendre ne pas recevoir d aide de l État, de l aéronautique au pharmaceutique sans oublier l énergie, le transport, etc.? Toutes, elles reçoivent d importantes sommes d argent public sous forme d aide ou d incitatifs fiscaux et ce, partout dans le monde. Les féroces batailles que se livrent au quotidien les différentes juridictions pour attirer les investissements directs étrangers (IDÉ) en témoignent éloquemment. Selon l entente qui partage la juridiction syndicale dans le cinéma au Québec, conclue en 2008 et qui se termine en 2014, l AQTIS représente les techniciens œuvrant sur toutes les cinématographiques à l exception de celles produites par les compagnies américaines «major» et celles de plus de 35 M$ qui relèvent d une union américaine. Cependant, les membres de cette union possèdent la double allégeance, c est- à- dire qu ils sont aussi majoritairement membres de l AQTIS. Les deux tiers des techniciens représentés par l AQTIS possèdent le statut de salariés. Une récente décision de la Cour d Appel (le pourvoi en Cour Suprême a été rejeté) a confirmé que les statuts de salariés et de travailleurs autonomes peuvent s appliquer à eux selon leur situation. C est une particularité du Québec puisque dans les autres provinces canadiennes, les techniciens ont le statut de travailleur autonome et ne sont donc pas couverts par l assurance- emploi. C est sans doute ce qui explique que la levée de boucliers contre les modifications au régime a été moins forte en cinéma ailleurs au Canada. En 2012, l AQTIS a couvert les techniciens sur plus de réparties comme suit : Type de production Films Vidéo (TV) Publicité Total Nombre de (%) 15 % 54 % 31 % 100 % En termes de masse salariale des techniciens sous contrat AQTIS, on parle de plus de 100 M$, une donnée relativement stable depuis 2010, qui se répartit comme suit : Type de production Films Vidéo (TV) Publicité Total Masse salariale en % 56 % 36 % 8 % 100 % Non seulement l AQTIS, comme tout syndicat, représente les techniciens pour la négociation des ententes collectives et leur application, mais elle gère aussi un régime d assurance collective et un REER collectif. Les sommes d argent que les producteurs 5

6 prélèvent à ces fins sur la paie des techniciens transitent et sont administrées par l AQTIS avant d être envoyées aux gestionnaires, Croix Bleue et Industrielle Alliance. Cela permet de vérifier que les montants versés aux techniciens et attribués aux différents régimes sont conformes aux ententes. Ces «remises» versées par les producteurs permettent de faire un portrait fidèle de l évolution de la masse salariale qui oscillent autour de 100 M$ annuellement comme le montre le tableau ci- bas. Ce que l on constate en analysant les données, c est qu entre 2011 et 2012, la masse salariale totale a augmenté de 3,8 %, le nombre de a augmenté de 7,8 %. Pourtant le nombre de techniciens a diminué et leur salaire moyen a décru de 1,5 %. Cela veut dire qu il se tourne davantage de avec les mêmes ressources financières, mais cela se réalise en moins de jours, avec moins de monde, des gens payés moins cher pour travailler moins longtemps. D où le caractère critique d un programme de protection économique comme l assurance- emploi! Masse salariale des techniciens AQTIS M$ M$ M$ M$ M$ ANNÉE MASSE SALARIALE M$ Le rôle de l assurance- emploi dans le développement des industries culturelles Les industries culturelles au Québec, un des fleurons de l économie québécoise, bénéficient du soutien de l État. On peut s en réjouir ou s en désoler, mais dans le cas du cinéma et de la télévision, avec un marché de 8 millions d habitants, il ne faut pas s en surprendre. Si le Cirque du Soleil et Céline Dion sont devenus des succès populaires et commerciaux planétaires, c est qu ils sont ouverts au marché anglophone. Pour qu un film québécois en français génère des profits, il faut, qu au delà du succès d estime qu ont obtenu les Arcand, Dolan, Bach, Vallée tant au box- office d ici qu à Cannes ou aux Oscars, que les droits soient achetés et qu une version anglaise soit faite, comme ça a été le cas avec The Grand Seduction qui a séduit Disney! Donc sans un appui public aux, point d industrie. 6

7 Pour ce qui est des équipes de techniciens, il s agit d emplois précaires, à la pige, atypiques, sur appel, mais qui requièrent, comme nous l avons vu, des qualifications et une expérience. Si on veut garder les hauts standards qui sont ceux en vigueur au Québec et qui ont permis non seulement d attirer les producteurs américains, mais de nombreuses co et de stimuler la production locale, il faut permettre à cette main- d œuvre de tirer un revenu décent de son travail. Un travail qui se réalise dans des conditions de flexibilité très particulières : sur appel, très intensif, de longues heures semaine et fins de semaine pour de courtes périodes de tournage, qui demande une grande disponibilité à brève échéance pour quelques jours ou quelques semaines. C est ainsi, qu avec le temps, l assurance- emploi est devenu un programme de soutien du revenu des techniciens aussi essentiel que les crédits d impôt et le financement public direct pour les producteurs. Cependant, cette utilisation du programme par les techniciens va exactement à l encontre de la vision qui anime le gouvernement fédéral dans sa réforme. Alors que ce dernier cherche à traquer les prestataires fréquents pour les obliger à intégrer le marché du travail régulier à temps plein, les techniciens doivent demeurer disponibles en tout temps pour répondre au prochain appel qui est souvent pour le lendemain ou quelques jours plus tard pour un tournage de messages publicitaires ou d émissions de télévision ou de films. L apport de l assurance- emploi à leur revenu est pourtant essentiel puisque si leur taux horaire peut donner l illusion de hauts revenus, le salaire annuel médian des techniciens membres de l AQTIS était en 2012 d environ $/an. De plus, il faut savoir que les deux tiers des membres de l AQTIS qui ont travaillé en 2012 l ont fait pour une période de moins de 100 jours. Cette donnée n inclut pas les tournages faits sous la juridiction de l union américaine, ce qui nous amène à penser que les techniciens travaillent davantage dans leur métier. Cependant il est clair que pour bon nombre d entre eux, leur année de travail compte bien moins que les 240 jours ouvrables dans une année. Impacts désastreux de la réforme de l assurance- emploi Quelques mots sur les impacts désastreux de la réforme en vigueur depuis quelques mois. D abord, l adoption de la réforme a créé un sentiment de panique bien réel chez les techniciens. Jamais l AQTIS n a reçu autant d appels, de courriels et de demandes de renseignements sur un programme, nous avons tenu plusieurs séances d information et mis en ligne des informations sur le sujet. Nous avons aussi attitré un conseiller syndical pour répondre à leurs questions. Un profond sentiment d incompréhension les anime aussi puisque cette réforme remet en cause les fondements même de leur rémunération et du contrat implicite qui voulait que «quand on ne tourne pas, on se cherche un nouveau projet en ayant droit au chômage pour vivre entre les deux.» Sans le revenu d appoint que constituent les prestations d assurance- emploi, pour plusieurs, le monde de la télévision et du cinéma risque de se fermer à tout 7

8 jamais. Avec des revenus annuels autour de $, il est difficile de penser qu il en sera autrement. Cela peut sembler alarmiste, mais il faut savoir qu en périodes creuses, plusieurs techniciens appellent à l AQTIS pour demander de retirer de l argent de leur REER pour joindre les deux bouts. Pour protéger leur revenu de retraite, les membres de l AQTIS ont voté une procédure assez stricte pour réduire les retraits aux situations vraiment critiques. Mais le simple fait qu environ 10 % d entre eux soient suffisamment mal pris et ce, après une évaluation objective faite par l ACEF, pour devoir retirer des sommes d argent accumulées pour leur retraite démontre bien la précarité de leurs conditions professionnelles. Comme la réforme commence à s appliquer et que c est à l usage que l on pourra mieux en mesurer les impacts, il est difficile de tout prédire. Par contre, d ores et déjà, nous avons pu en constater certains effets. Par exemple, un régisseur de plateaux expérimenté habitant à Montréal termine une production et fait une demande d assurance- emploi, il est considéré comme un prestataire fréquent et est donc visé par la réforme. Il reçoit des appels insistants de la part des fonctionnaires pour savoir quelles démarches il a entrepris pour se trouver un emploi en dehors de son métier, il leur explique qu il est en attente pour un film qui doit démarrer dès que les budgets seront octroyés. Cette réponse ne satisfait pas le fonctionnaire qui se met à lui envoyer des offres d emploi en le pressant d aller passer des entrevues. Il se voit alors offrir, sous peine de voir ses prestations diminuer s il refuse, un poste de responsable du matériel audio- visuel au CEGEP de St- Jérôme (à moins de 100 km de son domicile même s il n a pas d auto!). Il a été chanceux, un réalisateur renommé l a engagé sur son film dans les jours qui ont suivi, mais que lui arrivera- t- il la prochaine fois? Et si on pousse plus loin la logique de ce cas, voyons les aberrations auxquelles cela peut conduire. Car, s il avait accepté le poste à St- Jérôme, qu aurait- il fait lors d une offre subséquente de travailler sur un film? Il aurait remis sa démission au CEGEP, forçant une autre ouverture de poste, la formation d un nouvel employé, etc. Des coûts tout à fait improductifs et inutiles pour cet employeur. Mais dans son dossier d assurance- emploi, le fait de quitter de façon volontaire un emploi permanent l aurait pénalisé de façon dramatique en lui enlevant son droit aux prestations et en effaçant les heures travaillées et déjà comptabilisées à son nom pour qualifier une prochaine demande. Ainsi pour l assurance- emploi, il aurait dû repartir à zéro avec la tache à son dossier d avoir exercé un «refus volontaire». Il s agit d une illustration prouvant à quel point cette réforme ne peut s appliquer à ce secteur où le travail est intermittent. D autres exemples s accumuleront certainement dès novembre prochain au moment où le rythme des tournages va ralentir. L effet à moyen et long terme est facilement prévisible, soit les techniciens quitteront l industrie pour ne plus y revenir, ce qui affaiblira un des arguments clé pour attirer ici des tournages étrangers, à savoir la qualité et la disponibilité de la main- d œuvre, soit ils traverseront de graves difficultés financières, feront faillite et se retrouveront à l aide sociale. Quelques- uns s en sortiront, mais pas assez pour que cette industrie fragile continue à se développer et à produire des retombées, il risque alors d y avoir moins de tournages au Québec : les messages publicitaires se feront davantage à Toronto, les co à l étranger ou à Vancouver. Cela affectera grandement l industrie dans son ensemble, une industrie que par 8

9 ailleurs le gouvernement soutient et qui est génératrice de retombées localement et de fierté dans le monde. Un choix de société L AQTIS s est d autant réjouie de la création de cette commission nationale d examen de l assurance- emploi qu elle avait réclamé que le gouvernement fédéral mesure les impacts que risquait de produire sa réforme AVANT de la mettre en application. Cependant, comme le gouvernement fédéral applique intégralement les modifications adoptées et n a aucunement l intention d en moduler les effets pour tenir compte des particularités des industries ou des régions visées, l AQTIS n a d autre choix que de se retourner vers le gouvernement du Québec et de demander la création d un programme de soutien économique pour remplacer ou compléter l assurance- emploi. À l instar du régime québécois d assurance parentale, un programme spécifique au Québec permettrait de reconnaître le caractère particulier et spécifique de nos industries culturelles et d assurer la pérennité de certains secteurs d activité dont le cinéma et la télévision. Déjà en offrant des crédits d impôt et du financement direct à certaines œuvres, l État affirme clairement son appui à la production locale et son désir d attirer ici des tournages d œuvres produites ou coproduites avec l étranger. Ce que l AQTIS affirme aujourd hui, c est que pour continuer dans la voie de ce choix de société, le gouvernement du Québec devra tenir compte de la nécessité d un soutien économique aux artisans qui en sont privés par les récentes modifications à l assurance- emploi. En cinéma comme en télévision, les journées de travail sont longues et exigeantes. Le statut précaire des personnes qui y œuvrent fait en sorte que souvent les techniciens se trouvent en situation financière difficile. Pour pallier cette situation, historiquement leurs syndicats ont mis en place des régimes d avantages sociaux, auxquels contribuent aussi les producteurs, pour leur offrir un filet social décent. Dans ce monde du travail sans ancienneté, sans liste de rappel et où l arbitraire règne, la Loi sur le statut de l artiste permet néanmoins de négocier des ententes avec les producteurs qui prévoient des conditions de travail minimales. Les techniciens se sont aussi donnés, au sein de leur syndicat, des règles d adhésion dans les différentes fonctions suffisamment exigeantes pour garantir la qualité de la main- d œuvre. Ils avaient mis en place un programme de formation qui est géré depuis 2003 par le Regroupement pour la formation en audio- visuel du Québec (RFAVQ), une mutuelle de formation qui administre notamment le 1 % en formation professionnelle et dispense des formations. Bref, cette industrie s est structurée avec le temps, elle est opérationnelle, elle fournit des emplois et génère des retombées économiques importantes, elle offre des conditions décentes à celles et ceux qui y œuvrent, elle rayonne à l étranger grâce en partie à de l argent public. Tout cela est en péril avec la réforme de l assurance- emploi. Si ce programme ne permet plus aux techniciens de combler les revenus manquants entre deux, plusieurs d entre eux devront quitter l industrie. Une érosion de compétences qui va se traduire par un déclin du nombre de étrangères se tournant ici et à 9

10 moyen terme, par la migration de tournages réalisés notamment de messages publicitaires vers Toronto ou la diminution des locales. Il serait vraiment déplorable d assister sans rien faire à un tel scénario. Nous considérons que la commission nationale d examen doit prendre en compte la situation particulière de la production cinématographique et télévisuelle dans les recommandations qu elle formulera au gouvernement du Québec pour que celui- ci soit bien conscient du rôle essentiel que joue l assurance- emploi dans la stabilisation des revenus de la main- d œuvre qui y travaille. Car une chose est sûre, cette réforme de l assurance- emploi met en péril la gestion de la main- d œuvre affectée aux cinématographiques et télévisuelles et à terme, la pérennité de cette industrie. Si Ottawa refuse d entendre nos arguments en faveur de la création québécoise, de l émergence d une cinématographie à l image d un peuple, que fera Québec? Nous ne sommes pas des constitutionnalistes, ni des spécialistes de la gestion de programmes, mais si on se fie à l innovation dont les gouvernements du Québec qui se sont succédé ont fait preuve tant avec le régime d assurance parentale, la formation de la main- d œuvre ou les CPE pour déployer des programmes distincts, respectueux des valeurs de la société québécoise, nous sommes confiants que nos dirigeants politiques prendront toute la mesure des impacts désastreux de cette réforme et agiront pour sauvegarder l industrie télévisuelle et cinématographique du Québec au bénéfice de ses artistes et artisans et de la société dans son ensemble. «On travaille film par film, sans penser qu'on fait du cinéma, sans qu'on l'ait vu se faire. Puis tout d'un coup on se dit : j'ai un passé.» Gilles Carle

11 ANNEXE 1 TABLEAU DES EXIGENCES Département Critères d'adhésion Fonctions Formation Autres spécificités Caméra 140 jours de travail sous contrat AQTIS, 120 jours sur au moins 2 90 jours sur au moins 2 différentes 2e assistant caméra: Programme des apprentis Directeur de la photographie (DOP), Directeur photo VL, Cadreur Caméraman, 1er assistant monteur, Chargeur caméra, Technicien de tête télécommandée, Technicien synchronisateur 24 IMS, Technicien en gestion des données numériques, Opérateur de vidéo- assist et CAMERA 20 jours en tant que permissionnaire et dépôt d'un rapport d'évaluation Coiffure 90 jours - sur 3 Être membre au département caméra 150 jours - sur 2 Photographe de plateau Caméra sous- marine et assistant Chef Coiffeur, Coiffeur, Perruquier, Coiffure d'époque et certificat de plongée sous- marine valide et COIF 3 lettres de référence 11

12 120 jours de travail sous contrat AQTIS à titre de scripte, sur au moins 2 (le maximum de jours cumulables en publicité est de 10 jours sur 120) Scripte Stage d observation de 15 jours et présenter à l'aqtis une lettre attestant le nombre de jours de présence, signée par le monteur Avoir été assistant scripte inscrit au répertoire des membres Continuité 90 jours - sur au moins 2 (en excluant les messages publicitaires). Pour chacun des contrats de plus de 5 jours de travail, l'assistant scripte en formation doit faire remplir une grille d'évaluation par les scriptes côtoyés. e scripte Stages à titre d observateur non rémunéré de 60 jours auprès de scriptes membres de l AQTIS, dont au moins un long métrage et une série. Les scriptes doivent avoir rédigé une lettre d appréciation du/de la stagiaire. Costumes 90 jours - sur 2 Créateur de costumes, Costumier, Coordonnateur de costumes, Habilleur, Styliste, Concepteur de marionnettes, Couturier, Coupeur, Chapelier, Patine, Accessoires 12

13 Éclairage Effets spéciaux Machinistes 90 jours - sur 2 90 jours - sur 2 90 jours - sur 2 90 jours - sur 2 Chef costumier et Chef habilleur Chef éclairagiste et Chef éclairagiste gréeur Best boy éclairagiste et éclairagiste Concepteur d'éclairage, Best boy éclairagiste gréeur, Directeur d'éclairage, Opérateur de console d'éclairage, de projecteur de poursuite, de projecteurs motorisés, de génératrice Coordonnateur d'effets spéciaux Technicien d'effets spéciaux et Chef machiniste GRIP Chef machiniste gréeur Machiniste gréeur, opérateur de chariot caméra, installateur de grue caméra, opérateur de grue caméra et ECLAIR et ECLAIR et MACHINO 13

14 Maquillage Montage 90 jours - sur jours - sur jours - sur 2 Best boy machiniste GRIP et Machiniste grip Concepteur de maquillage, Chef maquilleur, Maquilleur, Maquilleur d'effets spéciaux, Prothésiste maquilleur et Monteur et MACHINO et MAQU AQTIS 102 et MONT- 1 3 lettres de référence Stage de 12 jours en salle de montage avec un monteur membre de l'aqtis avec attestation de stage, signée par le monteur 150 jours - sur 2 90 jours - sur 2 Monteur sonore et en ligne monteur AQTIS 102 AQTIS 102 Post- Montage Réalisation 90 jours - sur jours - sur 2 Vidéographe MP, Infographiste MP et Technicien d'effets spéciaux 1er réalisateur 2e réalisateur AQTIS ASSREAL 2- ASSREAL et MMSC Avoir été 2e assistant réalisateur et stage non- rémunéré de 20 jours Avoir été 3e assistant inscrit au répertoire des membres et stage 14

15 non- rémunéré de 20 jours Réalisation Régie de production 3e réalisateur Directeur de plateau et Coordonnateur de production, de voyages, Secrétaire de production, régisseur plateau, Recherchiste de locations, de production, plateau, camion, câble, Gardien de sécurité, Contrôleur de circulation, Cantinier, Coursier de bureau, de plateau Régisseur de plateau et Coordonnateur de sécurité Régisseur extérieur et 1- ASSREAL et REGI- EXT Effectuer un stage de 20 jours (10 jours pré- production et 10 jours de tournage). Avoir remis un rapport de stage à France LaPerrière 15

16 Régie TV Scénographie- Décors régisseur extérieur Directeur technique, Coordonnateur technique, Machiniste vidéo, Vidéographe, Contrôleur d'images, Opérateur de magnétoscopie, de ralenti, de télésouffleur, Aiguilleur ISO, Aiguilleur et Technicien d'appoint (Télé- réalité) directeur artistique, Dessinateur, Graphiste, multimédia, Maquettiste, Ensemblier, Décorateur de plateau, Coordo, Accessoiriste concepteur, extérieur, Armurier, Chef machiniste, Machiniste plateau TV, décors TV, Coordonnateur de construction, Chef menuisier, et REGI- EXT 16

17 Scénographie- Décors Menuisier, Paysagiste, Peintre scénique, Peintre, Chef accessoiriste extérieur, de plateau, Accessoiriste de plateau, Chef paysagiste, peintre, sculpteur- mouleur, décorateur, maquettiste Son Transport Preneur de son Sonorisateur, au son, Perchiste, Mixeur de son et Bruiteur Coordonnateur de transport coordonnateur de transport et Chauffeur Chauffeur spécialisé et TRAN et TRAN et TRAN Détenir un permis de conduire de classe 5 valide depuis au moins 5 ans et un permis de classe 4B Détenir un permis de conduire de classe 5 valide depuis au moins 5 ans et un permis de classe 4B Détenir un permis de conduire incluant les classes 1 à 6 17

2/EMPLOIS DE CATEGORIE B

2/EMPLOIS DE CATEGORIE B & & 2/EMPLOIS DE CATEGORIE B Contrats à durée déterminée d usage (CDDU) CDI Salaire Salaire Salaire Salaire Salaire minimal minimal Salaire minimal minimal minimal Mensuel hebdomadairmadaire mensuel hebdo-

Plus en détail

2/EMPLOIS DE CATEGORIE B

2/EMPLOIS DE CATEGORIE B 2/EMPLOIS DE CATEGORIE B Contrats à durée déterminée d usage (CDDU) CDI hebdomadaire 35 heures hebdomadaire 39 heures journalier 7 heures journalier 8 heures mensuel 35 heures mensuel 39 heures Mensuels

Plus en détail

Liste relative au champ d application de l Annexe VIII - Production cinématographique

Liste relative au champ d application de l Annexe VIII - Production cinématographique CIRCULAIRE N 2014-04 DU 24 JANVIER 2014 Direction des Affaires Juridiques INSV0022-TPE Titre Liste relative au champ d application de l Annexe VIII - Production cinématographique Objet Avenant n 1 du 16

Plus en détail

ANALYSES DES PROPOSITIONS DU MEDIATEUR

ANALYSES DES PROPOSITIONS DU MEDIATEUR ANALYSES DES PROPOSITIONS DU MEDIATEUR Ce dossier comprend : - Fiche info #01 - Le Médiateur - Infos sur le calcul de salaires proposées par le Médiateur - La grille "B3" - La grille "B2" - La grille "B1"

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3355 Convention collective nationale IDCC : 2717. ENTREPRISES TECHNIQUES AU SERVICE

Plus en détail

Ouvriers, techniciens : secteur d'activité de l'employeur et fonctions occupées

Ouvriers, techniciens : secteur d'activité de l'employeur et fonctions occupées Notice DAJ 168-1 Mise à jour mars 2005 Ouvriers, techniciens : secteur d'activité de l'employeur et fonctions occupées Ouvriers, techniciens : secteur d activité de l employeur Pour relever des dispositions

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26. Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr Syndicat professionnel fondé en 1937 déclaré sous le N 7564 représentatif au niveau professionnel et national conformément à lʼart. L 2121-1 et s. du C.T. Convention collective la Production tographique

Plus en détail

cstj.qc.ca/arts SOURCE

cstj.qc.ca/arts SOURCE cstj.qc.ca/arts SOURCE : Plein feux sur le secondaire, document publié par le MELS, dans le cadre de la semaine des arts. L utilisation du masculin pour désigner les personnes a pour but d alléger le texte

Plus en détail

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26! Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!site : www.sntpct.fr!

Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie 01 42 52 56 26! Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!site : www.sntpct.fr! S.N.T.P.C.T. Adhérent à EURO-MEI Bruxelles 10 rue de Trétaigne 75018 Paris Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de la Production Cinématographique et de Télévision Tél. 01 42 55 82 66 / Télécopie

Plus en détail

Annexe 8 XXXXXXXXXXXXX. Février 2010

Annexe 8 XXXXXXXXXXXXX. Février 2010 Février 2010 XXXXXXXXXXXXX Annexe 8 «Les salariés intermittents du cinéma, de l audiovisuel, de la diffusion TV, radio ou du spectacle relèvent de l application de l annexe 8 au règlement général de l

Plus en détail

EMPLOYEURS. Vous employez des intermittents du cinéma, de l audiovisuel, de la diffusion TV, radio ou du spectacle

EMPLOYEURS. Vous employez des intermittents du cinéma, de l audiovisuel, de la diffusion TV, radio ou du spectacle EMPLOYEURS NOTICE DAJ 804 JUILLET 2008 Vous employez des intermittents du cinéma, de l audiovisuel, de la diffusion TV, radio ou du spectacle Sont concernés par cette notice, les employeurs du secteur

Plus en détail

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL Journal officiel du 5 juin 2014 Arrêté du 30 mai 2014 relatif à l agrément de l avenant n o 3 du 14 janvier 2014 à l annexe VIII au règlement général annexé à la convention

Plus en détail

Annexe 8. Janvier 2011. 1. Production audiovisuelle

Annexe 8. Janvier 2011. 1. Production audiovisuelle Janvier 2011 Annexe 8 L annexe 8 au règlement général de l assurance chômage s applique aux ouvriers et techniciens engagés par des employeurs du cinéma, de la diffusion TV, radio ou du spectacle répertoriés

Plus en détail

MONTANT DU DEVIS H.T:

MONTANT DU DEVIS H.T: 1 MONTANT DU DEVIS H.T: DEVIS ESTIMATIF N : PRODUIT : ANNONCEUR : AGENCE : D.A : REALISATEUR : PRODUCTEUR : NOMBRE DE FILMS : DUREE : MOYENS : DUREE du TOURNAGE : LIEU du TOURNAGE : 1ere DIFFUSION : ACOMPTE

Plus en détail

ANNEXE 8 1. PRODUCTION AUDIOVISUELLE RÉGLEMENTATION POLE-EMPLOI.FR

ANNEXE 8 1. PRODUCTION AUDIOVISUELLE RÉGLEMENTATION POLE-EMPLOI.FR RÉGLEMENTATION ANNEXE 8 L annexe 8 au règlement général de l assurance chômage s applique aux ouvriers et techniciens engagés par des employeurs du, de la diffusion TV, radio ou du spectacle répertoriés

Plus en détail

Tableau de bord statistique du spectacle vivant Partie emploi : Les salariés intermittents du spectacle vivant Données 2011

Tableau de bord statistique du spectacle vivant Partie emploi : Les salariés intermittents du spectacle vivant Données 2011 Tableau de bord statistique du spectacle vivant Partie emploi : Les salariés intermittents du spectacle vivant Données 2011 Les données statistiques Publication mars 2014 L'Observatoire prospectif des

Plus en détail

SPECTACLE VIVANT PRIVÉ ET SPECTACLE VIVANT SUBVENTIONNÉ

SPECTACLE VIVANT PRIVÉ ET SPECTACLE VIVANT SUBVENTIONNÉ L'activité de l'employeur doit être répertoriée dans l'une des 3 catégories suivantes : - 1ère catégorie : les employeurs titulaires de la licence de spectacle et dont l'activité principale est répertoriée

Plus en détail

Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour le spectacle vivant privé

Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour le spectacle vivant privé CIRCULAIRE N 2015-12 DU 1 ER JUILLET 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX007-TPE Titre Liste relative au champ d application de l annexe VIII pour le spectacle vivant privé Objet Avenant n 3 du

Plus en détail

Arrêté du 16 mars 2015 relatif à l'agrément de l'avenant n 2 du 24 oct pplication de l'annexe VIII pour le spectacle vivant privé Legifrance

Arrêté du 16 mars 2015 relatif à l'agrément de l'avenant n 2 du 24 oct pplication de l'annexe VIII pour le spectacle vivant privé Legifrance JORF n 0083 du 9 avril 2015 page 6442 texte n 30 ARRETE Arrêté du 16 mars 2015 relatif à l'agrément de l'avenant n 2 du 24 octobre 2014 à la convention du 14 mai 2014 relative à l'indemnisation du chômage

Plus en détail

Liste relative au champ d'application de l'annexe VIII

Liste relative au champ d'application de l'annexe VIII Liste relative au champ d'application de l'annexe VIII L'annexe VIII au règlement général de l'assurance chômage s'applique aux ouvriers et techniciens engagés par des employeurs relevant de l'article

Plus en détail

Jeux optiques, jeux magiques

Jeux optiques, jeux magiques Jeux optiques, jeux magiques Thaumatrope, praxinoscope, zootrope, folioscope drôles de noms pour ces drôles d objets qui permettent de créer des images qui s animent! Fabrique un thaumatrope et tu verras

Plus en détail

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Mémoire présenté à la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Par l Association canadienne de l enseignement coopératif, comité Québec (ACDEC-Québec) En

Plus en détail

LES METIERS DE L AUDIOVISUEL. «télévision, cinéma & radio»

LES METIERS DE L AUDIOVISUEL. «télévision, cinéma & radio» LES METIERS DE L AUDIOVISUEL «télévision, cinéma & radio» Alors que les métiers de l audiovisuel représentent un large éventail dans le monde d aujourd hui, leur diversité semble toucher tous les secteurs

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Monsieur John Traversy Secrétaire général Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes Ottawa (Ontario) K1A ON2

Monsieur John Traversy Secrétaire général Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes Ottawa (Ontario) K1A ON2 Le 6 août 2012 Monsieur John Traversy Secrétaire général Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes Ottawa (Ontario) K1A ON2 Objet : Réponse à l avis de consultation de radiodiffusion

Plus en détail

La régulation de la main-d œuvre et des conditions de travail dans l industrie de la construction au Québec : un résumé des principaux mécanismes

La régulation de la main-d œuvre et des conditions de travail dans l industrie de la construction au Québec : un résumé des principaux mécanismes La régulation de la main-d œuvre et des conditions de travail dans l industrie de la construction au Québec : un résumé des principaux mécanismes Document préparé à l intention du Chantier sur la saisonnalité

Plus en détail

Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13. Des solutions simples pour vous faciliter la vie!

Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13. Des solutions simples pour vous faciliter la vie! Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13 Des solutions simples pour vous faciliter la vie! Comment attirer et fidéliser un personnel qualifié dans un marché compétitif. Aux yeux des employés,

Plus en détail

Dernière mise à jour : septembre 2014

Dernière mise à jour : septembre 2014 Crédit d impôt remboursable pour la production d enregistrements sonores TABLE DES MATIÈRES Sociétés admissibles..... 1 Reconnaissance d une maison de disques.. 2 Biens admissibles... 2 Enregistrements

Plus en détail

PORTRAIT DE L INDUSTRIE DE LA COMMUNICATION MARKETING AU QUÉBEC

PORTRAIT DE L INDUSTRIE DE LA COMMUNICATION MARKETING AU QUÉBEC Une initiative de En collaboration avec PORTRAIT DE L INDUSTRIE DE LA COMMUNICATION MARKETING AU QUÉBEC ÉTUDE ÉCONOMIQUE RÉALISÉE PAR 10 NOVEMBRE 2015 OBJECTIFS 01 Établir le profil économique afin de

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

DOCUMENT D'INFORMATION À L'INTENTION DES EMPLOYEURS Technologie du génie civil

DOCUMENT D'INFORMATION À L'INTENTION DES EMPLOYEURS Technologie du génie civil DOCUMENT D'INFORMATION À L'INTENTION DES EMPLOYEURS Technologie du génie civil Pour toute demande d information, veuillez contacter : Thierry de Rouville Conseiller ATE 418 589-5707 / 1 800-463-2030, poste

Plus en détail

Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies

Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies Juillet 2013 Table des matières 1 POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 2 PRINCIPES GÉNÉRAUX...

Plus en détail

Programme de formation continue 2012-2013

Programme de formation continue 2012-2013 Programme de formation continue 2012-2013 1. Logiciel d éclairages WISYWIG Présentation Le logiciel Wisywig a été développé spécifiquement par et pour des concepteurs d éclairages. Très performant, il

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Document d information n o 6 sur les pensions

Document d information n o 6 sur les pensions Document d information n o 6 sur les pensions Régimes de pension des milieux Partie 6 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Quand arrive la retraite

Quand arrive la retraite Quand arrive la retraite Régime de rentes du Québec La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit

Plus en détail

Profession. administrateur. de production de films. Christophe MAHÉ-MENANT. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0

Profession. administrateur. de production de films. Christophe MAHÉ-MENANT. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0 Profession administrateur de production de films Christophe MAHÉ-MENANT Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0 Profession administrateur de production de films À cela peuvent venir s ajouter d

Plus en détail

FÉDÉRATION DES CHAMBRES DE COMMERCE DU QUÉBEC

FÉDÉRATION DES CHAMBRES DE COMMERCE DU QUÉBEC Mémoire à la Commission des finances publiques sur le projet de loi no. 39 Loi sur les régimes volontaires d'épargne-retraite FÉDÉRATION DES CHAMBRES DE COMMERCE DU QUÉBEC ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

Plus en détail

Apprentissage. Présenté par : Kim Jefferies

Apprentissage. Présenté par : Kim Jefferies Apprentissage Présenté par : Kim Jefferies 2011 Comment participer à cet atelier au moyen de l ordinateur Comment poser des questions à l animateur Que faire si je ne peux pas entendre Phase 1 : Apprentissage

Plus en détail

FICHE METIER. «Opérateur de prises de vue» Cadreur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Opérateur de prises de vue» Cadreur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Opérateur de prises de vue Version corrigée juin 2011 «Opérateur de prises de vue» APPELLATION(S) DU METIER Cadreur DEFINITION DU METIER L'opérateur de prises de vue assure - sous la responsabilité d'un

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels. Proposition de partenariat public-privé

Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels. Proposition de partenariat public-privé Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels Proposition de partenariat public-privé Résumé En règle générale, les artistes et les autres professionnels

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DU SECTEUR PRIVÉ DU SPECTACLE VIVANT

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DU SECTEUR PRIVÉ DU SPECTACLE VIVANT CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DU SECTEUR PRIVÉ DU SPECTACLE VIVANT IDCC n 3090 Avenant «salaires» En application du Titre VI Grilles des emplois Classification - Salaires 1 Clauses communes

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DU SECTEUR PRIVÉ DU SPECTACLE VIVANT

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DU SECTEUR PRIVÉ DU SPECTACLE VIVANT CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DU SECTEUR PRIVÉ DU SPECTACLE VIVANT IDCC n 3090 Avenant «salaires» En application du Titre VI Grilles des emplois Classification - Salaires 1 Clauses communes

Plus en détail

Sociétés de développement de l industrie des médias de l Ontario

Sociétés de développement de l industrie des médias de l Ontario Sociétés de développement de l industrie des médias de l Ontario Présentation du Crédit d'impôt pour la production cinématographique et télévisuelle ontarienne (CIPCTO) Le 3 mars 2011 Ordre du jour 1.

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Copyright 2005-2009 PVTistes.net Toute reproduction, même partielle, du site est interdite

Copyright 2005-2009 PVTistes.net Toute reproduction, même partielle, du site est interdite Généralités La déclaration d impôt est obligatoire pour toute personne ayant eu des revenus au Canada en 2009 Le statut de PVTiste ne permet pas de récupérer automatiquement ce qui a été prélevé à la source.

Plus en détail

Conditions Minima pour les Danseurs Travaillant à l Étranger

Conditions Minima pour les Danseurs Travaillant à l Étranger Conditions Minima pour les Danseurs Travaillant à l Étranger 2009 Document d Orientation et de Référence de l EuroFIA EURO European Group of the International Federation of Actors Groupe Européen de la

Plus en détail

ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION

ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION ANNEXE 3 ANALYSE D UN DEVIS DE PRODUCTION Analyse d un devis de production Le devis de production, élaboré à partir des besoins du scénario, est un budget prévisionnel de dépenses comprenant la description

Plus en détail

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde)

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde) DE-02-03-04 Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE (autre qu en service de garde) La convention collective et les arrangements locaux S3 2000-2002 Fédération du personnel de soutien

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Règlement du Concours "Filme nous la Comté"

Règlement du Concours Filme nous la Comté Règlement du Concours "Filme nous la Comté" La première édition du concours se tiendra en 2015. Ce dernier est organisé par l'association Club Ciné d'yronde et Buron, loi 1901. Le concours "Filme nous

Plus en détail

«État des syndicats 2011»

«État des syndicats 2011» Questionnaire français Association canadienne Infotravail Sondage de la fête du travail «État des syndicats 2011» ÉTAT DES SYNDICATS 2011 InfoTravail Juillet 2011 - Recherche Nanos Questionnaire français

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

LES FORMATIONS DU DOMAINE DES ARTS

LES FORMATIONS DU DOMAINE DES ARTS LES FORMATIONS DU DOMAINE DES ARTS ATELIERS PREMIERES AVRIL 2014 Schéma des formations supérieures artistiques Formations courtes (bac+2) Points communs BTS et DUT Finalités Rythme de travail Formation

Plus en détail

Titre du projet : Nom de l organisme porteur du projet :

Titre du projet : Nom de l organisme porteur du projet : Formulaire de demande de bourse Volet artistique Titre du projet : Nom de l organisme porteur du projet : Coût total du projet : $ Montant total de la bourse demandée : $ (max : 25 % du coût total du projet

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

Bilan quantitatif Afdas

Bilan quantitatif Afdas Bilan quantitatif Afdas Les entreprises relevant de la plateforme Répartition des entreprises par activité et par département Activités 75 77 78 91 92 93 94 95 Total Laboratoires 2 0 0 0 4 4 1 0 11 Post-production

Plus en détail

double fiscalité attention à la trappe

double fiscalité attention à la trappe 17 Par Kathy Noël double fiscalité attention à la trappe Le Québec est la seule province du Canada où les contribuables doivent produire deux déclarations d impôt. De nombreuses différences découlent de

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

France 3 Bourgogne Franche-Comté

France 3 Bourgogne Franche-Comté Visite de France 3 Le 18 janvier la classe de 3A, en découverte professionnelle, a visité FR3 Bourgogne. Nous avons été accueillis par la personne chargée des relations publiques. Celle-ci nous a présenté

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

La présente circulaire transmet les textes des Annexes VIII et X agréés par arrêté du 15 juin 2011 publié au Journal Officiel du 16 juin 2011.

La présente circulaire transmet les textes des Annexes VIII et X agréés par arrêté du 15 juin 2011 publié au Journal Officiel du 16 juin 2011. CIRCULAIRE N 2012-14 DU 25 MAI 2012 Direction des Affaires Juridiques INSU0011-TPE Titre Publication au journal officiel de l arrêté d agrément des Annexes VIII et X au règlement général annexé à la Convention

Plus en détail

Faire le bon choix. Desjardins & Cie SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes

Faire le bon choix. Desjardins & Cie SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes Desjardins & Cie Faire le bon choix Aide-mémoire à l intention des employeurs Produits d épargne-retraite collective

Plus en détail

FICHE METIER. «Chargé de production» Chargé de production en télévision APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chargé de production» Chargé de production en télévision APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chargé de production «Chargé de production» APPELLATION(S) DU METIER Chargé de production en télévision DEFINITION DU METIER Le chargé de production en télévision gère un ou plusieurs projets de production

Plus en détail

Au cours des prochaines années, plusieurs PME instaureront un régime d épargneretraite pour leurs employés.

Au cours des prochaines années, plusieurs PME instaureront un régime d épargneretraite pour leurs employés. Au cours des prochaines années, plusieurs PME instaureront un régime d épargneretraite pour leurs employés. Simple, économique et flexible, le RRS fait partie des régimes adaptés à la réalité des PME.

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

PROCÉDURES CONCERNANT LE PRÊT DE LA DOCUMENTATION ET DU MATÉRIEL MULTIMÉDIA ET DE LOCAUX SPÉCIALISÉS AU CENTRE DES MÉDIAS

PROCÉDURES CONCERNANT LE PRÊT DE LA DOCUMENTATION ET DU MATÉRIEL MULTIMÉDIA ET DE LOCAUX SPÉCIALISÉS AU CENTRE DES MÉDIAS PROCÉDURES CONCERNANT LE PRÊT DE LA DOCUMENTATION ET DU MATÉRIEL MULTIMÉDIA ET DE LOCAUX SPÉCIALISÉS AU CENTRE DES MÉDIAS * Version du 30 avril 2007 Procédures concernant le prêt de la documentation au

Plus en détail

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires

Numéro : 300. Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Numéro : 300 Excédents, méthodes de calcul - Ligne 7 de la Déclaration des salaires Décembre 2013 Objectif de cette note d orientation... 4 Références légales... 4 Contexte... 5 Historique du calcul hebdomadaire

Plus en détail

LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES

LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES LES ESSENTIELS LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS DU SPECTACLE MÉTIERS EMPLOI & ACTIVITÉ PUBLICS DOSSIERS DOCUMENTAIRES ACTES NOVEMBRE 2005 SOMMAIRE 3 EN RÉSUMÉ 5 LES DEMANDEURS D EMPLOI DES MÉTIERS

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation

Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation Annexe 4 : Déclaration sur l honneur relative à l exécution de la clause sociale flexible en cas de recours à un dispositif de formation Août 2014 Table des matières 1. Le régime d apprentissage jeune

Plus en détail

Fiche Synthèse - Métier 2004

Fiche Synthèse - Métier 2004 Fiche Synthèse - Métier 2004 Métiers des arts et des spectacles ( FAP n 85) Points-clés : Les tensions et les demandes d emploi des personnes handicapées Le marché du travail L emploi Le chômage : caractéristiques

Plus en détail

GUIDE DE DÉMARRAGE - NUBIS

GUIDE DE DÉMARRAGE - NUBIS Version 2.0 Janvier 2015 Guide de démarrage Nubis Table des matières 1. Introduction à Nubis... 2 2. Les configurations de départ... 4 2.1 Assistant de configuration... 4 2.2 Information de l entreprise...

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

AJOUT DE NOM AU REGISTRE PERMANENT DES ÉLECTEURS DE L ONTARIO

AJOUT DE NOM AU REGISTRE PERMANENT DES ÉLECTEURS DE L ONTARIO AJOUT DE NOM AU REGISTRE PERMANENT DES ÉLECTEURS DE L ONTARIO Pour présenter une demande personnelle afin de faire ajouter votre nom au Registre permanent des électeurs de l Ontario, veuillez remplir le

Plus en détail

Fonds TV5. Programme de soutien à la production de webséries. Renseignements généraux

Fonds TV5. Programme de soutien à la production de webséries. Renseignements généraux Fonds TV5 Programme de soutien à la production de webséries 1 er dépôt abrégé : 16 novembre 2015 2 e dépôt pour les projets sélectionnés : 15 février 2016 Grâce à ses contenus uniques et de haute qualité

Plus en détail

Il est temps de réinventer l assurance emploi

Il est temps de réinventer l assurance emploi 1 Conférence IRPP de Diane Bellemare Is it time to reinvent employment insurance? Introduction Au Canada, l assurance chômage a subi plusieurs réformes depuis son adoption en 1940. L objectif du régime

Plus en détail

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca Le 8 juillet 2014 [TRADUCTION] Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca L honorable François Blais Ministère de l'emploi et de la Solidarité sociale 425, rue Saint-Amable 4e étage Québec (Québec) G1R 4Z1

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Activités et Techniques de Communication spécialité techniques de l image et du son Autorité

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

convention collective de la production audiovisuelle

convention collective de la production audiovisuelle convention collective de la production audiovisuelle Texte intégrant les avenants n 1 du 12 février 2007, n 2 du 15 novembre 2007, n 3 du 15 décembre 2008, et l accord CCHSCT du 22 février 2010 IDCC :

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

convention collective de la production audiovisuelle

convention collective de la production audiovisuelle convention collective de la production audiovisuelle Texte intégrant l avenant du 12 février 2007 Table des Matières Préambule Titre I : Champ de la Convention collective de la Production audiovisuelle

Plus en détail

Le Guide des métiers. Multimédia Chargé de composition numérique Concepteur, développeur produits multimédia

Le Guide des métiers. Multimédia Chargé de composition numérique Concepteur, développeur produits multimédia Le Guide des métiers Information Journaliste reporteur d'images Journaliste reporteur/grand reporteur Multimédia Chargé de composition numérique Concepteur, développeur produits multimédia Production Administrateur

Plus en détail

Osez de nouvelles stratégies fiscales

Osez de nouvelles stratégies fiscales Osez de nouvelles stratégies fiscales Plan de présentation Les mythes fréquents au sujet de l «incorporation» Les avantages de s «incorporer» Quelques mises en garde Quelques mythes fréquents Si j ai besoin

Plus en détail

AVENANT N 8 DU 27 FÉVRIER 2014

AVENANT N 8 DU 27 FÉVRIER 2014 MINISTÈRE DU TRAAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONENTIONS COLLECTIES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION AENANT N 8 DU 27 FÉRIER 2014 RELATIF

Plus en détail

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 www.cpaquebec.ca Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA N.B. Il est inutile de présenter une demande

Plus en détail

5.2 Procédure pour l obtention d un trousseau

5.2 Procédure pour l obtention d un trousseau Directive concernant la gestion des accès 1. Considération générale Dans le cadre du remplacement de son système de clés, le Cégep de Sherbrooke en a revu l organisation ainsi que les procédures se rattachant

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers

Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers Nouveaux arrivants au Canada Étudiants étrangers But de la présentation Cette présentation s adresse à vous si vous avez quitté un pays, ou une province ou un territoire du Canada, pour venir vous établir

Plus en détail

La trousse financière pour les nouveaux arrivants. Feuilles de travail

La trousse financière pour les nouveaux arrivants. Feuilles de travail La trousse financière pour les nouveaux arrivants Investissements Feuilles de travail Ottawa Community Loan Fund Fonds d emprunt Communautaire d Ottawa 22 O Meara St., Causeway Work Centre, Ottawa, ON

Plus en détail

Élaborer son. production. En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS

Élaborer son. production. En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS Élaborer son budget de production En coédition avec le BUDGET GÉNÉRAL, RÉPÉTITIONS, COÛT DU PLATEAU, DÉFRAIEMENTS... AVEC DES EXEMPLES COMMENTÉS Édito Conçu par le Pôle juridique du Centre national du

Plus en détail

PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE

PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE Le 21 mai 2013 PROJET DE LOI N 39 LOI SUR LES RÉGIMES VOLONTAIRES D ÉPARGNE-RETRAITE Le gouvernement du Québec a déposé le projet de loi n 39 Loi sur les régimes volontaires d épargne-retraite (le «projet

Plus en détail