Le développement du jeune enfant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le développement du jeune enfant"

Transcription

1 Digest 18 Le développement du jeune enfant Deux documents sur la politique et la programmation de l'unicef prepares par L'UNICEF programme de coopération unesco-unicef paris

2 TABLE DES MATIERES PARTIE A - LE DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT Un document présenté au Conseil d'administration de TUNICEF en I. Le développement du jeune enfant 1 II. Examen des projets relatifs au développement de l'enfant 27 III. Incidences sur les politiques et les mesures 39 Annexe I Annexe II Liste indicative d'activités de stimulation psychosociale pour le jeune enfant 51 Principaux problèmes du développement de l'enfant et liste indicative d'orientations possibles des programmes dans des situations socio-économiques différentes 53 PARTIE B - LA PROGRAMMATION DES SOINS ET DU DEVELOPPE MENT DE LA PRIME ENFANCE Approches complémentaires et Options de Programme 61 I. Cinq approches complémentaires de la stimulation du développement de l'enfant 61 II. III. La prestation d'un service : Soutien des centres de soins et de développement de la prime enfance 67 L'éducation des responsables des soins donnés aux enfants 87 - (i) -

3 Page IV. Le développement communautaire 101 V. Renforcement des ressources et des capacités nationales 107 VI. Action de préconisation 113 RESUME 117 BIBLIOGRAPHIE (11) -

4 PARTIE A LE DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT Un document présenté au Conseil d'administration de 1'UNICEF en 1984 I. LE DEVELOPPEMENT DU JEUNE ENFANT Le développement de l'enfant est un processus dynamique dans lequel il est extrêmement difficile de dissocier les facteurs physiques des facteurs psychosociaux, si ce n'est en termes théoriques. On entend par développement psychosocial le développement cognitif, social et affectif du jeune enfant qui résulte de l'interaction constante entre l'enfant qui grandit et son environnement qui évolue. La mémoire, l'attention, le raisonnement, le langage et la sensibilité ainsi que l'aptitude générale à s'adapter à l'environnement physique et social sont fonction de la maturation biologique du système nerveux et du cerveau. Un minimum de bien-être physique est donc une condition préalable au fonctionnement des facultés mentales. Inversement, les problèmes psychologiques peuvent provoquer de graves troubles physiques et avoir un effet négatif sur la santé et la croissance physique de l'enfant. Le milieu écologique et culturel exerce une influence déterminante sur le développement tant physique que mental. L'interaction entre un enfant et un milieu donné détermine les aptitudes et les facultés qu'il développe et la valeur qui leur est conférée : l'apprentissage des enfants d'agriculteurs de Java-Ouest sera quelque peu différent de celui des enfants de bergers dans 1'altiplano bolivien, et leur groupe social valorisera davantage les compétences qui sont les plus utiles dans le milieu dans lequel ils vivent. De plus, le degré de complexité du groupe social, tel qu'il se manifeste dans ses institutions, son développement économique et ses progrès techniques, déterminera la complexité des aptitudes et des compétences requises

5 Les risques et leurs conséquences Dans un pays en développement pauvre, le jeune enfant est exposé à de multiples dangers. Dans un pays en développement, on ne peut tenir pour acquises ni la satisfaction de besoins aussi élémentaires que le besoin de se nourrir ou de se loger ni l'existence de services sociaux tels que les soins de santé, l'approvisionnement en eau, l'assainissement et l'enseignement. Une grande partie de la population est victime d'une série de circonstances qui peuvent se résumer comme suit : VauvneXt - mojlmx&lctlon p&ndant la. gtioaauie. - mataditi tnaní m.ü 6 b U - maznwouxíon yi^antuli tn.ou.btej> p >y chorno <LUJU> - CAoLt> >anc.< phy quz ex m&ntalz. KuXandía ex ncapacitíi - { aiblz nlvexw d'act vjxi - dtvzjloppejmrvt n^tnádu/i au potuntldi - iojjalí pkoéíiczbjixt é.conom quz à V âge a.dvjütí - pa.umh.iti. On peut mesurer l'ampleur des dangers auxquels sont exposés les enfants des pays en développement à partir de quelques statistiques mondiales pertinentes. Les pays en développement comptent environ 500 millions d'enfants âgés de moins de 6 ans. Le revenu familial est trop faible pour satisfaire les besoins nutritionnels de base de nombre d'entre eux. Ce sont essentiellement ces enfants qui sont également les victimes de plusieurs autres formes de privations, lesquelles mettent gravement en danger leur croissance et leur développement normaux. Pour ne citer que quelques statistiques pertinentes (Rohde, 1983), 40 p. 100 des enfants âgés de moins de 6 ans dans les pays en développement (soit environ 200 millions) souffrent de malnutrition protéino-calorique chronique. Chaque année, près d'un quart des nouveau-nés dans les pays en développement (quelque 17 millions) pèsent moins de 2,5 kilogrammes à la naissance; et la moitié des femmes en âge de procréer (quelque 220 millions) souffrent d'anémie nutritionnelle. On ne dispose pas de données quantitatives ou qualitatives comparables pour les facteurs psychologiques - 2 -

6 et sociaux. Les travaux sur le développement de l'homme, menés pour la plupart dans les pays industrialisés, n'ont pas été d'une grande utilité à cet égard. Les hypothèses théoriques de la psychologie du développement ont privilégié les variables neurologiques et psychologiques ou les facteurs intervenant au sein de la cellule familiale et ont généralement négligé les effets de schémas culturels dominants, l'influence de la famille élargie et de la société ainsi que les problèmes trouvant leur origine dans les structures socio-économiques. Les facteurs biophysiques qui exposent les enfants à des risques n'ont pas non plus suffisamment retenu l'attention. Le manque de renseignements provenant des pays en développement constitue une faiblesse inévitable des résultats des recherches communiqués dans le présent rapport. La promotion du développement psychosocial présuppose une amélioration des conditions influant sur la survie de l'enfant. Parler du développement psychosocial d'un enfant dont la survie physique est menacée n'a guère de sens, mais, c'est aussi une politique à courte vue que de se préoccuper uniquement de la survie de l'enfant et non du développement de son potentiel humain, de la qualité de la vie qu'il mènera et de la contribution qu'il pourra apporter à la société s'il survit. Il faudra donc accorder une attention particulière aux conséquences de la mauvaise santé et de la malnutrition ainsi qu'à l'interaction du développement physique et du développement psychosocial. Evaluation des risques L'identification des facteurs de risque et des groupes vulnérables peut servir de base aux politiques visant à promouvoir le développement mental et social. La notion de risque et l'identification des facteurs de risque et des groupes vulnérables se sont révélées particulièrement utiles pour décrire et analyser l'influence de l'environnement sur le développement de l'enfant, notamment lorsqu'il s'agit de planifier des mesures d'intervention efficaces. Un facteur de risque pour le développement psychosocial de l'enfant pourrait être défini comme suit : - 3 -

7 Une cin.com tance, ou un événement de caractère biologique ou environnemental, important et identifiable, qui anecie Aoit let, hemmej> pendant eut Qtio >&ea >e ou V allaitement, &oix Lei, nouveaunt et le > jeunes en{ antí>, empiche V enfant d' acquérir lej { acultti mentales et lu aptixude níce Aaire à ion adaptation à V environnement ecocultuxel et emble donc indiquer, ta nicuiité d' une prévention ainii que d'une attention et de ioini spéciaux"). Pour que l'identification des facteurs de risque et des groupes vulnérables permette de définir avec précision la politique à suivre et les mesures à prendre, il faut déterminer la fréquence des problèmes de développement et leur gravité quand les enfants sont exposés à des risques. Il faudrait également établir des liens de causalité entre chaque facteur de risque et les problèmes particuliers de développement. Dans la pratique, toutefois, le développement de l'enfant est influencé directement et indirectement par une multiplicité de facteurs biologiques, écologiques et culturels qui agissent les uns sur les autres. Ces influences multiples compliquent l'évaluation du risque et rendent plus difficile l'établissement de liens de causalité spécifiques entre chaque facteur de risque et les problèmes de développement. Néanmoins, il est possible d'identifier des situations dans lesquelles les enfants ont tendance à ne pas se développer normalement et, à partir de là, d'élaborer des politiques et des activités même lorsqu'un rapport précis de cause à effet ne peut être clairement établi. La réduction des risques auxquels sont exposés les enfants pauvres est un élément essentiel du développement de l'enfant. Les aléas du développement de l'enfant ne sont pas répartis également entre tous les groupes sociaux et toutes les régions d'un même pays. La répartition géographique et sociale des services de santé et d'enseignement, le traitement différent réservé aux garçons et aux filles, la répartition de la richesse et des revenus et les pratiques culturelles dominantes sont autant de - 4 -

8 facteurs qui déterminent le type et la gravité des problèmes de développement que connaissent les enfants. Les enfants des groupes sociaux économiquement défavorisés ou marginaux, tels que les minorités ethniques et linguistiques ou les groupes qui vivent dans des régions inaccessibles, sont exposés à de plus grands dangers pour ce qui est de leur développement et moins en mesure de bénéficier des services sociaux qui peuvent exister. Il est peu probable que les inégalités socio-économiques résultant des structures sociales qui existent dans la plupart des pays diminuent sensiblement du fait des activités menées en faveur du développement de l'enfant, sauf peut-être dans les cas où le système sociopolitique général est résolument orienté vers une plus grande justice. Néanmoins, ces inégalités et les obstacles qu'elles opposent au développement des enfants des groupes défavorisés doivent être pris en compte dans les politiques et les programmes en matière de développement de l'enfant. Toute politique visant à réduire les risques pour l'ensemble de la société ne saurait être efficace si elle n'accorde pas une attention particulière aux groupes défavorisés, qui sont les plus vulnérables. Types de risques Grossesse, facteurs prénatals et poids insuffisant à la naissance Une mauvaise nutrition et un mauvais état de santé de la femme enceinte, une vie intra-utérine difficile, un poids insuffisant à la naissance -au-dessous de grammeset des traumatismes infantiles précoces, tous ces éléments peuvent contribuer à l'apparition de problèmes de développement chez l'enfant. En se combinant, ces facteurs entraînent parfois la mort de nourrissons et d'enfants mais le plus souvent ils provoquent des lésions cérébrales de gravité variable qui entraînent, à leur tour,^ différentes formes d'incapacité physique ou mentale (Sameroff et Chandler, 1975). Si l'on manque de données sur la situation sanitaire - 5 -

9 et nutritionnelle de la future mère et sur l'évolution de la grossesse en ce qui concerne les pays en développement, les informations ayant trait au poids insuffisant à la naissance sont toutefois un peu plus nombreuses. Un poids insuffisant à la naissance résultant d'une malnutrition prénatale rend l'enfant vulnérable. Dans TeT pays industrialises, les deux tiers des nourrissons nés avec un poids insuffisant sont en fait des prématurés, alors que les trois quarts des nourrissons présentant les mêmes caractéristiques dans les pays en développement sont nés à terme. Autrement dit, dans les pays en développement, ces bébés souffrent de la malnutrition de leur mère pendant la grossesse. Le pourcentage des enfants ayant un poids insuffisant à la naissance dans ces pays est beaucoup plus élevé qu'en Europe - jusqu'à 25 p. 100 du nombre total des naissances vivantes contre 6 à 9 p (Organisation mondiale de la santé, 1980). Les dangers que ce phénomène représente pour la santé sont bien connus; dans les pays en développement, il est en effet responsable de 30 à 40 p. 100 des taux de mortalité infantile. On dispose de relativement peu de données en ce qui concerne l'influence du poids insuffisant à la naissance sur le développement mental de l'enfant dans les pays en développement mais il est permis de penser que les facteurs sociaux et environnementaux liés au cadre familial dans lequel vit l'enfant déterminent dans une large mesure son évolution ultérieure. Un milieu favorable où les besoins sanitaires et nutritionnels de l'enfant reçoivent l'attention voulue, ne peut que contribuer à ramener l'enfant dans la voie d'un développement sain. Privé de cette attention, l'enfant ne peut surmonter son handicap de santé initial et il est alors très probable que son développement mental en souffrira. Malheureusement, ces mêmes facteurs, étroitement liés à la situation socio-économique de la famille, qui sont la cause du problème, sont aussi un obstacle à sa solution. Une action en ce domaine nécessite la réponse à une double question : premièrement, que faire pour empêcher que les enfants naissent avec un poids insuffisant, en particulier ceux appartenant aux groupes économiquement défavorisés; deuxièmement, comment épargner aux enfants des milieux pauvres, victimes de ce handicap, les difficultés - 6 -

10 qui les empêcheront d'acquérir les aptitudes nécessaires à une bonne insertion dans le milieu socio-culturel. Malnutrition C<w.ence en o go-ez&mín i> Bien que les carences en oligo-éléments (vitamines et minéraux) soient généralement liées à la malnutrition protéino-calorique, il est utile dans certains cas de mettre en oeuvre des programmes spéciaux pour y remédier. Les anémies nutritionnelles débilitantes, qui diminuent, à tout âge, la capacité de travail et affectent la faculté de concentration chez l'enfant et son aptitude à assimiler des connaissances, sont extrêmement répandues. La carence en fer en est la raison principale mais la carence en folate est également importante, notamment chez les femmes enceintes et les jeunes enfants. La carence en iode est largement répandue dans certains pays en développement où elle est souvent cause aussi bien de crétinisme, qui est une forme extrême d'arriération mentale, que de surdi-mudité. Certaines formes moins graves d'insuffisance en iode, lorsqu'elles interviennent en cours de grossesse ou dans les premières années de l'enfance, peuvent être cause de troubles névrotiques légers. Les estimations les plus prudentes situent le nombre de personnes de tous âges qui, à un moment donné souffrent d'insuffisance en iode, à au moins 600 millions (Matovinovic, 1983). L'avitaminose A, très fréquente dans beaucoup de pays en développement, peut, sous sa forme extrême, être cause de cécité (xérophthalmie). De même, le rachitisme (carence en vitamine D) est répandu dans les pays où, comme c'est le cas au Moyen-Orient ou en Chine, les nourrissons ne sont pas exposés au soleil. L'organisme humain possède une extraordinaire capacité d'adaptation qui lui permet de vivre avec de faibles rations de certains éléments nutritifs. Toutefois, il y a des limites précises à cette adaptation et la combinaison de carences multiples peut souvent être à l'origine d'effets synergiques négatifs. La solution réside en général dans un régime alimentaire suffisant et équilibré, même si des efforts supplémentaires sont parfois nécessaires, en cas de carence - 7 -

11 en iode, en fer et en vitamine A ou D. Dans certains cas, les aliments appropriés existent mais ne sont pas consommés en quantité suffisante et il faut prendre des mesures dans le domaine de l'éducation nutritionnelle; toutefois, on ne peut espérer obtenir de résultats significatifs sans tenir compte de la production, de la distribution et de la consommation des produits nutritifs. Simultanément, les activités de stimulation qui aident au développement psychosocial de l'enfant contribuent aussi au succès des programmes visant à améliorer son état nutritionnel. McutnuüvLLLon paottino-catonáque. La malnutrition protéino-calorique est l'un des problèmes nutritionnels et sanitaires les plus répandus dans le monde. Il y a des différences importantes, sur les plans clinique et fonctionnel, entre une malnutrition protéino-calorique légère ou moyenne et une malnutrition grave; cette dernière se traduit, entre autres, par le marasme (insuffisance protéique et calorique généralisée) et le kwashiorkor (insuffisance protéique) et est beaucoup moins répandue que la malnutrition légère ou moyenne. Parmi les populations qui souffrent de malnutrition endémique, on a pu constater un lien systématique entre le retard de croissance et la médiocrité des résultats aux tests permettant d'évaluer le quotient intellectuel ou le quotient de développement et aux mesures des facultés cognitives (faculté de concentration ou aptitude à assimiler des connaissances). Des études sur les effets des compléments nutritionnels administrés aux enfants et aux nourrissons vulnérables dans ce domaine ont montré que ceux-ci exerçaient une action relativement bénéfique sur le développement mental et moteur des enfants jusqu'à l'âge d'environ trois ans. Au-delà, toutefois, cet effet n'était plus perceptible, sauf dans les cas où ces compléments étaient accompagnés d'un effort réel d'éducation des enfants et des mères. Ainsi, à Cali (Colombie), un projet d'intervention en matière de nutrition, à l'intention d'enfants âgés de trois ans et demi à sept ans, souffrant d'une malnutrition légère ou de gravité moyenne, a été mis en oeuvre, associant - 8 -

12 les soins médicaux et les efforts d'éducation (McKay et al., 1978). Le traitement s'échelonnait sur quatre périodes correspondant à l'âge des enfants et deux groupes témoins ont été constitués, l'un choisi dans les mêmes quartiers pauvres sur lesquels portait le projet et l'autre dans un groupe socio-économique à revenu élevé. La journée de traitement type comprenait six heures d'activités intégrées, soit environ quatre heures consacrées à l'éducation et deux heures à la santé, la nutrition et l'hygiène. Les résultats ont montré que l'impact initial du traitement était d'autant plus élevé que l'enfant était jeune au début de l'intervention. De même, les avantages retirés du traitement étaient proportionnels à sa durée. Toutefois, bien que tous les groupes aient tiré des avantages du traitement, on a constaté que ceux-ci diminuaient à mesure que les enfants grandissaient et ce, bien qu'ils aient continué à suivre le programme. Tous les groupes qui en ont bénéficié ont obtenu de meilleurs résultats globaux, en matière de capacité cognitive générale, que le groupe témoin pris dans les mêmes quartiers pauvres mais aucun d'eux n'a atteint les résultats du groupe témoin issu des quartiers à revenu élevé. L'analyse des données relatives à l'afrique, à l'asie et à l'amérique latine montre qu'une malnutrition protéinocalorique grave et chronique au cours des premiers mois de la vie provoque un retard non négligeable du développement mental de l'enfant (Pol 1 itt et Thomson, 1977). Des retards analogues ont été mis en lumière par des études faites une à deux années après la période initiale de malnutrition. Il est toutefois prouvé qu'une malnutrition protéino-calorique précoce grave peut être surmontée. Ainsi, en Jamaïque, grâce à un programme expérimental bien conçu, on est parvenu à des résultats notables en ce qui concerne le développement mental d'enfants souffrant de malnutrition grave et ceci, par la récupération nutritionnelle et un programme de stimulation. Ce programme prévoyait des périodes de jeu pendant le séjour des enfants à l'hôpital puis des visites à domicile par des agents sanitaires des collectivités qui s'attachaient à faire participer les mères aux activités du programme. Au bout d'une année, le groupe traité obtenait les mêmes résultats sur l'echelle de développement de Griffith qu'un groupe témoin composé d'enfants bien nourris et des résultats sensiblement meilleurs que ceux d'un autre groupe - 9 -

13 qui avait bénéficié du traitement hospitalier mais non pas du programme de stimulation à domicile (McGregor et al., 1978 et 1979). Ces résultats sont conformes à l'hypothèse selon laquelle, même en état de traumatisme biologique, l'organisme a la capacité de reprendre la voie d'un développement normal, en particulier au cours des 18 à 24 premiers mois de vie (Scarr-Salapatek, 1976, et McCall, 1981), surtout si ce processus se déroule dans un environnement stimulant. Ce retour à un développement normal est toutefois très peu probable dans les cas où l'enfant reste dans un environnement néfaste qui répond mal à ses besoins biophysiques ou psychosociaux. En résumé, des données relatives aux effets de la malnutrition sur le développement mental de l'enfant et aux efforts tendant a en atténuer les effets négatifs, on peut tirer les conclusions suivantes : (a) Une malnutrition protéino-calorique grave et chronique au cours des premiers mois de la vie a des conséquences à long terme sur le développement de l'enfant. La récupération nutritionnelle suivie d'une stimulation psychosociale à domicile peut aider l'enfant à surmonter son incapacité mentale. Pour ce qui est de la politique sociale, il est évidemment préférable de mettre l'accent sur les mesures préventives afin d'éviter aux enfants une malnutrition protéino-calorique grave et à la collectivité l'intervention coûteuse que cette malnutrition nécessite; (b) Les enfants dont la ration alimentaire correspond à un nombre de calories insuffisant retrouvent un équilibre énergétique en réduisant leurs activités mais les conséquences fonctionnelles de ce processus d'adaptation sont encore inconnues. Cependant, en bas âge et pendant la période préscolaire, l'enfant fait son apprentissage par l'exploration du monde environnant et une baisse de son niveau d'activité peut par conséquent avoir de graves conséquences sur son développement mental;

14 (c) La malnutrition, grave ou moyenne, est étroitement liée à des facteurs négatifs, propres au milieu où vit l'enfant et préjudiciables à son développement mental. Des mesures spécifiques de nutrition ou de stimulation qui ne tiendraient pas compte de facteurs environnementaux tels que l'insalubrité du logement, l'absence de protection familiale normale, l'inadaptation de l'éducation et des taux de mortalité élevés parmi les frères et soeurs (Richardson, 1974 et Richardson et al., 1975) ne pourraient donner, dans le meilleur des cas, que des résultats limités et de courte durée. Allaitement maternel et sevrage L'allaitement maternel a de multiples conséquences sur le développement de l'enfant. Les avantages qu'il représente sur le plan immunologique et nutritionnel sont d'une grande importance pour les pays en développement où les enfants grandissent souvent dans un environnement caractérisé par un bas niveau d'hygiène et de mauvaises conditions sanitaires et où les maladies transmissibles sont très répandues. Cependant, malgré ses effets bénéfiques, l'allaitement maternel tend de plus en plus à être remplacé par l'allaitement artificiel, dans de nombreux pays en développement, et ceci principalement du fait de circonstances socio-économiques qui séparent le nourrisson de la mère allaitante. Les contraintes liées a l'exercice d'un emploi, la malnutrition et la maladie des mères, de même que l'insuffisance de lait maternel, sont les causes essentielles de la régression de ce type d'allaitement, surtout parmi les groupes à faible revenu. Ce sont les pays d'amérique latine qui enregistrent le recul le plus net dans ce domaine, tant en importance qu'en durée. Des pratiques de sevrage peu appropriées et, en particulier, l'insuffisance nutritionnelle des aliments de sevrage (faible valeur énergétique des aliments ou rations trop espacées) et la non-conformité de leur manipulation aux règles de l'hygiène, constituent un problème =très répandu dans les pays en développement où ils provoquent chez un grand nombre de jeunes enfants, des diarrhées débilitantes

15 et un état de malnutrition. Dans l'alimentation du nourrisson, la question de l'âge à partir duquel le lait maternel ne peut plus constituer la seule source d'éléments nutritifs est une question importante. On peut lire dans un rapport que, dans certaines conditions, le lait maternel peut cesser d'être une source suffisante de nutriments dès l'âge de trois mois (Comité des programmes internationaux de nutrition, Conseil national de la recherche, 1983). Le besoin d'éléments nutritifs complémentaires se fait généralement sentir entre quatre et six mois. Les propriétés immunologiques du lait maternel constituent une protection durant toute la période d'allaitement maternel mais, vers la fin de cette période, l'apport calorique et protéique ne permet plus à l'enfant de poursuivre sa croissance et de maintenir un niveau normal d'activité. Il est par conséquent essentiel que l'enfant soit nourri au sein, du moins pendant les premiers mois de son existence, et ceci pour des raisons nutritionnelles, immunologiques et psychologiques. Mais, en même temps, il ne faut pas oublier qu'après quelques mois, l'enfant a besoin d'un apport de suppléments nutritifs. Il importe aussi d'éduquer les mères en ce qui concerne les aliments et les coutumes de sevrage et les règles d'hygiène à respecter lors de la manipulation des aliments destinés à l'enfant. Maladies transmissibles Les maladies transmissibles, lorsqu'elles n'entraînent pas la mort de l'enfant, compromettent son développement mental, en réduisant son énergie et en freinant sa capacité d'assimilation de connaissances et d'interaction avec le monde extérieur. L'impact des maladies infectieuses sur le développement physique des enfants a été examiné sous tous ses aspects, mais les données dont on dispose s'agissant des effets de ces maladies sur le développement mental de l'enfant sont beaucoup plus limitées. D'une étude effectuée à Taïwan, portant sur les rapports entre la maladie durant les six premiers mois de la vie et les résultats obtenus aux tests de motricité et de

16 développement mental, il ressortait que les enfants bien portants étaient nettement en avance sur ceux qui avaient souffert de l'un quelconque ou des deux groupes de maladies ci-après : gastro-entérite et infections des voies respiratoires supérieures (Pollitt, sous presse). Toute infection est en même temps un handicap nutritionnel. On mentionnera à ce sujet la diarrhée qui touche pratiquement tous les enfants dans les pays en développement, avec une moyenne de trois à quatre crises par an. Elle constitue un danger grave pour la santé dans environ 10 p. 100 des cas et est responsable de près d'un tiers de la mortalité infantile. Des crises diarrhéiques répétées freinent l'absorption des éléments nutritifs par l'organisme de l'enfant, ce qui entraîne chez ce dernier, faiblesse, perte de poids, vulnérabilité à d'autres infections et retard de croissance. D'après une étude de la Banque mondiale, la combinaison de ces facteurs est la cause principale du déficit chronique de croissance, tant physique que mental, dont souffrent plus de 200 millions d'enfants déshérités dans le monde (2). Toute action menée en vue d'assurer le développement de l'enfant doit tendre en priorité à protéger ce dernier contre le fléau des maladies transmissibles, c'est-à-dire mettre un terme aux décès prématurés et à prévenir les handicaps physiques et mentaux. Il importe que les gouvernements soutiennent les objectifs et politiques qu'ils se sont fixés par des mesures faisant largement appel aux méthodes existantes, simples et relativement peu coûteuses, telles que la vaccination contre les maladies evitables les plus répandues, la généralisation de la réhydratation par voie buccale pour traiter les maladies diarrhéiques, des pratiques adéquates d'alimentation du nourrisson, l'éducation en matière de santé, d'hygiène et d'assainissement et l'extension des réseaux d'eau potable et de voierie. Le milieu familial La iamitto. en dá.^á.cujltt L'enfant dépend presque entièrement des ^autres pour sa survie et son développement physique et psychologique. Au premier stade de la vie surtout, les soins qui l'entourent

17 sont généralement ceux de ses parents ou de la famille élargie, c'est-à-dire un groupe dont les membres sont apparentés, dans lequel le père et la mère partagent avec d'autres la responsabilité d'élever l'enfant. En tant qu'institution, la famille est, presque toujours, soumise à des pressions de types divers. Pour ne donner qu'un exemple, tant dans les zones urbaines que rurales, les familles subissent de très fortes tensions, de nombreuses zones rurales ne pouvant faire vivre les familles les plus pauvres, qui sont aussi généralement celles qui ne possèdent pas de terres et les villes constituant un pôle d'attraction, en raison des plus grandes possibilités économiques qu'elles semblent offrir. Il en résulte une migration partielle ou complète des familles vers la vie incertaine des taudis et des bidonvilles. Ce processus migratoire a notamment pour conséquence, non seulement de contribuer à l'accroissement démographique naturel, mais aussi d'augmenter le nombre de familles à faible revenu qui s'installent dans les villes où elles survivent très difficilement. D-ûnewAtoit de. a. ^anújülz ex fiang de ncul&aance. Les familles nombreuses diminuent les chances de développement de l'enfant, surtout dans les groupes à faible revenu. En effet, une mère de 40 ans, souffrant de malnutrition et qui a déjà eu six ou sept grossesses, peut difficilement offrir à un nouvel enfant des conditions de vie intra-utérines optimales, comme elle risque de ne pas avoir assez de lait pour le nourrir pendant les six premiers mois. Cet enfant est donc vulnérable avant même d'être né. Il est également probable que la mère aura des difficultés à accorder au nouveau-né l'attention et les soins qu'il requiert du fait de l'attention qu'exigent les autres frères et soeurs, en plus du fardeau que constituent ses nombreuses tâches, ménagères ou autres, telles que le travail de la terre. L'influence du nombre de frères et soeurs sur le développement de l'enfant se traduit, dans sa forme extrême, par la mortalité infantile. Selon des rapports de recherche, à Santiago (Chili) comme à Monterey (Mexique), la mortalité infantile qui était de 40 p naissances vivantes pour

18 le premier né, passait a 90 p pour le cinquième enfant et les suivants (Puffer et Serano, 1973). De nombreuses études portant sur divers pays ont fait ressortir que les familles nombreuses souffraient plus fréquemment de malnutrition et que les derniers nés étaient plus vulnérables dans ce domaine (Gupta et Mwambe, 1976 et Roberts, 1975). Ces données ne prouvent pas nécessairement qu'un grand nombre de frères et soeurs constituent en soi un obstacle au développement physique et mental de l'enfant; en fait, on peut même faire valoir que les familles nombreuses n'ont pas les mêmes problèmes pour élever leurs enfants que les familles nucléaires réduites et que les possibilités d'interaction sociale pendant la croissance de l'enfant y sont plus grandes. Toutefois, la dimension importante de la famille coïncide souvent avec la présence d'un ensemble cohérent de conditions : un faible revenu familial, des naissances rapprochées, un bas niveau d'instruction des parents, des grossesses à un âge trop précoce ou trop avancé et de mauvaises conditions de logement et d'hygiène. CompoA tlon d< ta. ^amwln <it VUJMOJUL dej> mèaza Un environnement susceptible d'être peu favorable au développement du jeune enfant est la famille monoparentale dans laquelle la mère travaille à l'extérieur et dispose d'un revenu qui ne lui permet pas de faire garder son jeune enfant de manière adéquate. C'est malheureusement la situation dans laquelle se trouvent de nombreuses familles dans les grandes agglomérations urbaines des pays en développement et ce nombre croîtra sans aucun doute à l'avenir. Dans un bidonville salvadorien, par exemple, 21 p. 100 des familles se trouvaient dans cette situation en 1975 (Nieves, 1979). Il ne s'agit pas là d'un phénomène exclusivement urbain. En effet, dans certaines régions d'afrique australe on compte jusqu'à un tiers de familles ayant une femme à leur tête. Dans un nombre sans cesse croissant de ménages, les femmes sont le principal soutien économique, voire le seul, en raison notamment de la dissolution des familles, de la migration et du chômage des hommes. Pour évaluer les conséquences que peut avoir le travail des mères sur le développement des enfants, il convient

19 de tenir compte d'un certain nombre de facteurs. Ainsi la diminution du temps que les femmes peuvent consacrer à leurs enfants, notamment pour les alimenter au sein, l'impossibilité, dans certains cas, de concilier les exigences du travail avec les soins à donner aux enfants, en particulier aux nouveau-nés, éventuellement le manque de compétence des persornes à qui sont confiés les enfants et l'absence de services sociaux ou leur mauvaise qualité (voir Engle, 1982) ont des conséquences néfastes. En revanche, grâce à son salaire la mère peut se procurer nourriture et services; en tant que salariée son statut social se trouve rehaussé; outre veiller au bien-être des enfants, elle doit gérer les affaires de la famille et cela lui donne un sentiment accru d'importance et de compétence; enfin les femmes salariées ont tendance à avoir moins d'enfants et à échelonner davantage les naissances. L'expérience tend à prouver que les désavantages découlant du travail des mères sont dus à l'insuffisance de leurs salaires et à l'incompétence des personnes auxquelles elles sont amenées à confier la garde de leurs enfants plutôt qu'au fait même qu'elles travaillent. Education du rnbiu Au cours de ces dernières années on a constaté à maintes reprises que le niveau d'éducation des mères est l'un des facteurs déterminants de la santé, du bien-être et du développement des enfants. Plus de 24 études différentes réalisées dans 15 pays ont confirmé qu'il s'agit bien là d'un facteur clef même pour des familles d'une même classe économique. Dans plusieurs pays latino-américains ayant des niveaux de développement économique très différents, on a noté que la baisse de la mortalité infantile au cours des deux premières années était toujours liée au nombre d'années de scolarisation des mères (figure 1, page 17)

20 Figure 1 Selected Latin American countries: risk of death between birth and two years of age by years of schooling of mother ( ) _1 1 1 L. Yea's o< «nooi'ds o' ^of* Source : FISE/Commission économique pour l'amérique latine, Indicateurs de la situation des enfants en Amérique latine et aux Caraïbes,

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

NUTRITION DES JEUNES ENFANTS AU SENEGAL

NUTRITION DES JEUNES ENFANTS AU SENEGAL NUTRITION EN AFRIQUE Graphiques commentés NUTRITION DES JEUNES ENFANTS AU SENEGAL Résultats de l'eds Sénégal 1992/1993 Macro International, Inc. 11785 Beltsville Drive Calverton, Maryland, U.S.A. Mai 1994

Plus en détail

Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées

Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées Cela commence avec la déclaration des droits du déficients mental ONU résolution 2856 (du 20 décembre 1971)dans laquelle est stipulée entre

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS 16

SITUATION DES ENFANTS 16 SITUATION DES ENFANTS 16 Soumaïla MARIKO et Ibrahim CHAIBOU La convention internationale relative aux Droits de l Enfant du 20 novembre 1989, en son article 3, alinéa 2, stipule que : «tous les États parties

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Aperçu et raison d être du programme d études

Aperçu et raison d être du programme d études Section I Section I - Aperçu et raison d être du programme Aperçu et raison d être du programme d études Contexte Le cours Carrière et vie 2231 s inspire, du point de vue conceptuel, philosophique et pratique,

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE

INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE INFORMATIONS CONCERNANT LES CONDITIONS DU DROIT AUX PRESTATIONS DU PLAN DE RETRAITE SUIVANT LES RÈGLEMENTS TCHÈQUES EN MATIÈRE D'ASSURANCE SOCIALE L'assurance sociale couvre les pensions suivantes : -

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Thèses et exigences de l'initiative des villes: Politique sociale Introduction Dans sa stratégie 2015 "Élargir la politique

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Un profil des familles au Canada

Un profil des familles au Canada Familles Un profil des familles au Canada Il y avait 8,4 millions de familles au Canada en 2001. Les ménages de couples mariés forment la majorité des familles canadiennes. En 2001, 70,4% des familles

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables.

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables. Sommaire Le 18 juin 2003, la Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile

Plus en détail

Projet de réaménagement

Projet de réaménagement Projet de réaménagement De Place L Acadie et de Place Henri-Bourassa Mémoire de Jocelyne Cyr commissaire scolaire Circonscription de Cartierville Commission scolaire de Montréal Déposé le 18 février 2009

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Procédure # 1 (1999)

Procédure # 1 (1999) Procédure # 1 (1999) Gestion du dossier «Demandes de dérogation» 1.0 OBJET DE LA PROCÉDURE Demande de dérogation en vertu des articles 96 et 241 de la Loi sur l instruction publique. 1.1 Admissibilité

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées Septième partie Les cartes pour personnes handicapées 151 CHAPITRE 1 LA CARTE D INVALIDITÉ La carte d invalidité est délivrée à toute personne dont le taux d incapacité permanente est au moins de 80% ou

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle

Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle Mot de Dr. Ray Strand, spécialiste en Médecine nutritionnelle La plupart des gens ne comprennent pas vraiment le concept de médecine nutritionnelle et moins de personnes encore celui de la nutrition cellulaire.

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé

Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/29 Add.1 Point 14 de l ordre du jour provisoire 9 mai 2007 Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le

Plus en détail

Objectif : les interventions de niveau 1 visent, par un soutien matériel ponctuel, à permettre la continuité de la prise en charge des enfants.

Objectif : les interventions de niveau 1 visent, par un soutien matériel ponctuel, à permettre la continuité de la prise en charge des enfants. AIDE AU DOMICILE DES FAMILLES DEVELOPPEE PAR LES CAF - FICHE RECAPITULATIVE DES MOTIFS ET CONDITIONS D'INTERVENTION DE NIVEAU 1 SOUTIEN A LA CELLULE FAMILIALE. DU FAIT D UNE INDISPONIBILITE DE COURTE DUREE,

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments Direction de la Nutrition PLAN Les causes de la malnutrition Les différents types de malnutrition Les déficiences en micronutriments

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Emploi Québec Mauricie L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Août 2003 Plan de la présentation Introduction : la toile de fond Le contexte économique

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Berne, août 2007 Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Document de fond sur l initiative parlementaire

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, 14.06.2006

Mesdames, Messieurs, 14.06.2006 Vaincre la pauvreté et la malnutrition Conférence du 14 juin 2006 à Reims Témoignage de Sœur Luci MORREN Fondatrice de l association nicaraguaienne : SOYNICA Mesdames, Messieurs, 14.06.2006 Je remercie

Plus en détail

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen

L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen La video pour la sensibilisation à la santé 1 Project de pratique efficace en santé publique Sommaire L efficacité de la vidéo pour la sensibilisation à la santé : examen Le mandat de la santé publique

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition»

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Le défi de la sécurité alimentaire et de la malnutrition Ces deux dernières décennies,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité?

Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité? Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité? FAUT-IL SORTIR LES BÉBÉS DES GARDERIES? La qualité des garderies est-elle importante?

Plus en détail

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages

Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages Charte européenne pour la qualité des stages et des apprentissages www.qualityinternships.eu Préambule Etant donné que:! la passage des jeunes des études au marché de l'emploi devient de plus en plus compliqué

Plus en détail

TABAC ET PAUVRETE EN AFRIQUE

TABAC ET PAUVRETE EN AFRIQUE TABAC ET PAUVRETE EN AFRIQUE Mr DAOUDA ELHADJ ADAM Secretaire general Association pour la Defense des Droits des Consommateurs du Tchad (ADC) Coordonnateur Projet d implementation de la CCLAT en Afrique

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

PRATIQUES D ALIMENTATION ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES FEMMES

PRATIQUES D ALIMENTATION ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES FEMMES PRATIQUES D ALIMENTATION ET ÉTAT NUTRITIONNEL DES ENFANTS ET DES FEMMES 8 L'EDSCI-II a collecté des informations relatives aux pratiques d'alimentation des enfants âgés de moins de cinq ans (allaitement

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité (la «Politique»)

Politique en matière d accessibilité (la «Politique») Politique en matière d accessibilité (la «Politique») Le présent document peut être obtenu dans d autres formats au www.lagreatwest.com ou en faisant parvenir une demande à l adresse ombudsman@gwl.ca.

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après.

Lors de sa réunion des 5 et 6 mai 2003, le Conseil a adopté les conclusions du Conseil susmentionnées telles qu'elles figurent ci-après. CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7 mai 003 (.05) (OR. en) 898/03 EDUC 83 RÉSULTATS DES TRAVAUX du: Conseil en date des : 5 et 6 mai 003 n doc. préc.: 8486/03 EDUC 73 + COR (fr) + COR (de) Objet:

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail