Fiche technique sur les actes usuels et non usuels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche technique sur les actes usuels et non usuels"

Transcription

1 Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Introduction Le présent document a vocation dans le cadre de l expérimentation à mieux identifier la place et le rôle de chacun au regard des prérogatives de l autorité parentale. Lorsqu un enfant est confié à l Aide Sociale à l Enfance, il en découle une mise à «distance» plus ou moins importante des parents : en effet, la séparation de l enfant de son milieu familial implique un déplacement de l enfant dans un autre lieu de vie, soit en établissement, soit chez une assistante familiale avec un transfert du droit de garde au service de l Aide Sociale à l Enfance. Le placement s inscrivant souvent dans une optique de maintien, voire de reconstruction du lien en vue d un éventuel retour dans sa famille, les parents conservent la quasi-totalité de leurs prérogatives d autorité parentale et ont un droit de regard sur tous les aspects importants de la vie de leur enfant. Dans ce contexte, les équipes sont confrontées à la nécessité de mieux identifier ce qui relève des actes usuels et non usuels. Cette question a notamment émergé dans le travail partenarial visant à l élaboration d un Protocole de collaboration entre le Département du Nord et de l Inspection Académique : suivi et accompagnement de la scolarisation des enfants confiés à l Aide Sociale à l Enfance. I - Problématique et définitions Dans la pratique, il est impossible que les éducateurs sollicitent à chaque fois les parents pour tous les actes quotidiens de la vie de l enfant. Tous ces actes habituels qui ponctuent la vie de l enfant sont généralement qualifiés d usuels. A l inverse, dès qu une décision importante doit être prise (éducation, santé ), les éducateurs doivent solliciter l accord des parents. On se situe alors dans le champ d un acte non usuel. Définitions : acte non usuel : on considère généralement qu un acte n est pas usuel s il rompt avec le passé ou s il engage l avenir de l enfant. Ainsi, tout choix inhabituel ou important dans la vie de l enfant nécessitera une interpellation systématique des parents. acte usuel : ce sont les actes usuels de la vie quotidienne qui relèvent pour la plupart de l organisation interne du service (entretien et prise en charge quotidienne) et qui s appliquent de la même façon à tous les mineurs sans que les parents interviennent en aucune façon. Le présent document a pour objet de clarifier le champ d action de chaque intervenant dans la vie de l enfant (éducateurs, parents, référents ), en identifiant quels sont les actes qui sont généralement qualifiés d usuels ou de non usuels. Mais cette fiche doit également se lire en complément des dispositions du Schéma Enfance Famille et du Projet d Action Educative qui mettent la priorité sur une implication maximale des parents dans la vie de leur enfant. Ainsi le Projet d Action Educative invite-t-il les parents à participer à des décisions qui relèvent pourtant des actes usuels, comme par exemple les activités scolaires. Ce choix qui dépasse les exigences du cadre légal est délibéré, il s inscrit dans le champ de l évolution des pratiques professionnelles souhaitée par l institution Départementale. L intérêt est de susciter une réflexion dynamique de nos équipes, à savoir dans quelle mesure un acte en apparence banal participe ou non au développement du lien parents/enfants. 1

2 II - Cadre législatif Sur le plan juridique, trois articles tirés du Code civil font explicitement référence à la notion d acte usuel et non usuel. II-1 : Hypothèse où l enfant n est pas confié à un tiers Article du Code Civil : «A l égard des tiers de bonne foi, chacun des «parents» est réputé agir avec l accord de l autre, quand il fait seul un acte usuel de l autorité parentale relativement à la personne de l enfant.» Dans la pratique, les deux parents ne peuvent pas tout décider ensemble. Aussi, cet article illustre la situation d actes usuels qui seraient pris par l un des deux parents, sachant que l autre parent est supposé avoir donné son accord. Le parent qui s opposerait à cet acte peut renverser cette présomption d accord en saisissant le juge aux affaires familiales. II-2 : Hypothèse où l enfant est confié à un tiers Article alinéa 1 du Code Civil «Lorsque l'enfant a été confié à un tiers, l'autorité parentale continue d'être exercée par les père et mère ; toutefois, la personne à qui l'enfant a été confié accomplit tous les actes usuels relatifs à sa surveillance et à son éducation.» Cet article est complété par les 1 er et 2 ème alinéas de l article du Code Civil (modifié par la loi du 5 mars 2007) qui disposent : «Les père et mère de l enfant bénéficiant d une mesure d assistance éducative continuent à exercer tous les attributs de l autorité parentale qui ne sont pas inconciliables avec cette mesure. Ils ne peuvent, pendant la durée de cette mesure, émanciper l enfant sans autorisation du juge des enfants. Sans préjudice de l article et des dispositions particulières autorisant un tiers à accomplir un acte non usuel sans l accord des détenteurs de l autorité parentale, le juge des enfants peut exceptionnellement, dans tous les cas où l intérêt de l enfant le justifie, autoriser la personne, le service ou l établissement à qui est confié l enfant à exercer un acte relevant de l autorité parentale en cas de refus abusif ou injustifié ou en cas de négligence des détenteurs de l autorité parentale, à charge pour le demandeur de rapporter la preuve de la nécessité de cette mesure.» La mesure de protection est une mesure d aide, les parents ne sont pas tenus à l écart des décisions prises pour éduquer leur enfant. Dans l hypothèse où ils refuseraient de prendre une décision indispensable au besoin de l enfant, alors il peut y avoir transfert de la prérogative au juge des enfants. 2

3 Trois situations se présentent dans l application du nouvel article : - la position des parents n est pas celle des éducateurs, mais ils auraient pu légitimement la prendre si leur enfant était chez eux. Dans ce cas, le choix des parents s impose aux éducateurs en application de l article car il n y a rien d incompatible entre leur choix et la prise en charge de l enfant en service éducatif. Ex. : participation à une activité sportive la position des parents est jugée aberrante par les travailleurs sociaux, parce que son exécution risque d être véritablement néfaste pour le mineur. Si les éducateurs n arrivent pas à convaincre les parents de changer d avis dans l intérêt de l enfant, ils doivent alors saisir le juge des enfants qui appréciera la compatibilité du choix parental avec le bon déroulement de la mesure en application de l article du Code civil. les parents refusent leur autorisation de façon abusive ou sont dans l impossibilité de donner ce consentement (absence de nouvelles leur part, état de santé y faisant obstacle) Jusqu à présent dans ces cas de figure, les personnes ayant la garde de l enfant devaient systématiquement demander une ordonnance du juge chaque fois qu un acte était nécessaire. Dans l intérêt de l enfant, la loi du 5 mars 2007 aménage la possibilité de débloquer cette situation et d autoriser l établissement ou le service accueillant l enfant à accomplir des actes non usuels relevant normalement de l autorité parentale. Désormais, le juge des enfants pourra, à titre exceptionnel et pour un acte non usuel déterminé relevant de l autorité parentale, autoriser la personne, le service ou l établissement à qui est confié l enfant à accomplir cet acte sans l accord des détenteurs de l autorité parentale, à plusieurs conditions cumulatives : - lorsque l intérêt de l enfant le justifie ; - en présence de refus abusif ou injustifié ou de négligences des détenteurs de l autorité parentale ; il n est pas nécessaire que ces refus ou négligences mettent en danger l enfant ; - et à condition pour le service gardien de l enfant de rapporter la preuve de la nécessité de la mesure. Cette faculté s exerce sans préjudice de l application de l article du code civil qui permet à la personne à qui l enfant a été confié d accomplir tous les actes usuels relatifs à sa surveillance et à son éducation et des dispositions particulières qui pourraient autoriser un tiers à accomplir un acte non usuel sans l accord des détenteurs de l autorité parentale. 3

4 III - Exemples d actes De nombreux actes dits usuels ou non usuels sont inscrits dans les pratiques professionnelles et répertoriés comme tels dans des ouvrages juridiques faisant référence 1. Actes usuels menu de l enfant pour les repas (à l exclusion du choix de menus spécifiques liés à la pratique d une religion) participation à une activité sportive ou de loisirs qui l intéresse participation à des sorties ou activités scolaires (hors découché) mode de déplacement pour se rendre à l école (à vélo ou à pied). Mode de transport relevant de l assurance responsabilité civile) heure du retour après une sortie autorisée au cinéma visite chez un camarade de classe pour un anniversaire coupe de cheveux d entretien habituelle rencontre entre le mineur et des personnes qu il est amené à côtoyer quotidiennement (autres que les membres de sa famille) Actes usuels qui impliquent la consultation des parents participation aux réunions de parents dans le cadre scolaire consultation des dossiers scolaires Actes non usuels autorisation d une intervention chirurgicale urgente (si parents joignables immédiatement) et non urgente franchissement d une frontière visites du mineur chez des membres de sa famille orientation scolaire orientation dans le choix de la religion de l enfant déplacement scolaire impliquant une nuit à l extérieur choix d un établissement scolaire (public ou privé) vote aux réunions de représentants de parents d élèves mode de déplacement pour se rendre à l école qui implique une assurance spécifique autre que la simple responsabilité civile (mobylette ) participation à des sorties ou activités scolaires entraînant un découché. 1 Michel Huyette, Guide de la Protection Judiciaire de l Enfant, 3 ème édition, Dunod, p

5 Conclusion La distinction entre actes usuels et non usuels permet de mieux définir les responsabilités de chaque intervenant dans la prise en charge de l enfant. Cependant, rien ne justifie dans l immense majorité des cas que soit maintenue une distance parents-enfants. Les référents sociaux sont donc encouragés à associer le plus possible les parents dans le but d éviter le clivage, de leur permettre d exercer les attributs de l autorité parentale compatibles avec la mesure de protection de l enfance et de leur redonner progressivement toutes leurs capacités afin de maintenir une relation de proximité avec leur enfant. 2 2 Michel Huyette, Guide de la Protection Juduciaire de l Enfant, 3 ème édition, Dunod, p

La notion d acte usuel et non usuel dans le cadre de l admission à l aide sociale à l enfance

La notion d acte usuel et non usuel dans le cadre de l admission à l aide sociale à l enfance La notion d acte usuel et non usuel dans le cadre de l admission à l aide sociale à l enfance Etat des définitions actuelles La notion d acte usuel constitue une notion clé de la mise en œuvre de l exercice

Plus en détail

Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité. FICHE TECHNIQUE relative à. A l usage des directeurs d écoles

Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité. FICHE TECHNIQUE relative à. A l usage des directeurs d écoles Division de l Organisation Scolaire et de la Scolarité FICHE TECHNIQUE relative à A l usage des directeurs d écoles Avril 2010 1 Qu est-ce que l autorité parentale? L autorité parentale est un ensemble

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT

INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT Guide Pratique Protection de l enfance INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION DE L ENFANT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger INTERVENIR À DOMICILE POUR LA PROTECTION

Plus en détail

L exercice de l autorité parentale en milieu scolaire

L exercice de l autorité parentale en milieu scolaire L exercice de l autorité parentale en milieu scolaire réalisation : direction générale de l enseignement scolaire, en coopération avec le médiateur de l éducation nationale et de l enseignement supérieur

Plus en détail

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3

Sommaire. Introduction...p 2. Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Sommaire Introduction...p 2 Le 4ème schéma départemental Enfance - Famille - Jeunesse 2011-2015.p 3 Présentation des structures au programme de la journée thématique Enfance-Famille..p 4 Le service éducatif

Plus en détail

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes 1 L école face aux conflits parentaux 2 La coéducation : une complémentarité entre l école et les familles En entrant à l école, l enfant devient un élève ; son père et sa mère deviennent des parents d

Plus en détail

Lyon, le 14 mai 2012. Le Directeur Académique des Services de l Education Nationale

Lyon, le 14 mai 2012. Le Directeur Académique des Services de l Education Nationale Lyon, le 14 mai 2012 Le Directeur Académique des Services de l Education Nationale à Division des élèves Bureau DIVEL 1 Affaire suivie par : B. BRUN - S. CARCIOFI Téléphone : 04.72.80.67.70 04.72.80.67.69

Plus en détail

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.)

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) Les Maisons d Enfants SAINT-JOSEPH et LAMON-FOURNET ont su répondre au besoin d un dispositif éducatif innovant qui met les familles des jeunes confiés en

Plus en détail

Des questions..des réponses

Des questions..des réponses 1 Des questions..des réponses C est quoi le Foyer 150?... 3 Qui travaille au Foyer 150?... 4 Pourquoi est-on placé au Foyer 150?... 4 Comment arrive-t-on au Foyer 150?...... 5 Première étape : contact

Plus en détail

DIRECTION DU DEVELOPPEMENT SOCIAL SERVICE ENFANCE - FAMILLE DEVENIR ASSISTANT FAMILIAL

DIRECTION DU DEVELOPPEMENT SOCIAL SERVICE ENFANCE - FAMILLE DEVENIR ASSISTANT FAMILIAL DIRECTION DU DEVELOPPEMENT SOCIAL SERVICE ENFANCE - FAMILLE DEVENIR ASSISTANT FAMILIAL 2011 La profession d assistant familial est définie par l article L.421-2 du Code de l action sociale et des familles

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Boulevard Weygand 14000 CAEN 02 31 85 62 33.

REGLEMENT INTERIEUR. Boulevard Weygand 14000 CAEN 02 31 85 62 33. -1- COMITE D ENTREPRISE DE LA CPAM DU CALVADOS REGLEMENT INTERIEUR Boulevard Weygand 14000 CAEN 02 31 85 62 33. cecpamcaen@orange.fr Approuvé à l unanimité lors de la séance plénière du 4 décembre 2012

Plus en détail

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ

L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ Guide Pratique Protection de l enfance L ACCUEIL DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT PROTÉGÉ grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger L ACCUEIL DU MINEUR ET DU JEUNE MAJEUR Ce

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

L autorité parentale. Parents séparés, familles. Le droit de l autorité parentale a été profondément bouleversé. Il découle désormais QUESTIONS SUR

L autorité parentale. Parents séparés, familles. Le droit de l autorité parentale a été profondément bouleversé. Il découle désormais QUESTIONS SUR N 11 SEPTEMBRE 2015 QUESTIONS SUR RÉDIGÉ PAR LE SNUIPP-FSU ET LE CABINET D AVOCATS SEBAN & ASSOCIÉS L autorité parentale Parents séparés, familles recomposées, monoparentales ou homosexuelles... la composition

Plus en détail

Département de la Somme

Département de la Somme Fonds départemental RESTAURATION SCOLAIRE ECOLE DU PREMIER DEGRE «Maternelle et primaire» Département de la Somme Direction de la Cohésion Sociale Pôle Gestions des Allocations et des Aides Nathalie MONTJOIE

Plus en détail

Règlement intérieur 2013 Service de restauration scolaire

Règlement intérieur 2013 Service de restauration scolaire Règlement intérieur 2013 Service de restauration scolaire La ville de Beaucourt organise un service restauration scolaire pour les enfants scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires de notre

Plus en détail

I- Modalités d application de la condition de résidence

I- Modalités d application de la condition de résidence @ POINT CMU N 73 Le 2 août 2007 I- Modalités d application de la condition de résidence Le décret n 2007-354 du 14 mars 2007 modifie les modalités de vérification de l effectivité de la condition de résidence

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

LE PROJET POUR L ENFANT

LE PROJET POUR L ENFANT Groupe d appui pour accompagner la réforme de la protection de l enfance LE PROJET POUR L ENFANT Fiche technique Mars 2010 Pour accompagner la mise en œuvre de la loi réformant la protection de l enfance

Plus en détail

P C ERMIS DE ONDUIRE. Les aides financières d'action sociale

P C ERMIS DE ONDUIRE. Les aides financières d'action sociale P C ERMIS DE ONDUIRE Les aides financières d'action sociale SOMMAIRE PRÉAMBULE GÉNÉRAL... 1 AIDES FINANCIÈRES INDIVIDUELLES AUX FAMILLES PRÉAMBULE AUX AIDES FINANCIÈRES INDIVIDUELLES AUX FAMILLES.. 5 LES

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 : ENTREE EN VIGUEUR DU PRESENT REGLEMENT

REGLEMENT INTERIEUR. Article 1 : ENTREE EN VIGUEUR DU PRESENT REGLEMENT Direction Enfance et Vie Scolaire REGLEMENT INTERIEUR GARDERIES PERISCOLAIRES et RESTAURATION SCOLAIRE Article 1 : ENTREE EN VIGUEUR DU PRESENT REGLEMENT Le présent règlement s applique à compter du premier

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL ARTICLE 1 FONCTIONNEMENT

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL ARTICLE 1 FONCTIONNEMENT REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL L accueil collectif de mineurs intercommunal est une action dépendante de la Communauté de Communes Epte-Vexin-Seine. Habilité par le ministère

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Service d investigation, d orientation et d action éducative. SIOAE La Courneuve / Aulnay

Service d investigation, d orientation et d action éducative. SIOAE La Courneuve / Aulnay Service d investigation, d orientation et d action éducative SIOAE La Courneuve / Aulnay Le SIOAE La Courneuve / Aulnay a été missionné par le Tribunal pour enfants de Bobigny pour exercer une des trois

Plus en détail

En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014, la législation du crédit-temps sera modifiée à partir du 01.01.2015.

En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014, la législation du crédit-temps sera modifiée à partir du 01.01.2015. Direction réglementation Interruption de carrière / crédit-temps Communication Date 29.12.2014 Modification de la réglementation du crédit-temps En application de l accord de gouvernement fédéral du 09.10.2014,

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL

LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL LIVRET D ACCUEIL DU STAGIAIRE AU MULTI-ACCUEIL Vous allez effectuer un stage dans notre structure. Ce livret d accueil a été rédigé pour vous souhaiter la bienvenue et vous donner quelques informations

Plus en détail

Maison d Enfants. Les Pléiades. Livret d accueil

Maison d Enfants. Les Pléiades. Livret d accueil Maison d Enfants Les Pléiades Livret d accueil Bienvenue aux Pléiades Bonjour, Vous allez séjourner dans l un des établissements de l Association des Dames de la Providence. Ce livret a été conçu à votre

Plus en détail

Situation évoquée Critères cumulatifs d admission au séjour Pour quel titre de séjour? Parents d enfants scolarisés (pages 4 et 5 de la circulaire)

Situation évoquée Critères cumulatifs d admission au séjour Pour quel titre de séjour? Parents d enfants scolarisés (pages 4 et 5 de la circulaire) LES MODIFICATIONS APPORTÉES PAR LA CIRCULAIRE VALLS DE NOVEMBRE 2012 «Conditions d examen des demandes d admission au séjour déposées par des ressortissants étrangers en situation irrégulière dans le cadre

Plus en détail

Maison de l Enfance et de la Famille Métropole Roubaix - Tourcoing 35, rue Charlie Chaplin - 59100 Roubaix Tél. 03.20.80.71.98 - Fax : 03.20.80.05.

Maison de l Enfance et de la Famille Métropole Roubaix - Tourcoing 35, rue Charlie Chaplin - 59100 Roubaix Tél. 03.20.80.71.98 - Fax : 03.20.80.05. Maison de l Enfance et de la Famille Métropole Roubaix - Tourcoing 35, rue Charlie Chaplin - 59100 Roubaix Tél. 03.20.80.71.98 - Fax : 03.20.80.05.39 - roubaix@epdsae.fr www.epdsae.fr La Maison de l Enfance

Plus en détail

Pacte adjoint Mode d emploi. Comment bien remplir le pacte adjoint et le bulletin de souscription du contrat d assurance vie ou de capitalisation?

Pacte adjoint Mode d emploi. Comment bien remplir le pacte adjoint et le bulletin de souscription du contrat d assurance vie ou de capitalisation? Pacte adjoint Mode d emploi Comment bien remplir le pacte adjoint et le bulletin de souscription du contrat d assurance vie ou de capitalisation? Mode d emploi du don manuel Ce mode d emploi a été conçu

Plus en détail

Ateliers Santé Ville de Marseille

Ateliers Santé Ville de Marseille Ateliers Santé Ville de Marseille QUESTIONS-REPONSES SUR LES DROITS A LA COUVERTURE MALADIE Dernière mise à jour : 30 janvier 2008 Ce document est destiné aux professionnels concernés par les questions

Plus en détail

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs)

7Les droits sociaux. Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) 7Les droits sociaux Les droits sociaux Les aides sociales (dont les aides ponctuelles et la protection des jeunes majeurs) Les droits économiques Généralement à 18 ans, et parfois pour une durée plus ou

Plus en détail

Les Sablons. Maison d Enfants à Caractère Social et Familial non traditionnelle. Protéger, éduquer, restaurer, construire, accompagner.

Les Sablons. Maison d Enfants à Caractère Social et Familial non traditionnelle. Protéger, éduquer, restaurer, construire, accompagner. Les Sablons Maison d Enfants à Caractère Social et Familial non traditionnelle Protéger, éduquer, restaurer, construire, accompagner. Depuis plus de 80 ans, l association Les Nids protège les enfants en

Plus en détail

15/12/2010 APRE Désignation de l aide Critères d éligibilité Plafonds Observations Justificatif à produire LOGEMENT

15/12/2010 APRE Désignation de l aide Critères d éligibilité Plafonds Observations Justificatif à produire LOGEMENT APRE LOGEMENT -Aides au déménagement d une durée minimum de 6 mois à temps plein, - 1500 euros pour les DE non éligibles à l aide de Pôle Emploi. - Aides à l entrée dans les lieux : abonnements aux énergies,

Plus en détail

Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs. Elleboudt Laetitia

Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs. Elleboudt Laetitia Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs 2008 Elleboudt Laetitia La nouvelle Loi relative aux droits des volontaires A qui, à quoi et où s applique la nouvelle loi? Quel traitement fiscal pour

Plus en détail

Règlement du restaurant scolaire

Règlement du restaurant scolaire DEPARTEMENT DE LOIR-ET-CHER REPUBLIQUE FRANCAISE ARRONDISSEMENT DE BLOIS COMMUNE DE SAINT GERVAIS LA FORET Règlement du restaurant scolaire Le présent règlement concerne l organisation du restaurant scolaire.

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : [ ] AVANT-PROJET DE LOI Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale L article 372-2 du code civil

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis.

«CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris. Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04. http://www.clair-logis. «CONTRAT DE SEJOUR» Maison d'enfants Clair Logis 5, square Lamarck 75018 Paris Tel : 01 53 41 82 50 Fax : 01 42 54 82 04 http://www.clair-logis.org/ 1 CONTRAT DE SEJOUR L établissement «Maison d Enfants

Plus en détail

PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL

PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL PLACEMENT avec MAINTIEN PRIORITAIRE en MILIEU FAMILIAL PRESENTATION DU SERVICE Chef de service : Frédéric Beyssac Tel : 06 32 12 32 28 Accueil de 12 enfants et/ou adolescents (+ suivi du service de placement

Plus en détail

Sauvegarde de l Enfance de Tarn-et-Garonne D ACCUEIL. Service d action éducative en milieu ouvert

Sauvegarde de l Enfance de Tarn-et-Garonne D ACCUEIL. Service d action éducative en milieu ouvert Sauvegarde de l Enfance de Tarn-et-Garonne LIVRET D ACCUEIL Service d action éducative en milieu ouvert Montauban Novembre 2004 La personne bénéficiaire de prestations ou de services a droit à une information

Plus en détail

Chapitre Ier : Principes généraux

Chapitre Ier : Principes généraux 1 sur 5 22/11/2012 11:36 Chemin : Code de la santé publique Partie législative Première partie : Protection générale de la santé Livre Ier : Protection des personnes en matière de santé Titre II : Recherches

Plus en détail

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange

Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire et d Accueil Périscolaire de la Ville de Jarvillela-Malgrange Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 054-215402744-20140619-N6-19-06-2014-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 26/06/2014 Règlement Intérieur des Services de Restauration Scolaire

Plus en détail

Foyer saint Michel. Chemin saint Michel- 76400 Fécamp. Foyer Saint Michel. Chemin Saint Michel 76400 FECAMP

Foyer saint Michel. Chemin saint Michel- 76400 Fécamp. Foyer Saint Michel. Chemin Saint Michel 76400 FECAMP Contrat De SEJOUR Concernant le (la) mineur(e) : Foyer saint Michel Chemin saint Michel 76400 Fécamp Foyer Saint Michel Chemin Saint Michel 76400 FECAMP email : direction@foyersaintmichel.fr Site : www.foyersaintmichel.fr

Plus en détail

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES DIRECTIVES RELATIVES À L'EXAMEN PRATIQUÉ À L'OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) SUR LES MARQUES COMMUNAUTAIRES PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3

Plus en détail

Ce dossier d admission doit être retourné dûment rempli (y compris les pièces complémentaires jugées utiles) :

Ce dossier d admission doit être retourné dûment rempli (y compris les pièces complémentaires jugées utiles) : Ce dossier d admission doit être retourné dûment rempli (y compris les pièces complémentaires jugées utiles) : Par courrier à l adresse suivante : CEP/ITEP 1 rue de Vassoigne 08140 BAZEILLES Ou par fax

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

9 e journées régionales de formation des personnels des SESSAD SESSD SSAD SAFEP SSEFIS SAAAIS

9 e journées régionales de formation des personnels des SESSAD SESSD SSAD SAFEP SSEFIS SAAAIS 9 e journées régionales de formation des personnels des SESSAD SESSD SSAD SAFEP SSEFIS SAAAIS I Un référent explicite - la philosophie d'égalité sociale 1960 le courant de pensée dit d'égalité SOCIALE

Plus en détail

Le recrutement d un jeune mineur pour un job d été

Le recrutement d un jeune mineur pour un job d été Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 26.13 26/07/2013 Le recrutement d un jeune mineur pour un job d été Les règles à respecter A l approche de l été, il est fréquent que les

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

STATUTS* APPROUVÉS LORS DE

STATUTS* APPROUVÉS LORS DE STATUTS* APPROUVÉS LORS DE Association Lucé Espace S p o r t i f S c i e n t i f i q u e Culturel d Animations d e L o i s i r s E d u c a t i f s L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DU 9 MARS 2013 (*Modifiant

Plus en détail

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE

LA FONCTION DES MANDATAIRES DE JUSTICE avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 ÈME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L ESPRIT DE LA LOI L utilisation de l isolement et de la contention est encadrée par l article

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR MEDIATHEQUE CONDORCET BIBLIOTHEQUE MONTESQUIEU LUDO BIBLIOTHEQUE EMILE-BAYARD

REGLEMENT INTERIEUR MEDIATHEQUE CONDORCET BIBLIOTHEQUE MONTESQUIEU LUDO BIBLIOTHEQUE EMILE-BAYARD REGLEMENT INTERIEUR MEDIATHEQUE CONDORCET BIBLIOTHEQUE MONTESQUIEU LUDO BIBLIOTHEQUE EMILE-BAYARD Préambule La Médiathèque Condorcet, la Bibliothèque Montesquieu et la Ludo-Bibliothèque Emile-Bayard sont

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l inclusion sociale,

Plus en détail

REGLEMENT SERVICE ENFANCE DE LA VILLE DE SAINT-PRIX

REGLEMENT SERVICE ENFANCE DE LA VILLE DE SAINT-PRIX REGLEMENT DU SERVICE ENFANCE DE LA VILLE DE SAINT-PRIX 1 SOMMAIRE I- Modalités d inscription 1- Dossier administratif 2- Réservation des jours de présences A- Pour les mercredis : 2 modes de réservation

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

STATUT LE TEMPS PARTIEL

STATUT LE TEMPS PARTIEL STATUT LE TEMPS PARTIEL Fiche statut 24 août 2012 Références: - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale - Ordonnance n 82-296 du 31

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

Dép. 10 «Placement Hors les Murs»

Dép. 10 «Placement Hors les Murs» Dép. 10 «Placement Hors les Murs» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le «Placement Hors les Murs» -PHOM- s est mis en place en mars 2005, à titre expérimental sur l agglomération

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. Pour la signature du contrat, la personne accueillie ou son représentant légal, peut être accompagnée de la personne de son choix.

CONTRAT DE SEJOUR. Pour la signature du contrat, la personne accueillie ou son représentant légal, peut être accompagnée de la personne de son choix. Contrat de séjour version 8 - page 1 sur 6 CONTRAT DE SEJOUR Le contrat de séjour définit les droits et les obligations du Lieu de Vie et d Accueil (LVA) et de l accueilli avec toutes les conséquences

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

ACCUEIL DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT MUNICIPAL 3 / 11 ANS VILLE DE LORGUES ANNÉE 2015-2016 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

ACCUEIL DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT MUNICIPAL 3 / 11 ANS VILLE DE LORGUES ANNÉE 2015-2016 RÈGLEMENT INTÉRIEUR ACCUEIL DE LOISIRS SANS HÉBERGEMENT MUNICIPAL 3 / 11 ANS VILLE DE LORGUES ANNÉE 2015-2016 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Article 1 Présentation L accueil de loisirs accueille les enfants scolarisés de 3 à 11 ans

Plus en détail

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70 Ce chapitre concerne la prévention et la protection de l enfance, avec la présentation de deux dispositifs complémentaires et qui s articulent entre eux : la protection administrative et la protection

Plus en détail

Les prérogatives du mineur sur sa santé

Les prérogatives du mineur sur sa santé 5e Rencontres médico-juridico-sociales autour de l enfant Protection de l enfance et santé Les prérogatives du mineur sur sa santé Claire Quennesson - Doctorante CERFAP Introduction Mineur Personne âgée

Plus en détail

annexe III supports en unités de compte

annexe III supports en unités de compte annexe III supports en unités de compte * La performance de l unité de compte sélectionnée est nette de ces frais de gestion. La somme maximum des frais est égale, d une part, au cumul des frais de gestion

Plus en détail

QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES. Enfance & Jeunesse

QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES. Enfance & Jeunesse Commune en partenariat avec la CAF de Villefranche-sur-Saône QUESTIONNAIRE POUR MESURER LES ATTENTES DES FAMILLES Enfance & Jeunesse OBJECTIF : Mesurer les attentes des familles en matière d offre de service

Plus en détail

REGLEMENT (délibération du Conseil municipal n 15-265 du 19 juin 2015)

REGLEMENT (délibération du Conseil municipal n 15-265 du 19 juin 2015) REGLEMENT (délibération du Conseil municipal n 15-265 du 19 juin 2015) MODALITES D INSCRIPTION, DE RESERVATION ET DE FACTURATION DES PRESTATIONS : - Temps du matin, Temps du midi, Temps du soir - Temps

Plus en détail

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur,

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur, Fiche n 4 Procédure de licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi dans les entreprises en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire Les entreprises en procédure

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA DÉCLARATION DOMICILIAIRE n LC 141 Novembre 2004 - 3 - LA DÉCLARATION DOMICILIAIRE Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

Garde des enfants et droit de visite

Garde des enfants et droit de visite Garde des enfants et droit de visite Lorsque vous ne vivez plus ensemble en famille Conna tre vos droits et vos responsabilités concernant votre enfant Begin a better ending Commencer une meilleure fin

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau couverture maladie universelle

Plus en détail

Réintégration sur poste Poste protégé pendant la durée du congé. Réintégration sur poste Poste protégé pendant la durée du congé

Réintégration sur poste Poste protégé pendant la durée du congé. Réintégration sur poste Poste protégé pendant la durée du congé TRANSPOSITION AUX MAITRES CONTRACTUELS ET AGREES A TITRE DEFINITIF DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT PRIVES DUREE 1 Congé de maladie ordinaire Durée maximale 12 mois 2 Congé pour accident de service, de

Plus en détail

ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS (ACM) ANNEE 2014 N d habilitation J&S 0130224-CL-0001-13 REGLEMENT INTERIEUR * * * ASSOCIATION «CHEMIN FAISAN»

ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS (ACM) ANNEE 2014 N d habilitation J&S 0130224-CL-0001-13 REGLEMENT INTERIEUR * * * ASSOCIATION «CHEMIN FAISAN» ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS (ACM) ANNEE 2014 N d habilitation J&S 0130224-CL-0001-13 REGLEMENT INTERIEUR * * * ASSOCIATION «CHEMIN FAISAN» 13890 MOURIES L accueil collectif de mineurs (ACM) est un service

Plus en détail

Le Crédit-temps en 2015

Le Crédit-temps en 2015 NOTE SERVICE D ETUDE Le Crédit-temps en 2015 OCTOBRE 2015 P A TRICIA DE MARCHI CONSEILLÈRE CONCI LIA TI ON VIE PRIVEE ET P ROFESSIONNELLE E T F IN DE CARRIERE Table des matières 1. Préambule... 2 2. Le

Plus en détail

Accueil Collectif de Mineurs. Règlement intérieur

Accueil Collectif de Mineurs. Règlement intérieur Accueil Collectif de Mineurs Règlement intérieur L accueil collectif de mineurs est géré par la Mairie de Vouziers, représenté par son Maire, Monsieur Yann Dugard, par son adjointe déléguée aux affaires

Plus en détail

Service Périscolaire Elémentaire

Service Périscolaire Elémentaire Service Périscolaire Elémentaire Page 1 sur 6 (Matin - Midi - T.A.P. - Temps passerelle - Soir) Article 1 - Contexte Règlement intérieur Version J 11/03/2015 indice F : 02/ 03 / 2006 indice G 02/ 03 /

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

REGLEMENT ET TARIFS ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL

REGLEMENT ET TARIFS ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL Communauté de Communes de ROCHEFORT-MONTAGNE PREAMBULE : REGLEMENT ET TARIFS ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL La Communauté de Communes de Rochefort-Montagne dispose de la compétence Enfance-

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE 29 SEPTEMBRE 2015 RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... i PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC (UMQ)... 1 INTRODUCTION... 2 1

Plus en détail

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE 1 Préambule Chaque usager doit être conscient des droits et devoirs qu entraîne son inscription et la fréquentation à des activités municipales. Ce règlement intérieur a été adopté en conseil municipal

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana --------- MINISTERE DE LA POPULATION DE LA PROTECTION SOCIALE ET DES LOISIRS ------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana --------- MINISTERE DE LA POPULATION DE LA PROTECTION SOCIALE ET DES LOISIRS ------ REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana --------- MINISTERE DE LA POPULATION DE LA PROTECTION SOCIALE ET DES LOISIRS ------ MINISTERE DE LA JUSTICE DECRET N 2006-596 du 10 Août 2006

Plus en détail

Le Conseil Municipal des Jeunes Qu est-ce qu un Conseil Municipal des Jeunes? Le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) est une assemblée qui réunit des jeunes Volvicois de la 6 ème à la 4 ème. Il est composé

Plus en détail

RÈGLEMENT de FONCTIONNEMENT FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS

RÈGLEMENT de FONCTIONNEMENT FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS ATRIUM FJT 88, rue Alsace-Lorraine 65000 TARBES 05.62.38.91.20 - Fax: 05.62.37.69.81 E.mail : accueil@fjt-tarbes.fr Site web : www.fjt-tarbes.fr RÈGLEMENT de FONCTIONNEMENT FOYER DES JEUNES TRAVAILLEURS

Plus en détail

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge

Contrat de soins / Document individuel de prise. Définition des objectifs de la prise en charge DUREE DEFINITION CONTRAT DE SOINS Contrat de soins / Document individuel de prise en charge au SSIDPA Le contrat de soins définit les droits et les obligations de l'établissement et de l usager avec toutes

Plus en détail