Fiche technique sur les actes usuels et non usuels

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche technique sur les actes usuels et non usuels"

Transcription

1 Fiche technique sur les actes usuels et non usuels Introduction Le présent document a vocation dans le cadre de l expérimentation à mieux identifier la place et le rôle de chacun au regard des prérogatives de l autorité parentale. Lorsqu un enfant est confié à l Aide Sociale à l Enfance, il en découle une mise à «distance» plus ou moins importante des parents : en effet, la séparation de l enfant de son milieu familial implique un déplacement de l enfant dans un autre lieu de vie, soit en établissement, soit chez une assistante familiale avec un transfert du droit de garde au service de l Aide Sociale à l Enfance. Le placement s inscrivant souvent dans une optique de maintien, voire de reconstruction du lien en vue d un éventuel retour dans sa famille, les parents conservent la quasi-totalité de leurs prérogatives d autorité parentale et ont un droit de regard sur tous les aspects importants de la vie de leur enfant. Dans ce contexte, les équipes sont confrontées à la nécessité de mieux identifier ce qui relève des actes usuels et non usuels. Cette question a notamment émergé dans le travail partenarial visant à l élaboration d un Protocole de collaboration entre le Département du Nord et de l Inspection Académique : suivi et accompagnement de la scolarisation des enfants confiés à l Aide Sociale à l Enfance. I - Problématique et définitions Dans la pratique, il est impossible que les éducateurs sollicitent à chaque fois les parents pour tous les actes quotidiens de la vie de l enfant. Tous ces actes habituels qui ponctuent la vie de l enfant sont généralement qualifiés d usuels. A l inverse, dès qu une décision importante doit être prise (éducation, santé ), les éducateurs doivent solliciter l accord des parents. On se situe alors dans le champ d un acte non usuel. Définitions : acte non usuel : on considère généralement qu un acte n est pas usuel s il rompt avec le passé ou s il engage l avenir de l enfant. Ainsi, tout choix inhabituel ou important dans la vie de l enfant nécessitera une interpellation systématique des parents. acte usuel : ce sont les actes usuels de la vie quotidienne qui relèvent pour la plupart de l organisation interne du service (entretien et prise en charge quotidienne) et qui s appliquent de la même façon à tous les mineurs sans que les parents interviennent en aucune façon. Le présent document a pour objet de clarifier le champ d action de chaque intervenant dans la vie de l enfant (éducateurs, parents, référents ), en identifiant quels sont les actes qui sont généralement qualifiés d usuels ou de non usuels. Mais cette fiche doit également se lire en complément des dispositions du Schéma Enfance Famille et du Projet d Action Educative qui mettent la priorité sur une implication maximale des parents dans la vie de leur enfant. Ainsi le Projet d Action Educative invite-t-il les parents à participer à des décisions qui relèvent pourtant des actes usuels, comme par exemple les activités scolaires. Ce choix qui dépasse les exigences du cadre légal est délibéré, il s inscrit dans le champ de l évolution des pratiques professionnelles souhaitée par l institution Départementale. L intérêt est de susciter une réflexion dynamique de nos équipes, à savoir dans quelle mesure un acte en apparence banal participe ou non au développement du lien parents/enfants. 1

2 II - Cadre législatif Sur le plan juridique, trois articles tirés du Code civil font explicitement référence à la notion d acte usuel et non usuel. II-1 : Hypothèse où l enfant n est pas confié à un tiers Article du Code Civil : «A l égard des tiers de bonne foi, chacun des «parents» est réputé agir avec l accord de l autre, quand il fait seul un acte usuel de l autorité parentale relativement à la personne de l enfant.» Dans la pratique, les deux parents ne peuvent pas tout décider ensemble. Aussi, cet article illustre la situation d actes usuels qui seraient pris par l un des deux parents, sachant que l autre parent est supposé avoir donné son accord. Le parent qui s opposerait à cet acte peut renverser cette présomption d accord en saisissant le juge aux affaires familiales. II-2 : Hypothèse où l enfant est confié à un tiers Article alinéa 1 du Code Civil «Lorsque l'enfant a été confié à un tiers, l'autorité parentale continue d'être exercée par les père et mère ; toutefois, la personne à qui l'enfant a été confié accomplit tous les actes usuels relatifs à sa surveillance et à son éducation.» Cet article est complété par les 1 er et 2 ème alinéas de l article du Code Civil (modifié par la loi du 5 mars 2007) qui disposent : «Les père et mère de l enfant bénéficiant d une mesure d assistance éducative continuent à exercer tous les attributs de l autorité parentale qui ne sont pas inconciliables avec cette mesure. Ils ne peuvent, pendant la durée de cette mesure, émanciper l enfant sans autorisation du juge des enfants. Sans préjudice de l article et des dispositions particulières autorisant un tiers à accomplir un acte non usuel sans l accord des détenteurs de l autorité parentale, le juge des enfants peut exceptionnellement, dans tous les cas où l intérêt de l enfant le justifie, autoriser la personne, le service ou l établissement à qui est confié l enfant à exercer un acte relevant de l autorité parentale en cas de refus abusif ou injustifié ou en cas de négligence des détenteurs de l autorité parentale, à charge pour le demandeur de rapporter la preuve de la nécessité de cette mesure.» La mesure de protection est une mesure d aide, les parents ne sont pas tenus à l écart des décisions prises pour éduquer leur enfant. Dans l hypothèse où ils refuseraient de prendre une décision indispensable au besoin de l enfant, alors il peut y avoir transfert de la prérogative au juge des enfants. 2

3 Trois situations se présentent dans l application du nouvel article : - la position des parents n est pas celle des éducateurs, mais ils auraient pu légitimement la prendre si leur enfant était chez eux. Dans ce cas, le choix des parents s impose aux éducateurs en application de l article car il n y a rien d incompatible entre leur choix et la prise en charge de l enfant en service éducatif. Ex. : participation à une activité sportive la position des parents est jugée aberrante par les travailleurs sociaux, parce que son exécution risque d être véritablement néfaste pour le mineur. Si les éducateurs n arrivent pas à convaincre les parents de changer d avis dans l intérêt de l enfant, ils doivent alors saisir le juge des enfants qui appréciera la compatibilité du choix parental avec le bon déroulement de la mesure en application de l article du Code civil. les parents refusent leur autorisation de façon abusive ou sont dans l impossibilité de donner ce consentement (absence de nouvelles leur part, état de santé y faisant obstacle) Jusqu à présent dans ces cas de figure, les personnes ayant la garde de l enfant devaient systématiquement demander une ordonnance du juge chaque fois qu un acte était nécessaire. Dans l intérêt de l enfant, la loi du 5 mars 2007 aménage la possibilité de débloquer cette situation et d autoriser l établissement ou le service accueillant l enfant à accomplir des actes non usuels relevant normalement de l autorité parentale. Désormais, le juge des enfants pourra, à titre exceptionnel et pour un acte non usuel déterminé relevant de l autorité parentale, autoriser la personne, le service ou l établissement à qui est confié l enfant à accomplir cet acte sans l accord des détenteurs de l autorité parentale, à plusieurs conditions cumulatives : - lorsque l intérêt de l enfant le justifie ; - en présence de refus abusif ou injustifié ou de négligences des détenteurs de l autorité parentale ; il n est pas nécessaire que ces refus ou négligences mettent en danger l enfant ; - et à condition pour le service gardien de l enfant de rapporter la preuve de la nécessité de la mesure. Cette faculté s exerce sans préjudice de l application de l article du code civil qui permet à la personne à qui l enfant a été confié d accomplir tous les actes usuels relatifs à sa surveillance et à son éducation et des dispositions particulières qui pourraient autoriser un tiers à accomplir un acte non usuel sans l accord des détenteurs de l autorité parentale. 3

4 III - Exemples d actes De nombreux actes dits usuels ou non usuels sont inscrits dans les pratiques professionnelles et répertoriés comme tels dans des ouvrages juridiques faisant référence 1. Actes usuels menu de l enfant pour les repas (à l exclusion du choix de menus spécifiques liés à la pratique d une religion) participation à une activité sportive ou de loisirs qui l intéresse participation à des sorties ou activités scolaires (hors découché) mode de déplacement pour se rendre à l école (à vélo ou à pied). Mode de transport relevant de l assurance responsabilité civile) heure du retour après une sortie autorisée au cinéma visite chez un camarade de classe pour un anniversaire coupe de cheveux d entretien habituelle rencontre entre le mineur et des personnes qu il est amené à côtoyer quotidiennement (autres que les membres de sa famille) Actes usuels qui impliquent la consultation des parents participation aux réunions de parents dans le cadre scolaire consultation des dossiers scolaires Actes non usuels autorisation d une intervention chirurgicale urgente (si parents joignables immédiatement) et non urgente franchissement d une frontière visites du mineur chez des membres de sa famille orientation scolaire orientation dans le choix de la religion de l enfant déplacement scolaire impliquant une nuit à l extérieur choix d un établissement scolaire (public ou privé) vote aux réunions de représentants de parents d élèves mode de déplacement pour se rendre à l école qui implique une assurance spécifique autre que la simple responsabilité civile (mobylette ) participation à des sorties ou activités scolaires entraînant un découché. 1 Michel Huyette, Guide de la Protection Judiciaire de l Enfant, 3 ème édition, Dunod, p

5 Conclusion La distinction entre actes usuels et non usuels permet de mieux définir les responsabilités de chaque intervenant dans la prise en charge de l enfant. Cependant, rien ne justifie dans l immense majorité des cas que soit maintenue une distance parents-enfants. Les référents sociaux sont donc encouragés à associer le plus possible les parents dans le but d éviter le clivage, de leur permettre d exercer les attributs de l autorité parentale compatibles avec la mesure de protection de l enfance et de leur redonner progressivement toutes leurs capacités afin de maintenir une relation de proximité avec leur enfant. 2 2 Michel Huyette, Guide de la Protection Juduciaire de l Enfant, 3 ème édition, Dunod, p

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption

Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE Sous-directionde l enfance et de la famille Le rôle des acteurs de l adoption dans une situation d échec d adoption Colloque de la Mission de l adoption internationale

Plus en détail

Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL

Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL Références : - Décret n 2001-623 du 12 juillet 2001 pris pour l application de l article 7-1

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure

Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Proposition APF -Association des paralysés de France- (Groupe de travail Mars 2009) Modèle de règlement intérieur d un Conseil de la vie sociale A adapter par chaque structure Article 1 Fondement Le Conseil

Plus en détail

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE L Autorité Parentale Information réalisée par le service social et l Officier Juriste. Le 20 septembre 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION I/ PRINCIPES GENERAUX II/ LES PRINCIPES APPLIQUÉS AU LYCÉE III/ CAS D UN

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux

présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux présentée aux professionnels Pour rétablir le dialogue et maintenir les liens familliaux Vous êtes unprofessionnel intervenant dans les domaines de l action sociale, du droit, de la santé, de l éducation

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

Droit au report des congés annuels en cas de maladie

Droit au report des congés annuels en cas de maladie Droit au report des congés annuels en cas de maladie Le principe général du report sur autorisation exceptionnelle 1 Dispositions réglementaires Dans la fonction publique, les droits à congé sont calculés

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

La scolarisation des élèves handicapés

La scolarisation des élèves handicapés LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES HANDICAPÉS 57 La scolarisation des élèves handicapés Un an après le vote de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque

Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque ASSOCIER LES ENFANTS AUX PROCEDURES LES CONCERNANT Le cas de l Estonie, de la Lituanie, de la Suède et de la République Tchèque NOTE DE SYNTHESE I. LA CONVENTION DE NEW YORK En droit estonien on considère,

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité FORUM N 5 Président de séance : Christine GENET, Adjointe au Maire de Metz, Vice-Présidente de l UNCCAS. Intervenants : Jean Louis HAURIE, Directeur

Plus en détail

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU

COMMISSION GENERALE DE NORMALISATION DU BATIMENT DTU Rôle et statut des NF DTU Pour leurs travaux de Bâtiment, les Maîtres d ouvrages peuvent choisir de se référer dans les contrats à des clauses types (administratives ou techniques). Ces clauses types bien

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ESPACE ADOS

REGLEMENT INTERIEUR DE L ESPACE ADOS REGLEMENT INTERIEUR DE L ESPACE ADOS Préambule : La Ville de Nogent-sur-Marne organise un accueil pour les jeunes nogentais (et jeunes non nogentais dans les conditions définies ci-après), âgés de 11 à

Plus en détail

L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE

L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE L ADMINISTRATEUR JUDICIAIRE TIJANI CHAABANE Expert Comptable INTRODUCTION Le développement de l économie dépend en grande partie d un processus de destruction des activités inutiles ou moins utiles et

Plus en détail

Education-civique. Chapitre n L enfant

Education-civique. Chapitre n L enfant Education-civique Chapitre n L enfant I) L enfant : une personne mineure Problématiques : Comment est définie l identité de l enfant? Qu est-ce que l autorité parentale? A/ L enfant acquiert une identité

Plus en détail

Foire Aux Questions (FAQ)

Foire Aux Questions (FAQ) Foire Aux Questions (FAQ) Le 18 mars 2015 Réseau CHSCT Foire aux questions Service conseil, hygiène et sécurité au travail KG/VB Tél. : 02 96 58 24 83 kristell.gehannin@cdg22.fr Cette Foire aux Questions

Plus en détail

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe TROISIEME CONCOURS EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE DU MERCREDI 17 OCTOBRE 2012 de 9 H 00 à 11 H 00 IMPORTANT

Plus en détail

Droit de la protection de l adulte

Droit de la protection de l adulte 26 CHAPITRE 3 Droit de la protection de l adulte A l issue de longs travaux préparatoires, le droit de la protection de l adulte (art. 360 à 456 CC 21 ) a été adopté par les Chambres fédérales le 19 décembre

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 /

handicap au travail : quels sont Vos droits? comment se déclarer? 34 / 34 / HANDICAP AU TRAVAIL : QUELS SONT VOS DROITS? COMMENT SE DÉCLARER? Grâce à la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées,

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

REFORME DU CONGE PARENTAL. Conférence de presse du 27 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE

REFORME DU CONGE PARENTAL. Conférence de presse du 27 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE REFORME DU CONGE PARENTAL Conférence de presse du 27 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE 1 SOMMAIRE 1. Introduction p. 3 2. Augmentation de l indemnité p. 4 3. Flexibilisation des périodes de congé p. 5 4. Autres

Plus en détail

Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014

Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014 CIRCULAIRE N 2014-07 DU 29 JANVIER 2014 Direction des Affaires Juridiques INSV0023-DGU Titre Mise en œuvre du règlement communautaire (CE) n 883/2004 à Mayotte à compter du 1 er janvier 2014 Objet Devenu

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ

PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ PROTOCOLE DE COLLABORATION ENTRE L OFFICE DE

Plus en détail

Charte des droits et des libertés de la personne accueillie

Charte des droits et des libertés de la personne accueillie Charte des droits et des libertés de la personne accueillie (Arrêté du 8 septembre 2003) Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il?

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Édith-Kathie Ayotte, présidente de L Association des Orthopédagogues du Québec Dans le contexte des travaux menés activement

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

L arbitrage commercial international en droit algérien (*)

L arbitrage commercial international en droit algérien (*) L arbitrage commercial international en droit algérien (*) (*)-Par Yahia AMNACHE, Avocat au Barreau de Paris. www.avocats-bah.com Pendant longtemps, le procédé de règlement des différends entre sociétés

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

Charte des voyages et sorties scolaires

Charte des voyages et sorties scolaires Charte des voyages et sorties scolaires Vu la circulaire n 2011-117 du 3 août 2011 modifiée par la circulaire n 2013-106 du 16 juillet 2013 portant sur les modalités d organisation des sorties et voyages

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015.

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015. Tribunal fédéral 5A_46/2015 Newsletter septembre 2015 II ème Cour de droit civil Arrêt du 26 mai 2015 (f) Garde des enfants, entretien, revenu Résumé et analyse hypothétique Proposition de citation : Olivier

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO)

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Strasbourg, le 22 juin 2015 DH-BIO/INF (2015) 7 COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Document de travail relatif à la protection des droits de l Homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038 Procédure administrative : Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves Numéro : PA 7.038 Catégorie : Administration des écoles Pages : 6 Approuvée : le 3 mars 2008 Modifiée

Plus en détail

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L EDUCATION

Plus en détail

Mesures relatives à la santé au travail

Mesures relatives à la santé au travail Mesures relatives à la santé au travail 1- Pénibilité a) Fiche pénibilité (article L 4161-1 du Code du travail) La fiche individuelle de prévention des risques professionnels est remplacée par une déclaration

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 123 16 juin 2011. S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 123 16 juin 2011. S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1827 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 123 16 juin 2011 S o m m a i r e SERVICE VOLONTAIRE DES JEUNES Texte

Plus en détail

ENGAGEMENTS DU PSYCHOLOGUE

ENGAGEMENTS DU PSYCHOLOGUE Important : Ce document a pour but d apporter des informations autour de la création et le développement de centre de consultations psychologiques en situation interculturelle. Ce document est proposé

Plus en détail

Le recrutement d agents non titulaires

Le recrutement d agents non titulaires Fiche 1 : 1) Principaux cas de recours : Le recrutement d agents non titulaires Aux termes de l article 4 de la loi du 11 janvier 1984, les employeurs publics peuvent recruter des agents non titulaires

Plus en détail

Ça peut arriver à tout le monde

Ça peut arriver à tout le monde Page 1 sur 6 Ça peut arriver à tout le monde La perspective de perdre la capacité de décider soi-même n est réjouissante pour personne. Pourtant, nul n'est à l'abri d'un accident grave ou d une maladie

Plus en détail

Les modifications sont indiquées de la manière suivante : «modifications». I LES TEXTES APPLICABLES

Les modifications sont indiquées de la manière suivante : «modifications». I LES TEXTES APPLICABLES CIRCULAIRE : n 2013-10 Pôle prévention Téléphone : 04 67 04 38 83 Courriel : prevention@cdg34.fr LES OBLIGATIONS DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS TERRITORIAUX EN MATIÈRE DE CONSULTATION DU MÉDECIN

Plus en détail

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 Directive ------------------------------- Règles minimales communes applicables aux GIE et associations de moyens Les CIL sont des associations régies par la

Plus en détail

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés»

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 3 ET 4 AVRIL 2009 COMMISSION DES RÈGLES ET USAGES L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» Avant-projet de décision à caractère normatif Portant réforme du Règlement Intérieur

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015 Conformément à l article 51 du décret 82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l hygiène et la sécurité au travail ainsi qu à la prévention médicale de la fonction publique, le CHSCT de l Université d Aix

Plus en détail

La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique

La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique Par Isabelle Lammerant Centre International de Référence pour la Protection de l'enfant dans l'adoption - SSI L analyse juridique de la Convention

Plus en détail

AIDE À L'INTERVENTION DE

AIDE À L'INTERVENTION DE AIDE À L'INTERVENTION DE L'AVOCAT DÉSIGNÉ D'OFFICE AU COURS DE LA GARDE À VUE ET DE LA RETENUE DOUANIÈRE Le décret n 2011-810 du 6 juillet 2011 relatif à l aide à l intervention de l avocat au cours de

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

et à la PERSONNE en fin de vie

et à la PERSONNE en fin de vie association pour le droit de mourir dans la dignité les DROITS RELATIFS à la PERSONNE MALADE et à la PERSONNE en fin de vie A lire attentivement et à emporter avec vous en cas d hospitalisation Les accueillants

Plus en détail

GUIDE DES PROCÉDURES DES ASSEMBLÉES DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

GUIDE DES PROCÉDURES DES ASSEMBLÉES DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS GUIDE DES PROCÉDURES DES ASSEMBLÉES DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS Page 1 sur 15 TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Sortes d assemblées... 3 3. Avis de convocation...

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS Direction de l hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de l organisation des relations sociales

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues condamnées

Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues condamnées Administration pénitentiaire Communication téléphonique Ecoute téléphonique Restriction téléphonique Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues

Plus en détail

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL La santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses constituent un enjeu majeur sur les lieux de travail. À titre de dirigeants et dirigeantes de sections locales, il

Plus en détail

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie.

Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Article I - Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son mode de vie. Elle doit pouvoir profiter de l autonomie permise par ses capacités physiques et mentales, même au prix

Plus en détail

Règles de conservation

Règles de conservation Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la culture Archives de l Etat du Valais Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Kultur Staatsarchiv Wallis

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D AUDIT

CHARTE DU COMITE D AUDIT CHARTE DU COMITE D AUDIT INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 1. Reporting financier... 2 2. Contrôle interne - gestion des risques et compliance... 3 3. Audit interne... 3 4. Audit

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 15 avril 2009 Objet: Projet de loi n 5975 portant création d une Ecole de la 2 e Chance. (3438JJE) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (19/12/2008)

Plus en détail

Conditions d inscription par OPAN

Conditions d inscription par OPAN Conditions d inscription par OPAN 1. Parties au contrat, association des services ambulatoires de la ville de Berne, Könizstrasse 60, case postale 450, CH-3000 Berne 5 ; ci-après «prestataire», ainsi que

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

LA LISTE DES PRESTATIONS ESPECES PAYEES A LEURS SALARIES»

LA LISTE DES PRESTATIONS ESPECES PAYEES A LEURS SALARIES» DELIBERATION N 2012-50 DU 2 AVRIL 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA CAISSE DE COMPENSATION DES SERVICES SOCIAUX (CCSS)

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

GUIDE DE REDACTION DES STATUTS

GUIDE DE REDACTION DES STATUTS GUIDE DE REDACTION DES STATUTS Ce guide a pour objectif de vous accompagner dans la rédaction des statuts de votre association sportive. Il vous permettra de comprendre les enjeux de la rédaction des statuts

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 L expression et la participation des personnes concernées sont des sujets consensuels, mais leur mise en œuvre effective

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS

CATALOGUE FORMATIONS CATALOGUE FORMATIONS GESTION DES CONFLITS MEDIATION ET CITOYENNETE CONNAITRE LE DROIT MEDIATION SCOLAIRE www.amely.org AMELY : accès au droit - médiation Un accord est possible QUI SOMMES NOUS? AMELY est

Plus en détail

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale

GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS. Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE l enquête sociale dans les CPAS Version mai 2015 L enquête sociale GUIDE DE L ENQUETE SOCIALE en neuf pas... Une enquête sociale, qu est-ce que c est? Une enquête sociale, pourquoi? Qui fait l

Plus en détail

LA REFORME DE LA DEMANDE DE LOGEMENT SOCIAL en PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Système d enregistrement de la demande / Charte du dossier unique

LA REFORME DE LA DEMANDE DE LOGEMENT SOCIAL en PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Système d enregistrement de la demande / Charte du dossier unique La présente Charte, élaborée en partenariat dans le cadre d un groupe de travail régional associant des services de l Etat, Action Logement, des bailleurs sociaux et des EPCI, sera soumise à la validation

Plus en détail

Le droit français confronté au risque de la souffrance au travail. STIVALA Aurélien 20 juin 2012

Le droit français confronté au risque de la souffrance au travail. STIVALA Aurélien 20 juin 2012 Le droit français confronté au risque de la souffrance au travail STIVALA Aurélien 20 juin 2012 Propos introductifs (1) La santé au travail est devenue une question de société La valeur travail est importante

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de la santé et des solidarités,

Plus en détail

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54 question les conclusions tirées des étapes antérieures de la révision n apparaît. Ceci peut se faire notamment par une analyse critique des données chiffrées et des modifications de l organisation administrative;

Plus en détail

Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011

Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011 Rôle du Comité Paritaire de Santé et de Sécurité du Travail (CPSST) selon le modèle de la norme CSA Z1000-06 Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011 Bienvenue Présentation De l Association

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/070 DÉLIBÉRATION N 13/023 DU 5 MARS 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L'AGENCE

Plus en détail

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne.

L OQTF ne peut être prise en dehors d une décision de refus ou de retrait qu elle accompagne. Que faire après une OQTF? (OQTF = Obligation de quitter le territoire français) Liste des abréviations ANAEM = Agence nationale pour l accueil des étrangers et des migrations APRF= Arrêté préfectoral de

Plus en détail

V. LE CONCUBINAGE 1. ANALYSE

V. LE CONCUBINAGE 1. ANALYSE 1. ANALYSE Outre l institution du Pacte civil de solidarité, la loi du 15 novembre 1999 a intégré une définition du concubinage dans le Code civil. Aux termes de l article 515-8, disposition unique du

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Amt für Personal und Organisation POA Rue Joseph-Piller 13, 17 Fribourg T +41 26 35 32 52, F +41 26 35 32 49 www.fr.ch/spo Service du personnel et d organisation Rue Joseph-Piller 13, 17 Fribourg Réf:

Plus en détail

Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens

Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens Mesure de protection judiciaire de la personne et des biens Art. 492 et suivants du Code Civil Maître Sandrine Valvekens: Avocat au Barreau de Bruxelles Création d un statut unique pour toutes les personnes

Plus en détail

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Daniel Maillé, avocat Secrétariat et affaires juridiques Société de transport de Montréal 19 septembre 2008 1 1 Quelles sont

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5)

Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 1 : les principes (page 2) Fiche n 2 : Exception : les dérogations (pages 3 à 5) Fiche n 3 : Rémunération (page 6) Fiche n 4 : Sanctions (page 7) 1. QUI EST CONCERNE? a) Les salariés Tous les salariés

Plus en détail

Brochure d information cybersurveillance

Brochure d information cybersurveillance Brochure d information cybersurveillance I. Cybersurveillance : un mot d explication Le 2 mai 2012, la Commission vie privée a émis une recommandation sur le contrôle par l employeur de l utilisation de

Plus en détail