L auteur tient à remercier chaleureusement les personnes suivantes :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L auteur tient à remercier chaleureusement les personnes suivantes :"

Transcription

1 Les séquelles d un passage à la cour et les diverses conséquences, pour un individu, d une déclaration de culpabilité à une accusation portée par voie de procédure sommaire Me Walid Hijazi Desrosiers, Joncas, Massicotte 480, boulevard Saint-Laurent, bureau 503 Montréal (Québec) H2Y 3Y7 Téléphone : Courriel : Colloque conjoint Barreau de Montréal et la Cour municipale de Montréal 19 janvier 2011

2 L auteur tient à remercier chaleureusement les personnes suivantes : - Me Frédérick Carle, ami et collègue criminaliste, avec qui la conférence «Séquelles d un passage à la cour» a été conçue et présentée par le passé. - L honorable Morton S. Minc, juge-président de la Cour municipale. - L honorable Dominique B. Joly, j.c.m., co-conférencière et organisatrice du colloque. - Me Doris Larrivée, directrice générale du Barreau de Montréal, et Me Nathalie Guertin, secrétaire du comité de liaison, pour leur soutien habituel.

3 L IDENTIFICATION JUDICIAIRE L identification judiciaire est une exception au principe de l inviolabilité de la personne L article 2 de la Loi sur l identification des criminels (LCI) La LIC ne permet pas de procéder à l identification d une personne qui n a pas encore fait l objet d une accusation. R. c. Connors, (1988) 121 C.C.C. (3d) 358 (CACB) Le prévenu accusé d une infraction mixte peut être soumis au bertillonnage même s il est accusé par voie sommaire Lapointe c. Lacroix, [1981] C.A. 497, à 501 (CAQ) Il est permis d employer la force nécessaire pour effectuer et appliquer utilement la prise des mensurations L article 2(2) LCI Cette procédure a été jugée conforme à la Charte canadienne des droits et libertés. R. c. Beare, [1988] 2 R.C.S. 387 : 44. Pour trancher une telle question, il faut garder le sens des proportions. Le prélèvement d'empreintes digitales constitue-t-il une atteinte plus grave aux droits du prévenu sous garde qu'un examen corporel, à la recherche de taches de naissance ou autres? Je ne le pense pas et, comme je l'ai noté, être arrêté et accusé d'une infraction me semble beaucoup plus grave. Voici ce que dit le juge Augustus Hand dans la décision United States v. Kelly, 55 F.2d 67 (2nd Cir. 1932), à la p. 70 : [traduction] «Ce n'est pas plus humiliant que d'autres procédés d'identification qui, suivant l'opinion universellement acceptée, n'enfreignent aucun droit constitutionnel ni de common law. On a recours à la prise d'empreintes digitales dans de nombreuses branches du commerce et dans la fonction publique, ce n'est pas en soi la marque infamante du crime. L'atteinte physique est minime et l'humiliation qu'elle suscite ne peut se comparer à celle que cause la publicité entourant la mise en accusation sensationnelle d'un innocent.» Les empreintes digitales d un individu sont recueillies par le corps policier responsable de l enquête et transmis au Service d identité judiciaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). À la réception des empreintes digitales, le Service d identité judiciaire de la GRC attribue un numéro de dossier FPS (Finger Print Section). Un individu conservera le même numéro FPS tout au long de sa vie. Il devient ainsi fiché à l intérieur du Centre d information de la police canadienne (CIPC). 1

4 DESTRUCTION DES EMPREINTES DIGITALES Malgré le retrait des accusations, l acquittement, la non-judiciarisation et l arrêt des procédures, la «fiche signalétique» n est pas automatiquement détruite par la police et demeure «active». Le justiciable doit faire une demande de destruction par écrit au corps policier responsable de l enquête et qui a procédé à la prise des empreintes digitales. Le corps de police achemine cette demande à la Sureté du Québec pour retirer les informations du Centre de renseignements policiers du Québec et à la GRC pour la destruction des empreintes et le retrait des informations du CIPC. Aucune législation fédérale ne règlemente la gestion des empreintes digitales en cas de noncondamnation. Les corps de police procèdent différemment en vertu de politiques administratives internes. Selon la Cour d appel de l Ontario, rien n oblige les corps policiers de procéder à la destruction de la fiche signalétique de leur propre initiative. R. c. Doré, [2002] OJ 2845 (juge Doherty) Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) exige une demande de destruction écrite accompagnée d une preuve de la non-condamnation, tel un extrait du plumitif ou une copie du procèsverbal de la cour. La demande de destruction est recevable seulement deux mois après que le jugement final soit rendu, pour s assurer qu aucune requête en appel n ait été interjetée et que le délai d appel de 30 jours soit expiré. La GRC ne traitera aucune demande avant. La demande de destruction doit être envoyée par courrier à l adresse suivante : Motifs de refus : Section de l identification judiciaire (SPVM) Module destruction de dossiers 7700, boul. Langelier, 2 e étage Montréal, Qc, H1S 2Z6 La personne a une autre condamnation à son casier judiciaire La personne est accusée dans un autre dossier Troubles mentaux Certains crimes graves : meurtre, violence, agression sexuelle, pornographie juvénile, gangstérisme, etc. En cas d absolution inconditionnelle, le justiciable doit attendre 12 mois avant de faire une demande de destruction. 2

5 En cas d absolution conditionnelle, le justiciable doit attendre 3 ans avant de faire une demande de destruction. En cas d engagement de ne pas troubler l ordre public (art. 810 C.cr.) le justiciable doit attendre l expiration de la période de probation avant de faire une demande de destruction. PLUMITIF ET DOSSIER DE LA COUR Le caractère public de l accusation : c est justement l accès à l information qui crée les stigmates liés à une condamnation! Il est possible de demander au greffe de rendre inaccessibles les renseignements contenus aux registres et relevés informatisés en matière criminelle : Acquittement Accusation rejetée Accusation suspendue ou sans disposition Libération (autrefois acquis/convict) Absolution inconditionnelle Absolution conditionnelle Libération inconditionnelle à la suite d un verdict de non-responsabilité pour troubles mentaux Libération sous réserve des modalités indiquées par le tribunal ou la Commission d examen à la suite d un verdict de nonresponsabilité pour troubles mentaux Engagement de ne pas troubler l ordre public (art. 810 C.Cr.) 2 mois après l expiration du délai d appel ou 3 mois suivant l expiration des procédures d appel 1 an suivant la date du rejet ou du retrait 1 an suivant l arrêt des procédures 1 an suivant la date de la libération 1 an suivant la date de l absolution 3 ans suivant la date de l absolution 1 an suivant la date de la décision 3 ans suivant la date de l ordonnance 1 an suivant la date de la fin de l engagement Le formulaire est disponible sur internet : ct_acces_info_fr.pdf Résolution dans l affaire Ostiguy, recours collectif exercé contre le Procureur général du Québec, le Procureur général du Canada, la Ville de Montréal, la Ville de Laval et la Ville de Longueuil ( ) en 2008 : 3

6 CASIER JUDICIAIRE Les origines du casier judiciaire sont lointaines : «Avant le XXe siècle, il était d usage, dans certains pays européens, de marquer physiquement les personnes condamnées pour un délit criminel. Le but de cette méthode était d identifier les délinquants et de leur appliquer avec certitudes les conséquences civiles de la condamnation. De plus, ceci rendait possible l imposition d une sentence adéquate dans le cas où l individu marqué récidivait et se retrouvait à nouveau devant les tribunaux. Le développement des systèmes d archives judiciaires a permis éventuellement l abolition de la marque physique et son remplacement par un système d inscription dans un casier judiciaire». (Association des services de réhabilitation sociale du Québec, Si j avais su ou les incidences personnelles d un casier judiciaire, novembre 2004, La Loi sur le casier judiciaire ne prévoit aucune définition du casier judiciaire et son application se rattache uniquement à la notion de «condamnation» Art. 3 de la Loi sur le casier judiciaire Le «casier judiciaire» est le sommaire des verdicts de culpabilité d un individu : «Le casier judiciaire, au plan juridique, serait donc le support officiel de l information relative aux condamnations pénales d une personne en vertu des lois et des règlements fédéraux et de certaines données relatives à son identification» (Hélène Dumont, Pénologie le droit relatif aux peines et aux sentences, Thémis, 1993, p. 556) Ce «support officiel» se retrouve concrètement sous la forme de fichiers informatisés gérés par le CIPC. EFFETS SUR L EMPLOI La Charte québécoise L article 18.2 de la Charte des droits et libertés de la personne : «Nul ne peut congédier, refuser d'embaucher ou autrement pénaliser dans le cadre de son emploi une personne du seul fait qu'elle a été déclarée coupable d'une infraction pénale ou criminelle, si cette infraction n'a aucun lien avec l'emploi ou si cette personne en a obtenu le pardon.» Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Lignes directrices pour l application de l article 18.2, mai 1988 (extraits) : 4

7 Domaine d emploi a) L'article 18.2 interdit de : congédier; refuser d'embaucher; pénaliser une personne dans le cadre de son emploi. Ce dernier point peut signifier un traitement défavorable en ce qui concerne : o l'apprentissage; o la durée de la période de probation; o la formation professionnelle; o la promotion; o la mutation; o le déplacement; o la suspension; o toute autre condition de travail, notamment le salaire. b) L'article 18.2 n'interdit pas : d'exercer de la discrimination fondée sur les antécédents judiciaires dans l'admission, la jouissance d'avantages, la suspension ou l'expulsion d'une personne d'une association d'employeurs ou de salariés ou de toute corporation professionnelle ou association de personnes exerçant une même occupation; à un bureau de placement de traiter différemment les personnes ayant des antécédents judiciaires; de requérir d'une personne des renseignements relatifs à ses antécédents judiciaires, dans un formulaire de demande d'emploi ou lors d'une entrevue relative à un emploi. Infraction non liée à l emploi Un critère permettant d'évaluer si une infraction est liée à un emploi peut être l'effet d'une récidive éventuelle sur l'efficacité du travail à accomplir et la sécurité de l'entreprise. Les types d'emploi et d'infraction étant tous deux nombreux et variés, chaque cas devra faire l'objet d'une appréciation objective particulière. 5

8 Le domaine de la petite enfance Les centres de la petite enfance et les garderies ont l'obligation légale de s'assurer que toutes les personnes majeures qui travaillent ou qui sont appelées à travailler dans un service de garde ont fait l'objet d'une vérification de l'absence d'empêchement. Chaque centre de la petite enfance et garderie doit signer une entente avec un service de police sur le filtrage des personnes appelées à travailler auprès de personnes vulnérables. Personne n est épargné : tout administrateur ainsi que toute personne qui travaille dans une installation d'un centre de la petite enfance ou d'une garderie pendant les heures de prestation des services de garde, y compris un stagiaire ou un bénévole qui s'y présente régulièrement, doit être filtré. Un «empêchement» est un comportement pouvant raisonnablement faire craindre pour la sécurité physique ou morale d un enfant. Cette notion ne vise pas uniquement la condamnation pour une infraction ayant un lien avec la conduite exigée en garderie, mais également toute mise en accusation. - art de la Loi sur les centres de la petite enfance et autres services de garde [LRQ c. C-8.2] - articles 2, 12 et 12.1 du Règlement sur les centres de la petite enfance [c. C-8.2, r.2] - art. 6 de la Loi sur le casier judiciaire Les professionnels Un ordre professionnel peut refuser la délivrance d un permis ou l inscription au tableau de l ordre lorsque la personne qui a fait la demande a été «déclarée coupable» d une infraction en lien avec la profession, sauf si elle a obtenu le pardon. - art. 45 du Code des professions Un professionnel déjà inscrit au sein d un ordre peut faire l objet d une suspension ou d une radiation. - art du Code des professions au 1er paragraphe qui réfère également à une «déclaration de culpabilité» et non à une condamnation. Au sens du Code des professions, une déclaration de culpabilité ne disparaît pas par l effet de l absolution; seul le pardon pourrait avoir cet effet. Houle c. Comité des requêtes du Barreau du Québec, REJB (CAQ) Blondin c. Médecins, REJB (Tribunal des professions) R. c. Doyon, EYB (CAQ) 6

9 Certains domaines de carrière La fonction publique fédérale - art. 750 du Code criminel L industrie du taxi - articles 26 et 28 de la Loi concernant les services de transport par taxi [LRQ chap. T- 11.1] Les permis d alcool - articles 41 et 42 de la Loi sur les permis d alcool [LRQ c. P-9.1] Les courtiers immobiliers - art. 21 du Règlement d application de la loi sur le courtage [LRQ c. C-73.1, r.1] LES ASSURANCES MULTIRISQUES Couverture de risques de toutes les branches d assurances, à l exception de l assurance-vie (automobiles, biens et responsabilité civile). Selon la Loi sur l'assurance automobile, le propriétaire de tout véhicule automobile circulant au Québec doit avoir un contrat d'assurance-responsabilité d'un montant minimal de $ [art. 87] Il n existe pas de «droit à l assurance» : «Une telle attitude ne peut être discriminatoire face à la Charte des droits et libertés de la personne que si elle contrevient à un droit reconnu par cette Charte. Or, le droit à l'assurance, ça n'existe pas en soi. L'assurance, c'est d'abord et avant tout un contrat qui lie les contractants, qui peut être de différents types suivant principalement la nature du risque assuré et qui vise essentiellement à prévoir les modalités de la couverture offerte par l'assureur à l'assuré, moyennant une prime ou une cotisation payable par ce dernier.» Wagner c. ING, Le Groupe Commerce, Cie d assurance, [2001] J.Q Les compagnies d assurance sont libres de déterminer leurs propres conditions d adhésion. La plupart des compagnies d assurance refusent d assurer une personne si elle ou son conjoint possède un casier judiciaire. La notion de «risque» est utilisée par les compagnies d assurance pour déterminer si elles assureront ou non un individu et pour fixer le montant des primes. 7

10 La notion de «risque» est complexe et liée à des intérêts variés. Le risque s évalue au cas par cas. Le risque est dit «matériel» lorsque l assuré a déjà commis une infraction ayant une connexité avec le risque assuré. Tout autre risque est dit «moral». La plupart des compagnies n accordent pas d importance au lien entre la nature du crime commis et le type d assurance demandé. Un risque moral suffit. Les compagnies d assurance considèrent le casier judiciaire comme un facteur de risque : gonflement de la réclamation fausses déclarations faux sinistre risque de représailles à l endroit de l assuré Les compagnies qui acceptent d assurer une personne avec un casier judiciaire (ou dont le conjoint a un casier judiciaire) augmentent les primes à payer et/ou diminuent la couverture d assurance. Par exemple, un individu ayant déjà commis un vol et qui cherche à assurer sa maison ou son logement se verra probablement offrir un plan ne couvrant pas le vol. En acceptant le plan, il ne sera pas indemnisé s il est victime d un vol par effraction. Les antécédents judiciaires d une personne ne constituent pas un fait notoire que l assureur est présumé connaître. Les assurés sont tenus de révéler leurs antécédents judiciaires ainsi que ceux de leurs proches (conjoints et enfants) s ils sont questionnés à cet effet par l agent d assurance lors de la souscription. Wawanesa c. GMAC Location Itée, 2005 QCCA 197 Nadeau c. ING Groupe Commerce, [2004] J.Q Langlois c. Wawanesa, [2004] J.Q La déclaration précontractuelle de risque : articles 2408 et 2409 du Code civil du Québec. «2408. Le preneur, de même que l'assuré si l'assureur le demande, est tenu de déclarer toutes les circonstances connues de lui qui sont de nature à influencer de façon importante un assureur dans l'établissement de la prime, l'appréciation du risque ou la décision de l'accepter, mais il n'est pas tenu de déclarer les circonstances que l'assureur connaît ou est présumé connaître en raison de leur notoriété, sauf en réponse aux questions posées.» «2409. L'obligation relative aux déclarations est réputée correctement exécutée lorsque les déclarations faites sont celles d'un assuré normalement prévoyant, qu'elles 8

11 ont été faites sans qu'il y ait de réticence importante et que les circonstances en cause sont, en substance, conformes à la déclaration qui en est faite.» Une compagnie d assurance peut lorsqu elle apprend, même après plusieurs années, qu un client a un casier judiciaire, annuler sa police ou refuser de l indemniser. En cas de litige, l assureur devra démontrer, selon la balance des probabilités, que l assuré a été interrogé sur son casier judiciaire et que les informations non-déclarées étaient pertinentes à son appréciation du risque. Le contrat d assurance sera alors annulé ab initio. Wawanesa c. GMAC Location Itée, 2005 QCCA 197 Si le contrat d assurance est déjà ouvert et qu une infraction est commise postérieurement, la déclaration de culpabilité devrait être divulguée à l assureur sans délai afin d ajuster la police d assurance ou pour se trouver un nouvel assureur en cas de radiation de la police d assurance : «2411. En matière d'assurance de dommages, à moins que la mauvaise foi du preneur ne soit établie ou qu'il ne soit démontré que le risque n'aurait pas été accepté par l'assureur s'il avait connu les circonstances en cause, ce dernier demeure tenu de l'indemnité envers l'assuré, dans le rapport de la prime perçue à celle qu'il aurait dû percevoir.» «2466. L'assuré est tenu de déclarer à l'assureur, promptement, les circonstances qui aggravent les risques stipulés dans la police et qui résultent de ses faits et gestes si elles sont de nature à influencer de façon importante un assureur dans l'établissement du taux de la prime, l'appréciation du risque ou la décision de maintenir l'assurance. Lorsque l'assuré ne remplit pas cette obligation, les dispositions de l'article 2411 s'appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires.» Une réhabilitation obtenue en vertu de la Loi sur le casier judiciaire devrait faire en sorte que l assuré n a pas à déclarer ses antécédents criminels à son assureur aux termes de l article 2408 C.c.Q. Obligation de l avocat criminaliste : l avocat qui conseille à son client de consulter un civiliste a rempli son obligation déontologique prévue à du Code de déontologie des avocats : Côté c. Rancourt, [2004] 3 R.C.S. 248 « L'avocat doit éviter toute fausse représentation quant à son niveau de compétence ou quant à l'efficacité de ses services professionnels ou, le cas échéant, quant au niveau de compétence ou à l'efficacité des services des personnes qui exercent leurs activités au sein de la même société que lui.» 9

12 L INTERDICTION DE TERRITOIRE POUR CAUSE DE CRIMINALITÉ En vertu de la Loi sur l immigration et la protection des réfugiés (LIPR), toute personne autre qu un citoyen canadien peut faire l objet de mesures pouvant mener à son expulsion du Canada. «Les objectifs explicites de la LIPR révèlent une intention de donner priorité à la sécurité. Pour réaliser cet objectif, il faut empêcher l entrée au Canada des demandeurs ayant un casier judiciaire et renvoyer ceux qui ont un tel casier, et insister sur l obligation des résidents permanents de se conformer à la loi pendant qu ils sont au Canada. Cela représente un changement d orientation par rapport à la loi précédente, qui accordait plus d importance à l intégration des demandeurs qu à la sécurité ( ). Considérés collectivement, les objectifs de la LIPR et de ses dispositions relatives aux résidents permanents traduisent la ferme volonté de traiter les criminels et les menaces à la sécurité avec moins de clémence que le faisait l ancienne Loi.» Medovarski c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'immigration), [2005] 2 R.C.S. 539 En cas de condamnation, l Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) peut préparer un rapport et soumettre le dossier de l individu à la section de l immigration de la Commission de l immigration et du statut du réfugié (CISR). La section de l immigration tient alors une «enquête» pour déterminer l interdiction de territoire. - articles 44 et 45 LIPR Les membres de la famille de la personne interdite de territoire pourraient également être expulsés du Canada s ils n ont pas obtenu la citoyenneté. - art. 42 LIPR Les résidents permanents et la «grande criminalité» Un crime est considéré «grand» en fonction de la peine maximale prévue pour l infraction ou à la lumière de la peine qui est réellement imposée par le tribunal. Un individu est coupable de «grande criminalité» dans l un ou l autre des cas suivants (art. 36(1) LIPR) : La peine maximale prévue à la loi est un emprisonnement de 10 ans ou plus, indépendamment de la peine imposée par le tribunal. Le tribunal condamne l individu à une peine d emprisonnement de plus de 6 mois. Les crimes qui peuvent entraîner au moins 10 ans d emprisonnement sont nombreux : voies de fait causant des lésions corporelles, fabrication ou utilisation d un faux document, vol, possession d arme dans un but dangereux, etc. 10

13 Le statut de résident permanent ne sera pas être menacé si la personne reconnue coupable d une infraction bénéficie d une absolution ou d un pardon. - art. 36(3)b) LIPR Le résident permanent condamné à une peine d emprisonnement d au moins deux ans perd son droit d interjeter appel de la mesure d expulsion devant la Section d appel de l immigration (SAI). - art. 64(2) LIPR Le résident permanent condamné à plus de deux ans de prison pourra seulement demander à la Cour fédérale d effectuer un contrôle judiciaire de l ordonnance d expulsion. Le contrôle judiciaire est limité aux erreurs de droit. Cette mesure simplifie le renvoi de résidents permanents qui sont condamnés à au moins deux années d emprisonnement et empêche qu une mesure d expulsion puisse être annulée par la SAI pour des considérations humanitaires. Les étrangers Est un étranger la personne qui n a pas la citoyenneté canadienne ni le statut de résident permanent. Le degré de gravité de l infraction donnant lieu à une décision d expulsion est moindre dans le cas d un étranger que d un résident permanent. Un étranger qui est déclaré coupable au Canada d un acte criminel ou d une infraction mixte, quelle que soit la durée de la peine d emprisonnement, peut faire l objet d une mesure d expulsion. - articles 36(2)a) et 36(3)a) LIPR Un étranger déclaré coupable de deux ou de plusieurs infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire qui ne découlent pas des mêmes faits peut également faire l objet d une mesure d expulsion. - art. 36(2)a) LIPR Les étrangers peuvent interjeter appel d une mesure d expulsion devant la SAI uniquement s ils détiennent un visa de résident permanent ou s ils ont le statut de personne protégée (réfugiés). - art. 63(3) LIPR Impact de la peine infligée Dans la plupart des cas, le fait pour un résident permanent de plaider coupable à une infraction moindre, qui n est pas punissable par mise en accusation, empêchera son expulsion. Cependant, les infractions purement sommaires sont rares. Aux termes de la LIPR, les infractions mixtes sont 11

14 des infractions punissables par mise en accusation, indépendamment du mode de poursuite effectivement retenu. - art. 36(3)a) LIRP Une peine de six mois d emprisonnement ou moins écartera la possibilité d une expulsion d un résident permanent si la peine maximale prévue pour l infraction commise est inférieure à dix années d emprisonnement. Un résident permanent condamné à une peine d au moins deux ans ne pourra pas interjeter appel de la mesure d expulsion devant la SAI. Une peine de plus de deux ans empêchera une personne de demander le statut de réfugié, qu il s agisse d un résident permanent ou d un étranger. Si une personne fait déjà l objet d un sursis de renvoi par la SAI, une condamnation subséquente pour grande criminalité (punissable d un emprisonnement d au moins dix ans ou pour lequel un emprisonnement de plus de six mois est infligé) annulera le sursis à la mesure de renvoi accordé par la SAI et entraînera son expulsion. Les demandes de parrainage Certains citoyens canadiens et résidents permanents vivant au Canada peuvent vouloir parrainer des proches parents vivant à l étranger afin de les faire vivre au Canada : parents, grands-parents, enfants adoptés à l étranger ou en voie d être adoptés au Canada. En vertu du Règlement sur l immigration et la protection des réfugiés, une condamnation peut faire obstacle à une demande de parrainage : «156. (1) Les personnes suivantes sont inhabiles à être parties à un parrainage : a) la personne qui a été déclarée coupable au Canada de meurtre ou de l une ou l autre des infractions qui figurent à l annexe I ou II de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition, qu elle soit punissable par procédure sommaire ou par mise en accusation, à moins qu une période de cinq ans suivant l expiration de la peine ne se soit écoulée; d) la personne qui fait l objet d une mesure de renvoi; f) la personne qui est détenue dans un pénitencier, une prison ou une maison de correction. Exception en cas de pardon (2) Pour l application de l alinéa (1)a), la déclaration de culpabilité n emporte pas rejet de la demande de parrainage en cas de verdict d acquittement rendu en dernier 12

15 ressort ou de réhabilitation sauf cas de révocation ou de nullité au titre de la Loi sur le casier judiciaire.» VOYAGER AUX ÉTATS-UNIS L entrée dans un pays n est pas un droit, c est un privilège! La portée d une réhabilitation accordée par la CNLC (pardon) se limite au territoire canadien. Les pays étrangers n en reconnaissent pas la validité. La présence d un casier judiciaire est une cause d inadmissibilité aux États-Unis, même pour une simple escale dans un aéroport américain. Plusieurs catégories d infractions sont énumérées à la Immigration and Nationality Act (section 212). Crimes de turpitude morale La loi américaine ne définit pas le concept de «crime de turpitude morale». Il s agit essentiellement d un acte intrinsèquement mauvais. Selon la jurisprudence américaine, un crime de turpitude moral est un : [ ] act of baseness, vileness or depravity in the private and social duties which a man owes to his fellowmen, or to society in general, contrary to the accepted and customary rule of right and duty between man and man. [Chadwick v. State Bar, 49 Cal. 3d 103, 110, 776 P.2d 240, 260 Cal.Rptr. 538 (1989); Sosa- Martinez v. United States AG, 420 F.3d 1338, 1341 (11th Cir. 2005)] Pour les crimes économiques, il peut s agir de crimes exigeant la preuve d une intention de voler ou de frauder. En ce qui a trait aux crimes contre la personne, l existence d une intention de causer des blessures est un critère souvent utilisé. La plupart des infractions à caractère sexuel sont considérées comme étant de turpitude morale. De simples voies de fait, le méfait, la conduite automobile avec des facultés affaiblies par l alcool (sans blessés ou morts) et les infractions réglementaires, notamment, échapperaient à cette définition. Le Département d État américain offre une énumération non exhaustive : Drogues «Tolérance zéro» à l égard des infractions en matière de drogue. Cela inclut la possession simple de cannabis. 13

16 En matière de trafic de stupéfiants, il n est même pas nécessaire d avoir été accusé et condamné : sera inadmissible toute personne simplement soupçonnée par les autorités américaines d exercer des activités liées au commerce de la drogue. L inadmissibilité s étend à l époux et aux enfants de l étranger si ces derniers ont reçu, dans les cinq années précédentes, un soutien financier provenant d activités de trafic. Les crimes de mœurs S être livré à une activité de prostitution dans les 10 années précédant la demande d entrée aux États-Unis. Avoir participé à de la «commercialisation du vice», en lien ou non avec de la prostitution. Condamnations multiples Un individu est inadmissible aux États-Unis lorsqu il a été condamné à plus d une reprise et que les peines imposées, une fois combinées, représentent un emprisonnement de cinq ans et plus, même s il ne s agit pas de crimes de turpitude morale. Les exceptions Les autorités américaines apportent trois exceptions à leurs interdictions, qui ne contraignent pas l accès au pays : 1) Les crimes commis avant l âge de 18 ans et plus de cinq ans avant l admission aux États- Unis; 2) Les crimes passibles d une peine d emprisonnement maximale d un an pour lesquels le contrevenant a reçu une sentence de six mois ou moins. Il doit cependant s agir d un seul crime et celui-ci ne doit pas être relié à la drogue; 3) Les actes dits «crimes politiques». Les points d'entrée aux États-Unis sont informatisés et reliés à une base de données centrale qui permet d'avoir accès aux renseignements sur les condamnations au criminel, tant au Canada qu'aux États-Unis. Les autorités américaines s alimentent, entre autres, du CIPC pour procéder à l identification des individus qui désirent entrer sur leur territoire. L absolution conditionnelle est considérée par les États-Unis comme étant une condamnation. Elle peut donc causer des préjudices, même après la période légale de trois ans. La réhabilitation accordée au Canada n est pas reconnue par les autorités américaines. L existence de la condamnation reste d ailleurs indéfiniment inscrite dans les banques de données informatisées du gouvernement américain, même si au Canada cette information devient protégée. Trois options s offrent à la personne judiciarisée qui souhaite entrer aux États-Unis : 14

17 1. Faire une demande de pardon et attendre la mise à l écart des renseignements du CIPC avant de traverser la frontière; 2. Afin d'exposer le contexte de l infraction et de la sentence, apporter tous les documents de la cour, traduits en langue anglaise, qui permettront d éclairer la décision de l agent; 3. Faire une demande de «waiver». Waiver of inadmissibility Dans le but de contrer les interdits reliés au casier judiciaire, il est possible de faire la demande d un sauf-conduit. Ce laissez-passer, émis par le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis, est accordé pour une période de 1 à 5 ans et doit être renouvelé après son expiration. Le renouvellement devrait se faire au moins 6 à 8 mois à l avance. Procédure : Remplir le formulaire I-192 (Advance permission to enter the United States) o Remplir le formulaire G-325A (Biographic information) o Joindre une vérification du casier judiciaire obtenu de la GRC (formulaire C-216C); des frais de 25,00 $ seront exigibles Payer les frais de 585,00 $ US Il faut également joindre les documents suivants : Les documents de la cour (acte d accusation, jugement écrit) traduits en langue anglaise; Une preuve de citoyenneté; Une preuve d emploi; Une déclaration expliquant les raisons de l inadmissibilité; Une déclaration expliquant les raisons pour l entrée aux États-Unis; Des lettres de recommandation. La demande de «waiver of inadmissibility» peut être remise au bureau du Service de l'immigration américain de l Aéroport international Montréal-Trudeau entre 10 h et 14 h du lundi au vendredi. Le traitement de la demande prendra plusieurs mois (prévoir 1 an). 15

18 LA RÉHABILITATION «La divulgation du dossier criminel des délinquants met sérieusement leur réhabilitation en danger et, par là, risque d annihiler le processus correctionnel» Rapport du Comité canadien de la réforme pénale et correctionnelle, 1969 (le Comité Ouimet), à la page 445. En 1969, le Comité Ouimet recommande que les infractions punissables sur déclaration sommaire de culpabilité soient invalidées automatiquement lorsque deux années se sont écoulées sans nouvelle infraction depuis l expiration de la peine et qu un casier judiciaire invalidé ne soit pas remis en usage. En ce qui concerne les actes criminels, ils pourraient être invalidés si la Commission nationale des libérations conditionnelles (CNLC) estime, après enquête, que leurs auteurs sont réhabilités. À la suite de la publication du rapport du Comité Ouimet, le législateur fédéral a adopté la Loi sur le casier judiciaire en En vertu de la Loi sur le casier judiciaire, la CNLC peut octroyer, refuser ou révoquer des pardons. La réhabilitation s applique uniquement en cas de condamnation pour une infraction à une loi fédérale ou à ses règlements - art. 3 de la Loi sur le casier judiciaire Le régime de la réhabilitation est présentement en transition. Le projet de loi C-23a est entré en vigueur le 17 juin Avant le 17 juin 2010, pour les infractions sommaires, le demandeur devait attendre trois ans après avoir fini de purger la totalité de sa peine. La CNLC devait autoriser la réhabilitation si aucune condamnation n était intervenue durant la période d attente. Aucune enquête n était menée relativement à la conduite du demandeur. Pour les actes criminels, le demandeur devait attendre cinq ans après avoir fini de purger la totalité de sa peine. Une enquête était menée auprès de la GRC et la CNLC devait être convaincue de la bonne conduite du demandeur. Les nouvelles règles en vigueur Le pardon peut être demandé uniquement après avoir purgé toutes les peines et après une période d attente. En vertu de l art. 4.3 de la Loi sur le casier judiciaire, une peine est purgée en totalité lorsque : 16

19 la personne a payé toutes ses amendes, suramendes et frais, et entièrement exécuté les ordonnances de restitution et de dédommagement; la personne a fini de purger la peine d'emprisonnement, y compris la période de liberté conditionnelle ou de liberté d'office; la personne a satisfait à toutes les conditions de l'ordonnance de probation. Les nouvelles périodes d attente sont les suivantes : Actes criminels 10 ans pour les sévices graves à la personne (au sens de l article 752 du Code criminel, y compris l homicide involontaire coupable), pour lesquels une peine de deux ans ou plus a été imposée; 10 ans pour toute infraction sexuelle punissable par voie de mise en accusation; 5 ans pour toute infraction punissable par voie de mise en accusation (autre qu une infraction sexuelle). Infractions sommaires 5 ans pour toute infraction sexuelle punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire; 3 ans pour toute infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire (autre qu une infraction sexuelle). La réhabilitation n est plus automatique pour les infractions sommaires. La CNLC doit être convaincue de la bonne conduite du demandeur et que le pardon lui apporterait un bénéfice mesurable, soutiendrait sa réadaptation en tant que citoyen respectueux des lois au sein de la société et ne serait pas susceptible de déconsidérer l administration de la justice. - art. 4.1 (1) de la Loi sur le casier judiciaire Dans le cas d une infraction sexuelle, même sommaire, le demandeur a le fardeau de convaincre la CNLC que la réhabilitation lui apporterait un bénéfice mesurable et soutiendrait sa réadaptation en tant que citoyen respectueux des lois au sein de la société - art. 4.1(2) de la Loi sur le casier judiciaire Afin de déterminer si le fait d octroyer la réhabilitation serait susceptible de déconsidérer l administration de la justice, la Commission peut tenir compte des critères suivants (art. 4.1 (3) de la Loi sur le casier judiciaire) : a) la nature et la gravité de l infraction ainsi que la durée de sa perpétration; b) les circonstances entourant la perpétration de l infraction; c) les renseignements concernant les antécédents criminels du demandeur et, dans le cas d une infraction d ordre militaire au sens de la Loi sur la défense 17

20 nationale, concernant ses antécédents à l égard d infractions d ordre militaire qui sont pertinents au regard de la demande; d) tout critère prévu par règlement. Le projet de loi C-23b Le projet de loi C-23b modifie les termes «pardon» et «réhabilitation» au profit d une nouvelle appellation : la «suspension du casier judiciaire». La période d'inadmissibilité passera de 3 à 5 ans pour toutes les infractions sommaires, et de 5 à 10 ans pour les actes criminels. Si le projet de loi est adopté tel que présenté, le pardon ne serait plus accordé aux personnes ayant été condamnées pour plus de trois actes criminels. Les effets de la réhabilitation Mise à l écart des renseignements contenus dans la banque SDJ (synopsis dossier judiciaire) du CPIC - art. 5b) de la Loi sur le casier judiciaire Le casier judiciaire n est pas supprimé. Il devient interdit de communiquer les renseignements consignés au casier judiciaire sans l autorisation du ministre de la Sécurité publique - art. 6(2) de la Loi sur le casier judiciaire Pour autoriser la communication des renseignements mis à l écart, le ministre doit être convaincu que la communication sert l administration de la justice ou est souhaitable pour la sûreté ou sécurité du Canada ou d un État allié ou associé au Canada. - art. 6(3) de la Loi sur le casier judiciaire La réhabilitation établit la preuve que la CNLC a été convaincue de la bonne conduite du demandeur et que la condamnation ne devrait plus ternir sa réputation - art. 5a) de la Loi sur le casier judiciaire Il faut présumer que la personne réhabilitée a recouvré complètement son intégrité morale. Montréal (Ville) c. Québec (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse), [2008] 2 R.C.S

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à :

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Demande de transfert Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Le demandeur a-t-il une dette envers son AGA/AGD actuel? Dans l'affirmative, veuillez

Plus en détail

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose?

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? Quel droit les employeurs, les organisations bénévoles, les autorités de réglementation et les établissements d enseignement (les «organismes»)

Plus en détail

Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier

Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier Commission des libérations conditionnelles du Canada Parole Board of Canada Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier Instructions étape par étape et

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011 Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec Mise à jour Janvier 2011 2 Un nombre important (plus de 14 %) des réclamations présentées chaque année au Fonds d assurance mettent

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D.

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Réservé à l usage del organisme de réglementation Approuvé N o du permis Date de délivrance Date d expiration 1. Renseignements personnels

Plus en détail

ANNEXE 1 RÉFÉRENCE À LA POLITIQUE DRHSC-2013-082 AVIS

ANNEXE 1 RÉFÉRENCE À LA POLITIQUE DRHSC-2013-082 AVIS ANNEXE 1 Programme Déficience physique RÉFÉRENCE À LA POLITIQUE DRHSC-2013-082 À l embauche, le candidat (désigné ci-après «le déclarant») doit déclarer s il a des antécédents judiciaires au Canada ou

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal

Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal Gestion des causes de niveau intermédiaire : Critères d'admissibilité Les affaires en droit criminel peuvent être dirigées

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail PAR COURRIEL Le 30 avril 2010 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies Section de la politique en matière de droit pénal Ministère de la Justice Édifice commémoratif de l Est 284, rue Willington

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants.

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants. Division 1 : assurance de la responsabilité civile Article 1 - description de l'assurance La présente assurance couvre la responsabilité civile des assurés pour les dommages causés par le fait de l'exercice

Plus en détail

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière?

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière? Foire aux questions Vous avez reçu un constat d infraction et vous avez plusieurs interrogations concernant les procédures judiciaires. Voici des réponses aux questions les plus fréquentes : 1. J'ai reçu

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Foire aux questions Comité d accès à la profession (CAP) DOCUMENTS À FOURNIR AU COMITÉ D'ACCÈS À LA PROFESSION

Foire aux questions Comité d accès à la profession (CAP) DOCUMENTS À FOURNIR AU COMITÉ D'ACCÈS À LA PROFESSION 1 DOCUMENTS À FOURNIR AU COMITÉ D'ACCÈS À LA PROFESSION Modes de transmission : Par la poste : PAR COURRIER RECOMMANDÉ OU XPRESSPOST En personne : en déposant vos documents dans la boîte identifiée à cet

Plus en détail

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8 Annexe au contrat de location Programme de coupons pour le choix du logement, avec aide aux locataires, de la Section 8 Département du Logement et de l'urbanisme des États-Unis Bureau des logements sociaux

Plus en détail

ENF 11. Vérification du départ

ENF 11. Vérification du départ ENF 11 Vérification du départ Mises à jour du chapitre... 2 1. Objet du chapitre... 3 2. Objectifs du programme... 3 3. Loi et Règlement... 3 3.1. Textes de référence... 3 3.2. Dispositions transitoires...

Plus en détail

Foire aux questions Comité d accès à la profession (CAP) 1 DOCUMENTS À FOURNIR AU COMITÉ D'ACCÈS À LA PROFESSION

Foire aux questions Comité d accès à la profession (CAP) 1 DOCUMENTS À FOURNIR AU COMITÉ D'ACCÈS À LA PROFESSION Foire aux questions Comité d accès à la profession (CAP) 1 DOCUMENTS À FOURNIR AU COMITÉ D'ACCÈS À LA PROFESSION Les documents qui suivent doivent être envoyés par la poste, PAR COURRIER RECOMMANDÉ ou

Plus en détail

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Veuillez indiquer votre numéro de dossier attribué par la Régie 13- Veuillez remplir le tableau suivant et le retourner avec le formulaire dûment rempli et

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Plan Protection Plus Certificat d assurance - Assurance vie et invalidité

Plan Protection Plus Certificat d assurance - Assurance vie et invalidité Page 1 de 5 Le présent certificat d assurance (le «certificat») renferme des détails importants sur votre couverture d assurance ; veuillez le garder en lieu sûr. La correspondance ultérieure pourrait

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour A U S E R V I C E D E S C A N A D I E N S Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Kwing Hung, Ph. D. Conseiller en statistique et méthodologie

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION

RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION VILLE DE MONTRÉAL ARRONDISSEMENT DE VILLE-MARIE CA-24-107 RÈGLEMENT SUR LES CERTIFICATS D AUTORISATION ET D OCCUPATION Vu l article 119 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (L.R.Q., chapitre A-19.1);

Plus en détail

jç- L iis :2! 3 i23 Q Autorisation de financement à obtenir et source de financement proposée: çj Ville de FICHE DE PRISE DE DÉCISION

jç- L iis :2! 3 i23 Q Autorisation de financement à obtenir et source de financement proposée: çj Ville de FICHE DE PRISE DE DÉCISION e çj Ville de jç- L iis Direction générale Comité exécutif FICHE DE PRISE DE DÉCISION Fiche de prise de décision: POL-2015-013 Direction Service de police Objet: Adoption du Règlement RV-201 5-XX-XX sur

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE Remarque : 1. Tous les éléments sont des champs de données, à moins d'indication contraire. 2. Les éléments de «texte» doivent être reproduits à

Plus en détail

Revue de la jurisprudence récente du TAQ en matière d affaires sociales. M e Lucie Allard et M e Laurence Ferland 29/11/12

Revue de la jurisprudence récente du TAQ en matière d affaires sociales. M e Lucie Allard et M e Laurence Ferland 29/11/12 Revue de la jurisprudence récente du TAQ en matière d affaires sociales M e Lucie Allard et M e Laurence Ferland 29/11/12 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC, SECTION DES AFFAIRES SOCIALES: Assurance automobile

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : P. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDGAE 7 Appel n o : GE-13-374 ENTRE : P. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES ACGC06/2007 ARTICLE 1. QU ENTEND-ON PAR? VOUS : le Preneur d assurance, c est-à-dire la personne qui conclut le contrat d assurance. NOUS : la Compagnie

Plus en détail

Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec.

Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec. Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec. Pour réaliser sa mission, le Ministère intervient dans les secteurs d activité suivants : les services de prévention et de lutte

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile Annexe B pour les règles de souscription de l assurance-automobile Émis avec le Bulletin No. A-09/03 I.A.R.D. - Auto ommission des services financiers de l Ontario 29 juillet 2003 pour les règles de souscription

Plus en détail

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Maître Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

PROCÉDURE LIÉE AU DÉPLACEMENT

PROCÉDURE LIÉE AU DÉPLACEMENT PROCÉDURE LIÉE AU DÉPLACEMENT Les termes et expressions utilisées dans la présente procédure liée au déplacement ont le sens qui leur est attribué dans les Conditions de car2go. I. PRÉSENTER UNE DEMANDE

Plus en détail

ENF 20 Détention 2007-09-26 1

ENF 20 Détention 2007-09-26 1 ENF 20 Détention Mises à jour du chapitre... 2 1. Objet du chapitre... 3 2. Objectifs du programme... 3 3. Loi et Règlement... 3 3.1. Le pouvoir de détenir une personne... 3 3.2. Modalités et facteurs

Plus en détail

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES DIRECTEURS ET DIRECTRICES D'ÉTABLISSEMENT D'ENSEIGNEMENT RETRAITÉS. Assurance vie Catégories 100, 110, 200

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES DIRECTEURS ET DIRECTRICES D'ÉTABLISSEMENT D'ENSEIGNEMENT RETRAITÉS. Assurance vie Catégories 100, 110, 200 ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES DIRECTEURS ET DIRECTRICES D'ÉTABLISSEMENT D'ENSEIGNEMENT RETRAITÉS Assurance vie Catégories 100, 110, 200 Dernière modification prenant effet le : 1 er janvier 2015 RÉGIME D'ASSURANCE

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Présenté à la : Commission de la culture

Présenté à la : Commission de la culture Mémoire relatif au projet de loi 122 Loi modifiant la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur la protection des renseignements

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

POLITIQUE N o : P AJ-005 POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES INFORMATIONS CONFIDENTIELLES

POLITIQUE N o : P AJ-005 POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES INFORMATIONS CONFIDENTIELLES 1. INTRODUCTION Le Code civil prévoit des dispositions qui imposent aux employés des obligations en matière de loyauté et de protection des informations à caractère confidentiel : Art. 2088. Le salarié,

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

avant-propos Goodshot : Business and Euro Photo Alto : Crowds by Frédéric Cirou Corbis : Crime and Justice

avant-propos Goodshot : Business and Euro Photo Alto : Crowds by Frédéric Cirou Corbis : Crime and Justice Vous êtes condamné avant-propos Vous êtes condamné par le juge. Selon la nature des faits qui vous ont été imputés et des circonstances dans lesquelles ils ont été commis, le juge peut vous infliger une

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

Amy Phenix Dennis Doren Leslie Helmus R. Karl Hanson David Thornton. Règles de codage pour l échelle Statique-2002

Amy Phenix Dennis Doren Leslie Helmus R. Karl Hanson David Thornton. Règles de codage pour l échelle Statique-2002 Amy Phenix Dennis Doren Leslie Helmus R. Karl Hanson David Thornton Règles de codage pour l échelle Statique-2002 Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2008 No de cat. : PS4-78/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-92743-5

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L.

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS Présentation du 27 octobre 2008 Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. I- CONTRAT D ASSURANCE COLLECTIVE A) Définition du contrat d assurance

Plus en détail

CONVENTION D INVESTISSEMENT. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document.

CONVENTION D INVESTISSEMENT. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. CONVENTION D INVESTISSEMENT Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. Juin 2013 PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT ENTRE: Nom: Nom à la naissance: (Si différent)

Plus en détail

Loi sur la sécurité privée

Loi sur la sécurité privée DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 (2006, chapitre 23) Loi sur la sécurité privée Présenté le 16 décembre 2004 Principe adopté le 31 mai 2006 Adopté le 14 juin 2006 Sanctionné

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Adopté par le Conseil le 7 février 2006 En vigueur le 7 février 2006 Abrogé par le Conseil et entré en vigueur le 24 avril 2012 Règlement

Plus en détail

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT : Le présent certificat d assurance est

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

Présenté par l Organisme d autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ)

Présenté par l Organisme d autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) Mémoire présenté au ministère des Finances et de l Économie dans le cadre de la consultation faisant suite au dépôt du Rapport sur l application de la Loi sur les assurances et de la Loi sur les sociétés

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Textes abrogés : Notes de l administration pénitentiaire du 15 juillet 2002 et 29 mars 2004 Circulaire AP9206GA3 du 26 novembre 1992

Textes abrogés : Notes de l administration pénitentiaire du 15 juillet 2002 et 29 mars 2004 Circulaire AP9206GA3 du 26 novembre 1992 7 avril 2005 Procureurs généraux près les cours d'appel - Procureurs de la République près les tribunaux de grande instance - Directeurs régionaux des services pénitentiaires - Directeur régional, chef

Plus en détail

Prénom Second prénom Nom de famille. 2. COORDONNÉES PERSONNELLES 3. COORDONNÉES PROFESSIONNELLES Adresse :

Prénom Second prénom Nom de famille. 2. COORDONNÉES PERSONNELLES 3. COORDONNÉES PROFESSIONNELLES Adresse : NE PAS TÉLÉCOPIER BARREAU DU HAUT-CANADA DEMANDE DE PERMIS DE CONSEILLER JURIDIQUE ÉTRANGER (en vertu du Règlement administratif n o 14) PARTIE A RENSEIGNEMENTS SUR LE DEMANDEUR RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Assurance vie. Temporaire (10 ans ou 20 ans selon la police souscrite par le titulaire) Protection (Or, Argent ou Bronze)

Assurance vie. Temporaire (10 ans ou 20 ans selon la police souscrite par le titulaire) Protection (Or, Argent ou Bronze) Assurance vie Temporaire (10 ans ou 20 ans selon la police souscrite par le titulaire) Protection (Or, Argent ou Bronze) Nº DE POLICE : DATE D'EFFET : TITULAIRE : Partie A Définitions Les termes identifiés

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Projet de loi n o 24. Présentation. Présenté par M. Jean-Marc Fournier Ministre de la Justice

Projet de loi n o 24. Présentation. Présenté par M. Jean-Marc Fournier Ministre de la Justice DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 24 Loi visant principalement à lutter contre le surendettement des consommateurs et à moderniser les règles relatives au crédit à la consommation

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

FORMULAIRE 3 FORMULAIRE DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

FORMULAIRE 3 FORMULAIRE DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS FORMULAIRE DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LA NEO BOURSE AEQUITAS INC. INSTRUCTIONS D ORDRE GÉNÉRAL Comment remplir le formulaire de renseignements personnels 1. Ce formulaire de renseignements personnels

Plus en détail

Procédures de requête et de plainte

Procédures de requête et de plainte 7 Procédures de requête et de plainte Cet outil explique diverses démarches de requêtes ou de plaintes que des personnes peuvent avoir à effectuer dans certaines situations. Il vise à démystifier ces démarches

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 5 FORMULE D ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE POUR DOMMAGES ÉPROUVÉS PAR LE VÉHICULE ASSURÉ ASSURANCE DE REMPLACEMENT 1 er août 2010 F.P.Q. N 5 POLICE D'ASSURANCE

Plus en détail

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public

l arrêt qui suit : E n t r e : comparant par Maître Yves KASEL, avocat à la Cour, demeurant à Luxembourg, et : le Ministère public N 43 / 2014 pénal. du 11 décembre 2014. Not. 16453/13/CD Numéro 3383 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES La suite du présent document pourrait vous inquiéter. Le langage peut sembler inhabituel. C est parce que les conditions suivantes sont des conditions légales

Plus en détail