L auteur tient à remercier chaleureusement les personnes suivantes :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L auteur tient à remercier chaleureusement les personnes suivantes :"

Transcription

1 Les séquelles d un passage à la cour et les diverses conséquences, pour un individu, d une déclaration de culpabilité à une accusation portée par voie de procédure sommaire Me Walid Hijazi Desrosiers, Joncas, Massicotte 480, boulevard Saint-Laurent, bureau 503 Montréal (Québec) H2Y 3Y7 Téléphone : Courriel : Colloque conjoint Barreau de Montréal et la Cour municipale de Montréal 19 janvier 2011

2 L auteur tient à remercier chaleureusement les personnes suivantes : - Me Frédérick Carle, ami et collègue criminaliste, avec qui la conférence «Séquelles d un passage à la cour» a été conçue et présentée par le passé. - L honorable Morton S. Minc, juge-président de la Cour municipale. - L honorable Dominique B. Joly, j.c.m., co-conférencière et organisatrice du colloque. - Me Doris Larrivée, directrice générale du Barreau de Montréal, et Me Nathalie Guertin, secrétaire du comité de liaison, pour leur soutien habituel.

3 L IDENTIFICATION JUDICIAIRE L identification judiciaire est une exception au principe de l inviolabilité de la personne L article 2 de la Loi sur l identification des criminels (LCI) La LIC ne permet pas de procéder à l identification d une personne qui n a pas encore fait l objet d une accusation. R. c. Connors, (1988) 121 C.C.C. (3d) 358 (CACB) Le prévenu accusé d une infraction mixte peut être soumis au bertillonnage même s il est accusé par voie sommaire Lapointe c. Lacroix, [1981] C.A. 497, à 501 (CAQ) Il est permis d employer la force nécessaire pour effectuer et appliquer utilement la prise des mensurations L article 2(2) LCI Cette procédure a été jugée conforme à la Charte canadienne des droits et libertés. R. c. Beare, [1988] 2 R.C.S. 387 : 44. Pour trancher une telle question, il faut garder le sens des proportions. Le prélèvement d'empreintes digitales constitue-t-il une atteinte plus grave aux droits du prévenu sous garde qu'un examen corporel, à la recherche de taches de naissance ou autres? Je ne le pense pas et, comme je l'ai noté, être arrêté et accusé d'une infraction me semble beaucoup plus grave. Voici ce que dit le juge Augustus Hand dans la décision United States v. Kelly, 55 F.2d 67 (2nd Cir. 1932), à la p. 70 : [traduction] «Ce n'est pas plus humiliant que d'autres procédés d'identification qui, suivant l'opinion universellement acceptée, n'enfreignent aucun droit constitutionnel ni de common law. On a recours à la prise d'empreintes digitales dans de nombreuses branches du commerce et dans la fonction publique, ce n'est pas en soi la marque infamante du crime. L'atteinte physique est minime et l'humiliation qu'elle suscite ne peut se comparer à celle que cause la publicité entourant la mise en accusation sensationnelle d'un innocent.» Les empreintes digitales d un individu sont recueillies par le corps policier responsable de l enquête et transmis au Service d identité judiciaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). À la réception des empreintes digitales, le Service d identité judiciaire de la GRC attribue un numéro de dossier FPS (Finger Print Section). Un individu conservera le même numéro FPS tout au long de sa vie. Il devient ainsi fiché à l intérieur du Centre d information de la police canadienne (CIPC). 1

4 DESTRUCTION DES EMPREINTES DIGITALES Malgré le retrait des accusations, l acquittement, la non-judiciarisation et l arrêt des procédures, la «fiche signalétique» n est pas automatiquement détruite par la police et demeure «active». Le justiciable doit faire une demande de destruction par écrit au corps policier responsable de l enquête et qui a procédé à la prise des empreintes digitales. Le corps de police achemine cette demande à la Sureté du Québec pour retirer les informations du Centre de renseignements policiers du Québec et à la GRC pour la destruction des empreintes et le retrait des informations du CIPC. Aucune législation fédérale ne règlemente la gestion des empreintes digitales en cas de noncondamnation. Les corps de police procèdent différemment en vertu de politiques administratives internes. Selon la Cour d appel de l Ontario, rien n oblige les corps policiers de procéder à la destruction de la fiche signalétique de leur propre initiative. R. c. Doré, [2002] OJ 2845 (juge Doherty) Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) exige une demande de destruction écrite accompagnée d une preuve de la non-condamnation, tel un extrait du plumitif ou une copie du procèsverbal de la cour. La demande de destruction est recevable seulement deux mois après que le jugement final soit rendu, pour s assurer qu aucune requête en appel n ait été interjetée et que le délai d appel de 30 jours soit expiré. La GRC ne traitera aucune demande avant. La demande de destruction doit être envoyée par courrier à l adresse suivante : Motifs de refus : Section de l identification judiciaire (SPVM) Module destruction de dossiers 7700, boul. Langelier, 2 e étage Montréal, Qc, H1S 2Z6 La personne a une autre condamnation à son casier judiciaire La personne est accusée dans un autre dossier Troubles mentaux Certains crimes graves : meurtre, violence, agression sexuelle, pornographie juvénile, gangstérisme, etc. En cas d absolution inconditionnelle, le justiciable doit attendre 12 mois avant de faire une demande de destruction. 2

5 En cas d absolution conditionnelle, le justiciable doit attendre 3 ans avant de faire une demande de destruction. En cas d engagement de ne pas troubler l ordre public (art. 810 C.cr.) le justiciable doit attendre l expiration de la période de probation avant de faire une demande de destruction. PLUMITIF ET DOSSIER DE LA COUR Le caractère public de l accusation : c est justement l accès à l information qui crée les stigmates liés à une condamnation! Il est possible de demander au greffe de rendre inaccessibles les renseignements contenus aux registres et relevés informatisés en matière criminelle : Acquittement Accusation rejetée Accusation suspendue ou sans disposition Libération (autrefois acquis/convict) Absolution inconditionnelle Absolution conditionnelle Libération inconditionnelle à la suite d un verdict de non-responsabilité pour troubles mentaux Libération sous réserve des modalités indiquées par le tribunal ou la Commission d examen à la suite d un verdict de nonresponsabilité pour troubles mentaux Engagement de ne pas troubler l ordre public (art. 810 C.Cr.) 2 mois après l expiration du délai d appel ou 3 mois suivant l expiration des procédures d appel 1 an suivant la date du rejet ou du retrait 1 an suivant l arrêt des procédures 1 an suivant la date de la libération 1 an suivant la date de l absolution 3 ans suivant la date de l absolution 1 an suivant la date de la décision 3 ans suivant la date de l ordonnance 1 an suivant la date de la fin de l engagement Le formulaire est disponible sur internet : ct_acces_info_fr.pdf Résolution dans l affaire Ostiguy, recours collectif exercé contre le Procureur général du Québec, le Procureur général du Canada, la Ville de Montréal, la Ville de Laval et la Ville de Longueuil ( ) en 2008 : 3

6 CASIER JUDICIAIRE Les origines du casier judiciaire sont lointaines : «Avant le XXe siècle, il était d usage, dans certains pays européens, de marquer physiquement les personnes condamnées pour un délit criminel. Le but de cette méthode était d identifier les délinquants et de leur appliquer avec certitudes les conséquences civiles de la condamnation. De plus, ceci rendait possible l imposition d une sentence adéquate dans le cas où l individu marqué récidivait et se retrouvait à nouveau devant les tribunaux. Le développement des systèmes d archives judiciaires a permis éventuellement l abolition de la marque physique et son remplacement par un système d inscription dans un casier judiciaire». (Association des services de réhabilitation sociale du Québec, Si j avais su ou les incidences personnelles d un casier judiciaire, novembre 2004, La Loi sur le casier judiciaire ne prévoit aucune définition du casier judiciaire et son application se rattache uniquement à la notion de «condamnation» Art. 3 de la Loi sur le casier judiciaire Le «casier judiciaire» est le sommaire des verdicts de culpabilité d un individu : «Le casier judiciaire, au plan juridique, serait donc le support officiel de l information relative aux condamnations pénales d une personne en vertu des lois et des règlements fédéraux et de certaines données relatives à son identification» (Hélène Dumont, Pénologie le droit relatif aux peines et aux sentences, Thémis, 1993, p. 556) Ce «support officiel» se retrouve concrètement sous la forme de fichiers informatisés gérés par le CIPC. EFFETS SUR L EMPLOI La Charte québécoise L article 18.2 de la Charte des droits et libertés de la personne : «Nul ne peut congédier, refuser d'embaucher ou autrement pénaliser dans le cadre de son emploi une personne du seul fait qu'elle a été déclarée coupable d'une infraction pénale ou criminelle, si cette infraction n'a aucun lien avec l'emploi ou si cette personne en a obtenu le pardon.» Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Lignes directrices pour l application de l article 18.2, mai 1988 (extraits) : 4

7 Domaine d emploi a) L'article 18.2 interdit de : congédier; refuser d'embaucher; pénaliser une personne dans le cadre de son emploi. Ce dernier point peut signifier un traitement défavorable en ce qui concerne : o l'apprentissage; o la durée de la période de probation; o la formation professionnelle; o la promotion; o la mutation; o le déplacement; o la suspension; o toute autre condition de travail, notamment le salaire. b) L'article 18.2 n'interdit pas : d'exercer de la discrimination fondée sur les antécédents judiciaires dans l'admission, la jouissance d'avantages, la suspension ou l'expulsion d'une personne d'une association d'employeurs ou de salariés ou de toute corporation professionnelle ou association de personnes exerçant une même occupation; à un bureau de placement de traiter différemment les personnes ayant des antécédents judiciaires; de requérir d'une personne des renseignements relatifs à ses antécédents judiciaires, dans un formulaire de demande d'emploi ou lors d'une entrevue relative à un emploi. Infraction non liée à l emploi Un critère permettant d'évaluer si une infraction est liée à un emploi peut être l'effet d'une récidive éventuelle sur l'efficacité du travail à accomplir et la sécurité de l'entreprise. Les types d'emploi et d'infraction étant tous deux nombreux et variés, chaque cas devra faire l'objet d'une appréciation objective particulière. 5

8 Le domaine de la petite enfance Les centres de la petite enfance et les garderies ont l'obligation légale de s'assurer que toutes les personnes majeures qui travaillent ou qui sont appelées à travailler dans un service de garde ont fait l'objet d'une vérification de l'absence d'empêchement. Chaque centre de la petite enfance et garderie doit signer une entente avec un service de police sur le filtrage des personnes appelées à travailler auprès de personnes vulnérables. Personne n est épargné : tout administrateur ainsi que toute personne qui travaille dans une installation d'un centre de la petite enfance ou d'une garderie pendant les heures de prestation des services de garde, y compris un stagiaire ou un bénévole qui s'y présente régulièrement, doit être filtré. Un «empêchement» est un comportement pouvant raisonnablement faire craindre pour la sécurité physique ou morale d un enfant. Cette notion ne vise pas uniquement la condamnation pour une infraction ayant un lien avec la conduite exigée en garderie, mais également toute mise en accusation. - art de la Loi sur les centres de la petite enfance et autres services de garde [LRQ c. C-8.2] - articles 2, 12 et 12.1 du Règlement sur les centres de la petite enfance [c. C-8.2, r.2] - art. 6 de la Loi sur le casier judiciaire Les professionnels Un ordre professionnel peut refuser la délivrance d un permis ou l inscription au tableau de l ordre lorsque la personne qui a fait la demande a été «déclarée coupable» d une infraction en lien avec la profession, sauf si elle a obtenu le pardon. - art. 45 du Code des professions Un professionnel déjà inscrit au sein d un ordre peut faire l objet d une suspension ou d une radiation. - art du Code des professions au 1er paragraphe qui réfère également à une «déclaration de culpabilité» et non à une condamnation. Au sens du Code des professions, une déclaration de culpabilité ne disparaît pas par l effet de l absolution; seul le pardon pourrait avoir cet effet. Houle c. Comité des requêtes du Barreau du Québec, REJB (CAQ) Blondin c. Médecins, REJB (Tribunal des professions) R. c. Doyon, EYB (CAQ) 6

9 Certains domaines de carrière La fonction publique fédérale - art. 750 du Code criminel L industrie du taxi - articles 26 et 28 de la Loi concernant les services de transport par taxi [LRQ chap. T- 11.1] Les permis d alcool - articles 41 et 42 de la Loi sur les permis d alcool [LRQ c. P-9.1] Les courtiers immobiliers - art. 21 du Règlement d application de la loi sur le courtage [LRQ c. C-73.1, r.1] LES ASSURANCES MULTIRISQUES Couverture de risques de toutes les branches d assurances, à l exception de l assurance-vie (automobiles, biens et responsabilité civile). Selon la Loi sur l'assurance automobile, le propriétaire de tout véhicule automobile circulant au Québec doit avoir un contrat d'assurance-responsabilité d'un montant minimal de $ [art. 87] Il n existe pas de «droit à l assurance» : «Une telle attitude ne peut être discriminatoire face à la Charte des droits et libertés de la personne que si elle contrevient à un droit reconnu par cette Charte. Or, le droit à l'assurance, ça n'existe pas en soi. L'assurance, c'est d'abord et avant tout un contrat qui lie les contractants, qui peut être de différents types suivant principalement la nature du risque assuré et qui vise essentiellement à prévoir les modalités de la couverture offerte par l'assureur à l'assuré, moyennant une prime ou une cotisation payable par ce dernier.» Wagner c. ING, Le Groupe Commerce, Cie d assurance, [2001] J.Q Les compagnies d assurance sont libres de déterminer leurs propres conditions d adhésion. La plupart des compagnies d assurance refusent d assurer une personne si elle ou son conjoint possède un casier judiciaire. La notion de «risque» est utilisée par les compagnies d assurance pour déterminer si elles assureront ou non un individu et pour fixer le montant des primes. 7

10 La notion de «risque» est complexe et liée à des intérêts variés. Le risque s évalue au cas par cas. Le risque est dit «matériel» lorsque l assuré a déjà commis une infraction ayant une connexité avec le risque assuré. Tout autre risque est dit «moral». La plupart des compagnies n accordent pas d importance au lien entre la nature du crime commis et le type d assurance demandé. Un risque moral suffit. Les compagnies d assurance considèrent le casier judiciaire comme un facteur de risque : gonflement de la réclamation fausses déclarations faux sinistre risque de représailles à l endroit de l assuré Les compagnies qui acceptent d assurer une personne avec un casier judiciaire (ou dont le conjoint a un casier judiciaire) augmentent les primes à payer et/ou diminuent la couverture d assurance. Par exemple, un individu ayant déjà commis un vol et qui cherche à assurer sa maison ou son logement se verra probablement offrir un plan ne couvrant pas le vol. En acceptant le plan, il ne sera pas indemnisé s il est victime d un vol par effraction. Les antécédents judiciaires d une personne ne constituent pas un fait notoire que l assureur est présumé connaître. Les assurés sont tenus de révéler leurs antécédents judiciaires ainsi que ceux de leurs proches (conjoints et enfants) s ils sont questionnés à cet effet par l agent d assurance lors de la souscription. Wawanesa c. GMAC Location Itée, 2005 QCCA 197 Nadeau c. ING Groupe Commerce, [2004] J.Q Langlois c. Wawanesa, [2004] J.Q La déclaration précontractuelle de risque : articles 2408 et 2409 du Code civil du Québec. «2408. Le preneur, de même que l'assuré si l'assureur le demande, est tenu de déclarer toutes les circonstances connues de lui qui sont de nature à influencer de façon importante un assureur dans l'établissement de la prime, l'appréciation du risque ou la décision de l'accepter, mais il n'est pas tenu de déclarer les circonstances que l'assureur connaît ou est présumé connaître en raison de leur notoriété, sauf en réponse aux questions posées.» «2409. L'obligation relative aux déclarations est réputée correctement exécutée lorsque les déclarations faites sont celles d'un assuré normalement prévoyant, qu'elles 8

11 ont été faites sans qu'il y ait de réticence importante et que les circonstances en cause sont, en substance, conformes à la déclaration qui en est faite.» Une compagnie d assurance peut lorsqu elle apprend, même après plusieurs années, qu un client a un casier judiciaire, annuler sa police ou refuser de l indemniser. En cas de litige, l assureur devra démontrer, selon la balance des probabilités, que l assuré a été interrogé sur son casier judiciaire et que les informations non-déclarées étaient pertinentes à son appréciation du risque. Le contrat d assurance sera alors annulé ab initio. Wawanesa c. GMAC Location Itée, 2005 QCCA 197 Si le contrat d assurance est déjà ouvert et qu une infraction est commise postérieurement, la déclaration de culpabilité devrait être divulguée à l assureur sans délai afin d ajuster la police d assurance ou pour se trouver un nouvel assureur en cas de radiation de la police d assurance : «2411. En matière d'assurance de dommages, à moins que la mauvaise foi du preneur ne soit établie ou qu'il ne soit démontré que le risque n'aurait pas été accepté par l'assureur s'il avait connu les circonstances en cause, ce dernier demeure tenu de l'indemnité envers l'assuré, dans le rapport de la prime perçue à celle qu'il aurait dû percevoir.» «2466. L'assuré est tenu de déclarer à l'assureur, promptement, les circonstances qui aggravent les risques stipulés dans la police et qui résultent de ses faits et gestes si elles sont de nature à influencer de façon importante un assureur dans l'établissement du taux de la prime, l'appréciation du risque ou la décision de maintenir l'assurance. Lorsque l'assuré ne remplit pas cette obligation, les dispositions de l'article 2411 s'appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires.» Une réhabilitation obtenue en vertu de la Loi sur le casier judiciaire devrait faire en sorte que l assuré n a pas à déclarer ses antécédents criminels à son assureur aux termes de l article 2408 C.c.Q. Obligation de l avocat criminaliste : l avocat qui conseille à son client de consulter un civiliste a rempli son obligation déontologique prévue à du Code de déontologie des avocats : Côté c. Rancourt, [2004] 3 R.C.S. 248 « L'avocat doit éviter toute fausse représentation quant à son niveau de compétence ou quant à l'efficacité de ses services professionnels ou, le cas échéant, quant au niveau de compétence ou à l'efficacité des services des personnes qui exercent leurs activités au sein de la même société que lui.» 9

12 L INTERDICTION DE TERRITOIRE POUR CAUSE DE CRIMINALITÉ En vertu de la Loi sur l immigration et la protection des réfugiés (LIPR), toute personne autre qu un citoyen canadien peut faire l objet de mesures pouvant mener à son expulsion du Canada. «Les objectifs explicites de la LIPR révèlent une intention de donner priorité à la sécurité. Pour réaliser cet objectif, il faut empêcher l entrée au Canada des demandeurs ayant un casier judiciaire et renvoyer ceux qui ont un tel casier, et insister sur l obligation des résidents permanents de se conformer à la loi pendant qu ils sont au Canada. Cela représente un changement d orientation par rapport à la loi précédente, qui accordait plus d importance à l intégration des demandeurs qu à la sécurité ( ). Considérés collectivement, les objectifs de la LIPR et de ses dispositions relatives aux résidents permanents traduisent la ferme volonté de traiter les criminels et les menaces à la sécurité avec moins de clémence que le faisait l ancienne Loi.» Medovarski c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l'immigration), [2005] 2 R.C.S. 539 En cas de condamnation, l Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) peut préparer un rapport et soumettre le dossier de l individu à la section de l immigration de la Commission de l immigration et du statut du réfugié (CISR). La section de l immigration tient alors une «enquête» pour déterminer l interdiction de territoire. - articles 44 et 45 LIPR Les membres de la famille de la personne interdite de territoire pourraient également être expulsés du Canada s ils n ont pas obtenu la citoyenneté. - art. 42 LIPR Les résidents permanents et la «grande criminalité» Un crime est considéré «grand» en fonction de la peine maximale prévue pour l infraction ou à la lumière de la peine qui est réellement imposée par le tribunal. Un individu est coupable de «grande criminalité» dans l un ou l autre des cas suivants (art. 36(1) LIPR) : La peine maximale prévue à la loi est un emprisonnement de 10 ans ou plus, indépendamment de la peine imposée par le tribunal. Le tribunal condamne l individu à une peine d emprisonnement de plus de 6 mois. Les crimes qui peuvent entraîner au moins 10 ans d emprisonnement sont nombreux : voies de fait causant des lésions corporelles, fabrication ou utilisation d un faux document, vol, possession d arme dans un but dangereux, etc. 10

13 Le statut de résident permanent ne sera pas être menacé si la personne reconnue coupable d une infraction bénéficie d une absolution ou d un pardon. - art. 36(3)b) LIPR Le résident permanent condamné à une peine d emprisonnement d au moins deux ans perd son droit d interjeter appel de la mesure d expulsion devant la Section d appel de l immigration (SAI). - art. 64(2) LIPR Le résident permanent condamné à plus de deux ans de prison pourra seulement demander à la Cour fédérale d effectuer un contrôle judiciaire de l ordonnance d expulsion. Le contrôle judiciaire est limité aux erreurs de droit. Cette mesure simplifie le renvoi de résidents permanents qui sont condamnés à au moins deux années d emprisonnement et empêche qu une mesure d expulsion puisse être annulée par la SAI pour des considérations humanitaires. Les étrangers Est un étranger la personne qui n a pas la citoyenneté canadienne ni le statut de résident permanent. Le degré de gravité de l infraction donnant lieu à une décision d expulsion est moindre dans le cas d un étranger que d un résident permanent. Un étranger qui est déclaré coupable au Canada d un acte criminel ou d une infraction mixte, quelle que soit la durée de la peine d emprisonnement, peut faire l objet d une mesure d expulsion. - articles 36(2)a) et 36(3)a) LIPR Un étranger déclaré coupable de deux ou de plusieurs infractions punissables sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire qui ne découlent pas des mêmes faits peut également faire l objet d une mesure d expulsion. - art. 36(2)a) LIPR Les étrangers peuvent interjeter appel d une mesure d expulsion devant la SAI uniquement s ils détiennent un visa de résident permanent ou s ils ont le statut de personne protégée (réfugiés). - art. 63(3) LIPR Impact de la peine infligée Dans la plupart des cas, le fait pour un résident permanent de plaider coupable à une infraction moindre, qui n est pas punissable par mise en accusation, empêchera son expulsion. Cependant, les infractions purement sommaires sont rares. Aux termes de la LIPR, les infractions mixtes sont 11

14 des infractions punissables par mise en accusation, indépendamment du mode de poursuite effectivement retenu. - art. 36(3)a) LIRP Une peine de six mois d emprisonnement ou moins écartera la possibilité d une expulsion d un résident permanent si la peine maximale prévue pour l infraction commise est inférieure à dix années d emprisonnement. Un résident permanent condamné à une peine d au moins deux ans ne pourra pas interjeter appel de la mesure d expulsion devant la SAI. Une peine de plus de deux ans empêchera une personne de demander le statut de réfugié, qu il s agisse d un résident permanent ou d un étranger. Si une personne fait déjà l objet d un sursis de renvoi par la SAI, une condamnation subséquente pour grande criminalité (punissable d un emprisonnement d au moins dix ans ou pour lequel un emprisonnement de plus de six mois est infligé) annulera le sursis à la mesure de renvoi accordé par la SAI et entraînera son expulsion. Les demandes de parrainage Certains citoyens canadiens et résidents permanents vivant au Canada peuvent vouloir parrainer des proches parents vivant à l étranger afin de les faire vivre au Canada : parents, grands-parents, enfants adoptés à l étranger ou en voie d être adoptés au Canada. En vertu du Règlement sur l immigration et la protection des réfugiés, une condamnation peut faire obstacle à une demande de parrainage : «156. (1) Les personnes suivantes sont inhabiles à être parties à un parrainage : a) la personne qui a été déclarée coupable au Canada de meurtre ou de l une ou l autre des infractions qui figurent à l annexe I ou II de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition, qu elle soit punissable par procédure sommaire ou par mise en accusation, à moins qu une période de cinq ans suivant l expiration de la peine ne se soit écoulée; d) la personne qui fait l objet d une mesure de renvoi; f) la personne qui est détenue dans un pénitencier, une prison ou une maison de correction. Exception en cas de pardon (2) Pour l application de l alinéa (1)a), la déclaration de culpabilité n emporte pas rejet de la demande de parrainage en cas de verdict d acquittement rendu en dernier 12

15 ressort ou de réhabilitation sauf cas de révocation ou de nullité au titre de la Loi sur le casier judiciaire.» VOYAGER AUX ÉTATS-UNIS L entrée dans un pays n est pas un droit, c est un privilège! La portée d une réhabilitation accordée par la CNLC (pardon) se limite au territoire canadien. Les pays étrangers n en reconnaissent pas la validité. La présence d un casier judiciaire est une cause d inadmissibilité aux États-Unis, même pour une simple escale dans un aéroport américain. Plusieurs catégories d infractions sont énumérées à la Immigration and Nationality Act (section 212). Crimes de turpitude morale La loi américaine ne définit pas le concept de «crime de turpitude morale». Il s agit essentiellement d un acte intrinsèquement mauvais. Selon la jurisprudence américaine, un crime de turpitude moral est un : [ ] act of baseness, vileness or depravity in the private and social duties which a man owes to his fellowmen, or to society in general, contrary to the accepted and customary rule of right and duty between man and man. [Chadwick v. State Bar, 49 Cal. 3d 103, 110, 776 P.2d 240, 260 Cal.Rptr. 538 (1989); Sosa- Martinez v. United States AG, 420 F.3d 1338, 1341 (11th Cir. 2005)] Pour les crimes économiques, il peut s agir de crimes exigeant la preuve d une intention de voler ou de frauder. En ce qui a trait aux crimes contre la personne, l existence d une intention de causer des blessures est un critère souvent utilisé. La plupart des infractions à caractère sexuel sont considérées comme étant de turpitude morale. De simples voies de fait, le méfait, la conduite automobile avec des facultés affaiblies par l alcool (sans blessés ou morts) et les infractions réglementaires, notamment, échapperaient à cette définition. Le Département d État américain offre une énumération non exhaustive : Drogues «Tolérance zéro» à l égard des infractions en matière de drogue. Cela inclut la possession simple de cannabis. 13

16 En matière de trafic de stupéfiants, il n est même pas nécessaire d avoir été accusé et condamné : sera inadmissible toute personne simplement soupçonnée par les autorités américaines d exercer des activités liées au commerce de la drogue. L inadmissibilité s étend à l époux et aux enfants de l étranger si ces derniers ont reçu, dans les cinq années précédentes, un soutien financier provenant d activités de trafic. Les crimes de mœurs S être livré à une activité de prostitution dans les 10 années précédant la demande d entrée aux États-Unis. Avoir participé à de la «commercialisation du vice», en lien ou non avec de la prostitution. Condamnations multiples Un individu est inadmissible aux États-Unis lorsqu il a été condamné à plus d une reprise et que les peines imposées, une fois combinées, représentent un emprisonnement de cinq ans et plus, même s il ne s agit pas de crimes de turpitude morale. Les exceptions Les autorités américaines apportent trois exceptions à leurs interdictions, qui ne contraignent pas l accès au pays : 1) Les crimes commis avant l âge de 18 ans et plus de cinq ans avant l admission aux États- Unis; 2) Les crimes passibles d une peine d emprisonnement maximale d un an pour lesquels le contrevenant a reçu une sentence de six mois ou moins. Il doit cependant s agir d un seul crime et celui-ci ne doit pas être relié à la drogue; 3) Les actes dits «crimes politiques». Les points d'entrée aux États-Unis sont informatisés et reliés à une base de données centrale qui permet d'avoir accès aux renseignements sur les condamnations au criminel, tant au Canada qu'aux États-Unis. Les autorités américaines s alimentent, entre autres, du CIPC pour procéder à l identification des individus qui désirent entrer sur leur territoire. L absolution conditionnelle est considérée par les États-Unis comme étant une condamnation. Elle peut donc causer des préjudices, même après la période légale de trois ans. La réhabilitation accordée au Canada n est pas reconnue par les autorités américaines. L existence de la condamnation reste d ailleurs indéfiniment inscrite dans les banques de données informatisées du gouvernement américain, même si au Canada cette information devient protégée. Trois options s offrent à la personne judiciarisée qui souhaite entrer aux États-Unis : 14

17 1. Faire une demande de pardon et attendre la mise à l écart des renseignements du CIPC avant de traverser la frontière; 2. Afin d'exposer le contexte de l infraction et de la sentence, apporter tous les documents de la cour, traduits en langue anglaise, qui permettront d éclairer la décision de l agent; 3. Faire une demande de «waiver». Waiver of inadmissibility Dans le but de contrer les interdits reliés au casier judiciaire, il est possible de faire la demande d un sauf-conduit. Ce laissez-passer, émis par le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis, est accordé pour une période de 1 à 5 ans et doit être renouvelé après son expiration. Le renouvellement devrait se faire au moins 6 à 8 mois à l avance. Procédure : Remplir le formulaire I-192 (Advance permission to enter the United States) o Remplir le formulaire G-325A (Biographic information) o Joindre une vérification du casier judiciaire obtenu de la GRC (formulaire C-216C); des frais de 25,00 $ seront exigibles Payer les frais de 585,00 $ US Il faut également joindre les documents suivants : Les documents de la cour (acte d accusation, jugement écrit) traduits en langue anglaise; Une preuve de citoyenneté; Une preuve d emploi; Une déclaration expliquant les raisons de l inadmissibilité; Une déclaration expliquant les raisons pour l entrée aux États-Unis; Des lettres de recommandation. La demande de «waiver of inadmissibility» peut être remise au bureau du Service de l'immigration américain de l Aéroport international Montréal-Trudeau entre 10 h et 14 h du lundi au vendredi. Le traitement de la demande prendra plusieurs mois (prévoir 1 an). 15

18 LA RÉHABILITATION «La divulgation du dossier criminel des délinquants met sérieusement leur réhabilitation en danger et, par là, risque d annihiler le processus correctionnel» Rapport du Comité canadien de la réforme pénale et correctionnelle, 1969 (le Comité Ouimet), à la page 445. En 1969, le Comité Ouimet recommande que les infractions punissables sur déclaration sommaire de culpabilité soient invalidées automatiquement lorsque deux années se sont écoulées sans nouvelle infraction depuis l expiration de la peine et qu un casier judiciaire invalidé ne soit pas remis en usage. En ce qui concerne les actes criminels, ils pourraient être invalidés si la Commission nationale des libérations conditionnelles (CNLC) estime, après enquête, que leurs auteurs sont réhabilités. À la suite de la publication du rapport du Comité Ouimet, le législateur fédéral a adopté la Loi sur le casier judiciaire en En vertu de la Loi sur le casier judiciaire, la CNLC peut octroyer, refuser ou révoquer des pardons. La réhabilitation s applique uniquement en cas de condamnation pour une infraction à une loi fédérale ou à ses règlements - art. 3 de la Loi sur le casier judiciaire Le régime de la réhabilitation est présentement en transition. Le projet de loi C-23a est entré en vigueur le 17 juin Avant le 17 juin 2010, pour les infractions sommaires, le demandeur devait attendre trois ans après avoir fini de purger la totalité de sa peine. La CNLC devait autoriser la réhabilitation si aucune condamnation n était intervenue durant la période d attente. Aucune enquête n était menée relativement à la conduite du demandeur. Pour les actes criminels, le demandeur devait attendre cinq ans après avoir fini de purger la totalité de sa peine. Une enquête était menée auprès de la GRC et la CNLC devait être convaincue de la bonne conduite du demandeur. Les nouvelles règles en vigueur Le pardon peut être demandé uniquement après avoir purgé toutes les peines et après une période d attente. En vertu de l art. 4.3 de la Loi sur le casier judiciaire, une peine est purgée en totalité lorsque : 16

19 la personne a payé toutes ses amendes, suramendes et frais, et entièrement exécuté les ordonnances de restitution et de dédommagement; la personne a fini de purger la peine d'emprisonnement, y compris la période de liberté conditionnelle ou de liberté d'office; la personne a satisfait à toutes les conditions de l'ordonnance de probation. Les nouvelles périodes d attente sont les suivantes : Actes criminels 10 ans pour les sévices graves à la personne (au sens de l article 752 du Code criminel, y compris l homicide involontaire coupable), pour lesquels une peine de deux ans ou plus a été imposée; 10 ans pour toute infraction sexuelle punissable par voie de mise en accusation; 5 ans pour toute infraction punissable par voie de mise en accusation (autre qu une infraction sexuelle). Infractions sommaires 5 ans pour toute infraction sexuelle punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire; 3 ans pour toute infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire (autre qu une infraction sexuelle). La réhabilitation n est plus automatique pour les infractions sommaires. La CNLC doit être convaincue de la bonne conduite du demandeur et que le pardon lui apporterait un bénéfice mesurable, soutiendrait sa réadaptation en tant que citoyen respectueux des lois au sein de la société et ne serait pas susceptible de déconsidérer l administration de la justice. - art. 4.1 (1) de la Loi sur le casier judiciaire Dans le cas d une infraction sexuelle, même sommaire, le demandeur a le fardeau de convaincre la CNLC que la réhabilitation lui apporterait un bénéfice mesurable et soutiendrait sa réadaptation en tant que citoyen respectueux des lois au sein de la société - art. 4.1(2) de la Loi sur le casier judiciaire Afin de déterminer si le fait d octroyer la réhabilitation serait susceptible de déconsidérer l administration de la justice, la Commission peut tenir compte des critères suivants (art. 4.1 (3) de la Loi sur le casier judiciaire) : a) la nature et la gravité de l infraction ainsi que la durée de sa perpétration; b) les circonstances entourant la perpétration de l infraction; c) les renseignements concernant les antécédents criminels du demandeur et, dans le cas d une infraction d ordre militaire au sens de la Loi sur la défense 17

20 nationale, concernant ses antécédents à l égard d infractions d ordre militaire qui sont pertinents au regard de la demande; d) tout critère prévu par règlement. Le projet de loi C-23b Le projet de loi C-23b modifie les termes «pardon» et «réhabilitation» au profit d une nouvelle appellation : la «suspension du casier judiciaire». La période d'inadmissibilité passera de 3 à 5 ans pour toutes les infractions sommaires, et de 5 à 10 ans pour les actes criminels. Si le projet de loi est adopté tel que présenté, le pardon ne serait plus accordé aux personnes ayant été condamnées pour plus de trois actes criminels. Les effets de la réhabilitation Mise à l écart des renseignements contenus dans la banque SDJ (synopsis dossier judiciaire) du CPIC - art. 5b) de la Loi sur le casier judiciaire Le casier judiciaire n est pas supprimé. Il devient interdit de communiquer les renseignements consignés au casier judiciaire sans l autorisation du ministre de la Sécurité publique - art. 6(2) de la Loi sur le casier judiciaire Pour autoriser la communication des renseignements mis à l écart, le ministre doit être convaincu que la communication sert l administration de la justice ou est souhaitable pour la sûreté ou sécurité du Canada ou d un État allié ou associé au Canada. - art. 6(3) de la Loi sur le casier judiciaire La réhabilitation établit la preuve que la CNLC a été convaincue de la bonne conduite du demandeur et que la condamnation ne devrait plus ternir sa réputation - art. 5a) de la Loi sur le casier judiciaire Il faut présumer que la personne réhabilitée a recouvré complètement son intégrité morale. Montréal (Ville) c. Québec (Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse), [2008] 2 R.C.S

IMPACTS DU CASIER JUDICIAIRE DOSSIER THÉMATIQUE

IMPACTS DU CASIER JUDICIAIRE DOSSIER THÉMATIQUE IMPACTS DU CASIER JUDICIAIRE DOSSIER THÉMATIQUE PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION DES SERVICES DE RÉHABILITATION SOCIALE DU QUÉBEC JUIN 2015 1 TABLES DES MATIÈRES LE DOSSIER EN BREF 3 DÉFINITIONS ET STATISTIQUES

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires CA20061211-05 Politique sur la vérification des antécédents judicaires Adoptée par le conseil d administration du Collège Marie-de-l Incarnation le 11 décembre 2006 TABLE DES MATIÈRES Pages 1. Contexte

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5172. Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5172 Arrêt n 41/2012 du 8 mars 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 621 du Code d instruction criminelle, posée par la chambre des mises en accusation

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à :

Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Demande de transfert Nom du représentant autonome : Code(s) : AGA/AGD actuel : Le demandeur demande son transfert à : Le demandeur a-t-il une dette envers son AGA/AGD actuel? Dans l'affirmative, veuillez

Plus en détail

Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites

Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites Manitoba Ligne directrice n o : 2 :PRO :1 Ministère de la Justice Service des poursuites Directive d orientation Objet : Infractions à l égard d un agent de la paix Date : Octobre 2015 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine

La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine La définition juridique du crime d agression sexuelle et la détermination de la peine J U L I E D E S R O S I E R S P R O F E S S E U R E F A C U L T É D E D R O I T U N I V E R S I T É L A V A L Plan

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION AU BARREAU DU QUÉBEC

DEMANDE D ADMISSION AU BARREAU DU QUÉBEC DEMANDE D ADMISSION AU BARREAU DU QUÉBEC À titre de (veuillez cocher une case) : Conseiller juridique canadien Conseiller juridique étranger Conseiller juridique d entreprise Détenteur d un permis restrictif

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

FORMULAIRE 3A DÉCLARATION

FORMULAIRE 3A DÉCLARATION DÉCLARATION Le présent formulaire de déclaration (la «déclaration») doit être rempli seulement si les conditions suivantes sont satisfaites : (i) la personne a soumis un formulaire de renseignements personnels

Plus en détail

Préparé par Cornelia Mazgarean (Community Legal Aid Services Programme) et Jennifer Stone (Neighbourhood Legal Services)

Préparé par Cornelia Mazgarean (Community Legal Aid Services Programme) et Jennifer Stone (Neighbourhood Legal Services) Préparé par Cornelia Mazgarean (Community Legal Aid Services Programme) et Jennifer Stone (Neighbourhood Legal Services) Au nom du Groupe de Travail en Matière d Immigration des Cliniques Juridiques de

Plus en détail

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose?

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? Quel droit les employeurs, les organisations bénévoles, les autorités de réglementation et les établissements d enseignement (les «organismes»)

Plus en détail

LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Document d information à l intention des demandeurs et des titulaires d une autorisation d enseigner JUILLET 2009 Direction de la formation et de la titularisation

Plus en détail

Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier

Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier Commission des libérations conditionnelles du Canada Parole Board of Canada Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier Instructions étape par étape et

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

Demande d inscription au Tableau de l Ordre

Demande d inscription au Tableau de l Ordre Demande d inscription au Tableau de l Ordre N o d étudiant : Nota : Répondre à toutes les questions, cela, même si vous y avez déjà répondu dans le formulaire d'admission à l'école du Barreau du Québec.

Plus en détail

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat.

2. Le bénévole communautaire est un membre de la communauté qui n a pas d enfant fréquentant l école où il fait du bénévolat. RÉSOLUTION 87-07 265-08 Date d adoption : 20 mars 2007 21 octobre 2008 En vigueur : 21 mars 2007 22 octobre 2008 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES Définitions 1. Les bénévoles sont des personnes

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011 Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec Mise à jour Janvier 2011 2 Un nombre important (plus de 14 %) des réclamations présentées chaque année au Fonds d assurance mettent

Plus en détail

ANNEXE 1 RÉFÉRENCE À LA POLITIQUE DRHSC-2013-082 AVIS

ANNEXE 1 RÉFÉRENCE À LA POLITIQUE DRHSC-2013-082 AVIS ANNEXE 1 Programme Déficience physique RÉFÉRENCE À LA POLITIQUE DRHSC-2013-082 À l embauche, le candidat (désigné ci-après «le déclarant») doit déclarer s il a des antécédents judiciaires au Canada ou

Plus en détail

f) tout enregistrement audio ou vidéo, les notes ou la transcription de toute déclaration verbale faite

f) tout enregistrement audio ou vidéo, les notes ou la transcription de toute déclaration verbale faite OFFICE OF ATTORNEY GENERAL CABINET DU PROCUREUR GÉNÉRAL PUBLIC PROSECUTIONS OPERATIONAL MANUAL MANUEL DES OPÉRATIONS DE POURSUITES PUBLIQUES TYPE OF DOCUMENT TYPE DE DOCUMENT : Policy Politique CHAPTER

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration

Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration Enquêtes en matière d immigration Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration ISBN : 0-662-49226-9 Numéro au catalogue : MQ21-34/2006 Produit par : la Direction

Plus en détail

Vice-présidence au Fonds d assurance Admissibilité Résident / non-résident

Vice-présidence au Fonds d assurance Admissibilité Résident / non-résident 1. CHAMP D APPLICATION Cette directive précise les éléments permettant d établir l admissibilité des personnes aux indemnités prévues au régime d assurance automobile du Québec ainsi que les recours de

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie

Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie Renseignements à l intention d un ou d une étudiant(e) dans une programme de formation en pharmacie Les candidats à l immatriculation en soit leur premier, deuxième ou troisième année d un programme de

Plus en détail

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D.

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Réservé à l usage del organisme de réglementation Approuvé N o du permis Date de délivrance Date d expiration 1. Renseignements personnels

Plus en détail

SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels

SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est une organisation à but non lucratif qui cherche à fournir

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉCLARATION D INFRACTION CRIMINELLE

FORMULAIRE DE DÉCLARATION D INFRACTION CRIMINELLE FORMULAIRE DE DÉCLARATION D INFRACTION CRIMINELLE IDENTIFICATION Numéro de membre ou de dossier : Nom : Prénom : Courriel : Téléphone : INSTRUCTIONS Vous avez déclaré avoir été reconnu coupable d une infraction

Plus en détail

IMMIGRATION Canada. Permis d études. Directives du bureau des visas de Dakar. Table des matières IMM 5826 F (10-2015)

IMMIGRATION Canada. Permis d études. Directives du bureau des visas de Dakar. Table des matières IMM 5826 F (10-2015) IMMIGRATION Canada Table des matières Liste de contrôle Permis d études Permis d études Directives du bureau des visas de Dakar Ce guide est produit gratuitement par Citoyenneté et Immigration Canada et

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES

RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES RÈGLEMENT ADMINISTRATIF SUR LES PERMIS D ENTREPRISE DE LA PREMIÈRE NATION * RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N O TABLE DES MATIÈRES Article Titre abrégé art. 1 Définitions art. 2 Exigences applicables aux permis

Plus en détail

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER NÉGOCIATION DE PLAIDOYER En vigueur le : 1992-05-15 Révisée le : 1995-08-31 / 2004-09-08 / 2006-01-20 / 2008-01-11 / 2008-09-08 / 2008-10-20 / 2008-11-17 / 2009-03-31 / 2009-08-21 / 2010-07-20 / 2011-03-31

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

Les conséquences d un dossier. pour les adolescents

Les conséquences d un dossier. pour les adolescents Les conséquences d un dossier pour les adolescents Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme sans but lucratif. Le SPEIJ-NB reçoit une aide

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT entre Monsieur/Madame NOM NOM À LA NAISSANCE PRÉNOM DATE DE NAISSANCE ADRESSE PERMANENTE ADRESSE DE CORRESPONDANCE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE

Plus en détail

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

Le droit criminel et le droit de la famille

Le droit criminel et le droit de la famille FR 00 4 4 Le droit criminel et le droit de la famille Le droit de la famille et les femmes en Ontario Un seul droit de la famille pour toutes les femmes Renseignez-vous sur vos droits fodf Femmes ontariennes

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

JURIPÉDIA LE PETIT DES DROITS ET RESPONSABILITÉS VICTIMES D ACTES CRIMINELS DES

JURIPÉDIA LE PETIT DES DROITS ET RESPONSABILITÉS VICTIMES D ACTES CRIMINELS DES LE PETIT JURIPÉDIA DES DROITS ET RESPONSABILITÉS VICTIMES D ACTES CRIMINELS DES MOT DE L AJEFA Ce livret a été réalisé dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d actes criminels

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

Commission des libérations conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public

Commission des libérations conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public Produit et publié par : conditionnelles du Canada Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, veuillez vous adresser à : Division des communications

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30)

Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30) PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 9 (2007, chapitre 30) Loi visant à favoriser la protection des personnes à l égard d une activité impliquant des armes à feu et modifiant

Plus en détail

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

VÉRIFICATION DU CASIER JUDICIAIRE

VÉRIFICATION DU CASIER JUDICIAIRE VÉRIFICATION DU CASIER JUDICIAIRE Manuel des ressources humaines BUT 1. La présente directive : a. fournit des lignes directrices sur les demandes de vérification du casier judiciaire et de vérification

Plus en détail

Le règlement interne en santé et sécurité efficace : Qu est-ce qu un règlement en SST? But à atteindre 2013-03-21.

Le règlement interne en santé et sécurité efficace : Qu est-ce qu un règlement en SST? But à atteindre 2013-03-21. Le règlement interne en santé et sécurité efficace : La clé du succès Qu est-ce qu un règlement en SST? C'est l'ensemble des consignes ou des directives adoptées par la direction et auxquelles doit se

Plus en détail

COUR D APPEL. A) L appel de plein droit : marche à suivre pour l avis d appel

COUR D APPEL. A) L appel de plein droit : marche à suivre pour l avis d appel COUR D APPEL AIDE-MÉMOIRE EN MATIÈRE CRIMINELLE ET PÉNALE Mise à jour : mars 2014 Note : Ce guide, conçu pour notre clientèle qui en est à ses premières expériences en appel, n engage ni la Cour ni ses

Plus en détail

Instructions pour la vérification de dossier criminel du candidat

Instructions pour la vérification de dossier criminel du candidat Instructions pour la vérification de dossier criminel du candidat Le formulaire ci-joint est nécessaire à la recherche de dossier criminel. La procédure à suivre est la suivante : 1.Ce formulaire doit

Plus en détail

Le rôle du Service des poursuites pénales du Canada

Le rôle du Service des poursuites pénales du Canada Le rôle du pénales du Canada Me Luc Boucher, Avocat-Général Bureau de Ottawa / Gatineau APERÇU Présentation du SPPC. Mandat,Rôle et Fonction du SPPC Section du droit de la concurrence du SPPC Portrait

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 4 Droit pénal et droit de la famille FR 004 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Droit pénal et droit de la

Plus en détail

Algérie. Protection des marques

Algérie. Protection des marques Protection des marques Ordonnance n 03-06 du 19 juillet 2003 Titre 1 - Définitions et obligations générales Art.1.- La présente ordonnance a pour objet de définir les modalités de protection des marques.

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE Cet article a été initialement publié dans l édition du printemps/été 2013 du bulletin de nouvelles d ACE Disponible à www.acelaw.ca Les différends

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal

Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal Feuillet récapitulatif Gestion des causes de niveau intermédiaire : droit criminal Gestion des causes de niveau intermédiaire : Critères d'admissibilité Les affaires en droit criminel peuvent être dirigées

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042 Montréal, le 12 mars 2015 Monsieur Responsable de l accès aux documents Institut Philippe Pinel de Montréal 10905, boul. Henri-Bourassa E. Montréal (Québec) H1C 1H1 Monsieur Responsable ministériel Ministère

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie

RÈGLEMENT NUMÉRO 301. Établissant un Service de sécurité incendie 1 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE L ISLET MUNICIPALITÉ DE VILLE DE ST-PAMPHILE RÈGLEMENT NUMÉRO 301 Établissant un Service de sécurité incendie ATTENDU ATTENDU ATTENDU ATTENDU l entrée en vigueur de la Loi sur

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES GUIDE À L INTENTION DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT PRIVÉS DU QUÉBEC

LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES GUIDE À L INTENTION DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT PRIVÉS DU QUÉBEC LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES GUIDE À L INTENTION DES COMMISSIONS SCOLAIRES ET DES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT PRIVÉS DU QUÉBEC LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES GUIDE À L INTENTION

Plus en détail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail PAR COURRIEL Le 30 avril 2010 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies Section de la politique en matière de droit pénal Ministère de la Justice Édifice commémoratif de l Est 284, rue Willington

Plus en détail

IP 10 Refus des cas de sécurité nationale / Traitement des demandes en vertu de l intérêt national

IP 10 Refus des cas de sécurité nationale / Traitement des demandes en vertu de l intérêt national Mises à jour du chapitre...2 1. Objet du chapitre...3 2. Objectifs du programme...3 3. Loi et Règlement...3 4. Pouvoirs délégués...3 5. Politique ministérielle...3 6. Définitions...4 7. Procédure - Équité

Plus en détail

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 60 (2009, chapitre 51) Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et d autres dispositions législatives Présenté le 16 juin 2009

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle

Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Mise à jour Licence de gestionnaire de salle Veuillez indiquer votre numéro de dossier attribué par la Régie 13- Veuillez remplir le tableau suivant et le retourner avec le formulaire dûment rempli et

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

ENF 11. Vérification du départ

ENF 11. Vérification du départ ENF 11 Vérification du départ Mises à jour du chapitre... 2 1. Objet du chapitre... 3 2. Objectifs du programme... 3 3. Loi et Règlement... 3 3.1. Textes de référence... 3 3.2. Dispositions transitoires...

Plus en détail

27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-27(2006) 3 27 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Érevan (12-13 octobre 2006) LA PLACE, LES DROITS ET L AIDE AUX VICTIMES Rapport présenté par le Ministre de la Justice d ALLEMAGNE www.coe.int/minjust

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration.

L'AGENT IMMOBILIER. Attention : les cartes professionnelles déjà délivrées restent valables jusqu à leur date d expiration. L'AGENT IMMOBILIER L'agent immobilier est un intermédiaire intervenant dans les opérations d achat, de vente, d échange, de sous-location ou de location de maisons, appartements, fonds de commerce, terrains.

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants.

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants. Division 1 : assurance de la responsabilité civile Article 1 - description de l'assurance La présente assurance couvre la responsabilité civile des assurés pour les dommages causés par le fait de l'exercice

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

DÉCLARATION RELATIVE AUX ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES -BÉNÉVOLES- (art. 258.1 et suivants Loi sur l instruction publique)

DÉCLARATION RELATIVE AUX ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES -BÉNÉVOLES- (art. 258.1 et suivants Loi sur l instruction publique) DÉCLARATION RELATIVE AUX ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES -BÉNÉVOLES- (art. 258.1 et suivants Loi sur l instruction publique) Afin de protéger davantage l intégrité et la sécurité des élèves, la Loi modifiant la

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

Renseignements et demande d adhésion

Renseignements et demande d adhésion X Renseignements et demande d adhésion BSF5084 (F) Rev. 14 www.nexus.gc.ca Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2015 N de cat. PS38-46/2015F ISBN 978-0-660-23121-1 Dans cette publication, toutes les

Plus en détail

Aide-mémoire pour les participants. Les adolescents et la justice pénale SAVOIR C EST POUVOIR

Aide-mémoire pour les participants. Les adolescents et la justice pénale SAVOIR C EST POUVOIR Aide-mémoire pour les participants Les adolescents et la justice pénale SAVOIR C EST POUVOIR Ce guide s adresse tout spécialement aux intervenants qui travaillent régulièrement avec les adolescents âgés

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière?

Foire aux questions. 1. J'ai reçu un constat d'infraction, puis je le payer dans une institution financière? Foire aux questions Vous avez reçu un constat d infraction et vous avez plusieurs interrogations concernant les procédures judiciaires. Voici des réponses aux questions les plus fréquentes : 1. J'ai reçu

Plus en détail

Édition. Coordination de l édition : Sonia Amziane, Danièle Barteau Mise en pages : Madeleine St-Laurent. Distribution

Édition. Coordination de l édition : Sonia Amziane, Danièle Barteau Mise en pages : Madeleine St-Laurent. Distribution Édition Coordination de l édition : Sonia Amziane, Danièle Barteau Mise en pages : Madeleine St-Laurent Distribution Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction des

Plus en détail

CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification

CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification DROITS ET LIBERTÉS (Voir aussi PERSONNES) droit à l'égalité motifs de discrimination infraction pénale ou criminelle droits judiciaires audition publique et impartiale

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour

Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour A U S E R V I C E D E S C A N A D I E N S Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Statistiques sur les armes à feu Tableaux mis à jour Kwing Hung, Ph. D. Conseiller en statistique et méthodologie

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE

ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE ÉLÉMENTS DE DONNÉES DU CERTIFICAT D'ASSURANCE-AUTOMOBILE Remarque : 1. Tous les éléments sont des champs de données, à moins d'indication contraire. 2. Les éléments de «texte» doivent être reproduits à

Plus en détail

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8 Annexe au contrat de location Programme de coupons pour le choix du logement, avec aide aux locataires, de la Section 8 Département du Logement et de l'urbanisme des États-Unis Bureau des logements sociaux

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

Service des ressources humaines

Service des ressources humaines Service des ressrces humaines Annexe 1-D DÉCLARATION RELATIVE AUX ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Ce document doit être télécopié à monsieur Guy Rsseau au 450 776-8345 Veuillez identifier la situation appropriée

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail