COUR SUPRÊME DU CANADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR SUPRÊME DU CANADA"

Transcription

1 C.S.C ENTRE : COUR SUPRÊME DU CANADA Dossiers n os / (EN APPEL DE DEUX JUGEMENTS DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) BANQUE DE MONTRÉAL CITIBANQUE CANADA LA BANQUE TORONTO-DOMINION BANQUE NATIONALE DU CANADA - et - RÉAL MARCOTTE BERNARD LAPARÉ - et - APPELANTES (appelantes) INTIMÉS (intimés) LE PROCUREUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC LE PRÉSIDENT DE L OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR - et - LE PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA - et - INTIMÉS (mis en cause) INTERVENANT (intervenant) LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ONTARIO LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ALBERTA ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS (suite des intitulés en pages intérieures) INTERVENANTS MÉMOIRE DU PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA Henri A. Lafortune Inc. 2005, rue Limoges Tél. : Longueuil (Québec) J4G 1C4 Téléc. : L

2 - 2 - ET ENTRE : RÉAL MARCOTTE BERNARD LAPARÉ APPELANTS (intimés) - et - BANQUE DE MONTRÉAL BANQUE AMEX DU CANADA BANQUE ROYALE DU CANADA LA BANQUE TORONTO-DOMINION BANQUE CANADIENNE IMPÉRIALE DE COMMERCE BANQUE DE NOUVELLE-ÉCOSSE BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA CITIBANQUE CANADA - et - INTIMÉES (appelantes) LE PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA INTIMÉ (intervenant) - et - LE PRÉSIDENT DE L OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR LE PROCUREUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC - et - INTERVENANTS (intervenants) LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ONTARIO LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ALBERTA ASSOCIATION DES BANQUIERS CANADIENS INTERVENANTS

3 - 3 - C.S.C ENTRE : BANQUE AMEX DU CANADA - et - SYLVAN ADAMS - et - LE PROCUREUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC et APPELANTE (appelante) INTIMÉ (intimé) LE PRÉSIDENT DE L OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR INTIMÉS (intervenants) - et - LE PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ONTARIO LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE LE PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ALBERTA INTERVENANTS M e Bernard Letarte M e Pierre Salois M e Michel Miller Justice Canada 5 e étage, Tour Est 200, boul. René-Lévesque Ouest Montréal (Québec) H2Z 1X4 Tél. : (M e Letarte) Tél. : (M e Salois) Tél. : (M e Miller) Téléc. : Téléc. : Procureurs du Procureur général du Canada M e Christopher M. Rupar Justice Canada Bureau du sous-procureur général adjoint 5 e étage, Pièce , rue O Connor Ottawa (Ontario) K1A 0H8 Tél. : Téléc. : Correspondant du Procureur général du Canada

4 - 4 - M e Mahmud Jamal M e Silvana Conte M e Alexandre Fallon M e Anne-Marie Legendre-Lizotte M e W. David Rankin Osler, Hoskin & Harcourt, S.E.N.C.R.L. / s.r.l. Bureau , rue de la Gauchetière Ouest Montréal (Québec) H3B 4W5 Tél. : Téléc. : Procureurs des banques M e Patricia J. Wilson Osler, Hoskin & Harcourt, S.E.N.C.R.L. / s.r.l. Bureau , rue Albert Ottawa (Ontario) K1R 7Y6 Tél. : Téléc. : Correspondante des banques M e Sylvain Deslauriers M e Alberto Martinez Deslauriers & Cie, Avocats s.a. 7 e étage 1100, av. des Canadiens-de-Montréal O. Montréal (Québec) H3B 2S2 Tél. : (M e Deslauriers) Tél. : (M e Martinez) Téléc. : Coprocureurs des banques M e Stephen Walter Hamilton M e Julie Girard Stikeman Elliott s.e.n.c.r.l., s.r.l. Bureau , boul. René-Lévesque Ouest Montréal (Québec) H3B 3V2 Tél. : (M e Hamilton) Tél. : (M e Girard) Téléc. : Coprocureurs des banques

5 - 5 - M e Bruce W. Johnston M e Philippe H. Trudel Trudel & Johnston Bureau , Côte de la Place d Armes Montréal (Québec) H2Y 2X8 Tél. : Téléc. : Procureurs de Réal Marcotte et Bernard Laparé M e Moira Dillon Supreme Law Group Bureau , rue Slater Ottawa (Ontario) K1P 5H9 Tél. : Téléc. : Correspondante de Réal Marcotte et Bernard Laparé M e André Lespérance Lauzon Bélanger Lespérance inc. Bureau , rue Saint-Paul Ouest Montréal (Québec) H2Y 2A3 Tél. : Téléc. : Coprocureur de Réal Marcotte et Bernard Laparé M e Peter Kalichman M e Mathieu Bouchard M e Catherine McKenzie Irving Mitchell Kalichman SENCRL 2, Place-Alexis Nihon, bureau , boul. de Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) H3Z 3C1 Tél. : Téléc. : Procureurs de Sylvan Adams M e Guy Régimbald Gowling Lafleur Henderson s.e.n.c.r.l. 26 e étage 160, rue Elgin Ottawa (Ontario) K1P 1C3 Tél. : Téléc. : Correspondant de Sylvan Adams

6 - 6 - M e Jean-François Jobin M e Francis Demers M e Samuel Chayer Bernard, Roy et Associés Bureau , rue Notre-Dame Est Montréal (Québec) H2Y 1B6 Tél. : p (M e Jobin) Tél. : p (M e Demers) Tél. : p (M e Chayer) Téléc. : Procureurs du Procureur général du Québec M e Pierre Landry Noël et Associés s.e.n.c.r.l. 111, rue Champlain Gatineau (Québec) J8X 3R1 Tél. : Téléc. : Correspondant du Procureur général du Québec M e Marc Migneault Allard, Renaud et associés Bureau RC , rue Laviolette Trois-Rivières (Québec) G9A 5S9 Tél. : p Téléc. : Procureur du Président de l Office de la protection du consommateur M e Pierre Landry Noël et Associés s.e.n.c.r.l. 111, rue Champlain Gatineau (Québec) J8X 3R1 Tél. : Téléc. : Correspondant du Président de l Office de la protection du consommateur M e Nancy E. Brown Procureur général de la Colombie-Britannique P.O. Box 9280 Stn Prov Govt 1001, rue Douglas Victoria (Colombie-Britannique) V8W 9J7 Tél. : Téléc. : Procureure du Procureur général de la Colombie-Britannique M e Robert E. Houston, c.r. Burke-Robertson s.e.n.c.r.l. Bureau , rue MacLaren Ottawa (Ontario) K2P 2H3 Tél. : Téléc. : Correspondant du Procureur général de la Colombie-Britannique

7 - 7 - Le Procureur général de l Ontario M e Robert E. Houston, c.r. Burke-Robertson Bureau , rue McLaren Ottawa (Ontario) K2P 2H3 Tél. : Téléc. : Correspondant du Procureur général de l Ontario Le Procureur général de l Alberta M e Henry S. Brown, c.r. Gowling Lafleur Henderson LLP Bureau , rue Elgin Ottawa (Ontario) K1P 1C3 Tél. : Téléc. : Correspondant du Procureur général de l Alberta M e John B. Laskin Torys LLP 3000 Maritime Life Tower, TD Centre 79, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5K 1N2 Tél. : Téléc. : Procureur de l Association des banquiers canadiens M e Patricia J. Wilson Osler, Hoskin & Harcourt, S.E.N.C.R.L. / s.r.l. Bureau , rue Albert Ottawa (Ontario) K1R 7Y6 Tél. : Téléc. : Correspondante de l Association des banquiers canadiens

8 - i - TABLE DES MATIÈRES MÉMOIRE DES FAITS ET DU DROIT DU PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA Page SURVOL... 1 PARTIE I EXPOSÉ DES FAITS... 3 a. Le contexte du litige... 3 b. Les régimes législatifs en cause... 4 i. La Loi sur la protection du consommateur et son règlement d application... 4 ii. La législation fédérale en cause... 5 c. Jugements de la Cour supérieure... 7 d. Jugements de la Cour d appel... 8 PARTIE II LES QUESTIONS EN LITIGE... 9 PARTIE III L ARGUMENTATION I Les dispositions en cause sont constitutionnellement inapplicables en vertu de la doctrine de l exclusivité des compétences a. La doctrine de l exclusivité des compétences b. La compétence fédérale sur les banques et l exercice de cette compétence par le Parlement c. La protection des consommateurs dans la législation bancaire Historique législatif d. La réglementation du crédit est au cœur de la compétence du Parlement en matière bancaire... 19

9 - ii - TABLE DES MATIÈRES MÉMOIRE DES FAITS ET DU DROIT DU PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA Page e. Les dispositions en cause entravent l exercice de la compétence exclusive du Parlement sur les banques et les opérations bancaires f. Le présent litige n affecte pas le droit commun II. Les dispositions en cause sont constitutionnellement inopérantes en vertu de la doctrine de la prépondérance fédérale a. La doctrine de la prépondérance fédérale principes généraux b. Il y a ici conflit d intention : la législation provinciale empêche la réalisation de l objectif de la législation fédérale c. L intention fédérale de mettre sur pied un régime national unique d. Le régime fédéral n est pas un régime permissif PARTIE IV LES DÉPENS PARTIE V ORDONNANCE DEMANDÉE PARTIE VI TABLE ALPHABÉTIQUE DES SOURCES... 41

10 - 1 - Survol MÉMOIRE DES FAITS ET DU DROIT DU PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA SURVOL 1. Ce pourvoi met en cause la compétence législative exclusive accordée au Parlement à l égard des banques. L attribution de cette compétence exclusive a permis au Parlement de mettre sur pied, au fil des années, un corpus législatif abondant et cohérent en vue d assurer la solidité du système bancaire canadien de même que la protection du consommateur dans le secteur bancaire. 2. Les opérations bancaires sont un ensemble d activités financières effectuées par des institutions incorporées à titre de «banques» et qui ont ainsi le caractère institutionnel distinctif de banques. La compétence du Parlement à l égard des banques doit être examinée dans une perspective institutionnelle. Une activité est une opération bancaire au sens constitutionnel si elle est effectuée par une banque et, dans la mesure où cette activité se situe au cœur de l entreprise bancaire, elle relève de la compétence exclusive du Parlement. L octroi de crédit, incluant le prêt par voie de cartes de crédit, constitue non seulement une opération bancaire, mais aussi l une des activités se situant au cœur de l entreprise bancaire moderne. Que d autres entreprises se livrent à la même activité ne modifie en rien cette réalité. Dans la mesure où il concerne les banques, le pouvoir de règlementer les activités de prêt, incluant les prêts par voie de cartes de crédit, se situe au cœur de la compétence exclusive du Parlement en matière bancaire. 3. En l espèce, la Cour d appel a reconnu, à juste titre, que la délivrance d une carte de crédit par une banque à l un de ses clients constitue la conclusion d un contrat de crédit variable, et donc un acte au cœur de ses activités. Elle a cependant erré en écartant l application de la doctrine de l exclusivité des compétences au motif que les banques n ont pas créé ce «produit» et que d autres institutions octroient du crédit sous cette forme. 4. Selon l approche de la Cour d appel, il n y aurait en pratique aucun contenu minimum, élémentaire et irréductible à la compétence législative fédérale en matière bancaire puisqu il est difficile de trouver des activités des banques qui ne sont pas ou ne pourraient pas être effectuées par d autres institutions que les banques. L approche de la Cour d appel

11 - 2 - Survol vide de toute substance la compétence exclusive accordée au Parlement à l égard des banques. 5. À partir du moment où la Cour d appel concluait que la délivrance d une carte de crédit par une banque était au cœur de ses activités à titre de banque, elle devait se demander si l application des dispositions en cause de la Loi sur la protection du consommateur (LPC) et de son règlement d application entrave l exercice de la compétence fédérale en matière bancaire. Au terme de cette analyse, elle aurait dû conclure que si les dispositions de la LPC et de son règlement étaient applicables, la compétence fédérale serait entravée puisque le Parlement serait contraint d évaluer l impact de la législation provinciale à la lumière du régime fédéral existant, pour ensuite décider s il est opportun ou non de légiférer au contraire. Or, dans ce domaine, le Parlement ne devrait pas être confronté à un tel dilemme et devoir réagir constamment aux décisions des législatures provinciales. 6. Les dispositions pertinentes de la Loi sur les banques et du Règlement sur le coût d emprunt (banques), couplées avec celles de la Loi sur l Agence de la consommation en matière financière du Canada, constituent un régime législatif détaillé et exhaustif régissant le calcul et la divulgation du coût d emprunt et des frais non liés aux intérêts concernant tout prêt effectué par une banque. L édiction de ce régime national détaillé, comprenant non seulement des règles substantives, mais aussi des moyens de faire sanctionner leur non-respect, démontre l intention du Parlement d établir un régime unique applicable aux banques en ces matières. 7. Si les dispositions de la LPC étaient applicables, elles seraient inopérantes en vertu de la doctrine de la prépondérance fédérale puisqu elles entreraient en conflit avec l objet de la législation fédérale qui est de mettre sur pied ce régime national unique. Il n est pas déterminant que les régimes fédéral et provincial visent tous deux un objectif général de protection du consommateur. Le conflit d intention réside dans le choix des moyens utilisés pour réaliser cet objectif. Les choix législatifs différents du Parlement quant à la manière de régir les obligations des banques doivent être respectés. Notamment, contrairement au Québec qui a choisi la voie des recours civils, le Parlement a opté pour un régime de sanctions administratives et pénales pour sanctionner les contraventions à la législation fédérale visant la protection du consommateur dans le secteur bancaire. Le régime législatif

12 - 3 - Survol fédéral ne constitue pas un régime incomplet ou permissif du fait que le Parlement a choisi, à certains égards, des solutions différentes de celles retenues par le législateur provincial PARTIE I EXPOSÉ DES FAITS a. Le contexte du litige 8. Les présentes affaires découlent de l utilisation de cartes de crédit pour faire des paiements en devises étrangères, comme c est le cas lorsqu une carte offrant du crédit en dollars canadiens est utilisée à l étranger pour payer en devises étrangères. Lorsque le détenteur d une carte Visa, MasterCard ou Amex utilise sa carte pour faire des paiements en devises étrangères, la banque émettrice de la carte charge au compte du détenteur, en plus du taux de change interbancaire, des frais de conversion établis en pourcentage fixe du montant converti (entre 1,5 % et 2,5 % à l époque pertinente). 9. Au milieu des années 2000, les intimés Marcotte et Laparé [les intimés] sont autorisés à exercer un recours collectif au terme duquel ils réclament le remboursement des frais de conversion qui leur ont été facturés par les appelantes à compter du mois d avril Les intimés reprochent essentiellement à celles-ci d avoir enfreint certaines dispositions de la Loi sur la protection du consommateur 1 (LPC) et du Règlement sur la protection du consommateur 2 relatifs au calcul et à la divulgation des frais de crédit. 10. Le recours est fondé en grande partie sur la prémisse que les frais de conversion imposés par les banques appelantes constituent des frais de crédit au sens de la LPC 3, lesquels doivent être inclus au taux de crédit annuel calculé en pourcentage et ne peuvent être exigés par le commerçant si le consommateur les acquitte dans un délai de 21 jours de l état de compte. Il est également allégué que certaines banques ont tout simplement failli à leur obligation de divulguer l existence de ces frais de conversion L.R.Q., c. P-40.1, art. 12, 71, 72, 83, 91, 92, 126, 219 et 228, recueil de sources du procureur général du Canada, ci-après «R.S.P.G.C.», vol. I, onglet 10 RLRQ c. P-40.1, r. 3, art. 55 à 61, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 12 Art. 69 et 70, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 10

13 - 4 - Exposé des faits 11. En défense, en plus de soutenir que les frais de conversion ne constituent pas des frais de crédit au sens de la LPC, les banques appelantes invoquent deux moyens constitutionnels. Premièrement, les dispositions en cause de la LPC seraient inapplicables en vertu de la doctrine de l exclusivité des compétences. Deuxièmement, si elles étaient applicables, ces dispositions seraient inopérantes en vertu de la doctrine de la prépondérance fédérale parce qu elles entreraient en conflit avec la législation fédérale applicable en la matière, soit la Loi sur les banques 4, le Règlement sur le coût d emprunt (banques) 5 et la Loi sur l Agence de la consommation en matière financière du Canada Dans le dossier Amex c. Adams 7, l intimé Adams, dans le cadre d un autre recours collectif, demande le remboursement de frais de conversion qui lui ont été facturés entre 1993 et 2003 par la Banque Amex au motif que cette dernière a omis de divulguer aux détenteurs de la carte American Express l existence même des frais de conversion, le tout en contravention de l article 12 de la LPC. Les mêmes moyens constitutionnels que dans le dossier Marcotte sont soulevés en défense par la Banque Amex. b. Les régimes législatifs en cause i. La Loi sur la protection du consommateur et son règlement d application 13. La Loi sur la protection du consommateur (LPC) est une législation d une envergure considérable qui vise une grande variété de contrats et de pratiques de commerce impliquant un consommateur et un commerçant 8. En l espèce, les dispositions pertinentes de la LPC et de son règlement d application sont les suivantes : a) L article 12 LPC, qui prévoit qu aucun frais ne peut être réclamé à un consommateur, à moins que le contrat n en mentionne de façon précise le montant; b) Les articles 66 à 72, 83, 91 et 92 LPC et les articles 55 à 61 de son règlement d application, qui définissent ce que constituent les frais de crédit, prévoient L.C. 1991, ch. 46, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 6 DORS/ , R.S.P.G.C., vol. I, onglet 15 L.C. 2001, ch. 9, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 9 CSC n o Richard c. Time Inc., [2012] 1 R.C.S. 265, par. 41 et 42, R.S.P.G.C., vol. IV, onglet 39

14 - 5 - Exposé des faits l obligation de les divulguer et de les calculer selon une certaine méthode et prévoient l obligation de les inclure dans le calcul du taux de crédit exprimé sous forme de pourcentage annuel, sauf exception; c) Les articles 126 et 127 LPC, qui prévoient l obligation de fournir un état de compte périodique contenant certaines informations précises et qui interdisent notamment de réclamer des frais de crédit avant l expiration d un délai de grâce de 21 jours suivant l envoi de l état de compte; d) Les articles 219 et 228 LPC, qui interdisent à un commerçant, fabricant ou publicitaire de faire des représentations fausses ou trompeuses à un consommateur ou de passer sous silence un fait important dans une représentation qu il fait à celui-ci; et e) Les articles 271 et 272, qui prévoient des recours particuliers en cas de non-respect des dispositions de la LPC, dont notamment la possibilité pour un consommateur de demander la nullité d un contrat, le remboursement de frais de crédit chargés en contravention de la loi ainsi que des dommages-intérêts compensatoires et punitifs. ii. La législation fédérale en cause 14. Le régime législatif fédéral sur lequel s appuient les appelantes est composé de dispositions de la Loi sur les banques, du Règlement sur le coût d emprunt (banques) et de la Loi sur l Agence de consommation en matière financière du Canada. 15. Les dispositions pertinentes de la Loi sur les banques sont : a) L article 449, qui définit la notion de «coût d emprunt» à l égard d un prêt consenti par une banque comme étant les intérêts applicables, les frais payables par l emprunteur à la banque en raison du prêt et les autres frais qui en font partie selon le règlement;

15 - 6 - Exposé des faits b) L article 450, qui oblige une banque à communiquer à l emprunteur, selon les modalités réglementaires prévues, le coût d emprunt et les autres renseignements prévus par règlement; c) L article 451, qui indique que le coût d emprunt est calculé de la manière réglementaire et exprimé sous la forme d un taux annuel avec indication d un montant en dollars et en cents, si prévu au règlement; d) Le paragraphe 452(2), qui prévoit que la banque qui délivre ou a délivré une carte de paiement, de crédit ou de débit à une personne physique doit lui communiquer, outre le coût d emprunt, un certain nombre d informations conformément aux règlements, dont les frais qui lui incombent pour l utilisation de la carte; e) L article 454, qui permet au gouverneur en conseil, par règlement de régir les modalités notamment de temps, lieu et forme applicables à la communication que doit faire une banque à l emprunteur du coût d emprunt et de toute remise éventuelle sur celui-ci; et f) Les articles 980, 980.1, 985, qui prévoient des dispositions pénales pour violation de la Loi, et l article 988 qui stipule que le contrat conclu en contravention d une disposition de la Loi ou de ses règlements n est pas nul pour autant, sauf disposition contraire dans la Loi. 16. Le Règlement sur le coût d emprunt (banques) complète les modalités de la Loi sur les banques en matière de calcul et de divulgation du coût d emprunt en prévoyant, entre autres, une formule mathématique précise pour le calcul du coût d emprunt (art. 3), les frais inclus et exclus du coût d emprunt (art. 5), et le moment où doivent être faites des déclarations écrites, ainsi que leur contenu et leur forme (art. 6, 7, 8, 9, 10 et 11). Il contient également des dispositions spécifiques imposant des obligations aux banques à titre d émettrices de cartes de crédit (art. 3(3), 6(2), 6(2.1), 11, 12(1) à 12(9)). Notamment, l article 12 prévoit l obligation de divulguer les frais non liés aux intérêts. 17. Par ailleurs, l Agence de la consommation en matière financière (l Agence), établie aux termes de la Loi sur l Agence de la consommation en matière financière, a pour mandat de superviser les institutions financières fédérales, dont les banques, pour s assurer qu elles se

16 - 7 - Exposé des faits conforment aux dispositions visant les consommateurs spécifiées à cette loi. L Agence possède la compétence d intenter des recours administratifs pouvant entraîner des pénalités administratives importantes et la publication des violations 9. Plus particulièrement, la violation de toute «disposition visant des consommateurs» 10 (y compris les obligations relatives à la divulgation en matière de carte de crédit) peut entraîner une pénalité maximale de $ si l auteur est une personne physique, et de $ si l auteur est une institution financière 11. Le commissaire de l Agence peut aussi conclure des accords de conformité avec les banques, afin de mettre en oeuvre des mesures visant à favoriser le respect par celles-ci des dispositions visant les consommateurs 12. Il peut en outre demander au tribunal une ordonnance enjoignant à la banque ou à la banque étrangère autorisée ou à ses administrateurs, dirigeants, employés ou mandataires qui ne respectent pas les dispositions visant les consommateurs applicables de s y conformer, ou leur interdisant d y contrevenir 13. c. Jugements de la Cour supérieure 18. Dans le dossier Marcotte, le juge Gascon conclut que les frais de conversions chargés par les banques constituent des frais de crédit au sens de la LPC. Il rejette les deux moyens constitutionnels et conclut que les appelantes ont enfreint certaines dispositions de la LPC relatives à la divulgation de ces frais. Sur le plan constitutionnel, il décide que la LPC et son règlement d application sont applicables aux banques et conclut que l octroi de crédit par voie de cartes de crédit ne fait pas partie du contenu minimal vital et essentiel de la compétence fédérale en matière bancaire. 19. Il rejette également l argument fondé sur la doctrine de la prépondérance fédérale. Selon lui, il n y a pas de conflit opérationnel parce que les obligations imposées par la LPC et la législation fédérale sont essentiellement au même effet, dans certains cas, et dans d autres Loi sur l Agence de la consommation en matière financière du Canada, précitée, art. 19 à 31, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 9. Exemples de décisions de l Agence, notamment en matière de divulgation incomplète aux consommateurs : pièces I-8A, I-8B, D-AMX-14, P-172, et P-138 Loi sur l Agence de la consommation en matière financière du Canada, précitée, art. 2, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 9 Loi sur l Agence de la consommation en matière financière du Canada, précitée, art. 19(2) et 22, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 9 Loi sur les banques, précitée, art. 661, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 6 Loi sur les banques, précitée, art. 989(3), R.S.P.G.C., vol. I, onglet 6

17 - 8 - Exposé des faits cas, la LPC contient des obligations additionnelles alors que la législation fédérale est muette et permissive. Quant à l argument fondé sur le conflit d intention, il le rejette en indiquant que le législateur fédéral n entendait pas établir un régime exhaustif contrairement à ce que prétendent les banques. En conséquence, il condamne les banques à rembourser les frais de conversion chargés aux détenteurs de cartes visés par le recours. 20. Dans le dossier Adams, le juge Gascon en vient aux mêmes conclusions sur les moyens constitutionnels essentiellement pour les mêmes motifs et accueille le recours collectif. d. Jugements de la Cour d appel 21. Le jugement de la Cour d appel dans Banque de Montréal c. Marcotte doit être lu en parallèle avec son jugement dans l affaire Fédération des Caisses Desjardins du Québec c. Marcotte 14 où elle conclut, contrairement à la Cour supérieure, que les frais de conversion chargés par les appelantes ne sont pas des frais de crédit au sens de la LPC. Sur la première question constitutionnelle, la Cour d appel confirme que la LPC est applicable aux banques. Bien qu elle indique que la délivrance d une carte de crédit par une banque à ses clients constitue un acte au cœur de ses activités, la Cour conclut que cette forme d octroi de crédit ne relève pas de la compétence exclusive du Parlement en matière bancaire, car beaucoup d autres institutions, fédérales ou provinciales, octroient du crédit de cette manière. Il ne peut donc s agir d une activité hors de portée des lois provinciales selon la Cour. 22. Sur la question de la prépondérance fédérale, la Cour d appel conclut que les obligations de dévoiler certaines informations, notamment les frais de crédit et les taux de crédit, ne sont pas incompatibles avec l encadrement fédéral sur les coûts d emprunt et le taux d emprunt. 23. Toutefois, en matière de calcul du taux d intérêt et des frais, la Cour conclut que si les frais de conversion constituaient des frais de crédit au sens de la LPC, comme l a conclu le juge de première instance, il y aurait un conflit d intention, voire un conflit opérationnel entre les deux régimes. En effet, il y aurait alors une obligation d envoyer des états de comptes contenant deux séries d information différentes aux consommateurs quant au taux QCCA 1395 (CanLII)

18 - 9 - Exposé des faits d intérêts et autres frais applicables, ce qui porterait à confusion. Il y aurait aussi conflit en matière de perception des frais de conversion puisque si les frais de conversion constituent des frais de crédit, le délai de grâce en vertu de la LPC s applique alors que, sous le régime fédéral, les frais de conversion ne font pas partie du coût d emprunt, ce qui fait que le consommateur doit les acquitter, peu importe le moment où il paie son compte, mais puisque la Cour conclut que les frais de conversion ne sont pas des frais de crédits au sens de la LPC, elle indique qu il n y a pas d incompatibilité avec le régime fédéral. 24. Par ailleurs, la Cour estime que le Parlement avait l intention de faire de l Agence le guichet unique en matière de plaintes concernant une banque. Pour éviter un conflit d objectif et rendre l encadrement fédéral efficace et cohérent, la Cour indique que les dispositions de la LPC en matière de plaintes auprès de l Office de protection du consommateur doivent être rendues inopérantes aux banques en vertu de la doctrine de la prépondérance fédérale. Elle précise toutefois que les recours civils des consommateurs continuent d être régis par le Code civil et la LPC, faute de dispositions particulières à cet effet dans le régime fédéral. 25. Dans le dossier Adams, qui concerne essentiellement le non-respect de l article 12 de la LPC prévoyant qu aucun frais ne peut être réclamé à moins que le contrat ne le mentionne, la Cour d appel rejette les deux moyens constitutionnels. Elle indique qu il lui est difficile de concevoir que l article 12 LPC puisse être considéré comme allant à l encontre de l objectif du Parlement, étant donné que l article 452 de la Loi sur les banques prévoit essentiellement la même obligation PARTIE II LES QUESTIONS EN LITIGE 26. Comme les questions constitutionnelles formulées dans les deux dossiers soulèvent essentiellement le même débat, les réponses proposées seront regroupées en conséquence.

19 Les questions en litige Première question - dossier : Les articles 12, 66 à 72, 83, 91, 92, 126, 127, 219, 228 et 271 à 272 de la Loi sur la protection du consommateur, L.R.Q., c. P-40.1, ainsi que les articles 55 à 61 du Règlement d application de la Loi sur la protection du consommateur, R.R.Q., c. P-40.1, r. 3, sont-ils constitutionnellement inapplicables du fait de la doctrine de la protection des compétences quant aux cartes de crédit et de paiement émises par les banques? Première question - dossier : Les articles 12, 219, 228 et 272 de la Loi sur la protection du consommateur, L.R.Q., c. P-40.1, sont-ils constitutionnellement inapplicables du fait de la doctrine de la protection des compétences quant aux cartes de crédit et de paiement émises par les banques? Réponse : Les dispositions de la Loi sur la protection du consommateur et de son règlement d application sont constitutionnellement inapplicables quant aux cartes de crédit et de paiement émises par les banques. Deuxième question - dossier : Les articles 12, 66 à 72, 83, 91, 92, 126, 127, 219, 228 et 271 à 272 de la Loi sur la protection du consommateur, L.R.Q., c. P-40.1, ainsi que les articles 55 à 61 du Règlement d application de la Loi sur la protection du consommateur, R.R.Q., c. P-40.1, r. 3, sont-ils constitutionnellement inopérants du fait de la doctrine de la prépondérance fédérale quant aux cartes de crédit et de paiement émises par les banques? Deuxième question - dossier : Les articles 12, 219 et 272 de la Loi sur la protection du consommateur, L.R.Q., c. P-40.1, sont-ils constitutionnellement inopérants du fait de la doctrine de la prépondérance fédérale quant aux cartes de crédit et de paiement émises par les banques? Réponse : Les dispositions de la Loi sur la protection du consommateur et de son règlement d application sont constitutionnellement inopérantes à l égard des cartes de crédit et de paiement émises par les banques

20 PARTIE III L ARGUMENTATION I LES DISPOSITIONS EN CAUSE SONT CONSTITUTIONNELLEMENT INAPPLICABLES EN VERTU DE LA DOCTRINE DE L EXCLUSIVITÉ DES COMPÉTENCES a. La doctrine de l exclusivité des compétences 27. La doctrine de l exclusivité des compétences tire sa source dans les termes mêmes utilisés aux alinéas liminaires des articles 91 et 92 de la Loi constitutionnelle de Bien que cette doctrine soit maintenant d une application plus restreinte, elle demeure un outil nécessaire pour permettre «un certain degré de prévisibilité quant au partage des compétences entre le Parlement et les législatures provinciales», lequel est indispensable pour atteindre les objectifs du fédéralisme canadien 15. Comme la Cour l a reconnu dans les arrêts Bell Canada (1988) et Banque canadienne de l Ouest 16, il est nécessaire d assurer dans les catégories de sujets énumérées aux articles 91 et 92 un contenu minimum, élémentaire et irréductible qui échappe à l application de la législation édictée par l autre ordre de gouvernement. Tel qu il ressort notamment des arrêts Québec (Procureur général) c. Canadian Owners and Pilots Association (COPA) et Marine Services International Ltd. c. Ryan (Succession), la doctrine de l exclusivité des compétences peut être analysée avant celle de la prépondérance fédérale dans les litiges où les deux doctrines sont invoquées L analyse requise pour l application de la doctrine de l exclusivité des compétences implique deux étapes : dans un premier temps, déterminer si la loi provinciale empiète sur le cœur d une compétence fédérale, puis dans un deuxième temps, déterminer si cette loi provinciale a sur l exercice de la compétence fédérale protégée un effet suffisamment grave Banque canadienne de l Ouest c. Alberta, [2007] 2 R.C.S. 3, par. 21 à 24, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 19; voir également Canada (Procureur général) c. PHS Community Service Society, [2011] 3 R.C.S. 134, par. 65, R.S.P.G.C., vol. II, onglet 22 Banque canadienne de l Ouest, par. 33, R.S.P.G.C., vol. I, onglet 19; Bell Canada c. Québec (Commission de la santé et de la sécurité du travail), [1988] 1 R.C.S. 749, p , R.S.P.G.C., vol. II, onglet 21 Québec (Procureur général) c. Canadian Owners and Pilots Association, [2010] 2 R.C.S. 536, R.S.P.G.C., vol. III, onglet 33; Marine Services International Ltd. c. Ryan (Succession), 2013 CSC 44, R.S.P.G.C., vol. III, onglet 28

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) Dossier n o 35018 ENTRE : RÉAL MARCOTTE APPELANT (intimé / appelant incident) - et - FÉDÉRATION DES CAISSES DESJARDINS DU QUÉBEC

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Marcotte c. Fédération des caisses Desjardins du Québec, 2014 CSC 57 DATE : 20140919 DOSSIER : 35018 ENTRE : Réal Marcotte Appelant et Fédération des caisses Desjardins

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque Amex du Canada c. Adams, 2014 CSC 56 DATE : 20140919 DOSSIER : 35033

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque Amex du Canada c. Adams, 2014 CSC 56 DATE : 20140919 DOSSIER : 35033 COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Banque Amex du Canada c. Adams, 2014 CSC 56 DATE : 20140919 DOSSIER : 35033 ENTRE : Banque Amex du Canada Appelante et Sylvan Adams, procureur général du Québec et Président

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) Dossier n o 35009 ENTRE : BANQUE DE MONTRÉAL CITIBANQUE CANADA LA BANQUE TORONTO-DOMINION BANQUE NATIONALE DU CANADA - et -

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009

COUR SUPRÊME DU CANADA. RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009 COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Banque de Montréal c. Marcotte, 2014 CSC 55 DATE : 20140919 DOSSIER : 35009 ENTRE : Banque de Montréal Appelante et Réal Marcotte, Bernard Laparé, procureur général du

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Richard E. Langelier Docteur en droit (LL.D.) Doctorant en sociologie

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des Principes régissant la protection consommateurs des dans le commerce électronique Le cadre canadien Groupe de travail sur la consommation et le commerce électronique Principes régissant la protection

Plus en détail

Guide des solutions bancaires personnelles. En vigueur à compter du 12 janvier 2015

Guide des solutions bancaires personnelles. En vigueur à compter du 12 janvier 2015 Tarification Guide des solutions bancaires personnelles En vigueur à compter du 12 janvier 2015 Solutions bancaires offertes par la Banque Nationale exclusivement aux membres de l Association médicale

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

Avis légal aux titulaires de police de Canada-Vie

Avis légal aux titulaires de police de Canada-Vie C A N A DA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No. : 500-06-000051-975 (Recours collectif) C O U R S U P É R I E U R E MATTHEW COPE Requérant c. LA COMPAGNIE D ASSURANCE DU CANADA SUR LA VIE Intimée

Plus en détail

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT PENDANT L OPPOSITION ET L APPEL INTRODUCTION Dans le présent texte, nous analyserons les restrictions imposées par le Législateur aux autorités fiscales dans le cadre

Plus en détail

Avis de consultation de télécom CRTC 2014-604

Avis de consultation de télécom CRTC 2014-604 Avis de consultation de télécom CRTC 2014-604 Version PDF Ottawa, le 20 novembre 2014 Numéro de dossier : 8690-C12-201411868 Instance de justification Date limite de dépôt des interventions : 8 janvier

Plus en détail

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR Vs avez incorporé une compagnie vs y songez sérieusement? Plusieurs bonnes raisons vs incitent en effet à exploiter votre entreprise ss une forme incorporée 1. Les compagnies

Plus en détail

Développements récents en droit de la consommation. Présenté par : Sylvie Bourdeau, associée principale

Développements récents en droit de la consommation. Présenté par : Sylvie Bourdeau, associée principale Développements récents en droit de la consommation Présenté par : Sylvie Bourdeau, associée principale 31 janvier 2013 Plan de la présentation Les décisions de la Cour d appel du Québec (C.A.) dans les

Plus en détail

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site.

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Avis juridique Veuillez lire les présentes modalités

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Aon Hewitt Solutions de retraite Bulletin d information Le 31 mars 2015 Dans cette édition La réforme des régimes de retraite canadiens se poursuit 2 Placements 2 Dispositions concernant les régimes à

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

Consommateurs et cartes de débit

Consommateurs et cartes de débit Consommateurs et cartes de débit Code de pratique Canadien des services de cartes de débit Préparé par le Groupe de travail sur le transfert électronique de fonds RÉVISION 2004 Table des matières 1. À

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES

Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES Publication : 19 novembre 2008 BANQUE DU CANADA RÈGLES RÉGISSANT LES AVANCES AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES 1. GÉNÉRALITÉS Les présentes Règles constituent les lignes directrices générales et la procédure

Plus en détail

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ Markson c. Banque MBNA Canada À: Tous les détenteurs, passés et actuels, de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada et de CUETS Financial VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CET AVIS,

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES Autorité des marchés financiers c. Centre de traitement d'information de crédit (CTIC) inc. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N os : 2009-009 2009-022 BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTHORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption)

Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption) Projet de loi C-14 Modifications à la Loi sur la citoyenneté (adoption) SECTION NATIONALE DU DROIT DE L IMMIGRATION ET DE LA CITOYENNETÉ ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN JUIN 2006 865 Carling Avenue, Suite

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires Bureau du surintendant des institutions financiers Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 www.osfi-bsif.gc.ca

Plus en détail

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers COMMENTAIRES du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec présentés à l Autorité des marchés financiers portant sur le document de consultation «Ligne directrice sur les pratiques commerciales

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Août 2014 Bulletin vie privée Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Le contrat d'assurance collective implique

Plus en détail

BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME QU EST-CE QUE LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME

BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME QU EST-CE QUE LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME BULLETIN D INFORMATION MAI 2005 BULLETIN DE DROIT FISCAL ET MARCHÉS FINANCIERS LE RÉGIME ACTIONS-CROISSANCE PME INTRODUCTION Le 21 avril 2005, M. Michel Audet, le ministre des Finances, a présenté le budget

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca Le 8 juillet 2014 [TRADUCTION] Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca L honorable François Blais Ministère de l'emploi et de la Solidarité sociale 425, rue Saint-Amable 4e étage Québec (Québec) G1R 4Z1

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE entre L INSTITUTE AND FACULTY OF ACTUARIES et L INSTITUT CANADIEN DES ACTUAIRES DOCUMENT 213103 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE 3 2. CONDITIONS CONVENUES 4 3. FONDEMENTS

Plus en détail

MÉMOIRE DE L INTERVENANT PROCUREUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC

MÉMOIRE DE L INTERVENANT PROCUREUR GÉNÉRAL DU QUÉBEC Dossier n o 35018 COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) ENTRE : RÉAL MARCOTTE APPELANT (intimé / appelant incident) - et - FÉDÉRATION DES CAISSES DESJARDINS DU QUÉBEC

Plus en détail

CARTES PRÉPAYÉES AU CANADA : IDENTIFICATION DES ENJEUX JURIDIQUES ET GESTION DU RISQUE. Institut Canadien 28 novembre 2012 Nicolas Faucher

CARTES PRÉPAYÉES AU CANADA : IDENTIFICATION DES ENJEUX JURIDIQUES ET GESTION DU RISQUE. Institut Canadien 28 novembre 2012 Nicolas Faucher CARTES PRÉPAYÉES AU CANADA : IDENTIFICATION DES ENJEUX JURIDIQUES ET GESTION DU RISQUE Institut Canadien 28 novembre 2012 Nicolas Faucher LA RÉGLEMENTATION APPLICABLE AUX CARTES PRÉPAYÉES 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

Entente de reconnaissance mutuelle. entre. l Institute of Actuaries of Australia. l Institut canadien des actuaires

Entente de reconnaissance mutuelle. entre. l Institute of Actuaries of Australia. l Institut canadien des actuaires Entente de reconnaissance mutuelle entre l Institute of Actuaries of Australia et l Institut canadien des actuaires Entente de reconnaissance mutuelle TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE 1 2. CONDITIONS CONVENUES

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données

Plus en détail

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE

Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 2006-2007 OBJECT DE L ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE Statistique Canada Centre canadien de la statistique juridique ENQUÊTE SUR L AIDE JURIDIQUE 26-27 Loi sur la statistique, L.R.C. 1985, c. S19 Confidentiel une fois rempli STC/CCJ-16-614; CCJS/55452-3 OBJECT

Plus en détail

Madame, DOCUMENT DE DÉCEMBRE. Proposition 2.8 : Clarification des obligations en matière de déclaration des comptables

Madame, DOCUMENT DE DÉCEMBRE. Proposition 2.8 : Clarification des obligations en matière de déclaration des comptables The Canadian Institute of Chartered Accountants L Institut Canadien des Comptables Agréés 277 Wellington Street West 277, rue Wellington Ouest Toronto, ON Canada M5V 3H2 Toronto (ON) Canada M5V 3H2 Tel:

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : PV 08 02 60. Date : Le 17 mai 2013. Membre: Plaignant

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : PV 08 02 60. Date : Le 17 mai 2013. Membre: Plaignant Commission d accès à l information du Québec Dossier : PV 08 02 60 Date : Le 17 mai 2013 Membre: M e Jean Chartier Plaignant et LA COMPAGNIE NATIONALE MONEY MART (INSTA-CHÈQUES) Entreprise DÉCISION OBJET

Plus en détail

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

I. Résumé des changements apportés à la Loi sur la faillite et à la LACC

I. Résumé des changements apportés à la Loi sur la faillite et à la LACC Dispositions de la Loi sur la faillite et l insolvabilité et de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies qui entrent en vigueur le 18 septembre 2009 Le 14 septembre 2009 Le texte

Plus en détail

Genworth MI Canada Inc.

Genworth MI Canada Inc. Le présent document est important et exige votre attention immédiate. Si vous avez des doutes quant à la façon d y donner suite, vous devriez consulter votre courtier en valeurs mobilières, directeur de

Plus en détail

Vérification de l identité dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d argent CI. Août 2015

Vérification de l identité dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d argent CI. Août 2015 Vérification de l identité dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d argent CI Août 2015 géré par CI Investments Inc. émis par la Sun Life du Canada, compagnie d assurance-vie Formulaire de vérification

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA C.S.C. 35009 ENTRE : COUR SUPRÊME DU CANADA Dossiers n os 35009 et 35018 (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) RÉAL MARCOTTE BERNARD LAPARÉ - et - APPELANTS (intimés) BANQUE DE MONTRÉAL

Plus en détail

Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement

Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement Le 16 avril 2015 Introduction Les autorités en valeurs

Plus en détail

Les cartes de crédit : À vous de choisir

Les cartes de crédit : À vous de choisir Décembre 00 LES CARTES DE CRÉDIT : À VOUS DE CHOISIR Les cartes de crédit : À vous de choisir Décembre 00 Dans ce numéro : Variation du taux officiel d'escompte... Avant de choisir une carte de crédit...

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES POUR LES COURTIERS MEMBRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

Plus en détail

La réalisation des garanties et les fiducies présumées

La réalisation des garanties et les fiducies présumées La réalisation des garanties et les fiducies présumées Retour à la case départ? Éric Vallières, McMillan S.E.N.C.R.L, s.r.l. Conférence sur le Financement et les sûretés, Institut Canadien Le 31 janvier

Plus en détail

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif Le 30 mars 2010 Le 15 mars 2010, le juge Cullity de la Cour supérieur de justice de l

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Objet : Règlement sur l'application de la résolution des Nations Unies sur la Libye et les mesures économiques spéciales

Objet : Règlement sur l'application de la résolution des Nations Unies sur la Libye et les mesures économiques spéciales Avis Objet : Règlement sur l'application de la résolution des Nations Unies sur la Libye et les mesures économiques spéciales Date : Le 1 er mars 2011, mise à jour le 14 mars 2011 Le présent avis s adresse

Plus en détail

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau La protection des renseignements personnels en entreprise en vertu des lois fédérale et québécoise en la matière L Institut des Secrétaires et des Administrateurs Agréés du Canada Division Québec Le 6

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

REQUÊTE POUR PERMISSION D AMENDER LES GROUPES EN VERTU DE L'ARTICLE 1022 C.P.C.

REQUÊTE POUR PERMISSION D AMENDER LES GROUPES EN VERTU DE L'ARTICLE 1022 C.P.C. C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL C O U R S U P É R I E U R E (Recours collectif) N o 500-06-000076-980 CONSEIL QUÉBÉCOIS SUR LE TABAC ET LA SANTÉ -et- JEAN-YVES BLAIS c. Demandeurs /

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 6. LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER Les erreurs de gouvernance commises par les administrateurs de fondation sont rares au Canada. Celles

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000549-101. DATE : 13 juin 2012

COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000549-101. DATE : 13 juin 2012 9085-4886 Québec inc. c. Visa Canada Corporation 2012 QCCS 2572 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000549-101 DATE : 13 juin 2012 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE

Plus en détail

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières Traduction française non officielle Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Industrielle

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011

Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec. Mise à jour Janvier 2011 Fonds d assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec Mise à jour Janvier 2011 2 Un nombre important (plus de 14 %) des réclamations présentées chaque année au Fonds d assurance mettent

Plus en détail

OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU CANADA

OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU CANADA PCT Guide du déposant Phase nationale Chapitre national Page 1 OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU NADA EN TANT QU OFFICE DÉSIGNÉ (OU ÉLU) TABLE DES MATIÈRES L OUVERTURE DE LA PHASE NATIONALE RÉSUMÉ

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire 1 LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire I. INTRODUCTION Le jugement sommaire est conçu pour que soient

Plus en détail

La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs?

La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs? La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs? Robert W. McDowell Robert E. Elliott Marvin Mikhail Partie I Contexte, législation en

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Centrale des caisses de crédit du Canada

Centrale des caisses de crédit du Canada Centrale des caisses de crédit du Canada Mémoire au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Martha Durdin, présidente et chef de la direction Le mercredi 6 août 2014 Tout le contenu du

Plus en détail

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES TABLE DES MATIÈRES ARTICLE N DE PAGE 1 RÈGLE N O 1 STRUCTURE DE L ENTREPRISE ET QUALITÉS

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL Renseignements et documents exigés Novembre 2008 Ouvrir un compte personnel TABLE DES MATIÈRES I. À PROPOS DE L OCRCVM 1 II. OUVERTURE D UN COMPTE 1 III. DEMANDE D OUVERTURE

Plus en détail

QUI PEUT SE LIVRER, CONTRE RÉMUNÉRATION, À UNE OPÉRATION DE COURTAGE IMMOBILIER?

QUI PEUT SE LIVRER, CONTRE RÉMUNÉRATION, À UNE OPÉRATION DE COURTAGE IMMOBILIER? QUI PEUT SE LIVRER, CONTRE RÉMUNÉRATION, À UNE OPÉRATION DE COURTAGE IMMOBILIER? Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau La Loi sur le courtage immobilier (la «Loi») confère aux courtiers

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail