Etude sur l'évolution du CCFr dans l'environnement numérique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude sur l'évolution du CCFr dans l'environnement numérique"

Transcription

1 Etude sur l'évolution du CCFr dans l'environnement numérique Rapport final 28 juin 2013 votre contact : Dominique Cotte réf. : Ourouk_CCfr_V1 46 pages 5 RUE AMBROISE THOMAS PARIS TÉL : FAX : MÉL : SARL AU CAPITAL DE RCS B APE 7022Z AGRÉMENT FORMATION :

2 SOMMAIRE Présentation de ce document 3 Méthodologie et conduite de la première phase de l étude 4 Les entretiens 4 Les contacts à l étranger 4 L enquête technique 4 Le positionnement général du CCFr parmi les autres catalogues collectifs 6 Contexte et orientation générale 6 Typologie des catalogues étudiés 7 Les domaines couverts (périmètre) 9 Les approches techniques 10 La visibilité des catalogues dans le web 13 Recherches par l identité du catalogue 13 Dissémination du catalogue collectif 14 Visibilité des catalogues collectifs dans Worldcat 14 Accès entre catalogues et rebonds 16 2 Les projets des catalogues collectifs dans le web de données 18 Un paysage assez inégal 18 Un début de connexions entre référentiels 19 Une stratégie à investir 19 Comparaison des grandes fonctionnalités 21 L offre 21 La fourniture de données pour les logiciels bibliographiques 22 L accès aux documents numérisés et numériques 23 Le positionnement du CCFr 24 Recommandations 25 Nature de nos recommandations 25 Les limites du contexte 25 Un croisement entre des enjeux fonctionnels et des périmètres 26 Les quatre grands axes de progrès 28 Les périmètres d application 31 Calendrier prévisionnel 36 Un accompagnement par le marketing et la communication 36 Conclusion 38 Une vision de moyen terme 38 ANNEXES 39 Réponses reçues au questionnaire 39 Recensement des fonds numérisés par certaines bibliothèques 44

3 Présentation de ce document Ce document constitue le rapport final de l étude commanditée par le service de la Coopération de la BnF (Catalogue Collectif de France) sur «l évolution du CCFr dans l environnement numérique». Il revient sur le déroulement des deux phases de l étude et sur la méthodologie. Il présente les résultats du benchmark (phase 1) et nos recommandations pour les évolutions du CCFr (phase 2). Les documents complémentaires indispensables pour comprendre la totalité du benchmark sont les présentations illustrées des comités de pilotage de fin de phase des 12 avril et 28 juin 2013 et leurs annexes (format powerpoint) ainsi que le fichier Excel du benchmark qui détaille toutes les fonctionnalités et l offre de service, catalogue par catalogue. Nous présentons ici une synthèse de l ensemble de ces éléments.

4 Méthodologie et conduite de la première phase de l étude Les entretiens 4 Au cours de la première phase ont été menés les entretiens suivants : Aline Girard Gildas Ilien Véronique Falconnet et Xavier Borda (deux réunions) Nicolas Couvant (deux réunions) Franck Bellugeon Catherine Dhérent Françoise Bourdon Catherine Neufond Romain Wenz et Agnès Simon Jérome Sirdey (entretien téléphonique) Florent Palluault (MCC) Raymond Bérard (Abes) entretien téléphonique Les contacts à l étranger Il est relativement difficile d identifier, à partir des seuls sites web, les coordonnées des personnes responsables des catalogues ou de tel ou tel aspect, par exemple technique. En phase 2 nous avons élargi avec des contacts donnés par la BnF. Nous avons mené des entretiens téléphoniques avec : Miriam Säftström et Martin Malsten (Bibliothèque royale de Suède Libris), Richard Wallis, consultant pour OCLC, et un échange détaillé de courriels avec Maria-Jesus Lopez et Isabel Garcia Monge, du CCPB. Un questionnaire en anglais (cf. annexe) a été adressé avec succès à la Bibliothèque nationale d Australie (Debbie Campbell) et la Bibliothèque nationale de Nouvelle-Zélande (Karen Hannay). L enquête technique La plupart des grands catalogues collectifs communiquent, soit sur leur site, soit lors de colloques ou réunions, soit dans des sites

5 comme SlideShare, sur leur achitecture technique et fournissent des schémas (NLA, Trove ) ce qui nous a permis d identifier les grands modèles technologiques utilisés. Par ailleurs, deux réunions ont été organisées avec Nicolas Couvant pour une présentation détaillée. Une rencontre a également eu lieu avec le chef de projet de la société Ever pour une information sur les limites techniques de l outil actuel et les possibilités dans le futur en fonction des évolutions du logiciel. Enfin nous avons mobilisé notre connaissance de l état de l art, notamment en matière de web de données.

6 Le positionnement général du CCFr parmi les autres catalogues collectifs Contexte et orientation générale 6 Notre benchmark ne vise pas seulement à comparer point par point les catalogues collectifs dont nous verrons d ailleurs ci-dessous qu ils relèvent de familles différentes et à ce titre ne sont pas toujours strictement comparables -, mais aussi à replacer les configurations générales dans le cadre des évolutions prévisibles de la bibliothéconomie, de la bibliographie et des catalogues collectifs en tenant compte également de l évolution générale du web et de l environnement numérique. En effet, indépendamment des comparaisons de traitement spécifiquement catalographiques, les points d amélioration qui peuvent être visés par les différentes institutions s inscrivent tous dans une tendance globale dont les éléments particuliers ont été notamment identifiés par la BnF et l Abes dans le rapport de novembre 2012 pour le comité stratégique bibliographique 1. Les principaux points concernés par cette évolution sont : La possibilité d accéder au document numérique en ligne, au-delà de la simple description dans les notices catalographiques Données bibliographiques fortement liées entre elles mais aussi avec des ressources externes La recomposition virtuelle de collections dispersées, l écran devenant le «lieu» de consultation de pièces physiquement présentes dans des collections ou des établissements différents La participation des usagers, professionnels ou grand public, sous la forme d un relais par les réseaux sociaux ou de tâches collaboratives permettant de vérifier (signalement des erreurs, propositions de corrections) voire enrichir le catalogue Ces points non exclusifs peuvent être considérés comme des facteurs d amélioration et donc constituer, même à grands traits, une «feuille de route» pour le CCFr, sachant, comme nous le montrerons plus loin, que les catalogues observés sont riches en projets mais que tous ne sont pas forcément beaucoup plus avancés à l heure actuelle. Au plan institutionnel, les réalisations de data.bnf.fr pour les données, ou de Gallica pour l accès au document numérique ou numérisé peuvent également être sources d inspiration, leur proximité ouvrant évidemment des pistes de diversification et de collaboration sérieuses pour le CCFr. 1

7 Typologie des catalogues étudiés Les dix catalogues étudiés ne sont pas tous comparables en termes de périmètre, d offre de contenus, d organisation, de technologies, et plus généralement de «philosophie». Avant donc de rentrer dans le détail des éléments de comparatif, nous présentons ici les différentes «familles» de sites rencontrés. Cette typologie croise l offre générale de contenus avec la couverture géographique Les sites nationaux à couverture spécialisée Les réseaux nationaux institutionnels Les portails ou catalogues virtuels (interrogation) Les sites internationaux à couverture large Certains sites peuvent être considérés comme des catalogues collectifs spécialisés, n ayant pas vocation à interroger, comme le CCFr, à la fois des catalogues généraux (BnF, Sudoc), des catalogues de manuscrits, de bibliothèques municipales, un répertoire Seul dans cette catégorie, le CCPB (Catalogo Colectivo del Patrimonio Bibliografico Español) a une vocation purement patrimoniale et est «dédié aux imprimés anciens et matériaux spécifiques antérieurs au dépôt légal de 1958» (Courriel de M.Jesus Lopez à Dominique Cotte, 25/03/2013) L Australie, la Nouvelle-Zélande, la Norvège et la Suède pratiquent l agrégation de catalogues des bibliothèques du pays soit par la saisie décentralisée dans une base commune, soit par le chargement régulier des catalogues des bibliothèques du réseau. Dans certains cas (Australie, Suède), c est à partir du site de l institution mère que se fait directement la consultation du catalogue collectif. On distinguera ici les réseaux nationaux institutionnels généralistes et ceux spécialisés comme Copac en Grande-Bretagne, réseau de l enseignement supérieur et de la recherche, ou le Sudoc en France (hors benchmark, mais faisant partie des ressources du CCFr). Le CHVK (catalogue suisse) et le GBV (Allemagne) sont essentiellement centrés sur l interrogation de sources dispersées, avec une vocation «nationale» multilingue à l échelle de la Suisse pour le CHVK et une vocation «régionale» (dans le contexte de l organisation administrative allemande, de type fédéral) pour le GBV. Au-delà de cette localisation, ces catalogues offrent peu de services et pas de contenus autonomes en ce qui concerne le CHVK. Le CCFr, Trove (Australie), Libris (Suède) et BiBsysAsk2 (Norvège) constituent également des portails, regroupant, dans le cas du CCFr, des catalogues multiples, représentant différents supports (Manuscrits, Imprimés ) Il s agit bien sûr ici de Worldcat, le seul de sa catégorie, qui couvre un ensemble de ressources embrassant les imprimés et les supports multimédia pour plus de bibliothèques de tous

8 types. Worldcat n a pas pour autant vocation à «aspirer» l ensemble des catalogues nationaux. 8 La cohérence de l échelon national Visualisation du positionnement Il existe bien un périmètre national légitime et c est une des orientations sur laquelle se reconnaissent un certain nombre d institutions interrogées : il revient aux cultures nationales, via leurs organismes représentatifs, de présenter «leurs» données, aussi bien pour ce qui concerne les œuvres que pour les autorités ; chacun ensuite, dans une optique de linked data, pourra profiter de ces données et y ajouter des éléments complémentaires. On peut par exemple considérer qu un écrivain français ayant écrit, vécu ou voyagé en Italie ou en Grande-Bretagne soit légitimement «géré» par la BnF, en tant qu institution nationale, et accessible via le CCFr, mais que les sites de recherche puissent aller récupérer dans d autres catalogues ou d autres applications des données «localisées» concernant tel ou tel épisode de la vie de cet écrivain. Dans une optique «descendante», c est également au niveau national que peuvent le mieux se fédérer des ressources locales dont la valeur sera d autant plus grande qu il s agira de ressources uniques, spécifiques à un domaine ou à une région. Le schéma ci-dessous montre le positionnement des différents catalogues collectifs selon leur couverture, à la fois géographique et thématique.

9 Les domaines couverts (périmètre) L analyse des dix catalogues montre un ensemble de domaines couverts (catalogues spécialisés ou institutions) au nombre de 8 : Catalogues généraux o Institution nationale o Bibliothèques universitaires et recherche o Bibliothèques municipales o Bibliothèques de musée o Archives o Archives du web Catalogues des manuscrits Autres ressources (répertoires des fonds et institutions) Si aucun des catalogues étudiés n agrège la totalité de ces offres, le schéma récapitulatif ci-dessous montre : 1) La relative dispersion des modèles, au-delà d un noyau commun qui comprend a minima le catalogue général de l institution mère et quelques autres bibliothèques 2) La bonne tenue du CCFr qui présente une offre relativement complète 3) La plus grande complétude en matière de catalogue général chez Trove.

10 10 Les approches techniques Nous distinguons trois grandes approches techniques, qui recouvrent également la distinction entre catalogues collectifs et catalogues coopératifs. L interrogation à distance La centralisation des données Les approches mixtes : LE CHVK, le GBV et la Norvège avec Bibsys se limitent à interroger en direct un certain nombre de bibliothèques adhérentes, par le biais de protocoles comme le Z3950. On note, contrairement à ce qui se passe pour le CCFr, des temps de réponse qui ne pénalisent pas l utilisateur. L éditeur/intégrateur Ever Ezida impute ces temps de réponse au processus de dédoublonnage, mais d autres catalogues collectifs dédoublonnent également les résultats de recherche. Les catalogues comme Trove (100 millions d enregistrement), Libris (Suède 6,5 millions), Copac, la Bibliothèque nationale de Nouvelle- Zélande et Worldcat centralisent les données sur une base unique, par moissonnage ou par livraison des catalogues. Il en va de même du CCPB (Espagne) qui est un catalogue consolidé par l apport de nombreuses bibliothèques patrimoniales espagnoles. Libris, est un catalogue collaboratif, car les bibliothèques suédoises saisissent directement leurs notices dans une interface déportée, à partir du logiciel Voyager. Le CCFr est, le seul de sa catégorie, à proposer les trois approches combinée :

11 centralisation partielle des données et interrogation à distance centralisation pour ce qui est de la base Patrimoine, moissonnage pour une partie des données (lorsque les entrepôts existent) rapatriées depuis les bibliothèques participant au réseau, interrogation en Z3950 pour les autres sources, y compris les plus proches au plan institutionnel, puisque le catalogue de la BnF est également interrogé via le protocole Z3950. Schéma récapitulatif. Les limites techniques du CCFr Les limites techniques du CCFr sont connues et tiennent pour l essentiel à la nature de l application utilisée : le logiciel Flora de la société Ever Ezida qui n est pas utilisé par le CCFr pour ses fonctions de SIGB. Les principaux problèmes identifiés sont : Les temps de réponse. Malgré des ajouts de capacités mémoires et une augmentation de la puissance des serveurs, il existe toujours des temps de réponse relativement longs, La déconnexion. Le temps de latence avant déconnexion va être à nouveau augmenté, Le blocage des cadres (frames) pour la version web. L un

12 des principaux mauvais effets de cette situation est la présentation d un message de redirection (donc non signifiant) à l internaute qui cherche le CCFr sur les moteurs de recherche, ainsi que l impossibilité de présenter l ensemble du catalogue et ses sous-parties à l affichage dans les moteurs (cf. notre document d annexes à la présentation du comité de pilotage du 12 avril 2013). Des mesures pour contrer ces limitations techniques ont été prises par le service informatique, notamment l augmentation de la capacité des serveurs, et le développement de sitemaps pour aider au référencement. Une version de Flora sans frames et permettant l exploitation des métadonnées sous forme de facettes est annoncée par l éditeur pour la mi On notera cependant que des extractions peuvent être faites dans n importe quel format balisé : CSV, XML et dès lors on peut considérer que des extractions de la base de données pourraient être offertes dans le web, en dehors du site du CCFr proprement dit et de ses limites techniques dues à Flora. 12

13 La visibilité des catalogues dans le web Recherches par l identité du catalogue Autant que les barrières linguistiques (problème des signes diacritiques pour les langues nordiques) et techniques (accès aux versions nationales des moteurs de recherche, en fonction de nos identifications IP) nous le permettaient, nous avons testé la recherche directement sur la «marque» du catalogue collectif. Le CCFr apparaît en première position dans Google.fr et dans Bing.fr En revanche, le message offert est nettement moins performant que pour le catalogue allemand par exemple. A l inverse, on peut voir ce que donnent les nouveaux formats d affichage qui intègrent une présentation détaillée du site et une fiche sur l institution, avec ce résultat pour la Bibliothèque Municipale de Lyon.

14 Dissémination du catalogue collectif Un certain nombre de catalogues collectifs comme Trove, Copac ou encore Libris 2 ont choisi de proposer aux bibliothèques adhérentes un widget qui leur permet de figurer en page d accueil des sites de bibliothèques. Ainsi, à côté de la recherche dans leur propre catalogue, ces établissements offrent directement la recherche dans le catalogue collectif. A noter que dans deux cas au moins : Australie et Suède, l accès au catalogue collectif est proposé de manière très visible depuis la page d accueil de l institution mère (BN). 14 Visibilité des catalogues collectifs dans Worldcat Sudoc Les points suivants ont été fournis par les services informatiques de l Abes, suite à un contact avec Martine Brunet 3. L Abes ne dispose pas d indicateurs Xiti qui permettraient de faire le même type de statistique que pour le rapport BnF/Worldcat. Néanmoins elle sait voir quelles sont les visites qui viennent depuis 2 3 Directrice adjointe de l Abes.

15 un numéro Worldcat dit OCN. On observe une moyenne annuelle d environ visites, pour un total de presque de visites annuelles, soit une proportion de 0,4%. Par ailleurs, la visibilité des établissements eux-mêmes dans le Sudoc est loin d être directe 4 La séquence d accès à un ouvrage à partir de Worldcat est la suivante : - Interrogation dans le catalogue de Worldcat - Affichage d une liste de résultats, sans mention d origine de la notice - Parallèlement, affichage des bibliothèques où l ouvrage est localisé - Si la bibliothèque est adhérente au Sudoc, reroutage dans la page d affichage du Sudoc (via le numéro de la notice) - Accès par un lien à la notice dans le catalogue de la bibliothèque concernée - Eventuellement, recherche par la bibliothèque du nombre de notices chargées dans Worldcat Ce circuit devrait être allégé par la mise en place (annoncée au 1 er semestre 2013 cf. rapport d activité 2012 de l Abes) d un lien profond (deep link) directement depuis Worldcat vers les systèmes locaux des établissements. En 2012, 112 établissements sur les 157 adhérant au Sudoc sont dans Worldcat ; une dizaine d établissements n ont pas souhaité renouveler en 2012 leur participation. 4

16 16 BnF D après les chiffres qui nous ont été communiqués, il y a eu, en 2012, visites reroutées depuis Worldcat, sur un total de près de de visites sur le catalogue (dont en tout émanent de rebonds). Par conséquent, Worldcat fournit : 1% du total des visites du catalogue général de la BnF 8% des visites à rebonds. Par ailleurs, le coût de la conversion des notices pour leur exposition dans Worldcat est actuellement (hors valorisation des coûts humains intternes à la BnF) de uros annuels, ce qui donne un coût à la notice exposée de 1,36 uros. Accès entre catalogues et rebonds D une manière générale, les effets de rebonds entre catalogues collectifs ou des catalogues collectifs vers les institutions déjà très reconnues et très visibles dans le web sont relativement négligeables. Nous avons déjà vu que Worldcat apportait 1% de ses visiteurs à la BnF, le CCFr lui, apporte visites soit moins de 0,5% du total. Le CCFr apporte visites au Sudoc (par accès direct) pour de visites totales soit environ 4%. Il est clair que l apport en notoriété et en facilités (techniques,

17 méthodologiques ) est nettement plus impactant pour les petites bibliothèques ou les établissements spécialisés que pour les institutions par ailleurs reconnues.

18 Les projets des catalogues collectifs dans le web de données Un paysage assez inégal 18 Cinq des dix institutions observées énoncent une stratégie et des projets concernant la réutilisation de leurs données, la publication dans le web des données, une FRBRisation des notices, et de nouveaux services liés. Il s agit de Copac, OCLC, Libris (Suède), GVB (Allemagne) et Trove (Australie). Certains de ces projets en sont encore au stade de l annonce, de la définition d une stratégie comme par exemple celui de la Suède. On trouvera ensuite une gradation des projets, envisagés cidessous en correspondance avec les outils du web sémantique mobilisable : - Projet de publication de listes d autorité au format Skos pour le GVB - Projets de publication dans le linked open data pour Copac et Trove - Voire utilisation de schema.org pour publier les catalogues comme pages web annotées sémantiquement (OCLC).

19 Un début de connexions entre référentiels La publication des catalogues comme données ouvertes réutilisables est accompagnée d investissements visant à connecter les données entre elles au travers de liens d alignements de leurs identifiants (URI). Ces travaux de connexion visent tout particulièrement les autorités matières et les autorités auteurs. Concernant les autorités auteurs, les travaux portent principalement à l alignement des autorités de chacune des bibliothèques avec VIAF (Virtual International Authority File) géré par l OCLC. Pour les autorités matières les travaux d alignement portent principalement sur le LCSH (Library of Congress Subject Headings) de la Library of Congrès. Le schéma ci-dessus illustre les travaux de connexion de données en cours ou prévus Une stratégie à investir Il est clair qu il existe aujourd hui un consensus autour de trois types de chantiers complémentaires dont l objectif final est de construire un maillage de catalogues interopérables et ouverts : Des chantiers de publication des données des catalogues comme des données ouvertes et réutilisables respectant les standards du web sémantique Des chantiers de republication des notices bibliographiques selon un modèle FRBR pour offrir de nouveaux services de recherche et une meilleure valorisation des connaissances

20 décrites dans les notices, Des chantiers de connexion des données entre les bibliothèques avec un focus sur l alignement des autorités matières et personnes Le CCFr participe de fait à ce mouvement puisque certains contributeurs comme la BnF sont des acteurs de ces projets. Le CCFr pourrait également y participer dans le cadre de son offre de services et d assistance aux bibliothèques partenaires en proposant une assistance méthodologique, des formations, des retours d expérience sur ces projets. 20

21 Comparaison des grandes fonctionnalités L offre Le standard L univers des catalogues collectifs est marqué par un standard, celui qu imposent désormais les outils de découverte, soit : - une entrée dans le catalogue par une recherche simple, avec auto-complétion, le formulaire de recherche avancée étant positionné comme une seconde proposition de recherche ; - des facettes de filtrage des résultats avec cette offre constante de discrimination : auteur, types de documents (y compris électroniques), période historique, année de publication, langue, sujet, géographie ; - la localisation, la disponibilité (y compris en ligne) des documents et la possibilité de les emprunter ou de les réserver ; - le téléchargement de notices dans différents formats : fichier XML pour EndNotes, fichier au format BibTexT - - Exemple des différents formats de publication des données des notices pour réutilisation (site Copac) L «expérience» proposée est donc inverse à celle de la recherche experte, qui mise sur l érudition préalable du lecteur et sa maîtrise des outils de recherche. Aussi, l offre de services de la plupart des catalogues collectifs consiste-t-elle en une «découverte» des résultats grâce aux facettes couplées à la recherche plein texte et à l autocomplétion. Telle est celle que proposent Bibsys, GBV, Natlib, Libris, Trove et Worldcat pour nous en tenir à l échantillon retenu pour le benchmark et de plus en plus de catalogues, collectifs ou non, d universités ou de municipalités : RERO (catalogue collectif suisse), Harvard, Tours, Dauphine, Aberdeen, Birmingham (BU), Rennes, Lyon (BM), etc. Les variations Cartouche de recherche simple, facettes de tri des résultats, localisation des documents et outils de gestion de bibliographies

22 22 forment donc le socle commun des fonctionnalités, socle à partir duquel les catalogues distinguent leur offre en jouant notamment sur les éléments suivants : - des facettes supplémentaires : o facettes d affinement de résultats par collections (NatLib), par bibliothèques (Libris), voire spécifiquement dédiées à la recherche de documents en ligne (Libris) - des suggestions de recherche en regard de la liste de résultats (Libris, NatLib, Trove, WorldCat) - l ergonomie : o facilité d identification de l ouvrage dans une liste de résultats par la présence (majorité des cas) ou non d une vignette de la couverture de l ouvrage o facettes (difficilement) accessibles à partir d un onglet plutôt qu en colonne de droite (GBV) o «date d édition» sous forme graphique (histogramme) plutôt que de données chiffrées (Bibsys), par décennies (Bibsys, Trove) ou par années o facilités de navigation dans la notice : segmentation par blocs d information (auteur, titre, édition, année / localisation en bibliothèque / taggage, ), blocs dépliants ou non, accessibles sous forme de fenêtre ou pas. - l éditorialisation de l offre : o images et articles de valorisation de l offre dès la page d accueil (Natlib) ou navigation dans le catalogue par rubriques (GBV, NatLib, Trove) - l ouverture sur le web : o par rebond, la requête peut être lancée sur des sources extérieures au catalogue (Libris, Trove) o la liste de suggestion des résultats propose des articles extérieurs au catalogue : article de wikipedia (Trove) o feuilletage de l ouvrage sur Google Preview (GBV, Libris ) La fourniture de données pour les logiciels bibliographiques Présenter les références bibliographiques dans des pages HTML ne permet pas une récupération automatisée des notices sélectionnées dans un outil personnel de gestion de références bibliographiques tel que EndNotes ou Zotero. Afin d'offrir aux utilisateurs des services de récupération des notices il convient de les republier selon différents formats. Un service avancé doit permettre de récupérer :

23 a) la notice visualisée b) un ensemble de notices obtenu comme résultat d'une recherche c) un ensemble de notices sélectionnées par l'utilisateur au fur et à mesure de sa recherche et mises dans un "panier" Dans les trois cas l'utilisateur dispose d'une fonction "récupération des notices" qui lui permet de sélectionner un format de fichier puis de demander la génération de ce fichier. Les formats de récupération mis à disposition pourraient être : - Endnotes - Zotero - Unimarc - RDF/Dublin Core En termes de réalisation technique deux options sont possibles: a) lors de la demande de l'utilisateur une requête est faite sur la base de données sur une ou plusieurs notices, un traitement de conversion des données est réalisé à partir d'une feuille de style XSLT, le fichier résultant est téléchargeable par l'utilisateur. Cette option permet de traiter la récupération de notices individuelles comme du résultat d'une sélection ou du contenu d'un panier. b) lors de la génération de la page HTML, un traitement de génération des différents formats de la notice est réalisé, en se basant sur une feuille de style XSLT. Cette méthode ne répond qu'au cas de récupération d'une notice individuelle, mais il est simple à mettre en place et à insérer dans le traitement de génération des pages HTML. L accès aux documents numérisés et numériques L accès aux documents numériques (périodiques, ebooks notamment) ou numérisés est une autre constante de l offre : la plupart des catalogues distinguent soit a priori (recherche avancée) soit a posteriori (facettes) les documents accessibles en ligne. Si la présence de documents électroniques dépend d abord et avant tout de l offre des catalogues inclus dans le catalogue collectif, ce dernier effectue cependant des choix propres, à commencer par celui d inclure ou non (NatLib) dans sa propre notice le lien vers le document électronique. Dès lors qu il est effectué, un autre choix, où Trove s illustre, consiste à plus ou moins valoriser les documents électroniques. Dans ce domaine, le catalogue collectif australien s impose en s efforçant de proposer, quelle que soit la requête, documents ou contenus en ligne (photos, journaux, cartes, sites ) sous forme de vignettes cliquables. Outre la valorisation ou le signalement, l autre choix qu effectue un catalogue collectif consiste à proposer ou non, à défaut de l accès à la totalité du texte, un lien vers une prévisualisation de l ouvrage

24 dans Google Preview (GBV, Libris). Mais il peut aussi opter pour la fermeture complète de l accès aux documents, à l exemple de Copac qui se contente de signaler les ressources, renvoyant systématiquement l utilisateur vers un formulaire d accès dès lors qu elles sont électroniques. Il semblerait aussi qu il puisse opter pour le signalement des seules ressources librement accessibles en ligne, à l exemple de Bibsys qui pour les périodiques électroniques ne recense que ceux auxquels l utilisateur puisse librement accéder. Dans la majorité des cas cependant, les catalogues collectifs signalent tous les périodiques électroniques détenus par les catalogues sources et, lorsqu ils sont sous droit, renvoient l utilisateur vers le formulaire d identification de l éditeur ou du fournisseur, quitte à ce que le catalogue collectif soit lui-même fournisseur (WorldCat). En ce qui concerne, enfin, le droit d accès aux documents numérisés, l étude n a pu déterminer les raisons commandant à l interdiction d accès à des documents anciens et a priori libres de droits (réseau de bibliothèques Copac ou Hathi Trust). Le positionnement du CCFr 24 Comparé point par point aux autres catalogues, le CCFr apparaît donc comme particulièrement bien positionné dans les fonctions de recherche avancée, celles qui nécessitent la maîtrise préalable par l utilisateur des langages documentaires et une connaissance déjà fine de son domaine de recherche. En revanche, dès lors qu il s agit de traiter les résultats de la recherche, son offre est en retrait sensible par rapport à celle de ses pairs étrangers : pas de facettes, un tri par dates ou ordre alphabétique qui n est pas très performant, et pas de suggestions de recherche. Par le traitement même de ses résultats (qu il fournit en limitant le nombre de résultats exposés, pour des raisons de performances), le CCFr n incite pas à la découverte et s adresse de fait à un public expert. Il est, comme les entretiens ont été plusieurs fois l occasion de l affirmer, «le catalogue de la dernière chance». Non pas celui que le lecteur moyen utilisera en premier ressort, mais le catalogue du chercheur, du libraire spécialisé, du chartiste, du catalogueur ou du professionnel de l information.

Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype

Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype Le signalement des acquisitions numériques à l échelle nationale Le rôle du hub de métadonnées scénarios et prototype Raymond BERARD, directeur de l ABES 0 Sommaire 1. La genèse du projet 2. Etude de faisabilité

Plus en détail

L accès en ligne aux manuscrits Possibilités de XML, systèmes de navigation, référencement

L accès en ligne aux manuscrits Possibilités de XML, systèmes de navigation, référencement L accès en ligne aux manuscrits Possibilités de XML, systèmes de navigation, référencement Raphaële Mouren, Enssib (raphaele.mouren@enssib.fr) Isabelle Westeel, Bibliothèque municipale de Lille (iwesteel@mairie-lille.fr)

Plus en détail

Qu est-ce qu un catalogue?

Qu est-ce qu un catalogue? Qu est-ce qu un catalogue? Nathalie Piérache Novembre 2008 1 Qu est-ce qu un catalogue? Plan du cours Les catalogues Définition Bref historique des catalogues de bibliothèque Le rôle du catalogue Le catalogue

Plus en détail

Présentation générale du projet data.bnf.fr

Présentation générale du projet data.bnf.fr Présentation générale du projet data.bnf.fr La Bibliothèque nationale a mis en œuvre un nouveau projet, qui a pour but de rendre ses données plus utiles sur le web. Ceci nécessite de transformer données

Plus en détail

La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles. BU Sciences BIU Montpellier PPE 2012

La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles. BU Sciences BIU Montpellier PPE 2012 La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles 1 Introduction : la pratique étudiante Où commencez vous habituellement votre recherche d information? 84% des étudiants de 1er

Plus en détail

Version 4.2 Nouveautés

Version 4.2 Nouveautés Version 4.2 Nouveautés PERSONNALISER SON AFFICHAGE À L AIDE DES TEMPLATES DJANGO Un travail de fond a été réalisé dans PMB pour séparer les données du catalogue de la mise en forme dans le portail. Ainsi,

Plus en détail

LE LINKED OPEN DATA, UNE REPONSE AUX NOUVELLES PROBLEMATIQUES DES CATALOGUES?

LE LINKED OPEN DATA, UNE REPONSE AUX NOUVELLES PROBLEMATIQUES DES CATALOGUES? LE LINKED OPEN DATA, UNE REPONSE AUX NOUVELLES PROBLEMATIQUES DES CATALOGUES? Documentation mathématique, RBNBM, Marseille, 17 novembre 2015 Gildas ILLIEN, Département de l Information bibliographique

Plus en détail

Comment consulter la Photothèque de Paris 1

Comment consulter la Photothèque de Paris 1 Comment consulter la Photothèque de Paris 1 L Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne met à votre disposition une nouvelle banque d images en ligne. Le fonds de cette photothèque est constitué d images patrimoniales

Plus en détail

data.bnf.fr Mieux exposer des données hétérogènes, grâce aux outils du Web sémantique SemWeb Pro 02 mai 2012

data.bnf.fr Mieux exposer des données hétérogènes, grâce aux outils du Web sémantique SemWeb Pro 02 mai 2012 data.bnf.fr Mieux exposer des données hétérogènes, grâce aux outils du Web sémantique SemWeb Pro 02 mai 2012 Romain Wenz Bibliothèque nationale de France Conservateur Département de l information bibliographique

Plus en détail

Manuel d utilisation de l outil collaboratif

Manuel d utilisation de l outil collaboratif Manuel d utilisation de l outil collaboratif Réf OCPD-V2 Page 1 / 24 a mis en œuvre un outil collaboratif qui permet de partager des informations entre collaborateurs. Il permet à des utilisateurs travaillant

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon

Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon Retours des entretiens téléphoniques 1. Présentation du contexte : Atout Métiers LR Offre de formation L association

Plus en détail

PRATIC Création site internet descriptif fonctionnel

PRATIC Création site internet descriptif fonctionnel PRATIC Création site internet descriptif fonctionnel Référence : Auteur : Marion Verlaine Overscan 091222_Pratic_DF Date : 22/12/2009 Diffusion : Marion Verlaine (Overscan) Claire Buisine (PRATIC). Historique

Plus en détail

Sommaire. Les bibliothèques fournisseuses 1. Périmètre 1 Les services proposés 1

Sommaire. Les bibliothèques fournisseuses 1. Périmètre 1 Les services proposés 1 ANNEXE 4. SUPEB/REFDOC. Typologies fournisseurs et services Sommaire Les bibliothèques fournisseuses 1 Périmètre 1 Les services proposés 1 Articulation avec le logiciel Supeb 1 Description de l algorithme

Plus en détail

Questions fonctionnelles

Questions fonctionnelles Questions fonctionnelles Réf. Question fonctionnelle Oui nativement Multilinguisme: Les interfaces homme-machine sont -elles disponibles en QF1 plusieures langues? Si oui, quelles langues? Pour quels modules?

Plus en détail

BSN 8 Prêt entre bibliothèques (PEB) et fourniture de documents (FDD) - 18 novembre 2011 - ÉTUDE. Quelle convergence entre SUPEB et REFDOC?

BSN 8 Prêt entre bibliothèques (PEB) et fourniture de documents (FDD) - 18 novembre 2011 - ÉTUDE. Quelle convergence entre SUPEB et REFDOC? BSN 8 Prêt entre bibliothèques (PEB) et fourniture de documents (FDD) - 18 novembre 2011 - ÉTUDE Quelle convergence entre SUPEB et REFDOC? La prise de commande à partir de la plateforme Enseignement supérieur

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

Le Catalogue collectif de France

Le Catalogue collectif de France Le Catalogue collectif de France Signaler, recenser, cataloguer pour localiser et valoriser patrimoniaux» 1 Historique et objectifs Mise en œuvre : 1992 à 2000 environnement Internet et accès gratuit interface

Plus en détail

La modernisation technologique du réseau repose alors sur plusieurs axes de travail :

La modernisation technologique du réseau repose alors sur plusieurs axes de travail : EN 2011 LE RÉSEAU DES MÉDIATHÈQUES DE MONTPELLIER AGGLOMÉRATION OBTIENT LE LABEL «BIBLIOTHÈQUE NUMÉRIQUE DE RÉFÉRENCE». La modernisation technologique du réseau repose alors sur plusieurs axes de travail

Plus en détail

Missions de la documentation... 2. Public concerné... 2. Horaires et conditions d accès... 2. Services aux usagers... 3. Obligations des usagers...

Missions de la documentation... 2. Public concerné... 2. Horaires et conditions d accès... 2. Services aux usagers... 3. Obligations des usagers... CENTRE NATIONAL DE RESSOURCES POUR LES HANDICAPS RARES À COMPOSANTE ÉPILEPSIE SÉVÈRE - FAHRES RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DE LA DOCUMENTATION Tout usager des services documentaires du Centre National de

Plus en détail

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs

Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Je catalogue, tu FRBRises, il/elle googlise. L évolution des catalogues et les bibliothécaires Vendredi 29 mars 2013 Manufacture des tabacs Journée organisée par le CRFCB Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/SDWG/6/3 ORIGINAL : anglais DATE : 8 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION GROUPE DE TRAVAIL SUR LES NORMES

Plus en détail

RELEVÉ DE DÉCISIONS. REUNION TECHNIQUE SITES INTERNET PROJETS COPILOTE et Q-CA.S.E. Rome, 8 novembre 2006 OBJET DE LA RÉUNION

RELEVÉ DE DÉCISIONS. REUNION TECHNIQUE SITES INTERNET PROJETS COPILOTE et Q-CA.S.E. Rome, 8 novembre 2006 OBJET DE LA RÉUNION REUNION TECHNIQUE SITES INTERNET PROJETS COPILOTE et Q-CA.S.E Contrats n s FR/06/B/P/PP-152512 et I/06/B/F/PP-154129 Rome, 8 novembre 2006 RELEVÉ DE DÉCISIONS OBJET DE LA RÉUNION La réunion technique avait

Plus en détail

REFONTE DU SITE INTERNET

REFONTE DU SITE INTERNET Commune de Lannilis REFONTE DU SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES Maitrise d ouvrage : Commune de LANNILIS - Mairie 19 rue de la Mairie 29870 Lannilis Tél. 02 98 04 00 11 - Email : mairie.lannilis.m@wanadoo.fr

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

Guide d interrogation du catalogue interne KENTIKA Espace documentaire Géraudière

Guide d interrogation du catalogue interne KENTIKA Espace documentaire Géraudière Guide d interrogation du catalogue interne KENTIKA Espace documentaire Géraudière L Espace documentaire de la Géraudière met à disposition des usagers son catalogue en ligne (48 000 références de documents

Plus en détail

Descriptif des fonctionnalités de notre site professionnel. www.appeldulivre.fr. Page 1 sur 13

Descriptif des fonctionnalités de notre site professionnel. www.appeldulivre.fr. Page 1 sur 13 Descriptif des fonctionnalités de notre site professionnel www.appeldulivre.fr Page 1 sur 13 Bonjour, Bienvenue sur notre site sur lequel vous pouvez : rechercher des ouvrages demander des prix commander

Plus en détail

Sites web propriétaires

Sites web propriétaires Ce document est disponible à : C:\Users\pc_samba\Documents\Doc sites prop.docx Sommaire 1 Introduction... 3 2 Création du mini-site... 4 2.1 Autorisation de création... 4 2.2 Création de votre site Web...

Plus en détail

Evolution des catalogues et des métiers: comment se préparer aux changements? Quelques échos de la BnF. CRFCB Université de Toulouse 29 mars 2013

Evolution des catalogues et des métiers: comment se préparer aux changements? Quelques échos de la BnF. CRFCB Université de Toulouse 29 mars 2013 CRFCB Université de Toulouse 29 mars 2013 Evolution des catalogues et des métiers: comment se préparer aux changements? Quelques échos de la BnF Gildas ILLIEN Bibliothèque nationale de France Directeur

Plus en détail

Mise à jour Apsynet DataCenter

Mise à jour Apsynet DataCenter Mise à jour Apsynet DataCenter Dans le cadre de sa stratégie d évolution produit, Apsynet propose à ses clients sous contrat de maintenance une mise à jour majeure annuelle. Celle-ci peut être complétée

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

MANUEL DE PROCÉDURE POUR LA MISE À JOUR DU SITE DE FIDAFRIQUE. Documentation utilisateur Octobre 2005

MANUEL DE PROCÉDURE POUR LA MISE À JOUR DU SITE DE FIDAFRIQUE. Documentation utilisateur Octobre 2005 MANUEL DE PROCÉDURE POUR LA MISE À JOUR DU SITE DE FIDAFRIQUE Documentation utilisateur Octobre 2005 I. Principes 1.1 - Généralités Les personnes autorisées à intervenir sur le site sont enregistrées par

Plus en détail

Cahier des charges. Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic

Cahier des charges. Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic Cahier des charges Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic CAHIER DES CHARGES ENQUETE ANNUELLE DE SATISFACTION 2 I. Contexte... 3 II. Objet...

Plus en détail

«BIBLIOTHEQUE NUMERIQUE DE REFERENCE»

«BIBLIOTHEQUE NUMERIQUE DE REFERENCE» 4 avril 2014 Réseau des médiathèques de Montpellier Agglomération «BIBLIOTHEQUE NUMERIQUE DE REFERENCE» La labellisation proposée par l Etat en 2011 a rencontré au niveau territorial une politique publique

Plus en détail

Memento de la recherche documentaire en santé

Memento de la recherche documentaire en santé Memento de la recherche documentaire en santé Optimiser ses recherches - Se procurer les documents Rédiger sa bibliographie 1. QUELQUES CONSEILS DE METHODE Avant toute chose, bien choisir ses mots-clés

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

COMMENT RÉDIGER UN CAHIER DES CHARGES POUR UN SITE INTERNET?

COMMENT RÉDIGER UN CAHIER DES CHARGES POUR UN SITE INTERNET? COMMENT RÉDIGER UN CAHIER DES CHARGES POUR UN SITE INTERNET? 1. Présentation 1.1 Les coordonnées Mentionnez ici les coordonnées exactes de l entreprise ou de la collectivité (adresse postale, numéro de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE REALISATION DE SITE INTERNET

CAHIER DES CHARGES DE REALISATION DE SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES DE REALISATION DE SITE INTERNET Nom de l entreprise : Adresse : Tel : Fax : Email : Personne à contacter dans l entreprise : 1 SOMMAIRE 1 PRESENTATION DE L ENTREPRISE...3 2 PRESENTATION

Plus en détail

L exploitation. Lutter contre le plagiat

L exploitation. Lutter contre le plagiat L exploitation L exploitation Lutter contre le plagiat Internet a bouleversé les usages en matière de recherche d information, mais a aussi accru et facilité les possibilités de copier-coller dans la production

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

USE your Extranet v1.0

USE your Extranet v1.0 PCA Services - Contrat de vente - page 1 sur 5 T : + 41 22 348 74 76 - F : PCA Services - Contrat de vente - page 2 sur 5 :: Description du produit PCA Services est une agence web & print fondée en 2002,

Plus en détail

Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche?

Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche? 9 Référencement et visibilité sur Internet Comment améliorer la visibilité de son site internet sur les principaux moteurs de recherche? Le trafic d un site internet Le référencement naturel Les freins

Plus en détail

Utiliser un logiciel libre de gestion bibliographique : Zotero 2.0

Utiliser un logiciel libre de gestion bibliographique : Zotero 2.0 Utiliser un logiciel libre de gestion bibliographique : Zotero 2.0 David Vivarès URFIST Strasbourg 1.Définition Les logiciels de gestion bibliographiques sont des outils spécialisés permettant de gérer

Plus en détail

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en documentation pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux documentalistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en documentation

Plus en détail

EVER EZIDA Editeur français de logiciels pour les systèmes d information documentaire

EVER EZIDA Editeur français de logiciels pour les systèmes d information documentaire Flora Systèmes d information à vocation culturelle et documentaire Version 2.0 et quelques signatures récentes Flora une solution globale pour la gestion des systèmes d information à vocation documentaire,

Plus en détail

Constituer et gérer une bibliographie avec le logiciel zotero. Support de cours et liens utiles 2012-12-14

Constituer et gérer une bibliographie avec le logiciel zotero. Support de cours et liens utiles 2012-12-14 Constituer et gérer une bibliographie avec le logiciel zotero Support de cours et liens utiles 2012-12-14 1 Pourquoi utiliser zotero? Zotero : Vous permet de collecter des références bibliographiques automatiquement

Plus en détail

WordPress : Guide à l édition

WordPress : Guide à l édition WordPress : Guide à l édition WordPress : Guide à l édition... 1 Présentation... 2 1. Accès au site... 2 2. Le tableau de bord... 2 3. Editez les contenus... 4 Quelle est la différence entre les pages

Plus en détail

Guide utilisateur S.I.G Système d Information Géographique

Guide utilisateur S.I.G Système d Information Géographique Guide utilisateur S.I.G Système d Information Géographique Taper l adresse du site dans Internet Explorer : http://sig.siceco.fr En cas de problèmes sur l identifiant et/ou Mot de passe contacter : M.

Plus en détail

Journées ABES-26 mai 2009 [ 2006 2007] [ Fédération Nancy-Université]

Journées ABES-26 mai 2009 [ 2006 2007] [ Fédération Nancy-Université] deux outils pour accéder aux ressources numériques Journées ABES-26 mai 2009 1 Au programme de la présentation 1. n@ncy ncy-clicclic nouvel outil au service des usagers a) historique et contexte b) àquoi

Plus en détail

SOFT AVOCAT Guide d utilisation

SOFT AVOCAT Guide d utilisation SOFT AVOCAT Guide d utilisation 1 SOFT AVOCAT est un logiciel de gestion automatisée des dossiers des cabinets d avocats qui facilite le suivi de leurs traitements à travers ses différentes composantes.

Plus en détail

Projet de catalogue des services de l IFIC

Projet de catalogue des services de l IFIC Projet de catalogue des services de l IFIC Rapport d étape sur la 2 ème phase : «Identification des services et ébauche du catalogue» Version 3 12 septembre 2015 Site du catalogue de l IFIC Identification

Plus en détail

La Bibliothèque numérique des sociétés savantes de Bourgogne BnssB. Un outil de valorisation partagé du patrimoine

La Bibliothèque numérique des sociétés savantes de Bourgogne BnssB. Un outil de valorisation partagé du patrimoine La Bibliothèque numérique des sociétés savantes de Bourgogne BnssB Un outil de valorisation partagé du patrimoine CRL Bourgogne - Pauline Lesieur BnF 19 juin 2013 1 Plan Préambule I la BnssB, un outil

Plus en détail

Documentation. Guide de démarrage

Documentation. Guide de démarrage Documentation Guide de démarrage V3.0 30/03/2015 Avant Propos Jalios Agora en bref Réseau Social d Entreprise : expertise et de gestion des compétences Espaces collaboratifs : projets organisés, communautés

Plus en détail

Recueil des Fiches Concepteurs : Mise en œuvre d un site SharePoint 2013 Juin 2015

Recueil des Fiches Concepteurs : Mise en œuvre d un site SharePoint 2013 Juin 2015 Recueil des s s : Mise en œuvre d un site SharePoint 2013 Juin 2015 Ce document décrit le paramétrage pour la mise en œuvre des fonctionnalités standard de Microsoft SharePoint 2013. NADAP et SharePoint

Plus en détail

Application EvRP. Fonctionnalités 2013

Application EvRP. Fonctionnalités 2013 Application EvRP Fonctionnalités 2013 Sommaire : Page d accueil et profils... 2 Saisie de risques... 3 Élimination d un risque (priorité 0)... 4 Mise à jour d une action déclarée... 6 Risques en anomalie...

Plus en détail

Personne à contacter : Françoise LE GUERN

Personne à contacter : Françoise LE GUERN Mairie de Guingamp 1 place du Champ-au-Roy BP 50543 22205 GUINGAMP cédex Tél : 02 96 40 64 40 Fax : 02 96 44 40 67 Email : mairie@ville-guingamp.com Personne à contacter : Françoise LE GUERN SOMMAIRE 1

Plus en détail

Mise en place d une gestion d un fond d images pour le service d un community manager

Mise en place d une gestion d un fond d images pour le service d un community manager Projet Informatique Mise en place d une gestion d un fond d images pour le service d un community manager Projet réalisé avec Filemaker Pro 12 Projet informatique présenté en vue d obtenir la LICENCE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Appel à projets ANR «Corpus, données et outils de la recherche. en sciences humaines et sociales» Très Grand Equipement «Adonis»

Appel à projets ANR «Corpus, données et outils de la recherche. en sciences humaines et sociales» Très Grand Equipement «Adonis» Appel à projets ANR «Corpus, données et outils de la recherche en sciences humaines et sociales» Très Grand Equipement «Adonis» Infrastructure de Recherche «Corpus» Note technique Pour l appel à projet

Plus en détail

Colodus : support de formation

Colodus : support de formation Colodus : support de formation Support à destination des bibliothèques membres du réseau Sudoc-PS, CR PACA - Nice Colodus est une application web professionnelle développée par l ABES et dédiée à la gestion

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions PLAN DE LA PRÉSENTATION Congrès des milieux documentaires 25 novembre 2013 1. Introduction 2. Le SDIH de la Société d habitation du Québec

Plus en détail

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle

Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle Stages en archives pendant l apprentissage d agent-e en information documentaire liste de contrôle De nombreux archivistes se sont déjà interrogés sur la manière d organiser un stage en archives pour des

Plus en détail

Au-delà de la simple gestion de votre fonds documentaire, évoluez vers la gestion complète de vos flux d informations.

Au-delà de la simple gestion de votre fonds documentaire, évoluez vers la gestion complète de vos flux d informations. Au-delà de la simple gestion de votre fonds documentaire, évoluez vers la gestion complète de vos flux d informations. SHERKAN administration BAGHEERA base documentaire KAA publication web AKELA gestion

Plus en détail

Guide de formation. EasyCruit

Guide de formation. EasyCruit Guide de formation EasyCruit Contents INTRODUCTION... 3 PRÉSENTATION ET NAVIGATION... 3 CRÉATION D UN PROJET DE RECRUTEMENT... 5 ETAPE 1 : Nom interne du projet... 5 ETAPE 2 : Associer l offre au bon département...

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport

Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport CONSULTATION Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport Modalités de réponses Date limite de dépôt des propositions : Vendredi 2 décembre 2011 Les propositions

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

SECRETARIAT : INTEGRATION DE LOGICIELS BUREAUTIQUES

SECRETARIAT : INTEGRATION DE LOGICIELS BUREAUTIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION SECRETARIAT

Plus en détail

La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France

La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France en 12 diapos 1 La Bibliothèque nationale de France Missions Collecte du dépôt légal (livres, revues et Internet français) Valorisation

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés

Le saviez-vous? LA FORÊT FRANÇAISE PRÉSENTATION DE L'IFN ACTUALITÉS PRODUITS ET SERVICES ACTIVITÉS THÉMATIQUES DONNÉES ET RÉSULTATS Nouveautés L IFN vient de mettre en ligne une nouvelle version de son site Internet contenant encore plus d informations, disponibles en téléchargement gratuit. Nouveautés Le site Internet de l IFN : une mine de

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Transfert de notices bibliographiques et d autorité en ligne depuis BnF catalogue général Mode d emploi complet

Transfert de notices bibliographiques et d autorité en ligne depuis BnF catalogue général Mode d emploi complet Bibliothèque nationale de France Direction des services et des réseaux Département de l information bibliographique et numérique Coordination des produits et services bibliographiques Transfert de notices

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

LIVRE BLANC QUALIOS MANAGER

LIVRE BLANC QUALIOS MANAGER LIVRE BLANC QUALIOS MANAGER Version 3.0 3, rue du Bois de La Champelle BP 306 54515 VANDŒUVRE CEDEX Tél. 33 (0)3 83 44 75 50 Fax. 33 (0)3 83 44 75 51 QUALIOS est une solution informatique développée par

Plus en détail

Maîtriser le backend

Maîtriser le backend 4 Maîtriser le backend Les nouveaux utilisateurs de Magento sont souvent impressionnés par la qualité de son interface d administration, mais ils en redoutent aussi la richesse fonctionnelle. Connaître

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

REFONTE DE SITE WEB - CAHIER DES CHARGES

REFONTE DE SITE WEB - CAHIER DES CHARGES REFONTE DE SITE WEB - CAHIER DES CHARGES AUTEUR : DIOP ADJA Responsable Communication adiop@neurotech.sn : 33 869 90 44 8, Boulevard du sud - Immeuble Tandian, Point E T: (221) 338699090 F: (221)338245725

Plus en détail

Zotero, un outil de gestion de bibliographies. Yvonne BERTRAND Documentaliste EHESP-MSSH 236 bis rue de Tolbiac 75013 Paris

Zotero, un outil de gestion de bibliographies. Yvonne BERTRAND Documentaliste EHESP-MSSH 236 bis rue de Tolbiac 75013 Paris Zotero, un outil de gestion de bibliographies Yvonne BERTRAND Documentaliste EHESP-MSSH 236 bis rue de Tolbiac 75013 Paris 1 Sommaire Introduction Collecte Organisation Citation Synchronisation Sauvegarde

Plus en détail

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités

SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités SYNTHESE DE L ENQUETE DE SATISFACTION sur la qualité de l accueil et sur les services des bibliothèques Doc INSA et les Humanités Synthèse des résultats de l enquête menée par le Groupe accueil des bibliothèques

Plus en détail

L Interface d Administration des sites. www.admin.ecoledirecte.com. Documentation

L Interface d Administration des sites. www.admin.ecoledirecte.com. Documentation L Interface d Administration des sites www.admin.ecoledirecte.com Documentation 1 Sommaire : Présentation...3 La connexion au site...3 La page d accueil...4 Les statistiques...4 Le forum...6 L administration

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES ANF Sciencesconf Meudon 10/11 octobre 2013 http://www.sciencesconf.org ! Sommaire La plateforme Sciencesconf.org Le portail L espace conférence Site web Gestion

Plus en détail

Algoba Systems valoriser et partager leur patrimoine numérique Orphea Studio

Algoba Systems valoriser et partager leur patrimoine numérique Orphea Studio Depuis plus de 15 ans, Algoba Systems aide ses clients à valoriser et partager leur patrimoine numérique grâce à Orphea Studio, sa solution de Digital Asset Management. Présents auprès de plus de 120 clients

Plus en détail

ANNEXE 3. Référence document : Mission BSN8/Etude/ Typologie d utilisateurs et typologie de services

ANNEXE 3. Référence document : Mission BSN8/Etude/ Typologie d utilisateurs et typologie de services ANNEXE 3 Référence document : Mission BSN8/Etude/ Typologie d utilisateurs et typologie de services Structure émettrice Mission BSN8 Auteur INIST-CNRS et ABES Etat VALIDER Date de création Nombre de pages

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

LES BREVETS comme moyen d accès. Introduction. http://patentscope.wipo.int/

LES BREVETS comme moyen d accès. Introduction. http://patentscope.wipo.int/ LES BREVETS comme moyen d accès à la TECHNOLOGIE Introduction http://patentscope.wipo.int/ 2 Les brevets constituent une vaste source d informations couvrant chaque domaine de la technologie. Il est facile

Plus en détail

CREER ET ANIMER SON ESPACE DE TRAVAIL COLLABORATIF

CREER ET ANIMER SON ESPACE DE TRAVAIL COLLABORATIF CREER ET ANIMER SON ESPACE DE TRAVAIL COLLABORATIF SOMMAIRE Sommaire... 2 Un espace de travail collaboratif, pourquoi faire?... 3 Créer votre espace collaboratif... 4 Ajouter des membres... 6 Utiliser

Plus en détail

ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP

ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP ENRICHIR LES DONNEES DE DETAILS ACCEDEES A TRAVERS UN RAPPORT OLAP SAS Web Report Studio offre depuis de nombreuses versions la possibilité de visualiser les observations spécifiques à partir des données

Plus en détail

CONVENTION RELATiVE AU DÉPÔT LÉGAL N 2009-123/423 ENTRE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ET LA VILLE DE ROUEN

CONVENTION RELATiVE AU DÉPÔT LÉGAL N 2009-123/423 ENTRE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ET LA VILLE DE ROUEN CONVENTION RELATiVE AU DÉPÔT LÉGAL N 2009-123/423 ENTRE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE ET LA VILLE DE ROUEN ENTRE: La ville de Rouen, représentée par son Maire, Madame Valérie Fourneyron, Place du

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Par Thierry CLAERR, Service du Livre et de la Lecture Jean-François MOUFFLET, Service interministériel des Archives de France Ministère de la Culture et de la Communication Stockage et conservation des

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES 7 avril 2014 ! Sommaire La plateforme Sciencesconf.org Le portail L espace conférence Site web Gestion scientifique Dépôt, sélection, envoi de mails, édition

Plus en détail

4. Personnalisation du site web de la conférence

4. Personnalisation du site web de la conférence RTUTORIEL Prise en main de la plateforme 1. Création de l espace conférence Connectez- vous sur le portail http://test- www.sciencesconf.org avec le compte : - Identifiant : «admin1» - Mot de passe «1234»

Plus en détail

Base de Données Economiques & Sociales (dite UNIQUE) des entreprises

Base de Données Economiques & Sociales (dite UNIQUE) des entreprises Base de Données Economiques & Sociales (dite UNIQUE) des entreprises SOLUTION DÉDIÉE, HAUTEMENT SÉCURISÉE ET FORTEMENT PERSONNALISABLE À MOINDRE COÛT AVEC OFFRE DE DÉVELOPPEMENTS SPÉCIFIQUES A PRIX FORFAITAIRES.

Plus en détail

www.lafamily.ch en 16 différences

www.lafamily.ch en 16 différences Cas d étude no 3 www.lafamily.ch en 16 différences juin 2003 Le mandat réalisé avec QuickSite de transformation du site existant de Lafamily.ch, centre globale d information pour les familles, à été de

Plus en détail

La publication scientifique, les répertoires institutionnels et les Creative Commons

La publication scientifique, les répertoires institutionnels et les Creative Commons La publication scientifique, les répertoires institutionnels et les Creative Commons Laurence Thys Juriste, attaché à la Direction générale du Réseau des Bibliothèques de l Université de Liège Assistante

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) CONCEPTION ET REALISATION D UNE PLATEFORME DIGITALE Ce cahier des charges est composé d une offre de base et de trois options 1 CONTEXTE La communauté

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

Le signalement des publications de la recherche :

Le signalement des publications de la recherche : Enjeux du signalement des ressources numériques produites LES ENJEUX Les universités et les consortiums universitaires produisent de plus en plus de ressources numériques (pédagogiques, articles, thèses

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» GAAV (version 1.0) un logiciel de gestion d archives

Plus en détail