Années charnière s

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2004-2005 Années charnière s"

Transcription

1 mm aire SÉNÉGA L Années charnière s Le siège de l a première ban - que mutualist e d'afrique sera implanté à Dakar. PAGE 4 BIMAO MALI Le futur siège des Caisses Jémén i du Mali reprendra les agencement s de l'architecture traditionnelle d e ce pays de grandes traditions. PAGE 5 RUSSI E De la Volg a au lac Baïkal, un formidabl e cham p d'expérienc e pour Damie n Leclercq, l'envoyé spécial du CICM e n Russie. PAGE 6 CAMBODG E gm,n,~~ m n V - Îat Au Cambodge l'anglais a supplanté le français mais le ro i dollar fait bon ménage avec l e mutualisme. PAGE t0 s É L ç Georges Coudray, Président du CICM, Etienne Pflimlin, Président de l a Confédération Nationale du Crédit Mutuel, vice-président du CICM e t Yann Gauthier, Directeur du CICM, lors du séminaire de Brazzaville. e CICM a 25 ans, c'est encore la jeunesse mais c'est déjà la maturité. Il faut continuer à faire avancer les choses, à mobiliser et à accumuler les efforts pour pousser plus loin une action qui marque notre différence sur le terrain." C'est la conclusion qu'apportait l e Président Etienne Pflimlin à la Convention qui marquait les 25 ans du CICM en octobre dernier. Trois mois plus tard, lors d u séminaire de Brazzaville, Etienne Pflimlin a pu évaluer l'accélération des évènement s qui font de cette période une charnière dans l'évolution du CICM et de ses partenaires en Afrique mais aussi en Asie, en Europe de l'est et bientôt peut-être au x Antilles. Hier initiatives villageoises d'épar - gne et de crédit, le sens des mots n'est pas indifférent, les Caisses du Crédit Mutuel d u Sénégal et celles de Jéméni au Mali on t su, avec le CICM, fédérer leurs énergie s pour créer un outil bancaire commun, l a BIMAO, qui est, depuis le 9 décembr e 2004, la première banque mutualist e d'afrique francophone. Les Mucodec d u Congo et le Crédit Mutuel de Centrafrique, emboîteront le pas dans leur zone géogra - phique, ce n'est plus qu'une question d e semaines. Dans le même temps les mou - vements réunis ont créé une structur e commerciale pour gérer à prix coûtant un e informatique commune sur la base d'u n partenariat avec le CICM ou chaque utilisa - teur, qui est aussi un associé, contribu e aux frais à hauteur de son usage. La nomi - nation de Mamadou Touré comm e Directeur Général du Crédit Mutuel d u Sénégal appartient elle aussi à cette vagu e d'une histoire qui s'accélère. Les créateurs du CICM, Théo Braun, Jean Ouvrard e t Roger Doche, partageaient au moins u n sentiment commun : mutualisme et coopé - ration pouvaient en Afrique demain comm e en Europe hier libérer les plus démuni s des fers de l'usure et de la misère. Comme le soulignait le Président George s Coudray le 6 octobre dernier lors de l a Convention à Paris "célébrer un 25'"' anniversaire n'a de sens que si cela permet de donner un coup d'accélérateur à de s projets qui avancent." Le séminaire d e Brazzaville a permis de contrôler qu e l'histoire du CICM ne freine guère. Si certains pouvaient n'en retenir qu'une vagu e contribution humanitaire lointaine, les outil s créés évoquent désormais un co développement partenarial. La marque d'une vrai e différence mutualiste et coopérative. n

2 BIMAO SA : première banqu e mutualiste d'afrique C'est la première fois en Afrique que des Caisse s Mutualistes s'imposent comme des banques. Après deux ans de négociation, la Commissio n bancaire de la Banque Centrale des Etats de l'afriqu e de l'ouest (BCEAO) a donné le 9 décembre 2004 so n visa pour la création de la Banque des Institution s Mutualistes d'afrique de l'ouest (BIMAO). Baba Koïta et Bernard Tissot, respectivemen t Président et Directeur de l a CCMAO et de la BIMAO SA Avis favorable complété pa r un agrément du Ministèr e des Finances du Sénégal l e 7 janvier Les mouvements partenaires du CICM étaien t jusqu'alors contraints de passer pa r des intermédiaires bancaires - Société Générale ou Crédit Lyonnai s - pour bon nombre d'opérations. Un e situation identique à celle du Crédi t Mutuel avant que les Ordonnance s de 1958 ne donnent un statut légal à ses Caisses. "La vocation de ce s banques est triple, explique Yan n En bref Epargne Sans Frontière : Le CICM a sollicité un e Organisation Non Gouverne - mentale, Epargne San s Frontière, pour assurer l e relais en France. Epargn e Sans Frontière prendra e n charge une cellule d'accuei l d'information et de conseil des migrants. Change : l'arrivée de l'euro ne facilite guère la lecture des Francs CFA. Il faut lire le s francs CFA comme on lirait les anciens francs. En pratique Francs CFA c'es t comme 65,59 francs d'avan t l'euro, donc 10 d'aujourd'hui. En sens inverse on divise l e nombre de francs CFA pa r 1000 et on ajoute la moiti é pour obtenir une approximation de la valeur en euro. Migrants : on estime qu e sénégalais et maliens vivent e n France. Ils transfèrent vers leur famille restée au pays une moyenne de à par an. 56 % de ce s transferts prendraient l e chemin du pays par de s pratiques informelles. Gauthier : permettre la gestion de la trésorerie au niveau du groupe. Trouver sur les marchés des financements qui permettent de proposer des prêts à long terme -habitat, PME, etc. Ces banques permettront enfin aux diasporas issues des pays o ù nous intervenons de transférer leur épargne depuis le lieu où elles travail - lent et résident vers leur pays d'origine." Le Séminaire de Brazzaville a projeté les conséquences de cett e révolution qui permet au CICM d'envisager un développement accéléré de tous les mouvements. Sur le plan institutionnel, cette ban - que, la BIMAO SA, est détenue à 66 % par la Confédération de s Caisses Mutualistes de l'afrique d e l'ouest (CCMAO) qui regroupe l e Crédit Mutuel du Sénégal et l a Fédération des Caisses Jéméni d u Mali et à 34 % par le Crédit Mutuel, via une Société par Actions Simplifiée "Cardinet Participation". Un schém a identique est en cours de mise en place pour le Congo et la Républiqu e Centrafricaine, en Afrique Central e auprès de la Banque des Etat s d'afrique Centrale (BEAC). Le dossier est bouclé à 80 % et devrait aboutir dans le courant de Dans ce virage majeur des mouvements africains, le Sénégal a franch i toutes les étapes administratives ; a u Mali, la BIMAO doit encore êtr e agréée par le Ministère des Finances malien, ce qui libérera les Caisses Jéméni de l'intermédiation bancaire des Banques commerciales locales. CICM : d'opérateur a associ é La création des banques modifie le s rapports que le CICM va entreteni r avec les réseaux, d'opérateur i l devient actionnaire de la BIMAO e t associé au sein de la CCMAO. D e son côté, le CIIMEC (Compagni e d'ingénierie Informatique de s Mutuelles d'epargne et de Crédit) v a organiser un transfert des compétences informatiques par la mutualisatio n des outils et projets informatiques e t de leurs financements. Ces nouveau x outils bancaires et institutionnels per - mettent également de se tourner vers les bailleurs de fonds bilatéraux e t multilatéraux pour trouver des ligne s de refinancement. Pour aborder cette nouvelle phase de développement, la CCMAO et le CICM se sont donné trois ans pour : n renforcer les capacités d'intervention des nouveaux organes, dont u n refinancement à hauteur de 45 M d FCFA de la BIMAO. n développer l'offre commerciale : crédits d'investissement à moyen et lon g terme, crédit habitat, épargne à moyen terme, virements internationaux. n diversifier la clientèle : PME, micro entreprise, migrants et leurs famille s mais aussi association de migrants. n mettre en place un dispositi f d'appui, de conseil et de relais pou r les réseaux en France au traver s notamment d'une politique de communication vers les médias qui touchent les migrants et leurs familles. Le CICM reste dans sa logiqu e initiale : donner les moyens aux mouvements qui lui font appel de trouve r les chemins de leur autonomie. n Michel Philippe Pierre Moniqu e VIEUX ARNAUDET LEVASSOR FILLOT Page 2\/ Différences

3 Page 3 BANQU La maîtrise des flux financiers des diasporas En Afrique la maîtrise des flux financiers entre le s diasporas et les pays d'origine est un enjeu commercial, économique et financier majeur pour le s mouvements. Lors du séminaire de Brazzaville un véritable plan de conquête et de fidélisation de ce s flux a été élaboré. 'un point de vue commercial il s'agit de créer d e nouveaux produits qui permettent d'aller vers un e clientèle qui, jusqu'alors, ne pouvait trouver satisfaction a ses besoins dans les mouvements partenaires du CICM. Les apports réguliers de la diaspora sont une des composantes importantes du revenu des ménage s africains et ils contribuent à l'essentiel de l'alimentation d u marché immobilier. En cas de crise économique dans u n pays, les revenus des migrants ont un effet stabilisateur su r les économies locales. On estime que la diaspora sénégalaise transfère chaque année de l'ordre de 170 Milliard s FCFA, soit l'équivalent de 20 % du budget de l'etat. En ce qui concerne la diaspora malienne, on estime se s transferts à plus de 230 milliards FCFA, près de la moitié d u budget de l'etat malien. Encore ne parle t-on là que des transferts officiels. La réalité se trouve dans une fourchette comprise entre 2 à 5 fois plus... L'objectif du CICM est d'organiser les réseaux pour qu'il s puissent offrir ce service de transferts, que ce soit pa r virement interbancaire ou par transfert d'espèces. Le CICM travaille au défrichage des transferts interbancaires avec la Banque Fédérative du Crédit Mutuel, société holdin g du CMCEE-CIC. La BFCM sera le partenaire technique, ell e Lors du séminaire, u n travail en atelier a permi s de clarifier les besoins d e service des migrants. Ici, Hervé Thaunay, Administrateur du CICM, e n présente la synthèse. mettra à la disposition ses canaux de communicatio n sécurisés, clé télex, formulaires de virements et code swift. En ce qui concerne les transferts en espèces une étud e comparative a été mené e entre les deux plus grand s opérateurs spécialisés mondiaux : Western Union e t Moneygram. Il s'agit de pro - poser un service qui remplac e les valises "bourrées" de billets à destination des village s qui parfois n'arrivent pas... Un accord a été conclu avec Western Union qui dispose d e points de contact dans le monde. Des contrats seront conclus pays par pays pour que les réseaux affiliés au CICM deviennent sous agents de la com - pagnie Western Union. L'intérêt est double : d'une part ils percevront une part de la commission de service prélevé e pour le transfert et, d'autre part, ils se feront connaîtr e auprès d'une nouvelle clientèle. Car même s'il est coûteux l e système est très efficace. En quelques minutes, une somme versée en liquide e n France à un guichet Western Union, peut être récupéré e dans n'importe quel coin du monde arborant le panoncea u de la marque. Ce qui sera le cas dès le début de deuxièm e semestre 2005 pour toutes les Caisses du Crédit Mutuel d u Sénégal et les Caisses Jéméni du Mali. Une nouvell e ressource, un nouveau potentiel de clientèle. n ZONE FRANC La Zone franc regroupe 1 4 pays d'afrique (voir carte), les Comores et la France. Elle est issue de l'évolutio n de l'empire colonial français. En 1959, les pays d'afriqu e de l'ouest s'associent a u sein de la BCEAO. Les pay s d'afrique Centrale créent l a BEAC. Ces banques centrales disposent d'un compte di t "d'opérations " ouvert sur les livres du Trésor français, qu i garantit la convertibilité d e leur monnaie. Les francs CFA et comorien ont été jusqu'a u r' janvier 1999 ancrés a u franc français. Dès l'adoptio n de l'euro, la monnaie européenne a remplacé le fran c comme ancre monétaire de s francs CFA et comorien, san s que les mécanismes de coopération monétaire de l a zone en soient affectés. La coopération monétaire entre la France et les pay s africains de la Zone franc es t régie par quatre principe s fondamentaux : garantie de convertibilité illimitée d u Trésor français, fixité de s parités, libre transférabilité et centralisation des réserves de change (en contrepartie de cette garantie, le s trois banques centrales son t tenues de déposer 6S% d e leurs réserves de chang e auprès du Trésor français su r leur compte d'opérations). C'est devant ces deux banques centrales, BCEAO e t BEAC que le CICM et se s partenaires africains son t venus plaider la création d e leurs banques. Il faut ensuit e que, dans chaque zone, le s autorités nationales donnent à leur tour leur aval. Un légionnair e à Matigno n Le 10 mars dernier à l'hôtel Matignon, l e Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, a remis les insignes de Chevalier de la Légio n d'honneur à Ren é Airaud. Né en 1936 à Largeasse en Deux-Sèvres, René Airaud est vice-présiden t du CICM, Président de l a Caisse de l'absie depui s 1971, administrateu r fédéral du CMO depui s Il est égalemen t maire-adjoint de s a commune, Vernoux-en- Gâtine. Différences s'associe à se s nombreux amis pou r féliciter René Airaud. Daniel Thierry André Louis-Mari e LEROYER BRICHANT HALIPRE LE BRETON

4 Repères Sénéga l Superficie : km 2 Population : 9,9 millions d'habitant s PIB par habitant : F CFA (565 ) Taux de croissance du PIB en 2004 : Prévision 2005 : 6,4 % 6 0/0 Résultat net : le milliard atteint en 2004 Avec plus de sociétaire actifs et ses 83 Caisses, le Crédit Mutuel du Sénégal es t le mouvement le plus en pointe parmi les partenaires du CICM. Là aussi l'exercice a marqué un tournant puisque le résultat net a dépassé le milliard de francs CFA. Ma m 1dou Touré, Direc teur Généra l du C i édit mutue l du Sénégal amado u Touré, premi e Directeu r Généra l sénégalai s ne pouvai t espére r mieu x po u clôture r son premie r exercic e qu i a vu par ailleur s l'interconnexio n de: Caisses avec l e siège de Dakar, le lanc e ment de crédits aux professionnel s et h démarrag e d e la constructio n d'un no u vea u siège. L'avènemen t d e la BIMA O e t l'ouvertu n d e nouvelle s Caisses dan s l a région d i fleuv e et à Daka r devraien t accélére r e l le développemen t d u CM S qui pe u t désormais mise r sur le crédi t à l 'habitat e t le renforcement de l'activité de transfert d e fonds via l'accord passé avec Wester n Union. Le CMS portera une attention particu - lière en 2005 à la formation de ses collaborateurs avec la mise en place d'un pla n triennal. Lors du séminaire une passionnante présentation a permis de décortique r Ba, Président d u Alioune Diodi o le fonctionnement des différents types d e Crédit Mutuel d u Caisses, qu'elles soient en milieu rural o u Sénégal. urbain mais aussi en fonction de leur activit é réelle. Une approche qui permet d'optimiser une gestio n prévisionnelle des emplois mais aussi les investissement s nécessaires. Le temps des approximations s'éloigne à grands pas... Un siège modulable 1 En milliers de Francs CFA PNB Frais Généraux Résultat brut d'exploitation Provision et amortissements Exceptionnel Résultat net Lors du séminaire le s plans et l'esquisse d u futur siège du CMS ont fait forte impression. Développant m 2 sur sept niveaux i l recèle des capacités d e répondre à l'accroissement des besoin s futurs. Dans l'immédia t il abritera également l a Confédération (CCMAO). Le Sénégal en chiffres Crédit Mutuel du Sénégal à fin 2004 Nombre de caisses et points de vente 8 3 Nombres d'élus 96 2 Nombre de salariés 27 8 Sociétariat actif Encours dépôts* Encours de crédits* Production de crédits en millions de Francs CFA (hors facilités ) * en Francs CFA Différence s

5 Repères Mal i Superficie : km 2 Population : 11,7 millions d'habitant s PIB par habitant : F CFA (255 ) Taux de croissance 2004 : 1,5 0/0 Prévision 2005 : 7,6 Io Une prise de confiance nécessair e ors du séminaire d e L Brazzaville l'union de s Caisses d'epargne e t de Crédit Jéméni a confirmé son ralliement définiti f aux projets initiés par le CICM. Dassé Mariko, Président d u mouvement Jéméni du Mali et Kéno Traoré, Directeur Général. Pour Antoine Didonna, Directeur de la Plateform e d'assistance aux Coopératives du Mali, cette évolution est du e à ['accélération des changements intervenus dans les organisations. "Un déclic s'est produit. Nos amis de Jémén i voient des réseaux en plein essor, constatent que les outils techniques fonctionnent et surtout que des dossiers auss i importants que la créatio n d'une banque ne sont pas des leurres." Patience ave c confiance doivent grandi r ensemble. Concentrées le long du fleuv e Niger, à Bamako et à Koulikoro, les vingt six Caisse s et points de vente Jéméni, après avoir connu une phase difficile en 2002, ont retrouvé le chemin d'une gestion sain e et à l'équilibre. Dans la perspective de l'officialisation ban- caire l'exercice 2004 a, l à aussi, été l'occasion d'un e mise aux normes comptables et marqué par un sain réalism e qui a fait passer 120 millions de douteux en pertes. L'ouverture de lignes de refi - nancement auprès de l a BIMAO va permettre au x Jéméni de pousser leur avan - tage en 2005 et de se projete r vers des chiffres approchan t les 4 milliards tant en dépôts qu'en crédits. La constructio n d'un nouveau siège symboli - sera également le nouvel éla n de Jéméni. L'architecture extérieure ra p pelle les fortes traditions de ce pays à l'histoire ancienne et ori - ginale marquée par les Dogon s d'une part mais aussi le s influences sahariennes venan t des confins de Tombouctou, porte du Sahara. Antoin e Didonna, Directeur de l a Plateform e d'assistance aux Coopératives d u Mali (PACMA ) qui assurera prochainement le lancement d'une agenc e spécialisée dans te crédit au x entreprises dont il aura l a responsabilité. Un sièg e dans le styl e soudano-sahélie n En milliers de Francs CFA PNB Frais Généraux Résultat brut d'exploitation Provision et amortissements Exceptionnel Résultat net Crédit Mutuel de Jéméni à fin 2004 Nombre de caisses et points de vente 26 Nombres d'élus 252 Nombre de salariés 68 Sociétariat actif Encours dépôts* Encours de crédits* * en Francs CFA Le Mali en chiffres Production de crédits en millions de Francs CFA

6 Repères Russi e Population : 145 million s Estimation de la "sleeping money" : 75 milliards de $ Nombre de PME : Demande financière des PME : 8 à 19 milliards de $ Demande de microfinance en Russie : 5 milliards de $ Estimation du marché de la microfinance : 1,5 à 7 Milliards de $ PIB par habitant : $ Taux de croissance 2004 : 6,5 0/0 Prévision 2005 : 6 le De la Volga au Lac Baïka l L'Union Européenne finance des projets pour soutenir la transitio n sociale, politique et économique des pays de l'ex-bloc soviétique. Le CICM, associé au cabinet Sofreco, a été sélectionné en juillet 2004 pour un projet d'appui à la structuration de réseaux coopératifs. e multiples réseaux coopératif s U existent en Russie mais ils son t faiblement maillés. La mission de Damien Leclercq, qui représente le CICM à Moscou depui s janvier dernier, avec l'équipe du projet, est d'assister les autorités russes à crée r un cadre adapté au développement de s systèmes coopératifs, à renforcer le s Caisses existantes au travers de troi s modes d'action principau x - L'appui à la structuration des Caisses de Premier Niveau - mécanisme de la vi e mutualiste, outils de suivis, systèm e d'information. - La création de structures de second e t troisième degré, assurant notamment de s fonctions d'inspection, de formation, d e mise en place d'outils communs, permet - tent une standardisation des méthodes et outils des Caisses affiliées. - Un volet formation qui permet un e nécessaire montée en compétence. Michel Vieux, Administrateur d u CICM, a accueilli à Valence une première délégation de mutualistes russes dans le cadre de l a mission que conduit le CICM e n Russie. Investi dans la problémati - que russe, Michel a aussi, dans ce cadre, mené récemment un e mission d'appui à la structuratio n des réseaux coopératifs. Damie n Leclercq qu i explore l e dédale mutualiste russe. Damien Leclercq et les experts du projet ont identifié quatre organisations qu i rassemblent la plupart des coopérative s d'épargne et de crédit de Russie ; elles s'apparentent à des associations d e représentation mais pas à des organismes bancaires à tel point qu'une Caiss e peut adhérer à plusieurs organisations. "Le plus difficile, relève Damien Leclercq, c'est de gagner la confiance sur le terrain pour apprécier la réalité des chiffres e t des situations. La Russie est un monde à part, si Moscou est une Vllle du troisième millénaire, le reste du pays accuse un certain retard, avec une loi foncière qui laisse beaucoup d'incertitudes sur la propriété des terres, ce qui pose d'importants problèmes. En Russie, toute chose prend une dimension extraordinaire, dan s l'espace et dans le temps : souvent trè s loin, toujours très vite. Une autre caractéristique de ce pays et c'est son atou t majeur : il dispose d'un niveau élevé de ressources humaines. II faut faire preuve d'un peu de patience mais je suis optimiste pour la suite. Le choix de désigner trois zones pilotes va permettre d'avancer concrètement. Le CICM à une carte a jouer, notamment dans la formation, le conseil à al mise en place de système s d'information adaptés aux besoins de s coopératives et l'appui à la structuration e t à l'organisation des réseaux." n Les zones pilotes Trois territoires ont été désignés par le Ministères des Finances russe pour y mettre en oeuvre le proje t que conduisent le CICM et l e cabinet SOFRECO. La région de Yaroslavl : cette contrée se situe à 280 km au nord-est de Moscou. La région compte 1,5 millions d'habitants et es t essentiellement urbaine e t industrielle. La ville d e Yaroslavl ( habitants ) est la plus ancienne vill e construite le long de la Volga. Elle est jumelée avec Poitiers. La province d'astrakha n cette province de plus d'u n million d'habitants est situé e 1000 kilomètres au sud-est d e Moscou à l'embouchure de l a Volga sur le rivage nord de l a Mer Caspienne. L'Astrakan es t le seul désert d'europe mais l a région dispose d'importante s ressources naturelles. Un tiers de la population vit d e l'agriculture. Le pays est conn u pour sa laine mais surtout pou r son caviar, pêche officielle e t braconnage y fourniraient environ 30 % du caviar mondial. La république de Bouriatie : Oulan-oudé, la capitale d e l'une des 21 républiques de l a fédération de Russie se situe à km à l'est de Mosco u (8 heures d'avion) et compt e moins d'un million d'habitants. Elle occupe les rives sud et es t du lac Baïkal, le plus ancien, l e plus profond et le plus pur la c du monde qui contient u n cinquième des réserves mondiales d'eau potable. La majorité de la population y est de confession boudhiste. Page 6 Différences

7 Informatique à prix coûtan t En 1996 le CICM a mis en service un logiciel qu'il a créé, adapté à la gestion des comptes des sociétaires de ses mouvements africains : SiBanque. Sur une base bureautique simple il permettait de conserver la mémoire de toutes les opérations de guichet. es réseaux se développant, L les produits se diversifiant, fi n 1999, le CICM débute l a conception de SiBanque 2 qu i est déployé en Bien né, SiBanque 2 répond aux besoins informatiques de tous les réseaux, des opérations de guichet à la génératio n des comptes des Caisses en passan t par les prélèvements automatique s des mensualités, le suivi des risques, L'informatique, un outi l indispensable, ici à la Caiss e de Ouenzé au Congo. etc. Les diverses déclinaisons d e SiBanque permettent aujourd'hui d e gérer l'intégralité de l'activité de s Caisses locales, y compris les opérations comptables et bilancielles su r des réseaux micro-informatiques. En mars 2004, le séminaire de Bres t aborde la mutualisation du coût de s développements informatiques, jusqu'alors supportés par le CICM. Fin 2004 se dessinent les contours d e la CIIMEC (Compagnie d'ingénieri e Informatique des Mutuelles d'epargn e et de Crédit). Une large part du séminaire d e Brazzaville a été consacrée à la présentation de la CIIMEC, société commerciale qui assurera le développe - ment et fa maintenance des logiciel s SiBanque ainsi que la fourniture d e prestations de services aux réseau x qui en sont à la fois clients et propriétaires. La création de la CIIMEC fai t entrer le CICM et ses partenaires dans une logique d e transparence économique où chaque utilisateur contribue à hauteur de son usag e et bénéficie de s développements réa - lisés pou r compt e commun. La CIIMEC, qui dis - posera d'une équip e de cinq personnes, sera installée dans le s locaux de la BIMAO à Dakar. Pour Yann Gauthie r "cette nouvelle organisation s'appuie sur des éléments qui en garantissent le succès : la mise en place d'un lie n actionnaire-utilisateur, la volonté de s mouvements de disposer d'un outi l informatique pérenne qui réponde à des besoins évolutifs en s' appuyan t David Cohen, Chargé de Missio n au CICM a fabriqu é et déploy é SiBanque 2 sur un engagement technique e t financier du C1CM." n La répartition du capital Répartition des d u capital de la CIIMEC. L'apport d u CICM est notamment constitué d u logiciel SiBanque. Une évolutio n sur cinq ans permettra d'arriver à une parité CICM et Mouvements cri s Ans BIMAO 10 k 6,75% ClClli 62,50% CCMRC 1 % CMCA 1 % 10.5 OEiCODE C BC : EA C 6.75% UNE CARTE POUR TOUS... Parmi les demandes urgente s des mouvements figure l a création d'une carte individuelle d'identification de s sociétaires. Le développemen t des réseaux ne permet plus d e sécuriser les opérations sur l a seule présentation des livret s par une personne connue. I I s'agirait de créer une carte à piste qui porterait les nom e t prénom du titulaire ainsi qu'u n numéro d'identification de typ e RIB. Ces cartes seraient réservées à l'usage dans l a Caisse qui tient le compte e t permettraient, d'une part, l'identification du porteur et, d'autre part, l'ouverture à l'écran des comptes du clien t concerné. Cette carte serai t dotée d'un code secret à quatre chiffres choisi par le clien t et enregistré sur le systèm e SiBanque lors de ia remise d e la carte qui serait payante. C e projet est réaliste et urgent. Il nécessite cependant un cou p de pouce de départ qu e pourrait donner une équip e informatique bancaire qu i déciderait d'y consacre r quelques jours/hommes entr e deux projets majeurs de développement franco-français... En bref Cotisation : La création de l a CIIMEC a permis d'élaborer un e tarification précise des prestations, notamment le coût d'usage du logicie l via une "cotisation annuelle"; fixée à 305 par poste. Les besoins de s réseaux sont aujourd'hui de 21 2 postes au Sénégal, 152 au Congo, 3 5 en Centrafrique, 30 au Mali et 5 a u Cameroun. Sur le marché des logiciels : La CIIMEC pourra proposer SiBanqu e et ses services à de nouvelle s institutions de Micro Finance pou r lequel il est adapté et quasi seul su r son marché. A noter qu'il existe déj à une version anglaise du logiciel qu i tourne aux Philippines et, pou r l'anecdote, une version en serbe, créée en une quinzaine de jours pou r un projet au Monténégro, qui n'a pa s connu de suite durable. Evolutions : le rôle de la CIIME C sera de faire évoluer SiBanque d e manière à développer la centralisatio n des systèmes d'information avec l a création de nouveaux services bancaires : centrales de risques, compensation, versements déplacés, etc. Différences Page 7

8 ONGO Repères Cong o Superficie : km 2 Population : 3,2 millions d'habitant s PIB par habitant : 1000 C Taux de croissance du PIB en 2004 : 3,6 0/0 Prévision 2005 : 7,5 0/0 2004, l'année de nos 20 an s Après des années de guerre le Congo connaît depuis sept ans une période apaisée qui a permis aux Mucodec d'atteindre en 2004 un Produit Net Bancaire supérieur à 3 milliards, l'année même où le mouvement que préside Bienvenu Maziezoula fêtai t son vingtième anniversaire. Gérard Légier, Directeur Généra l des Mucode c du Congo. érard Légier, Directeur Généra l G des Mucodec depuis deux an s reconnaît "avoir bénéficié d e tout le travail de reconstructio n du réseau mené par Jean-Claude Garcia e t les équipes salariées et élues de s Mucodec". D'ailleurs, lors des visites organisées dans les Caisses durant l e séminaire, l'ancien Directeur Général n e put cacher une certaine émotion devan t l'accueil qui lui était réservé. Si l'exercice 2004 a été marqué par le s manifestations commerciales entourant le s 20 ans des caisses, un travail de fond a ét é réalisé pour apurer le lourd passif issu de l a guerre. C'est ainsi que compte s inactifs ont été clos et que les créances d e cette période ont été passées en perte de manière à aboutir à une situation comptable nette avant d'intégrer les habits neuf s d'une banque de plein exercice au sein du système bancair e d'afrique Centrale. Deux missions d'audit internationales sont En milliers de Francs CFA PNB Frais Généraux Résultat brut d'ex.loitation Provision et amortissements Exceptionnel Résultat net Le Congo en chiffre s Bienven u Maziezoula, Président de s Mucodec d u Congo qu i avait fait l e pari, for t réussi, d'orga - viser un semi- Haire du CIC M à Brazzaville. venues compléter le processus administratif complexe. "Aujourd'hui, considère Gérard Légier, nous avons atteint 90 % des exigences réglementaires. C'est un dossier lourd mais l'enjeu vaut largement la peine qu'il donne aux équipes." Pour les Mucodec l'anné e 2005 se place sous le signe de la rationalisation de son réseau. Pour faire face à un développement considérable, quatr e nouvelles Caisses vont être ouvertes à Brazzaville et trois autre s à Pointe-Noire tandis qu'u n vaste programme d e réhabilitation de Caisse s désuètes est lancé. Un pla n standard de caisse a été conçu et sera déployé su r l'ensemble du réseau. Ce s Caisses permettront d e gérer le flux exceptionne l des fonctionnaires a u moment de la pay e mensuelle, sans pénalise r les autres sociétaires. Enfin, souligne le Présiden t Maziezoula "nous allon s veiller à un développemen t harmonieux de no s Caisses. Au-delà de sociétaires il est nécessaire d'envisager la créatio n d'une nouvelle Caisse." n Etienne Pflimlin, Président de la Confédération Nationale d u Crédit Mutuel et Bienven u Maziezoula ont dû répondre à l'assaut des journalistes congolais en cette année mondiale d u micro crédit dont ils sont des acteurs majeurs grâce au CICM. Les Mucodec à fin 2004 Nombre de caisses et points de vente 3 4 Nombres d'élus 31 0 Nombre de salariés 22 1 Sociétariat actif Encours dépôts 28,5 Md de Francs CFA Encours de crédits 6,9 Md de Francs CFA Production de crédit s (en millions de Francs CFA ) Page 8 4

9 Différences Page 9 Repères RCA Superficie : km 2 Population : 3,8 millions d'habitant s PIB par habitant : F CFA (295 C ) Taux de croissance en 2004 : 1,2 % Prévision 2005 : 3,8 % RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAI N Dépôt : le seuil de 2,5 milliards atteint M algré une situation économique difficile dans le pays le Crédit Mutuel de Centrafrique a réussi à passer en 2004 le seuil psychologique de 2,5 milliard s de dépôts. Jean-Claude Garcia, Directeu r Général du Crédit Mutuel de Centre Afrique a reçu un accueil trè s chaleureux lors des visites de s caisses congolaises à l'occasion d u séminaire de Brazzaville. Voilà quelques années, il a remis sur pied un résea u anéanti par la guerre civile. "Depuis deux ans nous étions très proche d e cet objectif, soulign e Jean--Claude Garcia, nous avons réussi à I ' atteindre grâce à l a mobilisation de tous, é lus et salariés." Lors du séminaire de Braz :avilie il a d'ailleurs exposé à l'auditoir e une campagne d e relance commerciale. Fixation d'objectifs individuels de collecte pour les salariés e t demande aux élus d e se "mouiller " e n menant des opération s de parrainage. "En 2004 la mobilisation des élus autour d'un objectif opérationnel de leur seule responsaréel `A. enthousiasme. Jean Lek() Kette, bluté a soulevé u n J'espère que cette acnée nous allons retrou Président du Crédi t Mutuel de ver le même élan," souhaite Jean-Claude Centrafrique. Victim e Garcia. Sans tomber dans le pessimisme le d'une sérieuse crise Directeur Général es t assez réservé sur de paludisme, il n'a l'exercice en cours. Po ir arriver à l'équilibre pas assisté au x nous avons concentré nos forces, fermé six travaux du séminaire Caisses et passé 8 1 nillions en perte en de Brazzaville L'objectif d e 2005 est clair pou r Jean-Claude Garci a En milliers de Francs CFA comme pour so n PNB Président Jean Loko Frais Généraux Kette : accrocher u n Résultat brut d'exploitation résultat positif. La Provision et amortissements poursuite d'un e Exceptionnel grande rigueur comp - Résultat net table, le maintie n d'une cohésion entre élus et salariés son t deux atouts pour y parvenir. La fin des opérations électorales est une source d'optimisme. Elle pourrait amener à une relanc e économique d'un pays exsangue. n La RCA en chiffre s Crédit Mutuel Centrafrique à fin 2004 Nombre de caisses et points de vente 11 caisses et 2 PV Nombres d'élus 89 Nombre de salariés 6 9 Sociétariat actif Encours dépôts 2, 6 milliards de Francs CFA Encours de crédits 816 millions de Francs CFA Production de crédits (en milliards de Francs CFA ) ,0 6 0,94 7 0,77 3 0,8 0,701 0, 6 0, 4 0,2

10 Page 10 \/ Différences MEROUN Repères Camerou n Superficie : km 2 Population : 15,4 millions d'habitant s PIB par habitant : F CFA (748 ) Taux de croissance en 2004 : 4,4 % Prévisions 2005 : 4,8 0/0 Terre de conquête Même si le début de l'histoire du CIC M au Cameroun ne remonte qu'à 2001 ell e comporte déjà de nombreux épisodes. Ce pays a connu de retentissantes faillites bancaires dans les années 90. Pui s de multiples coopératives ont vu le jou r dans une certaine anarchie. En 2001, lors de la mise en place d'un e réglementation sur la microfinance, à l'appel des autorités locales, le CICM a tenté de fédérer 13 Caisses sous l a bannière MutCam. Les obstacles devenant insurmontables, le projet a été réorienté à la demande d'une Caisse d e Yaoundé désireuse de trouver un développement harmonieux. C'est à partir d e cette Caisse que le CICM, appuyé pa r l'iecd (l'institut Européen d e Coopération et de Développement), va structurer un réseau. La création de quatre guichet s Rabia Chibanià Yaoundé est Jacquot qu i programmé e représente le CIC M pour à Yaoundé. Sur ces bases le projet pourra s'ouvrir à d'autres coopératives selon une procédure et un cahier des charges précis qu i pourrait l'amener à intégrer à terme l a structure bancaire sous-régionale avec le Congo et la RCA. Repères Nige r Superficie : Km 2 Population : 11,4 millions d'habitants PIB par habitant : FCFA (204 C ) Taux de croissance en 2004 : 4, 1 Prévisions 2005 : 4, 2 Vers une fédération en 2007 La situation du Niger est assez compa - rable à celle du Cameroun avec d e très nombreuses coopératives au x modes de fonctionnement diversifié s et parfois peu orthodoxes. Le projet d u CICM de fédération et d'organisatio n des Caisses de manière à doter l e pays d'un outil bancaire populaire a trouvé l'appui du Ministère des finances Nigériens et démarrera prochaine - ment. Certaines Caisses fonctionnen t déjà en réseau et souhaitent trouve r une aide technique. Le CICM, souten u financièrement par le Ministèr e français des affaires étrangères, constituera, en collaboration avec l'association Epargne Sans Frontière, une plateforme d'appui dont le premie r travail sera d'identifier et de diagnostiquer les organisations existantes. Dans une seconde phase l a plat e forme se dotera des compétences nécessaires pour répondr e aux besoins d'harmonisatio n des pratiques et de professionnalisation des Caisses. L'objectif est d'aboutir à l a création d'une Fédératio n en Fédération qu i pourra ensuit e intégrer l'ensembl e bancaire sous-régional avec le Mali et l e Sénégal.

11 CAMBODGE & PHILIPPIN E Repères Cambodge Superficie : km 2 Population : 13,8 millions d'habitant s Population urbaine : 18% Population capitale : 1,1 million d'habitant s PIB/habitants : 238 Repères Philippine s Superficie : Km 2 Population : 83 millions d'habitant s Population urbaine : 61% Population capitale : 15 million d'habitant s PIB/habitants : 815 Une approche pragmatiqu e trictement inconnu e n S Asie du Sud Est l e CICM a pris le par i d'aborder ce march é avec pragmatisme en créant l e premier réseau de microfinanc e de collecte d'épargne au x Philippines en Malgré une confiance qui pren d du temps à s'instituer Yousse f Djezzez, le délégué du CICM à Manille, est très confiant dan s l'avenir du projet et note une croissance régulière du socié - tariat. Les salariés forment de s équipes solides, dynamiques e t impliquées. La métropole de Manille et ses 15 millions d'ha - bitants représentent un secteu r suffisamment important pou r que tous les efforts de dévelop - pement y soient concentrés. I I existe aux Philippines un e réglementation adaptée au x systèmes coopératifs. Le s Caisses sont informatisées a u fur et à mesure de leur création. La naissance d'une Fédératio n de quinze Caisses est envisa - geable à l'horizo n Même si l e ~~ ~SS gs G53&S3 dossier cambod - ^~.i,pré Je.ores s ç ~êex6 gien est ancien a u i CICM ce n'est qu'en 2004 qu'il a A Phnom Penh Crédi t pu entrer dans une Mutuel se dit : Cambodi a Mutuat Savings and Credi t Network. phase active. Sur un terrai n quasi vierge de tout résea u mutualiste, le CICM a choisi, comme aux Philippines, de réaliser son effort sur la seule capi - tale, Phnom Penh. A fa différence des Philippines, a u Cambodge, le CICM se trouv e dans un vide juridique en ce qu i concerne le secteur coopératif et face à des population s méfiantes par rapport à tout e pratique communautaire... L a période Pol Pot marque encore les esprits. Par ailleurs certaines Organisations Non Gouvernementales y pratiquent la collecte d'épargne dans des conditions pe u professionnelles et frôlant parfois la malhonnêteté. Malgré c e contexte difficile Véronique d e Crouy-Chanel, architecte d u projet du CICM à Phnom Pen h est elle aussi optimiste. Mai s leur pire ennemi c'est la religio n du cash. La confiance ne v a pas de soi... En 2004 trois Véronique, la responsable de la mission au Cambodg e (en jupe rose) et Dorothée (stagiaire) entourées de s collaborateurs d'une Caisse enregistrent un retour trè s positif des sociétaires. Caisses ont été ouvertes, i l devrait en être de même cett e année. La aussi toutes les caisses sont informatisées dès l e départ. Petit détail pratique : a u Cambodge il faut gérer en deu x unités de compte : le riel et l e dollar US. n Cambodge Philippine s Démarrage mars 2004 mars Nombre de caisses 3 9 Nombre de sociétaires Nombre de salariés Nombre d'élus Encours épargne millions de peso s Encours crédits millions de peso s Production de crédits millions de pesos Différences Page 1 1

12 AINTE LUCIE Repères Sainte Luci e Etat anglophone indépendant (1979) des petites Antilles situé à 35 km a u sud de la Martinique. Superficie : une île de 616 km 2 Population : habitant s Taux de croissance en 2003 : 3, 7 Membre de l'union Monétaire East Caribbean Currency Union (ECCU) l a monnaie locale est rattachée au dollar américain. 1 US $ = 2,67 EC$. L'économie repose pour l'essentiel sur le tourisme et la production de l a banane. Au pays des Credit Union s la demande de la Fédératio n du Crédi t Mutuel Antille s Guyane et de l'agenc e Française de Dévelop - pement le CICM a réalisé une mission exploratoire à Sainte Lucie qui pourrait déboucher sur un partenariat avec le s Credit Unions en Le monde bancaire de Sainte Lucie es t bien développé. Un secteur commercia l cohabite avec un secteur coopératif, com - posé de 16 Credit Unions indépendante s les unes des autres, héritières des friendships societies. Nous sommes bien e n culture anglophone. La majorité des coopératives fonctionnent de façon efficient e et performante. L'une d'elle possèd e même un coefficient d'exploitation d e 35 %... Le projet du CICM serait d'apporter son expérience sous trois angles : structuration institutionnelle, renforcement technique des réseaux - ressources humaines et outils tech - nique - et, en troisième lieu, consolidation financière. Les credi t unions ont donné un accord de prin - cipe sur le contenu de l'appui d u CICM. Cette action, qui s'inscrirai t dans le moyen terme, nécessiter a des moyens financiers importants. Le CICM adressera des demande s de financement au Fonds d e Coopération Régionale et a u FEDER (Europe). La mise e n oeuvre du projet est conditionnée a u déblocage de ces moyens financiers. La Fédération du CM Antille s Guyane porterait institutionnelle - ment ce projet et poursuivrait so n travail de coopération et de formation auprès de ses collègues d e Sainte Lucie dont ils partagent l'un e des deux langues : le créole. Patrici a Lavocat, Chargée d e Mission au CIC M a réalisé l'étud e du projet Sainte-Lucie. Elle veille égale - ment au x destinées des projets Russie, Cambodge, Cameroun et Niger. La Fédératio n Antilles Guyan e couvre les territoires de la Guadeloupe ( habitants) d e la Martiniqu e ( habitants) et de l a Guyane ( habitants). La Fédération compte 18 Caisses. Ses encours sont de 830 MC en dépôt s et de 780 MC en crédits. La Fédération a dégagé un résulta t net de 5,5 MC e n Vous avez découvert le CICM lor s de son séminaire à Brazzaville. Quelles sont vos impressions? J'ai été frappé par la volonté d'organisation, de rigueur, de transparence et pou r tout dire d'honnêteté des élus des mouvements africains. J'ai réalisé combien l'action du CICM répondait aux besoins de s populations. Vous êtes à l'origine de la missio n réalisée à Sainte Lucie. Comment les choses se sont elles passées? Nous sommes voisins, cela fait de s années que j'ai des échanges avec les responsables des Credit Unions. Nou s partageons les mêmes valeurs. Ils son t souvent venus voir notre fonctionnement à la Fédération Antilles Guyane et sentaient que nou s avions franchi une étape qui leur manquait. J'a i estimé que le CICM était la structure [a plus apte à Trois questions à Louis Cruso l Administrateu r du CICM, Loui s Crusol est Président de l a Fédératio n Antilles Guyane d u Crédit Mutue l répondre à leurs interrogations. L'Agence Française de Développement semblait penser la mêm e chose, il suffisait de prendre langue. Comment envisagez vous l a suite du projet? Le projet ne sera réalisable que si nou s réussissons à en obtenir le finance - ment mais nous allons y mettre tout l e professionnalisme et la convictio n nécessaires. II y a un accord de principe, il faut enfoncer le clou. L e contexte commercial et humain est trè s favorable, nous avons de très nombreux points communs. Nous avon s une Caisse à Saint-Martin, qui est un e île française mais là bas on n'y parl e qu'anglais, créole et...dollars. La mise en oeuvre d u projet de Sainte-Lucie aurait des retombées trè s positives pour nous. Différences Magazine interne du Centre International du Crédit Mutuel. Directeur de la publication : Yann Gauthier. Rédaction : Jean-Michel Braud. Conception graphique : Natacha Fergova. Impression : THYSSEN imp Courriel : contactedifferences-magazine.com

Sommaire. BIMAO : le Crédit Mutuel du Sénégal seul à la barre. L autonomie à 20 ans SÉMINAIRE CAMBODGE NIGER CONGO

Sommaire. BIMAO : le Crédit Mutuel du Sénégal seul à la barre. L autonomie à 20 ans SÉMINAIRE CAMBODGE NIGER CONGO Sommaire BIMAO : le Crédit Mutuel du Sénégal seul à la barre L autonomie à 20 ans SÉMINAIRE CAMBODGE Yann Gauthier et Baba Koïta viennent de signer le protocole qui scelle l autonomie sous le regard attentif

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT 1 REUNIONS STATUTAIRES DE L'ACI POUR L'AFRIQUE --------------------- Cotonou, du 21 au 25 Août 2000 -=-=-=-=-=-=- LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT Dr Oumar OUATTARA

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

REGARD DE TERRAIN sur le fonctionnement du CICM. Sommaire CONGO SIIMEC CAMBODGE BIMAO. La banque sur les rails Pages 4 à 6

REGARD DE TERRAIN sur le fonctionnement du CICM. Sommaire CONGO SIIMEC CAMBODGE BIMAO. La banque sur les rails Pages 4 à 6 Sommaire REGARD DE TERRAIN sur le fonctionnement du CICM CONGO La banque sur les rails Pages 4 à 6 SIIMEC SiBanque 3, top départ Page 7 CAMBODGE BIMAO Première Assemblée Générale pour You Vanthon Page

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance. Noël KODIA - Le franc Cfa : un instrument de domination économique? LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.com/noelkodia

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C.

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République du

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE

PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE TS2 MUC PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE 2009-2010 I. IDENTIFICATION DE L'UNITE COMMERCIALE Le Crédit Mutuel de Thérouanne est le bureau relié à l'agence d'aire sur la Lys. Il fait parti

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION

CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION CHAPITRE V : SYSTEME BANCAIRE, ET INTERMEDIATION Le cadre légal de l'activité bancaire, conforté par l'ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 relative à la monnaie et au crédit, a permis l'émergence progressive

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (221) 33 869 95 95 Fax : (221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT UN(E)

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L'AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L'EST ET AUSTRALE Quels modes d interventions pour améliorer la contribution de la microfinance au financement de l agriculture Fida : la problématique du financement de l'agriculture en Afrique de l'est et Australe (4/6)

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L EST ET AUSTRALE M.BRADLEY, FIDA, 2001 RESUME DE LA COMMUNICATION

FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE L AGRICULTURE EN AFRIQUE DE L EST ET AUSTRALE M.BRADLEY, FIDA, 2001 RESUME DE LA COMMUNICATION Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution FIDA : LA PROBLEMATIQUE DU

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) 36 ème REUNION ORDINAIRE DU CONSEIL DES GOUVERNEURS LISTE DE DECISIONS

ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) 36 ème REUNION ORDINAIRE DU CONSEIL DES GOUVERNEURS LISTE DE DECISIONS AHOClATIOH DES BA.NQUES ({NTRA.lES AflUCAltm ASSOCIATION Of AfRICAtI CENTRAL BAt!KS ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) 36 ème REUNION ORDINAIRE DU CONSEIL DES GOUVERNEURS (Alger, Algérie,

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique

Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique Notre association est implantée dans tous les pays de langue française. Tous les pays où nous sommes présents n ayant pas l Euro, voici

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES avril 2011 ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES Entre: - L'Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, ministre de l'economie, des Finances et de l'industrie et par Monsieur Frédéric

Plus en détail

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 LE SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER DANS LES COM DU PACIFIQUE Trois catégories d établissements de crédit 1 sont implantées dans les collectivités d outremer du Pacifique : les banques

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Organisme sollicitant la demande Association Pour le Développement de Diabal - Sénégal 10 rue de vannes 29 200 Brest

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA

TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA TERMES DE REFERENCE D UNE D ETUDE DIAGNOSTIQUE POUR UN APPUI A L'ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L'OHADA Nom du projet : Appui à l'intégration économique et au commerce du PIR 9 ème FED, volet "Soutien

Plus en détail

BLEU POUR TOUS. Rapport annuel 2007

BLEU POUR TOUS. Rapport annuel 2007 BLEU POUR TOUS Rapport annuel 2007 Sommaire 2007 Le mot du Président 3 LE PROFIL DU GROUPE CRÉDIT MUTUEL 4 La carte d identité 7 Le Conseil d administration de la Confédération nationale du Crédit Mutuel

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

1.4 - Durée du contrat: 3 mois. 1.5 - Date de début de publication de l avis d appel d offre : 01 février 2013

1.4 - Durée du contrat: 3 mois. 1.5 - Date de début de publication de l avis d appel d offre : 01 février 2013 Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires Organization for the Harmonization of Business Law in Africa Organizacion parala Armonizacion en Africa de la Legislacion Empresarial

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Note expresse www.iedom.fr

Note expresse www.iedom.fr Incidents de paiement sur chèques, incidents sur crédits aux particuliers et droit au compte NUMERO 1 JUILLET 23 Cette note actualise et complète les informations de la Note expresse n 4 parue en novembre

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC).

CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). CONVENTION régissant l Union Monétaire de l Afrique Centrale (UMAC). PRÉAMBULE Le Gouvernement de la République du Cameroun ; Le Gouvernement de la République Centrafricaine ; Le Gouvernement de la République

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par :

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par : Demande d'ouverture de sauvegarde accélérée ou de sauvegarde financière accélérée (L. 628-1, R. 628-2, D. 628-3, R. 621-1 et le cas échéant L. 628-9 et R. 628-13 du code de commerce) Identification du

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

N 308 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1979-1980 * Annexe au procès-verbal de la séance du 12 juin 1980. FAIT

N 308 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1979-1980 * Annexe au procès-verbal de la séance du 12 juin 1980. FAIT N 308 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1979-1980 * Annexe au procès-verbal de la séance du 12 juin 1980. RAPPORT FAIT au nom de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées

Plus en détail

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 Le Premier Ministre du Japon, S.E.M. Shinzo ABE, a effectué une visite en République

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

1. En ces premiers jours de printemps, je suis très heureux de vous accueillir, avec ce "clin d'œil" au futur.

1. En ces premiers jours de printemps, je suis très heureux de vous accueillir, avec ce clin d'œil au futur. PRESENTATION DES PERFORMANCES ANNUELLES DU GROUPE BMCE BANK RENCONTRE AVEC LES ANALYSTES ET LA PRESSE AUDITORIUM, LUNDI 23 MARS 2015 Allocution du Président Othman BENJELLOUN Merci "NAO de la BMCE Bank".

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com 10 questions / réponses Le livret du Factoring TLG GROUPE FINANCIER www.tunisiefactoring.com a le plaisir de vous faire parvenir ce livret sur le factoring (ou affacturage) qui reprend, en synthèse, une

Plus en détail

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE A PARTIR DU 1ER JUIN 2008 (Document non limitatif et modifiable) 2 I - OUVERTURE DE COMPTE Compte épargne Marina : 100.000 FCFA Dantokpa, Jéricho,

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE La banque des agents du secteur public BFM, partenaire du groupe Société Générale BFM, LA BANQUE Plus d un million de clients en métropole et dans les DOM 190 626 prêts BFM

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

Status de la banque des états de l Afrique Centrale

Status de la banque des états de l Afrique Centrale Status de la banque des états de l Afrique Centrale T I T R E I CONSTITUTION - STATUT JURIDIQUE Article premier La Banque des Etats de l Afrique Centrale (ci-après désignée la Banque) est un établissement

Plus en détail

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien - 1 - Compte sur livret Mots clés :! Compte! Epargne! Versements! Rémunération! Livret! Fiscalité Sommaire : 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 1.1 Un produit d épargne ouvert à tous 1.2 Les

Plus en détail