Réactions photochimiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réactions photochimiques"

Transcription

1 ATELIER DE BIPTIQUE 2010 Mécanismes photochimiques d intérêts biologique et médical Daniel Brault Directeur de Recherche au CRS EVRY, France ITRDUCTI Réactions photochimiques Au cœur c de la vie et sources d applications très s nombreuses Les réactions r photochimiques sont d une d importance fondamentale dans l'origine et la préservation de la vie Photosynthèse Photobiologie ydrates de carbone Vision Phototropisme. Couche d ozone stratosphérique (filtre UV) hν (UV)

2 Applications des réactions r photochimiques Chimie Synthèse organique «fine» Réactions en chaînes initiées par la lumière: Photo-halogénation, photo-polymérisation Photographie Photo-lithographie (imprimerie offset, production de circuit imprimés, ) Biologie moléculaire Médecine 1 ère Partie Absorption de lumière Etats excités électroniques Réactivité photochimique Loi fondamentale Loi de Grotthus-Draper : seule une radiation lumineuse absorbée par un système peut initier une réaction photochimique Energie Domaine efficace de longueur d onde Cependant, une réaction chimique impliquant des ruptures et/ou des réorganisations de liaisons, l énergie doit être suffisante 2

3 Absorption Excitation d une d molécule par la lumière: Diagramme d éd énergie Etats singulets Energie Fluorescence 10 ns Etat triplet Phosphorescence µs Photochimie Etat fondamental Diagramme de Jablonski Peuplement des états excités s de différentes multiplicité Etat excité singulet S 1 Etat excité triplet T 1 Le peuplement direct de l état triplet est interdit Il n est possible qu à partir d un état excité singulet à condition ce dernier et l état triplet possèdent la même énergie pour une géométrie semblable et si un mécanisme favorise un découplage des spins (notamment par couplage spin-orbite) Croisement intersystème Energie Fluorescence Phosphorescence Etat fondamental S 0 La désactivation de l état triplet vers l état fondamental est également interdite La durée de vie de l état triplet est plus longue L émission de phosphorescence est généralement faible Coordonnées moléculaires Le JABL-SKI 3

4 Mécanismes de photosensibilisation Type I : Transfert d éd électron Réduction Biomolécule (ou molécule exogène) Biomolécule - Seuil d ionisation 0 Photosensibilisateur + I* Etat excité Paire de radicaux libres Energie I Etat fondamental ΔE Photosensibilisateur Le transfert d électron du photosensibilisateur excité vers son partenaire (biomolécule ou molécule exogène) est facilité d une énergie ΔE correspondant à l énergie de l état triplet Mécanismes de photosensibilisation Type I : Transfert d éd électron Seuil d ionisation 0 A Biomolécule (ou molécule exogène) A* Etat excité Biomolécule + xydation Energie Etat fondamental ΔE Paire de radicaux libres Photosensibilisateur - Photosensibilisateur Le gain d énergie lors du transfert d électron d une biomolécule (ou molécule exogène) vers le photosensibilisateur excité est accru d une énergie ΔE correspondant à l énergie de l état triplet Les propriétés d'oxydo-réduction d'une molécule à l'état excité sont exaltées par rapport à celles présentées à l'état fondamental Pouvoir oxydant de photosensibilisateurs à l état excité : Potentiels redox Pour oxyder un partenaire le photosensibilisateur doit avoir un potentiel redox (P/P - ) supérieur à celui-ci E (* 3 P/P - ) Potentiels d oxydation p 7 (vs E) istidine, 1.17 V Tryptophane, 1.03 V Tyrosine, 0.93 V Propofol, 0.93 V Potentiel E (P/P - ) + E T Energie triplet (E T ) TPP ~ 1.46 ev TPC ~ 1.45 ev TPB ~ 1.22 ev *TPP ~ 0.62 V *TPC ~ 0.57 V *TPB ~ 0.36 V Trolox, 0.48 V E (P/P - ) TPP: tetraphenylporphyrin TPC: tetraphenylchlorin TPB: tetraphenylbacteriochlorin TPP V TPC V TPB V Atelier de Biophotonique 2010 Genopole 4

5 Un partenaire : l oxygl oxygène Mécanismes de photosensibilisation : Type I Rôle de l oxygl oxygène Formation d ion superoxide P* + 2 P B - ou P P ou B Formation d oxyradicaux B + 2 B 2 xygène : Une molécule aux propriétés s très s particulières res 2pσ* 2pπ* 2p 2p 2s 2pπ 2pσ 2sσ* 2s A l état fondamental l oxygène moléculaire existe sous la forme d un état triplet 2sσ 1s 1sσ* 1s 1sσ 2 (8 électrons) (8 électrons) 5

6 Mécanismes de photosensibilisation : Type II Production d oxygène singulet Etat singulet le plus bas Energie Fluorescence Minimum: environ 140 kj/mole λ < 850 nm Etat triplet phosphorescence Etat singulet Luminescence 94 kj/mole λ: : 1,27 microns Etat fondamental Photosensibilisateur Etat fondamental : Etat triplet xygène Photosensibilisateurs : Principales familles Spectres d absorptiond Porphyrines et dérivés réduits Porphyrine Porphyrine Chlorine Absorbance Chlorine Bactériochlorine Bactériochlorine Longueur d'onde PP mtpc mtpbc Mécanismes de photosensibilisation : Photoaddition Psoralène 6

7 Processus de photosensibilisation: Rayon d actiond Distance entre le photosensibilisateur et sa cible Type I, transfert d électron : contact ou très proche Photoaddition: contact Type II, xygène singulet Estimation: Temps de vie en milieu biologique ~ 0.1 µs Diffusion ~ 20 nm Mesures quantitatives en photophysique et photochimie Photolyse impulsionnelle par éclair laser Analyse temporelle Irradiation continue Analyse des produits formés Méthodes d éd études des états transitoires Photolyse par éclair laser - nanoseconde Détecteur Germanium Phénom nomènes nes photoinduits Echelle de temps s Luminescence infra-rouge (1.27 µ) xygène singulet Filtres Photomultiplicateur Monochromateur Cuve optique Lumière d analyse Solution Monochromateur Joulemètre Montage «classique» de spectrophotométrie scilloscope Filtres 532, 355, nm LASER d/yag/p Pulse 5 ns rdinateur Synchronisation 7

8 Absorption otion de rendement en photophysique et en photochimie Etats singulets Rendement : ombre de molécules produites dans un état donné (ou nombre d évenements)/ ombre de photons absorbés Energie Fluorescence Etat triplet Phosphorescence Photochimie Rendement de : fluorescence, φ F formation de l état triplet, φ T Etat fondamental formation d oxygène singulet, φ Δ formation de radicaux, φ X Mesure de rendements quantiques : Calcul du nombre de photons absorbés Flux (W) Irradiance (W m -2 ) «Calorimètre» Surface noire absorbant la lumière échauffement Mesure de la différence de température entre la surface absorbante et le corps du calorimètre Flux (W) Calcul du nombre de photons incidents Lumière monochromatique, λ (nm) Flux (Watt) Energie/unité de temps (Joule/seconde) Flux de photons? Energie d un d photon E photon : h ν = h c /λ/ (loi d Einstein)* d h : constante de Planck = x Joule x seconde ν : fréquence de la lumière de longueur d onde λ c : vitesse de la lumière = x 10 8 mètre/seconde * Exemple : à 400 nm, l énergie d un photon est : x x x 10 8 / (400 x 10-9 ) = 4.97 x J ombre de photons par seconde : Flux (Watt) / E photon (Joule) 8

9 Loi de Beer Lambert : Intensité lumineuse absorbée Intensité absorbée dial = k I tl C dl k facteur de proportionalité dépendant de la longueur d onde considérée ditl = -k I tl C dl ou ditl / I tl = - k C dl En intégrant sur le parcours l ln It = - k C l + Constante Pour l = 0, Constante = ln Io ln ( Io / It ) = k C l ou log ( Io / It ) = k C l/ 2,3 ε = coefficient d extinction molaire = k/2,3 Absorbance = Abs = log ( Io / It ) = ε C l It = Io e ε C l It = Io e Abs Ia = Io -It = Io ( 1 e Abs ) Loi de Beer Lambert : Intensité lumineuse absorbée Relation générale ( une seule espèce absorbante) Ia = Io ( 1 e 2,3 Abs ) Cas particulier : solutions diluées Absorbance faible ( 1 - e 2,3 Abs ) 2,3 Abs (l expression e x 1+ x quand x 0) Ia = 2.3 Io Abs Rendement de production d oxygd oxygène singulet 9

10 Détermination du rendement quantique de production d oxygène singulet (Φ Δ ) par photolyse par éclair LASER Signal de luminescence à 1.27 μ (mv) Temps (µs) Porphyrine dans du méthanol deutéré (CD 3 D) Luminescence infrarouge: une signature spécifique de l oxygène singulet aisément détectable rdonnée à l origine (V) Énergie LASER (u.a.) Le rendement est calculé par rapport à un standard xygène singulet - rendement de formation : Capteurs chimiques DPBF DPBFox k r Φ DPBFox DPBF k d 1/Φ DPBFox = 1/Φ Δ + (1/Φ Δ ) x (k d /k r ) x 1/[DPBF] 1,3-diphenylisobenzofuran (λ max = 414 nm) 1/Φ Δ -k r /k d Détermination du nombre de photons absorbés par le photosensibilisateur Rendement quantique absolu Rendement de production d oxygène singulet par des azaphthalocyanines Atelier de Biophotonique 2010 Genopole Rendements quantiques Classe de photosensibilisateur Rendement triplet (Φ T ) Rendement oxygène singulet (Φ Δ ) Porhyrine Chlorine Bactériochlorine Phtalocyanine

11 Réactivité des états excités s et cibles biochimiques des espèces activées de l oxygène Réactions de l oxygl oxygène singulet avec les diènes réaction «ene» X X Formation de dioxétane Cycloaddition Exemples de réactions r de l oxygl oxygène singulet avec des biomolécules Acides aminés Bases nucléiques 11

12 Peroxydation des acides gras 1 2 Diènes conjugués R, R 2 λ = 233 nm; ε = L Ion métalliques 2 Radicaux (R ) 2 Mécanisme de peroxydation en chaîne R 2 Mécanismes de photosensibilisation Cholestérol xygène singulet (Type II) Cholestérol ydroperoxide 5α- Radicaux libres (Type I) Le cholesterol constitue un «marqueur interne» renseignant sur les mécanismes de photosensibilisation ydroperoxide 7β- ydroperoxide 7α- Réactivité de l oxygl oxygène singulet Techniques d irradiation d pulsée Modification du déclin en fonction de la concentration de la molécule X Constantes de vitesse (k r + k p ) & k d Signal de luminescence à 1.27 μ (mv) Déclin monoexponentiel k d X 3 2 k r k p Produit(s) X Temps (µs) Atelier de Biophotonique 2010 Genopole 12

13 Réactivité de l oxygl oxygène singulet Constante de vitesse de «quenching» ( k Q ) de l oxygène singulet par des acides gras insaturés k Q : Désactivation physique + Réaction chimique k Q (M -1 s -1 ) x ombre de double liaison 100 kcal/mole 50 kcal/mole 75 kcal/mole C 3 (C 2 ) 2 C 2 C 2 C=C C 2 C=C C 2 (C 2 ) 6 C Acide linoléique Constantes de vitesse de «quenching» de l oxygl oxygène singulet par des biomolécules Cibles biologiques MLECULE ACIDES GRAS ISATURES CLESTERL ISTIDIE TRYPTPAE CYSTEIE METIIE CSTATE DE VITESSE (M -1 s -1 ) (5-10) x x x x x x 10 7 Photosensibilisateur Photodégradation PRPYRIES VIYLIQUES PRPYRIES -VIYLIQUES 1-3 x x 10 6 Auto-dégradation (photobleaching( photobleaching) ) ou auto-transformation transformation de photosensibilisateurs Exemple de photo-transformation d une porphyrine vinylique R C Porphyrine C xygène Lumière ( 1 2 ) R C Chlorine C 13

14 Absorption Mécanismes de photosensibilisation Etats singulets Les rendements quantiques de formation d état triplet et d oxygène singulet déterminent en premier lieu les qualités d un photosensibilisateur Energie Fluorescence Etat fondamental Etat triplet Phosphorescence Photochimie Intrinséquement, l énergie des photons absorbés n a pas d importance (dans la limite des processus considérés) 2 ème partie Applications des processus photochimiques ouvelles techniques en biologie moléculaire Applications médicalesm Photothérapies Photochimiothérapies Thérapie photodynamique (PDT) 14

15 xygène singulet : Une sonde des interactions entre biomolécules Technique AlphaScreen TM (Packard BioScience). xygène singulet A B Les biomolécules sont conjuguées avec des perles (beads) contenant d une part un photosensibilisateur (donneur conjugué à la biomolécule A) et, d autre part, à un réactif de l oxygène singulet (accepteur conjugué à la biomolécule B) qui émet un signal de fluorescence. Cette fluorescence est la signature de l interaction entre les biomolécules. L oxygène singulet agit ici comme «indicateur de proximité». Photo-pontage Caractérisation risation des interactions entre biomolécules Irradiation lumineuse (ultraviolet) Excitation directe des biomolécules (bases nucléiques,.) Formation de liaison chimique entre biomolécules en contact Analyse par électrophorèse, spectrométrie de masse, La photomédecine Mise en oeuvre de processus bénéfiques initiés grâce à l absorption de lumière par un chromophore Chromophore endogène Photothérapie Ictère du nouveau né (Bilirubine) Chromophore exogène Photochimiothérapie PVA thérapie du psoriasis (psoralène) PDT des tumeurs,... (Porphyrines) 15

16 Photochimiothérapie : Une vieille histoire encore d actualitd actualité Psoralen is one of the oldest known chemotheraputic drugs--the use of a psoralen containing ile weed to treat skin ailments was described in Ebers papyrus, an early Egyptian medical text published around 1550 BC (the front page is reproduced here). The drug photocrosslinks DA and is shown in this figure to induce the formation of a four-stranded junction. (Eichman, et al., J. Mol. Biol., 2001, 308: 15-26). La photomédecine Photothérapie de l ictère du nouveau-né PVA thérapie du psoriasis Action biologique de la lumière Effet photodynamique Effet photodynamique : Inactivation de systèmes vivants Paramécies, colorant : acridine scard Rabb, ermann von Tappeiner (Munich) Lumière Photosensibilisateur xygène 16

17 Photochimiothérapie antitumorale istorique Auler & Banzer; Figge et al. bservations de rétention de porphyrines par des tumeurs ou des tissus prolifératifs et possibilités de traitement 1955, Schwartz; Lipson et al. Préparation de l hématoporphyrine dérivée (pd) présentant une rétention marquée par les tumeurs (observée par fluorescence) Lipson; ; Gregoire; Profio; ;.. Travaux privilégiant le photodiagnostic grâce à la fluorescence des porphyrines puis le développement de l endoscopie Diamond; Dougherty; ; Kelly Intérêt de la photochimiothérapie des tumeurs démontré sur l animal (hematoporphyrine, pd) 1978 Dougherty Première étude clinique importante en photochimiothérapie des tumeurs (pd) Photochimiothérapie antitumorale Tumeur Délai (1-72 h) Rétention préférentielle du Photosensibilisateur Laser Photosensibilisateur Fibre optique 630 nm (rouge) Espèces toxiques à très brève durée de vie ecrose tumorale Photofrin (QLT Axcan Pharma, Canada) FDA, USA (1995, 1998) Bronches, œsophage (tumeurs obstructives puis petites tumeurs) AMM, France (1996) Bronches, oesophage FDA, USA (2003) Dysplasie oesophage de Barrett 1ère génération Photosensibilisateurs Foscan (Scotia, UK Biolitec ) AMM, UE (2001) cancers de la tête et du cou 2ème génération Mécanismes d action d en photochimiothérapie antitumorale Vascularisation Effets cellulaires mort cellulaire par nécrose ou/et apoptose Artère Capillaire 2 Tumeur 3 1 Veine Cellules Milieu interstitiel Irradiation lumineuse Temps Effets vasculaires anoxie de la tumeur Injection du photosensibilisateur Déplétion d oxygène Réactions immunologiques 17

18 Photochimiothérapie antitumorale Traitement endoscopique Intérêt majeur des lasers : Efficacité de couplage à une fibre optique opital Foch, Suresnes Traitement de tumeur bronchique Photochimiothérapie antitumorale Laser à diode S P E C I F I C A T I S Laser Type InGaAlP Laser Diode, CW Wavelength 630nm ± 3 nm Delivery fiber PTIGUIDE* fiber optic delivery system Power 2000mW maximum calibrated power output to fiber tip Cooling Forced air Power Supply 115 VAC ±10%, 60 z < 10A, single phase Dimensions 485 mm (h) x 220 mm (w) x 405 mm (d) nominal - not including cuvette Weight 19.5kg (43lbs) nominal Applications en photochimiothérapie Affections cutanées Systèmes d illumination «conventionnels» Lampes ou réseaux de diodes luminescentes Aktilite CL16 By Photocure ASA The Aktilite CL16 lamp emits red light and is intended for use in topical photodynamic therapy (PDT) of skin lesions in combination with Metvix cream. The lamp illuminates areas up to 40 x 50 mm. Performance Irradiance of approximately 50 mw/cm² at 50 mm distance and an average wavelenght of approx. 630 nm. The full width at half maximum (FWM) of emission spectrum is about 18 nm. Maximum irradiance variation over the target area is ± 10%. Dosage can be set manually, but the default is 37 J/cm² ormal illumination time 8 10 minutes 18

19 Applications en photochimiothérapie Dégénérescence Maculaire Liée à l Age (DMLA) Rétine Macula Visudine (QLT ovartis) AMM, niveau mondial (2000) DMLA «humide» Dégénérescence maculaire (Prolifération vasculaire) Remboursement en France Photochimiothérapies rapies: : autres applications Décontamination virale et bactérienne d élements sanguins (plaquettes, approuvé par l UE, Cerus/Baxter, USA) 1 2 Traitement de plasma par le bleu de méthylène (Belgique) Photochimiothérapies rapies: : autres applications potentielles Photoangioplastie laser Plaque athéromateuse marquée par le photosensibilisateur Artère Photoangioplastie: traitement d athérome ou de resténose (essais cliniques phase 1, Pharmacyclics, USA) Fibre optique Diffusant la lumière Fibre diffusante souple Cardiofocus, USA 19

20 Photosensibilisateurs Structure et propriétés Exigences en photochimiothérapie Paramètre fondamental en photochimiothérapie Transmission de la lumière TISSU Lumière incidente Réflexion Réfraction Absorption Seule la lumière absorbée e par le photosensibilisateur est efficace Diffusion Absorption Particule diffusante Chromophore endogène Photosensibilisateur Paramètre fondamental en photochimiothérapie Transmission de la lumière 10 6 Lumière Incidente Fibre optique arrière coté avant Muscle Irradiance (unité arbitraire) λ : 633 nm avant coté arrière Distance par rapport à l extrémité de la fibre (mm) Dougherty,

21 C 3 Transmission de la lumière par les tissus : Le rouge est mieux transmis Transmission de la lumière par les tissus : Fenêtre optimale Transmission optimale Fenêtre optimale d excitation de photosensibilisateurs : 620 à 800 nm Transmission de la lumière par les tissus Energie minimale pour produire de l oxygène singulet ou des radicaux Photosensibilisateurs : 1 ère génération (AMM) C 3 ématoporphyrine dérivée (pd) Acétylation ydrolyse C C ématoporphyrine VD ématoporphyrine C C Protoporphyrine Photofrin Fractionnement Photofrin QLT, AXCA Dimères et oligomères Classe : Porphyrine C C C C 21

22 Transmission de la lumière par les tissus Choix de la longueur d onde d d excitation d des photosensibilisateurs En photochimiothérapie on excite le photosensibilisateur dans sa bande d absorption située vers le rouge afin de bénéficier d une meilleure pénétration de la lumière dans les tissus Familles de photosensibilisateurs Porphyrine Fenètre optimale Phtalocyanine Porphyrine Chlorine Absorbance Bactériochlorine Chlorine Bactériochlorine Phtalocyanine Longueur d'onde Photosensibilisateurs : 2 ème génération (AMM) C3 3C - C 3 Visudyne (BPD-MA) QLT CIBA Classe : Chlorine Foscan (mtpc) Scottia Quantaova, Biolitec Classe : Chlorine 22

23 Photosensibilisateurs : 2 ème génération Bactériochlorophylle de Palladium Tookad (Steba Biotech) 3C 3C C 3 C 3 Motexafin Lutenium (Lu-Texaphyrine) (Pharmacyclics) C 3 3C Pd C 3 3C 3C Lu ++ C 3 C3 C CC 3 C 3-3C C 2 Photosensibilisateurs : Macrocycles étendus Phtalocyanine λ ~ 680 nm Composés synthétiques Absorption dans le rouge lointain Texaphyrine λ ~ 740 nm aphtalocyanine λ ~ 770 nm Photochimiothérapie : Action sélectives Affinité Cible Photosensibilisateur Génération d espèces transitoires très réactives Lumière Sélectivité basée sur Le contrôle de la zone illuminée > production locale d espèces actives Affinité du photosensibilisateur pour la cible 23

24 Dosimétrie Irradiance Temps Dose = f (ε λ, C t, E t, Φ Δ, t ) Coefficient d extinction molaire Concentration du photosensibilisateur Rendement en espèces actives E = irradiance : puissance par unité de surface (Watt/cm 2 ) E x t = Fluence : énergie par unité de surface (Joule/cm 2 ) Pharmacocinétique Mécanismes de sélectivits lectivité tumorale Médicaments photoactivables : Importance de la pharmacocinétique Concentration au niveau de la cible Activation par la lumière Médicament photoactivable Dommages irréversibles Médicament traditionnel Effets réversibles Temps Activité biologique 24

25 Déterminants physicochimiques de l incorporation l et de la distribution cellulaire de photosensibilisateurs Photosensibilisateur : Injection Dimérisation, Agrégation DISTRIBUTI Apoprotéine B100 Ester de Phospholipide cholestérol Cholestérol libre en solution SA autres transporteurs DL LDL Diffusion passive Endocytose fluide ou adsorptive SA : Albumine humaine DL : lipoprotéine de haute densité LDL : lipoprotéine de basse densité Cellule Mécanismes de rétention r de photosensibilisateurs par les cellules tumorales Vaisseaux sanguins Capillaire 3 2 Cellules Artère Tumeur Veine 1 Milieu interstitiel Photosensibilisateur Propriétés tissulaires Effets physico-chimiques Bas p du liquide interstitiel 6,9 < p < 7,5 Tumeur ormal Propriétés vasculaires Perméabilité des néovaisseaux Propriétés cellulaires ombre accru de récepteurs aux LDL Porphyrines dicarboxyliques : Effet du p sur les interactions avec les membranes Phase aqueuse p ~ 7,4 Sortie Groupes neutralisables à bas p : Transfert accéléré (x 100) Traversée Phase aqueuse p ~ 6,5 Sortie Incorporation Biochemistry, 1994, 1995 Biochim. Biophys. Acta, 1998, 1999,

26 Les lipoprotéines ines de basse densité (LDL) assure l apport l de cholestérol aux cellules et sont de bons véhicules de photosensibilisateurs hydrophobes Récepteur de LDL LDL clathrine complexe Puits recouverts Libération de clathrine endosome Recyclage du récepteur Récepteur Lysosome primaire Apoprotéine B100 (4536 résidus) Esters de cholestérol Cholestérol (500) Phospholipides (800) LDL régulations enzymatiques Libération de cholestérol dans le plasma Lysosome secondaire Incorporation et localisation subcellulaire Endosome Vésicule d endocytose Lysosome oyau Endocytose Lipoprotéines Diffusion passive Membrane plasmique Appareil de Golgi Mitochondrie Reticulum endoplasmique Dynamique d interactions d de photosensibilisateurs avec des membranes localisation sub-cellulaire Affinité pour les membranes modèles Affinité pour les LDL Cinétique d interactions avec les LDL Transfert à travers les bicouches lipidiques DP + LDL Fibroblastes S68 AlPcS 2 + LDL AlPcS 2 Lyso-tracker green Colocalisation 26

27 Photosensibilisateurs : Générations futures? bjectif : Augmenter la sélectivits lectivité des photosensibilisateurs envers les tumeurs en utilisant certaines de leurs caractéristiques ristiques Surexpression de récepteurs par les cellules tumorales Acide folique Œstrogène Sucres Couplage de photosensibilisateurs à des molécules ciblées vers ces récepteursr Surexpression de protéases par les tumeurs ou de certaines macromolécules (ARm) Systèmes dont les propriétés photosensibilisatrices sont «révélées» par l action de ces protéases ou par l interaction l avec les macomolécules cules Transport et vectorisation de photosensibilisateurs par des nanoparticules Développement de photosensibilisateurs Une association de propriétés Structure Chimique Formulation Photophysique : Absorption Fluorescence Rendement triplet Pharmacocinétique Localisation cellulaire Rapport hydrophile /hydrophobe Propriétés en solution Interaction avec biomolécules Photochimie : Photosensibilisation Photoblanchiment Photoproduits Conclusion Spectroscopies optiques Moyens d analyse sensibles adaptés aux études statiques et dynamiques Lumière peut induire des processus photochimiques Sources de nombreuses applications (mais aussi d artéfacts) 27

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique

VI. Diffusion latérale des lipides et des protéines. VI.1 Diffusion latérale théorique Structures et propriétés des membranes biologiques I. Rappels II. Interactions entre les constituants membranaires III. Caractérisation des constituants membranaires IV. Structure et fonctions des protéines

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

TRANSFERT DE L ENERGIE D EXCITATION

TRANSFERT DE L ENERGIE D EXCITATION Extinction de fluorescence par Transfert 1. Excitation de M 2. Couplage de type dipôle-dipôle, une partie des M* transmettent leur énergie, i.e. seule une partie des M* fluorescent normalement M* + Q M

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Introduction à la thérapie photodynamique (PDT).

Introduction à la thérapie photodynamique (PDT). Introduction à la thérapie photodynamique (PDT). I. Introduction Il s agit d une voie de traitement de certains types de cancer qui peut être employée soit en complément soit en remplacement d une autre

Plus en détail

PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F)

PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F) PhotoPhysique des Protéines Fluorescentes (P3F) BIO (F. Merola, M. Erard, A. Espagne, H. Laguitton-Pasquier) Spectroscopie d émission de fluorescence résolue en temps CTM (I. Demachy, J. Ridard, B. Levy,

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer )

FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) FRET ( Förster / fluorescence resonance energy transfer ) I - Théorie II - Méthodes de mesure III - Applications à des études biologiques IV - Un exemple de l utilisation du FRET : étude de l interaction

Plus en détail

Incorporation et localisation sub-cellulaire des photosensibilisateurs

Incorporation et localisation sub-cellulaire des photosensibilisateurs Incorporation et localisation sub-cellulaire des photosensibilisateurs Stéphanie Bonneau, Halina Mojzisova, Christine Vever-Bizet, Daniel Brault UMR 7033 Équipe Biophotonique Photosensibilisateurs thérapeutiques

Plus en détail

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine

A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine A l interface entre la Biologie Moléculaire, la Biochimie, l Imagerie et la Médecine L Imagerie Petit Animal : Visualisation de marqueurs in vivo Fluorescence ou Bioluminescence Bruno Combettes HAMAMATSU

Plus en détail

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible Introduction à la spectroscopie UV-Visible Article rédigé par Antoine Eloi (Professeur Agrégé de Chimie en Classes Préparatoires BCPST), édité par Nicolas Lévy (Responsable Editorial de CultureSciences-Chimie).

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Spécialité : Biophysique Moléculaire. présentée par. Stéphanie BONNEAU. pour l obtention du grade de docteur de l Université de Paris 6

Spécialité : Biophysique Moléculaire. présentée par. Stéphanie BONNEAU. pour l obtention du grade de docteur de l Université de Paris 6 THESE DE DOCTORAT DE L UNIVERSITE PARIS 6 PIERRE ET MARIE CURIE Spécialité : Biophysique Moléculaire présentée par Stéphanie BONNEAU pour l obtention du grade de docteur de l Université de Paris 6 DYNAMIQUE

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

I. Spectroscopie UV - visible

I. Spectroscopie UV - visible hap. A5 Spectres UV visible et I I. Spectroscopie UV - visible 1- ouleurs et solutions La lumière blanche contient toutes les radiations visibles dont les couleurs s'étendent du rouge au violet. - le vert

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 8 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome

Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Evaluation in vivo de l efficacité de la photothérapie dynamique sur des xénogreffes de rétinoblastome Dr Aerts Isabelle Département d'oncologie Pédiatrique, Institut Curie, Paris INSERM U 612, Laboratoire

Plus en détail

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Qu est ce que la biologie cellulaire? La biologie cellulaire étudie les cellules et leurs organites, les processus vitaux qui s'y déroulent ainsi que les mécanismes

Plus en détail

Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge

Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge Chapitre 5 Analyse spectrale Spectroscopie UV Visible Et Spectroscopie infrarouge Comment identifier la structure d une molécule à partir de ses différents spectres? Introduction : La spectroscopie est

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Par spectrophotométrie on peut : - déterminer la concentration d'une espèce chimique colorée en solution à partir de l'absorbance. - suivre la cinétique

Plus en détail

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES

NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES NORMES DE TRANSPORT CANADA SUR LES MODULES DE SIGNALISATION A DIODES ELECTROLUMINESCENTES (DEL) DE PASSAGES A NIVEAU RAIL-ROUTE NORMES TC E-14 Norme approuvé le 10 octobre 2003 {R-14-2} TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Complément - Chapitre 5 Spectroscopie

Complément - Chapitre 5 Spectroscopie Complément - Chapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie dans l ultraviolet et le visible La région du visible du spectre électromagnétique correspond à la lumière dont les longueurs d onde varient environ

Plus en détail

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Céline Croutxé-Barghorn Département de Photochimie Générale, CNRS-UMR

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications

La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire. Théorie & applications La microscopie multi-photons Ou microscopie non linéaire Théorie & applications F. Brau FP CNRS Avril 2009 Absorption multi-photonique Maria Göppert-Mayer Principe E hc 1931 Prédiction théorique Un atome

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43.

Table des matières. Avant-propos... ix Chapitre 1 Hydrostatique... 1. Chapitre 2 Résistance des matériaux... 31. Chapitre 3 Hydrodynamique... 43. Avant-propos....................................................................................................... ix Chapitre 1 Hydrostatique.........................................................................

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Professeur Michel SEVE

Professeur Michel SEVE UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 2 : Structure de la cellule Le réticulum endoplasmique Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons Principe de la microscopie par absorption biphotonique L optique non-linéaire ou 1 photon + 1 photon = 1photon! Principe de la fluorescence Absorption Emission e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 e 1 = hν 1

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Spectroscopies optiques

Spectroscopies optiques Spectroscopies optiques Pierre-Yves TURPIN Professeur à l Université l Pierre et Marie Curie Plan Absorption électronique & Dichroïsme circulaire Fluorescence & Développements : FRET, FRAP et FLIM Spectroscopies

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

Laurent DUHAU Sanofi R&D

Laurent DUHAU Sanofi R&D Laurent DUHAU Sanofi R&D 2 avril 2014 Immunoconjugués Une nouvelle classe de médicaments en pleine expansion dans le domaine de l oncologie Etudes cliniques en cours en 2011/2013 Immunoconjugué: structure

Plus en détail

LES BICOUCHES À L INTERFACE AIR-EAU : UN NOUVEAU SYSTÈME MODÈLE DES MEMBRANES BIOLOGIQUES. Julie Saccani

LES BICOUCHES À L INTERFACE AIR-EAU : UN NOUVEAU SYSTÈME MODÈLE DES MEMBRANES BIOLOGIQUES. Julie Saccani G LES BICUCHES À L INTERFACE AIR-EAU : UN NUVEAU SYSTÈME MDÈLE DES MEMBRANES BILGIQUES Julie Saccani LPCM UMR 5803 - Université Bordeaux 1 INTRDUCTIN Cellule = unité séparée du milieu extérieur par une

Plus en détail

Spectroscopie UV - visible

Spectroscopie UV - visible Spectroscopie UV - visible ACTIVITES 6 Activité de découverte 2 : Spectre et couleur Le «vert malachite» est un colorant organique de synthèse. La teinte de ses solutions (document 1) ressemble à celle

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE 1 CHAPITRE I SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Dans une molécule, les transitions électroniques ont lieu dans la région de l ultraviolet (400-10 nm environ) et du visible

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies plan Le spectre électromagnétique Les 4 classes de laser et exemples au laboratoire Les 3 Types d exposition Les 3 Effets du rayonnement

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 1 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres

De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres Les nouvelles orientations en radiobiologie et radiopathologie SFRP - 18 novembre 2004 De la physico-chimie à la radiobiologie Les radicaux libres Pr. Monique Gardès-Albert Laboratoire de Chimie-Physique

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Didactique Kit de chimie

Didactique Kit de chimie Kit de chimie Français p 1 Version : 1110 1 Description 1.1 Généralités Le kit effet d un azurant sur le coton permet la mise en œuvre d une réaction photochimique en utilisant un azurant optique. Cette

Plus en détail

Lasers et implantologie. mariage incontournable. chirurgie. - Les raisons d un. Les techniques LASER assistées en implantologie

Lasers et implantologie. mariage incontournable. chirurgie. - Les raisons d un. Les techniques LASER assistées en implantologie Plaquette n 21-2 17/11/08 9:14 Page 3 Lasers et implantologie - Les raisons d un mariage incontournable Gérard REY* (Montpellier) Robert FROMENTAL (Lyon) Gianluigi CACCIANIGA* (Milan) Pascal BUFFLIER (Anthy

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle.

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle. Hyp : la chlorophylle absorbe les photons de la lumière et convertit l énergie lumineuse pour permettre la photolyse de l eau et les oxydoréductions mises en évidence précédemment. 2. La lumière, source

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE

L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE Acte photochimique Réactions chimiques L ACTE PHOTOCHIMIQUE DE LA PHOTOSYNTHESE I- La lumière et son énergie. A- Les radiations lumineuses Rappel : E = hν; h constante

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. Hervé GAUTIER

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. Hervé GAUTIER MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Sciences de la Vie et de la Terre MEMOIRE Présenté Par Hervé GAUTIER Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI ALS Lumière, source de vie Séance exceptionnelle du 10 avril 2005 à l Hôtel de Ville de Nancy Laser, source de vue par Jean-Claude LEPORI LASER, SOURCE DE VUE par Jean-Claude LEPORI ALS (Nancy, 10 avril

Plus en détail

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004

LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 LEÇONS DE PHYSIQUE 2004 1. Utilisation des intégrales premières du mouvement en mécanique. Exemples et applications. 2. Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 3.

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr

Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours. www.physagreg.fr Nouveau programme de première S (2011) : l essentiel du cours www.physagreg.fr 10 octobre 2011 Table des matières 1 Couleur, vision et image 2 1.1 Oeil réel et oeil réduit...................... 2 1.2 Lentille

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Microscopie à Force atomique et Spectroscopies Enseignant : James Sturgis

Microscopie à Force atomique et Spectroscopies Enseignant : James Sturgis Session de rattrapage Master 1 BBSG Méthodes d Analyse Structurale 1 Responsable : Garron Marie- Line Durée : 2 heures Microscopie à Force atomique et Spectroscopies Enseignant : James Sturgis - Question

Plus en détail

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique.

Lumière et couleur. 2 Rayonnement polychromatique et monochromatique. Chapitre 19 Sciences Physiques - BTS Lumière et couleur 1 Introduction. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

Photosensibilisateurs : vectorisation et ciblage

Photosensibilisateurs : vectorisation et ciblage Photosensibilisateurs : vectorisation et ciblage Stéphanie Bonneau Laboratoire de Biophysique Moléculaire, Cellulaire et Tissulaire BIOMOCETI Université Paris 6 / CNRS UMR 7033 INTRODUCTION Photosensibilisateurs

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

N Etudiant:: Place : Filière :

N Etudiant:: Place : Filière : UNIVERSITE DE BOURGOGNE UFR SCIENCES DE LA VIE, DE LA TERRE ET DE L ENVIRONNEMENT L2, PHYSIOLOGIE VEGETALE : Examen du 08 janvier 2013 (A) Professeur D. REDECKER, Professeur D. WIPF N Etudiant:: Place

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

2. Influence des pk de la deutéroporphyrine sur son comportement membranaire

2. Influence des pk de la deutéroporphyrine sur son comportement membranaire ÉTUDE SPECTROSCOPIQUE DE LA DEUTEROPORPHYRINE ET DE SON INTERACTION AVEC LES LIPOPROTEINES DE BASSE DENSITE (LDL) Les porphyrines sont des pigments rouges, fluorescents, de structure aromatique et tétrapyrrolique

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules

2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules 2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules Spectrophotométrie d absorption UV-vis Fluorimétrie Spectroscopie infrarouge 61 2.1 Principes de la spectrophotométrie d absorption UV-vis La

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE

PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE Chapitre I PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE I - DEFINITION La spectroscopie est l étude du rayonnement électromagnétique émis, absorbé ou diffusé par les atomes ou les molécules. Elle fournit des

Plus en détail

NANOPARTICULES D ORD Qu en attendent les biologistes?

NANOPARTICULES D ORD Qu en attendent les biologistes? NANOPARTICULE D ORD Qu en attendent les biologistes? Gérard Morel Laboratoire de Physiologie Intégrative Cellulaire et Moléculaire UMR 5123 CNR téphane Roux Laboratoire de Physico-Chimie des Matériaux

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail