Radiographie et Radioscopie en clinique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Radiographie et Radioscopie en clinique"

Transcription

1 Radiographie et Radioscopie en clinique J. Belot To cite this version: J. Belot. Radiographie et Radioscopie en clinique. Radium (Paris), 1906, 3 (5), pp < /radium: >. <jpa > HAL Id: jpa https://hal.archivesouvertes.fr/jpa Submitted on 1 Jan 1906 HAL is a multidisciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 mètres d épaisseur. Un kilogramme de nitrate de thorium fut placé audessous et l activité mesurée se trouve égale à 2,5. Une petite quantité de radium fut placée au centre de la masse et l activité totale fut 84,4. L activité du radium seul était 98,9. Donc l activité du radium était réduite de 98,9 à 84,4 par la traversée de la demiépaisseur du nitrate de thorium. Mais À est le même pour le radium et le thorium, la couche centrale donnant un rayonnement qui subit une absorption moyenne. Il s ensuit que si le nitrate de thorium donne une lecture égale à 100, la lecture corrigée doit être i22. Une seconde méthode a consisté à mesurer l activité couche par couche, les couches actives étant superposées de façon que la couche centrale reste à une distance invariable de l électroscope. L accroissement d activité était une fonction linéaire de la masse. L absorption d une couche mince de 200 grammes ne peut être grande et par approximations successives on a trouvé 15 pour 100 pour valeur de l absorption spontanée de 1 kilogramme de substance placée sous 0,64 centimètres de plomb. Ces deux résultats sont en gros concordants. De plus, les intensités trouvées pour 1 kilogramme de nitrate de thorium, i kilogramme de pechblende, 2 milligrammes de bromure de radium est 11 milligrammes de radiothorium suivaient la mème courbe pour différentes épaisseurs de plomb. On peut en conclure que la perte d activité de 1 kilogramme de pechblende, due à l absorption spontanée et au défaut de concentration, peut se corriger convenablement en ajoutant 20 pour 100 à la valeur observée, quand les rayons B sont éliminés par 0,64 centimètres de plomb. Conclusions Le radium, l uraninite, le thorium et le radiothorium émettent des rayons y qui sont égalemelt absorbés par le plomb. 2 Pour les épaisseurs de plomb allant de 0,64 à 5 centimètres les valeurs de h sont comprises entre 0,57 et 0,46 pour toutes les substances. 5 Le nitrate d uranium est pauvre en rayons y, et ceuxci sont aisément absorbables; h = 1,4 entre 2,8 et 12,i millimètres de plomb. 40 L actinium émet 4 types de rayons. 1. Rayons CL. 2. Rayons homogènes. h = 163 (Godlewski). 5. Rayons plus pénétrants, B ou y. 4,5 (Godlewski). À = 4,1 (Eve), entre 0,45 et 2,8 millimètres. 4. Rayons très pénétrants, probablement rayons y. h = 2,7 à 2,0 entre 2, 8 et 8,7 millimètres. 5 Un kilogramme de nitrate de thorium scellé dans un cylindre de verre mince de 16 centimètres de diamètre constituerait un bon étalon de mesure pour l activité des minerais de thoriunl et de radium. 0 L absorption spontanée des rayons y d un kilogramme de nitrate de thorium dans un cylindre de 16 centimètres de diamètre et de 5,4 centimètres environ. Cette environ de hauteur est de 18 pour 100 correction ne doit pas être faite quand on emploie le nitrate de thorium comme étalon. (Traduit de l anglais par Léon BLOCH.) Radiographie et Radioscopie en clinique. Par J. BELOT, Préparateur de Radiologie à l hôpital SaintAntoine. (Laboratoire du Dr Béclère.) L EMPLOI des radiations constitue aujourd hui une branche nouvelle des sciences médicales : la radiologie. Si son enseignement 11 est pas encore officiel, sa nécessité et sa valeur rle sont plus mises en doute : on se contente de critiquer quelquesunes de ses indications, de discuter les résultats qu elle permet d obtenir, preuve indiscutable de l impression qn elle produit dans l esprit de ses détracteurs. On peut dire que c est aux rayons de Rôntgen et aux corps radioactifs que la radiologie doit la faveur ces nouvelles radia dont elle jouit; peutêtre même, tions ontelles fait un peu trop oublier leurs aînées! Les rayons de Rôntgen sont utilisés en médecine tantôt comme instrumcllt d exploration, tantcït comme agent thérapeutique. Deux procédés d exploration s offrent au praticien la radioscopie et la radiographie, suivant que les rayons de Rôntgen projettent sur l écran fluorescent ou sur la plaque photographique 1 image fugitive ou durable des organes invisibles. Article published online by EDP Sciences and available at

3 140 Ces deux méthodes sontelles également utiles au médecin? L une doitelle être préférée u l autre? Doiventclles, au contraire, se compléter mutuellenient? Ce sont là autant de questions de la plus haute importance pratique, sur lesquelles les radiologistes ne sont pas tous d accord. Récemment, en effet, quelques spécialistes, pour la plupart, du reste, non médecins, se sont efforcés d opposer l une à l autre la radiographie et la radioscopie. Ils espéraient montrer l infériorité de cette dernière et allaient même jusqu à en réclamer la suppression, prétextant qu elle donnait des indications fausses et qu elle ne laissait pas de document inaltérable... j allais dire inviolable! Pour émettre une telle opinion, il fallait : ou n lavoir jamais assisté à un bon examen radioscopique, ou, ignorant l anatomie élémentaire, être dans l impossibilité d interpréter les images apparaissant sur l écran, ou enfin être de mauvaise foi : j écarte volontiers cette dernière hypothèse. Durant les premières années qui suivirent la découverte de Rôntgen, l imperfection dcs appareils, l inexpérience des praticiens, le manque de méthode et de connaissances techniques rendaient sinon impossible, du moins sans grand intérêt pratique, l examen à l écran. Depuis cette époque les choses ont changé : non seulement la radioscopie a acquis droit de cité, mais elle est souvent capable de nous donner des renseignement plus précis que la radiographie. Loin de moi l idée d opposer les deux méthodes : elles doivent au contraire se compléter l une l autre, mais plus on ira, plus l image fluorescente tendra à se substituer à l épreuve radiographique pour, les recherches courantes. La radioscopie présente, en effet, sur la radiographie, tous les avantages que possède la vue directe d un paysage sur celle de sa photographie. L image qui apparait sur l écran fluorescent n est pas une image fixe et unique colnme celle que nous transmet la plaque sensible. Non seulement nous avions devant nos veux une vue d ensemble de la région examinée, mais l image est une image vivante. Nous voyons les organes en mouvement; nous prouvons suivre quelquesuns des phénomènes les plus intimes de la vic, étudier le fonctionnement de certains viscères aussi bien et souvent mieux que si le couteau dru vivisectcur les avait mis à nu. Pour obtenir une bonne radiographie, il est de toute nécessité que le patient garde une immobilité absolue : de l observation de ce factcur dépend la netteté de l imabe : celleci se rapporte donc à une certaine position. Tout différents sont les renseignements que nous fournit l examen radioscopique. Ce n est plus image qui nous apparaît, mais en déplaçant une seuie le malade ou le mcmhre examiné, nous pouvons voir toute une série d images du plus haut intérêt pratique. On fait, pour ainsi dire, le tour du malade : en un clin d cil on l examine, en avant, en arrière, par côté, en direclion oblique, etc., etc. L ampoule est élevée, abaissée, pousséc à droite ou à gauche, éloignée ou rapprochée du sujet, l ouverture du diaphragme agrandie ou diminuée suivant les cas. Chacune âc ces positions, chacune de ces man0153uvres, nous donnent des indications nouvelles, confirment ou infirment les rensei De ces diverscs gnements précédemment acquis. images, l esprit du praticien fait unc synthèse rapidc : le diagnostic en découle. Quelques exemples permettront de mieux comprendre l intérêt que présente la radioscopie. Voici un homme chez lequel on soupçonne une tuber sont incer culose au début; les signes st6thoscopiques tains : le malade est conduit chez un radiologiste. Si celuici n est que radiographe, si par principe ou l examen radiosco par ignorance, il ne pratique pas pique, il se contentera, s il est adroit, de faire une bonne épreuve radiographique. Celleci ne donncra souvent que des indications peu précises : elle montrera des blancs et des noirs, dont il sera possible de tirer quelque renseignement ; mais ils n auront de valeur que pour une position donnée, et l ombrc que l on aura attribuée à une induration du sommet pulmonaire pourra être due à une toute autre cause : le plus souvent l épreuve ne permet pas d être affirmatif. Il n en est pas de méme avec l examen radioscopiquc. Le spécialiste commence par une vue d ensemble de la cage thoracique : l aspect général, l étendue des champs puhnonaires, l amplitude des mouvements costaux, la tonalité de l ensemble, etc., sont embrassés d un coup d oeil. On note si la teinte est uniforme, si ça et là n apparaissent pas quelques zones plus sombres ou plus claires, les modifications qu elles subissent au moment des grandes inspirations, etc. Grâce au jeu du diaphragme, on diminue le champ d éclairage : les images deviennent plus nettes. Les sommets pulmonaires sont examinés, leur transparence est comparé, en élevant et en abaissant l ampoule de façon à éliminer les causcs d erreur dues â une asymétrie thoracique. On note l alnplitude des mouvements du diaphragme, la profondeur et la clarté des sillons costodiaphragmatiques ; on acquiert ainsi des notions de la plus haute valeur, sur lesquclles la radiographie ne peut être que lnuette. Le malade est successivement examiné en avant, en arrière, de profil, enfin et surtout en direction oblique. du médias des ombres vertébrales et sternales qui la recouvrent dans les Grâce à cette dernière position, l image tin apparait sur l écran, nettement séparée examens antérieurs ou postérieurs. Il devient possible de constater l existence des adénopathies médiastilles

4 141 quand elles existent, ou la belle clarté de cette région, si aucune production morbide n est venue en troubler la transparence. La sclérose interlobaire, d un diagnostic clinique parfois si difficile, est une rare surprise de la radiographie : les déplacements de l ampoule de haut en bas permettent souvent de la déceler avec la plus grande facilité, sur l écran fluorescent. Enfin, dans,le cas d hydropneumothorax, l écran nous montre le phénomène de la succession hippocratique avec une telle netteté, que cette seule image suffirait à convaincre les plus sceptiques. Voilà quelquesuns des renseignements quc peut donner la radioscopie sur la pathologie ct la physiologie pulmonaires. Ce procédé d investigatiun s adresse aussi a d autres organes; les indications qu il fournit me suffise d en ne sont pas moins précieuscs; qu il citer rapidement quelquesunes. lvlieux que la radiographie, l écran fluorescent nous montre l image du coeur : seule, cette dernière méthode nous permet d en étudier les battements, les contractions, etc. La mesure de l aire cardiaque, à l aide de l orthodiagraphe, est un procédé radioscopique, je sais bien qu il est possible de faire l orthoradiophotobraphie... mais il s agit là d une pure acrobatie n ayant d autre intérêt que la difficulté du problème. Quoique la recherche des calculs du rein, de l uretère et méme de la vessie soit pour le moment du domaine de la radiographie, tout me porte à croire que souvent l examen à l écran permet à lui seul de constater la présence du corps étranger. Pour lna part, avant de faire une radiographie de région lombaire, je pratique toujours l examen radioscopique : j ai souvent constaté ainsi la présence d un calcul que je retrouvai sur le cliché radiographique; parfois même l image que m avait donnée l écran était plus nette que celle apparue sur la plaque. Il va sans dire qu une technique spéciale doit présider à cette recherche. Quand l exalnen radioscopique a montré un calcul, il devient facile de limiter l étendue de la radiographie confirmatrice à la région intéressante : l épreuve ainsi obtenue gagne en netteté.. J insisterai encore sur l examen de l estomac. A l aide de certains artifices on peut en obtenir l image sur l écran fluorescent et même la fixer sur une plaque photographique. L étude des ptoses, des déplacements, des dilatations, des rétrécissements et des contractions de cet organe, le chemin parcouru par le bol alimentaire, la durée du séjour des aliments, en un mot l anatomie et la physiologie de l estonac à l état sain et pathologique... ioilà autant de problèmes que seule la radioscopie permct de résoudre. Les récents travaux d Holzhnecht montrent qu il y a là une voie nouvelles, encore insuffisamment explorée: les quelques faits déjà acquis ont permis de constater combien certaines notions classiques étaient éloignées de la réalité. Si de l étude des organes splanchniques, on passe à celle des membres, on voit que la radioscopie est encore une méthode d exploration des plus précieuses. Il est bien certain que le cliché radiographique fournit plus de détails que l écran fluorescent; toutefois ce dernier procédé, non seulement permet l examen successif dans toute une série de positions, mais il peut montrer la mobilité des fragments dans le cas de fracture, la limite des déplacements dans les luxations. Enfin et surtout, il est possible de réduire une luxation, de coapter les fragments d un os fracturé, d extraire un corps étranger, sous le contrôle direct de l écran : on évite ainsi aux blessés les douleurs que leur occasionnent les tàtonnements habituels et on acquiert la certitude d une réduction correcte. Depuis longtemps, du reste, cette pratique est courante dans les hôpitaux étrangers ; il faut souhaiter qu elle se généralise en France pour le plus grand bien des malades. On le voit, la radioscopie est pour le clinicien, l anatomiste, le physiologiste, une précieuse méthode d investigation. Si l on ajoute à cela qu elle est peu dispendieuse; qu clle ne présente aucun danger, qu elle est rapide et non fastidieuse, on a le droit de s étonner qu il se soit rencontré des gens doutant de son utilité et réclamant sa suppression. S il est des renseignements que seule la radioscopie peut fournir, il en est aussi qui ne peuvent être obtenus qu à l aide de la radiographie : c est dire que les deux mutllodcs sont utiles au clinicien; chacune a ses indications et c est manquer d éclectisme que de les opposer l une à l autre. Il va sans dire que, toutes les fois qu il sera nécessaire d obtenir des détails de structure, la radiographie devra être préférée, il n en faudrait pas conclure que l écran fluorescent est incapable de les montrer : c est notre oeil qui ne peut en saisir les détails par suite de la faible luminescence des images; notre acuité visuelle est insuffisante. C est ainsi clue pour la recherche des lésions osseuses (ostéomyélite, tuberculose, sarcome, etc.), il faut se soumettre aux exigences de la radiographie. Souvent ainsi, l étude détaillée et complète d une fracture nécessite une épreuve sur laquelle sont visibles tous les détails, mais sur laquelle aussi, parfois, les déplacelents sont exagérés ou diminués, si le radiographe n a pas su prendre toutes les précautions nécessaires. De même, la recherche des calculs rénaux, urétéraux, vésicaux, alors même qu elle aura été pratiquée à l aide de l écran, devra être complétée par la radiographie. Les petits calculs, comme les corps étrangers de petites dimensions ou de poids atomique peu élevé, apparaitront avec plus de netteté sur la plaque que sur l écran.

5 142 J en dirai autant de l cxamen du crâne. S il est souvent facile de constater à l aide de la radioscopie la présence d un corps étranger, d en déterminer la position exacte, il est ordinairement impossible de voir nettement certaines déformations, telles que r èlargissenlent de la selle turcique, modification dont la connaissance peut avoir une si grande importance clinique. Là encore la radiographie doit succéder à l examen radioscopique. Enfin, pour l étude de la composition du squelette, de sa plus ou moins grande richesse en phosphate de calcium, des radiographies faites dans des conditions techniques identiques, peuvent fournir de précieuses indications. On saisit facilement l intérêt de la métho de constater combien de, mais on ne peut s empêcher sont multiples et difficiles à éliminer les causes d errcur : il serait donc illusoire de vouloir lui attribuer une précision absolue. Quelques radiographes non médecins sont méme allés plus loin. Ils se sont imaginé que la radiographie permettrait due suivre le cours d une affection, d en constater l aggravation ou l arnélioration, en un mot de suppléer la clinique. C est ainsi, par exemple, que la plus ou moins grande opacité du tissu pulmonaire, indiquerait l évolution de la tuberculose : pour cela il suffirait de prendre des radiographies, à intervalles plus ou moins éloignés, dans des conditions techniques identiques : la comparaison des diverse épreuves et particulièrement de l intensité des ombres serait le fidèle tableau de la marche de l affection. Il faut, à vrai dire, ignorer les notions les plus élémemaires de la pathologie et de l anatomie pathologique, pour soutenir une pareille.thèse. C est qu en effet, à tel état pathologique ne correspond pas toujours une même variation de densité des tissus; les modifications de cette densité.sont loin d être en rapport constant avec les modifications pathologiques. Radiographions, par exemple, un hommc atteint de tuberculose pulmonaire d un des sommets, au stade d induration. L épreuve positive montrera une ombre anormale d une certaine intensité. Supposons que sur une deuxième épreuve, faite huit ou dix mois plus tard, l ombre se soit accentuée. Que peuton en conclure? Que la lésion s est aggravée puisque l opacité spécifique s est accrue... Mais il se peut aussi que la maladie soit en régression et que la variation de teinte soit due à la sclérose réparatrice. Admettons par contre due l omhre ait disparu. On pourrait penser que le malade est guéri... mais si, à l induration a succédé une géode, l ombre anormale n existera plus! Au cours de son affection, le malade a pu engraisser ou maigrir : ces variations d épaisseur viendront 1110 difier la tonalité des ombres, sans que, pour cela, la lésion considérée soit nécessairement améliorée ou aggravée. Cela m anlpne a dire, en passant, que ni la radiographie, ni la radioscopie ne donnent le diagnostic tout fait. Il faut interpréter les images obtenues et le plus apte a le bien faire est celui qui, pourvu de connaissances anatomiques, physiologiques et pathologiques suffisantes, s adresse en même temps aux autres procédés d investigation. Les rayons de Rôntgen sont pour la clinique, un précieux auxiliaire; ils ne doivent pas la supplanter parce qu ils ne le peuvent pas : pour pouvoir la servir u(ilement, il est de toute nécessité qu ils soient maniés par des médecins. Seuls, en effet, ils sont capables, non seulement d interpréter convenablement les images obtenues, mais de déterminer la mcilleurc position à donner au sujet, si la radiographie doit succéder à l examen radioscopique. Lorsque l on désire obtenir la photographie d un objet,on commence par l examiner sur la glace dépolie ; selon les cas on délace l appareil ou l objet jusqu à ce que l image fugitive donne satisfaction i l opérateur : la glace dépolie est alors remplacée par la plaque sensible ; à l image fugitive va se substituer une image durable. Cette pratique rendrait de grands services, si elle était plus généralement observée en radiographie. Avant de radiographier un membre ou une région, on devrait toujours commencer par en pratiquer l examen radioscopique ; il permettrait de se rendre compte de l aspect général de la région, de déterminer le point intéressant à reproduire, la meilleure position à donner au sujet. vient de faire con Grâce à un fauteuil spécial que struire Béclère, grâce aussi à d autres dispositifs existants oufacilesà imaginer, on peut substituer à l écran fluorescent une plaque photographique, sans changer ni la position du malade, ni celle de l ampoule. Le radiologiste fait ainsi la mise au point sur l écran, comme le photographe sur la glace dépolie. Cette méthode permet de fixer sur la plaque l image la plus nette et la plus démonstrative quel on a pu faire apparaitre sur l écran, en mobilisant le patient : l intérêt de ce procédé ne peut échapper à personne. Hadipgraphie.et Radioscopie sont donc deux procédés d exploration qui se complètent mutuellement et qui doivent être appliqués avec discernement par le praticien. Si l on voulait comparer les deux méthodes, on pourrait dire, avec un radiologiste étranger bien connu, qu il y a, entre la radiographie et l examen radioscopique, la même différence qu entre les petits albums de photographies représentant les principaux monuments d une ville et la visite de cette ville. Lorsque l on veut étudier une coupe histologique, on l examine directement au microscope, en faisant varier le point, en déplaçant la préparation, en modifiant le grossissement ; il ne viendra à l idée de personne de

6 H. José Gisements L ensemble Moureu 143 faire d abord une microphotographie, et de pratiquer les recherches sur cette épreuve. Par contre, quand on aura trouvé une région intéressante, l image en sera fixée sur une plaque; cette épreuve servira de document et permettra de faire connaitre aux autres ce que l on a vu soimême. Il est fort possible que, d ici à quelques années, grâce aux progrès incessants qu accomplit la technique instrumentale, la radiographie soi[ à la radioscopie ce qu est la lnicrophotographie à l examen microscopique. En résumé, la radioscopie donne des renseignements que ne peut fournir le cliché radiographique elle est ordinairement suffisante pour la plupart des recherches courantes : elle doit toujours précéder la radiographie lorsque celleci devient nécessairc. REVUE DES TRAVAUX Radioactivité Conductibilité de l air dans les lieux habités. Dufour (Phys. Zr;itsclc., 15 arril 1000). Revenant sur cette question qui semblait résolue par les expériences d Elster et, Geitel, M. Dufour, en employant l appareil d Ebert et aussi celui d Elster et Geitel, montre que dans une salle de cours la présence d un auditoire augmente la conductibilité de l air. L accroissement varie du cinquième au sextuple. L. B. Gisements et sources radioactives espagnoles. Munoz del Castillo (Bulletin de la Société d Hisloii,e Naturelle de Madrid, février 1906). L auteur Fig. 1. et sources radioactives espagnoles. Les points noirs indiquent les sources radioactives ; les taches les gisements minéraux radioactifs. s est proposé de dresser la carte des principaux centres radioactifs espagnols. Il a étudié les minéraux, les terrains, les eaux et les gaz de l atmosplére. La partie principale de son travail porte surtout sur les sources et les minéraux radioactifs. des résultats actuellement acquis est représenté par la carte cijointe. L auteur croit ne pas encore devoir donner un caractère definitif à ces essais, car ses mesures présentent des irrégularités dont il se propose de rechercher les cause,. Parmi les gisements radioactifs, le plus important est celui de San Rafacl, au nord de Madrid. Le minerai est constitué par une roche dure recouverte d une couche de chaleolite cristallisée. Ces minéraux sont très répandus au nord de l Espagne; dans même région on a trouvé des traces d autunite et de wolframite. Sauf cette exception, le minéral domi nant est la chalcolite. Présence de l Argon et de l Hélium dans les eaux thermales de Gastein. P. Ewers (Plys. Zeitsch., 1er avril ) a analysé les gaz contenus dans un grand nombre d eaux thermales, et a partout mis en évidence la présence des «gaz nobles o argon et hélium, en assez grande quantité (1,55 pour 100). Mais il n a pas cherché n déterminer les proportions respectives de ces deux gaz. D après la théorie moderne de la transformation du radium et de ses dérivés, le fait qu on rencontre de l argon et de l hélium partout où se trouve l émanation du radium ne doit pas être considéré comme fortuit. Il semble, en effet que les produits de transformation dits «inactifs» du radium (radium B et D), émettent des particules qui sont identiques a l atome d argon ou à l un des matériaux dont cet atome est constitué. Il est très invrai semblable que l ar gon contenu dans les sour ces soit simplement emprunté à l air almosphérique. Une masse de 1650 centimètres cubes de gaz, recueillis avec toutes les précautions voulues à l une des sources de Gastein (Grabenbacckeer Quelle, a été soigneusement débarrassée d azote et d oxygène, puis soumise a la distillation fractionnée dans l air liquide. La plus grande partie du gaz s est condensée à 190 degrés sous la pressiun atmosphérique, le résidu se condensant à son tour par une compression d environ une demiatmosphère. L étude spectroscopique fit voir que cette dernière partie présentait d une façon très nette le spectre de l hélium, l autre ne fournissant que le spectre de l argon avec la raie jaune de l hélium faiblement visible. On peut conclure de là que dans les gaz nobles qu un peut extraire des eaux radioactives (1,33 pour 100 ainsi que l avait indiqué Moureu), il y a au moins 57 pour 100 d argon et au plus 5 pour 100 d hélium. Léon BLOCH.

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans l infrarouge à 3µ G. Bosschieter, J. Errera To cite this version: G. Bosschieter, J. Errera. Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Plus en détail

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique E. Bichat To cite this version: E. Bichat. Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique. J. Phys. Theor.

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545 Mesures de la charge électrique de gouttelettes d eau ou de solutions salines au cours de processus d évaporation, ou de condensation de vapeur d eau sur elles Jessica Dubois To cite this version: Jessica

Plus en détail

Une charte éthique pour le Big Data

Une charte éthique pour le Big Data Une charte éthique pour le Big Data Primavera De Filippi To cite this version: Primavera De Filippi. Une charte éthique pour le Big Data. Documentaliste - Sciences de l Information, ADBS, 2013, pp.8-9.

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan)

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Bénédicte Tratnjek To cite this version: Bénédicte Tratnjek. Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan). Les Cafés géographiques, rubrique à comité de lecture

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte

Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte M. Gouy To cite this version: M. Gouy. Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte. J. Phys. Theor.

Plus en détail

Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes.

Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes. La photographie intra buccale : méthode de réalisation. Dr FOUGERAIS Guillaume, formateur Génération Implant, Nantes. La photographie numérique est un formidable outil de communication pour nos patients

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité. des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces. J. Phys.

Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité. des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces. J. Phys. Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité et des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces H. Mayer, R. Nossek, H. Thomas To cite this version: H. Mayer,

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes M. Aubert To cite this version: M. Aubert. Famille continue de courbes terminales du spiral

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Identifier et faire enlever. vos objets radioactifs

Identifier et faire enlever. vos objets radioactifs Identifier et faire enlever vos objets radioactifs Certains objets radioactifs très variés et souvent anciens se trouvent encore dans des collections, des brocantes ou des greniers. Leur dangerosité est

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Identifier et faire enlever. vosobjets radioactifs

Identifier et faire enlever. vosobjets radioactifs Identifier et faire enlever vosobjets radioactifs Aujourd hui, l utilisation et l élimination de sources radioactives sont contrôlées par les pouvoirs publics. Mais cela n a pas toujours été le cas et

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique.

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. Sensibilisation à la sécurité informatique Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. lieux en France, 1997, pp.17. École

Plus en détail

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien!

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Alain Couillault, Karen Fort To cite this version: Alain Couillault, Karen Fort. Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE

TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE Les étapes essentielles: Œuvre > Numérisation > Film > Ecran > Impression - 1 : NUMERISATION DE L OEUVRE A IMPRIMER: Soit l image a été créée directement sur un ordinateur

Plus en détail

Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie

Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie Seconde Thème santé Activité n 3(expérimentale) Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie Connaissances Compétences - Pratiquer une démarche expérimentale pour comprendre le

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Manuel pour l utilisation de Gimp

Manuel pour l utilisation de Gimp Philippe Morlot Manuel pour l utilisation de Gimp notamment dans le cadre de l enseignement des arts plastiques Petite introduction Gimp est un puissant logiciel qui permet de retoucher, de manipuler ou

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Le nouveau visage d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Les unites dentaires p SOREDEX est un des premiers producteurs d équipement pour imagerie dentaire au monde.

Plus en détail

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Jean-Pierre Dedieu To cite this version: Jean-Pierre Dedieu. Les intermédiaires privés dans les finances royales

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC

TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC Sommaire Présentation générale... 2 Accessibilité... 3 TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC Accès «interface cartographique»... 3 Connexion... 3 Fonctionnalités disponibles... 3 Accès «Saisie

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Le marketing direct responsable

Le marketing direct responsable Le marketing direct responsable Béatrice Parguel To cite this version: Béatrice Parguel. Le marketing direct responsable. 50 fiches sur le marketing durable, Bréal, pp.144-147, 2010.

Plus en détail

Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques»

Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques» Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques» Intro : Le XXè siècle fut un siècle de grands progrès scientifiques et techniques. Les évolutions connues par la médecine, les transports

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Jean Ravestein, Caroline Ladage. To cite this version: HAL Id: hal-00005774 https://telearn.archives-ouvertes.fr/hal-00005774

Jean Ravestein, Caroline Ladage. To cite this version: HAL Id: hal-00005774 https://telearn.archives-ouvertes.fr/hal-00005774 Pour une didactique du référencement Apprentissage et enseignement sur des espaces de communication informels sur Internet : l exemple du référencement Jean Ravestein, Caroline Ladage To cite this version:

Plus en détail

DÉTERMINATION DES TEMPÉRATURES ET DENSITÉS ÉLECTRONIQUES DANS UNE COLONNE POSITIVE D ARGON

DÉTERMINATION DES TEMPÉRATURES ET DENSITÉS ÉLECTRONIQUES DANS UNE COLONNE POSITIVE D ARGON DÉTERMINATION DES TEMPÉRATURES ET DENSITÉS ÉLECTRONIQUES DANS UNE COLONNE POSITIVE D ARGON J. Mazzaschi, J. Rocard To cite this version: J. Mazzaschi, J. Rocard. DÉTERMINATION DES TEMPÉRATURES ET DENSITÉS

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Peut-on perdre sa dignité?

Peut-on perdre sa dignité? Peut-on perdre sa dignité? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on perdre sa dignité?. 2013. HAL Id: hal-00796705 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00796705 Submitted

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

COLORSOURCE I.C.C. ET LA REDEFINITION DES RELATIONS CONTRACTUELLES DANS LES INDUSTRIES GRAPHIQUES

COLORSOURCE I.C.C. ET LA REDEFINITION DES RELATIONS CONTRACTUELLES DANS LES INDUSTRIES GRAPHIQUES 27 rue Pierre-Brossolette 91430 IGNY Tél. / Fax : +33 (0) 1 69 41 01 62 Mobile : +33 (0) 6 24 54 10 13 Email : info@color-source.net http://www.colorsource.fr I.C.C. ET LA REDEFINITION DES RELATIONS CONTRACTUELLES

Plus en détail

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE BAZEILLE Stéphane MOUGEL Baptiste IUP3 ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE EN Année 2003/2004 1 TABLE DES MATIERES Home... 3 Introduction.... 3 Marching Square... 4 Algorithme....4 Programmation...4

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Création de PDF et généralités pour optimiser vos fichiers

Création de PDF et généralités pour optimiser vos fichiers Création de PDF et généralités pour optimiser vos fichiers Pourquoi l envoi de PDF? Les outils de production actuels sont des outils de gestion et de production de contenu pré-presse à base de PDF et JDF

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Abdelkader Baaziz To cite this version: Abdelkader Baaziz. Apport du Knowledge Management dans l amélioration

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés Pour étudier méthodiquement les animaux, on étudie leur construction dans l espace : leur plan

Plus en détail

Thermographie sur les vitrages

Thermographie sur les vitrages Thermographie sur les vitrages Par Martin Veillette, ing. 28 décembre 2011 J ai été mandaté par Solution Thermos pour faire des essais sur plusieurs types de vitrages : double, triple, faible émissivité

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches.

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. QUEL CHOIX D OUTILS ET QUELLE METHODE, POUR QUEL OBJECTIF? Il existe différentes techniques de détourage. De la plus simple à la plus délicate,

Plus en détail

VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries

VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries Une caméra, de multiples possibilités AIR COMPRIMÉ ASPIRATION IMAGERIE ODONTOLOGIE CONSERVATRICE HYGIÈNE Dispositif Médical de classe

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking

Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking Modèle Multi-Agent de gouvernance de réseau Machine-to-Machine pour la gestion intelligente de place de parking Mustapha Bilal, Camille Persson, Fano Ramparany, Gauthier Picard, Olivier Boissier To cite

Plus en détail

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine Département fédéral de l'intérieur DF) Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Plus en détail

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du Les sciences de l éducation et les sciences de la communication en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du dispositif empirique à l objet de recherche,

Plus en détail

PARTIE. Organisation générale du corps humain

PARTIE. Organisation générale du corps humain PARTIE 1 Organisation générale du corps humain CHAPITRE 1 Les bases d'étude du corps humain L'ESSENTIEL Les définitions fondamentales en biologie, une science qui étudie l'organisme vivant dans un ordre

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau Objectif Aider les élèves à identifier certaines caractéristiques des nuages. Permettre aux élèves d observer les nuages, de les décrire avec un vocabulaire simple et de comparer leurs descriptions avec

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail