Radiographie et Radioscopie en clinique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Radiographie et Radioscopie en clinique"

Transcription

1 Radiographie et Radioscopie en clinique J. Belot To cite this version: J. Belot. Radiographie et Radioscopie en clinique. Radium (Paris), 1906, 3 (5), pp < /radium: >. <jpa > HAL Id: jpa https://hal.archivesouvertes.fr/jpa Submitted on 1 Jan 1906 HAL is a multidisciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 mètres d épaisseur. Un kilogramme de nitrate de thorium fut placé audessous et l activité mesurée se trouve égale à 2,5. Une petite quantité de radium fut placée au centre de la masse et l activité totale fut 84,4. L activité du radium seul était 98,9. Donc l activité du radium était réduite de 98,9 à 84,4 par la traversée de la demiépaisseur du nitrate de thorium. Mais À est le même pour le radium et le thorium, la couche centrale donnant un rayonnement qui subit une absorption moyenne. Il s ensuit que si le nitrate de thorium donne une lecture égale à 100, la lecture corrigée doit être i22. Une seconde méthode a consisté à mesurer l activité couche par couche, les couches actives étant superposées de façon que la couche centrale reste à une distance invariable de l électroscope. L accroissement d activité était une fonction linéaire de la masse. L absorption d une couche mince de 200 grammes ne peut être grande et par approximations successives on a trouvé 15 pour 100 pour valeur de l absorption spontanée de 1 kilogramme de substance placée sous 0,64 centimètres de plomb. Ces deux résultats sont en gros concordants. De plus, les intensités trouvées pour 1 kilogramme de nitrate de thorium, i kilogramme de pechblende, 2 milligrammes de bromure de radium est 11 milligrammes de radiothorium suivaient la mème courbe pour différentes épaisseurs de plomb. On peut en conclure que la perte d activité de 1 kilogramme de pechblende, due à l absorption spontanée et au défaut de concentration, peut se corriger convenablement en ajoutant 20 pour 100 à la valeur observée, quand les rayons B sont éliminés par 0,64 centimètres de plomb. Conclusions Le radium, l uraninite, le thorium et le radiothorium émettent des rayons y qui sont égalemelt absorbés par le plomb. 2 Pour les épaisseurs de plomb allant de 0,64 à 5 centimètres les valeurs de h sont comprises entre 0,57 et 0,46 pour toutes les substances. 5 Le nitrate d uranium est pauvre en rayons y, et ceuxci sont aisément absorbables; h = 1,4 entre 2,8 et 12,i millimètres de plomb. 40 L actinium émet 4 types de rayons. 1. Rayons CL. 2. Rayons homogènes. h = 163 (Godlewski). 5. Rayons plus pénétrants, B ou y. 4,5 (Godlewski). À = 4,1 (Eve), entre 0,45 et 2,8 millimètres. 4. Rayons très pénétrants, probablement rayons y. h = 2,7 à 2,0 entre 2, 8 et 8,7 millimètres. 5 Un kilogramme de nitrate de thorium scellé dans un cylindre de verre mince de 16 centimètres de diamètre constituerait un bon étalon de mesure pour l activité des minerais de thoriunl et de radium. 0 L absorption spontanée des rayons y d un kilogramme de nitrate de thorium dans un cylindre de 16 centimètres de diamètre et de 5,4 centimètres environ. Cette environ de hauteur est de 18 pour 100 correction ne doit pas être faite quand on emploie le nitrate de thorium comme étalon. (Traduit de l anglais par Léon BLOCH.) Radiographie et Radioscopie en clinique. Par J. BELOT, Préparateur de Radiologie à l hôpital SaintAntoine. (Laboratoire du Dr Béclère.) L EMPLOI des radiations constitue aujourd hui une branche nouvelle des sciences médicales : la radiologie. Si son enseignement 11 est pas encore officiel, sa nécessité et sa valeur rle sont plus mises en doute : on se contente de critiquer quelquesunes de ses indications, de discuter les résultats qu elle permet d obtenir, preuve indiscutable de l impression qn elle produit dans l esprit de ses détracteurs. On peut dire que c est aux rayons de Rôntgen et aux corps radioactifs que la radiologie doit la faveur ces nouvelles radia dont elle jouit; peutêtre même, tions ontelles fait un peu trop oublier leurs aînées! Les rayons de Rôntgen sont utilisés en médecine tantôt comme instrumcllt d exploration, tantcït comme agent thérapeutique. Deux procédés d exploration s offrent au praticien la radioscopie et la radiographie, suivant que les rayons de Rôntgen projettent sur l écran fluorescent ou sur la plaque photographique 1 image fugitive ou durable des organes invisibles. Article published online by EDP Sciences and available at

3 140 Ces deux méthodes sontelles également utiles au médecin? L une doitelle être préférée u l autre? Doiventclles, au contraire, se compléter mutuellenient? Ce sont là autant de questions de la plus haute importance pratique, sur lesquelles les radiologistes ne sont pas tous d accord. Récemment, en effet, quelques spécialistes, pour la plupart, du reste, non médecins, se sont efforcés d opposer l une à l autre la radiographie et la radioscopie. Ils espéraient montrer l infériorité de cette dernière et allaient même jusqu à en réclamer la suppression, prétextant qu elle donnait des indications fausses et qu elle ne laissait pas de document inaltérable... j allais dire inviolable! Pour émettre une telle opinion, il fallait : ou n lavoir jamais assisté à un bon examen radioscopique, ou, ignorant l anatomie élémentaire, être dans l impossibilité d interpréter les images apparaissant sur l écran, ou enfin être de mauvaise foi : j écarte volontiers cette dernière hypothèse. Durant les premières années qui suivirent la découverte de Rôntgen, l imperfection dcs appareils, l inexpérience des praticiens, le manque de méthode et de connaissances techniques rendaient sinon impossible, du moins sans grand intérêt pratique, l examen à l écran. Depuis cette époque les choses ont changé : non seulement la radioscopie a acquis droit de cité, mais elle est souvent capable de nous donner des renseignement plus précis que la radiographie. Loin de moi l idée d opposer les deux méthodes : elles doivent au contraire se compléter l une l autre, mais plus on ira, plus l image fluorescente tendra à se substituer à l épreuve radiographique pour, les recherches courantes. La radioscopie présente, en effet, sur la radiographie, tous les avantages que possède la vue directe d un paysage sur celle de sa photographie. L image qui apparait sur l écran fluorescent n est pas une image fixe et unique colnme celle que nous transmet la plaque sensible. Non seulement nous avions devant nos veux une vue d ensemble de la région examinée, mais l image est une image vivante. Nous voyons les organes en mouvement; nous prouvons suivre quelquesuns des phénomènes les plus intimes de la vic, étudier le fonctionnement de certains viscères aussi bien et souvent mieux que si le couteau dru vivisectcur les avait mis à nu. Pour obtenir une bonne radiographie, il est de toute nécessité que le patient garde une immobilité absolue : de l observation de ce factcur dépend la netteté de l imabe : celleci se rapporte donc à une certaine position. Tout différents sont les renseignements que nous fournit l examen radioscopique. Ce n est plus image qui nous apparaît, mais en déplaçant une seuie le malade ou le mcmhre examiné, nous pouvons voir toute une série d images du plus haut intérêt pratique. On fait, pour ainsi dire, le tour du malade : en un clin d cil on l examine, en avant, en arrière, par côté, en direclion oblique, etc., etc. L ampoule est élevée, abaissée, pousséc à droite ou à gauche, éloignée ou rapprochée du sujet, l ouverture du diaphragme agrandie ou diminuée suivant les cas. Chacune âc ces positions, chacune de ces man0153uvres, nous donnent des indications nouvelles, confirment ou infirment les rensei De ces diverscs gnements précédemment acquis. images, l esprit du praticien fait unc synthèse rapidc : le diagnostic en découle. Quelques exemples permettront de mieux comprendre l intérêt que présente la radioscopie. Voici un homme chez lequel on soupçonne une tuber sont incer culose au début; les signes st6thoscopiques tains : le malade est conduit chez un radiologiste. Si celuici n est que radiographe, si par principe ou l examen radiosco par ignorance, il ne pratique pas pique, il se contentera, s il est adroit, de faire une bonne épreuve radiographique. Celleci ne donncra souvent que des indications peu précises : elle montrera des blancs et des noirs, dont il sera possible de tirer quelque renseignement ; mais ils n auront de valeur que pour une position donnée, et l ombrc que l on aura attribuée à une induration du sommet pulmonaire pourra être due à une toute autre cause : le plus souvent l épreuve ne permet pas d être affirmatif. Il n en est pas de méme avec l examen radioscopiquc. Le spécialiste commence par une vue d ensemble de la cage thoracique : l aspect général, l étendue des champs puhnonaires, l amplitude des mouvements costaux, la tonalité de l ensemble, etc., sont embrassés d un coup d oeil. On note si la teinte est uniforme, si ça et là n apparaissent pas quelques zones plus sombres ou plus claires, les modifications qu elles subissent au moment des grandes inspirations, etc. Grâce au jeu du diaphragme, on diminue le champ d éclairage : les images deviennent plus nettes. Les sommets pulmonaires sont examinés, leur transparence est comparé, en élevant et en abaissant l ampoule de façon à éliminer les causcs d erreur dues â une asymétrie thoracique. On note l alnplitude des mouvements du diaphragme, la profondeur et la clarté des sillons costodiaphragmatiques ; on acquiert ainsi des notions de la plus haute valeur, sur lesquclles la radiographie ne peut être que lnuette. Le malade est successivement examiné en avant, en arrière, de profil, enfin et surtout en direction oblique. du médias des ombres vertébrales et sternales qui la recouvrent dans les Grâce à cette dernière position, l image tin apparait sur l écran, nettement séparée examens antérieurs ou postérieurs. Il devient possible de constater l existence des adénopathies médiastilles

4 141 quand elles existent, ou la belle clarté de cette région, si aucune production morbide n est venue en troubler la transparence. La sclérose interlobaire, d un diagnostic clinique parfois si difficile, est une rare surprise de la radiographie : les déplacements de l ampoule de haut en bas permettent souvent de la déceler avec la plus grande facilité, sur l écran fluorescent. Enfin, dans,le cas d hydropneumothorax, l écran nous montre le phénomène de la succession hippocratique avec une telle netteté, que cette seule image suffirait à convaincre les plus sceptiques. Voilà quelquesuns des renseignements quc peut donner la radioscopie sur la pathologie ct la physiologie pulmonaires. Ce procédé d investigatiun s adresse aussi a d autres organes; les indications qu il fournit me suffise d en ne sont pas moins précieuscs; qu il citer rapidement quelquesunes. lvlieux que la radiographie, l écran fluorescent nous montre l image du coeur : seule, cette dernière méthode nous permet d en étudier les battements, les contractions, etc. La mesure de l aire cardiaque, à l aide de l orthodiagraphe, est un procédé radioscopique, je sais bien qu il est possible de faire l orthoradiophotobraphie... mais il s agit là d une pure acrobatie n ayant d autre intérêt que la difficulté du problème. Quoique la recherche des calculs du rein, de l uretère et méme de la vessie soit pour le moment du domaine de la radiographie, tout me porte à croire que souvent l examen à l écran permet à lui seul de constater la présence du corps étranger. Pour lna part, avant de faire une radiographie de région lombaire, je pratique toujours l examen radioscopique : j ai souvent constaté ainsi la présence d un calcul que je retrouvai sur le cliché radiographique; parfois même l image que m avait donnée l écran était plus nette que celle apparue sur la plaque. Il va sans dire qu une technique spéciale doit présider à cette recherche. Quand l exalnen radioscopique a montré un calcul, il devient facile de limiter l étendue de la radiographie confirmatrice à la région intéressante : l épreuve ainsi obtenue gagne en netteté.. J insisterai encore sur l examen de l estomac. A l aide de certains artifices on peut en obtenir l image sur l écran fluorescent et même la fixer sur une plaque photographique. L étude des ptoses, des déplacements, des dilatations, des rétrécissements et des contractions de cet organe, le chemin parcouru par le bol alimentaire, la durée du séjour des aliments, en un mot l anatomie et la physiologie de l estonac à l état sain et pathologique... ioilà autant de problèmes que seule la radioscopie permct de résoudre. Les récents travaux d Holzhnecht montrent qu il y a là une voie nouvelles, encore insuffisamment explorée: les quelques faits déjà acquis ont permis de constater combien certaines notions classiques étaient éloignées de la réalité. Si de l étude des organes splanchniques, on passe à celle des membres, on voit que la radioscopie est encore une méthode d exploration des plus précieuses. Il est bien certain que le cliché radiographique fournit plus de détails que l écran fluorescent; toutefois ce dernier procédé, non seulement permet l examen successif dans toute une série de positions, mais il peut montrer la mobilité des fragments dans le cas de fracture, la limite des déplacements dans les luxations. Enfin et surtout, il est possible de réduire une luxation, de coapter les fragments d un os fracturé, d extraire un corps étranger, sous le contrôle direct de l écran : on évite ainsi aux blessés les douleurs que leur occasionnent les tàtonnements habituels et on acquiert la certitude d une réduction correcte. Depuis longtemps, du reste, cette pratique est courante dans les hôpitaux étrangers ; il faut souhaiter qu elle se généralise en France pour le plus grand bien des malades. On le voit, la radioscopie est pour le clinicien, l anatomiste, le physiologiste, une précieuse méthode d investigation. Si l on ajoute à cela qu elle est peu dispendieuse; qu clle ne présente aucun danger, qu elle est rapide et non fastidieuse, on a le droit de s étonner qu il se soit rencontré des gens doutant de son utilité et réclamant sa suppression. S il est des renseignements que seule la radioscopie peut fournir, il en est aussi qui ne peuvent être obtenus qu à l aide de la radiographie : c est dire que les deux mutllodcs sont utiles au clinicien; chacune a ses indications et c est manquer d éclectisme que de les opposer l une à l autre. Il va sans dire que, toutes les fois qu il sera nécessaire d obtenir des détails de structure, la radiographie devra être préférée, il n en faudrait pas conclure que l écran fluorescent est incapable de les montrer : c est notre oeil qui ne peut en saisir les détails par suite de la faible luminescence des images; notre acuité visuelle est insuffisante. C est ainsi clue pour la recherche des lésions osseuses (ostéomyélite, tuberculose, sarcome, etc.), il faut se soumettre aux exigences de la radiographie. Souvent ainsi, l étude détaillée et complète d une fracture nécessite une épreuve sur laquelle sont visibles tous les détails, mais sur laquelle aussi, parfois, les déplacelents sont exagérés ou diminués, si le radiographe n a pas su prendre toutes les précautions nécessaires. De même, la recherche des calculs rénaux, urétéraux, vésicaux, alors même qu elle aura été pratiquée à l aide de l écran, devra être complétée par la radiographie. Les petits calculs, comme les corps étrangers de petites dimensions ou de poids atomique peu élevé, apparaitront avec plus de netteté sur la plaque que sur l écran.

5 142 J en dirai autant de l cxamen du crâne. S il est souvent facile de constater à l aide de la radioscopie la présence d un corps étranger, d en déterminer la position exacte, il est ordinairement impossible de voir nettement certaines déformations, telles que r èlargissenlent de la selle turcique, modification dont la connaissance peut avoir une si grande importance clinique. Là encore la radiographie doit succéder à l examen radioscopique. Enfin, pour l étude de la composition du squelette, de sa plus ou moins grande richesse en phosphate de calcium, des radiographies faites dans des conditions techniques identiques, peuvent fournir de précieuses indications. On saisit facilement l intérêt de la métho de constater combien de, mais on ne peut s empêcher sont multiples et difficiles à éliminer les causes d errcur : il serait donc illusoire de vouloir lui attribuer une précision absolue. Quelques radiographes non médecins sont méme allés plus loin. Ils se sont imaginé que la radiographie permettrait due suivre le cours d une affection, d en constater l aggravation ou l arnélioration, en un mot de suppléer la clinique. C est ainsi, par exemple, que la plus ou moins grande opacité du tissu pulmonaire, indiquerait l évolution de la tuberculose : pour cela il suffirait de prendre des radiographies, à intervalles plus ou moins éloignés, dans des conditions techniques identiques : la comparaison des diverse épreuves et particulièrement de l intensité des ombres serait le fidèle tableau de la marche de l affection. Il faut, à vrai dire, ignorer les notions les plus élémemaires de la pathologie et de l anatomie pathologique, pour soutenir une pareille.thèse. C est qu en effet, à tel état pathologique ne correspond pas toujours une même variation de densité des tissus; les modifications de cette densité.sont loin d être en rapport constant avec les modifications pathologiques. Radiographions, par exemple, un hommc atteint de tuberculose pulmonaire d un des sommets, au stade d induration. L épreuve positive montrera une ombre anormale d une certaine intensité. Supposons que sur une deuxième épreuve, faite huit ou dix mois plus tard, l ombre se soit accentuée. Que peuton en conclure? Que la lésion s est aggravée puisque l opacité spécifique s est accrue... Mais il se peut aussi que la maladie soit en régression et que la variation de teinte soit due à la sclérose réparatrice. Admettons par contre due l omhre ait disparu. On pourrait penser que le malade est guéri... mais si, à l induration a succédé une géode, l ombre anormale n existera plus! Au cours de son affection, le malade a pu engraisser ou maigrir : ces variations d épaisseur viendront 1110 difier la tonalité des ombres, sans que, pour cela, la lésion considérée soit nécessairement améliorée ou aggravée. Cela m anlpne a dire, en passant, que ni la radiographie, ni la radioscopie ne donnent le diagnostic tout fait. Il faut interpréter les images obtenues et le plus apte a le bien faire est celui qui, pourvu de connaissances anatomiques, physiologiques et pathologiques suffisantes, s adresse en même temps aux autres procédés d investigation. Les rayons de Rôntgen sont pour la clinique, un précieux auxiliaire; ils ne doivent pas la supplanter parce qu ils ne le peuvent pas : pour pouvoir la servir u(ilement, il est de toute nécessité qu ils soient maniés par des médecins. Seuls, en effet, ils sont capables, non seulement d interpréter convenablement les images obtenues, mais de déterminer la mcilleurc position à donner au sujet, si la radiographie doit succéder à l examen radioscopique. Lorsque l on désire obtenir la photographie d un objet,on commence par l examiner sur la glace dépolie ; selon les cas on délace l appareil ou l objet jusqu à ce que l image fugitive donne satisfaction i l opérateur : la glace dépolie est alors remplacée par la plaque sensible ; à l image fugitive va se substituer une image durable. Cette pratique rendrait de grands services, si elle était plus généralement observée en radiographie. Avant de radiographier un membre ou une région, on devrait toujours commencer par en pratiquer l examen radioscopique ; il permettrait de se rendre compte de l aspect général de la région, de déterminer le point intéressant à reproduire, la meilleure position à donner au sujet. vient de faire con Grâce à un fauteuil spécial que struire Béclère, grâce aussi à d autres dispositifs existants oufacilesà imaginer, on peut substituer à l écran fluorescent une plaque photographique, sans changer ni la position du malade, ni celle de l ampoule. Le radiologiste fait ainsi la mise au point sur l écran, comme le photographe sur la glace dépolie. Cette méthode permet de fixer sur la plaque l image la plus nette et la plus démonstrative quel on a pu faire apparaitre sur l écran, en mobilisant le patient : l intérêt de ce procédé ne peut échapper à personne. Hadipgraphie.et Radioscopie sont donc deux procédés d exploration qui se complètent mutuellement et qui doivent être appliqués avec discernement par le praticien. Si l on voulait comparer les deux méthodes, on pourrait dire, avec un radiologiste étranger bien connu, qu il y a, entre la radiographie et l examen radioscopique, la même différence qu entre les petits albums de photographies représentant les principaux monuments d une ville et la visite de cette ville. Lorsque l on veut étudier une coupe histologique, on l examine directement au microscope, en faisant varier le point, en déplaçant la préparation, en modifiant le grossissement ; il ne viendra à l idée de personne de

6 H. José Gisements L ensemble Moureu 143 faire d abord une microphotographie, et de pratiquer les recherches sur cette épreuve. Par contre, quand on aura trouvé une région intéressante, l image en sera fixée sur une plaque; cette épreuve servira de document et permettra de faire connaitre aux autres ce que l on a vu soimême. Il est fort possible que, d ici à quelques années, grâce aux progrès incessants qu accomplit la technique instrumentale, la radiographie soi[ à la radioscopie ce qu est la lnicrophotographie à l examen microscopique. En résumé, la radioscopie donne des renseignements que ne peut fournir le cliché radiographique elle est ordinairement suffisante pour la plupart des recherches courantes : elle doit toujours précéder la radiographie lorsque celleci devient nécessairc. REVUE DES TRAVAUX Radioactivité Conductibilité de l air dans les lieux habités. Dufour (Phys. Zr;itsclc., 15 arril 1000). Revenant sur cette question qui semblait résolue par les expériences d Elster et, Geitel, M. Dufour, en employant l appareil d Ebert et aussi celui d Elster et Geitel, montre que dans une salle de cours la présence d un auditoire augmente la conductibilité de l air. L accroissement varie du cinquième au sextuple. L. B. Gisements et sources radioactives espagnoles. Munoz del Castillo (Bulletin de la Société d Hisloii,e Naturelle de Madrid, février 1906). L auteur Fig. 1. et sources radioactives espagnoles. Les points noirs indiquent les sources radioactives ; les taches les gisements minéraux radioactifs. s est proposé de dresser la carte des principaux centres radioactifs espagnols. Il a étudié les minéraux, les terrains, les eaux et les gaz de l atmosplére. La partie principale de son travail porte surtout sur les sources et les minéraux radioactifs. des résultats actuellement acquis est représenté par la carte cijointe. L auteur croit ne pas encore devoir donner un caractère definitif à ces essais, car ses mesures présentent des irrégularités dont il se propose de rechercher les cause,. Parmi les gisements radioactifs, le plus important est celui de San Rafacl, au nord de Madrid. Le minerai est constitué par une roche dure recouverte d une couche de chaleolite cristallisée. Ces minéraux sont très répandus au nord de l Espagne; dans même région on a trouvé des traces d autunite et de wolframite. Sauf cette exception, le minéral domi nant est la chalcolite. Présence de l Argon et de l Hélium dans les eaux thermales de Gastein. P. Ewers (Plys. Zeitsch., 1er avril ) a analysé les gaz contenus dans un grand nombre d eaux thermales, et a partout mis en évidence la présence des «gaz nobles o argon et hélium, en assez grande quantité (1,55 pour 100). Mais il n a pas cherché n déterminer les proportions respectives de ces deux gaz. D après la théorie moderne de la transformation du radium et de ses dérivés, le fait qu on rencontre de l argon et de l hélium partout où se trouve l émanation du radium ne doit pas être considéré comme fortuit. Il semble, en effet que les produits de transformation dits «inactifs» du radium (radium B et D), émettent des particules qui sont identiques a l atome d argon ou à l un des matériaux dont cet atome est constitué. Il est très invrai semblable que l ar gon contenu dans les sour ces soit simplement emprunté à l air almosphérique. Une masse de 1650 centimètres cubes de gaz, recueillis avec toutes les précautions voulues à l une des sources de Gastein (Grabenbacckeer Quelle, a été soigneusement débarrassée d azote et d oxygène, puis soumise a la distillation fractionnée dans l air liquide. La plus grande partie du gaz s est condensée à 190 degrés sous la pressiun atmosphérique, le résidu se condensant à son tour par une compression d environ une demiatmosphère. L étude spectroscopique fit voir que cette dernière partie présentait d une façon très nette le spectre de l hélium, l autre ne fournissant que le spectre de l argon avec la raie jaune de l hélium faiblement visible. On peut conclure de là que dans les gaz nobles qu un peut extraire des eaux radioactives (1,33 pour 100 ainsi que l avait indiqué Moureu), il y a au moins 57 pour 100 d argon et au plus 5 pour 100 d hélium. Léon BLOCH.

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Protester sur le web chinois (1994-2011)

Protester sur le web chinois (1994-2011) Protester sur le web chinois (1994-2011) Séverine Arsène To cite this version: Séverine Arsène. Protester sur le web chinois (1994-2011). Le Temps des médias, 2012, pp.99-110. HAL Id: hal-00773738

Plus en détail

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pierre-Alexis Tchernoïvanoff To cite this version: Pierre-Alexis Tchernoïvanoff. Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas

Plus en détail

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge Marielle Calvez To cite this version: Marielle Calvez. La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge. Other [q-bio.ot]. 2013.

Plus en détail

Abaque graphique des lentilles

Abaque graphique des lentilles Abaque graphique des lentilles C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. Abaque graphique des lentilles. J. Phys. Theor. Appl., 1877, 6 (1), pp.282-285. .

Plus en détail

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Manuel Appert To cite this version: Manuel Appert. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une

Plus en détail

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Valérie Schwob To cite this version: Valérie Schwob. Savoir nager, une richesse culturelle

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830)

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830) Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens de Rouen et de Seine-Inférieure (1815-1830) Camille Istin To cite this version: Camille Istin. Contribution à l

Plus en détail

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance?

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Madeleine Akrich, Maire Leane, Celia Roberts To cite this version: Madeleine Akrich, Maire Leane,

Plus en détail

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627 La réception des discours de développement durable et d actions de responsabilité sociale des entreprises dans les pays du Sud : le cas d un don d ordinateurs au Sénégal dans le cadre d un projet tripartite

Plus en détail

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie Stéphane Vial To cite this version: Stéphane Vial. La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie. Philosophy.

Plus en détail

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aude Le Borgne To cite this version: Aude Le Borgne. Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse

Plus en détail

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263 Scanner double énergie et réduction de la dose d iode lors de l exploration des axes aorto-ilio-femoraux avant remplacement valvulaire aortique par voie percutanée Benjamin Dubourg To cite this version:

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Céline Bécourt To cite this version: Céline Bécourt. Étude rétrospective

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Sur les franges des caustiques et les arcs surnuméraires de l arc-en-ciel

Sur les franges des caustiques et les arcs surnuméraires de l arc-en-ciel Sur les franges des caustiques et les arcs surnuméraires de l arc-en-ciel J. Macé De Lépinay To cite this version: J. Macé De Lépinay. Sur les franges des caustiques et les arcs surnuméraires de l arc-en-ciel.

Plus en détail

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422 La Thaïlande, pays aux deux visages : Approches sémiologiques d une identité culturelle ambiguë à travers le miroir de la presse et autres discours publics Sorthong Banjongsawat To cite this version: Sorthong

Plus en détail

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Isabel Colón de Carvajal To cite this version: Isabel Colón de Carvajal. Choix méthodologiques pour une analyse de conversation

Plus en détail

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Ihsane Tou To cite this version: Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication

Plus en détail

Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la

Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la Rôle du complexe protéique NPHP1/NPHP4/RPGRIP1L impliqué dans la néphronophtise et les ciliopathies associées, dans la morphogenèse épithéliale, la polarité cellulaire et la ciliogenèse Helori-Mael Gaudé

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Ahmed Boucherit To cite this version: Ahmed Boucherit. Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques

Plus en détail

To cite this version: HAL Id: dumas-00846453 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00846453

To cite this version: HAL Id: dumas-00846453 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00846453 Proposition d aide au sevrage tabagique en péri-opératoire chez des patients vasculaires au CHU de Rouen : évaluation de la satisfaction des patients et de l impact à distance de l hospitalisation Bérengère

Plus en détail

La lentille à foyer variable du Dr Cusco

La lentille à foyer variable du Dr Cusco La lentille à foyer variable du Dr Cusco C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. La lentille à foyer variable du Dr Cusco. J. Phys. Theor. Appl., 1881, 10 (1), pp.76-79. .

Plus en détail

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive Guy Verschave To cite this version: Guy Verschave. La socialisation par les sports

Plus en détail

Définition des couleurs complémentaires

Définition des couleurs complémentaires Définition des couleurs complémentaires A. Rosenstiehl To cite this version: A. Rosenstiehl. Définition des couleurs complémentaires. J. Phys. Theor. Appl., 1883, 2 (1), pp.120-123. .

Plus en détail

Étude d un analyseur-ellipsométre hertzien, à un seul détecteur utilisant une transition turnstile

Étude d un analyseur-ellipsométre hertzien, à un seul détecteur utilisant une transition turnstile Étude d un analyseur-ellipsométre hertzien, à un seul détecteur utilisant une transition turnstile R. Sardos To cite this version: R. Sardos. Étude d un analyseur-ellipsométre hertzien, à un seul détecteur

Plus en détail

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires C. Rigollet To cite this version: C. Rigollet. Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires. J. Phys.

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Julien Drai To cite this version: Julien Drai. Traitement de l

Plus en détail

MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE

MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE B.-L. DUMONT To cite this version: B.-L. DUMONT. MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE. Annales de zootechnie,

Plus en détail

L. De Broglie. Sur le parallélisme entre la dynamique du point matériel et l optique géométrique.

L. De Broglie. Sur le parallélisme entre la dynamique du point matériel et l optique géométrique. Sur le parallélisme entre la dynamique du point matériel et l optique géométrique L. De Broglie To cite this version: L. De Broglie. Sur le parallélisme entre la dynamique du point matériel et l optique

Plus en détail

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin To cite this version: C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin. Articuler

Plus en détail

Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel

Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel N. Oumoff To cite this version: N. Oumoff. Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel. J. Phys. Theor. Appl., 1897, 6 (1), pp.281289. .

Plus en détail

Les observations météorologiques sur la tour Eiffel

Les observations météorologiques sur la tour Eiffel Les observations météorologiques sur la tour Eiffel Alfred Angot To cite this version: Alfred Angot. Les observations météorologiques sur la tour Eiffel. J. Phys. Theor. Appl., 1890, 9 (1), pp.169-177.

Plus en détail

Rochdi Sarraj. Interconnexion des réseaux logistiques : éléments de définition et potentiel.

Rochdi Sarraj. Interconnexion des réseaux logistiques : éléments de définition et potentiel. Interconnexion des réseaux logistiques : éléments de définition et potentiel Rochdi Sarraj To cite this version: Rochdi Sarraj. Interconnexion des réseaux logistiques : éléments de définition et potentiel.

Plus en détail

Étude des méthodes de mesure des pressions explosives. Comparaison crushers-quartz piézoélectrique

Étude des méthodes de mesure des pressions explosives. Comparaison crushers-quartz piézoélectrique Étude des méthodes de mesure des pressions explosives. Comparaison crushersquartz piézoélectrique A. Langevin To cite this version: A. Langevin. Étude des méthodes de mesure des pressions explosives. Comparaison

Plus en détail

Introduction à la synthèse de superviseur

Introduction à la synthèse de superviseur Introduction à la synthèse de superviseur Mathilde Machin, Jérémie Guiochet, David Powell, Hélène Waeselynck To cite this version: Mathilde Machin, Jérémie Guiochet, David Powell, Hélène Waeselynck. synthèse

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Données pratiques sur l ampoule Coolidge

Données pratiques sur l ampoule Coolidge Données pratiques sur l ampoule Coolidge Marcel Boll, Lucien Mallet To cite this version: Marcel Boll, Lucien Mallet. Données pratiques sur l ampoule Coolidge. J. Phys. Theor. Appl., 1916, 6 (1), pp.169-175.

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

Elaborer un curriculum de formation et en assurer la

Elaborer un curriculum de formation et en assurer la Elaborer un curriculum de formation et en assurer la qualité Marc Demeuse To cite this version: Marc Demeuse. Elaborer un curriculum de formation et en assurer la qualité. Florence Parent & Jean Jouquan.

Plus en détail

Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire

Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire Olivier Cottin, Emmanuel Tournebize To cite this version: Olivier Cottin, Emmanuel Tournebize. Atmosphères explosibles : ISM-ATEX,

Plus en détail

Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare

Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare Guillaume Carrouet To cite this version: Guillaume Carrouet. Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Un cadran solaire digital

Un cadran solaire digital Un cadran solaire digital Etienne Ghys To cite this version: Etienne Ghys. Un cadran solaire digital. Images des Mathématiques, CNRS, 2008, http://images.math.cnrs.fr/un-cadran-solaire-digital.html.

Plus en détail

Les politiques éducative d équipement du numérique à l école primaire. Entre vœux et contraintes.

Les politiques éducative d équipement du numérique à l école primaire. Entre vœux et contraintes. Les politiques éducative d équipement du numérique à l école primaire. Entre vœux et contraintes. Olivier Grugier To cite this version: Olivier Grugier. Les politiques éducative d équipement du numérique

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Focométrie Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique 2ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 2003-2004 But de l expérience Nous devions

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection

La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. La persistance des impressions sur

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Peindre une nature morte

Peindre une nature morte Peindre une nature morte Introduction Bonjour mon nom est Nathalie Mantha, je travaille pour le Musée des beaux-arts du Canada, aujourd hui nous allons nous pencher sur les techniques acryliques. Nous

Plus en détail

Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation

Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation A. Kastler To cite this version: A. Kastler. Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation. J. Phys. Radium, 1931,

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Les applications industrielles de la bio-informatique

Les applications industrielles de la bio-informatique Les applications industrielles de la bio-informatique Jean-Philippe Vert To cite this version: Jean-Philippe Vert. Les applications industrielles de la bio-informatique. Annales des Mines - Réalités industrielles,

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

Leçon N 11 Faire un Album de photo avec ALBELLI 2 ème partie

Leçon N 11 Faire un Album de photo avec ALBELLI 2 ème partie Leçon N 11 Faire un Album de photo avec ALBELLI 2 ème partie Vous allez créer avec cette leçon un album de photo avec le logiciel «Albelli livre photo». 2 La préparation Le travail le plus important pour

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts Cours I. Modélisation d un œil : 1. Schéma de l œil et vision : L œil est un récepteur de lumière sensible aux radiations lumineuses

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Claire Houlé. To cite this version: HAL Id: dumas-00845751 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00845751

Claire Houlé. To cite this version: HAL Id: dumas-00845751 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00845751 Suivi de la grossesse : critères de choix du professionnel par les patientes et place faite au médecin généraliste : enquête auprès de patientes de la région dieppoise Claire Houlé To cite this version:

Plus en détail

Les tourbières et leur rôle de stockage de carbone face aux changements climatiques

Les tourbières et leur rôle de stockage de carbone face aux changements climatiques Les tourbières et leur rôle de stockage de carbone face aux changements climatiques Fatima Laggoun-Défarge, Francis Muller To cite this version: Fatima Laggoun-Défarge, Francis Muller. Les tourbières et

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON

VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON P. Charlet, A. M. LEROY, P. CATTINVIDAL To cite this version: P. Charlet, A. M. LEROY, P. CATTINVIDAL. VARIATION

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques

Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques A. Cotton To cite this version: A. Cotton. Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques. J. Phys. Theor. Appl., 1900, 9 (1),

Plus en détail

Poursuite de grossesse alors qu une IMG était recevable. État des lieux en France

Poursuite de grossesse alors qu une IMG était recevable. État des lieux en France Poursuite de grossesse alors qu une IMG était recevable. État des lieux en France Amélie Madeuf To cite this version: Amélie Madeuf. Poursuite de grossesse alors qu une IMG était recevable. État des lieux

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Généralités sur les instruments d optiques : Classification : Les instruments d optiques sont de types différents

Plus en détail

Ch.I. L œil et la vision

Ch.I. L œil et la vision SAVOIR FAIRE SAVOIR Classes de 1 ère L et ES Thème 1 : Représentation visuelle Ch.I. L œil et la vision Grille d auto-évaluation des compétences Acquis En cours Non acquis S 1 : Connaître les conditions

Plus en détail

Conséquences du changement d horaire saisonnier chez le patient atteint de la maladie de Parkinson

Conséquences du changement d horaire saisonnier chez le patient atteint de la maladie de Parkinson Conséquences du changement d horaire saisonnier chez le patient atteint de la maladie de Parkinson Damien Fetter To cite this version: Damien Fetter. Conséquences du changement d horaire saisonnier chez

Plus en détail

obs.4 Un modèle pour l œil exercices

obs.4 Un modèle pour l œil exercices obs.4 Un modèle pour l œil eercices Savoir son cours Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de l

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Le ressenti du médecin généraliste au cours du suivi de

Le ressenti du médecin généraliste au cours du suivi de Le ressenti du médecin généraliste au cours du suivi de la grossesse : intérêts et difficultés Capucine Babinet-Boulnois To cite this version: Capucine Babinet-Boulnois. Le ressenti du médecin généraliste

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL eercices SAVOIR SON COURS ❶ Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de

Plus en détail

Quelle est l activité du médecin généraliste au cours de la grossesse et du post-partum? (à partir de l étude ECOGEN)

Quelle est l activité du médecin généraliste au cours de la grossesse et du post-partum? (à partir de l étude ECOGEN) Quelle est l activité du médecin généraliste au cours de la grossesse et du post-partum? (à partir de l étude ECOGEN) Céline Alexanian To cite this version: Céline Alexanian. Quelle est l activité du médecin

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE Le but d une expérience de laboratoire est souvent de vérifier un résultat théorique à l aide d un montage. Puisqu il est impossible (sinon très rare)

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection

Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection Erwan Bigot To cite this version: Erwan Bigot. Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection. Mécanique

Plus en détail

Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène?

Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène? Chapitre 2 : LA COULEUR DES CORPS Les couleurs embellissent notre environnement. La couleur d un objet change avec la lumière utilisée pour l éclairer. Comment expliquer ce phénomène? 1-) La lumière blanche.

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf.

La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf. La focométrie, pour les nuls! Première partie : théorie. par Charles Rydel, Société Astronomique de France. http://www.astrosurf.com/astroptics Banc optique Pellin (XIXe siècle). Ici pour mesures photométriques

Plus en détail

Technology and Alzheimer disease

Technology and Alzheimer disease Technology and Alzheimer disease Vincent Rialle To cite this version: Vincent Rialle. Technology and Alzheimer disease. Soins Gérontologie, Elsevier Masson, 2008, 74, pp.26-28. HAL Id:

Plus en détail

Les pathologies dermatologiques en médecine générale : difficultés et propositions des généralistes

Les pathologies dermatologiques en médecine générale : difficultés et propositions des généralistes Les pathologies dermatologiques en médecine générale : difficultés et propositions des généralistes Vanessa Bureaux To cite this version: Vanessa Bureaux. Les pathologies dermatologiques en médecine générale

Plus en détail

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune CHÂTEAUDUN Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou Projet d une deuxième gare ou d une gare commune 1 Ponts et Chaussées Département d Eure et Loir Arrondissement du Sud Chemin de Fer de Patay à Nogent-le-Rotrou

Plus en détail

Prise en charge des pathologies cutanées en médecine générale : le regard des dermatologues

Prise en charge des pathologies cutanées en médecine générale : le regard des dermatologues Prise en charge des pathologies cutanées en médecine générale : le regard des dermatologues Sophie Perdu-Laplace To cite this version: Sophie Perdu-Laplace. Prise en charge des pathologies cutanées en

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

L influence des caracteristiques des cheveux sur la densité finale d une greffe.

L influence des caracteristiques des cheveux sur la densité finale d une greffe. L influence des caracteristiques des cheveux sur la densité finale d une greffe. La chevelure est comme une forêt un grand espace vide, peuplé de cheveux épars. Pourtant, tout comme des arbres, les 100.000

Plus en détail

To cite this version: HAL Id: tel-00844758 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00844758

To cite this version: HAL Id: tel-00844758 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00844758 Mobiliser une analyse de l activité comme aide à la conception et à l évaluation d un Environnement Virtuel pour l Apprentissage Humain : un exemple en implantologie dentaire Jérémy Cormier To cite this

Plus en détail

Effets de la kétamine dans la douleur totale

Effets de la kétamine dans la douleur totale Effets de la kétamine dans la douleur totale Cécile Darras-Leclerc To cite this version: Cécile Darras-Leclerc. Effets de la kétamine dans la douleur totale. Médecine humaine et pathologie. 2013.

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail