LE TRAITEMENT JURIDIQUE DE L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE TRAITEMENT JURIDIQUE DE L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE"

Transcription

1 UNIVERSITE DE MONTPELLIER I CENTRE DU DROIT DE LA CONSOMMATION ET DU MARCHE UMR 5815 «DYNAMIQUES DU DROIT» MASTER II DROIT PRIVE ECONOMIQUE LE TRAITEMENT JURIDIQUE DE L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE Par : Cécilia Eber Directeur de recherche : Mademoiselle Alice Turinetti ANNEE UNIVERSITAIRE

2 «La faculté n entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans ce mémoire ; ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur» ` 2

3 REMERCIEMENTS Je tiens à adresser tous mes remerciements à : Mademoiselle Alice Turinetti, Doctorante à la Faculté de droit de Montpellier, qui par ses conseils et son suivi très attentif, m a réellement soutenu dans la rédaction de ce mémoire. Monsieur Daniel Mainguy, Professeur à la Faculté de droit de Montpellier et Monsieur Malo Depincé, Maître de conférence à la Faculté de droit de Montpellier pour m avoir permis de suivre leurs enseignements de qualité au cours de l année de Master 2 Droit Privé Economique. L ensemble de l équipe pédagogique qui encadre le Master 2 pour leur présence et leur disponibilité. Sans oublier l ensemble de la promotion 2011/2012 du Master II Droit du marché. Enfin, toutes les personnes qui ont su m apporter leur aide et leur soutien. 3

4 SOMMAIRE INTRODUCTION... 6 PARTIE I : LES FONDEMENTS THEORIQUES DES ACTIONS JURIDIQUES CONTRE L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE TITRE 1 : L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE : L ATTEINTE A L USAGE DES PRODUITS Chapitre I : L obsolescence programmée : L identification des différentes formes de réduction de la durée d utilisation des produits Chapitre II : Les fondements découlant de l altération de l usage normal de la chose TITRE II : L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE : L'ATTEINTE AU CONSENTEMENT DU CONSOMMATEUR Chapitre I : L influence du comportement du vendeur sur le consentement : l inexécution de l obligation d information Chapitre II : Les fondements dérivés du défaut d information PARTIE II : LES OUTILS DU DROIT FRANÇAIS A LA SANCTION DE L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE TITRE I : L INSUFFISANCE DU DROIT FRANÇAIS FACE A L EVOLUTION DE LA SOCIETE Chapitre I : La mutation de la société de consommation Chapitre II : L insuffisance des recours en justice du droit français TITRE II : L ACTION DE GROUPE, UNE REPONSE APPROPRIEE AU PREJUDICE DECOULANT DE L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE Chapitre I : Les avantages de la class action, le modèle américain de l action de groupe Chapitre II : L action de groupe, un procédé ignoré du droit interne CONCLUSION GENERALE

5 LISTE DES ABBREVIATIONS Ass. plén. Cour de cassation Assemblée plénière Art. Article Bull. civ. Bulletin des arrêts de la Cour de cassation (Chambres civiles) Bull. civ. ass. plén. Bulletin des arrêts de la Cour de cassation (Assemblée plénière) Bull. crim. Bulletin des arrêts de la Cour de cassation (Chambre criminelle) CA Cour d'appel Cass. req. Cour de cassation Chambre des requêtes CDE Cahier de droit de l entreprise Civ. Cour de cassation Chambre civile CJCE Cour de justice des Communautés européennes Com Cour de cassation Chambre commerciale Conc. consom Revue de la concurrence et de la consommation Cons. const Conseil constitutionnel Cont. Conc. Cons. Contrat, concurrence et consommation crim. Cour de cassation Chambre criminelle D. Recueil Dalloz Dr. et. Pat Revue Lamy Droit et Patrimoine Ed Edition Fasc Fascicule Gaz. Pal. Gazette du Palais J.-Cl. Juris-Classeur JO Journal officiel JOCE Journal officiel des Communautés européennes JOUE Journal officiel de l Union européenne JPC E La semaine juridique édition entreprise et affaires JCP G La semaine juridique édition générale LPA Les petites affiches Rep. Civ Répertoire de droit civil Rep. Dt. Com Répertoire de droit commercial RDBF Revue de droit bancaire et financier RDC Revue des contrats RLC Revue Lamy de la concurrence RTD civ. Revue trimestrielle de droit civil RID Comp Revue internationale de droit comparé TGI Tribunal de grande instance 5

6 INTRODUCTION «Nous sommes tous, par définition, des consommateurs. Ils constituent le groupe économique le plus important, influant et étant influencé par presque toutes les décisions économiques publiques et privées. Ils sont le groupe le plus important... mais leur voix n est souvent pas entendue». J.F KENNEDY, discours au Congrès du 15 mars L obsolescence programmée renvoie à l idée que des opérateurs économiques mettent sur le marché des biens à la durée de vie volontairement réduite dès leur conception afin que les consommateurs soient incités à procéder à leur remplacement. Plusieurs formes d obsolescence programmée peuvent être recensées, de l obsolescence par péremption qui concerne les produits indiquant une date au delà de laquelle ils sont annoncés comme périmés, à l obsolescence par incompatibilité qui met en exergue l inutilité d un produit en raison de son incompatibilités avec les versions postérieurs. Cependant, deux formes d obsolescence sont d avantage répandues et ce dans divers domaines. Il s agit de l obsolescence psychologique qui entraine le consommateur à s emparer du dernier produit sorti au détriment de la précédente version encore viable. L obsolescence technique quant à elle met en exergue un comportement positif de l homme, du fabricant, lors de la fabrication du produit afin que celui-ci ait une durée de vie limitée, et donc d avantage réduite par rapport à une autre confection de qualité supérieure. C est ce comportement actif au sein de la confection des produits qui est susceptible d intéresser le droit, c est donc cette dernière forme d obsolescence qui fera l objet de notre étude. 2.- Historique de l obsolescence programmée- Cette stratégie commerciale a émergé en même temps que la production en série et la société de consommation. La question des produits fabriqués pour durer moins longtemps a commencé avec la révolution industrielle. Les nouvelles machines produisaient des marchandises beaucoup moins chères ce qui était favorable aux consommateurs, mais il y avait un 6

7 excès de production. Avec cette production en série, la baisse des prix et le caractère abordable de nombreux produits, les industriels se sont posé la question suivante, à l origine de l obsolescence programmée : Que se passerait-il lorsque le consommateur aura satisfait ses besoins? 3.- La première illustration de l obsolescence programmée réside dans l affaire du cartel de Phoebus, au sein duquel les fabricants s attachaient à réduire la durée de vie de leurs ampoules électriques en de ça de 1000 heures. Il convient de rappeler que les premières ampoules de Thomas Edison commercialisées en 1881 avaient une durée de vie de heures. En 1924, quand le cartel fut fondé, les fabricants annonçaient des durées de vie de heures. C est dans les années 1940 que le cartel a atteint son but, alors que la durée standard d une ampoule est désormais fixée à 1000 heures, les participants de l entente augmentaient les prix des ampoules de façon considérable et surtout, sans craindre la moindre concurrence. 4.- Une autre illustration réside dans le milieu automobile. Henri Ford, voulait que le modèle T soit à la portée du consommateur moyen et l a donc produit en série de 1908 à 1927, sur un modèle de base fiable, et conçu pour durer. La stratégie du modèle unique a marché dans un premier temps, si bien qu au début des années 1920, la moitié des automobiles produites et vendues dans le monde étaient des Ford T. Ayant pour objectif de concurrencer Ford, General Motors a misé sur une stratégie nouvelle et au lieu de concevoir la nouvelle Chevrolet comme le modèle T, le président Alfred.P. Sloan lui a fait subir une transformation radicale basée sur l esthétique et a mis la nouvelle Chevrolet sur le marché à un prix légèrement inférieur à la Ford T. 5.- Ainsi, le pari de Monsieur Sloan était celui du design plutôt que celui de la mécanique. En créant le concept du modèle annuel avec différentes gammes couleurs, formes et tailles, Alfred. P. Sloan avait pour but d encourager le consommateur à changer de voiture tous les trois ans. Il est possible de faire un lien à ce titre avec la publicité lancée par Citroën sur la DS3 dans laquelle Alfred Hitchock vante les différentes versions esthétiques de cette dernière automobile. La stratégie de Monsieur Sloan a par ailleurs fonctionné car Ford a connu une chute des ventes, les 7

8 consommateurs trouvant le modèle T obsolète et démodé. En 1927, la Ford T était retirée du marché. 6.- Ainsi, les méthodes qui consistaient à offrir des objets destinés à satisfaire un besoin évident ne suffisaient plus. Il fallait inventer des techniques commerciales qui transformeraient la société en consommateurs obligatoires et ce sont les Trente Glorieuses qui ont marqué le passage à une consommation de masse, qui s'est traduite, notamment, par une augmentation des dépenses de 4,1 % par habitant chaque année Historique du droit de la consommation - C est de façon corrélative qu à la même époque, le droit de la consommation fait son émergence. Cette époque, correspondant à un développement économique sans précédent qui multiplie les biens et services proposés découle de l accroissement de la taille des entreprises, de la complexité des produits et de services, du développement du crédit, de la publicité et du marketing. 8.- Ainsi, le déséquilibre entre les partenaires économiques s accroit, les professionnels vont alors se trouver en position dominante par rapport aux consommateurs. De ce fait, la nécessité de protéger les consommateurs apparaît non seulement contre la déloyauté de certains professionnels mais également contre les abus de puissance économique qui ont bien sûr des répercussions sur les consommateurs. 9.- C est aux Etats-Unis que les dangers de la société de consommation ont en premier lieu été dénoncés et notamment par des philosophes comme Marcuse ou des économistes comme Vance Packard. Il paraît également inévitable de citer le Président américain Kennedy lors de son message sur l état de l Union qui déclara «Nous sommes tous des consommateurs». C est encore aux Etats-Unis que les consommateurs ont commencé à se rassembler pour défendre leurs intérêts et c est ainsi qu est apparu le consumérisme, expression à prendre dans le sens du mouvement consistant à lutter contre les dangers d une société de consommation de masse. 1 Etude de l INSEE : «Cinquante ans de consommation en France», 2009,spéc. p 14 disponible sur le site 8

9 10.- Quelques années plus tard, c est à l Europe occidentale de prendre conscience des dérives de cette nouvelle société sur les consommateurs. Particulièrement en France, c est dans les années 1970 et 1980 que le pays a assisté à l éclosion et la multiplication d organismes de défense et de règles protectrices. A l image des Etats-Unis où l avocat Ralph Nader fait voter des réformes au Congrès en s appuyant sur les médias et l opinion publique, le mouvement associatif français se transforme en groupe de pression. En 1976, les pouvoirs publics lui offrent un interlocuteur privilégié avec la nomination d un Secrétaire d Etat à la Consommation. Les années 1980 sont alors celles de la reconnaissance de la consommation comme fonction économique. En 1981, un véritable ministère à la consommation, toujours sous l égide du ministère de l Economie et Jacques Delors, alors ministre de l Economie déclara «La politique de la consommation est inséparable d une politique économique et sociale d ensemble». Ce mouvement a été consacré par l adoption du Code de la consommation en droit interne en Enjeux pratiques de l étude - La question de la protection du consommateur a d autant plus d intérêt dans la société d hyperconsommation actuelle dans laquelle nous sommes encouragés par les techniques de marketing toujours plus diverses et innovantes, à l image de l obsolescence programmée, dans lesquelles le consommateur semble se perdre Une des conséquences néfastes d une telle société de consommation réside dans le préjudice de masse subi par les consommateurs, illustré par la pratique de l obsolescence programmée et qui est manifeste, puisque les dommages se répètent à l identique pour tous les consommateurs placés dans la même situation et qu ils trouvent leur origine dans le même manquement du professionnel à ses obligations. L étude de l obsolescence programmée permettrait ainsi de réaliser un état des lieux sur la réparation de ces dommages. Ces préjudices semblent ne pas faire l objet d une indemnisation en conséquence car, bien que chaque consommateur lésé dispose d une action individuelle pour obtenir la réparation de son dommage, il est dissuadé d agir parce que le gain n en vaut pas les inconvénients ou que, seul, il ne parviendra pas à prouver la responsabilité de l entreprise. Toutefois, il paraît nécessaire de doter le 9

10 consommateur des moyens d actions lui permettant de lutter efficacement contre les excès d une économie de marché. Monsieur Zymut Bauman affirme à ce titre que «le marché dans son fonctionnement et dans son offre génère des problèmes collectifs auxquelles les consommateurs doivent faire face individuellement» Cela revient à envisager la question des actions ouvertes aux associations de consommation et des difficultés qui en découlent. En premier lieu, la défense de «l intérêt collectif» des consommateurs qui est assurée par les associations agréées empêche une véritable réparation individuelle. En effet, l intérêt collectif se caractérise comme étant à mi-chemin entre l intérêt général et l intérêt individuel des consommateurs 3. De ce fait, le préjudice subit et qui va être réparé par les dommages et intérêts susceptibles d être octroyés à l association ne correspond pas à l addition des préjudices individuels mais au préjudice subi par un ensemble abstrait de consommateurs non individuellement désignés Dans le contexte de crise politique et économique qui est celui de la France, la question de l introduction de l action de groupe est un sujet épineux. Cela permettrait de répondre à un besoin des consommateurs qui sont avant tout des citoyens, et de restaurer leur confiance dans les institutions politiques et acteurs du marché. A ce titre, Madame Stéphanie Brunengo-Basso considère que la réticence des pouvoirs politiques quant à l introduction de l action de groupe en France tient aux enjeux qu elle peut représenter en termes de démocratie économique et politique. 5 En effet, l action de groupe permet à un grand nombre de personnes de se regrouper pour faire valoir leurs demandes en justice face à un ou plusieurs défendeurs physiques ou personnes morales de droit privé ou de droit public. Elle élargit dès lors l accès au juge et donc la remise en cause de certains comportements, émanant le plus souvent des entreprises. Ainsi, l action de groupe favorise les moyens d action du consommateur et a fortiori du citoyen face aux opérateurs économiques et éventuellement aux pouvoirs publics. 2 Z. BAUMAN, La société assiégée, Hachette Littérature, 2007, spéc p J. FRANCK, Pour une véritable réparation du préjudice causé à l intérêt collectif des consommateurs, Mélanges Calais Auloy, Dalloz, p J. CALAIS-AULOY et F. STEINMETZ, Droit de la consommation, 7 ème Ed, Dalloz, 2008, spéc. p S. BRUNENGO-BASSO, L émergence de l action de groupe, processus de fertilisation croisée, PU Aix-Marseille, 2011, spéc. p. 1 10

11 15.- Cependant, le débat est susceptible d être relancé avec plus de rigueur avec les dernières déclarations de la Ministre de la Justice, Christiane Taubira, qui s est prononcée pour la création dans le droit français des «actions de groupe.»disant vouloir «aller vers plus de simplicité», la garde des Sceaux a «l'intention de permettre les actions de groupe : cette procédure autorise les actions en justice à plusieurs pour que la réparation de petits litiges soit effective». Ce projet à construire ne devrait pas être finalisé avant le printemps 2013, a précisé le porte-parole de la Chancellerie, Monsieur Pierre Rancé. Il vise à «créer une procédure simple et efficace pour les victimes de petits litiges, pour lesquels le préjudice est évident et qui ne nécessitent pas d'expertise, et pour lesquels la justice pourra prendre une décision rapide» Les effets de l obsolescence programmée sont à doubles facettes. En effet, l obsolescence programmée favorise l innovation que ce soit l obsolescence technique ou l obsolescence esthétique. Cet apport est d ailleurs à mettre en relation avec la croissance schumpetérienne qui, comme l explique Monsieur le professeur Claude Rochet «est basée sur l innovation par la technologie». Ce dernier ajoute que la technologie, «dans le processus de l évolution, c est donc la capacité d une société à accepter la connaissance nouvelle contre les technologies établies. (...), la capacité d une société à choisir la combinaison pertinente de facteurs de production» Ainsi, Schumpeter met en évidence le rôle déterminant de l innovation dans l essor et la pérennisation du système économique et rejoint à ce point Alfred North Whitehead, philosophe, mathématicien et logicien britannique lorsque celui-ci avance que «La plus grande invention du XIXème siècle fut l invention de la méthode de l invention» 7 Ainsi, adapter et planifier l innovation serait un modèle de croissance économique efficace. En effet, selon Monsieur le Professeur Jean-Luc Gaffard, «la prise en considération du phénomène de l innovation et des contraintes qui y sont associées conduit à justifier des imperfections ou des connexions du marché.» 8 6 C. ROCHET, L innovation, une affaire d Etat, Edition L Harmattant, Collection L esprit économique, A. N. WHITEHEAD, Scicence and the Modern World, Free Press, J.-L. GAFFARD, Innovation et concurrence, retour sur les fondements des politiques anti-trust, Conc. consom, Janv-Fév. 1995, p

12 19.- L intérêt de ce sujet réside particulièrement dans la problématique mettant en balance l innovation des entreprises et ses effets sur les consommateurs. En effet, il peut être établi un lien entre l innovation des entreprises et le principe de la liberté du commerce et de l industrie, principe général du droit à valeur constitutionnelle 9 et la liberté d entreprendre des entreprises dont la valeur constitutionnelle fut également reconnue 10. En effet, dans quelle mesure est-il possible d interdire aux entreprises de mettre des produits entachés d obsolescence programmée sur le marché sans que cela ne porte atteinte à la liberté du commerce et à leur droit de propriété? 20.- La réponse réside peut être dans le préjudice subi par le consommateur dont le traitement constitue l objet de cette étude L obsolescence programmée met en exergue également la problématique tenant à la et à la libre circulation des marchandises. En effet, sont concernées par cette pratique de nombreuses entreprises internationales. Cependant, cette pratique étant très complexe, ne seront étudiés uniquement les litiges relevant du droit interne L obsolescence programmée pose également une question d éthique. En effet, de nouvelles valeurs apparaissent au sein des ingénieurs qui, influencés par le marché, utilisent leur savoir pour concevoir des produits de plus en plus jetables dans le but de faire du profit et de pousser indirectement à la consommation au lieu de favoriser le progrès technologique. Les ingénieurs s emploient donc à limiter la durée de vie des produits en limitant la fonctionnalité des biens qu ils produisent. Cela s illustre à travers les exemples mentionnés précédemment que ce soit dans l hypothèse du bas en nylon dont le but est de le rendre plus fragile, ou encore limiter la durée de vie de la batterie de l iphone, limitant alors la durée d utilisation de ce dernier appareil. Cependant, en contexte de crise, les consommateurs aspirent à plus d éthique, en tous cas à une parfaite transparence, de la part des producteurs. 9 Cons. Const. déc. n DC du 16 janv. 1982, Loi de nationalisation 10 Ibid., 12

13 22.- En plus d une crise économique et politique, il est possible de noter le contexte de crise écologique résultant de la prise de conscience collective des conséquences du réchauffement climatique. En effet, depuis plusieurs années, des mouvements en faveur de la prise en compte des critères écologiques et citoyens dans l acte de consommation voient le jour et le consommateur dans son acte d acquisition est placé face à une nouvelle responsabilité citoyenne le conduisant à privilégier les critères qualitatifs sur les critères tarifaires dans la sélection du produit ou du servi. De ce fait, l étude du traitement juridique de l obsolescence programmée présente un intérêt évident au regard de l impact de cette pratique sur l écologie En effet, la production annuelle moyenne de déchets d équipements électriques et électroniques (DEEE) par français s'élève à 16 à 20 kgs 11. En France, seulement 18 % des déchets municipaux (déchets ménagers et déchets de la collectivité) étant recyclés, la majeure partie (près de 70 %) est incinérée ou mise en décharge 12 à savoir que ces deux modes de traitement engendrent la diffusion dans l'atmosphère et dans les sols, de polluants toxiques spécifiques à ce gisement de déchets La première directive relative aux DEEE 13 est entrée en vigueur en 2005 pour fixer des objectifs de collecte spécifiques à la filière et traduire le principe «pollueur payeur» par le prélèvement d'une écotaxe dédiée aux coûts de gestion de ces déchets. Il convient également de savoir que l'exportation de ce type de déchets est soumise aux dispositions d un amendement à la Convention de Bâle qui, depuis 1997, interdit l'exportation des déchets dangereux des pays membres de l'ocde vers les pays en voie de développement 14.Cependant, les entreprises détournent ladite Convention en déclarant ces déchets comme du matériel d occasion alors que seulement 20% du contenu de ces containers peut être réparé. Ainsi, les 80% de déchets électroniques restants finissent dans des décharges illégales qui se situent le plus souvent dans les 11 «L'obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage Le cas des produits électriques et électroniques», Rapport Septembre 2010, disponible sur le site 12 Chiffres d Eurostat pour Directive 2 002/96/CE du 27 janvier 2003, JOUE n L.37 du 13 février 2003 p Décision 97/640/CE du Conseil du 22 septembre 1997, JOCE n L 272 du 4 octobre

14 pays du tiers monde Enjeux théoriques de l étude - L effet néfaste le plus contraignant et qui fera l objet de notre étude reste le préjudice économique causé aux consommateurs. Dans le cadre de l obsolescence technique, le consommateur est d avantage contraint de remplacer ses produits devenus obsolètes car ce sont des biens qui deviennent de plus en plus indispensables que ce soit le téléphone portable ou un logiciel informatique. Ainsi, cette étude a donc un intérêt théorique évident qui est d identifier la pratique de l obsolescence programmée au regard du dommage qu il crée afin de proposer une réparation adéquate aux consommateurs victimes La Cour de cassation réaffirme constamment que le préjudice, pour être réparable, doit être personnel, direct et certain, peu important l'ordre dans lequel elle délivre ces trois caractères cumulatifs. 16 L obsolescence a pour conséquence de laisser entre les mains du consommateur un produit qui est devenu hors d utilisation. Bien sûr, il paraît logique que chaque produit devienne un jour inutilisable, rien n est éternel et en particulier les biens de consommation utilisés de façon quotidienne. Cependant, ce qui est reproché aux auteurs de l obsolescence programmée c est d anticiper volontairement ce caractère inutilisable. Cette anticipation va donc obliger le consommateur soit à tenter des réparations qui ont auront un coût financier non négligeables en fonction du produit concerné, soit à remplacer le bien obsolète et donc procéder à une nouvel investissement. De ce fait, sans l obsolescence programmée, le consommateur n aurait à réaliser des nouvelles acquisitions qui ont un coût financier, ou du moins, de façon moins fréquente Ainsi, le préjudice découlant de l obsolescence programmée est avéré et certain puisque les coûts mis en œuvre par le consommateur sont bien réels. Le préjudice est également directement tiré de la pratique de l obsolescence programmée puisque sans cette pratique, le consommateur n aurait pas à remplacer aussi fréquemment son bien. Enfin, la victime de l obsolescence programmée subit personnellement le dommage. 15 «L'obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage Le cas des produits électriques et électroniques», Rapport Septembre 2010, disponible sur le site 16 Cass. 1 ère civ., 7 nov. 2000, n

15 28.- De ce fait, il devient intéressant de se demander si les institutions du droit français permettraient-elles d appréhender l obsolescence programmée afin d assurer une réparation effective du dommage subi par le consommateur victime de cette pratique Il convient de préciser que cette analyse n a pas pour finalité de superposer à la pratique de l obsolescence programmée tous les fondements qu offre le droit interne mais de se concentrer sur ceux qui présentent le plus de chance d être soulevés par la victime de l obsolescence en fonction de la compatibilité de cette pratique aux conditions requises par le droit français. De plus, cette étude reste théorique et prospective car l obsolescence programmée n a jamais fait l objet en France d un recours en justice Afin de d étudier de quelle manière le droit interne répond à la pratique de l obsolescence programmée, il convient d analyser d une part les fondements des actions juridiques qui seraient intentées par les victimes de l obsolescence programmée (Partie I) et d autre part les outils du droit français permettant la mise en œuvre de ces actions (Partie II). 15

16 PARTIE I : LES FONDEMENTS THEORIQUES DES ACTIONS JURIDIQUES CONTRE L OBSOLESCENCE PROGRAMMEE 31.- L obsolescence programmée technique peut être appréhendée par le droit selon deux axes. En effet, de façon objective, il est possible de s attarder sur les conséquences matérielles de cette stratégie commerciale sur le produit en lui même. Sera donc pris en considération l atteinte provoquée par celle-ci sur l usage de la chose entachée d obsolescence programmée (Titre I). Cependant, lorsque le consommateur a fait l acquisition du bien entachée d obsolescence, celui-ci s est représenté le bien de façon erronée ne correspondant pas à la réalité et ainsi, son consentement a donc été atteint (Titre II). Titre 1 : L obsolescence programmée : L atteinte à l usage des produits 32.- L obsolescence programmée est une stratégie commerciale qui recouvre plusieurs formes, cependant, quelle que soit la technique utilisée par les entreprises à l origine d une telle stratégie, l obsolescence programmée a pour finalité de réduire la durée de vie des produits mis sur le marché (Chapitre I). C est cette réduction de la durée d utilisation des produits pourrait être perçue comme une altération de l usage de la chose (Chapitre II). Chapitre I : L obsolescence programmée : l identification des différentes formes de réduction de la durée d utilisation des produits 33.- L obsolescence programmée ou «L art du gaspillage» 17 selon l économiste américain Vance Packard, peut revêtir plusieurs formes, cependant, les obsolescences les plus problématiques et donc celles dont l analyse est la plus opportune sont d une 17 V. PACKARD, L art du gaspillage, Calmann-Levy

17 part l obsolescence psychologique au sein de laquelle, la désuétude du bien découle du phénomène de mode (Section I), et d autre part, l obsolescence technique qui met en exergue une stratégie commerciale ayant pour but de planifier la mort technique du produit (Section II). SECTION I : L OBSOLESCENCE PSYCHOLOGIQUE : LA MODE COMME FACTEUR DE LA DESUETUDE DU BIEN 34.- L obsolescence esthétique est caractérisée par l influence psychologique qu elle exerce sur le consommateur car celui-ci se verra soumis aux tendances actuelles, ce qui lui causera donc indirectement un préjudice (Paragraphe I). Cette forme d obsolescence extrêmement répandue trouve des illustrations pratiques dans des secteurs très variés (Paragraphe II). PARAGRAPHE I : L OBSOLESCENCE PSYCHOLOGIQUE : LA SOUMISSION DU CONSOMMATEUR AUX TENDANCES ACTUELLES 35.- La forme la plus répandue de l obsolescence programmée est l obsolescence esthétique ou psychologique. Celle-ci consiste pour une entreprise à provoquer le caractère dépassé, démodé, d un produit, que cela soit un vêtement, une voiture ou encore la décoration d un appartement sans que ces produits ne deviennent hors d utilisation et donc uniquement pour des raisons de mode. L obsolescence esthétique apparaît comme l illustration de la pensée de l écrivain Oscar Wilde lorsque celui-ci précisait que «La mode est une forme de laideur si intolérable qu il faut en changer tous les six mois» L obsolescence psychologique intervient avant même la désuétude technique ou la panne éventuelle du produit, c'est le fait pour le consommateur de se séparer d un bien lorsque celui-ci n'y est plus attaché ou que son attrait cesse de s'exercer. 17

18 37.- Selon le sociologue Colin Campbell, le trait dominant du consommateur de la deuxième moitié du XXe siècle est son insatiabilité, cette propension à vouloir à tout prix acquérir le dernier bien de consommation mis sur le marché. Ce dernier parle ainsi de «neophilia» (l'amour des nouvelles choses) et décrit trois types de «nouveaux» consommateurs : celui qui veut maintenir une image immaculée de lui-même, l'avantgardiste et enfin le fanatique de la mode C est ce dernier consommateur qui va être visé par l obsolescence esthétique qui renvoie à la conception de Clifford Brooks Stevens, designer et styliste industriel américain qui définit quant à lui l obsolescence programmée comme étant «la volonté de la part du consommateur de posséder un bien un peu plus neuf, un peu plus performant, un peu plus tôt que nécessaire». Le designer va ensuite préciser que «tout le monde sait bien que nous écourtons la durée de ce qui sort de nos usines, et que cette politique est la base même de notre économie. Nous fabriquons d excellents produits, nous incitons les clients à les acheter, et l année suivante, nous y introduisons délibérément un élément nouveau qui fera paraître ces articles vieillots, démodés et désuets, ce n est pas du gaspillage organisé, c est une saine contribution à l économie du pays» L aisance avec laquelle ce dernier décrit l obsolescence esthétique pourrait surprendre, cependant, elle est justifiée par l absence de contrainte exercée sur le consommateur. En effet, cette forme d obsolescence ne va pas être imposée aux consommateurs qui se verront d avantage séduits par celle-ci. Le fait que le consommateur ait le désir de posséder un produit toujours plus neuf a été assimilé de façon parfaite par la société Apple qui produit chaque année des versions nouvelles de ses produits. Il est alors possible de remettre en cause la véritable raison du succès d'apple qui ne tiendrait pas seulement au caractère révolutionnaire des nouveaux appareils électroniques que la société propose, mais plutôt à sa maîtrise du design et de la conception de produits. 18 Rapport septembre 2010 «L'obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage Le cas des produits électriques et électroniques», disponible sur le site 18

19 40.- Ce qui caractérise cette forme d obsolescence est le fait que celle-ci va s attacher à l aspect du produit, plutôt que de réaliser un réel changement au niveau de sa fonction ou de son mécanisme. George Nelson, un designer américain affirmait à ce propos que «Lorsqu aucune autre possibilité de changement n est réalisable, le seul moyen consiste à modifier l aspect extérieur. Dans une société comme la notre, où le changement est aussi impératif, l illusion doit pouvoir remplacer le réel». Le consommateur va ainsi être rattrapé par l illusion qui lui est propre et qui va l amener à penser qu il n est plus dans la tendance actuelle Cette forme d obsolescence trouve des illustrations dont la liste ne saurait être exhaustive, dans des secteurs variés. PARAGRAPHE II : UNE STRATEGIE COMMERCIALE AUX ILLUSTRATIONS VARIEES 42.- La première illustration de cette forme d obsolescence remonte aux années 1920 avec l affaire Ford décrite précédemment. Henri Ford, fondateur du constructeur automobile Ford, a subi les conséquences de la tragédie d un produit qui ne s use pas. La stratégie du modèle unique fut un succès, cependant le pari était du design plutôt que celui de la mécanique allait s avérer d avantage attractif. Le concept du modèle annuel avec différentes gammes de couleurs, de formes et de tailles était donc lancé, et avec lui, l obsolescence programmée Si cette forme d obsolescence a été initiée dans les années 1920, des illustrations contemporaines sont extrêmement nombreuses et ne peuvent être énumérées de façon exhaustive En effet, concernant le secteur de l automobile, de nombreuses entreprises ont adopté le concept de l obsolescence esthétique. Il est possible de prendre l exemple de la Mini Cooper, voiture de la marque MINI, appartenant au groupe allemand BMW depuis Cette voiture à l apparence variable est actuellement déclinée en quatre 19

20 carrosseries, berline, décapotable, countryman (4X4), et clubman (break). Le nombre de déclinaisons est indéfinissable en raison des différentes gammes de couleurs, de motifs arborant la carrosserie, les rétroviseurs et le toit. Cette stratégie a d ailleurs été suivie par le groupe PSA Peugeot Citroën et ses modèles Citroën DS 3 qui se déclinent de façon variable Si cette forme s est appliquée en premier lieu dans le secteur de l automobile, elle s illustre aujourd hui dans divers secteurs tels que l industrie de l électronique. Il convient ici de prendre l exemple du géant de l électronique grand public, Apple, qui tous les ans, améliore sa gamme. La différence entre l iphone 4 et l iphone 4S par exemple est minime et le propriétaire de l iphone 4 ne sera pas dans l obligation de posséder l iphone 4S, cependant, l obsolescence esthétique suscitera le désir d avoir le dernier produit sorti et d être à la pointe de la technologie Dans l impossibilité d illustrer cette forme d obsolescence programmée dans le milieu de la mode vestimentaire en raison de son ancrage manifeste dans ce dernier secteur, il convient de citer Earl Puckett, président d Allied Stores Corporation, une ancienne chaine américaine de grands magasins, qui en 1950 déclarait que «Le besoin utilitaire n est pas une base suffisante pour la prospérité d une industrie vestimentaire, nous devons accélérer le processus de changement». Cette citation résume bien la stratégie commerciale adoptée par les entreprises du secteur vestimentaire Si l obsolescence esthétique semble d avantage séduire que contraindre le consommateur, il en est autrement de l obsolescence technique dont les conséquences sur le consommateur vont être rédhibitoires car le bien va se trouver hors d utilisation. 20

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise

Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise Partie I Le management des processus, ses caractéristiques et son importance pour l entreprise 1 Pourquoi s intéresser au management des processus? Résumé Réaliser des prestations d excellente qualité,

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

------------------------------------------------

------------------------------------------------ A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL MARS 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Rappel des quatre critères pour obtenir la suspension de l exécution provisoire en appel (Droit de la famille 13485); L enfant

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-12175 Non publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Roger

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques Le commerce électronique et ses répercussions sur les boutiques Table des matières 2 Introduction 3 4 5 6 Le commerce en ligne gruge une partie des ventes au détail Le furetage en magasin est maintenant

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Actualité juridique publié le 06/04/2014, vu 642 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat L affaire SUN WATER France et le jugement du Tribunal

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 16/03/2014 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 13-10174 ECLI:FR:CCASS:2014:C300128 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI RELATIF A LA CONSOMMATION - (N ) AMENDEMENT N 1. présenté par. M. Marc Le Fur ---------- ARTICLE 5 AMENDEMENT N 1 Après l alinéa 75, ajouter l alinéa suivant : Il est inséré dans le code de la consommation un article L 121-20-3 ainsi rédigé : «1 Tout centre d appels d une entreprise enregistrée au registre

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel

CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel Article 1 Définitions / généralités a) Dans les conditions générales de l association VACO, on entendra par : - fournisseur de VACO : toute

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Fabrication et vente de produits 49 FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Règlements et normes de produits La Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation est entrée en vigueur en 2011. Cette

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 septembre 2010. PROPOSITION DE LOI visant à modifier les conditions

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 19 juin 2008 N 937 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 juin 2008. PROPOSITION

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

TECHNOLOGIES AVANCÉES

TECHNOLOGIES AVANCÉES Le correspondant à la protection des données à caractère personnel : un maillon important de la réforme DOCTRINE F4686 L Allemagne, nation pionnière avec la France en matière de protection de la vie privée,

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

L Essentiel des modalités de passation de la commande publique

L Essentiel des modalités de passation de la commande publique Alban Alexandre Coulibaly L Essentiel des modalités de passation de la commande publique Ou comment faire son marché Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich

LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations. Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich s.scritti resp civ grerca lione LA RESPONSABILITE LIÈE AUX ACTIVITES JURIDIQUES L obligation de conseil et les autres obligations Rapport italien par Vincenzo Zeno-Zencovich Professeur de droit comparé

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE PARIS Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL POUR : L Association Cercle de Réflexion et de Proposition d Action sur

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E Mai 2007 Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques Synthèse

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. N 1 / 11. du 6.1.2011. Numéro 2807 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six janvier deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada 2008-2009 Rapport ministériel sur le rendement L'honorable James Moore Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles Table

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

1 JO L 181 du 4 juillet 2001, pages 6 et seq.

1 JO L 181 du 4 juillet 2001, pages 6 et seq. POSITION COMMUNE DE L EUROSYSTEME CONCERNANT L UTILISATION DES CAISSES RECYCLANTES PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT AINSI QUE LES AUTRES ETABLISSEMENTS DE LA ZONE EURO PARTICIPANT A TITRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. N 33 / 11. du 19.5.2011. Numéro 2867 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail