LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES"

Transcription

1 LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES Yaboumba 2008 Dr Véronique V Mentré La pathologie nutritionnelle une part majeure de nos consultations (directement ou non) une vraie attente de la part des propriétaires que le vétérinaire v maîtrise l alimentation de leur animal et réponde r à leurs demandes lapins, cochons d inde d et chinchillas adultes sains 1

2 Dentition: Anatomie Dents à pousse continue et à racines ouvertes Rythme de pousse environ 2-2,52 2,5 mm/sem (incisives de lapin) Dentition conçue pour alimentation herbivore stricte +/- dure sur de nombreuses heures Mouvements de mastication latéraux chez le lapin, crâniaux niaux-caudaux chez le cochon d inded Malocclusion dentaire parfois génétique g mais le plus souvent NUTRITIONNELLE Digestion: Anatomie Estomac volumineux mais Cardia ne permettant pas de vomissement Pylore facilement comprimé Présence de poils normale en faible quantité Caecum très s volumineux Comportement de caecotrophie (taux élevé de vitamine B, K, Protéines et taux faible de fibres) Flore bactérienne principalement anaérobie 2

3 ALIMENTATION DU LAPIN FIBRES: LE POINT ESSENTIEL DE L Nécessaire à l usure des dents (grains de silice dans le foin, mastication longue et optimale) Indispensable à une bonne digestion Fonctionnement optimal de l estomac l et du caecum Stimulation de la motricité caecocolique Limitation de la prise de poids ALIMENTATION DU LAPIN FIBRES: Foin de très s bonne qualité Granulés s très s riches en cellulose (> 18%), en quantité limitée Verdure riche en fibres 3

4 ALIMENTATION DU LAPIN Matières Grasses: Taux faible (MG < 5%) Matières Grasses de bonne qualité, équilibrées en AGE Glucides: Taux inverse de celui des fibres Taux trop élevé favorise : ralentissement du transit, obésit sité,, fermentations excessives,. Protéines: Taux < 15% Taux plus élevé pour lactation, gestation, concours ALIMENTATION DU LAPIN CALCIUM: Métabolisme très s particulier du lapin Absorption intestinale indépendante de la vitamine D Calcium intestinal provient de l usure l des dents et de l apport l alimentaire Absorption passive Excrétion rénaler 4

5 ALIMENTATION DU LAPIN Taux de calcium recommandé pour des adultes sains : 0,4-1% Taux de calcium < 0,6% lors de lithiase ou boue vésicalev Graines très s pauvres en calcium Luzerne, endives, pissenlit riche en calcium Trouver un bon équilibre : Foin pauvre en calcium (pas de luzerne) Granulés s limités s en calcium Verdure variée e dont une part est riche en calcium Aucun intérêt t des blocs minéraux ALIMENTATION DU LAPIN VITAMINES: Vitamine A : apportée e par l alimentation l (carottes..) Vitamine B : issues de la digestion caecale donc liées à la caecotrophie Vitamine E : essentielle pour les fonctions reproductrices, pas de norme 5

6 ALIMENTATION DU COCHON D INDE FIBRES: Herbivore Strict!! Digère encore mieux la cellulose que la lpin FOIN!!!! Extrudés s > 15% cellulose en quantité limitée Verdure riche en fibres PROTEINES: Extrudés s entre 14 et 18%, peu de connaissances ALIMENTATION DU COCHON D INDE VITAMINE C: Déficitaire en enzyme donc dépend d de l alimentation pour son apport en vitamine C Besoins exacts sujets à controverse mg/kg/j en entretien, 60 mg/kg/j en croissance, maladie, gestation Surdosages?? 6

7 ALIMENTATION DU COCHON D INDE VITAMINE C: Importance de son mode d administrationd Faible stabilité dans l eau l (quelques heures) Faible stabilité dans les extrudés s (dégradation très s rapide après ouverture) Donner directement sous forme liquide dans la bouche tous les jours Donner des extrudés s contenant une forme stabilisée e de vitamine C Donner sous la forme de cachets stabilisés s tous les jours en friandise Donner de la verdure riche en vitamine C (persil, poivrons, ) ALIMENTATION DU COCHON D INDE CALCIUM: Pas de normes Pas de connaissance réelle r du métabolismem tabolisme Lien entre calcium alimentaire et lithiase? Carence en calcium (alimentation riche en graines) : conséquences identiques au lapin Foin pauvre en calcium (pas de luzerne), extrudés < 1% et verdure variée 7

8 ALIMENTATION DU CHINCHILLA BESOINS TRES PEU CONNUS! Herbivore strict, alimentation d origine d pauvre et ligneuse FIBRES: Foin de très s bonne qualité Quantité très élevée e de cellulose dans les extrudés (> 15% voire 20%) ALIMENTATION DU CHINCHILLA PROTEINES, MG, GLUCIDES: Protéines 16-20% MG 2-5% 2 Excès s de glucides responsable de dysmicrobismes, fermentation caecale, ralentissement de transit VERDURE: Chinchilla semble sensible aux excès s de verdure fraîche : à donner avec parcimonie 8

9 LES TROUBLES LIES A TROUBLES DENTAIRES: Trouble de l usure l dentaire: Concerne la grande majorité des malocclusions molaires dans les 3 espèces Diagnostic parfois tardif Signes d alerte d (ptyalisme, grincements de dents, dacryocystite, jetage nasal, palpation de pointes mandibulaires, dysorexie.) Examen clinique et buccal attentif (palpation des mandibules, examen à l otoscope et/ou sous anesthésie, sie, radios ) LES TROUBLES LIES A Trouble de l usure l dentaire: Lié à un manque de mastication d éd éléments durs: manque de foin, foin de mauvaise qualité,, excès s de granulés, pain Pousse dans la bouche (pointes et pontage) Pousse des racines (perforation de la mandibule, dacryocystite, abcès rétro-orbitaire ) Carence en calcium: Surtout pendant la croissance Fragilité dentaire (fractures ) Mauvais ancrage dentaire dans les alvéoles (favorise les abcès dentaire et la malocclusion des molaires) 9

10 TROUBLES DENTAIRES TROUBLES DENTAIRES 10

11 LES TROUBLES LIES A TROUBLES DENTAIRES: Pendant la croissance : alimentation à base de foin riche en calcium (luzerne) Adulte : alimentation à base de foin de bonne qualité,, granulés s en quantité limitée, pas de pain LES TROUBLES LIES A ENTEROTOXEMIE: Multifactorielles (stress, iatrogène, prédisposition génétique ) Manque de fibres diminution de la motricité digestive augmentation du temps de digestion favorise les proliférations rations bactériennes Excès s de glucides Favorise les proliférations rations bactériennes 11

12 LES TROUBLES LIES A TRICHOBEZOARDS: Présence de poils normale dans l estomacl En général g secondaire à la déshydratation d du bol alimentaire Conséquence d une d hypomotilité gastrique et d un d manque de fibres dans l alimentationl Favoriser les aliments riches en fibres Utilisation de la broméline et la papaïne? TRICHOBEZOARDS 12

13 LES TROUBLES LIES A LE SYNDROME DES «SELLES MOLLES» Grief fréquent en consultation Région anale souillée, dermite voire myiase Trouble général g de la motricité digestive Rectification de l alimentation l : diminution des glucides et augmentation des fibres Réintroduction progressive de la verdure LES TROUBLES LIES A LITHIASE RENALE ET VESICALE: Au sens large, relativement fréquent chez lapin et cochon d inded Lapin : calculs rénaux r ou vésicaux, v boue vésicalev Cochon d inde d : calculs vésicaux v ou urétraux Calculs à base de calcium en majorité Métabolismes différents : rôle r variable de l alimentation l (lapin > cochon d inde) d Importance de la diurèse 13

14 LITHIASE OBESITE: LES TROUBLES LIES A TRES FREQUENTE!! Chez le chinchilla au contraire souvent maigreur Excès s de glucides dans l aliment l et pauvreté en fibres, manque d exerciced 14

15 OBESITE : Conséquences Diminution de la motricité digestive et ses complications Limite le toilettage naturel Dermite périanale par apparition de plis et manque de toilettage Pododermatites LES TROUBLES LIES A TROUBLES DE L APPORT L VITAMINIQUE Chez le lapin: Carence en vitamine A : infertilité,, mortinatalité, Excès s de vitamine A : hydrocéphalie, troubles osseux Carence en vitamine B : rare mais liées à la caecotrophie Carence en vitamine E : troubles de la reproduction Excès s de vitamine D : calcifications dystrophiques (dès s 2000 UI/kg) surtout si associés à des excès s de calcium 15

16 TROUBLES DE L APPORT L VITAMINIQUE Chez le cochon d inded Carence en vitamine C : FREQUENTE!! Syndrome type scorbut (ankylose articulaire surtout des genoux, douleurs musculaires, déchaussement des dents ) Carence en vitamine B (idem lapin) Chez le chinchilla Carence en vitamine B : troubles neurologiques CONCLUSION ALIMENTATION DU LAPIN Foin de très s bonne qualité à volonté vert et odorant pas compressé ni poussiéreux longs brins, sans luzerne renouvellement régulier r mais éviter le tri Granulés s très s riches en cellulose (> 18%), pauvres en calcium (0,4-1%), en quantité limitée e (40g/kg environ) Verdure riche en fibres introduite progressivement (fanes de carottes, fanes de radis, endives, herbes aromatiques ) BANNIR : mélange m de graines, pain, barres de céréales, c «friandises de table», 16

17 CONCLUSION ALIMENTATION DU COCHON D INDED Foin de très s bonne qualité à volonté vert et odorant pas compressé ni poussiéreux longs brins, sans luzerne renouvellement régulier r mais éviter le tri Granulés s très s riches en cellulose (> 15%), pauvres en calcium (0,4-1%), en quantité limitée e (30g/kg environ) Verdure riche en fibres et en vitamine C introduite progressivement (fanes de carottes, fanes de radis, endives, herbes aromatiques, poivrons ) Complémentation mentation en vitamine C BANNIR : mélange m de graines, pain, barres de céréales, c «friandises de table», CONCLUSION ALIMENTATION DU CHINCHILLA Foin de très s bonne qualité à volonté vert et odorant pas compressé ni poussiéreux longs brins renouvellement régulier r mais éviter le tri Granulés s très s riches en cellulose (> 15% voire > 20%), en quantité limitée e (20g/kg environ) Verdure riche en fibres introduite progressivement, en quantité limitée e (fanes de carottes, fanes de radis, endives, herbes aromatiques ) BANNIR : mélange m de graines, pain, barres de céréales, c «friandises de table»,, fruits secs 17

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE

ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE MERIAL ANGERS 2001 ALIMENTATION DU CHEVAL ATHLETE Philippe BENOIT Clinique Equine 78610 LES BREVIAIRES DU POULAIN AU CHEVAL ATHLETE Caractèristiques du cheval athlète. Sujets à des efforts variés. Court

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

NOTIONS D ALIMENTATION DES CARNIVORES DOMESTIQUES

NOTIONS D ALIMENTATION DES CARNIVORES DOMESTIQUES NOTIONS D ALIMENTATION DES CARNIVORES DOMESTIQUES Mehdi MIDOUN. Docteur Vétérinaire Caractéristiques d'un bon aliment dit de "maintenance " 2 objectifs principaux : 1-Maintenir le poids et la forme de

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

L ABCD de l alimentation des petits mammifères

L ABCD de l alimentation des petits mammifères L ABCD de l alimentation des petits mammifères Charly Pignon, DVM, Dip ECZM (Small Mammal) Chef du Service NAC d Alfort Ecole Nationale Vétérinaire d Alfort 7 Avenue du Général de Gaulle 94700 Maisons-Alfort

Plus en détail

BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX. Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec

BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX. Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec BESOINS NUTRITIONNELS DES CHEVAUX Par: André Bourdages, agr. PAS Support technique en nutrition équine ADM Alliance Nutrition St-Hyacinthe, Québec NRC Cheval 2007 BESOINS NUTRITIFS BESOINS D ENTRETIEN

Plus en détail

A L I M E N T A T I O N

A L I M E N T A T I O N www.pep.chambagri.fr Dossier : Raisonner l alimentation des chèvres laitières, les principes de base L M E O Favoriser au maximum l ingestion des fourrages grossiers 1- La part des fourrages doit représenter

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Le système digestif Nom: Prénom: Groupe: Date: Classification des nutriments: 1) Protéines (protéïdes ou protides) 2) Glucides : Sucres 3) Lipides

Plus en détail

www.effinov-sport.fr Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé.

www.effinov-sport.fr Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé. Optimisez naturellement vos performances grâce à la micronutrition sportive. Dans le respect de votre santé. Boissons énergétiques et de récupération garanties sans dopage. www.effinov-sport.fr Optimisez

Plus en détail

ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES

ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES ALIMENTATION DES PERSONNES AGEES Année universitaire 2008 Auteur : Dr. Nadia Charfi Sellami Coordinateur : Chef de section Professeur Mohamed ABID Spécialité : Thérapeutique Etablissement : Faculté de

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects pratiques (111c) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Atelier sur l alimentation

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé. Atelier sur l alimentation Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Atelier sur l alimentation Alimentation & Marathon Demi-journée scientifique 3 mars 2012 Genève marathon Anne-Catherine Morend Diététicienne dipl.

Plus en détail

Les glucides. d hydrogène qui ont certaines caractéristiques

Les glucides. d hydrogène qui ont certaines caractéristiques Les glucides levure ous le terme glucides, sont regroupées des molécules composées de carbone, d oxygène et d hydrogène qui ont certaines caractéristiques chimiques en commun. Les glucides appartiennent

Plus en détail

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Bruno Lesourd (Clermont-Ferrand) La nutrition = apports énergétiques Entrées énergétiques : alimentation GLP (Glucides, Lipides, Protides) + cofacteurs

Plus en détail

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Sémiologie digestive pédiatrique jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Troubles du transit intestinal Analyse du transit Selles de consistance normale Moulées Molles (sein, hydrolysats de protéines) Marron si

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié le 26 / 10/ 2007 Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge Développement des fonctions digestives Besoins du

Plus en détail

La digestion. Permettent transformation glucides _>mono saccharide. Permettent transformation Protéine -> En acide aminé

La digestion. Permettent transformation glucides _>mono saccharide. Permettent transformation Protéine -> En acide aminé La digestion Cours de Mme Forcellino, le 8 Septembre 2009 L objectif ultime de la digestion est de fournir de l énergie grâce à l ATP (molécule d'adénosine Tri-Phosphate) ATP : molécule organique qui stocke

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 55 SOMMAIRE Les fibres Mieux connaître les fibres Focus sur les rôles des fibres Les apports conseillés Les sources de fibres Le Complément Alimentaire à Base

Plus en détail

Des aliments. pour une peau. douce et ferme, nette et lisse

Des aliments. pour une peau. douce et ferme, nette et lisse Des aliments pour une peau douce et ferme, nette et lisse Votre peau est le miroir de vos habitudes alimentaires. Plus votre alimentation sera saine, et riche en nutriments essentiels, plus votre peau

Plus en détail

Faut-il boire du lait?

Faut-il boire du lait? AVANTAGES ET INCONVENIENTS Faut-il boire du lait? Il n'existe toujours pas de consensus parmi les chercheurs sur les bienfaits du lait sur la santé. D'un côté, certains affirment que le lait contient des

Plus en détail

Les légumes dans l alimentation : leurs effets nutritionnels

Les légumes dans l alimentation : leurs effets nutritionnels Les légumes dans l alimentation : leurs effets nutritionnels ««Pendant une dizaine de jours seulement, nous ne mangerons que des légumes et ne boirons que de l eau. Tu verras à nos mines si nous nous portons

Plus en détail

10 bonnes raisons de boire de l Aloe Vera

10 bonnes raisons de boire de l Aloe Vera 10. Hygiène bucco-dentaire La prise quotidienne de Pulpe d Aloe Vera agit efficacement sur les bactéries responsables de la formation de la plaque dentaire et permet ainsi de préserver une meilleure hygiène

Plus en détail

Les Laxatifs Dr Florian Lemaitre AHU Service de Pharmacologie Pr Bellissant CHU Rennes Université Rennes 1

Les Laxatifs Dr Florian Lemaitre AHU Service de Pharmacologie Pr Bellissant CHU Rennes Université Rennes 1 Les Laxatifs Dr Florian Lemaitre AHU Service de Pharmacologie Pr Bellissant CHU Rennes Université Rennes 1 Définitions Constipation Symptôme recouvrant plusieurs manifestations d étiologies différentes

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale.

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. R16 = L OBESITE R16 = L OBESITE A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. Définition : Selon l OMS, l obésité se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive

Plus en détail

Le Nourrisson Vomisseur. Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre

Le Nourrisson Vomisseur. Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre Le Nourrisson Vomisseur Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre Orientation diagnostique l Vomissements régurgitations l Âge, Intervalle libre

Plus en détail

L alimentation : Comment bien se nourrir?

L alimentation : Comment bien se nourrir? Sciences Andrée Otte L alimentation : Comment bien se nourrir? Chaque jour, on a besoin de manger et de boire : l alimentation est indispensable à la vie. Une bonne alimentation est l une des clés essentielles

Plus en détail

Des produits thérapeutiques (bien que leur présence soit indispensable, le but des vitamines n est pas de soigner des maladies)

Des produits thérapeutiques (bien que leur présence soit indispensable, le but des vitamines n est pas de soigner des maladies) Que sont les vitamines? Les vitamines sont des molécules organiques, apportées par l alimentation, qui jouent un rôle essentiel dans notre physiologie. En effet, elles participent ou activent de nombreuses

Plus en détail

Nutrition & course d enduranced

Nutrition & course d enduranced Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Nutrition & course d enduranced la base et le spécifique Anne-Catherine Morend Diététicienne ticienne

Plus en détail

L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF

L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF Principes de la réalimentation Réintroduction progressive des aliments en tenant compte: des quantités de la qualité nutritionnelle

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

Module élevage des monogastrique S6 2016. Dr Sébastien Lefebvre Bases de nutrition et de diététique des carnivores domestiques

Module élevage des monogastrique S6 2016. Dr Sébastien Lefebvre Bases de nutrition et de diététique des carnivores domestiques Module élevage des monogastrique S6 2016 Dr Sébastien Lefebvre Bases de nutrition et de diététique des carnivores domestiques Plan Introduction I. Rappels de physiologie de la digestion a. Eléments de

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

FRIANDISES POUR POULES

FRIANDISES POUR POULES POUR POULES Assure l activité de vos poules! De nature, les poules passent entre 60 à 90 % de leur temps à chercher de la nourriture. Une poule élevée au sol y consacre à peu près la moitié de son temps.

Plus en détail

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch

ssentials DESIGNED DOG for your www.delimill.ch e ssentials DESIGNED DOG www.delimill.ch for your Le siège social de la société est basé à Luzern en Suisse. Les actionnaires fondateurs de la société ont de nombreuses années d éxpérience dans le domaine

Plus en détail

Alimentation pratique du lapin nain

Alimentation pratique du lapin nain Alimentation pratique du lapin nain Introduction Le lapin est un herbivore, il convient de respecter sa nature. De plus, son tube digestif est très fragile et toute perturbation de la nature des aliments

Plus en détail

SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08

SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08 SERVIROC LE CATALOGUE LIQUIDE NUTRITIF 1/15 LIQUIDE ES VITAMINE RENFORTS Liquide es vitamine pour la résistance, les fonctions musculaires et nerveuses. Améliore la résistance des animaux en période difficile.

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

Etude. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec la collaboration de Catherine Senez et Irène Benigni. 16/12/2011 Le Réseau-Lucioles 1

Etude. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec la collaboration de Catherine Senez et Irène Benigni. 16/12/2011 Le Réseau-Lucioles 1 Etude Sujet : Troubles de l oralité, de l alimentation et de la digestion et leurs conséquences pour les personnes atteintes d un handicap mental sévère. Enquête menée de décembre 2007 à avril 2008 avec

Plus en détail

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le nouveau végétarisme sort ses griffes!

VISIO. Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W. Le nouveau végétarisme sort ses griffes! VISIO Réalisé avec la collaboration de l APAQ-W Le nouveau végétarisme sort ses griffes! De plus en plus de personnes se laissent tenter par le végétarisme. En toile de fond, la conversion a parfois lieu

Plus en détail

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales Jean-Luc Darrigol Tous les moyens naturels pour vaincre La constipation Hygiène vitale o Aliments stimulant le transit o Plantes médicinales o Compléments alimentaires Le tube digestif : anatomie et physiologie

Plus en détail

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION

DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION DES ALIMENTS AUX NUTRIMENTS : LA DIGESTION INTRODUCTION : Nos organes consomment des nutriments qu ils prélèvent dans le sang au niveau des capillaires sanguins. D où proviennent les nutriments dont nos

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

Suppléments ou compléments alimentaires?

Suppléments ou compléments alimentaires? Suppléments ou compléments alimentaires? 1 Supplémenter c est ajouter «en plus» Complémenter c est ajouter «à la place de» Quel est l intérêt de complémenter ou de supplémenter? L équilibre alimentaire

Plus en détail

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES

LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES LA COMPLEMENTATION MINERALE ET VITAMINIQUE DES CHÈVRES LAITIÈRES Alimentation Avec des animaux de plus en plus performants et des rations alimentaires de moins en moins diversifiées, il importe de vérifier

Plus en détail

Premier élément du tube digestif

Premier élément du tube digestif Premier élément du tube digestif Mastication et insalivation (denture, muqueuses et ATM) - Formation du bol alimentaire - stimule la sécrétion de salive et de suc gastrique - prolonge le contact des aliments

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

SERVIROC LE CATALOGUE CROQUETTE CHIEN. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08

SERVIROC LE CATALOGUE CROQUETTE CHIEN. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08 SERVIROC LE CATALOGUE CROQUETTE CHIEN 1/8 CROQUETTE CHIEN SPORTIF Croquette chien sportif pour bien répondre aux chiens à activité soutenue. Equilibre aux besoins du chien de chasse ou sportif. Améliore

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Préserver la solidité osseuse tout au long DES OS SOLIDES? de la vie. Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org

Préserver la solidité osseuse tout au long DES OS SOLIDES? de la vie. Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org Préserver la solidité osseuse tout au long de la vie DES OS SOLIDES? Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org Qu est-ce que l ostéoporose? L ostéoporose apparaît lorsque les os deviennent fins et fragiles.

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Devoirs de préparation Module 10

Devoirs de préparation Module 10 Devoirs de préparation Module 10 Maladies liées à l alimentation Il existe différentes maladies liées à l alimentation. Certaines sont liées à une mauvaise alimentation, d autres sont congénitales et se

Plus en détail

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux.

L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. L a s a n t é p a r l e s o l L humain manque d oligo-éléments. L humain mange des animaux et des végétaux. Alimenter les cultures végétales avec GENOSOL, permet aux plantes d être plus riche en oligo-éléments.

Plus en détail

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois Dr Amina SAAD Pédiatre Agadir 2 Mai 2008 Introduction La nutrition du nouveau-né et du nourrisson à: - Suscité de nombreux travaux - Soulevé de

Plus en détail

Prévention et traitement diététique des fractures de fatigue chez les danseuses.

Prévention et traitement diététique des fractures de fatigue chez les danseuses. Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu Prévention et traitement diététique des fractures de fatigue chez les danseuses. Les fractures de

Plus en détail

5.L appareil digestif

5.L appareil digestif 5.L appareil digestif L alimentation de l organisme représente une triple nécessité : - la libération d énergie par les cellules ; - la construction de l organisme ; - le renouvellement de ses constituants,

Plus en détail

L anatomie comparative des habitudes alimentaires

L anatomie comparative des habitudes alimentaires L anatomie comparative des habitudes alimentaires Par Milton R. Mills, M.D. Les humains sont le plus souvent décrits comme omnivores. Cette classification est basée sur l observation que les humains mangent

Plus en détail

L APPAREIL DIGESTIF (suite)

L APPAREIL DIGESTIF (suite) BOYER Judith le 19.10.10 CHALOPIN Amélie Physio Karine MAHEO L APPAREIL DIGESTIF (suite) IV. L estomac (suite) 1. Motilité (suite) Les facteurs qui augmentent la force des contractions gastriques sont

Plus en détail

L ALIMENTATION. Le corps au travail

L ALIMENTATION. Le corps au travail L ALIMENTATION Sommaire 1. Apprendrs à connaitre ton corps 2. Equilibre ton alimentation pour répondre aux besoins de ton organisme 3. Joue la variété, jongle avec tous les aliments Apprends à connaitre

Plus en détail

Foire aux questions. www.nutreine.fr

Foire aux questions. www.nutreine.fr Foire aux questions PHILOBIO est un programme de complémentation alimentaire biologique à base de farine de lin, de sarrasin et de fenouil, de fibres solubles d agave et de polyphénols de raisin et de

Plus en détail

Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation

Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation Le GEM RCN. (Groupe d Etude des Marchés de Restauration Collective et de Nutrition)

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

La nutrition sportive: comment maximiser entrainement et performance

La nutrition sportive: comment maximiser entrainement et performance Jeux de l Acadie Jeux de la francophonie région Saint-John s, TNL La nutrition sportive: comment maximiser entrainement et performance Natasha McLaughlin, BSc. (Nutr.) Dt. P. Le 20 janvier 2011 ~AU MENU~

Plus en détail

TOUT CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR L'ALIMENTATION DU LAPIN DE COMPAGNIE

TOUT CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR L'ALIMENTATION DU LAPIN DE COMPAGNIE TOUT CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR L'ALIMENTATION DU LAPIN DE COMPAGNIE L'ALIMENTATION DU LAPIN DE COMPAGNIE Dr Marta Avanzi, Med. Vet., Membre de la SIVAE (Société vétérinaire italienne pour les animaux exotiques

Plus en détail

Les sous-produits... peut-on en tirer profit?

Les sous-produits... peut-on en tirer profit? JOHANNE CAMERON, agr. M.Sc. Responsable en vulgarisation au CEPOQ Ovin Québec, Octobre 2007 Les sous-produits... peut-on en tirer profit? Bonjour. J ai toujours aimé contrôler mon coût de production en

Plus en détail

NUTRITION DU SPORTIF. Ikram Ben Ayed 1, Abderraouf Ben Mansour 2 11/04/2014

NUTRITION DU SPORTIF. Ikram Ben Ayed 1, Abderraouf Ben Mansour 2 11/04/2014 NUTRITION DU SPORTIF Ikram Ben Ayed 1, Abderraouf Ben Mansour 2 11/04/2014 Bien faits d une Nutrition Optimale Alimentation Quantité Qualité Besoins Nutrition optimale Poids, Composition Corporelle Moins

Plus en détail

VRAI ou FAUX? De l eau, des eaux, quelles différences?

VRAI ou FAUX? De l eau, des eaux, quelles différences? VRAI ou? De l eau, des eaux, quelles différences? Sur les eaux minérales naturelles et les eaux de source Eau minérale naturelle, eau de source, eau de distribution Toutes les eaux apportent le nutriment

Plus en détail

NUTRITION et pratique sportive. Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse

NUTRITION et pratique sportive. Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse NUTRITION et pratique sportive Docteur L Holzapfel Centre Hospitalier 01012 - Bourg en Bresse L alimentation glucides lipides protides Vitamines, minéraux et eau Glucides Élément de base : glucose Glycogène

Plus en détail

L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS. Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame

L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS. Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame CONSTIPATION OU OCCLUSION Constipation: c est le passage de selles dures et rares, un effort est requis

Plus en détail

La digestion ou le devenir des aliments ingérés

La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion est la transformation par l organisme des aliments (eau, molécules organiques et minérales) en éléments plus petits, les nutriments, par un

Plus en détail

La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie

La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie La bouche : à ne pas négliger.tout au long de la vie Marie-Hélène Lacoste-Ferré Pôle Gériatrie CHU Purpan-Casselardit-Garonne TOULOUSE lacoste.mh@chu-toulouse.fr La bouche, tout au long de la vie. Bouche

Plus en détail

Lire les étiquettes d information nutritionnelle

Lire les étiquettes d information nutritionnelle Lire les étiquettes d information nutritionnelle Au Canada, on trouve des étiquettes d information nutritionnelle sur les emballages d aliments. Ces étiquettes aident les consommateurs à comparer les produits

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

Alimentation du cheval

Alimentation du cheval Alimentation du cheval Dr Daniel Saelens Ch de Mons 58 6150 Anderlues +32 (71) 540903 saelens@homeobel.com octobre 2007 INTRODUCTION Comme tous les animaux domestiques, le cheval dépend entièrement de

Plus en détail

Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne

Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne Une alimentation équilibrée, c est pas compliqué, même en horaires décalés GIT Bretagne 22/11/2012 1 Contexte de l intervention Pertes des repères alimentaires Nouveaux produits alimentaires, diversification

Plus en détail

Le mythe : on traite tout avec l endodontie. La réalité : certains cas dépassent notre domaine de compétence.

Le mythe : on traite tout avec l endodontie. La réalité : certains cas dépassent notre domaine de compétence. La sélection du cas en endodontie Le mythe : on traite tout avec l endodontie. La réalité : certains cas dépassent notre domaine de compétence. 1a 1b Dr David C. BENSOUSSAN n Chirurgien dentiste n CES

Plus en détail

Manger sainement pour réduire son risque de cancer.

Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Ligue suisse contre le cancer Association suisse pour l alimentation Une publication de la Ligue suisse contre le cancer et de l Association suisse pour

Plus en détail

L alimentation solide du porcelet sous la mère : chassons quelques idées reçues

L alimentation solide du porcelet sous la mère : chassons quelques idées reçues L alimentation solide du porcelet sous la mère : chassons quelques idées reçues C est un sujet de débat récurrent entre les stagiaires lors du cours d alimentation : tandis que certains soutiennent que

Plus en détail

L hygiène bucco-dentaire Comprendre pour mieux agir

L hygiène bucco-dentaire Comprendre pour mieux agir www.reperessante.mu Le guide qui préserve votre capital Bien-être N 7 L hygiène bucco-dentaire Comprendre pour mieux agir Revue gratuite EN PARTENARIAT AVEC LE MINISTÈRE de LA SANTé ET de LA QuALITé de

Plus en détail

Pathologies Pathologies de la Reproduction.

Pathologies Pathologies de la Reproduction. Pathologies de la Reproduction. Le but de cet article n est pas de donner un cours obstétrical mais d apporter quelques notions relatives à la reproduction chez la chienne. Règle à retenir. Oubliez le

Plus en détail

LA CONSTIPATION DE L ENFANT

LA CONSTIPATION DE L ENFANT LA CONSTIPATION DE L ENFANT Dr Nabil CHAOUI POURQUOI CETTE PRÉSENTATION La constipation est courante mais mal appréciée Elle n est pas toujours reconnue, Pas toujours bien gérée, Fait souvent l objet d

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

Comment manger mieux au quotidien?

Comment manger mieux au quotidien? Comment manger mieux au quotidien? Alimentation : généralités Une alimentation équilibrée comporte : - Eau : au moins 1,5 l/jour - Fruits et légumes : crus et cuits 5 portions/jour - Féculents : pain,

Plus en détail

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE 01 UNE PERIODE DE CHANGEMENTS Lorsque l on traverse une période de changement, il est parfois difficile de garder la maîtrise évènements. Ceci est particulièrement

Plus en détail

Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 1 Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 10 Les processus digestifs Ingestion : introduction de nourriture dans

Plus en détail

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS Si la prise alimentaire devient trop difficile il pourra être envisagée une nutrition artificielle en parallèle ou exclusive. Le but sera de diminuer la souffrance que peut impliquer l alimentation par

Plus en détail

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11.

Qui est considéré comme sportif? L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Une alimentation EQUILIBREE, au quotidien 20.11. Nutrition et Sport L alimentation du sportif amateur comment s y prendre? Qui est considéré comme sportif? Valérie Ducommun Diététicienne dipl. ES Diplôme universitaire Nutrition du Sportif A.F. Creff

Plus en détail

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion

Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE. Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Livret d information aux patients ayant une ostéoporose et traités par ACIDE ZOLÉDRONIQUE Acide zolédronique 5 mg solution pour perfusion Source : www.ansm.sante.fr V1 10/2013 1/6 Sommaire - Qu est-ce

Plus en détail

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés

Introduction. I. Les besoins alimentaires de la plante. II. Les besoins minéraux de la plante. Définition des termes utilisés Introduction I. Les besoins alimentaires de la plante Pour se nourrir les plantes supérieures ont, comme tout être vivant, besoin d'énergie et de matières. La plante supérieure a la propriété fondamentale

Plus en détail

CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF

CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF Pour fournir l énergie nécessaire au fonctionnement de toutes ces cellules, de tous ces tissus et des organes qui constituent ce complexe organisme vivant qu est notre corps,

Plus en détail

Sémiologie digestive. Dr ABED

Sémiologie digestive. Dr ABED Sémiologie digestive Dr ABED Troubles du transit Transit normal La durée normal : variable, durée moyenne 24 heures Nombre : Les selles normales sont émises 1 à 2 fois par jours Aspect : homogène et moulée

Plus en détail

La collation en maternelle / Encas dans les écoles

La collation en maternelle / Encas dans les écoles La collation en maternelle / Encas dans les écoles Historique, avis des experts et conséquences négatives de la collation Dr Hélène Thibault Groupe de travail «La collation en maternelle/encas dans les

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS Macronutriments :

GÉNÉRALITÉS Macronutriments : GÉNÉRALITÉS Macronutriments : Glucide : rôle énergétique Protide : constitution musculaire Lipide : rôle énergétique protection transport Micronutriments : Minéraux Oligoéléments Eau 70% du poids du corps

Plus en détail

La constipation chez les jeunes à mobilité réduite : prévention et traitement

La constipation chez les jeunes à mobilité réduite : prévention et traitement La constipation chez les jeunes à mobilité réduite : prévention et traitement Brochure explicative à l intention du jeune et de sa famille. Table à langer Porte automatique O C C U P É Cette brochure s

Plus en détail

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières

La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières La place des bicarbonates dans l alimentation des vaches laitières Stefan JURJANZ 19 juin 2014 1 Filière -lait de vaches Actualité : prix fluctuants subventions, abandon des quotas, ouverture des marchés

Plus en détail