N 1225 ASSEMBLÉE NATIONALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 1225 ASSEMBLÉE NATIONALE"

Transcription

1 N 1225 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 4 juillet RAPPORT D INFORMATION DÉPOSÉ en application de l article 146-3, alinéa 6, du Règlement PAR LE COMITÉ D ÉVALUATION ET DE CONTRÔLE DES POLITIQUES PUBLIQUES SUR l évaluation du soutien public aux exportations ET PRÉSENTÉ PAR MM. JEAN-CHRISTOPHE FROMANTIN ET PATRICE PRAT Députés.

2

3 3 SOMMAIRE Pages PROPOSITIONS DES RAPPORTEURS... 9 INTRODUCTION PREMIÈRE PARTIE : EN DÉPIT DE DISPOSITIFS DE SOUTIEN PUBLIC AUX EXPORTATIONS IMPORTANTS, LA FRANCE NE PARVIENT PAS À REGAGNER DES PARTS DE MARCHÉ À L INTERNATIONAL I. LA BALANCE COMMERCIALE S EST FORTEMENT DÉGRADÉE MAIS LA FRANCE DISPOSE D ATOUTS POUR REDRESSER LA SITUATION A. LA SITUATION S EST FORTEMENT DÉGRADÉE DEPUIS 2002 MAIS LA BALANCE COMMERCIALE MÉRITERAIT D ÊTRE ANALYSÉE DE FAÇON RENOUVELÉE Les performances françaises baissent continûment depuis les années a) La balance courante s est dégradée progressivement b) Le déficit apparu en 2002 s est accru jusqu à un record historique en c) La part du marché de la France dans le monde se réduit depuis dix ans La mesure actuelle du commerce extérieur ne reflète toutefois que partiellement les enjeux des échanges internationaux a) La balance commerciale française n inclut que les biens manufacturés ayant physiquement passé les frontières b) De nouveaux travaux de mesure du commerce international en valeur ajoutée. 22 c) La remise en cause du «made in» au profit du «made by» B. LA FRANCE DISPOSE DES ATOUTS NÉCESSAIRES POUR REDRESSER SON COMMERCE EXTERIEUR La dégradation de notre balance commerciale reflète celle de notre compétitivité a) Le cercle vicieux des problèmes de compétitivité «coût» et «hors coût» b) Des difficultés d accès au financement c) Les faiblesses de notre tissu industriel et exportateur... 28

4 4 2. La France ne manque toutefois pas d atouts pour redresser la situation a) Des secteurs exportateurs à haute valeur ajoutée b) Un réseau diplomatique étendu qui confère à la France une capacité d influence importante c) Une image positive et une influence culturelle forte La mondialisation offre de nouvelles opportunités et de nouveaux défis a) La puissance européenne en panne b) Des négociations internationales à suivre attentivement c) Des besoins nouveaux et croissants dans les pays émergents d) Le renchérissement du prix des matières premières importées e) De nouvelles technologies, source de productivité et de nouveaux marchés II. LA MOBILISATION RÉCENTE DES OUTILS DU SOUTIEN PUBLIC À L EXPORTATION N A PAS EU LES EFFETS ESCOMPTÉS A. UNE MOBILISATION IMPORTANTE DONT L EFFICACITÉ RESTE DIFFICILE À MESURER De nombreux dispositifs, un solde budgétaire positif mais peu transparent 43 a) L aboutissement de la consolidation d Ubifrance b) La difficile transposition budgétaire des dispositifs de garantie Une politique contra-cyclique qui augmente le risque pour les finances publiques a) La montée en puissance de l assurance-crédit b) La stabilisation des taux d intérêt c) Le déficit chronique de l assurance prospection Une évaluation de la performance qui ne permet pas de mesurer l effet de levier a) La brutale dégradation de l effet de levier de l assurance prospection b) La performance d Ubifrance : passer du quantitatif au qualitatif B. DES DISPOSITIFS QUI RÉPONDENT IMPARFAITEMENT AUX BESOINS DES ENTREPRISES Un jugement critique de la part des entreprises La nécessité d une adaptation permanente face à la concurrence internationale a) Une marge de manœuvre réduite par la réglementation communautaire b) Une prise de conscience collective difficile : l exemple du portage... 71

5 5 DEUXIÈME PARTIE : RÉNOVER LE DISPOSITIF DE SOUTIEN PUBLIC DES EXPORTATIONS EN PARTANT DES BESOINS DES ENTREPRISES I. RELANCER LA DIPLOMATIE ÉCONOMIQUE IMPOSE UN ENGAGEMENT RENOUVELÉ DE L ÉTAT RÉGALIEN A. MIEUX COORDONNER L INTERVENTION DE L ÉTAT B. LUTTER CONTRE LES OBSTACLES TARIFAIRES ET NON TARIFAIRES AU COMMERCE INTERNATIONAL La négociation multilatérale et bilatérale L influence des normes internationales L intervention quotidienne des services régaliens C. DÉFENDRE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET COMBATTRE LA CONTREFAÇON L action bilatérale L action de l Institut national de la propriété intellectuelle et de l Office européen des brevets D. OPTIMISER LA POLITIQUE D AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT Renforcer l aide liée Mieux utiliser l aide déliée II. LA DÉTECTION DU «POTENTIEL EXPORT» : PASSER DU QUANTITATIF AU QUALITATIF A. CONFIRMER LA PERTINENCE DU NIVEAU RÉGIONAL EN CLARIFIANT LA NATURE DES INTERVENTIONS DES DIFFÉRENTS ACTEURS Conforter les régions dans leur rôle de structuration du tissu industriel régional Clarifier le rôle et le fonctionnement de la Banque publique d investissement Promouvoir des modes d intervention plus efficients dans les régions Favoriser le développement et la professionnalisation des chambres de commerce et d industrie régionales B. MIEUX CIBLER LES AIDES À LA PROSPECTION Conforter le caractère assurantiel de l assurance prospection en réduisant son déficit récurrent Supprimer le crédit d impôt pour dépenses de prospection commerciale

6 6 III. L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES À L ÉTRANGER : ASSURER UN PILOTAGE STRATÉGIQUE A. CLARIFIER LA DOCTRINE D INTERVENTION DE L ÉTAT À L INTERNATIONAL Un service universel ou ciblé? a) Aujourd hui, un service universel auquel a essentiellement recours une clientèle opportuniste b) L absence de ciblage a un coût et n est pas sans risques c) Une solution : opérer une segmentation pragmatique Une tarification subventionnée attractive ou des tarifs progressifs, voire libres? a) Aujourd hui, une tarification contestée b) Faut-il distinguer le rôle subventionnel du rôle d accompagnant? Une couverture géographique large ou optimisée? a) Un débat sur le taux de couverture optimal b) Vers une couverture plus réactive c) Deux scénarios alternatifs Un service public ou une agence rentable? a) Ubifrance au milieu du gué b) Ubifrance a des moyens plus modestes que ses homologues européens B. COORDONNER ET PROFESSIONNALISER LES ACTEURS DE «L ÉQUIPE DE FRANCE DE L EXPORT» Conforter les progrès acquis par le programme France Export et la labellisation a) Conforter et recentrer le programme France Export b) La labellisation, procédure complémentaire du programme France Export Redéfinir le rôle des acteurs institutionnels a) Des organismes sectoriels potentiellement redondants b) Des conseillers du commerce extérieur de la France à valoriser davantage c) Des chambres de commerce et d industrie françaises à l étranger à encourager Recenser et soutenir le développement de l activité privée de soutien à l export C. DÉVELOPPER L HÉBERGEMENT ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES QUI SOUHAITENT S IMPLANTER À L INTERNATIONAL Renforcer le programme Volontariat international en entreprise a) Rendre le dispositif plus accessible pour les TPE et les PME b) Supprimer les obstacles au développement de ce statut à l étranger c) Limiter la redondance de financement des VIE

7 7 2. Offrir des solutions d hébergement aux entreprises à l étranger IV. LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL : RATIONALISER ET SIMPLIFIER L OFFRE A. REGROUPER LES COMPÉTENCES ET LES PRODUITS SOUS LA MARQUE BPIFRANCE EXPORT Harmoniser les produits Partager l information Unifier le réseau de distribution et intégrer la direction des garanties publiques de la Coface à la Banque publique d investissement B. SIMPLIFIER LES PROCÉDURES Alléger et normaliser les informations demandées aux entreprises Augmenter la réactivité et réduire les délais de réponse Adapter la réglementation relative à la part française aux objectifs de rétablissement du commerce extérieur C. MIEUX RÉPONDRE AUX BESOINS DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES EXPORTATRICES Faciliter la reprise des crédits à l exportation pour les entreprises les plus pénalisées Aligner l offre de financement public sur celle de nos concurrents EXAMEN PAR LE COMITÉ ANNEXE N 1 : PERSONNES ENTENDUES PAR LES RAPPORTEURS ANNEXE N 2 : COMPARAISONS INTERNATIONALES ANNEXE N 3 : DISPOSITIFS RÉGIONAUX DE SOUTIEN AUX EXPORTATIONS

8

9 9 PROPOSITIONS DES RAPPORTEURS I. RÉPONDRE À LA NOUVELLE DONNE DU COMMERCE INTERNATIONAL 1. Adapter nos outils à la mondialisation Proposition n 1 : Compléter les statistiques douanières relatives au commerce extérieur par un outil statistique reflétant la réalité de la mondialisation : adopter un mode d établissement de la balance commerciale française plus large, incluant les services ; instituer d autres indicateurs appuyés sur les travaux de l OCDE relatifs à la valeur ajoutée ou l intensité en emploi ; tirer les conséquences de la mise en œuvre du marché unique européen et de l intégration européenne, en distinguant, au sein de la balance des paiements, un solde zone euro d un solde hors zone euro. Proposition n 2 : Susciter l envie d exporter et donner l image d un pays industriel dynamique : lancer une grande campagne nationale en faveur d une mobilisation collective pour l export, en montrant les atouts de «l équipe de France de l export» et de la marque France ; améliorer la représentation française dans les grands salons internationaux, notamment la foire de Hanovre, en veillant à ce que le pavillon français soit attractif et dynamique ; développer une politique de grands évènements internationaux dans les domaines de la culture, du sport, des salons et des congrès internationaux ; organiser des salons internationaux en France, en particulier sur le secteur industriel et les filières d excellence françaises. Proposition n 3 : S inscrire dans un projet européen renouvelé, facteur de puissance et d économies : développer une plate-forme européenne interactive sur les obstacles tarifaires et non tarifaires au commerce, alimentée par les États-membres ; encourager la mutualisation des capacités d accueil, d hébergement et d information des entreprises hors UE ; favoriser les partenariats régionaux transfrontaliers au sein de l UE et plus généralement, promouvoir une solidarité européenne pour «chasser en meute».

10 10 Proposition n 4 : Accélérer la transition numérique : lancer une campagne d information et de formation sur le e-commerce, ainsi que sur les outils de marketing en ligne ; proposer des prêts bonifiés de la Banque publique d investissement en faveur de l accompagnement des entreprises vers le numérique (pour la présentation d une offre commerciale en ligne et l amélioration de la productivité). 2. Mieux évaluer l efficacité des dispositifs publics de soutien aux exportations Proposition n 5 : Renforcer l information du Parlement sur les garanties : publier les flux correspondant aux paramètres de gestion (primes, récupérations, indemnités et coûts de gestion Coface) de chacune des garanties gérées par Coface dans le rapport annuel de performance du programme «Appels en garantie de l État» ; prévoir la transmission du rapport sur les opérations effectuées pour le compte de l État par Coface et Natixis lors de l année N-1 avant le dépôt du projet de loi de finances de l année N+1. Proposition n 6 : Mesurer l effet de levier généré dans la durée par les prestations d Ubifrance sur les exportations à partir des données relatives aux courants d affaires. 3. Améliorer le portage des entreprises Proposition n 7 : Développer le portage des PME et des ETI dans le cadre des filières ou des pôles de compétitivité, en accordant une garantie Coface bonifiée (assurance-crédit, risque exportateur) aux grands groupes présentant un plan de portage. II. RENFORCER L ENGAGEMENT DE L ÉTAT RÉGALIEN 1. Mieux coordonner l intervention de l État Proposition n 8 : Définir une stratégie interministérielle de développement des entreprises à l international : pérenniser au niveau interministériel la stratégie nationale secteurs-pays et l actualiser tous les cinq ans ; décliner cette stratégie nationale en projets opérationnels pour les missions diplomatiques et pour les ambassadeurs ; organiser dans les postes, sous la présidence de l ambassadeur, une conférence de coordination régulière des acteurs locaux afin d évaluer la mise en œuvre de la stratégie export.

11 11 2. Lutter contre les obstacles tarifaires et non tarifaires Proposition n 9 : Renforcer l accessibilité des services régaliens : rassembler les services en ligne aux entreprises sur un seul et même site, ergonomique et facile à utiliser, permettant de signaler et de faire instruire les problèmes d accès aux marchés étrangers ; prévoir une déclinaison régionale de ces bases de données pour permettre l accès à une information détaillée sur des secteurs spécifiques et importants localement ; encourager la mise en place de dispositifs de veille stratégique assortis d alertes pour les entreprises exportatrices ; donner à la direction générale des douanes l objectif de sensibiliser les chefs d entreprises aux enjeux du dédouanement, du fret et de la logistique. 3. Défendre la propriété intellectuelle Proposition n 10 : Prévoir un programme ambitieux d accompagnement personnalisé des PME à l international dans le contrat d objectifs et de performance de l Institut national de la propriété intellectuelle. 4. Optimiser la politique d aide publique au développement Proposition n 11 : Renforcer l aide liée : défendre au sein de l OCDE le principe d une aide liée pour les pays en développement les plus riches ; augmenter la proportion de l aide liée française pour la porter à la moyenne de l OCDE. Proposition n 12 : Améliorer l effet de levier de l aide projet déliée au bénéfice des entreprises françaises : augmenter le taux de concrétisation des projets dont les études préalables sont financées par le Fasep ; diffuser l information sur les projets financés par l aide publique au développement auprès des entreprises françaises ; quantifier les obligations sociales et environnementales des entreprises soumissionnaires dans les cahiers des charges.

12 12 III. LA DÉTECTION DU «POTENTIEL EXPORT» : PASSER DU QUANTITATIF AU QUALITATIF 1. Clarifier les compétences des différents acteurs Proposition n 13 : Confirmer le principe et les modalités d une cogouvernance par l État et les régions de la politique en faveur des exportations en conférant aux régions les compétences relatives à l internationalisation des entreprises et à la mise en place de démarches collectives : préciser ces compétences dans le prochain projet de loi relatif à la décentralisation ; encourager les modes d organisation régionale qui privilégient la coopération avec les autres acteurs plutôt que la création de structures et de bureaux à l étranger ; initier une démarche partenariale entre l État et les régions pour développer le portage, dans le cadre d une politique de filière ; valoriser et encourager les dispositifs régionaux de soutien aux démarches de prospection en filière ; rendre publique une évaluation régulière des stratégies, dispositifs et partenariats mis en œuvre au niveau régional. 2. Mieux cibler les aides à la prospection Proposition n 14 : Engager un plan de mesures techniques confortant le caractère assurantiel de l assurance prospection et réduisant son déficit technique récurrent : augmenter le taux des primes ; allonger la période d amortissement des dépenses ; relever le taux d amortissement des dépenses. Proposition n 15 : Supprimer le crédit d impôt pour dépenses de prospection commerciale. IV. L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES À L ÉTRANGER : ASSURER UN PILOTAGE STRATÉGIQUE 1. Clarifier la doctrine d intervention de l État à l international Proposition n 16 : Adapter les missions d Ubifrance en fonction des profils des entreprises : maître d œuvre des régions pour la fourniture de prestations de prospection aux TPE et PME ; co-opérateur du développement des TPE et PME à fort potentiel avec BPI France Export ;

13 13 conseiller attentif aux besoins des ETI, chargé de les orienter, le cas échéant, vers d autres expertises. 2. Coordonner et professionnaliser les acteurs de «l équipe de France» à l export Proposition n 17 : Fédérer au sein du programme France Export les aides à l exportation déployées par les organismes sectoriels, les fédérations professionnelles ou interprofessionnelles et les comités professionnels de développement économique. Proposition n 18 : Encadrer et responsabiliser le réseau des conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) : élaborer des critères de nomination des CCEF ; rendre publics les comptes rendus d activité des CCEF ; associer les CCEF à la définition des couples secteurs pays et publier leurs avis. Proposition n 19 : Octroyer de nouvelles délégations de service public à des prestataires exclusifs sur la base d un cahier des charges précis, dont le respect devra être régulièrement évalué, y compris dans des pays où Ubifrance est aujourd hui présent. Proposition n 20 : Développer l activité privée de soutien à l export : poursuivre le recensement de l offre de services à l export des acteurs privés ; publier une liste des services offerts et des besoins non couverts pour chaque pays sur le site d Ubifrance ; encourager Ubifrance dans sa démarche d ensemblier de ces services. 3. Développer l hébergement et l accompagnement des entreprises qui souhaitent s implanter à l international Proposition n 21 : Favoriser l emploi partagé des volontaires internationaux en entreprise par les PME et demander à Ubifrance d organiser la formation préalable et continue des VIE. Proposition n 22 : Relancer la négociation avec certains pays afin de supprimer les obstacles au développement du volontariat international en entreprise. Proposition n 23 : Créer une «maison France» unique à l étranger, offrant des espaces d exposition ou de réunion, une sélection de conseils agréés et un hébergement pour les volontaires internationaux en entreprise, ainsi qu une solution d implantation et d incubation pour les PME.

14 14 V. LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL : RATIONALISER ET SIMPLIFIER L OFFRE 1. Regrouper les compétences et les produits sous la marque Bpifrance Export Proposition n 24 : Transférer l intégralité des garanties publiques portant sur les cautions et les préfinancements à Coface. Proposition n 25 : Créer un outil de gestion de la relation client (GRC) permettant à Coface et Oséo d échanger des informations (offres de produits, matrice standardisée des informations demandées aux entreprises pour l éligibilité aux différents dispositifs, historique des dossiers traités). Proposition n 26 : Intégrer les activités de la direction des garanties publiques de Coface à la Banque publique d investissement. 2. Simplifier les procédures Proposition n 27 : Créer un label d exportateur agréé valant présomption de conformité aux exigences assurantielles publiques. Proposition n 28 : Redéfinir les règles de délégation de l État à Coface pour l instruction et l octroi de garanties publiques en faveur des PME afin de les dispenser systématiquement d un examen en Commission des garanties et du commerce extérieur. Proposition n 29 : Moduler au cas par cas les exigences de la part française en fonction des objectifs de rétablissement de l équilibre de notre commerce extérieur et de l impact sur l emploi. 3. Mieux répondre aux besoins de financement des entreprises exportatrices Proposition n 30 : Créer une garantie en faveur des financeurs de programmes d affacturage inversé à destination des exportateurs et de leurs fournisseurs. Proposition n 31 : Simplifier la documentation relative aux garanties portant sur les crédits export de petit montant (15 millions d euros) et privilégier les crédits fournisseurs. Proposition n 32 : Officialiser la mission de refinancement des crédits export de la Caisse des dépôts en cas de carence du marché.

15 15 INTRODUCTION Le 18 octobre 2012, le Comité d évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) de l Assemblée nationale a inscrit à son programme de travail, à la demande conjointe du groupe Socialiste, républicain et citoyen (SRC) et du groupe Union des démocrates et indépendants (UDI), le sujet suivant : «évaluation du soutien public aux exportations». étude : Le 13 décembre 2012, le CEC a désigné les deux rapporteurs de cette M. Jean-Christophe Fromantin, membre du groupe UDI, membre de la commission du Développement durable et de l aménagement du territoire ; M. Patrice Prat, membre du groupe SRC, membre de la commission des Affaires économiques. En application de l article du Règlement de l Assemblée nationale, a été constitué un groupe de travail désigné par les commissions des Affaires étrangères, des Affaires économiques et des Finances, et composé de MM. Philippe Cochet (UMP), Joël Giraud (RRDP), Jean-Philippe Mallé (SRC), Yves Nicolin (UMP), Mme Monique Rabin (SRC) et M. Fabrice Verdier (SRC). L évaluation a porté sur les politiques publiques menées au niveau national (État et opérateurs) ou infranational (collectivités territoriales, organismes consulaires) visant précisément et exclusivement à favoriser les exportations françaises. De ce fait, les travaux n ont abordé que de manière incidente les politiques ou mesures publiques non spécifiquement dédiées à la promotion des exportations comme : les aides aux entreprises, générales, sectorielles ou spécifiques (allègements de charges, crédit impôt recherche notamment) ; les problématiques générales relatives au renforcement de la compétitivité des entreprises françaises (amélioration de la compétitivité-prix et hors prix) ; les efforts visant à renforcer l attractivité du site France en matière d investissements étrangers ou à favoriser l internationalisation des entreprises françaises et leur implantation à l étranger. Par ailleurs, l évaluation s est focalisée sur le soutien public aux exportations de biens manufacturés civils, à l exclusion des exportations de matériels de guerre, qui relèvent de procédures et d acteurs spécifiques. Toutefois

16 16 les chiffres présentés lors de l analyse des principaux dispositifs de soutien aux exportations, comme les encours des garanties, agrègent les données issues des contrats civils et militaires. Les services offerts aux exportateurs ont été analysés essentiellement en tant qu accompagnement ou composante de l exportation de biens. Sur la base du périmètre ainsi retenu, l évaluation a principalement consisté à recenser les dispositifs de soutien, à chiffrer leur coût et leur impact, à mettre en lumière leur coordination ou leur superposition et à interroger leurs bénéficiaires sur leur adaptation à leurs besoins. À la suite de cette phase de diagnostic, les rapporteurs se sont attachés à faire des propositions afin d améliorer le soutien aux exportations, en s efforçant de l adapter aux évolutions de plus en plus rapides de la mondialisation et en le comparant aux initiatives prises par nos principaux partenaires et concurrents, comme l Allemagne. Il a été procédé à 24 auditions. Ces auditions ont permis à l ensemble des administrations ou opérateurs chargés d une mission de service public de présenter leur action et leur point de vue et de les confronter à ceux des acteurs privés ou des organisations représentatives des entreprises et des exportateurs. Une table ronde a été spécifiquement consacrée aux besoins des PME exportatrices avec des entreprises principalement implantées dans la région Pays de la Loire et Nord Pas-de-Calais. Une autre table ronde a été dédiée à l impact de la numérisation des échanges sur le soutien aux exportations avec les principaux acteurs du numérique (entreprises, syndicat professionnel, plate-forme, opérateurs). Deux déplacements ont été organisés en Aquitaine et Rhône-Alpes afin d étudier plus particulièrement l organisation du soutien aux exportations en région, sujet qui a fait l objet d un questionnaire spécifique adressé à l ensemble des régions. Un déplacement a été effectué en Turquie afin d évaluer les modalités du pilotage et l articulation du dispositif hors du territoire national, dans un pays important pour notre commerce extérieur et qui présente toutes les composantes du soutien aux exportations. Enfin un questionnaire a été envoyé à la direction générale du Trésor qui assume la tutelle et la supervision de tous les acteurs intervenant dans cette politique publique et dont la disponibilité mérite d être soulignée par les rapporteurs.

17 17 PREMIÈRE PARTIE : EN DÉPIT DE DISPOSITIFS DE SOUTIEN PUBLIC AUX EXPORTATIONS IMPORTANTS, LA FRANCE NE PARVIENT PAS À REGAGNER DES PARTS DE MARCHÉ À L INTERNATIONAL L enjeu de l évaluation des dispositifs publics de soutien aux exportations réside essentiellement dans le paradoxe suivant : en dépit d une mobilisation croissante des dispositifs publics de soutien aux exportations, dont le coût est passé de 225 à 320,17 millions d euros entre 2008 et 2012, le déficit commercial apparu en 2002 s est accru pour atteindre le record historique de 70 milliards en L objet de cette première partie est d établir un diagnostic de cette situation pour mieux identifier les remèdes nécessaires. Après avoir rappelé l état de la balance commerciale française et montré les forces et les faiblesses de la France dans la mondialisation, les rapporteurs proposent une analyse de la façon dont les dispositifs publics ont été mobilisés pour redresser le commerce extérieur français. I. LA BALANCE COMMERCIALE S EST FORTEMENT DÉGRADÉE MAIS LA FRANCE DISPOSE D ATOUTS POUR REDRESSER LA SITUATION A. LA SITUATION S EST FORTEMENT DÉGRADÉE DEPUIS 2002 MAIS LA BALANCE COMMERCIALE MÉRITERAIT D ÊTRE ANALYSÉE DE FAÇON RENOUVELÉE La situation du commerce extérieur est régulièrement et abondamment commentée. Outre les données fournies par les Douanes, la direction générale du Trésor et le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii), les publications de plusieurs organisations internationales (Organisation de coopération et de développement économique, Organisation mondiale du commerce, Fonds monétaire international, Nations unies etc.) offrent également une mise en perspective utile pour comprendre les enjeux de la situation actuelle. Outre les principaux chiffres du commerce extérieur et la situation actuelle, ce sont surtout ces enjeux et ces éléments d analyse qu il convient d évoquer. 1. Les performances françaises baissent continûment depuis les années 1990 a) La balance courante s est dégradée progressivement Par abus de langage, il est fréquemment dit que la balance des paiements est déficitaire depuis La balance des paiements est en réalité un document statistique élaboré sous forme comptable, élément de la comptabilité nationale recensant les flux de biens, de services, de revenus, de transferts de capitaux et les flux financiers que les résidents (particuliers, entreprises ou État) entretiennent

18 18 avec le reste du monde. Par construction, la balance des paiements est toujours équilibrée, car les opérations sont enregistrées selon le principe de la comptabilité en partie double. Les déficits sont compensés par l endettement, retracé dans le compte financier. PRÉSENTATION DES BALANCES ET SOLDES DU COMMERCE EXTÉRIEUR EN 2012 (en milliards d euros) Source : Données Banque de France, Depuis les années 1990, l économie française se caractérise par une dégradation de la balance courante, elle-même liée à une dégradation de la balance des biens. Les échanges de services (essentiellement le tourisme) restent en effet positifs, malgré une légère tendance à l'érosion, fournissant un excédent annuel d'un peu plus de 30,3 milliards d euros en En revanche, les échanges de biens montrent une dégradation spectaculaire, passant d'un solde positif annuel supérieur à 20 milliards d'euros à la fin des années 1990 à un solde négatif d environ 70 milliards d'euros à présent. Comme le rappelait la rapporteure spéciale du budget du commerce extérieur pour le projet de loi de finances pour 2013, «il n est pas possible pour un pays de parvenir à compenser réellement un déficit commercial important par un excédent de services [ ] L idée selon laquelle l Europe pourrait se spécialiser dans des tâches de conception de forte valeur ajoutée et le reste du monde dans la production de biens de consommation n est plus d actualité.» (1) b) Le déficit apparu en 2002 s est accru jusqu à un record historique en 2011 L année 2002 est la date du dernier solde excédentaire de la balance commerciale française. Depuis, le solde du commerce extérieur de la France n a (1) Rapport spécial n 251, annexe 21 au rapport général sur le projet de loi de finances pour 2013, novembre 2012, Mme Monique Rabin.

19 19 cessé de se dégrader. Si l on excepte l année 2009 qui enregistre un repli essentiellement lié à la contraction du volume des échanges au niveau mondial du fait de la crise économique et financière, le déficit franchit en 2008, 2010 et 2011 le seuil symbolique des 50 milliards d euros, pour atteindre un niveau sans précédent de 74 milliards d euros en (1) ÉVOLUTION DE LA BALANCE COMMERCIALE FRANÇAISE ENTRE 2002 ET 2011 (en milliards d euros) Source : Douanes. Données estimées FAB/FAB, février En 2012, le déficit commercial s est réduit de 6,9 milliards, pour atteindre - 67,2 milliards mais l allègement du déficit est plus lié à une baisse des importations qu à une hausse des exportations. Après une période de rattrapage après la crise de , les exportations marquent en effet le pas pour la première fois en c) La part du marché de la France dans le monde se réduit depuis dix ans La part de marché mondial en valeur de la France s établit à 3,2 % en 2011 et 2012, après 3,4 % en Plus préoccupant, elle diminue également au sein de la zone euro, au sein de laquelle le problème éventuel d un euro fort ne peut être invoqué. (1) Le déficit de 2011 a été révisé à la hausse, passant de -69,6 milliards en février 2012 à -74,0 milliards en février Cette révision est liée à la fois à un surcroît d erreurs déclaratives et à un meilleur suivi des déclarations relatives aux importations depuis les pays tiers.

20 20 PARTS DE MARCHÉ MONDIAL EN VALEUR DES PRINCIPAUX PAYS EXPORTATEURS (Exportations de marchandises, en %) Chine 3,9 4,3 5,0 5,8 6,4 7,3 8,0 8,7 8,9 9,6 10,4 10,5 10,1 États-Unis 12,1 11,8 10,7 9,6 8,8 8,6 8,5 8,2 8,0 8,4 8,4 8,2 8,6 Allemagne 8,5 9,2 9,5 9,9 9,9 9,3 9,1 9,4 9,0 8,9 8,3 8,2 8,1 Japon 7,4 6,5 6,4 6,2 6,1 5,7 5,3 5,1 4,8 4,6 5,1 4,6 4,6 Pays-Bas 3,6 3,7 3,8 3,9 3,9 3,9 3,8 3,9 4,0 4,0 3,8 3,1 3,2 France 5,1 5,2 5,1 5,2 4,9 4,4 4,1 4,0 3,8 3,9 3,4 3,2 3,2 Corée du Sud 2,7 2,4 2,5 2,6 2,8 2,7 2,7 2,7 2,6 2,9 3,1 3,1 3,1 Italie 3,7 3,9 3,9 3,9 3,8 3,6 3,4 3,6 3,4 3,2 2,9 2,9 2,8 Belgique 2,9 3,1 3,3 3,4 3,3 3,2 3,0 3,1 2,9 3,0 2,7 nc nc Royaume-Uni 4,4 4,4 4,3 4,0 3,8 3,7 3,7 3,1 2,9 2,8 2,7 nc nc Données 2012 : janvier avril. Source : Statistiques du commerce international 2012, OMC. PARTS DE MARCHÉ EN VOLUME DES PRINCIPAUX EXPORTATEURS EUROPÉENS DANS L UNION EUROPÉENNE À 27 (Exportations de marchandises en %) Espagne 5,2 5,2 5,3 5,3 5,0 5,1 5,1 5,4 5,3 5,4 5,5 5,8 5,8 Royaume- Uni 10,4 8,9 9,8 9,8 8,9 8,4 8,3 8,6 7,7 7,5 7,2 7,1 7,0 Italie 8,7 9,2 8,6 9,0 9,4 9,1 9,6 9,8 10,5 9,3 9,2 8,7 8,6 Belgique 7,8 7,8 7,9 8,2 8,3 8,9 9,0 7,6 7,5 7,8 8,9 9,1 8,9 France 12,3 12,3 11,5 11,5 11,1 10,8 10,6 10,4 10,3 10,5 9,9 9,7 9,1 Pays-Bas 11,4 11,3 11,3 10,6 10,7 10,4 10,2 10,2 10,4 10,8 10,9 10,8 10,7 Allemagne 22,2 22,9 22,9 22,7 23,9 24,6 24,1 24,0 23,8 24,3 23,8 24,5 25,8 Données 2012 : janvier avril. Source: direction générale du Trésor 2. La mesure actuelle du commerce extérieur ne reflète toutefois que partiellement les enjeux des échanges internationaux a) La balance commerciale française n inclut que les biens manufacturés ayant physiquement passé les frontières La balance commerciale d un État est l élément de comptabilité nationale qui répertorie et résume ses exportations et importations de biens et de services

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015

Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Plan régional d internationalisation des entreprises en Pays de la Loire 2013 / 2015 Dans le cadre du Schéma Régional de l Economie et de l Emploi Durables et de la Stratégie régionale à l international

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Réforme de l assurance-crédit :

Réforme de l assurance-crédit : Réforme de l assurance-crédit : un enjeu pour la trésorerie des entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances J ai présenté en début d année un plan pour le renforcement de la trésorerie

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

La France dans la compétition économique mondiale

La France dans la compétition économique mondiale La France dans la compétition économique mondiale Bruno VALERSTEINAS (DGTPE) Pôle «Analyse des échanges et stratégies d internationalisation» Au cinquième rang des échanges mondiaux de biens, la France

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Compte-rendu de la réunion organisée par le Bureau Export et le CNV 8 novembre 2006 Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Intervenants : Mathieu de Seauve, Directeur Crédit

Plus en détail

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier Christine LAGARDE Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire Présentation Bpifrance Janvier 2014 Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire 01. Qui sommes-nous? 02. Le financement bancaire 03. Le soutien à l innovation Titre de la présentation 2 01.

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Présentation du média salon

Présentation du média salon Présentation du média salon ll existe plusieurs type de salons : les salons professionnels, les salons grand public, les salons mixtes et les foires commerciales. Les salons professionnels sont des événements

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPB1511507D Intitulé du texte : Décret modifiant les décrets n 2010-509 et n 2010-518 Ministère à l origine de la mesure : Finances et comptes publics

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment

Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment Maj : 13 novembre 2012 Les 12 mesures concrètes et immédiates pour relancer l activité du bâtiment L artisanat du bâtiment enregistre pour le second trimestre consécutif une baisse de son activité. Les

Plus en détail

Présentation d Helix international

Présentation d Helix international 31 ème Congrès international de l Ordre des Experts Comptable de Tunisie En partenariat avec «Développement économique : modèle et gouvernance de la décentralisation» Sfax, les 17 et 18 septembre 2014

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015

Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015 Orléans, le 5 octobre 2012 Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015 Introduction L intelligence économique, c est le dispositif par lequel tout acteur économique assure

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail