N 1225 ASSEMBLÉE NATIONALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 1225 ASSEMBLÉE NATIONALE"

Transcription

1 N 1225 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 4 juillet RAPPORT D INFORMATION DÉPOSÉ en application de l article 146-3, alinéa 6, du Règlement PAR LE COMITÉ D ÉVALUATION ET DE CONTRÔLE DES POLITIQUES PUBLIQUES SUR l évaluation du soutien public aux exportations ET PRÉSENTÉ PAR MM. JEAN-CHRISTOPHE FROMANTIN ET PATRICE PRAT Députés.

2

3 3 SOMMAIRE Pages PROPOSITIONS DES RAPPORTEURS... 9 INTRODUCTION PREMIÈRE PARTIE : EN DÉPIT DE DISPOSITIFS DE SOUTIEN PUBLIC AUX EXPORTATIONS IMPORTANTS, LA FRANCE NE PARVIENT PAS À REGAGNER DES PARTS DE MARCHÉ À L INTERNATIONAL I. LA BALANCE COMMERCIALE S EST FORTEMENT DÉGRADÉE MAIS LA FRANCE DISPOSE D ATOUTS POUR REDRESSER LA SITUATION A. LA SITUATION S EST FORTEMENT DÉGRADÉE DEPUIS 2002 MAIS LA BALANCE COMMERCIALE MÉRITERAIT D ÊTRE ANALYSÉE DE FAÇON RENOUVELÉE Les performances françaises baissent continûment depuis les années a) La balance courante s est dégradée progressivement b) Le déficit apparu en 2002 s est accru jusqu à un record historique en c) La part du marché de la France dans le monde se réduit depuis dix ans La mesure actuelle du commerce extérieur ne reflète toutefois que partiellement les enjeux des échanges internationaux a) La balance commerciale française n inclut que les biens manufacturés ayant physiquement passé les frontières b) De nouveaux travaux de mesure du commerce international en valeur ajoutée. 22 c) La remise en cause du «made in» au profit du «made by» B. LA FRANCE DISPOSE DES ATOUTS NÉCESSAIRES POUR REDRESSER SON COMMERCE EXTERIEUR La dégradation de notre balance commerciale reflète celle de notre compétitivité a) Le cercle vicieux des problèmes de compétitivité «coût» et «hors coût» b) Des difficultés d accès au financement c) Les faiblesses de notre tissu industriel et exportateur... 28

4 4 2. La France ne manque toutefois pas d atouts pour redresser la situation a) Des secteurs exportateurs à haute valeur ajoutée b) Un réseau diplomatique étendu qui confère à la France une capacité d influence importante c) Une image positive et une influence culturelle forte La mondialisation offre de nouvelles opportunités et de nouveaux défis a) La puissance européenne en panne b) Des négociations internationales à suivre attentivement c) Des besoins nouveaux et croissants dans les pays émergents d) Le renchérissement du prix des matières premières importées e) De nouvelles technologies, source de productivité et de nouveaux marchés II. LA MOBILISATION RÉCENTE DES OUTILS DU SOUTIEN PUBLIC À L EXPORTATION N A PAS EU LES EFFETS ESCOMPTÉS A. UNE MOBILISATION IMPORTANTE DONT L EFFICACITÉ RESTE DIFFICILE À MESURER De nombreux dispositifs, un solde budgétaire positif mais peu transparent 43 a) L aboutissement de la consolidation d Ubifrance b) La difficile transposition budgétaire des dispositifs de garantie Une politique contra-cyclique qui augmente le risque pour les finances publiques a) La montée en puissance de l assurance-crédit b) La stabilisation des taux d intérêt c) Le déficit chronique de l assurance prospection Une évaluation de la performance qui ne permet pas de mesurer l effet de levier a) La brutale dégradation de l effet de levier de l assurance prospection b) La performance d Ubifrance : passer du quantitatif au qualitatif B. DES DISPOSITIFS QUI RÉPONDENT IMPARFAITEMENT AUX BESOINS DES ENTREPRISES Un jugement critique de la part des entreprises La nécessité d une adaptation permanente face à la concurrence internationale a) Une marge de manœuvre réduite par la réglementation communautaire b) Une prise de conscience collective difficile : l exemple du portage... 71

5 5 DEUXIÈME PARTIE : RÉNOVER LE DISPOSITIF DE SOUTIEN PUBLIC DES EXPORTATIONS EN PARTANT DES BESOINS DES ENTREPRISES I. RELANCER LA DIPLOMATIE ÉCONOMIQUE IMPOSE UN ENGAGEMENT RENOUVELÉ DE L ÉTAT RÉGALIEN A. MIEUX COORDONNER L INTERVENTION DE L ÉTAT B. LUTTER CONTRE LES OBSTACLES TARIFAIRES ET NON TARIFAIRES AU COMMERCE INTERNATIONAL La négociation multilatérale et bilatérale L influence des normes internationales L intervention quotidienne des services régaliens C. DÉFENDRE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET COMBATTRE LA CONTREFAÇON L action bilatérale L action de l Institut national de la propriété intellectuelle et de l Office européen des brevets D. OPTIMISER LA POLITIQUE D AIDE PUBLIQUE AU DÉVELOPPEMENT Renforcer l aide liée Mieux utiliser l aide déliée II. LA DÉTECTION DU «POTENTIEL EXPORT» : PASSER DU QUANTITATIF AU QUALITATIF A. CONFIRMER LA PERTINENCE DU NIVEAU RÉGIONAL EN CLARIFIANT LA NATURE DES INTERVENTIONS DES DIFFÉRENTS ACTEURS Conforter les régions dans leur rôle de structuration du tissu industriel régional Clarifier le rôle et le fonctionnement de la Banque publique d investissement Promouvoir des modes d intervention plus efficients dans les régions Favoriser le développement et la professionnalisation des chambres de commerce et d industrie régionales B. MIEUX CIBLER LES AIDES À LA PROSPECTION Conforter le caractère assurantiel de l assurance prospection en réduisant son déficit récurrent Supprimer le crédit d impôt pour dépenses de prospection commerciale

6 6 III. L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES À L ÉTRANGER : ASSURER UN PILOTAGE STRATÉGIQUE A. CLARIFIER LA DOCTRINE D INTERVENTION DE L ÉTAT À L INTERNATIONAL Un service universel ou ciblé? a) Aujourd hui, un service universel auquel a essentiellement recours une clientèle opportuniste b) L absence de ciblage a un coût et n est pas sans risques c) Une solution : opérer une segmentation pragmatique Une tarification subventionnée attractive ou des tarifs progressifs, voire libres? a) Aujourd hui, une tarification contestée b) Faut-il distinguer le rôle subventionnel du rôle d accompagnant? Une couverture géographique large ou optimisée? a) Un débat sur le taux de couverture optimal b) Vers une couverture plus réactive c) Deux scénarios alternatifs Un service public ou une agence rentable? a) Ubifrance au milieu du gué b) Ubifrance a des moyens plus modestes que ses homologues européens B. COORDONNER ET PROFESSIONNALISER LES ACTEURS DE «L ÉQUIPE DE FRANCE DE L EXPORT» Conforter les progrès acquis par le programme France Export et la labellisation a) Conforter et recentrer le programme France Export b) La labellisation, procédure complémentaire du programme France Export Redéfinir le rôle des acteurs institutionnels a) Des organismes sectoriels potentiellement redondants b) Des conseillers du commerce extérieur de la France à valoriser davantage c) Des chambres de commerce et d industrie françaises à l étranger à encourager Recenser et soutenir le développement de l activité privée de soutien à l export C. DÉVELOPPER L HÉBERGEMENT ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES QUI SOUHAITENT S IMPLANTER À L INTERNATIONAL Renforcer le programme Volontariat international en entreprise a) Rendre le dispositif plus accessible pour les TPE et les PME b) Supprimer les obstacles au développement de ce statut à l étranger c) Limiter la redondance de financement des VIE

7 7 2. Offrir des solutions d hébergement aux entreprises à l étranger IV. LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL : RATIONALISER ET SIMPLIFIER L OFFRE A. REGROUPER LES COMPÉTENCES ET LES PRODUITS SOUS LA MARQUE BPIFRANCE EXPORT Harmoniser les produits Partager l information Unifier le réseau de distribution et intégrer la direction des garanties publiques de la Coface à la Banque publique d investissement B. SIMPLIFIER LES PROCÉDURES Alléger et normaliser les informations demandées aux entreprises Augmenter la réactivité et réduire les délais de réponse Adapter la réglementation relative à la part française aux objectifs de rétablissement du commerce extérieur C. MIEUX RÉPONDRE AUX BESOINS DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES EXPORTATRICES Faciliter la reprise des crédits à l exportation pour les entreprises les plus pénalisées Aligner l offre de financement public sur celle de nos concurrents EXAMEN PAR LE COMITÉ ANNEXE N 1 : PERSONNES ENTENDUES PAR LES RAPPORTEURS ANNEXE N 2 : COMPARAISONS INTERNATIONALES ANNEXE N 3 : DISPOSITIFS RÉGIONAUX DE SOUTIEN AUX EXPORTATIONS

8

9 9 PROPOSITIONS DES RAPPORTEURS I. RÉPONDRE À LA NOUVELLE DONNE DU COMMERCE INTERNATIONAL 1. Adapter nos outils à la mondialisation Proposition n 1 : Compléter les statistiques douanières relatives au commerce extérieur par un outil statistique reflétant la réalité de la mondialisation : adopter un mode d établissement de la balance commerciale française plus large, incluant les services ; instituer d autres indicateurs appuyés sur les travaux de l OCDE relatifs à la valeur ajoutée ou l intensité en emploi ; tirer les conséquences de la mise en œuvre du marché unique européen et de l intégration européenne, en distinguant, au sein de la balance des paiements, un solde zone euro d un solde hors zone euro. Proposition n 2 : Susciter l envie d exporter et donner l image d un pays industriel dynamique : lancer une grande campagne nationale en faveur d une mobilisation collective pour l export, en montrant les atouts de «l équipe de France de l export» et de la marque France ; améliorer la représentation française dans les grands salons internationaux, notamment la foire de Hanovre, en veillant à ce que le pavillon français soit attractif et dynamique ; développer une politique de grands évènements internationaux dans les domaines de la culture, du sport, des salons et des congrès internationaux ; organiser des salons internationaux en France, en particulier sur le secteur industriel et les filières d excellence françaises. Proposition n 3 : S inscrire dans un projet européen renouvelé, facteur de puissance et d économies : développer une plate-forme européenne interactive sur les obstacles tarifaires et non tarifaires au commerce, alimentée par les États-membres ; encourager la mutualisation des capacités d accueil, d hébergement et d information des entreprises hors UE ; favoriser les partenariats régionaux transfrontaliers au sein de l UE et plus généralement, promouvoir une solidarité européenne pour «chasser en meute».

10 10 Proposition n 4 : Accélérer la transition numérique : lancer une campagne d information et de formation sur le e-commerce, ainsi que sur les outils de marketing en ligne ; proposer des prêts bonifiés de la Banque publique d investissement en faveur de l accompagnement des entreprises vers le numérique (pour la présentation d une offre commerciale en ligne et l amélioration de la productivité). 2. Mieux évaluer l efficacité des dispositifs publics de soutien aux exportations Proposition n 5 : Renforcer l information du Parlement sur les garanties : publier les flux correspondant aux paramètres de gestion (primes, récupérations, indemnités et coûts de gestion Coface) de chacune des garanties gérées par Coface dans le rapport annuel de performance du programme «Appels en garantie de l État» ; prévoir la transmission du rapport sur les opérations effectuées pour le compte de l État par Coface et Natixis lors de l année N-1 avant le dépôt du projet de loi de finances de l année N+1. Proposition n 6 : Mesurer l effet de levier généré dans la durée par les prestations d Ubifrance sur les exportations à partir des données relatives aux courants d affaires. 3. Améliorer le portage des entreprises Proposition n 7 : Développer le portage des PME et des ETI dans le cadre des filières ou des pôles de compétitivité, en accordant une garantie Coface bonifiée (assurance-crédit, risque exportateur) aux grands groupes présentant un plan de portage. II. RENFORCER L ENGAGEMENT DE L ÉTAT RÉGALIEN 1. Mieux coordonner l intervention de l État Proposition n 8 : Définir une stratégie interministérielle de développement des entreprises à l international : pérenniser au niveau interministériel la stratégie nationale secteurs-pays et l actualiser tous les cinq ans ; décliner cette stratégie nationale en projets opérationnels pour les missions diplomatiques et pour les ambassadeurs ; organiser dans les postes, sous la présidence de l ambassadeur, une conférence de coordination régulière des acteurs locaux afin d évaluer la mise en œuvre de la stratégie export.

11 11 2. Lutter contre les obstacles tarifaires et non tarifaires Proposition n 9 : Renforcer l accessibilité des services régaliens : rassembler les services en ligne aux entreprises sur un seul et même site, ergonomique et facile à utiliser, permettant de signaler et de faire instruire les problèmes d accès aux marchés étrangers ; prévoir une déclinaison régionale de ces bases de données pour permettre l accès à une information détaillée sur des secteurs spécifiques et importants localement ; encourager la mise en place de dispositifs de veille stratégique assortis d alertes pour les entreprises exportatrices ; donner à la direction générale des douanes l objectif de sensibiliser les chefs d entreprises aux enjeux du dédouanement, du fret et de la logistique. 3. Défendre la propriété intellectuelle Proposition n 10 : Prévoir un programme ambitieux d accompagnement personnalisé des PME à l international dans le contrat d objectifs et de performance de l Institut national de la propriété intellectuelle. 4. Optimiser la politique d aide publique au développement Proposition n 11 : Renforcer l aide liée : défendre au sein de l OCDE le principe d une aide liée pour les pays en développement les plus riches ; augmenter la proportion de l aide liée française pour la porter à la moyenne de l OCDE. Proposition n 12 : Améliorer l effet de levier de l aide projet déliée au bénéfice des entreprises françaises : augmenter le taux de concrétisation des projets dont les études préalables sont financées par le Fasep ; diffuser l information sur les projets financés par l aide publique au développement auprès des entreprises françaises ; quantifier les obligations sociales et environnementales des entreprises soumissionnaires dans les cahiers des charges.

12 12 III. LA DÉTECTION DU «POTENTIEL EXPORT» : PASSER DU QUANTITATIF AU QUALITATIF 1. Clarifier les compétences des différents acteurs Proposition n 13 : Confirmer le principe et les modalités d une cogouvernance par l État et les régions de la politique en faveur des exportations en conférant aux régions les compétences relatives à l internationalisation des entreprises et à la mise en place de démarches collectives : préciser ces compétences dans le prochain projet de loi relatif à la décentralisation ; encourager les modes d organisation régionale qui privilégient la coopération avec les autres acteurs plutôt que la création de structures et de bureaux à l étranger ; initier une démarche partenariale entre l État et les régions pour développer le portage, dans le cadre d une politique de filière ; valoriser et encourager les dispositifs régionaux de soutien aux démarches de prospection en filière ; rendre publique une évaluation régulière des stratégies, dispositifs et partenariats mis en œuvre au niveau régional. 2. Mieux cibler les aides à la prospection Proposition n 14 : Engager un plan de mesures techniques confortant le caractère assurantiel de l assurance prospection et réduisant son déficit technique récurrent : augmenter le taux des primes ; allonger la période d amortissement des dépenses ; relever le taux d amortissement des dépenses. Proposition n 15 : Supprimer le crédit d impôt pour dépenses de prospection commerciale. IV. L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES À L ÉTRANGER : ASSURER UN PILOTAGE STRATÉGIQUE 1. Clarifier la doctrine d intervention de l État à l international Proposition n 16 : Adapter les missions d Ubifrance en fonction des profils des entreprises : maître d œuvre des régions pour la fourniture de prestations de prospection aux TPE et PME ; co-opérateur du développement des TPE et PME à fort potentiel avec BPI France Export ;

13 13 conseiller attentif aux besoins des ETI, chargé de les orienter, le cas échéant, vers d autres expertises. 2. Coordonner et professionnaliser les acteurs de «l équipe de France» à l export Proposition n 17 : Fédérer au sein du programme France Export les aides à l exportation déployées par les organismes sectoriels, les fédérations professionnelles ou interprofessionnelles et les comités professionnels de développement économique. Proposition n 18 : Encadrer et responsabiliser le réseau des conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) : élaborer des critères de nomination des CCEF ; rendre publics les comptes rendus d activité des CCEF ; associer les CCEF à la définition des couples secteurs pays et publier leurs avis. Proposition n 19 : Octroyer de nouvelles délégations de service public à des prestataires exclusifs sur la base d un cahier des charges précis, dont le respect devra être régulièrement évalué, y compris dans des pays où Ubifrance est aujourd hui présent. Proposition n 20 : Développer l activité privée de soutien à l export : poursuivre le recensement de l offre de services à l export des acteurs privés ; publier une liste des services offerts et des besoins non couverts pour chaque pays sur le site d Ubifrance ; encourager Ubifrance dans sa démarche d ensemblier de ces services. 3. Développer l hébergement et l accompagnement des entreprises qui souhaitent s implanter à l international Proposition n 21 : Favoriser l emploi partagé des volontaires internationaux en entreprise par les PME et demander à Ubifrance d organiser la formation préalable et continue des VIE. Proposition n 22 : Relancer la négociation avec certains pays afin de supprimer les obstacles au développement du volontariat international en entreprise. Proposition n 23 : Créer une «maison France» unique à l étranger, offrant des espaces d exposition ou de réunion, une sélection de conseils agréés et un hébergement pour les volontaires internationaux en entreprise, ainsi qu une solution d implantation et d incubation pour les PME.

14 14 V. LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL : RATIONALISER ET SIMPLIFIER L OFFRE 1. Regrouper les compétences et les produits sous la marque Bpifrance Export Proposition n 24 : Transférer l intégralité des garanties publiques portant sur les cautions et les préfinancements à Coface. Proposition n 25 : Créer un outil de gestion de la relation client (GRC) permettant à Coface et Oséo d échanger des informations (offres de produits, matrice standardisée des informations demandées aux entreprises pour l éligibilité aux différents dispositifs, historique des dossiers traités). Proposition n 26 : Intégrer les activités de la direction des garanties publiques de Coface à la Banque publique d investissement. 2. Simplifier les procédures Proposition n 27 : Créer un label d exportateur agréé valant présomption de conformité aux exigences assurantielles publiques. Proposition n 28 : Redéfinir les règles de délégation de l État à Coface pour l instruction et l octroi de garanties publiques en faveur des PME afin de les dispenser systématiquement d un examen en Commission des garanties et du commerce extérieur. Proposition n 29 : Moduler au cas par cas les exigences de la part française en fonction des objectifs de rétablissement de l équilibre de notre commerce extérieur et de l impact sur l emploi. 3. Mieux répondre aux besoins de financement des entreprises exportatrices Proposition n 30 : Créer une garantie en faveur des financeurs de programmes d affacturage inversé à destination des exportateurs et de leurs fournisseurs. Proposition n 31 : Simplifier la documentation relative aux garanties portant sur les crédits export de petit montant (15 millions d euros) et privilégier les crédits fournisseurs. Proposition n 32 : Officialiser la mission de refinancement des crédits export de la Caisse des dépôts en cas de carence du marché.

15 15 INTRODUCTION Le 18 octobre 2012, le Comité d évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) de l Assemblée nationale a inscrit à son programme de travail, à la demande conjointe du groupe Socialiste, républicain et citoyen (SRC) et du groupe Union des démocrates et indépendants (UDI), le sujet suivant : «évaluation du soutien public aux exportations». étude : Le 13 décembre 2012, le CEC a désigné les deux rapporteurs de cette M. Jean-Christophe Fromantin, membre du groupe UDI, membre de la commission du Développement durable et de l aménagement du territoire ; M. Patrice Prat, membre du groupe SRC, membre de la commission des Affaires économiques. En application de l article du Règlement de l Assemblée nationale, a été constitué un groupe de travail désigné par les commissions des Affaires étrangères, des Affaires économiques et des Finances, et composé de MM. Philippe Cochet (UMP), Joël Giraud (RRDP), Jean-Philippe Mallé (SRC), Yves Nicolin (UMP), Mme Monique Rabin (SRC) et M. Fabrice Verdier (SRC). L évaluation a porté sur les politiques publiques menées au niveau national (État et opérateurs) ou infranational (collectivités territoriales, organismes consulaires) visant précisément et exclusivement à favoriser les exportations françaises. De ce fait, les travaux n ont abordé que de manière incidente les politiques ou mesures publiques non spécifiquement dédiées à la promotion des exportations comme : les aides aux entreprises, générales, sectorielles ou spécifiques (allègements de charges, crédit impôt recherche notamment) ; les problématiques générales relatives au renforcement de la compétitivité des entreprises françaises (amélioration de la compétitivité-prix et hors prix) ; les efforts visant à renforcer l attractivité du site France en matière d investissements étrangers ou à favoriser l internationalisation des entreprises françaises et leur implantation à l étranger. Par ailleurs, l évaluation s est focalisée sur le soutien public aux exportations de biens manufacturés civils, à l exclusion des exportations de matériels de guerre, qui relèvent de procédures et d acteurs spécifiques. Toutefois

16 16 les chiffres présentés lors de l analyse des principaux dispositifs de soutien aux exportations, comme les encours des garanties, agrègent les données issues des contrats civils et militaires. Les services offerts aux exportateurs ont été analysés essentiellement en tant qu accompagnement ou composante de l exportation de biens. Sur la base du périmètre ainsi retenu, l évaluation a principalement consisté à recenser les dispositifs de soutien, à chiffrer leur coût et leur impact, à mettre en lumière leur coordination ou leur superposition et à interroger leurs bénéficiaires sur leur adaptation à leurs besoins. À la suite de cette phase de diagnostic, les rapporteurs se sont attachés à faire des propositions afin d améliorer le soutien aux exportations, en s efforçant de l adapter aux évolutions de plus en plus rapides de la mondialisation et en le comparant aux initiatives prises par nos principaux partenaires et concurrents, comme l Allemagne. Il a été procédé à 24 auditions. Ces auditions ont permis à l ensemble des administrations ou opérateurs chargés d une mission de service public de présenter leur action et leur point de vue et de les confronter à ceux des acteurs privés ou des organisations représentatives des entreprises et des exportateurs. Une table ronde a été spécifiquement consacrée aux besoins des PME exportatrices avec des entreprises principalement implantées dans la région Pays de la Loire et Nord Pas-de-Calais. Une autre table ronde a été dédiée à l impact de la numérisation des échanges sur le soutien aux exportations avec les principaux acteurs du numérique (entreprises, syndicat professionnel, plate-forme, opérateurs). Deux déplacements ont été organisés en Aquitaine et Rhône-Alpes afin d étudier plus particulièrement l organisation du soutien aux exportations en région, sujet qui a fait l objet d un questionnaire spécifique adressé à l ensemble des régions. Un déplacement a été effectué en Turquie afin d évaluer les modalités du pilotage et l articulation du dispositif hors du territoire national, dans un pays important pour notre commerce extérieur et qui présente toutes les composantes du soutien aux exportations. Enfin un questionnaire a été envoyé à la direction générale du Trésor qui assume la tutelle et la supervision de tous les acteurs intervenant dans cette politique publique et dont la disponibilité mérite d être soulignée par les rapporteurs.

17 17 PREMIÈRE PARTIE : EN DÉPIT DE DISPOSITIFS DE SOUTIEN PUBLIC AUX EXPORTATIONS IMPORTANTS, LA FRANCE NE PARVIENT PAS À REGAGNER DES PARTS DE MARCHÉ À L INTERNATIONAL L enjeu de l évaluation des dispositifs publics de soutien aux exportations réside essentiellement dans le paradoxe suivant : en dépit d une mobilisation croissante des dispositifs publics de soutien aux exportations, dont le coût est passé de 225 à 320,17 millions d euros entre 2008 et 2012, le déficit commercial apparu en 2002 s est accru pour atteindre le record historique de 70 milliards en L objet de cette première partie est d établir un diagnostic de cette situation pour mieux identifier les remèdes nécessaires. Après avoir rappelé l état de la balance commerciale française et montré les forces et les faiblesses de la France dans la mondialisation, les rapporteurs proposent une analyse de la façon dont les dispositifs publics ont été mobilisés pour redresser le commerce extérieur français. I. LA BALANCE COMMERCIALE S EST FORTEMENT DÉGRADÉE MAIS LA FRANCE DISPOSE D ATOUTS POUR REDRESSER LA SITUATION A. LA SITUATION S EST FORTEMENT DÉGRADÉE DEPUIS 2002 MAIS LA BALANCE COMMERCIALE MÉRITERAIT D ÊTRE ANALYSÉE DE FAÇON RENOUVELÉE La situation du commerce extérieur est régulièrement et abondamment commentée. Outre les données fournies par les Douanes, la direction générale du Trésor et le Centre d'études prospectives et d'informations internationales (Cepii), les publications de plusieurs organisations internationales (Organisation de coopération et de développement économique, Organisation mondiale du commerce, Fonds monétaire international, Nations unies etc.) offrent également une mise en perspective utile pour comprendre les enjeux de la situation actuelle. Outre les principaux chiffres du commerce extérieur et la situation actuelle, ce sont surtout ces enjeux et ces éléments d analyse qu il convient d évoquer. 1. Les performances françaises baissent continûment depuis les années 1990 a) La balance courante s est dégradée progressivement Par abus de langage, il est fréquemment dit que la balance des paiements est déficitaire depuis La balance des paiements est en réalité un document statistique élaboré sous forme comptable, élément de la comptabilité nationale recensant les flux de biens, de services, de revenus, de transferts de capitaux et les flux financiers que les résidents (particuliers, entreprises ou État) entretiennent

18 18 avec le reste du monde. Par construction, la balance des paiements est toujours équilibrée, car les opérations sont enregistrées selon le principe de la comptabilité en partie double. Les déficits sont compensés par l endettement, retracé dans le compte financier. PRÉSENTATION DES BALANCES ET SOLDES DU COMMERCE EXTÉRIEUR EN 2012 (en milliards d euros) Source : Données Banque de France, Depuis les années 1990, l économie française se caractérise par une dégradation de la balance courante, elle-même liée à une dégradation de la balance des biens. Les échanges de services (essentiellement le tourisme) restent en effet positifs, malgré une légère tendance à l'érosion, fournissant un excédent annuel d'un peu plus de 30,3 milliards d euros en En revanche, les échanges de biens montrent une dégradation spectaculaire, passant d'un solde positif annuel supérieur à 20 milliards d'euros à la fin des années 1990 à un solde négatif d environ 70 milliards d'euros à présent. Comme le rappelait la rapporteure spéciale du budget du commerce extérieur pour le projet de loi de finances pour 2013, «il n est pas possible pour un pays de parvenir à compenser réellement un déficit commercial important par un excédent de services [ ] L idée selon laquelle l Europe pourrait se spécialiser dans des tâches de conception de forte valeur ajoutée et le reste du monde dans la production de biens de consommation n est plus d actualité.» (1) b) Le déficit apparu en 2002 s est accru jusqu à un record historique en 2011 L année 2002 est la date du dernier solde excédentaire de la balance commerciale française. Depuis, le solde du commerce extérieur de la France n a (1) Rapport spécial n 251, annexe 21 au rapport général sur le projet de loi de finances pour 2013, novembre 2012, Mme Monique Rabin.

19 19 cessé de se dégrader. Si l on excepte l année 2009 qui enregistre un repli essentiellement lié à la contraction du volume des échanges au niveau mondial du fait de la crise économique et financière, le déficit franchit en 2008, 2010 et 2011 le seuil symbolique des 50 milliards d euros, pour atteindre un niveau sans précédent de 74 milliards d euros en (1) ÉVOLUTION DE LA BALANCE COMMERCIALE FRANÇAISE ENTRE 2002 ET 2011 (en milliards d euros) Source : Douanes. Données estimées FAB/FAB, février En 2012, le déficit commercial s est réduit de 6,9 milliards, pour atteindre - 67,2 milliards mais l allègement du déficit est plus lié à une baisse des importations qu à une hausse des exportations. Après une période de rattrapage après la crise de , les exportations marquent en effet le pas pour la première fois en c) La part du marché de la France dans le monde se réduit depuis dix ans La part de marché mondial en valeur de la France s établit à 3,2 % en 2011 et 2012, après 3,4 % en Plus préoccupant, elle diminue également au sein de la zone euro, au sein de laquelle le problème éventuel d un euro fort ne peut être invoqué. (1) Le déficit de 2011 a été révisé à la hausse, passant de -69,6 milliards en février 2012 à -74,0 milliards en février Cette révision est liée à la fois à un surcroît d erreurs déclaratives et à un meilleur suivi des déclarations relatives aux importations depuis les pays tiers.

20 20 PARTS DE MARCHÉ MONDIAL EN VALEUR DES PRINCIPAUX PAYS EXPORTATEURS (Exportations de marchandises, en %) Chine 3,9 4,3 5,0 5,8 6,4 7,3 8,0 8,7 8,9 9,6 10,4 10,5 10,1 États-Unis 12,1 11,8 10,7 9,6 8,8 8,6 8,5 8,2 8,0 8,4 8,4 8,2 8,6 Allemagne 8,5 9,2 9,5 9,9 9,9 9,3 9,1 9,4 9,0 8,9 8,3 8,2 8,1 Japon 7,4 6,5 6,4 6,2 6,1 5,7 5,3 5,1 4,8 4,6 5,1 4,6 4,6 Pays-Bas 3,6 3,7 3,8 3,9 3,9 3,9 3,8 3,9 4,0 4,0 3,8 3,1 3,2 France 5,1 5,2 5,1 5,2 4,9 4,4 4,1 4,0 3,8 3,9 3,4 3,2 3,2 Corée du Sud 2,7 2,4 2,5 2,6 2,8 2,7 2,7 2,7 2,6 2,9 3,1 3,1 3,1 Italie 3,7 3,9 3,9 3,9 3,8 3,6 3,4 3,6 3,4 3,2 2,9 2,9 2,8 Belgique 2,9 3,1 3,3 3,4 3,3 3,2 3,0 3,1 2,9 3,0 2,7 nc nc Royaume-Uni 4,4 4,4 4,3 4,0 3,8 3,7 3,7 3,1 2,9 2,8 2,7 nc nc Données 2012 : janvier avril. Source : Statistiques du commerce international 2012, OMC. PARTS DE MARCHÉ EN VOLUME DES PRINCIPAUX EXPORTATEURS EUROPÉENS DANS L UNION EUROPÉENNE À 27 (Exportations de marchandises en %) Espagne 5,2 5,2 5,3 5,3 5,0 5,1 5,1 5,4 5,3 5,4 5,5 5,8 5,8 Royaume- Uni 10,4 8,9 9,8 9,8 8,9 8,4 8,3 8,6 7,7 7,5 7,2 7,1 7,0 Italie 8,7 9,2 8,6 9,0 9,4 9,1 9,6 9,8 10,5 9,3 9,2 8,7 8,6 Belgique 7,8 7,8 7,9 8,2 8,3 8,9 9,0 7,6 7,5 7,8 8,9 9,1 8,9 France 12,3 12,3 11,5 11,5 11,1 10,8 10,6 10,4 10,3 10,5 9,9 9,7 9,1 Pays-Bas 11,4 11,3 11,3 10,6 10,7 10,4 10,2 10,2 10,4 10,8 10,9 10,8 10,7 Allemagne 22,2 22,9 22,9 22,7 23,9 24,6 24,1 24,0 23,8 24,3 23,8 24,5 25,8 Données 2012 : janvier avril. Source: direction générale du Trésor 2. La mesure actuelle du commerce extérieur ne reflète toutefois que partiellement les enjeux des échanges internationaux a) La balance commerciale française n inclut que les biens manufacturés ayant physiquement passé les frontières La balance commerciale d un État est l élément de comptabilité nationale qui répertorie et résume ses exportations et importations de biens et de services

Évaluation du soutien public aux exportations

Évaluation du soutien public aux exportations Évaluation du soutien public aux exportations MM. Jean-Christophe FROMANTIN et Patrice PRAT, rapporteurs 4 juillet 2013 Introduction Depuis février 2013 : 116 personnes entendues au cours de 24 auditions,

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Atelier ATLANPOLE 9 avril 2013 Florence CROSSAY Conseiller International - Responsable de Pôle Conseil CCI International

Plus en détail

Lancement de bpifrance export

Lancement de bpifrance export PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Communiqué de presse www.economie.gouv.fr NICOLE BRICQ MINISTRE DU COMMERCE EXTERIEUR Communiqué de presse www.commerce-exterieur.gouv.fr Soutenir

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement Fiche N : 504 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en garantie des financements bancaires Mots clés : Bpifrance, financements, investissements, international, garantie Objet : présenter

Plus en détail

Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Meilleure copie Note : 16/20

Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Meilleure copie Note : 16/20 Nous n avons volontairement pas corrigé les imperfections de forme qui peuvent survenir dans chaque copie. Concours interne 2 ème épreuve d admissibilité : Economie Meilleure copie Note : 16/20 Ministère

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises

Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises Réforme du dispositif d aide à l internationalisation des entreprises D O S S I E R D E P R E S S E O c t o b r e 2 0 0 8 Information journalistes : Dominique Picard, Responsable Relations presse, UBIFRANCE

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude»

Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude» Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude» Assemblée Permanente 19 juin 2012 1 I - RÉTABLIR LA COMPÉTITIVITÉ DES PME UN CONSTAT : UNE SITUATION

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES

APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES APPEL A PROJETS INTERNATIONALISATION ET CONQUETE DE NOUVEAUX MARCHES I. CONTEXTE Le Schéma Régional de développement Economique, d Innovation et d Internationalisation (SRDEII) adopté par la Région fin

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Via Prim Export. Nom Objectif

Via Prim Export. Nom Objectif Via Prim Export La Région des Pays de la Loire apporte un soutien financier aux entreprises dans le cadre de leur participation à un salon ou une mission de prospection commerciale à l étranger Nom Objectif

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION LA SMAEX, INSTRUMENT DE SÉCURISATION DES EXPORTATIONS Nezha LAHRICHI Présidente Directrice Générale 02 Novembre 2009 1 A propos de la SMAEX: Exporter c est

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Synthèse des conclusions Décembre 2009 avec le soutien du Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1506186D Intitulé du texte : Décret relatif à l obligation d assurance de la responsabilité civile professionnelle des agents commerciaux immobiliers

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 07/10/ à 08:46:40 PROGRAMME 862 : PRÊTS POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE

RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE LA PERIODE Le 1 er semestre de la société a été l occasion d un changement de direction de la société Anevia avec la nomination de Laurent Lafarge

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail