Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire"

Transcription

1 Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Directeur général adjoint en charge des finances et services généraux du conseil régional des Pays de la Loire Contexte La région des Pays de la Loire est représentative des régions françaises : la population y a augmenté de 9 % entre 1999 et 2008, pour une moyenne nationale de 6 % de croissance. De nombreux actifs de moins de 30 ans s y installent et son économie est vigoureuse 1. La crise, qui a gravement touché la région 2, a permis de concrétiser un projet d observatoire partagé de la conjoncture régionale. Cet observatoire constitue le premier plan de lutte contre la crise, associant l Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE), la Banque de France, les douanes, les services de l État, l Union régionale du Bâtiment et Travaux Publics (BTP), le Port autonome, etc. La situation s améliore depuis août Les élus ont rapidement réagi, tout en prévoyant un temps de concertation avec les acteurs économiques. Les territoires ont été consultés et la Région a rencontré les organismes paritaires pour la formation des salariés. Les premières aides financières ont été versées en février Un plan de lutte contre la crise, regroupant plus de 40 mesures et bénéficiant d un budget investissement de plus de 60 millions d euros 1 2 e région agricole française, 3 e région industrielle par ses effectifs, 4 e par sa valeur ajoutée, des secteurs industriels bien implantés avec un développement croissant du tertiaire. 2 Défaillance des entreprises en hausse de 21 % entre 2008 et 2009 contre 12 % au niveau national ; baisse de 12% de la production industrielle; Perspectives en baisse des opinions des chefs d entreprise sur leurs carnets de commandes. 1

2 et d un budget de fonctionnement de plus de 10 millions d euros, a également été adopté en mai Il comporte trois volets : - emploi et détérioration des conditions sociales - accompagnement des entreprises - investissements régionaux. Emploi et solidarité L accompagnement d un plan de chômage partiel est devenu indispensable. Pôle Emploi, la Région et les entreprises ont donc signé une charte de financement des plans de chômage partiel. La Région y a investi 6 millions d euros. L accompagnement des entreprises Le Prêt Régional de Redéploiement Industriel (PR2I) lutte contre la raréfaction du crédit à court terme par une garantie régionale de ces crédits. Le différé d amortissement du PR2I est de quatre ans, ce qui permet de l assimiler à un fond propre de l entreprise, qui voit alors ses ratios améliorés et ses possibilités d emprunt augmentées. La Région a ainsi pu créer un effet de levier de 60 millions d euros. Volet investissements régionaux Les investissements prévus en maîtrise d ouvrage régionale pour la période ont été lancés dès 2009 pour être réalisés durant la période Les élus ont proposé aux banques de placer leur argent dans le plan de relance régional par le biais d un emprunt obligataire régional de 6 ans. Le plan de lutte contre la crise à Angers Philippe BROIX Directeur général adjoint à l économie et l emploi. Communauté d agglomération d Angers Loire Métropole Les secteurs industriels et agricoles sont importants sur le territoire angevin. Des plans sociaux (environ emplois) ont été annoncés par les entreprises ainsi que des mesures de chômage partiel. Dès le début 2009, les collectivités ont lancé un plan d investissements majeur soutenant l emploi et les entreprises, et ont renforcé l animation économique territoriale en créant un pôle «économie et emploi». Soutien aux entreprises Un numéro vert pour les dirigeants d entreprise et un comité de pilotage ont été créés. Le fonds de revitalisation territoriale (accueil d entreprises extérieures) a été transformé en outil d accompagnement aux entreprises endogènes grâce à une modification des règles d éligibilité. Le second volet du plan partenarial Ville-acteurs de la création d entreprise visait à dynamiser la création d entreprise en renforçant la sensibilisation à l esprit d entreprendre, et en adaptant des outils départementaux à la situation locale 3. Le fonds régional à l innovation (Oseo, Ville, Région) a été renforcé par un fonds complémentaire de euros. 3 Prêt donneur à la création de micro entreprise (le Conseil régional a accepté d étendre son outil ; prime angevine à la création d entreprise (financement partagé avec le Conseil régional) complémentaire à la prime régionale 2

3 Soutien à l emploi Un baromètre économique mensuel de la Maison de l emploi ainsi que quatre mesures, aujourd hui opérationnelles, ont été adoptées : - multiplication des «entreprises citoyennes» - renforcement des moyens accordés à la mission locale angevine et aide au financement de heures de formation de salariés privés d emploi - renforcement de la découverte des métiers - ouverture de quatre «points emploi communautaires» 4 en collaboration avec Pôle emploi et mise en place d un «bus pour l emploi» Echanges avec la salle De la salle (Communauté d agglomération Portes de l Isère) Comment avez-vous organisé la gestion de l action de lutte contre la crise? En cas de seconde rechute économique, Angers pourra-t-elle assumer de nouvelles actions? À quel point s engagent les partenaires, notamment les représentants des entreprises? De la salle (Communauté urbaine de Strasbourg) Comment avez-vous pu vous mobiliser les financements rapidement? Quelles seront les modalités de l auto financement? Sur les 260 millions d euros investis, 250 millions ont été pris en maîtrise d ouvrage régionale. Une étude sur la gestion de la fonction de maîtrise d ouvrage interne aux services régionaux a été lancée pour améliorer son efficacité. De plus, la maîtrise d ouvrage a été davantage déléguée. Enfin, les Pays de la Loire ont engagé des contractuels pour la gestion des actions de lutte contre la crise pour trois ans. Vladimir DOLIQUE (Directeur des finances et de la commande publique, conseil général du Bas-Rhin) Le Bas-Rhin a privilégié la relance par l investissement. Comment accélérer, à budget et effectif constants, les investissements? Contrairement au plan des Pays de la Loire, le plan du Bas-Rhin se restreint à Le conseil général du Bas-Rhin intervient à parité avec son partenaire sur les investissements et la maîtrise d ouvrage. Pour une mobilisation rapide des financements, les projets ont d abord été identifiés, puis les procédures internes et étatiques assouplies. La force de la stratégie des Pays de la Loire a été la contractualisation entre les élus de la stratégie financière pluriannuelle. Les niveaux de recours à l emprunt et de l épargne, ainsi que la capacité de désendettement étaient préalablement déterminés : la marge existait donc. L emprunt obligataire oblige à augmenter les amortissements annuels. De plus, les dépenses des régions sont naturellement contra cycliques. Philippe BROIX Le soutien aux entreprises angevines a représenté 3 millions d euros, dont 2 millions apportés par des fonds privés d entreprises. La mutualisation des services entre la Ville et l agglomération a également entraîné des gains redéployables. Une nouvelle crise obligera à réadapter les plans d actions. 4 Lieux d accueil des demandeurs d emplois confiés à la Mission locale et à Pôle emploi 3

4 L Agence de développement économique du Bas-Rhin Responsable des mutations économiques et des affaires spéciales à l Agence de Développement Économique du Bas-Rhin (ADIRA) Le contexte de la crise en Bas-Rhin L ADIRA, 60 ans en 2010, financée par le conseil régional et la Région Alsace, est composée d anciens dirigeants d entreprise ou d anciens fonctionnaires territoriaux. Elle a traité en dossiers. Le suivi des affaires en difficulté a doublé et représente 200 millions d euros d investissement. L Alsace est une région industrielle (automobile) où les capitaux étrangers, avant nombreux, se délocalisent. En 2009, le taux de chômage a augmenté de 35 % et dans l automobile, la baisse d activité a parfois été de 60 %. Le chômage partiel est une des premières variables d ajustement des entreprises : en 2007, heures ont été sollicitées par les entreprises avec un taux de transformation de 15 %. En 2008, 1,5 million d heures ont été sollicitées, pour un taux de transformation de 73 %. En 2009, 6,5 millions d heures ont été sollicitées même si le taux de transformation est en baisse. Le recours au chômage partiel est aujourd hui stabilisé grâce au regain d activités. Le service des affaires spéciales de l ADIRA a été créé en 1974 et a développé une méthode de gestion des affaires en difficulté basée sur : - l anticipation des difficultés pour rendre les entreprises compétitives - la détection des difficultés afin de déterminer les moyens de les circonscrire, notamment en appui technique aux élus locaux - le traitement des difficultés par la médiation, l accompagnement des reconversions et des recherches de refinancement, etc. L ADIRA a également développé une politique en plusieurs points : - l accompagnement des plans de restructuration - la revitalisation des bassins de l emploi - la dynamisation du tissu économique endogène - la reconversion de sites (la disponibilité foncière permet de faire émerger des projets) - la cession ou externalisation d activités. La Sodiv, financée par la Région Alsace et les fonds de revitalisation, permet d alimenter des fonds privés. Paradoxalement, la crise favorise les nouvelles implantations d entreprises, et le retour de grosses entreprises. Échanges avec la salle Comment réagissent les élus face aux relocalisations? 4

5 Aujourd hui, nos entreprises reviennent aux fondamentaux de la création de valeurs : innovation, proximité, maîtrise verticale de la chaine de production. La taxe carbone impactera également les productions étrangères à faible valeur ajoutée. Il n est plus judicieux aujourd hui de délocaliser à l étranger. De la salle Comment évaluer les impacts des actions de l ADIRA par rapport à des décisions arbitraires d entrepreneurs? Les dossiers que nous recevons aujourd hui concernent davantage des entreprises de plus de 50 salariés. En contre partie, nous manquons de fonds pour répondre à ces demandes. L expérience du plan de relance mis en place par le Département du Bas- Rhin Vladimir DOLIQUE Directeur des finances et de la commande publique, Conseil général du Bas-Rhin Le plan de relance Le conseil général du Bas-Rhin a défini un plan de relance circonscrit à l année 2009 dans un contexte de budget constant et d optimisation des procédures internes. Deux volets d investissement existent : - la mobilisation des partenaires institutionnels essentiellement publics et l investissement dans l immobilier d entreprise - la mobilisation de la maîtrise d ouvrage départementale avec un objectif d optimisation du taux d exécution de 45 %. L optimisation des investissements Fin 2008, les élus avaient entériné un accroissement des investissements. La dépense publique départementale a été accélérée lors du premier semestre 2009 sans être augmentée. Un appel à projet a été lancé par le Département fin 2008, suivi d un vote mi février dossiers de subventions ont été déposés (logements sociaux, aides aux entreprises). L avantage du Département du Bas-Rhin est d être engagé dans un schéma de contractualisation avec les territoires, ce qui permet un recensement exhaustif des projets des communes pour lesquels des cofinancements sont prévus. La participation de l État aux grands projets a été encouragée, et les études préalables à la mise en chantier assouplies. Le Département a profité des possibilités règlementaires offertes pour l assouplissement des délais d instruction des marchés publics, ce qui lui a permis de gagner entre 1 mois et demi et 2 mois. Le Département s est engagé auprès des entreprises à respecter les délais de paiement. Les assouplissements règlementaires nationaux ont également permis de généraliser les schémas d acomptes aux entreprises pour des montants inférieurs à euros. 5

6 Éléments de bilan L année a été exceptionnelle pour les investissements de la collectivité. D ici la fin 2009, le Département estime que les taux d exécution de la maîtrise d ouvrage devraient s améliorer de 10 % environ. L objectif du plan était de réaliser 775 millions d euros d investissement : l effet de levier a fonctionné. En 2010, la baisse de l investissement sera graduelle. Le financement des Départements sera modifié par la réforme de la taxe professionnelle. Depuis 2000, le taux de refinancement diminue : il est passé de 30 % en 2000 à 16 % en 2008 dans le Bas-Rhin sous l effet conjugué de la baisse des recettes de fonctionnement due aux réformes fiscales et de la hausse des dépenses sociales. Pour maintenir le taux d investissement de 2009, le Département réduira graduellement ses investissements. Échanges avec la salle Dans la Région des Pays de la Loire, des instances de suivi mensuel des mesures ont été créées. Les premiers chiffres soulignent que : - 75 % des accélérations d investissement sont lancées - les investissements en 2009 ont augmenté de 30 millions d euros - 30 entreprises embauchant environ personnes participent aux actions - la Région a prêté 15 millions d euros - l effet de levier global est de 30 millions d euros - 10 conventions ont été signées avec des collecteurs sur la formation professionnelle de salariés durant heures. Cette prospective est financée pour des dépenses de fonctionnement contenues à 2,2 % par an, ce qui paraît soutenable en raison de l absence de dépenses sociales pour l instant alors même que la masse salariale augmente. Si les ressources augmentent, l hypothèse est similaire à celle du conseil général du Bas-Rhin : le niveau de l inflation sera peut-être le minimum que la réforme garantira. De la salle (Région Alsace) Quel sera l impact de la baisse d investissement dans les prochaines années sur le tissu économique? Vladimir DOLIQUE Le Département doit améliorer son travail sur la fongibilité des crédits d investissement. Les habitudes de travail doivent être améliorées dans les prochaines années. La programmation des besoins doit être affinée, et la capacité de redéploiement infra annuelle des crédits améliorée. Grâce à l effet d inertie, le Département restera à un niveau d investissement encore très dynamique en 2010, ce qui évitera un retrait trop brutal des investissements. L impact sur l emploi est important : le chômage partiel a l avantage de maintenir le contrat entre l employeur et le salarié. L anticipation des grandes manœuvres par les collectivités locales permet de préparer la reprise. Vladimir DOLIQUE Le retrait relatif du Département sera sans conséquence car la conjoncture s améliore et l investissement privé redémarre. 6

7 Le rôle des collectivités est de mener des actions contra cycliques jusqu à ce que la faiblesse de l investissement privé soit passée. Accélérer l investissement en période de crise est logique, le réduire ensuite ralentit peut-être la reprise, mais est indispensable. Dans le cas régional, les budgets versés aux communes sont variables, et la crainte est donc plutôt au niveau des collectivités infra départementales qui ont pourtant un impact majeur sur le tissu économique local. De la salle (Région Poitou-Charentes) Peut-on avoir des précisions sur l emprunt obligataire? Nous étions inquiets car l opération était inédite, mais elle a été un succès. L échec n était pas handicapant, mais nous craignions que trop de personnes ne souscrivent à l emprunt. Au final, personnes ont souscrit à l emprunt, dont en région et 500 dans d autres régions. Des investisseurs institutionnels régionaux ont complété l emprunt. Les conditions de l emprunt ont été fixées par une cotation de marché validée en présence de l autorité des marchés financiers. Le taux a été fixé à 4 % sur six ans. Durant la crise, les marges bancaires se sont envolées. Le surcoût du taux de 4 %, compris entre cinq et dix points de base, est relativement faible par rapport à la conjoncture. Si les marges bancaires baissent ce type de montage, comportant des coûts intrinsèques élevés, sera moins avantageux. Natixis a coordonné l opération. On refacture aux entreprises exactement les 4 % prélevés auprès des particuliers. Ce document est une synthèse de conférence, les propos des intervenants ne sont pas repris dans leur intégralité mais condensés. Réalisation de la synthèse 7

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans!

Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Saint-Etienne, le 18 mars 2013 Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme- Ardèche mettent le cap vers les jeunes de moins de 26 ans! Vendredi 15 mars 2013, Loire Active et la Caisse d Epargne Loire-Drôme-Ardèche

Plus en détail

Création et développement des petites et très petites entreprises

Création et développement des petites et très petites entreprises Création et développement des petites et très petites entreprises L EXPERIENCE DE FRANCE INITIATIVE Séminaire Tunis 11-14/12/06 1 1 - Généralités Nous parlons de la «très petite et de la petite entreprise»

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Diagnostics, accompagnements et appui RH

Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics et accompagnements Prestations de conseil financées à 100% par le Fafih Pour des entreprises de 1 à 250 salariés Assurées par des cabinets spécialisés

Plus en détail

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne

Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 RESULTATS 2013 Plus de 2 600 emplois créés ou sauvegardés et 850 entreprises accompagnées et financées grâce à l action du réseau Initiative Bretagne Initiative

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 17 DECEMBRE 2010 BP 2011 COMMISSION DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ET DE LA SECURITE CIVILE Direction Générale

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 LES ENTREPRISES DE dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 Contact presse CCI de Lyon Aurélie Husson 04 72 40 58 39 husson@lyon.cci.fr SOMMAIRE LES ENTREPRISES DE Intelligence économique : le constat Un levier

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale JEREMIE AUVERGNE I. Présentation de l action Le programme JEREMIE Auvergne (Joint European Ressources For Micro To Medium Entreprises) a été créé à partir d une initiative de la Commission européenne et

Plus en détail

Appel à Projets 2013

Appel à Projets 2013 Appel à Projets 2013 POLE DES ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises REPRISE D ENTREPRISES ARTISANALES ET INDUSTRIELLES NATURE DU DISPOSITIF DIR AAP OBJECTIFS - Financer la

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Business plan Formation Financement BPE Création Finances Commerce Édito Com des images / Région Picardie Les efforts réalisés depuis plusieurs

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables

Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables Appel à Projets Régional pour l implantation et le développement d unités industrielles ou tertiaires dans les secteurs des énergies renouvelables "EQUIP ENERGIE 2010" SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 APPEL

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet RCI Banque vise un montant de dépôts représentant 20 à 25% des encours en 2016 10 juillet 2013 ID: 49744 Au 30 juin 2013, près de 33 700 livrets ZESTO ont été ouverts représentant un montant d épargne

Plus en détail

Budget Primitif 2015 Programme "Remboursement de la dette" M. Pierre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie»

Budget Primitif 2015 Programme Remboursement de la dette M. Pierre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» Direction des finances - 2DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 Budget Primitif 2015 Programme "Remboursement de la dette" M. Pierre, Rapporteur

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

mode d emploi secteur public www.bei.org Au service du

mode d emploi secteur public www.bei.org Au service du Au service du secteur public mode d emploi Le secteur public joue un rôle majeur dans l investissement en France. Le Groupe BEI est mobilisé pour apporter des financements à long terme à des taux attractifs

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire

NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire NORD PAS- DE- CALAIS et l Economie Sociale et Solidaire Evolution et Gouvernance Depuis 1996, la région Nord Pas- de- Calais soutient des initiatives à caractère économique dans le secteur des services

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES 2014 A-Contexte général B-Renforcement de la mission Relations Entreprises du C-Evaluation

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

Infodoc. n 95. Février 2015. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle

Infodoc. n 95. Février 2015. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle Infodoc Législation/Réglementation Réforme de la Formation Professionnelle Février 2015 n 95 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

LE PARRAINAGE POUR L EMPLOI EN PICARDIE

LE PARRAINAGE POUR L EMPLOI EN PICARDIE Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle de Picardie Programme régional d animation des réseaux de parrainage en Picardie LE PARRAINAGE POUR L EMPLOI EN PICARDIE Décembre

Plus en détail

Recherche de financements publics

Recherche de financements publics Recherche de financements publics Sommaire Des experts au service des entreprises Les associés...3 Primo Finance : spécialisée dans la recherche de subventions...4 Un service innovant au coeur des préoccupations

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux

Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne. Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Rénovation énergétique des bâtiments en Bretagne Propositions pour un accompagnement et un financement des travaux Édito E Chiffres clés bretons Objectifs de la Bretagne* n 2014, le Conseil régional de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

RAPPORT N 13.25 COMMISSIONS : COHESION SOCIALE, SOLIDARITE ET HANDICAP ENSEIGNEMENT, FORMATION, DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET RELATIONS INTERNATIONALES

RAPPORT N 13.25 COMMISSIONS : COHESION SOCIALE, SOLIDARITE ET HANDICAP ENSEIGNEMENT, FORMATION, DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET RELATIONS INTERNATIONALES RAPPORT N 13.25 PROGRAMME DEPARTEMENTAL D'INSERTION ET DE RETOUR A L'EMPLOI - MISE EN OEUVRE DU CONTRAT UNIQUE D'INSERTION DANS LE DEPARTEMENT DES HAUTS- DE-SEINE POUR L'ANNEE 2013 COMMISSIONS : COHESION

Plus en détail

Finances Conseil Méditerranée / ESIA

Finances Conseil Méditerranée / ESIA Finances Conseil Méditerranée / ESIA - Financement des TPE - Financement des entreprises responsables - Dispositif CEDRE 25 avril 2013 QUI EST ESIA? Un outil de développement local créé en 2001 par la

Plus en détail

ENTREPRENDRE AU FÉMININ

ENTREPRENDRE AU FÉMININ Journée nationale des femmes entrepreneures ENTREPRENDRE AU FÉMININ Un an d action pour le développement de l entreprenariat féminin DOSSIER DE PRESSE 1 er octobre 2014 UNE POLITIQUE POUR L EMPLOI ET L

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE

LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE N 156 - MARCHES n 35 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 novembre 2009 ISSN 1769-4000 LES DISPOSITIFS D AIDE EN CAS DE DIFFICULTES DE TRESORERIE L essentiel En réponse à la crise financière,

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Le management de l innovation dans le secteur du logement social. Université d été 2012 Introduction

Le management de l innovation dans le secteur du logement social. Université d été 2012 Introduction Le management de l innovation dans le secteur du logement social Université d été 2012 Introduction INTRODUCTION : ENJEUX DE L INNOVATION DANS LE SECTEUR PROFESSIONNEL L innovation, constante dans l histoire

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTIONS EN MATIERE D AIDES DIRECTES AUX ENTREPRISES Approuvé par la délibération n 2009/037 du 22 juillet 2009

REGLEMENT D INTERVENTIONS EN MATIERE D AIDES DIRECTES AUX ENTREPRISES Approuvé par la délibération n 2009/037 du 22 juillet 2009 REGLEMENT D INTERVENTIONS EN MATIERE D AIDES DIRECTES AUX ENTREPRISES Approuvé par la délibération n 2009/037 du 22 juillet 2009 Vu le règlement de la commission européenne n 1998/2006 en date du 15 décembre

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

- par OSEO pour le montage de dossiers de demande de Prêt à la Création d Entreprise (PCE), prêt bancaire sans garantie ni caution personnelle.

- par OSEO pour le montage de dossiers de demande de Prêt à la Création d Entreprise (PCE), prêt bancaire sans garantie ni caution personnelle. INITIATIVE HAUTE-SAÔNE est une association de type loi 1901 créée en juin 1998 à l'initiative du Conseil général de la Haute-Saône, bénéficiant du soutien de partenaires économiques (Banques, Chambre de

Plus en détail

REUNIONNAISES. de nouveaux LEBRETON. financements des entreprises. www.patricklebreton.fr. Patrick Lebreton 2015-2021

REUNIONNAISES. de nouveaux LEBRETON. financements des entreprises. www.patricklebreton.fr. Patrick Lebreton 2015-2021 Elections régionales - 6 et 13 décembre 2015 avec Patrick de nouveaux financements des entreprises REUNIONNAISES www.patricklebreton.fr Patrick Lebreton 2015-2021 L INSEE décrit La Réunion comme la terre

Plus en détail

Les banques accompagnent-elles

Les banques accompagnent-elles parlons CLAIR Les banques accompagnent-elles les TPE / PME? parlons CLAIR Des questions se posent, des réponses s imposent. Parlons clair est une collection de livrets destinés à donner des explications

Plus en détail

Convention de partenariat

Convention de partenariat Convention de partenariat Entre L Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, Etablissement Public Industriel et Commercial, dont le siège est situé au 69bis, rue de Vaugirard, 75006, Paris, Représentée

Plus en détail

Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise

Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise Animé par : Animé par : Fabienne KERZERHO, Directrice Régionale Adie Marc DEMAISON, Responsable Adie Conseil - Adie En France,

Plus en détail

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Service de presse Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Dossier de presse Contacts presse William Beuve-Méry william.beuve-mery@iledefrance.fr

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

ANNEXE 3 CONVENTION 2012 Au titre du Programme Local de l Habitat Entre : La Communauté Urbaine de Bordeaux et L ADIL 33 de la Gironde ENTRE LES SOUSSIGNES : Monsieur le Président de la Communauté Urbaine

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

La Coordination régionale

La Coordination régionale La Coordination régionale La coordination régionale Normandie a pour mission de mutualiser certains outils afin de permettre aux plateformes d uniformiser ou d améliorer leurs pratiques. Aujourd hui, la

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. Notre grande cause à nous, c est faire naître votre

RAPPORT ANNUEL. Notre grande cause à nous, c est faire naître votre RAPPORT ANNUEL Lauréat au palmarès 2010 France Initiative pour la bonne appropriation de la démarche qualité et la très forte implication de la plateforme à tous les niveaux du réseau dans les groupes

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Pérennité et croissance des PME en Alsace

Pérennité et croissance des PME en Alsace Pérennité et croissance des PME en Alsace 1 Introduction Jean-Alain HERAUD BETA, Université Louis Pasteur, CNRS, Strasbourg 2 Commission «pour la libération de la croissance française» 300 décisions pour

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

Département de Seine-Maritime

Département de Seine-Maritime Département de Seine-Maritime Cahier des charges «Déménagement social» Juin 2009 1 - Préambule Avec un taux de chômage de 9% (4 ème trimestre 2008), le Département de Seine-Maritime se situe 1.2 points

Plus en détail

Atelier sur les enjeux et défis des placements des Fondations Fondation du Grand Montréal (FGM)

Atelier sur les enjeux et défis des placements des Fondations Fondation du Grand Montréal (FGM) Atelier sur les enjeux et défis des placements des Fondations Fondation du Grand Montréal (FGM) 1 NORMAND GRÉGOIRE, PRÉSIDENT DU COMITÉ DE PLACEMENT ET MEMBRE DU CONSEIL DE LA FGM Plan 2 Mission de la

Plus en détail

Plan d urgence pour l emploi. Propositions à débattre

Plan d urgence pour l emploi. Propositions à débattre Plan d urgence pour l emploi Propositions à débattre Avant propos : Ce document est un document de travail. Il vise à formuler un projet de plan d action structuré en faveur de la création d emplois. Il

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE CABINET DU PRÉFET Pôle de la communication interministérielle Strasbourg, le 1 er avril 2016 COMMUNIQUE DE PRESSE PACTE DE RESPONSABILITE Entrée en vigueur de la deuxième tranche le 1 er avril 2016 Stéphane

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE Les mesures mises en place visent à accompagner les collaborateurs porteurs d un projet professionnel en dehors du groupe CA sa et

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

Prêt Pour l Export (PPE)

Prêt Pour l Export (PPE) prêt pour l export Prêt Pour l Export (PPE) Vous souhaitez développer votre entreprise 1 à l international. Pour financer les dépenses immatérielles de votre programme d investissements, OSEO, en partenariat

Plus en détail

Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela

Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela 9 octobre 2012 1 Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela CONSTRUCTION L OPCA de la Construction est agréé gréé, par arrêté du 9 novembre 2011 (JO du 04/12/2011),

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation en Provence-Alpes-Côte d Azur

Agir pour le développement économique et l innovation en Provence-Alpes-Côte d Azur Agir pour le développement économique et l innovation en Provence-Alpes-Côte d Azur Groupe EDF 7 400 emplois dans la région Provence-Alpes-Côte d Azur Groupe EDF 350 M * d achats confiés aux entreprises

Plus en détail

Baromètre sur le financement et

Baromètre sur le financement et pour Baromètre sur le financement et - Vague 17 - Contacts : Flore- Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402

Plus en détail

Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise. Animé par : Marc DEMAISON

Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise. Animé par : Marc DEMAISON Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise Animé par : Marc DEMAISON En France, la création d entreprise se caractérise avant tout par un «entrepreneuriat populaire» - Des

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Commune de Lucens Municipalité Service des finances

Commune de Lucens Municipalité Service des finances Commune de Lucens Municipalité Service des finances Préavis n 14 2011 au Conseil communal Fixation des plafonds en matière d emprunts et de risques pour cautionnements Lucens, le 31 octobre 2011 Table

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/05.799 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires

Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires Fiche presse Jeudi 14 avril 2016 Feuille de route État-région et Plan 500 000 formations supplémentaires La feuille de route partagée entre l État et la Région pour le développement économique, l emploi

Plus en détail

Le projet associatif de structure de mission locale : ce qu il est ANDML/UNML Décembre 2007

Le projet associatif de structure de mission locale : ce qu il est ANDML/UNML Décembre 2007 Le projet associatif de structure de mission locale : ce qu il est ANDML/UNML Décembre 2007 08/05/2008 Philippe Labbé 06 89 89 74 23 1 Projet associatif? «Le financement des missions locales s inscrit

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Appel à Projets 2013

Appel à Projets 2013 Appel à Projets 2013 POLE DES ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises VALORISATION DES METIERS D ART EN LORRAINE NATURE DU DISPOSITIF DIR AAP OBJECTIFS Cet appel à projet a

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 12-16 janvier 2012 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 403 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS. Avec le soutien de

Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS. Avec le soutien de Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS Avec le soutien de QUI SOMMES-NOUS? QUI EST ILE DE FRANCE ACTIVE? Association membre du réseau France Active

Plus en détail

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) Infodoc Législation/Réglementation Janvier 2014 n 92 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION RÉFORME

Plus en détail

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE Conseil municipal du 16 décembre 2013 1 - Evolution de l encours de la dette de 2013 à 2014 : Encours de la dette au 01/01/2013

Plus en détail

Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI

Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Les niveaux de confiance se stabilisent à un bas niveau L apprentissage est plébiscité par les dirigeants de PME-ETI Des PME-ETI qui n investissent

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

Vous pensez que l international est une nécessité pour votre entreprise et pour la Bretagne.

Vous pensez que l international est une nécessité pour votre entreprise et pour la Bretagne. Vous pensez que l international est une nécessité pour votre entreprise et pour la Bretagne. Devenez acteur du développement international de l économie de votre région en adhérant à Bretagne Commerce

Plus en détail