HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL"

Transcription

1 HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1

2 HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL Première partie: HISTOLOGIE DU TISSU NERVEUX CENTRAL 1) Les cellules du système nerveux (rappel!) 2) Les tissus nerveux (Histologie et Fonction) - Moelle épinière - Tronc cérébral, Cervelet - Cortex cérébral 2

3 INTRODUCTION Le système nerveux comprend 2 grands ensembles fonctionnels : le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) et le système nerveux périphérique (filets nerveux destinés aux membres et aux viscères). Au niveau cellulaire, ce grand ensemble n est constitué que de deux grands types cellulaires : [1] les neurones, qui sont les cellules nobles, dotées d activités fonctionnelles variées et [2] les cellules gliales, qui sont les cellules les plus nombreuses du système nerveux et qui assurent le support physique et le soutien nutritionnel des neurones. 1. LES CELLULES DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL a) Caractéristiques morphologiques *LES NEURONES Même s il existe différents types de neurones et des variations d une région à l autre du système nerveux, les neurones ont des caractéristiques communes (Figure 1). Ce sont des cellules dotées d un volumineux corps cellulaire, encore appelé «Soma», qui renferme un noyau proéminent avec un nucléole bien visible et une chromatine dispersée. Le cytoplasme péri nucléaire (péri caryon) se caractérise par la présence d un volumineux réticulum endoplasmique granuleux (REG) en amas, réalisant les corps de Nissl. Le cytoplasme renferme également de nombreuses mitochondries et un cytosquelette, constitué de filaments intermédiaires et de micro filaments. Figure 1 : Caractéristiques des neurones 3

4 Figure 2 : Caractéristiques des astrocytes Figure 3 : Caractéristiques des oligodendrocytes 4

5 La grande caractéristique des neurones est représentée par leurs prolongements cellulaires, initialement décrits au début du XXème siècle, par deux pionniers en Neurohistologie (Golgi et Cajal). Les neurones ont deux types de prolongements : les dendrites et l axone. Les dendrites sont en général courts, multiples et très ramifiés alors que l axone est unique, avec des terminaisons souvent multiples. L axone est entouré par une gaine lipido-protéique, la myéline, élaborée par un type de cellules gliales : les oligodendrocytes. Les neurones sont séparés par des jonctions inter cellulaires hautement spécialisées: les synapses, qui relient les neurones entre eux ou aux cellules effectrices (cellules musculaires). *LES CELLULES GLIALES Les astrocytes sont les cellules les plus nombreuses du système nerveux central (Figure 2). On parle de cellules étoilées car elles sont pourvues de prolongements ramifiés qui occupent tout l espace entre les neurones. Les astrocytes ont des prolongements cellulaires qui prennent appui contre les membranes des vaisseaux et elles participent ainsi à la constitution de la barrière hémato-encéphalique. Leur cytoplasme renferme un type particulier de filaments intermédiaires: la protéine glio fibrillaire acide (GFAP), que l on peut mettre en évidence sur une coupe de tissu à l aide d un anticorps spécifique, par la technique d immunohistochimie. Les oligodendrocytes (Figure 3) sont responsables de la myélinisation des axones. Il existe 2 principaux types d oligodendrocytes : - l oligodendrocyte clair est présent chez le fœtus et le nouveau né ; il s agit d une cellule de grande taille, active, fréquemment en division ; - l oligodendrocyte sombre rencontré chez l adulte est une cellule de petite taille, qui ne se divise pas. Une forme intermédiaire, entre la cellule claire et la cellule sombre, serait présente chez l adulte et donc capable, dans certaines circonstances, de synthétiser de la myéline. 5

6 b) Caractéristiques fonctionnelles des cellules du système nerveux De façon très synthétique, la fonction du système nerveux central est de percevoir un stimuli, qu il soit externe ou interne, de l intégrer, de l analyser et de fournir une réponse adaptée par l intermédiaire des organes effecteurs. Tout ceci repose sur une propriété fondamentale des neurones : «l excitabilité» et leur organisation en un réseau cellulaire interconnecté. L excitabilité du neurone est liée à l existence d un potentiel membranaire : - au repos, ce potentiel résulte d un déséquilibre entre les concentrations des ions NA+ et K+ entre le milieu extra et intra cellulaire. Ce déséquilibre est maintenu à l aide de pompes NA+/K+, qui fonctionnent en consommant la quasi-totalité de l énergie produite par les mitochondries du neurone. - en présence d un stimuli, il se produit une modification de la perméabilité membranaire, qui induit un mouvement ionique et entraine une dépolarisation de la membrane neuronale. L onde de dépolarisation va progresser jusqu à la synapse et déclencher la libération du neuromédiateur, dont le type (inhibiteur ou excitateur) conditionnera l effet final. La fonction des neurones est elle-même conditionnée par les cellules gliales : les astrocytes sont qualifiés de «compagnons des neurones» depuis la période embryonnaire jusqu à l âge adulte. Les astrocytes sont indispensables à la fonction des neurones puisque [1] ce sont eux qui prélèvent dans le sang les substrats nécessaires au métabolisme énergétique des neurones et [2] qu ils régulent la composition du milieu extra cellulaire du système nerveux. Les oligodendrocytes sont responsables de la myélinisation des axones. Un autre type de cellule gliale, la microglie, correspond à des cellules mononuclées (monocyte-macrophage). Elles ne sont visibles qu en cas de lésion du système nerveux afin d en assurer sa défense. 6

7 2. ETUDE HISTOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL Lorsque l on pratique une coupe de tissu nerveux, l aspect macroscopique retrouve toujours 2 aspects : de la substance grise et de la substance blanche. La substance grise correspond aux corps cellulaires des neurones alors que la substance blanche correspond aux axones des neurones (fibres nerveuses). La couleur blanche est due au contenu lipidique de la gaine de myéline. Selon les régions du système nerveux, la répartition substance blanche / substance grise va changer de même que leurs proportions respectives. 7

8 L histologie du système nerveux central sera détaillée au niveau de 4 grandes régions : la moelle épinière, le tronc cérébral, le cortex cérébelleux et le cortex cérébral. a) Moelle épinière De façon générale, la moelle épinière correspond à un cordon de système nerveux central : au niveau duquel : - la SG se trouve au centre, revêt un aspect en ailes de papillons. C est à son niveau que se trouvent les corps cellulaires des neurones moteurs et sensitifs. - la SB se trouve à la partie postérieure et ventro latérale de la moelle. C est à son niveau que se cheminent les fibres axonales sensitives ascendantes et motrices descendantes. La moelle renferme 4 sillons, dont les caractéristiques permettent une orientation sur une coupe transversale (Figure 4) : - un sillon ventral médian, profond - un sillon dorsal médian, petit - deux sillons latéraux : un dorsal et un ventral qui correspondent à l entrée et à la sortie des racines nerveuses, respectivement. La moelle comporte une commissure centrale qui correspond au canal de l épendyme, à l intérieur duquel chemine le liquide céphalo-rachidien (LCR). 8

9 Figure 4 : Vue globale d une coupe transversale de moelle épinière Figure 5 : Substance grise de la moelle épinière 9

10 *SUBSTANCE GRISE (SG) La partie antérieure «cornes ventrales» renferme les corps cellulaires des neurones moteurs. Il s agit de volumineux neurones, relais des neurones du cortex moteur. La partie postérieure «cornes dorsales» renferme des petits neurones sensitifs dits de 2 ème ordre. Au niveau de la moelle dorsale et lombaire supérieure, il existe des «cornes latérales» où se trouvent les corps cellulaires neurones sympathiques efférents pré ganglionnaires. *SUBSTANCE BLANCHE (SB) La SB postérieure correspond aux «cordons postérieurs» et renferme des fibres sensitives ascendantes. Ces fibres véhiculent la vibration, la proprioception et le toucher discriminatif. La SB ventro latérale renferme également des fibres axonales myélinisées. Il s agit de fibres sensitives ascendantes au niveau ventro latéral (faisceaux spino thalamique latéral : douleur, température et ventral : toucher superficiel) et de fibres descendantes motrices (faisceau cortico spinal). La moelle épinière va augmenter de volume de bas en haut, car les fibres qu elle renferme y sont de plus en plus nombreuses. 10

11 Figure 6 : Substance blanche Figure 7 : Coupe histologique de la moelle épinière 11

12 b) Tronc cérébral Le tronc cérébral constitue essentiellement une zone de passage des fibres axonales ascendantes et descendantes. Ces fibres sont à disposition longitudinale au niveau du bulbe (partie inférieure du tronc cérébral), longitudinale et transversale au niveau de la protubérance (partie moyenne du tronc cérébral). La SG correspond à des amas de corps cellulaires neuronaux, groupés en noyaux ou dispersés au sein de la SB. - Etage bulbaire (Figure 8) *SUBSTANCE BLANCHE La SB bulbaire est principalement représentée par les pyramides, situées à sa partie ventrale. En coupe transversale, les pyramides forment 2 faisceaux symétriques de fibres longitudinales groupées. Il s agit des fibres corticales motrices descendantes «faisceau pyramidal» dont 90 à 95% d entre elles vont décusser au niveau de la partie basse du bulbe. La SB du bulbe comporte également à sa partie médiane le Lemniscus «faisceau lemniscal» qui correspond à un faisceau de fibres ascendantes, relai des cordons postérieurs de la moelle. *SUBSTANCE GRISE Elle est essentiellement représentée par le noyau olivaire ou «olive bulbaire» : ce noyau comporte 3 parties (olive principale, dorsale et ventrale). Son aspect rubanné est caractéristique (Figure 9), avec de grands neurones. D un point de vue fonctionnel, il s agit d un noyau relai des fibres corticales et médullaires vers le cervelet. A la partie dorsale du bulbe, de part et d autre de la ligne médiane, se trouvent les noyaux de la XIIème paire de nerfs craniens (Grand hypoglosse). 12

13 Figure 8 : Etage bulbaire Figure 9 : Aspect caractéristique du noyau dentelé 13

14 - Etage protubérantiel (Figure 10) *SUBSTANCE BLANCHE Elle a l aspect d un réseau de fibres entrecroisées occupant toute la partie ventrale de la protubérance. Il s agit de fibres longitudinales descendantes du cortex moteur ; ces fibres sont dispersées au niveau de la protubérance alors qu elles vont se rassembler à l étage bulbaire (pyramides). Les fibres transversales proviennent de fibres corticales descendantes après qu elles aient fait synapse avec les neurones du pont. Ces fibres se destinent au cervelet, via le pédoncule cérébelleux moyen. Les pédoncules cérébelleux correspondent à des faisceaux de fibres afférentes (pédoncule inférieur et moyen) et efférentes au cervelet (pédoncule supérieur). *SUBSTANCE GRISE A la partie ventrale de protubérance, la SG correspond aux corps cellulaires des neurones du pont (Figure 11). Il s agit de neurones de taille moyenne, à noyaux bien visibles, dispersés au sein des fibres entrecroisées. C est avec ces neurones que les fibres descendantes corticales vont faire synapse, pour ensuite rejoindre le cervelet. A la partie dorsale de la protubérance, se trouvent des amas de neurones qui correspondent aux noyaux des Vème, VIème et VIIème paires de nerfs crâniens. 14

15 Figure 10 : Protubérance Figure 11 : Aspect des neurones du pont 15

16 c) Cortex cérébelleux Le cervelet est situé à la partie dorsale de la protubérance. Il comporte une partie centrale «vermis» et 2 hémisphères. D un point de vue histologique, tout cet ensemble est constitué de façon identique. La SG (cortex) est en périphérie, forme des circonvolutions très ramifiées «foliées» et entoure une SB (médullaire) centrale. Le cortex cérébelleux est constitué de 3 couches de cellules (Figure 12) : - la première couche (externe) ou «couche moléculaire» est de faible cellularité et renferme essentiellement des dendrites et des axones qui font synapse ; - la deuxième couche correspond à l assise des «neurones de Purkinje». Il s agit de volumineux neurones, agencés de façon discontinue. Ces neurones ont de nombreux dendrites, qui se ramifient dans l assise moléculaire. Leur axone, unique, descend dans la SB en traversant la couche interne ; - la troisième couche (interne) ou couche granulaire renferme de nombreux neurones granulaires, de petite taille. Ces neurones sont pourvus de petits dendrites. Leurs axones remontent dans la couche moléculaire et ont un trajet parallèle avant de former des synapses avec les dendrites des neurones de Purkinje. 16

17 Figure 12 : Organisation du cortex cérébelleux Figure 13 : Correspondance avec l histologie 17

18 Principes fonctionnels du cortex cérébelleux Brièvement, la fonction du cervelet est l intégration mouvement, le contrôle de l équilibre et du tonus musculaire. Le cervelet reçoit des afférences supérieures (corticales) et inférieures (médullaires) via les pédoncules cérébelleux dont les fibres vont établir des connections avec les dendrites des neurones granulaires et des neurones de Purkinje. Les afférences du cervelet sont les axones des neurones de Purkinje qui vont traverser la couche des grains et gagner la SB afin d établir des relais aux niveaux de noyaux gris. d) Cortex cérébral Les 2 hémisphères du cerveau sont faits de circonvolutions de substance grise (cortex) et d une masse centrale de substance blanche où cheminent les fibres axonales efférentes et afférentes au cortex. Chez les êtres inférieurs, le cortex cérébral est constitué de 3 couches cellulaires dont la fonction principale est l odorat, alors que chez les mammifères, le cortex est à 6 couches (néo cortex). Chez l homme, 90% du cortex cérébral est à 6 couches (aires motrices, sensitives, associatives). Il persiste un cortex à 3 couches au niveau du cortex olfactif et du système limbique lobe temporal qui représente 10% du cortex cérébral. 18

19 Figure 14 : Cellule pyramidale Figure 15 : Cellule granulaire 19

20 D un point de vue architectural, le néo cortex comporte 5 types de neurones différents (dont 2 principaux) qui vont s agencer en 6 couches. Ces couches n ont pas de démarcation nette de l une à l autre ; il s agit de différences portant sur l aspect, la taille, la densité des neurones et de variations d une région corticale à l autre, selon l épaisseur du cortex et sa fonction. *LES DIFFERENTS NEURONES DU CORTEX CEREBRAL Les cellules pyramidales (Figure 14) ont un corps cellulaire en forme de «pyramide» dont le sommet est orienté vers la surface du cortex. L axone part de la base et traverse la SB. Les cellules pyramidales ont de multiples dendrites : 1 dendrite épais qui se ramifie en surface et plusieurs petits dendrites, ramifiés latéralement. Les cellules pyramidales sont de taille variable ; les petites sont plutôt en surface alors que les grandes cellules pyramidales du cortex moteur «Cellules de Betz» sont en profondeur. Les cellules pyramidales ont comme médiateur le glutamate, qui est excitateur de l influx nerveux. Les cellules granulaires «grains» (Figure 15) sont des petites cellules étoilées, pourvues de dendrites multiples, courts et d un petit axone vertical. Ces cellules ont comme médiateur le GABA qui est inhibiteur de l excitabilité. 20

21 Figure 16 : Cellules de Martinotti Figure 17 : Cellules fusiformes Figure 18 : Cellules de Cajal 21

22 Trois autres types de neurones sont rencontrés dans le cortex cérébral : - les cellules de Martinotti (Figure 16) sont des petits neurones polygonaux avec des dendrites peu nombreux, courts et un axone fin qui se dirige vers la surface où il chemine horizontalement ; - les cellules fusiformes (Figure 17) ressemblent à un fuseau orienté perpendiculairement à la surface corticale ; les dendrites sont multiples, ramifiés latéralement et l axone, unique, remonte vers la surface ; - les cellules de Cajal (Figure 18) sont horizontales, fusiformes et orientées parallèlement à la surface corticale ; elles se trouvent dans la couche superficielle du cortex où leur axone fait synapse avec les cellules pyramidales. *LES DIFFERENTS COUCHES DU CORTEX CEREBRAL Les 5 types de neurones vont s agencer en 6 couches cellulaires (Figure 19). De dehors en dedans, on distingue : La Couche I ou «Couche Plexiforme» qui est faiblement cellulaire ; celle-ci renferme de rares corps cellulaires (cellules de Cajal), mais surtout les dendrites et les axones des neurones corticaux qui viennent y faire synapse ; La Couche II : «Couche Granulaire externe» renferme une dense population de cellules associant des neurones granulaires mais aussi des petites cellules pyramidales ; 22

23 Figure 19 : Différentes couches du cortex cérébral Figure 20 : Correspondance avec l histologie 23

24 Figure 21 : Détail de la couche V (Ganglionnaire) La Couche III : «Couche Pyramidale externe» est peuplée de cellules pyramidales taille moyenne ; La Couche IV : «Couche Granulaire interne» est très dense, faite de neurones granulaires tassés les uns contre les autres ; La Couche V : «Pyramidale interne» ou couche ganglionnaire renferme de grandes cellules pyramidales, mais aussi des petites cellules étoilées et des cellules de Martinotti ; La Couche VI: «Multiforme», renferme un mélange de cellules de petite taille (étoilées, pyramidales, Martinotti). 24

25 *PRINCIPES FONCTIONNELS DU CORTEX CEREBRAL Bien que les connections synaptiques revêtent à l étage cérébral un caractère extrêmement complexe, un certain nombre de principes peuvent être énoncés : Toutes les unités fonctionnelles sont à disposition verticale, comme l orientation générale des axones et des dendrites ; Les fibres afférentes vont faire synapse dans la partie superficielle du cortex ; Les fibres efférentes (axones des cellules pyramidales) vont gagner la substance blanche mais aussi se ramifier vers la superficie et établir des communications avec d autres neurones corticaux (granulaires). Au niveau cellulaire, les neurones exercent des activités fonctionnelles différentes selon les aires dans lesquelles elles se trouvent ; mais, de façon générale, les cellules pyramidales ont une fonction excitatrice alors que les cellules granulaires ont une fonction inhibitrice de l excitabilité. Ouvrages de Référence Histologie fonctionnelle. Traduction de la 4 ème édition anglaise : Wheather s Functional Histology. A Text and coloour Atlas, Fourth Edition by B. Young and JW Heath. Churchill Livingston. Harcourt Publishers Limited, Embryologie Humaine. 2 ème édition française. Ouvrage original : Human Embryology, Third Edition by WJ. Larsen. Churchill Livingstone, Reproduction et Développement : 3ème édition corrigée. C Humeau et F Arnal. Editions Sauramps Médical,

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale Psychologie Générale Jean Paschoud BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT Sommaire Communication hormonale Communication neuronale Neurones Synapse Neurotransmetteurs Modificateurs de la transmission Organisation

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Histologie du système nerveux central (2)

Histologie du système nerveux central (2) Histologie Système Nerveux Central Histologie du système nerveux central (2) Deuxième partie 1) Rappel embryologie premier mois: Induction plaque neurale fermeture tube neural 2) Histogenèse: 4 à 20 SA:

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI Fonction de conduction de la moelle épinière Dr F. TOUMI I. GENERALITES : Communication Moelle avec les centres supra spinaux Communication Intra segmentaire (ipsilatérale / controlatérale) Communication

Plus en détail

Manuel simplifié de neurologie

Manuel simplifié de neurologie 1 Manuel simplifié de neurologie Docteur E. de Pradier I Le neurone Le système nerveux est composé de cellules nerveuses ou neurones et de cellules de soutien ou cellules gliales. Les neurones accomplissent

Plus en détail

Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau

Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau Chapitre 10 : la vision : de l œil au cerveau A projeter : œil dans le règne animal L œil est un organe sensoriel spécialisé dans la perception visuelle. C est un organe des sens essentiel dans la mise

Plus en détail

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices

Neurophysiologie Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. III. IV. Système nerveux périphérique Réflexes médullaires Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

Morphologie et Physiologie du Système Nerveux Central. L2 UEC 44 EC1 M. SOULIMANI université de Metz

Morphologie et Physiologie du Système Nerveux Central. L2 UEC 44 EC1 M. SOULIMANI université de Metz Morphologie et Physiologie du Système Nerveux Central L2 UEC 44 EC1 M. SOULIMANI université de Metz Plan du cours MORPHOLOGIE ET PHYSIOLOGIE DU SYSTEME NERVEUX I) Etude de l anatomie du cerveau I-1) Les

Plus en détail

Le tissu nerveux et ses propriétés

Le tissu nerveux et ses propriétés 1 CHAPITRE B Le tissu nerveux et ses propriétés 1. Histologie du tissu nerveux Le tissu nerveux est riche en cellules. Bien qu il soit complexe, le tissu nerveux n est composé que de deux grands types

Plus en détail

Dr BOGGIO Le système nerveux 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO Le système nerveux 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO Le système nerveux - 1-11 2.2 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 5 Système de régulation et de communication de l organisme Système rapide (par comparaison

Plus en détail

Physiologie Cardio Vx

Physiologie Cardio Vx Physiologie Cardio Vx Anatomie du Coeur 3 Circulation pulmonaire Circulation systémique 5 ELECTROPHYSIOLOGIE CARDIAQUE Auteur : Dr.M.K.Bourahli Faculté de Médecine Constantine Université Mentouri 3 Service

Plus en détail

squelettique Juin 2003

squelettique Juin 2003 Le muscle squelettique Juin 2003 Repères Le mot muscle vient du mot latin musculus qui signifie «petite souris». Les muscles peuvent être considérés comme les «moteurs» de l organisme. Les propriétés des

Plus en détail

POLYPREPAS. Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010

POLYPREPAS. Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010 POLYPREPAS Le système nerveux Préparation au concours de kiné 2010 1 POLYPREPAS Première partie les supports anatomiques du message nerveux 2 INTRODUCTION 3 Introduction Toute réaction de l organisme à

Plus en détail

Séquence 9. Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse

Séquence 9. Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Séquence 9 Neurone et fibre musculaire : la communication nerveuse Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. Le réflexe myotatique, un exemple de commande réflexe du muscle Chapitre 3. Motricité et plasticité

Plus en détail

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr)

Contrôle moteur et planification SÉANCE 2. Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Contrôle moteur et planification Organisation anatomophysiologique du contrôle moteur SÉANCE 2 Emmanuel Guigon (guigon@ccr.jussieu.fr) Le muscle Muscle = ensemble de fibres musculaires Fibre musculaire

Plus en détail

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique

II. Les Réflexes Spinaux. A. Le Réflexe Myotatique II. Les Réflexes Spinaux Les réflexes spinaux sont des mouvements consécutifs mis en oeuvre indépendamment de la volonté et qui constituent une réaction rapide, et pré-déterminée, à l apparition d un stimulus

Plus en détail

LEXIQUE DU COURS DE 1ERE L SVT. THEME : La représentation visuelle du monde

LEXIQUE DU COURS DE 1ERE L SVT. THEME : La représentation visuelle du monde LEXIQUE DU COURS DE 1ERE L SVT THEME : La représentation visuelle du monde Remarque préliminaire : ce lexique n'a pas la prétention ni l'objectif d'être encyclopédique ou exhaustif sur le thème. Il est

Plus en détail

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels La rétine constitue l organe sensitif de l œil : c est elle qui capte les signaux lumineux et les transmet au cerveau

Plus en détail

Audition. Plan du cours

Audition. Plan du cours Plan du cours Cochlée :...2 rappel anatomo-fonctionnel... 2 Rôle des cellules ciliées internes (CCI) : les "vraies" cellules sensorielles... 4 Rôle des cellules ciliées externes (CCE)... 5 Synthèse du

Plus en détail

Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception. Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel. vincent.roy@univ-rouen.

Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception. Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel. vincent.roy@univ-rouen. Licence 2 de Psychologie Sensorialité et Perception vincent.roy@univ-rouen.fr Partie 1 : Principes généraux du traitement sensoriel http://www.retinalmicroscopy.com/bipolar.html http://psychobiologierouen.free.fr

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau

THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE. Chapitre 1 : De l oeil au cerveau THEME 1 : REPRESENTATION VISUELLE Chapitre 1 : De l oeil au cerveau Introduction. I- L ORGANISATION DE L OEIL HUMAIN( TP1) 1) les milieux transparents de l oeil traversés par la lumière : Cornée Humeur

Plus en détail

Physiologie Animale CHAPITRE I ELECTROPHYSIOLOGIE DE L AXONE. FILIERE SCIENCES DE LA VIE Module de Physiologie Animale Semestre 5

Physiologie Animale CHAPITRE I ELECTROPHYSIOLOGIE DE L AXONE. FILIERE SCIENCES DE LA VIE Module de Physiologie Animale Semestre 5 FILIERE SCIENCES DE LA VIE Module de Physiologie Animale Semestre 5 Université Mohammed Premier Faculté Des Sciences Département De Biologie Oujda, Maroc Physiologie Animale CHAPITRE I ELECTROPHYSIOLOGIE

Plus en détail

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Yves DAUVILLIERS Département de Physiologie Neurologie CHU Montpellier Objectifs du cours Décrire l organisation normale du sommeil sur les 24

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux.

Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux. Utilisation de cellules souches embryonnaires pour réparer le système nerveux. Les cellules ES représentent un outil de choix pour le remplacement de cellules au sein de l organisme et notamment au niveau

Plus en détail

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes ST MALO Avril 2015 Deux notions importantes L intensité de la douleur

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ )

PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ ) PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ ) A - GENERALITES http://neurobranches.chez-alice.fr/systnerv/systsens/physiogene1.html http://biodeug.com/new/index.php?option=com_content&task=category§ionid=5&id=31&itemid=56

Plus en détail

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin Licence de Psychologie (L3S6). 2015 Imagerie cérébrale Florence Perrin Integrative Biology of Neuroregeneration INSERM U1051 Institut des Neurosciences de Montpellier Université Montpellier Web site: http://www.ibn-lab.com/

Plus en détail

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate

Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate Histologie fonctionnelle de la moelle osseuse, du thymus et de la rate UFR de Médecine de l Université de Bordeaux2 Hématologie - PCEM 2 Dr S LEPREUX 2013-2014 La moelle osseuse Introduction: L os en tant

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

Le sens du goût. Une infinité de saveurs.

Le sens du goût. Une infinité de saveurs. Le sens du goût. Que serait le goût sans la vue, la mémoire, la senteur, le plaisir? Lorsqu on parle du goût, on ne pense pas toujours à l ensemble des sensations qui permettent d identifier ce que l on

Plus en détail

CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN

CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN CHAPITRE N 1 : L ORGANISATION DE L ŒIL ET LE CRISTALLIN I- ORGANISATION ANATOMIQUE DE L ŒIL TP n 1 Voici quelques légendes Bilans: - l'oeil est l'organe de la vue, il est composé de plusieurs structures

Plus en détail

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES CORRECTION

ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES CORRECTION SESSION 1998 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES CORRECTION ANATOMIE (30 points) 1. OSTEOLOGIE Les figures A et B montrent la schématisation de vertèbres. 1.1. Donner un titre à chacune de ces deux figures.

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

Généralités sur les organes des sens. Pr YVES DAUVILLIERS Neurophysiologie

Généralités sur les organes des sens. Pr YVES DAUVILLIERS Neurophysiologie Généralités sur les organes des sens Pr YVES DAUVILLIERS Neurophysiologie Fonctionnement des systèmes sensoriels Existence de 3 types de sensorialité -Sensorialité extéroceptive: 6 organes des sens Somesthésie,

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

NEUROPHYSIOLOGIE (2)

NEUROPHYSIOLOGIE (2) NEUROPHYSIOLOGIE (2) B - LE SYSTEME NERVEUX (SUITE) - NEURONES ET GLIOCYTES IV - LES NEURONES ET LES GLIOCYTES 1) OBJET DE LEUR ETUDE La NEUROPHYSIOLOGIE est l étude du fonctionnement du système nerveux.

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

Chapitre 3 (partie 3) : Biologie cellulaire du système nerveux central : 2- La cellule astrocytaire (suite) Professeur François BERGER

Chapitre 3 (partie 3) : Biologie cellulaire du système nerveux central : 2- La cellule astrocytaire (suite) Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 3 (partie 3) : Biologie cellulaire du système nerveux central : 2- La cellule astrocytaire (suite) Professeur François BERGER Année universitaire 2010/2011 Université

Plus en détail

ANATOMIE CLINIQUE. Généralités page 2. La moelle épinière page 4. Le tronc cérébral page 23. Vascularisation du tronc cérébral et du cervelet page 49

ANATOMIE CLINIQUE. Généralités page 2. La moelle épinière page 4. Le tronc cérébral page 23. Vascularisation du tronc cérébral et du cervelet page 49 Laurent RIFFAUD Service de Neurochirurgie CHU de Rennes ANATOMIE CLINIQUE DU SYSTÈME NERVEUX CENTRAL Généralités page 2 La moelle épinière page 4 Le tronc cérébral page 23 Le cervelet page 43 Vascularisation

Plus en détail

Introduction aux Neurosciences Cognitives Licence 1 ère année de Psychologie S1UE1

Introduction aux Neurosciences Cognitives Licence 1 ère année de Psychologie S1UE1 Introduction aux Neurosciences Cognitives Licence 1 ère année de Psychologie S1UE1 Ce document est destiné aux étudiants en 1 ère année de Psychologie qui suivent l enseignement «Introduction aux Neurosciences

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN

Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN Le jeune Aurélien CESA 2012 LE JEUNE AURELIEN 1 LE JEUNE AURELIEN 2 EPIMYSIUM MUSCLE PERIMYSIUM FAISCEAU MUSCULAIRE ENDOMYSIUM FIBRE MUSCULAIRE LE JEUNE AURELIEN 3 SARCOLEMME : Membrane qui entoure la

Plus en détail

RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES.

RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES. RELATION A L ENVIRONNEMENT ET ACTIVITE NERVEUSE DUREE : 7 HEURES. Comment l organisme réagit-il aux stimulations de son environnement? Séquence 1 Activité 1 : Réinvestir ses connaissances pour compléter

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE

NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE I- Structures nécessaires à la naissance du signal et à sa propagation C est un système d amplification qui permet un passage rapide des ions lors du PA (PA de l ordre de la ms).

Plus en détail

TAM 2 au 5 septembre 2014

TAM 2 au 5 septembre 2014 TAM 2 au 5 septembre 2014 Partie 1 Biologie Cellulaire Cellule en anaphase. (oui, c est BEAU, vous allez aimer la bioc!) Le commencement c est la Cellule! La cellule est l unité fondamentale de tous les

Plus en détail

BASES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR

BASES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR 1 BASES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR Dr. Jean Claude de MAUROY DEFINITION La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

Dossier didactique. Muséum des Sciences naturelles Rue Vautier 29 1000 Bruxelles info@sciencesnaturelles.be

Dossier didactique. Muséum des Sciences naturelles Rue Vautier 29 1000 Bruxelles info@sciencesnaturelles.be E.R. Camille Pisani - rue Vautier 29 1000 Bruxelles Dossier didactique Muséum des Sciences naturelles Rue Vautier 29 1000 Bruxelles info@sciencesnaturelles.be Table des matières 1. Pour une visite réussie

Plus en détail

MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF

MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF MILIEU INTERIEUR ET SYSTEME NEUROVEGETATIF CHAPITRE I. CHAPITRE II. CHAPITRE III. CHAPITRE IV. CHAPITRE V. CHAPITRE VI. Sommaire HOMEOSTASIE DU MILIEU INTERIEUR SYSTEMES NERVEUX SOMATIQUE ET AUTONOMES

Plus en détail

Mémoire humaine Mécanismes neurophysiologiques de la mémoire

Mémoire humaine Mécanismes neurophysiologiques de la mémoire Mémoire humaine Mécanismes neurophysiologiques de la mémoire Master de Psychologie (M1) Fabrice Guillaume - année 2008-2009 1. Substrats neurophysiologiques de la mémoire 1 Substrats neurophysiologiques

Plus en détail

Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme. Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400

Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme. Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400 Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400 Cortex cérébral Hypothalamus ige pituitaire Hypophyse antérieure Bulbe rachidien

Plus en détail

Micro et nanotechnologies appliquées à la médecine régénérative: conception d'une neuro-prothèse active.

Micro et nanotechnologies appliquées à la médecine régénérative: conception d'une neuro-prothèse active. Micro et nanotechnologies appliquées à la médecine régénérative: conception d'une neuro-prothèse active. INSERM U825 Isabelle LOUBINOUX LAAS-CNRS Christophe VIEU Services de Neurologie Hôpital Purpan 31059

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

LES veines du cerveau.

LES veines du cerveau. LES veines du cerveau. DR AMR ANE CHAFIKA YASMINA Cours destiné aux étudiants de deuxième année de médecine ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 I- Introduction Le drainage veineux du cerveau converge dans la

Plus en détail

Développement de l enfantl croissance et maturation

Développement de l enfantl croissance et maturation Psychopédagogie des APS Développement de l enfantl croissance et maturation Introduction Pour optimiser l enseignement de l EPS aux enfants et adolescents, il est nécessaire d avoir quelques connaissances

Plus en détail

Les Tissus Dentaires

Les Tissus Dentaires Les Tissus Dentaires L'émail L'émail, qui recouvre les couronnes dentaires, est le tissu le plus minéralisé de l'organisme. L'émail est essentiellement constitué de cristaux d'hydroxyapatite, et dans une

Plus en détail

LE MUSCLE. Références. ζ Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson

LE MUSCLE. Références. ζ Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson LE MUSCLE Références Physiologie du sport, Hugues Monod et Roland Flandrois, édition Masson Physiologie du sport et de l exercice, J.H.Wilmore et D.L.Costill, De Boeck Université Généralités Issu du mésoderme

Plus en détail

Université Joseph Fourier Faculté de Médecine de Grenoble

Université Joseph Fourier Faculté de Médecine de Grenoble Mémoire pour l obtention du Diplôme Inter Universitaire de Rééducation et Appareillage en Chirurgie de la Main Professeur F. Moutet CHU de Grenoble JAEGLE Lucille Ergothérapeute Jury : Pr. P. Liverneaux

Plus en détail

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet.

- Les 2 parties sont délimitées par une zone rétrécie formant autour de la dent une ligne sinueuse, le collet. ANATOMIE DENTAIRE LES DENTS PERMANENTES Caractères généraux Chaque dent est constituée de 2 parties principales. - Une partie visible, au niveau de la cavité buccale, plus ou moins massive, la couronne

Plus en détail

CERM APC 12 Février 2011

CERM APC 12 Février 2011 CERM APC 12 Février 2011 Dr Thierry LEPELLETIER Travaux de Gérard* et Arlette** Hatesse * Praticien attaché,service de Médecine Physique, Hôtel Dieu, Paris Praticien attaché, Unité de traitement de la

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE PREMIÈRE PARTIE Le syndrome cérébelleux: Définition Fréquence Étiologies

Plus en détail

Sommaire de la séquence 11

Sommaire de la séquence 11 Sommaire de la séquence 11 «Tu as vu Pierre, depuis son accident? Oui, son casque lui a sauvé la vie, mais il risque d être bloqué sur un fauteuil roulant. Mais comment est-ce arrivé? Eh bien, en fait,

Plus en détail

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale)

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) 10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) Introduction La paroi digestive est typiquement formée de deux couches de muscles lisses (fig.10.1 et 10.2) dont l'activité doit

Plus en détail

Anatomie de la face. Dr Bernadette PASQUINI

Anatomie de la face. Dr Bernadette PASQUINI Anatomie de la face Dr Bernadette PASQUINI Anatomie descriptive de la face Région limitée par la ligne d implantation des cheveux, le bord antérieur des oreilles et le menton. Eléments principaux : yeux,

Plus en détail

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie

Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Sémiologie de la motricité Module neurologie sensoriel - Psychiatrie Semaine : Date : 25 mars 2013 Professeur : Pr Gallois Groupe : 32 (Anouck Schneidermann Aurore d Hooghe) Responsables Matières : Nicolas

Plus en détail

Biologie et physiopathologie humaine

Biologie et physiopathologie humaine Biologie et physiopathologie humaine Session Juin 2011 - Corrigé Un sujet étonnant (une bonne partie du sujet porte sur la partie 5 «Respiration» comme en 2009) mais qui ne présente finalement pas de difficultés

Plus en détail

Interaction de l'endorphine endogène ou drogue du sportif avec le système nerveux

Interaction de l'endorphine endogène ou drogue du sportif avec le système nerveux Interaction de l'endorphine endogène ou drogue du sportif avec le système nerveux Introduction Travail de maturité réalisé au Lycée Denis-de-Rougemont de Neuchâtel sous la direction de Mme Isabelle Chessa

Plus en détail

L ELECTRICITE : SON IMPLICATION DANS LE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU ET DANS LES SOINS

L ELECTRICITE : SON IMPLICATION DANS LE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU ET DANS LES SOINS LES RENDEZ-VOUS PRESSE DU NEURODON L ELECTRICITE : SON IMPLICATION DANS LE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU ET DANS LES SOINS Dossier réalisé avec l aide des : Professeur Yehezkel BEN ARI Directeur de l INMED

Plus en détail

Développement physique du trottineur

Développement physique du trottineur 4.1 Formatif 1- Lecture et faire un résumé d UN sujet : o Ouïe et vision p.105 et 106 o o Réflexes p.110-111 p.111-113 2- SANS les notes de cours, échanger l information comprise avec un autre élève de

Plus en détail

15. GLOSSAIRE GLOSSAIRE

15. GLOSSAIRE GLOSSAIRE 15. Acides aminés excitateurs (AEE) : agissent au niveau des fibres C Acides aminés inhibiteurs (AAI) : agissent au niveau des grosses fibres (cf. GABA) Addiction : état de dépendance vis-à-vis d une drogue

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Disponible sur www.servier.fr

Disponible sur www.servier.fr Disponible sur www.servier.fr Servier Medical Art est une banque d'images que nous mettons à votre disposition afin de vous aider à illustrer vous-même vos présentations Powerpoint. Servier Medical Art

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier

PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier PHYSIOLOGIE DE LA MOTRICITE (1 ère partie) C. Massé Service de Physiologie Faculté Médecine de Montpellier 1 INTRODUCTION La motricité ou capacité de mouvement : Intègre la notion de contraction musculaire

Plus en détail

Remerciements à Madame Françoise Jauzein, de l INRP, pour l aide précieuse qu elle a apporté.

Remerciements à Madame Françoise Jauzein, de l INRP, pour l aide précieuse qu elle a apporté. Pierre Breton, Professeur de SVT, formateur, Lycée Henri Wallon, Valenciennes Académie de Lille Utilisation du logiciel Eduanatomist EduAnatomist est un logiciel de visualisation d'images de neuroimagerie.

Plus en détail

Caractérisation de la relation structure-fonction dans le

Caractérisation de la relation structure-fonction dans le Caractérisation de la relation structure-fonction dans le cerveau humain à partir de données d IRM fonctionnelle et de diffusion : méthodes et applications cognitive et clinique Arnaud Messé To cite this

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Professeur Michel SEVE

Professeur Michel SEVE UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 2 : Structure de la cellule Le réticulum endoplasmique Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Anatomie et physiologie sexuelle de l homme. I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg

Anatomie et physiologie sexuelle de l homme. I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg Anatomie et physiologie sexuelle de l homme I Koscinski DU Sexologie, Strasbourg 1. L érection est faite de sang et d esprits. «Ce qu il faut avouer ici, c est que l imagination étant frappée par le ressentiment

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Etude d articles d scientifiques CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Quelques éléments de biologie cellulaire Etude d article d : Limitation

Plus en détail

EP2 : prise en charge de l usager

EP2 : prise en charge de l usager Se former tout au long de la vie SECRÉTAIRE MÉDICAL(E) ET MÉDICOSOCIAL(E) EXAMEN SESSION 2012 EP2 : prise en charge de l usager Sur 60 points Durée de l épreuve : 2 heures SUJET - Les feuilles de réponses

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015

Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 Adapté de Joëlle Jolicoeur et Marguerite Renaud inf. Par Caroline Côté inf., Emmanuella Julien inf. et Annie Dore MD cardiologue Mars 2015 ICM-01-01-2012-09 Connaître l'anatomie du système de conduction

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

Physiologie de l axe hypothalamohypophysaire. Téléchargement: 1) http://demo.claroline.net 2) Rubrique : Sciences 3) Titre: PHYSIO13.

Physiologie de l axe hypothalamohypophysaire. Téléchargement: 1) http://demo.claroline.net 2) Rubrique : Sciences 3) Titre: PHYSIO13. Physiologie de l axe hypothalamohypophysaire Téléchargement: 1) http://demo.claroline.net 2) Rubrique : Sciences 3) Titre: PHYSIO13 I. Hypothalamus Plan 1. Données morphologiques 2. Les hormones hypothalamiques

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

ANATOMIE GENERALE DES ORGANES DES SENS

ANATOMIE GENERALE DES ORGANES DES SENS ANATOMIE GENERALE DES ORGANES DES SENS Il y a 5 sens: le tact, la vision, l'audition, l'odorat et le goût. Ces organes captent des informations du milieu extérieur. Les stimuli chimiques ou physiques sont

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail