Le fonctionnement de l'organisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le fonctionnement de l'organisme"

Transcription

1 Seconde partie Le fonctionnement de l'organisme 1 Le système cardio-pulmonaire Anatomie et fonctionnement du coeur La distribution du sang aux organes Communication et intégration fonctionnelle Le contrôle du système cardio-pulmonaire Mise en évidence d un contrôle au cours de l effort physique Régulation du fonctionnement cardiaque en situation normale Le système nerveux Le réflexe myotatique: intégration de messages Observation du réflexe Le support du réflexe myotatique Le potentiel d'action et les messages nerveux L'activité électrique des neurones La conduction du message nerveux Le codage du message Intégration des messages La plasticité cérébrale Régulation d'un paramètre sanguin: la glycémie La glycémie est un paramètre régulé Le rôle du foie dans la régulation de la glycémie Le contrôle hormonal de la glycémie Les diabètes Deux types de diabètes Le déterminisme du diabète La procréation Le contrôle hormonal du développement sexuel Chez le mâle Observation du développement testiculaire Le contrôle de l'activité testiculaire Chez la femelle Observation du cycle utérin Observation du cycle ovarien Le contrôle du cycle sexuel Accouplement, fécondation et début de la grossesse Hormones et comportement sexuel Le début de la grossesse Maîtrise de la procréation Empêcher la procréation: contraception et contragestion Rendre la procréation possible La réaction immunitaire Un exemple d'agent pathogène: le virus du SIDA Structure du virus Évolution de la maladie Le processus immunitaire Les cellules immunitaires et leur coopération La diversité phénotypique épigénétique Les vaccins et la mémoire immunitaire...62 Page 1

2 1 Le système cardio-pulmonaire 1.1 Anatomie et fonctionnement du coeur Sur le dessin du coeur ci-dessous, placez les légendes en vous aidant des définitions suivantes: oreillettes: cavités de petite taille situées dans la partie supérieure du coeur et récoltant le sang des veines pulmonaires (oreillette gauche) ou de la veine cave (oreillette droite). ventricules: cavités très musculeuses de grande taille situées dans la partie inférieure du coeur et propulsant le sang vers l artère aorte (ventricule gauche) et vers l artère pulmonaire (ventricule droit). valvules: lames membraneuses séparant les oreillettes des ventricules et les ventricules des artères. Dessin d'une coupe sagittale du coeur de Mammifère Pour mettre en évidence le trajet du sang on injecte dans la circulation une substance opaque aux rayons X et on suit son trajet par radiographie comme cela est représenté sur les clichés de la page suivante. Le graphique de la figure suivante suit, lui, l évolution du volume de sang présent dans le ventricule gauche. Il permet d identifier les évènements de contraction ou de relâchement des différentes parties du coeur. On distingue quatre phases dans le cycle cardiaque sur cette figure. Nommez les en vous aidant des définitions ci-dessous: systole: contraction de la paroi musculaire d une cavité cardiaque et éjection du sang contenu dans cette cavité. On distingue une systole auriculaire (des oreillettes) et une systole ventriculaire (des ventricules). diastole: relâchement général de la paroi du coeur. En vous aidant des clichés radiographiques, du graphique et de toutes les définitions utilisées ci-dessus, complétez chaque schéma de la figure ci-dessous en figurant le trajet du sang par des flèches et l état (ouvert ou fermé) des dif férentes valvules. Replacez également les quatre phases du cycle cardiaque. Page 2

3 Schémas résumant le cycle cardiaque Bilan Le coeur est un muscle creux qui permet la mise en mouvement du sang dans l organisme. Il est séparé en deux sys tèmes distincts (coeur gauche et coeur droit) qui alimentent l ensemble de l organisme (coeur gauche) ou les poumons (coeur droit). C est la «pompe» du système circulatoire. Page 3

4 1.2 La distribution du sang aux organes Le tableau ci-dessous présente les débits sanguins au niveau des différents organes. Synthétisez ces observation sur un schéma en représentant des veines et des artères de diamètre approximativement proportionnel au débit. Prenez garde à séparer la circulation pulmonaire de la circulation générale. De plus, utilisez des couleurs pour représenter le sang oxygéné (après les poumons et avant les organes) et le sang désoxygéné (après les organes et avant les poumons). Page 4

5 Correction Bilan: le cycle cardiaque Page 5

6 Le schéma précédent met en valeur le fait que le sang sert notamment à apporter l oxygène néces saire au métabolisme des cellules des différents organes (respiration). Le sang sert aussi à collec ter les nutriments depuis l intestin et à les amener aux organes qui en ont besoin comme substrat de leur respiration. Le sang est le moyen de transport des substances indispensables à la vie des cellules et le coeur est donc le moteur de ce transport. C est pourquoi sont activité est indispensable à la survie de l individu. Page 6

7 2 Communication et intégration fonctionnelle Le contrôle du système cardio-pulmonaire Mise en évidence d un contrôle au cours de l effort physique Les copies d écran de la figure ci-dessous présentent le résultat d EXAO (EXpérience Assistée par Ordinateur). À l aide de capteurs on mesure les battements cardiaques et l'activité respiratoire en fonction du temps. Ceci sur un sujet au repos (à gauche) et au cours d un exercice physique (à droite). Sachant que les graduations en abscisse sont en secondes calculez la fréquence cardiaque (nombre de battements par minute) et la fréquence respiratoire (nombre de cycles respiratoires par minutes) dans chaque condition. Que remar quez vous?(essayez de répondre de façon quantitative) Au repos: FC=15*4=60 FR=5,5*4=22 Au cours de l exercice: FC=24*4=96 (augmentation de plus de 50%) FR=11,5*4=46 (augmentation de 100%) Page 7

8 Le tableau ci-contre rend compte de l extraction du di oxygène du sang par les organes: il présente la concentration en dioxygène dans le sang artériel (avant les organes) et dans le sang veineux (après les organes). Que remarquez vous au cours d'un effort physique? L'extraction de l'oxygène est plus efficace, plus intense. En prenant en compte ce résultat proposez une explication fonctionnelle à l' augmentation de la fréquence respiratoire au cours de l'effort. L'oxygène est nécessaire à la production d'énergie dans les cellules. Au cours de l'effort, les cellules ont besoin de plus d'oxygène. Le dioxygène est donc plus prélevé dans le sang. Afin de rétablir la concentration initiale en dioxygène du sang (0.2), le rythme respiratoire augmente. Le tableau ci-contre présente les débits sanguins dans plu sieurs organes, au repos et au cours d un exercice phy sique. Construisez un histogramme avec en ordonnée le débit sanguin et en abscisse chacun des organes. Pour chaque organe vous tracerez deux barres: une correspondant au débit au repos et une correspondant au débit durant l exercice phy sique. Que remarquez-vous? Le débit sanguin au niveau des muscles augmente beaucoup plus que celui des autres organes. Page 8

9 Connaissant le rôle du sang dans la vie des cellules, comment interprétez vous ce résultat? Le sang apporte les éléments nécessaire au fonctionnement des cellules (oxygène et nutriments). Au cours de l exercice les cellules musculaires ont besoin de plus d énergie et l'augmentation du débit sanguin permet de leur apporter cette énergie. La radiographie ci-contre montre le système artériolaire d un muscle au re pos (à gauche) et au cours d un exercice physique (à droite). artériole: petite artère dont la paroi est contractile et qui alimente les organes en sang oxygéné. À partir de cette observation et des résultats sur la fréquence cardiaque ob tenus plus haut, expliquez les variations du débit remarquées dans le tableau précédent. L augmentation de la fréquence cardiaque induit une augmentation générale du débit sanguin dans l organisme. La dilatation des artérioles musculaires permet d orienter préférentiellement le flux sanguin vers les muscles ce qui explique l augmentation par ticulièrement importante du débit qui leur est associé. Les résultats précédents soulignent que les rythmes respiratoire et cardiaque sont contrôlés au cours de l'effort. Leur augmentation permet l'alimentation en énergie des cellules. Quelle est la base de ce contrôle? Ces rythmes sont-ils éga lement contrôlés au repos? Page 9

10 Le graphique ci-contre montre l'évolution de la fréquence cardiaque de deux chiens avant, pendant et après un exercice physique. Le coeur d'un des chiens est normal (témoin), le coeur de l'autre est dénervé. dénervé: état d'un organe dont tous les nerfs ont été sectionnés. Que remarquez vous avant et pendant l'effort? Avant l'effort, le rythme cardiaque du chien au coeur dénervé est plus élevé. Pendant l'effort le rythme cardiaque de ce chien aug mente moins. Que cela suggère-t-il quand au contrôle du rythme cardiaque? Le rythme cardiaque est contrôlé en partie de façon nerveuse. Les photographies ci-contre montrent un système artériolaire avant et après l'injection d'un neuro transmetteur. neurotransmetteur: substance li bérée à l'extrémité d'un neurone et modifiant l'activité des cellules si tuées à son contact. Quel est l'effet de la libération de neurotransmetteur? Contraction des artérioles et diminu tion du débit sanguin. Quelle situation correspondrait à un effort? Situation a Page 10

11 2.1.2 Régulation du fonctionnement cardiaque en situation normale Le contrôle du rythme cardiaque et de la répartition des volumes de sang au cours de l'effort semble donc nerveux (intervention de neurones et de neurotransmetteurs). Les photographies ci-dessus laissent penser qu'il existe également un contrôle nerveux au repos. Afin de préciser cela, nous pouvons analyser à nouveau des expériences de dénervation présentées dans la figure ci-dessous. Quel est l'effet de la section des fibres sympathiques? des fibres parasympathiques? sympathiques: diminution de la fréquence parasympathiques: augmentation de la fréquence Quel est l'effet global de la dénervation? Est-ce en accord avec l'expérience de dénervation chez le chien? Augmentation de la fréquence cardiaque, comme dans l'expérience précédente au repos. À partir des définitions ci-dessous et des résultats de cette expérience, comment caractériseriez vous les effets des fibres sympathiques et parasympathiques? effet bradycardique: qui fait diminuer la fréquence cardiaque. effet tachycardique: qui fait augmenter la fréquence cardiaque. sympathiques: tachycardiques parasympathiques: bradycardiques Page 11

12 Maintenant des expérience de stimulation (et non de section) de ces fibres sont réalisées. On suit les contractions des oreillettes et des ventricules au cours du temps. Plus les marques sont grandes plus la contraction est forte, plus elles sont rapprochées plus les contractions sont fréquentes. Remplissez le tableau proposé sur les effets des différentes sti mulations. Est-ce que cela confirme vous hypothèses sur les effet tachy- ou brady-cardiques de chaque type de fibre? Oui, l'effet de chaque fibre décelé ici confirme les observations précédentes. Quel autre paramètre du fonctionnement cardiaque est visiblement contrôlé par ces fibres nerveuses? L'intensité de contraction et donc le volume d'éjection systolique. Page 12

13 Correction Page 13

14 Page 14

15 2.2 Le système nerveux Le réflexe myotatique: intégration de messages Observation du réflexe réflexe: réaction motrice involontaire, stéréotypée et prévisible, en réponse à une stimulation réflexe myotatique: contraction d'un muscle en réponse à son propre étirement Le réflexe myotatique fait intervenir trois éléments: un récepteur sensitif, un centre d'intégration du message et un ef fecteur (le muscle). Ils sont reliés par un circuit visiblement simple puisque parcouru très rapidement (Cf. Figure 2.2/1) Le support du réflexe myotatique Le circuit reliant ces différents éléments est nerveux: il est constitué de neurones. Les neurones sont des cellules spécialisées, organisées en réseau (comme le montre la microphotographie 2.2/2) qui peuvent transmettre des mes sages comme nous l'avons remarqué lors de l'étude de la régulation du système cardio-pulmonaire. Légendez le schéma interprétatif d'un neurone sur la Figure 2.2/2 en plaçant ces éléments: dendrite: prolongement cytoplasmique d'un neurone. axone: prolongement plus long et plus gros que les autres. corps cellulaire: zone plus épaisse d'un neurone dans lequel est situé le noyau. synapse: contact entre deux neurones. Il reste à identifier et caractériser les autres éléments du circuit réflexe. Des individus dont la moelle épinière est endommagée, suite à un accident par exemple, perdent la sensibilité ou/et la motricité d'une partie du corps. La moelle pourrait donc être le centre intégrateur faisant le lien entre les récepteurs sensitifs et les effecteurs. Pour préciser sont rôle on réalise les expériences de section relatées dans le tableau 2.2/3. Précisez le rôle sensitif ou moteur des racines dorsales et ventrales de la moelle épinière et des nerfs rachidiens qui y sont reliés. nerf rachidien: à la fois sensitif et moteur branche dorsale (postérieure): sensitive branche ventrale (antérieure): motrice Localisez les corps cellulaires des neurones sensitifs et des motoneurones associés dans le nerfs rachidien. neurone sensitif: neurone spécialisé dans la propagation de messages nerveux afférents (en direction d'un centre ner veux) et issu d'un récepteur sensoriel. motoneurone: neurone spécialisé dans la propagation de messages nerveux efférents (en provenance d'un centre ner veux) et innervant un muscle. corps cellulaire des neurones sensitifs dans le ganglion spinal corps cellulaire des motoneurones dans la moelle En fait les corps cellulaires de neurones de la moelle épinière sont tous au centre de celle-ci et lui donne une couleur grisâtre: c'est ce qu'on nomme la substance grise, visible sur la photographie 2.2/4 Les récepteurs et les zones effectrices sont présentées par les photos 2.2/5. Les récepteurs sont nommés fuseaux neu romusculaires. Ils sont constitués de cellules musculaires modifiées, incluses dans la masse du muscle et qui sont sen sibles à sont étirement. Les zones effectrices correspondent à la jonction entre les neurones moteurs et les muscles qui transmettent le message de contraction. Ce sont les jonctions neuromusculaires. Il y a une jonction neuromusculaire par fibre musculaire et il y a donc ramification de l'extrémité du motoneurone qui innerve ainsi plusieurs fibres. La réalisation du mouvement suppose un contrôle inverse des muscles antagonistes comme le montre la figure 2.2/6. muscles antagonistes: couple de muscles attachés au squelette et donc les effets sont inverses sur le mouvement d'un segment du corps (fléchisseur/extenseur). Page 15

16 Le potentiel d'action et les messages nerveux L'activité électrique des neurones Le dispositif de la figure 2.2/7 permet d'étudier les propriétés électriques d'un neurone. potentiel de membrane: différence de potentiel électrique existant de part et d'autre d'une membrane cellulaire potentiel d'action: variation du potentiel de membrane propageable sans amortissement, le long d'une fibre nerveuse. Quelle que soit l'intensité de la stimulation appliquée au neurone, tant qu'elle est supérieure à un seuil, le potentiel d'ac tion naît et est identique. C'est la loi du tout ou rien La conduction du message nerveux La conduction des potentiels d'action se fait sans amortissement comme cela est symbolisé sur le schéma 2.2/8. De plus les éléments nerveux conducteurs que l'on peut isoler visuellement, par dissection par exemple, sont des nerfs. La microphotographie 2.2/9 présente la section transversale d'un nerf. Elle met en valeur le fait qu'un nerf est consti tué de l'association de nombreux axones myélinisés Le codage du message On enregistre le potentiel de membrane d'un neurone sensitif en provenance d'un fuseau neuromusculaire. Au cours de l'enregistrement le muscle est étiré. Que remarquez-vous sur la figure 2.2/10? On observe que les potentiels d'action sont de même intensité mais plus nombreux au cours de l'étirement. Le message nerveux semble donc être codé en fréquence et non en amplitude Intégration des messages La transmission des messages se fait au niveau de la terminaison de l'axone: la synapse. La microphotographie 2.2/11 met en valeur le fait qu'un corps cellulaire de neurone reçoit en général les terminaisons de nombreux autres: il y a beaucoup de synapses. Les microphotographies 2.2/13 détaillent ce qui se passe au niveau d'une synapse lorsqu'elle est au repos ou lorsque le neurone pré-synaptique est stimulé. Il y a apparemment exocytose de vésicules et donc libération d'un produit dans la fente synaptique. Comment est-ce que cela participe à la transmission du message nerveux? Dans la figure 2.2/14, on enregistre les activités d'un neurone pré-synaptique (en haut, unité arbitraire correspondant à une certaine fréquence de potentiels d'action) et d'un neurone post-synaptique (en bas, potentiel membranaire en mv). On observe que plus le neurone pré-synaptique est stimulé, plus la fréquence de PA post-synaptiques est élevée. Il y a donc trans mission de l'information de fréquence à travers la synapse. Le produit actif et libéré est nommé neurotransmetteur. Comment se fait l'arrêt de la stimulation du neurone post synaptique? En effet le neurotransmetteur, une fois libéré dans la fente synaptique stimule en permanence le neurone post-synaptique. La Figure 2.2/12 détaille les événements ayant lieu au niveau de la fente synaptique: une enzyme détruit rapidement le neurotransmetteur arrêtant ainsi la stimu lation. Bilan de la conduction du message nerveux Figures 2.2/15 et 2.2/16 Bilan fonctionnel d'un mouvement réflexe Sur la figure 2.2/17, on enregistre l'activité électrice des deux neurones efférents d'un circuit réflexe (réflexe myotatique par exemple). Au cours de l'expérience, l'intensité des stimulations augmente. Nous pouvons remarquer - qu'il y a transmission du message, en positif ou en négatif, au sein de la moelle épinière - que le fonctionnement tout ou rien est conservé - que l'information de fréquence l'est aussi Enfin la transmission du message au muscle se fait par l'intermédiaire de la jonction musculaire qui fonctionne comme une synapse comme on peut le remarquer sur la figure 2.2/18. Page 16

17 2.2.3 La plasticité cérébrale La Figure 2.2/19 montre des sections sagittales d'encéphales humains observés par RMN. Les individus présentés sont deux paires de jumeaux (en haut et en bas). Que remarquez vous? Les jumeaux d'un couple sont assez semblables. Il semble donc y avoir un contrôle génétique de l'organisation de l'encéphale. Il existe néanmoins de petites différences. L'environnement semble donc également jouer un rôle. L'organisation du système nerveux est un exemple de phénotype. Elle est en effet déterminée par des facteurs géné tiques et environnementaux au cours du développement. On pensait que le cerveau était totalement terminé dès la jeune enfance et qu'il restait ensuite identique ou dégénérait étant donné que les neurones sont les rares cellules de l'or ganisme qui ne se régénèrent pas (pas de mitose). Néanmoins des expériences sur les aires somatotopiques ont récemment prouvé le contraire. somatotopie: organisation qui conduit à reconnaître, pour chaque point d'une structure nerveuse, une partie du corps. cortex somato-sensoriel = cortex somesthésique: couche de matière grise située en périphérie du cerveau qui par ticipe au traitement de l'information sensorielle. La Figure 2.2/20 symbolise la représentation somatotopique de notre corps. Certaines parties, beaucoup plus sensibles, sont plus représentées dans le cerveau (mains, visage et en particulier bouche etc.). Le cortex somato-sensoriel est organisé en colonnes successives comme le montre la Figure 2.2/21. Les neurones issus et allant à chaque doigt sont projetés sur une seule colonne, divisée en une zone sensorielle et une zone motrice. On réalise une expérience d'ablation chez le souriceau, présentée dans la figure 2.2/22. Les vibrisses sont des organes sensoriels importants chez les rongeurs. Ils se projettent sur des zones ovales dans le cortex somato-sensoriel nommés barillets. Qu'observez-vous quand des vibrisses sont supprimés? Leur projection somatotopique (les barillets associés) disparaît. De plus les barillets voisins augmentent de taille. Il y a com pensation de la perte de sensibilité de ces vibrisses par augmentation de la sensibilité des voisines. L'organisation du cortex sensoriel semble donc plastique ce qui tend a prouver que l'environnement joue un rôle important au niveau du début du développement post-embryonnaire. L'expérience inverse (stimulation) est réalisée chez des singes adultes: ils sont soumis chaque jour a des exercices fai sant beaucoup travailler les doigts 2 et 3, parfois le 4 et pas les autres. On cartographie les zones de projection de chaque doigt avant et après l'expérience sur la figure 2.2/23. Que remarquez-vous? Les zones associées au doigts 2, 3 et 4 se sont étendues, les autres ont régressé; Il semble donc que, même après la fin du dévelop pement, le cerveau soit toujours plastique et que l'environnement joue encore un rôle important dans ces changements d'organisa tion. Bilan sur le développement du cortex sensoriel Figure 2.2/24 Page 17

18 Figure 2.2/1: Observation du réflexe myotatique Figure 2.2/2: Le neurone Page 18

19 Figure 2.2/3: Expériences de section au niveau de la moelle épinière Figure 2.2/4: Coupe transversale de moelle épinière Page 19

20 Figure 2.2/5: Récepteurs et effecteurs musculaires intervenant dans le réflexe myotatique Figure 2.2/6: Bilan du fonctionnement du réflexe myotatique et contrôle des muscles antagonistes Page 20

21 Figure 2.2/7: Étude expérimentale du potentiel de membrane et du potentiel d'action d'un neurone Figure 2.2/8: La propagation du potentiel d'action Page 21

22 Figure 2.2/9: Coupe transversale de nerf Figure 2.2/10: Mode de codage du message nerveux Page 22

23 Figure 2.2/11: Neurone observé en utilisant une technique d'immuno-fluorescence (MO *650) Figure 2.2/12: Destruction du neurotransmetteur par une enzyme au niveau de la fente synaptique Page 23

24 Figure 2.2/13: La synapse Figure 2.2/14: Transmission du message nerveux à travers la synapse Page 24

25 Figure 2.2/15: La transmission nerveuse - Bilan Figure 2.2/16: Le fonctionnement synaptique - Bilan Page 25

26 Figure 2.2/17: Le mouvement réflexe - Bilan Page 26

27 Figure 2.2/18: La jonction neuromusculaire est une synapse chimique Page 27

28 Figure 2.2/19: Section sagittales partielles de deux paires de jumeaux (en haut et en bas) par RMN Figure 2.2/20: Représentation somatotopique du corps humain Page 28

29 Figure 2.2/21: Organisation en colonnes du cortex somatosensoriel Figure 2.2/22: Organisation et expérience de section des vibrisses chez une Souris Page 29

30 Figure 2.2/23: Expérience de sur-stimulation des doigts chez le Singe Figure 2.2/24: Développement et plasticité du système nerveux sensoriel Page 30

31 Régulation d'un paramètre sanguin: la glycémie La glycémie est un paramètre régulé La figure ci-contre présente l'évolution de la glycémie (concentration de glucose dans le sang) au cours de la journée. Que remarquez-vous? La concentration de glucose dans le sang augmente après chaque repas et revient en suite à une valeur identique. On dit que la glycémie est régulée. Proposez une définition du terme "régulation". Régulation: maintien d'un paramètre à une valeur fixe. Le tableau suivant donne les valeurs de la glycémie dans les vaisseaux sanguins avant et après l'intestin grêle pour une situation de jeûne et pour un repas. D'après ces résultats, expliquez les augmentations de la glycémie remarquées sur la figure précédente. Le glucose est apporté par les aliments et passe dans le sang au niveau de l'intestin grêle, au cours de la digestion. Le sang partant de l'intestin grêle retourne ensuite au coeur pour y être distribué à tous les organes. La Fi gure ci-contre détaille son utilisation par les cellules. Comment s appelle le processus qui permet de pro duire de l énergie à partir du glucose? La respiration cellulaire. Page 31

32 2.3.2 Le rôle du foie dans la régulation de la glycémie En fait, lors de son retour au coeur, le sang passe par le foie comme le montre la figure ci-contre. On dose la concentration de glucose dans différents vaisseaux sanguins de cette portion du système circula toire. En comparant les glycémies dans les trois vaisseaux, formulez des hypothèses sur l'action du foie lors d'un ingestion de glucose. Que pouvez-vous dire de l'action des autres organes avant le prochain passage du sang dans le foie? Anatomie d'une partie du système digestif Le foie semble stocker une partie du glucose absorbé dans le sang au niveau de l'intestin grêle étant donné que la glycémie est plus élevée avant le foie qu'après. Les organes situés entre le foie et le coeur semblent consommer également du glucose étant donné que la glycémie est plus élevée dans la veine sus-hépatique que dans l'artère hépatique. Page 32

33 On observe des cellules de foie au microscope électronique à transmission. Dans le cytosol de ces cellules, on peut re marquer une accumulation de petits granules noirs, en forme de rosette. Ces granules sont des grains de glycogène. Pointez-en un d'une flèche précise sur la micrographie ci-dessous. La concentration de cette substance (glycogène) est me surée au cours de la journée. La figure ci-dessus pré sente la courbe d'évolution de sa concentration en rela tion avec celle de la glycémie au cours de la journée. Connaissant le mode de synthèse du glycogène présenté par la figure ci-contre, expliquez la baisse de la concentration de glucose dans le sang après son passage dans le foie. Les cellules du foie réalisent la glycogénogenèse et stockent du glucose sous forme de glycogène dans leur cytosol. Elles contribuent ainsi à la baisse de la glycémie. Page 33

34 2.3.3 Le contrôle hormonal de la glycémie On analyse maintenant le rôle d'une autre partie du système digestif déjà présenté dans une figure précédente: le pancréas. Le Tableau 2 présente le résultat d'expériences d'ablation de pancréas chez des chiens. Au vu des conséquences de son ablation, que pouvez vous supposer du rôle du pancréas? Quand le pancréas est retiré, la glycémie augmente. Cela suggère que le pan créas participe à la régulation de la glycémie. L'injection d'extrait de pancréas dans le sang permet le retour à la normale de la glycémie. Au vu de ce résultat, dites par quel type de substance le pancréas joue un rôle dans la régulation de la glycémie et justifiez votre réponse. Une (des) hormone(s): elles agissent à distance par le biais du sang. L'observation de coupes de pancréas au microscope optique met en valeur l'existence de deux types de cellules. Des cellules sécrétrices d'enzymes digestives, regroupées en petits amas appelés acini (acinus au singulier) et des regroupe ments de cellules plus claires nommés îlots de Langerhans, dont le diamètre varie entre 0,1 et 0,3 mm. En tenant compte de cette description et en vous aidant du schéma de droite sur la figure ci-dessous, pointez chaque type de structure (acini et îlots de Langerhans) sur la micrographie suivante. Page 34

35 Les îlots de Langerhans sécrètent deux substances dans le sang: l'insuline, sécrétées par les cellules de type, et le glu cagon, sécrété par les cellules. Ces deux substances sont purifiées et injectées à des chiens. Les résultats sont présen tés dans la figure ci-dessous. En analysant ces courbes, dites quel est l'effet de chacune de ces substances. L'insuline est hypoglycémiante, le glucagon est hyperglycémiant. La figure suivante présente le dosage de ces hormones en parallèle avec celui du glucose dans le sang lors d'une in gestion de glucose. Connaissant les effets de chaque hormone, expliquez comment elles participent à la régulation de la glycémie. Lorsque la glycémie augmente, la concentration d'insuline augmente et celle de glucagon diminue. L'insuline a pour effet de dimi nuer la concentration de glucose dans le sang. La baisse de la concentration de glucagon permet de ne pas augmenter encore la gly cémie. Page 35

36 La figure de gauche présente l'effet de l'injection d'une dose d'insuline sur la glycémie, la production de glucose par le foie et l'utilisation de glucose par les muscles. La figure de droite présente l'effet d'une perfusion (injection permanente) de glucagon à forte dose sur les mêmes paramètres. Au vu de ces résultats expérimentaux, comment pou vez-vous expliquer l'effet de chacune de ces hormones sur la glycémie? L'insuline diminue la glycogénolyse et augmente la glycogénogenèse au niveau du foie. Elle participe ainsi au stockage du glucose dans les cellules du foie. Elle augmente également son utilisation par les autres organes. Tous ces effets diminuent globalement la glycémie. La glucagon stimule la glycogénolyse hépatique ce qui contribue à augmenter la glycémie. Page 36

37 Synthétisez l'effet d'une ingestion de glucose lors d'un repas sous la forme d'un schéma en faisant figurer l'intestin, le foie, le pancréas et les muscles (exemple de site d'utilisation du glucose) Les diabètes Le diabète est une maladie caractérisée par l'augmentation de la concentration de glucose dans le sang. Elle correspond donc à une dé-régulation de la glycémie Deux types de diabètes On étudie en premier lieu une paire de vrais jumeaux. L'un des deux est diagnostiqué comme diabétique et la glycémie de l'autre est donc suivie de près pendant plusieurs années. On dose en parallèle la concentration d'insuline dans le sang suite à une ingestion de glucose. En effet, comme nous l'avons vu plus haut, cette hormone intervient dans la ré gulation de la glycémie. Le résultat de ce dosage est présenté dans la première figure de la page suivante. La figure qui suit compare, elle, les dosages moyens de glucose et d'insuline dans le sang suite à une ingestion de glucose chez dix sujets sains et dix sujets diabétiques. Montrez que la sécrétion d'insuline permet de différencier deux types de diabètes. Dans le premier cas, la sécrétion d'insuline baisse au cours du temps ce qui explique l'augmentation de la glycémie et donc le dia bète. Dans le second cas, la sécrétion d'insuline est toujours présente bien que moins important que chez les sujets sains. Page 37

38 On étudie le pancréas d'individus atteints du pre mier type de diabète (type 1). Le Tableau ci-contre compare des données ana tomiques et cytologiques d'individus sains et d'indi vidus malades. Comment pouvez vous expliquer les résultats observés dans le cas des jumeaux à partir de cette étude comparative? La disparition des cellules des îlots de Langerhans qui sécrètent l'insuline expliquent la baisse de la concentration de cette hor mone dans le sang. Page 38

39 Pour les individus diabétiques du deuxième type, on étudie la production hépatique de glucose et l'utilisation du glucose par les muscles en fonction de la concentration d'insuline injectée dans le sang. Comparez l'effet d'une même concentration d'in suline (100 U/mL) sur l'activité des organes cibles (foie et muscles). Chez les individus diabétiques, la production de glucose est plus élevée et son utilisation par les muscles plus faible. Cela explique que plus de glucose se retrouve dans le sang. En vous rappelant quels sont les effets de l'insuline sur ces organes, indiquez en quoi ces résultats montre une moindre sensibilité de ceux-ci à la concentration de cette hormone. L'insuline est toujours présente mais ses effets (diminution de la production de glucose par le foie et augmentation de son utilisa tion par les autres organes) sont moindre. Cela signifie que les organes cibles sont moins sensibles à sa concentration. On appelle «insulinorésistance» cette sensibilité réduite à l'action de l'insuline Le déterminisme du diabète Pour les deux types de diabète, on étudie la concordance des phénotypes chez des paires de vrais jumeaux où au moins l'un des deux est diabétique (phéno types concordants = phénotypes identiques = tous les deux diabé tiques). Le tableau ci-contre pré sente les résultats de cette étude. Étudiez l'impact des facteurs géné tiques pour l'un ou l'autre de ces diabètes à partir de cette étude sur des vrais jumeaux. Dans les deux cas, l'indice de concordance est élevé, ce qui suggère un fort effet génétique. Il semble néanmoins plus important pour le diabète de type 2 (90% de concordance) que pour le diabète de type 1 (54% de concordance). Page 39

40 On étudie l'influence d'un facteur environnemental (l'ali mentation) sur l'apparition du diabète de type 2. Deux populations d'indiens d'amérique du Nord sont compa rées. La population mexicaine est installée à Mexico, la population Latino-américaine dans la banlieue de San An tonio (Texas). L'alimentation de cette dernière est beau coup plus riche en lipides (graisses) que celle de la popu lation mexicaine. À partir du tableau ci-contre dites quel facteur peut être considéré comme un facteur favorisant l'apparition du diabète. Un indice de masse corporelle élevé peut être considéré comme un facteur favorisant l'apparition du diabète. Pour préciser cet effet, on étudie le risque d'apparition du diabète en fonction de l'indice de masse corporelle (Cf. gra phique ci-dessous). De plus, dans le graphique suivant, nous pouvons différencier les individus réalisant un exercice physique soutenu par semaine ou non. Ces résultats confirment-ils votre réponse précédente? Pourquoi? Oui. En effet, le risque d'appa rition du diabète augmente avec l'indice de masse corporelle. Le fait de faire de l'exercice physique est-il bénéfique ou néfaste par rapport au risque d'apparition du diabète de type 2? Bénéfique. Page 40

41 Correction Page 41

42 3 La procréation 3.1 Le contrôle hormonal du développement sexuel Nous avons vu l importance des hormones sexuelles dans le lien entre génotype et phénotype sexuel. Par leur action, ces hormones induisent l apparition des caractères sexuels secondaires. Nous nous intéressons maintenant aux rôles qu'elles peuvent jouer après la naissance Chez le mâle Observation du développement testiculaire À partir des dosages présentés dans la figure cicontre, dites comment évoluent, au cours de la vie d'un homme, le taux de testostérone et la production de spermatozoïdes? Les deux paramètres sont faibles avant la puberté, augmentent entre 10 et 20 ans. Ils sont stables à un niveau élevé au cours de la vie adulte et décroissent vers l'âge de 60 ans. Mettez en relation cette évolution et celle de la structure du testicule présentée sur les coupes de la figure ci-contre (à gauche les tubes sémini fères d'un individu pré-pubère, à droite celui d'un individu ayant atteint la puberté). Chez un individu pré-pubère, les tubes séminifères ne sont pas encore matures et ne produisent pas de spermatozoïdes. Chez un individu pubère, on peut très clairement distinguer les flagelles des spermato zoïdes au niveau de la lumière du tube. Page 42

43 Le contrôle de l'activité testiculaire Des expériences permettent d'étudier le cont rôle de l'activité testiculaire. Il est conseillé de représenter les résultats obtenus sur un sché ma au fur et à mesure du raisonnement. L'ablation de l'hypophyse (Cf figure ci-contre) induit l'arrêt de la production de spermato zoïdes et de testostérone. L'injection d'extraits d'hypophyse rétablit les deux fonctions. Quelle est donc, d'après-vous, l'influence de l'hypophyse sur les testicules? L'hypophyse contrôle l'activité testiculaire. Au sein des extraits, il est possible d'identifier deux substances qui sont sécrétées par l'hypophyse dans le sang: la FSH et la LH. L'injection de FSH après une ablation de l'hypophyse rétablit uniquement la production de spermatozoïdes. L'injection de LH après une ablation hypophysaire ne rétablit, elle, que la production de testostérone. Comment quali fieriez-vous ces molécules? Quel est le rôle de chacune? Ce sont des hormones: elles agissent à distance et sont transportées par le sang. La FSH contrôle positivement la production de spermatozoïdes; la LH contrôle positivement la production de testostérone. L'hypophyse est elle-même reliée nerveusement à l'hypothalamus qui constitue un deuxième niveau de contrôle. À par tir du schéma et des dosages présentés dans la figure ci-dessous, dites comment est contrôlée la production de LH par l'hypophyse. La production de LH par l'hypophyse est contrôlée nerveusement, par les neurones de l'hypothalamus. Une sécrétion rythmique de GnRH par ceux-ci induit une sécrétion rythmique de LH par l'hypophyse. Page 43

44 Nous étudions maintenant en parallèle les hormones hypophysaire et testiculaire. La Figure 5 présente le résultat d'ex périence de castration: a est un bélier témoin, b est un bélier castré, c est un bélier castré à qui de la testostérone est in jectée. Identifiez les effets de la testostérone sur la production des hormones hypophysaires. La testostérone régule la production de LH: celle-ci est anarchique quand la testostérone est absente (b). Elle semble avoir un ef fet inhibiteur sur la production de LH: les pics de LH sont moins importants quand la quantité de testostérone est élevée (c). Page 44

45 Établissez un schéma bilan représentant l'axe hypothalamo-hypophysaire, les testicules et les différents niveaux de contrôle de leur activité. Page 45

46 Chez la femelle Observation du cycle utérin La figure suivante présente des coupes de l'endomètre (paroi de l'utérus) au cours de différentes phases du cycle menstruel chez la femme. La première photographie correspond aux menstruations (règles), la seconde à la phase préovulatoire, la dernière à la phase post-ovulatoire. Quels éléments évoluent au cours du cycle menstruel? L'épaisseur de l'épithélium utérin, détruit au moment des règles et régénéré petit à petit au cours du cycle; le développement des glandes dans l'endomètre Observation du cycle ovarien Des coupes dans un ovaire permettent d'observer des follicules ovariens. Ces follicules sont des regroupement de cellules contenant l'ovocyte (gamète femelle) et assurant sont développement. Réalisez de rapides schémas interpréta tifs des figures des pages suivantes représentant l'évolution des follicules trois mois avant le cycle ovarien ainsi qu'au cours d'un cycle (le follicule cavitaire précède l'ovulation, le corps jaune correspond à son évolution après l'ovulation). Dans le cadre de la page suivante, vous rappellerez par un court texte quels sont les paramètres qui évoluent principale ment. Page 46

47 Paramètres qui évoluent et à remarquer: la taille du follicule, le nombre de cellules folliculaires, la présence ou non d'une cavité centrale. Page 47

48 Le contrôle du cycle sexuel De même que chez l'homme, des expériences d'ablation peuvent nous aider à comprendre le contrôle du cycle ovarien. L'ablation des ovaires induit une disparition des règles et une atrophie de l'utérus. L'injection d'extraits ova riens rétablit le fonctionnement normal. L'ablation de l'hypophyse provoque la disparition des cycles ovariens et utérins. L'injection répétée de FSH et de LH rétablit le fonctionnement normal. L'ablation de l'utérus ne perturbe pas le fonctionnement ovarien À partir de ces résultats, commencez un schéma du contrôle des cycles ovariens et utérins. Page 48

49 La première figure ci-dessous présente le dosage des hormones hypophysaires et ovariennes au cours du cycle menstruel. Que remarquez vous avant et après le pic de FSH/LH? Avant le pic, la concentration en oestradiol augmente. Elle diminue après le pic et c'est la concentration de progestérone, initiale ment basse, qui augmente. Quel événement cellulaire à lieu à ce moment dans le cycle ovarien? L'ovulation. Page 49

50 La figure en bas de la page précédente permet de comprendre le sens des différents contrôles hormonaux. À partir de la partie a et du début de la partie b du document, dites quel est l'effet des hormones ovariennes sur la sécrétion de LH. Inhibiteur. Quel est l'effet de l'injection d'oestradiol? À quel événement du cycle cette expérience s'apparente-t-elle? L'injection d'oestradiol induit un pic de LH. Le pic de FSH/LH au douzième jour du cycle, qui induit l'ovulation, est donc probablement du à l'augmentation de la quantité d'oestradiol. Sachant comment est contrôlée l'activité de l'hypophyse, synthétisez vos conclusions sur deux schémas complets: un pour le cas général dans le cycle et un pour le cas particulier de la phase ovulatoire. Page 50

51 Correction Contrôle hormonal chez l'homme Bilan du contrôle hormonal chez l'homme et la Femme Page 51

52 Contrôle hormonal et cycle utérin chez la Femme Page 52

53 Accouplement, fécondation et début de la grossesse Hormones et comportement sexuel La figure ci-contre présente le comportement sexuel d'un bélier en relation avec son taux de testostérone au cours d'une année. Que remarquez-vous? L'apparition de l'activité sexuelle semble en relation avec un pic de concentration de testostérone. La figure ci-contre présente l'activité sexuelle (proximi té des mâles et accouplements) chez une chèvre en rela tion avec la concentration de LH. Que remarquezvous? L'activité sexuelle est concentrée autour du pic de LH. Quelle interprétation fonctionnelle pouvez-vous donner à cette observation? Le pic de LH marque l'ovulation, donc le moment ou la femelle est réceptive et peut concevoir. Le fait de concentrer les accouple ments durant cette période assure une plus grande probabilité d'être fécondée. Page 53

54 3.2.2 Le début de la grossesse La figure ci-dessous présente les différentes étapes de la formation d'un embryon: de l'ovulation à la nidation. Page 54

55 La fécondation correspond à la rencontre du gamète femelle et du gamète mâle. Comparez les tailles des deux gamètes. tête du spermatozoïde: 8cm/3000 = 26 micromètres ovocyte : 1,5cm/15 = 1 mm Faites le schéma d'un spermatozoïde en vous aidant de la photographie de la figure précédente et des vos connais sances. Quel est l'événement cellulaire majoritaire au début du déve loppement de l'embryon? Les divisions cellulaires (mitoses). L'embryon se fixe sur la muqueuse utérine (nidation) qui est normalement renouvelée tous les mois, au cours des menstruations. On remarque que les menstruations s'arrêtent lors de la grossesse ce qui permet alors à l'embryon de se dé velopper. Il reste à comprendre ce qui modifie la régulation du cycle menstruel détaillée précédemment. On dose les concentrations de plusieurs hormones dans le sang au cours d'une grossesse dans la figure suivante. Connaissant le rap port entre concentration de progestérone et règles, discutez son rôle ici. Les règles apparaissent quand le taux de progestérone chute. Ici le taux reste élevé durant toute la grossesse et empêche donc l'apparition des règles. Sachant qu'un début de grossesse sans sécrétion d'hcg aboutit à une fausse couche, expliquez quel semble être le rôle de l'hcg. Comme le montre le schéma récapitulant les premiers événements de la grossesse, le placenta produit l'hcg qui agit sur le corps jaune et stimule la production de progestérone et d'oestrogènes (Cf graphique ci dessus) qui empêchent l'apparition des règles. Page 55

56 3.3 Maîtrise de la procréation L'Homme est de plus en plus capable de réguler les naissances en agissant au cours de différentes étapes de la procréa tion Empêcher la procréation: contraception et contragestion Les moyens contraceptifs tirent partie de notre connaissance du contrôle de l'activité des organes sexuels mâle ou fe melle. La figure ci-dessous compare un cycle normal et un cycle de femme sous pilule contraceptive mini-dosée. Com parez les deux cycles, expliquez vos observations à partir de vos connaissances sur le contrôle du cycle ovarien et dites pourquoi ceci empêche la procréation. Dans le cas où la pilule est prise le taux de progestérone reste bas et le taux d'oestradiol reste également bas et relativement constant (pas de pic). Il n'y a donc pas de pic de FSH et de LH et donc pas d'ovulation. Étant donné qu'aucun ovule n'est pro duit, il ne peut y avoir fécondation. Il est également possible d'interrompre une grossesse commencée depuis peu de temps et de provoquer l'expulsion de l'embryon par la prise d'une pilule en contexte médicalisé: le RU 486. On dit alors que cette pilule est un contragestif. Le RU 486 est une molécule très proche de la progestérone qui bloque ses effets. Connaissant le rôle de la progesté rone avant et après la fécondation, expliquez pourquoi le RU 486 empêche la gestation. Avant la grossesse, la progestérone stimule le développement de la muqueuse utérine ce qui facilite la nidation. Cet effet promo teur de la gestation est supprimé. Après la nidation, la production d'hcg induit la production d'une grande quantité de progestérone ce qui évite l'apparition des règles. Quand le RU 486 est utilisé, l'action de la progestérone est bloquée (les récepteurs cellulaires sont saturés par le RU 486 et la progestérone ne peut s'y fixer) donc les règles apparaissent, ce qui expulse un embryon éventuellement fixé sur la paroi uté rine. Page 56

57 3.3.2 Rendre la procréation possible La FIVETE (Fécondation In-Vitro Et Transplantation d'embryon) est une méthode permettant l'implantation d'em bryon chez des personnes présentant des problèmes lors d'une procréation normale (trompes bouchées etc.). La figure ci-dessus présente les différentes étapes de ce processus. L'ovulation est déclenchée artificiellement par un traitement hormonal. De quelle(s) hormone(s) s'agit-il? LH ou oestradiol. L'utérus doit également être préparé à recevoir un embryon. Encore une fois, le traitement hormonal mime ce qui se passerait dans le cas d'une vraie fécondation. Quel est le traitement hormonal administré dans ce cas? hcg ou progestérone à forte dose et constamment. Page 57

58 4 La réaction immunitaire Un exemple d'agent pathogène: le virus du SIDA Structure du virus La Figure suivante présente une vue schématique du virus VIH (Virus de l'immuno-déficience Humaine) qui provoque le SIDA (Syndrome d'immuno-déficience Acquise). Le schéma ci-dessous représente le cycle de ce virus dans une cellule qu'il infecte. Les étapes de ce processus vous sont décrites en dessous dans un ordre aléatoire. Vous les replacerez sur le schéma. Page 58

59 Intégration: L'intégrase contenue dans la particule virale permet l'intégration de la molécule d'adn viral double brin, issue de la phase rétro-transcription, dans le génome de la cellule infectée. Reconstruction: De nouvelles particules virales sont reconstruites à partir des éléments synthétisés par la cellule in fectée. Multiplication: La machinerie de synthèse protéique de la cellule réalise la transcription et la traduction de l'informa tion génétique virale. Elle permet ainsi la création de multiples particules virales. Infection: La membrane lipidique de la particule virale fusionne avec la membrane plasmique d'une cellule et le conte nu de la particule virale est ainsi déversé dans la cellule infectée. Exocytose: Les particules virales reconstruites au sein de la cellule infectée en sortent dans des vésicules et sont ainsi pourvues d'une membrane lipidique: ce sont de nouvelles particules virales complètes et fonctionnelles. Rétro-transcription: La reverse transcriptase contenue dans la particule virale transforme l'arn viral en ADN simple brin puis celui ci est dupliqué et forme une molécule d'adn double brin Évolution de la maladie Le graphique ci-contre représente l'évolution de la charge en virus HIV, celle du taux de lymphocyte CD4 fonctionnels ainsi que celle du taux d'anticorps spécifiques des protéines membranaires du virus. Les lymphocytes CD4 sont des cellules du système immuni taire qui sont les cibles du virus HIV: c'est à l'intérieur de ces cellules qu'il réalise le cycle précédemment décrit, cycle qui finit par tuer la cellule infectée. Ces cellules servent habi tuellement à la défense de l'organisme contre les maladies (=l'immunité). Décrivez les deux types de progression de la maladie. Dans les deux cas, nous pouvons remarquer un pic de la charge virale entre 3 et 9 semaines. Ensuite, chez certains individus, la maladie progresse et les symptômes apparaissent environ 8 ans après l'infection, lorsque le taux de CD4 est très faible. Chez d'autre individus, la charge virale reste assez basse et le taux de CD4 se maintient. Il n'y a pas d'évolution vers le stade termi nal de la maladie. D'après les informations que vous avez pu recevoir concernant cette maladie, où pourriez vous placer le stade appelé séropositivité? Les individus séropositifs sont infectés par le virus et présentent, dans le sérum, des anticorps spécifiques de l'antigène viral. En outre, le stade «séropositif» est, dans le cas du SIDA, souvent associé à une absence des symptômes de la maladie. La séroposi tivité commence donc dès que les anticorps spécifiques des protéines membranaires du virus apparaissent. Le stade séropositif au sens commun du terme est plus important dans le second type d'évolution. Page 59

60 Les individus qui atteignent le stade SIDA meurent du fait de l'accumulation d'infections qualifiées d'«opportunistes». Ce sont des maladies habituellement bénignes chez les individus sains mais qui prennent des proportions particulières chez les individus atteints du SIDA. Sachant à quel type de cellule s'attaque le VIH, expliquez pourquoi les individus malades sont si sensibles à des maladies qui semblent inoffensives et pourquoi ces infections sont qualifiées d'«oppor tunistes». Le VIH attaque des cellules impliquées dans la défense de l'organisme. Ces cellules étant moins nombreuses, les défenses de l'or ganisme sont moins performantes ce qui explique pourquoi des maladies bénignes ne sont pas éliminées. Ces maladies «pro fitent» d'une faiblesse inhabituelle du système immunitaire: elles sont «opportunistes» Le processus immunitaire Les cellules immunitaires et leur coopération L'étude du SIDA nous a fait découvrir un type de cellule immunitaire (les lymphocytes CD4) et a mis en valeur l'importance de ces cellules dans le maintien de l'intégrité de l'organisme. Nous allons nous l'intéresser à l'intégralité d'un processus immunitaire suite à l'introduction d'un corps étranger dans l'organisme présenté par la Figure ci-des sous. Ce corps étranger peut être une toxine, une bactérie ou un virus infectant des cellules du corps. Vous relierez chacune des descriptions ci-dessous à un des phénomènes numérotés sur la figure de la page précédente. Immobilisation des cellules étrangères ou des particules antigéniques par les anticorps. 10 Présentation de l'antigène par un macrophage ou une cellule dendritique transformée en cellule pré sentatrice de l'antigène. Un lymphocyte T vient se lier à la cellule présentatrice de l'antigène et recon naît ainsi l'antigène, ce qui l'active. 5 Interaction entre un lymphocyte CT 4 «Helper» activé et un lymphocyte B partiellement activé ce qui active complètement le lymphocyte B. 6b Absorption (endocytose) par les macrophages des cellules étrangères/infectées immobilisées par les anticorps. Production de nombreux anticorps par les plasmocytes. 4a 9 Reconnaissance de l'antigène, présent à la surface d'une bactérie ou d'une cellule du corps infectée par un virus, ou d'une particule antigénique circulant librement dans le corps par des anticorps circulants. 1 Absorption (endocytose) par les macrophages des particules antigéniques agglomérées par les anti corps. 4b Un lymphocyte CT 8 activé peut reconnaître l'antigène sur une cellule étrangère/infectée et la détruit. Reconnaissance de l'antigène par un lymphocyte B ce qui l'active partiellement. Destruction de la cellule étrangère/infectée par le système protéique du complément. La cellule est perforée et explose. Multiplication clonale (à l'identique) d'un lymphocyte B activé et différenciation de ceux-ci en plas mocytes. Activation de la voie du complément: des protéines viennent perforer la membrane de la cellule étrangère/infectée en se fixant sur les immunoglobulines. Absorption (endocytose) et destruction des fragments de cellules étrangères/infectées détruites ou des amas de cellules ou de particules antigéniques immobilisés par les anticorps. Les macrophages jouent généralement ce rôle. 8 6a Absorption (endocytose) par les cellules dendritiques de particules antigéniques circulantes. Page 60

61 Page 61

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

I.6 PROCREATION (6 semaines)

I.6 PROCREATION (6 semaines) I.6 PROCREATION (6 semaines) Les mécanismes de la méiose et de la fécondation sont apparus au cours du temps en association avec des phénomènes physiologiques et comportementaux (reproduction sexuée et

Plus en détail

Le fonctionnement de l'appareil reproducteur féminin.

Le fonctionnement de l'appareil reproducteur féminin. Chapitre 3 : Le fonctionnement de l'appareil reproducteur féminin. OC : A partir de la puberté, le fonctionnement des organes reproducteurs est cyclique chez la femme jusqu à la ménopause. A chaque cycle,

Plus en détail

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule Matière : Biologie Classe : SV Traiter les exercices suivants: Exercice 1: Fonctions des cellules de Sertoli Le testicule a deux fonctions : produire de la testostérone (hormone mâle) et produire des spermatozoïdes.

Plus en détail

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION PROCREATION DU SEXE GENETIQUE AU SEXE PHENOTYPIQUE A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule 1 A. AMH B. Testostérone C. Canaux de

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation.

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation. Thème 3 A: Féminin, masculin Sexualité et procréation. I- La double fonction des glandes génitales A- l activité testiculaire. Les testicules sont constitués de nombreux tubes séminifères et d un tissu

Plus en détail

Bilan cours Féminin, masculin

Bilan cours Féminin, masculin Bilan cours Féminin, masculin Objectifs de cette partie du programme : - (TD n 1) Exploiter diverses expériences afin de retrouver les caractéristiques du fonctionnement de l appareil reproducteur féminin

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

PROCRÉATION. 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère

PROCRÉATION. 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère PROCRÉATION 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère 1.1. Le sexe est génétiquement défini à la fécondation par la présence des chromosomes

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

La formation de l appareil reproducteur

La formation de l appareil reproducteur CHAPITRE 5 LA PROCRÉATION 1 La formation de l appareil reproducteur Le sexe des individus est déterminé génétiquement mais la différenciation des appareils génitaux a lieu au cours du développement. Selon

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme

Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme Partie 2 : reproduction Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme I l aspect de certains organes varie avec le temps 1- Observations directes 2- Observations microscopiques 3- Interactions

Plus en détail

Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux.

Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux. Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux. A partir de la puberté, les appareils génitaux deviennent fonctionnels. Ce fonctionnement est régulé et permet une activité continue

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité en échangeant de l'information.

Plus en détail

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle.

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. I. Les deux rôles des testicules. 1) Le rôle exocrine. A la puberté, la paroi des tubes séminifères s épaissie car les spermatogonies

Plus en détail

Conférence : La reproduction humaine

Conférence : La reproduction humaine Conférence : La reproduction humaine Aide à la préparation : les connaissances dans les programmes ; quelques épreuves orales d admission relatives au thème Les contenus des programmes Programme de quatrième

Plus en détail

Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse

Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse I. LES PROCESSUS BIOLOGIQUES ABOUTISSANT A UNE GROSSESSE. A. Comportement reproducteur. 1) Chez les mammifères non hominidés. Chez les mammifères non

Plus en détail

AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER

AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER EAI SVT 1 Repère à reporter sur la copie SESSION 2010 AGREGATION CONCOURS INTERNE ET CAER Section : SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS COMPOSITION À PARTIR D UN DOSSIER Durée : 5

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos 11 Remerciements 13 Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 I. Les glucides 15 1. Les oses ou monosaccarides 15 2. Les diholosides ou disaccharides 15 3. Les polyholosides

Plus en détail

CORPS HUMAIN ET SANTE (3)

CORPS HUMAIN ET SANTE (3) CORPS HUMAIN ET SANTE (3) Sexualité et procréation (suite) Bases biologiques du plaisir Des études en laboratoire ont montré que la satisfaction procurée par différents comportements incite certains animaux

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue

1. Système nerveux et système endocrinien. Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue HOMÉOSTASIE 1. Système nerveux et système endocrinien 589 Maintien de l homéostasie par : Système endocrinien (hormonal) : Sécrétion d hormones dans le sang Action lente, mais soutenue Système nerveux

Plus en détail

Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique

Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique Thème 3 : Corps humain et santé : l'exercice physique Chapitre 1 : Des modifications Introduction physiologiques à l'effort Au cours d'un effort physique, on observe des manifestations de cet effort chez

Plus en détail

ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE

ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE Extrait cours svt 4e ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE SEMAINES LEÇONS DEVOIRS À SOUMETTRE 1 Partie 1 : La transmission de la vie chez l homme Chapitre 1 : De l enfance à l âge adulte Activités 1 et 2

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction

Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction I] Régulation des naissances Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction 1) Méthodes de contraception et de contragestion Activité 1 : Décrire le mode d'action de différents moyens de contraception, comparer

Plus en détail

http://b-mehdi.jimdo.com

http://b-mehdi.jimdo.com Mme HABLI RAJA * * * * DEVOIR DE SYNTHESE 3 jeudi 07 mai2009 SECTION : 4 ème SCIENCES EXPERIMENTALES 2 EPREUVE : SCIENCES NATURELLES DUREE : 3 heures PREMIERE PARTIE ( 08 points ) I- QCM : voir copie à

Plus en détail

Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation

Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation Chapitre 16 Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation Elle est enceinte, ils le voulaient. Quels sont les processus biologiques qui permettent d aboutir à une grossesse? Comment assurer

Plus en détail

Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme. Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400

Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme. Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400 Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400 Cortex cérébral Hypothalamus ige pituitaire Hypophyse antérieure Bulbe rachidien

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Lexique du cours de 1ère L La procréation

Lexique du cours de 1ère L La procréation Lexique du cours de 1ère L La procréation Ablation : suppression d'un organe. Amniocentèse : analyse du caryotype de cellules embryonnaires prélevées dans le liquide amniotique. Elle permettra de détecter

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale

BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT. Sommaire. Psychologie Générale Psychologie Générale Jean Paschoud BASES BIOLOGIQUES DU COMPORTEMENT Sommaire Communication hormonale Communication neuronale Neurones Synapse Neurotransmetteurs Modificateurs de la transmission Organisation

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2015

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2015 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2015 Durée : 3 heures Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation

TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation Partie 4 - Chapitre 4 TaleS TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation Objectifs et compétences : - saisir des informations ( I ) - analyser des résultats expérimentaux

Plus en détail

Schématiser et légender un spermatozoïde observé au plus fort grossissement. Indiquer le rôle des différents constituants et parties.

Schématiser et légender un spermatozoïde observé au plus fort grossissement. Indiquer le rôle des différents constituants et parties. PRODUCT IION ET RÔLE DE LA TESTOSTÉRONE TP 2 - Régulation de la fonction reproductrice chez l homme Compétences mises en œuvre et évaluées (A B C) Observation au microscope : choix de la région à observer,

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme?

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? TP2 Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 Activité 1 : diagnostic d un cas de stérilité

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire

Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Chapitre 2 Les défenses de l organisme : le fonctionnement du système immunitaire Problème n 1 : Comment le corps réagit-il lors d une infection? Rappel : une infection se caractérise par la multiplication

Plus en détail

Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né

Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né Que se passe-t-il pour que ce nouveau-né puisse voir le jour? rencontre de l ovule et du spermatozoïde,

Plus en détail

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation Chapitre 2 : La maitrise de la procréation 1 INTRODUCTION : La capacité de procréer implique de prendre en charge de façon responsable et conjointe sa vie sexuelle. Il existe des méthodes permettant de

Plus en détail

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 1 CHAPITRE D Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 2 Les précédents chapitres nous ont permis de constater que le SN est organisé comme un réseau très complexe de neurones, au sein duquel circulent

Plus en détail

Lexique. Cellule endocrine : Cellule qui libère (sécrète) une hormone dans le sang.

Lexique. Cellule endocrine : Cellule qui libère (sécrète) une hormone dans le sang. Lexique Bioéthique : Morale concernant les questions posées par les innovations médicales qui impliquent une manipulation du vivant comme les expérimentations sur l Homme, les greffes d organes, la procréation

Plus en détail

CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie.

CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie. CHAPITRE II /Glycémie-Diabète/ La régulation de la glycémie. Problématiques : Quelle est la valeur normale de la glycémie? Quels sont les organes capables d agir sur la glycémie? Quels sont les mécanismes

Plus en détail

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 PROFESSEURS : Belhiba Souad Ezzeddini Mohamed LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE LYCEÉ SIDI MAKHLOUF Epreuve : SVT Classe : 4 ème Sc-Exp Durée : 3 Heures PREMIÉRE PARTIE (8 points) A-QCM

Plus en détail

LEXIQUE DU COURS DE. THEME Procréation

LEXIQUE DU COURS DE. THEME Procréation LEXIQUE DU COURS DE 1ERE ES SVT THEME Procréation Remarque préliminaire : ce lexique n'a pas la prétention ni l'objectif d'être encyclopédique ou exhaustif sur le thème. Il est simplifié et pourrait représenter

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Dissection du cœur de bœuf. Démarche et principes

Dissection du cœur de bœuf. Démarche et principes Dissection du cœur de bœuf Démarche et principes Introduction (1) : Matériel requis Un grand couteau de cuisine bien aiguisé (un scalpel peut également être utile) Un bac à dissection, à défaut, une planche

Plus en détail

Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE

Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE La puberté est une période de transition entre l enfance et l âge adulte. Elle est caractérisée par un ensemble de transformations qui vont faire d un enfant

Plus en détail

Chapitre 5 : lutter contre l infection

Chapitre 5 : lutter contre l infection Chapitre 5 : lutter contre l infection Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 3 ème Chapitre 5 :

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

Le diabète : une véritable épidémie

Le diabète : une véritable épidémie Le diabète : une véritable épidémie Le diabète frappe 150 millions de gens dans le monde. Deux millions sont canadiens. Ils seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Ceux qui en souffrent voient leur

Plus en détail

C.A.P. Petite Enfance

C.A.P. Petite Enfance C.A.P. Petite Enfance Biologie Date :.. /.. /.... Cours n 6: LE SYSTEME NERVEUX ET L' ACTIVITE SENSORIELLE objectifs: définir le système nerveux- citer à partir d'un schéma le système nerveux cérébro-spinal-définir

Plus en détail

Le système reproducteur

Le système reproducteur Le système reproducteur et la périnatalité chez l humain Cours en ligne BIO-5062-2 Corrigé de l autoévaluation Juin 2005 L autoévaluation a été produite par la Société de formation à distance des commissions

Plus en détail

Chapitre 5 : donner la vie

Chapitre 5 : donner la vie Chapitre 5 : donner la vie Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours, retrouvele sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 5 : donner la vie. Je dois

Plus en détail

EXAMEN FORMATIF PHYSIOLOGIE HUMAINE

EXAMEN FORMATIF PHYSIOLOGIE HUMAINE EXAMEN FORMATIF PHYSIOLOGIE HUMAINE Ceci est un outil pour réviser mais surtout pour voir quel est le TYPE DE QUESTIONS que je pourrais vous poser à l examen Dans le vrai examen, il y aura une plus grande

Plus en détail

EXAMEN DE BIOLOGIE. 35m 12

EXAMEN DE BIOLOGIE. 35m 12 EXAMEN DE BIOLOGIE La concision, la qualité de l'expression et de l'orthographe des réponses seront particulièrement appréciées. L'attention portée aux schémas et dessins ainsi que le respect des conventions

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE

NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE Thème 6 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE : LA COMMUNICATION NERVEUSE Lors d une visite médicale permettant d établir un certificat d aptitude à la pratique

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION

MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION Cours 1 ère ES Enseignement scientifique APPAREIL GÉNITAL HOMME APPAREIL GÉNITAL HOMME APPAREIL GÉNITAL HOMME Méat urinaire et prépuce APPAREIL GÉNITAL HOMME Anus Méat urinaire

Plus en détail

Le système cardiaque

Le système cardiaque Le système cardiaque Plan Chap 1: Généralités Chap 2: Anatomie cardiaque Chap 3: L activité mécanique cardiaque Chap 4: Régulation de l activité cardiaque Chap 1: Généralité I.Organisation du système cardiovasculaire

Plus en détail

La fonction de reproduction chez l homme. I. Le testicule produit des spermatozoïdes et une hormone : la testostérone.

La fonction de reproduction chez l homme. I. Le testicule produit des spermatozoïdes et une hormone : la testostérone. La fonction de reproduction chez l homme Introduction On étudie le fonctionnement de l appareil génital chez l homme adulte. Problématiques : Comment fonctionne l appareil génital de l homme adulte? Son

Plus en détail

I. Transmission du message nerveux de neurone à neurones grâce aux synapses

I. Transmission du message nerveux de neurone à neurones grâce aux synapses PARTIE I : REPRESENTATION VISUELLE CHAPITRE 4 : LA CHIMIE DE LA PERCEPTION La prise de différentes substances peut modifier le fonctionnement du système nerveux et provoquer des hallucinations. Leur mode

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Baccalauréat ES SVT Thème obligatoire - Procréation D après le sujet 2005 Amérique du nord et 2002 métropole

Baccalauréat ES SVT Thème obligatoire - Procréation D après le sujet 2005 Amérique du nord et 2002 métropole SUJET DE TYPE BAC N 1 2009 Baccalauréat ES SVT Thème obligatoire - Procréation D après le sujet 2005 Amérique du nord et 2002 métropole Procréation - Des processus biologiques contrôlés par des hormones

Plus en détail

Thermorégulation et exercice physique

Thermorégulation et exercice physique Thermorégulation et exercice physique Généralités L activité physique en ambiance chaude ou froide augmente les charges pour l organisme Dans des conditions extrêmes, l organisme doit s adapter Mécanismes

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Activité 47 : Recueil de données (images numériques) à partir de la réalisation d une dissection d un lapin

Activité 47 : Recueil de données (images numériques) à partir de la réalisation d une dissection d un lapin Activité 47 : Recueil de données (images numériques) à partir de la réalisation d une dissection d un lapin 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Parties concernées : Respiration et occupation des milieux de

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE-NUTRITION DIABETOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Unité d'education du Diabète Unité de soins : 03.82.55.89.35 Secrétariat : 03.82.55.89.22 FAX : 03.82.55.89.18 PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

Plus en détail

Chapitre V : La circulation sanguine. I Comment je me représente la circulation sanguine?

Chapitre V : La circulation sanguine. I Comment je me représente la circulation sanguine? Chapitre V : La circulation sanguine I Comment je me représente la circulation sanguine? Activité diagnostic : Une représentation historique de la circulation sanguine selon Claudius Gallien et... la mienne.

Plus en détail

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Utilise le schéma ci-dessous pour répondre à la question 1. Organite 1 Organite 2 1. Identifie les organites 1 et 2 et compare leurs fonctions d au moins

Plus en détail

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique.

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique. SESSION 2002 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES Durée : 4 heures Coefficient : 3 (Anatomie : 1.5 et physiologie : 1.5) 1- La région abdominale (15 points) L usage de la calculatrice est interdite ANATOMIE

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Série S ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Série S ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 202 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ Corrigé et barème indicatifs 2VTSCOMEAG - cor / 2VTSCSMEAG - cor Plan/ forme

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale TP1 : Le système cardio-vasculaire et respiratoire FONTAINE Lionel RADONDY Yoan Groupe :

Plus en détail

squelettique Juin 2003

squelettique Juin 2003 Le muscle squelettique Juin 2003 Repères Le mot muscle vient du mot latin musculus qui signifie «petite souris». Les muscles peuvent être considérés comme les «moteurs» de l organisme. Les propriétés des

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Sciences 8 le système immunitaire exercices

Sciences 8 le système immunitaire exercices Sciences 8 le système immunitaire exercices Exercice 1 : Remplis les blancs. 1. Les organismes qui sont la cause de maladies comme les bactéries et les virus sont appelés. 2. Les maladies peuvent être

Plus en détail