NEUROPHYSIOLOGIE (2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NEUROPHYSIOLOGIE (2)"

Transcription

1 NEUROPHYSIOLOGIE (2) B - LE SYSTEME NERVEUX (SUITE) - NEURONES ET GLIOCYTES IV - LES NEURONES ET LES GLIOCYTES 1) OBJET DE LEUR ETUDE La NEUROPHYSIOLOGIE est l étude du fonctionnement du système nerveux. L'information en provenance des récepteurs est analysée par le cerveau pour donner naissance aux perceptions (certaines d'entre elles pouvant être stockées en mémoire) pour initier une action comportementale. Compte tenu de ces informations, le cerveau est en mesure de contrôler nos comportements. Or, la transmission des signaux nerveux le long d'un réseau -d'un récepteur à un effecteur- est à la base de l'activité fonctionnelle du système nerveux. Elle repose sur les propriétés d'excitabilité, de conduction et de transmission du signal généré par chaque cellule nerveuse ou NEURONE, unité structurale et fonctionnelle du système nerveux. La NEUROPHYSIOLOGIE est donc l'étude de la cytologie et de la physiologie des neurones. Utilisant la technique d'imprégnation chromo-argentique mise au point par Golgi (1873), Ramon y Cajal étudia les neurones et les circuits qu'ils forment dans le système nerveux de nombreuses espèces. Il élabora sur la base de ses propres travaux (1888) mais aussi de ceux d'autres auteurs (parmi lesquels Forel, His, Kôlliker et Lenhossék), le concept de neurones en tant qu'unités séparées, communiquant les uns avec les autres à travers des contacts établis par leurs prolongements : «Les ramifications nerveuses terminales sont libres et ne s'unissent pas à d'autres ramifications nerveuses. Elles s'appliquent par contact sur le corps et sur les expansions protoplasmiques d'autres éléments cellulaires». Ainsi, selon le concept proposé en 1888 par Ramon Y Cajal, chaque neurone est une cellule anatomiquement séparée et indépendante des autres cellules n établissant que des contacts fonctionnels spécifiques, appelés synapses, soit par l intermédiaire de leurs prolongements dendritiques avec d autres neurones (synapses neuro-neuronales) ou des cellules sensorielles (synapses neuro-sensorielles), soit par l intermédiaire de leurs terminaisons axonales avec d autres neurones: (synapses neuro-neuronales) ou des cellules effectrices (fibres musculaires: jonctions neuro-musculaires; ou des cellules glandulaires: synapses neuro-glandulaires). Ainsi entre une cellule réceptrice et une cellule effectrice, plusieurs neurones forment un réseau qui transmettent -et traitent en les transmettant- les informations dont ils assurent la propagation. Les neurones sont responsables de l'émission et de la propagation des messages nerveux. En effet, en fonction des informations qu'ils reçoivent, ils sont capables d'émettre des signaux électriques et de les propager le long de leurs prolongements. Cette propriété est due à la présence, dans leur membrane plasmique, de protéines particulières qui laissent passer sélectivement certains ions :les canaux ioniques. Par ailleurs, les neurones sont aussi des cellules sécrétrices particulières, leur produit de sécrétion pouvant être : des neuromédiateurs ou neurotransmetteurs, qui, libérés par l élément présynaptique dans l espace synaptique, modulent la perméabilité ionique de la membrane post-synaptique après qu ils se soient fixés sur leurs récepteurs spécifiques ; des neuromodulateurs libérés par des terminaisons nerveuses dans l espace «péri-synaptique» pour moduler à la fois les caractéristiques d excitabilité des neurones «arrosés» et celles de la transmission synaptique ; des neurohormones libérées par les terminaisons de certains neurones de l hypothalamus en réponse à leur excitation. La sécrétion du neurotransmetteur n'a lieu que dans des régions très restreintes, les synapses. C'est donc une sécrétion très focalisée et dirigée uniquement vers les cellules auxquelles le neurone est connecté. Les neurones diffèrent en ceci (à quelques exceptions près) des autres cellules sécrétrices de l'organisme, comme les cellules hormonales, qui libèrent leur produit de sécrétion dans la circulation sanguine générale (sécrétion endocrine) ou dans le milieu extérieur (sécrétion exocrine). L idée maîtresse des neurosciences modernes est que tous les comportements sont le reflet d une fonction cérébrale. Dans ce contexte, la pensée correspond elle aussi à un type d activité cérébrale. Cette activité ne s exprime pas seulement à travers des comportements simples comme la marche ou le sourire mais aussi à travers des fonctions beaucoup plus complexes comme l élaboration de sentiments, l apprentissage, les comportement fondamentaux (alimentaire, /02/2010 1

2 dipsique et sexuel) ou encore l écriture d un poème par exemple. En corollaire, des désordres affectifs (des émotions) ou cognitifs (de la pensée) sont le reflet de maladies névrotiques et psychotiques qui reflètent des troubles fonctionnels cérébraux.. Le cerveau est fait d unités morphologiques et fonctionnelles, les cellules nerveuses (ou neurones) et les cellules gliales. Le propos des neurosciences est d expliquer comment le cerveau peut disposer de ces unités pour contrôler le comportement et comment en retour ces unités en fonctionnant dans le cerveau d un individu peuvent être influencées par le fonctionnement d autres populations cellulaires ou encore la multitude des autres facteurs environnementaux. La neurobiologie nous permet de comprendre comment les neurones interagissent pour produire le comportement complexe de l organisme. Le neurobiologiste se doit donc d'expliquer: comment chaque neurone pris individuellement acquiert ses propriétés fonctionnelles au cours du développement; comment chaque neurone s'intègre dans un réseau neuronal et participe à la fonction de ce réseau. FINALEMENT l objet de la NEUROPHYSIOLOGIE CELLULAIRE est d étudier la physiologie du neurone en tant que cellule considérée comme "unité structurale et fonctionnelle du système nerveux" mais aussi comme faisant partie d'un réseau nerveux chargé de transmettre une information (tableau 1). Tableau 1 - Les trois parties du système nerveux: réception, intégration et effection. Le système nerveux (SN) peut être conçu comme un ordinateur génétiquement programmé assurant l'intégration des informations qu'il reçoit du monde extérieur et de l'organisme lui-même (monde intérieur) pour finalement adresser, de façon ordonnée, aux organes effecteurs les ordres nécessaires à la vie de l'individu et à la survie de l'espèce. C'est le moyen de communication le plus perfectionné, le plus élaboré, le plus efficace, le plus rapide, qui existe entre les diverses cellules constitutives de l'organisme. Comme un ordinateur, le SN peut être divisé en 3 parties: une partie réceptrice, recevant les informations (entrées ou afférences), une partie effectrice envoyant les ordres (sorties ou efférences), et entre les deux, une partie intégratrice assurant le traitement des informations et la connexion entre les entrées et les sorties. Cette subdivision se retrouve sur le plan anatomique, d'un réseau nerveux et du neurone. Le tissu nerveux est composé de deux types de cellules : les neurones et les gliocytes. Les neurones accomplissent la plupart des fonctions propres au système nerveux, soit la détection des stimulus, l élaboration de la pensée, l apprentissage et la mémoire, la régulation de l activité musculaire et la régulation de l activité. Les gliocytes soutiennent, nourrissent et protègent les neurones ; ils maintiennent aussi en état d équilibre les substances présentes dans le liquide interstitiel qui baigne les neurones /02/2010 2

3 2) LES NEURONES a) Morphologie A - LE NEURONE EST L'UNITÉ STRUCTURALE DU SYSTÈME NERVEUX Entre une cellule réceptrice et une cellule effectrice, plusieurs neurones forment un réseau qui transmettent -et traitent en les transmettant- les informations dont ils assurent la propagation. Tous les neurones ont un corps cellulaire (ou soma) d où partent deux types de prolongements, les dendrites ou arbre dendritique d une part, l axone et ses prolongements (collatérales et arborisation terminale) d autre part. Chacun d entre eux reçoit de multiples afférences (figure 21). L'arbre somato-dendritique représente le pôle récepteur du neurone Figure 21 - Schéma général d'un neurone de vertébré Tous les neurones ont un corps cellulaire (ou soma) d où partent deux types de prolongements, les dendrites ou arbre dendritique d une part, l axone et ses prolongements (collatérales et arborisation terminale) d autre part. Chacun d entre eux reçoit de multiples afférences 1. Les neurones multipolaires possèdent généralement plusieurs dendrites et un seul axone. La plupart des neurones de l encéphale et de la moelle épinière appartiennent à cette catégorie. 2. Les neurones bipolaires possèdent un dendrite principal et un axone. On les rencontre dans la rétine, dans l oreille interne et dans l aire olfactive du cerveau. 3. Les neurones unipolaires sont des neurones sensitifs qui apparaissent dans l embryon sous forme de neurones bipolaires. Au cours du développement embryonnaire, l axone et le dendrite fusionnent en un seul prolongement qui se divise en deux ramifications près du corps cellulaire. Les deux ramifications possèdent la structure et la fonction caractéristiques d un axone : ce sont des prolongements longs et cylindriques qui transmettent des influx nerveux. Toutefois, la ramification axonale qui s étend en périphérie présente des dendrites à son extrémité distale, alors que celle qui rejoint le SNC se finit par des boutons terminaux. La plupart des neurones comprennent trois parties : 1) un corps cellulaire, 2) des dendrites et 3) un axone. Le soma est la partie du neurone qui contient le noyau cellulaire et le cytoplasme qui l entoure (ou périkaryon) ; sa forme est très variable (figures 22 et 23): soma pyramidaux des cellules pyramidales du cortex cérébral ou de l'hippocampe; soma ovoïdes des cellules de Purkinje du cortex cérébelleux; /02/2010 3

4 soma granulaires (en forme de grains des petites cellules multipolaires du cortex cérébral, du cortex cérébelleux ou de l'hippocampe; soma fusiformes du pallidum; soma étoilés ou multipolaires des motoneurones de la moelle épinière). La diversité structurale des neurones La taille et la forme des neurones varient considérablement. Ainsi, le diamètre du corps cellulaire se situe entre 5 micromètres (µm) soit moins que le diamètre d un érythrocyte et 135 µm auquel cas la cellule est presque visible à l oeil nu. La forme de l arborisation dendritique varie également d une partie à l autre du système nerveux. Quelques neurones très petits n ont pas d axone ; dans d autres, beaucoup plus nombreux, l axone est très court ; enfin, comme nous l avons vu, certains axones sont presque aussi longs que le corps lui-même, puisqu ils vont des orteils jusqu à la base de l encéphale. La classification des divers neurones de l organisme repose sur leurs caractéristiques structurales et fonctionnelles. Du point de vue fonctionnel, ainsi que vous le savez, on distingue trois catégories de neurones : les neurones sensitifs, les interneurones et les neurones moteurs. Du point de vue structural, on classe les neurones selon le nombre de prolongements qui émergent du corps cellulaire (figure 22). Figure 22 - Les neurones peuvent être classés en neurones unipolaires, bipolaires ou multipolaires selon le nombre de prolongements de leur corps cellulaire /02/2010 4

5 Un des rôles du soma est d assurer la synthèse d une très grande partie des constituants nécessaires à la structure et aux fonctions du neurone. En effet c est dans le soma que se trouve l ensemble des organites responsables de la synthèse des macromolécules. La majorité des neurones ne se divisant plus après la naissance et étant incapables de régénérer, le corps cellulaire doit assurer l intégrité structurale de tout le neurone pendant toute la vie de l individu. Le corps cellulaire, aussi appelé soma ou encore péricaryon, peut être de forme très variable. Le soma renferme un noyau entouré d un cytoplasme contenant les organites habituels tels que des mitochondries, un complexe golgien et des lysosomes. Le corps cellulaire neuronal contient aussi des ribosomes libres et des amas très nets de réticulum endoplasmique rugueux, les corps de Nissl. (Rappelons que le RE rugueux est un réseau de membranes dont la surface est couverte de ribosomes, d où le terme «rugueux» ; les corps de Nissl comprennent donc des ribosomes.) Les ribosomes libres et le ribosomes des corps de Nissl sont le siège de la synthèse des protéines. Une fois produites par les ribosomes, les protéines nouvellement synthétisées remplacent des composantes cellulaires, fournissant ainsi des matériaux pour la croissance des neurones, et régénèrent les axones endommagés dans le SNP. Le cytosquelette comprend des neurofibrilles, qui sont composées de faisceaux de filaments intermédiaires soutenant la cellule et lui donnant sa forme, et des microtubules, qui concourent au transport des matières entre le corps cellulaire et l axone. De nombreux neurones contiennent aussi de la lipofuscine, pigment qui se présente sous la forme d amas de granules jaune brun dans le cytoplasme. La lipofuscine est un produit des lysosomes neuronaux qui s accumule à mesure que le neurone vieillit, mais elle ne semble pas pour autant nuire à ce neurone. Les neurones présentent un ou plusieurs prolongements qui émergent du corps cellulaire et s'arborisent plus ou moins abondamment. Ces prolongements leur permettent d'établir des connexions (les synapses) avec d'autres neurones ou avec d'autres cellules de l'organisme, comme des cellules musculaires ou des récepteurs sensoriels. Les prolongements des neurones sont de deux types : les dendrites et les axones. Cette division s'effectue sur la base de critères morphologiques, biochimiques et fonctionnnels. Les dendrites, lorsqu elles émergent du soma, sont de simples extensions du périkaryon, de contour irrégulier et dont le diamètre s amenuise au fur et à mesure des branchements. Le nombre des branchements est caractéristique du type de neurone. Les dendrites ont généralement des contours irréguliers (présence "d'épines dendritiques") et par leur diamètre qui s'amenuise au fur et à mesure des branchements. Les dendrites et le soma reçoivent de très nombreux contacts synaptiques venant d'autres neurones et constituent de ce fait la principale surface de réception du neurone (figure 23). Cependant, la réception des messages synaptiques n'est pas l'unique rôle des dendrites. Elles génèrent, en réponse à ces messages, des signaux électriques comme les potentiels post-synaptiques ou comme les potentiels d'action calciques et intègrent ces messages afférents (les épines servant à la ségrégation de ces messages). Cependant, si les dendrites sont généralement une zone de réception, il existe des exceptions : ainsi, certaines dendrites sont connectées à d'autres dendrites et se comportent comme des régions émettrices libérant un neurotransmetteur (voir figure 24). Le contour irrégulier des dendrites est dû à la présence à leur surface d'appendices de formes et dimensions variables. Les plus couramment observées sont les épines dendritiques, expansions latérales à tête ovoïde reliées aux branches dendritiques par un pédicule plus ou moins long (figure 24). Certains neurones sont dits très «épineux» car on dénombre à la surface de leurs dendrites entre et épines (comme par exemple les neurones pyramidaux du cortex cérébral, de l'hippocampe, les neurones de taille moyenne du striatum et les cellules de Purkinje du cortex cérébelleux). D'autres neurones, par contre, n'ont presque pas d'épines à leur surface, leurs dendrites sont dites lisses : ce sont par exemple les neurones du complexe pallidal (figure 24). Les dendrites (dendron : arbre) constituent les parties réceptrices du neurone, c est-à-dire qu ils reçoivent l information d entrée. Ils sont généralement courts, effilés et très ramifiés. Dans de nombreux neurones, les dendrites forment une arborisation qui émerge du corps cellulaire. Leur cytoplasme contient des corps de Nissl, des mitochondries et d autres organites. Toujours unique, l axone du neurone (axon : axe) transmet les influx nerveux à un autre neurone, à un myocyte ou à une cellule glandulaire. Long, mince et cylindrique, l axone s unit souvent au corps cellulaire par une éminence conique appelée cône d implantation de l axone, ou cône d émergence. La partie de l axone le plus proche du cône d implantation est nommée segment initial. Dans la plupart des neurones, les influx nerveux naissent dans la zone gâchette, à la jonction du cône d implantation et du segment initial, puis se propagent le long de l axone jusqu à leur destination. Les dendrites détectent les stimulus sensoriels tels qu un contact ou un étirement. La zone gâchette des neurones unipolaires se situe à la jonction des dendrites et de l extrémité distale de l axone. Les influx nerveux qui y sont produits se propagent ensuite le long de l axone vers les boutons terminaux. Le corps cellulaire des neurones unipolaires se trouve en général dans les ganglions des nerfs spinaux et crâniens. Certains neurones portent le nom de l histologiste qui les a décrits pour la première fois (cette nomenclature est toutefois de plus en plus délaissée) ; d autres sont nommés en fonction de leur forme ou autre caractéristique physique. Citons par exemple les cellules de Purkinje dans le cervelet et les cellules pyramidales du cortex cérébral de l encéphale, lesquelles possèdent, comme leur nom l indique, un corps /02/2010 5

6 cellulaire en forme de pyramide. Très souvent aussi, les neurones se distinguent par la configuration de leurs ramifications dendritiques. Figure 23 - Schéma explicatif de la polarité des neurones. Le compartiment somato-dendritique d'un neurone reçoit de nombreuses informations venant d'autres neurones auxquels il est connecté par des synapses. Au niveau de chacune de ces synapses le neurone élabore des potentiels post-synaptiques en réponse à l'activité synaptique (en réponse aux neurotransmetteurs). Ces potentiels post-synaptiques se propagent et se somment dans le compartiment somato-dendritique. Ils sont ainsi conduits jusqu'au segment initial de l'axone. A ce niveau, en réponse aux potentiels post-synaptiques, le neurone génère ou non des potentiels d'action. Les potentiels d'action se propagent le long de l'axone et des collatérales axonales jusqu'aux terminaisons axonales où ils provoquent la libération du neurotransmetteur. L axone se différencie des dendrites par son aspect lisse, son diamètre uniforme le long de son trajet et son ultrastructure. Il prend généralement son origine au niveau d une expansion conique du soma, le cône d émergence. Après le cône d'émergence on distingue le segment initial de diamètre plus petit, puis l'axone proprement dit. Il peut se diviser en une ou plusieurs collatérales. L axone et les collatérales peuvent être recouverts d une gaine de myéline. La longueur de l axone est variable. L axone et les collatérales se terminent généralement par une arborisation terminale dont chaque extrémité, renflée, établit des contacts synaptiques avec la cellule cible. La longueur de l axone peut varier de façon importante d un neurone à l autre, pouvant pour certains atteindre jusqu'à 1 m. A noter que le diamètre de l' axone, sur les schémas ci-dessus, a été exagéré par rapport au diamètre du corps cellulaire. De nombreux axones sont entourés par une gaine de myéline constituant un véritable manchon isolant mais interrompu par intermittence (noeud de Ranvier).Les branches terminales de l axone forment des synapses avec plus de 1000 autres neurones. La plupart des synapses s établissent entre les terminaisons axonales d un neurone et les dendrites ou le soma des autres neurones. Ainsi les dendrites d un neurone peuvent recevoir des signaux d entrée de centaines voire de milliers d autres neurones /02/2010 6

7 Figure 24 - Les neurones du système nerveux central présentent des arborisations dendritiques différentes. A : Microphotographies de neurones du système nerveux central observés au microscope optique a : cellule de Purkinje du cortex cérébelleux ; b : cellule pyramidale de l'hippocampe, c : soma d'un motoneurone de la moelle épinière. Coloration de Golgi (a et b) et coloration de Nissl (c). La technique de Golgi est une coloration argentique qui permet d'observer les dendrites, somas et départ d'axone. La coloration de Nissl est une coloration basophile mettant en évidence les régions du neurone (soma et troncs dendritiques) qui renferment les corps de Nissl (régions du réticulum endoplasmique rugueux). B : Dessins à la chambre claire de neurones du système nerveux central de primates, imprégnés par la technique de Golgi et reconstruits à partir de coupes sériées a: cellule pyramidale du cortex cérébral ; b : neurone épineux du striatum ; c: neurone de circuits locaux du striatum ; d: neurone du complexe pallidal ; e: neurone thalamique (noyau ventralis intermedius) ; f: neurone de l'olive inférieure. Tous ces neurones sont représentés à la même échelle. Photos Olivier Robain (Aa et Ab) et Paul Derer (Ac). Dessins Jérôme Yelnik (Ba à Bf). C : Dendrite et axone d'un neurone du noyau sub-thalamique (rat). A : Un dendrite distal. On distingue à sa surface la présence d'épines de formes variées. B : L'axone. Il présente une surface lisse et émet ici une collatérale axonale. Les prolongements de ce neurone sont colorés par injection intracellulaire de peroxydase du raifort. Afin de suivre dendrites et axone le long de leurs trajets, chacun des documents présentés est un montage de plusieurs microphotographies de coupes sériées. D'après Hammond C et Yelnik J avec autorisation /02/2010 7

8 Le terme fibre nerveuse désigne tout prolongement qui émerge du corps cellulaire d un neurone. La plupart des neurones ont deux types de prolongements : de nombreux dendrites et un seul axone. Un axone contient des mitochondries, des microtubules et des neurofibrilles. Parce qu il est dépourvu de réticulum endoplasmique rugueux, aucune protéine n y est synthétisée. Le cytoplasme de l axone, appelé axoplasme, est entouré d une membrane plasmique, l axolemme (lemma : enveloppe, gaine). Des ramifications latérales nommées collatérales peuvent émerger le long de l axone, généralement à angle droit. La partie distale de l axone et de ses collatérales se ramifie en de fins prolongements, les terminaisons axonales, ou télodendrons. La synapse est le point de communication entre deux neurones ou entre un neurone et une cellule effectrice. Certaines terminaisons axonales se terminent par un renflement appelé bouton terminal ; d autres portent des éminences appelées varicosités. Les boutons terminaux et les varicosités contiennent un grand nombre de sacs minuscules entourés d une membrane, les vésicules synaptiques, qui emmagasinent une substance chimique nommée neurotransmetteur. De nombreux neurones contiennent deux ou même trois neurotransmetteurs, chacun d eux ayant des effets différents sur la cellule postsynaptique. Une fois libérées des vésicules synaptiques, les molécules de neurotransmetteur excitent ou inhibent d autres neurones, des myocytes ou des cellules glandulaires. Parce que l axone ou les terminaisons axonales ont besoin de certaines substances synthétisées ou recyclées dans le corps cellulaire des neurones, deux moyens de transport assurent l aller et le retour des matières entre le corps cellulaire et les terminaisons axonales. Ils permettent une communication à double sens entre le corps cellulaire et les terminaisons axonales. Des microtubules particulièrement abondants dans les neurones jouent un rôle primordial dans ces transports (figure 25). L'axone et ses collatérales se terminent pour certains neurones par une arborisation terminale c'est-à-dire par de très nombreuses et fines branches dont l'extrémité renflée effectue des contacts synaptiques avec les cellules cibles : ce sont les boutons terminaux. Pour d'autres axones, l'axone et ses collatérales axonales présentent le long de leur trajet terminal des renflements ou varicosités qui établissent des contacts synaptiques avec les cellules cibles : ce sont les boutons en passant. Il faut noter que les deux types de boutons s'appellent terminaison axonale, bien que dans le cas des boutons en passant il ne s'agisse pas réellement de la terminaison de l'axone. La principale caractéristique des axones est leur capacité à conduire les potentiels d'action sur de longues distances et ceci sans perte d'amplitude. Mais ce n'est pas la seule fonction des axones et les différentes parties de l'arborisation axonale ont en fait des fonctions différentes : il est classiquement admis que c'est au niveau du segment initial que sont générés les potentiels d'action en réponse aux informations synaptiques transmises par l'arbre somatodendritique. Les potentiels d'action se propagent ensuite le long de l'axone et de ses collatérales jusqu'aux terminaisons axonales (boutons terminaux ou boutons en passant). Les terminaisons axonales, en réponse à l'arrivée des potentiels d'action, libèrent ou non le ou les neurotransmetteurs qu'elles renferment. Cette libération est localisée précisément au niveau des contacts synaptiques. Pour toutes ces raisons, l'axone est considéré comme le pôle émetteur du neurone. Néanmoins, certaines régions axoniques, comme notamment le segment initial, les noeuds de Ranvier (régions d'axone entre deux segments de myéline et les terminaisons axonales peuvent être également des régions réceptrices de contacts synaptiques venant d'autres neurones. b) LES CARACTERISTIQUES ULTRASTRUCTURALES DES DIFFÉRENTES RÉGIONS DU NEURONE Les organites et éléments cytoplasmiques que renferme le neurone sont communs aux autres cellules de l'organisme, cependant, certains éléments comme les éléments du cytosquelette y sont plus représentés. Mais, ce qui caractérise peut-être le mieux les neurones, c'est la distribution non homogène des organites entre leurs soma et prolongements. 1) Les éléments du cytosquelette sont particulièrement abondants dans les neurones où ils jouent un rôle dans le transport des organites Une des particularités ultrastructurales du neurone est de renfermer dans son cytoplasme un réseau très important de filaments. Les filaments du cytosquelette sont des polymères de protéines qui forment un réseau tridimensionnel, structurant tout l'espace intracellulaire et formant des architectures spécialisées selon les différentes parties du neurone : soma, dendrites, épines dendritiques. axone et terminaisons axonales. On distingue trois principaux filaments (figure 26): - les microtubules (24 nm de diamètre), polymères de tubuline α et β auxquels sont associés des protéines, les MAPs (microtubule associated proteins), - les microfilaments (7 nm de diamètre), polymères d'actine G; - les neurofilaments ou filaments intermédiaires dont le diamètre (7-11 nm) est intermédiaire entre ceux des deux autres catégories. Ils sont formés de trois polypeptides fibreux. Microtubules et microfilaments sont des polymères labiles et dynamiques capables de se polymériser et de se dépolymériser très rapidement, alors que les neurofilaments ont une structure beaucoup plus stable. Les microtubules sont des structures polaires qui se polymérisent et se dépolymérisent à des vitesses différentes au niveau de leurs deux extrémités : l'extrémité qui, en bilan, se polymérise est notée (+) et celle qui en bilan se dépolymérise est notée (-) (figure 26 A). Les trois types de filaments du cytosquelette sont associés entre eux, aux mitochondries, au réticulum endoplasmique lisse et à des vésicules par des ponts protéiques. Le réseau de filaments représente le squelette du /02/2010 8

9 neurone. Il lui donne une forme et une certaine rigidité et cela notamment au niveau de ses prolongements. De plus, les microtubules servent de support au transport axonal rapide antérograde et rétrograde, les protéines qui leur sont associées, les MAPs, jouent de nombreux rôles parmi lesquels un rôle de moteur dans les transports axonaux antérograde et rétrograde. Figure 25 - Schéma général d un neurone de vertébré. A - Un neurone dessiné pour illustrer les étendues relatives de chaque région. La longueur de l axone peut varier de façon importante d un neurone à l autre, pouvant pour certains atteindre jusqu'à 1 m. A noter que le diamètre de cet axone a été exagéré par rapport au diamètre du corps cellulaire. De nombreux axones sont entourés par une gaine de myéline constituant un véritable manchon isolant mais interrompu par intermittence (nœud de Ranvier).Les branches terminales de l axone forment des synapses jusqu'à plus de 1000 autres neurones. La plupart des synapses s établissent entre les terminaisons axonales d un neurone et les dendrites ou le soma des autres neurones. Ainsi les dendrites d un neurone peuvent recevoir des signaux d entrée de centaines voire de milliers d autres neurones. B - Neurone typique dessiné pour illustrer ces différentes régions et les points de contacts avec d autres cellules nerveuses. Par convention on a représenté les terminaisons présynaptiques excitatrices par des triangles blancs et inhibitrices par des triangles noires. 2) Le soma : principal lieu de synthèse des macromolécules du neurone Le soma renferme les mêmes organites et éléments cytoplasmiques que les autres cellules de l'organisme : noyau cellulaire, appareil de Golgi, réticulum endoplasmique rugueux, mitochondries, polysomes, éléments du cytosquelette, lysosomes. La particularité du soma est d'être le lieu essentiel de synthèse des macromolécules, étant le seul compartiment renfermant tous les organites nécessaires à cette synthèse. Par rapport aux autres cellules de l'organisme, sa particularité est aussi au niveau du noyau et plus précisément au niveau de la chromatine et du nucléole. La chromatine apparaît uniformément dispersée et claire : le noyau est en interphase. En effet, chez l'homme, la majorité des neurones ne se divisant plus après la naissance sont des cellules post-mitotiques. Le nucléole est le lieu de synthèse des ribosomes, éléments indispensables à la traduction des ARN messagers en protéines ; il a une taille importante, reflétant la forte activité de synthèse protéique de ces cellules. 3) Les dendrites renferment des ribosomes libres et sont capables de synthétiser certaines de leurs protéines Dans les dendrites, se situent un réticulum endoplasmique lisse, des mitochondries de forme allongée, des ribosomes libres ou polysomes et de très nombreux éléments du cytosquelette et notamment des microtubules orientés parallèlement au grand axe des dendrites (figure 27). Parmi les diverses protéines associées aux microtubules, la protéine MAP-2 se trouve en quantité beaucoup plus importante dans les dendrites que dans l'axone. Pour cette raison, les anticorps anti-map /02/2010 9

10 Figure 26 - Les éléments du cytosquelette. A : Les microtubules sont formés de 13 rangs de polymères de tubuline (la tubuline est un hétérodimère aβ. En présence de guanosine tripho-phate (GTP), les dimères de tubuline sont continuellement assemblés et désassemblés aux deux extrémités mais avec des vitesses différentes. Il en résulte une polymérisation des microtubules à l'extrémité notée (+) et une dépolymérisation à l'extrémité notée (-). B : Les microfilaments sont des polymères formés d'une double hélice d'actine. C : Les filaments intermédiaires ou neurofilaments sont formés de trois polypeptides fibreux organisés par endroits en superhélices. A: D'après Margolis RL, Wilson L. Micro-tubule treadmills - possible molecular machinery. Nature 1981 ; 293 : (avec autorisation). B : D'après Alberts B et al. (trad fr M. Minkowsky). Biologie moléculaire de la cellule. Paris : Flammarion Médecine-Sciences, 1986: 553 (avec autorisation). C : D'après Steinert PM. Structure of thé three-chain unit of thé bovine epidermel keratin filament. J Mol Biol 1978 ; 123 : (avec autorisation). Les trois types de filaments du cytosquelette sont associés entre eux, aux mitochondries, au réticulum endoplasmique lisse et à des vésicules par des ponts protéiques. Le réseau de filaments représente le squelette du neurone. Il lui donne une forme et une certaine rigidité et cela notamment au niveau de ses prolongements. De plus, les microtubules servent de support au transport axonal rapide antérograde et rétrograde, les protéines qui leur sont associées, les MAPs, jouent de nombreux rôles parmi lesquels un rôle de moteur dans les transports axonaux antérograde et rétrograde. 4) Le soma : principal lieu de synthèse des macromolécules du neurone Le soma renferme les mêmes organites et éléments cytoplasmiques que les autres cellules de l'organisme : noyau cellulaire, appareil de Golgi, réticulum endoplasmique rugueux, mitochondries, polysomes, éléments du cytosquelette, lysosomes. La particularité du soma est d'être le lieu essentiel de synthèse des macromolécules, étant le seul compartiment renfermant tous les organites nécessaires à cette synthèse. Par rapport aux autres cellules de l'organisme, sa particularité est aussi au niveau du noyau et plus précisément au niveau de la chromatine et du nucléole. La chromatine apparaît uniformément dispersée et claire : le noyau est en interphase. En effet, chez l'homme, la majorité des neurones ne se divisant plus après la naissance sont des cellules post-mitotiques. Le nucléole est le lieu de synthèse des ribosomes, éléments indispensables à la traduction des ARN messagers en protéines ; il a une taille importante, reflétant la forte activité de synthèse protéique de ces cellules /02/

11 Figure 27 - Microphotographie d'un coupe de tissu nerveux central au niveau de l'hippocampe montrant l'ultrastructure d'une dendrite et de nombreux axones ainsi que leurs connexions synoptiques (observation au microscope électronique). On distingue le dendrite apical d'un neurone pyramidal qui renferme des mitochondries (Mit), des microtubules (tub), des ribosomes en rosette ou polysomes (Rib) et du réticulum endoplasmique lisse (Ret End). Il est entouré par des faisceaux d'axones non myélinisés (ax) contenant des mitochondries et des microtubules mais pas de ribosomes. Ces axones cheminent perpendiculairement au plan de la coupe. Un axone myélinisé (ax M) contenant une mitochondrie et des microtubules est aussi visible. Deux gros boutons synaptiques (term ax) remplis de vésicules synaptiques (Ves) sont situés de part et d'autre de la dendrite. Ils établissent des contacts synaptiques asymétriques (flèches) avec des épines dendritiques (Ep). Photo Olivier Robain. 5) Les dendrites renferment des ribosomes libres et sont capables de synthétiser certaines de leurs protéines Dans les dendrites, se situent un réticulum endoplasmique lisse, des mitochondries de forme allongée, des ribosomes libres ou polysomes et de très nombreux éléments du cytosquelette et notamment des microtubules orientés parallèlement au grand axe des dendrites (figure 27). Parmi les diverses protéines associées aux microtubules, la protéine MAP-2 se trouve en quantité beaucoup plus importante dans les dendrites que dans l'axone. Pour cette raison, les anticorps anti-map-2 couplés à une molécule fluorescente sont de bons marqueurs des dendrites et sont notamment utilisés pour identifier les dendrites dans les neurones en culture. Les dendrites possédant des ribosomes, ils sont capables de synthétiser, au moins en partie, leurs propres protéines. Ceci n'est possible que si des ARN synthétisés dans le noyau sont transportés dans les dendrites jusqu'aux polysomes pour y être traduits. Dans des neurones d'hippocampe en culture, on a pu montrer un transport d'arn marqué avec de la Furidine tritiée avec une vitesse de µm par jour. Il semble que /02/

12 ce transport, qui nécessite de l'énergie, soit associé au cytosquelette des dendrites. Mais quelles sont les protéines synthétisées par les dendrites? Dans les épines dendritiques, se situent des ribosomes et un réticulum endoplasmique lisse de forme particulière associé à un matériel dense aux électrons formé de microfïlaments : c'est l'appareil épineux dont le rôle est encore inconnu. 6) L'axone se caractérise par l'absence de structures responsables de la synthèse des protéines L'axoplasme est en effet dépourvu de ribosomes associés au réticulum ou sous forme de polysomes. Il renferme des mitochondries allongées, fines et de très nombreux éléments du cytosquelette ainsi que des vésicules de transport (figure 27). Ainsi l'axone ne peut renouveler lui-même les macromolécules dont il est constitué ni assurer seul la synthèse du ou des neurotransmetteurs qu'il libère du fait de son incapacité à synthétiser les protéines. Ce problème est résolu par l'existence d'un apport continuel de macromolécules du corps cellulaire vers l'axone : le transport axonal antérograde. 7) Hypothèses sur l' origine du transport sélectif des ribosomes vers l' un ou l'autre des prolongements du neurone Nous avons vu que le compartiment dendritique renferme des ribosomes alors que l'axone en est totalement dépourvu. Quelle est l'origine de cette distribution sélective des ribosomes? Cette question est en effet particulièrement importante car cette compartimentalisation est à la base des différences de propriétés métaboliques entre dendrites et axone : les dendrites auraient la possibilité de synthétiser localement des protéines en réponse à des informations synaptiques, ce qui permettrait une stabilisation du fonctionnement synaptique et une modulation de ce fonctionnement. Toutefois, ces protéines synthétisées dans les dendrites n'étant pas glycosylées du fait de l'absence d'appareil de Golgi, ce seraient essentiellement des protéines du cytosquelette et non pas des protéines-canaux. On sait que les microtubules sont impliqués dans la distribution des organites : dans des cellules non neuronales, l'introduction de substances bloquant la polymérisation des microtubules désorganise totalement la répartition des organites dans les différentes régions cellulaires et avec l'étude des transports axonaux, on sait que les microtubules servent de support au transport de vésicules (et que la polarité des microtubules influence la polarité de ce transport). Quel est le sens du transport des ribosomes par rapport à la polarité des microtubules? Ceci a été étudié sur le modèle des tubules nutritifs des ovarioles d'insecte en développement. Ces ovarioles consistent en des cellules nourricières et des ovocytes, connectés entre eux par des ponts cytoplasmiques. Les cellules nourricières synthétisent, entre autres composés, des ribosomes qui sont transportés vers les ovocytes à travers les ponts cytoplasmiques. Dans ces ponts se situe un réseau de microtubules dont la polarité est uniforme : l'extrémité (+) est située du côté de la cellule nourricière et l'extrémité (-) du côté de l'oocyte. Comme sur les images en microscopie électronique, les ribosomes apparaissent en contact intime avec les microtubules, l'hypothèse suivante a été avancée : les ribosomes sont, dans ce modèle, transportés de l'extrémité (+) vers l'extrémité (-) des microtubules. Quelle est la polarité des microtubules dans les dendrites et dans l'axone? En utilisant la méthode du «crochet» (légende fig. 8) sur des neurones en culture, on a pu montrer que si, dans les axones, la polarité des microtubules est uniforme, toutes les extrémités (+) étant orientées vers les terminaisons axonales, dans les dendrites la situation est plus compliquée : la moitié d'entre elles environ est orientée comme dans les axones et l'autre moitié en sens inverse (figure 28). En replaçant ces données avec celles sur la polarité du transport des ribosomes dans les ovarioles des insectes, on constate que, dans les neurones, les ribosomes ne pourraient être transportés que vers les dendrites, seuls prolongements à renfermer des microtubules dont les extrémités (-) sont somatofuges. C'est effectivement ce qui est observé. En généralisant, l'hypothèse suivante a été proposée : les organites transportés des extrémités (+) vers les extrémités (-) des microtubules se retrouveraient exclus des axones et présents dans les dendrites. c) LES TRANSPORTS AXONAUX PERMETTENT UNE COMMUNICATION À DOUBLE SENS ENTRE CORPS CELLULAIRE ET TERMINAISONS AXONALES 1) Mise en évidence des transports axonaux Weiss et Hiscoe (1948) furent les premiers à montrer l'existence d'un transport de matériel dans les axones en élongation (en développement) tout comme dans les axones ayant terminé leur croissance. Ces auteurs ont posé une ligature sur un nerf sciatique de poulet. Ils ont ensuite examiné pendant plusieurs semaines le diamètre des axones et ont ainsi montré que les axones gonflaient dans leur partie proximale et présentaient des signes de dégénérescence dans leur partie distale (figure 29). Ces auteurs ont suggéré que du matériel venu du corps cellulaire s'était accumulé en amont de la ligature, matériel destiné à la survie de la partie distale. Par la suite, Lubinska et al. (1964) apportèrent le concept de transport antérograde et rétrograde. Après avoir posé deux ligatures sur un nerf sciatique de chien, ces auteurs ont prélevé la partie de nerf ainsi isolée et l'ont divisée en petits segments afin d'analyser leur contenu en une enzyme utilisée comme marqueur, l'acétylcholinestérase (enzyme responsable de la dégradation de l'acétyl-choline). Ils montrèrent que l'enzyme s'était accumulée au niveau des deux /02/

13 ligatures. Cela suggérait l'existence de deux types de transport : un transport antérograde (du corps cellulaire vers les terminaisons) et un transport rétrograde (des terminaisons vers le corps cellulaire). Il apparaissait, de plus, que ces transports étaient distribués tout le long de l'axone. Actuellement on distingue : les transports rapides (antérograde et rétrograde), le transport antérograde lent et le transport de mitochondries. Figure 28 - Polarité des microtubules dans les prolongements des neurones. La polarité des microtubules est définie par la méthode des crochets : les neurones sont lysés en présence de tubuline exogène. Celle-ci s'ajoute aux microtubules endogènes et forme des sortes de crochets sur les sections transversales observées au microscope électronique. Lorsque les crochets sont orientés dans le sens des aiguilles d'une montre, cela indique l'extrémité (+) des microtubules. D'après Black MM et Baas PW. The basis polarity in neurons. TINS 1989 ; 12 : (avec autorisation). Figure 29 - Expérience de P. Weiss et al. mettant en évidence le transport axonal antérograde. Représentation schématique d'un motoneurone de poulet (1). Lorsqu'une ligature est posée sur l'axone (2), on constate plusieurs semaines après (3) un gonflement de l'axone en amont de cette ligature. Une fois cette ligature enlevée, le gonflement disparaît progressivement (4). D'après Weiss P et Hiscoe HB. Experiments on thé mechanism of nerve growth. J Exp Zool 1948 ; 107 : (avec autorisation) /02/

14 2) Le transport axonal antérograde rapide permet, entre autres, le renouvellement des protéines membranaires de l' axone Le transport axonal antérograde rapide consiste en un déplacement de vésicules le long des microtubules de l'axone à une vitesse de 100 à 400 mm/jour. Ces vésicules de transport, d'un diamètre de 40 à 60 nm environ, sont formées dans le corps cellulaire à partir de l'appareil de Golgi (figure 30A). Elles apportent, entre autres, certaines des protéines nécessaires au renouvellement de la membrane plasmique et des membranes internes de l'axone, les enzymes de synthèse du ou des neurotransmetteurs et le précurseur du neurotransmetteur lorsque celui-ci est un peptide. Ce transport est indépendant du type d'axone (central, périphérique...). Figure 30 - Les transports axonaux rapides. A - Représentation schématique du transport axonal antérograde rapide (mouvement antérograde de vésicules) et du transport axonal rétrograde (mouvement rétrograde de corps plurivésiculaires). Ces 2 transports ont pour support les microtubules. B - Représentation schématique du transport de mitochondries. Préparation la plus utilisée Pour ces observations, c'est l'axone géant de calmar car on peut facilement en extruder l'axoplasme, ce qui permet d'obtenir un cylindre d'axoplasme translucide, débarrassé de sa membrane. Cet axone extrudé est vivant car il garde ses propriétés de transport pendant plusieurs heures. L'autre avantage de l'absence de membrane plasmique est de permettre le contrôle précis des conditions expérimentales ainsi que le passage dans l'axoplasme de composés qui ne franchissent pas in vivo la barrière membranaire (anticorps par exemple). C'est grâce au perfectionnement des techniques /02/

15 vidéo appliquées à la microscopie optique (Allen, 1981) que l'on a pu observer pour la première fois, dans cet axone extrudé et vivant, le déplacement de myriades de petites particules le long des microtubules. Identification des organites en mouvement et de leurs supports En congelant des segments de 1-1,5 mm d'axone géant de calmar isolé et en analysant les particules accumulées de chaque côté du bloc, on a pu identifier les organites en mouvement dans l'axone. De plus, en corrélant les images obtenues en vidéo avec les images en microscopie électronique de ces segments d'axone, il a été possible de montrer que les particules en mouvement antérograde observées en vidéo sont bien des petites vésicules (figure 30A). En effet, si on introduit dans un axone extrudé une fraction purifiée de petites vésicules marquées (fluorescentes), on peut montrer que ces vésicules sont transportées tout comme les vésicules natives, essentiellement dans le sens antérograde. Une des preuves de l'implication des microtubules dans le transport antérograde rapide est le fait que les antimitotiques (colchicine, vinblastine) qui empêchent l'élongation des microtubules, bloquent ce transport. Enfin, les techniques vidéo ont aussi montré que les vésicules sont reliées aux microtubules par des «bras» de 16 à 18 nm de long (figure 31A). Figure 31 - Les moteurs du transport axonal antérograde rapide et du transport axonal rétrograde. A : Modèle hypothétique du mouvement antérograde des vésicules le long d'un microtubule. B : Une des hypothèses permettant d'expliquer le transport antérograde des vésicules et le transport rétrograde des corps plurivésiculaires le long d'un même microtubule : la kinésine et la dynéine (MAP 1C) ne seraient fixées que sur l'une ou l'autre des vésicules. A : D'après Filliatreau G. Les moteurs moléculaires du transport axonal. Médecine Sciences 1988 ; 6 : 370 (avec autorisation). B : D'après Vallée RB, Shpetner HS, Paschal BM. The rôle of dynein in rétrograde axonal transport. TINS 1989; 12: Rôle de l'atp et de la kinésine Par analogie avec les mouvements actine-myosine des cellules musculaires, on a cherché à isoler dans les neurones, une ATPase (en/yme hydrolysant l'atp) liée aux microtubules et capable de générer le mouvement des vésicules. Afin de mettre en évidence les composants moléculaires responsables de l'interaction entre vésicules et microtubules, le système vésicules-microtubules a été reconstitué in vitro : des vésicules isolées à partir de l'axone de calmar sont ajoutées à une préparation de microtubules purifiée, déposée sur une lame de verre. Ces vésicules se déplacent occasionnellement en présence d'atp. Si l'on ajoute à cet ensemble un extrait soluble d'axoplasme, on augmente considérablement le nombre des vésicules transportées. Pour mettre en évidence le facteur présent dans la fraction soluble et responsable du mouvement des vésicules, un analogue non hydrolysable de l'atp a été utilisé : le 5' adénylyl imidophosphate (AMP-PNP). En présence d'amp-pnp, les /02/

16 vésicules sont liées aux microtubules mais n'avancent plus. Dans ces conditions, on piège les vésicules sur les microtubules et par conséquent aussi le facteur de transport. Si, à cet ensemble vésicules-microtubules isolé par centrifugation, on ajoute de l'atp en excès, on déplace l'amp-pnp et on obtient le relargage des vésicules ainsi que la solubilisation du facteur de transport. C'est ainsi qu'a pu être isolée et purifiée la kinésine, ATPase soluble, responsable du mouvement antérograde des vésicules sur les microtubules. Les microtubules ont une polarité donnée par l'orientation des dimères de tubuline : une extrémité notée + et une extrémité notée -. La première extrémité est plus favorable à la polymérisation que la seconde. Dans l'axone, tous les microtubules sont orientés de la même façon, leur extrémité + étant distale par rapport au corps cellulaire. On a montré que la kinésine ne déplace les vésicules que dans un seul sens : de l'extrémité - vers l'extrémité +. Il s'agit donc bien d'un facteur responsable du transport antérograde. Chez les mammifères, la kinésine est constituée de deux sous-unités de 120 et 62 kd. Dans les modèles de mécanisme envisagés, les bras observés in vivo entre les vésicules et les microtubules seraient en fait de la kinésine. Chaque bras ou kinésine se lierait aux vésicules par l'intermédiaire d'une protéine de membrane et le mouvement des vésicules ferait intervenir l'hydrolyse de l'atp et un cycle attachement-mouvementdétachement (figure 31A). 3) Le transport axonal antérograde lent permet le renouvellement du cytosquelette de l'axone (figure 32) Figure 32 - Modèle du transport axonal lent. Les éléments du cytosquelette seraient présents dans l'axone sous deux formes : une forme stationnaire ou très lente et une forme en mouvement lent, les deux formes étant en équilibre l'une avec l'autre. A : Peu après leur synthèse, les protéines des neurofilaments sont sous une forme polymérique ou oligomérique insoluble et bougent vers les terminaisons axonales, s'échangeant avec un pool de neurofilaments sous forme polymérique à l'état stationnaire. La transition entre les deux pools dépendrait de l'état de phosphorylation des protéines des neurofilaments. B : Un pool de tubuline sous forme soluble, dimérique ou oligomérique et un pool de tubuline polymérisée avanceraient avec des vitesses différentes. Le passage d'un pool à l'autre se ferait par addition des dimères de tubuline à l'extrémité (+) des microtubules (ou par dépolymérisation de l'extrémité (-)). D'après Hollenbeck PJ. The transport and assembly of thé axonal cytoskeleton. J Cell Biol 1989 ; 108 : (reproduit avec autorisation de The Rockefeller University Press). Ce transport achemine le cytosquelette (microtubules, neurofilaments et microfilaments) ainsi que des protéines cytosolubles (enzymes du métabolisme intermédiaire et notamment les enzymes de la glycolyse) avec une vitesse de 0,1 à 2 mm/jour. Il assure le renouvellement de 80% des protéines totales de l'axone. Dans les axones en élongation, c'est-à-dire en développement ou en régénérescence, la fonction du transport lent est d'apporter l'axoplasme nécessaire à la croissance de l'axone. Dans les neurones matures, sa fonction est de renouveler continuellement le cytosquelette et de servir de véhicule aux transports axonaux antérograde et rétrograde. Contrairement au transport antérograde rapide, le transport lent est spécifique du type d'axone. Ainsi, par exemple, la nature des composants qu'il transporte diffère entre axones périphériques et centraux. Autre caractéristique, ce transport s'arrête dès que l'axone est isolé du corps cellulaire. Les mécanismes du transport lent sont encore inconnus. En fait, plusieurs questions se posent : i) dans quel état les protéines du cytosquelette sont-elles transportées dans les axones : en tant que protéines solubles ou en tant que polymères ; ii) dans quelle(s) région(s) de l'axone a lieu la mise en place du cytosquelette, c'est-à-dire du réseau complexe de filaments ; iii) comment sont régulés l'assemblage et les interactions entre les différents éléments du cytosquelette? /02/

17 Voici quelques-unes des hypothèses qui ont été proposées : Les différents éléments du cytosquelette sont assemblés et reliés entre eux par des ponts dans le corps cellulaire. Ils avancent ensuite comme un tout, une matrice, dans l'axone. Cependant des études ont montré que les ponts de liaison entre les différents éléments du cytosquelette sont faibles et instables. Il existe, de plus, le long de l'axone, de nombreuses discontinuités du cytosquelette, comme notamment au niveau des noeuds de Ranvier. Ainsi, l'hypothèse selon laquelle l'élaboration continue d'une matrice stable d'éléments assemblés du cytosquelette pourrait rendre compte de l'ultrastructure de l'axone, semble improbable. Les protéines du cytosquelette sont transportées sous forme soluble ou sous forme de fibrilles isolées et sont assemblées au fur et à mesure qu'elles avancent. Une fois assemblées, certaines d'entre elles deviennent stationnaires et seraient renouvelées sur place. En effet, en étudiant le mouvement des protéines du cytosquelette marquées, on a pu montrer que certaines d'entre elles restent dans l'axone pendant des mois alors que, compte tenu de sa vitesse, le transport lent aurait dû les en évacuer depuis longtemps (figure 32). Il semble en fait que le transport axonal du cytosquelette comprenne plusieurs composantes (transport de polymères individualisés et transport de protéines sous forme soluble) et que la synthèse, le transport et l'arrangement de la tubuline et des protéines des neurofilaments diffèrent suivant le type d'axone et pour un même axone suivant qu'il est mature, en développement ou en régénérescence. Le transport axonal lent prend toute son importance quand on sait que lorsqu'une pathologie axonale est due à une déficience du transport axonal, le transport axonal lent est toujours perturbé. 4) Le transport axonal de mitochondries permet le renouvell ement des mitochondries de l' axone et des terminaisons Les mitochondries nouvellement formées dans le corps cellulaire sont transportées dans l'axone et jusqu'aux terminaisons axonales avec une vitesse de 10 à 40 mm/jour. Le transport des mitochondries axonales, observé avec les techniques vidéo, consiste en des mouvements saccadés de va-et-vient. On observe aussi un mouvement rétrograde de mitochondries qui présentent des signes de dégénérescence. Le mécanisme du transport de mitochondries est inconnu (fig. 10B). 5) Le transport axonal rétrograde permet l'élimination des déchets et représenterait un mécanisme de rétrocontrôle de l'activité métabolique du corps cellulaire Les vésicules qui cheminent dans le sens rétrograde ont une taille plus importante ( nm) que celle des vésicules qui cheminent dans le sens antérograde. Elles ressemblent à des structures prélysosomales : ce sont des corps plurivésiculaires (figure 30A). On observe dans l'axoplasme extrudé de calmar, des vésicules qui parcourent chaque filament dans les deux sens et qui se croisent fréquemment sans qu'il y ait ni collisions ni interactions apparentes. Or les expériences réalisées in vitro avec la kinésine purifiée ont montré que celle-ci ne déplace les vésicules que dans un seul sens, de l'extrémité - vers l'extrémité +. On pouvait se demander si les filaments qui servent de support au transport rapide des vésicules n'étaient pas en fait un complexe de plusieurs filaments différents, certains servant au transport antérograde rapide, d'autres servant au transport rétrograde. En utilisant un anticorps monoclonal dirigé contre la tubuline a (composé exclusif des microtubules), on a pu montrer que tous les filaments servant au transport axonal antérograde ou rétrograde contiennent de la tubuline a. De plus, en utilisant une toxine qui se lie à l'actine (donc aux microfilaments), on a observé que les filaments qui servent de support au transport antérograde rapide ou au transport rétrograde, ne contiennent pas d'actine dans leur structure. Ainsi, il apparaissait que les filaments qui servent de support au mouvement des vésicules dans les deux sens sont des microtubules. Quel pouvait être alors le ou les facteurs déterminant le sens du transport sur un même microtubule? L'analyse morphométrique des bras entre vésicules rétrogrades (corps plurivésiculaires) et microtubules ayant montré que ceux-ci sont très similaires aux bras entre vésicules antérogrades et microtubules, la recherche d'un facteur différent mais homologue de la kinésine et responsable du transport rétrograde a été entreprise. Ce facteur présent dans l'homogénat d'axoplasme devait être perdu lors de la purification de la kinésine puisque aucun mouvement rétrograde des vésicules n'était observé in vitro en présence de kinésine. Ce facteur a été isolé. Il s'agit d'une protéine de haut poids moléculaire, la MAP 1C. C'est une forme cytoplasmique de la dynéine, protéine des cils et flagelles. En effet, comme la dynéine, elle est formée de neuf sous-unités, a une structure tridimensionnelle qui présente deux têtes (parties qui s'associeraient aux microtubules) et une queue (partie qui s'associerait aux membranes des vésicules) et elle possède une activité ATPase (figure 31B). Comment la cellule fait-elle le tri entre les vésicules à transporter antérogradement et celles à transporter rétrogradement? On peut envisager que la kinésine et la dynéine ne se fixeraient que sur un type de vésicules du fait de la présence de récepteurs spécifiques à leur surface ne reconnaissant que l'une ou l'autre de ces protéines (figure 31B). Une autre /02/

18 hypothèse serait d'envisager la présence des deux types de protéines motrices sur les différentes vésicules, mais, par un mécanisme de régulation, un seul à la fois serait actif afin que le transport n'ait lieu que dans un sens. Ses rôles Le transport axonal rétrograde permet le retour de molécules membranaires vers le corps cellulaire afin qu'elles y soient dégradées par les hydrolases acides des lysosomes. De plus, il permet le transport de macromolécules comme la toxine tétanique ou la toxine de choléra, captées par les terminaisons axonales. Mais ces substances ont un rôle toxique sur le corps cellulaire. Ces toxines ainsi que la HRP (horseradish peroxydase), enzyme captée par les terminaisons axonales, sont utilisées pour le marquage rétrograde des voies neuronales. Il a été aussi proposé que des molécules transportées rétrogradement pourraient informer le corps cellulaire sur les événements qui ont lieu au niveau des terminaisons axonales ou avoir une activité trophique sur le neurone. Ainsi, le NGF (nerve growth factor), substance trophique libérée par certains neurones et captée par endocytose au niveau des terminaisons axonales, est transporté rétrogradement vers le corps cellulaire où il a un rôle trophique. Ceci semble d'ailleurs la voie d'entrée principale du NGF dans les neurones. Le transport axonal rétrograde n'apparaît donc pas seulement comme un transport de déchets cellulaires à éliminer mais aussi comme un moyen de communication des informations entre terminaisons axonales et soma. 3) LES GLIOCYTES (FIGURE 33) Figure 33 - Différent types de gliocytes Les gliocytes, ou cellules gliales, forment la névroglie ; ils constituent la moitié environ du volume du SNC. Les histologistes croyaient autrefois qu ils représentaient une sorte de «colle» qui agglutinait entre elles les unités du tissu nerveux, d où leur nom (gloios : glu). Nous savons aujourd hui que, loin de jouer un rôle passif, les gliocytes contribuent activement au fonctionnement du tissu nerveux. En général, les gliocytes sont plus petits que les neurones et de 5 à 50 fois plus nombreux. Contrairement aux neurones, ils ne produisent ni ne transmettent de potentiels d action, et ils peuvent se multiplier et se diviser dans le système nerveux de l adulte. En cas de lésion ou de maladie, les gliocytes prolifèrent pour combler les espaces qui étaient occupés jusque-là par des neurones. Les gliomes tumeurs du SNC formées à partir de gliocytes sont souvent malins et croissent rapidement. Des six types de gliocytes, quatre se trouvent uniquement dans le SNC, soit les astrocytes, les oligodendrocytes, les microglies et les épendymocytes. Les deux autres types neurolemmocytes et cellules satellites sont présents dans le SNP (figures 33 et 34). Les gliocytes du SNC Les gliocytes du SNC se classent en quatre catégories définies par leur taille, leurs prolongements cytoplasmiques et leur organisation intracellulaire : les astrocytes, les oligodendrocytes, les microglies et les épendymocytes (figure 35). Les gliocytes du SNC forment la névroglie (="colle nerveuse"). Astrocytes : Les rôles des astrocytes dans le SNC sont les suivants : Permettent les échanges entre les capillaires et les neurones. Jouent le rôle de cellules macrophages /02/

19 Récupèrent les ions K + échappés dans l'espace extracellulaire et restaurent ainsi un environnement ionique favorable à la propagation de l'influx nerveux. Effectuent le recaptage et le recyclage des neurotransmetteurs libérés. Microglies : Elles ont la capacité de se transformer en cellules macrophages (= Ce rôle protecteur est d'autant plus important pour le SNC que les cellules du système immunitaire n'ont pas accès à celui-ci). Elles peuvent ainsi éliminer par phagocytose : Les microorganismes présents dans le SNC. Les débris de neurones morts. Ependymocytes : Ce sont des cellules ciliées qui tapissent les cavités centrales de l'encéphale et de la moelle épinière. Leur rôle est de faciliter, par le battement de leurs cils, la circulation du LCR. Oligodendrocytes : Ils présentent quelques ramifications (= prolongements cytoplasmiques) qui s'enroulent autour des axones épais du SNC constituant ainsi les gaines de myéline. Celles-ci sont des enveloppes isolantes. Figure 34 - Les six types de gliocytes /02/

20 Figure 35 Gliocytes du SNC Les gliocytes du SNP (figure 34e) Ils sont de 2 types. Les Gliocytes ganglionnaires entourent le corps cellulaire des neurones situés dans les ganglions. Leur rôle est de réguler la composition ionique des neurones auxquels ils sont associés. Les Neurolemmocytes (= cellules de Schwann) constituent les gaines de myéline qui enveloppent les gros axones du SNP. Ils jouent le même rôle que les oligodendrocytes du SNC /02/

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire :

1ST2S Biophysiopathologie : Motricité et système nerveux. 2012-2013. La physiologie neuro-musculaire : La physiologie neuro-musculaire : Introduction : Le neurone possède 3 propriétés indispensables pour assurer sa fonction au sein de l organisme : -l excitabilité : capacité à répondre à un stimulus -la

Plus en détail

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI

Fonction de conduction de la moelle épinière. Dr F. TOUMI Fonction de conduction de la moelle épinière Dr F. TOUMI I. GENERALITES : Communication Moelle avec les centres supra spinaux Communication Intra segmentaire (ipsilatérale / controlatérale) Communication

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Etude d articles d scientifiques CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Quelques éléments de biologie cellulaire Etude d article d : Limitation

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Audition. Plan du cours

Audition. Plan du cours Plan du cours Cochlée :...2 rappel anatomo-fonctionnel... 2 Rôle des cellules ciliées internes (CCI) : les "vraies" cellules sensorielles... 4 Rôle des cellules ciliées externes (CCE)... 5 Synthèse du

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

I Les caractères de l'individu :

I Les caractères de l'individu : Partie 1, Chapitre 1 LES CARACTÈRES DE L'INDIVIDU ET LEUR TRANSMISSION Rappels : Un être vivant : c'est un être qui naît, grandit, mange, rejete des déchets, se reproduit et meurt. Il est constitué de

Plus en détail

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année)

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Equipe pédagogique Université Bordeaux-1 Didier Morin, Michel Moenner, Sophie North, Gérard Tramu et IJsbrand Kramer Contact : i.kramer@iecb.u-bordeaux.fr

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Kit pédagogique : Du corps humain aux cellules

Kit pédagogique : Du corps humain aux cellules Kit pédagogique : Du corps humain aux cellules Vue d'ensemble et objectifs : Tout d'abord, les élèves doivent réfléchir à ce qu'ils connaissent de leur corps. Savent-ils comment leur corps fonctionne?

Plus en détail

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES - LES TECHNIQUES DE FRACTIONNEMENT TISSULAIRE ET CELLULAIRE - LA CYTOMETRIE EN FLUX - LES CULTURES CELLULAIRES Professeur Jean CAMBAR Laboratoire de Biologie

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

Le sens du goût. Une infinité de saveurs.

Le sens du goût. Une infinité de saveurs. Le sens du goût. Que serait le goût sans la vue, la mémoire, la senteur, le plaisir? Lorsqu on parle du goût, on ne pense pas toujours à l ensemble des sensations qui permettent d identifier ce que l on

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX

2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX 2 ème PARTIE : FONCTIONNEMENT DU SYSTEME NERVEUX INTRODUCTION cliquez : UNE ANIMATION POUR COMPRENDRE LE ROLE DES MUSCLES DANS LA MOUVEMENT Je ne donne pas de réponse à la 4/ car c'est votre hypothèse

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

http://www.neur-one.fr/ Cerveau & Psycho - N 28

http://www.neur-one.fr/ Cerveau & Psycho - N 28 1 Cerveau & Psycho - N 28 Les souvenirs sont gravés dans la mémoire sous forme de combinaisons particulières de modifications de synapses, les jonctions entre neurones. Ces modifications doivent être consolidées,

Plus en détail

METABOLISME DES LIPOPROTEINES

METABOLISME DES LIPOPROTEINES 1 Chapitre 19 Pr Claude ZINSOU METABOLISME DES LIPOPROTEINES OBJECTIFS De l enseignant Compléter les connaissances relatives au métabolisme des lipides, dans lequel nous avons insisté sur leur dégradation

Plus en détail

PARTIE. Organisation générale du corps humain

PARTIE. Organisation générale du corps humain PARTIE 1 Organisation générale du corps humain CHAPITRE 1 Les bases d'étude du corps humain L'ESSENTIEL Les définitions fondamentales en biologie, une science qui étudie l'organisme vivant dans un ordre

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC@L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010. Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE

BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010. Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE BO spécial n 1 du 4 février 2010 BO spécial n 9 du 30 septembre 2010 Laurence Comte Conseillère pédagogique AEFE 1 1 CONTEXTE Horaires: 1 ère ES et L : 1h30 //1 ère S : 3h Permettre les réorientations

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!!

MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD !!! S.G.A.P de LILLE Direction des ressources humaines Bureau du recrutement MINISTERE DE L INTERIEUR PREFECTURE DE LA ZONE DE DEFENSE ET DE SECURITE NORD Concours déconcentré d Agent Spécialisé de Police

Plus en détail

Microscopie Multiphotonique

Microscopie Multiphotonique Microscopie Multiphotonique Philippe Guillaud 2014 Université Pierre et Marie Curie Paris 6 Principaux problèmes rencontrés en microscopie confocale La dégradation rapide des échantillons biologiques et

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale)

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) 10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) Introduction La paroi digestive est typiquement formée de deux couches de muscles lisses (fig.10.1 et 10.2) dont l'activité doit

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC @L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ )

PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ ) PHYSIOLOGIE DES SYSTÈMES SENSORIELS (fascicule 1/ ) A - GENERALITES http://neurobranches.chez-alice.fr/systnerv/systsens/physiogene1.html http://biodeug.com/new/index.php?option=com_content&task=category§ionid=5&id=31&itemid=56

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

L univers vivant De la cellule à l être humain

L univers vivant De la cellule à l être humain L univers vivant De la cellule à l être humain La cellule humaine Voir : http://www.biologieenflash.net/sommaire.html Voir : http://fr.wikipedia.org/ La cellule humaine Unité de base de tous les êtres

Plus en détail

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie.

PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. PARTIE II : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans leur milieu de vie. Une île volcanique vient de se former, que se passe-t-il au bout de plusieurs années? Comment font les êtres vivants pour

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

L ELECTRICITE : SON IMPLICATION DANS LE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU ET DANS LES SOINS

L ELECTRICITE : SON IMPLICATION DANS LE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU ET DANS LES SOINS LES RENDEZ-VOUS PRESSE DU NEURODON L ELECTRICITE : SON IMPLICATION DANS LE FONCTIONNEMENT DU CERVEAU ET DANS LES SOINS Dossier réalisé avec l aide des : Professeur Yehezkel BEN ARI Directeur de l INMED

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire

Microscopie Confocale. Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Université Paris Descartes L3 - Licence Professionnelle «Industries chimiques et Pharmaceutiques Option Biotechnologie» Microscopie Confocale Principes de base & Applications en Biologie Cellulaire Bruno

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

L apprentissage automatique

L apprentissage automatique L apprentissage automatique L apprentissage automatique L'apprentissage automatique fait référence au développement, à l analyse et à l implémentation de méthodes qui permettent à une machine d évoluer

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

Thème 6. Thème 1. De l œil au cerveau : quelques aspects. de la vision. Chapitre 1. De la lumière au message nerveux : le rôle de l œil

Thème 6. Thème 1. De l œil au cerveau : quelques aspects. de la vision. Chapitre 1. De la lumière au message nerveux : le rôle de l œil Thème 6 Thème 1. De l œil au cerveau : quelques aspects de la vision Chapitre 1 De la lumière au message nerveux : le rôle de l œil Unité 1 Le trajet de la lumière dans l œil [pp. 292-293 du manuel de

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin LA GLYCÉMIE But Comprendre l histologie du pancréas. Établir des liens entre l histologie et la physiologie glandulaire. Observer les effets de l insuline sur le contrôle du sucre sanguin. Expliquer les

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau.

I/ L information génétique se trouve dans les chromosomes du noyau. Chapitre 2 : localisation et organisation de l information génétique Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine

AMINES BIOGENIQUES. Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine AMINES BIOGENIQUES Dopamine/Noradrénaline/Adrénaline (CATECHOLAMINES) Sérotonine/Histamine/Dopamine Effets physiologiques des bioamines via le systeme nerveux autonome Cardiovasculaire: Augmentation du

Plus en détail

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ Cours 5 Transmission et remaniement de l information génétique http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ 1 Plan Rappels sur la réplication de l ADN Le cycle cellulaire et ses contrôles La mitose Recombinaisons

Plus en détail

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES

LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES LA REPRODUCTION ANIMALE EXEMPLES D ACTIVITES PEDAGOGIQUES I. La reproduction des animaux Observer le comportement des parents, suivre la croissance des jeunes est si intéressant que, dès le CP, les enfants

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

CLARA MAÏDA AXES DE RECHERCHE

CLARA MAÏDA AXES DE RECHERCHE CLARA MAÏDA AXES DE RECHERCHE Structure de l inconscient psychique Depuis quelques années, mon objectif est de tracer dans ma musique les flux de l énergie psychique continuellement à l oeuvre dans l inconscient

Plus en détail

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire A. La cellule Par Célian BERTIN Elle est l unité fondamentale de la vie. C est la plus petite quantité de matière vivante capable de subsister à l

Plus en détail

Conférence : La reproduction humaine

Conférence : La reproduction humaine Conférence : La reproduction humaine Aide à la préparation : les connaissances dans les programmes ; quelques épreuves orales d admission relatives au thème Les contenus des programmes Programme de quatrième

Plus en détail

Modélisation multi-agents - Agents réactifs

Modélisation multi-agents - Agents réactifs Modélisation multi-agents - Agents réactifs Syma cursus CSI / SCIA Julien Saunier - julien.saunier@ifsttar.fr Sources www-lih.univlehavre.fr/~olivier/enseignement/masterrecherche/cours/ support/algofourmis.pdf

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux par Chloé Journo, Jean-François Madre, Gérard Vidal,

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil

Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Bases neurophysiologiques des états de veille et de sommeil Yves DAUVILLIERS Département de Physiologie Neurologie CHU Montpellier Objectifs du cours Décrire l organisation normale du sommeil sur les 24

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail