Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séquence 2. L expression du patrimoine génétique. Sommaire"

Transcription

1 Séquence 2 L expression du patrimoine génétique Sommaire 1. La synthèse des protéines 2. Phénotypes, génotypes et environnement Synthèse de la séquence 2 Exercices de la séquence 2 Glossaire des séquences 1 et 2 1

2 1 La synthèse des protéines Introduction Les caractéristiques ou le phénotype d un individu sont sous la dépendance d une catégorie de molécules : les protéines. Elles sont très nombreuses et constituent sa «boîte à outils», lui permettant d assurer différentes fonctions vitales comme la digestion, la production d énergie, la fabrication de ses constituants Le phénotype d un individu dépend de son génotype dont l expression se traduit par la synthèse de protéines. Quelques protéines et leurs fonctions biologiques : Protéines ADN polymérase, amylase Hémoglobine Ovalbumine Actine, myosine Collagène, kératine Anticorps Oestrogènes, insuline Fonctions Enzymes Protéine de transport Protéine nutritive Protéines contractiles Protéines de structure Protéines de défense Protéines hormonales Pour s interroger L ADN est le support de l information génétique, c est-à-dire de l ensemble des gènes (génotype) qui déterminent les caractéristiques (phénotype) d un individu et donc la synthèse de protéines. On cherche donc à comprendre la correspondance entre le message porté par l ADN (génotype) et la nature des protéines fabriquées par un individu (dont dépend son phénotype). A Données générales sur la nature chimique des protéines Les protéines appartiennent à la famille des protides qui désignent des molécules de base : les acides aminés et leurs polymères ou polypeptides (enchaînement d acides aminés). 3

3 Les acides aminés Il existe 20 acides aminés différents qui ont en commun un groupement fonctionnel acide (COOH) et un groupement fonctionnel amine (NH). Chaque acide aminé diffère par un groupement appelé radical. Formule générale : R (radical variable d un acide aminé à l autre) (fonction amine) NH 2 C COOH (fonction acide) H Document 1 Tableau des 20 acides aminés Noms Abréviations 3 lettres Abréviations 1 lettre Acide aspartique Asp D Acide glutamique Glu E Alanine Ala A Arginine Arg R Asparagine Asn N Cystéine Cys C Glutamine Gln Q Glycine Gly G Histidine His H Isoleucine Ile I Leucine Leu L Lysine Lys K Méthionine Met M Phénylalanine Phe F Proline Pro P Sérine Ser S Thréonine Thr T Tryptophane Trp W Tyrosine Tyr Y Valine Val V 4

4 Activité 1 Appliquer un modèle La glycine est un acide aminé ayant pour formule chimique globale C 2 H 5 O 2 N et l alanine C 3 H 7 O 2 N. Ecrivez leur formule développée en faisant apparaître les groupements fonctionnels. Les acides aminés s unissent par des liaisons covalentes appelées liaisons peptidiques. Chaque liaison s établit entre le groupement acide d un acide aminé et le groupement amine d un autre acide aminé avec perte d une molécule d eau. Par additions successives d acides aminés, on aboutit à une molécule linéaire appelée polypeptide. Les polypeptides Activité 2 Comprendre le lien entre les phénomènes naturels et le langage mathématique. Écrire toutes les combinaisons possibles de tripeptides (chaines à 3 acides aminés) en utilisant 3 acides aminés différents notés A, B et C. En utilisant 3 des 20 acides aminés différents, combien de tripeptides peut-on envisager sachant qu on peut utiliser plusieurs fois le même acide aminé? Définir alors la notion de séquence d un polypeptide. Les protéines : Ce sont des polypeptides dont le nombre d acides aminés est supérieur à 20. Certaines protéines peuvent être constituées de plusieurs centaines d acides aminés. On imagine donc pour des protéines constituées de 100 acides aminés l importante diversité de leur séquence possible (20 100!) Activité 3 Document 2 Caractéristiques structurales des protéines Recenser et extraire des informations Début de la structure primaire d une protéine : la chaîne ß de l hémoglobine. 5

5 Qu entend-on par structure primaire? Les acides aminés d une séquence protéique se comportent comme des molécules ionisées, chargées électriquement (positivement ou négativement). Il peut alors s établir des interactions (attractions ou répulsions) entre différents acides aminés. Certaines régions de la séquence se replient donnant à la protéine une configuration spécifique dans l espace. On parle de configuration spatiale ou structure tridimensionnelle de la protéine dont dépend sa fonction biologique. Le simple changement d un acide aminé peut modifier les interactions entre acides aminés et donc la structure tridimensionnelle d une protéine. Sa fonction peut alors changer (document3) Document 3 Interactions entre acides aminés chargés électriquement et structure tridimensionnelle d une protéine Je déteste l eau Moi je suis énorme avec un gros cycle Moi aussi je suis tout petit Je suis chargé négativement Moi j ai une longue chaîne carbonnée Pour répondre à ces multiples contraintes chimiques, physiques, et électriques, la protéine s adapte au mieux : Hé bien moi j adore l eau Je repousse le 4 mais je suis attiré par le 9 Je suis tout petit Je suis aussi chargé négativement Je suis chargé positivement Un acide aminé est remplacé par un autre et voilà le résultat : D autres liaisons chimiques (ponts disulfure) peuvent se former entre acides aminés soufrés de plusieurs chaînes différentes. Il existe donc des protéines formées de plusieurs chaînes polypeptidiques (document 4). Document 4 Protéine formée de deux chaînes polypeptidiques 6

6 L hémoglobine (document 5), protéine des hématies (globules rouges) dont le rôle est d assurer le transport des gaz respiratoires dans le sang, est formée de 4 chaînes polypeptidiques (2 chaînes α et 2 chaînes β). Elle possède 4 régions appelées hèmes permettant de fixer le dioxygène. Document 5 Structure tridimensionnelle de l hémoglobine Hème Globine alpha Globine béta Justifier l expression : l hémoglobine est une protéine complexe. À retenir Les protéines sont des molécules biologiques qui résultent de la polymérisation d acides aminés en une ou plusieurs chaînes polypeptidiques. Le nombre, la nature et l ordre d enchaînement des acides aminés définissent la séquence de la protéine ou structure primaire. Le repliement dans l espace des chaînes polypeptidiques définit la structure tridimensionnelle des protéines. Des liaisons chimiques peuvent s établir entre différents acides aminés plus ou moins éloignés conférant ainsi à la molécule une configuration tridimensionnelle appelée structure tertiaire. B La relation entre gène et protéine C est en 1908 qu une relation entre gène et protéine fut proposée par Archibald Edward Garrod, médecin britannique. Il étudia une maladie métabolique héréditaire, l alcaptonurie, rendant les urines des malades noirâtres au contact de l air, par oxydation de l acide homogentisique. Il découvrit que la maladie était due à un déficit d une enzyme (protéine), l acide homogentisique oxydase, qui dégrade l acide homogentisique chez les sujets sains. 7

7 Cette maladie héréditaire fonde ainsi une relation entre la production des protéines et l information génétique. Activité 4 Un exemple chez un champignon : Neurospora Recenser et extraire des informations pour formuler une explication ou une hypothèse. Dans les années 1940, les chercheurs G. Beadle et E. Tatum ont réalisé des expériences sur Neurospora, un champignon du groupe des moisissures. Ce champignon peut synthétiser toutes les molécules dont il a besoin, à partir des molécules présentes dans un milieu de culture minimum contenant sels minéraux, vitamines, sucres et une source d azote. Document 6 La voie de biosynthèse de l arginine chez Neurospora Parmi les substances indispensables à Neurospora, on peut citer les acides aminés. Neurospora synthétise par exemple son arginine à partir d une substance dite molécule précurseur prélevée dans le milieu minimum et qui est transformée selon la chaîne de réactions suivante : E3 E2 E1 Précurseur ornithine citrulline arginine E1, E2 et E3 désignent les enzymes qui catalysent les différentes étapes de la chaîne de biosynthèse. Document 7 L expérience de Beadle et Tatum Obtention de souches incapables de synthétiser l arginine (souches Arg-) 1 ère étape 2 ème étape 3 ème étape Rayons X Milieu minimum Milieu minimum + tous les acides animés Milieu minimum + arginine Irradiation de champignons Neurospora par des rayons X Culture sur milieu total Transfert grâce à un tampon stérile Culture sur milieu sélectif 8

8 Beadle et Tatum ont cultivé trois souches de Neurospora Arg (souches A, B et C) sur des milieux différents. La souche sauvage correspond au Neurospora décrit dans l introduction de l exercice (souche Arg+) capable de synthétiser son arginine. Type de souche Milieu minimum (MM) MM + orni- thine MM + citrulline MM + arginine Sauvage A B C = développement = mort Expliquer comment Beadle et Tatum ont obtenu des souches de Neurospora incapables de synthétiser l arginine et comment ils ont fait pour repérer ces souches parmi l ensemble des souches. Entourez sur le document les colonies correspondant aux souches Arg. Montrer que les phénotypes des souches A, B et C peuvent s expliquer chacun par l absence de l une des enzymes de la voie de biosynthèse de l arginine. Indiquer les arguments qui ont conduit Beadle et Tatum à formuler l hypothèse selon laquelle un gène contrôle la synthèse d une enzyme (donc d une protéine). Dans les années 80, les techniques de transgénèse se sont développées. Ainsi par exemple, il est possible d isoler à partir de l ADN humain le gène contrôlant la synthèse de l hormone de croissance humaine (HGH), situé sur le chromosome 17, et de le multiplier. Les multiples copies du gène sont alors injectées dans des cellules œufs de souris (partie 1 du document 8) et les œufs traités sont ensuite implantés dans l utérus de souris femelles «mères porteuses». Après la naissance, quelques souris (pas plus de 5 %) des souris issues de ces œufs expriment le gène de l HGH. L électrophorèse, technique de laboratoire qui permet de séparer les différentes protéines présentes dans un liquide biologique (plasma, lait) (partie 2 du document 8), permet de repérer ces individus. Indiquer l organisme donneur du gène et l organisme receveur. 9

9 Technique expérimentale Le principe de l électrophorèse L électrophorèse permet de séparer ou trier molécules en solution en fonction de leur taille et de leur charge électrique. Le mélange que l on veut trier est soumis à un champ électrique et la vitesse de déplacement dépend de la taille de la molécule. En pratique, un gel d agarose déposé dans une cuve d électrophorèse est creusé de puits. Dans ces puits, on dépose le mélange de protéines que l on veut analyser. On soumet l ensemble à un champ électrique. Les protéines chargées négativement migrent alors vers l anode (+). Les petites protéines migrent plus vite que les grosses. 10

10 Document 8 Micro injection de gènes de l hormone de croissance dans des œufs de souris 1. Les outils de la transgenèse directe Pipette qui maintient l ovule Ovule de souris avec noyau d ovocyte et noyau de spermatozoïde Seringue avec aiguille très fine et contenant des gènes intéressants dupliqués La transgenèse directe en action Injection des fragments d ADN extérieurs Obtention d un ovule ayant éventuellement intégré le nouveau gène dans son génome. Il va donner un nouvel individu exprimant éventuellement le nouveau gène. 2. Electrophorèse des protéines du lait des souris femelles nées de la mère porteuse Hormone de croissance humaine Lait de souris... Lait de souris... 11

11 Comparer les résultats des trois électrophorèses réalisées afin de déterminer laquelle est celle d une souris transgénique et laquelle est celle d une souris normale. Utiliser ces résultats pour indiquer en quoi la transgénèse prouve la relation «un gène une protéine». À retenir Les gènes, fragments d ADN gouvernent (codent) la synthèse des protéines, molécules polymères d acides aminés responsables du phénotype exprimé par un individu. Quel est le lien fonctionnel entre gènes et protéines? Où et comment s effectue la synthèse des protéines? C Du gène à la protéine 1. Localisation de la synthèse des protéines Technique expérimentale : l autoradiographie Document 9 Principe de l autoradiographie : une cellule est placée dans un milieu contenant une molécule de son métabolisme dont un atome est remplacé par un de ses isotopes radioactifs ( 3 H, 14 C ). La présence de ces isotopes ne modifie en rien l utilisation des molécules marquées par les cellules mais permet de les localiser dans la cellule. En effet, les substances radioactives émettent un rayonnement bêta qui peut impressionner une émulsion photographique maintenue quelque temps au contact du matériel biologique. Il y a alors précipitation de grains d argent qui apparaissent sombres aux endroits précis où se trouvent les isotopes radioactifs. La mise en évidence du devenir dans l organisme de substances ingérées Si on donne à manger à un individu un sandwich radioactif (faiblement)... t1 t2 t3...on peut suivre avec des clichés photographiques le devenir de ces substances. Ici on voit que la radioactivité après s être stockée dans le foie (t2) passe dans tout le corps (t3). Cette étude peut se faire avec toutes sortes de substances que l on aura rendues radioactives. Elle peut se faire sur les plantes aussi. Elle peut aussi être pratiquée à l échelle cellulaire. On n étudie plus alors par quels organes passent les substances mais comment les substances se déplacent dans le cytoplasme. 12

12 Activité 5 Données expérimentales sur la synthèse des protéines Exploiter et interpréter des résultats expérimentaux ; énoncer un problème Pour chercher le lieu où s effectue la synthèse des protéines, on utilise des Acétabulaires, algues unicellulaires de grande taille. Expérience 1 : Les algues sont mises en présence d un acide aminé radioactif, la méthionine. Après 30 minutes l autoradiographie montre le schéma de la figure a. Le résultat serait identique si les algues étaient ensuite replacées 3 heures dans un milieu «froid», c est à dire non radioactif. NB : le noyau n est jamais radioactif. A partir de ces résultats, retrouvez le lieu de synthèse des protéines. Expérience 2 : Des Acétabulaires sont mises en culture dans un milieu contenant de la thymine radioactive (une des 4 bases azotées de l ADN). Au bout de 30 minutes dans ce milieu, l autoradiographie donne les résultats de la figure b. Après avoir été replacées dans un milieu «froid» pendant 3 heures, la localisation de la radioactivité ne change pas. Montrez que ces résultats, et ceux qui précèdent, posent un problème biologique que vous énoncerez. figure a figure b Les Acétabulaires sont des algues vertes unicellulaires. Elles sont accrochées aux rochers par un pied et elles développent un chapeau circulaire au sommet d'un pédoncule. Le noyau cellulaire est situé dans le pied. On peut cultiver ces algues dans un aquarium d'eau de mer que l'on éclaire. On peut apporter à l'eau de l'aquarium différentes substances radioactives pour voir où va se localiser la radioactivité dans l'algue. Acétabulaire cultivée avec de la méthionine (un acide aminé) radioactive. Acétabulaire cultivée avec de la thymine (un des bases de l'adn) radioactive. Les points noirs représentent la radioactivité. Comment et sous quelle forme l information génétique passe-t-elle du noyau dans le cytoplasme, lieu de son expression? Activité 6 Recherche de l intermédiaire entre le noyau et le cytoplasme Extraire des informations Il existe dans les cellules des molécules qui appartiennent au même titre que l ADN à la famille des acides nucléiques. Ces molécules appelées ARN (acide ribonucléique) ont une structure voisine de l ADN. Il est possible de repérer l ADN et l ARN dans la cellule grâce à deux colorants spécifiques : le vert de méthyle colore spécifiquement l ADN en vert et la pyronine colore spécifiquement l ARN en rose. Le schéma du document 10 présente des cellules qui produisent beaucoup de protéines, colorées par un mélange de vert de méthyl-pyronine. 13

13 Document 10 Cellules après coloration noyau coloré en vert cytoplasme coloré en rose Mettre en relation les parties cellulaires colorées et la localisation des molécules identifiées. Activité 7 Synthèse expérimentale de protéines in-vitro Recenser, extraire et organiser des informations A partir de cellules vivantes dont la synthèse protéique est active, il est possible d obtenir des extraits cellulaires contenant tous les types d organites cytoplasmiques (éléments fonctionnels de la cellule) mais sans ARN ni ADN. De même, on peut préparer à partir du cytoplasme des extraits de solution d ARN. On a ajouté in-vitro aux extraits cellulaires obtenus des acides aminés et une certaine quantité d ARN. On a mesuré la quantité d ARN présent et la quantité d acides aminés incorporés dans les protéines fabriquées en fonction du temps. Les résultats sont illustrés par le graphique du document 11 : Document 11 Quantité d ARN ou d acides aminés Quantité d ARN Quantité d acides aminés incorporés Temps en minutes Donner un titre au graphique et l exploiter pour expliquer la variation de la quantité d acides aminés incorporés dans les protéines synthétisées. 14

14 En déduire une propriété de l ARN que l expérience met en évidence. Des autoradiographies de cellules cultivées en présence d uracile radioactif (précurseur de l ARN) sont présentées dans le document 12. Document 12 Une cellule est cultivée durant 15 minutes en présence d un précurseur radioactif de l ARN. Après 15 minutes on recherche la radioactivité. Après 15 minutes de culture sur milieu radioactif on cultive la cellule sur milieu non radioactif. On recherche la radioactivité au bout d une heure et demie. Indiquer quels renseignements sont fournis par cette expérimentation? On qualifie les ARN d ARN messager. Justifier ce terme. Les deux étapes majeures de l expression d un gène sont la transcription de l ADN en ARN messager (ARNm) dans le noyau et la traduction de l ARNm en protéine dans le cytoplasme. Proposer une définition de ces deux étapes. À retenir Bien que l ADN, support de l information génétique, soit dans le noyau des cellules eucaryotes, la synthèse des protéines s effectue dans le cytoplasme. Des molécules d acide ribonucléique (ARN) fabriquées par transcription de l ADN, permettent la traduction en protéines du message génétique porté par l ADN. Les molécules d ARN sont synthétisées dans le noyau et migrent ensuite dans le cytoplasme : on les appelle des ARN messager ou ARNm. Par quel mécanisme s effectue le transfert de l information de l ADN à l ARNm? 2. La transcription de l ADN en ARNm a) La structure de l ARNm Nous avons déjà signalé précédemment que l ARN est un acide nucléique, molécule voisine de l ADN. En quoi les deux molécules diffèrent-elles? 15

15 Activité 8 Comparaison de l ARN et de l ADN Utiliser les technologies de l information, extraire des informations Télécharger le logiciel «Rastop» sur le site de l INRP (Institut National de Recherche pédagogique). Lien : Si le lien ne fonctionne pas, tapez rastop + INRP sur un moteur de recherche. Ouvrir le logiciel Rastop et ouvrir les fichiers «ARN» et «ADN» de votre dossier «molécules séquence 4 chapitre1». Placer les deux fenêtres côte à côte et afficher les deux molécules en sphères. Les colorer par chaîne. Aide Pour ouvrir un fichier, cliquer sur fichier / ouvrir pour avoir accès à la banque de molécules. Pour observer les fenêtres côte à côte, cliquer sur l icône mosaïque de fenêtres (icône cascade). Affichage en cascade sphères Comparer la structure de la molécule d ARN à celle de l ADN. Colorer les molécules par forme. 16

16 Préciser les différences dans la constitution des deux molécules. Aide : 1 : nom de la molécule affichée. 2 : nom de la chaîne de la molécule sur laquelle la souris est positionnée. 3 : nom de la sous-unité sur laquelle la souris est positionnée et numéro d ordre dans la chaîne. Ecrire la séquence nucléotidique de l ARN. Activité 9 Document 13 Modalités de la transcription Mobiliser ses connaissances, extraire des informations et formuler des hypothèses explicatives. Rappeler la définition d un gène, où s effectuent la transcription et la traduction de l information génétique. On cherche à découvrir quelques modalités de la transcription du gène de l alpha globine. Comparaison du début et de la fin des séquences nucléotidiques du gène de l alpha globine et de l ARNm correspondant. Noter le nombre de nucléotides de chaque brin du gène et de l ARNm correspondant. 17

17 Recopier les dix premiers et les dix derniers nucléotides du gène et de son ARNm. Numéroter le premier et le dernier nucléotide (attention à l échelle de graduation!) Comparer les séquences de l alpha ARNm cod avec l alphabrin1 puis avec l alphabrin2. En tenant compte de vos connaissances sur la structure de l ADN, proposer 2 processus de synthèse de l ARNm à partir du gène En fait, il a été démontré que l ARN se forme en «négatif» d un des deux brins d ADN servant de matrice, par complémentarité de bases. Ce brin d ADN est appelé brin transcrit (l autre est appelé brin non transcrit). L ARN est une chaîne linéaire de nucléotides monobrin beaucoup plus courte que l ADN. Effectivement une molécule d ADN comprend plusieurs milliers de gènes alors qu un ARNm correspond à la transcription d un seul gène. Document 14 Structure d une molécule d ARN acide phosphorique G ribose A U uracile C A BASES AZOTÉES A C adénine cytosine G guanine U G G un ribonucléotide Quels sont les mécanismes de la transcription? b) Les mécanismes de la transcription La transcription correspond à la synthèse de molécules d ARNm à partir de l ADN. Elle peut être observée au microscope électronique à transmission. Sur le document, un gène présente une activité de synthèse d ARNm. Chaque filament hérissé de part et d autre du fragment d ADN correspond à une molécule d ARNm en cours de synthèse. 18

18 Document 15 Schéma d interprétation d un gène en phase de synthèse d ARN unité de transcription ADN sens de transcription signal de fin de transcription ARN polymérase ARN en cours de synthèse ARN terminé Document 16 Mécanismes de transcription de l ARN En un site précis de l ADN (site début de transcription), les liaisons entre bases se brisent sous l action d un complexe enzymatique : l ARN polymérase. Les deux brins (brin transcrit et brin non transcrit se séparent). À ce niveau, des ribonucléotides libres assimilés par la cellule se placent le long du brin transcrit de l ADN par complémentarité des bases, selon un sens de transcription. L ARN polymérase se déplace le long du brin transcrit de l ADN depuis le site de début de transcription jusqu au site de terminaison et lie les nucléotides progressivement (50 à la seconde environ). À la fin du message, l ARN polymérase se détache de l ADN ainsi que l ARN et les deux brins de l ADN se referment. Plusieurs ARNm sont synthétisés en même temps, ce qui nécessite de l énergie cellulaire. Puis l ARN quitte le noyau pour le cytoplasme en passant par des pores de l enveloppe nucléaire. Activité 10 Schématiser les mécanismes de la transcription Extraire des informations pour légender et annoter un schéma À partir des informations du document 16, légender et annoter le document

19 Document 17 Schéma du mécanisme de transcription de l ADN en ARN. c) La maturation de l ARN La transcription de l ADN n aboutit pas directement à la synthèse d un ARN mature prêt à être traduit en protéine. La transcription d un gène est en fait la fabrication d une molécule d ARN pré-messager, complémentaire du brin codant du gène considéré. Ce n est qu après maturation que l ARNm peut-être traduit en protéine. Voyons en quoi consiste de façon simplifiée cette maturation Chez les eucaryotes, un ARN pré-messager transcrit à partir de l ADN d un gène subit une série de coupures et ressoudures qui aboutissent à l élimination de certains fragments dans l ARNm mature. Ce processus est appelé épissage. On appelle exons les fragments conservés et introns ceux qui sont éliminés. Les exons sont donc les parties transcrites des gènes qui seront au final traduites en protéines. Les gènes sont ainsi constitués d une succession d exons et d introns qui alternent et l épissage de l ARN pré-messager en ARNm mature ne contenant plus que les exons est qualifié d épissage alternatif. Document 18 Schématisation de l épissage alternatif pré-arn exon intron exon intron exon ARNm 20

20 Combien d ARNm matures différents peut-on obtenir à partir de l ARN pré-messager du document 18? Réponse : 3. L ARNm peut avoir ligaturé 3, 2, ou 1 exon. Des mécanismes cellulaires complexes régulent l épissage et peuvent permettre à un ARN pré-messager d être épissé en plusieurs ARNm matures différents. Un même gène peut donc être à l origine de la traduction de protéines différentes. L épissage alternatif joue donc un rôle déterminant dans le développement des cellules, l organisation des tissus et donc dans le développement d un individu. Ainsi, dans l espèce humaine, sur les gènes du génome, 70 % subissent un épissage alternatif. Ainsi on estime qu un seul gène peut être à l origine de ARNm matures différents et donc autant de protéines différentes. L adage «1 gène-1 protéine» est donc caduque. À retenir Dans le noyau, la transcription est le mécanisme par lequel l ARNm (acide ribonucléique) est synthétisé. Cette synthèse se réalise à partir de l un des deux brins d ADN appelé brin transcrit ; l autre brin d ADN non transcrit correspond au gène. Sous l action d un complexe enzymatique (ARN polymérase), la molécule d ADN s ouvre et par complémentarité de bases, les ribonucléotides libres s associent en une séquence complémentaire du brin d ADN transcrit. Au niveau de l ARN, la thymine est remplacée par l uracile. La synthèse d une molécule monobrin d ARN nécessite de l énergie. Chez les eucaryotes, la transcription est en fait la fabrication, dans le noyau, d une molécule d ARN pré-messager qui après épissage des parties non codantes est transformé en ARNm mature pouvant être traduit en protéines dans le cytoplasme. Problème : quelle est la correspondance entre le code porté par l ARNm (séquence de nucléotides) et les protéines (séquence d acides aminés)? 3. Le système de correspondance entre nucléotides et acides aminés ou code génétique Un gène code pour une protéine spécifique. C est donc la séquence nucléotidique d un gène (et donc de son ARN transcrit) qui détermine la séquence des acides aminés d une protéine. Le problème est de comprendre comment une molécule formée de 4 nucléotides différents permet la synthèse d une molécule formée à partir de 20 acides aminés différents. Autrement dit comment à partir d un alphabet à 4 «lettres» on peut écrire 20 «mots» différents. 21

21 Activité 11 Découverte du code génétique Éprouver des hypothèses. Comprendre le lien entre le langage mathématique et les phénomènes naturels. Parmi les hypothèses suivantes, lesquelles sont à invalider et laquelle peut-on théoriquement retenir? Justifier la réponse. Hypothèse1 : un nucléotide de l ARN code pour un acide aminés. Hypothèse 2 : deux nucléotides de l ARN codent pour un acide aminé. Hypothèse 3 : trois nucléotides de l ARN codent pour un acide aminé. Document 19 Correspondance entre l ARN et les acides aminés A U G C A U G C A U G C A U G C A U G C 1 ère base, 4 possibilités. 2 ème base, 4 nouvelles possibilités. AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AUGC AAA, première combinaison possible... 3 ème base, 4 nouvelles possibilités....ccc, 64 ème combinaison possible En fait, c est en 1961 que deux biologistes, Niremberg et Matthéi ont validé l hypothèse qu une combinaison de trois nucléotides code pour un acide aminé. Pour cela, ils ont synthétisé in-vitro, un ARNm uniquement composé de nucléotides U (le poly U). Ils ont mélangé des molécules de poly U en présence de tous les acteurs cellulaires de la synthèse protéique ainsi qu un seul type d acide aminé. Dans leurs expériences, seul le mélange contenant la phénylalanine comme acide aminé a permis la synthèse d un polypeptide uniquement constitué d une séquence de plusieurs phénylanines. Ils ont ainsi démontré que le triplet UUU de l ARNm code pour l acide aminé phénylalanine. Quatre ans plus tard, la signification des 63 autres triplets ou codons de nucléotides était élucidée. Elle constitue aujourd hui ce que l on nomme le code génétique. Comment expliquer l existence de 64 codons différents alors qu il n existe que 20 acides aminés? Activité 12 Signification des différents codons Extraire des informations pour formuler des explications Document 20 Comparaison du début et de la fin de la séquence de l ARNm de l alpha globine et de la séquence peptidique correspondante. 22

22 Document 21 Retrouve-t-on plusieurs fois le même acide aminé dans la séquence peptidique? Donner des exemples. Mettre en relation ces acides aminés avec leur codon. Que constate-t-on? En déduire une propriété du code génétique. Comparer la fin de la séquence de nucléotides et celle en acides aminés. Donner une explication. Quelle autre propriété du code génétique mettent en évidence les expériences de transgénèse? Comparaison du début de la séquence de l ARNm de deux protéines différentes et de leur séquence peptidique correspondante. Document 22 Que constate-t-on? Le code génétique U U 2 ème base C A G PHE SER TYR CYS PHE SER TYR CYS LEU SER STOP STOP LEU SER STOP TRP U C A G 1 ère base C A LEU PRO HIS ARG LEU PRO HIS ARG LEU PRO GLN ARG LEU PRO GLN ARG ILE THR ASN SER ILE THR ASN SER ILE THR LYS ARG MET THR LYS ARG U C A G U C A G 3 ème base G VAL ALA ASP GLY VAL ALA ASP GLY VAL ALA GLU GLY VAL ALA GLU GLY U C A G 23

23 Remarque Le document 22 permet ainsi de constater que sur les 64 codons il y en a 61 qui codent pour un acide aminé. Trois codons ne désignent aucun acide aminé. Ils marquent la fin de synthèse protéique et on les appelle codons stop ou non-sens. Certains codons codent le même acide aminé et indiquent que le code génétique est redondant ou dégénéré. Chez les eucaryotes, la transcription de l ADN n aboutit pas systématiquement à la synthèse d ARNm codant. Les scientifiques ont montré que seulement 1.2 % de l ADN génomique d une espèce est traduit en protéines. La majeure partie de l ARN transcrit est donc non codant et est alors qualifiée d ARNnm (non messager). C est le cas par exemple de l ARN ribosomal (constituant principal des ribosomes, organites impliqués dans la synthèse protéique) et de l ARN de transfert nécessaire à la polymérisation des acides aminés en polypeptide lors de traduction. Schéma bilan : Activité 13 Mobiliser ses connaissances pour annoter un schéma Compléter le schéma bilan illustrant la correspondance entre ADN et protéine. Aide On attend les annotations suivantes : protéine ADN ARNm transcription traduction. Problème : comment l ARNm est-il traduit en protéines? Quels en sont les mécanismes et les outils? 24

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

! recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document !!! Que code un gène? Comment? Activité 1 :

! recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document !!! Que code un gène? Comment? Activité 1 : Que code un gène? Comment? C2 recenser, extraire, saisir l informa3on u3le d un document C12 C26 C27 savoir exploiter un logiciel déduire interpréter Activité 1 : Le phénotype de la maladie héréditaire

Plus en détail

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 1. Indiquer ce qu est un gène. 2. Décrire la structure de la molécule d ADN. 3. Indiquer ce que sont les allèles d un gène. 4. Indiquer ce qu est le génotype. 5. Indiquer ce qu est le phénotype. 6. Citer

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Chap.1 : Phénotypes en relation avec l activité de protéines spécifiques.

Chap.1 : Phénotypes en relation avec l activité de protéines spécifiques. Chap.1 : Phénotypes en relation avec l activité de protéines spécifiques. Le phénotype est l ensemble des caractères observables d une cellule, d un organisme. Le génotype est l ensemble des gènes d une

Plus en détail

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation.

A- Exploiter des animations pour repérer une mutation et étudier son mécanisme de réparation. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 2 : Variabilité Génétique et Mutation de l ADN TP-3-: Réparation de l ADN, mutations et polyallélisme Les mutations de l ADN

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

Fiche technique : utilisation d Anagène (logiciel d étude des données moléculaires).

Fiche technique : utilisation d Anagène (logiciel d étude des données moléculaires). Fiche technique : utilisation d Anagène (logiciel d étude des données moléculaires). Objectifs de la fiche : 1. Ouvrir des séquences (ADN ou protéine). 2. Changer de règle de numérotation & faire apparaître

Plus en détail

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code.

L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. L'ordre et la nature des acides aminés (ou séquence) d un polypeptide dépend de la séquence des nucléotides de l ADN du gène qui le code. Une mutation, peut entraîner une modification de la séquence des

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

Biologie Moléculaire et Organismes Modèles

Biologie Moléculaire et Organismes Modèles Biologie Moléculaire et Organismes Modèles Sami Khuri Department of Computer Science San José State University khuri@cs.sjsu.edu Usine de Protéines Les protéines sont responsables de la plupart des fonctions

Plus en détail

Chapitre 5: Evolution de la biodiversité

Chapitre 5: Evolution de la biodiversité Chapitre 5: Evolution de la biodiversité Constat: Tous les êtres vivants ont la même structure (cellules, MO) et pourtant ils ont beaucoup évolué au cours des temps géologiques. Problème: Par quels mécanismes

Plus en détail

Baccalauréat général Sciences de la vie et de la Terre

Baccalauréat général Sciences de la vie et de la Terre Baccalauréat général Sciences de la vie et de la Terre Épreuve obligatoire série S Partie 1 (5 points) Thème 1-: Expression, stabilité, variation du patrimoine génétique. Sujet : On cherche à montrer,

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Chapitre 14: La génétique

Chapitre 14: La génétique Chapitre 14: La génétique A) Les gènes et les protéines, ça te gêne? 1) a) Quel est l élément de base des vivants? Les cellules b) Qu a-t-elle en son centre? Un noyau c) Qu y retrouve-t-on sous forme de

Plus en détail

Espèces. Bactérie 0,92 1,03 Levure 1,80 1,00 Ail 1,73 1,01 Blé 1,22 0,98. Taux fort. Aucun Plutonium. Taux. moyen de fumée + plutonium

Espèces. Bactérie 0,92 1,03 Levure 1,80 1,00 Ail 1,73 1,01 Blé 1,22 0,98. Taux fort. Aucun Plutonium. Taux. moyen de fumée + plutonium DS Chapitre 3 : L ADN, support de l information génétique Partie 1 : Restitution des connaissances. 1/ Définir : gène, mutation 2/ Citer le nom de la «brique» de base de la molécule d ADN. Représenter

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

Capacités Connaissances Attitudes Recenser, extraire et organiser des informations

Capacités Connaissances Attitudes Recenser, extraire et organiser des informations Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation TITRE : L ADN, molécule support de l information génétique classe : 2 nde durée : 60 minutes Capacités Connaissances

Plus en détail

Comment la Souris fait de la souris avec des graines?

Comment la Souris fait de la souris avec des graines? Comment la Souris fait de la souris avec des graines? d après «10 clés pour la Biologie» de J. Tavlitzki «[ ] La Souris, l Ecureuil, le Lapin mangent des graines. La Souris fait de la souris, l Ecureuil

Plus en détail

EXERCICES : DU GENE A LA PROTEINE : pages 64 65 66 EXERCICE 1 PAGE 64 : PHENOTYPES ASSOCIES A UN ENZYME : G6PD

EXERCICES : DU GENE A LA PROTEINE : pages 64 65 66 EXERCICE 1 PAGE 64 : PHENOTYPES ASSOCIES A UN ENZYME : G6PD EXERCICES : DU GENE A LA PROTEINE : pages 64 65 66 EXERCICE 1 PAGE 64 : PHENOTYPES ASSOCIES A UN ENZYME : G6PD Question 1 : définir le phénotype à plusieurs échelles Enzyme G6PD active : eau oxygénée transformée

Plus en détail

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction

La synthèse des protéines transcription code génétique traduction CEC André-Chavanne BIO 3 OS La synthèse des protéines transcription code génétique traduction I. La «Transcription» : de l ADN à l ARNm. L'adresse suivante permet d accéder à une ANIMATION sur la TRANSCRIPTION.

Plus en détail

Organisation générale du noyau

Organisation générale du noyau Organisation générale du noyau L enveloppe nucléaire Le nucléoplasme A. Ait Chaoui Références www.sciencebio.com/facbio/biocell juin 2009 Biologie cellulaire. Des molécules aux organismes. Jean-Claud Callen.

Plus en détail

Chapitre 6 L interaction des gènes

Chapitre 6 L interaction des gènes Chapitre 6 L interaction des gènes La variation dans la coloration de la coquille Saint-Jacques (Argopecten irradians) due à trois allèles d un même gène Des gènes aux phénotypes 1- La relation entre les

Plus en détail

AP # 23 : L EXPRESSION DU GENOME : les protéines dans la vie cellulaire & le lien génotype/phénotype : la transcription

AP # 23 : L EXPRESSION DU GENOME : les protéines dans la vie cellulaire & le lien génotype/phénotype : la transcription Chapitre 10 AP # 23 : L EXPRESSION DU GENOME : les protéines dans la vie cellulaire & le lien génotype/phénotype : la transcription Chaque individu possède l ensemble des caractères de l espèce à laquelle

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

Chapitre 3 : L expression du patrimoine génétique

Chapitre 3 : L expression du patrimoine génétique Thème 1 : la Vie et l évolution du Vivant Partie A : Expression, Stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 3 : L expression du patrimoine génétique Définitions : - Le génotype correspond

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques.

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Introduction : L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Au sein du vivant, les espèces se différencient les unes des autres par l existence de gènes différents. Au sein d une espèce,

Plus en détail

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1

1A 01 Brassage génétique et sa contribution à la diversité génétique Ex 2.1 SUJET 1 SUJET 1 On réalise deux croisements expérimentaux chez la drosophile afin d étudier le devenir de deux caractères : la couleur du corps et l aspect des ailes au cours de la reproduction sexuée La longueur

Plus en détail

TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU

TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU TITRE : DES CHROMOSOMES AUX CARACTERES DE L INDIVIDU classe :3ème durée : 1h 30 la situation-problème. Mickaël vient d apprendre que son cousin de 28 ans, avec qui, il s entend si bien, a un caryotype

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

De la biologie molécualire à la génomique

De la biologie molécualire à la génomique De la biologie molécualire à la génomique Pierre Neuvial École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique Méthodes statistiques pour la biologie Plan du cours 1 Introduction à la biologie

Plus en détail

Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant. Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique

Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant. Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique TP 6 : Du gène à la protéine (2) Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 3 : L expression du patrimoine

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

DEVOIR DE SCIENCES DE LA VIE et de LA TERRE. Septembre 2014.

DEVOIR DE SCIENCES DE LA VIE et de LA TERRE. Septembre 2014. DEVOIR DE SCIENCES DE LA VIE et de LA TERRE. Septembre 2014. Vous devez choisir pour chaque question proposée, zéro, une ou plusieurs réponses exactes parmi celles proposées ou bien répondez à la question.

Plus en détail

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS Rappels : - organisation du corps humain - La fécondation L HEREDITE ET SON SUPPORT Chaque individu possède des ressemblances et des différences même au sein d une

Plus en détail

CORRECTION DES EXERCICES DE GENETIQUE SYNTHESE PROTEIQUE : P 136-137

CORRECTION DES EXERCICES DE GENETIQUE SYNTHESE PROTEIQUE : P 136-137 CORRECTION DES EXERCICES DE GENETIQUE SYNTHESE PROTEIQUE : P 136-137 Exercice 1 p 171 : définir en une phrase les mots suivants Polypeptide : chaine de plusieurs acides aminés. Séquence protéinique : séquence

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première série sciences et technologies de laboratoire Chimie, biochimie, sciences du vivant Thème 2 Évaluation sommative

Plus en détail

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement

Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Du génotype au phénotype, relation avec l environnement Pré-requis (troisième et seconde) : Chaque individu présente les caractères de l'espèce avec des variations qui lui sont propres. C'est le résultat

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Partie 2, Chapitre 1, TD1 : PROPRIETE DES PROTEINES A PARTIR D UN EXEMPLE : L HEMOGLOBINE

Partie 2, Chapitre 1, TD1 : PROPRIETE DES PROTEINES A PARTIR D UN EXEMPLE : L HEMOGLOBINE Partie 2, Chapitre 1, TD1 : PROPRIETE DES PROTEINES A PARTIR D UN EXEMPLE : L HEMOGLOBINE L analyse chimique d une cellule montre qu elle est constituée de 70% d eau et de 30% de molécules organiques (dont

Plus en détail

I Les caractères de l'individu :

I Les caractères de l'individu : Partie 1, Chapitre 1 LES CARACTÈRES DE L'INDIVIDU ET LEUR TRANSMISSION Rappels : Un être vivant : c'est un être qui naît, grandit, mange, rejete des déchets, se reproduit et meurt. Il est constitué de

Plus en détail

D evoir de contrôle n 3

D evoir de contrôle n 3 Lycées G aafour 2 Professeur: M E SSA O U D I M ohsen D evoir de contrôle n 3 25/04/201 2014 4 èm e èm e Sc.E xp E preuve : sciences de la vie et de la terre D urée : 2 H Coefficient : 4 Partie I (12 points)

Plus en détail

Chapitre 1 - LA DIVERSITE DES PHENOTYPES

Chapitre 1 - LA DIVERSITE DES PHENOTYPES Qu appelle-t-on le phénotype d un individu? Chapitre 1 - LA DIVERSITE DES PHENOTYPES L ensemble des caractéristiques observables, tant sur le plan morphologique, anatomique, physique et comportemental

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

Exercices de génétique classique partie II

Exercices de génétique classique partie II Exercices de génétique classique partie II 1. L idiotie phénylpyruvique est une maladie héréditaire dont sont atteints plusieurs membres d une famille, dont voici l arbre généalogique : 3 4 5 6 7 8 9 10

Plus en détail

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes.

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes. Class: 3 ème. Secondaire (S.V.) Matière: Biologie Exercice I: L albinisme et ses causes. Examen de Mi-d'année Points: 20 pts. Durée: 180 min. (4.5 pts.) L albinisme résulte d un manque général de la pigmentation

Plus en détail

Collège Notre Dame de Jamhour. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique

Collège Notre Dame de Jamhour. THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Collège Notre Dame de Jamhour Classe : 1 ère S THEME 1A : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 3 : L expression du patrimoine génétique TD- 5 : La protéosynthèse, un processus

Plus en détail

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes.

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes. III.1.6 Le Nucléole Ce sont des structures fibrillaires sphériques denses du noyau interphasique et prophasique des organismes supérieurs. Les nucléoles qui sont le site de formation des ribosomes fixent

Plus en détail

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009

4 Leçon L insuline www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Leçon 4 www.isygroup.com Dr. Roberto Va, CRU Consulting AG, 2009 L insuline Introduction L insuline est une substance fabriquée dans le pancréas et déversée dans le sang. C est une hormone et

Plus en détail

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences?

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences? Chez l espèce humaine, comme chez toute espèce, il existe des ressemblances et des différences entre les individus, y compris à l intérieur d une même famille. Comment expliquer nos ressemblances et nos

Plus en détail

acide aminé radioactif autoradiographie Conclusion partielle :

acide aminé radioactif autoradiographie Conclusion partielle : Des cellules animales sont cultivées in vitro dans un milieu contenant un acide aminé radioactif, la leucine (sa molécule contient du tritium 3 H radioactif). Le noyau de certaines de ces cellules (notées

Plus en détail

Thème 1A-Expression, stabilité et variation du programme génétique

Thème 1A-Expression, stabilité et variation du programme génétique Extrait du bulletin officiel : Thème 1. La Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant Thème 1 - A Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Ce thème s appuie sur les connaissances

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

Fiche pédagogique : De l ADN aux protéines. Les secrets de l expression de l information génétique.

Fiche pédagogique : De l ADN aux protéines. Les secrets de l expression de l information génétique. Fiche pédagogique : De l ADN aux protéines. Les secrets de l expression de l information génétique. Pourquoi êtes-vous blonds? bruns? chauves? Pourquoi avez-vous les yeux bleus? Pourquoi ressemblez-vous

Plus en détail

LES FAMILLES MULTIGÉNIQUES : L'EXEMPLE DES CHAÎNES DE L'HÉMOGLOBINE

LES FAMILLES MULTIGÉNIQUES : L'EXEMPLE DES CHAÎNES DE L'HÉMOGLOBINE Fiche sujet-élève Les similitudes entre gènes sont interprétées comme le résultat d une ou plusieurs duplications d un gène ancestral. Des molécules homologues appartiennent à la même famille multigénique

Plus en détail

III - Régulation du métabolisme A) X B) Transcription

III - Régulation du métabolisme A) X B) Transcription BPV : Physiologie Bactérienne UE: 5 Semaine : n 9 (du 02/11/2015 au 06/11/2015 Date : 03/11/2015 Heure : de 9h-10h Professeur : Pr. Romond Binôme : n 54 Correcteur : 53 Aucune remarque particulière du

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHLGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialités : - Biotechnologies - Sciences physiques et chimiques en laboratoire SESSI 2014 Sous-épreuve écrite de Chimie biochimie

Plus en détail

Séquence 3. Comment les informations génétiques se transmettent-elles de cellules en cellules? Nos cellules, filles de la cellule-œuf

Séquence 3. Comment les informations génétiques se transmettent-elles de cellules en cellules? Nos cellules, filles de la cellule-œuf Sommaire Nous sommes en train d étudier le support des informations génétiques 1 au sein de nos cellules. Rapidement après sa formation, la cellule-œuf commence à se multiplier (vu en classe de 4 e ).

Plus en détail

Chapitre 3 : conserver ou transmettre l information génétique.

Chapitre 3 : conserver ou transmettre l information génétique. Chapitre 3 : conserver ou transmettre l information génétique. Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN Les enzymes sont une catégorie particulière de protéines qui interviennent dans la plupart des réaction chimique qui se déroulent à l'intérieur

Plus en détail

Extrait cours svt 3e. semaine 3

Extrait cours svt 3e. semaine 3 Extrait cours svt 3e semaine 3 Chapitre 1 : Tous parents, tous différents Le titre du chapitre est «tous pareils, tous différents». Le même chapitre, repris plus en détails en Terminale est «tous parents,

Plus en détail

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique TRAIT FALCIFORME Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique Une analyse sanguine a été effectuée chez votre enfant, soit à la naissance, soit à la demande de votre médecin. Cette analyse a démontré

Plus en détail

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique.

-Identifier les éléments qui déterminent le coût d un objet technique. A / LES OBJETS TECHNIQUES EN DOMOTIQUE B / LA REPRESENTATION FONCTIONNELLE C / LE RESPECT DES CONTRAINTES D / LA CHAINE D ENERGIE D UN OBJET TECHNIQUE E/ LA CHAINE D INFORMATION D UN OBJET TECHNIQUE A

Plus en détail

Exemple: - il existe 4 phénotypes pour le caractère «groupe sanguin» qui sont A, B, AB et O

Exemple: - il existe 4 phénotypes pour le caractère «groupe sanguin» qui sont A, B, AB et O Introduction L expérience de la transformation bactérienne (expérience de Griffith) a montré l existence d une relation entre le matériel génétique (ADN) et le caractère héréditaire (formation de la capsule)

Plus en détail

Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé

Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé Certains comportements (manque d activité physique, excès de graisses, de sucre et de sel dans l alimentation) peuvent favoriser l obésité et l apparition de

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE CHIMIE, BIOCHIMIE, SCIENCES DU VIVANT ET ENSEIGNEMENT SPECIFIQUE A LA SPECIALITE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE CHIMIE, BIOCHIMIE, SCIENCES DU VIVANT ET ENSEIGNEMENT SPECIFIQUE A LA SPECIALITE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LABORATOIRE BAALAUREAT TEHNLGIQUE ANNALE ZER 2013 Epreuve : HIMIE, BIHIMIE, SIENES DU VIVANT ET ENSEIGNEMENT SPEIFIQUE A LA SPEIALITE Série SIENES ET TEHNLGIES DE LABRATIRE Sous-épreuve de himie, Biochimie, Sciences

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

TP 2 : Les enzymes digestives.

TP 2 : Les enzymes digestives. TP 2 : Les enzymes digestives. Animation : Enzymes Ils existent des milliers d enzymes qui interviennent simultanément dans des réactions chimiques. Problèmes : Comment les enzymes agissent-elles sur leur

Plus en détail

SBI3U Épreuve Génétique Nom:

SBI3U Épreuve Génétique Nom: SBI3U Épreuve Génétique Nom: PARTIE A (15) (Connaissances et compréhension) Inscrire la bonne réponse sur la carte SCANTRON 1. Une femme porteuse du gène d hémophilie et un homme hémophile sont croisés.

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2013 EPREUVE DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Série Générale

DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2013 EPREUVE DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. Série Générale REPÈRE 13DNBGENSVTIN1 DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION 2013 Série Générale DUREE : 45 minutes COEFFICIENT : 1 2 points seront attribués à l orthographe et à la présentation de votre composition. L usage

Plus en détail

1 Début de l examen. Standard Operating Procedure 9.4. Utilisation du logiciel Campus pour les examens en ligne à la Faculté de Médecine 1.3.

1 Début de l examen. Standard Operating Procedure 9.4. Utilisation du logiciel Campus pour les examens en ligne à la Faculté de Médecine 1.3. Utilisation du logiciel Campus pour les examens en ligne à la Le but de ce document est de vous expliquer comment démarrer et terminer une session d examen avec Campus (version 1.3.5665), et vous indiquer

Plus en détail

I. Histoire de la biologie moléculaire (Q1 à Q5)

I. Histoire de la biologie moléculaire (Q1 à Q5) I. Histoire de la biologie moléculaire (Q1 à Q5) Q1. Concernant les premières lois sur l hérédité : Elles ont été établies grâce à des expériences menées sur la drosophile (Drosophila melanogaster). Elles

Plus en détail

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons.

OXYDO-REDUCTION. Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. OXYDO-REDUCTION I) Définitions 1) Oxydant et Réducteur Un oxydant est une espèce capable de fixer des électrons. Un réducteur est une espèce capable de céder des électrons. 2) Couple rédox On parle de

Plus en détail

Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie

Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie Quelques images du TP électrophorèse, chromatographie Chromatographie des pigments chlorophylliens Bandelette de papier Whatmann Sur laquelle on écrase un morceau de feuille Cache opaque empêchant la photooxydation

Plus en détail

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt 1 Position de la séquence Thème n 1: les systèmes vivants présentent une organisation particulière de la matière. 1.5 Les molécules des organismes vivants

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique.

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique. SESSION 2002 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES Durée : 4 heures Coefficient : 3 (Anatomie : 1.5 et physiologie : 1.5) 1- La région abdominale (15 points) L usage de la calculatrice est interdite ANATOMIE

Plus en détail

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Qui suis-je? Chapitre 1 et 2 1. Représentation imagée d une vérité inaccessible par les sens. Modèle scientifique 2. Plus petite partie possible de la matière

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Expression du patrimoine génétique

Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Expression du patrimoine génétique Thème I A Chapitre 3 Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Expression du patrimoine génétique Introduction : - gène = portion d ADN = information détermination des caractères [phénotype]

Plus en détail

Leçon N 2C Fonctions de calcul

Leçon N 2C Fonctions de calcul Leçon N 2C Fonctions de calcul Cette deuxième leçon concerne les fonctions de calcul dans les tableurs. 1 Structure des formules de calcul Que vous utilisiez EXCEL ou que vous utilisiez CALC, la méthode

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

I) CLASSIFICATION DES PROTIDES. 1) Constitution des protides. A partir du document 1, nommer l élément de base qui constitue les protéines.

I) CLASSIFICATION DES PROTIDES. 1) Constitution des protides. A partir du document 1, nommer l élément de base qui constitue les protéines. L E S P R O T I D E S Introduction : Aliments source de protides? Les protides sont trouvés principalement dans deux groupes d aliments : les viandes, poissons et œufs les légumes secs (lentilles, haricots

Plus en détail

Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes. Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture.

Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes. Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture. Chapitre 3 L assortiment indépendant des gènes Des génotypes supérieurs de cultures telles que le riz ont révolutionné l agriculture. La variation de deux caractères Croisements monohybrides: entre 2 individus

Plus en détail