ENTREPRISE & STRATEGIE DU 18 AU 24 OCTOBRE N 1634

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENTREPRISE & STRATEGIE DU 18 AU 24 OCTOBRE 2012 - N 1634"

Transcription

1 Le nouvel Economiste ENTREPRISE & STRATEGIE DU 18 AU 24 OCTOBRE N 1634 AFFAIRES PUBLIQUES, ENTREPRISES, ECONOMIE SOCIALE CAHIER 2 Dossiers Artisan 2.0 SERVICES GÉNÉRAUX - DISTRIBUTION AUTOMATIQUE Produits frais et préparés Mangez des pommes Le nomadisme alimentaire pousse de plus en plus à renforcer la variété et la qualité nutritionnelle des produits p.27 FUSIONS & ACQUISITIONS MANAGEMENT Conduite du changement Pacification L harmomonisation culturelle avant la consolidation des comptes p.29 E-MARKETING - E-PUBLICITÉ Affiliation, ad-exchange, search Multicanal Plus complémentaires que substituts p.33 MARKETING CRM Multicanal Le CRM est mort. Vive le CRM Les techniques d aujourd hui n ont plus grandchose à voir avec celles d hier p.36 SERVICES GÉNÉRAUX - TRAVEL MANAGEMENT Voyageurs d affaires In the air La période est aux restrictions en tous genres, y compris de confort p.41 RESSOURCES HUMAINES INCENTIVE L impact de la nouvelle taxation Mauvaise surprise Les nouvelles contraintes financières et administratives obligent à repenser l incentive p.45 Entrepreneurs individuels et petits producteurs, les grands bénéficiaires de la révolution numérique qui s ignorent encore Le retour de la longue traîne Le crowd funding La prochaine révolution des coûts de production JACQUES SECONDI Alors qu ailleurs les nuages s amoncellent, les conditions favorables continuent à s accumuler pour l entrepreneur unipersonnel mais multinational. Les prospectivistes comme Joël de Rosnay - qui a inventé la formule - avaient vu dès les débuts de l Internet la révolution à l horizon. Les coûts allaient chuter, les possibilités d interrelations offertes par le Web 2.0 se multiplier, l Internet 3.0, celui des objets qui communiquent entre eux, se mettre en marche. A chaque étape, les petits accèdent, dans les mêmes conditions que les gros, à un espace mondial. Ils ont aujourd hui l opportunité de développer une aire qui n appartiendra qu à eux, car les géants ne savent s y mouvoir, l hyper-proximité. Le numérique réduit l immensité du temps comme de l espace. Les petits producteurs sont les mieux placés pour tirer profit de son égale capacité à mailler l infiniment proche. Le monsieur du 3 e étage ignorait que son voisin fabriquait des clés à pipe avec son imprimante 3D. Demain, il les lui achètera en direct au lieu d aller perdre un après-midi dans les embouteillages. Lire p.18 INFORMATION & TECHNOLOGIE TÉLÉPHONIE Cybercriminalité téléphonique Phreaking out La communication unifiée rapproche les mondes de la fraude et du hacking p.48 Entretien Ce système de private equity industrialisé est assez vertueux, il devrait réaccélérer l investissement productif CAPITAL-INVESTISSEMENT Entre le fer et l enclume Le private equity français à la peine PATRICK ARNOUX Philippe Dupont, président d Isodev. L ex-président des Banques Populaires se lance dans le financement du haut de bilan des TPE avec un process innovant Lire p.22 L alarme a été sonnée il y a quelques jours, lorsque l Afic (Association française des investisseurs pour la croissance) a fait ses comptes pour le premier semestre de cette année. Mauvais : Les capitaux levés s élèvent à 1,8 milliard, soit seulement 28 % du montant total collecté sur l ensemble de l année 2011 (6,5 Mds ). Durant la période, les montants investis dans les entreprises ont reculé de 42,5 %. Sale temps donc pour les gestionnaires de fonds de private equity, touchés dans leur partie la plus vulnérable : la caisse. Les investisseurs banquiers et assureurs - boudent leur manne à ces fonds qui, par ailleurs, ont de plus en plus de mal à sortir des entreprises qu ils accompagnent. La Bourse n est pas au rendez-vous et les industriels sont des plus attentistes. Certes nous avons des dossiers mais il faut bien se rendre compte qu actuellement, l Europe est tricarde auprès des investisseurs du monde entier. Lorsque nous présentons un dossier à un comité d investissement... Lire p.20 Le nouvel Economiste - n Cahier n 2 - Du 18 au 24 octobre Hebdomadaire 17

2 Artisan 2.0 dropbox. L utilisateur en train de relire une note de synthèse doit s interrompre pour partir en rendezvous? Dans le train ou le bus, il lui suffit d ouvrir l application sur son téléphone mobile pour reprendre le texte là où il en avait arrêté la lecture. Très utilisé également, Crowd funding A cela il convient d ajouter une nouvelle dimension en train de naître : celle du financement. L appel public à l épargne, sans même aller jusqu à l introduction en Bourse, est sévèrement réglementé, et à ce titre très coûteux. L appel public à l épargne reste très coûteux L alternative consistera à se tourner vers des sites de financement par la foule Les tickets d entrée de pans entiers de l économie, réservés hier à des structures puissantes et centralisées, sont aujourd hui à portée de simples individus. Catherine Barba, consultante : Il y a toute une culture numérique à développer pour donner à cette catégorie d entrepreneurs et d artisans les outils et la formation qui leur permettront d acquérir les bons réflexes. JACQUES SECONDI L a fête bat son plein. Les tickets d entrée de pans entiers de l économie, réservés hier à des structures puissantes et centralisées, sont aujourd hui à portée de simples individus. Un commerçant habile peut prendre une part de marché, si infime soit-elle, à une chaîne de GMS, un producteur d image, de son ou de texte, s insinuer entre les tentacules d une major. La conception, la production, la distribution sont concernées, mais aussi la gestion, le marketing ou le management. Révolution à la fois verticale - elle concerne potentiellement tous les secteurs - et horizontale : elle touche les fonctions transversales nécessaires pour développer une activité. Chaque jour, de nouvelles régions de la longue traîne décrite par l analyste Chris Anderson semblent se mettre en tension. L idée décrivait au départ la redistribution des flux d information provoquée par le phénomène de cumul permis par l Internet : mis en relations les uns avec les autres, les millions de sites Internet produisant chacun un peu d information allaient rapidement submerger les grands pourvoyeurs traditionnels, gros robinets, considérés individuellement, mais présents en nombre limité. A l arrivée, le mécanisme est susceptible de s appliquer à toutes les activités numérisables. Le retour de la longue traîne Chacun étant susceptible de devenir producteur individuel d énergie, si l éolien et le solaire décentralisés se développent, se formera alors une longue traîne de l énergie, plus puissante que les quelques dizaines de méga-centrales aujourd hui en fonctionnement, prévoyait Joël de Rosnay à l occasion d un débat sur Agora Vox (11/10) avec Philippe Dessertine sur la société fluide à laquelle va contribuer ce type de réorganisation. Si, demain, les formules de médicaments étaient numérisées et leur fabrication assurée par de petites unités - sur le modèle Nespresso? - comme le croit probable un économiste, Pierre-Noël Giraud, on assistera au développement d une longue traîne de l industrie pharmaceutique, peut-être plus puissante en capacité de fabrication cumulée que les laboratoires actuels. Dans l économie de marché, il fallait jusque-là grossir, ou disparaître. Ce n est plus la seule option. L artisan numérisé est capable d exploiter de manière économiquement viable un produit ou un service qui auparavant aurait nécessité un amortissement sur de grandes séries. La révolution numérique est passée par là qui, en un bouquet de baisse des coûts et de capacité à socialiser avec son prochain avec une intensité inconnue auparavant, découvre des territoires jusque-là interdits au petit entrepreneur. Ubiquité, rapidité Les chevaliers de l ère numérique sont donc à la fois seuls et accompagnés. Ils disposent de nouvelles facultés aux sonorités magiques qui pourtant correspondent bien à la réalité. Le don d ubiquité - cette capacité d être en plusieurs endroits au même moment - n existait que dans les romans. Pourtant c est bien la faculté dont est doté l auto-entrepreneur qui complète un document dans sa chambre d hôtel Formule 1 de province avant de visiter un client tout en assistant au conseil municipal de sa commune, à 300 kilomètres de là, au cours duquel vont être prises des décisions qui l intéressent. Toutes les applications en mobilité contribuent à développer cette capacité essentielle, explique Alain Bosetti, auteur d outils de formation pour le développement des réseaux. Les téléphones intelligents et les tablettes sont les supports de ces applications qui se déversent en un flot continu sur les utilisateurs cibles que sont les entrepreneurs individuels. Point commun : permettre de se déplacer tout en restant virtuellement présent à un endroit ou à un autre, là où une présence physique aurait autrefois été requise pour pouvoir faire telle ou telle tâche. L exemple de l accès aux bibliothèques et aux documentations est le plus parlant. Toutes ces applications profitent du cloud, le nuage de capacités de stockage numérique, qui se traduit par la possibilité de stocker des données sur le réseau plutôt que dans son propre ordinateur, accessible ensuite de n importe quel point d accès à Internet. En progression fulgurante ces derniers temps : la Evernote permet à l entrepreneur sursollicité de se libérer l esprit. Notes, textes, audio, photos ou captures Web peuvent être mémorisés sur un seul site dont la vocation est de faire naître de nouvelles associations dans l esprit de son utilisateur. Toutes ces notes, évidemment, se synchronisent automatiquement avec l ordinateur. Les trois super-pouvoirs de l entrepreneur numérique Alain Bosetti évoque les trois super pouvoirs de l entrepreneur numérique dont il a fait un thème de débat au dernier salon des microentreprises qu il préside. Ubiquité, certes, mais aussi facilité et proximité, résume-t-il. Outre le fait d avoir su faire mentir le vieux proverbe qui prétend qu il est impossible d être à la fois au four et au moulin, les nouveaux aventuriers du numérique sont capables de multiplier les contacts avec leur marché potentiel, grâce aux réseaux sociaux. Jusque-là, cette démarche, extrêmement coûteuse, était réservée aux gros. Les lourds outils de relation avec le client s appellent, vus par l artisan 2.0, Twitter ou Facebook, et celui-ci n hésite pas La capacité d être en plusieurs endroits au même moment n existait jusque-là que dans les romans à les partager avec le grand public qui y échange ses souvenirs de pique-nique. C est peut-être bien le CRM du pauvre, admet Alain Bosetti, mais ça marche. Quant à la facilitation, elle recouvre ces applications qui permettent à chacun de gagner des bras et des mains, comme le dit la consultante Catherine Barba. Pour les systèmes de paiement, il n y a que l embarras du choix. Des acteurs comme La Poste ou Oxatis proposent des boutiques de commerce en ligne quasiment clé en main. Des dizaines d applications s occupent ensuite des moindres détails, comme Dragon Dictation qui transforme les notes orales en écrit. Des erreurs peuvent encore se glisser dans le texte et pour les repérer il est bon, en l état actuel de la technologie, que celui qui dicte soit aussi le relecteur. Déjà, le gain de temps se révèle précieux lorsqu il s agit de partager des informations longues à taper sur clavier tactile, par ! L outil est également un moyen rapide de stocker des propos tenus en conférence, pour mémoire, sans qu il soit besoin d un texte parfaitement rédigé. L alternative consiste à se tourner vers des sites de financement par la foule, crowd funding, comme on parlait jusque-là de crowd sourcing, pour désigner la recherche d information par mutualisation des sources sur Internet. Des sites comme Kickstarter bâtissent leur notoriété sur ce concept. Le mirage du commerce en ligne Voici pour la théorie. En pratique, les chiffres connus montrent qu il y a encore du chemin à faire. Les nouvelles technologies ont nourri toutes sortes de réussites médiatisées comme 1000 merci dans le commerce en ligne ou OVH pour l hébergement de site, devenu en quelques années une structure internationale. Les succès plus discrets participent aussi au rêve. Catherine Barba cite le cas, selon elle exemplaire, de prodealcenter.fr, spécialisé dans les pièces de rechange agricoles. Il s agit, dans tous les cas, d exceptions. L illusion de pouvoir soudain vendre au monde entier grâce à l Internet a provoqué une sorte de ruée vers l or, pas toujours couronnée de succès. Il y aurait un million de très petites entreprises en France, dont un bon nombre espère tirer parti des facilités offertes par le numérique, la plupart désormais inscrites comme auto-entrepreneurs. Mais la moitié, estime-t-on, ne réalise aucun chiffre d affaires. Une frange infime correspond à des entreprises viables capables de faire vivre leur créateur, estime Catherine Barba. L exemple du secteur le plus visible, celui du e- commerce, est parlant. Le commerce électronique exerce une forte attraction avec son image de gisement de croissance. Il s agit en partie d un mirage dans la mesure où cette croissance est beaucoup le fait de l arrivée continuelle de nouveaux petits acteurs qui ne parviennent pas à la rentabilité. Il se crée en France un site de e-commerce toutes les deux Les lourds outils de relation avec le client s appellent, vus par l artisan 2.0, Twitter ou Facebook heures, qui chacun ajoute une goutte d eau au flux imposant que représente le secteur, sites au total selon Catherine Barba,sans que la rentabilité ne soit forcément pour eux au rendez-vous. Regrettable ignorance Le problème inverse qui consiste, au lieu de se précipiter vers la terre promise du numérique, à en rester résolument à l écart, existe également. Le taux de pénétration des nouveaux usages est faible chez les artisans traditionnels qui ont pourtant un tout aussi grand profit à tirer 18 Le nouvel Economiste - n Cahier n 2 - Du 18 au 24 octobre Hebdomadaire

3 Un monde où les micro-entreprises joueraient un rôle prépondérant Joël de Rosnay, prospectiviste. Chacun étant susceptible de devenir producteur individuel d énergie, il se formera une longue traîne de l énergie, plus puissante que les quelques dizaines de méga-centrales aujourd hui en fonctionnement. de l innovation que les créateurs de nouveaux marchés. Nos artisans ont parfois du mal à envoyer un devis par mail sans que celui-ci n atterrisse dans les spams de son destinataire, plaisante Jean-Michel Billaut, le fondateur de l atelier de veille technologique de BNP Paribas. Dommage, car c est la petite échelle qui offre le meilleur potentiel à l artisan au sens traditionnel. Il s agit de son territoire naturel, et l enjeu est de l exploiter de manière beaucoup plus interactive que celle proposée par les calendriers publicitaires ou les cartes de visite glissés sous les paillassons. Un fil conducteur pour la formation professionnelle L Internet ouvre les portes du monde entier, cette faculté a nourri le rêve. Il a une tout aussi grande capacité à prendre entre ses mailles la dimension micro-locale. La dame du dernier étage sait-elle que sa voisine produit des cosmétiques de qualité qui pourraient l intéresser? Elle a très peu de chance de l apprendre en la croisant dans l escalier, mais une bonne probabilité d accéder à l information si celle-ci a bien fait son travail de référencement sur Internet où l acheteuse potentielle a entré le nom du produit recherché et le rayon géographique dans lequel elle espérait le trouver. Il y a toute une culture numérique à développer pour donner à cette catégorie d entrepreneurs et d artisans les outils et la formation qui leur permettront d acquérir les bons réflexes, estime Catherine Barba en regrettant un potentiel inexploité par les chambres de commerce et d industrie dans ce domaine. C est ce qu elle propose elle-même, mais pour des clients de plus grosse taille, après avoir vendu Malinea, agence spécialisée dans le conseil en stratégies numériques. On rêve de lieux comme la School for Creative Start Up de Londres. L idée est de donner une formation spécifique à des personnes qui ont la fibre du commerce mais qui ne savent pas comment bien l exploiter grâce aux outils numériques. C est comme l éducation sexuelle, résume avec humour sa directrice dans le New York Herald Tribune : ce n est pas parce qu on l a reçue que l on a envie de pratiquer, mais si l on est porté sur la chose, alors mieux vaut y avoir été préparé. A la française, qu est-ce que cela pourrait donner? Des maisons numériques subventionnées, comme l on avait fait des Maisons de la culture? A intégrer d ailleurs peutêtre dans les Maisons de l emploi. Ce serait un fil conducteur pour réorienter la formation professionnelle. La prochaine révolution des coûts de production L enjeu est de taille si l on se place Il y a toute une culture numérique à développer pour donner à cette catégorie d entrepreneurs et d artisans les outils et la formation qui leur permettront d acquérir les bons réflexes CHIFFRES CLÉS petits producteurs individuel fédérés sur Etsy.com Un nouveau site de e-commerce toutes les deux heures en France sites de commerce électronique en France 1 million de TPE en France dans une optique un peu lointaine. Certaines évolutions de marché devraient se révéler favorables aux petits producteurs et l innovation technologique va rester de leur côté. Il y a des opportunités à saisir. Perspectives : l énergie fossile dont dépendent aux deux tiers ou aux trois quarts les grandes économies avancées sera de moins en moins disponible, de plus en plus chère. Il n est pas certain que l on continue à faire circuler autour de la planète, dans les proportions actuelles, des marchandises en provenance de points de fabrication ultra-centralisés - la Chine en particulier -, créés pour obtenir des économies d échelle. Les facteurs qui justifient que l on fasse voyager vers leurs marchés de consommation des quantités toujours croissantes de marchandises pour leurs prix attractifs devraient s atténuer. Les coûts du travail chinois sont peu à peu en train de s aligner. Aux Etats- Unis on observe ce mouvement sur l idée d une relocalisation, reshoring, note Jean-Michel Billaut. Cela coïncide avec les prochaines révolutions technologiques comme l imprimante 3D qui vont contribuer à faire chuter les coûts de production, même sur des petites séries. Il faut suivre de près les réseaux de Fab Lab, juge Jean- Michel Billaut, ces structures qui se donnent pour vocation de permettre à n importe qui de fabriquer personnellement les objets qu il a imaginés forment déjà un mouvement mondial. L un des nouveaux outils qui offre le plus gros potentiel est l imprimante 3D. Vous prenez une photo en trois dimensions d un objet et la machine vous le recrée. Le saut technologique est d une telle ampleur que l on éprouve des difficultés à imaginer le procédé. Pourtant, le terme imprimante est adéquat : un robot, dans lequel auront été téléchargés des plans en trois dimensions, reproduira en quelques heures ou quelques jours l objet de départ. Les plus simples sculptent des blocs de pierre pour en extraire le buste d une personne. Les plus complexes sont capables de reproduire un objet par couches qui seront ensuite assemblées. Il existe une imprimante 3D dans la construction aux Etats-Unis, capable de déposer des couches de béton qui reproduisent un modèle de maison à l identique. C est au Les prochaines révolutions technologiques comme l imprimante 3D qui vont contribuer à faire chuter les coûts de production, même sur des petites séries tour du monde des objets de basculer dans l immense tourbillon numérique où ils vont se transformer en langage binaire, avant de réapparaître sous forme physique à un autre endroit, comme télétransportés, en fait dupliqués. Ces machines permettent d imprimer en additive manufacturing à peu près n importe quoi : des clés de 8 aussi bien que des bijoux, des chaussures, la coque d un téléphone portable mais aussi des pièces de rechange automobile. Cela annonce de belles batailles en perspective. Qui pourra empêcher un individu de reproduire n importe quel objet pour le revendre à son profit, la dernière collection de couverts de Habitat, un vêtement de marque, un sac à main, un objet signé? La loi Hadopi va devoir être complétée de quelques chapitres ou, peut-être plus sagement, revue de zéro. Le règne de l artisan 2.0, producteur de services mais aussi d objets, a déjà commencé. En théorie, c est toute l industrie qui peut être balayée par les artisans 2.0, clame Jean- Michel Billaut. Etsy.com donne une préfiguration de ce monde. Ce site fédère petits producteurs individuels d objets artisanaux, au sens où ils ont été imaginés et fabriqués par un individu. Le succès est au rendez-vous : 39 millions de visiteurs uniques par mois dont 1 % repartent avec un objet dans leur panier. La longue traîne des artisans 2.0 est en train de se former. Les facteurs qui justifient que l on fasse voyager vers leurs marchés de consommation des quantités toujours croissantes de marchandises pour leurs prix attractifs devraient s atténuer Le nouvel Economiste - n Cahier n 2 - Du 18 au 24 octobre Hebdomadaire 19

4 Private equity La 3 e révolution industrielle Le consommateur des villes et l agriculteur des champs En 1 an, La Ruche qui dit Oui! a changé le mode de consommation de plus de personnes. Capital-investissement Entre le fer et l enclume Le Private Equity français à la peine ALEXANDRE ALMAJEANU Dans La Troisième Révolution industrielle, Jeremy Rifkin, grand influenceur des politiques industrielles mondiales, analyse la nouvelle ère qui s annonce : la fin du pouvoir pyramidal et hiérarchique va laisser place à un pouvoir létal. Les bouleversements vont être immenses dans le business, le commerce, la finance mais aussi dans l éducation, l information et l engagement politique. Dans l alimentation aussi, comme le prouve RucheQuiDitOui.fr. En à peine un an, le site Internet français qui se propose de dynamiser les circuits de distribution courts a réussi à créer plus de 500 ruches, qui sont alimentées par producteurs fermiers locaux et proposent produits référencés. Ainsi, chaque semaine, les membres peuvent acheter des légumes, de la viande, des laitages, du pain, du miel ou des fleurs produits dans un rayon de 250 km. Le tout avec un respect des fruits et légumes de saison (pas de fraises pendant l hiver ), veillant à ce que le producteur limite au maximum les dépenses d énergie et l utilisation d additifs, et favorisant la transparence totale (les allergènes sont clairement indiqués, les animaux sont bien traités, en cas de produits à problèmes il y a un remplacement lors de la distribution suivante et au moins une fois par an les agriculteurs ouvrent les portes de leur ferme aux acheteurs). Ce business model qui permet aux agriculteurs d accéder au marché local de consommateurs a bien évidemment des effets positifs pour ces derniers : traçabilité garantie, un acte d achat qui se transforme en un échange agréable avec le producteur (qui est présent lors des distributions) et les autres membres, avis pris en compte et liberté du choix. Mais les conséquences sont également positives pour la société en général. Les économies d énergie et de transport sont évidentes ; les effets à long terme pour la santé publique, forcément positifs, encore impossibles à mesurer ; enfin, pour les responsables des ruches, c est un complément de 4 à 500 euros de revenu mensuel. Dans les circuits classiques, où le gaspillage atteint 50 %, les marges pratiquées sont de 40 %. Dans le cas de La Ruche qui dit Oui! la règle est de 15,8 % à partager entre les responsables de la ruche et la Ruche centrale. Les producteurs gagnent plus et les consommateurs paient moins. Désormais, la troisième révolution industrielle est à portée de votre assiette. En à peine un an, le site Internet français qui se propose de dynamiser les circuits de distribution courts a réussi à créer plus de 500 ruches, qui sont alimentées par producteurs fermiers locaux et proposent produits référencés. Sur une longue période, il est prouvé que le capital-investissement est plus rentable que la Bourse. Bien davantage que l assurance vie mais ces investissements réclament une expertise certaine : évaluer un taux de rendement n est pas à la portée des particuliers. Louis Godron, président de l Afic PATRICK ARNOUX L alarme a été sonnée il y a quelques jours, lorsque l Afic (Association française des investisseurs pour la croissance) a fait ses comptes pour le premier semestre de cette année. Mauvais : Les capitaux levés s élèvent à 1,8 milliard, soit seulement 28 % du montant total collecté sur l ensemble de l année 2011 (6,5 Mds ). Durant la période, les montants investis dans les entreprises ont reculé de 42,5 %. Sale temps donc pour les gestionnaires de fonds de private equity, touchés dans leur partie la plus vulnérable : la caisse. Les investisseurs banquiers et assureurs - boudent leur manne à ces fonds qui, par ailleurs, ont de plus en plus de mal à sortir des entreprises qu ils accompagnent. La Bourse n est pas au rendez-vous et les industriels sont des plus attentistes. Certes nous avons des dossiers mais il faut bien se rendre compte qu actuellement, l Europe est tricarde auprès des investisseurs du monde entier. Lorsque nous présentons un dossier à un comité d investissement non européen, le facteur risque souvent les tétanise. Il faut alors faire un rude travail de persuasion pour les convaincre de la pertinence de ce placement. Mais je suis optimiste pour le moyen terme, nous allons retrouver des marges de manœuvre. En attendant, les banques ont quasiment totalement disparu de nos écrans radar. Bref, leurs allocations ont été pratiquement divisées par 5, sans doute en raison de la mécanique réglementaire qui est mise en place. Même si j ai vraiment le sentiment que le private equity demeure une source de rendement car ces entreprises, au niveau mondial, créent chaque année 40 milliards de dollars de valeur,détaille Jérôme Chevalier, président de Quilvest Ventures. Comme nombre de ses 270 confrères réunis au sein de l Afic, les family offices conseils en placement des grandes familles ont pris le relais des investisseurs défaillants. D ailleurs, hors entités du secteur public, les personnes physiques sont les premiers souscripteurs du capital-investissement en France,souligne une étude de cette association. equity qui fait craindre pour sa performance, la recherche de performance par les investisseurs primaires alors que le Private Equity présente actuellement des TRI un peu décevants (problème de sortie des cibles, baisse des effets de levier, mur de la dette), l importance de la poudre sèche : fonds levés non encore remboursés, le risque de liquidité (relatif à la revente des cibles par les fonds) s est avéré bien plus fort que prévu, les doutes sur les capacités des fonds à créer de la valeur dans des deals où les sociétés ne connaissent pas de forte croissance et où les leviers sont réduits. Parmi tous les domaines du capital-investissement, l un des plus importants, celui des LBO, dédié aux transmissions, connaît le plus rude recul en nombre d opérations et en montants investis: sur le seul premier semestre: 132 opérations vs 171 et1 milliard d euros d investissements contre plus du double - 2,4 milliards pour la même période de Les exigences très sélectives des banques ne sont pas étrangères à ce ralentissement, le très modeste capital-risque 227 millions en 2012 fléchit de 28 % seulement contre 40 % pour le capital-développement (895 millions). Le fait que les banques durcissent les conditions de leurs prêts rend certes les montages des LBO plus difficiles mais cela a aussi un impact sur les prix, les entreprises sont moins chères,observe Dominique Gaillard. Sorties problématiques Difficultés dans la collecte de capitaux, mais dans leur recyclage aussi, lorsqu il s agit de sortir après quelques années d accompagnement, les fonds trouvent un marché financier aux abonnés absents et des industriels particulièrement attentistes. C est le réel problème actuel. Pour les fonds il est difficile de revendre les cibles et d obtenir les prix espérés pour dégagerdes TRI importants. Le volume des M&A est en baisse sévère (- 20 % depuis le début de l année) et les valorisations ne sont pas très élevées. Alors qu en théorie on devrait céder massivement des cibles en 2012 et Pour de nombreux deals, une revente aux conditions actuelles du marché ne permettrait même pas de rembourser la dette du montage. Plutôt que de générer un sinistre, on allonge les périodes de détention, ce qui va mécaniquement faire baisser les TRI de cette classe d actifs,estime Philippe Thomas, professeur de finance à ESCP Europe. Seules les acquisitions des industriels animent le marché des M&A mais nous conseillons à toutes les entreprises dans lesquelles nous sommes investis de développer leurs activités dans les pays émergents. Non seulement la croissance y est sensiblement plus forte mais c est l un des points majeurs d intérêt de tous les industriels qui veulent faire des acquisitions, dit Dominique Gaillard. Fiscalité en suspens Le cumul du différentiel entre les levées de fonds de plus en plus timides et les investissements depuis 2009 s élève à 5,7 milliards. Ce qui oblige certains à puiser dans leurs réserves une dizaine de milliards - quand d autres... changent d activité. Parmi les solutions, il en est de circonstantielles. Louis Godron, patron de l Afic, sait aussi se faire lobbyiste : Il faut surtout maintenir le statut des FIP et FCPI dans la loi de finances, en conservant le plafond actuel, ensuite, dédier une faible part de la collecte du livret A au capital-investissement : sur les 350 millions collectés, 120 sont consacrés au logement social il serait nécessaire de consacrer ne serait-ce que 5 % des 230 millions restant au capital-investissement. Ce qui permettrait une irrigation très capillaire des entreprises, plus de d entre elles, voire sont concernées par ces ressources qui se traduisent en emplois. Cela donnerait l oxygène indispensable. Car sur une longue période, il est prouvé que le capital-investissement est plus rentable que la Bourse. Bien davantage que l assurance vie, mais ces investissements réclament une expertise certaine : évaluer un taux de rendement n est pas à la portée des particuliers. C est un métier d autant plus difficile que les fonds sont désormais de plus en plus spécialisés. En crise, le private equity aura donc l opportunité de ces difficultés Des TRI un peu décevants (problème de sortie des cibles, baisse des effets de levier, mur de la dette), l importance de la poudre sèche : fonds levés non encore remboursés, et un risque de liquidité (relatif à la revente des cibles par les fonds) avéré bien plus fort que prévu Levée de fonds incertaines Toutes les réglementations américaines et européeennes imposent de nouvelles contraintes pour les allocations d actifs des banquiers et des assureurs depuis 20 ans. Même si celles de Solvency II sont constamment repoussées à 2014, voire à 2015, les professionnels anticipent ces réglementations qui les contraindront à conserver en fonds propres une part proportionnelle grandissante du capital consacré aux actifs à risque, private equity, actions, etc., observe Dominique Gaillard, directeur général de Axa Private Equity. Nous devons nous tourner vers les fonds de pension américains, les family offices (conseil en placement des grandes familles), les fonds souverains, les fondations universitaires américaines attirées par les rendements du private equity. A noter, l année dernière les investisseurs étrangers étaient plus importants sur le marché français que ceux de l Hexagone. Cela n a pas duré, ils sont en net repli au cours de ce premier semestre. Globalement cette inquiétante chute des levées de fonds a plusieurs causes qu analyse Philippe Thomas, professeur de finances à ESCP Europe : Sans précédent, elle s explique par plusieurs facteurs : l impact de la crise financière sur le monde du private 20 Le nouvel Economiste - n Cahier n 2 - Du 18 au 24 octobre Hebdomadaire

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

Assurance-crédit. Idées reçues & bonnes pratiques

Assurance-crédit. Idées reçues & bonnes pratiques Assurance-crédit Idées reçues & bonnes pratiques Assurance-crédit Idées reçues & bonnes pratiques Acteurs des décisions stratégiques et de la transformation de l entreprise, que pensent les responsables

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME

Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Patrimoine Sélection PME Sigma Gestion lance Patrimoine Sélection PME Dans un contexte économique et financier difficile, les investisseurs doivent plus que jamais s'entourer de professionnels aguerris,

Plus en détail

etre agent immobilier

etre agent immobilier etre agent immobilier sommaire 11 Une profession critiquée mais enviée 13 Les professionnels de l immobilier en France 13 Histoire et géographie de l immobilier français 22 Les agents immobiliers aujourd

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional.

Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional. Communiqué de Presse Février 2014 Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional. Que faire ici et maintenant?

Plus en détail

LEXIQUE MICROFINANCE

LEXIQUE MICROFINANCE Microfinance et Développement Mali - CIDR LEXIQUE MICROFINANCE Actif (membre) Dans une CVECA, un membre actif est un membre ayant effectué au moins une opération de dépôt ou de crédit pendant une période

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Réussir son affiliation Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 1 Comprendre que tout est marketing de rentrer dans le détail, il nous a semblé

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce

Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Les 9 points-clé pour réussir votre activité de ecommerce Ce document vous permettra de vous poser les bonnes questions avant de vous lancer dans une démarche de création d un site ou d une boutique de

Plus en détail

Investissez dans l'immobilier

Investissez dans l'immobilier Investissez dans l'immobilier 1 Investissez dans l'immobilier Visitez : www.immo-topics.fr 2 Investissez dans l'immobilier Sommaire Est-ce que l immobilier est fait pour vous?... 3 Pourquoi vous avez tout

Plus en détail

Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma

Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma Avis de l Académie des technologies sur le financement des start-up de biotechnologies pharma La chaîne du financement des start-up biotech pharma ne fonctionne plus en France car l absence de relais suffisants

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II Hébergements Matériel médical Crèches FIP Fonds d Investissement de Proximité 123Capitalisation II PRéSENTATION D 123CAPITALISATION II DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT / Les parts du FIP 123Capitalisation

Plus en détail

Formation de L Investisseur Français

Formation de L Investisseur Français Formation de L Investisseur Français Module 01 Parties Prenantes www.linvestisseurfrancais.com Vous martelez à longueur de temps et d articles qu investir, c est entreprendre et que pour comprendre l investissement,

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com

10 questions / réponses TLG GROUPE FINANCIER. www.tunisiefactoring.com 10 questions / réponses Le livret du Factoring TLG GROUPE FINANCIER www.tunisiefactoring.com a le plaisir de vous faire parvenir ce livret sur le factoring (ou affacturage) qui reprend, en synthèse, une

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

Prixmmo / l immobilier demande de l information!

Prixmmo / l immobilier demande de l information! Prixmmo / l immobilier demande de l information! Genèse du projet Notre projet est né d une constatation très simple : la plupart des sites spécialisés dans l immobilier ne proposent qu une fourchette

Plus en détail

Point marché hôtellerie

Point marché hôtellerie Point marché hôtellerie Débat animé par Gérard EZAVIN, Président - GE CONSULT SAS, Président - Collège Hôtellerie du CDIF Mercredi 4 décembre 2013 Intervenants : Olivier CARVIN, Président GROUPE MARANATHA

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier SOMMAIRE INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3 PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier TROIS POLES DE COMPETENCES... 5 Innovation Lab Promotion Trade New

Plus en détail

Marc BESNARD Sept. 2012

Marc BESNARD Sept. 2012 Marc BESNARD Sept. 2012 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Le marché de la VOD... 2 1.1. De la consommation illégale à la consommation légale... 2 1.2. Eviter le phénomène de VOD à prix bradé... 2

Plus en détail

Point de vue de l investisseur

Point de vue de l investisseur Financez votre entreprise avec des fonds propres Point de vue de l investisseur Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 septembre 2010 Corporate Finance Intervenant Samuel Babey Directeur Corporate

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Crédit Agricole Toulouse 31. Activités & Résultats de l exercice 2013

Crédit Agricole Toulouse 31. Activités & Résultats de l exercice 2013 Communiqué de presse régional L essentiel Crédit Agricole Toulouse 31 Activités & Résultats de l exercice 2013 Toulouse, le 7 février 2014 Une ETI coopérative de Banque, Assurances et Immobilier qui accompagne

Plus en détail

L Effectuation Démarche entrepreneuriale

L Effectuation Démarche entrepreneuriale L Effectuation Démarche entrepreneuriale Association Internationale Flèche Effectuale 2013/2014 Guillaume Maison D où vient l Effectuation? Issue de la thèse de Saras Sarasvathy en 2001 Sélection de 27

Plus en détail

Vous n avez aucune installation à faire et aucune mise à niveau ne vous complique la vie. Vous allez adorer votre nouveau site.

Vous n avez aucune installation à faire et aucune mise à niveau ne vous complique la vie. Vous allez adorer votre nouveau site. Vous souhaitez obtenir plus de clients? Découvrez comment multiplier vos contacts grâce aux 38 millions d internautes français. Aujourd hui il ne suffit plus d avoir un site internet. Il faut un site avec

Plus en détail

ISATIS Antin FCPI 2014. Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel. Commissaire aux comptes

ISATIS Antin FCPI 2014. Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel. Commissaire aux comptes ISATIS Antin FCPI 2014 Fonds Commun de placement dans l innovation Document à caractère promotionnel Commissaire aux comptes Le capital investissement un enjeu majeur : pour notre économie, l emploi et

Plus en détail

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment?

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? DOSSIER : la culture Cash Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? Avant de chercher financements ou capitaux auprès de banques ou d investisseurs, pourquoi ne pas chercher et

Plus en détail

FORUM D ORIENTATION 2 JUIN 2014 DOSSIER DE PRESSE

FORUM D ORIENTATION 2 JUIN 2014 DOSSIER DE PRESSE FORUM D ORIENTATION 2 JUIN 2014 DOSSIER DE PRESSE POINT D ETAPE Le chemin parcouru depuis la présentation du Master Plan le 25 octobre 2013 Création du club des entrepreneurs de la Troisième révolution

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015

Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015 Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015 Philippe Nieuwbourg www.decideo.fr www.b-eye-network.com 17/11/2008 15 : Temps réel» Fantasme de l intelligence artificielle» Il faut réduire les

Plus en détail

Devenez Codéveloppeur du réseau CIOA

Devenez Codéveloppeur du réseau CIOA Devenez Codéveloppeur du réseau CIOA Rejoignez un réseau dédié à la génération de richesse www.cioa.com «Nous assistons à une 3ème révolution industrielle qui marquera l émergence d un nouveau modèle économique,

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Soirée Finance locale et solidaire 15 novembre 20 h Saint Victor

Soirée Finance locale et solidaire 15 novembre 20 h Saint Victor Soirée Finance locale et solidaire 15 novembre 20 h Saint Victor 50 participants Finansol labellise des produits financiers pour garantir leur coté éthique => garantie que le placement bénéficie à des

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

LES AVANTAGES DU CLOUD

LES AVANTAGES DU CLOUD 1 INTRODUCTION Toutes les entreprises ont un point en commun : la volonté d accroître leurs revenus et leur productivité. Mais beaucoup d entreprises ne profitent pas des ressources à leur disposition

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail

«Un projet, un réseaux, trois solutions de financement participatif»

«Un projet, un réseaux, trois solutions de financement participatif» 11h00-12h00 : Financement participatif «Un projet, un réseaux, trois solutions de financement participatif» Intervenants Pierre-Henri SOLER, Unilend Jean-Christophe LEONARD, My Galoo Michelle SALLERIN,

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

Principe général. Participer au financement de matériel industriel dans les DOM TOM.

Principe général. Participer au financement de matériel industriel dans les DOM TOM. NOTE EXPLICATIVE Principe général Participer au financement de matériel industriel dans les DOM TOM. L état Français, au lieu d allouer une subvention aux entreprises locales a décidé pour plus de réactivité

Plus en détail

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12 Guide Créateur Sommaire Votre Business Plan 3 Les frais relatifs à la création d une entreprise 7 Le choix de votre structure juridique 9 Votre entretien bancaire 12 1 Votre Business Plan Votre Business

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

Présentation du rapport :

Présentation du rapport : Présentation du rapport : LE FINANCEMENT PAR CAPITAL-RISQUE DES ENTREPRISES INNOVANTES EN WALLONIE Prof. Armin Schwienbacher Louvain School of Management (LSM) Université catholique de Louvain Universiteit

Plus en détail

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 01. Bpifrance en bref 02. L offre pour les entreprises innovantes L investissement

Plus en détail

Dossier de Presse. 1ère plateforme internationale de troc de nuits entre particuliers.

Dossier de Presse. 1ère plateforme internationale de troc de nuits entre particuliers. Dossier de Presse 1ère plateforme internationale de troc de nuits entre particuliers. Qu est-ce que le NightSwapping? Le NightSwapping Traduisez «troc de nuits» en français, est une nouvelle façon de voyager.

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Entreprises et plateformes NOUS AVONS EN COMMUN BIEN PLUS QU UN TERRITOIRE

Entreprises et plateformes NOUS AVONS EN COMMUN BIEN PLUS QU UN TERRITOIRE Entreprises et plateformes FRANCE INITIATIVE NOUS AVONS EN COMMUN BIEN PLUS QU UN TERRITOIRE La réussite des entreprises que nous aidons à naître Notre rôle : apporter un coup de pouce financier à ceux

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier SOMMAIRE INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3 PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier TROIS POLES DE COMPETENCES... 5 Innovation Lab Promotion Trade New

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde

SECURIX. Simulation de gestion d entreprise. Univers A Entreprise 4. SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde SIJOBERT Benoît (TIS) GUILLOT Jordan (3I) GUILLOT Clothilde (GEO) LEVEQUE Florian (RICM) SECURIX Simulation de gestion d entreprise Univers A Entreprise 4 Année 2010-2011 Sommaire Introduction - Stratégie

Plus en détail

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle!

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : MISER SUR LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE! Novatrices, les start-up, PME et ETI omettent parfois d établir une stratégie de propriété industrielle.

Plus en détail

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing Irrigation Marketing C est un fait, Internet ne connaît pas la crise! Fort de sa souplesse et des capacités de tracking en temps réel, et offrant un avantage économique reconnu, Internet est aujourd hui

Plus en détail

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION En partenariat avec Objectifs de la réunion Vous donner les éléments pour décider si vous vous lancez dans votre projet

Plus en détail

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant 10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant Oubliez le nombre de visites sur votre boutique en ligne, le nombre de pages vues et même votre positionnement de mots clés sur

Plus en détail

Quel regard portent les investisseurs financiers sur le secteur du Tour Operating? FORUM SETO 10 décembre 2013. Serge Mesguisch

Quel regard portent les investisseurs financiers sur le secteur du Tour Operating? FORUM SETO 10 décembre 2013. Serge Mesguisch ḃpifrance Quel regard portent les investisseurs financiers sur le secteur du Tour Operating? FORUM SETO 10 décembre 2013 Serge Mesguisch 1 Rappel de l action de Bpifrance Investissement dans le secteur

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Synthèse de l étude. Les acheteurs à distance et en ligne en 2010

Synthèse de l étude. Les acheteurs à distance et en ligne en 2010 Synthèse de l étude Les acheteurs à distance et en ligne en 2010 Etude réalisée pour la FEVAD, La Poste, Move, Reed exposition A l occasion de la quatorzième édition du salon VAD e-commerce, le rendezvous

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

75 milliards d euros

75 milliards d euros Info Presse Paris, le 27 janvier 2015 A l occasion du 22 ème Salon des Entrepreneurs de Paris qui se tiendra les 4 & 5 février 2015 au Palais des Congrès de Paris LENDOPOLIS, le CONSEIL SUPERIEUR DE L

Plus en détail

Regards croisés sur l entreprise

Regards croisés sur l entreprise Regards croisés sur l entreprise Quelles perspectives de financement pour les PME depuis la crise? 10 juin 2014 Fiche mémo Eléments de contexte Situation des PME françaises L accès au financement des PME

Plus en détail

Sommaire. o La start-up TripConnexion 1. o Le concept 2. o TripConnexion en bref 4. o Revue de presse 5. o Contacts presse 6

Sommaire. o La start-up TripConnexion 1. o Le concept 2. o TripConnexion en bref 4. o Revue de presse 5. o Contacts presse 6 1 Sommaire o La start-up TripConnexion 1 o Le concept 2 o TripConnexion en bref 4 o Revue de presse 5 o Contacts presse 6 2 Genèse C est au retour d un voyage en Birmanie, où ils ont fait la rencontre

Plus en détail

Chapitre 1 : Les clés pour communiquer avec votre banquier

Chapitre 1 : Les clés pour communiquer avec votre banquier 5 Introduction Les Directeurs de la banque avaient développé les principes suivants au milieu des années 70 : La décision de crédit doit être conditionnée par votre appréciation : d abord et avant tout,

Plus en détail

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion!

Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion! Apprenez comment gagner un revenu avec votre passion Il existe une économie, qu on appelle l immobilier du 21 e siècle, et très peu de gens sont conscient du potentiel ahurissant qu offre cette économie.

Plus en détail

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface

Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Compte-rendu de la réunion organisée par le Bureau Export et le CNV 8 novembre 2006 Les mécanismes d aides et de financement proposés par l Ifcic et Coface Intervenants : Mathieu de Seauve, Directeur Crédit

Plus en détail

Solutions d ingénierie de la performance et du risque

Solutions d ingénierie de la performance et du risque Solutions d ingénierie de la performance et du risque Une expertise de premier ordre au service des investisseurs institutionnels et de leurs gestionnaires COMPRENDRE et expliquer votre performance Vous

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Sommaire 1. Etre prêt pour l aventure 2. Créer ou reprendre? 3. Identifier la cible 4. Structurer votre projet d entreprise 5. Planifier votre

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Sendes SOUISSI Direction des Entreprises Service de Méthodologie d analyse des entreprises Dans le

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE

TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE I- Place et rôles de la fonction financière dans l Entreprise 1- Intérêt de la fonction financière pour les besoins d exploitation et d investissement. La vie

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Augmenter ses marges et fidéliser ses clients grâce à l assurance Colloque Chartis du 16 Novembre 2010 Le 16

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014, +30 %

1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014, +30 % COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JANVIER 2014 LA NOUVELLE DONNE DE L INNOVATION PAR BPIFRANCE : NOUVEAUX MOYENS, NOUVEAUX DISPOSITIFS, NOUVEAUX PRODUITS 1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014,

Plus en détail

Présentation d Helix international

Présentation d Helix international 31 ème Congrès international de l Ordre des Experts Comptable de Tunisie En partenariat avec «Développement économique : modèle et gouvernance de la décentralisation» Sfax, les 17 et 18 septembre 2014

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

Réunion Ambassadeurs Résultats annuels 2014/15 & Plan stratégique Up 2020

Réunion Ambassadeurs Résultats annuels 2014/15 & Plan stratégique Up 2020 Réunion Ambassadeurs Résultats annuels 2014/15 & Plan stratégique Up 2020 A la découverte de Solucom Réunion investisseurs - 3 juin 2015 Intervenants Pascal IMBERT Président du Directoire Patrick HIRIGOYEN

Plus en détail

Comment maximiser le référencement de votre site e-commerce en 15 minutes Tout le monde veut optimiser le référencement de son site.

Comment maximiser le référencement de votre site e-commerce en 15 minutes Tout le monde veut optimiser le référencement de son site. Comment maximiser le référencement de votre site e-commerce en 15 minutes Tout le monde veut optimiser le référencement de son site. C est simple, pas une semaine ne se passe sans qu un nouvel article

Plus en détail