Les courtiers auront de plus en plus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les courtiers auront de plus en plus"

Transcription

1 GÉRARD BÉRUBÉ Au cours de la dernière décennie, les transformations qui ont façonné le réseau de distribution en assurance n ont donné d autre choix que d examiner ce volet du marché et de se questionner sur ses impacts directs et indirects. Analyse de la situation. Comporte Les courtiers auront de plus en plus de difficultés à défendre leur indépendance. Après la montée en puissance du «direct», au tournant de 2000, les grands assureurs sont omniprésents dans ce jeu de repositionnement d une industrie en mutation qui favorise une plus grande intimité entre les manufacturiers et les distributeurs. Mais si le modèle d affaires change, le rôle du courtier ne serait en rien menacé. Les parts de marché résistent. En 2007, les courtiers retenaient 4,2 milliards des 7,4 milliards $ en volume-primes en assurance de dommages récoltés au Québec, contre 3,2 milliards $ pour les assureurs directs. En 2006, cette répartition était respectivement de 4 et de 3 milliards $ sur un volume de 7 milliards $, selon les données fournies par le Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec (RCCAQ). 16 Assurance avril 2009

2 ments mutants DES CHIFFRES QUI PARLENT Vu autrement, les statistiques recueillies par l Autorité des marchés financiers (AMF) indiquent que dans le segment assurance des particuliers, les cabinets de courtage retiennent, bon an mal an, 57 % des volumes de primes, contre 43 % pour les assureurs directs. Les courtiers vont cependant dominer dans le segment assurance des entreprises, avec une part de 89 % du volume-primes de ce créneau contre 11 % pour le direct. «Les parts de marché des courtiers ont augmenté dans le commercial», a commenté le président du conseil du RCCAQ, Mario Lanouette. Ce regroupement compte sur un membership de courtiers cumulant 3 milliards $ en volume-primes. Le président du conseil du RCCAQ insiste sur le rôle conseil du courtier. «Dans l automobile, avec l uniformisation des contrats, la variable-clé est le prix. Mais dans le résidentiel et le commercial, avec la diversification des polices et les différentes options, la fonction conseil, basée sur une identification adéquate des besoins du client, vient faire toute la différence.» Cette valeur ajoutée ne peut qu exercer un pouvoir d attraction certain auprès des manufacturiers. Mario Lanouette pense «aux gros joueurs à courtiers» que sont AXA, ING (maintenant devenu Intact Assurance), Aviva, par opposition aux Assurance avril

3 géants du direct que sont Desjardins, TD Meloche Monnex, Wawanesa ou encore Allstate. Il pointe également en direction du Groupe Promutuel, qui effectue une percée auprès du réseau de courtage. «Au tournant de 2000, le direct a pris beaucoup de place. Mais depuis deux ou «Nous sommes un assureur de proximité. Le courtier, fortement engagé et impliqué en région ou dans son milieu, répond à ce profil.» Ces rapprochements entre assureurs et courtiers «visent à favoriser l écoute, à établir un lien avec le consommateur et à assurer une certaine fidélité INTIMITÉ Ces liens d affaires ou de propriété n ont pas été sans créer un certain malaise dans l industrie. En octobre 2004, l enquête du procureur général de l État de New York, Elliot Spitzer, faisait ressortir des pratiques commerciales douteuses, mettant sur la sellette Marsh and McLennan, alors premier courtier en assurance aux États-Unis. L enquête menée de ce côté-ci par l AMF n a permis d identifier aucun comportement ou geste dolosif. Mais elle a eu pour effet de détecter des lacunes en matière de divulgation des liens d affaires entre les assureurs et les cabinets. Dans la foulée, l AMF n a pas été sans rappeler qu un courtier doit d abord et avant tout servir les intérêts de son client. Que le client attend généralement du courtier indépendant qu il lui procure la meilleure offre d assurance disponible sur le marché en fonction de ses besoins. En 2007, les courtiers retenaient 4,2 milliards des 7,4 milliards $ en volume-primes en assurance de dommages récoltés au Québec, contre 3,2 milliards $ pour les assureurs directs. trois ans, je dirais qu on assiste à un certain retour aux courtiers», a souligné Serge Roy, premier vice-président, Commercialisation et développement des affaires, au Groupe Promutuel. Ce repositionnement s est vérifié au sein du réseau de la mutuelle. «Nous étions hybride. Mais je préciserais que le courtage a pris de nouvelles proportions au sein de notre force de distribution», a nuancé M. Roy, qui établit à 25 % la portion du chiffre d affaires de l institution venant désormais du courtage. «Les deux relations d affaires, avec les agents et avec les courtiers, cohabitent très bien.» Serge Roy aborde également le caractère régional de Promutuel, qui fait de son association avec les courtiers un naturel. du courtier. En direct, tu n as pas ou peu de contact avec le client», a-t-il résumé. Et qu en cas de contestation, il revient au conseiller s affichant indépendant de prouver qu il a agi dans le meilleur intérêt de son client. Des normes de divulgation ont été introduites et imposées aux cabinets de courtage en assurance de dommages inscrits auprès de l AMF. La Chambre de l assurance de dommages rappelle que «les représentants doivent divulguer les liens d affaires entre les assureurs et le cabinet auquel ils sont rattachés». Et ces liens comprennent tant les liens de propriété, les prêts et autres formes de financement que la concentration en volume d affaires. Mais une fois cela fait... Paul Plamondon, courtier d assurance retraité, 18 Assurance avril 2009

4 se souvient de l avènement des directs dans l assurance de dommages. D Allstate, de Bélair et, surtout, de Desjardins qui, avec son réseau de caisses et sa plateforme marketing, a livré une solide concurrence aux courtiers. Le jeu des manufacturiers consistait alors à acheter des clientèles et à innover en matière de développement de relations commerciales. Paul Plamondon pense à cette entente entre AXA et Banque Nationale Assurances, ou à cette autre unissant Aviva aux magasins d alimentation Loblaw. Mais ce que celui qui a été 27 ans en affaires craint le plus, c est l effet de cette intimité sur l indépendance du courtier. «On assiste à des achats de bureaux et de réseaux de courtiers financés par des manufacturiers. L ancien ING, AXA et Aviva veulent grossir. Il devient courant de les voir dans l actionnariat ou de participer financièrement, directement ou La Chambre de l assurance de dommages rappelle que «les représentants doivent divulguer les liens d affaires entre les assureurs et le cabinet auquel ils sont rattachés». Et ces liens comprennent tant les liens de propriété, les prêts et autres formes de financement que la concentration en volume d affaires. indirectement, dans des opérations d achat. Ils peuvent ainsi poser leurs conditions.» Il peut en résulter des transferts en bloc d un volume d affaires, ou encore des jeux de commissions conditionnelles et de surcommissions. «Certes, un courtier ayant besoin de financement peut éprouver des difficultés à convaincre une institution financière. Après tout, c est un business d achalandage qu il exploite. En contrepartie, cela veut dire qu il y a toujours moins de courtiers indépendants», déplore-t-il. PETITS JOUEURS VERSUS LES GRANDS Serge Roy, de son côté, s en inquiète moins. «Les regroupements de cabinets traduisent Assurance avril

5 aussi le fait que les courtiers ou les propriétaires, plus âgés, font face à un problème de relève», souligne-t-il. À ces yeux, le marché québécois est suffisamment morcelé et segmenté qu il est difficile à un gros joueur de dicter ou d imposer les règles. Toujours selon les données de l AMF, dans l assurance des particuliers, dix des quelque 180 assureurs présents au Québec contrôlent 83 % du marché. Dans le segment entreprise, les dix plus importants exercent une mainmise sur 63 % du marché. Mario Lanouette acquiesce : «L assureur ne peut pas obliger ou forcer le courtier», qui sera toujours soumis à ses engagements légaux de bien servir l intérêt du client. S ajoute une autre problématique, plus menaçante pour les petits cabinets : avec ces connivences se manifestant essentiellement entre les manufacturiers et les grands cabinets, qui composent grosso modo 20 % de la force de distribution, «l on dit que les plus petits bureaux sont vulnérables. Or, je ne crains pas le futur. Il y aura toujours de la place pour les petits», a commenté Serge Gosselin, d Assurances S. Gosselin inc. Surtout hors des grands centres. Il admet cependant que la diversification de l offre se restreint. «Avant, je pouvais offrir les produits d une vingtaine de manufacturiers. Aujourd hui, j en ai cinq. Les manufacturiers demandent du volume.» Sabine Labadie, courtier et associée au cabinet AG3L Assurances, peut comprendre l intérêt d un cabinet de vouloir être captif, compte tenu de l apport d argent en jeu et des bonis lors du transfert de volume. Si la tendance au recul du nombre de «Dans l automobile, avec l uniformisation des contrats, la variable-clé est le prix. Mais dans le résidentiel et le commercial, avec la diversification des polices et les différentes options, la fonction conseil, basée sur une identification adéquate des besoins du client, vient faire toute la différence.» Mario Lanouette Président du conseil du RCCAQ courtiers indépendants se vérifie, elle observe toutefois que les plus jeunes de la profession ont tendance à devenir ou à revenir au rôle de courtier. Ils sont attirés par l objectivité, par la qualité de la relation avec la clientèle, par l indépendance et par la liberté, a-t-elle énuméré. «Les directs sont cependant très actifs sur le plan de l accès à la profession. Ils se présentent sur les campus et font miroiter un salaire plus élevé, un fonds de pension, la formation, etc. Il ne fait pas de doute que la profession doit aussi vendre le concept de bureau de courtage auprès d eux», a soutenu Paul Plamondon, qui applaudit au passage une initiative en ce sens du RCCAQ. À ces réalités d une industrie en changement viennent se greffer une vaste offensive du direct dans le segment des entreprises et cette probabilité, toujours bien réelle, de voir les banques obtenir un jour gain de cause dans leur revendication de longue date visant la permission d offrir de l assurance en succursale. «Ils ne sont pas nombreux, parmi mes clients, à vouloir détenir à la fois leurs produits financiers et d assurance au sein d une même institution financière», a illustré Serge Gosselin. L influence d Internet est également une nouvelle donnée. «C est populaire, auprès de la clientèle plus jeune, lorsque les produits sont standardisés», a soutenu Serge Roy. Mais malgré les avantages offerts par ce canal, il reste difficile de conclure la vente sur Internet, ne serait-ce que compte tenu des informations additionnelles dont l assureur a besoin. Et il y a l émotivité. «En assurance habitation, par exemple, la propriété représente une valeur importante pour le client. Il veut être informé, il veut être certain qu il est bien protégé.» Paul Plamondon revient aussi à ces doléances à l endroit de la vente d assurance par les agences de voyage et de garantie de remplacement par les concessionnaires automobiles. «Ces intermédiaires vendent des produits d assurance sans être soumis aux mêmes obligations légales et aux mêmes exigences en matière d encadrement et de formation continue que nous», déplore-t-il. Ce qui lui rappelle que l industrie du courtage tend à se spécialiser, à se développer autour de créneaux ou de risques spécifiques. Et qui dit créneau dit également offre encore plus restreinte regroupée entre moins de manufacturiers, une concentration qui vient encore une fois menacer l indépendance du courtier. 20 Assurance avril 2009

L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU. Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1

L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU. Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1 L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU JEAN-YVES ST-ARNAUD Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1 AGENDA de la présentation Faire le point sur Internet Au-delà des

Plus en détail

Mémoire présenté à. l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à. la distribution de produits. d assurance par les concessionnaires

Mémoire présenté à. l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à. la distribution de produits. d assurance par les concessionnaires Mémoire présenté à l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Septembre 2006 Corporation

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

Dossier Technologies. 16 Assurance

Dossier Technologies. 16 Assurance Pour y voir Qu il soit question de normes, d élaboration d outils de gestion de données ou de vente de produits d assurance en ligne, des interrogations, des inquiétudes, 16 Assurance Elenka Alexandrov

Plus en détail

Description de ia Groupe financier

Description de ia Groupe financier Industrielle Alliance Profil de l entreprise Données au 31 décembre 2014 Description de ia Groupe financier ia Groupe financier est une société d assurance de personnes qui compte quatre grands secteurs

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de l avenir. Ses besoins évoluent. Sa situation financière devient

Plus en détail

Évaluer les besoins en assurance collective

Évaluer les besoins en assurance collective La valeur ajoutée du conseiller auprès des PME par Gérard Bérubé Les produits collectifs se heurtent rapidement à la capacité de payer des participants. Il en résulte des arbitrages constants qui permettent

Plus en détail

S initier aux options... pour ses clients initiés

S initier aux options... pour ses clients initiés Les options sont des outils financiers admissibles à un REER. On les présente également comme étant des instruments de protection et de couverture. Pourtant, le recours aux options dans les portefeuilles

Plus en détail

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques

Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Rapport sur les examens de conformité menés par la CSFO auprès des administrateurs d hypothèques Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de la surveillance

Plus en détail

La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec. Québec, 29 avril 2015

La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec. Québec, 29 avril 2015 La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec Québec, 29 avril 2015 La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec Modérateur: Jean-Pierre Lessard

Plus en détail

SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN

SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Mémoire sur : Les relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial Intact Corporation financière (TSX : IFC) L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial 2 mai 2012 Énoncés prospectifs et mise en garde Certains

Plus en détail

Maintenir notre focus

Maintenir notre focus Maintenir notre focus Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Janvier 2006 La Banque Laurentienne : un bref aperçu Fondée en 1846 3 e plus importante institution

Plus en détail

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER?

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau Les décisions récentes des tribunaux ont clairement démontré qu un avocat ne peut légalement

Plus en détail

Tarification en assurance automobile

Tarification en assurance automobile Tarification en assurance automobile Tarification en assurance automobile Ce rapport a été produit par la Direction des normes et de l assurance-dépôts de l Autorité des marchés financiers. Ce document

Plus en détail

Mémoire présenté à. l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à. l encadrement des contrats de. garanties de remplacement

Mémoire présenté à. l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à. l encadrement des contrats de. garanties de remplacement Mémoire présenté à l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à l encadrement des contrats de garanties de remplacement en assurance automobile Le 28 Janvier 2005 Corporation des assureurs

Plus en détail

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de

Plus en détail

L AMF FIXE DES BALISES EN MATIÈRE DE VENTE D ASSURANCE SUR INTERNET

L AMF FIXE DES BALISES EN MATIÈRE DE VENTE D ASSURANCE SUR INTERNET ARTICLES PROFESSIONNELS PROFESSIONAL ARTICLES Assurances et gestion des risques, Mars-juin 2015, Vol. 82 (1-2) Insurance and risk management, March-June 2015, Vol. 82 (1-2) L AMF FIXE DES BALISES EN MATIÈRE

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015 Portrait du marché hypothécaire québécois www.jlr.ca PORTRAIT DU MARCHÉ HYPOTHÉCAIRE QUÉBÉCOIS Le marché hypothécaire se transforme et l équipe de JLR a décidé de faire le point

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2008 TARIFICATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE

RAPPORT ANNUEL 2008 TARIFICATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE RAPPORT ANNUEL 2008 TARIFICATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE RAPPORT ANNUEL 2008 TARIFICATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE Ce rapport a été produit par la Direction des normes et vigie de l Autorité des marchés

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

trouveront-ils preneurs?

trouveront-ils preneurs? Beaucoup de conseillers prêts à vendre : trouveront-ils preneurs? Pierre Racine Happés par le vieillissement de leurs membres, les conseillers financiers, dont une grande partie est à l orée de la retraite,

Plus en détail

L Industrielle Alliance en un coup d œil Bref historique Envergure de l Industrielle Alliance aujourd hui Notre offre de produits et de services

L Industrielle Alliance en un coup d œil Bref historique Envergure de l Industrielle Alliance aujourd hui Notre offre de produits et de services L'Industrielle Alliance Yvon Charest Président et chef de la direction Industrielle Alliance 1 Ordre du jour L Industrielle Alliance en un coup d œil Bref historique Envergure de l Industrielle Alliance

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Bourse ou immobilier?

Bourse ou immobilier? Bourse ou immobilier? En période de volatilité, vaut-il mieux investir dans la Bourse... ou dans l immobilier? Gérard Bérubé L inquiétude revient hanter la Bourse et la volatilité parfois forte incite

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec

Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Portrait statistique de la population de représentant en épargne collective au Québec Par Alexandre Moïse 1 Marie Hélène Noiseux 2 1-Alexandre Moïse, B.Gest., M.Sc.A., Chercheur à l'université du Québec

Plus en détail

Le positionnement stratégique de la distribution en assurance de dommages

Le positionnement stratégique de la distribution en assurance de dommages Chronique Assurances et gestion des risques 1 La Chaire en assurance L Industrielle-Alliance de l Université Laval est heureuse de céder l espace qui lui est réservé pour cette chronique à M. Denis Gobeille.

Plus en détail

LES PRATIQUES COMMERCIALES DANS LE SECTEUR DU COURTAGE EN ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC

LES PRATIQUES COMMERCIALES DANS LE SECTEUR DU COURTAGE EN ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC LES PRATIQUES COMMERCIALES DANS LE SECTEUR DU COURTAGE EN ASSURANCE DE DOMMAGES AU QUÉBEC Constats à la suite de l analyse des questionnaires envoyés aux cabinets de courtage et aux assureurs en assurance

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

Flanqué d une montagne de documents généalogiques,

Flanqué d une montagne de documents généalogiques, PIERRE RACINE L univers des col PHOTOS : JAMES WAGNER Flanqué d une montagne de documents généalogiques, Jean-Pierre Pépin, propriétaire du Fonds de l Institut généalogique Drouin, pelote ses archives

Plus en détail

Consultation relative à la distribution sans représentant

Consultation relative à la distribution sans représentant Montréal, le 15 mars 2011 PAR COURRIEL : consultation-en-cours@lautorite.qc.ca M e Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS À PROPOS DE MARSH Marsh est un leadeur mondial dans le domaine du courtage d assurances et du conseil en matière de gestion des risques. Nous aidons

Plus en détail

Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke

Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke Le salon des résidents Les 6 & 13 juillet 2012 Sherbrooke Démystifier l industrie financière Par : Martin Roy, BAA, CIM md, Conseiller en gestion de patrimoine Marie-Eve Tanguay, BAA, Associée Principale

Plus en détail

La vente en gros et ses particularités. Introduction au cours de Commercialisation de la mode au gros 571-342-MV

La vente en gros et ses particularités. Introduction au cours de Commercialisation de la mode au gros 571-342-MV La vente en gros et ses particularités Introduction au cours de Commercialisation de la mode au gros 571-342-MV Table des sujets présentés! P.3- Particularités de chaque marché! P.4- Types de marchés!

Plus en détail

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire

Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire Réunion Actionnaires Henri de Castries Président du directoire 16 juin 2006 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent des prévisions qui portent notamment sur des

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

problèmes et solutions...

problèmes et solutions... Julien Arsenault Regard sur la sous-assurance Assurance habitation mythes, Pour plusieurs individus, l achat d une police d assurance habitation peut sembler superflu pour diverses raisons. Que ce soit

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Toronto, ONTARIO (Le 30 juillet 2009) Genworth MI Canada Inc. (TSX : MIC) a présenté aujourd hui des résultats solides

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture.

Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture. Depuis 50 ans, nous vous assurons la meilleure couverture. TABLE DES MATIÈRES NOTRE PHILOSOPHIE NOTRE MISSION NOTRE MÉTIER NOTRE EXPERTISE 02 03 04 05 CONSTRUCTION TRANSPORT ENTREPRISES DE SERVICES COMMERCE

Plus en détail

Commentaires d Assurant Vie du Canada sur le «Document de réflexion et de consultation sur la distribution sans représentant»

Commentaires d Assurant Vie du Canada sur le «Document de réflexion et de consultation sur la distribution sans représentant» Assurant Vie du Canada 5160 Yonge Street, Suite 500 Toronto (Ontario) M2N 7C7 Sans frais : 1-800-561-3232 Téléphone : 416-733-3360 Télécopieur : 416-733-7826 M e Anne Marie Beaudoin Autorité des marchés

Plus en détail

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 16 février 2006 P. 1 Mise en garde - énoncés prospectifs Certains énoncés contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

LES EMPLOYÉS QUI EFFECTUENT DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER

LES EMPLOYÉS QUI EFFECTUENT DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER LES EMPLOYÉS QUI EFFECTUENT DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau Dans certains des numéros précédents d espace Montréal, nous avons étudié les pouvoirs

Plus en détail

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Formation Personne-ressource : Carmen Crépin Vice-présidente

Plus en détail

Axel BARTORELLO Animateur numérique a.bartorello@cbeventoux.com 04 90 63 71 89. CBE Pays du Ventoux Comtat Venaissin

Axel BARTORELLO Animateur numérique a.bartorello@cbeventoux.com 04 90 63 71 89. CBE Pays du Ventoux Comtat Venaissin Axel BARTORELLO Animateur numérique a.bartorello@cbeventoux.com 04 90 63 71 89 CBE Pays du Ventoux Comtat Venaissin 1 La définition CROWD = foule FUNDING = Financement = FINANCEMENT PARTICIPATIF Des petits

Plus en détail

NOTE DE COUVERTURE. Fédération de soccer du Québec

NOTE DE COUVERTURE. Fédération de soccer du Québec NOTE DE COUVERTURE Fédération de soccer du Québec Préparée par : Sébastien Valiquette Courtier en assurance de dommages UNIVESTA Cabinet en assurance de dommages et en services financiers Date : 11 mars

Plus en détail

Les conseillers, des cordonniers au soulier percé?

Les conseillers, des cordonniers au soulier percé? Les conseillers, des cordonniers au soulier percé? 40 %.C est la proportion des 30 000 membres de la Chambre de la sécurité financière qui songeraient à prendre leur retraite d ici 10 ans, révèle un sondage

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions et Assurance de la responsabilité civile générale

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions et Assurance de la responsabilité civile générale Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance contre les erreurs et omissions

Plus en détail

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance.

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance. ÉCONOMIE // Finance INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Courtage de détail en valeurs mobilières au Québec Mars 14 Quatrième trimestre 13 L Enquête sur le courtage de détail en valeurs mobilières au Québec

Plus en détail

Pour plus d information, veuillez communiquer avec le service des relations publiques de Vanguard en composant le 610-669-5002.

Pour plus d information, veuillez communiquer avec le service des relations publiques de Vanguard en composant le 610-669-5002. Pour plus d information, veuillez communiquer avec le service des relations publiques de Vanguard en composant le 610-669-5002. COMMUNIQUÉ DE PRESSE LA DIVERSIFICATION DE SIX FNB VANGUARD D ACTIONS INTERNATIONALES

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance. automobile

Tout connaître. sur l assurance. automobile Tout connaître sur l assurance automobile Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2011 Table des matières Acheter une assurance automobile

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

Contexte. Description de l offre

Contexte. Description de l offre Offre combinée EN GESTION DE PATRIMOINE Protection du rêve de retraite Présentation de l offre Contexte Dans une optique de rapatriement et de développement des affaires, l offre combinée «Protection du

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier SOMMAIRE INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3 PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier TROIS POLES DE COMPETENCES... 5 Innovation Lab Promotion Trade New

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier

INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3. PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier SOMMAIRE INTRODUCTION AU MARKETING DIFFERENTIEL... 3 PRESENTATION DE DIFFERENTIAL MARKETING... 4 Les fondateurs Positionnement Métier TROIS POLES DE COMPETENCES... 5 Innovation Lab Promotion Trade New

Plus en détail

Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable

Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable Mémoire présenté au Ministère des Finances du Québec Dans le cadre de la consultation sur le Rapport sur l application

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers par le Bureau d assurance du Canada Le 20 janvier 2012 Le Bureau

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham

Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

GCT Global Container Terminals Inc.

GCT Global Container Terminals Inc. GCT Global Container Terminals Inc. Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances Consultations prébudgétaires 2011 Le 12 août 2011 RÉSUMÉ La société Global Container Terminals

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 02 11 60 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. SSQ, GROUPE FINANCIER Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le demandeur conteste la décision

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

Consentement à l égard des renseignements sur le client

Consentement à l égard des renseignements sur le client Définitions Les termes importants du présent consentement ont le sens ci-dessous : «autorités» désigne les organismes judiciaires, administratifs, publics ou réglementaires, ainsi que les gouvernements,

Plus en détail

GUIDE DE DISTRIBUTION

GUIDE DE DISTRIBUTION GUIDE DE DISTRIBUTION F.P.Q. N o 5 - Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (Assurance de remplacement) Affilié à : La Capitale assurances générales inc.

Plus en détail

Jamie Golombek Budget fédéral de 2013

Jamie Golombek Budget fédéral de 2013 Le 22 mars 2013 Jamie Golombek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Gestion privée de patrimoine CIBC Jamie.Golombek@cibc.com Le budget fédéral du 21 mars 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Formule de legs et clauses proposées aux fins d utilisation par les avocats et les notaires

Formule de legs et clauses proposées aux fins d utilisation par les avocats et les notaires 1 Description La préparation d un testament est un geste important et l inclusion d une clause de don rédigée en bonne et due forme l est tout autant. À la fois pour que les volontés du testateur s y trouvent

Plus en détail

Évaluation des besoins en formation continue. Cabinets de courtage en assurance de dommages

Évaluation des besoins en formation continue. Cabinets de courtage en assurance de dommages Évaluation des besoins en formation continue Cabinets de courtage en assurance de dommages Le rapport d'étude sur l'évaluation des besoins en formation continue dans les cabinets de courtage en assurance

Plus en détail

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds).

RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec (le Fonds). Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec 08.01.0 Page 1 de 8 DATE DE MISE À JOUR 2015-07-15 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19

Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 Page 1 de 12 Politique de capitalisation du Fonds d assurance automobile du Québec DATE DE MISE À JOUR 2015-03-19 RÉSUMÉ La présente politique définit les caractéristiques de la politique de capitalisation

Plus en détail

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société?

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Le vrai visage de l assurance Qu en est-il vraiment? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010-2 Le vrai visage de l assurance

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS L Autorité des marchés financiers (l «Autorité») souhaite préciser le concept d indication

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 25 septembre 2008 C2008-47 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 5 août

Plus en détail

FICHE A/s de l évolution de l activité de Bancassurance (exercice 2011)

FICHE A/s de l évolution de l activité de Bancassurance (exercice 2011) ROYAUME DU MAROC Direction des assurances et de la prévoyance sociale ------------------- DCIA/BA FICHE A/s de l évolution de l activité de Bancassurance (exercice 2011) ---------------------- L activité

Plus en détail

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER

INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER INFORMATION À COMMUNIQUER EN MATIÈRE DE RÉMUNÉRATION EN APPLICATION DU TROISIÈME PILIER Les renseignements, communiqués dans le présent document, au sujet de La Great-West, compagnie d assurance-vie («la

Plus en détail

Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO

Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO Rapport sur l examen de l assurance titres résidentielle de la CSFO Septembre 2015 Table des matières À propos de la Commission des services financiers de l Ontario... 2 Contexte... 2 Introduction... 2

Plus en détail