Les courtiers auront de plus en plus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les courtiers auront de plus en plus"

Transcription

1 GÉRARD BÉRUBÉ Au cours de la dernière décennie, les transformations qui ont façonné le réseau de distribution en assurance n ont donné d autre choix que d examiner ce volet du marché et de se questionner sur ses impacts directs et indirects. Analyse de la situation. Comporte Les courtiers auront de plus en plus de difficultés à défendre leur indépendance. Après la montée en puissance du «direct», au tournant de 2000, les grands assureurs sont omniprésents dans ce jeu de repositionnement d une industrie en mutation qui favorise une plus grande intimité entre les manufacturiers et les distributeurs. Mais si le modèle d affaires change, le rôle du courtier ne serait en rien menacé. Les parts de marché résistent. En 2007, les courtiers retenaient 4,2 milliards des 7,4 milliards $ en volume-primes en assurance de dommages récoltés au Québec, contre 3,2 milliards $ pour les assureurs directs. En 2006, cette répartition était respectivement de 4 et de 3 milliards $ sur un volume de 7 milliards $, selon les données fournies par le Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec (RCCAQ). 16 Assurance avril 2009

2 ments mutants DES CHIFFRES QUI PARLENT Vu autrement, les statistiques recueillies par l Autorité des marchés financiers (AMF) indiquent que dans le segment assurance des particuliers, les cabinets de courtage retiennent, bon an mal an, 57 % des volumes de primes, contre 43 % pour les assureurs directs. Les courtiers vont cependant dominer dans le segment assurance des entreprises, avec une part de 89 % du volume-primes de ce créneau contre 11 % pour le direct. «Les parts de marché des courtiers ont augmenté dans le commercial», a commenté le président du conseil du RCCAQ, Mario Lanouette. Ce regroupement compte sur un membership de courtiers cumulant 3 milliards $ en volume-primes. Le président du conseil du RCCAQ insiste sur le rôle conseil du courtier. «Dans l automobile, avec l uniformisation des contrats, la variable-clé est le prix. Mais dans le résidentiel et le commercial, avec la diversification des polices et les différentes options, la fonction conseil, basée sur une identification adéquate des besoins du client, vient faire toute la différence.» Cette valeur ajoutée ne peut qu exercer un pouvoir d attraction certain auprès des manufacturiers. Mario Lanouette pense «aux gros joueurs à courtiers» que sont AXA, ING (maintenant devenu Intact Assurance), Aviva, par opposition aux Assurance avril

3 géants du direct que sont Desjardins, TD Meloche Monnex, Wawanesa ou encore Allstate. Il pointe également en direction du Groupe Promutuel, qui effectue une percée auprès du réseau de courtage. «Au tournant de 2000, le direct a pris beaucoup de place. Mais depuis deux ou «Nous sommes un assureur de proximité. Le courtier, fortement engagé et impliqué en région ou dans son milieu, répond à ce profil.» Ces rapprochements entre assureurs et courtiers «visent à favoriser l écoute, à établir un lien avec le consommateur et à assurer une certaine fidélité INTIMITÉ Ces liens d affaires ou de propriété n ont pas été sans créer un certain malaise dans l industrie. En octobre 2004, l enquête du procureur général de l État de New York, Elliot Spitzer, faisait ressortir des pratiques commerciales douteuses, mettant sur la sellette Marsh and McLennan, alors premier courtier en assurance aux États-Unis. L enquête menée de ce côté-ci par l AMF n a permis d identifier aucun comportement ou geste dolosif. Mais elle a eu pour effet de détecter des lacunes en matière de divulgation des liens d affaires entre les assureurs et les cabinets. Dans la foulée, l AMF n a pas été sans rappeler qu un courtier doit d abord et avant tout servir les intérêts de son client. Que le client attend généralement du courtier indépendant qu il lui procure la meilleure offre d assurance disponible sur le marché en fonction de ses besoins. En 2007, les courtiers retenaient 4,2 milliards des 7,4 milliards $ en volume-primes en assurance de dommages récoltés au Québec, contre 3,2 milliards $ pour les assureurs directs. trois ans, je dirais qu on assiste à un certain retour aux courtiers», a souligné Serge Roy, premier vice-président, Commercialisation et développement des affaires, au Groupe Promutuel. Ce repositionnement s est vérifié au sein du réseau de la mutuelle. «Nous étions hybride. Mais je préciserais que le courtage a pris de nouvelles proportions au sein de notre force de distribution», a nuancé M. Roy, qui établit à 25 % la portion du chiffre d affaires de l institution venant désormais du courtage. «Les deux relations d affaires, avec les agents et avec les courtiers, cohabitent très bien.» Serge Roy aborde également le caractère régional de Promutuel, qui fait de son association avec les courtiers un naturel. du courtier. En direct, tu n as pas ou peu de contact avec le client», a-t-il résumé. Et qu en cas de contestation, il revient au conseiller s affichant indépendant de prouver qu il a agi dans le meilleur intérêt de son client. Des normes de divulgation ont été introduites et imposées aux cabinets de courtage en assurance de dommages inscrits auprès de l AMF. La Chambre de l assurance de dommages rappelle que «les représentants doivent divulguer les liens d affaires entre les assureurs et le cabinet auquel ils sont rattachés». Et ces liens comprennent tant les liens de propriété, les prêts et autres formes de financement que la concentration en volume d affaires. Mais une fois cela fait... Paul Plamondon, courtier d assurance retraité, 18 Assurance avril 2009

4 se souvient de l avènement des directs dans l assurance de dommages. D Allstate, de Bélair et, surtout, de Desjardins qui, avec son réseau de caisses et sa plateforme marketing, a livré une solide concurrence aux courtiers. Le jeu des manufacturiers consistait alors à acheter des clientèles et à innover en matière de développement de relations commerciales. Paul Plamondon pense à cette entente entre AXA et Banque Nationale Assurances, ou à cette autre unissant Aviva aux magasins d alimentation Loblaw. Mais ce que celui qui a été 27 ans en affaires craint le plus, c est l effet de cette intimité sur l indépendance du courtier. «On assiste à des achats de bureaux et de réseaux de courtiers financés par des manufacturiers. L ancien ING, AXA et Aviva veulent grossir. Il devient courant de les voir dans l actionnariat ou de participer financièrement, directement ou La Chambre de l assurance de dommages rappelle que «les représentants doivent divulguer les liens d affaires entre les assureurs et le cabinet auquel ils sont rattachés». Et ces liens comprennent tant les liens de propriété, les prêts et autres formes de financement que la concentration en volume d affaires. indirectement, dans des opérations d achat. Ils peuvent ainsi poser leurs conditions.» Il peut en résulter des transferts en bloc d un volume d affaires, ou encore des jeux de commissions conditionnelles et de surcommissions. «Certes, un courtier ayant besoin de financement peut éprouver des difficultés à convaincre une institution financière. Après tout, c est un business d achalandage qu il exploite. En contrepartie, cela veut dire qu il y a toujours moins de courtiers indépendants», déplore-t-il. PETITS JOUEURS VERSUS LES GRANDS Serge Roy, de son côté, s en inquiète moins. «Les regroupements de cabinets traduisent Assurance avril

5 aussi le fait que les courtiers ou les propriétaires, plus âgés, font face à un problème de relève», souligne-t-il. À ces yeux, le marché québécois est suffisamment morcelé et segmenté qu il est difficile à un gros joueur de dicter ou d imposer les règles. Toujours selon les données de l AMF, dans l assurance des particuliers, dix des quelque 180 assureurs présents au Québec contrôlent 83 % du marché. Dans le segment entreprise, les dix plus importants exercent une mainmise sur 63 % du marché. Mario Lanouette acquiesce : «L assureur ne peut pas obliger ou forcer le courtier», qui sera toujours soumis à ses engagements légaux de bien servir l intérêt du client. S ajoute une autre problématique, plus menaçante pour les petits cabinets : avec ces connivences se manifestant essentiellement entre les manufacturiers et les grands cabinets, qui composent grosso modo 20 % de la force de distribution, «l on dit que les plus petits bureaux sont vulnérables. Or, je ne crains pas le futur. Il y aura toujours de la place pour les petits», a commenté Serge Gosselin, d Assurances S. Gosselin inc. Surtout hors des grands centres. Il admet cependant que la diversification de l offre se restreint. «Avant, je pouvais offrir les produits d une vingtaine de manufacturiers. Aujourd hui, j en ai cinq. Les manufacturiers demandent du volume.» Sabine Labadie, courtier et associée au cabinet AG3L Assurances, peut comprendre l intérêt d un cabinet de vouloir être captif, compte tenu de l apport d argent en jeu et des bonis lors du transfert de volume. Si la tendance au recul du nombre de «Dans l automobile, avec l uniformisation des contrats, la variable-clé est le prix. Mais dans le résidentiel et le commercial, avec la diversification des polices et les différentes options, la fonction conseil, basée sur une identification adéquate des besoins du client, vient faire toute la différence.» Mario Lanouette Président du conseil du RCCAQ courtiers indépendants se vérifie, elle observe toutefois que les plus jeunes de la profession ont tendance à devenir ou à revenir au rôle de courtier. Ils sont attirés par l objectivité, par la qualité de la relation avec la clientèle, par l indépendance et par la liberté, a-t-elle énuméré. «Les directs sont cependant très actifs sur le plan de l accès à la profession. Ils se présentent sur les campus et font miroiter un salaire plus élevé, un fonds de pension, la formation, etc. Il ne fait pas de doute que la profession doit aussi vendre le concept de bureau de courtage auprès d eux», a soutenu Paul Plamondon, qui applaudit au passage une initiative en ce sens du RCCAQ. À ces réalités d une industrie en changement viennent se greffer une vaste offensive du direct dans le segment des entreprises et cette probabilité, toujours bien réelle, de voir les banques obtenir un jour gain de cause dans leur revendication de longue date visant la permission d offrir de l assurance en succursale. «Ils ne sont pas nombreux, parmi mes clients, à vouloir détenir à la fois leurs produits financiers et d assurance au sein d une même institution financière», a illustré Serge Gosselin. L influence d Internet est également une nouvelle donnée. «C est populaire, auprès de la clientèle plus jeune, lorsque les produits sont standardisés», a soutenu Serge Roy. Mais malgré les avantages offerts par ce canal, il reste difficile de conclure la vente sur Internet, ne serait-ce que compte tenu des informations additionnelles dont l assureur a besoin. Et il y a l émotivité. «En assurance habitation, par exemple, la propriété représente une valeur importante pour le client. Il veut être informé, il veut être certain qu il est bien protégé.» Paul Plamondon revient aussi à ces doléances à l endroit de la vente d assurance par les agences de voyage et de garantie de remplacement par les concessionnaires automobiles. «Ces intermédiaires vendent des produits d assurance sans être soumis aux mêmes obligations légales et aux mêmes exigences en matière d encadrement et de formation continue que nous», déplore-t-il. Ce qui lui rappelle que l industrie du courtage tend à se spécialiser, à se développer autour de créneaux ou de risques spécifiques. Et qui dit créneau dit également offre encore plus restreinte regroupée entre moins de manufacturiers, une concentration qui vient encore une fois menacer l indépendance du courtier. 20 Assurance avril 2009

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU. Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1

L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU. Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1 L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU JEAN-YVES ST-ARNAUD Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1 AGENDA de la présentation Faire le point sur Internet Au-delà des

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

Votre monde. va-t-il changer?

Votre monde. va-t-il changer? Votre monde va-t-il changer? Ils sont travailleurs indépendants, font partie d un réseau ou œuvrent dans une institution financière. Leur mode de rémunération varie tout autant. Commissions, honoraires

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de l avenir. Ses besoins évoluent. Sa situation financière devient

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

S initier aux options... pour ses clients initiés

S initier aux options... pour ses clients initiés Les options sont des outils financiers admissibles à un REER. On les présente également comme étant des instruments de protection et de couverture. Pourtant, le recours aux options dans les portefeuilles

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT SERVICES FINANCIERS SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT DIDIER BERT COLLABORATION SPÉCIALE Tarik Haned est planificateur financier à la Caisse Desjardins des Versants du mont Royal, à Outremont. Il répond à nos

Plus en détail

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Une fois que vous avez défini les besoins de votre clientèle, il faut que vous sachiez répondre aux solutions convaincantes en adéquation

Plus en détail

Dossier Technologies. 16 Assurance

Dossier Technologies. 16 Assurance Pour y voir Qu il soit question de normes, d élaboration d outils de gestion de données ou de vente de produits d assurance en ligne, des interrogations, des inquiétudes, 16 Assurance Elenka Alexandrov

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société?

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Le vrai visage de l assurance Qu en est-il vraiment? Jean-Denis Roy 9 janvier 2010-2 Le vrai visage de l assurance

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

sur votre crédit Tout connaître et les assurances

sur votre crédit Tout connaître et les assurances sur votre crédit Tout connaître et les assurances Introduction Le principe d équité en assurance de dommages veut que la prime reflète le risque à assurer. Un des critères utilisés par les assureurs de

Plus en détail

Au garage Information aux enseignants

Au garage Information aux enseignants Information aux enseignants 1/5 Ordre de travail Quelle est la structure d un garage automobile moderne? En quoi consiste la mission d un garagiste aujourd hui? Lire les informations sur un garage. Objectif

Plus en détail

L Industrielle Alliance en un coup d œil Bref historique Envergure de l Industrielle Alliance aujourd hui Notre offre de produits et de services

L Industrielle Alliance en un coup d œil Bref historique Envergure de l Industrielle Alliance aujourd hui Notre offre de produits et de services L'Industrielle Alliance Yvon Charest Président et chef de la direction Industrielle Alliance 1 Ordre du jour L Industrielle Alliance en un coup d œil Bref historique Envergure de l Industrielle Alliance

Plus en détail

vos protecteurs MERCURE programme d assurance

vos protecteurs MERCURE programme d assurance MERCURE programme d assurance vos protecteurs Parce que nous croyons que le rôle de l assurance ne se limite pas au règlement des sinistres, nous avons développé le programme d assurance commerciale Mercure,

Plus en détail

Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable

Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable Assurer une plus grande protection du public par une industrie compétente, saine et durable Mémoire présenté au Ministère des Finances du Québec Dans le cadre de la consultation sur le Rapport sur l application

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011 Observatoire des courtiers d assurance Point 0 - Avril 2011 APRIL Courtage Un réseau de 11 sociétés grossistes spécialistes. Une large gamme de plus de 140 produits sur tous les segments de marché et toutes

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

INITIATIVE DE RENOUVELLEMENT DE L AUTHENTIFICATION ÉLECTRONIQUE FOIRE AUX QUESTIONS À L INTENTION DES UTILISATEURS

INITIATIVE DE RENOUVELLEMENT DE L AUTHENTIFICATION ÉLECTRONIQUE FOIRE AUX QUESTIONS À L INTENTION DES UTILISATEURS INITIATIVE DE RENOUVELLEMENT DE L AUTHENTIFICATION ÉLECTRONIQUE FOIRE AUX QUESTIONS À L INTENTION DES UTILISATEURS TABLE DES MATIÈRES avril 2014 Questions générales 1. Pourquoi le gouvernement du Canada

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2008 TARIFICATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE

RAPPORT ANNUEL 2008 TARIFICATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE RAPPORT ANNUEL 2008 TARIFICATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE RAPPORT ANNUEL 2008 TARIFICATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE Ce rapport a été produit par la Direction des normes et vigie de l Autorité des marchés

Plus en détail

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS

AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS AVIS RELATIF À L INDICATION DE CLIENTS EN APPLICATION DE LA LOI SUR LA DISTRIBUTION DE PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS L Autorité des marchés financiers (l «Autorité») souhaite préciser le concept d indication

Plus en détail

OBJET : Consultation relative à la distribution de produits d assurances par les concessionnaires et marchands d automobiles.

OBJET : Consultation relative à la distribution de produits d assurances par les concessionnaires et marchands d automobiles. Montréal, le 5 octobre 2006 Autorité des marchés financiers A/S : Me Anne-Marie Beaudoin 800, Square Victoria C.P. 246, 22 e étage, Tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 OBJET : Consultation relative

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société?

Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Les assureurs et les actuaires sont-ils utiles à la société? Jean-Denis Roy 4 juin 2010 Le vrai visage de l assurance Qu en est-il vraiment? Jean-Denis Roy 4 juin 2010-2 Le vrai visage de l assurance Les

Plus en détail

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER.

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. OBJECTIF DE NOTRE RENCONTRE Je sais à quel point l achat d une propriété est un projet important. Je sais également combien il est capital que

Plus en détail

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS À PROPOS DE MARSH Marsh est un leadeur mondial dans le domaine du courtage d assurances et du conseil en matière de gestion des risques. Nous aidons

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Bulletin d information no 2

Bulletin d information no 2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information no 2 Le 13 décembre 2004 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Le système de

Plus en détail

Mémoire présenté à. l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à. la distribution de produits. d assurance par les concessionnaires

Mémoire présenté à. l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à. la distribution de produits. d assurance par les concessionnaires Mémoire présenté à l Autorité des marchés financiers (AMF) Consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Septembre 2006 Corporation

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

COMMENTAIRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES SUR LE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES RENSEIGNEMENTS À FOURNIR AU CONSOMMATEUR

COMMENTAIRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES SUR LE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES RENSEIGNEMENTS À FOURNIR AU CONSOMMATEUR COMMENTAIRES DE LA CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES SUR LE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LES RENSEIGNEMENTS À FOURNIR AU CONSOMMATEUR Mars 2006 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION......p.3 L INTITULÉ

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

Formule de legs et clauses proposées aux fins d utilisation par les avocats et les notaires

Formule de legs et clauses proposées aux fins d utilisation par les avocats et les notaires 1 Description La préparation d un testament est un geste important et l inclusion d une clause de don rédigée en bonne et due forme l est tout autant. À la fois pour que les volontés du testateur s y trouvent

Plus en détail

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca

Une carrière. à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Une carrière à la hauteur de vos talents. Optez pour une carrière en assurance de dommages Prosdelassurance.ca Explorez toutes les possibilités L ASSURANCE DE DOMMAGES, C EST... Assurance automobile Assurance

Plus en détail

Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance. Les Organisations d encadrement des services d assurance du Canada

Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance. Les Organisations d encadrement des services d assurance du Canada CCRRA Organisations d encadrement des services d assurance du Canada Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité»

La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Reynolds et Reynolds La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Ron Lamb Président, Reynolds et Reynolds La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Lorsque le calme

Plus en détail

Description de ia Groupe financier

Description de ia Groupe financier Industrielle Alliance Profil de l entreprise Données au 31 décembre 2014 Description de ia Groupe financier ia Groupe financier est une société d assurance de personnes qui compte quatre grands secteurs

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION»

COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» COMPTE RENDU DE L ATELIER «LE DEVELOPPEMENT DES ENSEIGNES : STRATEGIE ET POLITIQUE D IMPLANTATION» Comment faire venir des enseignes nationales en préservant la diversité commerciale et artisanale? Participent

Plus en détail

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES Québec, le 12 mai 2009 Seul le texte prononcé fait foi Monsieur le président, madame et messieurs les députés,

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications pour le Web

Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications pour le Web Solution client de Microsoft Étude de cas d une solution client Une société d assurance améliore son service à la clientèle et économise sur ses coûts grâce à un nouvel outil de services d applications

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

Le Mouvement Desjardins:

Le Mouvement Desjardins: Le Mouvement : Coopérer pour créer l avenir Présentation à l occasion du Rendez-vous de l habitation Le 1 er octobre 2012, Laval , de 1900 à aujourd hui 1900-1920 Fondation des premières caisses par Alphonse

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Exemples de textes explicatifs

Exemples de textes explicatifs Exemples de textes explicatifs 1. Lis le texte explicatif suivant et, avec tes camarades, réponds aux questions portant sur les caractéristiques de ce type de texte. Pourquoi il nous faut notre dose quotidienne

Plus en détail

Les services offerts par le courtier collaborateur

Les services offerts par le courtier collaborateur Les services offerts par le courtier collaborateur C est le courtier qui représente l acheteur AOÛT 2014 PM114 LES OBLIGATIONS Au Québec, la loi provinciale impose aux courtiers immobiliers certaines obligations

Plus en détail

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES Conférence présentée dans le cadre du Séminaire sur les titres d emprunt Projet de renforcement de la COSOB (PRCOSOB) Agence canadienne

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Toronto, ONTARIO (Le 30 juillet 2009) Genworth MI Canada Inc. (TSX : MIC) a présenté aujourd hui des résultats solides

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Cardif Lux Vie en bref

Cardif Lux Vie en bref Cardif Lux Vie en bref Compagnie d assurance née de la fusion de deux acteurs historiques au Luxembourg, Cardif Lux International et Fortis Luxembourg Vie. - Depuis le 31 décembre 2011, Cardif Lux Vie

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective Ma ligne de protection de revenu régime d assurance collective Mes assurances salaire 2 Bonjour, je suis Fiche Salaire, et je viens vous entretenir d un sujet capital en matière de sécurité financière,

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES 1. J ai été engagé par une compagnie d assurance pour la représenter dans un recours par subrogation.

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

Contexte. Description de l offre

Contexte. Description de l offre Offre combinée EN GESTION DE PATRIMOINE Protection du rêve de retraite Présentation de l offre Contexte Dans une optique de rapatriement et de développement des affaires, l offre combinée «Protection du

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité

Baromètre des courtiers de proximité Edition 2013 Baromètre des courtiers de proximité Une profession qui ressent la crise mais fait preuve d adaptabilité courtiers restent optimistes malgré la crise Diriez-vous que la profession de courtier

Plus en détail

Baromètre Image des Assureurs

Baromètre Image des Assureurs Contacts : Alain RENAUDIN / Frédéric ALBERT Shanghai Paris Toronto Buenos Aires 2005-5 édition www.ifop.com Baromètre Image des Assureurs Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Cette 5ème édition

Plus en détail

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 Le besoin d épargne retraite en France Septembre 2010 EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 A propos d Aviva France Aviva est le 6 e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. un produit en Cloud développé par

MANUEL D UTILISATION. un produit en Cloud développé par MANUEL D UTILISATION un produit en Cloud développé par Copyright NUMHERIT 2014 Manuel d utilisation LOYALYS 2 BIENVENUE SUR LOYALYS SOLUTION WEB DE FIDELISATION ET DE RELATION CLIENT Vous êtes une PME/PMI,

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES La présente directive remplace la directive publiée

Plus en détail

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers COMMENTAIRES du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec présentés à l Autorité des marchés financiers portant sur le document de consultation «Ligne directrice sur les pratiques commerciales

Plus en détail

www.galian.fr Professionnels de l immobilier

www.galian.fr Professionnels de l immobilier www.galian.fr Professionnels de l immobilier La référence des assurances Le partenaire de vos affaires NOS SOLUTIONS vos ENjEUX GALIAN LA RÉFÉRENCE GARANTIES FINANCIÈRES ET ASSURANCES, RÉPONDRE AUX ENjEUX

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant.

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 02 45 Date : Le 22 novembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X -et- Y Demandeurs c. VISA DESJARDINS Entreprise DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Bulletin sur les institutions et services financiers

Bulletin sur les institutions et services financiers Bulletin sur les institutions et services financiers Juin 2002 Création de l Agence nationale d encadrement du secteur financier Sylvie Bourdeau, Montréal Vancouver Toronto Montréal Québec New York Londres

Plus en détail

2016 APERÇU DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL DE L IMMOBILIER

2016 APERÇU DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL DE L IMMOBILIER 2016 APERÇU DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER RÉSIDENTIEL TABLE DES MATIÈRES 3 4 8 Aperçu national QUÉBEC 4 Grand MONTRÉAL 6 VILLE DE QUÉBEC Personnes-ressources Aperçu National En 2015, LES MARCHÉS DE l HABITATION

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change

CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change CARDIF LUX VIE L assureur d un monde qui change cardifluxvie.lu Cardif Lux Vie célèbre ses 20 ans En 2014, Cardif Lux Vie célèbre son 20 ème anniversaire : 20 ans d expertise internationale au service

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014

CMC MARKETS UK PLC CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation. Decembre 2014 CMC MARKETS UK PLC et CMC MARKETS CANADA INC. Document d information sur la relation Decembre 2014 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société autorisée et réglementée par la Financial

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités

DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES. Pour vous guider dans un monde de possibilités DÉCOUVREZ NOS FONDS ASTRA PORTEFEUILLES Pour vous guider dans un monde de possibilités Tous les investisseurs connaissent l importance de bien choisir leurs placements en fonction de leurs objectifs d

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit

Crédit immobilier. > Bilan d activité 2012 : une excellente année malgré un contexte économique difficile > Perspectives 2013 > À propos de ACE crédit Crédit immobilier BAROMETRE DES TAUX DU MOIS DE MARS 2013 EVOLUTION DES TAUX DEPUIS 10 ANS LE PORTRAIT-ROBOT DE L EMPRUNTEUR EN ILE-DE-FRANCE ET EN PROVINCE QUELLES PERSPECTIVES POUR LES MOIS A VENIR?

Plus en détail