RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010"

Transcription

1 1 RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 Les consultations Régionales sur la Réactualisation de la stratégie de la Banque Mondiale pour l Afrique, tenue ce 15 juillet 2010 à Kinshasa, ont regroupé une quarantaine de membres, issus du gouvernement de la République, du Parlement, des Universités, des groupes de réflexion, des partenaires au développement et organismes internationaux, du secteur privé, de la société civile ainsi que des médias. Les participants susmentionnés ont rapporté les points des vues de leurs institutions ou organisations respectives sur les grands défis de développement auxquels est confrontée la République Démocratique du Congo et le rôle prioritaire que la Banque Mondiale devra jouer par rapport à ceux-ci dans les prochaines années. C est Marie Françoise Marie-Nelly, la Directrice des opérations de la Banque Mondiale pour la RDC qui a ouvert les consultations avec un mot de bienvenue, suivi de Monsieur Dieudonné Manu Essimbo qui a par la suite assuré la facilitation et la modération de tout le débat. L assistance a ensuite suivi l exposé préenregistré sur l approche d une stratégie pour l Afrique de Monsieur Shantayanan Devarajan, Economiste en chef de la Banque Mondiale, Région Afrique. C est sur la base de ces interventions et des documents y relatifs dont disposaient déjà les participants, que la parole leur a été donnée pour exprimer leurs points de vue. Ces derniers se sont exprimés librement et sans complaisance. Les grands défis relevés par les participants lors des discussions ont été considérés par eux comme les priorités qui devront conduire les actions de la Banque mondiale, avec l ultime objectif de tirer la croissance économique de la RDC et de réduire la pauvreté de ses populations.

2 2 Défis & Recommandations 1. Le tout premier défi concerne la Bonne Gouvernance. Les personnes consultées ont constaté que les principes de la bonne gouvernance qui impliquent la transparence, la redevabilité, le leadership politique, la lutte contre la corruption, l instauration d un Etat de droit, etc. sont toujours fragiles en RDC, à telle enseigne que même l investissement de la Banque Mondiale en est affecté. Par conséquent, si cette dernière veut réellement réduire la pauvreté en RDC, elle devra appliquer les recommandations ci-après : - Promouvoir les efforts de paix, préalables à tout développement économique durable ; - Assurer la bonne gouvernance de ses interventions, en réduisant le pouvoir arbitraire de l Etat et travailler plus avec les associations communautaires, les PME (petites et moyennes entreprises), la société civile et le secteur public-privé ; - Se méfier des fois de l institutionnel et orienter ses interventions vers secteur privé ; - Privilégier l expertise locale dans ses actions ; - Privilégier l aide aux bénéficiaires plutôt qu aux experts qui engloutissent des faramineuses sommes allouées pour leurs voyages, émoluments et frais connexes ; - Ne pas tout embrasser au risque de saupoudrer ses énergies. La Banque devra partager ses interventions avec ses autres partenaires traditionnels pour la bonne gouvernance des projets ; - Appuyer toute initiative de la participation citoyenne dans la définition des politiques de développement ; - Appuyer la création d un cadre de dialogue entre les acteurs de développement, la société civile et les décideurs politiques pour éviter les malentendus qui les opposent ; - Soutenir le processus des reformes. 2. Le deuxième défi a trait à la croissance économique D après les participants, la croissance économique passe par le développement du secteur privé, l amélioration du climat des affaires, la compétitivité des économies africaines, l appui aux PME et aux institutions de

3 3 micro-finances. A ce sujet, les participants ont recommandé à la Banque Mondiale de : - Accorder un soutien renforcé aux PME, qui étaient le moteur de la croissance économique du pays vers les années 60 ; - Aider à l encadrement du secteur informel qui brasse des millions de dollars et emploie un grand nombre de femmes; - Accorder des financements aux petits producteurs, aux paysans de l arrière-pays, qui sont souvent oubliés par le pouvoir public; - Appuyer le secteur productif comme l agriculture; - Financer sur place en RD Congo, la création d industries de transformation qui donneraient une valeur ajoutée aux produits locaux, à travers les PME qui les exporteraient et deviendraient compétitives ; - Accorder des microcrédits aux femmes pour leur compétitivité ; - Appuyer la recherche scientifique en vue de l amélioration de la qualité de la production ; - Appuyer la réinsertion économique des femmes vulnérables, victimes des violences en leur accordant des financements ; - Aider à la création des banques agricoles dans les villes de l arrière-pays et l appui aux coopératives ; - Promouvoir de bons rapports entre les associations patronales et le pouvoir politique dans la réflexion sur les questions de développement ; - Aider à la suppression des barrières tarifaires et tarifaires, y compris dans le cadre des projets intégrateurs de la SADC ; - Organiser des salons internationaux avec les associations patronales pour la promotion de leurs prestations et de leurs produits locaux. 3. Le troisième défi relève du domaine des infrastructures La Banque Mondiale étant déjà très active dans ce secteur, elle devra le pérenniser et voir plus loin. En d autres termes, elle devra : - Renforcer ses interventions dans les projets de désenclavement des zones rurales, des routes de desserte agricole, jugées prioritaires par les communautés de base elles-mêmes ; - Développer les voies de communications fluviales très riches en RD Congo, afin de contourner les difficultés d accessibilité sur certaines voies routières à cause de l insécurité ;

4 4 - Financer des projets de création des infrastructures hydro-électriques, des mini-barrages sur les différents rivières et affluents qui inondent le pays au lieu de concentrer ses efforts sur le seul Inga ; - Financer les PME pour la création des unités de production d engrais chimiques, des petits matériels aratoires très utilisés par les paysans ; 4. Le quatrième défi concerne la qualité des institutions publiques Au lieu de créer des agences d exécution des projets et de recourir à l expertise extérieure, la Banque devra : - Renforcer les capacités humaines et techniques des administrations qui peuvent jouer le rôle que jouent actuellement les diverses agences d exécution des projets ; - Appuyer les institutions pérennes plutôt que les agences d exécution des projets, créées en parallèle aux administrations ; - Aider à la création d un Réseau d Etude Nationale ; - Encourager les programmes de formation dans les entreprises. 5. Le cinquième défi concerne l emploi des jeunes Sur le marché de l emploi, il est imposé aux jeunes universitaires certaines conditions d embauche difficiles à remplir, comme celle d avoir une expérience de 5 ans de travail et bien d autres encore. Pour ce faire la Banque Mondiale devra : - Amener le gouvernement Congolais à créer des conditions qui favorisent l absorption des jeunes universitaires sur le marché de travail ; - Promouvoir la formation de courte durée et de spécialisation dans l enseignement technique pour les jeunes ; - Encourager toute initiative d auto-emploi des jeunes par des financements ; - Investir pour la survie des retraités et de leurs familles, constituées essentiellement des jeunes, en accordant à ces retraités un crédit pour l autocréation d un projet agricole ou d élevage à domicile ; - Appuyer les projets à Haute Intensité de Main d œuvre (HIMO), particulièrement dans l agriculture. 6. Le sixième défi a trait à l intégration régionale

5 5 Les participants ont estimé qu il est nécessaire de développer les échanges commerciaux régionaux ainsi que les projets fédérateurs tout en diversifiant les économies. Ainsi donc la Banque devra : - Aider à la suppression des barrières tarifaires et non tarifaires ; - Promouvoir la recherche d un financement des projets communs intéressants plus d un pays, à travers des regroupements régionaux comme la SADC, le NEPAD, pour développer des projets intégrateurs existants. L exemple du barrage d Inga a été cité; - Aider les producteurs africains à se constituer en cartel des producteurs, une force réelle sur les marchés internationaux ; - Aider à la création d une structure nationale de droit de commerce qui protège les intérêts du pays et ses ressources ; - Aider au renforcement de la certification des origines des matières premières. 7. Le septième défi concerne la protection de l environnement et le changement climatique. Il semble être injuste de constater que la RDC, deuxième poumon mondial du puits carbone après l Amazonie, ne soit pas éligible au protocole d accord de Kyoto qui veut que les pays pollueurs payent ceux qui protègent leurs forêts pour le maintien de l équilibre de l écosystème. Les participants voudraient que la Banque Mondiale puisse : - Aider le pays à tirer bénéfice de ses efforts de préservation de la nature et changement climatique ; - Appuyer l idée de rémunérer les pays pour ses efforts; - Utiliser les gains tirés du marché de carbone pour financer les infrastructures ; - Investir dans la lutte contre les érosions qui menacent la plupart des villes congolaises. 8. Le huitième défi concerne la santé

6 6 - Appuyer toutes les initiatives locales de sensibilisation et de prévention dans la lutte contre le VIH/SIDA, la malaria, etc. - Orienter ses interventions auprès des mutuelles de santé, des assurances ; - Orienter ses interventions dans la prise en charge médicale des victimes des conflits armés ; - Renforcer les services d hygiène, d assainissement pour lutter contre les moustiques et autres ; - Appuyer les industries locales des produits pharmaceutiques. 9. Le neuvième défi a trait à la Recherche scientifique - Appuyer la recherche dans le domaine agricole en accordant un financement aux Instituts Nationaux des Recherches Agronomiques. (INRA) - Aider au recours à la diaspora. 10. Le dixième défi a trait à l accès du public y compris la société civile et les médias à l information. - Exiger la publication des informations économiques et financières des projets qu elle finance ; - Appuyer les mécanismes de protection de tous ceux qui œuvrent pour la protection des droits de l homme, y compris les journalistes ; - Mettre en place un mécanisme d échange pouvant aider à minimiser les risques liés au métier des journalistes et de la société civile ; - Créer un cadre d échange d information entre la société civile et les médias ; - Aider à la conception d une émission radiodiffusée spécialisée de la Banque Mondiale. 11. Le onzième défi concerne la gestion des Ressources Naturelles.

7 7 - Aider le pays au renforcement de la certification des origines des matières premières ; - Aider au renforcement de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles. Pour évaluer la méthodologie et l efficacité des consultations, la représentation de la Banque à Kinshasa a mis à la disposition des participants un questionnaire dont les réponses recoupées accompagnent le présent rapport. Enfin, le facilitateur Mr Manu Essimbo, le rapporteur Mr Willy Bwiti et le point focal de la Banque mondiale pour les consultations de Kinshasa, Mme Emilie A. Mushobekwa, ont travaillé en étroite collaboration et ont exprimé leur satisfaction pour le travail accompli. Ils ont en outre remercié la Banque Mondiale pour la marque de confiance leur accordée dans la conduite de ces importantes consultations. Ainsi fait à Kinshasa, le 15 juillet 2010 Le Rapporteur Willy BWITI MBULUNGU

Honorable Egide-Michel NGOKOSO. Député National

Honorable Egide-Michel NGOKOSO. Député National Evaluation des activités de l AWEPA en République Démocratique du Congo (R.D.C) durant la 1 ère législature de la 3 ième République et contribution à l élaboration de son programme multi-annuel de la 2ième

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Consultations sur la Réactualisation de la Stratégie de la Banque Mondiale en Afrique

Consultations sur la Réactualisation de la Stratégie de la Banque Mondiale en Afrique Banque Mondiale Consultations sur la Réactualisation de la Stratégie de la Banque Mondiale en Afrique Rapport final Bertrand Mafouta (Rapporteur) Centre d Etudes et de Recherche sur les Analyses et Politiques

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Évaluation des activités réalisées dans dans le cadre du PRCHAT

Évaluation des activités réalisées dans dans le cadre du PRCHAT MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DE LA FORMATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA VULGARISATION Évaluation des activités réalisées dans dans le cadre du PRCHAT MADR, le 09 Mars 2014

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE»

Groupe de la Banque africaine de développement. Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Groupe de la Banque africaine de développement The African Development Bank Group Dialogue de l OCDE avec les Non Membres sur «L AIDE POUR LE COMMERCE: DE LA POLITIQUE A LA PRATIQUE» Présentation de Monsieur

Plus en détail

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC république démocratique du congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ANAPI REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE

Plus en détail

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa

Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa Rapport final IGF-AC, edition 2013, Kinshasa L an 2013, le 28 et 29 août, s est tenue dans la salle du Campus Numérique Francophone de Kinshasa, le Forum sur la Gouvernance de l Internet en Afrique Centrale,

Plus en détail

ADRESSE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE AU FORUM ALLEMAGNE-AFRIQUE DU 11 SEPTEMBRE 2014

ADRESSE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE AU FORUM ALLEMAGNE-AFRIQUE DU 11 SEPTEMBRE 2014 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Primature ADRESSE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE AU FORUM ALLEMAGNE-AFRIQUE DU 11 SEPTEMBRE 2014 L AFRIQUE LE CONTINENT DES OPPORTUNITES Kinshasa, le

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

Responsable Ressources Humaines, Finances et Logistique

Responsable Ressources Humaines, Finances et Logistique Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION Central African Backbone Communication Infrastructure and Technology CAB CIT Congo Projet N IDA 49740 CG

Plus en détail

FORUM DEVELOPPEMENT DURABLE & RSE LES 19 ET 20 JUIN 2014 Hôtel Memling - Kinshasa

FORUM DEVELOPPEMENT DURABLE & RSE LES 19 ET 20 JUIN 2014 Hôtel Memling - Kinshasa La Chambre du Commerce, de l Industrie et des Métiers la CCIM- RDC Le Ministère de l économie et du commerce de la RD Congo Organisent la Première édition en République Démocratique du Congo du FORUM DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Termes de références :

Termes de références : Benin Environment and Education Society BEES NGO www.bees-ong.org bees@hotmail.fr 03 BP 779 Jéricho, Cotonou Bénin, Tel: (229) 68 487 909; (229) 97 167 835; Termes de références : Recrutement de consultants

Plus en détail

Allocution de SEM Jean Ping

Allocution de SEM Jean Ping AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Allocution de SEM Jean Ping Président de la Commission de l Union africaine à l occasion de La 26 ème Réunion du Comité des Chefs d Etat et de Gouvernement

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO

Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional. Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Forum sur la Gouvernance forestière en Afrique Centrale: Perspectives du marché régional Par Mme Célestine NTSAME-OKWO Représentant Régional de l OIBT pour l Afrique Introduction Généralités sur les 5pays

Plus en détail

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE AFRICAN DEVELOPMENT BANK GROUP IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef et vice-président, Groupe de la Banque africaine de développement

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

Animation du processus de leadership des paysan(ne)s dans le dialogue politique sur l adaptation aux changements climatiques au Sénégal.

Animation du processus de leadership des paysan(ne)s dans le dialogue politique sur l adaptation aux changements climatiques au Sénégal. Colloque international du SIFEE et de l IEPF Evaluation environnementale et Changements climatiques Niamey (NIGER), du 26 au 29 mai 2009 Animation du processus de leadership des paysan(ne)s dans le dialogue

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Par Carlos Rojas-Arbulu, Délégué Commercial Principal (Afrique de l`ouest), Service de Délégués Commerciaux du Canada, Ambassade du Canada, Senegal

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo TERMES DE REFERENCE Pour une étude finale du projet Intégration des messages sur la santé dans les émissions radiophoniques et télévisées avec C-Change, FHI360 Search for Common Ground (Centre Lokole),

Plus en détail

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821

Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de contrat: DCI-NSAPVD/2011/260-821 Termes de Référence de l évaluation externe du projet: «Dialoguer et Participer l Interaction Institutionnalisée entre Acteurs étatiques et non-étatiques» Référence: EuropeAid/129-831/L/ACT/CD Numéro de

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre

Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre Groupe IV : Bonne Gouvernance Modérateur : Mme Cécile KOUAKOU PPMS/Côte d Ivoire Rapporteur : Daouda MAIGA PIDRK/Mali METHODOLOGIE

Plus en détail

Title of presentation

Title of presentation Title of presentation Guy-Robert LUKAMA, Administrateur délégué, Ashanti Goldfields Kilo (AGK),Ituri, République Démocratique du Congo Le projet Mongbwalu, un catalyseur d investissement à long terme en

Plus en détail

L atelier a été modéré par M. Jean-Marie Noiraud, avec comme rapporteur M. Armand Asseng Ze.

L atelier a été modéré par M. Jean-Marie Noiraud, avec comme rapporteur M. Armand Asseng Ze. Compte rendu final de l atelier sous-régional d évaluation de l avancement du projet «Renforcement de la sécurité alimentaire en Afrique Centrale à travers la gestion et l utilisation durable des produits

Plus en détail

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE D É C R È T E MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE République de Côte d Ivoire Union- Discipline - Travail ----------------- DÉCRET N 2007-570 DU 10 AOUT 2007 PORTANT ORGANISATION DU MINISTÈRE DE L INTÉGRATION AFRICAINE

Plus en détail

La Banque mondiale et ses interventions. Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011

La Banque mondiale et ses interventions. Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011 La Banque mondiale et ses interventions Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011 Banque mondiale : Généralités Institution financière internationale, ayant

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière d e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière d e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Séminaire sur le partage des bonnes expériences

Plus en détail

Les niveaux de changement d ISF

Les niveaux de changement d ISF Les niveaux de changement d ISF Les défis du développement international sont multidimensionnels. Le pouvoir, l interconnectivité, la géographie, le comportement humain, l économie, et d autres éléments

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Assistants techniques internationaux experts routiers RDC témoignant d un intérêt marqué pour la coopération au développement

Assistants techniques internationaux experts routiers RDC témoignant d un intérêt marqué pour la coopération au développement Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LE PLAN DIRECTEUR CONSENSUEL DES TRANSPORTS EN AFRIQUE CENTRALE (PDCT-AC)...15

SOMMAIRE 1 LE PLAN DIRECTEUR CONSENSUEL DES TRANSPORTS EN AFRIQUE CENTRALE (PDCT-AC)...15 SOMMAIRE 1 LE PLAN DIRECTEUR CONSENSUEL DES TRANSPORTS EN AFRIQUE CENTRALE (PDCT-AC)...15 1.1 LES 31 PROJETS DONT LES FINANCEMENTS SONT PRESSENTIS... 15 1.2 LES 24 PROJETS EN RECHERCHE DE FINANCEMENT...

Plus en détail

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE RESULTATS DE L ATELIER DE VALIDATION DES NOTES D ORIENTATION REGIONALES SUR LES RELATIONS ENTRE LES USA ET L AFRIQUE TENU A ADDIS 21 juillet 2014

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

NOUVELLES DU SECAAR. pour l amélioration des conditions de vie des familles et pour le développement des communautés Chrétiennes

NOUVELLES DU SECAAR. pour l amélioration des conditions de vie des familles et pour le développement des communautés Chrétiennes NOUVELLES DU SECAAR Le salut de Dieu en Jésus-Christ veut rétablir tout l homme et toute la création dans son intégrité 4 ème trimestre 2006 N 136 Editorial: Les petits crédits aux femmes des communautés,

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015

Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015 Appel à Projet unique Contrat de ville intercommunal de Ouest Provence pour 2015 1 1) Le contexte institutionnel : Conformément à la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine promulguée

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

Vers un partenariat fort entre le Canada et l Afrique basé sur le respect et les intérêts mutuels

Vers un partenariat fort entre le Canada et l Afrique basé sur le respect et les intérêts mutuels Vers un partenariat fort entre le Canada et l Afrique basé sur le respect et les intérêts mutuels I) Introduction Le Groupe de Réflexion sur l Afrique (GRA), fondé en 2007 et affilié au Conseil International

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

SEMINAIRE CASCADe. Du 17 au 21 novembre 2008 Cotonou, Bénin Rendez vous à 8h30, le lundi 17 novembre à l Hôtel du Lac, Rue de l'hôtel du Lac, Cotonou

SEMINAIRE CASCADe. Du 17 au 21 novembre 2008 Cotonou, Bénin Rendez vous à 8h30, le lundi 17 novembre à l Hôtel du Lac, Rue de l'hôtel du Lac, Cotonou Objectifs du séminaire SEMINAIRE CASCADe Le séminaire CASCADe de Cotonou a pour objectif principal de consolider l'expertise MDP et Marché Volontaire du Carbone au Bénin. Les objectifs finaux du séminaire

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET

ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET ORGANISATION INTERNATIONALE DES BOIS TROPICAUX OIBT DESCRIPTIF DE PROJET INTITULÉ: NUMÉRO DE SÉRIE: COMITÉ: SOUMIS PAR: LANGUE ORIGINALE: DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE DES BOIS TROPICAUX ET PRODUITS DÉRIVÉS,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2

Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2 Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2 Nous, étudiantes et étudiants du réseau des Écoles associées de l UNESCO du Québec, réunis dans le cadre de la Conférence

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL DES POLITIQUES ET PROCÉDURES DESTINATAIRES : ÉMISE PAR : APPROUVÉE PAR : Le personnel Les médecins, dentistes et pharmaciens Les résidents, stagiaires et étudiants Les chercheurs Les bénévoles Les contractuels Les usagers et visiteurs

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus»

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus» DESCRIPTION DU POSTE Titre du poste Sous les ordres du Responsabilités opérationnelles Site Grade et niveau Salaire mensuel Durée du contrat Coordinateur/coordinatrice des opérations Directeur pays Encadrement

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES ET COORDINATION

MOBILISATION DES RESSOURCES ET COORDINATION REPUBLIQUE DU SENEGAL --------------- Un Peuple, Un But, Une Foi --------------- MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN MOBILISATION DES RESSOURCES ET COORDINATION Besoins de financement global

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES DEFIS LIES A L EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES DANS UN PAYS POST- CONFLIT New- York 1 er au 02 Avril 2015

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES DEFIS LIES A L EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES DANS UN PAYS POST- CONFLIT New- York 1 er au 02 Avril 2015 CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES DEFIS LIES A L EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES DANS UN PAYS POST- CONFLIT New- York 1 er au 02 Avril 2015 PRESENTATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SOCIETE CIVILE CONGOLAISE

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Bureau d Études Siège: 25, Avenue Noguès, Rue n 4 06 B.P. 1409 Abidjan 06 R.C. N CI-ABJ-2007-B-2911 Tél. : (225) 20.32.91.41 Fax : (225) 20.32.91.40

Plus en détail

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises

Carbone Des occasions d'affaires pour les entreprises québécoises PLAN DE COURS FORMATION SUR LE MARCHÉ DU CARBONE POSSIBILITES DE CRÉATION DE CRÉDITS DE GAZ À EFFET DE SERRE Mise en contexte Depuis quelques années, les activités de réduction de gaz à effet de serre

Plus en détail

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance

ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT. Prestations Intellectuelles et de sous-traitance ABIP Eurl CABINET D INGENIEURS CONSEILS & MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL D ENCADREMENT Prestations Intellectuelles et de sous-traitance Accompagnement aux normes Internationales et ISO Formations diverses

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014)

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Réalisé par l Union des Chambres de Commerce d Industrie et d Agriculture de l Union des Comores Avec la Conférence Permanente des Chambres

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT)

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT) Partie I. Décisions du CMPP du 4 avril 2008 Page 1 sur 5 LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE () Quelles sont les missions

Plus en détail

Favoriser le dialogue entre recherche et politiques pour l adaptation au changement climatique en Afrique

Favoriser le dialogue entre recherche et politiques pour l adaptation au changement climatique en Afrique Favoriser le dialogue entre recherche et politiques pour l adaptation au changement climatique en Afrique Annonce de la Conférence Conférence continentale sur la facilitation de décision éclairée et d'élaboration

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014

Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014 Mémorandum de la Mutualité chrétienne pour les élections européennes de 2014 L Europe n est pas un lointain concept. Cela se passe ici et maintenant. Et son impact ne cesse de croître. Si l Europe n a

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

La politique alimentaire populaire

La politique alimentaire populaire La politique alimentaire populaire Diana Bronson Sécurité alimentaire Canada Grand Rassemblement Québec en forme Le 19 mars 2013 Sécurité alimentaire Canada Sécurité Alimentaire Canada est une alliance

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Dette et Aide publique au développement. Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi

Dette et Aide publique au développement. Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi Dette et Aide publique au développement Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi I. La dette Dette RDC = archétype d'une dette odieuse (dette contractée par une élite dictatoriale à son propre profit et qui n'a jamais

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE ACTION INTERNATIONALE Novembre 2009 N 3 Accès aux systèmes et soins de santé primaire Emetteur : DROI p.1/6 ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE Un défi pour améliorer l accès à des services de

Plus en détail

www.katanga-bm.com Jeudi 29 mai au samedi 31 mai 2014 de 9h30 à 17h30 Sur le parvis du Bâtiment du 30 juin à Lubumbashi

www.katanga-bm.com Jeudi 29 mai au samedi 31 mai 2014 de 9h30 à 17h30 Sur le parvis du Bâtiment du 30 juin à Lubumbashi Jeudi 29 mai au samedi 31 mai 2014 de 9h30 à 17h30 Sur le parvis du Bâtiment du 30 juin www.katanga-bm.com Un évènement produit par Musal sarl QUI SOMMES-NOUS? L entreprise Musal SARL, est une agence de

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

Termes de références pour une étude visant une meilleure coopération interuniversitaire dans l espace CEPGL

Termes de références pour une étude visant une meilleure coopération interuniversitaire dans l espace CEPGL Termes de références pour une étude visant une meilleure coopération interuniversitaire dans l espace CEPGL I- Contexte Le Réseau Interuniversitaire des Grands-Lacs (RIGL), bien que de création récente

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S Réforme de la Politique agricole commune M A I N T E N A N T www.verts-ale.eu ou J A M A I S LES VERTS au Parlement européen appellent à: UNE PAC PLUS JUSTE 20% des exploitations agricoles accaparent 80%

Plus en détail

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève EXPERIENCE DU NIGER DANS L ORGANISATION DE LA CONFERENCE OILGASMINE M. Boubacar Nalado IDI Directeur de l étude et de l

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05 2012/05 La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? par Noemie Nyst Analyses & Études Monde et Droits de l Homme 1 Siréas asbl Nos analyses et études,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX 1. OBJET DE LA POLITIQUE Les sociétés canadiennes exercent avec succès leurs activités dans presque tous les secteurs de l industrie et sont

Plus en détail

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO Mars 2014 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных Наций

Plus en détail