LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES"

Transcription

1 LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION Trravaux coorrdonnés parr Olivierr Chabrrol l ((Syndex)) ett Marrtti iall Cozetttte ((CFIIE--consei il)) Syntthèse des ttrravaux Févrri ierr 2012 Agence d objectifs IRES Ce rapport a reçu le soutien financier de l IRES (Institut de recherches économiques et sociales)

2 Résumé Cette étude a pour but d analyser le reporting de responsabilité sociale d entreprise (RSE) publié par quelques grandes entreprises françaises et de poursuivre l examen de certains cas par une enquête de terrain afin de déterminer comment ce reporting est utilisé par les parties prenantes, et plus particulièrement par les sections syndicales implantées dans l entreprise. Le premier volet de cette étude porte sur l analyse documentaire de dix entreprises françaises, cotées ou non, et a été coordonné par l agence CFIE-conseil. La réalisation du second volet, correspondant à l enquête de terrain pour quatre entreprises, a été coordonnée par le cabinet Syndex. Les enseignements principaux de cette étude sont les suivants : la disparité des documents de reporting RSE publiés par les entreprises étudiées rend les comparaisons difficiles. Cette disparité s explique, d une part, par la grande latitude d interprétation laissée par le cadre légal de l article 116 de la loi NRE et, notamment, par l absence d indicateurs précis recommandés par le législateur et, d autre part, par les diverses motivations des entreprises concernant ce type de publication ; la principale motivation exprimée par les dirigeants en ce qui concerne la publication de ces documents n est pas de contribuer à une concertation avec les parties prenantes, mais de répondre aux attentes de la communauté financière et aux agences de notation spécialisées sur les thèmes sociaux, environnementaux et de gouvernance ; les organisations syndicales utilisent encore très peu le reporting RSE. La grande majorité des militants syndicaux n avaient d ailleurs jamais pris connaissance auparavant de ce type d information publiée par leur entreprise ; les enquêtes de terrain effectuées dans quatre entreprises où des sections syndicales utilisent le reporting RSE montrent pourtant que ces documents sont de nature à enrichir le dialogue social, à l ouvrir sur de nouveaux sujets, et à élargir son champ grâce à l implication de nouveaux acteurs (ONG, associations locales, etc.). Pour l heure, la voie préférée des syndicalistes qui utilisent le reporting RSE est son articulation avec les accords-cadres signés entre l entreprise et le mouvement syndical. En conclusion, l étude propose une liste de recommandations à l attention des acteurs pour une meilleure utilisation du reporting RSE. 1

3 Synthèse Les constats et enseignements de cette étude L analyse documentaire porte sur le reporting RSE concernant l exercice 2009 de dix entreprises : Carrefour, Crédit Agricole SA, EDF, Groupama, Lagardère, Legrand, PPR, PSA Peugeot Citroën, Saint-Gobain, Sodexo. Elle met en évidence que les documents publics produits annuellement par les grandes entreprises françaises en matière de reporting RSE sont très disparates, tant par leur contenu que par leur qualité. Si certaines entreprises ont pris des initiatives intéressantes permettant de rendre compte de leur politique et de ses impacts sur certaines dimensions sociales et environnementales, aucune ne publie un reporting qui soit satisfaisant sur l ensemble des champs couverts par la loi NRE. L enquête de terrain concernant l utilisation du reporting RSE de Carrefour, EDF, Legrand et Saint-Gobain a permis de préciser l intérêt et les limites actuels de cet exercice. Les principaux publics ciblés aujourd hui par les directions d entreprise sont les agences de notation et la communauté financière, et les principaux buts recherchés dans l élaboration des rapports de RSE recouvrent avant tout des motivations d image et de maintien de la confiance qu elles peuvent leur inspirer quant à leur évolution à court ou à moyen terme. L usage du reporting comme outil de dialogue, interne ou externe, n a été jusqu à présent qu une plus faible préoccupation. Les entreprises articulent, en particulier, très rarement l élaboration et la diffusion de leur reporting RSE avec un système de concertation élargi aux diverses cultures de toutes les parties prenantes, même si les dirigeants d entreprise semblent avoir, au moins partiellement, intégré l invitation à une plus grande transparence à travers cet instrument. On constate ainsi que, contrairement à l esprit de la loi, les entreprises informent seulement ponctuellement de leur reporting RSE les acteurs de la société civile que sont les organisations syndicales et les ONG. De plus, ces acteurs sont très peu incités par l entreprise à réagir à son sujet, et encore moins à contribuer à son amélioration. Par ailleurs, les documents du reporting RSE ne sont pas, sauf cas rarissimes, adaptés pour ouvrir un débat contradictoire à l occasion d une concertation organisée. Les dilemmes auxquels fait face l entreprise n y sont pratiquement pas exposés ni, a fortiori, les explications des arbitrages opérés par les dirigeants résultant de ces dilemmes. De leur côté, les acteurs de la société qui se préoccupent de questions de long terme et des impacts des activités des entreprises sur les différents champs du développement durable se saisissent très peu du reporting RSE annuel pour construire leur opinion et leurs revendications éventuelles auprès des entreprises. En ce qui concerne les équipes syndicales interrogées, elles ont confirmé qu elles s intéressaient à la politique RSE de leur entreprise ; pour autant, le reporting public de RSE tel qu il est pratiqué aujourd hui n a pas justifié jusqu à présent un réel investissement de leur part pour l utiliser de façon importante dans le dialogue social. Ainsi, parmi les équipes qui ont témoigné, seule l équipe CFDT de Legrand s appuie vraiment sur le reporting RSE de son entreprise pour la 2

4 négociation d un accord d entreprise en cours. Les équipes syndicales d EDF utilisent plutôt le reporting interne dédié au suivi de leur accord-cadre international pour négocier les éléments de la RSE de l entreprise. Les équipes syndicales de Carrefour utilisent ponctuellement le reporting RSE public de l entreprise au sein du comité d entreprise européen, tout comme ceux de Saint-Gobain, pour lesquels ce processus d appropriation syndicale progressive du système de management de la RSE a commencé plus récemment. L étude a finalement mis en évidence la déconnexion qui existe actuellement entre les supports du reporting RSE formel tels qu ils sont proposés par les entreprises et les informations réellement utilisées par les acteurs du dialogue social interne ou par ceux du débat sociétal externe. L évolution du contexte légal Au cours des dernières années, plusieurs évaluations portant sur la mise en œuvre de la loi NRE adoptée en 2001 et proposant des options d avenir à envisager pour lui succéder ont souligné que l obligation de reporting RSE pour les entreprises correspond à une forte aspiration de la société. Ainsi, pour la France, la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement (dite loi «Grenelle 2») a entériné l intérêt d étendre cette obligation à d autres entreprises que les seules sociétés dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé. Dans son article 225, cette loi a proposé des voies pour consolider la fiabilité du reporting RSE au travers d un mécanisme de vérification, et les différents projets de décret incitaient à ce que ce reporting soit soumis au moins systématiquement aux institutions représentatives du personnel. Cependant, au moment de la finalisation de cette étude (février 2012), le décret d application modifiant l article du code de Commerce n est toujours pas paru au journal officiel. En l état actuel du droit (article L du code du Travail), le comité d entreprise peut de toute façon déjà formuler toutes observations sur «la situation économique et sociale» de l entreprise, sur la base des documents qu il est prévu de remettre à l assemblée des actionnaires. La commission européenne a, elle aussi, communiqué en octobre 2011 sur son intention de bientôt légiférer en matière de reporting RSE. Quelques recommandations à l attention des acteurs La sous-utilisation du reporting RSE par les parties prenantes non financières, et en particulier par les organisations syndicales, conduit à proposer un certain nombre de bonnes pratiques que l on trouve insuffisamment mises en œuvre aujourd hui. Appliquées de façon complémentaire par une entreprise, on peut raisonnablement penser qu elles conduiront à une meilleure utilisation de son reporting RSE : À l intention des directions d entreprises : concevoir le système d élaboration du reporting RSE avec des phases récurrentes de concertation et de dialogue avec les parties prenantes ; 3

5 faire apparaître explicitement dans le reporting les attentes formellement exprimées par les parties prenantes concernant la responsabilité sociale et environnementale de l entreprise ; décrire la façon dont l entreprise a traité les dilemmes et les controverses en matière de RSE et qui se rapportent à son activité ; mettre systématiquement en évidence dans le reporting les enjeux qui sont considérés comme «clés» par l entreprise et associer les indicateurs de pilotage qui correspondent au suivi de ces enjeuxclés. Sans toutefois éluder les enjeux de moindre importance dont la mise au second plan devrait, à tout le moins, être justifiée ; faire apparaître clairement les objectifs visés pour chacun de ces indicateurs, avec un commentaire d explication des valeurs retenues par l entreprise pour ses objectifs à court, moyen et à plus long terme. À l intention des organisations syndicales : s assurer que les institutions représentatives du personnel reçoivent une information régulière concernant le reporting RSE de leur entreprise, permettant un échange direct et récurrent avec les dirigeants à ce sujet dans le cadre du dialogue social classique. Cela devrait déjà être le cas pour les entreprises cotées, dans la mesure où, depuis 2001, les conséquences sociales et environnementales de leurs activités doivent être mentionnées dans le rapport de gestion, lui-même transmis au comité d entreprise ; articuler autant que possible les indicateurs de suivi des accords de RSE avec ceux du reporting public, permettant éventuellement d élargir plus facilement le dialogue sur ces indicateurs avec d autres acteurs de la société civile ; former des militants syndicaux à l analyse du reporting RSE, en particulier pour leur permettre de mieux comprendre le management de la RSE par leur entreprise et les enjeux sociaux qu ils soulèvent, et pour leur faciliter la possibilité de devenir des parties prenantes actives de ce système ; revendiquer des moyens humains et budgétaires pour être plus formellement intégrés aux systèmes de management de la RSE en tant que parties prenantes légitimes internes à l entreprise. Notamment au travers de : concertations pour l élaboration et le suivi de certains indicateurs, et à tout le moins certains indicateurs sociaux, droit à l expertise, droit à une expression écrite libre dans le reporting RSE de l entreprise ; demander aux directions les informations locales qui ont servi à la consolidation du reporting RSE et les analyser. Ce reporting local ou régional existe puisqu il est nécessaire à la consolidation. Il n y a pas d obligation légale à ce qu il soit mis en forme pour une publication à un périmètre local, ni à un périmètre de filiale de groupe, mais il peut très bien être utilisé comme support de dialogue social interne à chaque niveau pertinent. 4

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Premiers éléments à partir des sociétés cotées au CAC 40 Marseille - Septembre 2005 1 Présentation générale

Plus en détail

TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE

TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE Nom de la société : Adresse : INFORMATIONS GÉNÉRALES N téléphone : Adresse de messagerie : Etablissement(s) secondaire(s) ou

Plus en détail

LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES

LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION. Agence d objectifs IRES LE REPORTING DE RESPONSABILITE SOCIALE D'ENTREPRISE ET SON UTILISATION Trravaux coorrdonnés parr Olivierr Chabrrol l ((Syndex)) ett Marrtti iall Cozetttte ((CFIIE--consei il)) Rapporrtt inttégrral i l

Plus en détail

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet

SOMMAIRE. 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? 2/ Le contenu du site Internet 3... SOMMAIRE 1/ Pourquoi un site Internet sur le reporting RSE? a. Définition et enjeux du «reporting RSE des entreprises» - Quoi? - Pour qui? - Pourquoi? - Comment? 5... b. Objectifs du site Internet

Plus en détail

Responsabilité de la société-mère en cas de pollution causée par une société liée et transparence en matière environnementale

Responsabilité de la société-mère en cas de pollution causée par une société liée et transparence en matière environnementale Responsabilité de la société-mère en cas de pollution causée par une société liée et transparence en matière environnementale RESUME La loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

La formation professionnelle au crible de la notation sociale

La formation professionnelle au crible de la notation sociale SOPHIE THIERY La formation professionnelle au crible de la notation sociale Par conviction ou par contrainte, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter des codes de conduite, à rendre accessibles

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

CM-CIC Actions ISR. CM-CIC Actions ISR Code de Transparence AFG / FIR / EuroSif. 1. Données générales

CM-CIC Actions ISR. CM-CIC Actions ISR Code de Transparence AFG / FIR / EuroSif. 1. Données générales L Investissement Socialement Responsable est une part essentielle du positionnement stratégique et de la gestion du fonds commun de placement. Présent dans la gestion éthique depuis 1991, CM-CIC Asset

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

La performance responsable au cœur de votre stratégie

La performance responsable au cœur de votre stratégie La performance responsable au cœur de votre stratégie Vigeo Enterprise Vigeo Enterprise est le cabinet d audit et de conseil de Vigeo spécialisé dans la responsabilité sociale des entreprises Vigeo Enterprise

Plus en détail

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique 30 mars 2006 Introduction Le conseil d administration de l ERAFP a décidé,

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

L actualité de la fonction publique. SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012

L actualité de la fonction publique. SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012 L actualité de la fonction publique SDRH/ RH1/ Ecole de la GRH Novembre 2012 L actualité de la Fonction publique 1 L agenda social de la fonction publique : 1.1 De nouvelles orientations, de nouvelles

Plus en détail

L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA

L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA 14 décembre 2011 L IRSN a expertisé le management de la sûreté et de la radioprotection dans le groupe AREVA Le groupe AREVA a transmis à l autorité de sûreté nucléaire (ASN), en janvier 2010, un rapport

Plus en détail

20, Avenue de Ségur 75007 Paris. Paris, 20 février 2009

20, Avenue de Ségur 75007 Paris. Paris, 20 février 2009 Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de l Aménagement du Territoire Bureau de la consommation et de la production 20, Avenue de Ségur 75007 Paris A l attention de Monsieur

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du GT2 du 31 janvier 2014

Compte rendu de la réunion du GT2 du 31 janvier 2014 Alexandra François Pierrick Billan Michel Doucin Compte rendu de la réunion du GT2 du 31 janvier 2014 Michel Capron, animateur, fait un point de situation sur le projet de directive européenne sur le reporting

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - avril 2010. Label Diversité. CONTACT PRESSE Julien Duperray Tel : +33 1 34 96 11 47 julien.duperray@areva.com

DOSSIER DE PRESSE - avril 2010. Label Diversité. CONTACT PRESSE Julien Duperray Tel : +33 1 34 96 11 47 julien.duperray@areva.com DOSSIER DE PRESSE - avril 2010 Label Diversité CONTACT PRESSE Julien Duperray Tel : +33 1 34 96 11 47 julien.duperray@areva.com SOMMAIRE Annonce : AREVA obtient le Label Diversité AREVA, leader en solutions

Plus en détail

Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg

Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg Rapport de Synthèse de l évaluation Extrait de la version finale du 24

Plus en détail

QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS?

QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS? QUELS INDICATEURS POUR MESURER LA PERFORMANCE ESG DES INVESTISSEMENTS? Synthèse de l étude réalisée par Dominique Blanc, Aela Cozic et Aurélie de Barochez, Centre de recherche ISR - Janvier 2013 Mesurer

Plus en détail

LE GROUPE MACIF ET LA RSE

LE GROUPE MACIF ET LA RSE LE GROUPE MACIF ET LA RSE SOMMAIRE Présentation du Groupe MACIF, ses engagements RSE Quelle organisation, quelle prise en compte dans les pratiques internes Quelles réponses aux enjeux RSE dans le cœur

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Auditions du GT2 Le 27 Octobre 2014 de 14h à 17h30

Auditions du GT2 Le 27 Octobre 2014 de 14h à 17h30 Claire Fuentes Auditions du GT2 Le 27 Octobre 2014 de 14h à 17h30 En préambule, il est rappelé que Nicolas Bernier Abad, représentant de la Commission Européenne, a confirmé la publication de la directive

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France Téléphone : +33 (0)1 55 68 68 68 Télécopie : +33 (0)1 55 68 73 00 Site internet : www.kpmg.fr Rapport de l organisme tiers indépendant sur

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Atelier Besoins et attentes des parties intéressées

Atelier Besoins et attentes des parties intéressées Atelier Besoins et attentes des parties intéressées Carine POLEVIAK Dirigeante Christophe EPINAY Directeur achats Besoins et attentes des parties intéressées Définitions structurantes Enjeux liés aux parties

Plus en détail

La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010

La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010 La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010 Sommaire : L engagement actionnarial, définition et pratiques. Les principaux acteurs de l engagement ESG en Europe. Que permet le droit français?

Plus en détail

Benchmark des sites Internet. Epargne salariale et Epargne retraite

Benchmark des sites Internet. Epargne salariale et Epargne retraite Benchmark des sites Internet Epargne salariale et Epargne retraite Présentation des résultats 4 juin 2009 Frank Aubry Hubert Clerbois Alain de Cidrac www.epsineo.com EPSINEO rating PLAN Présentation EPSINEO

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management et organisation de l Université Paris-Dauphine Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Gérer ensemble vos situations économiques complexes et urgences managériales

Gérer ensemble vos situations économiques complexes et urgences managériales Gérer ensemble vos situations économiques complexes et urgences managériales Delville Management LES DATES CLES 2015 2013 180 missions de transition menées à bien Ouverture de la filiale Delville Management

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Les tableaux de bord et leurs indicateurs ont envahi les discours, les systèmes d information et les modes de management : reporting, KPI 1, système

Les tableaux de bord et leurs indicateurs ont envahi les discours, les systèmes d information et les modes de management : reporting, KPI 1, système Introduction Les tableaux de bord et leurs indicateurs ont envahi les discours, les systèmes d information et les modes de management : reporting, KPI 1, système décisionnel Mais de quoi parle-t-on? La

Plus en détail

Compte rendu de la campagne d engagement 2014

Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Compte rendu de la campagne d engagement 2014 Federal Finance Gestion est un acteur engagé de l Investissement Socialement Responsable. Depuis la création

Plus en détail

Guide des évaluateurs des pré-propositions. Appel à projets générique 2015

Guide des évaluateurs des pré-propositions. Appel à projets générique 2015 Guide des évaluateurs des pré-propositions Appel à projets générique 2015 Date limite pour l évaluation des pré-propositions : 16 janvier 2015 Guide des e valuateurs des pre -propositions Appel à projets

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Le reporting extra-financier : État des lieux et perspectives Décembre 2012

Le reporting extra-financier : État des lieux et perspectives Décembre 2012 Le reporting extra-financier : État des lieux et perspectives Décembre 2012 En 2009 et 2010, le Parlement français a adopté deux lois dites «lois de Grenelle», qui rendent obligatoire la production d'un

Plus en détail

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40

Chiffres & textes clés. Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Chiffres & textes clés Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 EMLYON I.F.G.E. - CHIFFRES & TEXTES CLÉS Les administrateurs salariés dans les entreprises du CAC 40 Quelle est l ampleur

Plus en détail

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale

Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale. concernant la Loi sur l équité salariale Présentation à la consultation publique de la Commission de l équité salariale concernant la Loi sur l équité salariale par la Confédération des syndicats nationaux Montréal, le 16 septembre 2002 Présentation

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation Accor a mené la 1 ère empreinte environnementale dans le secteur hôtelier En 2010, suite

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

Depuis 1993 Conseil et formateur d entreprises, dirigeant de MJN CONSEIL.

Depuis 1993 Conseil et formateur d entreprises, dirigeant de MJN CONSEIL. Jacques NAU Né en 1946 Nationalité française Marié, 2 enfants PARCOURS DE FORMATION Ingénieur Civil des Mines de PARIS. DOMAINES D EXPERTISE Exerce le métier de conseil depuis 1993, dans le domaine administratif

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION

REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION REPRESENTATION DES SALARIES AU CONSEIL D ADMINISTRATION SECAFI Diagnostic Stratégie Emploi Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile de France Direction Régionale Ile de

Plus en détail

Huit entreprises cotées se distinguent par leur responsabilité sociale. Sur quoi ont-elles excellé?

Huit entreprises cotées se distinguent par leur responsabilité sociale. Sur quoi ont-elles excellé? COMMUNIQUE DE PRESSE Le 14 Octobre 2 EXTRAITS DES RAPPORTS D ANALYSE DES TOP PERFORMERS VIGEO Le 6 Janvier 2014 Huit entreprises cotées se distinguent par leur responsabilité sociale. Sur quoi ont-elles

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion juridique des contrats d assurance de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Circ.-CFB 04/1 Surveillance des grandes banques Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Sommaire 1 Objet de la circulaire 2 Obligations

Plus en détail

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles

Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles MàJ Février 2008 Analyse des accords Egalité Professionnelle signés dans les entreprises et les branches professionnelles 1. Obligation de négocier sur l égalité professionnelle (loi du 9 mai 2001 renforcée

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

Partenariat / Mécénat. Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises

Partenariat / Mécénat. Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises Partenariat / Mécénat Les incontournables pour réussir vos partenariats entreprises Parties prenantes : kezako? Pouvoirs Publics Conformité, fiscalité réglementation Actionnaires Rentabilité, maîtrise

Plus en détail

La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE)

La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) 4 avril 203 Formation IDSE 2012 10 mai 2012 La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) 12 mars 2015 1 Vivendi est

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

Les comités d entreprise européens et la responsabilité sociale des entreprises dans le secteur européen de l énergie

Les comités d entreprise européens et la responsabilité sociale des entreprises dans le secteur européen de l énergie Les comités d entreprise européens et la responsabilité sociale des entreprises dans le secteur européen de l énergie Thijs Kerckhoffs & Joseph Wilde-Ramsing Mai 2010 Document de synthèse 1 Colophon European

Plus en détail

La responsabilité sociale et environnementale des entreprises françaises en Afrique

La responsabilité sociale et environnementale des entreprises françaises en Afrique Conseil français des investisseurs en Afrique GUIDE PRATIQUE La responsabilité sociale et environnementale des entreprises françaises en Afrique Enjeux, pratiques et recommandations Pierre Jacquemot assisté

Plus en détail

IAS 12 : impôt sur le résultat

IAS 12 : impôt sur le résultat IAS 12 : impôt sur le résultat Applications comptables et gestion fiscale Analyse illustrée par l étude des états financiers des sociétés du CAC 40 Landwell & Associés, PricewaterhouseCoopers 1 Cette étude

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrôle prudentiel des établissements de crédit Bruxelles, le 16 avril 1999 CIRCULAIRE D1 99/2 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET AUX REVISEURS AGREES Madame, Monsieur,

Plus en détail

Comment rendre compte dans les rapports extra-financiers des relations avec les parties prenantes?

Comment rendre compte dans les rapports extra-financiers des relations avec les parties prenantes? Février 2014 Comment rendre compte dans les rapports extra-financiers des relations avec les parties prenantes? Etat des lieux des pratiques des entreprises en France à partir de quelques rapports annuels

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5

METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5 Sommaire METHODE D AUTOEVALUATION 3 PRESENTATION DE L ENTREPRISE 5 I. STRATEGIE ET BUSINESS MODEL 6 I.A. Vision globale du développement durable 6 I.A.1. Vision et Mission 6 I.A.2. Objectifs et stratégie

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

L ISR Investissement. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 ÉPARGNE. Le site pédagogique sur la banque et l argent

L ISR Investissement. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 ÉPARGNE. Le site pédagogique sur la banque et l argent SEPTEMBRE 2012 HORS-SÉRIE ÉPARGNE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent L ISR Investissement Socialement Responsable un placement pour les particuliers

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET PARTICIPATION DES SALARIÉS

MARCHÉS FINANCIERS ET PARTICIPATION DES SALARIÉS MARCHÉS FINANCIERS ET PARTICIPATION DES SALARIÉS Antoine Rebérioux FORUM Université Paris X Nanterre antoine.reberioux@u-paris10.fr 26 novembre 2003 Journée d'études IAE de Paris 1 DÉFINITION DE LA PARTICIPATION

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Méthode d élaboration des guides d affections de longue durée (ALD) à destination des médecins et des listes des actes et prestations

Méthode d élaboration des guides d affections de longue durée (ALD) à destination des médecins et des listes des actes et prestations GUIDE MÉTHODOLOGIQUE Méthode d élaboration des guides d affections de longue durée (ALD) à destination des médecins et des listes des actes et prestations Actualisation Avril 2007 Ce guide est téléchargeable

Plus en détail

DIRECTION DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE

DIRECTION DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Validée par le Comité d audit le 8 janvier 2013 SOMMAIRE 1. ROLE, OBJECTIFS ET POSITIONNEMENT DE LA DIRECTION DE L AUDIT INTERNE... 4 1.1. Définition officielle de l Audit Interne

Plus en détail

Reporting social international : la pratique des entreprises françaises

Reporting social international : la pratique des entreprises françaises Reporting social international : la pratique des entreprises françaises Synthèse des réunions du groupe de travail de l ORSE Etude ORSE n 7 - Octobre 2004 Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

FFFF Echiquier Major : Reporting ISR trimestriel. Au 30 septembre 2011 REPORTING ISR TRIMESTRIEL. Echiquier Major

FFFF Echiquier Major : Reporting ISR trimestriel. Au 30 septembre 2011 REPORTING ISR TRIMESTRIEL. Echiquier Major FFFF Echiquier Major : REPORTING ISR TRIMESTRIEL Reporting ISR trimestriel Echiquier Major Au 30 septembre 2011 Septembre 2015 Z SOMMAIRE 1 SYNTHESE DE LA DEMARCHE EXTRA FINANCIERE DE LA FINANCIERE DE

Plus en détail

Vos interlocuteurs. Edelsen propose d accompagner ses clients sur le chemin de la réussite.

Vos interlocuteurs. Edelsen propose d accompagner ses clients sur le chemin de la réussite. Edelsen propose d accompagner ses clients sur le chemin de la réussite. Les fondateurs d Edelsen ont mis leur expérience au service d une nouvelle conception du rôle de l expert-comptable. Au-delà des

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014

Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Article225: Guide sectoriel CNCC Audition plateforme RSE, 20 février 2014 Jean-Michel Silberstein Délégué Général CNCC Christophe Garot CNCC UNIBAIL-RODAMCO Le CNCC Le CNCC, Conseil National des Centres

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL INDEX 1. INTRODUCTION Page 2 1.1 Base légale 1.2. Objectifs 2. CHAMP D APPLICATION Page 3 3. METHODOLOGIE Page 3 3.1 Contrôle

Plus en détail

Rapport de l AMF sur l information publiée par les sociétés cotées en matière de responsabilité sociale, sociétale et environnementale

Rapport de l AMF sur l information publiée par les sociétés cotées en matière de responsabilité sociale, sociétale et environnementale Rapport de l AMF sur l information publiée par les sociétés cotées en matière de responsabilité sociale, sociétale et environnementale Le 5 novembre 2013 Autorité des marchés financiers 17, place de la

Plus en détail

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB

Droit d un CEE à consultation et assistance d Experts FETBB Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Paris/Ile-de-France Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel

Plus en détail

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion. L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion. L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise Ecole Nationale de Commerce et de Gestion L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise Année universitaire : 2011/2012 1 Introduction..3 Chapitre 1 : Généralités sur le développement

Plus en détail

6. L'IMPACT DES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ET DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX SUR LA SITUA TION FINANCIERE DE L' ENTREPRISE: LE RAPPORT

6. L'IMPACT DES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ET DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX SUR LA SITUA TION FINANCIERE DE L' ENTREPRISE: LE RAPPORT 6. L'IMPACT DES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ET DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX SUR LA SITUA TION FINANCIERE DE L' ENTREPRISE: LE RAPPORT TABLE DES MATIERES Bruno DE KLERCK Reviseur d' entreprises Collaborateur

Plus en détail

Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux?

Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux? Responsabilité Sociétale de l Entreprise Quels Enjeux? Hôtel de Ville Salle des conférences 60 Bd Carnot 78110 Le Vésinet 1 Responsabilité Sociétale de l Entreprise Panorama du sujet : Effet de mode? Enjeux

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

Cabinet d expertise comptable, d audit et de conseil

Cabinet d expertise comptable, d audit et de conseil Cabinet d expertise comptable, d audit et de conseil au service d entreprises marocaines et de filiales d entreprises internationales MTB CONSULTING accompagne des entreprises marocaines et des filiales

Plus en détail

Reporting ISR Situation au 30/06/2015 ALM ETHIS VALEURS

Reporting ISR Situation au 30/06/2015 ALM ETHIS VALEURS Reporting ISR Situation au /6/15 Code ISIN : FR1263764 Le fonds a obtenu le label Novethic 14. Le Label ISR Novethic est attribué aux fonds d Investissement Socialement Responsable (ISR) dont la gestion

Plus en détail

Les outils pour gérer et évaluer la formation

Les outils pour gérer et évaluer la formation Les outils pour gérer et évaluer la formation Identifier Exprimer Sélectionner Destiné aux managers et aux services des Ressources Humaines évaluer réalisé avec le soutien de pour quoi faire? comment ça

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

VEOLIA TRANSDEV ET LE PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Rapport de communication sur le progrès 2011

VEOLIA TRANSDEV ET LE PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Rapport de communication sur le progrès 2011 VEOLIA TRANSDEV ET LE PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Rapport de communication sur le progrès 2011 VEOLIA TRANSDEV, ACTEUR DU GLOBAL COMPACT Le Groupe Veolia Transdev, en cohérence avec les valeurs portées

Plus en détail

Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie

Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie Abdelkrim Hizaoui Introduction : le cadre politique tunisien La Tunisie est une république à régime politique présidentiel, soutenu

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail