Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010)"

Transcription

1 Nouvelles recommandations concernant le suivi des salariés français exposés à l amiante (HAS 2010) J.D. Dewitte, B. Loddé Université de Bretagne Occidentale Jeune Equipe «Ethique, Professionnalisme et Santé»

2 La situation en France UN RAPIDE HISTORIQUE! juillet 11 SMSTO-Rennes

3 1906 : Normandie 1ers cas de fibroses dans des filatures (D. Auribault) 1931 : 1ers cas de mésothéliomes en Angleterre : tableau de maladie professionnelle (silice) 1950 : Tableau de MP en propre 1955 : individualisation du risque de KBP 1996 : interdiction de l amiante 03/07/2011 SMSTO-Rennes

4 La réparation actuelle Maladies professionnelles TRG n 30 et 30 bis

5 Le traitement «social»

6 Des mesures exceptionnelles Décret du 29 mars 1999 : Cessation Anticipée d Activité des Travailleurs de l Amiante (C.A.A.T.A.). Fond d Indemnisation des Victimes de l Amiante ou «FIVA» : Loi du 23 décembre 2000 de financement de la sécurité sociale. Décret n du 23 octobre juillet 11 SMSTO-Rennes

7 Le besoin d assurer une surveillance médicale après la fin de l activité professionnelle LA SURVEILLANCE POST- PROFESSIONNELLE (SPP) juillet 11 SMSTO-Rennes

8 Suivi post professionnel juillet 11 Historique : Art.18 du 17/10/57 du code de S.S. Convention O.I.T.. n 139 n du 24/6/76 àgenève Décret du 4/5/88 => financement par le F.A.S.S. Décret du 26/3/93 => attestation d expositiond Arrêté du 28/2/95 Circulaire CNAM de 1/96 Rappel dans la loi de 1999 SMSTO-Rennes 2011 Contenu : Inactif, retraité,, chômeur Demande à la CPAM attestation d expositiond enquête administrative formulaires de prise en charge => consultations Tous les 2 ans : examen clinique R.P.. standard -face Spirométrie Examens complémentaires mentaires après s accord du médecin m conseil 8

9 Conférence de consensus Paris le 15 janvier 1999 Stratégie de surveillance des personnes exposées à l amiante

10 Les populations 3 secteurs d activité : 1 : fabrication et transformation de matériaux contenant de l amiante 2 : confinement et retrait de l amiante 3 : intervention sur des matériaux ou des appareils susceptibles de libérer des fibres d amiante juillet 11 SMSTO-Rennes

11 Niveaux d exposition Importante : Certaines, élevées, continues (> 1 an) Certaines, élevées, discontinues (> 10 ans) Intermédiaires => secteur 3 ++ Faibles : passives (Ex : travail dans local) juillet 11 SMSTO-Rennes

12 Nouvelles recommandations AUDITION PUBLIQUE JANVIER 2010 HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ juillet 11 SMSTO-Rennes

13 Rapport d orientation : Objectifs informer les personnes concernées sur leurs expositions professionnelles passées, les conséquences possibles de celles-ci sur leur état de santé et le dispositif de surveillance qui leur est proposé; leur proposer un suivi médical adapté leur permettant de connaître leur état de santé; faciliter la reconnaissance des maladies professionnelles et l'accès aux dispositifs de réparation existants; contribuer à l'amélioration des connaissances épidémiologiques sur les expositions à l'amiante et leurs conséquences sanitaires. Pathologies respiratoires uniquement 03/07/2011 SMSTO-Rennes

14 Outils de dépistage juillet 11 SMSTO-Rennes

15 Clinique : pas de spécificité suffisante Interrogatoire : questionnaires Curriculum laboris Tabagisme à quantifier Dyspnée d effort : peu spécifique Toux et expectoration Douleurs thoraciques : Épanchements pleuraux Épaississements pleuraux diffus Râles crépitants (asbestose) Hippocratisme digital : tardif AEG : tardif ++ juillet 11 SMSTO-Rennes

16 explorations fonctionnelles respiratoires : Pas d intérêt en dépistage Asbestose (= pneumopathie interstitielle diffuse) CV Compliance pulmonaire DLCO Hyperventilation Espace mort Désaturation à l effort (6 minutes) Peu d intérêt pour les PP. En cas de maladie associée? Bilan de référence? juillet 11 SMSTO-Rennes

17 Imageries Radiographie thoracique : peu sensible TDM thoracique, X X X Ultrasonographie (échographie), Imagerie par résonance magnétique (IRM) Tomographie à émission de positons (TEP). L objectif est la détection des pathologies bénignes pleurales (plaques pleurales et atteintes de la plèvre viscérale), parenchymateuses (asbestose) et thoraciques malignes (CBP et mésothéliome pleural). juillet 11 SMSTO-Rennes

18 03/07/2011 SMSTO-Rennes

19 Découvertes de nodules pulmonaires Le taux de détection d au moins un nodule pulmonaire a été calculé dans les populations de fumeurs ou exfumeurs et peut atteindre jusqu à 60 % des sujets lorsque l examen TDM thoracique est en coupes millimétriques. Quelle que soit la taille d un nodule, le taux de malignité n est pas nul. Ce taux varie de moins de 1 % pour les nodules de taille inférieure à 4 mm à plus de 30 % pour les nodules de plus de 10 mm selon la littérature. juillet 11 SMSTO-Rennes

20 Toutes les études actuellement en cours, et les seules recommandations qui sont publiées, proposent un suivi minimal avec un nouvel examen TDM thoracique au plus tard effectué à 1 an pour les nodules découverts fortuitement chez un sujet à risque et ce quelle que soit sa taille. Le rythme de surveillance est plus rapproché pour les lésions supérieures à 4 mm. Critères péjoratifs justifiant une prise en charge active : nodules supérieurs ou égaux à 10 mm, augmentation de volume sur deux examens TDM thoraciques consécutifs de surveillance, critères morphologiques : caractère semi-solide du nodule (appelé aussi nodule mixte), apparition ou l augmentation de volume de la zone centrale solide dans un nodule mixte ou non solide (appelé aussi nodule en verre dépoli). juillet 11 SMSTO-Rennes

21 Recommandations

22 03/07/2011 SMSTO-Rennes

23 23 R 12 juillet 11 Il est recommandé de donner à chaque personne concernée une information complète lui permettant de choisir librement en toute connaissance de cause de réaliser ou non les examens qui lui sont proposés. Le sujet devra être informé sur les risques liés à son exposition à l'amiante, les pathologies qu'il est susceptible de développer, les examens qui sont proposés et SMSTO-Rennes 2011 spécifiquement l examen TDM

24 24 R 13 juillet 11 En cas de tabagisme actif, il est recommandé de proposer à chaque personne un sevrage tabagique. SMSTO-Rennes 2011

25 25 R 14 L'examen de référence juillet 11 recommandé pour le diagnostic des pathologies pleuro- pulmonaires non malignes associées à une exposition à l amiante est l examen TDM thoracique. SMSTO-Rennes 2011

26 26 R 15 juillet 11 En l état actuel des connaissances, il n'y a pas de bénéfice médical démontré à effectuer un dépistage par l examen TDM thoracique des pathologies malignes (cancer broncho-pulmonaire [CBP] et mésothéliome) et non malignes (plaques pleurales, asbestose, fibrose de la plèvre viscérale) chez les sujets ayant été exposés à l amiante. Toutefois compte tenu du droit du sujet exposé à l'amiante de connaître son état de santé et de l existence de dispositifs de réparation, un SMSTO-Rennes examen 2011 TDM thoracique est

27 27 R 16 juillet 11 La réalisation d un examen TDM thoracique dans le cadre du SPP ne peut être proposée qu après la délivrance au sujet d une information spécifique sur l examen TDM et portant sur les résultats et bénéfices attendus, et sur les conséquences en termes de morbi- mortalité des explorations diagnostiques invasives qui pourraient découler des résultats SMSTO-Rennes 2011 de l examen TDM thoracique.

28 28 R 17 juillet 11 En l état actuel de nos connaissances, la pratique d épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) ou d une radiographie pulmonaire et les autres examens d imagerie ne sont pas recommandés pour le dépistage SMSTO-Rennes des 2011 affections

29 03/07/2011 SMSTO-Rennes

30 30 R 20 juillet 11 Une visite médicale entre deux examens TDM thoraciques peut être demandée par le patient en cas d apparition de signes cliniques respiratoires intercurrents, avec une prise en charge au titre du SPP. SMSTO-Rennes 2011

31 31 03/07/2011 SMSTO-Rennes 2011

32 32 R 24 juillet 11 Compte tenu des éléments ci-dessus, la réalisation à titre individuel du bilan SPP devra être supervisée ou réalisée par une structure spécialisée de type CCPP travaillant en lien avec les médecins traitants, spécialistes pneumologues et radiologues. Il appartient donc aux structures intervenant dans le SPP d en informer les sujets, conformément SMSTO-Rennes 2011 aux recommandations ci-dessus.

33 33 R 25 juillet 11 Il est recommandé une réévaluation des recommandations précédentes dans un délai maximal de 5 ans, pour tenir compte de l'évolution des connaissances et de l'expérience acquise par leur mise en œuvre. En particulier, ces éléments devront être reconsidérés plus tôt pour le CBP s il est démontré l efficacité d un dépistage de cette affection par les SMSTO-Rennes 2011 essais internationaux en cours.

34 34 03/07/2011 SMSTO-Rennes 2011

AMIANTE. - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles)

AMIANTE. - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles) AMIANTE - à propos d un cas clinique (dans le cadre de l évaluation des pratiques professionnelles) - le point sur les réglementations et recommandations amiante Dr POMMIER de SANTI (Pneumologue) Julien

Plus en détail

Suivi post-professionnel après exposition à l amiante

Suivi post-professionnel après exposition à l amiante AUDITION PUBLIQUE Suivi post-professionnel après exposition à l amiante TEXTE COMPLET Avril 2010 1 Les recommandations et synthèse des recommandations sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE

GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE GUIDE EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE À L AMIANTE Guide de prise en charge et suivi de personnes ayant été scolarisées à proximité du «Comptoir des Minéraux et Matières Premières» à Aulnay-Sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

Plus en détail

Législation française relative aux maladies professionnelles et leur prise en charge par la Société

Législation française relative aux maladies professionnelles et leur prise en charge par la Société Législation française relative aux maladies professionnelles et leur prise en charge par la Société JC PAIRON Service de pneumologie et pathologie professionnelle, CHI Créteil, France INSERM U955, Faculté

Plus en détail

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil

Pathologies respiratoires bénignes b. à l amiante. JC Pairon. Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil Pathologies respiratoires bénignes b liées à l amiante JC Pairon Service de pneumologie et de pathologie professionnelle, CHI Créteil INSERM U955, Faculté de médecine Paris 12, Créteil Les types d amiante

Plus en détail

FICHE D INFORMATION MÉDECIN TRAITANT

FICHE D INFORMATION MÉDECIN TRAITANT FICHE D INFORMATION MÉDECIN TRAITANT Exposition environnementale à l amiante : état des données et conduite à tenir OBJECTIFS Améliorer et promouvoir la prévention et l identification des maladies liées

Plus en détail

Suivi post-professionnel après exposition à l amiante

Suivi post-professionnel après exposition à l amiante A U D I T I O N P U B L I Q U E Suivi post-professionnel après exposition à l amiante Recommandations de la commission d audition Avril 2010 Les recommandations de la commission d audition et les textes

Plus en détail

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante

Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pleuro-pulmonaires liées à l amiante Pathologies pulmonaires Non cancéreuses Asbestose Fibrose pulmonaire Cancéreuses Carcinome broncho-pulmonaire Eric VAN AERDE 2 Pathologies pleurales Non

Plus en détail

Indications pour le dépistage du cancer du poumon

Indications pour le dépistage du cancer du poumon Indications pour le dépistage du cancer du poumon Le cancer du poumon Un bon candidat au dépistage? Prévalence élevée Mortalité élevée Population à risque définie Majorité de forme non resecable au stade

Plus en détail

J. ROUDAIRE, bibliothécaire, Clermont-Ferrand. R. SALAMON, santé publique, Inserm U330, Bordeaux. P. SERRIER, médecin généraliste, Paris.

J. ROUDAIRE, bibliothécaire, Clermont-Ferrand. R. SALAMON, santé publique, Inserm U330, Bordeaux. P. SERRIER, médecin généraliste, Paris. Conférence de consensus : élaboration d une stratégie de surveillance médicale clinique des personnes exposées à l amiante 15 janvier 1999, Paris La Villette Nous publions ici les recommandations du jury,

Plus en détail

Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE

Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction AMIANTE Le rôle cancérigène de l'amiante a été établi au cours des années 1960 chez les populations

Plus en détail

AMIANTE - RISQUES POUR LA SANTÉ Dr Martin Rüegger et Dr Blaise Thorens, Suva, Médecine du travail FIBRE POUVANT PÉNÉTRER DANS LES ALVÉOLES PULMONAIRES: DÉFINITION DE L'OMS Longueur > 5 µm Épaisseur < 3

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

DOSSIER DE SUIVI POST PROFESSIONNEL : CONSTITUTION ET OBJECTIFS POUSUIVIS

DOSSIER DE SUIVI POST PROFESSIONNEL : CONSTITUTION ET OBJECTIFS POUSUIVIS DOSSIER DE SUIVI POST PROFESSIONNEL : CONSTITUTION ET OBJECTIFS POUSUIVIS 1- DIFFICULTES Construire, avec un salarié qui part en retraite, un dossier de suivi post professionnel, est un exercice d équilibriste.

Plus en détail

MESOTHELIOME PLEURAL MALIN

MESOTHELIOME PLEURAL MALIN MESOTHELIOME PLEURAL MALIN Pr Philippe ASTOUL Service d Oncologie Thoracique - Maladies de La Plèvre - Pneumologie Interventionnelle Pôle Cardio-Vasculaire et Thoracique Hôpital Nord Marseille pastoul@ap-hm.fr

Plus en détail

C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur

C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur C BASTIANI, E BONNARD, L MONDOT, T BENZAKEN, D DUCREUX, B PADOVANI CHU de NICE - Hôpital Pasteur POUMON ET TABAC Le tabac est responsable sur le plan pulmonaire de: Pathologies obstructives chroniques

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

1. Evolution des connaissances sur l amiante 2. L impact sur la santé 3. Quels sont les travaux d intervention en SS4? 4. Les situations de travail

1. Evolution des connaissances sur l amiante 2. L impact sur la santé 3. Quels sont les travaux d intervention en SS4? 4. Les situations de travail Groupe Régional Amiante V4- avril 2015 1. Evolution des connaissances sur l amiante 2. L impact sur la santé 3. Quels sont les travaux d intervention en SS4? 4. Les situations de travail concernées 5.

Plus en détail

LA MALADIE PROFESSIONNELLE

LA MALADIE PROFESSIONNELLE LA MALADIE PROFESSIONNELLE Une maladie est dite "professionnelle" si elle est la conséquence directe de l'exposition d'un travailleur à un risque physique, chimique, biologique, ou résulte des conditions

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Dossier Technique Amiante

Dossier Technique Amiante Dossier Technique Amiante Depuis 1998 un DTA (Dostier Technique Amiante) est suivi sur le site. Il est revu tous les trois ans. Il consiste à faire un état des lieux des différentes structures composant

Plus en détail

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA

Service Externe de Prévention et de Protection. GUERET François. Votre Partenaire Professionnel en Prévention ARISTA Service Externe de Prévention et de Protection GUERET François Introduction Pourquoi utiliser des F.M.A.? Auparavant, utilisation d asbeste en raison de qualités : Résistance aux hautes T et agents chimiques.

Plus en détail

Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP

Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP Réunion d information amiante DIRECCTE/CARSAT/DREAL/OPPBTP DIRECCTE Bretagne L actualité réglementaire amiante 3 3 DEFINITIONS Sous-section 3 Dispositions spécifiques aux activités d encapsulage et de

Plus en détail

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 Risque amiante Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés - Département prévention des accidents du travail - Tour Maine Montparnasse

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Où en est-on de la préservation de la santé des marins vis à vis de l amiante?

Où en est-on de la préservation de la santé des marins vis à vis de l amiante? Où en est-on de la préservation de la santé des marins vis à vis de l amiante? Dr Thierry SAUVAGE, Dr Chistophe DUPORT et Dr Gwendoline De FLEURIAN Service de Santé des Gens de Mer de Marseille En 2000,

Plus en détail

N 2090 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE

N 2090 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE N 2090 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 18 novembre 2009. RAPPORT D INFORMATION DÉPOSÉ en application de l

Plus en détail

Le médecin généraliste et les maladies professionnelles

Le médecin généraliste et les maladies professionnelles Le médecin généraliste et les maladies professionnelles DOSSIER DOCUMENTAIRE Décembre 2011 Groupe de travail (Pays de la Loire): - Dr A.Chaslerie médecin conseil ERSM Nantes - Dr J.Chapuis généraliste

Plus en détail

Méthode audition publique

Méthode audition publique Suivi post-professionnel professionnel après s exposition à l amiante Méthode audition publique Repose sur le travail d une d commission d audition d qui rédige r un rapport d orientation d et des recommandations

Plus en détail

Les consultations de pathologies professionnelles et de l environnement d Ile-de-France. Les. chiffres. clés

Les consultations de pathologies professionnelles et de l environnement d Ile-de-France. Les. chiffres. clés de pathologies Les chiffres clés L activité des consultations de pathologies Il existe 6 consultations de pathologies en Ile-de- France situées dans les hôpitaux Cochin, Hôtel- Dieu, Raymond-Poincaré,

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

En complément des mesures

En complément des mesures La Sécurité sociale au service de la prévention R381 Le risque amiante dans les industries chimiques Recommandations adoptées par le Comité technique national des Industries chimiques le 10 juin 1998.

Plus en détail

JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante

JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante JOURNEES TECHNIQUES 2014 AVIGNON La prévention du risque Amiante 1 La prévention du risque amiante 1. Généralités 1.1 Qu est-ce que l amiante 1.2 Où trouve-t-on de l amiante 1.3 Histoire de l amiante 2.

Plus en détail

Cas clinique # 3. Patient de 46 ans Sans antécédent particulier Tabagisme occasionnel Grippe et réalisation d une tomodensitométrie thoracique

Cas clinique # 3. Patient de 46 ans Sans antécédent particulier Tabagisme occasionnel Grippe et réalisation d une tomodensitométrie thoracique Nodule pulmonaire Cas clinique # 1 Patient de 69 ans Tabac 2 paquets de cigarette par jour de 20 à 60 ans Il y a 7 ans : adénocarcinome pulmonaire (LSD) traité par radiochimiothérapie et guéri Apparition

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Surveillance post-professionnelle (SPP) des

Surveillance post-professionnelle (SPP) des Surveillance post-professionnelle (SPP) des artisans ayant été exposés à l amiante : le programme ESPrI Hélène Goulard (1,3), Julie Homère (1,3), Sabyne Audignon (2,3), Patrick Brochard (2,3), Marcel Goldberg

Plus en détail

NOR : RDFF1509748C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique. Mesdames et Messieurs les ministres et les secrétaires d Etat,

NOR : RDFF1509748C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique. Mesdames et Messieurs les ministres et les secrétaires d Etat, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 18 août 2015 relative aux modalités du suivi médical post professionnel des agents de l Etat exposés à une

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

Amiante Protection des travailleurs

Amiante Protection des travailleurs COLLECTION DES AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUES aide-mémoire TJ 4 Ces aide-mémoire présentent de manière synthétique la réglementation sur un sujet précis. Selon les thèmes, certains d entre eux sont publiés dans

Plus en détail

Dépistage des carcinomes nasosinusiens d origine professionnelle et suivi postprofessionnel

Dépistage des carcinomes nasosinusiens d origine professionnelle et suivi postprofessionnel Dépistage des carcinomes nasosinusiens d origine professionnelle et suivi postprofessionnel Dr TILLIETTE, Médecin du Travail Coordonateur, SMIEC Cholet. Dr EVRARD, Médecin Conseil, CPAM Angers. Dr TRIPODI,

Plus en détail

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : «Toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou

Plus en détail

ATELIER-DEBAT. La prévention des risques liés à l amiante

ATELIER-DEBAT. La prévention des risques liés à l amiante ATELIER-DEBAT La prévention des risques liés à l amiante Intervenants : Conseiller en sécurité du Service Prévention des Risques Professionnels de la CPS Rocky HUNTER Médecin du travail au SISTRA Dr Agnès

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

Questionnaire de repérage des expositions professionnelles chez les sujets atteints de cancer bronchique primitif

Questionnaire de repérage des expositions professionnelles chez les sujets atteints de cancer bronchique primitif Questionnaire de repérage des expositions professionnelles chez les sujets atteints de cancer bronchique primitif Document élaboré par un groupe de travail de la Société de pneumologie de langue française

Plus en détail

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon :

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon : L imagerie dans le dépistage du cancer du poumon : où en sommes-nous? Louise Samson, MD, FRCPC, et Marie-Pierre Cordeau, MD, FRCPC Présenté à la Journée d imagerie en radiologie et en médecine nucléaire

Plus en détail

maladies professionnelles dans l Eure AMIANTE Guide pratique

maladies professionnelles dans l Eure AMIANTE Guide pratique maladies professionnelles dans l Eure AMIANTE Guide pratique Pourquoi ce guide? EN MOINS DE DIX ANS, la réglementation sur l amiante a connu une formidable évolution. Elle touche tous les domaines : indemnisation

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les dangers de l amiante

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les dangers de l amiante Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les dangers de l amiante G R A N D P U B L I C Les dangers de l amiante Le caractère cancérogène de l amiante est

Plus en détail

L Amiante. Journée des CLHS 13 décembre 2010. Service Hygiène Sécurité. Service Hygiène et Sécurité Bureau 51-12, place du panthéon 75005 Paris

L Amiante. Journée des CLHS 13 décembre 2010. Service Hygiène Sécurité. Service Hygiène et Sécurité Bureau 51-12, place du panthéon 75005 Paris Service Hygiène Sécurité Affaire suivie par : Guy BONNET Abed MAKOUR Téléphone 01.44.07.80.51 Télécopie 01.44.07.75.19 Courriel rachysec@univ-paris1.fr L Amiante Journée des CLHS 13 décembre 2010 Introduction

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 L amiante 85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 I. Définition L amiante est un composé d origine

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

MALADIES RELIÉES À L EXPOSITION

MALADIES RELIÉES À L EXPOSITION MALADIES RELIÉES À L EXPOSITION AU BÉRYLLIUM AU QUÉBEC ÉTUDE DES RÉCLAMATIONS SOUMISES À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL ENTRE 1999 ET 2002 RISQUES BIOLOGIQUES, ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

révention L AMIANTE Nouvelles réalités en pratique médicale Quelques faits saillants Le mésothéliome : des données surprenantes

révention L AMIANTE Nouvelles réalités en pratique médicale Quelques faits saillants Le mésothéliome : des données surprenantes révention L AMIANTE Nouvelles réalités On pourrait croire que la question des maladies de l amiante est résolue ou à tout le moins bien documentée au Québec. Mais détrompez-vous! Des données inexpliquées

Plus en détail

APPORT DE LA TDM THORACIQUE (HR) DANS LE DIAGNOSTIC DES MANIFESTATIONS PULMONAIRE AU COURS D UNE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

APPORT DE LA TDM THORACIQUE (HR) DANS LE DIAGNOSTIC DES MANIFESTATIONS PULMONAIRE AU COURS D UNE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE APPORT DE LA TDM THORACIQUE (HR) DANS LE DIAGNOSTIC DES MANIFESTATIONS PULMONAIRE AU COURS D UNE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE DR SOULEF KRIAA Département d imagerie d médicale m EPS Fattouma Bourguiba Monastir

Plus en détail

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses 3 à 5/100 000 habitants Augmente avec l age 175 /100 000 >70 ans Notre file active toutes les maladies interstitielles confondues plus de 120 patients

Plus en détail

Point sur l amiante Académie de médecine 24 février 2015

Point sur l amiante Académie de médecine 24 février 2015 Au nom d un groupe de travail incluant : Michel Aubier (Président), André Aurengo, Christian Géraut, Roland Masse, Claude Molina, Marie-Pierre Dubois et Jean-Claude Pairon Ce texte sera présenté le mardi

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Tout le monde est potentiellement

Tout le monde est potentiellement DOCUMENT DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE SANTÉ Détection des cancers d origine professionnelle: quelques clés pour agir CANCERS PROFESSIONNELS Cette année, vous avez vu 10 nouveaux patients atteints de cancer

Plus en détail

Prévention du cancer du poumon chez les personnes exposées à l amiante: dépistage par tomodensitométrie

Prévention du cancer du poumon chez les personnes exposées à l amiante: dépistage par tomodensitométrie Version février 2013 Factsheet Prévention du cancer du poumon chez les personnes exposées à l amiante: dépistage par tomodensitométrie Dr Susanna Stöhr, Dr David Miedinger, Dr Marcel Jost 1. Situation

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

Fonds. Indemnisation. Victimes. Amiante. Mission. Procédure. Préjudice. Pathologie

Fonds. Indemnisation. Victimes. Amiante. Mission. Procédure. Préjudice. Pathologie Fonds Mission Indemnisation Victimes Pathologie Préjudice Procédure Amiante Préambule Devant l ampleur du drame de l amiante, le législateur a mis en place au début des années 2000, deux dispositifs spécifiques

Plus en détail

l amiante dans le BÂtiment

l amiante dans le BÂtiment prévention des risques l amiante dans le BÂtiment FR 2013 Conseil pour le Développement Economique de la Construction a.s.b.l. www.aaa.lu Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment S.A. Avec la collaboration

Plus en détail

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Néphropaties Hypertension artérielle IEC Insuffisance cardiaque Prescriptions 2010 128 millions Mahmoudpour et al., 2013 Poole

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

AVANT-PROPOS. René Wendling Ingénieur conseil régional

AVANT-PROPOS. René Wendling Ingénieur conseil régional Prévention et Gestion des Risques Professionnels CRAM Alsace-Moselle AVANT-PROPOS La CRAM Alsace-Moselle réunit tous les ans en assemblée plénière les membres de la Commission des Accidents du travail

Plus en détail

Intervention sur matériaux amiantés

Intervention sur matériaux amiantés Intervention sur matériaux amiantés Donneurs d ordres et intervenants : tous concernés! 27/11/2014 En partenariat avec : 1 Au sommaire Amiante Où trouve-t-on de l amiante? Vincent WIART Quel impact sur

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Des indicateurs en santé travail Risques professionnels dus à l amiante

Des indicateurs en santé travail Risques professionnels dus à l amiante Indicateurs en santé Des indicateurs en santé travail Risques professionnels dus à l amiante Sommaire Abréviations 2 Présentation 3 1. Introduction : l amiante, les expositions, les effets sur la santé

Plus en détail

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Dr SELMANI La Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) constitue un problème de santé publique majeur par le nombre de personnes touchées, le handicap

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ INSTRUCTION DE SÉCURITÉ ayant force d obligation selon SAPOCO/42 TIS Rev. Publié par : TIS-GS Date de publication : décembre 2003 Original : français Amiante Dangers et précautions Table des matières 1

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2014-32 du 14 janvier 2014 relatif aux diagnostics anténataux NOR : AFSP1323594D Publics concernés

Plus en détail

CHIRURGIE DE L EMPHYSL

CHIRURGIE DE L EMPHYSL CHIRURGIE DE L EMPHYSL EMPHYSÈMEME Bulle géante g sur «poumon sain» bullectomie Emphysème me bulleux compressif résection-capitonnagescapitonnages Emphysème me non bulleux distendu réduction de volume

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques

RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques RECIST et volumétrie assistée par ordinateur dans les cancers bronchiques J. Dinkel (1) C. Hintze (1) M. Fabel (2) R. Tetzlaff (1) M. Thorn (3) J. Biederer (2) HU. Kauczor (1) S. Delorme (1) 1 Radiologie

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures

Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures Les conséquences sanitaires de l exposition aux moisissures P. Germaud Les défis bâtiments & santé, 24 mai 2012 Prévention: objectif prioritaire Voies respiratoires particulièrement vulnérables Voies aériennes

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail

Surveillance post professionnelle des retraités - artisans du Régime Social des Indépendants en France

Surveillance post professionnelle des retraités - artisans du Régime Social des Indépendants en France Surveillance post professionnelle des retraités - artisans du Régime Social des Indépendants en France Hélène Goulard ( 1,3 ), Julie Homère ( 1,3 ), Sabyne Audignon ( 2,3 ), Patrick Brochard ( 2,3 ), Marcel

Plus en détail

Flash Info N 3. Le risque amiante

Flash Info N 3. Le risque amiante Page1 Flash Info N 3 Juillet 2014 Service Hygiène & Sécurité Le risque amiante Introduction Interdit en France depuis 1997, l'amiante reste présent dans de nombreux bâtiments et équipements. Cependant,

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats

Introduction. 1. Objectifs. 2. Matériel et méthodes. 3. Résultats RECONNAISSANCE ET REPARATION DE LA SURDITE PROFESSIONNELLE EN TUNISIE A PROPOS D UNE ETUDE EPIDEMIOLOGIQUE H. KAMMOUN MOATEMRI - H. HAJ SALAH - K. REJEB - N. MRIZAK - M. AKROUT - A. CHARRADA - A. GHACHEM

Plus en détail

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic

Cancer du poumon. Comprendre le diagnostic Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Cancer du poumon Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée par l énorme

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

faits marquants et chiffres clés >> 2010

faits marquants et chiffres clés >> 2010 faits marquants et chiffres clés >> 2010 >> 1 Les comptes de l Assurance Maladie - Risques Professionnels Les recettes et les dépenses en 2010 L évolution des comptes Les cotisations des entreprises La

Plus en détail

FNATH Grand Sud. 10 rue du Château d Eau 31140 Aucamville. Tel. 05 61 70 24 83 Mail : fnathgrandsud@bbox.fr http//fnath-grand-sud.

FNATH Grand Sud. 10 rue du Château d Eau 31140 Aucamville. Tel. 05 61 70 24 83 Mail : fnathgrandsud@bbox.fr http//fnath-grand-sud. FNATH Grand Sud 10 rue du Château d Eau 31140 Aucamville Tel. 05 61 70 24 83 Mail : fnathgrandsud@bbox.fr http//fnath-grand-sud.org Présentation par : Audrey CANALI Secrétaire générale PRESENTATION DE

Plus en détail

Organisation des soins

Organisation des soins p.1 Médico-Social Schéma régional Organisation des soins - hospitalier Prévention 18 juillet 2011 Offre de soins sur le territoire de santé Eléments de diagnostic régional SCANNERS TEP Densité autorisée

Plus en détail

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre?

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinée de la prévention AMIANTE Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinées de la prévention 2015 Programme Les conséquences pour la santé Quelques

Plus en détail

On peut avancer différentes explications

On peut avancer différentes explications Ostéonécrose de la mâchoire associée à un traitement par bisphosphonates : extraits du rapport de la task force de l ASBMR et recommandations françaises Risque méconnu, désinformation, rumeur : la mauvaise

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire:

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: Expertises, conseils et chantiers Sylvain L Eplattenier, Maude Favre Analyses

Plus en détail