COMITÉ DE DISCIPLINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMITÉ DE DISCIPLINE"

Transcription

1 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE COMITÉ DE DISCIPLINE de l'ordre des ingénieurs du Québec N : DATE : Le 16 septembre 2004 LE COMITÉ : Me Paule Gauthier Présidente Mme Pierrette Marchand, ing. Membre M. Réal Beaudet, ing. Membre ALEXANDRE KHAYAT, ingénieur, ès qualités de syndic adjoint de l Ordre des ingénieurs du Québec c. Plaignant STÉPHANE BOSSUS, ingénieur Intimé DÉCISION À L ÉGARD D UNE REQUÊTE DE L INTIMÉ VISANT À FAIRE DÉCLARER M. MARC TANGUAY INHABILE À AGIR COMME TÉMOIN EXPERT [1] L intimé a plaidé non coupable à l égard de chacune des infractions contenues à la plainte du 1 er mai Cette plainte se lit comme suit : «1. À Boisbriand, district de Terrebonne, au cours du mois d avril 2001, dans le cadre de discussions préliminaires relatives à un mandat concernant une résidence familiale située au 90, rue Montcalm Sud, à Candiac, l ingénieur Stéphane Bossus a recouru à des procédés malhonnêtes ou douteux et a faussement prétendu qu un avantage particulier résulterait de l utilisation de ses

2 No : PAGE : 2 services, contrevenant ainsi à l article du Code de déontologie des ingénieurs et aux articles 60.2 et 60.3 b) du Code des professions; 2. À Boisbriand, district de Terrebonne, le ou vers le 2 mai 2001, dans le cadre d un mandat relatif à une résidence familiale située au 90, rue Montcalm Sud, à Candiac, l ingénieur Stéphane Bossus a exprimé des avis ambigus et incomplets, qui n étaient pas basés sur des connaissances suffisantes et d honnêtes convictions, contrevenant ainsi aux articles et 2.04 du Code de déontologie des ingénieurs; 3. À Boisbriand, district de Terrebonne, le ou vers le 18 mai 2001, dans le cadre d un mandat relatif à une résidence familiale située au 90, rue Montcalm Sud, à Candiac, l ingénieur Stéphane Bossus a exprimé des avis ambigus et incomplets, qui n étaient pas basés sur des connaissances suffisantes et d honnêtes convictions, contrevenant ainsi aux articles et 2.04 du Code de déontologie des ingénieurs; 4. À Boisbriand, district de Terrebonne, entre le ou vers le 9 et le ou vers le 16 octobre 2001, dans le cadre d un mandat relatif à une résidence familiale située au 90, rue Montcalm Sud, à Candiac, l ingénieur Stéphane Bossus a dans une version révisée d un rapport daté du 18 mai 2001 exprimé des avis ambigus et incomplets, qui n étaient pas basés sur des connaissances suffisantes et d honnêtes convictions, contrevenant ainsi aux articles et 2.04 du Code de déontologie des ingénieurs; 5. À Boisbriand, district de Terrebonne, entre le ou vers le 2 mai et le ou vers le 16 octobre 2001, dans le cadre d un mandat relatif à une résidence familiale située au 90, rue Montcalm Sud, à Candiac, l ingénieur Stéphane Bossus a émis trois (3) versions d un rapport d expertise contenant des affirmations qui n étaient pas conformes à la réalité, contrevenant ainsi aux articles et du Code de déontologie des ingénieurs et à l article 59.2 du Code des professions; 6. À Boisbriand, district de Terrebonne, le ou vers le 20 mars 2003, l ingénieur Stéphane Bossus a refusé ou négligé de se conformer à une demande de se rendre aux bureaux du syndic adjoint de l Ordre des ingénieurs, contrevenant ainsi à l article f) du Code de déontologie des ingénieurs; 7. À Boisbriand, district de Terrebonne, entre le ou vers le 9 octobre 2001 et le ou vers le 14 mars 2003, l ingénieur Stéphane Bossus a porté entrave à une enquête réalisée par le syndic adjoint de l Ordre des ingénieurs, en trompant ce dernier par des réticences ou par de fausses déclarations, contrevenant ainsi à l article 114 du Code des professions;» [2] Lors de l audition du 3 juin 2004, l intimé qui se représente seul, s est opposé à ce que le témoin expert annoncé par le plaignant, M. Marc Tanguay, agisse comme témoin expert dans le présent dossier, alléguant une «crainte raisonnable de partialité».

3 No : PAGE : 3 [3] Avant d examiner plus en détails la requête présentée par l intimé, il convient de faire un bref résumé des faits pertinents à la requête soumise. BREF RÉSUMÉ DES FAITS [4] À ce stade-ci, seul l'acheteur, M. Denis Brault, a complété son témoignage devant le Comité de discipline lors de l'audition du 3 juin Le témoignage de M. Marc Tanguay a débuté à cette date mais a été interrompu en raison de la requête présentée par l'intimé. [5] La preuve telle que soumise a révélé que le 13 novembre 1995, Mme Denise Champagne et M. Denis Brault ont acquis de Mmes Fernande Leblanc et Liliane Jobin une résidence sise au 90 boulevard Montcalm Sud à Candiac après avoir effectué préalablement deux visites de cette résidence. [6] Lors de son interrogatoire du 3 juin 2004, M. Brault a relaté que lors de ses visites pré-achat, il avait constaté que la résidence, incluant le garage, était «impeccable») (n.s. 3 juin 2004, p. 23). [7] À compter de novembre 2000, cependant, M. Brault a constaté la présence de très minces fissures dans la dalle de béton du garage et un léger soulèvement. Des fissures additionnelles seraient apparues en décembre [8] Après avoir participé à une séance d information organisée par la Ville de Candiac sur les problèmes causés par la pyrite et après avoir lu une brochure intitulée «La pyrite et votre maison» (pièce SYN-2), M. Brault a réalisé qu il était probablement aux prises avec un problème de pyrite sous la dalle de béton de son garage.

4 No : PAGE : 4 [9] M. Brault a contacté l'une des vendeuses pour lui faire part de cette situation et, à sa suggestion, il a par la suite, demandé aux Laboratoires de la Montérégie de préparer une expertise (pièce SYN-3). Cette expertise datée du 23 mars 2001 a conclu notamment que les résultats du calcul de l indice pétrographique du potentiel de gonflement («IPPG») et de l essai d absorptivité montraient que le remblai granulaire avait un potentiel de gonflement élevé, indiquant ainsi la présence de pyrite. [10] Après avoir obtenu une soumission concernant le remplacement du remblai (pièce SYN-4), M. Brault a mis les deux vendeuses en demeure le 19 avril 2001 (pièce SYN-5) d exécuter ces travaux à leurs frais étant d avis que les problèmes identifiés dans le rapport SYN-3 étaient des vices cachés. [11] Le Centre d expertises légales en bâtiment, CELB (le «CELB») a été mandaté par Mme Leblanc le 25 avril 2001 (pièce SYN-13) pour effectuer des constatations sommaires concernant la présence ou non de pyrite au garage de la résidence. C est dans ce contexte que l intimé a eu à préparer une expertise sur la résidence pour déterminer principalement s il y avait présence d un vice caché ou apparent lors de l achat de la résidence en 1995, en l occurrence la présence ou non de pyrite. [12] Le plaignant a déposé en preuve une première version du rapport d expertise de l intimé daté du 2 mai 2001 (pièce SYN-9), une seconde version datée du 18 mai 2001 (pièce SYN-15) et une troisième version corrigée datée du 18 mai 2001 (pièce SYN-17). [13] À noter que les parties en sont finalement arriver à un règlement complet et final le 28 mai 2001 pour un montant de $ (pièce SYN-10).

5 No : PAGE : 5 [14] Lors de ses représentations le 3 juin 2004, l'intimé a informé les membres du Comité de discipline qu'il était appelé à témoigner sur une base régulière devant les tribunaux du Québec dans le contexte de plusieurs litiges impliquant souvent la présence ou non de vice apparent ou caché comme la pyrite. Il a aussi déclaré qu il agissait actuellement comme expert dans deux dossiers actuellement pendants, Tremblay et al. c. Vandal et al. et Nassif c. Lapointe et al. Il a aussi mentionné par ailleurs que l expert appelé à agir contre lui dans ces dossiers est M. Marc Tanguay. [15] Dans le présent dossier, M. Tanguay a été appelé à examiner le bien-fondé des aspects techniques contenus dans les rapports d expertises préparés par l intimé relativement à la résidence en cause (voir son rapport, pièce SYN-16 et les trois versions du rapport de l intimé, pièces SYN-9, SYN-15 et SYN-17). [16] Lors de son témoignage débuté le 3 juin 2004, M. Tanguay a relaté sa formation et son expérience en référant à son curriculum vitae (pièce SYN-16). M. Tanguay agit également comme expert devant les tribunaux depuis Depuis 1996, il a eu, entre autres, grâce à son implication au sein de l Association of Engineering Geologist (AEG) à examiner les «schales pyriteux» et les problèmes qu ils engendrent. Il travaille également en collaboration avec les Laboratories Quéformat. [17] Il a relaté que le dossier Nassif lui avait été confié par un cabinet d avocats. En examinant le dossier, il a noté le rapport de l intimé. Il a souligné cependant que ce mandat lui avait été confié après le mandat reçu de l Ordre en l instance. Il doit préparer un rapport contenant ses recommandations, rapport qu'il n'avait pas encore complété lors de son interrogatoire du 3 juin 2004.

6 No : PAGE : 6 [18] M. Tanguay a également eu à étudier le dossier Tremblay pour venir en aide aux ingénieurs des Laboratoires Quéformat qui étaient débordés. Dans le cadre de ce mandat, un cabinet d avocats lui a demandé, par l entremise des Laboratoires Quéformat, de commenter le rapport signé par l intimé dans ce dossier. Il a effectivement signé en date du 1 er août 2003 (pièce I-2), des premiers commentaires concernant le rapport préparé par l intimé dans ce dossier. Il n a cependant pas remis de rapport final à ce jour. Il demeure par ailleurs possible qu il n ait pas à rédiger tel rapport. [19] Lorsqu il s est vu confier le mandat en l instance, il a mentionné au syndic qu il connaissait l intimé et qu il lui avait enseigné. Même si lui ne voyait pas de conflit à accepter un tel mandat, il a demandé l avis du syndic à ce sujet. [20] En contre-interrogatoire, il a mentionné s être rendu sur les lieux de la résidence en cause dans le dossier Nassif. Cette visite a été brève. Il est retourné par la suite avec l équipe de sondage des Laboratoires Quéformat pour faire deux forages additionnels. [21] Distinguant le mandat confié en l instance par l Ordre et les deux autres mandats dans lesquels il est appelé à commenter dans des circonstances étrangères au présent cas, un rapport préparé par l intimé, il a mentionné qu il ne se sentait pas du tout en conflit.

7 No : PAGE : 7 [22] Il a par ailleurs souligné que son rôle dans le présent dossier n était pas de faire condamner l intimé, mais d examiner son travail selon les règles de l art. LA REQUÊTE DE L INTIMÉ [23] Dès le début de l audition du 3 juin 2004, l intimé a annoncé son intention de faire déclarer le témoin expert du plaignant inhabile à témoigner à titre d expert. [24] L intimé ne conteste pas les qualifications d expert de M. Tanguay (n.s. 13 juin 2004, p. 144) ou ne soulève pas le fait qu il soit en conflit d intérêts (Ibid, p. 146), mais soulève une «crainte raisonnable de partialité» affectant non seulement la force probante de son témoignage, mais le rendant inhabile à témoigner comme expert en raison de son implication dans deux dossiers actuellement pendants l opposant à l intimé qui, dans chacun de ces dossiers, agit également comme expert pour une partie adverse. [25] Invité à la fin de l audition du 3 juin 2004 à motiver par écrit sa requête, l intimé a transmis au Comité de discipline une plaidoirie écrite en date du 26 juillet [26] Le plaignant a contesté la requête de l intimé lors de l audition du 3 juin Il a aussi transmis des notes d argumentation datées du 3 août 2004 en réponse à l argumentation de l intimé. PRÉTENTIONS DE L INTIMÉ [27] Dans sa plaidoirie écrite, l intimé rappelle dans un premier temps le principe suivant posé par le juge Dickson de la Cour suprême dans l arrêt Kane c. Conseil d administration de l Université de la Colombie-Birtannique, [1980] 1 R.C.S : «Une justice de haute qualité est exigée lorsque le droit d une personne d exercer sa profession ou de garder son emploi est en jeu. [ ] Une suspension

8 No : PAGE : 8 de nature disciplinaire peut avoir des conséquences graves et permanentes sur une carrière.» (p. 1113) [28] De l avis de l intimé, ce principe trouve application non seulement en présence d une possibilité de suspension de nature disciplinaire, mais également dans tous les cas où une sanction disciplinaire pourrait être imposée par un Comité de discipline, toute sanction pouvant à son avis, «entraîner des conséquences graves et permanentes» pour le professionnel visé par la plainte surtout lorsque, comme en l instance, ce professionnel est appelé à agir comme expert sur une base régulière devant les tribunaux. [29] Au soutien de sa requête, l intimé rappelle également, autorité à l appui, qu un expert doit être impartial 1. [30] Tout en admettant d emblée qu une crainte de partialité d un expert ne peut que très rarement avoir comme conséquence de le rendre inhabile à témoigner comme expert, cette crainte ayant plutôt un effet sur la valeur probante de son expertise et de son témoignage, il soumet malgré tout qu il peut arriver, tant en matière civile que disciplinaire, qu un expert soit déclaré inhabile à témoigner en raison d une crainte de partialité. [31] L intimé réfère à cet égard à l affaire Québec (Procureur général) c. Marleau, C.A.Q , 18 janvier 1995, AZ Dans cette affaire, la Cour d appel a confirmé une décision interlocutoire du juge Vézina de la Cour du Québec, chambre de l expropriation, qui avait maintenu une objection de l intimé à l effet que le témoin Gaudreau, géologue, ne pouvait agir à titre de témoin expert dans cette cause, ayant par le passé été consulté par le Bureau fédéral de développement régional, ce qui lui avait permis d avoir accès à des informations confidentielles. 1 J.-C. ROYER, La Preuve civile, 2 e édition, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1995, p. 267.

9 No : PAGE : 9 [32] L intimé prétend par ailleurs que c est le critère de la partialité institutionnelle énoncé notamment dans l arrêt Québec Inc. c. Québec (Régie des permis d alcool), [1996] 3 R.C.S. 919, qui devrait s appliquer «par analogie». Il rappelle également, en référence à cet arrêt, que : «c est la crainte ou l appréhension raisonnable de l homme avisé qu il nous faut prendre en considération et non l existence prouvée ou présumée d un actuel conflit d intérêt.» (p. 957, le juge Gonthier). [33] L intimé réfère également à l affaire Collège des médecins du Québec c. Caron, [1999] D.D.O.P. 165 (rés); D.D.E. 99D-36 (C.D. Méd.) analysée plus en détail aux paragraphes 54 et suivants de la présente décision. [34] Appliquant ces principes aux faits de l espèce, l intimé rappelle qu entre la rédaction du rapport de M. Tanguay daté du 26 mars 2003 et le dépôt de la plainte le 1 er mai 2003, deux actions civiles étrangères à la présente instance disciplinaire ont été instituées dans lesquelles M. Tanguay et l intimé agissent l un contre l autre à titre d expert. [35] De l avis de l intimé, on ne peut faire abstraction du fait que ces deux causes pendantes traitent du même sujet que celui traité par l intimé dans le présent dossier soit les problèmes associés au gonflement de la pyrite. L intimé poursuit en ces termes : «Or, ce simple aperçu de la situation peut raisonnablement faire éprouver à une personne normalement renseignée une crainte raisonnable de partialité. En effet, il n est pas impossible voire même probable que cette situation laisse planer un doute raisonnable dans l esprit d un observateur indépendant et a fortiori dans celui du soussigné, que monsieur Tanguay puisse avoir intérêt à voir condamner le soussigné dans la présente cause. Il est important de comprendre à ce stadeci de la plaidoirie que la crainte de partialité à laquelle le soussigné fait allusion ne réside pas dans le rapport de monsieur Tanguay en tant que tel, mais bien dans le témoignage que ce dernier doit livrer à ce Comité afin de l étayer et de ce qu il pourrait y ajouter. Il est clair que le témoignage de ce dernier et les réponses qu il sera appelé à donner aux questions qui lui seront posées et notamment par le soussigné, pourraient être biaisés ou du moins, pourraient paraître biaisés à un observateur indépendant en raison de l avantage au plan de

10 No : PAGE : 10 la crédibilité que pourrait tirer monsieur Tanguay d une condamnation disciplinaire du soussigné.» [36] Référant à l affaire Fortin c. Compagnie d assurances Wellington, B.E. 2000BE- 46 (C.S.) 2, l intimé rappelle que l expert doit garder le détachement et l objectivité qui rendront sa position défendable, crédible et convaincante. [37] De l avis de l intimé, l objectivité de M. Tanguay est déjà compromise par son implication à titre d expert de la partie adverse dans les deux actions civiles. De là naît une «crainte raisonnable» que le détachement de cet expert ne pourra être complet pour un observateur indépendant. [38] En conclusion, l intimé soumet que même si le Comité de discipline est convaincu de la bonne foi et de l intégrité de M. Tanguay, il doit le déclarer inhabile à agir comme témoin expert dans le présent dossier. PRÉTENTIONS DU PLAIGNANT [39] Dans sa plaidoirie écrite du 3 août 2004, le procureur du plaignant soumet dans un premier temps que l intimé applique à tort à un témoin expert le principe de l apparence d impartialité judiciaire ou quasi-judiciaire. Ce principe, ajoute-t-il, est fondé en droit québécois sur l article 23 de la Charte des droits et libertés de la personne, L.R.Q., c. C-12 (la «Charte québécoise»): «23. Toute personne a droit, en pleine égalité, à une audition publique et impartiale de sa cause par un tribunal indépendant et qui ne soit pas préjugé, qu il s agisse de la détermination de ses droits et obligations ou du bien fondé de toute accusation portée contre elle.» 2 Appel rejeté sur requête (C.A.M , ). Requête pour autorisation de pourvoi à la Cour suprême rejetée (C.S. Can., 28149, ). Demande de réexamen de la requête pour autorisation de pourvoi à la Cour suprême rejetée (C.S. Can., 28149, ).

11 No : PAGE : 11 [40] Référant à l article 56 (1) de la Charte québécoise, il rappelle que le terme tribunal utilisé à l article 23 inclut notamment une «personne ou un organisme exerçant des fonctions quasi-judiciaires». Les principes d indépendance et d impartialité ne peuvent s appliquer qu à un tribunal «et/ou organisme» dont les décisions peuvent affecter les droits des citoyens, comme l a réaffirmé le juge Gonthier de la Cour suprême dans l arrêt Québec inc. c. Québec (Régie des permis d alcool), précité. [41] De l avis du procureur du plaignant, les principes d indépendance et d impartialité ne peuvent donc pas être étendus à un témoin expert puisqu il ne s agit pas d un tribunal (et/ou un organisme) qui décide des droits et privilèges des citoyens. [42] Il a aussi référé aux affaires Médecins (Ordre professionnel des) c. Cardinal, [1998] D.D.O.P. 120 (C.D. Méd.), Caron et Marleau, précitées, en précisant qu il s agissait de quelques très rares cas où un tribunal ou organisme a empêché un témoin expert de témoigner lorsque son témoignage allait à l encontre des règles de justice naturelle et de l équité. [43] Le procureur du plaignant soumet que les motifs soulevés par l intimé pour faire déclarer le témoin Tanguay inhabile à témoigner comme témoin expert relèvent de la crédibilité devant être accordée à ce témoignage. Il ajoute que seul l interrogatoire de ce témoin devant le Comité de discipline permettra à celui-ci d évaluer si les craintes soulevées par l intimé sont fondées ou non.

12 No : PAGE : 12 [44] Pour ces motifs, il demande le rejet de la requête de l intimé. DÉCISION [45] Pour trancher la requête soumise par l intimé, le Comité de discipline estime utile d'examiner dans un premier temps certaines conditions générales d admissibilité d un témoignage d expert en accordant une attention particulière à celle ayant trait à l impartialité. [46] Comme le rappelle l auteur ROYER 3, «le témoin expert est celui qui possède une compétence spécialisée dans un secteur donné d activité et qui a pour rôle d éclairer le tribunal et de l aider dans l appréciation d une preuve portant sur des questions scientifiques ou techniques». Cette définition fait référence à plusieurs conditions de recevabilité du témoignage d un expert, soit sa qualification, l utilité de son témoignage et son impartialité. [47] L intimé n attaque pas la qualification ou l utilité du témoignage de M. Tanguay. Il attaque uniquement la troisième condition de recevabilité, soit l impartialité de cet expert en raison de son implication comme expert dans deux autres dossiers l opposant à l intimé. [48] L intimé ne soulève par ailleurs pas le fait que l expert du plaignant se serait placé dans une situation de conflit d intérêts en raison de ses mandats dans les dossiers Tremblay et Nassif parce qu il aurait, par exemple, eu connaissance de renseignements confidentiels. Il craint cependant que le témoignage de cet expert soulève une «crainte raisonnable de partialité» en appliquant, par analogie, le critère 3 J.-C. ROYER, La preuve civile, 3 e édition., Cowansville, Éditions Yvon Blais, 2003, p. 297.

13 No : PAGE : 13 de la personne raisonnable développée par la Cour suprême en matière d impartialité institutionnelle. [49] Pour trancher la requête de l'intimé, le Comité de discipline s est aussi attardé à l examen de plusieurs décisions rendues tant en matière disciplinaire qu en matière civile, dans lesquelles on prétendait qu un témoin était inhabile à agir comme témoin expert en raison de son manque d impartialité. [50] Dans l affaire Cardinal, précitée, la plaignante avait demandé que le témoin expert de l intimé soit déclaré inhabile étant donné qu il était membre du Comité de discipline. [51] Après avoir résumé les prétentions respectives des parties et analysé brièvement les dispositions pertinentes du Code des professions, L.R.Q., c. C-26, sur le mandat des membres, le Comité de discipline rappelait que le test approprié en matière d impartialité institutionnelle était celui avancé par le juge de Grandpré dans l arrêt Committee for Justice and Liberty c. Office National de l Énergie, [1978] 1 R.C.S. 369, p. 394 et repris par le juge Gonthier dans l arrêt Québec inc. c. Québec (Régie des permis d alcool), précité. La détermination de la partialité institutionnelle suppose qu une personne bien renseignée, ayant étudié la question en profondeur, de façon réaliste et pratique, éprouve une crainte raisonnable de partialité dans un grand nombre de cas. [52] Appliquant ce critère en l instance, le Comité de discipline écrit ce qui suit : «Dans les circonstances, en étudiant objectivement la question, une personne bien renseignée aurait nécessairement les préoccupations suivantes : l expert est membre du Comité de discipline au même titre que les deux médecins désignés pour entendre la plainte; l expert a récemment siégé à l occasion d une plainte, participé au délibéré et signé la décision;

14 No : PAGE : 14 l expert a-t-il, au sein du Comité de discipline, une influence plus ou moins marquée? l expert bénéficiera-t-il d informations privilégiées découlant en outre du délibéré auquel il a récemment participé? le Comité sera-t-il objectif au moment d évaluer la qualité d expert du témoin? le Comité risque-t-il d être plus ou moins complaisant à l égard de ce témoin? Le Comité sera-t-il plus ou moins critique à l égard de ce témoin et de son expertise? Ces inquiétudes permettent d illustrer l existence d une crainte raisonnable de partialité. Si certains doutes persistent dans l esprit de la personne bien éclairée dont fait état la Cour suprême, il suffirait de poser la même question, mais à l égard d un médecin expert qui serait proposé par la plaignante (syndic adjoint). La crainte raisonnable de partialité apparaîtrait alors avec plus d acuité.» (p. 125) [53] Le Comité de discipline a finalement déclaré le témoin expert de l intimé inhabile à agir comme témoin expert dans le dossier, sans frais. [54] Dans l affaire Caron, précitée, l intimé demandait le remplacement de l expert du syndic, le docteur Rioux, en invoquant l apparence et la possibilité d un conflit d intérêts chez ce médecin, l un des 28 administrateurs du Bureau du Collège des médecins. [55] En réaction à la demande de l intimé, la plaignante avait obtenu du docteur Rioux un affidavit dans lequel il affirmait ce qui suit : «Depuis mon élection, je ne suis pas impliqué, et n entends pas m impliquer pour le futur, eu égard à des questions touchant les affaires disciplinaires et autres matières connexes, tant que le mandat reçu du D r Richer ne sera pas terminé, et tant que le Comité de discipline n aura pas rendu sa décision dans le présent dossier.» (p. 3) [56] Au soutien de sa demande, l intimé proposait l application du critère de la partialité institutionnelle. [57] Le Comité de discipline distinguait le dossier dont il était saisi des faits dans l affaire Cardinal, précitée. Il examinait par la suite les dispositions pertinentes du Code des professions relatives au Bureau de l Ordre et à ses membres (p. 6 et ss.).

15 No : PAGE : 15 [58] Commentant l affidavit du docteur Rioux, le Comité de discipline voyait dans la décision du médecin d avoir consenti un tel affidavit dans lequel il acceptait de ne pas remplir complètement son rôle d administrateur en attendant que le dossier soit terminé, un malaise qui n aurait pas sa raison d être si toute l objectivité et l impartialité requises pouvaient être maintenues (p. 8). [59] Le Comité a finalement déclaré le docteur Rioux inhabile à agir comme témoin expert dans le dossier pour les motifs suivants : «Le Comité est convaincu qu il peut faire preuve de toute l objectivité requise dans un tel cas. Il n est toutefois pas impossible que le tableau général résumé précédemment laisse un doute raisonnable dans l esprit d un observateur indépendant et a fortiori dans celui de l intimé. Il faut tenter, de façon raisonnable, d apprécier la situation du point de vue de l observateur indépendant. Une plainte est portée contre un médecin par un syndic adjoint de son ordre professionnel, dont la nomination et la destitution dépendent du Bureau de cet ordre professionnel. La plainte sera entendue au siège social du Collège des médecins du Québec, par un Comité de discipline, dont deux des trois membres sont des médecins nommés par le Bureau de l ordre. Finalement, l expert serait un membre de ce Bureau. Ce tableau peut raisonnablement faire éprouver à une personne bien renseignée une crainte de partialité. Le Comité réfère à ce qu écrivait l Honorable Juge Gonthier de la Cour suprême du Canada : «Or, en matière de partialité institutionnelle, c est la crainte ou l appréhension raisonnable de l homme avisé qu il nous faut prendre en considération et non l existence prouvée ou présumée d un actuel conflit d intérêts.» (Le Comité a souligné) Il est également utile de rappeler le message donné par feu l Honorable Juge Brian Dickson dans une autre décision de la Cour suprême : Une justice de haute qualité est exigée lorsque le droit d une personne d exercer sa profession ou de garder son emploi est en jeu. [ ] Une suspension de nature disciplinaire peut avoir des conséquences graves et permanentes sur une carrière. Le Comité est conscient que dans l éventualité où la plaignante est obligée d obtenir les services d un autre expert, elle en subira des inconvénients. Cependant, ceux-ci sont mineurs par rapport à la crainte raisonnable de partialité qui peut être légitimement appréhendée dans le présent dossier.

16 No : PAGE : 16 Malgré que le Comité soit convaincu qu il est en mesure de garder toute l objectivité et l impartialité requises, même dans l éventualité où le D r Rioux était appelé à témoigner à titre d expert, il ne peut pour autant nier que l intimé puisse avoir une crainte raisonnable d absence d impartialité complète et dans ce cadre, sa requête doit être accueillie. En étudiant ce dossier, le Comité réalise également qu il y va de l intérêt des deux parties et du processus disciplinaire en général qu il en soit ainsi. En voulant démontrer sa grande objectivité et son impartialité la plus complète, dans l éventualité où le D r Rioux était appelé à témoigner, le Comité pourrait être tenté, bien involontairement, de créer un déséquilibre défavorable à la partie plaignante en étant trop rigoureux et exigeant à l égard de son expert, uniquement pour s assurer que la partie intimée ne perçoive aucune forme de partialité de quelque nature que ce soit. Pour garder un processus disciplinaire exempt d intervention directe ou indirecte inappropriée, le Comité reprend à son compte ce qu écrivait l Honorable Juge Chamberland de la Cour d appel : L intérêt de la Justice commande, à mon avis, et nonobstant la bonne foi et l intégrité de Monsieur Gaudreau, que ce dernier s abstienne d agir comme expert dans ce dossier. Le Comité croit également que l intérêt de la justice disciplinaire pose une telle exigence, tout en précisant que la bonne foi et l intégrité du D r André Rioux et des autres intervenants dans ce dossier, ne sont pas remises en question par cette conclusion.» (p : notes en bas de page omises) [60] Dans l affaire Fortin c. Compagnie d assurances Wellington, précitée, le juge Louis Crête a formulé les commentaires suivants sur le rôle d un expert dans le contexte d une action en réclamation d une indemnité d assurance à la suite d un incendie : «Le rôle d un expert, même payé par l une des deux parties, est d aider le tribunal à mieux comprendre le caractère technique d un problème et non pas de défendre, coûte que coûte, la thèse de celui qui retient ses services. L expert doit garder le détachement et l objectivité qui, en dernière analyse, rendront sa position défendable, crédible et convaincante. Ici, le tribunal doit constater que M. Payette n a malheureusement pas fait montre du détachement et de l objectivité requis. Bien que M. Payette ait été informé de la découverte par les pompiers et les policiers d un bidon d essence à l endroit même où il pouvait lui-même constater un point de basse et intense carbonisation, son rapport n en fait aucune mention. De fait, même s il savait, avant la rédaction de son rapport, qu on soupçonnait un incendie volontaire, M. Payette n a même pas cru bon de vérifier les informations

17 No : PAGE : 17 pertinentes ni pris soin de consulter le rapport d intervention des pompiers, lequel faisait clairement état de la présence d un bidon d essence au foyer d incendie. [ ] Il ressort clairement du témoignage de M. Payette une incompréhension fondamentale chez lui de son rôle d expert. Contrairement à ce qu il semble penser, le rôle d un expert n est pas de défendre la thèse de celui qui retient ses services, de «travailler pour la victime». «L expert doit faire preuve d objectivité et de désintéressement.» «L expert doit être impartial. Son rôle est d éclairer le tribunal et non d être l avocat d une partie.» Un expert éclaire le tribunal sur ses constations, les hypothèses plausibles et les conclusions qu on devrait en tirer. Il ne peut pas feindre d ignorer ou de taire des faits pertinents au débat, sous prétexte que cela pourrait «fausser son jugement» ou l amener à une conclusion qui risquerait d être défavorable à la partie qui a retenu ses services. Bref, l expert ne doit jamais être inféodé à son client. Dans le cas qui nous occupe, il est manifeste que l expert Payette a choisi d être le porte-parole de son client plutôt qu un auxiliaire de la justice. En omettant délibérément de parler de ce qui pourrait être dommageable à la thèse de M. Fortin, l expert Payette a malheureusement perdu toute crédibilité. Il a presque fait montre d aveuglement volontaire.» (p. 9-11) [61] Dans l affaire Poulin c. R., [1975] C.A. 682, la Cour d appel a confirmé la décision du juge de la Cour des sessions de la paix qui avait, en déclarant l appelant coupable de vol, rejeté l expertise de son expert vu les circonstances entourant la préparation de son expertise et son manque d impartialité. On peut lire ce qui suit dans le résumé du jugement : «L expert de la défense prétendait en effet qu il devait se contenter, pour faire son expertise, du matériel qu on jugeait à propos de lui fournir; qu il ne pouvait être question pour lui de demander d autre matériel. Sa longue expérience avec les avocats lui aurait appris à ne pas se mêler de ce qui ne le regarde pas sous prétexte «de ne pas se mettre les pieds dans les plats» et à se limiter à faire son travail avec ce qu on a jugé bon de lui remettre, sans poser de questions. La Cour ne peut accepter une attitude aussi servile de la part d un expert dont la fonction est de guider le Tribunal et non de servir une partie, dont la rigueur scientifique est le gage de l impartialité requise; c est lui l expert, c est lui qui doit décider, de ce qui est disponible et peut être obtenu, de ce qu on devra lui fournir.» (p. 683)

18 No : PAGE : 18 [62] Dans l affaire Érablière R.V.D. inc. c. Québec (Ministre de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation), J.E (C.S.), le juge Pelletier a écarté une expertise concernant la toxicité potentielle de l iode dans le sirop d érable préparée par un chimiste étant donné que ce professionnel était le «père» de la norme d iode contestée par la requête en jugement déclaratoire de la requérante. Dans un tel contexte, le juge Pelletier était d avis que son opinion ne pouvait revêtir le caractère d impartialité propre au témoignage de l expert dont le rôle consiste à éclairer le tribunal au moyen d une déposition dépourvue d intérêt partisan, cette remarque n affectant en rien de l avis du juge la qualité du témoignage du chimiste sur les faits (p. 12). [63] Le juge Jean Guibault dans l affaire M. (D.) c. B. (D.), R.E.J.B , a lui aussi écarté l expertise d une orthophoniste dans le contexte d une demande portant sur la garde d un enfant étant donné le parti pris de ce témoin et sa partialité qui transpirait tant de son témoignage que de ses rapports écrits. [64] Enfin, dans l affaire Marleau, précitée, le juge Chamberland de la Cour d appel a conclu à l inhabilité d un témoin à agir comme témoin expert puisque ce dernier risquait de dévoiler des informations confidentielles. [65] Traitant de la question à savoir si la crainte de partialité pouvait empêcher le témoin de témoigner comme expert, le juge Chamberland précisait ce qui suit : «Dans N. M. Paterson and sons Ltd c. Mannix Ltd. [1966] R.C.S. 180, l appelante avait été condamnée à payer à l intimée la valeur d une pelle mécanique qui s était détachée du pont d un navire, avant de plonger à la mer. Évidemment, une bonne partie de la preuve avait été consacrée à la manière dont la pelle mécanique avait été chargée à bord du navire et arrimée. L appelante reprochait au premier juge d avoir donné foi au témoignage d un monsieur Crocker que l intimée avait produit comme témoin expert et qui, de l avis de l appelante, ne pouvait pas être impartial puisqu il représentait les assureurs qui couvraient la pelle mécanique. S exprimant pour la Cour, le juge Ritchie écrit (page 183) :

19 No : PAGE : 19 The unanimous opinion of this Court, which was expressed at the hearing of the appeal, is that this circumstance can only affect the weight to be attached to Mr. Crocker s evidence which was essentially a matter to be determined by the learned trial judge.» À mon avis, le même commentaire vaut dans le présent dossier. Il est possible que monsieur Gaudreau, du fait qu il travaille pour le gouvernement du Québec (donc, indirectement, pour l expropriant), du fait qu il soit responsable de l application des règles afférentes aux PRS, soit partial mais, à ce stade, il ne s agit que d une crainte. Seul son interrogatoire permettra d évaluer si cette crainte s avère fondée ou non, et dans quelle mesure. Cela touche à la crédibilité de son témoignage, et non pas à son droit de témoigner comme expert. En retenant ce motif, et ceci dit avec égards pour le premier juge, ce dernier confondait la qualité d expert du témoin et la valeur probante de son témoignage (voir également General Motors du Canada Limitée c. Compagnie d assurance Missisquoi & Rouville, [1988] R.D.J. 18 (C.A.); Mont-Tremblant (Municipalité du) c. Tellier, C.A. Montréal , le 28 septembre 1993, les juges Beauregard, Nichols et Gendreau (J.E ); et également, quoique dans une mesure moindre, les propos du juge Rinfret, à la page 567 dans Hôtel-Dieu de Québec et un autre c. Bois et un autre, [1977] C.A. 563).» (p. 4). [66] Ainsi, certaines situations pouvant affecter l impartialité d un témoin expert ne rendent pas nécessairement son témoignage irrecevable, sa force probante pouvant cependant en être affectée. [67] La doctrine reprend également ce principe: « Impartialité L expert doit être impartial. Son rôle est d éclairer le tribunal et non d être l avocat d une partie. Aussi, la valeur probante d un témoignage d expert est plus faible lorsque celui-ci est rendu par un avocat, un représentant ou un employé d une partie. Cependant, le seul fait qu un témoin expert soit l employé de la partie dont il défend les prétentions ou qu il ait présenté une soumission à l une des parties pour réparer les dommages, ne le rend pas inhabile. De même, le simple fait pour l expert d avoir déjà agi pour la partie adverse ne le disqualifie pas comme témoin expert de l autre partie 4.» (p. 300) «Est recevable le témoignage de l expert à l emploi de la partie qui le fait comparaître en cette qualité, sous réserve d en apprécier la valeur probante. La crainte de partialité de la part d un expert n en prohibe pas le témoignage, sous réserve d en apprécier la crédibilité 5.» (p. 269) 4 5 Voir ROYER, op. cit., note 3, p Barreau du Québec, «La preuve devant le tribunal civil» dans Preuve et procédure, vol. 2, Cowansville, Éditions Yvon Blais, , p. 269.

20 No : PAGE : 20 [68] Appliquant ces enseignements en l espèce, le Comité de discipline estime que la requête de l intimé n est pas fondée. [69] Le rôle du témoin expert Tanguay est d éclairer le tribunal sur les aspects techniques contenus dans les différentes versions du rapport de l'intimé portant sur la présence ou non de pyrite au moment de l achat de la résidence en cause. Son rôle n est pas de servir les intérêts du plaignant qui l'a mandaté. Dans notre système accusatoire et contradictoire, le devoir d impartialité d un témoin expert n est pas toujours facile à remplir puisque l expert est choisi par une partie pour l aider à soutenir ses prétentions. C est entre autres pour cette raison que les tribunaux se montrent très hésitants à déclarer le témoignage d un expert irrecevable en raison d une situation pouvant toucher son impartialité. [70] Par ailleurs, comme l a souligné le procureur du plaignant, l application des principes d indépendance et d impartialité et du test de la personne raisonnable développé par la Cour suprême en matière d impartialité institutionnelle notamment dans l arrêt Québec inc. c. Québec (Régie des permis d alcool), précité, n est pas le critère approprié pour décider de la requête soumise par l intimé. Ces principes ne s appliquent qu à un tribunal au sens des articles 23 et 56 de la Charte québécoise. Ils ne peuvent être étendus à un témoin expert. Certes, la jurisprudence et la doctrine confirment qu un témoin expert doit être impartial, ce qui signifie qu'il doit faire preuve d objectivité et de détachement. L examen de la jurisprudence rendue à ce sujet montre cependant qu il demeure rare qu un témoin ne puisse agir comme témoin expert en raison uniquement d une «crainte de partialité», cette situation touchant plutôt la crédibilité de son témoignage et sa valeur probante. Appliquant les critères d objectivité et de détachement, le Comité de discipline est d avis qu il ne s agit pas d un cas où le témoin doit être déclaré inhabile à agir comme témoin expert.

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE Ordre des ingénieurs du Québec N : 22-03-0278 DATE : Le 6 janvier 2004 LE COMITÉ : Me Jean Pâquet Président suppléant Jean Boisvert, ing. Membre Gilles Larocque,

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 803252530 COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS DATE : 18 AVRIL 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE JACQUES LAVERDURE J.C.M. DIRECTEUR DES POURSUITES

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-09-00010 DATE : 16 juillet 2010 _ LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président M. IAN LÉVESQUE Membre

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-09-00007 39-09-00008 DATE : 8 juillet 2010 LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC N : 17-03-00002 DATE : 13 Février 2004 LE COMITÉ : Présidente Me Carole Marsot Membre Mme Renée O Dwyer, erg. Membre Mme

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-10-00012 DATE : 28 avril 2011 _ LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD THÉROUX

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-09-00009 DATE : 11 mai 2010 LE CONSEIL: M e SIMON VENNE, avocat Président PIERRE BONNEVILLE, T.P.,

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE COMITÉ DE DISCIPLINE de l'ordre des ingénieurs du Québec N : 22-03-0275 DATE : Le 24 novembre 2005 LE COMITÉ : Me Paule Gauthier Présidente Mme Pierrette

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE COMITÉ DE DISCIPLINE DE L'ORDRE PROFESSIONNEL DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N : 22-03-0282 DATE : Le 15 août 2006 LE COMITÉ : Me Paule Gauthier Miville Gagnon

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des ergothérapeutes du Québec N : 17-09-00022 DATE : 28 janvier 2011 LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président MME CHRISTIANE JOLICOEUR Membre

Plus en détail

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité

CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY. Name 974644 Ontario Ltd. demandeur. Paul Danton agent de santé et de sécurité Canada Appeals Office on Occupational Health and Safety Bureau d appel canadien en santé et sécurité au travail CANADA LABOUR CODE PART II OCCUPATIONAL HEALTH AND SAFETY Name 974644 Ontario Ltd. demandeur

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-11-00015 DATE : 10 juillet 2012 LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD THÉROUX

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 11 34. Date : Le 20 octobre 2006. Commissaire : Demandeur ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 11 34 Date : Le 20 octobre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. ING, COMPAGNIE D ASSURANCE Entreprise DÉCISION L OBJET DU

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-03-01(C) DATE : 17 février 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien M. Marc-Henri Germain, C.d A.A., A.V.A., courtier

Plus en détail

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration

DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-10 APPROUVÉ PAR : Conseil d administration POLITIQUE DATE DE LA RÉSOLUTION ET DE L ENTRÉE EN VIGUEUR : APPROUVÉ PAR : 2013-12-10 Conseil d administration DERNIÈRE MISE À JOUR : f 2013-12-10 DATE D ABROGATION : AAAA-MM-JJ Politique de gestion des

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit:

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE LA MAGISTRATURE CM-8-90-55 DANS L'AFFAIRE DE: I. B. plaignant et M. le juge [...] intimé RAPPORT D'EXAMEN LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRAGE EN VERTU DU RÈGLEMENT SUR LE PLAN DE GARANTIE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS NEUFS (décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d'arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Le Groupe d'arbitrage

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE Canada PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC N : 22-04-0296 DATE : Le 15 août 2005 LE COMITÉ : Me Jean-Guy Gilbert Président Normand Bell, ingénieur Membre Jean Boisvert,

Plus en détail

-C A N A D A COMITÉ DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

-C A N A D A COMITÉ DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC -C A N A D A COMITÉ DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LONGUEUIL N 22-00-0033 RÉMI ALAURENT, ingénieur, ès qualités de syndic adjoint de l'ordre des ingénieurs

Plus en détail

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 Date : Le 14 avril 2015 Numéro de dossier : AD-14-548 DIVISION D APPEL Entre: A. M. Appelant et Commission de

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à

01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN. Demandeur. Entreprise. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès à 01 04 65 JEAN-YVES THERRIEN Demandeur c. CAISSE D ÉCONOMIE DES POMPIERS DE MONTRÉAL Entreprise L'OBJET DU LITIGE son dossier. Le 26 février 2001, le demandeur s adresse à l'entreprise pour avoir accès

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES

CODE DE DÉONTOLOGIE DES REPRÉSENTANTS EN ASSURANCE DE DOMMAGES (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section I Dispositions générales 1. Les dispositions du présent code visent à favoriser la protection du public et la pratique intègre et compétente des activités

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260

Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 Décision du Défenseur des droits n MLD 2013-260 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus d embauche discriminatoire présentations observations devant la Cour d Appel Domaine de compétence

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-08-00004 DATE : 15 septembre 2009 LE COMITÉ : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD THÉROUX

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des ergothérapeutes du Québec N : 17-09-00021 DATE : 3 juin 2010 LE CONSEIL : M e SIMON VENNE, avocat Président MME MADELEINE TRUDEAU Membre MME DIANE

Plus en détail

COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC. «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062. Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296

COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC. «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062. Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296 Protecti on de la jeune sse 061479 JJ0296 2006 QCCQ 16923 COU R DU QUÉ BEC CANAD A PR OVIN CE DE QUÉBE C DISTRIC T DE [ ] «Cha mbre de la jeuness e» N : 525-62-006333-062 DATE : 8 d é c e m b r e 2 0 0

Plus en détail

99 21 43 Demandeur. Entreprise

99 21 43 Demandeur. Entreprise 99 21 43 BOYER, Martin Demandeur c. CASINO DE MONTRÉAL (SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC.) Entreprise Le 18 octobre 1999, monsieur Boyer s adressait au Casino de Montréal afin que lui soient remis : «tous

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT

PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT PROCÉDURE INTERNE DE GESTION DES PLAINTES RELATIVES AUX SERVICES OFFERTS PAR L INSTITUT INSTITUT DE TECHNOLOGIE AGROALIMENTAIRE Campus de La Pocatière Campus de Saint-Hyacinthe DIRECTION GÉNÉRALE 5 FÉVRIER

Plus en détail

01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur. organisme. avec précision dans sa demande d accès du 5 avril 2001.

01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur. organisme. avec précision dans sa demande d accès du 5 avril 2001. 01 07 75 PHILIPPE FLAMAND, demandeur c. COMMISSION DE LA CONSTRUCTION DU QUÉBEC, organisme L OBJET DU LITIGE : M. Flamand s est adressé à l organisme pour obtenir des renseignements qu il a identifiés

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Le 2 juin 2008, la Commission transmettait une copie de votre plainte à l entreprise pour obtenir sa version des faits. La Commission a pris

Le 2 juin 2008, la Commission transmettait une copie de votre plainte à l entreprise pour obtenir sa version des faits. La Commission a pris Montréal, le 7 février 2012 Objet : Plainte de concernant le D r N/Réf. : 08 08 57 Monsieur, La Commission d accès à l information (la Commission) a pris connaissance des faits en lien avec la plainte

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

01 18 29 X, demandeur. entreprise. Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de

01 18 29 X, demandeur. entreprise. Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de X, demandeur c. BÉLAIR DIRECT, COMPAGNIE D ASSURANCE, entreprise L OBJET DU LITIGE : Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de mon dossier complet» de même que

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Expérience d'avocat

CURRICULUM VITAE. Expérience d'avocat 1 CURRICULUM VITAE Pierre Boulanger, avocat 790 38 e avenue tél. bureau : (514) 845-5171 Lachine (Québec) H8T 2C1 tél. domicile : (514) 637-9489 courriel: pboulanger@procassur.com Expérience d'avocat Depuis

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 22 / 2010 pénal. du 29.4.2010 Not. 889/05/CD Numéro 2744 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault 1. Description de la Cour du Québec, division des petites créances 1.1 Compétence Les demandes

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC N : 17-03-00001 DATE : 29 octobre 2004 LE COMITÉ : Présidente Me Carole Marsot Membre Mme Madeleine Trudeau, erg. Membre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Régie du Bâtiment du Québec Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001

Régie du Bâtiment du Québec Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001 Régie du Bâtiment du Québec Soreconi Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001 Excellence Construction Entrepreneur-appelant c. Jacques Fontaine Bénéficiaire-défendeur

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION

Demandeur. Entreprise DÉCISION Dossier : 03 04 05 Date : 20031218 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. BOURSE DE MONTRÉAL Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 3 février 2003, le demandeur exige

Plus en détail

LE DROIT À L AVOCAT POUR LES DEMANDEURS D ASILE

LE DROIT À L AVOCAT POUR LES DEMANDEURS D ASILE LE DROIT À L AVOCAT POUR LES DEMANDEURS D ASILE Vous avez une audience devant la CISR (Commission de l'immigration et du statut de réfugié) pour faire entendre votre demande d asile/demande de refuge,

Plus en détail

CONSEIL DE DISCIPLINE

CONSEIL DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE DISCIPLINE Ordre des Technologues professionnels du Québec N : 39-08-00004 DATE : 31 décembre 2009 LE COMITÉ : M e SIMON VENNE, avocat Président M. LÉOPOLD THÉROUX

Plus en détail

Règlement du Conseil suisse de la presse

Règlement du Conseil suisse de la presse Règlement du Conseil suisse de la presse I. Institution, siège, composition, secrétariat et finances Art. 1 (tâches) 1 Le Conseil suisse de la presse est à disposition du public et des journalistes en

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

Régie du Bâtiment Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001

Régie du Bâtiment Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001 Régie du Bâtiment Soreconi Société pour la résolution des conflits Inc. Plan de garantie no:055148 Dossier 041223001 Lucie Lacasse, es qualité de représentante du Syndicat de la copropriété de l Ilot des

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. N 33 / 11. du 19.5.2011. Numéro 2867 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre.

N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre. N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mai deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of PEI, Inc. Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Aller en cour : déroulement d un procès au criminel Si vous avez été accusé d un crime et que votre dossier n a pas été écarté du système

Plus en détail

L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s.

L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s. JC 1888 COUR SUPÉ RIEUR E CANADA PROVI NCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-36- 00 28 98-024 DATE : Le 19 déc em bre 200 2 SOUS LA PRÉSIDEN CE DE : L HONORABLE LISE CÔTÉ, j.c.s. VILLE DE MONTRÉ AL,

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

L ABC D UN PROCÈS ET LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT ME SAMUEL MASSICOTTE, ASSOCIÉ, STEIN MONAST 19 JUIN 8 H 30 À 12 H DURÉE : 3 HEURES

L ABC D UN PROCÈS ET LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT ME SAMUEL MASSICOTTE, ASSOCIÉ, STEIN MONAST 19 JUIN 8 H 30 À 12 H DURÉE : 3 HEURES L ABC D UN PROCÈS ET LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT ME SAMUEL MASSICOTTE, ASSOCIÉ, STEIN MONAST! 19 JUIN 8 H 30 À 12 H DURÉE : 3 HEURES 2014%06%12' L ABC D UN PROCÈS ET LES MODES ALTERNATIFS DE RÈGLEMENT

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL

Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE PARIS Aff. 15PA03498, 3ème chambre. Acte d appel enregistré le 2 septembre 2015. REQUETE EN APPEL POUR : L Association Cercle de Réflexion et de Proposition d Action sur

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : C. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDA 7 Appel No : 2013-0063 ENTRE : C. B. et Appelante Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Dans la mesure du possible, il est fortement recommandé que vous obteniez des conseils d un avocat pour vous aider à formuler cette demande.

Dans la mesure du possible, il est fortement recommandé que vous obteniez des conseils d un avocat pour vous aider à formuler cette demande. Document d information À partir d ici, quelles sont mes options? Si l aide juridique vous a été refusée et que vous n avez pas les moyens de vous payer les services d un avocat, il existe une autre solution.

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Numéro du rôle : 1690. Arrêt n 85/2000 du 5 juillet 2000 A R R E T

Numéro du rôle : 1690. Arrêt n 85/2000 du 5 juillet 2000 A R R E T Numéro du rôle : 1690 Arrêt n 85/2000 du 5 juillet 2000 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 14 de la loi du 3 juillet 1967 sur la réparation des dommages résultant des accidents

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel [TRADUCTION] Citation : E. K. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 360 N o d appel : AD-13-1061 ENTRE : E. K. Appelante et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail